Vous êtes sur la page 1sur 11

1

Le volet technique : la conservation et la


restauration

I. Etude : /
II. Interventions :
1. Définition : Toute action autre que la démolition ou la destruction qui entraîne un
changement physique à un élément d'un lieu historique.
2. Différents types d’intervention :

2.1. Préservation :
 Objectif : Le processus d’application d’un ensemble de mesures visant à :
- Conserver la valeur patrimoniale (valeur historique, architecturale ou pratique) ainsi
que les éléments d’un bâtiment qui en constituent le support matériel,
- Soutenir l’intégrité formelle et matérielle d’un bâtiment ou d’une structure ; en
maintenant dans un état physique stable la forme Retarder, voire arrêter la
détérioration et la décomposition ;
- Parvenir les dommages.
 Mesures : la préservation peut inclure les travaux de :
- Maintien continu des matériaux de construction historique,
- Stabilisation des matériaux existants, de la forme et l’intégrité d’un lieu historique
d’un composant individuel.

2.1.1. Maintien/ maintenance/ entretien:


Action pour préserver ou maintenir dans un état existant donné, de l'efficacité ou bon
état. Pour ralentir le rythme de détérioration de tissu et d’étendre la vie de la construction.
L'entretien est généralement divisé en trois catégories:

 Urgence: Maintenance qui doit être effectuée immédiatement afin de stabiliser la


structure à l'habitation avenir.
 Prévention: L'entretien préventif est un outil puissant pour prévenir la carie et éviter les
traitements de conservation-restauration à grande échelle. Un programme d'entretien
approprié mis en place après le traitement de conservation vise à préserver ses
meilleures conditions.

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
2

Ex : Nettoyage des gouttières, graissage des machines en état de fonctionnement,


dépoussiérage du mobilier, etc.

 Courantes: Routine, cycliques, actions non destructives nécessaires pour ralentir la


détérioration d'un lieu historique. Il comprend l'inspection périodique, le nettoyage de
routine cyclique, non-destructive; les opérations de réparation et de remise mineures; le
remplacement des matériaux endommagés ou détériorés qu'il est impossible de
sauvegarder. Onc ce type d’entretien comprend :
 Des inspections régulières,
 Des traitements à petites échelle.
2.1.2. Stabilisation/ consolidation
a. Stabilisation :
 Définition :
- Les procédures de traitement destinés à :
- Maintenir l'intégrité des biens culturels et de minimiser la détérioration.
- Rétablir une enceinte résistant aux intempéries et la stabilité de la structure d'un
immeuble insalubre ou dégradé tout en conservant la forme essentielle telle
qu'elle existe à l'heure actuelle.
- Stabiliser structurellement une propriété dangereuse ou dégradée tout en
conservant essentiellement sa forme actuelle.
- Est un processus d'intervention qui peut être utilisé comme une mesure provisoire sur
un bâtiment gravement détérioré ou elle peut impliquer la consolidation à long terme
d'une structure.
 Mesures :
- L'introduction de nouveaux supports pour compléter celles existantes qui remplissent
plus leur fonction. La stabilisation est conçue pour être réversible et comprend:
- Stabilisation intérimaire: Anticipe un plus grand niveau d'intervention dans
l'avenir. Les traitements doivent être temporaires et facile à renverser, afin de
ne pas préjuger les décisions futures.

- Stabilisation à long terme: Fait pour permettre l'utilisation de l'immeuble


dans son état détérioré, quand un plus grand niveau d'intervention n’est pas
dans l'avenir de la construction. En plus de protéger la structure sur une longue

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
3

période de temps (et d'assurer la sécurité des occupants), les traitements


doivent être réversibles.
a. Consolidation :
 Définition :
- Un traitement utilisé pour renforcer des matériaux détériorés pour assurer leur intégrité
structurelle. Techniques et matériaux traditionnels sont préférés. L'intervention doit
être réversible.
- Stabiliser les zones dégradées ou affaiblis en introduisant ou en matériaux capables de
les maintenir ensemble de fixation.

Exemple : Rejointoiement est un exemple d'un traitement de consolidation réversible. Un


exemple d'un processus de consolidation non réversible serait le renforcement d'un bois par
l'insertion de tiges métalliques dans un lit d'époxy.

2.2. Restauration 

L'action ou le processus qui vise à révéler, à retrouver ou à représenter l'état d'un lieu
historique ou d'un composant individuel, tel qu'il était à une période particulière de son
histoire, tout en protégeant sa valeur patrimoniale.

 Objectif : Le but de la restauration est de :


 Préserver et révéler les caractéristiques culturelles essentielles d'un bien culturel,
 En améliorer l'appréciation, la compréhension et/ou l'usage, tout en respectant son
intérêt patrimonial et les matériaux et techniques utilisés.
 Mesures : Le processus de restauration est une opération hautement spécialisée. Fait
référence au processus de faire des changements à un objet ou une structure de sorte qu'il se
rapprochera de près son état à un moment précis de son histoire :
 Restituer (supprimer ou remplacer): Retourner le bien à un état antérieur connu ou
supposé en enlevant accrétions (adjonctions) ou par remontage des composants existants
sans ou avec l'introduction de nouveau matériel (on original). Donc elle inclut :
 La suppression des ajouts et modifications faits après la période de temps
donnée, l'élimination des caractéristiques d'autres périodes de son histoire, et
 La reconstruction de manquer caractéristiques antérieures
 Arrêter à l'endroit où commence la conjecture, et dans ce cas, tout travail de
complément reconnu indispensable.

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
4

 Tout travail de complément reconnu indispensable pour raisons esthétiques ou


techniques relève de la composition architecturale et portera la marque de notre temps.
 Principe : Elle se fonde sur :
 Le respect de la substance ancienne et de documents authentiques : l’unité potentielle de
l’œuvre d’art, à condition que cela soit possible sans commettre un faux artistique, ou un
faux historique, et sans effacer aucune trace du passage de cette œuvre d’art dans le temps.
 Le respect du matériau d'origine,
 Dans le cas échéant, la distinction de la nouvelle composition architecturale qui portera la
marque contemporaine.
 Une étude archéologique et historique du monument.
 L’hypothèse : les reconstitutions conjecturales.
2.2.1. Réparation/ Remise en état :

Un terme générique qui désigne les diverses activités qui permettront de renforcer les
matériaux de construction et les systèmes qui sont récupérables existant et de lui restituer sa
fonctionnalité et/ou son support. La réparation est conçue pour :

 Remplacer ou corriger les composants abîmés, endommagés ou défectueux ou


éléments d'un bâtiment, soit à l'intérieur ou à l'extérieur, ou
 Apporter des modifications ou des rénovations mineures à elle afin de maintenir son
efficacité opérationnelle.

2.2.2. Restitution/ reconstitution

 Restitution : Restituer un monument, un édifice c’est faire le plan, la représentation d'un


édifice en ruine » :
- La restitution est un projet graphique d'architecte : elle consiste à représenter un objet,
un édifice ou un ensemble dans son état initial supposé, en fonction de critères de plus
grande probabilité, par :
- Déduction à partir des éléments conservés ou en comparaison avec des œuvres
similaires ou appartenant à un même ensemble.

Une restitution peut être exprimée au moyen de plans, de dessins, de maquettes,


d'images animées, etc.

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
5

- Un exercice de restitution, par le dessin ou la maquette, peut précéder une opération de


restauration incluant la reconstitution d'éléments disparus, notamment pour en vérifier
la pertinence.
 La reconstitution : est la traduction matérielle de la restitution . Rétablissement d'un bien
dans sa forme initiale présumée en utilisant des matériaux existants ou de substitution.

2.2.3. Remplacer, remplacement 


 Définition : Un niveau d'intervention pour les propriétés historiques qui est utilisée lorsque
les caractéristiques qui définissent le caractère sont gravement détériorées ou manquantes.
 Mesures :
- L'élimination des matériaux existants qui ne peuvent plus exercer leur fonction
légitime et leur remplacement par un substitut comme exacte que possible sur la base
des preuves documentaires ou physique.
- Cela peut être impossible lorsque les matériaux ne sont pas disponibles ou les coûts
sont trop élevés.

2.3. Réhabilitation :

 Définition : Est définie comme l'acte ou processus de prolongement de vie et de retour


d'une propriété à un état de l'utilité par la réparation ou modification qui fait un usage
contemporain efficace possible tout en préservant les parties ou caractéristiques de la
propriété qui sont importants pour ses valeurs historiques, architecturales et culturelles.
 Objectif :
- Pour revenir un bâtiment existant à son précédent bon état ;
- Pour apporter un bâtiment conforme aux normes de confort, de sécurité et d'accès
minimales sans changer son utilisation ;
- Pour lui restituer une fonctionnalité antérieure présumée, de l'adapter à une fonction
différente.
 Mesures :
 La réadaptation : est habituellement effectuée afin de prolonger la vie d'un bâtiment et /
ou sa viabilité économique.
 La préservation de caractéristiques d'origine du bâtiment.
 La mise à niveau, une certaine modification,
 La rénovation,
 La reconstruction ou la modernisation, et

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
6

 La réparation, s’il ya lieu.


Il peut être réalisé à l'extérieur aussi bien que l'intérieur du bâtiment. Il peut être considéré
comme majeur ou mineur.

2.4. Rénovation :

 Définition :
Un terme générique pour décrire le processus de modification d'une structure historique
afin de prolonger sa durée de vie utile. Il est également utilisé pour décrire les améliorations
apportées aux bâtiments ou quartiers existants. D'autres termes qui se réfèrent également à la
rénovation sont: remodelage, le recyclage et la remise en état.
Action de rénover un bien sans nécessairement respecter son matériau ou son intérêt
patrimonial.
 Mesures: ce processus implique :
 La modernisation ou le remplacement de composants intérieurs souvent dans des
pièces telles que la cuisine ou salle de bains.
- La mise à niveau ou le remplacement des pièces et les éléments intérieurs.
- La dépose et la remise à neuf d'intérieurs pour les rendre indiscernables de nouvelles
structures, ainsi que l'application des détails architecturaux de différentes périodes,
habituellement antérieures.
- Les changements entrepris avec l'intention de modifier le style ou l'aspect décoratif de
chambres, des espaces ou des bâtiments ou d'autres structures, sans tenir compte
nécessairement à des formes ou des périodes historiques précises.
- La réhabilitation, la reconstruction et plusieurs autres activités. En outre, des
travaux de rénovation sont en général plus longs et coûteux que ces autres activités
pour un bâtiment donné.
- le recyclage et la remise en état ;
 Objectifs :
- Pour re-planifier et améliorer les bâtiments existants, souvent au-delà des normes
minimales et parfois avec des changements dans leur capacité et / ou de l'occupation et
de l'utilisation.
- Ce processus tend à faire plus pour des raisons esthétiques plutôt que des fonctionnels.
- L'amélioration des bâtiments ou des quartiers existants et leur condition physique ;

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
7

- La mise à jour les composants d'un bâtiment existant pour répondre à code (ou autres)
les exigences réglementaires. Pour rendre le bâtiment conforme à des normes plus
élevées, en particulier en ce qui concerne l'efficacité énergétique, la sécurité, la
protection incendie et des équipements modernes.
 Risque :
- La production d’une modification inappropriée ou l’élimination des éléments
importants et des détails.
2.5. Reconstruire :

 Définition : l’action menée à un bâtiment qui a été partiellement ou totalement détruite ou


gravement détérioré ;
Toutes les mesures prises pour recréer, en tout ou en partie, un bien culturel, basées sur
historique, preuve littéraire, graphique, pictural, archéologique et scientifique.
Reconstruction vise à promouvoir une meilleure compréhension d'un bien culturel, et est
fondée sur des preuves d'un ancien état peu ou pas de matériel original, mais clair.

L'acte ou le processus de représenter, au moyen d'une nouvelle construction, la forme, les


caractéristiques et les détails d'un site non-survivant, paysage, bâtiment, structure ou un
objet dans le but de répliquer son apparition à une période de temps spécifique et dans son
emplacement historique.

 Objectifs :
- Construire de nouveau ou de faire des réparations structurelles sur.
- Se reproduire, par une nouvelle construction, la forme exacte et les détails de tout ou
partie des structures existantes ou disparues comme ils étaient à une période spécifique
dans le temps, que ce soit sur le site d'origine ou sur un nouveau site.
- Retour d’un lieu à un état antérieur connu ;
- Re-création d'un bâtiment inexistant sur son site d'origine. Basé sur des preuves
historiques, littéraires, graphiques et picturales ainsi que archéologique, une réplique
de l'original est construit en utilisant des méthodes modernes et / ou traditionnelles de
construction.

2.6. Conservation :

 Définitions :

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
8

- Charte de Cracovie, 2000 : « La conservation est l'ensemble des comportements


d'une communauté qui contribuent à faire perdurer le patrimoine et ses monuments.
La conservation est obtenue en se référant à la signification de l'entité, avec les
valeurs qui lui sont associées ».
- Conférence de NARA, 1994 : « Ensemble d'opérations visant à comprendre une
œuvre, à connaître son histoire et sa signification, à assurer sa sauvegarde matérielle
et, éventuellement, sa restauration et sa mise en valeur ».
- Norme européenne EN 15898 : 2011 (F) Terme 3.3.1. Mesures et actions ayant
pour objectif la sauvegarde du patrimoine culturel, dans le respect de son intérêt
patrimonial, tout en garantissant son accessibilité aux générations présentes et
futures.
NOTE :
- La conservation comprend la conservation préventive, la conservation curative et
la restauration.
- Le terme « conservation-restauration » est surtout utilisé dans le domaine du
patrimoine culturel mobilier.
- Le terme « préservation » est également utilisé, par exemple dans les
bibliothèques et les archives.
- Toutes les actions de conservation sont fondées sur des preuves documentaires
et/ou matérielles.
- ICOMOS, déclaration d'engagement éthique des membres, Madrid, novembre
2002 : «On entend par conservation tous les processus d'entretien d'un lieu dans le
but d'en conserver l'importance culturelle. Cela peut comprendre, selon les
circonstances, les processus de maintien ou de réintroduction d'un usage, les
processus de maintien de souvenirs et de significations, les processus de
maintenance, de préservation, de restauration, de reconstruction, d'adaptation et
d'interprétation et implique le plus souvent une association de plusieurs de ces
processus.»
- ICOM-CC New-Delhi, 2008 : « L'ensemble des mesures et actions ayant pour
objectif la sauvegarde du patrimoine culturel matériel, tout en en garantissant son
accessibilité aux générations présentes et futures. La conservation-restauration
comprend la conservation préventive, la conservation curative et la restauration.

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
9

Toutes ces mesures et actions doivent respecter la signification et les propriétés


physiques des biens culturels ».
- ICOMOS - Conseil national de recherches du Canada : « Le terme peut
également être utilisé dans le contexte du patrimoine ou comme un synonyme pour la
réhabilitation, de restauration ou de réparation dans la description des activités
requises pour effectuer la conservation ».
- la Charte de Venise précise que la conservation d'un bâtiment doit servir à quelque
chose socialement utile, mais que cela ne devrait pas entraîner une modification de la
disposition ou de la décoration du bâtiment; ni si de nouvelles constructions, de
démolition, ou des modifications soient autorisées à modifier la relation existante de la
masse et de la couleur
 Objectifs :
- Contrebalancer la détérioration dans un bâtiment ou en assurer la stabilité structurelle.
- Réduire de l'énergie consommée par un bâtiment.
- Garder intactes les caractéristiques originales et des matériaux d'une propriété
historique.
 Mesures :
- Traitements souvent utilisés dans ce processus comprennent le nettoyage de papier
peint, le rattachement de plâtre lâche, rejointoyer la maçonnerie et la consolidation des
fondations existantes.
- La mise en œuvre des méthodes d'économie pour éviter le gaspillage d'une ressource
intégrée, utilisant une gestion planifiée.

2.6.1. Conservation curative 


 Définition :
- l'ICOM-CC, 2008 : « Toutes les actions directement appliqués à un élément ou un
groupe d'éléments visant à arrêter les processus actif de détérioration ou de
renforcer leur structure. Ces actions ne sont effectués que lorsque les articles sont
dans un tel état fragile ou se détériore à une vitesse telle qu'ils pourraient être
perdus dans un temps relativement court. Norme européenne EN 15898 : 2011 (F)
Terme 3.3.6 : Actions entreprises directement sur un bien pour arrêter une
détérioration et/ou limiter une dégradation.

2.6.2. Conservation préventive


________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
10

 Définition : (Syn. Soins préventifs)


- Toutes les mesures et actions visant à éviter et de minimiser
la détérioration ou la perte future. Elles sont réalisées dans le cadre ou sur les
environs
d'un élément, mais le plus souvent un groupe d'articles, quel que soit leur âge et de
l'état.
 Mesures :

Toutes les mesures prises pour atténuer la détérioration et les dommages aux biens
culturels. Ce résultat est obtenu grâce à la formulation et la mise en œuvre de politiques et de
procédures dans des domaines tels que :

- L'éclairage,
- les conditions environnementales,
- la qualité de l'air,
- la gestion intégrée des ravageurs; manutention, l'emballage et le transport,
l'exposition, le stockage,
- l'entretien, l'utilisation,
- la sécurité; protection contre l'incendie, et de la préparation aux situations d'urgence.
- Réfection à l’identique : Opération de conservation curative ou de réparation
consistant à remplacer, dans un matériau neuf, le matériau d'origine, trop dégradé
pour pouvoir être conservé en place. La réfection dite «à l'identique» reprend la forme
exacte de l’œuvre, de la partie d’œuvre ou de bâtiment remplacée, ce qui suppose que
celle-ci soit suffisamment lisible pour pouvoir être reproduite.

2.6.3. Adaptation :

 Définition : Des moyens d'adaptation de modifier un lieu pour s’adapter à l'utilisation existante ou
une utilisation proposée.

2.6.4. Utilisation/ utilisation compatible/


réutilisation/ réutilisation adaptative:

a. Utilisation compatible :
 Définition :

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité
11

- Une utilisation qui sont sensibles à caractère historique des propriétés et correspond à la
fonction d'origine dans des éléments tels que matériel, la taille, la forme, la conception,
l'échelle, la couleur et de l'artisanat. Une telle utilisation n’implique pas, ou peu, l'impact sur la
signification culturelle.
- Elle implique des changements, qui sont sensiblement réversible, ou des changements qui
nécessitent un impact minimal.
b. Réutilisation : Pour utiliser à nouveau. L'utilisation d'un matériau plus d'une fois dans sa même
forme pour le même but.
c. Réutilisation adaptive :
- Implique le recyclage d'une structure plus souvent pour une nouvelle fonction. Restauration
de grande envergure ou la réhabilitation de l'intérieur et l'extérieur est généralement
impliqué.
- Utilisation d'un vieux bâtiment à une nouvelle fin ou fonction. Implique parfois une vaste
modification à la fois extérieur et l'intérieur.
- La conversion des structures obsolètes ou non utilisées, tels que les bâtiments de valeur
historique, et des objets, tels que les logiciels, à de nouvelles utilisations ou applications dans
de nouveaux contextes.
d. Recyclage :
- Pour réutiliser ou adapter les bâtiments, matériaux ou composants existants pour une fonction
analogue ou nouvelle.
- Depuis cette activité peut inclure de nombreuses autres activités telles que la rénovation, la
réhabilitation, la reconstruction et la restauration, il peut donc être appelé un terme
générique.
e. Conversion :
- Modifier l'utilisation d'un bâtiment.

________________________________________________________________________________________________
Mlle. Gueroui Nesrine Master II. Patrimoine Architecturale, Urbain et Paysager Introduction à la spécialité