Vous êtes sur la page 1sur 2

Le budget du ministère de l’enseignement supérieur et de la

recherche.
Le budget du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche augmente de 6,5% en 2009 et de
presque 17 % sur la période 2009-2011. Cette augmentation de 1,8 milliard d’euros de 2009 à 2011 confirme
la promesse de Nicolas Sarkozy de faire de ce domaine une priorité de son mandat. Ce budget triennal, qui
constitue un effort inédit, se décline en cinq priorités.

1) Renforcer l’attractivité des carrières dans l’enseignement supérieur et la recherche

Ce travail est engagé depuis le début du mandat du Président. En juillet, M. Hoffmann, président de
l’Académie des Sciences, et M. Schwartz, conseiller d’État, ont remis à Mme Pécresse deux rapports sur le
recrutement et la carrière des chercheurs, et sur la mise en œuvre du volet « personnel » de la LRU. Entre
2009 et 2011, l’État consacrera 251 millions d’euros à ce projet, soit deux fois plus que les trois années
précédentes.

Le secteur ne sera pas soumis à la règle de non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux. Environ 900
postes ne seront toutefois pas relevés, ce qui représente 0,6% des effectifs. L’effort financier résultant de ces
emplois sera intégralement restitué aux personnels. Ces non renouvellement n’affecteront pas les
enseignements chercheurs, puisqu’ils se décomposent entre:
- 450 emplois statutaires (1 départ à la retraite sur 12)
- 450 emplois non statutaires : 225 allocataires de recherche, qui sont en fait des postes non pourvus, et
225 post-docs car l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) devient le principal financeur de post-docs
et finance 1000 nouveaux post-docs chaque année

2) Favoriser la réussite des étudiants

La dépense annuelle de l’État par étudiant va continuer de progresser. En 2007-2008, elle a augmenté de
1000€, et devrait augmenter de 450€ en 2009. La dépense annuelle par étudiant est ainsi passée de 7210€
en 2006 à 8530€ en 2009. Sur l’ensemble du mandat de Nicolas Sarkozy, elle augmentera d’environ 40%.

Le budget traduit en outre la priorité donnée à la réussite des étudiants. Le plan Réussir en licence bénéficiera
de 750M€ sur 2008-2012. La vie étudiante recevra 250 millions d’euros sur 2009-2011.

Le logement étudiant fera l’objet d’une attention particulière. En 2009, plus de 6500 chambres seront
réhabilitées. De cette manière, le Ministre s’engage à atteindre les objectifs fixés par le rapport Anciaux.

3) Faire émerger des universités autonomes et fortes

La réforme de l’autonomie des Universités leur offre une occasion unique de se développer et de participer
pleinement à la compétition mondiale de l’enseignement supérieur. La loi leur a donné des moyens financiers
nouveaux, des modes de gestion plus souples et efficaces. Le budget 2009 consolide ces efforts.

Au total, grâce à ces réformes structurelles, les universités bénéficieront entre 2009 et 2011 d'une progression de
leurs moyens 4 fois supérieure à celle de 2006-2008. De cette manière, leurs budgets bénéficieront d’un effort
d’environ 1 milliard d’euros supplémentaires.

La rénovation des campus est au cœur des priorités budgétaires : 1 milliard d’euros sera consacré à la rénovation
immobilière et 5 milliards d’euros issus de la cession de titres d’EDF financeront le plan « Campus », complétés par
des partenariats avec le privé qui devraient atteindre plus de 800 millions d’euros sur la période 2009-2011.

4) Encourager la recherche privée

En 2006, le niveau de dépenses intérieures en R&D représentait 2,1% du PIB, financées à 52% par le secteur
privé, ce qui est en deçà des objectifs fixées par l’Union européenne à Lisbonne en 2000 (3%). Depuis son
élection, Nicolas Sarkozy a réformé le « crédit d’impôt recherche », dispositif fiscal qui offre aux entreprises un
allègement d’impôt pour leurs investissements dans la recherche et développement.
Cette réforme qui a conduit à sa simplification radicale et à sa montée en puissance devrait en accroître
sensiblement la portée : le dispositif devrait atteindre 3,6 milliards d’euros en 2008, contre 1,6 milliards d’euros en
2006 et 428 millions d’euros en 2003. Cette réforme participe directement de l’amélioration de la compétitivité de
la France.

Par ailleurs, divers dispositifs, notamment fiscaux (122,5 millions d’euros), sont liés aux actions de l’ANR.

5) Soutenir la recherche publique vers l’excellence

En 2009, 365 millions d’euros supplémentaires seront consacrés à ce secteur, ce qui permettra d’augmenter les
moyens des divers organismes de 3,8% en 2009. Le Gouvernement établit un effort équilibré puisque 57% des
moyens nouveaux bénéficient à la recherche privée et 43% à la recherche publique.

Le plan de relance : un nouvel effort en faveur de l’enseignement supérieur

Le budget de l’enseignement supérieur bénéficiera d’un nouveau renforcement de ses moyens


d’investissement à hauteur de 700 millions d’euros supplémentaires.

Les travaux associés aux différents chantiers universitaires seront accélérés et les délais liés aux procédures
seront réduits. A ce titre, 75 Millions supplémentaires seront mobilisés pour réaliser au plus vite toutes les
études nécessaires à l’accélération du plan Campus.

Le plan de relance permettra ainsi de :

 remettre à niveau l’immobilier universitaire (sécurité, accessibilité pour les personnes handicapées)
grâce à 170 millions d’euros supplémentaires pour la seule année 2009 ;
 accélérer la mise en œuvre des volets universitaires des contrats de projets Etat-Région, en
mobilisant au total 260 millions d’euros.
 renforcer les moyens d’investissement sur plusieurs grands équipements de recherche (synchrotron
Soleil, ITER, CEA, CNRS notamment) et sur la flotte française de recherche, à hauteur de 46 millions
d’euros ;
 développer la recherche en matière de défense, grâce à une dotation complémentaire de 180
millions d’euros.

Rédaction Erwan, Xavier.


Contact : etudes@jeunespopulaires.com