Vous êtes sur la page 1sur 1

IV.

Les grands genres du cinéma – Le générique


Le genre cinématographique se définit par le thème principal du film ou (et) par la manière de le traiter :

Comédie Drame Horreur Thriller Western Aventure

Action Science fiction Fantastique Animation Comédie musicale Historique

A cela s' ajoutent : le film politique, le péplum, le kung-fu, le film de guerre, le film d'auteur,
le documentaire et la série télévisée ...
Remarque : un film est rarement cantonné à une seule catégorie et les grandes œuvres transcendent
souvent les genres.
Le générique est la partie du film dans laquelle sont indiqués les noms du metteur en scène, de l'auteur
du scénariste, des interprètes, du producteur et des principaux collaborateurs techniques … ainsi que
du ou des compositeurs et des interprètes. Il est souvent scindé en deux :
en début de film c'est le générique d'ouverture, à la fin c'est le générique de fermeture.
En plus de fournir toutes ces informations, il a une fonction importante : il est la porte d'entrée du
film et prépare le spectateur en le plaçant dans l'ambiance générale du film. La musique y joue un rôle
très important.
Titre (date) Éléments caractéristiques Genre (*)
réalisateur – compositeur à compléter !

extrait « Ben-Hur » Majestueux, cérémonial, mystérieux, tendre …


n°1 Orchestre symphonique ; différents thèmes répartis aux
(1959)
différentes familles instrumentales :
William Wyler – Miklós Rózsa annonce des « grands moments » du film

extrait « Les aventuriers de l'arche perdue » Entraînant, dynamique, majestueux ...


n°2 Orchestre symphonique, importance des cuivres et des
(1981)
percussions. Ostinato rythmique. Annonce de l’action.
Steven Spielberg – John Williams
extrait « L'aile ou la cuisse » Joyeux, amusant, léger, insouciant …
n°3 Registre de musique de cirque : trompette soprano, percussions,
(1976)
phrase musicale et chute musicale comique.
Claude Zidi – Vladimir Cosma Mélange des styles : baroque et disco ... référence historique et
décalage des styles.

extrait « Les têtes brûlées » Entraînant, solennel, dynamique ...


n°4 chant militaire + sirène + Voix off présentant le cadre
(1976)
historique et les personnages + grand orchestre avec
Stephen Joseph Cannell – Mike Post prédominance des cuivres et percussions (caisse-claire),
référence à la musique militaire.

extrait « Dracula » Inquiétant, stressant, sinistre, énervant …


n°5 Motif musical mis en boucle (collage musical),
(1992)
instruments synthétiques. Sons futuristes : « mise hors
Francis Ford Coppola – Wojciech Kilar -temps » et immortalité du personnage ?

extrait « Le bon, la brute et le truand » Inquiétant, entraînant, animé, enjoué


n°6 Instrumentation originale et « clichée » : tambour et flûte
(1966)
indiens, sifflements, voix et « gémissement », choeur d'hommes
Sergio Leone – Ennio Morricone … rythmique évoquant le galop.
Annonce de l'action et du registre du « western spaghetti ».

(*) : Comédie – Aventure – Péplum – Western - Horreur - Guerre

V. Les différentes musiques (et différents sons du cinéma)


Deux catégories de musique ; les réalisateurs peuvent choisir :
- une musique déjà existante : à l'identique (puisée dans le répertoire classique par exemple) , c'est
une reprise ; arrangée, c'est une adaptation.
-une musique spécialement composée pour le film : une musique originale ou bande originale

♫ Exemple 1 : « 2001 L’Odyssée de l’espace » (1968) de Stanley Kubrick :


« Ainsi parlait Zarathoustra » (1896) de Richard Strauss dans le générique et dans la 1ère scène
+ « Le beau Danube bleu » (1866) valse viennoise de Johan Strauss pour la scène de l'espace.
♫ Exemple 2 : « Le temps de gitans » (1989) d'Emir Kusturica : « Ederlezi » chanson traditionnelle Rom
recomposée par Goran Bregović.
♫ Exemple 3 : « The Artist » (2011) de Michel Hazanavicius. Les musiques du film ont été composées
par Ludovic Bource.