Vous êtes sur la page 1sur 2

L’enseignement prioritaire, une priorité du gouvernement.

1. Des politiques de soutien et d’accueil ambitieuses

 Un accueil plus large des élèves, pour un meilleur accompagnement.

Afin que les enfants soient pris en charge dans l’ensemble de leur journée scolaire, et pas
seulement pendant les cours, le gouvernement a décidé d’instaurer l’accueil des élèves 2 heures
après les cours, 4 jours par semaine, dans toutes les écoles et tous les collèges de l’éducation
prioritaire.

Il peut s’agir d’aide aux devoirs, mais aussi de pratiques "Lutter contre l’échec scolaire,
culturelles, artistiques et sportives et d’apprentissage des poursuivre l’élévation des
langues vivantes pour les collégiens. Les professeurs sont niveaux de qualification et offrir
secondés dans leur tâche par des assistants d’éducation, des à tous les élèves les mêmes
assistants pédagogiques et des assistants de langue. chances de parvenir à
l’excellence"
Cette mesure rencontre un grand succès :
• 710 227 collégiens du public, soit 30% des effectifs, Xavier Darcos
bénéficient du dispositif dans 5 157 collèges ; plus de 4
millions d’heures sont ainsi consacrées à
l’accompagnement éducatif par 74 878 intervenants, dont 60,8% d’enseignants,
ce qui permet un taux d’encadrement d’un intervenant pour 9 collégiens.
• 170 669 élèves de l’école élémentaire publique de l’éducation prioritaire, soit
25,3% des effectifs, bénéficient du même dispositif organisé dans 3 072 écoles à raison de
plus de 1 million d’heures assurées par 14 554 intervenants, dont 74,8% d’enseignants, ce qui
permet un taux d’encadrement d’un intervenant pour 12 écoliers.

Dans le cadre de sa généralisation, 323 millions d’euros sont consacrés à ce nouveau dispositif.

Ces mesures se conjuguent et complètent les programmes personnalisés de réussite éducative.

 Un soutien personnalisé pour les lycéens : les cordées de la réussite.

Les « cordées de la réussite » est une opération qui prévoit des partenariats entre les grandes
écoles et 215 lycées de ZEP. Elle repose sur un tutorat étudiants-élèves. Cette initiative permet
d’aider les lycéens de ZEP qui renoncent trop souvent aux voies sélectives, par autocensure. Elle
permet aussi de créer des liens, d’instaurer une solidarité réelle entre des univers qui s’ignorent trop
souvent.

2. L’excellence pour tous.

 30 sites d’excellences dans les quartiers populaires.

Il n’y a aucune raison qui justifie que les quartiers populaires n’aient pas de « bons » lycées. Le
gouvernement a décidé de créer 30 sites d’excellences. Il s’agit de 30 lycées qui comprennent
des sections internationales, avec un enseignement renforcé en langues, mais aussi des formations
artistiques et culturelles.
 Des classes préparatoires pour tous.

Désormais, on proposera, de droit, une inscription en classe préparatoire aux grandes écoles aux
5% des meilleurs élèves de lycées de ZEP.

Dans une circulaire de mars 2008, Valérie Pécresse et Xavier Darcos ont demandé aux recteurs de
faire attention à ce que les classes préparatoires recrutent plus d’étudiants boursiers.

3. Des mesures volontaristes en faveur de l’égalité des chances

 Briser les barrières pour recréer de la mixité sociale.

Le busing est expérimenté dans 8 villes (Bergerac, Oullins, Courcouronnes, etc.). Il s’agit d’un
dispositif de ramassage scolaire en bus des élèves de CM1 et CM2 vers des sites scolaires hors de
leur quartier d’origine. Il s’agit d’une action volontariste en faveur de la mixité sociale. Elle a fait ses
preuves dans des pays étrangers, mais aussi en France (banlieue lyonnaise). Le financement est
assuré par l’Etat !

 Impliquer les établissements privés.

L’enseignement privé a un savoir faire qui lui est propre. Il serait absurde de refuser de l’exploiter.
Aussi, une cinquantaine de classes ont ouvert dans ce but à la rentrée 2008. Certains
établissements à Paris, Lyon ou Marseille prévoient d’ouvrir des annexes dans les quartiers
populaires.

 Offrir des places d’internats.

En matière éducative, le « Plan Espoir Banlieues », présenté par Fadela Amara et Xavier Darcos,
prévoit la création de 4000 places en « internat ». 27 internats d’excellences ont été créé, soit 670
places. L’objectifs est d’en avoir 4000 dans 4 ans !

4. Améliorer l’environnement scolaire

 Une place des parents consacrés.

Il ne peut y avoir de scolarité réussie sans une association des parents aux projets pédagogiques
de l’école pour leurs enfants. Des mesures ont été prises en ce sens : mise à disposition d’une salle
aménagée dans les établissements scolaires, cours d’alphabétisation, organisation de rencontres
ou d'activités associatives, permanences d'associations de parents, présentation, lors des réunions
de rentrée, du règlement intérieur de l'établissement, des enjeux et des programmes de l'année

 Une transparence dans l’accès aux stages.

Afin que tous les élèves puissent trouver un stage, et non plus seulement ceux qui ont des
« pistons » ou des « relations », une banque de stage par académie doit être créée.

 Une rénovation des établissements.

La rénovation des collèges les plus dégradés est intégrée dans les programmes de l’Agence
Nationale de Rénovation Urbaine (ANRU).

Rédaction Erwan Le Noan.


Contact : etudes@jeunespopulaires.com