Vous êtes sur la page 1sur 6
i (OPERATIONS Sp . ALES DEFENSE >>>>>/ ! >>>>>>> ARMEMENT aa ay LES CURCES 1 I SLECLALES pe LES [UA 4 CRMC eRARe Ea | 17068-7-F:7,50€-R0 Cen ae CeO Sg Tce ‘SUISSE 14 FS= CANADA 14 SCAN. | ‘operation humanitaire sera doublée | paar une opération médiatique. Un 1C B sera mis a la disposition de la presse, tous les medias sont représentés, certains journalistes ou photographes sont {leur premiére mission, exaltation est trés forte, ambiance bon enfant ‘Aarivée & Goma, nous voyons les mar- souins et bigors du RICM du colonel Sartre et du 11° RAMa, s'affairer & débarquer les ‘matériels,blindés et mortiers lourds. Le len- demain en route vers le Rwanda, les soldats francais sont accusilis avec des fleus, les autortés ont demande @ la population qui les soutient de bien accueil les troupes envoyées par Paris, des drapeaux francais ont 66 distribués, "Nous passons nos joures a suivre des patrouilles frangaises ou croiser des mil- Ciens hutus prés a liquider les « cafards » ‘suroms donner aux Tutsis, puis au croi- ‘sement d'un chemin, d'une piste ou d'une route, nous tombons sur des rescapes tut- sis, terorisés, perdus, UN GENOCIDE ORGANISE Ce qui était cifce a percevoir, c'est que Varmée rwandaise comme la gondarmerie, la police, les municipaiités et ensemble de l'état s'est mis au service du genocide La garde présidentialle t le batallon para commando ont été ls fers de lance d'une extermination, qui & durée 100 jours, sur un rythme démentiel de 8000 morts par our. Dans le camp, de Cyangugu, la pointe sud du lac Kivu, se trowent assembles des centaines de farillestutsis, menacées dex ternnation Tous les soirs, des hommes, femmes, enfants, partis chercher du bois ou de la ORD oT ens SEA SOUVENIRS DE GUERRE OPERATION Au mois de juin 1994, le gouvernement frangais déclenche l’opération Turquoise, mission humanitaire et de protection face au génocide perpétré contre les Tutsis par les autorités génocidaires hutus. Cee ee mae Cee ee eee aU nourriture aux abords du camp, dispa- raissent, la Croix-Rouge internationale s'et- force de les protéger depuis des semaines. Pour le commandement francais de 'opé- ration Turquoise, ce camp est un objectif prioritaire, les commandos du 1" RPiMa Yy sont envoyés. lis seront relevés par les légionnaires de la 13° DBLE de Djibouti et du 2° REI de Nimes. Accompagné du général La Fourcade, commandant de Turquoise et du colonel Tauzin patron du ‘RPIMa, Francois Léotard, ministre de la Défense est venu inspecter les lieux, pour souligner importance de ce camp et aff cher médiatiquement la « neutralité » de Paris, Le.27 juin, un détachement du com- mando Trepel repére des rescapés tutsis sures collines de Bisesero dans la région de Kibuyé, en situation d'urgence absolue ‘comme le formule le capitaine de frégate ‘Marin Giller patron du commando marine Depuis trois mois, ces survivants du géno- cide sont attaqués jour aprés jour par les mmilices et les forces armées rwandaises, qui a Varrivée du COS irons sur les hau- teurs des collines ot attendront le départ des Frangais pour terminer les derniers rescapés a la machette. Les rescapés sont dans un état lamentable, une infirmerie de fortune est instal. ‘UNE HORREUR INDESCRIPTIBLE Puis l'aventure continue, le 1 juillet, avec quelques journalistes et photo ‘graphes, nous arrivons & Butaré, la vill, TURQUOISE Rea ae ee Pe eat Cee LCs Viennent sur Butaré, La ville, dernier Sa a ae eet ont mené le génocide, est proche de céder. L'intervention francaise & Dery eet eee rece rei Seer nns sont immédiatement déployés. Ordre er ert icy ere wet een ecinericetotreeg fo a 7 f paras ay ve 6 Le colonel Tossaint commandant le 1~ RPIMa et le commandant Hoggar de la re ett ed er ne eee ete dernier bastion d'importance, les forces armées rwandaises sont en déroute. Les ‘commandos marine du commando Trepel etlas RAPAS du 1" RPIMa interviennent sur lavile. lis viennent extraire une quarantaine fe religieuses et quelques notables hutus. intervention démarre en fin d'apres-midi avec un posé dassaut d'un transall C 160. Des mortiers sont dé autres élé- ‘ments du COS ont regu l'ordre de conver- {ger vers Butaré par la route ou en helicop- tere. Les Frangais sont acclamés a leur artivée par la population hutus. En quittant laville, changement d’atmospheére, les sol- dats que nous croisons sont en tenue, avec eee a ea ec bottes et discipinés, c'est le FPR, NEM Ue eee Eee eee sc ts Accrochage entre parachutistes frangais du 1= RPIMa et rebelles du front populaire rwandais (Tutsis) & Butaré. Coes) CTU eae Turquoise a repéré des le 27 juin ort tures Pee ea cs ee ent ety a et ree serene ee Crewe a ule Pe eee Pee es Petr eae oe Bon tas Dans le camp de réfugiés de Cyan- Peter ee ern Pace ery ete Cement tne tionale (CICA) est la, qui sefforce de les Se mos Ste enfants, partis chercher du bois ou de la tee ut raissent. Pour les officiers de Turquoise, ‘ce camp est un objectif priortaire. Pere Cerne) Cyangugu. Sous earns co eet RPIMa a Sr ey Cte ees ered hte Pe ero Seca ery rwandais, eos Steins réfugiés tutsis sous protection de erence Pie Cet Turquoise entrent au Rwanda par le Parse ae Peete eres ulation qui les soutient de se pré- eet ae ee reins eee eT) ieee ee ee teres a donné des instructions: il faut Cemetary amis», «nos allies: accrochage qui laissera un doute, pire une humiliation et 'état major ne fera mention ‘ty donnera la moindre explication sur cet incident, équipe de Reuters TV, un jour- naliste britannique et deux photographs étaient présents, Le détachement avancé du 1*RPIMa, envoyé & Butaré doit négoc! salberté de mouvement En ce début jill, le Rwanda est un pay dévasté. Les camps de réfugiés pullulent, les morts aussi, la défaite pour le camp du ide est proche. La guerre est perdue, lermination & été menée presque Lo 4 juillet sur la méme route, avec ur ‘équipe de France 2, nous tombons dans une ‘embuscade, laventure se terminera dans un hopital militaire pour de longs mi Pendant des années, j'ai roulé ma bosse ‘sur beaucoup de fronts, beaucoup de ter: rains. Vu la guerre, les blessés, les mort les drames... Mais ce que} nda, ca jamais je ne Vai vu, Jame ‘Nair: José Nicolas sera griévernent bles ‘spar balle ce jour a. Par puceur n'est p tentré dans les détails de ce qu'll a vu mais ‘on imagine jusqu’od la bestiaté humaine est capable dae. eae Pee ee eu es Pree eters Peete esac See acne ers UCR eres) Sree ere eed Carters er er ree POR oe eens

Évaluer