Vous êtes sur la page 1sur 146

COMMENT

AVOIR DU
20 FICHES PRATIQUES
POUR DÉVELOPPER
SON CHARISME
EN 20 JOURS
1
COMMENT
AVOIR DU
20 FICHES PRATIQUES
POUR DÉVELOPPER SON CHARISME
EN 20 JOURS

2
3
SOMMAIRE

Introduction 5
Comment ça marche ? 10
JOUR 0 – Croyez en vous 11
JOUR 1 – Identifiez vos objectifs 13
JOUR 2 – Observez le charisme chez les autres 18
JOUR 3 – Evaluez votre propre charisme 26
JOUR 4 – Soignez votre apparence 32
JOUR 5 – Apprenez à vous habiller 39
JOUR 6 – Apprenez les bonnes manières 46
JOUR 7 – Exprimez-vous correctement 53
JOUR 8 – Regardez les autres dans les yeux 60
JOUR 9 – Prenez soin des autres 65
JOUR 10 – Sachez écouter 70
JOUR 11 – Cultivez-vous 75
JOUR 12 – Connaissez vos faiblesses 82
JOUR 13 – Développez vos forces 88
JOUR 14 – Adoptez une attitude de battant 94
JOUR 15 – Pas de compétition mais des projets ! 99
JOUR 16 - Réalisez que seul vous ne ferez rien 104
JOUR 17 – Ne vous souciez pas de ce que pensent les autres 109
JOUR 18 – Engagez-vous et prenez des responsabilités 116
JOUR 19 – Sachez prendre des risques 121
JOUR 20 – Maîtrisez le silence 126
Bonus 1 : JOUR 21 – Pratiquez l’autosuggestion 131
Bonus 2 : JOUR 22 – Contrôlez votre regard et les mouvements de
votre corps 135
Conclusion 141

4
INTRODUCTION

Le charisme. Si vous lisez ces lignes, c'est que vous savez ce


que ce mot signifie. C'est que vous savez aussi que c'est une
qualité précieuse qui donne à ceux qui la possèdent un
avantage énorme.

Mais, plus précisément, qu'est-ce que le charisme ?

Le charisme c'est l'autorité naturelle, la faculté d'une personne


à fasciner et à susciter l'adhésion de la plupart des gens qu'il
côtoie. Ainsi, quelqu'un qui a du charisme s'impose avec
aisance dans toutes les situations.

Le charisme est-il inné ou acquis ? A cette question,


beaucoup répondront que le charisme est un don de
naissance, une qualité liée à la personnalité qui est la vôtre.
Cela voudrait dire qu'il n'est pas possible de l'acquérir si on ne
la possède pas déjà.

Chez Attitude Gentleman, notre expérience nous amène plutôt


à penser que le charisme peut éclore chez n'importe qui.
Notez que l'on parle bien ici de charisme et non de leardership
(en français : capacité à mener, à diriger les autres). En effet, le
leadership se forme par la pratique. C'est en étant le chef que
l'on apprend à commander, il n'y a pas d'autre méthode.

Pour le charisme, c'est plus compliqué. Nous l'avons vu, c'est


une faculté, un pouvoir naturel, qui s'exerce sans forcer. On ne
peut le pratiquer, c'est une attitude et non une compétence. Il
s'agit donc pour avoir du charisme de travailler un matériau
assez résistant : soi-même.

5
Nous pensons en effet qu'il est possible de développer ce
charisme chez n'importe qui. Ce sera évident pour certains et
très difficile pour d'autres, mais tout le monde peut y arriver.
Tout le monde ne sera pas astronaute ou champion de tennis.
Mais tout le monde peut développer son charisme.

Comment avoir du charisme ? Avant tout, il faut le vouloir.


En effet, à moins d'être doté d'un magnétisme hors du
commun, développer son charisme implique de s'investir
pleinement. Or pour s'investir, il faut y croire. Posez-vous donc
cette question avant de perdre votre temps : croyez-vous que
vous pouvez obtenir ce charisme qui vous manque ?

Pour nous, la réponse est « oui » ! Notre premier but est de


vous en convaincre à votre tour. Le charisme n'est pas le fruit
d'une technique mais une attitude à adopter en toutes
circonstances et qui peut se développer si vous décidez de
progresser. En effet, ce qui est le plus dur c'est le travail sur soi-
même. Nous pourrions tout aussi bien vous expliquer qu'il
faut arrêter de fumer. Si vous ne l'avez pas décidé, cela ne
servira à rien.

De la même manière, si vous estimez que développer votre


charisme est important, il faut le désirer avec intensité. C'est
aussi pour cela que vous avez acheté cet ouvrage : vous
investissez sur vous-même et ce premier pas est important.
Pour le prix de quelques paquets de cigarettes ou d'une côte
de bœuf, vous avez investi sur vous-mêmes et c'est là déjà
toute la différence avec l'écrasante majorité. Cela est déjà très
prometteur.

Développer votre charisme, oui mais en accord avec votre


personnalité. Développer son charisme ne signifie pas que
vous allez vous transformer en tueurs dans vos relations avec

6
les autres. Ce n'est pas cela que vous devez espérer. En effet,
votre personnalité en tant qu'adulte est déjà bien construite.
Vous devez déjà vous connaître et savoir si vous êtes introverti,
extraverti, émotif, etc. Le charisme ne changera pas votre
personnalité. Elle est ce qu'elle est. Il ne faut pas jouer un rôle
qui n'est pas le vôtre, cela finit par vite se voir et vous ne
tromperez personne.

Avoir du charisme vous donnera en revanche plus de


rayonnement dans vos relations avec les autres et vous
permettra d'atteindre vos objectifs et de réussir en suscitant le
respect. Il facilitera la réalisation de vos projets et vous
donnera la capacité d'entraîner à votre suite, sans pour autant
devoir jouer au petit chef. D'ailleurs nul besoin d'être un chef
pour avoir du charisme. James Bond n'est le chef de personne
et pourtant il a du charisme, ne trouvez-vous pas ?

Et alors comment faire ? La Méthode Gentleman. Sur le site


Attitude Gentleman, nous aidons les hommes qui ont le désir de
progresser afin de leur donner toutes les clés et les codes pour
convaincre, séduire, réussir et briller en société. En effet, nous
sommes partis du constat suivant : de nombreux hommes de
qualité ne parviennent pas à montrer le meilleur d'eux-
mêmes. Ils ont face à eux des codes qu'ils ne maîtrisent pas,
des références qu'ils ignorent, un patrimoine culturel et des
bonnes manières dont ils ne soupçonnent pas le poids
écrasant.

Ces règles et ces codes ne sont pas fondamentalement


mauvais, même si beaucoup s'y cassent les dents. Ils n’ont pas
pour but d'exclure mais plutôt de faciliter la vie en société et les
relations humaines. Souvent, c'est la clé de la réussite et de
l'épanouissement personnel, car l'on parvient ainsi à se sentir
à l'aise en toutes circonstances, en tous lieux et dans tous les

7
milieux. C'est le propre de l'élite.

La Méthode Gentleman est la méthode que nous vous


proposons afin d'adopter au plus vite une attitude qui
correspond à ces codes et à ce savoir-être si important à
acquérir. En effet, un gentleman est quelqu'un qui connaît les
usages et les bonnes manières, qui s'habille avec sobriété et
élégance, qui sait se conduire en société, qui maîtrise la langue
et dispose d'une certaine culture générale ; mais par-dessus
tout, qui sait en toutes occasions comment se comporter et
comment mettre en valeur les personnes qu'il côtoie. Tous les
ingrédients sont réunis pour qu'en adoptant une attitude de
gentleman, il soit possible de progresser aussi en confiance et
en assurance, en charisme et dans tous les aspects du savoir-
être.

En effet, savoir-être, savoir-vivre et savoir s'habiller, cela peut


s'apprendre. C'est en ne négligeant aucun de ces piliers et en
adoptant dès à présent une attitude de gentleman qu'il sera
possible pour vous de déplacer des montagnes.

La Méthode Gentleman, ce sont avant tout des fiches


p ra t i q u e s q u i v o u s p e r m e t t ro n t d e p ro g re s s e r
rapidement. En 20 jours le programme peut-être bouclé,
mais il est possible de s'y attarder un peu plus. Il reste un guide
sur lequel il sera possible de revenir régulièrement. Vous y
trouverez des notions détaillées et expliquées, avec des
exemples et des défis à remplir au quotidien.

Pour ceux qui veulent se perfectionner, il n'y a rien de tel que


de miser en premier sur sa propre personne. C'est votre bien le
plus précieux. Avant d'entreprendre quoi que ce soit, il est
important de savoir qui l'on veut être. Vouloir être un
gentleman, c'est se placer dans une perspective extrêmement

8
positive. En effet, le gentleman est le contraire d'un « gros
lourd » (séduction), d'un braillard (conviction), d'un nouveau
riche (réussite) ou d'un vantard (briller en société). C'est un
modèle hérité de la chevalerie qui donne son panache à la
réussite d'un homme.

En effet, être un gentleman c'est attirer le succès. C'est aussi


savoir encaisser les échecs avec suffisamment de philosophie
pour impressionner les autres tout en sachant se relever avec
ténacité.

9
COMMENT ÇA MARCHE ?

Cet ouvrage se décompose en 20 fiches (et même un peu


plus…) qui fonctionnent toutes de la même manière. S'y
mettre dès le matin !

1. Un principe à suivre et son explication


Il va sans dire que l'on applique mieux un principe que l'on
comprend et auquel on adhère. Autant que possible, notre
règle est la suivante, selon le vers de Nicolas Boileau :

«Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement,


Et les mots pour le dire arrivent aisément.»

(L'Art Poétique, 1674)

2. Un exemple
Nos exemples sont tirés de l'histoire, de la littérature ou du
cinéma.

3. Un exercice pratique
Chaque jour, un exercice nouveau ! Si vous allez au bout de ces
20 jours et que vous appliquez ne serait-ce que la moitié de
nos conseils, soyez assuré que vous aurez vraiment progressé.

Tout le reste est entre vos mains !

10
JOUR 0 – CROYEZ EN VOUS

Personne ne peut vous diminuer sans que vous y consentiez.

Eleanor Roosevelt
(1884 – 1962, Première dame des États-Unis)

Avant de commencer, nous allons voir l'essentiel. Sans cela,


vous ne pourrez pas aller plus loin. Si vous ne croyez pas en
vous, c'est peine perdue. Autant laisser tomber tout de suite
ce que vous lisez et passer à autre chose. Vous n'arriverez à
rien si vous ne croyez pas que vous êtes capable d'accomplir
quelque chose d'important.

Quand on travaille sur soi-même, on investit dans ce qui


compte le plus, mais on se heurte aussi à des obstacles
presque insurmontables parce qu'ils sont fermement ancrés
en nous : l'habitude, le manque de confiance en soi, le
sentiment d'échec, la peur, etc.

Comme le dit Eleanor Roosevelt, si vous vous sentez inférieur,


c'est que vous consentez à ce diagnostic. On ne peut alors rien
pour vous. Si ce n'est vous donner les quelques conseils
suivants, inspirés pour les deux premiers de l'homme
d'affaires anglais Felix Dennis :

v Nos vies ne sont que peu de chose alors


pourquoi s'en faire autant ? Vous êtes
certainement déjà passé à deux doigts de la mort :
comme piéton en traversant une rue, comme
automobiliste en vous endormant au volant, etc.
Peut-être avez-vous réchappé d'une grave
maladie ? Quoi qu'il en soit, nos existences sont

11
fragiles et cela doit nous libérer de nos peurs et
laisser libre cours à nos désirs profonds. Alors
mettez vos inhibitions de côté et tâchez de réussir
votre vie.

v Vous êtes unique, un scientifique pourra vous


l'expliquer en des termes savants mais c'est un fait
incontestable. Pas uniquement vos empreintes
digitales ou votre séquence ADN : vous-même,
avec vos défauts et vos qualités. A vous d'en
prendre conscience et de vous demander quel est
le rôle que vous vous sentez prêt à jouer ici-bas.

v Notre conseil « maison » : soyez un gentleman.


En faisant preuve de savoir-vivre et de savoir-être,
vous bénéficiez d'une attention plus soutenue de
la part des autres. On vous écoute, vous inspirez
confiance. Quelques conseils que vous pourrez
retrouver dans l'ouvrage « 20 secrets de
Gentleman – conseils de base pour prendre
confiance en soi », disponible sur le site
attitudegentleman.fr.

Pour ce premier jour, ni exemple ni exercice. Ne poursuivez


pas plus loin tant que vous ne croyez pas en vous. C'est un
travail qui dépasse de loin le cadre de ce livre.

12
JOUR 1 - IDENTIFIEZ VOS OBJECTIFS

Ce qu’on obtient en atteignant nos objectifs n’est pas aussi


important que ce que l’on devient en les atteignant.

Zig Ziglar (1926 – 2012, auteur américain)

Cette phrase a de quoi laisser songeur. Elle résume à elle seule


la volonté de cet ouvrage : afin de développer votre charisme,
nous vous proposons, selon une méthode originale, de
devenir un gentleman. En développant ce charisme, vous
deviendrez un gentleman, ce qui est bien plus encore…

Quoi qu'il en soit, la nécessité d'identifier ses objectifs est l'un


des points les plus importants que nous allons voir ensemble.
Il est illusoire de croire que vous allez atteindre un objectif
aussi difficile que celui de développer votre charisme si
vous ne savez pas pourquoi vous voulez l'atteindre. Vous
avez certainement vos raisons. Nous espérons vous aider ici à
trouver des réponses aux questions que vous vous posez au
plus profond de vous.

Alors pourquoi du charisme ? Nous l'avons un peu évoqué


dans l'introduction. Nous avons vu que c'est une qualité très
efficace. Très certainement, il s'agit pour vous de développer
vos aptitudes dans le domaine professionnel mais aussi dans
vos relations personnelles. En effet, une personne
charismatique parvient plus vite à réaliser ses objectifs parce
qu'elle entraîne facilement à sa suite et bénéficie d'une image
inspirante et positive.

13
Mais au plus profond de vous, vous savez quelle est la vraie
raison pour laquelle vous devez développer ce charisme qui
vous fait défaut. Pour vous, l'introduction n'a été d'aucune
utilité. Pas besoin de présenter le problème, il vous faut
rapidement la solution. Nous espérons que vous la trouverez
ici.

Ainsi, on ne réussit pas si l'on n'a pas de raison de réussir. Il


en va de même pour cet exercice difficile qui 20 jours durant va
vous donner quelques clés qui ne seront efficaces qu'à la
hauteur de votre motivation. Vous avez une raison de vouloir
développer votre charisme, vous avez des chances d'y
parvenir.

Et bien c'est ainsi que cela fonctionne. Votre charisme dépend


de vos objectifs. C'est une première manière de voir si vous
avez « le feu sacré ». C'est ce feu sacré qui anime les personnes
charismatiques que vous avez pu rencontrer. Elles sont à la
recherche de quelque chose, à la poursuite d'un objectif précis
et c'est ce qui leur confère cette aura particulière qui leur
permet de susciter l'adhésion avec naturel.

En résumé : vous développerez votre charisme si vous


poursuivez avec détermination les objectifs qui vous
tiennent à cœur.

Afin de vous donner le plus de chances de réussir, en


identifiant donc vos objectifs, voici quelques points à travailler
afin que ce travail vous soit utile :

v Quels sont vos objectifs de vie ?

v Quels sont vos objectifs à court/moyen/long terme ?

14
v Qu'est-ce qui vous motive en vous levant le matin ?

v Quel est le niveau de votre détermination ? La


détermination que vous mettrez dans la poursuite de
vos buts personnels compte pour une grande part
dans le charisme que vous manifesterez aux yeux des
autres. La détermination c'est la constance dans la
poursuite de ses objectifs.

v Quel est le niveau de votre motivation ? La motivation


que vous mettez à accomplir vos projets compte pour
beaucoup dans l'effet d'entraînement que vous
pouvez avoir sur les autres. La motivation, c'est
l'enthousiasme dans l'accomplissement de ses
projets.

v Avez-vous une idée du plan d'action que vous allez


mettre en œuvre pour réaliser vos objectifs ? C'est
essentiel car pour vos interlocuteurs, c'est ce que l'on
appelle « avoir une vision ». Avoir une vision permet de
transmettre aux autres votre enthousiasme et votre
façon de voir l'avenir.

15
E X E M P L E
--------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Vers 1425, Jeanne d'Arc n'est qu'une paysanne de 13 ans


quand elle entend pour la première fois des voix qui lui
demanderont de conduire le dauphin Charles à Reims afin de
le faire sacrer roi de France. Le dauphin Charles, fils déshérité
du dernier roi de France Charles VI, dit Le Fou, ne règne que sur
une petite partie du royaume de France et semble douter lui-
même de ses chances de récupérer son royaume.

Le 17 juillet 1429, le roi Charles VII est couronné roi de France à


la cathédrale de Reims en présence de Jeanne d'Arc, qui a
largement participé à ce succès inespéré. Elle y gagne une aura
que sa mort à 19 ans ne fera pas oublier puisqu'elle est
aujourd'hui une sainte catholique, une figure historique et un
symbole national.

Cette histoire passionnante que l'on peut approfondir en se


plongeant par exemple directement dans les archives de son
procès à Rouen, nous l'avons choisie pour montrer qu'une
paysanne de Lorraine a changé le cours de l'Histoire de France
parce qu'elle avait un objectif clair et précis qu'elle a poursuivi
avec détermination jusqu'à son succès. Non seulement elle a
réussi, mais en outre a subjugué ses contemporains par son
charisme hors norme. Songez que nous sommes alors au XVe
siècle et qu'il était quasiment impossible pour une femme de
se faire une place sur le champ de bataille…

16
Commencer chaque journée par écrire vos objectifs.

Prenez une feuille de papier. Identifiez les objectifs qui vous


tiennent à cœur à court, moyen et long terme. Pour chaque
objectif, écrivez un plan d'action, qui indique des actions
quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles qui vous
permettront de les réaliser. Gardez cette feuille toujours sur
vous et si vous voulez que ce soit efficace sur la durée, ne
commencez pas une journée sans réécrire vos objectifs de
façon précise (une maison à Honfleur, 1 million d'euros, une
famille nombreuse, écrire un roman policier, devenir député
de la Creuse…).

Commencez chaque journée par inscrire ces objectifs. Soit dès


le réveil sur un carnet ou sur un post-it à coller sur la porte que
vous prenez pour sortir de chez vous; soit en arrivant au
bureau avant de lire vos mails; soit dans les transports en
commun; etc.

17
JOUR 2 - OBSERVEZ LE CHARISME CHEZ LES AUTRES

Rien n'est aussi contagieux que l'exemple.

François de La Rochefoucauld
(1613 - 1680, moraliste français)

Par nature, un gentleman s'intéresse sincèrement aux autres.


Toutes les règles de savoir-vivre vont en ce sens : montrer à
autrui qu'il compte pour nous et que nous lui cédons la
meilleure place afin de le mettre en valeur. C'est ainsi que l'on
développe des relations sociales harmonieuses. On se rend
rapidement compte dans notre vie quotidienne que de
nombreuses petites crises n'auraient jamais vu le jour si tout le
monde utilisait ces codes.

Oubliez donc un moment votre propre personne et


commencez ici par observer. Regardez autour de vous,
écoutez les gens parler, comment ils se comportent entre eux,
quelle est la nature de leurs relations… Il s'agit d'abord ici de se
mettre dans une position d'apprenti.

Evaluer le charisme chez les autres c'est apprendre à observer,


“jauger” (et non pas juger) afin de 1/ identifier les personnes
charismatiques 2/ comprendre d'où vient ce charisme. Vous
verrez au fur et à mesure que l'ensemble des caractéristiques
que nous aurons traitées au cours de ces 20 jours vous
paraîtra évident.

Nous avons déjà expliqué que le charisme n'était pas le


leadership. Faites donc bien la distinction entre ceux qui sont
en situation de responsabilité et ceux qui ont un charisme
naturel. Néanmoins, il est peut-être plus intuitif de s'attarder

18
sur le charisme de ses supérieurs, alors, en premier lieu, c'est
eux que vous devrez observer. Sont-ils de bons chefs? Si oui,
c'est qu'ils ont du leadership. Obtiennent-ils ce qu'ils veulent
avec facilité et presque sans avoir à le demander ? Sont-ils
suivis aveuglément? Savent-ils motiver facilement leur
entourage ? Alors peut-être qu'ils ont du charisme.

Considérez aussi vos subordonnés, ou bien vos propres


collègues. Il y en a certainement qui sortent du lot. Ceux qui
travaillent le mieux, qui entretiennent et développent leurs
compétences. Ceux-là, à coup sûr, feront de bons chefs dans
l'avenir, s'ils s'appliquent et s'ils sont mis en situation de
développer leur leadership. Mais il y en a aussi d'autres que
tout le monde écoute, à qui les plus jeunes veulent
ressembler. Ils peuvent même compenser le retard qu'ils ont
sur les meilleurs parce qu'ils attirent à eux et les bonnes
volontés et les énergies et sortent plus facilement des sentiers
battus. Ceux-là, ce sont les charismatiques.

De nos observations, pouvons-nous en déduire des critères


communs, tirer un portrait robot de la personne
charismatique ? Et bien vous vous apercevrez rapidement
qu'il est très compliqué de définir des traits communs.
L'âge, le sexe, la position sociale n'ont rien à faire là-dedans.
Tous les types de personnes peuvent manifester du charisme
sans restriction.

L'âge et l'expérience néanmoins, permettent à certains de


prendre un peu d'épaisseur et de développer leadership ou
charisme, involontairement ou non. Ce que nous vous
proposons ici c'est de développer volontairement votre
charisme sans attendre d'y être amené par des événements
incertains.

19
Une des premières étapes de notre parcours est donc de
se décentrer en se tournant vers l'observation des autres.
En parfait gentleman, observez, écoutez et apprenez.
Apprenez à faire la différence entre un leader et quelqu'un de
charismatique. Observez la différence entre un leader et un
leader charismatique.

A cette fin, en observant autour de vous les personnes


charismatiques, vous pourrez peut-être découvrir les clés
subtiles de ce charisme qui fait effet aussi sur vous-même.
Mieux encore, peut-être connaissez-vous quelqu'un qui vous
inspire et que vous avez la chance de côtoyer, avec lequel vous
pouvez échanger ? Peut-être encore êtes-vous guidé par une
figure historique charismatique ? Il faut dire que celles-ci ne
manquent pas. En effet, les personnes charismatiques
souvent sont au cœur de la grande Histoire.

En vue de vous permettre de jauger le charisme chez les


autres, voici quelques indices qui vous permettront de repérer
les personnes charismatiques de votre entourage :

v Quelqu'un de charismatique est quelqu'un que l'on


écoute quand il prend la parole.

v Quelqu'un de charismatique est quelqu'un dont on


sent la présence même s'il ne parle pas.

v Quelqu'un de charismatique prend plus de temps à


vous faire parler de vous qu'à parler de soi.

v Quelqu'un de charismatique semble ne pas se


préoccuper d'être apprécié ou non.

v Quelqu'un de charismatique est compris de tous. Il

20
parle clairement et simplement.

v Quelqu'un de charismatique saisit chaque occasion


pour transmettre sa vision. C'est cette vision qui lui
donne toute son énergie.

v Quand vous parlez à quelqu'un de charismatique, vous


avez l'impression d'avoir toute son attention.

En résumé : pour développer son charisme, il faut d'abord


savoir concrètement ce que cela représente. Apprenez à
identifier les personnes charismatiques autour de vous.
Observez-les et inspirez-vous de leur exemple.

21
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Le 9 juin 1940, à Londres, alors que la France est en passe


d'être vaincue par les troupes d'Hitler, le général de Gaulle, 49
ans, représentant le gouvernement français, rencontre le
premier ministre anglais, Winston Churchill, 65 ans.

Lors de cette entrevue historique, le général français, militaire


accompli mais novice en politique, fut alors très impressionné
par le vieux politicien britannique. Il raconte dans ses
mémoires son souvenir de cette rencontre.

Par-dessus tout, il était, de par son caractère, fait pour


agir, risquer, jouer le rôle, très carrément et sans
scrupule. Bref, je le trouvai bien assis à sa place de
guide et de chef. Telles furent mes premières
impressions. (Mémoires de Guerre)

Pour résumer on pourrait dire que ce jour-là, un chef militaire


rencontre un chef charismatique. En effet, de Gaulle en 1940
n'est pas ce que l'on appelle un chef charismatique. Ayant
participé aux combats à la tête d'une division de chars, il est
appelé au gouvernement le 6 juin, comme sous-secrétaire
d'Etat à la guerre. Mais au gouvernement, il n'a que peu
d'influence. Alors qu'il est convaincu de la victoire finale et
qu'il est déterminé à poursuivre la lutte sans reddition, il ne
parvient pas à inverser la tendance défaitiste qui règne alors
pendant les 10 jours qu'il passe au cœur du pouvoir politique.
La veille du 18 juin, c'est accompagné d'un seul officier qu'il fuit
la France pour rallier Londres et l'Angleterre.

D'un naturel réservé, Charles de Gaulle était un homme


souvent sec et froid dans ses relations avec les autres. Il lui
manquait en 1940 la capacité d'attirer à lui toutes les

22
énergies, de susciter l'adhésion de tous et de fasciner ses
interlocuteurs. Sa rencontre avec le Premier ministre
anglais marque un tournant. De 16 ans son aîné, ce dernier
possédait l'art de manier les foules et les assemblées. Le 4 juin,
il a prononcé un discours mémorable: We shall fight on the
beaches (nous combattrons sur les plages). Il est permis
d'imaginer que Charles de Gaulle comprend alors qu'il doit
exprimer lui aussi sa rage de vaincre de la même manière, sur
la place publique, en dehors des ministères.

Opposé à l'armistice, il choisit de quitter la France vaincue


pour Londres comme attiré par la détermination de
l'Angleterre de Churchill malgré l'écrasante force militaire
adverse. Il sait que le Prime Minister continuerait le combat
coûte que coûte. Ce charisme qu'il observe chez Churchill
lui enseigne qu'en politique les tripes l'emportent sur
l'intelligence.

Décidé à mettre toute son énergie dans la lutte, en lançant à la


radio l'Appel du 18 juin, il songe sans doute au premier
ministre anglais, sûr de lui et de son pays, à son charisme qui
déplace des montagnes. Cette confiance absolue dans le
destin de la France, le général va s'efforcer de la transmettre à
ses compatriotes. A son tour, à dater de cette époque, de
Gaulle va attirer à lui de plus en plus de Français convaincus de
la victoire finale. Churchill, qu'il côtoie de près pendant
toute la guerre est un modèle et un exemple de charisme
dont le général de Gaulle saura s'inspirer à sa manière
pour devenir à son tour un chef charismatique.

23
Identifiez une personne charismatique dans votre
entourage et une autre dans l'Histoire ou la fiction. Notez
ces deux noms sur une feuille de papier et prenez le temps
de vous attarder sur ce qui vous marque chez ces
personnes.

A tête reposée, prenez le temps de la réflexion. Il ne s'agit pas


ici de se choisir un modèle. Peut-être avez-vous déjà un
modèle auquel vous vous efforcez de ressembler ? Mais ce
n'est pas l'objet de l'exercice ici. Il ne s'agit pas non plus d'imiter
un personnage historique ou bien une de vos connaissances. Il
importe en revanche de laisser votre attention s'attarder sur
des personnes charismatiques afin d'étudier ce qui fait de ces
personnes des êtres à part.

Dans votre entourage, ou dans vos relations de travail, vous


connaissez certainement une personne considérée par tous
comme étant particulièrement charismatique. Attachez-vous
à vous représenter ce qui fait d'elle une personne si
particulière. Qu'est-ce qui fait qu'elle se distingue des autres ?
Pourquoi l'écoute-t-on plus que les autres ? Pourquoi attire-t-
elle à elle toutes les bonnes volontés ? Vous remarquerez bien
vite que les personnes charismatiques sont des personnes
ordinaires qui se distinguent des autres par peu de choses.

Ensuite, prenez le temps de vous demander quel personnage


historique ou quel personnage de fiction vous donne
l'impression d'être fortement charismatique. Même si vous
n'êtes pas particulièrement calé en Histoire, vous
remarquerez bien vite que les personnes charismatiques sont
au cœur des grands événements historiques.

24
Les personnages de fiction sont également pertinents dans le
cadre de cet exercice. Joués à l'écran, sur scène ou bien décrits
dans un roman, il est possible de les étudier attentivement ce
qui les rend charismatique. Comment un acteur comme Brad
Pitt passe de la loque humaine qu'il campe dans True Romance
aux rôles charismatiques qu'il peut joue dans Fight Club ou
encore Fury ? S'agit-il du costume ? S'agit-il des dialogues ? Ou
bien s'agit-il de la communication non-verbale ?

25
JOUR 3 - EVALUEZ VOTRE PROPRE CHARISME

Il faut, dit Apollon, soi-même se connaître :


Celui qui se connaît est seul maître de soi,
Et sans avoir royaume, il est vraiment un roi.

Pierre de Ronsard (1524 – 1585, poète français)

Nous reviendrons plus tard sur vos forces et vos faiblesses. Il


s'agit ici seulement d'apprendre à se connaître et d'évaluer le
plus efficacement votre propre charisme. Il est important
d'avoir un regard honnête sur soi-même. Ce regard
honnête et une attitude de modestie sont une des premières
clés pour développer son charisme.

De nombreux tests plus ou moins farfelus existent sur internet


ou dans certains magazines. Il ne s'agit pas ici de porter un
jugement à ce sujet. Seulement nous pensons que vous êtes
suffisamment intelligents pour répondre vous-même à cette
question : « ai-je du charisme ? » En portant ce regard sans
complaisance sur soi-même, la réponse que l'on obtient
est la base qui nous permet de progresser.

Bien entendu, le charisme est quelque chose d'insaisissable et


non quantifiable. Il est donc impossible de réaliser une mesure
sur soi-même mais il est indispensable d'avoir un diagnostic
franc et réaliste. Si vous lisez ces lignes, c'est déjà que vous
pensez que des progrès sont à faire. C'est un premier pas non
négligeable et vous avez déjà entrepris d'y travailler.

Ce travail d'autodiagnostic est fondamental dans votre


réussite. Il conditionne la suite de ce travail que nous réalisons
ensemble ici. Nul besoin d'être trop dur avec soi-même et rien

26
ne sert non plus de mettre de côté ses difficultés. Il s'agit
surtout de savoir d'où nous partons. Suis-je un fantôme
absolu que personne ne remarque ou un petit chef qui a du
mal à se faire respecter ? Suis-je apprécié de tout le monde
mais peu considéré ? Je suis peut-être encore craint et respecté
mais je n'arrive pas à entraîner à ma suite ? Il est important de
connaître votre faille dans ce domaine.

Bref, la question à se poser n'est pas : suis-je charismatique ?


M a i s p l u t ô t c e l l e - l à : p o u rq u o i n e s u i s - j e p a s
charismatique ?

Dans le cadre de la méthode que nous utilisons ici, il peut être


aussi intéressant de se poser la question suivante : suis-je un
gentleman ? Mettez ça de côté et vous pourrez y penser à la fin
de notre travail ensemble.

En répondant à ces questions et surtout à cette question :


pourquoi ne suis-je pas charismatique ? Vous aurez déjà les
premières pistes de progrès. Vous vous apercevrez
rapidement que cela ne tient pas à grand-chose.

Une dernière précision, au risque de nous répéter : il ne s'agit


pas d'aller contre votre caractère et de lutter contre votre
personnalité. Si par exemple vous êtes d'un naturel réservé et
que vous sentez que c'est vraiment dans votre nature et non le
fruit d'un manque de confiance, alors ne luttez pas. On peut
être réservé et charismatique. Ne vous laissez jamais
convaincre du contraire.

Afin d'évaluer votre propre charisme, voici quelques indices


qui reprennent peu ou prou ceux du jour précédent :

v Vous écoute-t-on quand vous prenez la parole ?

27
v Vous remarque-t-on quand vous ne parlez pas ? Au sein
d'un groupe de personnes, vous demande-t-on votre
avis quand vous ne l'avez pas donné ?

v Parlez-vous souvent de vous-même ?

v Parlez-vous aux autres d'eux-mêmes ?

v Avez-vous à cœur d'être apprécié des autres ?

v Vos interlocuteurs comprennent-ils facilement quand


vous vous adressez à eux ?

v Vous contredit-on souvent en public ?

v Quand vous prenez la parole, est-ce pour dire l'essentiel


ou perdez-vous du temps dans les détails ?

v Donnez-vous aux personnes qui s'adressent à vous


l'attention qu'ils méritent (c'est-à-dire toute votre
attention) ?

28
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Parlons de cinéma. Braveheart est un film de Mel Gibson sorti


en 1995 et qui a rencontré un immense succès. Il est
aujourd'hui un film culte et représente pour beaucoup le seul
épisode familier de l'Histoire de l'Ecosse. Mentionnons
néanmoins que ce film est bourré de raccourcis historiques,
mais ne nous attardons pas, nous parlons bien ici du film et
non de la vraie Histoire.

William Wallace est un rebelle qui se bat contre l'Angleterre


pour l'indépendance de l'Ecosse à la fin du 13ème siècle et au
début du 14ème siècle. C'est un chef charismatique (joué par Mel
Gibson) qui attire à lui des guerriers de tout le pays qui se
révoltent à sa suite. Robert The Bruce est un grand seigneur,
possible prétendant au trône d'Ecosse mais dont la famille
entretient des relations étroites avec le roi d'Angleterre.

Après une grande victoire remportée par William Wallace, la


noblesse écossaise reprend ses disputes et demande à
Wallace d'arbitrer. Ce dernier n'a cure de ces querelles et
annonce qu'il repart se battre. Robert The Bruce, qui
ressemble plus à un habile petit politicien aux dents longues
qu'à un grand chef, lui court après et essaie de le raisonner. La
réponse de Wallace est sans appel : « Vos titres vous donnent
le droit de revendiquer le trône de ce pays, mais les hommes
ne suivent pas les titres, les hommes suivent le courage. Notre
peuple vous connaît, les nobles comme les gens du commun,
ils vous respectent. Et vous, si seulement, vous les meniez au
combat pour la liberté, ils vous suivraient. Et moi aussi. »

Alors que le film se concentre essentiellement sur l'épopée de


William Wallace, on retrouve régulièrement la figure de Robert
The Bruce, hantée par son destin. En effet, il hésite entre sa

29
conscience qui lui suggère de se joindre à la rébellion et les
intérêts de sa famille qui se porte vers une alliance avec
l'Angleterre.

1- Lors de sa rencontre avec William Wallace, il est fasciné par


ce personnage et réalise le pouvoir du charisme.

2- Ensuite, il choisit la voie de la médiocrité en trahissant


Wallace mais prend conscience que son rôle d'aristocrate doit
le porter à mener les autres et non à faire des compromis
honteux. Il porte un regard honnête sur lui-même.

3- Il fait plus tard l'expérience de la trahison de ses amis qui


organisent la capture de William Wallace. Un choix s'impose
pour lui : reprendre le flambeau de Wallace ou laisser la cause
se perdre.

4- Il décide de combattre les Anglais et les vainc à la bataille de


Bannockburn. Il s'est métamorphosé. C'est un roi maintenant,
qui harangue son peuple.

Ce que l'on peut retenir de ce personnage, c'est son


cheminement intérieur, qui le mène à s'interroger sur son
leadership en tant que prétendant au trône réalisant son
manque de charisme. William Wallace est pour lui l'image de
ce qu'il devrait être. C'est son choix final de se battre pour une
cause lui tenant à cœur qui fait de lui un chef charismatique.

30
Demandez à trois personnes (si possible dans des milieux
différents) ce qu'elles pensent de votre charisme et
demandez-leur ce qui vous manque.

Tout le monde vous répète à longueur de journée de ne pas


vous soucier de ce que l'on peut penser de vous. Il est vrai que
le sujet n'intéresse pas votre entourage plus que de raison car
chacun a tendance à surtout penser à soi… Et bien c'est peut-
être ici l'occasion de demander aux autres ce qu'ils pensent de
vous… sur ce point particulier du charisme.

Nous avons bien conscience que cet exercice est


particulièrement difficile. Mais vous pouvez toujours trouver
quelqu'un de confiance dans votre travail, dans votre famille,
dans vos amis… Néanmoins s'ils sont honnêtes avec vous, et
c'est en cela qu'il faut choisir ces personnes avec soin, les
réponses que vous obtiendrez seront fort utiles.

31
JOUR 4 – SOIGNEZ VOTRE APPARENCE

La première impression est toujours la bonne.

Dicton

Enfonçons les portes ouvertes. L'apparence est la première


image que l'on offre. En conséquence, il est capital d'y porter
une attention toute particulière.

Cela, un gentleman l'a bien compris. L'apparence générale


d'une personne, à commencer par sa silhouette donne
déjà à celui qui l'aperçoit pour la première fois des
indications objectives à partir desquelles il porte
inconsciemment un premier jugement.

Mais qu'est-ce que l'apparence ? Nous avons choisi


volontairement ce terme parce qu'il est général, global. Nous
avons déjà parlé de la silhouette. On pourrait parler d'
« allure », comme dans l'expression « il a de l'allure ». Quand
cette allure est remarquable, on entend alors « il a de la
prestance ».

S'il est possible de maîtriser sa silhouette, c'est quelque chose


qui prend du temps. Le plus souvent, il s'agit de perdre du
poids. Pour cela, peu de solutions faciles et ce n'est pas l'objet
du travail que nous vous proposons. Notez cependant que
quelques solutions de bon sens existent mais que l'on n'a rien
sans rien (en clair : cessez les sucreries et le grignotage et
dépensez-vous).

L'allure en revanche, c'est un peu votre signature visuelle. La


manière dont vous vous déplacez dans l'espace, c'est déjà une

32
forme de communication non verbale qui en dit long sur vous
et sur votre « attitude ». Nous retrouverons ce mot plus tard, il
est très important.

L'apparence c'est donc la silhouette et l'allure générale d'une


personne. C'est aussi son visage. C'est vers votre visage que se
portent les regards. Il ne s'agit pas ici de parler de beauté.
Soigner son apparence c'est autre chose. Une gueule de
travers, c'est dur à porter mais une gueule mal rasée, ça fait
« négligé ». Mais là n'est pas l'important. Ce qui est important
c'est d'avoir l'air net: propre, coiffé, rasé si possible. Rien que
des évidences et pourtant !

L'apparence ensuite c'est tout le reste, la manière dont vous


vous habillez par exemple. Nous y reviendrons aussi par la
suite. Sans rentrer dans le détail, là aussi vous devez vous
montrer soigné. Vous devez être propre, vos vêtements aussi
(et votre odeur corporelle ne doit gêner personne, cela soit dit
en passant).

Il est parfois nécessaire d'énoncer ainsi des évidences


parce qu'il est de bon ton de laisser croire que vous pouvez
faire ce que vous voulez sans que cela ne vous porte
préjudice. C'est faux. Vous-même vous jugez les autres sans
vous en rendre compte, selon leur apparence. C'est humain.

Mais quel est le rapport avec le charisme nous direz-vous ?


Et bien nous vous répondrons que c'est fondamental. En effet,
il ne s'agit pas de se conformer à une norme ou de rentrer dans
un moule. Non. Il s'agit de montrer que l'on a la maîtrise de
soi. Comment espérer avoir de l'ascendant sur les autres si
vous n'en montrez pas sur vous-même ? Celui qui soigne son
apparence démontre sa maîtrise des choses.

33
On retrouve donc ici la figure du gentleman, qui montre par le
soin qu'il porte à son apparence la maîtrise qu'il a de lui-
même. Il se contrôle, il fait attention à lui, à l'image qu'il
renvoie. En outre, en agissant ainsi, il montre à son entourage
et à la société qui l'entoure qu'il ne prend pas à la légère la vie
en société. Il tient à se montrer digne et respectable. Son
apparence inspire confiance.

4 écueils sont à éviter cependant :

v Se focaliser sur le poids : on peut être « enveloppé » et


avoir du charisme, regardez Churchill.

v Faire trop de musculation : trop c'est trop. Il faut avant


tout rester naturel. Être costaud, d'accord. Mais
regarder ses pectoraux gonfler tout en ignorant tout
du krav-maga ou de la chute de l'Empire romain, c'est
le comble de l'inutile.

v Faire la princesse : c'est bien de soigner son apparence,


mais pas besoin d'en faire des tonnes. Un gentleman
ne passe pas sa vie dans une salle de bains ou devant
un miroir.

v Suivre les modes du moment : les starlettes de


téléréalité ou les footballeurs renvoient l'image des
tendances de notre époque. Pour éviter d'avoir honte
des photos de vous dans 10 ans, choisissez l'élégance
et non la mode.

Afin de vous permettre de soigner votre apparence, voici


quelques règles à suivre, si possible :

v Vous avez des cheveux ? Coiffez-vous.

34
v Vous avez du poil au menton ? Choisissez la barbe ou
rasez-vous. Entretenir une barbe de quatre jours
prend un temps fou, avez-vous tant de temps à
perdre ?

v Vous avez deux mains ? N'en mettez pas plus d'une


dans vos poches, vos mains ont des choses à dire.
Observez les tableaux des rois de France pour vous en
faire une idée.

v Vous avez une colonne vertébrale ? Tenez-vous donc


droit.

v Vous avez deux jambes ? Ne laissez pas vos pieds


traîner au bout.

v Vous avez des chaussures ? Cirez-les.

v Vous avez des vêtements ? Faites en sorte qu'ils soient


repassés.

v Vous voulez vous faire tatouer ? Faites un mois de


retraite dans un monastère et réfléchissez-y
sérieusement, on ne revient pas sur ce genre de
décisions.

v Vous portez un piercing ? Incitez plutôt vos


interlocuteurs à vous regarder dans les yeux.

v Vous êtes toujours d'accord pour progresser ? Demain


nous parlerons de l'habillement.

35
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

On trouve chez les hommes politiques beaucoup d'exemples


où l'apparence physique est mise au service d'une image
charismatique. On pense naturellement à John Fitzgerald
Kennedy et au premier débat télévisé de 1960 contre Richard
Nixon. Sur le fond, un débat normal. Sur la forme, Kennedy
avait tout bon et Nixon tout faux. Résultat des courses : on ne
peut s'empêcher de penser que c'est l'apparence soignée de
Kennedy qui lui a donné la victoire, aux dépens d'un Nixon mal
rasé…

Mais l'exemple nous voulons parler, c'est celui d'un autre


président américain, Franklin Delano Roosevelt, président des
Etats-Unis d'Amérique de 1933 à 1945. Figure majeure de
l'Histoire du XXe siècle, Roosevelt vivait paralysé depuis l'âge
de 39 ans. Ne s'étant jamais résigné à se considérer comme
malade, il ne voulut jamais donner l'image d'un handicapé. Il
mena ainsi toute sa carrière politique, en ayant perdu l'usage
de ses jambes, ce qui ne l'empêcha pas de se faire élire par
trois fois président des Etats-Unis.

Alors qu'en privé, il ne se déplaçait qu'en fauteuil roulant, en


public, il se maintenait avec une canne ou à l'aide de prothèses
et il fallait l'aider pour qu'il tienne debout. Mais ainsi, il ne fut
presque jamais photographié ou filmé dans un fauteuil
roulant.

Même si tout le monde connaissait sa maladie, l'image qu'il


renvoyait était celle d'un homme dynamique, toujours vêtu
avec élégance et souriant.

Il avait en effet compris que l'apparence est déterminante car


c'est la première impression que l'on produit. En outre, tout le

36
monde sachant qu'il était malade, il suscitait l'admiration pour
son courage et son optimisme affiché. C'est cette force morale
qui lui a valu d'être considéré aujourd'hui comme le président
le plus charismatique de l'Histoire des Etats-Unis d'Amérique.
En maîtrisant ainsi son aspect extérieur, il montrait à chacun
l'exemple d'une épreuve endurée et acceptée avec
philosophie, courage et sans résignation.

Ainsi en maîtrisant notre apparence, nous montrons aux


autres que nous gardons le contrôle sur nous-mêmes mais
aussi que nous avons le souci de l'autre et que nous nous
efforçons de présenter une apparence agréable à la société
dans laquelle nous évoluons.

37
Demandez à un ami de vous filmer, à plusieurs reprises et
pendant plusieurs minutes. Réservez votre soirée et
passez-vous la vidéo ainsi réalisée. Puis regardez le film
l'Affaire Thomas Crown, avec Steve McQueen.

Le film date de 1968, mais ne vous laissez pas rebuter par son
âge, il est toujours aussi moderne et unique en son genre. Il
met en scène Thomas Crown, un millionnaire de Boston en
mal de sensations fortes, qui prépare et exécute le braquage
d'une banque sans éveiller le moindre soupçon. Mais la
compagnie d'assurance de la banque a dépêché sur place une
enquêtrice de choc, jouée ici par Faye Dunaway.

Vous avez certainement beaucoup de qualités. Parmi celles-ci,


vous avez aussi des atouts physiques. Mais l'apparence, nous
l'avons vu, est quelque chose de global. Pour une première
expérience, l'Affaire Thomas Crown vous fera prendre compte
qu'il y a une grande différence entre « être pas mal » et « avoir
de l'allure ».

38
JOUR 5 – APPRENEZ À VOUS HABILLER

On est reçu selon l'habit et reconduit selon l'esprit.

Proverbe russe

Le proverbe qui précède montre que la façon dont on s'habille


n'est pas ce qui compte le plus mais elle importe beaucoup sur
la manière dont on nous perçoit au premier abord. Rappelez-
vous : « La première impression est toujours la bonne ».

Ce que nous allons voir aujourd'hui découle de ce que nous


avons vu hier. Un peu de marteau-thérapie : soigner son
apparence, c'est montrer que l'on se maîtrise, que l'on a le
contrôle de soi-même. Je sais qui je suis et je sais où je
vais.

Le fait de bien s'habiller est le prolongement de cette leçon.


Mais l'habillement va bien au-delà, car c'est une histoire de
codes et ces codes en disent tellement sur nous qu'il est
impossible de laisser cela au hasard. Comme nous vous
l'avons dit, un gentleman ne prend pas à la légère la vie en
société. Il lui importe d'y faire bonne figure car il a toujours à
l'esprit de rendre sa compagnie agréable.

Mais, nous direz-vous, pourquoi ne peut-on pas s'habiller


comme on veut, comme on le sent ? Mark Zuckerberg, le
fondateur de Facebook n'a-t-il pas réussi dans la vie tout en
étant vêtu comme un collégien ? Un bon point pour vous mais
il faut d'abord se demander si réussir dans la vie c'est devenir
milliardaire…

Ici nous ne cherchons pas à devenir comme Mark Zuckerberg

39
(même si Mark Zuckerberg pourrait nous intéresser ici parce
qu'il est parvenu en quelques années à développer son
charisme de manière frappante). Nous cherchons plutôt à
développer notre charisme à travers des éléments concrets de
notre quotidien. Nous cherchons à devenir des gentlemen,
car c'est un idéal masculin altruiste qui transcende notre
quotidien.

Mais ne soyons pas naïfs. La manière dont nous nous


habillons est décryptée instantanément par les
personnes que nous rencontrons. C'est ce que nous faisons
tous. Nous ne pouvons nous en empêcher, quand nous
rencontrons quelqu'un ou même quand nous croisons
simplement un passant dans la rue. Il ne nous faut que
quelques secondes avant que notre cerveau n'ait n'analysé
tous les paramètres. Le jugement ainsi porté est alors
implacable et cette impression sera durable.

Ainsi donc, si nous voulons que notre façon de nous habiller


soit décryptée positivement, il va nous falloir accepter de nous
conformer à des codes. Quels sont donc ces codes ? Une seule
réponse possible : les codes du « bon goût ».

En effet, seul le « bon goût », expression désuète – mais si


pertinente – peut vous éviter les faux pas et vous garantir
de ne jamais être à côté de la plaque. Cela implique le plus
souvent de respecter ces deux principes : sobriété et
classicisme. La sobriété c'est ne pas être extravagant. Le
classicisme, c'est être intemporel.

Prenons le temps de nous attarder sur l'habillement, car c'est


très important. Vous n'imaginez pas combien de personnes
détruisent systématiquement toutes leurs chances sans
même le savoir.

40
Quelques règles à respecter absolument pour éviter les fautes
de goût :

v Ne portez jamais de noir, sauf pour les chaussures ou le


smoking.
v Ne portez jamais de chaussettes blanches (sauf pour
faire du sport)
v Ne portez pas de chaussures de cuir sans vérifier que
James Bond ou Steve McQueen aient pu les porter
sans honte (jamais de bout carré ou trop pointu).
v Ne portez jamais de short en dehors du cercle privé
(encore moins des « pantacourts »…). Pareil pour les t-
shirts.
v N'achetez aucun vêtement sur un coup de tête. Prenez
le temps de réfléchir.
v Pas d'autres bijoux que la montre, les boutons de
manchette et l'alliance (et autres bagues).
v N'essayez pas d'être original.

Quelques conseils à suivre pour se démarquer en bien :

v Portez des chemises (classiques).


v Cessez de porter des jeans sans arrêt. Essayez le chino
ou le pantalon de flanelle.
v Lâchez votre blouson ou votre parka et essayez de
porter une veste.
v Pourquoi pas une cravate, de temps en temps ?
v Ne soyez pas à la mode, soyez élégant.

Retenez simplement ces deux mots : classique et élégant.

41
Pour aller plus loin et sortir du lot :

v Portez un costume (à votre taille).

v L'arme ultime (mais coûteuse, j'en conviens) : faire


appel à un tailleur…

v En cas de doute utilisez la méthode suivante : l'anglais


James Bond, l'américain Thomas Crown (Steve
McQueen) ou l'acteur français Philippe Noiret
auraient-ils pu porter cela ?

Un objectif : avoir de la prestance ! Nous y reviendrons…

42
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Vous avez peut-être vu le film Kingsmen, avec Colin Firth, qui


met en scène un jeune homme paumé, Eggsy, qui apprend à
devenir quelqu'un en intégrant une société secrète d'espions
d'élite qui a pour caractéristique de s'habiller avec une
élégance parfaite. La société des Kingsmen, dévouée au service
de Sa Majesté la reine d'Angleterre, cache d'ailleurs ses locaux
dans l'arrière-boutique d'un tailleur anglais au style très
classique, très british.

Cela n'a pas pour but de vous dire qu'il faut être élégant pour
devenir quelqu'un. Il existe des bataillons entiers d'idiots
élégants et vous connaissez bien entendu beaucoup de
personnes admirables qui ne savent pas s'habiller avec goût.
Mais cet exemple est intéressant car le point de départ de
l'évolution du héros Eggsy c'est le changement de ses
habitudes vestimentaires. Ce n'est pas le vêtement qui fait de
vous quelqu'un, mais le vêtement vous donne l'assurance
dont vous avez besoin pour progresser.

Un autre film nous permet d'éclairer cet aspect important de


notre quête du charisme. C'est La nuit de Varennes, d'Ettore
Scola, de 1982, film intense servi par des acteurs éblouissants :
Jean-Louis Barrault, Hannah Schygulla, Andréa Férréol, Jean-
Claude Brialy, Marcello Mastroianni, Harvey Keitel, Michel
Piccoli, Jean-Louis Trintignant. Une diligence pleine de
voyageurs roule sur les traces du convoi du roi de France Louis
XVI et de sa famille qui fuit Paris pour l'étranger en juin 1791,
pendant la Révolution française. Parmi les voyageurs se
trouvent l'écrivain français Restif de la Bretonne, l'écrivain
américain Thomas Paine, la comtesse de Laborde, amie de la
reine Marie-Antoinette, et son valet. Ces deux derniers
personnages ont éveillé la curiosité de Restif qui s'est mis en

43
tête de découvrir ce qu'ils trament. Il s'avère qu'ils convoient
un paquet qu'ils gardent de manière fort étrange.

Pendant le voyage, le bruit de la fuite du roi se répand. Dans la


berline, la comtesse de Laborde défend la personne du roi
contre ses détracteurs :

« Je pourrais moi-même vous raconter des centaines


d'exemples de l'amour du peuple pour son roi, ainsi le voyage
de sa majesté à Cherbourg. Moi-même j'ai eu la chance et le
plaisir d'y assister. C'était un vrai bain de foule […]. Les hourras
de vingt mille citoyens couvrirent les salves de 600 canons. […]
mais si vous l'aviez vu à Cherbourg dans son manteau rouge !
C'était mon roi, mon idéal, ma religion… »

Pendant le voyage on apprend que le roi a été arrêté à


Varennes avec toute sa famille avant d'avoir pu rejoindre des
troupes loyales. On voit la scène où on lui annonce qu'il n'y a
plus de roi. Il est vêtu en bourgeois, anonyme, comme les
autres membres de sa famille. Le voyage de la comtesse
s'achevant donc, Restif demande à voir le contenu des
bagages qui l'avaient tant intrigué. Dans une humble chambre
d'auberge, le valet déballe ainsi de manière solennelle le
costume du roi au complet, avec son grand manteau rouge et
le dépose sur un mannequin.

Restif s'exclame alors: « Si le roi avait voyagé dans cette


tenue, on aurait peut-être hésité à l'arrêter ! » Cet
épilogue montre que la façon que l'on a de s'habiller tient une
grande part dans la manière dont les autres nous voient,
notamment pour ce qui est de l'autorité et du charisme.

44
Portez une cravate aujourd'hui, en sortant boire un verre,
en retrouvant des amis… A reproduire régulièrement, en
dehors du travail et des fêtes familiales.

Vous avez certainement chez vous une cravate sobre et


classique. Sinon c'est l'occasion d'en acheter une en
commençant par une cravate unie, d'une couleur discrète et
dans une texture sobre. Le but n'est pas de vous démarquer
mais de rendre naturel pour vous le fait d'attacher de
l'importance à votre habillement. Le port de la cravate vous
oblige à porter une chemise, un pantalon classique, des
chaussures de cuir. Il vous donne également l'air de faire un
effort pour ceux que vous retrouvez. Vous leur manifestez
ainsi que vous les tenez en grand honneur.

45
JOUR 6 - APPRENEZ LES BONNES MANIÈRES

« Après vous » : cette formule de politesse devrait être la plus


belle définition de notre civilisation.
Emmanuel Levinas (1906 – 1995, philosophe français)

On peut tromper son monde et se déguiser en gentleman,


n'importe quel acteur sait le faire. Mais cela ne sert à rien si l'on
produit une mauvaise impression parce que l'on ne maîtrise
pas les bonnes manières. Les bonnes manières sont un
ensemble de pratiques qui rendent plus agréable la vie en
société. Elles sont un code mais aussi et surtout un état
d'esprit. Cet état d'esprit, c'est d'abord la politesse.

Pour un gentleman, les bonnes manières ne sont pas


négociables et un gentleman, entre l'élégance vestimentaire et
les bonnes manières, fait le choix des bonnes manières. Il sait
qu'il importe en toutes occasions d'adopter une attitude qui
vise à donner le meilleur de soi-même.

La Méthode Gentleman, c'est devenir vraiment un gentleman,


pas une pâle imitation. En effet, un gentleman possède toutes
les qualités qui confèrent une confiance en soi solide et
permet de rayonner et de diffuser la sérénité et l'assurance
autour de soi. Ces points sont très importants, nous espérons
que nous sommes assez clairs dans nos explications ! En ayant
la pleine maîtrise de cette vie en société et la connaissance de
tous ses codes, le gentleman en tire une assurance réelle, une
aisance certaine dans ses relations avec les autres. C'est
comme s'il était toujours chez lui car il se comporte toujours
« comme il faut ».

46
Certes, les bonnes manières peuvent être vues parfois comme
une survivance néfaste du passé ou un moyen pour certaines
catégories sociales de se reconnaître entre elles. Tout cela
n'est pas complètement faux. Néanmoins, gardez toujours à
l'esprit que les bonnes manières ont pour objet principal
l'amélioration des relations humaines. Ces manières et ce
savoir-vivre ont fait la grandeur de la France. Comme l'affirme
Montesquieu dans les Lettres Persanes, « Si l'homme est un
animal social, les Français sont plus hommes que les autres. »

Bien entendu, en constatant que vous maîtrisez ou non les


bonnes manières, certaines personnes vous rangeront
hâtivement dans telle ou telle catégorie. Ce ne sera pas à votre
avantage si vous avez montré votre ignorance ou votre peu
d'intérêt. Encore une fois, ne soyez pas naïfs. Ne vous croyez
pas au-dessus de ces règles. Ne les méprisez pas trop
facilement parce que vous vous êtes débrouillé sans jusque-là.
Ne croyez pas ceux qui affirment que l'on s'en moque. Ne
croyez pas ceux qui vous disent que tout cela est désormais
révolu. Ne vous comportez pas non plus comme un
sauvage juste pour le plaisir de marquer votre différence.
Le monde est plein de rebelles et de révolutionnaires. C'est
comme porter un t-shirt à l'effigie de Che Guevara. Si vous
voulez être rebelles, essayez plutôt Lamartine, Chateaubriand,
Nadine de Rothschild ou Jean d'Ormesson.

Encore faut-il connaître ces bonnes manières…

Comme pour l'habillement, énormément de personnes


détruisent systématiquement toutes leurs chances sans
même le savoir.

47
Voici quelques règles à respecter absolument pour éviter les
fautes de goût :

v Vouvoyer les personnes plus âgées rencontrées.


v Ne pas tendre la main en premier à une dame ou à une
personne plus âgée.
v Céder la place aux femmes ; leur tenir la porte ; les
servir en premier.
v Eviter de sortir son portable quand on est en
compagnie d'êtres humains.
v A table, se tenir droit, les coudes serrés le long du corps
et jamais posés sur la table ; fermer la bouche en
mangeant ; gardez toujours les mains sur la table ; c'est
la fourchette ou la cuiller qui vont à votre bouche et
non l'inverse ; ne pas tremper votre pain dans votre
assiette.
v Ne jamais couper la parole d'autrui.
v Mettre la main devant votre bouche si vous baillez,
éternuez, toussez. Jamais pour rire.
v Ne jamais montrer quelqu'un du doigt.
v Ne pas prononcer la particule des noms de famille avec
un « de » (sauf si le nom de famille de compte qu'une
syllabe : j'ai rencontré de Gaulle, je dîne avec de
Musset).

Quelques conseils à suivre pour se démarquer en bien :

v Dire « Bonjour/Merci madame », « Bonjour/Merci


monsieur », Bonjour/Merci Antoine…
v En entrant dans une pièce, saluer toutes les personnes
présentes.
v Eviter les deux mains dans les poches ou les bras
croisés quand vous vous adressez directement à
quelqu'un.

48
v Ne pas commencer une lettre, un mail, par « je ».
v Faire des compliments sincères autour de vous, tout
spécialement quand on vous reçoit.
v Dans la rue, si vous marchez à côté d'une femme,
choisissez le côté de où se trouve la chaussée (et vous
laissez à celle qui vous accompagne le « haut du
pavé » ).

Retenez simplement ces deux mots : modestie et


galanterie.

Pour aller plus loin et sortir du lot :


v Se procurer un ou plusieurs manuels de savoir-vivre.

Un objectif : avoir de l'aisance en toutes circonstances ! Les


personnes qui maîtrisent ces règles n'y pensent jamais, alors
efforcez-vous de travailler le sujet en profondeur.

49
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

En matière de bonnes manières, de nombreux exemples nous


permettent de montrer qu'elles ne doivent pas être négligées
si l'on souhaite développer son charisme.

Nous parlons souvent en France de « stature présidentielle ».


Un homme ou une femme qui brigue cette fonction doit avoir
un certain charisme. Un président nous « représente » tout
autant qu'il nous « gouverne ». Pour cette raison, le 23 février
2008, le président de la République Nicolas Sarkozy a
particulièrement mal réagi à l'hostilité marquée d'une
personne croisée lors du Salon de l'agriculture. Cette
personne ayant refusé de lui serrer la main et ayant déclaré
« Touche-moi pas! Tu me salis ! », Nicolas Sarkozy a répliqué
immédiatement : « Et ben, casse-toi alors pauv' con ! »

Déstabilisé par le rejet de son interlocuteur, le président a


réagi avec agressivité. Le sujet n'est pas ici de dire s'il a bien fait
ou non. Mais il est certain que cette réaction a causé une
dégradation de l'image de l'homme d'État auprès de l'opinion.
Car le charisme se construit aussi sur la réputation d'une
personne. En faisant preuve de vulgarité en cette occasion, le
président a perdu une partie de son aura présidentielle. Sa
réputation personnelle s'en est trouvée entachée, ainsi que
son charisme. Ainsi, les bonnes manières sont là pour nous
protéger de nous-mêmes et de nos emportements naturels.
Elles combattent nos penchants agressifs et nous donnent
une force tranquille dans les relations conflictuelles.

Un autre exemple illustre la force des bonnes manières en


matière de charisme. Le 6 octobre 1789, aux premiers temps
de la Révolution Française, des émeutiers ont fait irruption
sous les fenêtres du roi, au château de Versailles, réclamant du

50
pain et menaçant la famille royale. Sur le conseil de La Fayette,
commandant la Garde Nationale, le roi Louis XVI se montre au
balcon où il est acclamé. Puis on réclame la reine, mal aimée
du peuple parisien. « La Reine au balcon ! », hurle la foule. La
reine Marie-Antoinette apparaît avec ses enfants. « Pas les
enfants ! » hurle-ton encore. La reine se retrouve alors seule au
balcon. Des fusils la mettent en joue. C'est alors que la reine
s'incline face à la foule, en une révérence royale. La reine,
surmontant sa peur et la répugnance qu'elle éprouve devant
une foule où sont exhibées les têtes de gardes du corps du roi
baladées au bout de piques, choisit de faire la révérence,
marquant ainsi son respect au peuple. « Vive la reine ! »
entend-on alors. C'est en faisant le choix de belles manières à
la française qu'elle retourne l'opinion et les cœurs de la foule.
Cette scène se trouve dans le film Marie-Antoinette de Sofia
Coppola, dans lequel le rôle de la reine est tenu par l'actrice
Kirsten Dunst.

Les bonnes manières expriment le respect dû à autrui avant


toute autre forme d'expression. C'est pour cela que faire
preuve de savoir-vivre participe pleinement à développer
votre charisme, qui n'est pas, comme l'intelligence par
exemple une qualité intrinsèque mais une qualité qui n'existe
que par les autres et seulement à travers les autres.

51
Aujourd'hui, pendant les repas, tenez-vous droit, ne
mettez pas les coudes sur la table et gardez-les serrés le
long du corps, tout en gardant les mains sur la table.

Le repas est en France quelque chose de très important. C'est


un acte social autant que la satisfaction d'un besoin primaire.
D'aucuns parlent de « rite social ». Ainsi, le repas pris en
commun est un acte qui n'est pas anodin car il est le lieu où par
excellence on entre en relation avec autrui de manière
privilégiée, dans un moment partagé à la fois intime et public.

Votre attitude à table en dit beaucoup sur vous et sur vos


origines. Il ne s'agit pas d'en rougir ni d'en avoir honte.
Rappelez-vous néanmoins que les bonnes manières ont pour
objectif de faciliter les relations humaines. Elles vous donnent
aussi une aisance naturelle qui ne devrait pas être seulement
le trésor d'une élite. Autant s'y conformer au plus vite et
profiter de cette sagesse ancienne, afin de contribuer à faire
du repas un moment agréable pour ceux qui vous entourent.
Ne soyez pas ce voisin de table que tout le monde finit par
éviter car il ne sait pas se tenir.

Ainsi, se tenir droit est une règle fondamentale qui montre


votre solidité. De la même manière, garder les mains sur la
table et éviter d'y mettre les coudes vous préserve de vous
avachir et de donner une image de mollesse. Garder les
coudes près du corps vous évite de bourrer les côtes de vos
voisins. Manger la bouche fermée et ne pas parler en
mangeant permet à tout le monde d'échapper à la vision peu
esthétique des aliments en cours de mastication.

C'est tout simple mais c'est si important. En effet, vous


commencez à comprendre le rôle majeur du corps et de la
communication non verbale dans le charisme.
52
JOUR 7 – EXPRIMEZ-VOUS CORRECTEMENT

Il ne suffit pas de parler, il faut bien parler.

William Shakespeare
(1564-1616, poète et dramaturge anglais)

Vous avez soigné votre apparence et réussi à faire une bonne


première impression. Vos manières sont courtoises et vos
interlocuteurs sont maintenant prêts à vous écouter avec
attention. Ils vous ont pris en considération. Mais ouvrez la
bouche sans méfiance et sachez que vos secrets seront révélés
bien rapidement. En effet, si vous n'y prenez garde et si vous
ne faites pas attention à ce que vous dites et surtout à la
manière que vous avez de le dire, vous trahirez sans le vouloir
vos origines sociales et les lacunes de votre éducation.

Certes, les règles du langage sont si nombreuses en français


qu'il est impossible de toutes les connaître mais certaines
erreurs que vous ne remarquez même pas vous feront passer
au rang de ceux qui n'ont pas d'éducation. Vous rétorquerez
qu'il ne faut pas tenir compte du jugement des autres et l'on
pourrait vous répondre que vous n'avez pas complètement
tort. Mais le vrai problème c'est que votre discours ne passera
pas, vous ne serez pas entendu car ces fautes monopoliseront
l'attention de ceux auxquels vous vous adressez.

Certains pourront penser qu'il est impossible de lutter contre


ces habitudes si profondément ancrées que sont nos défauts
de langage. Malheureusement, certaines phrases que vous
avez l'habitude de prononcer peuvent vous disqualifier
aux yeux des autres et cela vient empêcher tout dialogue
d'égal à égal. Vos fautes de français, vos maladresses feront

53
obstacle à l'efficacité de votre discours.

En effet, le langage est peut-être la manière la plus subtile


qu'ont certaines élites de reconnaître les leurs. Certaines
fautes de français sont commises par le plus grand nombre. Il
serait dommage que votre discours ne porte pas à cause d'une
erreur mal placée. Vous verrez ici les fautes les plus simples à
éviter et il n'est pas compliqué de se botter un peu le train afin
de ne pas commettre d'impairs. Des petites erreurs sont
possibles, mais il y en a qui sont impardonnables aux yeux de
certains. C'est en évitant de commettre ces fautes que vous
pourrez parler en toute confiance, sans risquer de vous
tromper sans le savoir.

Ainsi donc, en apprenant à maîtriser de menues subtilités


de langage, vous obtiendrez un pouvoir nouveau. Vous
allez vous retrouver du côté de ceux qui savent et c'est un
confort qui doit vous procurer une tranquillité d'esprit non
négligeable. En effet, vous entendrez des fautes de français à
tort et à travers. Cela vous donnera une meilleure estime de
vous-même même si personne dans votre entourage ne
semble s'en préoccuper. Un jour, vous ne prononcerez pas les
mots maladroits qui auraient pu vous mettre dans une
posture défavorable.

Un gentleman maîtrise ainsi la langue avec naturel et évolue


dans la conversation avec aisance. Cela lui procure une force
sereine à laquelle il ne pense pas mais sur laquelle il peut
compter en toutes circonstances. Il sait que nulle erreur de
forme n'entachera le fond de son discours. En vous
attachant à acquérir cette qualité de gentleman, vous
développez naturellement votre charisme car vous avez
confiance en vous quand vous prenez la parole. Vous avez la
certitude de ne pas commettre d'erreur irréparable.

54
Comme pour l'habillement et les bonnes manières, prenons le
temps de rentrer un peu dans le détail :

Quelques règles à respecter absolument pour éviter les fautes


de langage :

v Ne dites plus jamais « ce midi ». Dites plutôt, « à midi »,


aujourd'hui à midi ».
v Ne dites plus jamais « je vais manger », « allons
manger ». Dites plutôt « je vais déjeuner », « allons
dîner ».
v Ne dites jamais « malgré que… », dites plutôt « malgré le
fait que… »
v Ne dites plus jamais « des fois », dites plutôt « parfois » :
« des fois je pense que… », dites plutôt « parfois je
pense que… »
v Ne dites jamais « Bonjour messieurs-dames ! », dites
plutôt « Bonjour mesdames, bonjours messieurs ! ».

Quelques conseils à suivre pour se démarquer en bien :

v Sachez que l'on « amène » une personne (ou une chose


que l'on ne peut pas porter) mais que l'on « apporte »
une chose. « Apporte le plat », « amène la gamine »,
« j'amène la voiture ».
v Ne dites plus « Quoi ? » mais « Comment ? ».
v Ne dites plus « Excusez-moi » mais « Je vous prie de
m'excuser ».
v Evitez les abréviations comme « Y a plus de lait », « Chuis
fatigué », « Chais pas ». Dites plutôt « Il n'y a plus de
lait », « Je suis fatigué », « Je ne sais pas ».
v Ne dites plus « je vais sur Paris », dites plutôt « je vais à
Paris ».
v Ne dites plus « Enchanté ! », dites plutôt « Ravi de faire

55
votre connaissance ! »
v Ne dites plus « au final » mais plutôt, « finalement ».

Pour aller plus loin et sortir du lot :


v Apprenez à manier la langue et à utiliser un langage
soutenu.
v Ne vous privez cependant pas des expressions
argotiques qui fleurissent la langue française.

Un objectif : trouver le mot juste en toutes circonstances !

Un dernier conseil à ce sujet : soyez rigoureux pour vous-


mêmes et ne reprenez pas les autres. Pas question de se
transformer en schtroumpf à lunettes.

56
E X E M P L E
-------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Sorti en 1964 et réalisé par George Cukor, le film My Fair Lady


est une adaptation de la comédie musicale du même nom qui
triomphe depuis 1956 à Broadway. Récompensé par 8 Oscars,
c'est aujourd'hui un film culte où brille tout particulièrement
Audrey Hepburn, actrice de légende et de grâce tout à la fois.

Elle y tient le premier rôle, celui d'une fleuriste très modeste,


s'exprimant à la manière cockney (façon de parler des quartiers
ouvriers de Londres). Un professeur de linguistique, Higgins,
campé par l'acteur Rex Harrison, pour remporter un pari, se
donne 6 mois pour la faire passer pour une lady lors d'une
soirée dans le grand monde qui se donnera dans une
ambassade.

L'apprentissage est très difficile, notamment dans le domaine


du langage, mais la transformation est complète. La fameuse
soirée arrive. Mais à cette occasion, la jeune femme n'ouvre
quasiment pas le bec. On pense alors qu'elle aurait pu se
passer complètement des cours de phonétique.

Mais c'est bien parce que le langage est le plus fin révélateur


des différences culturelles que le professeur Higgins a passé
autant de temps à s'en occuper. Faire la révérence et ce genre
de choses, cela est secondaire et assez facile à imiter.
Apprendre à parler comme quelqu'un de la bonne société,
voilà un défi de taille !

En effet, seul le langage peut trahir aisément quelqu'un. C'est


ce qui arrive justement au personnage joué par Audrey
Hepburn, peu avant la grande réception. Emmenée aux
courses de chevaux par Higgins, dans l'univers guindé d'Ascot,
la jeune femme ne peut s'empêcher de crier au cheval sur

57
lequel elle a parié : « Allez Dover ! Bouge ton cul ! » [« C'mon Dover
! move your bloomin arse ! »].

Le langage porte ainsi en lui des règles simples mais aussi des
nuances subtiles qu'il importe d'apprendre à maîtriser.

58
Très simple. Aujourd'hui, vous n'utiliserez pas le verbe
« manger » pour parler des repas.

Enormément de monde commet l'erreur suivante : « quand


est-ce qu'on mange ? ». Ou encore : « on va manger ? ». En plus
de ne pas être élégante, la formule est impropre ici. En effet, le
verbe manger doit s'utiliser avec un complément. Par exemple
: « je mange une pomme ». Pour ce qui est de prendre vos
repas, il faut mieux dire : « quand déjeune-t-on ? », « on va
dîner ? ».

Cette exercice vous semble anodin et certainement même un


peu futile. Pourtant, en faisant attention à cette faute
courante, vous vous rendrez compte qu'il y a bien peu de
personnes qui parlent correctement. Il s'agit tout simplement
d'utiliser le bon vocabulaire.

Se conformer à cette règle toute bête vous permettra de sortir


du lot sans faire de grands efforts et de faire bonne impression
tout naturellement.

59
JOUR 8 - REGARDEZ LES AUTRES DANS LES YEUX

Que l'on arrête de se regarder dans les miroirs


et que l'on commence à se regarder dans les yeux.

Jean-Luc Parant (né en 1944, plasticien et poète français)

Pour ce qui est du charisme, le regard est d'une importance


capitale. En effet, regarder les autres dans les yeux est une
habitude indispensable afin d'apprendre à « capter » vos
interlocuteurs. On dit souvent que le toucher permet de mieux
attirer l'attention des personnes que l'on aborde. Regarder
les gens dans les yeux c'est non seulement capter leur
attention mais aussi leur montrer qu'ils ont, eux, toute
votre attention. Aucune autre pensée ni aucune autre tâche
ne vous accapare ; vous êtes présent ici-même, à cet instant
précis ; disponible pour la rencontre, le dialogue, l'échange.

Un gentleman regarde dans les yeux les personnes qu'il


rencontre. Cela montre qu'il ne salue pas machinalement ses
interlocuteurs. Il leur manifeste d'emblée de la considération.
Cela lui évite de saluer deux fois la même personne comme
cela arrive si souvent. Il est donc crucial de regarder les gens
dans les yeux quand vous les saluez ou quand vous prononcez
des formules de politesse usuelles. En effet, vous montrez
ainsi à autrui qu'il est important à vos yeux, qu'il vous intéresse
et que vous lui accordez vraiment votre attention.

Ce point est tellement capital qu'à lui seul il peut


complètement révolutionner vos relations avec les
autres. En effet, c'est une habitude difficile à adopter mais elle
fait des merveilles car peu de gens aujourd'hui font l'effort de
prendre le temps qu'il faut pour accrocher ainsi le regard des

60
autres. Vous remarquerez que quand vous avez accroché le
regard d'un interlocuteur, il n'est plus possible de s'en défaire
dans la seconde. Vous lui avez déjà accordé trop d'importance
pour le négliger. Il va falloir accorder votre action à votre
attitude.

Vos interlocuteurs ressentiront pleinement cet effort de


votre regard, votre attention soutenue. Il y a tant de
personnes au regard fuyant ou distrait, qu'on remarque tout
de suite celui qui regarde droit dans les yeux. Adoptez cette
habitude et vous constaterez la transformation quasi-
instantanée de votre relation aux autres.

Celui qui nous regarde dans les yeux nous inspire confiance,
nous valorise, attire notre attention et notre respect instinctif.

Attention, il ne s'agit pas de fixer tout le monde avec un


regard de psychopathe. Il s'agit simplement de regarder
dans les yeux les personnes que vous saluez et les
personnes à qui vous parlez. Pas besoin de tester votre
regard de tueur à gages dans la rue.

61
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

L'expression « planter son regard » en dit beaucoup sur la force


d'un regard « les yeux dans les yeux ». Cela évoque une épée,
un couteau, quelque chose de tranchant et de pénétrant.

Les Thibault, de l'écrivain Roger Martin du Gard est un roman-


fleuve de plus de 2000 pages paru en 8 volumes entre 1922 et
1940. Il a pour dessein de décrire la société française de la
Belle époque (c'est-à-dire de la fin du XIXe siècle à 1914, début
de la Première Guerre mondiale) à travers la vie de deux frères,
Antoine, un médecin brillant et Jacques, un rebelle idéaliste. Ce
livre lui a valu d'obtenir le prix Nobel de littérature en 1937
(notons au passage qu'avec 15 français depuis 1901, la France
est le pays qui compte le plus de prix Nobel de littérature).

Cette œuvre toute entière mérite bien entendu d'être lue mais
tirons-en un tout petit extrait pour s'en servir comme exemple.
Dans le volume La consultation, paru en 1928, l'auteur se
focalise sur le personnage d'Antoine Thibault que l'on voit se
dévouer à son cabinet médical qui accueille de plus en plus de
patients. Dès les premières lignes, le docteur Antoine Thibault
rencontre deux jeunes orphelins, qui s'étaient abrités sous le
porche de son immeuble afin de l'attendre et de lui demander
de soigner le plus jeune des deux, « Loulou ». Son état est
pitoyable. Il a très mal. Lors de la consultation, Antoine
découvre un phlegmon, c'est-à-dire une sérieuse infection.
Voici le court extrait qui nous intéresse :
« Et là, ça te fait mal ? » Il palpe l'avant-bras gonflé,
puis le bras jusqu'aux ganglions enflammés de
l'aisselle.
– « Pas très… », murmure le petit, qui s'est raidi et ne
quitte pas son aîné des yeux.

62
– « Si », fait Antoine, d'un ton bourru. « Mais je vois que
tu es un bonhomme courageux. » Il plante son regard
dans le regard troublé de l'enfant : l'étincelle d'un
contact, une confiance qui semble hésiter, puis jaillir
vers lui. Alors seulement il sourit. L'enfant aussitôt
baisse la tête ; Antoine lui caresse la joue et doucement
relève le menton, qui résiste un peu.
– « Écoute. Nous allons faire une légère incision là-
dedans, et, dans une demi-heure, ça ira beaucoup
mieux… Tu veux bien ?… Suis-moi par ici. »
Le petit, subjugué, fait bravement quelques pas ; mais,
dès qu'Antoine ne le regarde plus, son courage vacille :
il tourne vers son frère un visage qui appelle au
secours…
Antoine a « planté son regard » dans celui de l'enfant. On
comprend que c'est ce regard, les yeux dans les yeux qui
donne force et courage à l'enfant malade. Il l'a regardé dans le
fond des yeux pour lui montrer qu'il se soucie de lui. Ainsi
regarder quelqu'un dans les yeux peut avoir autant de force
qu'un geste ou une parole.

63
Aujourd'hui, efforcez-vous de regardez la couleur des
yeux de vos interlocuteurs.

Il n'est pas toujours aisé de regarder les autres dans les yeux,
réellement, sans se détourner après une fraction de seconde.
Car un regard engage, un regard crée du lien entre deux êtres.
Cela peut être par timidité mais le plus souvent c'est parce que
vous n'y prêtez pas attention. Afin d'y penser et d'en prendre
l'habitude, faites le test aujourd'hui : regardez la couleur des
yeux des personnes auxquelles vous vous adressez. Cela vous
permettra de penser à fixer votre attention sur leur regard et
de commencer à prendre l'habitude de regarder les gens dans
les yeux.

64
JOUR 9 - PRENEZ SOIN DES AUTRES

Cher fils, je t'enseigne que tu aies le cœur compatissant envers


les pauvres et envers tous ceux que tu considéreras comme
souffrants ou de cœur ou de corps et selon ton pouvoir soulage-
les volontiers de soutien moral ou d'aumônes.

Louis IX, dit Saint Louis (1214 – 1270, roi de France)

Le charisme peut être défini comme l'influence que l'on exerce


naturellement sur autrui. Etre charismatique c'est donc
avoir de l'influence sur son environnement. Cette influence
n'est pas naturelle pour la plupart d'entre nous. Le silence ne
se fait pas instantanément quand nous prenons la parole et
ceux qui nous entourent ne sont ni dociles ni béats
d'admiration devant nous.

Avoir de l'influence et exercer cette influence sur les autres, ce


n'est pas pour autant écraser autrui afin d'obtenir la crainte et
le respect. Avoir du charisme ne se résume pas à une histoire
de hiérarchie. C'est, comme pour Star Wars, une histoire de
force.

En effet, nous connaissons tous des personnes qui sont fortes


avec les faibles et faibles avec les forts, selon l'expression
consacrée, en usant de leur pouvoir sans vergogne sur ceux
qu'ils peuvent dominer, tout en s'écrasant devant leurs
supérieurs ou ceux qui les impressionnent. C'est ici que l'on
attend qu'un gentleman ait une attitude différente. En
effet, celui-ci donne la première place aux plus faibles et à
ceux auxquels on ne prête aucune attention. Il montre en
revanche de la fermeté face aux puissants, sans jamais se
départir de sa bienveillance.

65
Ainsi, en ayant à cœur de devenir un gentleman, on développe
naturellement les facultés d'une personne charismatique. Ces
personnes charismatiques nous font de l'effet car elles
donnent à chacun de nous l'impression de s'adresser à
nous, elles nous laissent à penser qu'un lien particulier
nous unit et que nous comptons à leurs yeux.

Il en va de même pour vous. Le temps que vous passez avec


ceux que tout le monde néglige ou avec les plus faibles n'est
jamais un temps perdu. Non pour vous faire bien voir auprès
de ces personnes qui peuvent être isolées, dépressives,
abandonnées, timides etc. ; mais parce que vous savez que
chaque être humain a de la valeur et que chaque personne
fragile mérite votre attention.

En négligeant les plus petits, en méprisant la faiblesse on


oublie que l'on ne peut rien bâtir de grand à la seule force
de ses bras. C'est en ne pensant qu'à soi-même et en ne
s'occupant que de sa petite personne que l’influence que nous
exerçons sur notre milieu est la plus faible. Le leadership, qui
est la faculté de commander et de diriger, s'obtient en
commandant et en dirigeant. Pour le charisme, c'est un peu
pareil, il s'agit de commencer dès maintenant à vous
préoccuper des personnes autour de vous. N'attendez pas
d'avoir de l'influence, cherchez dès à présent à vous soucier
d'autrui. Ils sont nombreux ceux qui attendent qu'on leur
manifeste un brin d'intérêt. Prenez cette place et vous verrez !

66
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Henry de Sussex, né en 1984, deuxième enfant de Charles,


prince de Galles et héritier de la couronne d’Angleterre, est un
membre de la famille royale britannique.

Néanmoins, le prince Harry a toujours été considéré depuis sa


jeunesse comme l'enfant terrible de la famille royale. Alors que
son frère aîné William se contentait d'étudier et de soigner ses
apparitions publiques, le jeune Harry défrayait la chronique
dans les journaux à sensation, les fameux tabloïds
britanniques. Excès d'alcool, bagarres à la sortie des boîtes de
nuit, consommation de cannabis, etc. Traqué par la presse à
scandale, le jeune homme, alors qu'il n'avait pas 20 ans, était
considéré dans tout le pays comme un fêtard sans consistance
dont les frasques éclaboussaient l'image de la monarchie
britannique. Ainsi, lorsqu'une photo de lui déguisé en nazi à un
bal masqué fut dévoilée dans les médias, cela choqua le
monde entier. Le prestige de la famille royale se trouvait
grandement entaché par la faute de ce prince surnommé par
la presse « Dirty Harry ».

Pourtant, nous sommes en Angleterre au pays des gentlemen.


Mais cela n'est pas une qualité de naissance. Cela n'a rien à voir
non plus avec le fait de s'habiller comme une gravure de mode.
Certainement Harry s'habillait avec beaucoup d'élégance en
certaines occasions car il en avait l'obligation, l'habitude ainsi
que les moyens mais personne ne le considérait comme un
gentleman car ce mot désigne bien autre chose qu'un homme
élégant, fût-il membre de la famille royale.

Aujourd'hui toutefois, Harry est le petit chouchou de l'opinion


et la coqueluche des médias. Certains voient en lui le
personnage le plus charismatique de la famille royale (si l'on

67
excepte la reine bien entendu). Comment s'est produit un tel
changement, en seulement quelques années ?

La réponse est celle-ci : le jeune prince Henry de Sussex a cessé


de se livrer en pâture à la presse en concentrant son énergie à
prendre soin des plus faibles. S'appuyant sur un engagement
militaire qui lui a donné une image beaucoup plus positive,
avec des missions en Afghanistan notamment, le prince Harry
a fait de la prise en compte et de l'accompagnement des
vétérans et soldats blessés de guerre son cheval de bataille.

A leur intention, il a créé les jeux Invictus c'est-à-dire des jeux


olympiques pour les blessés, s'inspirant des jeux
paralympiques. C'est ainsi en s'occupant des autres qu'il a
acquis une vraie stature de gentleman.

Aujourd'hui Harry est un personnage charismatique qui n'est


pas seulement connu pour son ascendance royale. Non pas
parce qu'il renie ses origines. Mais parce qu'en se consacrant
aux autres et notamment aux plus faibles, comme un vrai
gentleman, il a gagné une force que seule la bienveillance
confère.

68
Passez du temps aujourd'hui avec quelqu'un que tout le
monde néglige dans votre milieu professionnel ou
personnel.

Nous avons tous tendance à nous intéresser d'emblée à


certaines personnes, aux gens que nous apprécions
naturellement, à ceux qui nous ressemblent. Ainsi nous
négligeons très facilement tout un tas de personnes pour tout
un tas de raisons. Souvent néanmoins il s'agit des personnes
âgées, des malades, des personnes qui font triste figure…

Or c'est bien de ces personnes dont il s'agit ici. Non pas les plus
faibles de la société, mais les plus faibles de votre entourage,
de votre quotidien. Il ne sert à rien de vouloir créer quelque
chose de grandiose pour les autres si l'on n'est pas capable de
passer du temps avec ses propres parents ou avec ses grands-
parents ou encore avec un ami malade.

La seule vraie mesure de l'intérêt que vous portez à quelqu'un,


c'est le temps que vous allez passer avec lui. Alors passez du
temps, prenez ce temps si important pour vous soucier des
plus fragiles. Non pas parce que votre tour viendra (ce qui est
certain aussi). Mais c'est parce que c'est en sortant de soi-
même que l'on devient vraiment quelqu'un. De manière
désintéressée ici, voici le moyen d'aller voir plus loin que votre
nombril et d'expérimenter la rencontre avec autrui.

69
JOUR 10 - SACHEZ ÉCOUTER

Parler est un besoin, écouter est un art.

Johann Wolfgang von Goethe


(1749 – 1832, écrivain allemand)

Comme tout le monde, nous adorons parler de notre sujet


favori : nous-mêmes. Si quelqu'un nous lance sur le sujet
majeur de notre existence, c'est-à-dire notre petite personne,
alors nous devenons intarissables, même si nous ne sommes
pas très bavards.

C'est un grand défaut, hélas partagé par tout le monde, ce qui


implique que si nous parvenons à le combattre un peu, nous
aurons déjà fait plus d'efforts que la plupart de nos frères
humains.

Mais, direz-vous, quel est le rapport avec le charisme ? En


premier lieu, disons qu'éviter de parler c'est aussi éviter de
raconter des bêtises. Souvent les gens bavards finissent par
trop parler, aller trop loin et s'en veulent ensuite d'avoir
commis une maladresse, d'avoir trop livré de choses intimes,
d'avoir montré trop d'exubérance, de pessimisme… On dit
souvent que le charisme est lié à une part de mystère. En effet,
ne pas trop parler, ne pas parler à tort et à travers, cela permet
d'éviter de trop en dire, de ne pas dévoiler ses faiblesses. Nous
y reviendrons à la fin de notre parcours.

Mais aussi – et c'est là le plus important – écouter les autres


c'est leur manifester votre attention sincère et c'est ce qui
vous permettra de rayonner, d'exercer de l'influence sur
le monde. A vivre penché sur son nombril, on n'exerce

70
qu'une influence limitée. Pas moyen de fasciner ni de
manifester une autorité naturelle ou un quelconque
magnétisme.

Développer son charisme en cela encore, c'est être un


gentleman : on ne suscite pas l'adhésion des autres en
racontant ses exploits. Cela est une faute de goût
impardonnable. Savoir écouter en revanche, c'est un talent
précieux. Il ne s'agit pas d'appuyer sur un bouton et de
laisser votre interlocuteur parler. Non, il est question de
s'intéresser vraiment à ce que l'on vous expose et de
rebondir sur tel ou tel point, ce qui marque que vous
portez un grand intérêt au sujet en question. Ecouter
vraiment, c'est être actif.

Ce n'est pas de l'hypocrisie de s'intéresser à un sujet a priori


inintéressant. Considérez cela comme une manière d'entrer
en relation avec ceux que vous rencontrez. De nombreuses
personnes sont avides de se confier à qui voudra. Soyez celui
qui écoute et qui sait écouter. En écoutant on apprend, on
manifeste à autrui du respect et tout le monde vous trouve
passionnant alors que vous vous taisez !

71
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

L'histoire qui suit est racontée par l'historien Eric Anceau, qui
cite le célèbre maréchal Bugeaud, conquérant de l'Algérie et
vainqueur de l'émir Abd el-Kader. Il parle du futur Napoléon III,
empereur des Français de 1852 à 1870, qu'il compare au roi
des Français Louis-Philippe (de 1830 à 1848) :

Juste avant de mourir, Bugeaud racontait : " il y a


quelques années quand j'arrivai à Paris, le roi Louis-
Philippe me fit appeler pour causer de l'Algérie. - Je
désire causer avec vous, dit-il, comme étant l'homme qui
connaît le mieux l'Algérie. Puis aussitôt il se mit à parler
sans interruption pendant près de deux heures. Après
quoi, il me prit la main et me dit : - Je vous remercie, je
suis enchanté de votre conversation.

Le Président [Louis-Napoléon – futur Napoléon III] à son


tour vint me faire appeler. Il m'accueillit par des paroles
à peu près semblables à celles de Louis-Philippe. Puis il
m'écouta deux heures, sans interrompre, ni prononcer
un mot. Après quoi, il me prit la main, et il me dit comme
le roi Louis-Philippe : - Je vous remercie, je suis enchanté
de notre conversation."

Cette histoire nous montre qu'en monopolisant la parole, il est


possible malgré tout d'avoir l'illusion de mener une vraie
conversation. De la même manière que nous considérons
l'attitude de Louis-Philippe comme ridicule, nous pouvons
nous aussi, en nous conduisant ainsi, nous couvrir de ridicule.

A l'inverse, le futur Napoléon III, en écoutant avec attention le


vieux soldat, montre tout d'abord sa profonde considération
pour son interlocuteur mais aussi qu'il s'intéresse vraiment au

72
sujet dont ils s'entretiennent. Peut-être n'y connaît-il rien ?
Peut-être ne s'y intéresse-t-il pas vraiment ? Peut-être que le
neveu de Napoléon Bonaparte est un sombre idiot ?
Qu'importe ! Il a manifestement gagné le respect de son
interlocuteur, un maréchal couvert de gloire. Tout simplement
en écoutant sincèrement son point de vue et ce qu'il avait à
dire.

Ainsi en écoutant vos interlocuteurs vraiment sincèrement,


comme un vrai gentleman, vous gagnerez en charisme et vous
renforcerez votre aura auprès des autres. En effet vous vous
révélerez comme une personne vraiment altruiste, prête à
accorder son temps à autre chose qu'à elle-même.

73
Retenez les noms des personnes que vous rencontrez
aujourd'hui et notez-les quelque part.

Napoléon III, encore lui, prétendait pouvoir se souvenir du


nom de chaque personne qu'il avait rencontrée, raconte
l'américain Dale Carnegie. Sa méthode ? Faire répéter leur
nom à ces personnes, quitte à leur faire épeler.

Retenir le nom d'une personne est très valorisant pour elle.


Mais avant tout, cela permet de montrer que l'on est vraiment
à l'écoute de nos interlocuteurs. Quand on rencontre
quelqu'un pour la première fois, il faut être très attentif quand
l'autre se présente, quitte à lui faire répéter son nom. Si nous
ne prêtons pas attention à son nom, c'est que nous ne
sommes pas réellement disponibles dans cet échange.
Comment affirmer que l'on écoute quelqu'un alors que l'on n'a
pas retenu son nom ?

En retenant le nom de nos interlocuteurs, nous leur montrons


que nous nous mettons à leur écoute et que nous leur
accordons de l'importance et de la valeur.

74
JOUR 11 – CULTIVEZ-VOUS

La véritable école du commandement est donc la culture


générale […]. Au fond des victoires d'Alexandre, on retrouve
toujours Aristote.

Charles de Gaulle
(1890 – 1970, général et homme d'État français)

Un gentleman est un « homme du monde ». Cette expression


signifie qu'il sait toujours comment se comporter, dans toutes
les circonstances, dans tous les milieux et dans toutes les
compagnies. Cela vaut tout spécialement dans la « bonne
société ». Ce concept un peu vague et fluctuant mérite qu'on le
définisse de façon sommaire.

La bonne société pour un gentleman, c'est forcément la


sienne. C'est l'élite, et, que vous le vouliez ou non, un
gentleman fait partie de l'élite. Ce mot vient de l'anglais où il est
l'équivalent français de « gentilhomme » qui signifie
aristocrate, terme qui lui même signifie « le gouvernement des
meilleurs ». Devenir un gentleman, c'est donc devenir un
homme d'exception.

Bref, dans la bonne société comme dans toutes les autres, un


gentleman ne peut manifester son inculture. Cela ne veut pas
dire qu'il faut tout savoir, mais cela veut dire qu'il faut savoir
quand on ne sait pas et reconnaître son ignorance dans
certains domaines.

Quel rapport avec le charisme ? Depuis le début de notre


progression, nous avons vu que devenir un gentleman vous
permettra de développer votre charisme. Cette

75
caractéristique du gentleman, celle d'être une personne qui se
cultive, est capitale pour deux raisons. La première raison,
c'est qu'il est important de maîtriser les codes culturels et les
références du milieu que l'on fréquente. Cela sera d'autant
plus facile que votre culture personnelle est étendue.

La deuxième raison est bien plus importante. La culture, c'est


à dire tout simplement la connaissance, est un aliment de
l'intelligence. Or le charisme se nourrit lui-même de
l'intelligence. Certes, l'intelligence est multiforme, tout
comme la connaissance. Mais il est certain que plus vous en
savez, plus on peut vous en demander. Plus vous aurez alors
l'occasion de rendre service, d'aider autrui, de répondre aux
questions, d'avoir une influence sur votre environnement.

Ainsi cette curiosité intellectuelle qui doit être la vôtre doit


vous amener à comprendre les grandes étapes de l'Histoire, à
avoir une vision générale du monde d'aujourd'hui et à
envisager l'avenir avec intelligence. La culture générale est
une véritable colonne vertébrale intellectuelle.

En outre, la culture vous donne une aisance dans toutes les


circonstances, car vous n'êtes jamais pris au dépourvu par le
tour que prend une conversation ; la culture vous donne
confiance et assurance car vous avez toujours un coup
d'avance. C'est aussi cela qui vous permet de développer votre
charisme.

76
Pour obtenir cette culture, il faut simplement connaître et
maîtriser (pour commencer, tout simplement et gratuitement
avec l'aide de Google, Wikipedia ou Qwant, qui sont nos
meilleurs amis) :

v Quelques grandes périodes de l'Histoire de France et


du monde ;
v Quelques banalités sur la géographie ;
v Quelques touches de philosophie ;
v Quelques grandes lignes de la littérature ;
v Une pincée de généralités concernant la musique ;
v Une poignée de repères concernant les beaux arts ;
v Une petite dose de cinéma ;
v Les quelques généralités les plus connues concernant
les arts ;
v Un soupçon de science ;
v Les légères nuances de la politique.

Oui, ça n'est pas rien, mais cela fait aussi toute la différence !

En vous cultivant, comme un gentleman, vous développez


votre charisme naturellement.

77
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Un célèbre personnage historique a avoué dans ses mémoires


ne pas avoir gardé un très bon souvenir de son temps
d'écolier. Cette personne, c'est Winston Churchill, encore lui !
Ecoutons-le dans ses mémoires :

Durant les douze années que je passais au collège,


personne ne réussit à me faire jamais écrire un vers latin
ni apprendre un mot de grec, hormis l'alphabet. […].
Peut-être, si l'on m'avait initié à la culture antique par le
biais de l'histoire et des coutumes, au lieu de m'ennuyer
avec la grammaire et la syntaxe, peut-être aurais-je eu
de meilleurs résultats. […] l'éducation prolongée n'est
pas naturelle […]. Un jeune garçon aimerait suivre son
père en quête de nourriture ou de gibier.

Tenace et intelligent, il réussit au bout de trois essais le


concours d'entrée à Sandhurst, l'équivalent anglais de Saint-
Cyr, la grande école des officiers de l'armée de terre. Ce n'est
que lors de sa première mission en Inde, comme jeune
lieutenant, que son inculture commence à lui peser :

J'admirais ces mots mais je craignais de les employer, de


peur d'être ridicule. […] Il m'était arrivé d'être parfois
jaloux des vastes connaissances que certains d'entre eux
semblaient posséder. […] Je résolus donc de lire des livres
d'histoire, de philosophie, d'économie politique et
autres ouvrages de ce genre ; et j'écrivis à ma mère pour
lui demander de m'envoyer les livres dont j'avais
entendu parler traitant de ces sujets.

Insouciant dans sa prime jeunesse, ne travaillant que lorsqu'il


le faut, pour réussir un concours par exemple, le jeune

78
Churchill, un peu plus tard, découvre de lui-même la richesse
de la culture et toute son importance. En effet, dans son
entourage, il craint de révéler son ignorance car il sait que c'est
une vraie faiblesse. Tout en menant une carrière de soldat, il
vient à comprendre la nécessité de s'instruire et de se cultiver
afin de devenir enfin un homme capable d'avoir une
discussion sérieuse, un parfait gentleman. En effet, le futur
vainqueur de la Deuxième Guerre mondiale évolue dans un
monde, celui des officiers, qui est un monde de gentlemen. Son
inculture lui fait défaut et le paralyse dans ses relations avec
autrui.

Quelques années plus tard, bien du chemin a été parcouru !


Grâce à cette nouvelle érudition et aux connaissances
acquises aux Indes, le jeune officier va devenir ensuite
journaliste, en travaillant comme correspondant de guerre.
Cela le lancera dans une carrière époustouflante comme
député, puis ministre puis enfin premier ministre au cœur de
la guerre la plus meurtrière de tous les temps. La rédaction de
ses mémoires lui vaudra même d'obtenir, lui l'ancien cancre, le
prix Nobel de littérature !

Cet exemple montre qu'il est important de se cultiver afin


d'acquérir une colonne vertébrale intellectuelle. Se cultiver
c'est le propre du gentleman.

79
Regardez un film ou une série historique au choix dans la
liste suivante.

v La série Les rois maudits (la version de 1972 de


préférence)
v La série Rome, créée par John Milius, W. J. MacDonald et
B. Heller (2005)
v La mini-série Jésus de Nazareth, de Franco Zeffirelli
(1977)
v Marie-Antoinette de Sofia Coppola (2006)
v L'allée du roi, téléfilm de Nina Companeez (1996)
v Waterloo, de Sergueï Bondartchouk (1970)
v Dien Bien Phu, de Pierre Schoendoerffer (1992)
v La nuit de Varennes, d'Ettore Scola (1982)
v Un homme pour l'éternité, de Fred Zinnemann (1966)
v Quo Vadis, de Mervyn LeRoy (1950)
v Forrest Gump, de Robert Zemeckis (1994)
v Autant en emporte le vent, de Victor Fleming (1939)
v Cléopâtre, de Joseph L. Mankiewicz (1963)
v Le docteur Jivago, David Lean (1965)
v Walkyrie, Bryan Singer (2008)
v La Chute, Oliver Hirschbiegel (2004)

Churchill, lorsqu'il entreprend de rattraper son retard dans le


domaine de la connaissance, commence par étudier en
premier lieu l'Histoire. En effet, l'Histoire est le point de départ
de toute culture générale car elle donne des repères, un cadre
et un contexte à tout le reste. Si vous ne faîtes pas la différence
entre le temps du roi Dagobert et le temps du roi Saint-Louis,
vous ne pouvez comprendre en quoi les cathédrales
gothiques représentent une révolution architecturale.

80
Peut-être que l'Histoire n'est pas vraiment votre tasse de thé.
C'est peut-être cela le problème, il faut apprendre à l'aimer. En
commençant par aimer l'Histoire, peut-être aimerez-vous
aussi tous les autres domaines dans lesquels vous avez des
lacunes. C'est pourquoi il faut commencer en douceur, avec un
film ou une série. Plongez-vous dans le passé et regardez tout
ce que vous ne comprenez pas avec curiosité. C'est cette
curiosité qui vous ouvrira les portes de la culture.

Pensez par la suite à vérifier la véracité historique de chaque


film que vous regardez en effectuant une recherche rapide sur
internet. Vous verrez que l'histoire est parfois bien différente
de ce que l'on nous montre le plus souvent et que c'est
passionnant.

N'oubliez pas que l'objectif de tout cela est d'acquérir la culture


générale qui vous fait défaut et qui vous permettra de
développer votre charisme. Il faudra aller bien au-delà de
quelques films pour vraiment y parvenir.

81
JOUR 12 – CONNAISSEZ VOS FAIBLESSES

Nos faiblesses ne nous desservent plus dès lors qu'on les


connaît.

Georg Christoph Lichtenberg


(1742 – 1799, philosophe allemand)

Nul n'est un surhomme et nous avons tous des failles, ce qui


est humain. Mais dans l'imaginaire collectif, un homme n'est
pas censé montrer la moindre faiblesse. Ainsi beaucoup
d'hommes en viennent à ne jamais reconnaître les leurs.

Le gentleman est en le meilleur exemple à suivre. Un


gentleman, lui, masque ses faiblesses tant qu'il le peut
mais fait preuve en revanche d'une vraie lucidité sur lui-
même, ce qui est une marque de sagesse. En effet, à trop
masquer ses faiblesses, on risque de ne plus voir ses défauts.

En effet, connaître ses faiblesses, cela permet de ne pas les


exposer. Comme un général camoufle ses plus mauvaises
troupes, tentez de ne pas montrer vos faiblesses et évitez les
circonstances où elles pourraient être révélées au grand jour.
Un bègue, par exemple, va éviter les situations dans lesquelles
il est susceptible de s'exprimer devant un grand nombre de
personnes. Un frileux maladif se mettra un manteau sur les
épaules avant de trembler comme une feuille et de claquer
des dents.

Le gentleman, en revanche, possède une arme infaillible


quand il est pris en défaut : l'autodérision. Cette
autodérision est possible car il ne se ment pas à lui-même à
propos de ce qui le handicape. « J'ai le vertige, un comble pour

82
un montagnard ! » dira-t-il par exemple. Ou encore : « Je pleure
comme une fillette devant ces films à l'eau de rose mais c'est
parce que sous mes dehors sauvages de guerrier barbare qui
casse des crânes à mains nues se cache un cœur tendre ! »

Mais pour adopter cette attitude positive, il faut connaître et


identifier vos faiblesses. Voici quelques questions qui peuvent
vous permettre de les identifier :

v Dans quelle matière aviez-vous des problèmes à


l'école ?
v Dans quels domaines avez-vous des difficultés à
apprendre ?
v Quelles sont vos plus grandes peurs ?
v Quel événement vous empêche de dormir la nuit qui
précède ?
v Si vous deviez avouez vos fautes tous les jours, quelles
seraient celles qui reviendraient sans cesse ?
v Quelle critique vous vexe le plus ?
v Quel compliment vous flatte le plus ?
v Quelle a été la plus grande honte de votre vie ?
v Qu'est-ce que votre famille et vos amis n'aiment pas
chez vous ?

Ainsi, il est primordial de se connaître soi-même afin de ne pas


exposer ses faiblesses au vu de tous mais sans s'illusionner
sur soi-même. Néanmoins, il ne faut pas oublier que pour être
heureux, il faut savoir rester vrai et sincère.

En résumé, un gentleman connaît donc bien ses propres


faiblesses car il estime que se connaître soi-même est
essentiel pour quelqu'un qui entre en relation avec autrui.
Ainsi, connaître vos faiblesses vous permet de développer
votre charisme car vous n'êtes jamais pris au dépourvu,

83
vous connaissez vos limites et savez éviter les terrains
glissants. Vous apparaissez le moins possible en situation
de faiblesse et donnez une impression de force et
d'assurance.

En outre, la maîtrise de vos propres limites montre que vous


avez conscience de ne pas être parfait et que vous ne vous
prenez pas pour celui que vous n'êtes pas. Ce don particulier et
si précieux se nomme la modestie !

84
E X E M P L E
--------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Le Seigneur des anneaux, roman en trois volumes de J. R. R.


Tolkien paru en 1954 et 1955, a été adapté pour le cinéma en
trilogie par Peter Jackson à partir de 2001, achevant d'en faire
un livre culte. Pour les besoins de notre exemple, nous
parlerons plutôt du film, malgré la richesse et la profondeur
incomparable de l'œuvre littéraire.

La trilogie de Peter Jackson nous fait vivre une quête visant à


détruire un anneau magique afin de le soustraire aux forces
du mal car cet anneau donnerait à ces forces la victoire finale.
Cette quête est entreprise par une communauté de
différentes races : humains, magiciens, elfes, nains et hobbits
(petits hommes). C'est un hobbit qui porte l'anneau et qui a la
charge de le détruire. Au sein de cette communauté, un
personnage se dévoile peu à peu comme un chef
charismatique : Aragorn, dont on apprend qu'il est l'héritier du
royaume des hommes.

Ainsi, au tout début de l'aventure, Frodon Sacquet et ses 3


compères hobbits quittent leur foyer pour mener à bien la
mission qui leur a été confiée par le magicien Gandalf. Ils
rencontrent un voyageur décrit comme un « rôdeur », Grand-
Pas, un des surnoms d'Aragorn. Il a l'allure d'un vagabond et
d'une personne peu recommandable. Néanmoins il parvient à
les conduire en lieu sûr dans le domaine des elfes, des êtres
supérieurs et immortels. Là, il retrouve Arwen, une elfe dont il
est épris. Au cours d'une conversation avec celle-ci, la faiblesse
principale d'Aragorn est mise à jour : il doute de lui et manque
de confiance en sa destinée. Il s'estime héritier de la faiblesse
de son ancêtre Isildur, qui avait eu l'occasion de détruire
l'anneau unique mais avait préféré le garder pour lui-même.
« Pourquoi craignez-vous le passé ? Vous êtes héritier

85
d'Isildur, pas Isildur en personne. Vous n'êtes pas lié à
son destin. »
« Le même sang coule dans mes veines, la même faiblesse. »
Aragorn montre là qu'il est conscient de sa principale
faiblesse : l'attrait pour la puissance et le pouvoir à cause de sa
naissance royale. En effet, comme Isildur, il pourrait songer à
garder l'anneau pour lui-même, convaincu que c'est une arme
digne d'un roi. Pour cette raison, il se méfie de l'attraction de
l'arme maléfique pendant tout le temps où il chemine avec
Frodon, porteur de l'anneau. Quand Frodon, dépassé par les
événements lui entrouvre la possibilité de s'en saisir, il a
suffisamment de recul sur sa faiblesse qu'il trouve la force de
le refuser.
Au-delà de son courage, Aragorn se caractérise ainsi par son
effacement au profit du porteur de l'anneau, chargé de la
mission la plus importante. La connaissance de sa faiblesse lui
a permis de comprendre son rôle dans cette aventure, qui est
de permettre à Frodon, petit être fragile, de détruire l'anneau,
terrible fléau. Au cours du film, il gagne progressivement en
charisme car, ne se mettant jamais en avant, il paie de sa
personne et ne s'estime jamais supérieur. Certainement
pense-t-il qu'être d'origine royale oblige à se conduire en vue
du bien commun et non comme un chasseur de trône (on est
loin de Game of Thrones !). C'est par son dévouement et sa
modestie qu'il prend au fur et a mesure une vraie stature de
royale et c'est tout naturellement qu'il devient roi.

86
Faites simplement l'effort de lister vos faiblesses sur une
feuille de papier.

A l'aide des questions suivantes, déjà vues plus haut,


établissez une liste de vos plus grandes faiblesses :

v Dans quelle matière aviez-vous des problèmes à


l'école?
v Dans quels domaines avez-vous des difficultés à
apprendre ?
v Quelles sont vos plus grandes peurs ?
v Quel événement vous empêche de dormir la nuit qui
précède ?
v Si vous deviez avouez vos fautes tous les jours, quelles
seraient celles qui reviendraient sans cesse ?
v Quelle critique vous vexe le plus ?
v Quel compliment vous flatte le plus ?
v Quelle a été la plus grande honte de votre vie ?
v Qu'est-ce que votre famille et vos amis n'aiment pas
chez vous ?

Une fois cette liste établie sur une feuille, glissez-là dans une
pochette plastique puis laissez-là dans un endroit où vous
allez de temps en temps, pas trop souvent : dans un placard,
dans un coffre, dans un tiroir de la commode du salon, dans
votre table de chevet... Il s'agit d'avoir conscience de vos
défauts et d'agir avec prudence en fonction de ceux-ci. Mais il
ne faudrait pas perdre tout votre temps à s'attarder sur vos
faiblesses car il importe de se concentrer sur vos forces.

87
JOUR 13 – DÉVELOPPEZ VOS FORCES

Même si notre armement est assez puissant pour détruire une


planète, il est bien peu de chose en comparaison de la Force.

Dark Vador (personnage de fiction de Star Wars)

S'il est important de connaître ses faiblesses, il est encore plus


capital de connaître ses forces. En effet, certains passent
toute leur vie à lutter contre leurs faiblesses alors qu'il est
toujours plus facile et rentable de développer ses forces.
Un cheval de course et un poney de centre de vacances ont des
qualités bien différentes. Disons que vous êtes un cheval de
course. Rien ne sert de vous habituer à la présence des enfants
pour vous apprendre la douceur, car vous ne devriez pas être
autorisé à les emmener en ballade. Il est utile en revanche de
vous apprendre à courir sur tous les terrains. Inversement, il
ne sert à rien d'entraîner un poney à courir le Prix de l'Arc de
Triomphe car il n'a aucune chance de le remporter.

Ainsi, dominez vos faiblesses, mais surtout développez


vos forces. Précédemment nous avons vu que quelqu'un qui
connaît ses faiblesses gagne en charisme car il connaît ses
limites, ne se berce pas d'illusions et fait preuve de modestie.
Mais développer vos forces vous permettra bien plus
aisément de gagner en charisme, car on gagne plus à
développer ce qui est évident et facile pour nous qu'à
améliorer ce qui nous gêne et nous handicape. Et le charisme,
cette autorité naturelle, cette capacité à faire adhérer les
autres, ce charisme a pour origine nos forces personnelles.

En effet, une personne qui développe ses forces se rend


utile à tous, utile à la société car nous avons tous un rôle,

88
une place à occuper dans la société dans laquelle nous
évoluons et cette place est liée à nos qualités
personnelles, à nos principales forces. Cela ne veut pas
forcément dire qu'il faut changer de métier pour être en
accord avec nos qualités personnelles. Cela signifie qu'il faut
que nos forces, nos talents s'expriment librement dans notre
vie, afin qu'ils se manifestent aux yeux de tous.

Être ainsi à sa place, donner le meilleur de soi-même, chacun


en fonction de ses talents et ses aptitudes, c'est être à l'aise et
« bien dans ses pompes ». C'est justement là une qualité de
gentleman : être à l'aise en toutes circonstances, donner
l'impression d'être toujours à sa place. Cela est un élément
crucial si vous souhaitez développer votre charisme.
Quelqu'un qui a trouvé sa place et qui est « bien dans ses
pompes » fait déjà preuve d'un charisme certain car c'est une
qualité que confèrent la sérénité et le naturel.

Ainsi, développez vos forces afin de trouver votre rôle et


d'être à votre place dans la société. Vous y gagnerez
l'aisance et la sérénité sans lesquelles il n'y a pas de
charisme.

N'essayez pas de devenir quelqu'un d'autre en essayant de


développer des qualités qui ne sont vraiment pas les vôtres.
Vous éviterez ainsi de vous trouver à contre-emploi et de
développer un stress insurmontable.

89
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Jacques Chirac, homme politique français, né en 1932 et mort


en 2019, fut président de la République française de 1995 à
2007. Véritable animal politique, surnommé à la fois l'agité, le
bulldozer, Serre-la-louche, Jacques Chirac avait le don de faire
campagne avec énergie, ne comptant pas ses efforts en vue de
remporter une élection. Séducteur et très proche des gens, il
était une formidable machine à gagner les élections locales.
Charmeur, il payait de sa personne au contact des gens, dans
les bains de foule, les marchés… Une embrassade par-ci, des
poignées de mains par-là, peu de gens résistaient à cette
proximité populaire. Jacques Chirac sur le terrain faisait
preuve d'un charisme indéniable.

Excellent pour gagner des élections locales, il l'était aussi pour


l'emporter face à ses adversaires politiques directs,
notamment au sein de son propre camp. Fin stratège, il écarta
ainsi du pouvoir des personnalités politiques majeures
comme Jacques Chaban-Delmas, premier ministre de 1969 à
1972, Valéry Giscard d'Estaing, président de la République de
1974 à 1981 et Edouard Balladur, premier ministre de 1993 à
1995. C'était un vrai « tueur » politique.

Néanmoins, il échoua par deux fois à l'élection présidentielle


en 1981 et 1988. Beaucoup de facteurs entraient en jeu mais
en vue de remporter l'élection de 1995, Jacques Chirac
entrepris un travail en profondeur. Il s'agissait pour lui de
développer ce qui était sa force principale : sa capacité à
séduire et à convaincre les électeurs. Mais ce qu'il parvenait à
faire facilement au contact direct des gens, Jacques Chirac
peinait à le reproduire à la télévision ou lors de grands
meetings.

90
Afin de pallier cette lacune, Jacques Chirac, guidé par un ancien
conseiller du président François Mitterrand ainsi que par sa
fille, adopta un style vestimentaire plus moderne, troqua ses
lunettes contre des lentilles de contact mais surtout, il effectua
des dizaines de déplacements aux Etats-Unis pour du coaching
en communication. Naturellement doué pour séduire, il fallait
à Jacques Chirac acquérir aussi les clés du succès de la
communication moderne, qui passe avant tout par la
télévision.

Jacques Chirac apprit à ne plus battre du pied, ce qu'il faisait


sans arrêt quand il était assis. Il apprit aussi à poser les mains
sur la table quand il y en avait une sur les plateaux de télévision
ou bien à mettre ses mains dans les poches en déambulant
dans les allées du salon de l'agriculture sous l'œil des caméras.
Tout était pensé pour bien passer à la télévision. Il apprit aussi
à se servir d'un prompteur, ce qui donnait l'impression qu'il
parlait sans notes lors de ses meetings.

D'autres facteurs contribuèrent également à la victoire de


Jacques Chirac lors de l'élection de 1995 mais il est certain que
ce travail minutieux réalisé aux Etats-Unis a porté ses fruits et a
participé à la conquête du pouvoir par le bulldozer.

Pour réaliser son objectif de devenir président de la


République, Jacques Chirac a donc largement travaillé à
développer sa principale qualité : son pouvoir de séduction.
Il aurait pu élaborer de nouvelles alliances ou bien renouveler
les cadres de son parti mais il a préféré se concentrer à
améliorer ce qu'il savait déjà bien faire : séduire ses
interlocuteurs et donner de lui une image sympathique et
attirante.

91
Faites l'effort d'identifier vos principales forces et
inscrivez-les sur la feuille où vous avez détaillé vos
objectifs.

Quelles sont vos forces principales ? Prenez ce qui vous rend le


plus fier. Il peut s'agir de votre force physique, de votre
mémoire, d'un de vos traits de caractère, d'un domaine
particulier de compétences, etc. Vous avez une qualité qui
vous rend fier et c'est très bien car ce qui vous rend fier vous
donne de la confiance et de l'assurance.

Revenez à vos objectifs (voir « Jour 1 »). Normalement vous


avez la feuille où ils sont inscrits toujours sur vous et chaque
jour vous réécrivez vos objectifs afin de toujours les avoir à
l'esprit.

En quoi votre principale qualité peut vous permettre


d'atteindre vos objectifs ? Prenez le temps d'y réfléchir. Quelle
talent devriez-vous approfondir afin d'atteindre vos buts
personnels ? Que vous manque-t-il pour que cette force soit
efficace à 100% ?

Reprenez la feuille de papier où sont inscrits vos objectifs.


Ajoutez-y en gros et en rouge : « je suis un excellent avocat / le
meilleur graphiste de la boîte / un très bon père de famille / un
marathonien passionné / un bricoleur né / un chef apprécié de
tous / très doué pour écrire / très créatif / particulièrement
débrouillard / un pêcheur hors pair / un adversaire redoutable
dans les affaires / très séduisant / à l'aise pour prendre la
parole en public…

Si vous ne faites pas tout de suite le lien avec vos objectifs, cela

92
finira bien par vous sauter aux yeux. Vous comprendrez qu'il
faut travailler ce talent pour donner le meilleur de vous-même
et occuper pleinement la place qui est la vôtre.

Pour aller plus loin : Un livre peut vous permettre d'identifier


vos principales forces et vous donne des pistes pour les
approfondir. Il s'agit de Strenghts Finder 2.0., de Tom Rath.
Attention, n'achetez pas ce livre d'occasion car il contient un
code pour la réalisation d'un test en ligne. Cet ouvrage requiert
la maîtrise de l'anglais car il n'a pas encore été traduit.

93
JOUR 14 - ADOPTEZ UNE ATTITUDE DE BATTANT

Accepter l'idée d'une défaite, c'est être vaincu.

Ferdinand Foch (1851 – 1929, maréchal de France)

L'attitude que vous adoptez a une énorme influence sur votre


vie. Comme le dit l'auteur américain Earl Nightingale dans Lead
the Field, « attitude is the magic word », « le mot magique
c'est attitude ». L'attitude, c'est la manière d'être par laquelle
vous montrez vos sentiments, votre humeur, votre état
d'esprit. Votre attitude avec les autres détermine l'attitude
des autres envers vous.

L'attitude que l'on cherche à adopter ici, c'est une attitude


de gentleman. En effet nous croyons que les qualités d'un
gentleman ont la propriété de développer le charisme chez
quiconque veut bien s'en donner la peine. Parce qu'un
gentleman est une personne qui se préoccupe de mettre en
valeur les autres, il s'impose avec naturel et simplicité.

Or un gentleman, même s'il est toujours poli et courtois,


appartient à l'élite. Même s'il n'a pas un sou en poche, même
s'il n'a pas de quoi se vêtir avec élégance, même s'il est malade
ou déprimé, un gentleman a conscience de faire partie de
l'élite. Il ne le CROIT pas, il le SAIT. Même s'il est né dans un
milieu modeste, un gentleman maîtrise les codes et les
convenances. Il sait que l'on se distingue avant tout en se
mettant au service des autres et non pas en faisant le
beau. Il y a entre ces deux attitudes la même différence que
celle qui existe entre un chien de race qui s'occupe des
aveugles et un roquet que l'on frise pour les concours de
beauté canins.

94
Cette conscience d'appartenir à une élite, c'est justement une
« attitude ». C'est un ensemble de comportements que l'on fait
siens, afin de devenir celui que l'on veut être ou plutôt de
devenir la meilleure personne que l'on puisse être. Cette
attitude, c'est aussi ce qui confère à certaines personnes ce
charisme indéfinissable dont on ne sait d'où il vient, ou sur
quoi il repose.

C'est avant tout en désirant être meilleur et en s'y appliquant


que l'on parvient à adopter cette attitude de gentleman qui
est une attitude de battant. C'est se battre contre soi-même
afin d'atteindre un objectif ambitieux mais que l'on désire
atteindre si fort que le succès est inévitable. C'est acquérir une
discipline personnelle qui nous mène inéluctablement à la
réussite. Laissons les autres se plaindre.

Ce charisme que vous espérez développer, vous le possédez


déjà. Un gentleman n'est pas une gravure de mode, n'est pas
un vieux garçon ni encore une starlette mâle de télé réalité
avec un cerveau, si vous êtes un gentleman, c'est que vous
l'avez décidé. A vous de vous conformer à cet idéal, à vous de
vous montrer digne de ce que vous pensez de vous-même. Le
charisme, cette qualité un peu fantasmée, c'est déjà pour
vous une réalité. Vous avez décidé d'être bienveillant,
attentionné, protecteur, intelligent, cultivé, élégant et
enfin, fort, car la faiblesse physique un peu et morale
surtout, est mortelle. Vous avez décidé, vous serez, vous
l'êtes déjà. Vous êtes un gentleman. Vous êtes l'élite. Vous
êtes un battant. Vous êtes déjà quelqu'un de charismatique.

95
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Il existe beaucoup d'exemples de battants alors plutôt que


développer longuement l'un d'entre eux, voici une collection
d'exemples dont vous pouvez vous inspirer :

v Le général de Gaulle quitte la France pour Londres pour


prolonger le combat accompagné seulement de son
aide de camp. Dans l'appel qu'il prononce à la radio le
18 juin, il confesse déjà sa foi pour la victoire. En juin
1940 alors que la France s'effondre et que le monde
entier pense la victoire d'Hitler inéluctable, Charles de
Gaulle se conduit comme si la victoire était certaine.
Cette croyance infaillible en la victoire va attirer à lui
des milliers de Français.

v Après avoir connu un succès fulgurant en 1980 avec


l'Apple II, un des premiers ordinateurs au monde
fabriqué à grande échelle, Steve Jobs se voit petit à
petit écarté de la société qu'il a créée, Apple. Fragilisé
par l'échec du lancement de l'ordinateur Macintosh, il
démissionne en 1985. Mais Steve Jobs est un battant,
et il rachète à George Lucas (celui de Star Wars) le
studio d'animation Pixar qui connaîtra un succès
mondial avec le film Toy Story. Il fonde également une
entreprise informatique, NeXT. Pendant ce temps,
l'entreprise Apple, qui est en pleine crise, rachète NeXT
en 1997 et réembauche Steve Jobs comme PDG ! Il
permet à Apple de connaître ses plus beaux succès
avec l'Imac, l'Ibook, l'Ipod, l'Iphone et l'Ipad !

v Joop Zoetemelk est un coureur cycliste néerlandais qui


a disputé 16 fois le Tour de France entre 1970 et 1986,
ayant couru au total 365 étapes. Un nombre record

96
battu seulement en 2018. Second du tour en 1970,
1971, 1976 et 1979, il remporte enfin la compétition en
1980 ! Mais il ne s'arrête pas là et continue encore 7 ans
le cyclisme et finira encore 2e du Tour de France en
1982. Il remporte son ultime course, l'Amstel Gold
Race, à l'âge de 41 ans !

v Dans les jours qui ont suivi la victoire de l'équipe de


France lors de la coupe du monde de football en 2018,
un documentaire a été diffusé à la télévision : Les Bleus
2018, au cœur de l'épopée russe. On y entend tour à tour
tous les joueurs de l'équipe. Le milieu de terrain Blaise
Matuidi raconte devant la caméra que lorsqu'il était
enfant, il pleurait toujours après une défaite. « Il faut
sans cesse se remettre en question. Se dire que c'est bien
mais qu'on peut faire encore mieux. Quand j'étais petit,
c'était de jouer avec les plus grands. En club, c'est être le
meilleur. Et après tu vas dans un club un peu plus huppé.
C'est cette remise en question permanente qui m'a
emmené ici [en équipe de France, à la coupe du
monde]. » On pourrait croire que les joueurs de foot
qui pleurent sur le terrain ont bien peu de caractère. Il
faut plutôt comprendre que cette rage de vaincre est à
l'origine de leur succès. Il n'y a qu'à voir Cristiano
Ronaldo. Ces types-là ont le démon de la victoire.

v Dans le film de Raoul Walsh, Gentleman Jim, à l'affiche


en 1942, l'acteur Errol Flynn campe un homme
particulièrement ambitieux. Comédien, rêvant
d'appartenir à la haute société et boxeur avide de
succès, il manifeste son attitude de battant dans tous
les domaines. Cet appétit et cette ambition finissent
par payer quand le héros adopte un comportement de
vrai gentleman.

97
Portez un élastique au poignet. Changez-le de poignet à
chaque fois que vous vous plaignez.

Bien entendu, cela peut être réalisé avec votre montre.

Cet exercice est inspiré du livre 21 jours sans se plaindre de Will


Bowen et a pour but de nous faire réaliser que nous passons
notre temps à nous plaindre. Ce qui est bien loin d'une attitude
de battant !

Si nous réalisons que nous nous plaignons tout le temps,


l'essentiel est bien de s'efforcer de ne plus se plaindre. En
effet, cela a des conséquences néfastes sur notre attitude.
Quelqu'un de charismatique ne se plaint pas. Il affronte ce qui
lui fait obstacle et il n'accuse pas l'obstacle de lui faire échec.

Le mot « attitude » est donc bien un mot très important.


L'attitude que nous avons chaque jour conditionne notre
comportement, nos actes et aussi notre influence sur ce qui
nous entoure. En adoptant une attitude de gentleman, rien ne
vous atteindra et vous ferez preuve d'une discipline qui vous
mènera à réussir ce que vous entreprenez. Cette attitude de
battant contribuera pour beaucoup à développer votre
charisme.

Dans le film Gentleman Jim, le personnage joué par Errol Flynn


ne se plaint pas une seule fois ! Et il dit oui à tout, et vit chaque
minute à fond. Mais ce n'est qu'à la fin du film qu'il devient un
vrai gentleman : en étant modeste dans la victoire. C'est à ce
moment qu'il prend de l'épaisseur. C'est ce que l'on appelle le
charisme.

98
JOUR 15 – PAS DE COMPÉTITION MAIS DES PROJETS !

Je ne me suis jamais senti en compétition avec qui que ce soit. Je


suis unique, et j'entends le rester. La compétition c'est pour les
autres.

Prince (1958 – 2016, musicien américain)

Vous avez sans doute déjà remarqué en observant des


personnes charismatiques qu'elles passent moins de temps
que le commun des mortels à jouer le jeu de la compétition
avec les autres. Elles ne jouent pas, elles agissent. Elles ne font
pas la course car elles ne courent pas, elles avancent. Elles
évoluent dans une dimension qui leur est propre.

C'est aussi là une qualité de gentleman. Un gentleman peut


être un compétiteur dans le domaine du sport, c'est tout. Dans
la vie, il donne l'impression de ne jamais courir, d'avoir un coup
d'avance. Dans le tempo frénétique de nos sociétés
modernes, beaucoup de choses sont plus simples pour lui. Sa
bienveillance, ses bonnes manières, sa culture et son élégance
lui servent de ligne de conduite et lui font gagner et du temps
et le respect de ses interlocuteurs. Il n'y a pas de compétition
pour lui. À ses yeux, seul l'essentiel compte et la rivalité est
accessoire. Il a ses rêves, ses projets et son ambition comme
moteurs.

Il est assez simple en effet de comprendre que beaucoup


se perdent dans la compétition. Que ce soit dans le travail ou
dans nos vies personnelles, il arrive d'être confronté à des
rivaux, à des adversaires, qu'il faut dépasser, renverser,
disqualifier, battre, ridiculiser, humilier… Ce n'est certes pas
une attitude de gentleman. En effet, s'il gagne une partie de

99
tennis dira qu'il était dans un bon jour et que son adversaire
avait une raquette abîmée. Dans la vraie vie, il ne rivalise
même pas.

En effet, rivaliser, envier, entrer sans cesse en compétition,


cela vous fait perdre de vue vos objectifs. Quel besoin avez-
vous de regarder dans l'assiette du voisin ? Comment
comptez-vous aller droit devant si vous regardez sur les
côtés ? Un homme charismatique n'a pas de rivaux. Il est seul
dans son couloir et c'est tout, il trace son sillon, comme un
cheval de labour plutôt que comme un cheval de course. Mais
il avance et traîne du monde derrière lui. Des personnes qui
sont rassurées par ce rythme régulier dans la terre, sans
faiblir, vers l'objectif. Quand les chevaux de course ne courent
que 2 minutes par semaine.

Ne vous voyez donc pas en compétition avec le monde entier.


Pensez à avancer sans cesse, à tracer votre voie vers vos
objectifs qui seuls comptent vraiment.

D'un point de vue pratique :


v Ne critiquez jamais.
v Travaillez.
v N'enviez jamais mais inspirez vous de la réussite des
autres.

100
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Le film Top Gun, réalisé par Tony Scott et sorti en 1986 est
aujourd'hui un film culte.

L'intrigue oppose deux personnages principaux, Maverick,


joué par Tom Cruise et Iceman, joué par Val Kilmer. Tous deux
ont été choisis pour suivre, avec l'élite des pilotes de
l'aéronavale de la marine américaine, une formation de
combat aérien à la prestigieuse Navy Fighter Weapons School
(école de combat aérien de la Navy), appelée Top Gun.

Maverick est un pilote particulièrement doué, qui pilote à


l'instinct, comme s'il était né dans un avion. Son indicatif
Maverick montre d'ailleurs ce côté « cheval fou » mais un peu
individualiste. Son père était pilote de chasse également, mort
en mission. Il n'a pas été accepté à l'Ecole Navale et il est donc
devenu officier et pilote par une voie moins prestigieuse.
Goose est son navigateur (car les avions de chasse F-14 sont
bi-place).

Iceman est un ancien élève de l'Ecole Navale dont l'indicatif


opérationnel montre qu'il sait rester de glace. Dans ce monde
de stress intense des avions de chasse, la qualité principale
d'Iceman c'est de ne jamais commettre d'erreur. Peut-être
moins talentueux que Maverick, il sait attendre la faute de son
adversaire.

Les deux hommes sont orgueilleux et arrogants et se défient


mutuellement car à la fin de la formation, un trophée désigne
le meilleur pilote. La principale différence entre eux, c'est leur
manière d'aborder la formation. Iceman enchaîne les vols et
les victoires tout naturellement. Il est un excellent pilote et il le
sait. Il fait ce qu'il sait faire et sans faire de vagues. Maverick au

101
contraire se bat comme un diable mais au lieu de faire tout
simplement la bonne manœuvre au bon moment, il en fait
toujours trop car il prend la compétition trop au sérieux.

Finalement, ce que l'on retient c'est que Maverick manque de


confiance en lui et qu'il cherche à prouver quelque chose à
chaque fois qu'il est en vol au lieu de se concentrer sur la
mission. Iceman en revanche apparaît comme quelqu'un de
particulièrement solide et – même s'il semble un moment
manquer d'empathie – s'avère être de loin le plus
charismatique de tous les pilotes de Top Gun. L'un se perd
dans une compétition à outrance alors que l'autre trace son
sillon et décroche le trophée tout naturellement.

A titre de remarque, ajoutons que le jeu de deux acteurs


principaux est assez bon. Certaines scènes sont mémorables.
N'écoutez pas tous ceux qui proclament que Top Gun est un
nanar.

102
Aujourd'hui complimentez honnêtement et sincèrement
toutes les personnes que vous rencontrez.

Cette idée s'inspire du livre Comment se faire des amis de Dale


Carnegie.

Voyez les quelques lignes ajoutées à la fin de l'exemple


précédent :

A titre de remarque, ajoutons que le jeu de


deux acteurs principaux est assez bon.
Certaines scènes sont mémorables. N'écoutez
pas tous ceux qui proclament que Top Gun est
un nanar.

Ce commentaire n'est pas anodin. Il faut toujours s'efforcer


d'avoir quelques mots positifs et constructifs dans tous les
contextes, par exemple en s'inclinant devant le talent des
autres. Cela permet d'entretenir sa modestie mais également
cela garantit de rester positif et touche les personnes
auxquelles ces mots sont adressés.

Quand vous émettez un commentaire positif, vous vous


mettez hors du champ de la compétition et vous commencez à
prendre les choses du bon côté. Vous oubliez de vous
comparer à autrui et vous faites en sorte d'être inspiré par les
autres plutôt que de les envier.

Complimenter les autres, de manière honnête et sincère vous


permet de vous décentrer, de reconnaître ce qu'il y a de bon
chez autrui. Cela vous permet aussi de vous motiver vous-
même à entreprendre, à prendre exemple, à trouver de

103
JOUR 16 - RÉALISEZ QUE SEUL VOUS NE FEREZ RIEN

Quand nous ne formerons en Gaule qu'une seule volonté, le


monde entier ne pourra nous résister.

Attribué à Vercingétorix (mort en -46 av. J.-C., chef gaulois)

Parfois il est bon d'énoncer des évidences. Il est vrai que l'on
entend parfois que telle ou telle personne « s'est faite toute
seule », selon l'expression consacrée. C'est bien impossible,
car nous sommes tellement interdépendants que l'on ne peut
s'attribuer un succès à soi seul.

Si l'union fait la force, il est aussi certain que pour réussir, il faut
mieux être seul à diriger. Un seul chef suffit. C'est ainsi souvent
la volonté d'un homme en particulier qui initie les plus belles
réussites. Citons par exemple Christophe Colomb. Sans lui,
pas d'expédition en 1492 pour chercher la route des Indes par
l'Ouest.

Mais si la foi d'un seul homme peut déplacer des montagnes, il


ne peut y parvenir sans la contribution d'un certain nombre de
personnes.

Avoir du charisme n'est pas utile pour celui qui vit seul sur
une île déserte. Le charisme est à mettre au service d'un
projet au service des autres, d'une ambition collective.
Souvent même, il découle de ces projets, de ces ambitions, de
ces idées, et de la farouche volonté de les réaliser jusqu'au
bout.

Ainsi, le gentleman que vous êtes n'est pas du genre à ne rien


faire de sa vie : un gentleman est par nature poussé à servir

104
son prochain à travers de multiples entreprises et il est même
souvent amené à entreprendre des projets très ambitieux
malgré les risques d'échec. A cet effet, le charisme d'un
gentleman est d'une grande utilité, car il s'agit d'entraîner à sa
suite, de susciter l'adhésion du plus grand nombre.

Afin de commencer en douceur, il importe de prendre


l'habitude de demander de l'aide à des personnes que vous
connaissez et qui ont l'expertise pour vous aider dans vos
projets. Il faut dépasser vos habitudes et vos réserves. C'est le
but qui doit vous guider. Votre plan d'action comporte
certainement des choses que vous ne pouvez accomplir sans
faire appel à une assistance extérieure. Ces personnes qui
peuvent vous aider à accomplir vos projets, il est maintenant
temps de les solliciter.

En travaillant à vos projets avec d'autres personnes, vous


constaterez que vous réussissez à les motiver car vous
êtes vous-même passionné, enthousiaste et plein de
confiance. C'est ainsi le plus sûrement que l'on acquiert du
charisme.

Alors allez-y ! Présentez vos projets à d'autres personnes,


discutez de vos ambitions, identifiez des talents, prenez des
rendez-vous avec des experts, des conseillers… Apprenez à
sortir de votre bulle et faites travailler ceux qui sont meilleurs
que vous.

105
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, Claus von


Stauffenberg est un officier de la Wehrmacht d'abord
enthousiasmé par les victoires du IIIe Reich. Après avoir connu
les campagnes de Pologne et de France, il sert à l'état-major de
l'armée à Berlin. C'est là qu'il se rend compte de la nature
criminelle du nazisme, à travers les comptes-rendus qui lui
sont faits sur les massacres de civils et de prisonniers.

Le 24 septembre 1942, lors d'une conversation sur le cours de


la guerre et sur la responsabilité d'Hitler, le lieutenant-colonel
von Stauffenberg s'écrie au milieu de camarades officiers : « il
faut qu'il soit supprimé. Je suis prêt à le faire ». Personne ne le
trahit mais personne ne le prend encore vraiment au sérieux.

Avec un ami de l'école de guerre, il élabore une profonde


réflexion sur la guerre juste qui le conduit à comprendre que la
guerre qu'ils mènent est moralement indéfendable. De la
même manière, il juge le pouvoir en place illégitime et réalise
que l'exécution du tyran Hitler est une exigence morale. Sa
détermination est ainsi établie : il faut tuer Hitler. Reste à
passer à l'action.

Ainsi donc, Stauffenberg, qui n'est qu'un simple officier d'état-


major, décide de rallier à lui les bonnes volontés afin de
renverser Hitler. Il se tourne naturellement vers ses chefs
militaires. Il va jusqu'à tenter de convaincre des généraux qui
refusent de le suivre mais encore une fois, personne ne le
dénonce. Il commence néanmoins à se rapprocher des cercles
antinazis de Berlin. C'est là qu'il rencontre les hommes qui
vont s'engager jusqu'au bout dans le projet d'attentat contre
Hitler : des militaires mais aussi des hommes politiques, des
hauts fonctionnaires, des aristocrates et des religieux.

106
Stauffenberg est un officier mais surtout un gentleman. Il est à
l'aise en toutes circonstances et cela lui sera fort utile dans
cette entreprise.

Ayant rejoint la Xe division de blindés en Afrique du Nord, il est


grièvement blessé et perd son œil gauche, sa main droite et
deux doigts de la main gauche. Cela n'entame pas sa
détermination et il devient un des meneurs du complot visant
à éliminer le Fürher. Le plan prévu par les conjurés implique
que ce soit Stauffenberg qui tue Hitler puis que celui-ci
rejoigne Berlin afin de coordonner le coup d'Etat. Il est donc au
cœur de la conjuration.

Hélas, lors de l'attentat du 20 juillet 1944, Hitler survit et


Stauffenberg est fusillé avec ses complices. Mais on retiendra
qu'un officier supérieur certes brillant mais simple colonel a
été l'âme, le bras armé et la cheville ouvrière d'un complot
visant à éliminer Hitler et à mettre fin à la Deuxième Guerre
mondiale. Sur les 3500 généraux de la Wehrmacht, seuls cinq
participeront au putsch (citons surtout Friedrich Olbricht et
Henning von Tresckow). Mais tant que Stauffenberg a été seul,
il n'a été rien d'autre qu'un de ces nombreux officiers qui ont
été horrifiés par les horreurs du nazisme mais qui n'ont rien
fait. Ce qui lui a donné l'énergie et les moyens de passer à
l'action, c'est de se lier avec des personnes aussi déterminées
que lui et ayant chacune un rôle particulier à jouer dans
l'entreprise de renversement du nazisme.

S'il était resté seul dans son rejet du nazisme, il n'aurait rien
tenté. C'est seulement parce qu'il a rencontré des résistants et
rallié des complices qu'il a pu entreprendre cette action qui a
fait de lui un véritable héros charismatique.

107
Aujourd'hui, ne déjeunez pas tout seul. Proposez à une
personne qui vous intéresse, en dehors de votre cercle
habituel, de déjeuner avec vous.

Cette idée s'inspire du livre de Keith Ferrazzi, Never Eat Alone


(ne déjeunez jamais tout seul).

L'objectif est de comprendre que les relations humaines nous


enrichissent et nous font avancer. Comme nous l'avons vu
dans l'exemple qui précède, Stauffenberg ne serait jamais
passé à l'action s'il s'était contenté de déjeuner d'un sandwich
et de dîner devant la télévision (il est néanmoins fort peu
probable que Stauffenberg ait disposé d'une télévision…).

Il ne s'agit pas de « réseautage ». Quel horrible mot ! L'idée de


réseau donne l'impression d'une conception utilitariste des
relations humaines. Il s'agit plutôt d'un échange d'idées et
d'expériences.

Certes, il est possible de bien vivre sans se lier trop aux autres.
Mais nous sommes des êtres de relation et cela nous donne
une grande force. Par exemple, entreprendre un projet tout
seul demande de la ténacité et BEAUCOUP plus de temps. Par
ailleurs, les personnes que nous rencontrons peuvent aussi
bénéficier de notre présence et de notre relation. Alors faites
des rencontres, offrez votre aide, demandez conseil…, tout
cela en proposant tout simplement à quelqu'un de déjeuner
avec vous.

Cette vie de relations, ces interactions et ces rencontres


rendent le quotidien riche et passionnant. C'est là justement la
vie d'un gentleman. Et c'est un chemin nécessaire à emprunter
pour développer votre charisme.

108
JOUR 17 - NE VOUS SOUCIEZ PAS DE CE
QUE PENSENT LES AUTRES

Et pour quelles raisons étranges


Les gens qui tiennent à leurs rêves, ça nous dérange ?

Michel Berger (1947 – 1992, chanteur français)

L'un des freins les plus puissants à l'action c'est la peur que
représente ce que pensent nos semblables. Beaucoup de
choses que nous faisons chaque jour sont influencées par le
regard des autres. C'est souvent inconsciemment que nos
comportements se conforment à ce qui est considéré comme
normal et raisonnable par le plus grand nombre.

Or un gentleman se distingue du plus grand nombre parce


qu'il se réfère à un idéal exigeant. Peu d'hommes
finalement ont la volonté de se conformer à ce modèle. Il s'agit
donc d'une élite, dans le sens noble de ce terme. Cette élite n'a
pas pour vocation d'écraser la majorité mais plutôt de
participer activement à la bonne marche du monde.

Dans cette perspective, il n'est pas possible de perdre du


temps à s'intéresser à ce que l'on pense de vous. C'est la clé
même du succès de vos plans. L'obstacle principal de toute
ambition, ce sont ces personnes qui vous découragent et vous
prodiguent tous les conseils pour vous faire abandonner, tout
en espérant votre échec.

Ainsi, avoir du charisme c'est donc renverser les pronostics


défaitistes, emporter l'adhésion des autres alors même que
tout le monde vous prend pour un illuminé. C'est donner de
l'importance au fond plus qu'à la forme, au projet plutôt qu'à la
gloire de la réussite. Ce que pensent les autres ne compte pas

109
à côté de la volonté de ceux qui s'appliquent avec
persévérance à réaliser leurs objectifs.

Un gentleman obtient tout cela sans avoir besoin de jouer


au rebelle. Il trace son chemin de manière unique non
pour provoquer mais pour avancer. C'est en cela que
devenir gentleman participe aussi à développer votre
charisme. Vous poursuivez des objectifs qui vous tiennent à
cœur, pas pour le plaisir futile d'être original, mais pour être en
accord avec vous-même.

Ainsi, balayez d'un revers de main tous les conseils défaitistes.


Méfiez vous aussi de ceux qui vous veulent du bien mais qui
espèrent votre échec. Ecoutez les critiques mais faites-vous
votre propre jugement. Apprenez à encaisser sans broncher.
N'oubliez pas qu'il est possible que vous ayez raison. Soyez
la personne que vous voulez être, un homme en chair et en os,
pas un fantôme discret ou une image trompeuse.

Avoir raison ne vous permet nullement de gagner en


charisme. Oser vous exprimer et dire le fond de votre pensée
non plus. En revanche, croire en vous-même et en vos projets
vous rend naturellement charismatique.

110
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Là encore, plutôt qu'un long développement, voici trois brefs


exemples qui illustrent le fait qu'il importe de ne pas se soucier
de ce que pensent et disent les autres quand on poursuit un
objectif :

v En 1977, le premier épisode de la première trilogie Star


Wars rencontre un succès instantané et devient
immédiatement culte. Mais en 1973, quand le timide
et effacé réalisateur George Lucas commence à
travailler sur le projet, personne n'y croit. Après
plusieurs refus, un producteur accepte enfin de
financer le film mais à sa sortie aux Etats-Unis, il n'est
projeté que dans 40 salles. Quel manque de confiance
! Mais tout de suite c'est un immense succès. Le film
reste à l'affiche pendant un an et rapporte une
fortune. Tout droit sorti du cerveau de son auteur, Star
Wars doit son existence à la ténacité de Georges Lucas
qui a d'abord élaboré l'histoire et s'est ensuite démené
comme un diable pour lui donner vie sur grand écran.
Porter un projet de cette envergure envers et contre
tout malgré un caractère plutôt introverti, voilà une
belle prouesse qui montre qu'il faut croire en soi plutôt
qu'écouter les autres.

v Dans Monsieur Smith au sénat, film américain de Franck


Capra, réalisateur aux 3 Oscars du meilleur
réalisateur, James Stewart – acteur de légende et
héros de guerre – campe un jeune naïf de province
propulsé sénateur par des politiciens qui comptent en
faire un pantin à leur botte. Mais le jeune Mr. Smith est
un idéaliste et ne tarde pas à se rendre compte qu'il est
tombé dans un piège. Il tente de s'opposer à un projet

111
de loi véreux défendu par un sénateur corrompu.
Accusé en représailles de malhonnêteté, Mr. Smith est
sous le coup d'une procédure d'expulsion du Sénat.
Mais, certain de la justesse de sa cause, il décide de
prendre la parole pour se défendre et prononce un
discours de 24 heures pour retarder le vote qui vise à
l'exclure. Alors que l'on apporte des centaines de
télégrammes de citoyens de son État qui réclament
son expulsion, convaincus par la propagande adverse,
il se décourage quelques secondes. Mais il décide de
poursuivre son discours et finit par faire éclater la
vérité à force de persuasion. La vérité et la cause qu'il
défendait étaient bien plus importantes que l'opinion
des autres.

v Chris McCandless est un aventurier américain dont la


vie a été adaptée par Jon Krakauer dans un livre
nommé Into The Wild, lui-même adapté au cinéma en
2007 par Sean Penn. Né en 1968, Chris McCandless est
un jeune homme discret et peu sociable, nourri de
littérature et très idéaliste. Rejetant la société de
consommation, et inspiré par le livre de Jack London,
L'Appel de la forêt, il quitte tout le week-end même de
l'obtention de son diplôme universitaire, pour partir à
l'aventure et notamment vers l'Alaska. Il y meurt à 24
ans, en laissant le message suivant : « J'ai eu une vie
heureuse. Merci à Dieu. Au-revoir et qu'il vous bénisse
tous ! ». Peu importent les raisons de sa mort et le bien
fondé de son entreprise. Chris McCandless a mené la
vie qu'il a choisie et sans se soucier de ce que pensent
les autres. Il est maintenant une icône de l'aventure et
de la liberté. Voici ce qu'il vous dit aujourd'hui : « je
pense vraiment que tu devrais changer de style de
vie et te mettre à faire courageusement des choses

112
que tu n'aurais jamais pensé faire, ou que tu as
trop hésité à essayer. »

113
Aujourd'hui, demandez-vous si vous ne partagez pas les
regrets les plus fréquents des mourants décrits par
Bronnie Ware dans son livre Les 5 regrets des personnes en fin
de vie.

Ayant travaillé comme infirmière en centre de soins palliatifs


au contact des mourants, Bronnie Ware a écrit ce livre pour
témoigner des regrets les plus fréquents exprimés par les
personnes en fin de vie.

Ces 5 regrets sont les suivants, recopiez-les en vous


demandant si vous les partagez aussi :

1. J'aurais aimé avoir le courage de vivre la vie que je


voulais vivre, pas celle que les autres voulaient
pour moi.
2. Je regrette d'avoir travaillé autant.
3. J'aurais aimé avoir le courage d'exprimer mes
sentiments.
4. J'aurais aimé rester en contact avec mes amis.
5. J'aurais aimé m'autoriser à être plus heureux.

Relisez bien le premier de ces regrets : « J'aurais aimé avoir le


courage de vivre la vie que je voulais vivre, pas celle que les
autres voulaient pour moi ». Il est normal d'être influencé par
son milieu et de ne pas être indifférent au regard et au
jugement des autres. Mais ce regard et ce jugement
constituent le principal frein à une vie pleinement vécue.

Vivre la vie que vous voulez vivre, c'est faire preuve


d'indépendance d'esprit. Cette indépendance, beaucoup vous
l'envieront et elle participera grandement à développer votre

114
charisme. En effet, il est très difficile de ne pas trop se soucier
de ce que pensent et disent les gens autour de vous et la
puissance du conformisme est écrasante. Ainsi ceux qui
parviennent à dépasser cela attirent naturellement à eux et
font preuve de charisme.

Petite remarque sur la timidité :


L'objectif ici n'est pas de traiter ici de la timidité. Il est facile de
comprendre qu'il faut essayer de ne pas se soucier de ce que
pensent les autres. Mais la vraie timidité c'est penser que ce
que pensent les autres est plus important que tout. Cela peut
être maladif et incontrôlable. Ce thème n'est pas dans le
champ de cet ouvrage mais essayez cette solution : regardez
dans les yeux vos interlocuteurs ; tentez d'accrocher les
regards des gens quand vous vous adressez à plusieurs
personnes. Votre esprit sera accaparé par cette action et en
outre, vous réaliserez que vous vous adressez à une personne
et non à l'idée que vous vous faites d'une personne et de ses
opinions.

115
JOUR 18 – ENGAGEZ-VOUS ET PRENEZ
DES RESPONSABILITÉS

Si nous tombons, qui tiendra ?

J.R.R. Tolkien (1892 – 1973, écrivain britannique)

Cette phrase tirée du Seigneur des anneaux montre que si vous


ne vous engagez pas et ne prenez pas des responsabilités,
personne ne le fera à votre place. En effet, les personnes
charismatiques ont pour caractéristique de ne pas se
dérober et de s'engager à fond. Si vous ne prenez pas la place
qui doit être la vôtre, vous n'avez aucune chance de
développer votre charisme.

Le gentleman est un très bon exemple de personne qui sait


prendre ses responsabilités. En effet, il appartient à une élite
et l'élite véritable n'a pour raison d'être que de montrer
l'exemple. Le gentleman, nous l'avons vu, est poli et
bienveillant. Il s'attache à mettre tout le mode à son aise.
Attentif à tous, il ne rejette personne et met chacun, y compris
les plus humbles, à l'honneur.

Avec le gentleman, on pourrait ainsi penser que le modèle


à suivre est un peu trop lisse et ennuyeux. Et bien c'est le
moment d'affirmer qu'un gentleman est un homme hors
du commun, car il est avant tout un homme de
convictions. En effet, il en coûte d'être un gentleman par les
temps qui courent ; être élégant est de plus en plus hardu ; être
poli est un sacerdoce ; parler français correctement est un
exploit ; avoir de la culture est quasiment un crime, être galant
aussi ; etc.

Etre un gentleman aujourd'hui demande une volonté de

116
chaque instant pour ne pas céder aux vents dominants. C'est
ce qui fait en partie son charisme. Il est fidèle à lui-même et à
sa conception des relations humaines. Loin de se laisser faire
par les événements ou par son environnement, il affirme sans
détour ses convictions et ses choix personnels. Il s'engage et
tient à ses engagements. C'est là la force de sa parole d'ailleurs.

En effet, les personnes charismatiques se manifestent par un


engagement sans faille au profit de leurs idéaux ou de leurs
objectifs. Ils s'y tiennent coûte que coûte et cela leur permet
d'inspirer confiance et de susciter fidélité et adhésion. Nous
faisons confiance à ceux qui font ce qu'ils disent, à ceux
qui agissent, à ceux qui ne trahissent pas notre confiance,
à ceux qui prennent position clairement et fermement.

Ainsi, un gentleman, parce qu'il n'est pas une coquille vide bien
peignée mais une personne solide et digne de confiance,
inspire le respect et s'impose naturellement. Sa parole porte
loin et a valeur de promesse.

117
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Encore une fois, plutôt qu'un long développement, trois


exemples brefs pour illustrer la nécessité de s'engager et de
prendre des responsabilités pour développer son charisme :

v Dans le film Braveheart dont nous avons déjà parlé,


William Wallace est mené à se rebeller contre
l'Angleterre alors même qu'il avait tenté de se mettre à
l'écart des troubles afin de mener une vie paisible.
Mais touché au cœur par les atrocités commises par
l'occupant anglais (son épouse est exécutée pour
outrage à un soldat), il réalise que l'on ne peut se
mettre à l'écart de ses responsabilités. Il n'est pas
charismatique parce qu'il a pris les armes. Il est
charismatique parce qu'il a tout fait pour défendre la
paix mais qu'il ne se dérobe pas quand il n'est plus
possible de supporter la tyrannie de ses ennemis. On
ne s'engage pas sur un coup de tête pour une cause à
laquelle on donne sa vie. On n'engage pas la vie des
autres non plus pour une cause mineure. C'est cette
ligne de conduite qui fait de William Wallace une
personne charismatique.

v Rajiv Gandhi, né en 1944 est un homme politique


indien. Petit fils du –premier – premier ministre de
l'Inde Jawaharlal Nehru (1889-1964), il est également
le fils d'Indira Gandhi, premier ministre de l'Inde
jusqu'à son assassinat en 1984. Cet événement plonge
l'Inde dans un certain chaos, entretenu par la passivité
des forces de l'ordre. A cette date, Radjiv Gandhi n'est
qu'un pilote de ligne doté d'une très maigre
expérience politique. Mais l'Inde n'est pas un pays
comme les autres et son système politique, la

118
démocratie, possède une forme quelque peu
dynastique. Appelé au pouvoir dès la mort de sa mère,
il répond présent et prend les rênes du gouvernement.
En quelques jours, les troubles s'estompent et il
remporte les élections haut la main. Radjiv Gandhi a
pris ses responsabilités sans se dérober. Assassiné à
son tour en 1991, il jouit aujourd'hui d'une image de
leader moderne et charismatique.

v Charles de Foucauld est un officier de l'armée française


né en 1858, devenu explorateur puis religieux. Il a été
béatifié par le pape Benoît XVI en 2005. Menant une
vie de débauche pendant ses études, à Saint-Cyr puis à
l'école de cavalerie de Saumur, il scandalise à tel point
qu'il est écarté de l'armée. Mais apprenant que son
régiment se bat en Tunisie, son comportement change
radicalement et il demande sa réintégration dans
l'armée. Mettant fin à sa vie de débauche, il mène 6
mois de combats où il fait montre d'un excellent
comportement militaire. A compter de 1882, il mûrit
un projet de voyage au Maroc, pays alors peu connu.
Charles de Foucauld est l'un des premiers européens à
explorer certaines régions de ce pays. Il se convertit au
catholicisme de ses pères puis devient ermite dans le
Sahara. Il laisse un héritage spirituel et intellectuel
immense. C'est ainsi la fidélité à ses engagements
militaires qui a permis à Charles de Foucauld de
connaître un destin hors du commun et de rayonner
après sa mort comme un saint au charisme
exceptionnel.

119
Aujourd'hui, regardez 12 hommes en colère de Sydney
Lumet (1957).

Dans ce film, le réalisateur Sydney Lumet met en scène 12


jurés qui doivent délibérer lors d'un procès où l'on juge un
crime familial. Tous sont des hommes ordinaires, tirés au sort
pour l'occasion. Ils ont chacun leurs préoccupations, leurs vies
à mener. Le procès qui est en train de se dérouler semble
démontrer la culpabilité de l'homme assis sur le banc des
accusés. Seul parmi ces 12 jurés, un homme, joué par
l'inoubliable Henry Fonda, persuadé de son innocence, décide
de défendre l'accusé et entreprend de convaincre un à un ses
collègues. Il finit par y parvenir et le prévenu est déclaré non-
coupable.

C e t h o m m e o rd i n a i re q u i s 'e n g a g e e t p re n d s e s
responsabilités, ici en tant que juré, devient sous nos yeux un
homme hors du commun. En décidant de suivre son intime
conviction malgré l'avis contraire de la majorité, il devient un
héros. Dans une salle du tribunal, il mène des combats, il
sauve des vies et marque les esprits à jamais. En regardant ce
film, observez bien l'attitude de chacun. Observez surtout
Henry Fonda. Regardez un homme ordinaire se transformer
en homme charismatique. Tout en gardant son calme et en
restant respectueux comme un gentleman, il finit par
s'imposer.

120
JOUR 19 - SACHEZ PRENDRE DES RISQUES

Le mérite appartient à celui qui descend vraiment dans l'arène,


dont le visage est couvert de sueur, de poussière et de sang…

Theodore Roosevelt (1858 – 1919, président des États-Unis)

Ce que nous allons voir aujourd'hui est en relation avec le jour


précédent. Nous avons vu qu'il faut savoir prendre ses
responsabilités afin de peser dans la balance. Cette attitude
permet d'inspirer la confiance et de susciter l'adhésion.
Néanmoins, prendre des risques, cela va bien au-delà.
C'est non seulement s'engager c'est-à-dire prendre
position mais savoir s'exposer, aller au-delà de son
confort et oser l'aventure, ce qui n'est pas écrit à l'avance.

Un gentleman sait risquer sa peau, la sienne plutôt que celle


des autres. Sur un plan simplement personnel, au sens
propre, mais aussi au sens figuré. Ainsi, s'il se montre prêt à
risquer son argent, sa santé, ses relations, sa réputation, c'est
pour la cause qui lui tient à cœur, pour un rêve qu'il poursuit,
pour le bien commun qu'il recherche en toutes circonstances,
le bonheur, l'amour, etc.

Un gentleman est aussi prêt à risquer sa vie s'il le faut. Mais pas
pour rien. Pour les plus hautes causes. Celles qui font vivre et
pour lesquelles certains trouvent la force de savoir mourir.
Néanmoins ne nous attardons pas trop ici, espérons que cela
ne soit pas nécessaire pour vous. Mais cela méritait d'être dit.

Ainsi savoir prendre des risques, c'est joindre le geste à la


parole, être prêt à payer de sa personne, être paré à
l'aventure. Celui qui prend des risques montre qu'il n'a pas

121
peur de réussir et que mieux vaut un échec qu'une lente
paralysie. Celui qui prend des risques inspire les autres. « Si tu
marches devant, alors ils te dépasseront », disait le résistant et
célèbre chef scout Michel Menu. Ainsi en prenant des risques,
vous développez votre charisme de manière naturelle. Celui
qui prend des risques n'a plus le même regard ni la même
ambition. Contrairement à celui qui n'en prend pas, il est prêt
au sacrifice pour réussir. L'un est sûr de perdre, l'autre a foi
dans sa victoire.

Demandez-vous donc ce que vous êtes prêts à risquer. La


plupart du temps, si l'on excepte les personnes qui nous sont
chères, nous tenons plus que tout à notre confort et à notre
sécurité. Mais souvent c'est cela qui entrave le plus notre
liberté. Souvent la réalisation de nos rêves et de nos désirs
profonds passe par cette prise de risque : le sacrifice de notre
sécurité. On appelle cela « franchir le Rubicon ». C'est ce que fit
Jules César, en franchissant la frontière séparant le territoire
de Rome de la Gaule, sachant qu'en marchant ainsi vers Rome
il se mettait hors la loi. Mais c'est ainsi qu'il s'est emparé du
pouvoir et qu'il est devenu légendaire. « Alea Jacta est », « le sort
en est jeté », aurait-il alors déclaré.

Franchir le Rubicon c'est donc changer de dimension. Nul ne


garantit que la victoire et le succès seront au rendez-vous.
Mais c'est ce qui fait la force de ce passage à l'acte. Que
seraient aujourd'hui Jules César, Christophe Colomb, ou Youri
Gagarine sans le passage à l'acte ? Personne.

122
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Dans l'Histoire ou dans la fiction, certaines figures célèbres


donnent l'exemple de ce que signifie prendre des risques pour
parvenir à ses fins. Nous avons parlé de Stauffenberg qui a
risqué sa vie en 1944 pour tenter de tuer Hitler. Nous
pourrions évoquer un autre soldat, Hélie de Saint-Marc, qui a
pris part en 1961 au putsch contre le général de Gaulle.
Résistant à 19 ans puis déporté à Buchenwald, il devient
officier et se bat en Indochine. Marqué par ce conflit et par
l'abandon des vietnamiens ayant combattu pour la France, il
prend le parti de l'illégalité pour tenter d'éviter que cela se
reproduise en Algérie. Officier prometteur à l'aube d'une belle
carrière, il sacrifie tout pour la cause à laquelle il croit mais il
échoue et passe 5 ans en prison après avoir été chassé de
l'armée. Il est aujourd'hui, quelques années après sa mort un
personnage unique qui symbolise avec charisme le XXe siècle
et ses souffrances.

Dans la fiction il y a aussi Michael Corleone, incarné par Al


Pacino dans le film Le Parrain (1972) de Francis Ford Coppola.
Alors qu'il se tenait éloigné des affaires criminelles de sa
famille, Michael décide de tout mettre en œuvre pour sauver la
vie de son père, le parrain de la mafia new-yorkaise, Don
Corleone. Celui-ci ayant été la victime d'une attaque par une
bande ennemie, Michael se rend seul dans un restaurant où se
trouvent le commanditaire de l'attaque ainsi qu'un policier
véreux et les tue avant de s'enfuir pour la Sicile. C'est en
prenant ce risque que Michael montre à sa famille qu'en plus
de sa vive intelligence, il a les tripes pour prendre la direction
des affaires des Corleone. Le jeu d'acteur d'Al Pacino montre
bien que c'est à partir de ce moment que Michael commence à
montrer un charisme magnétique.

123
Mais c'est sur un tout autre personnage que nous allons nous
attarder ici. Il montre vraiment que prendre des risques
permet de gagner en charisme. Il s'agit de Johnny Hallyday. Les
18, 19 et 20 juin 1993, le chanteur donne trois concerts géants
au Parc des Princes à Paris. Trois soirs d'affilée, il n'apparaît pas
directement sur scène. Les spectateurs de Johnny, qui ne sont
pas que des agneaux, commencent à piaffer d'impatience.
Mais une rumeur se répand : « il arrive par la pelouse ! » Réputé
pour ses entrées spectaculaires, Johnny Hallyday avait dans
l'idée de faire comme un boxeur qui entre sur un ring. Mais
dans le stade ce sont 60 000 personnes qui se pressent chaque
soir. Jamais cela n'avait été fait par une star du rock. Et jamais
cela n'a été reproduit. Vous retrouverez facilement les images
sur internet. Il suffit de faire une recherche rapide « entrée en
scène Johnny Hallyday Parc des Princes 1993 ». Regardez-ça !
Arrivé à l'opposé de la scène qu'il doit rejoindre, Johnny
pénètre sur la pelouse du parc puis commence à fendre la
foule au milieu d'un dispositif de sécurité assez léger. Les
musiciens qui l'attendent sur scène reprennent en boucle les
accords de la chanson L'idole des jeunes d'une manière si lente
que l'on peine à les reconnaître. On sent la tension qui règne
dans l'escorte du chanteur. De longues minutes s'écoulent et
le cortège avance bien lentement. Il s'arrête plusieurs fois,
écrasé de tous les côtés. On sent l'enthousiasme comme la
panique qui règnent autour de Johnny. Vers la fin du parcours,
pressé de toutes parts, on le porte à bout de bras vers la scène.
Enfin parvenu au but, le chanteur s'arrête quelques secondes,
comme sonné. Il aurait pu y passer. Mais il est resté impassible
tout ce temps comme un roc dans la tempête. Cette entrée a
marqué tous ceux qui ont pu y assister. Voir une rockstar
descendre dans l'arène au péril de sa vie comme un gladiateur,
non pas comme une princesse, voilà un bel exemple de
charisme.

124
Aujourd'hui, prenez 10 minutes et demandez-vous ce que
vous êtes prêt à risquer.

C'est si simple ; mais c'est le plus efficace. Certes, pourquoi ne


pas vous vous inciter à essayer le saut à l'élastique ? mais Parce
que, bien souvent, ce qui nous retient est bien plus simple que
la peur « physique ».

Les peurs qui nous retiennent sont au nombre de deux. Ce


sont ces peurs qui nous empêchent de prendre des risques et
de penser et agir en dehors des sentiers battus. Or c'est hors
des sentiers battus que se situe votre propre chemin. En effet,
si cette voie vous est propre, elle ne peut être un sentier déjà
battu par quelqu'un d'autre. Voilà ces deux peurs principales :

1. Peur de perdre notre sécurité et notre confort.

2. Peur du regard des autres.

Nous avons déjà vu comment ne pas se soucier du regard des


autres. C'est vraiment le premier point qui est essentiel. Vous
devez découvrir quelle est votre marge de tolérance au risque.
Qu'êtes-vous prêt à risquer en fonction de vos objectifs, de vos
ambitions ? Votre emploi, votre vie tranquille, la santé de votre
poisson rouge, le monceau de choses que vous avez
accumulées chez vous, votre collection de timbres, toutes vos
économies… ?

Mais si vous n'êtes pas prêt à prendre des risques, personne


ne les prendra pour vous et il ne se trouvera personne non
plus pour vous suivre.

125
JOUR 20 - MAÎTRISEZ LE SILENCE

J'ai un avis à vous donner : toutes les fois que vous voudrez
parler, taisez-vous !

Turenne (1611 – 1675, maréchal de France)

Le silence effraie notre société moderne. Tant de casques et


d'écouteurs sur les oreilles des personnes que nous croisons
tous les jours ! A croire que c'est une angoisse. Le silence
terrorise l'homme moderne, mais il est aussi une arme
brutale. Il faut la maîtriser car elle est utile en de
nombreuses occasions. Le silence permet de marquer une
pause, de manifester son attention, de réfléchir, de se
concentrer, de dédaigner, d'ignorer, de contredire, de
déstabiliser, etc.

Un gentleman ne parle pas sans cesse parce qu'il écoute les


autres. Nous l'avons déjà abordé, il sait qu'il ne FAUT pas
parler sans cesse et ne surtout pas parler de soi à tout
bout de champ. Il le sait car il sait donner à chacun l'attention
qui lui permet de se sentir à son aise, de se sentir valorisé.

Le charisme se développe ainsi, nous en avons également


parlé, en se souciant des autres, en les écoutant parler mais
aussi en ne se dévoilant pas complètement. En effet, se
dévoiler c'est souvent trop en dire. Nous n'avons pas
toujours les idées claires et nul ne parle comme un livre. Notre
cerveau certes réfléchit plus vite que notre bouche ne parle
mais ce n'est pas pour rien que l'expression traditionnelle
nous conseille de tourner « 7 fois notre langue dans notre
bouche avant de parler ». Vous vous êtes ainsi déjà rendu
compte que vous auriez mieux fait de vous taire, d'en dire

126
moins, mais la parole est une drogue, surtout quand on parle
de soi.

Il est capital de maîtriser sa parole. Moins l'on parle, plus


nos paroles ont du poids. Celui qui parle peu est écouté, à
plus forte raison si ses mots sont pesés, réfléchis, parce qu'il a
pris le temps de les formuler. Moins l'on parle, plus nos
silences sont écoutés. Notre silence peut avoir beaucoup de
poids s'il se manifeste dans des occasions où tout le monde en
dit trop et parle à tort et à travers. Notre silence peut valoir
approbation ou désapprobation, sans brutalité.

Mais le plus souvent, nous restons silencieux non pas pour ces
raisons mais parce que nous sommes indécis, parce que nous
« bloquons ». Mais là encore, nous faisons mieux de nous taire,
nul besoin de dire à tout le monde que nous ne savons pas
comment faire, que nous n'en avons aucune idée, que nous
sommes dépourvus face à tel ou tel événement. Nos silences
nous permettent aussi d'écouter, d'écouter vraiment ce que
les autres disent, pour pouvoir vraiment retenir ce qui est dit.

Avec le silence, nous prenons de l'épaisseur et notre


charisme se développe naturellement car nos capacités
personnelles croissent notablement et que l'image que nous
renvoyons semble beaucoup plus solennelle. Apprivoisez le
silence et faites-en un allié. Gardez le silence pour préparer ce
que vous avez à dire. Et quand vous prenez la parole, que votre
voix soit ferme et claire.

127
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Le silence est un argument de poids. Dans le film Gladiator de


Ridley Scott par exemple, sorti en 2000, Russel Crowe incarne
le général d'une légion à l'époque de l'Empire romain,
Maximus Decimus Deridius. Ayant conduit victorieusement
ses hommes lors d'une bataille contre un peuple germain,
l'empereur Marc-Aurèle lui propose de lui succéder, au lieu de
son fils, violent et tyrannique. Apprenant cela, ce dernier
assassine son père, ordonne de faire exécuter Maximus et de
massacrer sa famille. Le général parvient à s'enfuir mais arrive
trop tard pour sauver sa famille. Capturé comme esclave, il
devient gladiateur et a pour objectif de combattre dans le
Colisée, afin d'approcher l'empereur et de se venger. A partir
de là, il ne parle que très peu. Après un combat victorieux au
Colisée, l'empereur vient à sa rencontre. Ne pouvant le tuer, il
refuse de lui répondre et garde le silence. L'empereur lui
intime l'ordre de se présenter. C'est là que Maximus lui répond
cette tirade mémorable :

Mon nom est Maximus Decimus Meridius.


Commandant en chef des armées du Nord. Général
des légions Felix. Fidèle serviteur du Vrai empereur
Marc-Aurèle. Père d'un fils assassiné, époux d'une
femme assassinée. Et j'aurais ma vengeance dans
cette vie ou dans l'autre.

Si la présentation de Maximus est si percutante, c'est qu'il a


conservé le silence pendant une bonne partie du film. Mais
quand le moment opportun se présente, il proclame haut et
fort ce qu'il a dans les tripes. A ce moment son charisme est
irrésistible mais il a été préparé par les silences de Maximus.

Dans un autre film le silence se révèle être une arme efficace.

128
Dans Le Meilleur, film de Barry Levinson sorti en 1984, Robert
Redford est un joueur de baseball qui aurait pu devenir l'un
des tous meilleurs mais qui, à cause d'une blessure, n'arrive
qu'à un âge tardif dans le circuit professionnel chez les Knights
de New-York. Son nouveau coach n'est pas convaincu par ce «
vieux » joueur et refuse de le faire entrer sur le terrain. Roy
Hobbs, le joueur incarné par Robert Redford, reste silencieux.
On ne le voit jamais protester ou pester. Il sait très bien que
son talent peut faire gagner son équipe mais il ne réclame rien
pour lui et laisse les Knights s'enfoncer dans les profondeurs
du classement. Il ne dit rien mais refuse aussi d'écouter les
discours défaitistes. Il montre ainsi qu'il est un combattant, qui
n'a que la victoire en tête mais sait qu'il ne sert à rien de
récriminer. Son coach finit par s'en apercevoir et se met à le
faire jouer, ce qui lui permet de remporter le championnat.
C'est bien son silence qui lui a donné cette attitude de seigneur
et permis de développer son charisme.

Enfin, la nouvelle Le Silence de la mer de l'écrivain Vercors,


parue en 1942, met en scène un officier allemand
réquisitionnant une chambre dans une maison pendant
l'Occupation de la France par les troupes du Troisième Reich
en 1941. La maison appartient à un vieil homme qui vit avec sa
nièce. Alors même que l'officier se montre prévenant, poli et
féru de culture française, ses hôtes gardent un silence de
marbre et cela dure des mois. Mais l'officier finit par
comprendre l'indignité de la cause allemande et demande
alors sa mutation pour le front, décidé à mourir. Il demande
une dernière entrevue avec ses hôtes. « Entrez monsieur », dit
alors le vieil homme. « Adieu », lui dit la nièce lors de son
départ, seule concession à son amour pour le jeune homme.
Inspirée de la propre expérience de Vercors, cette œuvre
montre que le silence peut être une arme et inspirer un
mouvement comme la Résistance.

129
Aujourd'hui, à chaque fois que vous vous trouvez avec
plus d'une personne à la fois, arrangez vous pour observez
un silence d'une minute… et soyez attentif !

Cet exercice a d'abord pour but de vous montrer que le silence


ne va pas de soi. Une minute c'est peu mais c'est déjà
beaucoup. Mais tenir ce silence, ne serait-ce qu'une minute,
vous permettra de comprendre que nous cherchons à en dire
beaucoup trop avec nos mots alors que l'essentiel se dit en
peu de mots et pas seulement avec des mots.

En outre, s'il est vrai que le silence est une arme efficace dans
certaines situations, il n'est efficace que s'il nous permet d'être
attentifs. Il ne doit en aucun cas entraîner notre absence ou
notre disparition de la scène. Le silence doit être mis au service
de votre présence. Taisez-vous et écoutez avec attention :
votre présence sera épaisse, palpable, matérielle et sensible.
Taisez-vous et laissez votre esprit divaguer : vous serez déjà
oublié, absent, inconsistant. Cela ne veut pas dire que vous
n'avez pas le droit de rêvasser. Cela veut dire que vous devez
mettre votre silence au service de votre présence dans les
moments qui comptent, quand il est vraiment important de
montrer que vous êtes bien là.

En apprenant à garder, à maîtriser le silence, vous


développerez votre charisme avec des résultats étonnants. Le
silence est à la fois le bouclier et l'épée du gentleman. Mais il
faut apprendre à le manier.

130
BONUS 1 : JOUR 21 - PRATIQUEZ L’AUTOSUGGESTION

L'autosuggestion vous rend maître de vous-même.

William Clement Stone


(1902 – 2002, homme d'affaires américain)

Beaucoup de choses ont été dites à propos de


l'autosuggestion : ça ne sert à rien, rien n'a été prouvé, c'est
fantastique, etc. Rien de tout cela ne nous intéresse. Le but ici
n'est pas de formuler une prophétie auto-réalisatrice en
répétant bêtement « je vais gagner au loto » ou bien « il fera
beau demain ».

Il s'agit plutôt de vous convaincre vous-même. Et là, la boucle


est bouclée, nous en revenons au « Jour 0 » au début de cet
ouvrage. Il est capital de croire en soi. C'est le rôle de
l'autosuggestion.

En effet, rien n'est possible pour celui qui se croit


incapable. Le fait de se répéter tous les jours que l'on peut
y arriver, cela peut changer votre vie. N'oubliez pas
« attitude is the magic word », « le mot magique c'est attitude ».
Cette attitude, il s'agit de la choisir explicitement. Avec
l'autosuggestion, le but est donc de se convaincre soi-
même chaque jour.

Pour cela, choisissez une phrase que vous voudriez vous


répéter pour progresser et devenir celui que vous voulez être.
Choisissez votre miroir, car il est difficile de se mentir en se
regardant dans les yeux. En arrivant dans votre salle de bain le
matin, avant de commencer à vous raser ou quoi que ce soit
d'autre, répétez cette phrase que vous avez choisie, pour
comprendre que vous pouvez changer, progresser, devenir
celui que vous devez être.
131
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

Fire Birds, avec Nicolas Cage, est un fil de David Green sorti en


1990. C'est l'histoire d'un pilote d'hélicoptère qui combat les
cartels de la drogue en Amérique du Sud. Etrillé par la critique
et boudé par les spectateurs, il est intéressant pour deux
raisons. Première raison : si l'on aime les hélicoptères.
Deuxième raison : pour l'arrogance affichée pendant tout le
film par Nicolas Cage. En effet, le personnage joué par l'acteur
n'a pas la moindre dose de modestie. Ce n'est certainement
pas un bon exemple à suivre mais une des scènes du film
donne un bon exemple d'autosuggestion. Dans cette
séquence, Nicolas Cage effectue une séance d'entraînement
au simulateur de vol et hurle à plusieurs reprises : « Je suis le
meilleur ! » C'est encore plus parlant en anglais :

I am the greatest !

I am the greatest !

I am the greatest !

Ainsi, s'il montre tant de confiance en lui c'est parce qu'il se


convainc lui-même d'être le meilleur. L'autosuggestion a pour
principal mérite de donner confiance en soi.

Dans le sport également on retrouve cette « technique » de


motivation. Plus souvent d'ailleurs dans les sports d'équipe et
notamment aux Etats-Unis avec les cheerleaders. En Europe
néanmoins, il existe une compétition où l'on retrouve une
forme d'autosuggestion. Il s'agit de la Ligue des Champions de
football, avec son hymne si connu, adaptation de l'hymne
Zadok the priest, composé au XVIIIe siècle par Georg Friedrich
Haendel. Chanté dans les trois langues officielles de l'UEFA,

132
l'anglais, le français et l'allemand, voici ce qu'entendent les
joueurs avant le début de la partie :

Ce sont les meilleures équipes, Es sind die allerbesten


Mannschaften
The main event
Die Meister, die Besten
Les grandes équipes
The champions
Une grande réunion, Eine grosse sportliche
Veranstaltung
The main event
Ils sont les meilleurs, Sie sind die Besten
These are the champions
Die Meister, die Besten
Les grandes équipes
The champions

Au début de chaque match de ligue des champions, c'est


l'hymne qu'entendent les joueurs. En plus d'une musique
puissante et destinée à l'origine au couronnement des rois, on
comprend que ces paroles ont tout pour gonfler à bloc les
joueurs présents. Tout est fait pour leur dire : « le match
d'aujourd'hui n'est pas comme les autres, tu fais partie des
meilleurs joueurs du monde, tu dois te dépasser et donner
plus que jamais le meilleur de toi-même. »

133
Aujourd'hui, commencez devant votre miroir à répéter
chaque matin à voix haute en vous regardant dans les
yeux une phrase de votre choix qui pourrait être tournée
ainsi : « Je suis un homme fort, un gentleman, je développe
mon charisme chaque jour ».

Il n'est pas question ici de s'aveugler sur son état. Il ne faut


donc pas se mentir à soi-même en se regardant dans les yeux.
Il est donc important de choisir avec attention les paroles que
vous allez prononcer chaque jour, qui peuvent évoluer au fil du
temps et de votre évolution personnelle :

· « Je développe mon charisme chaque jour. » (au début)


· « Je suis chaque jour un peu plus charismatique. »
(ensuite)
· « J'ai du charisme. » (enfin)

134
BONUS 2 : JOUR 22 - CONTRÔLEZ VOTRE REGARD
ET LES MOUVEMENTS DE VOTRE CORPS

L'homme honorable prend garde que ses regards aient de la


dignité. La gravité de son maintien inspire le respect.

Confucius (mort en -479 av. J.-C., philosophe chinois)

Nous avons déjà évoqué le rôle de la communication non


verbale. Il s'agit de tout ce que vous dites aux autres sans
prononcer un mot. Ainsi, bien se tenir à table montre que l'on a
la maîtrise de soi. Savoir garder le silence montre aussi que l'on
sait se contrôler. Nous en disons très long sur nous-mêmes
bien avant de prononcer le moindre mot. Dans le cadre du
charisme, cela est primordial : comment espérer avoir de
l'ascendant sur les autres si l'on ne se contrôle pas soi-
même ?

Ceci est le dernier point de notre parcours de développement


de votre charisme. C'est peut-être aussi le plus important. Si
une personne s'agite sur sa chaise, change de position à
chaque instant, si elle a le regard fuyant, absent, elle a moins
de chance d'inspirer les autres. En revanche, une personne
dont les mouvements du corps sont mesurés, dont le
regard est concentré et dont les postures sont fermes, a
bien plus de chance d'en « imposer ». Le « maintien », voilà
le mot. Le maintien, c'est la manière de tenir son corps, de
« se tenir ». Encore une fois, c'est l'expression du contrôle
naturel que l'on a sur son corps.

Un gentleman, par définition, sait « se tenir ». Son maintien en


impose. Non pas de manière hautaine parce qu'il se donne
une contenance supérieure, mais de façon naturelle, parce
qu'il se tient droit, ferme, avec assurance. Encore une fois, la

135
figure du gentleman est un bon guide pour apprendre à
développer son charisme. A l'inverse, les adjectifs avachi, mou,
indolent, amorphe, fébrile, agité, etc., marquent l'absence de
maîtrise de soi.

C'est la même chose pour le regard. Nous avons déjà évoqué


pourquoi il était primordial de regarder ses interlocuteurs
dans les yeux. Mais le contrôle du regard va au-delà. En effet,
les mouvements de votre regard en disent aussi long sur vous.
Votre regard doit refléter l'homme que vous voulez être : des
yeux qui savent fixer leur attention car vous vous sentez
concerné ; non pas un regard fuyant mais un regard plein
d'assurance ; un regard respectueux de la vie privée et qui
évite d'indisposer autrui par son indiscrétion ; un regard qui
brille, qui écoute, qui sourit. En bref, votre regard a toute sa
place dans la manière que vous avez d'installer votre
personnage dans l'espace public.

La vraie difficulté c'est que cela nécessite une attention


constante. Il est difficile pour quiconque d'aller contre ses
mauvaises habitudes. C'est donc un travail progressif à
réaliser et tout comme travailler son charisme, cela n'est
jamais fini. Mais je vous invite à observer de vous-même le
pouvoir de séduction et de conviction d'une personne qui a de
la prestance, mot qui peut être défini comme « un
comportement ou un maintien qui en impose ».

136
E X E M P L E
---------------------------------[EXEMPLE]------------------------------

On trouve souvent dans la littérature des exemples qui


montrent comment le fait de savoir se tenir, d'avoir du
maintien, permet de s'imposer avec naturel.

Fenimore Cooper est un auteur américain surtout connu en


France pour son roman de 1826, Le Dernier des Mohicans,
adapté en film en 1992 avec notamment l'acteur Daniel Day-
Lewis. Un de ses romans, Le Bourreau de Berne, s'ouvre sur une
scène sur les quais de Genève, en Suisse. Un policier contrôle
les passagers d'un bateau prêt à traverser le Lac Léman pour le
canton de Vaud. Un passager se présente à lui.

Il salua l'étranger avec respect, car son calme


extérieur et son maintien imposant formaient un
singulier contraste avec les bruyants éclats de voix et
les manières grossières de la populace qui l'avait
précédé.

Ce passage illustre bien comment, sans parler, un homme


peut imposer le respect.

Ayant inspiré Fenimore Cooper ou d'autres auteurs comme


Balzac, Walter Scott est un romancier écossais célèbre pour
ses romans historiques Ivanohé (1819) et Quentin Durward
(1823). Dans ce dernier ouvrage, Walter Scott dépeint la
rencontre entre le roi Louis XI retenu prisonnier par son
puissant vassal Charles le Téméraire.
Le roi Louis, qui s'attendait à cette visite, se leva en
voyant le duc entrer dans la grande salle, fit deux pas
au devant de lui, puis s'arrêta avec un air de dignité
qu'en dépit de la mesquinerie de son costume et de la
familiarité de ses manières, il savait fort bien prendre

137
quand il le jugeait nécessaire. Dans ce moment de
crise, son maintien calme produisit un effet visible
sur son rival, qui, étant entré dans l'appartement
d'un pas brusque et précipité, prit une démarche
plus convenable à un grand vassal qui paraît en
présence de son seigneur suzerain. […] ses membres
s'agitaient, comme ceux d'un homme impatient du
frein qu'il s'est imposé lui-même ; il fronçait le sourcil
et se mordait les lèvres jusqu'au sang.
Bien que prisonnier, le roi de France a pris l'ascendant sur son
ennemi grâce à la dignité de son maintien. Certes il est roi de
France mais son rival est le duc de Bourgogne, chef d'un
puissant Etat qui tente de s'ériger en royaume indépendant.
Malgré sa position périlleuse, Louis s'impose dans l'entrevue
comme celui qui détient l'autorité par sa seule posture.
Notre dernier exemple est tiré du cinéma cinéma. Clint
Eastwood est un acteur légendaire mais aussi un cinéaste
couronné par deux oscars. Il est très intéressant de se
replonger dans sa filmographie d'acteur pour réaliser à quel
point il contrôle tous les mouvements de son corps. Il semble
souvent lent, parfois immobile, même lorsque l'action est à
son paroxysme. Jugez par vous-mêmes : Pour une poignée de
dollars (1964), Quand les aigles attaquent (1968), Inspecteur
Harry (1971), Gran Torino (2008)… Dans la plupart de ses films,
C l i n t E a s t w o o d d é g a g e u n e a u ra e t u n c h a r i s m e
incontestables. Grâce à une grande sobriété de mouvements
et parce qu'il se tient très droit, il donne une impression de
solidité. Sa présence crève l'écran et ne laisse pas indifférent.
On peut dire que Clint Eastwood est un acteur qui sait se tenir.

138
Gonflez vos poumons dès que vous passez une porte.

Se tenir droit n'est pas quelque chose de si facile si l'on a pris de


mauvaises habitudes. En règle générale – alors que nos
anciens y accordaient une grande importance – l'éducation
que nous avons reçue a souvent négligé cet aspect.

Nous ne passons pas nos journées à penser à nos postures et


à notre maintien. Il s'agit donc de trouver une astuce qui nous
permette d'y penser régulièrement et de trouver rapidement
une bonne position.

Dans l'armée, les jeunes soldats apprennent à gonfler le torse


lors des cérémonies quand ils sont passés en revue. En
gonflant le torse, on se redresse naturellement, on lève la tête
et le menton, et on a « fière allure ».

Mais afin de penser à gonfler ses poumons régulièrement


pour se tenir droit à chaque fois que vous paraissez en société,
prenez cette inspiration à chaque fois que vous passez une
porte. En effet, passer une porte est souvent pour nous le
passage d'un univers à un autre. Vous retrouvez de l'autre côté
de nouvelles personnes, un autre cadre, un contexte différent.
Pensez à toutes les portes dont vous franchissez le pas chaque
jour et à quel point elles matérialisent les différents mondes
dans lesquels nous évoluons.

Avant de passer par une porte, préparez-vous mentalement et


physiquement à offrir le meilleur de vous-même.

Pour aller plus loin : Regardez la conférence TED de 2012


d'Amy Cuddy, Votre langage corporel forge qui vous êtes. Vous y

139
apprendrez que si vous vous adoptez des poses pleines
d'assurance, vous gagnez en confiance et en combattivité.
C'est une forme d'autosuggestion par la posture.

140
CONCLUSION

C'est la fin de notre parcours ensemble en vue de développer


votre charisme à travers l'image du gentleman. Ce savoir-être
est maintenant le vôtre. Cela ne fait pas de vous un surhomme
mais vous n'êtes plus vraiment comme tout le monde. D'une
manière ou d'une autre, vous avez acquis de l'épaisseur, de la
présence. C'est cela le charisme, à vous d'en faire bon usage.

Certes 20 jours (+ 2) plus tard, il y a fort à parier que tout n'est


pas parfait et que beaucoup de progrès restent à faire. Mais
vous avez déjà franchi un grand pas si vous êtes parvenu
jusqu'à cette conclusion. L'objectif est maintenant de digérer
dans le temps ce travail en profondeur.

Reste un dernier point, une précision majeure. En effet,


l'image du gentleman que nous avons brossée ne serait pas
complète si l'on omettait de rappeler encore une fois qu'un
gentleman est un guerrier. Il n'est pas une gravure de mode, ni
un dandy poudré, ni un soumis, etc. C'est un chevalier, un
combattant. Cela implique d'avoir le courage, le moment venu,
de prendre ses responsabilités d'homme. Pas question de
laisser quelqu'un se faire agresser dans la rue sans réagir par
exemple. Sans cela, tout le reste n'est que de l'apparence. Or,
pour ce qui est du charisme, l'apparence est secondaire.

Enfin, un gentleman, par-dessus tout, n'aura jamais un geste


ou un mot pouvant porter atteinte à l'honneur d'une femme.
On entend trop souvent des hommes émettre des
commentaires désobligeants à l'égard des femmes ou même
faire des blagues grossières en leur présence. Pour cela il n'y a
pas d'excuse valable. C'est tout simplement de la faiblesse et la
faiblesse est le fléau de l'homme moderne. Qu'elles soient

141
belles ou moins belles, aimables ou moins aimables,
intelligentes ou moins intelligentes, c'est l'honneur d'un
gentleman de les respecter et de les défendre. Et comme le dit
le dicton : « l'honneur perdu ne se retrouve plus ».

142
Copyright © Attitude Gentleman, 2020

143
144
COMMENT AVOIR DU
Le charisme, c'est une forme d'autorité naturelle, la faculté d’une personne à charmer
et à susciter l’adhésion de la plupart des gens qu’il côtoie. Ainsi, quelqu’un qui a du
charisme s’impose avec aisance dans toutes les situations. C'est un atout maître pour
tout homme qui désire progresser.

Chez Attitude Gentleman, notre expérience nous amène à penser que le charisme
peut éclore chez n’importe qui. Encore faut-il le vouloir et s'en donner les moyens car
le travail sur soi-même est toujours le plus difficile. Pour faciliter ce travail, nous vous
proposons un parcours en 20 jours afin de développer votre charisme de manière
progressive et pratique, à partir d'un modèle à suivre qui a fait ses preuves: la figure du
gentleman.

Nous ne vous ferons aucune promesse, car il n'existe aucune méthode infaillible. Mais
ayez la certitude que vous sortirez différent et grandi de cette expérience. A vous les
commandes!

Attitude Gentleman est un site internet qui aide les hommes à


donner le meilleur d’eux-mêmes. En effet, de nombreux
hommes de qualité se heurtent à des codes qu’ils ne
maîtrisent pas, à des références qu’ils ignorent, à un
patrimoine culturel et à des bonnes manières dont ils
négligent le pouvoir.

En s'identifiant à la figure du gentleman il est possible d’adopter au plus vite une


attitude conquérante. En effet, un gentleman est quelqu’un qui connaît les usages et
les bonnes manières, qui s’habille avec sobriété et élégance, qui sait se conduire en
société, qui maîtrise la langue et dispose d’une certaine culture générale ; mais par-
dessus tout, qui sait en toutes occasions comment se comporter et comment mettre
en valeur les personnes qu’il côtoie.

Adopter une attitude de gentleman, c'est progresser en confiance, en assurance, en


charisme, en leadership et dans tous les aspects du savoir-être afin de donner le
meilleur de soi-même.

145 Publié par: Attitude Gentleman