Vous êtes sur la page 1sur 2

COMMISSION D’ACCÈS

A U X D O C U M E N T S A D M I N I S T R AT I F S

C ada
Le Président

Avis n° 20203034 du 08 octobre 2020

Madame Hélène FERRARINI a saisi la commission d'accès aux documents administratifs, par courrier
enregistré à son secrétariat le 3 septembre 2020, à la suite du refus opposé par le préfet de la Guyane à sa
demande de communication des documents suivants :
1) le rapport de la mission interministérielle (ministère des outre‐mer) sur le transfert du foncier suite aux
accords de Guyane, dont la mission a été réalisée en 2017, et dont le rapport est aujourd'hui achevé ;
2) le rapport de la mission interministérielle (ministère de l’économie et ministère de la transition écologique
et solidaire) sur le secteur minier en Guyane, réalisé par l’ingénieur des ponts, des eaux et des forêts
Monsieur Christian LE COZ (conseil général de l'environnement et du développement durable (CGED)), les
ingénieurs généraux des mines Monsieur Philippe KAHN et Monsieur Antoine MASSON (conseil général de
l'économie (CGE)), et l’inspecteur général de l’administration (en service extraordinaire) Monsieur Marc‐
Étienne PINAUL, dont la mission s'est déroulée en Guyane en 2018 et dont le rapport est aujourd'hui
achevé.

En l'absence de réponse du préfet de la Guyane à la date de sa séance, la commission estime que le


rapport mentionné au point 1) est communicable à toute personne qui en fait la demande, en application de
l'article L311-1 du code des relations entre le public et l'administration sous réserve qu'il soit dépourvu de
caractère préparatoire.

Elle considère que le rapport mentionné au point 2) est communicable à toute personne qui en fait la
demande, en application de l'article L311-1 du code des relations entre le public et l’administration et des
articles L124-1 et suivants du code de l'environnement sous réserve qu'il soit dépourvu de caractère
préparatoire. Elle précise que le caractère préparatoire n'est pas opposable à la communication des
informations environnementales telles que définies à l'article L124-2 du code de l'environnement, qui sont
donc immédiatement communicables alors même qu'elles s'inscriraient dans un processus décisionnel en
cours.

Compte tenu de ce qui précède, elle émet donc, sous les réserves rappelées, un avis favorable sur à la
demande.

A d r e s s e p h y s i q u e : 2 0 , a v e n u e d e S é g u r 7 5 0 0 7 P A R I S  0 1 4 2 7 5 7 9 9 9 • w w w. c a d a . f r • c a d a @ c a d a . f r
A d r e s s e p o s t a l e : T S A 5 0 7 3 0 7 5 3 3 4 PA R I S C E D E X 0 7
20203034 2

Pour le Président
et par délégation

Bastien BRILLET
Rapporteur général
Premier conseiller de tribunal administratif

A d r e s s e p h y s i q u e : 2 0 , a v e n u e d e S é g u r 7 5 0 0 7 P A R I S  0 1 4 2 7 5 7 9 9 9 • w w w. c a d a . f r • c a d a @ c a d a . f r
A d r e s s e p o s t a l e : T S A 5 0 7 3 0 7 5 3 3 4 PA R I S C E D E X 0 7