Vous êtes sur la page 1sur 29

Chapitre 1 : Introduction à

l’alimentation en eau potable

Aida GHAMMOURI
Année universitaire 2019-2020
1.GENERALITE
 Cycle artificiel de l’eau:
Le cycle artificiel de l’eau comporte les trajets dus à
l’intervention de l’homme, depuis l’endroit ou il prélèves des
eaux naturelles pour son usage, jusqu’à point ou il les renvoie
après utilisation,
Il est constitué de différentes étapes qui commence par le
captage de l’eau dans le milieu naturel et termine par le retour
de l’eau épurée non-utilisée dan le milieu naturel
 Captage : Le captage consiste à recueillir soit les eaux
souterraines (source, nappe aquifère) soit les eaux superficielles
(rivière, barrage, lac ou même la mer) .
 Traitement ; Le traitement est presque toujours nécessaire pour
obtenir une eau hygiénique, donc propre a n'importe quel mode de
consommation.
 Adduction : C'est le transport de l'eau à partir du lieu de captage
jusqu'au lieu d’accumulation. Cette fonction peut également se placer avant
la précédente. On distingue généralement deux types d’adduction :
❖ Adduction gravitaire : (écoulement à surface libre ou en
charge); quand la source se trouve à une altitude supérieure à celle du
réservoir.
❖ Adduction par refoulement (écoulement en charge non gravitaire) :
L’eau est refoulée d’un point bas vers un réservoir d’altitude plus élevées. et
dans ce dernier cas, il faudra installer une station de pompage.

La station de pompage se compose de :


- L’ensemble des pompes qui donnent l’énergie de pression nécessaire à l’eau
pour être refoulée.
- L’ensemble des moteurs qui font fonctionner (tourner) les pompes.
- Les accessoires nécessaires à la station de pompage tel que tableau de
commande, antibélier, …
- Le bâtiment qui abrite l’ensemble de ces appareils et pièces de rechange.
Accumulation : L’accumulation consiste à remplir des réservoirs
pour assurer d'une part une grande régularité du débit capté et d'une
autre part une sûreté d'alimentation lors d'une indisponibilité
momentanée des ouvrages précédents.
 Distribution : La distribution consiste à fournir à chaque
instant aux consommateurs les débits dont ils ont besoin.
Elle nécessite alors un réseau de canalisation dimensionné
pour le débit maximal susceptible de passer en chaque point.
 Ce réseau de distribution peut être ramifié, maillé,
comme il peut être les deux à la fois, et sans oublier le cas
des réseaux en étage
 Une fois utilisée, l’eau est rejetée dans les égouts, Ceux-ci
constituent un réseau de tuyaux qui transportent l’eau usée
vers la station d’épuration
 L’épuration de l’eau consiste en un traitement chimique physique
qui permet d’éliminer les impuretés accumulées dans l’eau
résiduelle,
 Une fois traitée l’eau peut etre rejetée dans l’environnement sans
risques de pollution et peut etre réutilisée pour des besoins
secondaires tel que agricultures ,,,
 Un système d’alimentation en eau potable se compose des
éléments suivants :

Fonction des installations de distribution


2.LES BESOINS EN EAU
2.1. Secteurs des besoins

2.1.1 Les besoins privés: (besoins domestiques)


Les besoins privés sont très variables dans une même ville selon le
niveau de vie des habitants. La consommation domestique moyenne en Tunisie
est de l'ordre de 100 litres/jour/habitant (l/j/hab)*, cependant ce chiffre peut
être multiplié par 4.

La norme de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixe la consommation


domestique minimale à 55 l/j/hab.
(*) C’est une valeur moyenne de consommation spécifique adoptée par la
Société Nationale d’Exploitation et de Distribution d’Eau (SONEDE) en ville
de moyenne importance.
2.1.2 Les besoins publics
Les besoins publics sont très variables suivant les milieux
intéressés : école, municipalité, hôpital etc …,
 Hôpital : 200 à 600 l/j/lit ;
 Ecole : 30 à 100 l/j/élève ;
 Arrosage des espaces verts : 6 à 12 l/J/m².
2.1.3 Les besoins touristiques
La consommation touristique est représentée par un
pourcentage de la consommation totale annuelle. Dans
certaines régions touristiques, elle atteint ou dépasse les
2/3 de la consommation totale habituelle.

La consommation touristique varie entre 400 à 700 l/j/lit


(et pouvant atteindre 1200 l/j/lit pour les hôtels de luxe).
2.1.4 Les besoins agricoles
Les consommations agricoles sont très variables selon la nature
d'agriculture, la superficie, le système d'irrigation et le climat.
2.1.5 Les besoins industriels
Dans le secteur industriel il existe les petites et les grandes industries

 Les petites industries : elles sont généralement incorporées dans les zones
urbaines, exemple : boulangerie, industrie laitière …etc. Les besoins de
certaines petites industries sont donnés ci-dessous:
- Boulangerie : 1l/Kg de pain ;
- Industrie laitière :2 à 18 m3/ m3 de lait;
- Abattoirs : 5 à 10 m3/tonne de carcasse.

 Les grandes industries : elles sont placées dans des zones réservées pour
l'industrie. La consommation dépend de la nature d’industrie. Les besoins de
certaines grandes industries sont donnés ci-dessous
- Cimenteries : 2 m3/ tonne de ciments;
- Teintures et apprêts :100 à150 m3/ tonne de produit;
- Sucreries : 100 l/ kg de sucre.
 2.1.6 Prévisions
Pour prévoir une évolution de la population, nous devons tenir
compte des projets des extensions prévues par la politique de
l'aménagement du territoire, sans oublier le développement progressif
de la consommation, afin d'éviter toute insuffisance dans le réseau de
distribution en une période de 25 à 30 ans (la durée de vie d'un
réseau).
2.1.7 Réserve d'eau contre l'incendie
On prévoit réglementairement une réserve d'incendie en zone
urbaine, un débit de 60 m3/heure pendant une durée moyenne
de 2 heures. C'est donc un volume de 120 m3 qui doit être
matériellement réservé pour éteindre les incendies.
2.2. Consommation moyenne et consommation totale

 La consommation totale est égale au produit de la consommation spécifique et le nombre


d’habitants, mais il faut tenir compte de l’accroissement de la population et de
développement du niveau de vie de la population. Pour tenir compte de l’accroissement
de la population (nombre futur d’habitants) on applique la formule suivante:

𝑃 = 𝑃0(1 + 𝑎)𝑛

Avec : P0 : Nombre actuel d’habitants ; P : Nombre futur d’habitants ;


n : Nombre d’années ; a : Taux d’accroissement annuel de la population.

 Pour tenir compte de l’accroissement de la consommation spécifique (amélioration du


niveau de vie de la population) on applique la formule suivante :

Cs = Cs0(1 + 𝑏)𝑛

Avec : Cs0 : Consommation spécifique actuelle, Cs : Consommation spécifique future ;


n : Nombre d’années ; b : Taux d’accroissement annuel de la consommation.
2.3. Variation des besoins
2.3.1. Variations horaires (jour et nuit)
La consommation dans une journée varie entre le jour et la nuit en
passant d'un minimum pendant la nuit et deux maxima pendant le jour.
On appelle qm: Le débit horaire moyen, c'est la consommation totale
journalière divisée par 24 heures, tel que qm =Q/24. Avec Q :
Consommation journalière totale.

Tableau : Variation horaire de la consommation


2.3.2. Variation journalière (début et fin de semaine)

Les variations changent d'une ville à une autre et elles sont


en fonction des habitudes et des coutumes de la population.
Généralement, pour les grandes villes, la consommation
diminue les fins de semaine. Dans les petites villes le
phénomène est inverse, car le nombre d'habitants augmente
en fin de semaine. Pour les petites localités, on a un
maximum de consommation le jour de l'activité locale.
2.3.3. Variation hebdomadaire ou mensuelle (vacance et
travail)
Elles différent selon le type de la ville et les habitudes de la
population. Certaines villes sont caractérisées par le fait qu'elles
hébergent la population durant les jours ouvrables et d'autre par le
fait qu'elles les reçoivent pendant les fins de semaines et les
vacances. Il y’a transfert de population et donc des besoins en eau.
2.4. Coefficient de pointe
En raison de toutes ces variations, il y’a lieu d'appliquer au débit
moyen un coefficient de majoration pour obtenir le débit de pointe.
2.4.1. Pointe journalière
Pour avoir la consommation du jour le plus chargé de l’année : On
introduit un coefficient de pointe journalière ( Kpj) défini par :

Le coefficient Kpj varie entre 1,5 pour les grandes villes à 2 pour les
petits villages.
2.4.2. Pointe horaire:
Pour avoir la consommation de l’heure la plus chargée de la journée :
On introduit un autre coefficient appelé coefficient de pointe
horaire (Kph) défini par :

Consommation horaire maximale Q h max


𝐾𝑝ℎ = =
Consommation horaire moyenne qm

Avec Qpj : débit du tronçon (débit en route plus débit en aval) en


tenant compte de la pointe journalière en l/s.
2.5 Perte d’eau:
On définit le coefficient de perte d’eau Kp , les pertes d’eau sont dues
aux fuites dans les réseaux d’adduction et de distribution, au vidange
des conduites (en cas des travaux) , au lavage des stations de
traitement,,,
Le coefficients des pertes d’eau est de l’ordre de 1,2 pour les réseaux
neuf et 1,5 pour les réseaux mal entretenues,
3 Débit de dimensionnements des
ouvrages ou système d’AEP
Captage des eaux:
Le débit d’eau à prévoir au niveau de la source d’eau est égal à:
𝑄𝑐 = 𝐾𝑝 × 𝐾𝑝𝑗 × 𝑄 (m3/j)

Ouvrage d’adduction (conduite ou station de pompage) et de stockage:


Le débit de dimensionnement est: 𝑄𝑗𝑚𝑎𝑥 = 𝐾𝑝 × 𝐾𝑝𝑗 × 𝑄𝑗𝑚𝑎𝑥

Ouvrages de distribution :
Le débit de dimensionnement est 𝑄ℎ𝑚𝑎𝑥 = 𝐾𝑝 × 𝐾𝑝𝑗 × 𝐾𝑝ℎ × 𝑞𝑚
Application1:
 O n se propose d’alimenter en eau potable un ville qui regroupe
7628 hab en 1999, calculer la consommation domestique dans
cette ville pendant l’année 2020 sachant que:
 Cs en 1999 est 67 l/j/hab
 Taux d’évolution annuelle de la consommation spécifique est 1%
 Taux d’évolution annuelle de la population est 2,5%
 Taux de raccordement est constant est 98%
Application2: