Vous êtes sur la page 1sur 34

Etude sur la couche Physique IEEE802.15.

4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le


simulateur 6TiSCH.

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES ....................................................................................................................................................... 1


LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX ............................................................................................................................... 2
LISTE DES ABREVIATIONS ............................................................................................................................................... 3
INTRODUCTION ................................................................................................................................................................... 4
I. LES NORMES IEEE 802.15.4 ....................................................................................................................................... 5
I.1. DESCRIPTION GENERALE DE LA NORME IEEE 802.15.4 ............................................................................................ 5
I.2. ARCHITECTURE ......................................................................................................................................................... 7
I.3. TOPOLOGIE ............................................................................................................................................................... 8
II. LA COUCHE PHY ....................................................................................................................................................... 10
II.1. COUCHES PHYSIQUES DE LA NORME IEEE 802.15.4-2003 ...................................................................................... 11
II.2. COUCHES PHYSIQUES DE LA NORME IEEE 802.15.4-2006 ...................................................................................... 11
II.3. COUCHE PHYSIQUE IEEE802.15.4A-2007 ............................................................................................................... 14
III. L’IMPLEMENTATION DE LA COUCHE PHYSIQUE DANS LE SIMULATEUR 6TISCH ............................ 17
III.1. LE SIMULATEUR 6TISCH.......................................................................................................................................... 17
III.2. TOPOLOGIE ............................................................................................................................................................. 21
III.3. MODELE DE PROPAGATION ..................................................................................................................................... 21
III.4. MODELE DE CONSOMMATION D'ENERGIE ................................................................................................................ 22
III.5. MAQUETTE D'UN «MOTE» 6TISCH......................................................................................................................... 23
III.6. METRIQUE .............................................................................................................................................................. 24
III.7. VALIDATION ....................................................................................................................................................... 25
III.8. ÉVALUATION DES PERFORMANCES ............................................................................................................. 27
III.1. EXEMPLES D'UTILISATION .............................................................................................................................. 28
CONCLUSION ...................................................................................................................................................................... 33

1
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX

FIGURE 1 ARCHITECTURE PROTOCOLAIRE DU STANDARD 802.15.4 ............................................................................................ 8


FIGURE 2 TOPOLOGIE ETOILE ..................................................................................................................................................... 9
FIGURE 3 TOPOLOGIE POINT A POINT .......................................................................................................................................... 9
FIGURE 4 TOPOLOGIE MAILLEE................................................................................................................................................. 10
FIGURE 5 BANDES DE FREQUENCE DU STANDARD IEEE 802.15.4-2006 ................................................................................... 12
FIGURE 6 STRUCTURE DE COUCHE PHY DE LA NORME 802.15.4-2007 ..................................................................................... 16
FIGURE 7 ARCHITECTURE INTERNE DU SIMULATEUR 6TISCH .................................................................................................. 18
FIGURE 8 CAPTURE D'ECRAN DE L'INTERFACE UTILISATEUR DU SIMULATEUR 6TISCH ............................................................ 19
FIGURE 9 EXEMPLE DE GESTION DU FES DANS LE SIMULATEUR 6TISCH ................................................................................. 20
FIGURE 10 VALEURS RSSI GENEREES A L'AIDE DU MODELE PISTER-HACK TABLE2 TRADUCTION RSSI-PDR ........................ 21
FIGURE 11 CALENDRIER ET SEQUENCE D'ACTIONS UTILISES POUR CALCULER LA CONSOMMATION D'ENERGIE D'UN NŒUD ...... 22
FIGURE 12 COMPARAISON ENTRE LE SIMULATEUR 6TISCH ET OPENSIM EN TERMES DE TEMPS DE SYNCHRONISATION, DE
TEMPS DE JONCTION ET TEMPS NECESSAIRE A UN NŒUD POUR AVOIR LA PREMIERE CELLULE DEDIEE DEPUIS QU 'IL A
REJOINT LE RESEAU. ......................................................................................................................................................... 26
FIGURE 13 COMPARAISON DE LATENCE ENTRE LE SIMULATEUR 6TISCH ET OPENWSN. ......................................................... 26
FIGURE 14 COMPARAISON ENTRE LE SIMULATEUR 6TISCH ET OPENWSN (OPENSIM) EN TERMES DE TEMPS DE
SYNCHRONISATION, JONCTION TEMPS ET TEMPS DE LA PREMIERE CELLULE POUR DIFFERENTES TAILLES DE RESEAU ...... 27
FIGURE 15 TEMPS CPU ET MEMOIRE CONSOMMES POUR DIFFERENTES TAILLES DE RESEAU DANS DEUX BANCS D'ESSAI
DIFFERENTS. .................................................................................................................................................................... 28
FIGURE 16 PROBABILITE DE COLLISION EN FONCTION DU NOMBRE DE NŒUDS DANS LE RESEAU. REPRODUIT DE (17). ............ 29
FIGURE 17 LATENCE OBTENUE AVEC 100 NŒUDS POUR DIFFERENTES FONCTIONS DE PROGRAMMATION (SF0, ELLSF ET
RESF). REPRODUIT A PARTIR DE (11). ............................................................................................................................. 30
FIGURE 18 COMMENT DIFFERENTES FONCTIONS DE PLANIFICATION ABORDENT LE PROBLEME DE COLLISION DE PAQUETS DANS
6TISCH. .......................................................................................................................................................................... 31
FIGURE 19 UTILISATION DE LA FILE D'ATTENTE LORS D'UNE SIMULATION POUR DIFFERENTS SEUILS SF0 ET LORS DE
L'UTILISATION D'UN SCHEMA DE VOTE LOCAL POUR LA CHARGE EQUILIBRAGE. REPRODUIT DE (10). .............................. 32

TABLEAU 1 CARACTERISTIQUES DES COUCHES PHYSIQUES ...................................................................................................... 12


TABLEAU 2 STRUCTURE D’UN PAQUET PPDU .......................................................................................................................... 13
TABLEAU 3 CANAUX DE LA NORME 802.15.4A-2007 ET PARAMETRES ASSOCIES ..................................................................... 15
TABLEAU 4 DEBITS POSSIBLES AVEC LA COUCHE PHY DE LA NORME 802.15.4A-2007 ............................................................ 17
TABLEAU 5 TYPES D'EMPLACEMENT POSSIBLES SELON LE MODELE DE CONSOMMATION D'ENERGIE IMPLEMENTE DANS LE
SIMULATEUR 6TISCH ...................................................................................................................................................... 23
TABLEAU 6 CERTAINES DES MESURES DISPONIBLES DANS LE SIMULATEUR 6TISCH................................................................ 25

2
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

LISTE DES ABREVIATIONS

SIGLE SIGNIFICATION
IEEE Institute of Electrical and Electronics Engineers
RCSFs réseau de capteurs sans fil
PHY Physique
WPANs Wireless personal area network

3
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

INTRODUCTION

Communiquer c’est échanger des informations avec un interlocuteur de façon à ce que les deux
parties prenantes puissent se comprendre. De nos jours avec l’arrivée des nouvelles technologies la
communication s’étend et fais désormais communiquer des appareils / machines qui échangent et ceci
par le biais de réseaux informatiques. Ses communications sont soumises à un certain nombre de règles
qui sont regroupés sous le nom de protocole de communication. Le 802.15.4 est un protocole de
communication défini par l’IEEE. Le nombre croissant d’applications basées sur les RCSFs a conduit les
industriels à concevoir ces réseaux avec une couche PHY suivant le standard IEEE 802.15.4. Un des
problèmes de cette couche est la reconfiguration de ses paramètres radios tels que la bande de fréquence
ou la technique de modulation. La source de ce problème est liée à la nature physique de cette couche et
à la nécessité de conformité au standard. De plus, le nombre croissant de réseaux sans fils et de
technologies radios conduit à une rareté du spectre radiofréquence. En outre, la communauté de recherche
traite ces problèmes ainsi que d’autres en rapport avec la couche PHY en se basant généralement sur des
outils de simulation. Une RL est une solution émergente d’expérimentation réelle de transmissions sans
fils. Elle intéresse à la fois les industriels et la communauté de recherche, puisqu’elle permet de définir
les paramètres et les fonctions d’une radio en logiciel à la place du matériel (c.-à-d. puce électronique).
Ces paramètres peuvent être la bande de fréquence, le type de modulation et la puissance radio
d’émission. La reconfigurabilité est parmi les principaux avantages d’une RL. Étant donné cet avantage,
un nombre croissant de plates-formes, d’architectures et de standards ont été proposés dans la littérature.
Dans ce travail, nous présentons une étude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et
l’implémentation de la couche physique dans le simulateur 6TiSCH.

4
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

I. Les Normes IEEE 802.15.4

L’IEEE spécifie un standard dans le cadre des WPANs, dédié aux réseaux de capteurs sans fil bas
débit : le 802.15.4.

Sa première spécification date de 2003 où deux types de couches PHYs sont définis avec des débits de
20, 40 et 250 Kbps [1]. Il spécifie également une couche MAC avec une structure de super-trame pour
les trafics de type isochrones et asynchrones. La spécification de 2006 rajoute à la première deux
nouvelles PHYs qui atteignent 100 Kbps et 250 Kbps [25]. La spécification de 2007 quand a elle définit
deux alternatives de couches PHYs parmi lesquelles la technique IR-UWB [21]. Cette nouvelle
spécification propose également l’utilisation de la technique d’accès ALOHA [26] pour IR-UWB au
niveau de la couche MAC. L’utilisation de ALOHA est justifiée par la résistance de IR-UWB à
l’interférence multi-utilisateur.

I.1. Description générale de la norme IEEE 802.15.4

Les travaux sur la norme IEEE 802.15.4 ont donné lieu à la création de plusieurs groupes de
travail (TGs) à savoir :

– IEEE 802.15 TG4 : a défini les spécifications techniques du standard IEEE 802.15.4 publié en 2003
et rectifié en 2006 en proposant une couche MAC et quatre couches PHYs. La dernière révision du
standard IEEE 802.15.4 est le standard IEEE 802.15.4-2011 publié en 2011, qui renforce l’intégration
du standard IEEE 802.15.4 au marché, élimine toutes ambiguïtés et inclue les améliorations apprises
suite aux implémentations du standard IEEE 802.15.4-2006.

– IEEE 802.15 TG4a : il définit les spécifications techniques du standard IEEE 802.15.4a publié en
2007 en proposant deux nouvelles couches PHYs alternatives, l’une utilise la technique ultra large
bande et l’autre une technique d’étalement de spectre (Chirp Spread Spectrum CSS).

– IEEE 802.15 TG4b : il a pour tâche de proposer des améliorations et des clarifications spécifiques
au standard IEEE 802.15.4-2003, telles que la résolution des problèmes d’ambiguïté, la réduction du
niveau de complexité, l’augmentation de la flexibilité en matière de sécurité d’utilisation des clés,
etc.

– IEEE 802.15 TG4c : il définit les spécifications techniques d’une nouvelle couche PHY alternative
aux standards IEEE 802.15.4-2006 et IEEE 802.15.4a pour une utilisation dans les bandes (314MHz-
316MHz), (430MHz-434MHz), et (779MHz-787MHz) en Chine. Le standard IEEE 802.15.4c est
publié en 2009.

5
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

– IEEE 802.15 TG4d : il définit les spécifications techniques d’une nouvelle couche PHY alternative
et les rectifications nécessaires de la couche MAC au standard IEEE 802.15.4-2006 pour une
utilisation dans la bande (950MHz -956MHz) au Japon. Le standard IEEE 802.15.4d est publié en
2009.

– IEEE 802.15 TG4e : il a pour tâche de définir des améliorations et ajouter des nouvelles
fonctionnalités à la couche MAC du standard IEEE 802.15.4-2006 afin de mieux soutenir les marchés
industriels (comme le support des applications ISA SP100.11a) et d’assurer la compatibilité avec les
modifications proposées pour les WPANs en Chine.

– IEEE 802.15 TG4f : il a pour tâche de définir deux nouvelles couches PHYs pour les systèmes à
RFIDactif dans les bandes 2.4GHz, 433MHz (MinimumShift Keying (MSK) Physical Layer) et ULB
(Low Rate Pulse Repetition Frequency (LRP-UWB) Physical Layer).

– IEEE 802.15 TG4g : il a pour tâche de définir des nouvelles couches PHYs pour les réseaux à
voisinages intelligents. Il propose de fournir une norme mondiale qui facilite les applications, à très
grande échelle, de contrôle des processus tels que les réseaux intelligents qui sont capables d’assurer
une couverture géographique étendue incluant divers réseaux composés de millions de terminaux
fixes avec une infrastructure minimale.

– IEEE 802.15 TG4j : il a pour tâche de définir une nouvelle couche PHY, pour la bande (2360MHz-
2400MHz), au standard IEEE 802.15.4 et qui sera conforme aux règles BAN (Medical Body Area
Networks) de la commission fédérale des communications (FCC). Pour soutenir cette nouvelle
couche PHY, il peut également définir des modifications nécessaires à la couche MAC.

– IEEE 802.15 TG4k : il a pour tâche de définir une nouvelle couche PHY facilitant les
communications point aux multi-milliers points pour le cas des infrastructures critiques de dispositifs
de surveillance.

Nous nous intéressons dans ce travail seulement aux travaux réalisés par les groupes detravail TG4
et TG4a. Le standard IEEE 802.15.4 [Sta, 2003b], publié en 2003 puis rectifié en 2006 [Sta, 2006],
définit la couche physique (PHY) et la sous-couche de contrôle d’accès au médium (MAC) pour les
réseaux locaux personnels à bas débit (LR-PANs). Il spécifie un réseau de communication qui assure
la connectivité sans fil des applications à faible consommation d’énergie, à faible portée et à faible
coût. Parmi les protocoles de haut niveau, basés sur la norme IEEE 802.15.4, il y a :

– ZigBee [Zig, 2004] : un standard industriel, de haut niveau et à faible coût et faible consommation
d’énergie, pour les réseaux de capteurs sans fil. Basé sur la norme IEEE 802.15.4, ce standard propose
en plus deux couches qui sont la couche réseau et la couche application.

– WirelessHART [Har, 2007] : WirelessHART, développé par la Fondation des communi-cations


HART, est un standard libre pour les réseaux sans fil opérant dans la bande ISM 2.4 GHz. Basé sur

6
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

le protocole HART (Highway Addressable Remote Transducer Proto-col), ce standard utilise les
couches inférieures de la norme IEEE 802.15.4 et assure la synchronisation, l’auto-organisation et
l’auto-configuration de l’architecture maillée.

– ISA 100.11a [ISA, 2007] : il a été approuvé le 12 août 2011 par le Comité 65C de la CEI en tant
que PAS (Publicly Available Specification). L’ISA 100.11a vise les applications non critiques
(surveillance, diagnostics, alarmes).

I.2. Architecture

Le standard 802.15.4 définit deux types d’équipements suivant leur capacité pour la mise en
œuvre de WPANs:

– Entité complète ou Full Function Device (FFD) : un FFD est un dispositif qui implémente la totalité
de la spécification de la norme IEEE 802.15.4-2006 et qui peut soutenir trois modes d’opération,
servant de :

➢ † Coordinateur PAN : c’est le contrôleur principal du PAN. Ce dispositif identifie son propre
réseau, auquel d’autres dispositifs peuvent être associés.
➢ † Coordinateur : qui fournit des services de synchronisation par la transmission des trames
beacons. Chaque coordinateur doit être associé à un coordinateur PAN, il n’a pas la possibilité
de créer son propre réseau.
➢ † Un simple dispositif : qui ne possède pas les fonctionnalités précédentes. Il représente un
simple nœud associé à un coordinateur ou à un coordinateur PAN.

– Entité réduite ou Reduced Function Device (RFD) : le RFD est un dispositif opérant avec
l’implémentation minimale du protocole IEEE 802.15.4-2006. Un RFD est prévu pour les
applications extrêmement simples, comme un commutateur de courant ou un capteur infrarouge
passif. Les RFDs peuvent s’associer à un seul FFD et ils ne sont pas obligés d’envoyer de grandes
quantités d’informations.

L'architecture générale du standard est présentée sur la Figure où, conformément au modèle OSI,
nous avons les couches PHY et MAC qui correspondent aux niveaux 1 et 2 du modèle de référence,
une sous couche de convergence des services Service Specific Convergence Sub Layer (SSCS) et la
sous couche Logical Link Layer (LLC). Contrairement au standard 802.15.1, cette architecture est
plus simple et possède l’avantage de s’adresser spécifiquement aux réseaux de capteurs sans fil.

7
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 1 Architecture protocolaire du standard 802.15.4

I.3. Topologie

Les réseaux envisagés dans le cadre du 802.15.4 peuvent se construire suivant deux types de
topologies :

– Topologie en étoile :

Dans la topologie étoile, les entités RFD sont connectées à un nœud FFD central appelé coordinateur
du PAN (Voir Figure.1). Chaque réseau PAN doit contenir un seul coordinateur PAN qui choisit un
unique identificateur PAN qui ne peut pas être utilisé par un autre réseau ou au sein de la sphère de
son influence. Les communications directes entre entités RFD sont impossibles et les messages sont
forcément relayés par le coordinateur PAN, ce qui épuise vite sa batterie et réduit sa durée de vie.
Une telle topologie est utilisée pour certaines applications telles que les périphériques PC exigeant
un délai faible.

8
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 2 Topologie étoile

– Topologie point à point :

Contrairement à la topologie en étoile, la topologie point à point est décentralisée et chaque nœud
peut communiquer directement avec les autres nœuds de sa zone de couverture radio (Voir Figure.2).

Figure 3 Topologie point à point

– Topologies plus complexes :

A l’aide d’une couche réseau et d’un protocole de routage des paquets de données, il est possible
d’élaborer des topologies plus complexes.

† Topologie grappe d’arbres ou en arborescence : Le réseau grappe d’arbres ou réseau hiérarchisé est
un cas particulier des réseaux point à point dans lequel la majorité des dispositifs sont des FFDs qui
peuvent agir comme des coordinateurs et assurer la synchronisation aux autres dispositifs et
coordinateurs mais un seul de ces coordinateurs peut être le coordinateur global du PAN. Un RFD se
connecte à un réseau grappe d’arbres en tant que feuille à la fin d’une branche vu que les RFDs ne
sont pas capables d’associer d’autres dispositifs.

9
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

† Topologie maillée : Avec la topologie maillée, ou mesh, tous les FFDs à portée radio

Les uns des autres peuvent dialoguer entre eux, sans structure hiérarchique, commel’illustre la
Figure.3.

Figure 4 Topologie maillée

II. La Couche PHY

L’évolution de la couche PHY du standard 802.15.4 suit les différentes versions du standard :

• La première spécification [27] datant de 2003 utilise les bandes 868-915 MHz et 2450 MHz. Dans les
bandes 868 et 915 MHz, elle spécifie respectivement les débits de 20 et 40 Kbps avec les modulations
Binary Pulse Shift Keying (BPSK) et Quadrature Pulse Shift Keying (QPSK). Dans la bande 2450 MHz,
elle spécifie un débit de 250 Kbps utilisant la modulation Offset-QPSK (O-QPSK) avec un étalement de
spectre basé sur la technique Direct Sequence Spread Spectrum (DSSS)

• La deuxième spécification [25] de 2006 rajoute les modulations Amplitude Shift Keying (ASK) sur les
bandes 868 et 915 MHz et O-QPSK sur les 2450 MHz. La première offre un débit de 250 Kbps tandis
que la deuxième offre un débit de 100 Kbps.

10
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

• La troisième spécification de 2007 [21] rajoute aux précédentes deux nouvelles spécifications de couche
PHY avec des débits plus élevés.

II.1. Couches physiques de la norme IEEE 802.15.4-2003

Elle est basée sur la technique IR-UWB (IEEE 802.15.4a) sur la bande 3.1-10 GHz qui utilise
une technique d’étalement de spectre basée sur le time-hopping (TH). Dans cette technique, les
informations sont transmises sous forme d’impulsions. Les impulsions sont espacées grâce à
l’utilisation de séquences de time-hoppingpseuso-aléatoires permettant non seulement de lisser le
spectre mais surtout d’éviter des collisions catastrophiques [4]. Les débits offerts sont de 851, 110,
6810 et 27240 Kbps. La technique utilisée est plus précisément le Burst Position Modulation (BPM).
Dans cette technique la trame est divisée en quatre parties, Figure 2.11, l'impulsion ne peut être
présente que sur les parties 1 et 3, appelée position duburst. La deuxième et la quatrième partie
représentant des intervalles de garde, ces intervalles permettent une atténuation suffisante de
l'impulsion transmise afin d'assurer une réduction de l'Inter Symbole Interférence (ISI). Une
impulsion sur la première partie code un et une impulsion sur la troisième partie code un zéro. La
position de l'impulsion dans le burst dépend de la séquence de time-hoppingutilisée.

II.2. Couches physiques de la norme IEEE 802.15.4-2006

Le standard IEEE 802.15.4-2006 spécifie quatre couches physiques dont deux sont optionnelles
:

– La première couche PHY opérant dans la bande ISM 2.4 GHz : basée sur la technique d’étalement
du spectre à séquence directe DSSS (Direct Séquence Spread Spectrum) et qui utilise la modulation
O-QPSK (Offset Quadrature PSK). Elle offre les meilleures performances,

– La deuxième couche PHY opérant dans les bandes 868~915 : la bande 868 MHz pour une utilisation
en Europe et la bande 915 MHz pour une utilisation en États-Unis. Cette couche PHY est basée sur
la technique d’étalement de spectre à séquence directe DSSS et utilise la modulation binaire par
déplacement de phase (BPSK, Binary Phase-Shift Keying),

– La troisième couche PHY opérant dans les bandes 868~915 (optionnelle) : basée sur la technique
d’étalement de spectre à séquence directe DSSS et qui utilise la modulation d’offset en quadrature
par déplacement de phase O-QPSK,

– La quatrième couche PHY opérant dans les bandes 868~915 (optionnelle) : basée sur la technique
d’étalement de spectre à séquence parallèle (PSSS, Parallel Sequence Spread Spectrum) et qui utilise
la modulation BPSK et celle en amplitude (ASK, Amplitude Shift Keying).

11
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Tableau 1 caractéristiques des couches physiques

La norme IEEE 802.15.4-2006 a défini 27 différents canaux repartis en trois bandes de fréquence
comme suit (Voir Figure.4) :

– 16 canaux de fréquence pour la bande de 2.4 à 2.4835 GHz,

– 10 canaux de fréquence pour la bande 902 à 928 MHz,

– un canal de fréquence pour la bande 868 à 868.6 MHz.

Figure 5 Bandes de fréquence du standard IEEE 802.15.4-2006


Parmi les fonctions assurées par la couche PHY du standard IEEE 802.15.4-2006, il y a :

– Activation et désactivation de la transmission radio : cette fonctionnalité permet à l’émetteur


d’avoir trois modes opérationnels : ON (en activité), OFF (en repos) et SLEEP (en sommeil) et de
changer périodiquement d’un état à un autre suite à une demande de la couche MAC. Le but de cette
fonction est de minimiser la consommation d’énergie.

– Détection d’énergie à la réception : cette fonction consiste à écouter le support pendant une période
de temps et détecter s’il y a une transmission en cours sans l’identifier ou la décoder. Si l’énergie est
importante dans le canal, cela signifie qu’il est fortement utilisé ou interféré. Le résultat de cette
mesure est envoyé à la couche MAC ou utilisé dans la procédure CCA (Clear Channel Assessment).

12
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

– Commutation des canaux : en recevant une demande spécifique depuis la couche supérieure, la
couche physique doit être capable d’accorder à l’émetteur le canal approprié par une sélection de
fréquence.

– Évaluation de la qualité du canal : cette fonction est assurée par la définition d’un indicateur de la
qualité du lien LQI (Link Quality Indication). Le résultat de cette mesure sera envoyé à la sous couche
MAC qui va l’utiliser et le stocker.

– Transmission et réception de données : suite à une demande d’émission de la sous couche MAC, la
couche physique active l’émission et la réception de données en utilisant les paramètres radio
adéquats (modulation, étalement, bande de fréquence, etc.)

– Estimation de la disponibilité du canal (Clear Channel Assessment, CCA) : cette procé-dure vérifie
si le support est occupé ou libre. Elle peut être réalisée selon trois modes :

1. Mode 1 "Seuil d’énergie" : détermine si le support est occupé ou libre par la détection d’énergie et
comparaison de son niveau par rapport au seuil.

2. Mode 2 "Détection de l’onde porteuse" (Carrier Sense) : si un signal relatif à la modulation et


l’étalement de spectre de la norme 802.15.4-2006 est détecté.

3. Mode 3 "Détection de l’onde porteuse avec détection d’énergie" : similaire au mode 1 mais en
introduisant une limite inférieure d’énergie afin de décider si les conditions de transmission sont
favorables.

Un paquet PPDU (PHY Protocol Data Unit) est composé de trois champs (Voir Figure.5) :

– Un préambule de synchronisation SHR (Synchronization HeadeR),

– Un entête physique PHR (PHY HeadeR) contenant la longueur de la trame,

– Un champ de données PSDU (PHY Service Data Unit), de longueur variable, pour les données
utiles incluant la trame de la sous-couche MAC.

Tableau 2 Structure d’un paquet PPDU

13
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

II.3. Couche physique IEEE802.15.4a-2007

Les premières tentatives de normalisation de l’UWB à des fins de communication ont eu lieu
dans le cadre des activités du groupe IEEE802.15.3a qui devait proposer une couche physique
alternative à haut débit reposant sur l’UWB comme amendement au standard IEEE802.15.3 et pour
des applications d’imagerie et multimédia entre autres. Ce groupe a établi des modèles de canal UWB
et deux propositions de couche physique, le Multi-Band Orthogonal Frequency Division
Multiplexing (MB-OFDM) et le Direct Sequence UWB (DS-UWB), appuyée chacune par une
alliance industrielle. Le désaccord prolongé sur le choix de l’une ou l’autre des deux propositions a
entraîné la dissolution du groupe en janvier 2006.

En 2007 le groupe de travail TG4a IEEE802.15 introduisait le document technique IEEE Std
802.15.4a-2007 [54] portant sur une couche physique UWB alternative à la couche IEEE802.15.4
pour les réseaux personnels bas débit (WPAN32). Cette couche physique UWB avait pour objectif
de fournir de meilleures performances et aussi d’apporter un nouveau service de mesure précise de
la distance (ranging-localisation). De nombreuses informations sur cette couche physique peuvent
être extraites dans le document de la norme [54], et une bonne présentation en est effectuée dans [55].
Nous nous contenterons ici de présenter quelques éléments en rapport avec le travail que nous avons
effectué.

Dans une première mesure, le standard définit trois groupes de bande de fréquence dans lesquelles
opèrent ces systèmes UWB (tableau 1.1) :

– Une bande sous le GHz comprise de 249.6MHz à 749.6MHz

– Une bande basse de 3.1GHz à 4.8GHz

– Une bande haute de 6.0GHz à 10.6GHz

Les trois bandes sont réparties en 16 canaux (le premier est centré à 500MHz et les 15 autres
sont compris entre 3.1 et 10.6GHz) dont la largeur de bande est de 500MHz sauf pour 4 canaux
possédant des largeurs entre 1GHz et 1.4Ghz. Comme indiqué dans le tableau 1.1, les canaux 0, 3 et
9 sont obligatoires respectivement dans la bande sous le gigahertz, la bande basse et la bande haute,
afin d’être compatibles avec les masques américain, européen et japonais. Les 14 autres canaux sont
optionnels et les 4 canaux qui possèdent les plus grandes largeurs de bande sont définis de sorte à
permettre aux équipements de transmettre avec une puissance plus grande (pour une dsp fixe) ; en
effet, tout en augmentant la précision en localisation, cela favorise une portée supérieure mais aussi
une meilleure résistance aux trajets multiples du canal.

14
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Tableau 3 Canaux de la norme 802.15.4a-2007 et paramètres associés

La couche physique repose sur une modulation combinant la PPM et la BPSK.

Cependant, le standard a proposé une version originale de transmission des impulsions, le burst, dans
lequel toutes les impulsions du symbole sont concaténées avec une PRP 33 de 2ns. Deux PRP
moyennes 34 ont également été définies, la première de 256ns (PRF 35 =3.9MHz) et la seconde de

15
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

64.1ns (PRF=15.6MHz), la première permettant d’émettre des impulsions de plus forte puissance.
Suivant la modulation PPM, un temps symbole de durée T s est divisé en deux intervalles de durée
égale contenant l’un ou l’autre le burst d’impulsions selon la valeur de l’information à transmettre.
Chaque demi-temps symbole est divisé en deux parties égales, la première étant destinée aux
positions possibles du burst d’impulsions et la deuxième partie servant d’intervalle de garde pour
limiter les interférences entre impulsions. Il y a ainsi Nburst intervalles de durée T burst dans un
temps symbole tel que Ts = Nburst Tburst. Chaque quart du temps symbole est divisé en Nhop =
Nburst =4 slots représentant la longueur du code de saut temporel qui est utilisé pour discriminer les
réseaux situés dans une même zone. Dans un burst il y a Ncpb chips qui représentent le nombre
d’impulsions consécutives et détermine le débit de la transmission. A l’intérieur d’un burst, les
impulsions sont modulées en BPSK suivant une séquence binaire de valeurs f 1; +1g. La figure 1.24
nous illustre le principe de cette structure de couche physique avec arbitrairement Nburst = 16

Figure 6 Structure de couche PHY de la norme 802.15.4-2007


Cette structure a été choisie pour que la couche physique puisse être compatible aussi bien avec les
récepteurs cohérents, en mesure de détecter la position comme la phase des impulsions, que les
récepteurs non cohérents sensibles uniquement à la position du burst. Le regroupement des
impulsions en burst permet de concentrer l’énergie des impulsions émises, ce qui est un élément
favorable à l’intégration d’énergie du récepteur non cohérent. Cela permet également de conserver
un rapport cyclique faible et fixe favorisant une architecture très basse consommation [34, 54] ainsi
que la coexistence avec d’autres équipements UWB [54]. Par ailleurs, la norme inclut l’usage d’un
code de Reed Solomon RS(63,55) appliqué systématiquement aux données, et qui peut être couplé à
un code convolutionnel systématique de Viterbi (FEC 36 ) de rendement 1/2, de sorte que le taux de
codage global soit sensiblement égal à 0.44. Cela produit alors 1 bit de code pour 1 bit d’information
tels que le bit transmettant l’information soit déterminé par la position du burst tandis que le bit de
code est transmis par la phase du burst, donnant ainsi le choix au concepteur d’utiliser des
architectures de réception cohérentes ou non cohérentes [13].

Enfin, la norme IEEE 802.15.4-2007 permet de disposer de débits variables en jouant sur le nombre
d’impulsions par symbole (via le paramètre Ncpb ) car la PRP moyenne reste fixe. Le tableau 1.2

16
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

nous présente les jeux de paramètres pour les débits de donnée disponibles dans la norme après
codage Reed Solomon RS(63,55) et codage correcteur de rendement 1/2.

Tableau 4 Débits possibles avec la couche PHY de la norme 802.15.4a-2007

La couche physique IEEE802.15.4a-2007 dispose de nombreux mécanismes paramétrés au niveau


de la couche physique ou de la couche MAC (ALOHA, LDC, étalement de spectre etc...) permettant
la coexistence entre systèmes UWB et avec d’autres technologies sans fil. L’ensemble de ces
éléments est précisé dans le document de synthèse de la normalisation IEEE802.15.4a-2007 [54].

III. L’implémentation de la couche physique dans le simulateur 6TiSCH

III.1. Le Simulateur 6tisch

Le simulateur 6TiSCH est un simulateur d'événements discrets écrit en Python. Sa conception


minimise les inconvénients typiques de la simulation par des abstractions soigneuses spécifiques à
6TiSCH. Il ne fait aucune tentative pour simuler un comportement physique qui ne peut être étudié
avec du matériel réel tel que : problèmes de synchronisation dus à des cristaux imparfaits, erreurs de
transmission spécifiques au bit, matériel-retards de traitement dépendants. Au lieu de cela, il se
concentre sur la simulation du comportement observé dans le réseau à partir du MAC couche. Nous
y parvenons avec deux abstractions. Tout d'abord, nous quantifions le temps dans les slots TSCH :
un événement ne peut avoir lieu que sur le slot frontière. Deuxièmement, nous résumons les messages
de protocole pour ne transporter que des paramètres sémantiquement pertinents : les messages
échangés sont pas précis en octets.

17
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Nous nous appuyons sur ces deux abstractions pour fournir un simulateur qui peut surveiller avec
précision :
• le comportement du SF en réponse au trafic généré (en trames / seconde).
• le comportement du protocole de routage en réponse aux changements topologiques.
• le comportement de 6P en réponse aux chutes de couche MAC.
• le comportement de l'application en réponse à la planification, au routage et à la configuration de la
pile réseau.
Différentes instances de simulateur peuvent être programmées pour s'exécuter en parallèle sur les
cœurs de processeur disponibles (testés jusqu'à 56 cœurs). Le simulateur est implémenté dans environ
8000 lignes de code Python, couvrant 6 fichiers principaux et une interface graphique 4.
L’architecture interne du simulateur est illustrée à la figure 2. Le composant principal est Mote, où la
majeure partie du 6TiSCH, la pile est implémentée. Il est configuré par SimSettings, qui contient les
paramètres d'entrée introduits par l'utilisateur. Mote aussi génère des métriques pour SimStats et
SimGUI et programme les événements planifiés et traités par SimEngine. Certains d'entre eux les
événements sont les TX et les RX, qui sont évalués par propagation en fonction de la topologie
existante.
L'interface utilisateur graphique (figure 3) montre la planification agrégée de tous les nœuds.
L'utilisateur peut contrôler la simulation exécuter et voir des statistiques en temps réel sur différentes
cellules, liens et nœuds. Le simulateur peut également fonctionner en mode « sans tête » (c.-à-d.
Interface graphique), permettant des exécutions entièrement automatisées. Enfin, plusieurs scripts

de post-traitement et de tracé génériques sont également fournis dans le simulateur.

Figure 7 Architecture interne du simulateur 6TiSCH

18
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 8 Capture d'écran de l'interface utilisateur du simulateur 6TiSCH

Le noyau événementiel du simulateur est implémenté dans SimEngine. Les événements sont générés par
le Mote chaque fois qu'une nouvelle tâche doit être planifiée à l'avenir, comme l'augmentation de l'ASN
dans les nœuds, la propagation d'un paquet ou le déclenchement d'un délai d'expiration. Celles-ci les
événements sont identifiés de manière unique par une balise formée par l'ID de nœud et une étiquette,
l'UUID de l'événement. Étant donné que plusieurs événements peuvent se produisent au même instant,
les événements sont enregistrés avec une priorité spécifique et traités en conséquence.
L'ensemble d'événements à exécuter à l'avenir, le Future Event Set (FES), est implémenté à l'aide d'une
liste Python, dans laquelle les événements sont ajoutés avec la méthode d'insertion et supprimés avec la
méthode intermédiaire pop. La complexité temporelle pour l'insertion est O (n) sur moyenne, où n est le

19
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 9 Exemple de gestion du FES dans le simulateur 6TiSCH


nombre d'éléments dans la liste. La complexité temporelle pour la pop intermédiaire est O(k) où k est
l'indice de l'événement à supprimer, qui est en moyenne également O (n).

Chaque instance du simulateur 6TiSCH est exécutée séquentiellement dans un seul thread. Cela signifie
qu'il n'y a aucun risque de concurrence lorsque deux événements sont programmés en même temps. Le
planificateur exécute toujours d'abord les événements avec un ASN inférieur, quel que soit sa priorité.
Pour le même ASN, les événements de priorité la plus élevée seront insérés avant les autres événements
de priorité inférieure. Dans le cas où L'ASN et la priorité sont les mêmes, le nouvel événement sera inséré
après le dernier événement avec le même ASN et la même priorité (c'est-à-dire dans ordre d'arrivée). Le
moteur de simulation empêche également les événements d'être insérés dans l'ASN actuel afin de
supprimer les incohérences lors du saut de l'événement suivant et éviter les boucles d'événements. La
figure 4 montre un exemple de la manière dont les événements sont insérés et supprimés. Pour exemple,
lors de l'ajout d'un nouvel événement avec UUID X sur ASN 197 et priorité 1, le planificateur parcourt
la liste jusqu'à ce qu'il trouve un événement avec un ASN plus élevé et une priorité plus faible que le
nouvel événement.
Pour annuler un événement, par ex. UUID B à l'ASN 197 sur la figure 4, la liste sera itérée jusqu'à ce
que l'événement soit trouvé. Ensuite, l'événement est supprimé et les événements restants de la liste sont
décalés vers la gauche. Comme pour la méthode d'insertion, le moteur du simulateur ne permet pas de
supprimer des événements dans l'ASN actuel. Cela évite un comportement non déterministe lors de la
tentative d'exécution d'un événement est sur le point d'être supprimé ou vice versa.

20
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

III.2. Topologie

Afin d'exclure l'impact d'une topologie spécifique sur les performances du réseau, le simulateur génère
une nouvelle topologie aléatoire pour chaque simulation. L'utilisateur spécifie la taille de la zone de
déploiement. Les nœuds sont placés à des emplacements aléatoires jusqu'à ce que chaque nœud a une
liaison physique stable avec un nombre préconfiguré de voisins. Assurer un nombre minimum de voisins
par nœud est un pratique courant de déploiement dans le monde réel. Chaque lien se voit attribuer un
PDR, comme décrit dans la section 4.3. En outre, dès les topologies telles que la topologie de démarrage
et la topologie linéaire sont facilement configurables dans le fichier de topologie.

III.3. Modèle de propagation

Le modèle de propagation par défaut implémenté dans le simulateur 6TiSCH est basé sur le modèle
Pister-Hack. Ce modèle est utilisé pour obtenir la valeur RSSI initiale de chaque paire de nœuds du
réseau. Cette valeur est calculée en soustrayant une variance uniforme 40 dB de la sortie de l'équation du
modèle Friis. Le modèle a été vérifié indépendamment dans un cadre expérimental (32). RSSI les valeurs
sont ensuite converties en valeurs PDR (Packet Delivery Ratio) par une table de conversion basée sur
des déploiements réels.
Il reflète avec précision la relation entre le RSSI et le PDR dans les grands scénarios industriels intérieurs
dans la bande 2,4 GHz. Le modèle Pister-Hack et le tableau de conversion RSSI-PDR sont représentés
sur la figure 5 et le tableau 2, respectivement.
Les valeurs PDR sont utilisées pour calculer si une transmission est réussie ou non, en retournant une
pièce biaisée. Afin de modéliser le brouillage, le RSSI des voisins brouilleurs à une transmission donnée
est ajouté au bruit de sol afin de calculer le rapport signal / interférence plus bruit (SINR), qui est
finalement converti en PDR réel perçu.

Figure 10 Valeurs RSSI générées à l'aide du modèle Pister-Hack table2 Traduction RSSI-PDR

21
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 11 Calendrier et séquence d'actions utilisés pour calculer la consommation d'énergie d'un
nœud

III.4. Modèle de consommation d'énergie

Le simulateur met en œuvre la consommation d'énergie publiée par Vilajosana et al. (33). Le modèle
prend une approche basée sur les composants approche. Il définit la consommation énergétique des
différents types de créneaux et les combine en fonction de la programmation horaire.
uration. La figure 5 présente la séquence d'actions qui se produisent pendant un intervalle de temps
TSCH. Le modèle énergétique utilise cette séquence de actions pour modéliser l'énergie consommée par
un nœud.
Par exemple, un créneau actif transmettant un paquet de données et recevant une trame d'accusé de
réception (appelé TxDataRxAck) allume la radio deux fois : une fois pour l'envoi de la trame de données
(pour une durée de paquet TX) et une fois pour la réception de l'accusé de réception cadre (pour une
durée de RX ACK). Le processeur du nœud est allumé pendant ces phases, tandis que le nœud reste en
veille profonde mode dans les autres. Le modèle caractérise la consommation de ces sous-périodes au
sein du créneau et prend en compte les tirages actuels de la radio lorsqu'elle est allumée, le nombre
d'octets transmis, le débit de données et la consommation d'énergie du CPU dans son différents modes et
transitions.
Le modèle mis en œuvre dans le simulateur prend en compte différents types de créneaux conformément
au tableau 3. Après l'exécution de la fente, le simulateur agrège l'énergie consommée. Le tirage courant
par défaut pour chaque opération correspond à celui de l'OpenMote plate-forme (34) mais ces valeurs
peuvent facilement être adaptées à d'autres plates-formes.

22
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Tableau 5 Types d'emplacement possibles selon le modèle de consommation d'énergie implémenté dans
le simulateur 6TiSCH

III.5. Maquette d'un «Mote» 6TiSCH

Un «mote» est une abstraction d'un nœud de réseau 6TiSCH et implémente ses différentes sous-couches
dans le fichier Mote. Au démarrage, le Le moteur de simulation instancie le nombre requis d'objets Mote
et attribue le rôle de root à l'un d'eux. Les déclencheurs racine la formation du réseau en ajoutant
périodiquement des EB et RIO DIO à sa file d'attente de transmission. Simultanément, les autres les
nœuds commencent à écouter dans un canal choisi au hasard. À chaque emplacement, le modèle de
propagation évalue quels nœuds ont planifié transmissions à cet ASN et quels nœuds écoutent. Pour
chaque paquet, il déterminera le résultat de la transmission concernant la puissance du signal et le niveau
d'interférence provoqués par des transmissions simultanées dans le même voisinage radio. Nœuds
planifier des événements TX / RX en fonction de leur horaire. Initialement, la racine ne se réveille que
dans les ASN qui correspondent au minimum cellule, où il envoie ou reçoit un paquet en conséquence.
Les nœuds qui ne sont pas encore synchronisés planifient les événements RX pour le réveil à chaque
ASN.
Lorsqu'un nœud reçoit finalement un EB, il se synchronise (active sa couche MAC TSCH (1)) et démarre
le processus de jonction selon (7). Une fois que le nœud a rejoint le réseau via son Join Proxy (6), est
capable de déchiffrer les messages DIO qui lui permettent pour sélectionner un parent préféré et obtenir
un rang. Une fois qu'un nœud a sélectionné son parent préféré, il déclenche sa première cellule dédiée
allocation (4, 5). Les nœuds ne sont autorisés à envoyer des paquets de données que lorsqu'ils ont des
cellules dédiées.La séquence de démarrage est déclenchée à l'aide de plusieurs fonctions de rappel

23
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

internes qui sont périodiquement planifiées pour effectuer des actions spécifiques à chaque sous-couche
(TSCH, RPL, MSF, etc.). En outre, différents événements sont planifiés chaque fois qu'un délai est requis
(timeout 6P, timeout Join, timeout MSF, etc.). Ces événements sont enregistrés dans le SimEngine et
déclencheront le rappel fonctionne lorsque les temporisations expirent.
Chaque sous-couche dans Mote est hautement configurable via le composant SimSettings. Par
exemple, il est possible de configurer ure la taille de trame de la couche TSCH, la durée de l'intervalle
de temps, la période de balise, etc. La sous-couche 6top et la fonction de programmation MSF peuvent
être configuré en modifiant les paramètres provenant du brouillon (c'est-à-dire MAX_NUMCELLS,
LIM_NUMCELLSUSED_LOW, HOUSEKEEPINGCOLLISION_PERIOD, etc.). La couche RPL est
implémentée en mode sans stockage et prend également en charge différentes configurations (période
DIO, période DAO, etc.). Enfin, le trafic applicatif peut être constant ou variable, et peut être injecté
à tout moment pendant la simulation. Le trafic variable peut être modélisé selon différentes
distributions de probabilités et des rafales de trafic configurables peuvent être planifiées.

III.6. Métrique

Lors de l'exécution de la simulation, les gestionnaires d'événements déclenchent des mises à jour pour
les différentes métriques. Plus de 50 mesures différentes sont actuellement mis en œuvre, mais l'ajout de
nouvelles mesures est pris en charge et est facilement implémentable. Les métriques peuvent être définies
selon le cycle pour suivre l'évolution d'une métrique spécifique par cycle de châssis TSCH ou comme
absolu afin d'obtenir le résultat valeur totale après la simulation. Nous appelons le cycle de slotframe le
nombre de tranches de temps dans un slotframe (soit 101 slots par défaut).
Des métriques absolues (telles que la charge consommée) peuvent être obtenues par nœud ou agrégées
sur tous les nœuds du réseau. RSSI les valeurs de chaque lien physique sont également enregistrées. Le
tableau 4 détaille certaines des mesures les plus importantes du simulateur.
Par défaut, le simulateur enregistre les métriques de chaque simulation indépendamment dans un fichier
journal. Cependant, les cycles de simulation utilisent différents fichiers et dossiers concernant l'ID du
processeur et la taille du réseau. La structure du répertoire de journalisation peut également être
facilement modifiée par l’utilisateur dans SimSettings. Le simulateur fournit également un ensemble de
scripts d'aide qui permettent à l'utilisateur de post-traiter et de tracer tout métrique souhaitée de manière
entièrement automatisée.

24
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Tableau 6 Certaines des mesures disponibles dans le simulateur 6TiSCH

III.7. VALIDATION

Afin de valider le simulateur 6TiSCH, nous avons effectué plusieurs expériences dans le
simulateur et OpenWSN, qui est l'implémentation de pile 6TiSCH la plus récente disponible.
Pour la première série d'expériences, nous comparons la procédure de démarrage tout en mesurant le
temps réseau (c'est-à-dire le nombre d'ASN) :
L’heure de synchronisation (c'est-à-dire l'heure à laquelle un nœud reçoit son premier EB valide),
l'heure de jonction (c'est-à-dire l'heure à laquelle un le nœud rejoint le réseau en toute sécurité) et
l'heure de la première cellule (c'est-à-dire l'heure à laquelle un nœud a sa première cellule dédiée avec
son préféré parent). Nous effectuons 2000 itérations pour les deux plates-formes dans un réseau à 2
nœuds (nœud racine et nœud feuille), en utilisant les paramètres définis dans les RFC et les projets
actuels (4, 5, 6, 7). Dans ce cas, nous avons utilisé OpenSim, qui est la plate-forme d'émulateur
Python d'OpenWSN. OpenSim exécute exactement la même implémentation 6TiSCH que celle
utilisée dans le matériel réel, mais objective les fichiers et les exécute dans une carte Python abstraite
qui virtualise les fonctions matérielles.
La figure 6 montre que le CDF des trois métriques différentes est équivalent (temps de
synchronisation, temps de jonction et première cellule temps). Les valeurs sont obtenues en ASN,
mais converties en secondes pour une durée de 15 ms. Dans les trois cas, le maximum l'erreur entre
OpenWSN et le simulateur 6TiSCH est de 3,89%, 1,73% et 1,35% pour le temps de synchronisation,
le temps de jointure et le temps de la première cellule respectivement lors de la moyenne de tous les
échantillons. Cela prouve que le simulateur, bien qu'une abstraction, se comporte comme un outil
précis lors de la mise en œuvre des RFC et des ébauches 6TiSCH actuels

25
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 12 Comparaison entre le simulateur 6TiSCH et OpenSim en termes de temps de


synchronisation, de temps de jonction et temps nécessaire à un nœud pour avoir la première cellule
dédiée depuis qu'il a rejoint le réseau.

Dans la deuxième série d'expériences, nous évaluons comment les performances en termes de latence
sont reproduites dans le simulateur 6TiSCH par rapport à OpenWSN. Dans ce cas, nous utilisons
deux vrais périphériques OpenMote qui exécutent le firmware OpenWSN. Les périphériques
OpenMote se composent d'un OpenMote-CC2538 connecté à un OpenUSB (34). Une fois le nœud
feuille synchronisé, joint et programmé sa première cellule dédiée, nous envoyons 15s paquets de
données UDP périodiques du nœud feuille à la racine. La figure 7 a) montre que les CDF des deux
plates-formes correspondent et que les latences moyennes sont pratiquement identiques, avec une
différence de seulement 0,45%.
De plus, la figure 7 b) montre que les modèles de latence dus à la synchronisation non couplée entre
le temporisateur App et le temporisateur TSCH sont correctement produit. Cette expérience montre
non seulement que le simulateur est compatible avec la mise en œuvre d'OpenWSN 6TiSCH mais
produit également des résultats équivalents à ceux obtenus avec OpenWSN fonctionnant sur du
matériel réel.

Figure 13 Comparaison de latence entre le simulateur 6TiSCH et OpenWSN.

Le dernier ensemble d'expériences consiste à simuler des réseaux maillés 6TiSCH avec différents
nombres de nœuds. Nous avons au hasard généré jusqu'à 500 réseaux maillés complets et les a utilisés
à la fois pour le simulateur 6TiSCH et OpenWSN (OpenSim). Comme nous l'avons fait dans la
première série d'expériences, nous enregistrons le temps de synchronisation, le temps de jonction et
le temps de la première cellule de chaque nœud et nous les traçons sur la figure 8 valeurs absolues à

26
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

partir de l'initialisation du réseau. Les barres représentent la valeur moyenne de chaque exécution de
tous les nœuds (sauf le nœud racine). La figure 8 montre que les heures sont similaires pour tous les
réseaux. Par exemple, dans le cas du premier temps de cellule, le les différences sont respectivement
de 1,35%, 3,08%, 1,69%, 1,55% et 2,91% pour 2, 4, 6, 8 et 10 nœuds.

Figure 14 Comparaison entre le simulateur 6TiSCH et OpenWSN (OpenSim) en termes de temps de


synchronisation, jonction temps et temps de la première cellule pour différentes tailles de réseau

III.8. ÉVALUATION DES PERFORMANCES

Afin de donner un aperçu des performances de calcul du simulateur 6TiSCH et d'analyser son
évolutivité, nous avons réalisé des simulations faisant varier le nombre de nœuds du réseau. Nous
avons utilisé deux bancs d'essai indépendants, le banc d'essai 1 et Banc d'essai 2, le premier étant
plus puissant que le second :
• Le banc d'essai 1 se compose d'un serveur équipé de 56 processeurs Intel Xeon E5-2680 à 2,40 GHz
et 35840 Ko de cache de processeur. Chaque CPU possède 14 cœurs internes.
• Testbed 2 se compose d'un ordinateur de bureau équipé de 4 processeurs Intel Core 2 Duo E4-500
à 2,20 GHz et 2048 Ko de Cache CPU. Chaque CPU possède 2 cœurs internes.
Les tests ont été effectués en utilisant un seul processeur par cycle sans charge de processus
supplémentaire. Chaque essai consistait à exécuter un réseau maillé 6TiSCH pour 2000 cycles (3000
secondes avec un intervalle de temps de 15 ms). Une fois que tous les nœuds des nœuds du réseau
ont été synchronisés, ont rejoint le réseau et ont alloué leur première cellule dédiée à leur parent
préféré, chaque nœud a envoyé 1 paquet toutes les 5 secondes à la racine. Lors de l'examen des DIO,
EB, DAO et paquets de données, chaque nœud a envoyé en moyenne 1 500 paquets pendant la
simulation.
La figure 9 (a) montre le temps CPU (temps utilisateur) utilisé par le processus exécutant le
simulateur 6TiSCH. Cela montre que le temps requis pour simuler un réseau 6TiSCH de 1000 nœuds
jusqu'à 31 heures en utilisant Testbed 1. En utilisant Testbed 2, ce temps passe à 38 heures.

27
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

En ce qui concerne l'utilisation de la mémoire, les deux bancs d'essai montrent un comportement à
peu près linéaire, ayant un maximum d'utilisation de la mémoire de moins de 97 Mio pour 1000
nœuds.
Ces résultats ne sont qu'un indicateur des performances globales du simulateur car ils ne sont valables
que pour ce scénario. Les temps CPU et la mémoire utilisée pour simuler différentes tailles de réseau
varient en fonction du nombre de cycles simulé et la charge de trafic. Par exemple, 1 000 cycles de 1
000 cycles chacun d'un réseau de 50 nœuds peuvent être simulés en moins de 8 minutes.

Figure 15 Temps CPU et mémoire consommés pour différentes tailles de réseau dans deux bancs
d'essai différents.

III.1. EXEMPLES D'UTILISATION

Le simulateur 6TiSCH est un outil intéressant pour répondre aux questions qui se posent
fréquemment lors de l'exécution de scénarios de simulation avec différentes topologies, modèles de
trafic et exigences de mise en réseau au niveau de l'application. Cette section donne 5 exemples
d'utilisation de la simulation 6TiSCH. Les résultats de ces exemples ont été publiés dans des travaux
précédents. Formation du réseau et processus de jonction : Comment le nombre de nœuds influence-
t-il la formation de l'heure du réseau ? Vučinić et al. a mené une étude sur la probabilité de
transmission de diffusion optimale dans les réseaux 6TiSCH (17). L'une des recherches majeures
contributions de l'article est l'ensemble donné de valeurs pour améliorer le temps de formation du
réseau. La figure 10 illustre comment le la probabilité de collision dans une cellule de diffusion
augmente en termes de densité de réseau. Pour ce travail, le simulateur 6TiSCH permet facilement
pour non seulement effectuer des simulations rapides avec différents paramètres de diffusion (c'est-
à-dire différentes périodes EB), mais également mettre en œuvre de nouvelles stratégies de diffusion
(c'est-à-dire tester le nouveau mode de diffusion bayésien). L'un des résultats de ce travail est qu'en
utilisant des probabilités de P DIO = 1∕3 et P EB = 0,1, le temps de formation du réseau est le plus
court pour les réseaux jusqu'à 45 nœuds. En outre, le bayésien

28
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Diffusion est introduite, qui est implémentée à la fois dans le simulateur 6TiSCH et dans OpenWSN.
Politiques de planification : Quelle est la latence moyenne d'un paquet pour différentes alternatives
de planification ? Daneels et al. Présenter une nouvelle fonction de planification pour les modèles de
trafic récurrents, appelée ReSF (11). ReSF calcule des chemins à latence minimale de la source au
récepteur, activer ces chemins uniquement lorsqu'un trafic récurrent est attendu. Ils comparent
également ReSF avec d'autres programmes de pointe des fonctions telles que LLSF et SF0. La figure
11 montre comment ReSF optimise la latence et surpasse les SF mentionnés, ce qui peut avoir des
retards pouvant atteindre plusieurs secondes. Ce travail est un exemple de la façon dont le simulateur
6TiSCH peut être utilisé pour étudier performances des réseaux 6TiSCH (dans ce cas, latence et
consommation d'énergie) et de proposer de nouvelles méthodes pour l'améliorer.
ReSF est implémenté et testé pour un certain nombre de configurations, tout en faisant varier le débit
de trafic et sa probabilité de changement de période sur des réseaux jusqu'à 200 nœuds. Pour ce
travail, le simulateur 6TiSCH est une solution plus simple et plus évolutive qu'OpenWSN
fonctionnant dans OpenSim ou sur du matériel réel.

Figure 16 Probabilité de collision en fonction du nombre de nœuds dans le réseau. Reproduit de


(17).

29
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 17 Latence obtenue avec 100 nœuds pour différentes fonctions de programmation (SF0,
eLLSF et ReSF). Reproduit à partir de (11).

Sélection de cellules : comment un SF peut-il éviter les collisions lors de la sélection de cellules ? Duy
et al. Proposer la fonction de programmation ESF0 pour sélection de cellules à faible probabilité de
collision (9). En analysant la densité cellulaire d'une partie donnée de la planification, les nœuds peuvent
sélectionnez la portion qui a le moins de cellules utilisées. Comme le montre la figure 12a, les collisions
sont considérablement réduites lors de l'utilisation ESF0 en raison de portions du programme qui sont
distribuées plus uniformément que dans SF0 et LLSF de sorte que la probabilité de collision est plus bas.
Une autre approche pour éviter de planifier des collisions est présentée par Muraoka et al. (15). Dans ce
travail, une politique réactive de la relocalisation des cellules est proposée pour réduire les collisions de
paquets en mesurant et en suivant le PDR à chaque cellule. Une cellule avec un mauvais PDR est
remplacé si son PDR est inopinément inférieur à la moyenne. Étant donné que ces PDR faibles et
inattendus sont généralement dus à des collisions, l'allocation de cellules réactives s'avère être une
approche efficace pour éviter les collisions. La figure 12b montre qu'en exécutant la relocalisation
algorithmes à la fois à l'émetteur et au récepteur, le nombre de collisions peut être considérablement
réduit. Ces deux œuvres sont également exemples d'utilisation du simulateur 6TiSCH pour une
implémentation rapide et dynamique des fonctions de planification afin de réduire l’Interférence interne
6TiSCH et augmentation de la fiabilité du réseau.
Performances du trafic : comment les files d'attente se comportent-elles en cas de trafic intense ?
Kralevska et al. Étudier l’utilisation d’un nouvel algorithme posé appelé Local Voting pour optimiser
l'utilisation de la file d'attente et effectuer un équilibrage de charge (10). L'algorithme de vote local
Tente de minimiser la latence maximale dans le réseau en répartissant uniformément le trafic entre les
nœuds du réseau. Cette distribution du trafic est effectuée en surveillant la longueur de la file d'attente
des voisins de chaque nœud et en ajoutant ou supprimant des liens en conséquence pour minimiser la
latence et réduire la consommation d'énergie.

30
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 18 Comment différentes fonctions de planification abordent le problème de collision de paquets


dans 6TiSCH.

La distribution du trafic est effectuée en surveillant la longueur de la file d'attente des voisins de chaque
nœud et en ajoutant ou supprimant des liens en conséquence pour minimiser la latence et réduire la
consommation d'énergie.
La figure 13 illustre, pour un trafic en rafale de 5 paquets par rafale, comment les files d'attente sont
remplies, montrant les différences entre l'algorithme proposé Local Voting et SF0 pour différents seuils
de cellules. Ce dernier cas d'utilisation montre comment le simulateur 6TiSCH les métriques (dans ce
cas, la longueur de la file d'attente et les pertes de file d'attente) sont un outil utile pour implémenter de
nouvelles fonctions de planification pour améliorer le trafic la gestion.

31
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

Figure 19 Utilisation de la file d'attente lors d'une simulation pour différents seuils
SF0 et lors de l'utilisation d'un schéma de vote local pour la charge équilibrage.
Reproduit de (10).

32
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY et l’implémentation de cette couche physique dans le
simulateur 6TiSCH.

CONCLUSION

Le nombre croissant d’applications des Réseaux de Capteurs Sans Fils (RCSFs) a conduit les industriels
à concevoir ces réseaux avec une couche Physique (PHY) suivant le standard IEEE 802.15.4.
Actuellement, cette couche est implémentée en matériel souffrant d’un manque de flexibilité du
changement des paramètres radio, telles que bandes de fréquences et modulations. Ce problème est
accentué par la rareté du spectre radio fréquences. La Radio Logicielle (RL) est une nouvelle solution
pour reconfigurer plus facilement des paramètres radio. A partir d’une RL, il est possible de développer
une radio cognitive permettant une écoute de spectre et un Accès Dynamic au Spectre (ADS). Ces deux
possibilités sont utiles pour surmonter le problème de la rareté du spectre. Ce travail propose une nouvelle
solution Radio logicielle pour un RCSF basé sur le standard IEEE 802.15.4.

33
Etude sur la couche Physique IEEE802.15.4 PHY

34