ORGANISÉE PAR L’AMBASSADE D’ALGÉRIE AU CAIRE

Ministres et ambassadeurs assistent à la cérémonie de recueillement à la mémoire de Warda El-Djazaïria
7 Radjab 1433 - Lundi 28 Mai 2012 - N°14522 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 32

DRAME DE LA RÉSIDENCE UNIVERSITAIRE BAKHTI-ABDELMADJID DE TLEMCEN

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

EXCLUSIF

ABDELHAMID ZERGUINE, PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SONATRACH, À EL MOUDJAHID :

“Sonatrach acteur incontournable sur le marché mondial du gaz”
M. Abdelhamid Zerguine, installé depuis bientôt six mois à la tête de la plus prestigieuse compagnie continentale d’hydrocarbures, définit les grandes lignes de son plan d’action et la stratégie suivie pour que Sonatrach reste dans le Top-12 des plus grands groupes pétroliers mondiaux
P. 5

M. Ould Kablia transmet aux victimes «les sentiments de solidarité et de compassion» du Président Bouteflika
◗ Djiar : «Les responsables de cet accident seront punis»
P. 3

ADHÉSION DE L’ALGÉRIE À L’OMC

Rencontre formelle avec le groupe de travail en juillet à Genève P. 8
13e ÉDITION DU SITEV

Ph. Nacéra I.

« Dans l’offshore, nous allons prospecter sur les axes Annaba-Béjaïa et Ténès-Mostaganem »

La communication, une force d’attraction touristique ALGÉRIE 3 - NIGER 0

P. 7

Ph. Nacéra I.

UNE SOIXANTAINE D’EXPOSANTS AU 13e SIFTECH

P. 6

Ph. Nesrine T.

La Finlande et l’équipementier Nokia en force

Ph. T. Rouabah

Les Verts plus fringants

P. 18

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo

EL MOUDJAHID

Ensoleillé

CE MATIN, À 10H Écoles privées de formation paramédicale : état des lieux
Le Dr Chabane Ghaouti, représentant de la Coordination des établissements privés de formation paramédicale animera, ce matin à 10 h, une conférence au centre de presse d’El Moudjahid et présentera un état des lieux de cette activité et la contribution de ces établissements au développement des métiers de la santé et l’enjeu qu’ils constituent pour améliorer les compétences du personnel paramédical et la qualité des soins dans les structures sanitaires publiques et privées.

CONSEIL DES MINISTRES ARABES DES AFFAIRES SOCIALES Barkat au Caire
M. Saïd Barkat, ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, participe aujourd’hui au siège de la Ligue arabe au Caire, aux travaux de la deuxième session thématique du Conseil des ministres arabes des affaires sociales sous l’intitulé  :  «  Le rôle du Conseil des ministres arabes des Affaires sociales dans le traitement des exigences de la phase actuelle et les développements et mutations vécus par la région arabe ».

Sur les régions Nord, le temps sera partiellement voilé avec développement de foyers orageux isolés sur les Hauts Plateaux et les Aurès en fin d’après-midi et soirée. Les vents seront variables faibles (20/30 km/h). La mer sera belle. Sur les régions sud du pays, le temps sera ensoleillé à partiellement voilé vers le Hoggar/Tassili. Ailleurs, le ciel sera dégagé. Les vents seront de secteur Sud-Est (20/40 km/h) avec quelques soulèvements de sable locaux. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (28°-17°), Annaba (26°-15°), Béchar (36°-23°), Biskra (37°-22°), Constantine (32°-12°), Djanet (37°-22°), Djelfa (30°-14°), Ghardaïa (38°-23°), Oran (26° -18°), Sétif (28°-12°), Tamanrasset (36°-20°), Tlemcen (29°-17°).

DEMAIN, À 10H Les dangers des guerres sur les enfants
A l’occasion de la Journée internationale de l’enfance, l’association Machaâl Echahid, en coordination avec le journal El Moudjahid, organise, demain, à 10 h une conférence intitulée « Dangers des guerres sur les enfants » en mémoire aux enfants martyrs de la Révolution et en solidarité avec les enfants palestiniens et sahraouis.

CE MATIN, À 10H30, À LA SAFEX Conférence de presse de Benbada
Dans le cadre de la préparation de la 45e édition de la Foire internationale d’Alg e r , M . Mustapha Benbada ministre du Commerce animera ce matin à 10h30 une conférence de presse au siège de la SAFEX.

Agenda culturel
DEMAIN, À 15H, AU CLUB DES MÉDIAS CULTURELS À LA SALLE ATLAS Ibrahim Talaâ el Almaï invité de « Maw’id Maâ el Kalima »
Le poète saoudien Ibrahim Talaâ el Almaï sera l’invité du programme «Maw’id Maâ el Kalima» de l’ONCI, demain, à 15 h au club des médias culturels à la salle Atlas.

CE MATIN, À 10H30, AU SIÈGE DU FRONT DE LA JUSTICE ET DU DEVELOPPEMENT Conférence de presse de M. Djaballah

CE MATIN, À L’HÔTEL HILTON Assemblée générale de la CAP
L’ assemblée générale de la Confédération algérienne du patronat-CAP regroupant l’ensemble des structures au niveau des Fédérations nationales et de wilaya, se tiendra ce matin, à l’hôtel Hilton suivie d’une conférence de presse à 11 h 45.

CE MATIN, À 10H, AU SIÈGE DE L’UGCAA Conférence de presse
Le président du Front de la justice et du développement (El-Adala), Abdallah Djaballah, animera une conférence de presse ce matin à 10h30 au siège national, Bouchaoui-3.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Nedjma, sponsor exclusif du 3e Rallye des médias algériens
Poursuivant ses activités citoyennes dans divers domaines, Nedjma spons orise en exclusivité la 3e édition du Rallye des médias algériens prévue fin mai. Placé cette année sous le signe de la célébration du cinquantenaire de l’Indé pendance, ce rallye amateur de régula rité regroupe pendant six jours près d’une centaine de journalistes représ entant les médias nationaux tous suppo rts confondus. Depuis Alger où a été donné le top départ, les participants rallieront sur un parcours de plus de 2.000 km, la ville tunisienne de Sousse via Tabarka, en passant par Boumerdès, Bouira, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Constantine, Annaba et El Tarf.

DJEZZY Cycle de rencontres sur le management
La direction de Djezzy, qui a mis les ressources humaines au cœur de toutes ses stratégies de consolidation du marché, accorde une attention particulière au bienêtre des employés à qui elle offre le meilleur cadre de travail possible. C’est dans cette optique, fidèle à la tradition qui fait maintenant partie de la culture de l’entreprise, que la direction de Djezzy a inauguré le cycle des rencontres-débats de proximité entre les employés et leurs directions respectives par le secteur de l’administration.

DEMAIN, À 8H30, À L’HOTEL HILTON 1 édition des COMPAREX Technology Days
re

La Fédération nationale de coiffure et d’esthétique organise une conférence de presse, ce matin à 10h, qui sera animée par le président M. Kherbache Abdelkader au siège de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), 40-42 rue Larbi-BenM’hidi.

COMPAREX Algeria organise demain à l’hôtel Hilton la 1re édition des COMPAREX Technology days, rencontres dédiées aux nouvelles technologies de l’information autour du thème : « Virtualisation : Etes-vous prêts ? ».

AUJOURD’HUI ET DEMAIN, À 8H30, À L’HÔTEL EL-AURASSI « Femme et dialogue social »
Le Conseil national économique et social abrite aujourd’hui et demain à partir de 8 h 30 à l’hôtel El-Aurassi une rencontre de TRESMED 4 sous la thématique générale  :  «Femme et dialogue social».

LE 31 MAI, À 9H, AU CENTRE CULTUREL AZZEDINE-MEDJOUBI « L’exploitation des enfants dans la mendicité »
Dans le cadre des activités du Réseau algérien pour la défense des droits de l’enfant sur le thème de «L’exploitation des enfants dans la mendicité» se tiendra le 31 mai, à 9 h au Centre culturel Azzedine- Medjoubi.

CE MATIN, À 10H, À L’UNIVERSITÉ D’ALGER 3 « La crise économique mondiale actuelle et ses répercussions sur les pays arabes »
Le Pr Mohamed Dwidar anime une conférence scientifique sur «La crise économique mondiale actuelle et ses répercussions sur les pays arabes» ce matin à 10h, à la salle des conférences de l’université d’Alger 3 – Ben Aknoun.

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Nation

3

APRÈS L’EXPLOSION DE GAZ À TLEMCEN M. Ould Kablia transmet aux victimes Djiar : “Les responsables de cet accident “les sentiments de solidarité et de seront punis”

compassion” du Président Bouteflika “L
Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a transmis hier, au nom du Président de la République, les «sentiments de solidarité et de compassion du Président de la République» à tous les étudiants blessés dans l’explosion de gaz survenue vendredi à la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid de Tlemcen.
ous sommes venus pour transmettre au nom du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, les sentiments de solidarité et de compassion à tous les étudiants blessés, comme nous avons transmis nos condoléances à la communauté universitaire de manière générale et aux familles des victimes en particulier », a souligné le ministre, en se rendant au chevet des blessés hospitalisés au CHU TidjaniDamerdji du chef-lieu de wilaya. M. Ould Kablia a également indiqué qu’une instruction a été donnée à tous les walis pour prendre en charge les cérémonies d’inhumation des étudiants décédés, originaires de leur wilaya respective. Les parents des blessés hospitalisés au CHU de Tlemcen venus d’autres régions du pays sont également pris en charge par la wilaya. Concernant la situation des victimes hospitalisées, le ministre a relevé que « leur état est satisfaisant, à l’exception d’un ou deux nécessitant des examens plus approfondis ». Dans ce sens, il a fait part de l’envoi de spécialistes des grands hôpitaux d’Alger pour contribuer, aux côtés de leurs collègues de Tlemcen, à une meilleure prise en charge médicale. Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales était accompagné des directeurs généraux de la sûreté nationale et de la Protection civile, MM. Abdelghani Hamel et Mustapha El Habiri. M. Daho Ould Kablia, a assuré, dimanche à Tlemcen, que toutes les mesures seront prises pour « prévenir et éviter » des drames similaires.

“N

« Nous allons examiner dans le détail les causes de l’accident qui a endeuillé la communauté universitaire. Toutes les mesures seront prises pour prévenir et faire en sorte que de tels drames ne se reproduisent à l’avenir », a-t-il affirmé, en se rendant au chevet des étudiants blessés hospitalisés au CHU Tidjani-Damerdji de Tlemcen. Le ministre, accompagné des directeurs gé-

néraux de la Sûreté nationale et de la Protection civile, MM. Abdelghani Hamel et Mustapha El Habiri, s’est enquis de l’état de santé des blessés avant de se déplacer sur les lieux de l’accident, où il s’est entretenu avec quelques étudiants, en les assurant que les pouvoirs publics ont pris «toutes les dispositions pour assurer un retour à la vie normale».

Les résidents de la cité Bakhti- Abdelmadjid seront transférés vers une nouvelle résidence universitaire

L

e ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a annoncé, hier à Tlemcen, que les étudiants résidents à la cité Bakhti-Abdelmadjid, où s’est produite vendredi l’explosion de gaz, seront transférés vers une nouvelle résidence universitaire. M. Ould Kablia a souligné, lors d’un point de presse organisé à l’issue d’une réunion ayant regroupé les autorités locales, le recteur de l’université de Tlemcen, le DGSN et le DG de la Protection civile, que toutes les mesures seront prises pour assurer une meilleure prise en charge des 450 étudiants de l’Ecole natio-

nale préparatoire des sciences et techniques hébergés dans la résidence universitaire, où s’est produit, vendredi, le drame. Tout en saluant l’élan de solidarité estudiantine enregistré suite à l’accident, M. Ould Kablia a indiqué que le Conseil scientifique de l’université de Tlemcen se réunira, aujourd’hui, pour étudier conjointement avec les étudiants et leurs enseignants les modalités de déroulement des examens de fin d’année, prévus initialement dans cette période. Le ministre n’a pas exclu la possibilité de transférer les blessés vers l’étranger « si cela s’avèrerait indispensable », a-t-il dit.

es responsables de l’explosion du gaz, survenue vendredi soir, à la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid de Tlemcen, seront punis », a déclaré samedi dernier, M. Hachemi Djiar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique par intérim, lors d'une rencontre avec des étudiants résidants à l'Ecole préparatoire des sciences économiques, commerciales et de gestion résidant. M. Djiar qui était accompagné du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbas et du wali de Tlemcen, a tenu à souligner à cette occasion la détermination du ministère d'associer des représentants des étudiants à la commission d'enquête pour déterminer les responsabilités et prendre les mesures nécessaires. Il a ensuite ajouté : « cet accident, qui a coûté la vie de nos enfants ne passera pas sans punition », notant que le laxisme et la négligence qui ont conduit à la catastrophe seront vigoureusement sanctionnés. Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique par intérim a précisé que les représentants des étudiants seront partie prenante dans la commission d'enquête en charge de la recherche des causes réelles de l'explosion. M. Hachemi Djiar, qui s'est déplacé à Tlemcen sur ordre du président de la République, a expliqué que cette commission se penchera avec les étudiants sur les questions d’ordre pédagogique pour mettre au point un nouveau calendrier des examens de fin d'année et le concours d’accès à la grande école nationale, soulignant que l'état psychologique actuel des étudiants ne leur permet pas de se concentrer et réussir les examens programmés. Il y a lieu de rappeler à cet égard que les deux ministres se sont rendus auparavant au service de chirurgie générale du CHU de Tlemcen pour s’enquérir de l’état de santé des blessés, les réconforter et prendre connaissance des

rapports médicaux de chaque patient. A ce propos, M. Djamel Ould Abbes a salué les efforts de l’encadrement médical du CHU de Tlemcen pour prendre en charge les nombreux blessés, les appelant à mobiliser tous les moyens dont ils disposent pour administrer les soins nécessaires aux victimes de ce drame, notamment en faisant appel à des psychologues pour atténuer les effets du traumatisme subis. L'explosion, qui a eu lieu vendredi soir à la résidence universitaire BakhtiAbdelmadjid, au moment où les étudiants prenaient leur dîner, rappelle t-on, a causé la mort de huit personnes (sept étudiants et une femme de ménage) et 37 blessés, dont 30 étudiants sont encore hospitalisés au CHU Tlemcen. Premières mesures ; le directeur des œuvres universitaires et le directeur de la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid ont été suspendus de leurs fonctions et déférés devant la justice pour enquête judiciaire. Cette mesure a également touché le chef de service de la restauration de la même résidence. Il faut préciser à cet égard que toutes les victimes de cet accident sont des étudiants de l’Ecole préparatoire des sciences économiques, commerciales et de gestion, venus de différentes wilayas du centre et de l’ouest du pays, pour suivre une formation d’accès aux grandes écoles nationales. Synthèse de Mourad A.

Marche silencieuse en hommage aux victimes
rès de étudiants l’Ecole préparatoire des Porganisé400 techniquesdesilencieuse, ende Tlemcen sciences et de l’université ont hier, une marche signe de solidarité avec leurs collègues victimes de l’explosion de gaz, survenue vendredi soir, à la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid à Hai El Kiffane au chef-lieu de wilaya, a-t-on constaté. Les étudiants ont marché à partir de leur cité en traversant les principales artères de la ville de Tlemcen, avant d’arriver au siège de la wilaya où ils ont organisé un sit-in dans le silence sans arborer la moindre banderole ou scander un slogan. « Cette marche silencieuse a été organisée pour exprimer notre solidarité et notre sympathie avec nos camarades victimes de cet accident ».

Deux équipes de la police scientifique et technique sur les lieux du drame

D

eux équipes des laboratoires régional d’Oran et national d’Alger de la police scientifique et technique mènent, à Tlemcen, une enquête sur l’explosion de gaz survenue vendredi soir, dans la résidence universitaire Bakhti-Abdelmadjid, a indiqué hier, le Directeur général de la Sûreté

nationale (DGSN), le général-major Abdelghani Hamel. « Des instructions ont été données pour que toutes les investigations soient menées de nature à faire éclater toute la vérité sur ce drame », a souligné le DGSN qui s’est rendu au chevet des blessés.

Il a indiqué également qu’une enquête a été ouverte par la Sûreté de wilaya pour déterminer les circonstances exactes de cet accident, ajoutant que des mesures ont été prises pour parer à toute « manipulation, instrumentation ou exploitation de cet événement ».

Lundi 28 Mai 2012

4

Nation
INAUGURATION DE LA 7e LÉGISLATURE

EL MOUDJAHID

En attendant la reprise le 13 juin, les nouveaux élus formalisent leur mandat

RENCONTRE MESSAHEL -DÉLÉGATION DE L'UE

La crise au Mali à l'ordre du jour
La crise au Mali a été évoquée hier à Alger par le ministre délégué chargé des Affaires magrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, et une délégation de l'Union européenne (UE), indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Lors de cette rencontre avec la délégation de l'UE, qui comprenait les chefs de missions diplomatiques européennes accréditées en Algérie, M. Messahel a exposé à ses interlocuteurs «l'approche et les initiatives algériennes pour le règlement de la crise au Mali, ainsi que pour le renforcement de la coopération entre les pays du Champ et leurs partenaires de la communauté internationale, dans la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et les trafics en tout genre qui sévissent dans la région», précise le communiqué. S'agissant du Mali, M. Messahel a rappelé «les urgences auxquelles devait faire face le pays, avec l'appui de la communauté internationale». Il s'agit notamment du «parachèvement du processus de retour à l'ordre constitutionnel» et de «la mise en place d'un gouvernement consensuel fort et légitime et la préservation de l'intégrité territoriale et de la souveraineté du Mali», ajoute la même source. M. Messahel a, dans le même temps, insisté sur «la préservation de l'intégrité territoriale et la souveraineté du Mali, le règlement de la question du Nord à travers l'organisation d'un dialogue avec les rebelles pour la prise en charge de leurs revendications légitimes, la prise en charge de la question humanitaire et la lutte contre le terrorisme et le crime organisé». En outre, cette rencontre, qui s'inscrit dans le cadre des consultations régulières entre l'Algérie et l'UE, a donné lieu à «une convergence de vues autour de la nécessité du parachèvement du processus constitutionnel et de consolidations des institutions nationales maliennes, et la recherche d'une solution politique à la question du Nord dans le cadre du respect de l'intégrité territoriale du pays», a conclu la même source.

L

e président de l’APN, M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, a appelé les députés des différents groupes parlementaires à une collaboration objective pour faire face aux défis futurs et préserver les acquis de la démocratie et du pluralisme politique pour lesquels le pays a payé un très lourd tribut. A ce titre, il prône le dialogue constructif, estimant que les enjeux nous imposent tous un minimum de consensus. En effet, les deux partis politiques formant l’Alliance présidentielle, autour du programme du Président de la République jusqu’en 2014, ont totalisé plus de 270 sièges à eux seuls et ont établi le consensus autour du président, tête de liste du FLN pour Alger. Aussi, la première opération d’installation de la nouvelle législature qui a débuté avec l’appel nominatif des députés, la validation de leur mandat sera suivie par la constitution des organes et instances d’organisation et de fonctionnement. Les membres du bureau de l’APN, les groupes parlementaires, les commissions ou encore la répartition des élus au sein de ces structures internes. Si les partis du FLN, RND, ceux de l’Alliance verte, le FFS, le PT et le groupe des 18 indépendants peuvent constituer leurs groupes parlementaires et réfléchir aux candidats devant occuper les postes de vice-présidents de l’APN, des présidents des 12 commissions permanentes, vice-présidents et rapporteurs, d’autres alliances peuvent naître et apporter un plus à la bonne organisation de l’institution qui représente une part importante du système législatif. Et déjà, les deux partis de l’Alliance présidentielle, le FLN et le RND, ont réitéré leur volonté de maintenir le pôle collectif au sein de l’Assemblée et ce, dès l’annonce des résultats du scrutin du 10 mai. Mais tout ce travail en introduction à l’inauguration de la 7e législature, ne sera effectif qu’une fois les modalités d’inscription des nouveaux députés achevées. La procédure qui prendra éventuellement une semaine à quinze jours sera sanctionnée par la reprise des activités de l’Assemblée aux environs de la seconde semaine du mois de juin. C’est probablement vers le 13 juin, comme nous l’avons appris hier auprès de certains députés qui procédaient au dépôt de leur dossier pour la formalisation de leur inscription dans les nouvelles missions de députés. Et d’ici là, l’administration de l’Assemblée veille au grain en accompagnant les élus dans leurs nouvelles démarches administratives d’officialisation de leur mandat. En attendant la désignation de la nouvelle équipe aux commandes du gouvernement, les tractations et les ballons de sondage distillent les rumeurs, et les informations sur des noms circulent faisant et défaisant l’exécutif alors que des membres de partis au Parlement réfutent, confortent ou refusent de confirmer, laissant le temps au temps de dévoiler la vérité à ce titre. Loin de ces flux d’informations virtuelles, le président de la chambre basse du Parlement algérien a, lors de son installation dans ses fonctions, insisté sur le rôle de la 7e législature qui entame son mandat au service du pays et du citoyen et dont le principal souci demeure la recherche de la meilleure façon de servir le peuple algérien, défendre ses intérêts ou encore construire les bases d’un Etat fort et serein avec les efforts de tous au sein de cette tribune parlementaire par l’échange des idées et la soumission des propositions pour l’intérêt général. Le but

est de poursuivre l’édification d’un Etat démocratique et des institutions solides et d’être en phase avec les aspirations des Algériens en allant dans le sens de l’approfondissement des réformes politiques décidées par le Chef de l’Etat en avril dernier. Les deux séances plénières inaugurales organisées samedi passé ont été consacrées à l’installation des députés

et la vali- dation de leur mandat au sein de l’institution législative et à l’élection de son président. Et dès lors, l’entame de la 7e législature est en route pour un nouveau cycle de deux sessions, celle de printemps fixée entre février et juillet et celle de l’automne comprise entre septembre et fin janvier. Houria Akram

APN

A la hauteur des engagements électoraux

L’

instant fut solennel. Il inaugure l’entame d’une nouvelle législature sur laquelle pèsent autant d’espoirs sincèrement exprimés, non seulement par l’écrasante majorité de la classe politique mais aussi par les citoyens qui l’ont cautionnée au travers de leurs suffrages librement consentis. C’est un événement marquant qui vient s’ajouter au long processus de consolidation d’un Etat de droit, de renforcement des assises d’une représentativité populaire au travers de ses députés appelés à légiférer en son nom, à défendre ses droits et porter ses préoccupations les plus légitimes. Cette investiture est, à bien des égards, la résultante d’un processus de réformes politiques initiées par le Président de la République, l’expression unanimement partagée d’un désir d’approfondissement d’une démocratie qui consacre le sens de la citoyenneté. L’Algérie a encore une fois transmis un message clair et significatif. Elle possède assez de perspicacité, suffisamment de présence d’esprit pour se prémunir des chants des sirènes, ou des illusions de changement que l’on voudrait lui offrir clés en main. Mais avec perte et fracas. Tous les observateurs politiques s’accordent à dire que cette septième législature ne sera pas de tout repos pour les nouveaux députés. Ils vont devoir s’atteler à la tâche afin d’honorer leurs engagements électoraux, être au rendez-vous d’échéances éminemment importantes pour le pays. Il y a d’abord la tenue dans les prochains mois, des élections locales puis la révision de la Constitution qui sera soumise à l’approbation de la chambre basse du Parlement, l’affermissement des réformes mises en place par le Chef de l’Etat… Les nouveaux députés se doivent de se

hisser à la hauteur des aspirations des citoyens, d’impulser une dynamique vigoureuse à cette institution fondamentale d’un Etat républicain ouvert, démocratique, inclusif. Ce sens du rassemblement autour d’objectifs et de missions au service de la nation a été réitéré par M. Larbi Ould Khelifa, nouveau président de l’APN. En appelant les députés à une collaboration objective pour faire face aux défis futurs et préserver les acquis de la démocratie à travers un dialogue constructif, M. Ould Khelifa n’est pas le seul à poser ce préalable. Ils sont nombreux à se rallier à la démarche tant il est vrai que cette assemblée a le devoir de jouer un rôle de catalyseur d’énergie et de tribune de convergence citoyenne dans le sens de l’intérêt général. Bien évidemment, les tendances politiques qui siègent désormais dans cet hémicycle n’ont pas toutes les mêmes approches, la même identité de vues, selon l’expression consacrée. Il n’en demeure pas moins qu’il existe des dénominateurs communs qui transcendent les chapelles partisanes et qui exhortent à mettre dans la ligne de mire, l’engagement au strict service de la population que le mandat donné aux élus n’exonère en aucune manière de se dérober à leur devoir. L’hommage rendu par le nouveau président à ses honorables devanciers qui eurent à diriger cette institution, n’est certainement pas une simple affaire de convenance protocolaire. C’est une invite hautement significative. Notre société a besoin d’une Assemblée dont le rôle, l’action et le poids seront minutieusement observés, tant les attentes sont légitimes et pressantes. M. B.

DÉLÉGATION D’HOMMES D’AFFAIRES TURCS EN ALGÉRIE

Présentation des opportunités d'investissement
Le président de la Chambre algérienne de commerce et d'industrie (CACI), M. Tahar Kellil, a présenté dimanche à Alger les opportunités d'investissement et de partenariat en Algérie à une délégation d'hommes d'affaires turcs, indique un communiqué de la CACI. En recevant une délégation de l'Association des industriels et des hommes d'affaires turcs (TUMSIAD), composée de vingt opérateurs activant notamment dans les secteurs du BTP, du textile, de l'agroalimentaire, de l'industrie pharmaceutique et de l'automobile, M. Kellil a souligné «l'importance du marché algérien et les grandes possibilités économiques qu'il offre», précise la même source. Le président de la CACI a relevé également que «le climat des affaires a connu une amélioration remarquable grâce aux efforts consentis par les pouvoirs publics par la mise en place de réformes et de facilitations réglementaires et ceux liés à l'accès aux financements et aux marchés», ajoute le communiqué. Les discussions ont porté par ailleurs sur la coopération économique et commerciale entre les deux pays, ainsi que les mécanismes nécessaires pour renforcer cette coopération et encourager les hommes d'affaires algériens et turcs à accroître leurs échanges dans l'investissement et le partenariat. M. Kellil a fait part de la disponibilité de la CACI à contribuer avec la partie turque «à redynamiser cette coopération dans tous les domaines, notamment au profit des PME, tout en permettant aux entreprises algériennes de bénéficier du savoir-faire et de la technologie turcs».

MULTIMÉDIAS

L’APS lance 4 sites web régionaux

L’

agence nationale Algérie Presse Service (APS) a lancé hier sur le net 4 sites web régionaux assurant la couverture multimédias de l’actualité régionale et locale sur l’ensemble du pays. L’objectif de cette démarche est de donner plus de substance à l’information de proximité, un des principaux fondements de la mission de service public (d'intérêt général) dévolue à l’APS, et offrir également un espace convivial d’échange et de participation citoyenne à la vie de la cité. Dans cette phase de lancement, diverses informations régionales et une sélection d’articles d’actualité nationale et internationale seront diffusées pour chacun des sites animés par les directions régionales (DR) de l’APS. Il s’agit de la DR «EST» (www.constantine-aps.dz), DR «CENTRE» (www.blida-aps.dz), DR «OUEST» (www.oran-aps.dz) et Dr «SUD» (www.ouar-

gla-aps.dz). Ces nouveaux produits multimédias, publiés en langue nationale et en français, redonnent à l’information de proximité une place centrale, et aspirent à capter les pulsions du pays profond, grâce à la participation citoyenne à la confection de leur journal électronique. Divers espaces de lecture, tels que «Infos locales», «Dernières Infos», «L’Agenda», «Liens utiles», entre autres informations bien ancrées à la vie des collectivités locales, habillent la page d’accueil de ces sites généralistes interactifs dont le rideau s’ouvre sur un ensemble de «Unes» alternatives construites avec l’ensemble des fondamentaux du multimédia (texte, image, vidéo, audio et infographie). Ce brassage en temps réel de l’information généraliste est appuyée par quatre dossiers thématiques paginés selon la pertinence de l’événement, avec notamment une touche magazine ou

encore grand reportage, permettant à l’internaute, par le biais des hyperliens, d’être au fait de l’actualité tant locale que nationale et internationale. Ces sites régionaux qui, sur un simple clic, ouvrent aussi une fenêtre sur le site central de l’APS, ont la particularité d’être une première en Algérie et d’être consultés par l’écriture en langue nationale du nom de domaine. Leur seconde particularité est leur aspect interactif, ouvrant ses colonnes multimédias à la société civile et autres acteurs de la vie locale autour d’un débat ou un échange d’opinion sur un sujet d’actualité. Ces 4 sites web régionaux, qui n’en sont qu’à leur version bêta, donc perfectibles, ne composent qu’un segment du programme multimédias de l’APS qui, prochainement, se dotera d’une nouvelle plateforme rédactionnelle de technologie «all-of-one» conforme aux mutations technologiques et aux

nouvelles exigences du marché de l’information. L’arborescence de ce programme multimédia se prolongera avec le lancement, à moyen terme, de divers autres produits audiovisuels, diffusables, comme tous les autres produits, sur des supports diversifiés. A l’instar de nombreuses agences de presse dans le monde, il s’agit, pour l’APS, d’une étape-charnière dans son évolution vers le tout-numérique. Pour l’agence de presse nationale, le défi majeur demeure la consolidation de son statut de service d’intérêt général, producteur de contenu multiforme crédible, sans parti pris, dans un paysage médiatique éminemment concurrentiel, marqué par une déferlante de nouveaux médias (réseaux sociaux, blogs, sites web, etc.). L’APS s’adressera ainsi directement à ses publics tout en continuant à prester pour sa clientèle traditionnelle.

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Exclusif

Nation

5

ABDELHAMID ZERGUINE, PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL DE SONATRACH, À EL MOUDJAHID :

“Sonatrach acteur incontournable sur le marché mondial du gaz”
M. Abdelhamid Zerguine, installé depuis bientôt six mois à la tête de la plus prestigieuse compagnie continentale d’hydrocarbures, a bien voulu nous donner les grandes lignes de son plan d’action et la stratégie suivie pour que Sonatrach reste dans le Top-12 des plus grands groupes pétroliers mondiaux
d’une dizaine d’années où ses activités à l’international se Dans le concentrent autour de segment Aval, ses métiers de base, à savoir l’exploration, plus de 27,5 la production d’hydrocarbures, l’aval pémillions de m3 Je vous dirai que Sonatrach va bien et elle trolier et gazier, est en bonne voie pour concrétiser ses prévide Gaz Naturel transport martime le et sions et objectifs. En effet, les chiffres sont élopar canalisations, quents et attestent de la «bonne santé» du Liquéfié sont ainsi que la commerGroupe puisque les recettes enregistrées durant produits alors cialisation. l’exercice 2011 ont été de 72 milliards de dolA cet effet, Sonalars, soit une hausse d’environ 29% par rapport que 7,2 millions trach a adopté une à 2010. Au cours de ce même exercice, 20 noude Tonnes stratégie d’internatiovelles découvertes ont été enregistrées dont 19 en effort propre, et l’apport en réserves proude GPL étaient nalisation dans l’Amont vées et probables a dépassé les 157 millions de fondée sur l’exploraséparées Tonnes Equivalent Pétrole. tion des bassins Enfin les investissements préproches de notre pays dans le nord. vus pour la période 2012-2016 afin d’évacuer, en cas Les investissements sont de 68,2 milliards de dolde découverte, les hyprévus pour la période lars, ce qui nous conforte dans drocarbures vers nos réseaux de transport et nos cette idée que Sonatrach est un usines de traitement. 2012-2016 sont de 68,2 groupe de grande envergure qui Sonatrach a ainsi ciblé, à travers sa filiale milliards de dollars Ph.  : Nacéra continue de se développer, noSIPEX, dans les pays du Sahel et de l’Afrique tamment avec une présence à du Nord, des blocs d’exploration au Niger, au Pouvons-nous avoir plus de détails sur le Avec un tel l’international qui s’affirme de niveau de pro- programme de réhabilitation des raffineries ? Mali, en Mauritanie et en Libye, où les activités jour en jour et cela grâce à nos filiales, de plus duction, pouvez-vous nous dire quelles sont les Sonatrach a consacré un investissement de reprendront très prochainement. Nous sommes en plus performantes et compétitives, présentes perspectives de Sonatrach pour cette année et 4,2 milliards de dollars au programme de réha- également en partenariat, avec d’autres compatout le long de la chaîne de nos métiers. bilitation des raffineries. Il s’agit de la raffinerie gnies, en Mauritanie, en Libye, au Mali et en à moyen terme? Comme il est de tradition au sein de la com- d’Arzew, remise en marche en début d’année, Tunisie. Qu’en est-il des projets de Sonatrach dans pagnie, les perspectives 2012 s’inscrivent dans de la raffinerie de Skikda, qui doit être livrée, Il y a lieu de souligner, par ailleurs, que Sol’amont pétrolier ? le sillage des actions déjà engagées, principale- selon nos prévisions, en août 2012, et de celle natrach est présente également en Amérique laDans l’amont pétrolier, nos principales mis- ment celles relatives au programme d’intensifi- d’Alger en 2013. tine dans un consortium au champ de Camisea sions résident dans le renouvellement des ré- cation de l’effort de recherche. Cette tendance La capacité du parc national de raffinage sera au Pérou, avec une participation de 10% dans serves pétrolières et gazières, par l’intensi- sera donc maintenue tout au long du plan à portée à quelque 26 millions de Tonnes après le l’amont et de 21,18% dans le transport par cafication de l’effort d’exploration, ainsi que le moyen terme 2012-2016. programme de réhabilitation, alors qu’elle nalisations. Nous nous intéressons aussi de près développement des gisements existants. Il faut Le montant total des investissements à con- n’était que de 22 millions TEP avant cette ré- à des pays de l’Afrique de l’Ouest où nos souligner, à cet égard, l’élargissement du por- sentir en Algérie dans ce contexte et tout au novation. Pour satisfaire davantage les besoins équipes étudient et évaluent les opportunités tefeuille des activités de l’exploration qui est long de cette période, est estimé à 68,2 Mil- du pays, les capacités de raffidans l’exploration-production. passé de 30 périmètres de recherche en 2011 à liards US$, faisant de Sonatrach le premier in- nage vont augmenter significatiPar ailleurs, Sonatrach 57 périmètres de recherche et 15 périmètres de vestisseur en Algérie. s’est imposée comme un acvement. Nous nous prospection en 2012. teur incontournable sur le Par ailleurs, l’Algérie prévoit Les 82% de ce monIl est même prévu 79 périmèintéressons aussi marché international du gaz tantseront dédiés au seg- d’investir pour construire cinq tres de recherche à l’horizon naturel, notamment après la ment Amont, 9% au nouvelles raffineries de pétrole, de près à des Il est prévu 2014. mise en exploitation du gazosegment Aval et 8% au trois au niveau des Hauts PlaA cet effet, le programme présegment Transport par teaux, une au Sud et une dans la pays de l’Afrique duc Medgaz dans lequel So79 périmètres visionnel d’exploration durant la région Centre. Cela nous per- de l’Ouest où nos natrach est actionnaire à Canalisations. période 2012-2016 comprendra hauteur de 36%, et par l’exde recherche à Vous remarquerez ainsi mettra d’avoir une capacité de une moyenne de 10 000 km2/an équipes étudient portation, jusque-là, 3de pluque l’Amont se taille la raffinage supplémentaire de 30 l’horizon 2014. sieurs milliards de m de gaz pour la sismique 2D et 18 000 part du lion dans le pro- millions de tonnes. et évaluent les Km2/an pour la sismique 3D, naturel liquéfié, essentiellegramme des investisseet l’Italie. avec un programme de forage de opportunités dans ment vers l’Espagneégalement Qu’en est-il des projets de ments de Sonatrach et que ce programme sera Sonatrach est 160 puits/an en moyenne. La majeure partie de consenti en effort propre à hauteur de 41,8 Mil- Sonatrach dans la pétrochil’explorationactionnaire à 49% dans l’usine ce programme prévisionnel, soit 86%, sera prise liards de dollars, ce qui représente 61% du mie ? Propanchem avec BASF à Taen charge par Sonatrach en effort propre. production. Nous avons lancé un vaste montant total des investissements prévus en Alragone, Espagne et détient Cet ambitieux programme permettra à la gérie durant la même période. programme de développement 10% des parts dans le terminal production primaire totale des hydrocarbures de de la pétrochimie. Il vise essenpasser de 210 Millions de TEP en 2012 à 234 de regazéification de GNL de tiellement à satisfaire le marParlez-nous des projets Millions TEP en 2016, soit une augmentation dans l’activité de l’aval péReganosa à Murdos en Galice (Espagne) et a ché national en produits de plus de 11%. procédé à une réservation de capacité à Isle Of La production pétrochimiques (différents trolier et gazier. types d’engrais, polymères Grain (Royaume-Uni) et à Montoir de Bretagne Là aussi, vous allez primaire Justement, à combien estimez-vous la pro- consentir d’énor-mes invesspécialisés, additifs), à ré- (France). duction actuelle d’hydrocarbures de la com- tissements, notamment pour d’hydrocarbures duire la facture d’importapagnie que vous dirigez ? Nous entendons parler de projets d’explotion, à développer des ce qui est de la réhabilitaactuelle se situe à La production primaire d’hydrocarbures ac- tion de l’outil de raffinage PME/PMI en aval des pro- ration pétrolière en offshore algérien. Peut-on tuelle se situe à près de 206 millions de tonnes qui est apparemment déprès de 206 millions jets pétrochimiques et à va- avoir davantage de précisions? car c’est une équivalent pétrole (TEP) dont 147 millions TEP passé ? Cette question est intéressante mieux la de tonnes équivalent loriser au des hydrocar- nouveauté pour Sonatrach qui compte se lancer provenant des gisements opérés par Sonatrach transformation Effectivement, pour se seule, les trois quarts de cette production étant remettre à niveau dans le rafnous n’avons pétrole (TEP) dont bures tant liquides que ga- dans l’exploration offshore ;d’informations pas assurés par les gisements de Hassi Messaoud finage, Sonatrach a lancé un sur zeux pour une forte valeur encore récolté suffisamment 147 millions TEP pour le pétrole brut et Hassi R’mel pour le gaz vaste programme de rénovales données géologiques nécessaires au déveajoutée. naturel. loppement de l’offshore en Algérie. Sonatrach J’ajouterai que ce protion des raffineries de provenant des J’ajouterai que dans le segment Aval, plus de Skikda, d’Arzew et d’Alger gramme de développement a acquis, au large d’Annaba, des données géo27,5 millions de m3 de Gaz Naturel Liquéfié à l’issue duquel la capacité gisements opérés de la pétrochimie tend aussi physiques (sismiques), et la décision d’explorer ce sillage, Sonatrach sont produits alors que 7,2 millions de Tonnes annuelle de traitement de pépar Sonatrach seule à développer les quatre fi- est déjà prise. Danspremière fois en effortvient prode GPL étaient séparées dans le nord. lières : Plastiques, Caout- d’acquérir pour la trole brut avoisinera les 26 Le volume total des hydrocarbures commer- millions de Tonnes de Péchoucs, Textiles et pre, et dans le cadre d’une autorisation de prospection, un important volume de sismique 2D cialisés s’élève, de son côté, à 148 millions de trole de brut et de 5 millions de tonnes de Agriculture. offshore sur deux zones  : Annaba-Béjaïa et TEP dont 111 millions de TEP exportées alors condensat, soit plus de 30 millions de tonnes de que le volume du pétrole traité par les raffine- charges traitées. Comment se manifeste aujourd’hui la pré- Ténès-Mostaganem. Entretien réalisé par ries du nord du pays a atteint 21 millions de Comme cela n’est pas suffisant, nous allons sence de votre groupe à l’international ? Wassila Benhamed tonnes. Le développement de Sonatrach à l’internarenforcer, par ailleurs, nos capacités de producS’agissant de l’approvisionnement du mar- tion de GNL. tional ne se limite pas à la comché national, 37 millions de TEP ont été livrées des En effet, Sonatrach a lancé la construction de mercialisation en 2011, en hausse de 3% par rapport à l’année deux nouveaux trains de GNL. Une première hydrocarbures et à des prises de Sonatrach a acquis, au large 2010. unité GNL à Skikda d’une capacité de 4,5 participation dans des groupes d’Annaba, des données géophysiques Par ailleurs, les réserves prouvées de l’Algé- MT/an, à réceptionner en 2012, et une seconde énergétiques. rie sont évaluées à environ 04 milliards de à Arzew, d’une capacité de 4,7 MT/an, à récep(sismiques), et la décision d’explorer Notre entreprise est présente tonnes équivalents pétrole (Tep). dans plusieurs pays depuis plus tionner en 2013. EM : M. Zerguine, cela fait pratiquement six mois que vous avez été installé à la tête de la première compagnie continentale en hydrocarbures. Pouvons-nous avoir aujourd’hui, un état des lieux du groupe Sonatrach et de ses filiales ?

est déjà prise.

Lundi 28 Mai 2012

6

Nation
UNE SOIXANTAINE D’EXPOSANTS AU 13e SIFTECH

EL MOUDJAHID

La Finlande et l’équipementier Nokia en force
Après 12 années d'absence, le Salon international du futur technologique, SIFTECH, placé sous le patronage du ministre de la Poste et des TIC et organisé par Krizalid Communication, sera de retour cette année à Oran, où il tiendra sa 13e édition au niveau du CCO (Centre des conventions d’Oran) du 5 au 7 juin 2012.

FESTIVITÉS DU CINQUANTENAIRE DE L’INDÉPENDANCE

“Libération de l’histoire”,
thème d’un colloque international prévu le 1er juillet
l’occasion de la célébration du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, un important colloque international d’une durée de trois jours, sera organisé, en juillet prochain. C’est ce qu’a annoncé Mme la ministre de la Culture, Khalida Toumi, lors d’une réunion avec les cadres du ministère de la culture. Une réunion à laquelle ont assisté l’ensemble des directeurs de la culture des 48 wilayas du pays, et qui avait pour objectif de préparer le coup d’envoi des programmes culturels annuels. Et d’ajouter, « ce colloque, sera dirigé par le professeur, Slimane Hachi, Directeur du Centre national d’anthropologie (CNRPH). A ce propos, de grandes personnalités étrangère participerons à cet événement ». Par ailleurs, M. Slimane Hachi a ajouté : « Nous allons organiser ce colloque scientifique international, le 1, 2 et 3 juillet prochains, à la bibliothèque nationale, en collaboration avec le quotidien La Tribune, qui va prendre en charge l’aspect médiatique ». À ce propos, « nous inviterons et accueillerons des chercheurs, écrivains pour célébrer la cinquantenaire de l’indépendance ». Il ya lieu de signaler que cette importante rencontre internationale sera placée sous le thème de « Libération de l’Histoire » comme l’avait déjà annoncé le Président de La République, M. Abdelaziz Bouteflika, dans son dernier discours à Sétif », a rappelé M. Hachi. Une initiative d’envergure prise dans la perspective « de dépasser les passions de mémoire et s’occuper de l’histoire, car cette dernière est une discipline scientifique sur laquelle se consacre les historiens, qui travaillent avec une méthodologie, rigueur, et surtout le sérieux. Ceci-dit que l’histoire s’étudie par les archives », a affirmé le responsable. En ce qui concerne, le sujet de « Libération de l’Histoire », et son propre mode d’emploi, il est question, selon l’expert, « de la faire sortir de l’idéologie et la ramener à ce qu’elle est. Une sorte de discipline scientifique qui a un objet et des méthodes, dont l’objet et la reconstitution du passé, et la méthode c’est la rigueur scientifique de l’analyse des archives écrites, et même celles de l’audiovisuel ». Ainsi, « les historiens font des croisements et recours (…), ce n’est pas des points de vue qu’ils donnent, c’est plutôt l’Histoire. A ce propos, nous voulons donner l’Histoire telle qu’elle a été vécue, aux algériens. On va commencer par ce colloque, et par la suite, nous allons également organiser 12 autres colloques internationaux, durant cette année du cinquantenaire, dont l’un sera sur l’Histoire de l’Algérie au XIXe siècle, sachant que la colonisation avait déjà commencé à ce moment là », a-t-il souligné. Au sujet des historiens français, l’heure est à l’apaisement et il n’est pas question d’entrer dans un rapport de force pour M. Hachi : « Je dirais que nous ne sommes pas en réaction, mais plutôt en action, et cette dernière consiste justement à examiner l’Histoire par les historiens et d’être à l’écoute des témoins et des acteurs sans faire de commentaires ». Et c’est à Mme Toumi qu’est revenu le mot de la fin. La ministre a conclu en affirmant que : « La plus grande œuvre de Libération d’un peuple a été réalisée au XXe siècle. Il faut dire pourquoi elle a été légitime et juste c’est important pour notre jeune génération, nos chercheurs et enfin nos universitaires et étudiants qui sont la mémoire vivante de demain. Ainsi, ce cinquantenaire est une occasion pour honorer la mémoire de nos prédécesseurs et un lien avec les chercheurs des autres pays, qui ont plus d’accès aux archives, surtout celles qui nous font défaut et qui sont à l’étranger». Nouara Kribel

T

rois jours durant, les professionnels et le grand public, découvriront  les dernières innovations technologiques et les équipements les plus récents en matière de traitement et de stockage de l'information, de son transport et sa sécurisation, de sa diffusion et de la vulgarisation du savoir-faire associé. Lors d’une conférence de presse animée hier, au Centre des affaires d’El-Hamma, le responsable de Krizalid Communication, M. Chaouche annonce la participation au 13e SIFTECH d’une soixantaine d’exposants qui mettront de l’avant un matériel informatique économe en énergie, généreux en capacité de stockage et audacieux en techniques d'affichage y compris en 3D. Les visiteurs auront ainsi à choisir, chacun selon ses besoins, entre les poids lourds à utiliser comme serveurs ou comme postes de travail pour les infographes et les web-designers, les PC d'entrée de gamme pour la famille ou les petites entreprises, les portables (laptops et notebook) pour les cadres et les professions itinérantes et les tablettes et smartphones, compléments pratiques pour les plus mobiles. Les logiciels et solutions occuperont également une place de choix au salon. Des sociétés algériennes de « soft » parmi les plus anciennes comme Big Informatique, Technosoft, ou Leader Soft présenteront leurs gammes de produits connus sur  le marché national aussi bien pour leurs performances que pour leur stabilité. Par ailleurs, 17 start'up spécialisées dans les solutions de paiement électronique, les solutions de géolocalisation ou de « tracking », les solutions de « SMSing », de téléconférences, les applications mobiles, les boutiques en ligne et bien d’autres créneaux innovateurs seront aussi au rendez-vous oranais.

Les télécommunications ne seront pas en reste de cette fête des TIC et les opérateurs de téléphonie fixe et mobiles participeront en force avec leurs différents produits et services convergeant informatique, téléphonie et audiovisuel avec un usage intensif d'Internet. Il demeure que l’attraction du SIFTECH 2012 sera certainement le stand de la Finlande, pays à l'honneur, qui offrira aux visiteurs plusieurs aspects de la maîtrise des technologies au sein de cette société nordique, où l’utilisation des technologies de l’information est de la communication est répandue à grande échelle. Faut-il noter que le premier coup de téléphone mobile est parti de ce pays qui s'est également imposé ces dernières années dans les techniques de codage avant-gardiste (UPCODE) ou encore dans le phénomène des jeux sur smartphones et tablettes comme Agry Birds qui a permis à ses auteurs d'engranger quelques 7 milliards d'Euros en 3 ans avec un seuil franchi de 1 milliard de téléchargements.

La Finlande sera notamment représentée par le géant de la téléphonie mobile Nokia qui compte renforcer davantage ses activités en Algérie en faveur du lancement de la 4e génération de la téléphonie mobile. Nokia a déjà réalisé, il y a trois semaines, des tests sur cette technologie au niveau du Cyberparc Sidi Abdellah en présence dué-

ministre de la Poste et des TIC, d’ingénieurs et de chercheurs, informe l’ambassadrice de la Finlande en Algérie, présente hier à la conférence de presse de Krizalid Communication. Des tests qui sont les premiers du genre au niveau du continent africain pour Nokia, tient à préciser l’ambassadrice. En outre, un espace atelier sera mis à la disposition des participants pour aborder les différents thèmes d’actualité et tous les travaux du 13e SIFTECH seront diffusés dans un journal de 24 pages en format tabloïd qui tirera 12.000 exemplaires. La matinée de la première journée de la manifestation, le 17 mai, consacrée l’an dernier à la Journée mondiale des Télécommunications et de la société de l’information, sous le thème « Mieux vivre dans les communautés rurales grâce aux TIC », a été marquée par le coup d’envoi d’une opération pilote de Cyber bus équipés en outils informatiques et connectés au web, qui a sillonné plusieurs villages et zones rurales pour initier les populations au monde numérique. Hamida B.

A

L’épopée du SIFTECH

A

près une première édition organisée en 1995 et une aventure régionale respectivement à Oran en 1998, Ouargla en 1999 et Annaba en 2000, l’évènement du SIFTECH est revenu à Alger pour cinq éditions successives entre 2001 et 2005 pour disparaître par la suite cinq ans durant du calendrier des salons avant revenir l’an dernier à Alger sous un nouveau look. Pour cette édition, l’organisateur qui table sur la réussite de l’édition régionale d’Oran de cette année pour diverses raisons déclare avoir contribué grâce aux précédents salons à la création d’au moins 500 à 600 entreprises spécialisées dans des métiers liés aux TIC. Cette année encore seront favorisées les rencontres directes entre les demandeurs d’emploi et les recruteurs dans les métiers des TIC. H. B.

CONVENTION INTERNATIONALE CONTRE LA DISCRIMINATION À L’ENCONTRE DES FEMMES

De grandes avancées
L
a Convention sur 1’é1imination de toutes les formes de discrimination à 1’égard des femmes a été adoptée le 18 décembre 1979 par l’Assemblée générale des Nations unies. Elle est entrée en vigueur en tant que traité international le 3 septembre 1981 après avoir été ratifiée par 20 pays. Dix ans après son adoption, en 1989, c’est presque une centaine de pays qui se sont engagés à respecter ses clauses. Dans ce sens, une session de formation sur les textes de la convention internationale relative à la lutte contre toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes, s’est tenue hier à l’hôtel Mazafran. Organisée par la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme (CNCPPDH) avec le concours de l’institut des Droits de l’Homme de Genève, la session qui s’étalera jusqu’au 30 mai sera consacrée à l’examen des textes de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Cette formation est encadrée par une experte algérienne de la commission des droits de la femme, Mme Meriem BelmihoubZerdani,en collaboration avec le professeur Abdelkader Nezar, directeur exécutif à l’institut des Droits de l’Homme de Genève. Le rôle de la Commission, ses différentes activités, son règlement intérieur et les principes d’orientation de son activité sont ainsi passés en revue. La Convention occupe une place importante parmi les traités internationaux relatifs aux droits de la personne humaine car elle rappelle les droits inaliénables des femmes, moitié de la population mondiale. L’esprit de la Convention s’inspire des principes fondamentaux des Nations unies qui ont proclamé leur attachement indéfectible au respect des droits fondamentaux de l’homme, de la dignité et de la valeur de la personne humaine et à l’égalité de droits des hommes et des femmes. En analysant en détail la signification de la notion d’égalité et les moyens de l’atteindre, la Convention, en plus d’être une déclaration internationale des droits des femmes, énonce aussi un programme d’action pour que les Etats parties garantissent leur exercice. La Convention a marqué l’aboutissement de plus de 30 années de travail de la Commission de la condition de la femme, organe fondé en 1946 par les Nations unies pour examiner la situation des femmes et promouvoir leurs droits. Les travaux de la Commission ont contribué à mettre en évidence tous les domaines dons lesquels les femmes se voient dénier l’égalité avec les hommes. Ces efforts ont trouvé leur expression concrète dans plusieurs déclarations et conventions, et notamment dans la Convention sur 1’é1imination de toutes les formes de discrimination à 1’égard des femmes qui est l’instru ment juridique fondamental le plus complet. Dans son préambule, la Convention reconnaît explicitement que « la discrimination généralisée contre les femmes existe toujours  » et souligne qu’une telle discrimination «  viole les principes de l’égalité des droits et du respect de la dignité humaine  ». D’après l’article premier de la Convention, on entend par discrimination « toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur le sexe dans les domaines politique, économique, social, culturel et civil ou dans tout autre domaine ». La Convention réaffirme le principe de l’égalité en demandant aux Etats parties de prendre « toutes les mesures appropriées, y compris des mesures législatives, pour assurer le plein épanouissement et le progrès des femmes en vue de leur garantir l’exercice et la jouissance des droits de l’homme et des libertés fondamentales sur la base de l’égalité avec les hommes. Le programme d’action pour l’égalité est énoncé dans 14 articles. Dans son approche méthodologique, la Convention a choisi de couvrir trois aspects de la situation des femmes. La Convention expose en détail les droits civiques et le statut juridique des femmes mais porte aussi — et c’est cela qui la différencie en particulier des autres traités sur les droits de l’homme —sur la procréation ainsi que sur les incidences des facteurs culturels sur les relations entre les hommes et les femmes. Enfin, tous les quatre ans au moins, les Etats parties doivent présenter au Comité un rapport sur les mesures adoptées pour donner effet aux dispositions de la Convention. Au cours de la session annuelle du Comité, les membres analysent les rapports nationaux avec les représentants de chacun des gouvernements et étudient avec eux les domaines dans lesquels le pays concerné devrait prendre de nouvelles mesures. Le Comité fait également des recommandations générales aux Etats parties sur les questions concernant l’élimination des discriminations à l’égard des femmes. Sihem Oubraham

SÉCURISATION DES EXAMENS DE FIN D’ANNÉE SCOLAIRE

Un dispositif spécial mis en place

U

n dispositif sécuritaire spécial sera mis en œuvre à l’occasion des différents examens de fin d’année scolaire (primaire, moyen et secondaire), a annoncé dimanche le Commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué. « Les unités de la Gendarmerie nationale mettront en place tous les moyens afin de garantir le bon déroulement de cet événement d’importance nationale au niveau des 48 wilayas, en déployant un dispositif préventif et opérationnel spécial », a-t-on indiqué de même source. Le dispositif prévoit, selon le communiqué, d’assurer l’escorte et la protection, par les gendarmes, des sujets et feuilles d’examen à partir des directions

de l’éducation vers les centres d’examen et de correction. Il prévoit aussi la sécurisation des centres d’examens et leurs alentours, des sièges des directions de l’éducation de wilaya, comme il prévoit le renforcement du dispositif de la sécurité routière sur l’ensemble des routes nationales, chemins de wilayas et communaux, avant et pendant le déroulement des épreuves. La Gendarmerie nationale compte également, selon le communiqué, mettre en place une organisation de service et des dispositifs fixes et mobiles (barrages, points de contrôle, etc.) dans les territoires relevant de sa compétence, pour assurer une meilleure

couverture sécuritaire des lieux de déroulement des différents examens, suivant le nombre de centres ouverts à cet effet. Le dispositif en question entre dans le cadre de l’assistance fournie par la Gendarmerie nationale au ministère de l’Education nationale et se veut une « contribution à la réussite des examens de fin d’année scolaire ». Ces examens auront lieu le 29 mai en session ordinaire et le 26 juin en session rattrapage pour le cycle primaire. Les épreuves du brevet de l’enseignement moyen (BEM) seront organisées du 10 au 12 juin tandis que les examens du baccalauréat auront lieu du 3 au 7 juin.

Lundi 28 Mai 2012

Ph.Nesrine T.

EL MOUDJAHID

Nation
13e ÉDITION DU SITEV

7

La communication, une force d’attraction touristique
La 13e édition du Salon international du tourisme et du voyage (SITEV) a enregistré une fréquentation beaucoup plus importante que les précédentes éditions. Un espace réservé aux non-voyants a été aménagé en utilisant des techniques de communication adaptées pour eux et des excursions programmées au profit des enfants non voyants.

S

ix mille cinq cent visiteurs ont été recensés cette année, selon le directeur général de l’Office national du tourisme, M. Mohamed Amine Hadj Saïd. Dans une déclaration à El Moudjahid, il souligne : «Nous avons remarqué qu’il y avait un fort pourcentage de jeunes, notamment les vendredis et les samedis, avec un très fort engouement par rapport à l’introduction de la nouvelle technologie de l’information et de la communication (TIC)», a-t-il expliqué. Il a ajouté que «tout le pavillon central a été alimenté, cette année, en Internet à travers le wifi. Nous avons ainsi donné la possibilité à tous les participants d’être connectés, d’utiliser leur facebook et leur boîte en temps réel». Des écrans géants ont été installés afin de capter l’attention des visiteurs. «Ils nous ont permis de véhiculer des images et des documentaires sur l’Algérie touristique», précise-t-il. En ce qui concerne les participants, M. Hadj Saïd affirme : «Nous avons enregistré 250 participants, dont 25 étrangers représentant des tours-opérateurs de 14 nationalités. Nous avons eu des participations

étrangères extratouristiques, avec, pour la première fois, Egyptair. Il y avait aussi Tassili Airlines, Aigle Azur, Turkish Airlines, qui sont venus exposer à côté d’Air Algérie.

C’est une très bonne chose, sachant que le tourisme ne peut pas fonctionner sans le transport, notamment le transport aérien.» Par ailleurs, le premier responsable de

l’ONT a affirmé que «pour la première fois, nous avons introduit l’espace non-voyant. Un stand a été aménagé pour les nonvoyants baptisé «On ne voit vraiment qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux». Nous avons utilisé des techniques de communication adaptées. Par exemple nous avons utilisé du braille dans la documentation, ainsi que l’audio, des techniques qui sont appréhendées par le toucher». «Nous avons même organisé une petite excursion au profit de 21 petits enfants non voyants, vers la forêt de Baïnem et du côté de Tipasa, histoire de dire que l’Algérie est un pays qui peut offrir un voyage dans l’espace pour les voyants mais aussi dans le temps pour les non-voyants (histoire, archéologie, etc.)». Enfin, le DG de l’ONT a estimé que ce SITEV a été une réussite marquée par une forte participation qualitative. «Les participants étaient là pour se concurrencer les uns les autres à travers des stands innovants et diverses animations», conclut-il. Sihem Oubraham

W INTERVIE

M. MOHAMED AMINE HADJ SAÏD, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L’OFFICE NATIONAL DU TOURISME, À EL MOUDJAHID :

“Les maisons d’hôte, un atout à valoriser”
La 13e édition du SITEV a été marquée, cette année, par la programmation d’un Eductour … En marge du Salon, nous avons organisé un Eductour au profit des médias et des 60 tour-opérateurs étrangers conviés par l’ONT, avec une première étape vers Tlemcen. Au retour, ils sont revenus par l’autoroute Est-Ouest pour leur montrer que nous avançons en matière d’infrastructures routières. Nous le savons très bien, le développement passe par le développement de la route. Ils sont partis pour Ghardaïa et El-Oued. Par ailleurs, un workshop a réuni 56 participants, soit 40 agences de tourisme et de voyages algériennes et 16 étrangères, et beaucoup de choses se sont passées en «be to be», pour permettre aux agences de voyages de faire des transactions. Elles ne révèlent pas toujours ce qui se fait, c’est le secret professionnel. Cela dit, nous avons eu quelques indiscrétions, entre autres un tour-opérateur russe, «Miracle Tour», si ma mémoire est bonne, qui a déclaré séance tenante qu’il reviendrait avec 10 tour-opérateurs après le SITEV pour leur faire découvrir le produit Tlemcen, parce qu’il avait été émerveillé par la région. Donc, ces Eductours servent à donner un avant-goût du produit algérien pour vendre le produit Algérie, et pour les journalistes étrangers, cela permet de refléter la véritable image. Il y a donc un double objectif : marketing pour les tour-opérateurs et communication pour les journalistes étrangers. Quel est le rôle de l’ONT dans la promotion du tourisme en Algérie ? C’est justement de faire la promotion du tourisme, que ce soit le tourisme local ou réceptif. Au niveau local, l’ONT a la noble mission de susciter l’intérêt des nationaux sur l’attractivité de la Chacun doit avoir «la culture du tourisme» en soi-même. Que peuton attendre d’un enfant dont les parents jettent des bouteilles de plastique à travers la fenêtre ? Aussi, l’ONT prépare la deuxième «Caravane des plages» ; l’année dernière on avait fait la première, passée un peu sous silence, et on va encore une fois sillonner les 1.200 kilomètres de littoral à travers une caravane aux couleurs de l’ONT avec des cadeaux, des brochures, des dépliants. L’année dernière nous avons distribué des gilets de sauvetage et des cerfs-volants. Cette année, nous sommes en train de finaliser le programme qui va s’étaler de la wilaya de Tlemcen ,à l’extrême Ouest, jusqu’à la wilaya de Tarf et El Kala, à l’extrême est du pays, pour aller au-devant encore une fois des estivants, leur dire combien l’Algérie est belle, combien il y a nécessité de préserver l’environnement et pour les informer que sitôt la saison estivale achevée, fin septembre, la saison saharienne débutera. Donc, l’Algérie, c’est du non-stop. Faire la promotion d’un produit touristique pendant la saison qui n’est pas la sienne, c’est-à-dire faire la promotion du tourisme saharien pendant la saison estivale et la promotion du tourisme balnéaire pendant la saison saharienne, c’est le rôle de l’ONT pour dire que l’Algérie est un pays touristique comme il n’y en a pas d’autres. Les infrastructures touristiques sont-elles à même de répondre au flux croissant de touristes ? Franchement non. Nous n’avons pas aujourd’hui les infrastructures touristiques que mérite l’Algérie. Le parc existant est insuffisant sur le plan quantitatif mais il est insuffisant aussi sur le plan qualitatif, il faut le souligner. Mais il ne faut pas oublier que le produit hôtelier de haute facture s’enrichit. D’ailleurs, à Tlemcen, les voyagistes étrangers qui ont passé la nuit à l’hôtel «la Renaissance», étaient émerveillés par la structure. Ils ne s’attendaient pas à trouver, loin de la capitale, une structure de ce confort. À El-Oued, ils ont séjourné à la résidence Daouya. C’était pour eux «les mille et une nuits». Quelles sont les perspectives dans ce sens ? Nous avons 700 projets en cours de réalisation que nous allons réceptionner avant 2014. Ces 700 projets vont donner 23 000 lits en bonne et due forme, il y a de quoi être extrêmement optimiste car dans moins de deux ans, l’Algérie aura le parc hôtelier qu’elle mérite. A ce moment-là ,nous aurons vraiment les moyens de faire preuve de notre désir d’aller vers le tourisme d’excellence. S’agissant des maisons d’hôte, quel est leur rôle dans la promotion du tourisme en Algérie ? Les maisons d’hôte ont un rôle extraordinaire, C’est le séjour chez l’habitant. D’ailleurs, c’est une formule qui vient d’être adoptée officiellement. Les maisons d’hôte permettent de recevoir dans le sens «hospitalité» le touriste, de lui faire partager sa culture, de lui faire partager ses traditions et son art culinaire. L’expérience nous a montré que les touristes qui sont acheminés par les maisons d’hôte en repartent les larmes aux yeux. Le tourisme n’est pas uniquement les buildings, c’est le hard et le soft. Le soft, c’est la dimension humaine, c’est le partage. Le touriste sent quand il est bien reçu. Les maisons d’hôte, c’est un atout que nous devons exploiter. Interview réalisée par S. O.

Ph : Nacera destination Algérie, c’est-à-dire faire de la promotion touristique vis-à-vis des sites touristiques de notre pays pour attirer l’attention de nos concitoyens sur la nécessité de passer ses vacances en Algérie, d’autant plus que nous avons un pays susceptible d’offrir des produits touristiques aux touristes les plus exigeants, avec toutefois la nécessité d’améliorer la qualité des prestations pour nos opérateurs hôteliers. On évoque aussi, à chaque fois, le problème du coût des prestations ; là aussi, nous sensibilisons à travers nos moyens et nos canaux à la nécessité d’adapter le produit à la clientèle. Je veux dire qu’il faut penser à des tarifs étudiants, tarifs couple, tarifs familles, tarifs haute saison ou basse saison, s’insérer, professionnellement parlant, dans tout ce qui fait la variante du produit touristique au cours de l’année. Là aussi nous faisons beaucoup dans ce sens. Je crois que nous sommes quand même arrivés à réaliser quelques objectifs, dans la mesure où, grâce au concours d’Air Algérie, et en partenariat avec le ministère du Tourisme, nous avons réussi à avoir des réductions sur les billets à destination du Sud et du Grand Sud. La saison estivale approche. Quelles sont les dispositions prises par l’ONT ? L’ONT participera à l’inauguration de la saison estivale, qui aura lieu le 1er juin, à travers des brochures de sensibilisation. L’ONT est en train de préparer, en coordination avec la Chaîne III de la radio et plusieurs autres partenaires l’opération «Les éboueurs de la mer», pour justement sensibiliser les estivants sur la nécessité d’adopter une écocitoyenneté, c’est très important. J’ai beaucoup aimé une communication qui a été faite, en marge du SITEV, sur la conduite que devraient avoir les automobilistes sur la route et les actes de citoyenneté envers l’environnement, et c’est très important.

Lundi 28 Mai 2012

8

Economie
ADHÉSION DE L’ALGÉRIE À L’OMC

EL MOUDJAHID

Rencontre formelle avec le groupe de travail en juillet à Genève
L’Algérie a sollicité une réunion formelle au mois de juillet à Genève du groupe de travail de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) chargé de son accession à l’organisation, a-t-on appris dimanche auprès d’une source proche du dossier.

10e JOURNÉE SCIENTIFIQUE VÉTÉRINAIRE

Poussée de la filière avicole

P

révue initialement en juin, cette 11e réunion des négociations multilatérales au sein de ce groupe de travail a été reportée en raison des changements qui devraient intervenir en Algérie après la proclamation des résultats définitifs des élections législatives 2012 par le Conseil constitutionnel. Cette rencontre sera consacrée à «la présentation des transformations législatives et réglementaires opérées en Algérie» depuis 2008, date de la tenue du 10e round et à «l’examen des réponses apportées par l’Algérie aux questions des pays membres de l’organisation, en plus des questions qui concernent le système commercial algérien, aussi bien interne qu’externe. Ce projet de rapport déjà présenté lors de la réunion informelle tenue fin mars a été accueilli dans l’ensemble favorablement par les pays membres de l’OMC», a-t-on assuré de même source. Cependant, une autre série de rencontres bilatérales avec des pays membres de l’organisation est prévue en juin en vue de faire avancer les négociations. «En juin, nous allons rencontrer les pays membres de l’OMC qui ont manifesté un intérêt pour entrer en contact direct avec l’Algérie. Un calendrier sera établi prochainement en vue de conclure les accords avec certains et de faire avancer les négociations avec d’autres», a affirmé la même source. Une série de rencontres bilatérales avec certains pays membres de l’OMC avait précédé la rencontre informelle avec le groupe de travail chargé du dossier d’adhésion de l’Algérie à l’organisation, tenue le 30 mars à Genève. Selon la même source, des négociations bilatérales relatives à l’accès aux marchés se sont déroulées en mars avec l’Union européenne (UE), les États-Unis d’Amérique (USA), la République de Corée, l’Indonésie, la Nouvelle Zélande, la Suisse, l’Equateur, la Chine, le Canada, l’Australie, l’Argentine, le Japon et la Turquie. A l’issue de cette série de rencontres bilatérales et en plus des accords conclus entre 2005 et 2008, «la délégation algérienne à Genève est parvenue à la conclusion des négociations avec la Suisse», at-elle affirmé. Pour les autres pays, «nous sommes sur le point de conclure les négociations avec l’Argentine et nous nous dirigeons vers la conclusion des négociations avec plusieurs membres intéressés, notamment l’Australie, la

Nouvelle Zélande, la Malaisie et l’Indonésie», a-t-on ajouté. Avec l’UE, une des plus importantes zones commerciales du monde et qui joue un rôle essentiel dans les structures de l’OMC, les négociations en vue de conclure un autre accord plus large dans le cadre de cette organisation semblent «bien progresser». La rencontre tenue en mars dernier avec ce partenaire a permis de se mettre d’accord «sur certains points, alors que d’autres points continuent toujours à faire l’objet de négociations», ajoute la même source qui fait état d’une nouvelle rencontre, avant la 11e réunion formelle. Toutefois, la position de l’UE lors des négociations en mars à Bruxelles «est en contraste» avec celle affichée par le représentant de l’UE à Genève, a regretté la même source. Selon cette dernière, la position de la mission diplomatique de l’UE à Genève «ne reflète nullement» les avancées réalisées dans les négociations entre les deux parties. «Le représentant de l’UE à l’OMC n’affichait pas la même vision que celle que nous avons perçue à Bruxelles», a-t-elle affirmé. Les négociations avec les Etats-Unis en vue de conclure un accord bilatéral devant permettre à l’Algérie d’accélérer son processus d’adhésion à l’OMC se poursuivront au courant des prochaines semaines pour tenter de trouver un terrain d’entente. «Il y a une certaine compréhension de la part des Américains de la situation de l’Algérie. Ils ont affiché une certaine

disponibilité à tenir une rencontre, soit à Alger ou à Washington, pour négocier et essayer d’aplanir certaines divergences de vue. Il reste à déterminer la date», a souligné notre source. Aucun pays membres de l’OMC n’est contre l’accession de l’Algérie à cette organisation, a affirmé la même source, soutenant même que lors de la réunion informelle tenue fin mars à Genève, «tous les membres, sans exception, ont appuyé ouvertement et explicitement l’adhésion de l’Algérie à l’OMC». Lors de la réunion informelle du groupe de travail de l’OMC chargé de l’accession de l’Algérie tenue fin mars à Genève, la délégation algérienne avait réitéré la ferme volonté du gouvernement en ce qui concerne la conduite à terme du processus d’accession à l’OMC. Des mesures économiques nouvelles ont été introduites dans la législation nationale, dont la finalité est de soutenir et de rationaliser le processus d’insertion de l’économie algérienne dans l’économie mondiale. Il s’agit de «renforcer les moyens de parvenir à cette insertion de manière compatible avec son niveau de développement. L’Algérie recherche à travers ces mesures le niveau d’ouverture qui réponde à ses besoins et à ses priorités par rapport à son niveau de développement actuel», a expliqué une autre source proche du dossier. D’ailleurs, a-t-elle poursuivi, le programme additionnel des transformations législatives et réglementaires visant la mise en conformité avec les accords de l’OMC pour lequel l’Algérie s’est engagé en 2004 a été totalement réalisé, sauf pour ce qui est du traitement des normes homologuées qui sera finalisé à la fin 2012. «Le processus de transformation du cadre législatif et réglementaire est fondamental. C’est un indicateur significatif de l’état d’avancement des réformes engagées par les pouvoirs publics pour rendre le cadre juridique et institutionnel conforme aux règles de l’OMC», a-t-elle souligné. L’Algérie a également répondu à toutes les questions que les membres lui ont adressées après la 10e réunion du groupe de travail. Alger avait appelé à la simplification et à la facilitation du processus d’accession à l’OMC pour les pays en développement et les pays les moins avancés lors de la conférence ministérielle de l’organisation, tenue en décembre dernier à Genève.

Ph : Louiza

45e FIA

Le ministre égyptien de l’Industrie et du Commerce extérieur la semaine prochaine à Alger

L

e ministre égyptien de l’Industrie et du Commerce extérieur, M. Mahmoud Aïssa, effectuera la semaine prochaine une visite à Alger pour assister à l’ouverture de la 45e foire internationale d’Alger au cours de laquelle l’Égypte sera l’invitée d’honneur. Cette foire (du 30 mai au 5 juin), qui coïncide avec la célébration du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, est «une grande occasion pour renforcer les relations commerciales et les investissements entre les deux pays frères», a déclaré samedi le ministre égyptien à l’issue de l’audience qu’il a accordée à l’ambassadeur d’Algérie au Caire, M. Nadir Larbaoui. Cette manifestation sera également une occasion «pour des rencontres entre les hommes d’affaires et des investisseurs des deux pays pour nouer des partenariats, échanger les expériences, créer de nou-

velles opportunités d’investissement et connaître les besoins des marchés des deux pays», a ajouté le ministre. Le pavillon égyptien à la foire d’Alger réunira les plus grandes sociétés égyptiennes dans les secteurs des industries textiles, agroalimentaires, chimiques, métallurgiques, électriques et des matériaux de construction, ainsi que des secteurs des services, à l’instar du tourisme et des voyages, a encore déclaré M. Mahmoud Aïssa. Il a par ailleurs indiqué qu’il aura des entretiens avec des responsables au sein du gouvernement algérien sur la relance du Conseil d’affaires algéro-égyptien, précisant qu’il sera accompagné de plusieurs hommes d’affaires égyptiens membre de ce conseil. Des accords entre l’Agence algérienne de développement des exportations (ALGEX) et le Centre égyptien de développement des exportations, ainsi qu’un mémorandum

d’entente sur la reconnaissance mutuelle des certificats d’homologation seront signés. De son côté, M. Larbaoui a indiqué que la foire internationale d’Alger est la plus importante manifestation économique organisée par l’Algérie et que le choix de l’Égypte en tant qu’invité d’honneur est une preuve de la place qu’occupe l’Égypte dans le cœur du peuple algérien qui est lié au peuple égyptien par des relations séculaires et un combat commun. Le diplomate algérien a également évoqué un désir des responsables des deux pays de renforcer les relations économiques et commerciales bilatérales, ajoutant que la visite du ministre égyptien ouvrira de nouveaux horizons à ces relations. L’Égypte prend part à cette foire avec 61 sociétés auxquelles a été réservé un stand de 2.800 m2 pour exposer leurs produits et services.

TRANSPORT MARITIME ET ENTRAIDE JUDICIAIRE ENTRE L’ALGÉRIE ET LE VIETNAM

Les instruments de ratification des accords de coopération échangés

L

es instruments d’approbation et de ratification de la convention d’«entraide judiciaire en matière civile et commerciale», et de l’accord de coopération dans le domaine du «transport maritime» entre l’Algérie et le Vietnam a eu lieu vendredi à Hanoi (Vietnam). La cérémonie d’échange entre l’Algérie et le Vietnam des instruments de ratification des deux accords d’entraide judiciaire et de coopération dans le domaine maritime (signés en Algérie en 2010 et 2011) a eu lieu en présence du représentant de l’Algérie, l’ambassadeur au Vietnam M. Chérif Chikhi, et du vice- ministre vietnamien des Affaires étrangères M. Lee Luong Minh, Les deux conventions de coopération ont été signées, à l’occasion de la visite d’État effectuée en Algérie en avril 2010, par M. Nguyen Minh Triet, alors Président du Vietnam, à l’invitation du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et de la 9e session de la Commission

mixte de coopération entre les deux pays, tenue à Alger, en février 2011, rappelle-t-on. Des représentants de la présidence, des ministères des Affaire étrangères, de la Justice et des Transports du Vietnam étaient présents à la cérémonie. Après avoir remémoré l’amitié historique scellée entre l’Algérie et le Vietnam dans le contexte des guerres de libération nationale qui ont permis, à chacun des deux pays, de reconquérir l’indépendance par les armes, M.Chikhi a rappelé que l’Algérie célébrera, le 5 juillet 2012, le 50e anniversaire du recouvrement de sa souveraineté. «Aujourd’hui, l’Algérie est engagée dans l’approfondissement du processus démocratique et dans une dynamique de développement économique et social remarquable», a relevé à l’occasion. M. Chikhi. L’Algérie et le Vietnam célébreront, le 28 octobre 2012, le 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques.

es dernières années, la filière avicole algérienne a connu une amélioration notable et l’activité contribue davantage au développement agricole, où elle représente près de 10% de la production intérieure brute agricole», a indiqué hier à Alger, le directeur de l’École supérieure des vétérinaires, M. Hamadi Pacha Youcef. S’exprimant en marge de la 10e journée scientifique vétérinaire, organisée par l’École nationale supérieure vétérinaire sur le thème «Le développement et la promotion de la filière avicole», il a tenu à souligner que «la production en 2011 aurait dépassé 2.49 millions de quintaux pour la viande blanche et 3.597 millions d’unités pour les œufs de consommation». Cette performance explique en partie le fait que la demande soit suffisamment couverte au cours de cette période. S’agissant de l’industrie avicole, celle-ci est constituée de plusieurs entités qui requièrent une synchronisation parfaite en matière de mobilisation des facteurs de production. «Cette filière est appelée à relever un double défi, à savoir profiter de l’opportunité d’un marché interne important et améliorer sa stabilité afin de pérenniser l’activité et faire face à la demande croissante en viande blanche», a souligné M. Hamadi Pacha Youcef. Il faut savoir aussi que les facteurs de production sont importés, d’où la nécessité de doter la filière d’un mécanisme de développement local. Il rappelle que «pour le seul poste des matières premières destinées à la fabrication des aliments (maïs et soja), la valeur moyenne annuelle des importations dépasse un milliard de dollars». D’ailleurs, poursuit-il, «la dépendance actuelle du pays en matière d’importation de poussins reproducteurs et d’œufs à couver demeure une contrainte majeure au développement de la filière». Pour appuyer ses dires, il a souligné que «les effets s’en ressentent sur la disponibilité des produits avicoles, la stabilité des prix, la protection de revenus des éleveurs et la préservation du pouvoir d’achat des consommateurs». Selon lui, «l’Algérien reste en effet, avec 9 kg de viande de poulet consommés par an, parmi les plus faibles consommateurs, loin derrière l’européen avec 13.5 kg/an». Mettant l’accent sur les objectifs de cette rencontre, il a expliqué qu’«il s’agit d’une occasion pour les chercheurs et les professionnels venus d’horizons divers de faire un état des lieux sur la situation qui prévaut et les perspectives autour de cette filière». M. Hamadi Pacha Youcef n’a pas manqué d’annoncer la naissance officielle de l’Association des anciens vétérinaires, qui veut faire profiter tous les acteurs intervenant dans ce secteur de son expérience et savoir-faire. Il y a lieu de signaler que durant les deux jours des travaux, plusieurs communications seront animées par des spécialistes et des experts, entre autres sur «La situation et diagnostic de la filière avicole en Algérie», par le Pr Tekfa, et «Les arrangements contractuels entre les acteurs de la filière avicole de la wilaya de Médéa», par le Pr Kheffache H. Laribi, ainsi que «Les facteurs à l’origine des faibles performances zootechniques des élevages chair et ponte dans la région nord de Msila», par le Pr Mahmoudi et le Pr Yakhlef de l’université de Msila. Makhlouf Ait Ziane

“C

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Régions
SKIKDA
SOUK AHRAS

9

Grande animation à l’occasion de la fête de la fraise
La fraise est incontestablement la reine de la ville de Skikda où la fête annuelle dédiée à ce fruit charnu, si savoureux et tellement apprécié, bat son plein depuis vendredi soir.

De nouvelles infrastructures pour l’artisanat

L

L

a placedu 1er-Novembre 1954, près de l’Hôtel de ville, a pris, samedi matin, des airs de «place rouge» en raison des quantités astronomiques de fraises exposées par les 140 participants à cette fête, la 26e du nom. Une quarantaine de petits chapiteaux sont mis à la disposition des cultivateurs de fraises qui exposent les plus belles variétés qu’ils produisent dans cette région côtière, et qu’ils peuvent aussi écouler depuis 10h, heure de l’ouverture officielle de ce salon par le wali de Skikda, Mohamed Bouderbali. Des centaines de personnes, hommes, femmes et enfants, du moins celles qui ont réussi à se faufiler dans le périmètre consacré à l’expositionvente, se pressent devant les chapiteaux, cherchant des yeux la variété la plus «vénérable» parmi les fraises de Skikda, en l’occurrence la «Rusicade», appelée ici «El Mekerkba» (l’arrondie), que l’on s’arrache à des prix qui restent pourtant assez élevés (200 dinars le kg). Le flux des citoyens, qui viennent souvent en famille, est ininterrompu sur la place du 1er-Novembre 1954. A peine un groupe est-il sorti du périmètre affecté au salon (délimité par des barrières basses) qu’un autre prend sa place pour se précipiter vers les petits chapiteaux, le tout dans une ambiance très festive, créée par les criailleries des enfants et les sons des groupes folkloriques diffusant de la musique traditionnelle non-stop. Mme Nardjès B., 35 ans, une Skikdie de naissance, résidant avec mari et enfants à Constantine, assure à l’APS

n’avoir «jamais raté, depuis plusieurs années, la fête de la fraise» organisée dans sa ville natale. «J’y viens d’abord pour me ressourcer auprès de ma famille, mais aussi pour acheter quelques kilos de fraises car mes enfants adorent par-dessus tout la confiture préparée à base de ce fruit». Elle ajoute que pendant le salon, «(elle) est au moins sûre de la qualité du produit», car, à Skikda, dit-elle, «la fraise regorge du soleil de la Méditerranée, se nourrit de son humidité et n’est pas cultivée sous des serres qui déteignent quelque peu sur la saveur du produit". M. Moussa Khechirene, 48 ans, producteur de fraises, acquiesce aux propos de la dame et assure avoir toujours pratiqué cette activité «de la manière la plus naturelle qui soit». Réalimentant sans cesse ses cageots de «rusicade», dont le contenu fond comme neige au soleil en raison du nombre impressionnant d’acheteurs,

ce fraisiculteur rappelle qu’il a remporté le 1er prix récompensant le meilleur producteur de fraises lors de l’édition de 2011. M. Khechirene compte bien «remettre ça», cette année, confiant dans la qualité du fruit qu’il cultive amoureusement à Sidi-Mansour, près de Tamalous (ouest de Skikda), région où se concentre la plupart des producteurs de «rusicade» mais aussi de «tioga», l’autre espèce également très courue par les connaisseurs. L’après-midi devrait voir, à l’Hôtel de ville de Skikda, en même temps que l’attribution des prix du meilleur produit, du meilleur cultivateur, du meilleur gâteau à la fraise, de la meilleure confiture, du meilleur jus de fraise et de la meilleure vitrine, l’élection - très attendue - de Miss Fraise. Un concours pour lequel de nombreuses jolies Skikdies se sont apprêtées avec le secret espoir de décrocher la timbale.

e secteur de l’artisanat sera doté «avant fin juin prochain», dans la wilaya de Souk Ahras, de nouvelles infrastructures appelées à promouvoir et à dynamiser les métiers de l’artisanat traditionnel, a-t-on appris samedi auprès de la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM). Il s’agit notamment d’une maison de l’Artisanat, en réalisation à la cité du 26-Avril, à Souk Ahras, et dont les travaux de réalisation ont atteint les 95%, a précisé le directeur de la CAM, Riad Bouzorna. Cette infrastructure de trois étages dispose de 19 ateliers, d’une salle de conférences, de 4 classes pour la formation de jeunes porteurs de projets, d’un cybercafé et d’une salle d’exposition du produit artisanal local et national, selon le même responsable. «La maison de l’Artisanat de Souk Ahras permettra surtout de promouvoir et de développer certaines activités menacées de disparition, à l’image de la dinanderie et du travail du cuir», a souligné M. Bouzorna, ajoutant que cette structure offrira également aux artisans de cette région un espace approprié pour l’exposition et la commercialisation de leurs produits. Le secteur de l’artisanat sera également renforcé dans cette wilaya par la réception d’un centre de facilitation des petites et moyennes entreprises (PME). Cette infrastructure en réalisation à proximité de l’université de Souk-Ahras, aura pour mission principale d’orienter, d’accompagner et de mettre à la disposition des jeunes porteurs de projets, toutes les facilités par le biais des organismes pourvoyeurs de crédits, a affirmé le même responsable. D’autres structures, en l’occurrence une maison de l’Artisanat dans la ville de Sedrata et deux centres de valorisation des compétences dans les communes de M’daourouche et de Taoura, avancent à un rythme jugé «appréciable» et devraient être réceptionnées «très prochainement», selon le directeur de la CAM. M. Bouzorna a signalé, par ailleurs, que 270 attestations de qualification ont été délivrées entre les mois de janvier et d’avril 2012 par la CAM de Souk Ahras, à de jeunes porteurs de projets, dont 15 détenus des établissements pénitentiaires des communes de Souk Ahras et de Sedrata.

BATNA :VASTE OPÉRATION DE BOISEMENT

“Pour une ville verte et propre”

GHARDAÏA

Culture de la pastèque : un essor remarquable

U

L

a culture de la pastèque, ou «melon d’eau», a connu, ces quatre dernières années, un essor remarquable dans la wilaya de Ghardaïa, particulièrement dans la région de Hassi-Lefhel (120 km au sud de Ghardaïa). L’extension des superficies irriguées, confortée par la présence d’une importante ressource hydrique «minérale» et souterraine, dont la mobilisation s’est faite par des puits de surface et des forages, a retenu un intérêt fort appréciable des planteurs de pastèque venus de différentes régions du pays pour la culture précoce de ce fruit très désaltérant avec ses 90% d'eau au moins. «Pas moins de 120 hectares ont été consacrés cette saison à la culture de la pastèque à Hassi-Lefhel, contre 80 hectares la saison dernière», a affirmé le président de l’Assemblée populaire communale (APC), M. Mohamed Djebrit. L’engouement pour cette culture est favorisé par la qualité et la grandeur du fruit, liée probablement à l’eau minéralisée de la région, a-t-il fait savoir. Un planteur de HassiLefhel a souligné avec fierté qu’il est le premier, cette année, à avoir mis sur le marché au début du mois de mai ses pastèques à la pelure vert foncé, dont quelques-unes peuvent atteindre jusqu’à 17 kilogrammes. Les bonnes conditions climatiques qui ont prévalues dans la région ont permis une bonne récolte, a-t-il précisé. Les pastèques de Hassi Lefhel sont les premières disponibles, en attendant les pastèques cultivées dans les plaines du Nord. Dans les marchés de Ghardaïa, Metlili,

Hassi-Lefhel, El-Ménéa et Zelfana, comme en bordure des routes, l’apparition de ce fruit sur les étals donne lieu à une animation particulière depuis trois semaines. Ainsi, les passants empruntant les ruelles du souk de Ghardaïa et l’artère principale de Théniet El-Makhzen sont témoins de scènes folkloriques impliquant des hommes, femmes et enfants qui transportent avec délicatesse les grosses boules vertes pesant plus de 5 kilogrammes, choisies au préalable selon la technique de la résonance. «Tapez dessus, si ça résonne, c’est bon !». Tel est le principe qui a toujours prévalu. Les habitants de Ghardaïa raffolent de ce fruit qu’on récolte dans la région au début du mois de mai et qui se vend actuellement à 40 DA le kilogramme. Cultivé entre septembre et mars, dans la zone de Hassi-Lefhel, ce fruit de la famille des cucurbitacées mûrit au bout de dix à douze semaines, selon

la variété, a expliqué un ingénieur agronome de Ghardaïa, ajoutant que la récolte peut atteindre entre 15 à 20 tonnes à l’hectare. Ce fruit est réputé pour sa richesse en antioxydants et ses propriétés diurétiques, selon un praticien de Ghardaïa qui recommande d’en manger en vue d’aider à éliminer les calculs des reins. La production de pastèques de Hassi-Lefhel a contribué à faire sortir cette région de l’anonymat, a souligné fièrement le président de l’APC, se vantant du fait que sa région approvisionne actuellement le marché intérieur en ce fruit de primeur au cours des mois de mai et juin. L'amélioration des procédés de culture de la pastèque ainsi que les techniques de maîtrise de la gestion de l’eau par le goutte-à-goutte permettront de conquérir des marchés extérieurs, notamment avec un label «Bio», a-t-il soutenu.

ne vaste opération de plantation d’arbres menée sous le slogan «Pour une ville verte et propre» a été lancée samedi à Batna par des dizaines de jeunes tous âges confondus, en présence d’élus, de représentants des autorités locales, des médias et de la société civile, a-t-on constaté. Cette initiative, la première du genre à l’échelle de la wilaya, à laquelle ont appelé des jeunes et des intellectuels via le fil social «Facebook» a vu un engouement particulier de la part des citoyens de la capitale des Aurès qui l’ont mise à profit pour lancer un message contre la violence et les maux sociaux. Le coup d’envoi de cette opération de boisement a été symboliquement donné à partir du jardin de la «rue H» située au quartier populaire Bouakal où un jeune de 20 ans (Ahmed Nour El Yakine Tamine), membre actif de l’association caritative Badrat el Amel (graine d’espoir) avait rendu l’âme il y a quelques jours des suites de coups de couteau donnés par une personne en état d’ivresse. Le choix de cet endroit pour le lancement de cette opération de portée à la fois environnementale et sociale, se veut aussi une «halte» pour dire non aux maux sociaux qui ne cessent d’engendrer des drames, a souligné le directeur de l’environnement, M. Toufik Dekhinet. Des arbres ont été plantés au jardin mitoyen de cette artère commerçante qui a été intégralement nettoyé par des habitants du quartier Bouakal, des bénévoles et des membres des associations Nas El Khir et Badrat El Amel qui ont tenu à donner un «coup de main» aux initiateurs de cette opération, a-t-on constaté. Plus de 1.800 personnes ont adhéré à cette opération de reboisement qui vise, outre de contribuer à faire de Batna une ville verte, la sensibilisation des jeunes contre les maux sociaux et les risques liés à la violence urbaine.

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Monde
AU LENDEMAIN DU MASSACRE DE HOULA (SYRIE)

11

GOUVERNEMENT PALESTINIEN D’UNION NATIONALE

Fatah et Hamas en consultations au Caire sur la composante D
es délégations des deux mouvements palestiniens Fatah et Hamas entament hier des consultations au Caire pour définir la composante du gouvernement d'union nationale dans le cadre de la mise en œuvre des accords de réconciliation. Ces discussions prévues dans la journée devront "définir la nature de la prochaine composante gouvernementale" qui aura pour mission de préparer, durant six mois, les prochaines élections et le processus de la reconstruction de Ghaza", a déclaré un membre du bureau politique du Hamas, Salah Al-Bardouil. Al-Bardouil s'est dit, à la veille de cette rencontre, optimiste quant au parachèvement facile de ce processus concernant la formation du gouvernement d'union nationale conformément aux accords de réconciliation signés au Caire. Le même responsable a annoncé samedi qu'une réunion sur cette question devrait regrouper au Caire le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaâl, notant que l'annonce de la formation officielle de ce gouvernement "nécessite plus de temps". Une délégation du parti présidentiel Fatah menée par Azzam Al-Ahmed s'est déplacée samedi en Égypte pour préparer la rencontre de dimanche avec la délégation du Hamas, envoyée la veille dans la capitale égyptienne où elle a eu des entretiens avec les médiateurs égyptiens. Le chef des services des renseignements égyptiens, Mourad Mouafi, a lui examiné avec les membres du Hamas une série de dossiers liés à la question pa-

Violents combats dans la ville de Hama

L
lestinienne, dont la réconciliation nationale et les moyens de sa mise en œuvre, ainsi que la formation du prochain gouvernement, a indiqué Ibrahim Al-Dawari, directeur du centre des études palestiniennes. Le contenu du nouvel accord, signé la semaine dernière au Caire, prévoit la formation dans 10 jours d'un gouvernement d'union nationale pour un mandat de six mois. "Ce qui a été réalisé la semaine dernière au Caire par le Hamas et le Fatah n'est pas nouveau. Il s'agit plutôt de la mise en œuvre de l'accord précédent du Caire et de la déclaration de Doha", a estimé Youcef Abou Wassel, secrétaire général du Front de libération de la Palestine (FLP).

VISITE DU PRÉSIDENT DE L'UA EN FRANCE

La coopération franco-africaine au menu

L

e chef d'État béninois et président en exercice de l'Union africaine (UA), Boni Yayi, entame depuis hier une visite de travail de quatre jours en France destinée au renforcement des relations bilatérales et de la coopération francoafricaine, notamment dans les domaines économique et sécuritaire, a-ton indiqué de source officielle à Cotonou. "Au cours de sa visite, le président Bony Yayi aura un entretien avec son homologue français François Hollande sur des ques-

tions ayant trait à la situation politique, économique et sécuritaire en Afrique en général et dans la région ouest-africaine en particulier", précise un communiqué du ministère béninois des Affaires étrangères. Le président béninois Boni Yayi, en sa qualité de président en exercice de l'UA, discutera avec M. Hollande des sujets tels que la lutte contre le terrorisme et la nécessité de renforcer la sécurité, et la sûreté maritimes en Afrique de l'Ouest, de l'Est et du Centre, l'autosuffisance ali-

mentaire du continent et la lutte contre la famine, la protection de l'environnement contre l'avancée du désert et les risques liés aux changements climatiques, la santé et l'éducation, ajoute le texte. Sur toutes ces questions, le chef de l'Etat présentera la vision de l'Afrique, s'agissant du rôle de la France, en vue du développement durable de l'Afrique et de l'instauration d'une gouvernance mondiale à laquelle les États africains voudraient activement contribuer, souligne le document.

a ville de Hama (centre de la Syrie) a été secouée hier par de violents combats entre des troupes gouvernementales syriennes et des rebelles armés au lendemain d'un massacre ayant fait plus de 90 morts à Houla, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Des tirs de mitrailleuses lourdes opérés par les forces régulières résonnaient en particulier dans les quartiers de Zahriyé, Machaa et Wadi al-Joz à Hama, selon l'OSDH. Près de Damas, de violents combats ont opposé rebelles et armée gouvernementale dans la ville de Harasta, a indiqué la source. A Rastane, située à 30 km au nord de Homs, l'armée a bombardé des positions dans cette ville, a ajouté l'OSDH, précisant que la ville a été bombardée au rythme de deux obus par minutes en moyenne. Ces violences se poursuivent au lendemain des condamnations internationales du massacre de Houla, près de Homs, où une centaine de civils, dont 32 enfants de moins de 10 ans, ont été tués dans des violences. Le chef des observateurs internationaux en Syrie, le général Robert Mood, avait condamné samedi "fermement la tragédie brutale" de Houla, dans le centre du pays, appelant à tenir toutes les parties pour responsable et prévenant d'un risque de guerre civile. Le Koweït va convoquer, en sa qualité de président actuel de la Ligue arabe, une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'organisation panarabe, a indiqué hier une source officielle. "Le Koweït va contacter les membres de la Ligue arabe pour une réunion d'urgence au niveau des ministres des Affaires étrangères afin d'examiner la situation et de prendre les mesures destinées à mettre fin à l'oppression du peuple syrien", a indiqué le ministère koweïtien des Affaires étrangères. Le ministère a ajouté avoir demandé à la communauté internationale, dans des contacts aux niveaux régional et international, d'assumer ses responsabilités face à la situation en Syrie.

GIBRALTAR

Le rocher de la discorde entre Londres et Madrid

L

a semaine dernière, le gouvernement espagnol avait annoncé l´annulation de la visite que la Reine Sofia devait effectuer à Londres à l´invitation de la Reine Elizabeth II. L´annulation de cette visite à «caractère privée», à l´occasion du 60e anniversaire du couronnement de la Reine d´Angleterre, a révélé la profondeur de la tension qui a resurgi dans les relations entre le Royaume-Uni et l´Espagne. A l´origine, une série d´incidents entre les gardes-côtes britanniques et les chalutiers espagnols qui fréquentent, habituellement, les eaux de ce Rocher. Le différend est, toutefois, loin d´être un banal problème de pêche comme le prouve l´entrée en scène des gardes-côtes des deux pays. Demain matin, le ministre espagnol des AE José Manuel GarcíaMargallo sera à Londres.

Il s´agit d´une visite de travail ordinaire, programmée depuis quelques semaines dans le cadre des consultations des «27» sur la crise économique en Europe. Ce déplacement a été maintenu par le gouvernement espagnol pour mettre sur la table le problème de Gibraltar. L´ordre du jour des entretiens entre M. Margallo et son homologue britannique William Haigue devrait donc, inévitablement, changer. Il sera bien sûr question de crise économique, mais il est déjà difficile de croire que tel sera le point central de l´agenda. Les deux parties vont s´employer à faire rabaisser la tension dans leurs relations. Elles pourraient même, dans un premier temps, se limiter à l´examen des incidents induits des activités de pêcheurs espagnols dans cette zone maritime et, sur-

tout, de la présence des vedettes de la gendarmerie espagnole dans les eaux du Rocher litigieux. Cependant, la question de la souveraineté sur Gibraltar ne pourra pas être éternellement occultée. C´est bien en termes de souveraineté que le président Mariano Rajoy a posé le problème avant même son élection le 21 décembre dernier. Madrid veut que soit repris le dialogue avec Londres sur le futur de Gibraltar cédé en 1713 à la couronne britannique pour 300 ans, strictement à des «fins militaires». Entre temps, sur ce rocher à l´origine inhabité a émergé une ville prospère, un vrai paradis fiscal et une zone franche par où tout transite, y compris des marchandises douteuses. Ses habitants, des anglophones en majorité, ne veulent pas de la souveraineté espagnole et se considèrent comme

sujets de la Reine d´Angleterre. Ils se préparent à recevoir avec éclat, les 2 et 3 juin prochain, le Prince Edouard, fils cadet de la Reine Elizabeth II. L´occasion du 60e anniversaire du couronnement de la Reine Mère est loin d´être une simple cérémonie. C´est un acte officiel hautement symbolique du règne de la couronne sur le rocher. Voilà pourquoi cette visite a été qualifiée de provocation à Madrid et contre laquelle le gouvernement espagnol n´a pas hésité à protester auprès de Londres. L´Espagne a des arguments juridiques de poids. Le respect du «Traité d´Utrecht» sur la cession provisoire du penon à la couronne britannique par le Royaume d´Espagne, pour permettre à la «Royal Navy» d´observer le mouvement des navires français dans le détroit

de Gibraltar. Le Comité de décolonisation de l´ONU est saisi de la question de Gibraltar comme celle du Sahara occidental, et du reste des territoires sujets à décolonisation. De son côté, le Royaume-Uni avance comme argument majeur, du point de vue du droit international moderne, le droit des habitants de Gibraltar à décider de leur destin. Le gouvernement britannique ne nie pas ses engagements historiques et les actes juridiques dont il est lié. Une solution est-elle possible au regard des ces deux thèses ? La formule compromis existe déjà. Une co-souveraineté à laquelle reste farouchement opposée le ministre Principal de Gibraltar, Peter Caruana. B. H.

Lundi 28 Mai 2012

Édito

Par HAMID GHARBI

Est-ce le trio parfait ?

SUPPLEMENT
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

L

e verdict final de l'exercice 2011/2012 avait étonné les spécialistes, hormis peut-être pour le NAHD qui était positionné dès le début à la place de lanterne rouge. Certes, vers la fin du présent exercice, il a fini par la céder au MC Saïda, mais c'était déjà trop tard. Cette relégation du NAHD vient interpeller les spécialistes sur cette nouvelle réalité pour les Sang et Or qui n'ont pas réussi à rester parmi l'élite, eux qui venaient tout juste de monter en Ligue 1. Cela signifie que quelque chose ne tourne plus rond dans ce quartier très populaire d'Alger, Hussein Dey. Pourtant, personne n'ignore les grands joueurs que ce club avait donnés à notre football. Les Madjer, Guendouz, Fergani, Kheddis et autres ont largement contribué à l'aura de cette discipline dans le concert des nations. On constate, à notre grand regret, que cette grande école est en train de vivre des moments très difficiles à cause un peu de son environnement qui ne suit pas. Saïda, réputée pour son eau minérale, a connu elle aussi la même situation que les Sang et Or, puisque le nouveau promu est revenu très tôt de là où il est venu. Cette relégation assez rapide montre un peu qu'avec l'avènement du professionnalisme, il n'est plus facile pour les clubs qui n'ont pas beaucoup de moyens financiers de résister. Les cas du NAHD et du MCS sont là pour les prouver. L'ASK, qui avait assuré une stabilité plus ou moins factice depuis quelques années, a fini par céder en fin du compte face aux errements de ses dirigeants, mais aussi d'un effectif qui n'a pas été à la hauteur des aspirations des supporters khroubis qui n'ont rien compris à cette chute plus ou moins inattendue. Il est évident que le facteur financier s'est érigé comme le moyen le plus approprié pour permettre à un club donné de pouvoir fonctionner sans trop de pépins, même s'il ne peut assurer automatiquement la victoire finale comme il est le cas de l'USMA, le club qui respire le mieux sur ce plan. Cette saison, à cause de la rareté en quantité nécessaire de l'argent, on a été confronté à un nouveau phénomène lié aux joueurs qui ne jouent pas le jeu. Cet aspect, qui a été dénoncé dans certaines rencontres, a eu un effet néfaste sur le déroulement de quelques-unes d’entre elles en ne respectant pas l'éthique sportive. Cela dit, le NAHD, l'ASK et le MCS auraient pu s'en sortir, mais tout s'est décidé en fin de parcours où l'on a vu des équipes moribondes au cours de la phase aller se transcender au cours des dernières empoignades du retour. Maintenant, ce qui est fait est fait. On n'y peut rien ! H. G.

SPORTS

RELÉGATION

Les enseignements qui s'imposent
La relégation est désormais une réalité pour ces trois équipes, NAHD, MCS et ASK, qui viennent de rejoindre la Ligue 2. Bien qu’elles maintiendraient leur statut professionnel, leur avenir reste incertain. Vont-elles continuer à ce rythme ?

I

ls n'ont pas le choix s'ils veulent revenir très vite parmi les meilleurs. Les Nahdistes, qui ont toujours été parmi les ténors lorsqu'il s'agit de formation, ne savent plus comment se maintenir dans le haut niveau. C'est aussi le cas de cette équipe saïdie qui a vite refait le chemin inverse. La relégation des deux nouveaux promus (NAHD et MCS) ne peut qu'obliger les spécialistes à se poser des questions. On veut, en effet, comprendre pourquoi ces équipes ne peuvent plus assurer leur longétivité. Le CA Batna, l'autre promu, avait fini, sur le fil, à se tirer d'affaire en se maintenant. Il est exact de dire que le NAHD ne dispose plus de grands joueurs formés par le club lui-même. Ceux qui le sont ou presque tardent à atteindre leur maturité. En plus de cela, les dirigeants n'arrivent pas à se mettre d'accord sur une politique commune susceptible de permettre au club à tenir la comparaison avec les équipes de l'élite. Car ils passent la grande majorité du temps à se chamailler dans des querelles intreminables. Pour le MCS, c'est un peu le problème d'argent qui avait fait "foirer" le projet de l'équipe de rester en Ligue 1. Le NAHD, mais aussi l'ASK n'ont pu survivre à des "caisses vides". Face à cette situation, même les joueurs ne veulent plus s'impliquer dans le "sauvetage" du club. D'où le fait qu'on est en train d'entendre ce phénomène de joueurs qui "lèvent le pied". Ces

informations n'ont pas cessé de se propager. Pour autant, ces clubs doivent plus que jamais baser leur avenir sur leurs joueurs formés localement. Les observateurs ont à l'unanimité mis l'accent sur le bon comportement de la "jeune vague" husseindéenne lors de l'ultime journée du championnat national de Ligue 1, à Constantine, où ils sont parvenus avec brio à tenir tête au CSC. Ils avaient même mené au score (3-0) avant de se faire rejoindre en fin de partie (3-3). Cet épisode qui montre qu'avec des éléments qui ont fait toutes leurs classes au sein du

club se donnent à fond pour défendre corps et âme ses intérêts. Il y a aussi la propension un peu excessive de changer d'entraîneur. Ces changements fréquents de technicien ne font que compliquer les choses et rendre la tâche de n'importe quel club des plus difficiles à surmonter. Ces clubs sont appelés, plutôt, à chercher les moyens et les idées qui peuvent leur permettre de se transcender et corriger leurs erreurs pour revenir au plus vite en Ligue 1. A eux de relever le défi ! H. G.

Lundi 28 Mai 2012

16 EL MOUDJAHID

Sports
L

UPPLÉMENT

FOOTBAL

Ligue1 : relégation de l'ASK, du NAHD et du MC Saïda

Il est certain que personne ne s'attendait à ce que ces trois équipes soient rétrogradées et évoluent la saison prochaine en Ligue2. Le NAHD et le MCS ont connu un retour à l'envoyeur pour le moins express, puisqu'ils n'ont pas dépassé la saison, eux qui ont été considérés comme les nouveaux promus avec le CA Batna. Le club aurésien, à sa décharge, a eu la chance en fin de parcours d'engager un technicien nommé Tewfik Rabah. Ce dernier leur avait permis de réaliser une performance pour le moins rarissime en engrangeant d'un coup sept victoires d'affilée.

Plus dure sera la chute
matches. Cette équipe avait vraiment déçu tout le monde, notamment ses supporters. Benaïssa, le président, avait tout fait pour éviter le purgatoire, mais le manque d'argent avait eu des effets négatifs quant à l'équilibre de l'équipe, puisque les joueurs étaient impatients de se faire payer au plus vite. Durant la phase aller, cette équipe du MC Saïda était bien placée pour réaliser une très bonne saison. Elle était même classée parmi les prétendants. Les regards des uns et des autres étaient un peu braqués sur le MC Alger dont les résultats n'étaient pas ceux attendus par ses supporters. Puis, les choses se précipitent au cours de la phase retour. On commence à désigner les entraîneurs qui ne durent pas très longtemps. Pourtant, l'équipe du MC Saïda avait un effectif assez étoffé que beaucoup de clubs lui envieraient. On peut citer Kial, Bagayouko, Ould-Téguidi, Cheraïtia, Atek, Nehari (l'ex-Nahdiste), Hadiouche, Berramla, Zaoui, Soudani, Madouni, Benabdellah, El-Hdajari, Bouraba, Mebarakou, Bouhedda... Malgré la présence de cet effectif de qualité, le MCS n'a pas réussi à se tirer d'affaire ne serait-ce que sur le fil comme il avait l'habitude de le faire par le passé. Il faut dire que le match concédé, à domicile, face à l'USMAlger et surtout les incidents qui avaient émaillé cette rencontre et notamment l'agression caractérisée dont furent victimes les joueurs de l'USM Alger ont précipité un peu la descente aux enfers de cette équipe saïdie. Il faut dire que la sanction que la commission de discipline de la LFP leur avait infligée avec huit matches à huis clos et surtout qui se joueront hors de la ville de Saïda. Depuis cette fâcheuse période, les Saïdis n'ont fait que collectionner les défaites. Comme l'avait dit le président du MCS, «c'est la relégation assurée». C'est ce qui est arrivé en fin de compte à l'équipe, surtout que certains joueurs ont brillé par leur absence du fait qu'ils n'ont pas été payés par leur direction. L'ASK est un habitué des équipes qui jouent pour se sauver de la relégation durant les dernières années. A chaque fois, cette formation parvient à se tirer d'affaire. Cette fois-ci, les Khroubis n'ont pas eu la main heureuse pour assurer leur maintien. Il faut dire que les poulains d'Aït-Djoudi ont connu une fin de partie assez difficile avec, notamment, ces deux défaites d'affilée, à domicile, devant le CAB (3-0) et le MCEE (5-1). Tous les observateurs n'ont rien compris à cette tournure de la situation. Car l'ASK était en bonne position pour s'en sortir, surtout qu'auparavant, elle a réussi à battre l'ASO (1-0), alors que les poulains de Saâdi jouaient carrément le titre de champion d'Algérie. D'ailleurs, Noureddine Saâdi, le coach chélifien, l'avait clairement affirmé: «On a perdu notre titre au Khroub suite à notre défaite contre l'ASK». Jusque-là, les observateurs avaient relevé qu'à domicile l'ASK est vraiment intraitable. C'est pour cette raison que tout le monde est resté dubitatif suite aux deux défaites, décisives au demeurant, concédées face à des équipes concernées directement par la relégation. Du coup, on a affirmé que des joueurs ont «levé le pied». On a même parlé de l'ouverture d'une enquête pour démasquer les «tricheurs». Toujours est-il, l'ASK est reléguée. Elle risque de connaître beaucoup de problèmes du fait que le club est en butte à de sérieux ennuis financiers. Ces trois équipes n'auront certainement pas la tâche facile, eu égard à la présence dans cette Ligue2 de sérieux clients comme l'USM Blida, le MOB, l'USM Annaba, le MO Constantine, l'ASMO, l'ES Mostaganem... Cela sera difficile, surtout si les moyens financiers venaient à se raréfier. Dans l'entourage du NAHD, on parle avec insistance de l'arrivée d'un investisseur espagnol. Dans les cercles nahdistes, on prie pour que cela ne soit pas un épisode analogue à celui du MCA avec Pelicano. Hamid Gharbi

C

e qui a fait que le CAB, contrairement au NAHD et au MCS, comme lui des promus, a réussi sur le fil à sauver sa peau en s'adjugeant la septième place au classement général avec 44 pts. Ce qui n'a pas été le cas des «Sang et Or» et des Saïdis. Ces deux équipes, pourtant, avaient connu des fortunes diverses durant la phase aller. En effet, le NAHD avait été très tôt confronté à la rudesse du calendrier avec deux sorties d'affilée contre l'ESS et la JSMB qui ont été sanctionnées par des défaites. D'où l'apparition de difficultés qui ont fait que l'entraîneur Medjahed n'a pas réussi à redorer le blason de son équipe qui avait aligné défai-

te sur défaite. D’ailleurs, lors de la phase aller, le NAHD n'avait gagné aucun match. Ce qui n'était jamais arrivé à cette équipe nahdiste qui a toujours été connue par son côté versé sur la formation. Des joueurs comme Akkak, Sahli, Ighil, Ouchen, Madjer, Kheddis, Guendouz, Fergani, Saâdi, Boutadjine... ont laissé certainement leurs traces sur le tuf de Zioui, aujourd'hui revêtu en tartan synthétique. Même la désignation de Saïd Hamouche à la tête de la barre technique du club husseindéen n'a pas eu l'effet escompté, puisque le club n'a pas pu arrêter la série de contre-performances. Il aura fallu attendre la phase retour avec la

nomination de Merzekane comme nouvel entraîneur et le recrutement de quelques joueurs comme Zennou, on peut dire que l'équipe du NAHD avait commencé à gagner. D'ailleurs, sa première victoire, elle l'avait obtenue contre la JSMB, au stade du 20-Août, sur le score de 1 à 0. Ce succès en appellera d'autres, mais la fragilité de l'équipe hors de ses bases avait fini par lui jouer des tours au point où Merze-kane est remercié sur le fil. C'est-à-dire à quelques journées de la fin du championnat suite à la défaite du NAHD, en match en retard contre l'USMA, au stade du 5-Juillet, sur le score de 2 à 1. Le but de l'USMA mar-

qué par Bouchema, dans le temps additionnel (7e minute). Cette résistance du NHAD a été mal vue par certains, comme on n'a pas voulu que le NAHD gagne ou réalise un bon résultat. Toujours est-il, cette défaite avait eu pour effet de sceller l'avenir du NAHD en Ligue1. Les raisons sont multiples expliquant ce retour rapide en Ligue2 du NAHD. Il y a les querelles intestines entre dirigeants, le manque d'argent et surtout le fait qu'on ne veut pas compter sur les forces intrinsèques du club. Avec quatorze défaites, le NAHD avait fini, sur le fil, à céder la dernière place au MCS qui a comptabilisé 18 défaites. Ce qui est énorme pour une saison de 30

ASK : une désillusion amère

MCS

C

ette saison, l'ASK n'a pas réussi à se maintenir comme ce fut le cas par le passé. Il faut dire que tout s'est précipité pour cette équipe khroubie durant les derniers matches du présent exercice. L'équipe s'était latéralement effondrée en encaissant trois défaites d'affilée dont deux à domicile face au CAB (3-0) et le MCEE (5-1) et un troisième faux pas, au stade du 20Août, sur le score de 4-1 devant le CRB. Elle a encaissé dans ces derniers matches 12 buts, laissant dubitatifs les observateurs, mais aussi les supporters khroubis eux-mêmes. C'est le parcours le plus pathétique de cette équipe de l'ASK depuis qu'elle est en Ligue1. Certes, elle avait été à plusieurs reprises menacée par la relégation, mais à chaque fois, elle trouvait les ressources nécessaires pour se sauver d'affaire ne serait-ce que sur le fil. Durant le présent exercice, on peut dire que les choses se sont mal déroulées pour cette équipe et ce, depuis son stage d'intersaison qui a eu lieu en Tunisie. Les joueurs recrutés n'ont pas donné satisfaction, et Khezzar, le coach qui a débuté cette saison avec l'ASK, n'a pas su permettre à l'équipe de trouver ses repères face à des équipes assez aguerries. Les résultats n'ont pas suivi. De plus, les dirigeants khroubis, à leur tête le président Kitouni, n'ont pu régler le problème financier.

Ce qui avait accentué les déboires de l'équipe qui avait rencontré un mal fou pour suivre le rythme d'une Ligue1 qui était pourtant loin d'être insoutenable. Durant la période du mercato, les éléments ramenés n'ont pas donné apparemment satisfaction. L'arrivée d'Aït-Djoudi avait donné un certain espoir, mais il n'avait pas tardé à être confronté à la dure réalité des terrains, puisque l'équipe khroubie se mettait à retomber dans ses travers. C'est-à-dire qu’elle avait fini par collectionner les contre-per-

formances, rendant ainsi les tentatives de la sauver de la relégation assez minimes. Les joueurs, à chaque fois, ne faisaient que demander leur argent alors que les caisses du club étaient vides. Toutefois, on réussira, par des subterfuges assez ingénieux, à les faire patienter pour jouer le jeu jusqu'au bout. Il faut admettre que la victoire au stade Abed-Hamdani devant l'ASO (1-0), une équipe qui jouait le titre, avait redonné confiance à tout le monde. Néanmoins, la défaite, at home,

devant le CAB, une équipe concernée directement par la relégation sur le large score de 3-0 avait fait que le purgatoire devenait alors inévitable. Les supporters montreront aussitôt leur colère et le club se verra infliger une amende de 7 millions de centimes et une sanction de deux matches à huis clos. Toutefois, un mince espoir persistait encore du fait que les Khroubis allaient accueillir le MCEE chez eux. Là aussi, on constate que l'équipe avait fini de se battre en acceptant son sort. En effet, elle se fait battre sur le net score de (5-1). Un résultat qui avait étonné tout le monde, puisque les dirigeants n'ont pas manqué d'accuser le gardien Boutrig d'avoir «arrangé» le match, même s'ils ne disposent pas de preuves. L'ASK a bu ainsi le calice jusqu'à la lie. Puis, la «cerise sur le gâteau», c'est une autre défaite, assez sévère, au stade du 20-Août, devant le CRB (4-1). La relégation devient ainsi une certitude pour une équipe qui avait abdiqué à cause de ses joueurs, mais aussi de ses dirigeants qui n'ont pas les moyens de leur politique. Maintenant, il faudra penser à l'avenir et comment revenir au plus vite parmi l'élite. Ce ne sera pas facile, surtout si l'on n'a pas les moyens financiers qui sont le nerf de la guerre. H. G.

L

une cho1 la saison prochaine pour au moins e MCS ne mérite pas d’évoluer en Ligue face à l’USMA, où pas moins de treize permatch se : les incidents ayant émaillé son tabac. Abdelkader Laïfaoui, poignardé été passées à sonnes de la délégation usmiste ont l’éventualité de voir la es. Au lendemain de ce drame déjà, de sanction alors, récupère encore de ses blessur adation du MCS en Ligue 2 en guise ou carrément la FAF décréter la rétrogr LFP des équipes soient rs, car il était arrivé par le passé que ou était évoquée. Et à juste titre d’ailleu est tombé depuis et il paraissait plus Bon, le verdict rétrogradées pour des faits similaires. s à huis clos et en vu infliger une sanction de huit matche moins clément pour le MCS qui s’est rs ? Pas vraiment, dès lors que l’équile restant du parcou déjà. Mauvais dehors de Saïda. Cela a-t-il influé sur ce à la relégation dès le mois de mars pe de Saïda était un candidat en puissan stablement entravé la autant de paramètres qui ont inconte «Il y avait de résultats, succession d’entraîneurs, de talents, n’était pas réellement nantie. se valent pratimarche de l’équipe qui déjà, en matière n par exemple. Les clubs en Algérie quoi faire quelque chose. Jouer le maintie pas tiré le maximum aujourd’hui encore qu’on n’avait quement tous. C’est ce qui me fait croire témoigne Ahmed e se serait sans doute maintenue », de ce groupe. Si on l’avait fait, l’équip de céder sa place au duo Heddane-Zaoui qui n’aura une pige au club avant ent dans Karamani qui a fait r de la classe, avec 24 points seulem es. Dernie finalement duré que quelques semain y a eu un déclic face la défaite. «L’équipe a mal débuté. Il ant avec l’escarcelle, le MCS ne pouvait éviter de maintenir cette dynamique en enchaîn démoTenter à l’ASK. On aurait pu jouer sur ça. son élan. La cassure. L’équipe a été stoppée dans Djoudi chez quelques bons matches, mais il y a eu Karamani qui fut aussi l’assistant d’Aït e bilisation était après inévitable», expliqu s clubs du haut du t d’un beau stade, comparé à certain On n’a plus les U23. Le MCS, qui dispose pourtan e. Car derrière, la formation a fait défaut. tableau, n’a pas su jouer sur cet avantag qui est revenu au club après une pige au Maroc n’a i la tête ailleurs. revu de Seguer ni de Hamidi. Ould Taguid pour Hediouche qui paraissait avoir même pas su hisser le jeu de l’équipe. De cette année particuerreurs. Tenter de tirer les leçons de Le MCS devra donc apprendre de ses cœur et penser à t faire contre mauvaise fortune bon lièrement difficile. Les dirigeants devron i peut encore en former beauet Hamid à la base, car un club qui a formé Seguer ssion qu’on reconstruire y avait un projet concret. J’avais l’impre dans coup d’autres. « Je n’ai pas senti qu’il ent une grosse part de responsabilité jour le jour. Les dirigeants avaient réellem Amar Benrabah gérait au tout ! cet échec », conclut Karamani. Ça résume

Les raisons d’une chute

Lundi 28 Mai 2012

Sports

UPPLÉMENT

EL MOUDJAHID

17

AHD et du MC Saïda
matches. Cette équipe avait vraiment déçu tout le monde, notamment ses supporters. Benaïssa, le président, avait tout fait pour éviter le purgatoire, mais le manque d'argent avait eu des effets négatifs quant à l'équilibre de l'équipe, puisque les joueurs étaient impatients de se faire payer au plus vite. Durant la phase aller, cette équipe du MC Saïda était bien placée pour réaliser une très bonne saison. Elle était même classée parmi les prétendants. Les regards des uns et des autres étaient un peu braqués sur le MC Alger dont les résultats n'étaient pas ceux attendus par ses supporters. Puis, les choses se précipitent au cours de la phase retour. On commence à désigner les entraîneurs qui ne durent pas très longtemps. Pourtant, l'équipe du MC Saïda avait un effectif assez étoffé que beaucoup de clubs lui envieraient. On peut citer Kial, Bagayouko, Ould-Téguidi, Cheraïtia, Atek, Nehari (l'ex-Nahdiste), Hadiouche, Berramla, Zaoui, Soudani, Madouni, Benabdellah, El-Hdajari, Bouraba, Mebarakou, Bouhedda... Malgré la présence de cet effectif de qualité, le MCS n'a pas réussi à se tirer d'affaire ne serait-ce que sur le fil comme il avait l'habitude de le faire par le passé. Il faut dire que le match concédé, à domicile, face à l'USMAlger et surtout les incidents qui avaient émaillé cette rencontre et notamment l'agression caractérisée dont furent victimes les joueurs de l'USM Alger ont précipité un peu la descente aux enfers de cette équipe saïdie. Il faut dire que la sanction que la commission de discipline de la LFP leur avait infligée avec huit matches à huis clos et surtout qui se joueront hors de la ville de Saïda. Depuis cette fâcheuse période, les Saïdis n'ont fait que collectionner les défaites. Comme l'avait dit le président du MCS, «c'est la relégation assurée». C'est ce qui est arrivé en fin de compte à l'équipe, surtout que certains joueurs ont brillé par leur absence du fait qu'ils n'ont pas été payés par leur direction. L'ASK est un habitué des équipes qui jouent pour se sauver de la relégation durant les dernières années. A chaque fois, cette formation parvient à se tirer d'affaire. Cette fois-ci, les Khroubis n'ont pas eu la main heureuse pour assurer leur maintien. Il faut dire que les poulains d'Aït-Djoudi ont connu une fin de partie assez difficile avec, notamment, ces deux défaites d'affilée, à domicile, devant le CAB (3-0) et le MCEE (5-1). Tous les observateurs n'ont rien compris à cette tournure de la situation. Car l'ASK était en bonne position pour s'en sortir, surtout qu'auparavant, elle a réussi à battre l'ASO (1-0), alors que les poulains de Saâdi jouaient carrément le titre de champion d'Algérie. D'ailleurs, Noureddine Saâdi, le coach chélifien, l'avait clairement affirmé: «On a perdu notre titre au Khroub suite à notre défaite contre l'ASK». Jusque-là, les observateurs avaient relevé qu'à domicile l'ASK est vraiment intraitable. C'est pour cette raison que tout le monde est resté dubitatif suite aux deux défaites, décisives au demeurant, concédées face à des équipes concernées directement par la relégation. Du coup, on a affirmé que des joueurs ont «levé le pied». On a même parlé de l'ouverture d'une enquête pour démasquer les «tricheurs». Toujours est-il, l'ASK est reléguée. Elle risque de connaître beaucoup de problèmes du fait que le club est en butte à de sérieux ennuis financiers. Ces trois équipes n'auront certainement pas la tâche facile, eu égard à la présence dans cette Ligue2 de sérieux clients comme l'USM Blida, le MOB, l'USM Annaba, le MO Constantine, l'ASMO, l'ES Mostaganem... Cela sera difficile, surtout si les moyens financiers venaient à se raréfier. Dans l'entourage du NAHD, on parle avec insistance de l'arrivée d'un investisseur espagnol. Dans les cercles nahdistes, on prie pour que cela ne soit pas un épisode analogue à celui du MCA avec Pelicano. Hamid Gharbi

NAHD

a chute
E
n effet, même si les camarades de Abbès développaient un jeu plaisant et de bonne facture, ils n’ont pu remporter la moindre victoire après 17 matches joués. Malgré le travail de qualité effectué par le coach Medjahed, sa bonne volonté et la confiance maintenue en sa personne par les dirigeants du club, il n’a malheureusement pas réussi à redresser la situation, et le Nasria n’a pu de ce fait quitter la peu envieuse place de lanterne rouge. Cette situation a conduit la direction du club à une séparation à l’amiable avec son entraîneur. C’est Saïd Hammouche qui lui succède, sans connaître une meilleure réussite puisque n’ayant pu remporter la moindre victoire. Ne faisant pas mieux que son prédécesseur, il plie bagage au bout d’une poignée de rencontres. Devant une situation chaotique sur le plan des résultats, les responsables nahdistes font cette fois-ci appel à l’enfant terrible d’Hussein-Dey, Chaâbane Merzekane. Même si la messe était pratiquement dite, mathématiquement ce n’était pas encore terminé. Il est vrai que le sauvetage de l’équipe relevait du miracle, mais connaissant le caractère de gagneur et de battant du personnage, rien n’était impossible. L’ex-international, à la chevauchée légendaire, parvient petit à petit à redresser la barre. Le NAHD gagne enfin après 17 matches sans la moindre victoire. Ce qui constitue une première dans les annales du club.

Le Nasria retombe dans ses travers…
Après un retour mérité au sein de l’élite du football national, les Sang et Or reprennent l’ascenseur mais cette fois-ci en sens inverse. Malgré un effectif intéressant et une équipe pratiquant un beau football, le NAHD a raté sa saison.
NAHD, enfant du club connaissant bien la maison, en plus de son savoir-faire prouvé sur le terrain, il a apporté cette touche qui fait la différence. Avec lui, même après que la relégation du club - dont il n’est d’ailleurs pas du tout responsable - , il a fait en sorte que l’équipe continue à jouer le jeu par souci d’éthique sportive mais aussi par respect des couleurs du club. C’est pourquoi l’on s’interroge sur son limogeage juste après la rencontre face à l’USMA. Est-ce logique ? Merzekane a fait savoir qu’il refusait toute logi-que de combine parce qu’il ne mangeait pas de ce pain. Il a au moins la conscience tranquille, celle d’avoir répondu à l’appel du cœur de son club de toujours, au moment où ce dernier se trouvait dans une situation très difficile, où peu d’entraîneurs se bousculaient au portillon. Il a prouvé qu’il n’y a pas mieux que les enfants du club, parmi ses compétences, pour servir le Nasria. «Chaque club a une identité, le NAHD a la sienne. Celui qui ne s’identifie pas ne pourra le servir comme il se doit», dira-t-il. Il est temps que les vrais Nahdistes se mobilisent pour une refonte des structures du club, sur de bonnes bases. Le NAHD doit retrouver sa culture, lui qui a produit les Khedis, Ighil, Madjer, Fergani, Guen-douz, Aït-El-Hocine, Guenoun et beaucoup d’autres talents qui ont marqué le football national. Mohamed-Amine Azzouz

L’écart qui séparait les Sang et Or des équipes qui les devançaient, qui était maintenu à un minimum de 11 points, commençait à se réduire, et, côté nahdiste, on commençait vraiment à y croire. Avec un peu plus de veine, le Nasria aurait pu se sauver cette saison. Il faut bien le dire, l’équipe a aussi souffert du mauvais arbitrage, qui souvent la privait du gain du match. Ce qui est certainn et personne ne trouvera à redire, c’est que la venue de Chaâbane Merzekane a été des plus bénéfiques à l’équipe nahdiste. Tout le monde a regretté néanmoins sa venue tardive. «S’il avait été là un peu plus tôt, le NAHD ne serait pas en Ligue 2». C’est le refrain qui revenait le plus, que ce soit du côté des dirigeants, joueurs ou supporters. Mainte-nant la question qui reste posée est de

savoir pourquoi ce grand club au passé glorieux et connu pour être un vrai vivier de jeunes talents n’est plus ce qu’il était par le passé. Quelles sont, par ailleurs, les raisons ayant conduit le Nasria à la rétrogradation cette saison ? Pour de nombreux Husseindéens fidèles à leur club de toujours, le NAHD souffre tout d’abord de l’absence d’une équipe dirigeante digne de ce nom, capable de donner au club le standing qu’il mérite. Les actuels dirigeants n’ont pas de charisme ni de savoir- faire d’ailleurs. Pour eux, le club doit avant tout être servi par ses vrais enfants parmi les anciens joueurs qui ont fait ses plus belles années, qui sont capables de le mener à bon port. L’exemple de Merzekane est assez poignant. Nourri par la culture et l’histoire du

MCS

une cho1 la saison prochaine pour au moins perMCS ne mérite pas d’évoluer en Ligue face à l’USMA, où pas moins de treize : les incidents ayant émaillé son match poignardé passées à tabac. Abdelkader Laïfaoui, onnes de la délégation usmiste ont été tualité de voir la ain de ce drame déjà, l’éven cupère encore de ses blessures. Au lendem du MCS en Ligue 2 en guise de sanction radation carrément la FAF décréter la rétrog s soient il était arrivé par le passé que des équipe oquée. Et à juste titre d’ailleurs, car sait plus ou le verdict est tombé depuis et il parais dées pour des faits similaires. Bon, es à huis clos et en r une sanction de huit match lément pour le MCS qui s’est vu inflige que l’équit du parcours ? Pas vraiment, dès lors de Saïda. Cela a-t-il influé sur le restan déjà. Mauvais à la relégation dès le mois de mars aïda était un candidat en puissance entravé la paramètres qui ont incontestablement s, succession d’entraîneurs, autant de réellement nantie. «Il y avait de déjà, en matière de talents, n’était pas de l’équipe qui valent pratipar exemple. Les clubs en Algérie se re quelque chose. Jouer le maintien maximum d’hui encore qu’on n’avait pas tiré le nt tous. C’est ce qui me fait croire aujour témoigne Ahmed nue », l’équipe se serait sans doute mainte roupe. Si on l’avait fait, oui qui n’aura de céder sa place au duo Heddane-Za ent dans ani qui a fait une pige au club avant r de la classe, avec 24 points seulem duré que quelques semaines. Dernie ment déclic face . «L’équipe a mal débuté. Il y a eu un celle, le MCS ne pouvait éviter la défaite en enchaînant avec de maintenir cette dynamique K. On aurait pu jouer sur ça. Tenter La démoe. L’équipe a été stoppée dans son élan. es bons matches, mais il y a eu cassur Djoudi chez Karamani qui fut aussi l’assistant d’Aït on était après inévitable», explique du haut du beau stade, comparé à certains clubs 3. Le MCS, qui dispose pourtant d’un . On n’a plus Car derrière, la formation a fait défaut n’a u, n’a pas su jouer sur cet avantage. revenu au club après une pige au Maroc r ni de Hamidi. Ould Taguidi qui est e Segue la tête ailleurs. pour Hediouche qui paraissait avoir hisser le jeu de l’équipe. De même année particus. Tenter de tirer les leçons de cette CS devra donc apprendre de ses erreur et penser à faire contre mauvaise fortune bon cœur ent difficile. Les dirigeants devront r et Hamidi peut encore en former beauà la base, car un club qui a formé Segue struire ession qu’on avait un projet concret. J’avais l’impr d’autres. « Je n’ai pas senti qu’il y sabilité dans t réellement une grosse part de respon au jour le jour. Les dirigeants avaien Amar Benrabah Karamani. Ça résume tout ! hec », conclut

Les raisons d’une chute

AHMED KARAMANI :

“Il manquait un projet solide”

A

hmed Karamani est bien placé pour nous parler du MCS qu’il a coaché un temps. Le technicien qui a réalisé le plus gros succès de l’équipe cette saison (MCS-ASK 6-1) nous décrit ici le fonctionnement du club tout en essayant d’expliquer avec un regard avisé les raisons qui ont conduit le club à la relégation. Témoignage ! Ahmed Karamani, vous cumulez un passage sur le banc du MCS cet hiver, vous avez donc eu le temps de mettre le nez au moteur pour voir ce qui ne va pas. Avec le recul, êtes-vous surpris de voir le MCS rétrograder ? Non, ce n’est pas une surprise. C’était une suite logique des événements. Il y avait tout ce qu’il fallait pour se maintenir. L’équipe a mal débuté et elle n’a jamais réellement réussi à redresser la barre. La chute était du coup inévitable ! Qu’est-ce qui a manqué au MCS pour durer en Ligue 1 ? Il n’y avait pas une bonne gestion. Il manquait des idées, un projet solide. Il n’y avait aucune cohérence dans ce qui se faisait. J’ai constaté qu’il y avait aussi un fossé entre la direction et les joueurs. A un moment donné, ceux-ci n’en faisaient qu’à leur tête. C’est donc mérité ? Oui ! Un club qui manque de bases solides, qui n’a pas de projet réel et à long terme, ne fait que passer. On ne peut prétendre à mieux lorsqu’on sait qu’on n’a

joué les premiers rôles, mais c’est une équipe qui avait sa place dans le ventre mou du tableau. Vous dites-vous que «j’aurais pu faire quelque chose» ? Oui, oui. J’aurais pu. C’était ma mission. Il y avait quelque chose à faire. Il y avait du répondant. Les joueurs réagissaient positivement. La preuve, face au Khroub, ils ont capté mon message. Il y a eu une réaction d’orgueil. L’équipe avait réalisé son plus gros score (6-1). On aurait pu jouer sur ça. Des déclics du genre, il n’y en a qu’un ou deux dans la saison. C’était sur ça qu’il fallait jouer en tentant de maintenir la dynamique. Mais, malheureusement, on ne l’a pas fait. Il y a eu une autre cassure. Il fallait tout reprendre à zéro, mais ça ne s’est pas fait. Comment avez-vous réagi à ce qui s’est passé lors du match MCS-USMA ? J’étais choqué. Ça ne correspondait pas à la mentalité locale. A Saïda, les gens sont très sympas. Il faut que l’entraîneur parle. Le président aussi avait un rôle à jouer. Il fallait employer un langage positif à même de mobiliser tout le monde dans un bon état d’esprit. Cela ne concernait pas que les joueurs, mais aussi les supporters. Ils avaient besoin d’entendre un discours positif. Mais on ne leur a pas parlé. Du coup, il s’est passé ce qui s’est passé… Entretien réalisé par A. B.

pas mis les moyens qu’il faut dans le projet qu’il faut. Techniquement, le MCS pouvait-il prétendre au maintien ? Techniquement, c’est une équipe qui mérite de jouer au moins le maintien. Elle n’a pas les moyens de jouer les premiers rôles. Mais au moins jouer le bas du tableau. Comme en Algérie, la plupart des équipes se valent, le MCS aurait sincèrement pu faire son trou. Je ne dis pas qu’elle aurait

Lundi 28 Mai 2012

24

ion élect S

Télévision
Canal Algérie
11h00 : Canal foot ''rediff'' 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Dhil imra'a (02) 14h40 : Rahalat bahria (08) 15h20 : Ali oua ali yedi oua ali ma yedich 16h35 : Heidi (26) 17h00 : Qaher el bihar (39) 17h30 : Nadi el fouroussia II (03) 18h00 : Journal en tamazight 18h25 : Mawid maa el qadar (07) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Agenda culturel 20h00 : Journal en arabe 21h00 : Questions d'actu (direct) 22h00 : Scout musulman et la révolution algérienne 23h00 : festival international de la musique abdalouse 00h00 : Journal en arabe

EL MOUDJAHID

Programme d’aujourd’hui
TV5
11:30 Petits déballages entre amis : L'enquête 12:00 Une brique dans le ventre 12:30 Le journal de la RTBF 13:00 Cousinades - Ils dansent : Comédie musicale avec Geneviève Dorion-Coupal 13:45 Cousinades - CROM : Technique Japonaise 14:10 Cousinades - CROM : Un point de côté 14:40 Cousinades - Photos sévices 15:00 TV5 monde, le journal 15:25 Questions pour un champion 16:00 Abdelkrim et la guerre du RIF 17:00 TV5 monde, le journal 17:40 Petits déballages entre amis : Le doute 18:05 Les escapades de Petitnaud 18:30 Tout le monde veut prendre sa place 19:30 Le journal de France 2 20:00 La bataille du rail 21:25 TV5 monde, le journal 22:10 Temps présent : Ma villa de rêve au Sénégal 23:05 TV5 monde, le journal - Afrique 23:45 Sa vie à l'attendre 00:15 Arte reportage 01:10 Le dessous des cartes : SudSoudan : un nouvel État en Afrique 01:30 D'est en Ouest : Manitoba

TF1

23h35

Prison Break : Le mieux est de fuir
Réalisateur : Bobby Roth. Avec : Wentworth Miller (Michael Scofield), Dominic Purcell (Lincoln Burrows), Sarah Wayne Callies (Dr. Sara Tancredi), William Fichtner (Agent Alexander Mahone), Amaury Nolasco (Fernando Sucre). Le général mobilise ses équipes pour récupérer Scylla, maintenant aux mains de Michael. En remettant l'objet à l'agent Self, il ne s'attendait pas à ce que celui-ci joue double jeu et disparaisse. Michael et son équipe ont rendez-vous avec le FBI mais les négociations échouent. Face à une telle confusion, tout le monde prend la fuite...

Incroyables expériences
19h35
Présentateur : Jamy Gourmaud, Nathalie Simon. Réalisateur: Fred Talfumière. Ce nouveau numéro apporte des réponses, des explications, à certains phénomènes scientifiques ou physiques, à l'aide d'expérimentations inédites, effectuées en plateau, grandeur nature, et en extérieur par Jamy Gourmaud. Tout au long de la soirée, des personnalités s'affrontent autour des questions de Nathalie Simon relatives aux expériences. Chaque démonstration apportera, de façon ludique et divertissante, son lot de vraies découvertes. Quelques exemples d'expériences réalisées : Comment fonctionne le boomerang ? Que se passe-t-il lorsqu'un hélico est privé d'air ? - Comment faire fuir un tonneau sans le percer ? - Qui est qui entre le crapaud et la grenouille ?

12:00 Journal 12:40 Petits plats en équilibre 12:55 Miss FBI : divinement armée 15:05 L'amour sans préavis 17:10 Secret Story 18:05 Money Drop 19:00 Journal 19:30 Mon assiette santé 19:50 Camping Paradis : Mamans en grève ! 21:40 Esprits criminels : Jeu de hasard 22:25 Esprits criminels : ... Ou jeu de dupe 23:15 Esprits criminels : De l'autre côté 00:10 Au Field de la nuit 01:20 Sept à huit 02:55 Jardins secrets : Un bébé pour Noël

ARTE
09:50 Berlin, symphonie d'une grande ville 10:55 Entr'acte 11:10 In The Street 11:40 Fantômes du matin 12:00 La jetée 12:35 Tout vient du noir et se perd dans le blanc 13:30 Ulysse 13:55 Mon père a 100 ans 14:15 Le philatéliste 14:20 Combat des reines 15:40 Morocco 17:15 À quoi rêvent les machines à laver ? 17:45 Coffee and Cigarettes : Somewhere in California 18:00 La baleine blanche 19:05 À quoi songent les déesses noires 19:40 The Barber 21:30 Let's Get Lost 23:25 Tout vient du noir et se perd dans le blanc 00:20 Concours Arte Creative : Court-métrages noir et blanc issus de la compétition online 00:40 Looking for Langston 01:25 Dream Work 01:35 Celui qui déterre la belladone 02:15 Metropolis

FRANCE 2
11:00 Tout le monde veut prendre sa place 12:00 Journal 12:55 Campagne officielle pour les élections législatives : Premier tour 14:05 Internationaux de France à Roland-Garros 17:45 Côté match 18:00 N'oubliez pas les paroles 18:45 Mon rêve, ma médaille 19:00 Journal 19:35 Image du jour : Internationaux de Roland-Garros 19:50 Cold Case : affaires classées : Dans la ligne de mire 20:40 Cold Case : affaires classées : Fight Club 21:25 Cold Case : affaires classées : Noir total 22:10 Un jour, un destin : Romy Schneider, derniers secrets 00:00 L'enfer d'Henri-Georges Clouzot

0 19h5

Camping Paradis : Mamans en grève !

FRANCE 3
11:25 Journal national 12:00 13h avec vous 12:45 En course sur France 3 13:05 Zorro : Garcia accusé 13:35 Pendez-les haut et court 15:35 Slam 16:20 Des chiffres et des lettres 16:55 Campagne officielle pour les élections législatives 17:10 Questions pour un champion 18:30 Journal national 19:00 Tout le sport 19:10 Plus belle la vie 19:35 Incroyables expériences 21:50 Soir 3 22:20 L'avocat du diable 23:31 Un village sans dimanche 00:20 Les grands du rire 01:50 Plus belle la vie 02:20 Planète gourmande

Réalisateur: Philippe Proteau. Avec : Laurent Ournac (Tom Delormes), Princess Erika (Rosy), Thierry Heckendorn (André), Patrick Guérineau (Xavier), Géraldine Lapalus (Amandine). Cet été, c'est la saison des surprises au Camping Paradis. Tom et son équipe doivent prêter main forte à Fabrice et Antoine, deux habitués que leurs femmes viennent de «planter» du jour au lendemain. Aux papas désormais de prendre en charge les tâches ménagères et de gérer les cinq enfants ! Tom s'improvise babysitter de secours tout en tentant d'aider Séverine à résoudre son dilemme : doitelle avouer à Julien, qui organise des croisières au camping.

CANAL +
09:15 Rencontres de cinéma 09:40 Minuit à Paris 11:10 Les Guignols de l'info 11:20 La nouvelle édition 13:00 De l'eau pour les éléphants 15:00 Les Guignols : l'intégrale 15:40 Les Tuche 17:15 Les Simpson : Moe nia Lisa 17:40 Le JT 18:10 Le grand journal 19:10 Le petit journal 19:55 Spécial investigation : La folie des régimes 21:30 La conquête

M6
10:50 Desperate Housewives : L'humiliation 11:45 Le 12.45 12:00 Scènes de ménages 12:45 Ma maison est la plus originale de France 14:00 Ma maison est la plus originale de France 15:10 Ma maison est la plus originale de France 16:40 Un dîner presque parfait 17:45 100 % mag 18:45 Le 19.45 19:05 Scènes de ménages 19:50 L'inventeur 2012 22:00 Les inventeurs du business : Ces Français qui ont des idées 23:35 Prison Break : Le mieux est de fuir 00:20 Prison Break : L'offre et la demande 01:05 M6 Music 02:05 Les nuits de M6

The Barber
19h40
Réalisateur: Joel Coen. Avec:Billy Bob Thornton (Ed), Frances McDormand (Doris), Michael Badalucco (Frank), James Gandolfini (Big Dave), Scarlett Johansson (Birdy Abundas). Santa Rosa, une petite ville du nord de la Californie, à la fin des années 1940. Ed Crane est coiffeur dans le salon de son beau-frère Frank. La cigarette perpétuellement vissée aux lèvres, Ed mène une existence morne et sans relief. Son épouse, Doris, entretient une liaison avec Big Dave Brewster, le patron du magasin où elle travaille. Lorsqu'un client de passage lui fait entrevoir la possibilité de changer de vie en investissant dans une entreprise de nettoyage à sec, cet homme laconique et effacé prend une décision risquée : faire chanter Big Dave, marié à une riche héritière...

FRANCE 5
11:05 Zouzous 12:35 Le magazine de la santé 13:35 Allô, docteurs 14:07 La minute des aidants 14:10 Echo et les éléphants d'Amboseli : Les premiers pas d'Evaline 14:55 La revanche des pâtissiers 16:30 C à dire ?! 16:45 C dans l'air 18:00 C à vous 19:00 Entrée libre 19:25 C à vous, la suite 19:36 Napoléon 21:25 C dans l'air 22:35 Avis de sorties 22:45 Planète insolite : A l'ouest du Texas 23:35 Habiter en 2040 00:30 Chasseurs d'éclipses 01:20 Enquête d'art : Le festin d'Hérode de Donatello 02:00 nuit France 5 04:30 C dans l'air

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Détente
Mots FLECHES
Nº 3795
8 9 10
NE VEUT RIEN SAVOIR CHOISIE EMBOUREMENT

25

Page animée par Mourad Bouchemla

Mots CROISES
Nº 3795

1
I II III IV V VI VII VII I IX X

2

3

4

5

6

7

EN PULL EN MODE ABUSER SÛRETÉ HOMME DE FOI RUTILER SE RENDRA PRINCE EN ARABIE FIGURINE DE CRÈCHE PREMIÈRE NOUVELLE PAS DE LÀ JAUNISSE

Définitions
HORIZONTALEMENT I- Qui produit. II- Poète moyenageux. III- Un saule - Période. IV- Chemin de Halage - Unité roumaine - Conifères. V- Aluminium Fond trouble. VI- Aller en mer - Dissimulé - Sûrement. VII- Il désigne - Une déchirure. VIII- protège du gel - Drame japonais. IX- Manière d’orienter les opinions. X- Crochet - Commémorée. VERTICALEMENT 1- Tige rampante - N’est pas brune au pub. 2- Anneau de marin Mène queleque part. 3 Sans voix - Irritas. 4 Petite voie - Poème. 5 Cours d’Espagne - N’accomplit pas. 6 Possessif - Vu en rivière - Dans le refus. 7 Ex. Etat - Témoigne. 8 Produire des ions - A prendre en haut. 9 Cuivre - Un coup bas. 10 Ont traversé les civilisations - Rejette l’eau en eau.
PLANTS POSSESSIF GRAND PÈRE

ETOFFE NATURELLE JOYEUX MOYEN DE DÉFENSE BEAUCOUP BARRE MARCHANDISE SUR LE PONT EN DÉBUT D’ATTENTE POÈME BARRE DE FERMETURE RAYON NOTE RÉGULIER EN CAGE ARMÉES DE SERVICE

SOLUTION DES MOTS CROISES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7 8
S E C R E T R I C E
T R O U B A D O U R

FRUIT EXOTIQUE RÉPÉTITION D’UN SON VOYELLE DOUBLE

EVALUATION EN POSTE POISSON POSSESSIF

O S L E
O

I E R
L E I
A L

A N I
V A S E

E F S

Grille
Turbidité batifoler Vélomoteur Dépuration Coupecoupe Raisonneur Impénitent Garde-pêche Scapulaire Audibilité Esquimau Longue-vue Phénomène Aquitain Débraille Eclairage Accrocher Magistral Léniniste Sincérité Pagayeur Quilleur Mortalité Exhausser Lendemain Paneterie Régenter Colorier Follement Echaudoir

Nº 3795
Rivalité Epluchage Astéroïde Adiposité Ecrémeuse Entrepont Carrousel Décadence Délaisser Concourir Armadille Batardeau Endormant
G E T I D I B R U T E U V E U G N O L G R U R F V E L O M O T E U R D A L P E L I A E O D E P U R A T I O N E C E A T E R E G L C O U P E C O U P E B C N G I N U D E L R A I S O N N E U R R R I A L D

Mot CACHÉ
O R N E O E A A E E C D D I A O N Y A E C A T M R P S D C N A E E A I C I E T M N T E E I L T I R T R C L Q L H S U R A O A R N V U E P E R R A A U L E T R O I C B I T A C R O M E O D I I E R E L M N E T B E L H O S E P U E S T E M S A R P L N C C I A I I U O S N S A C A I Q E A L A O H T G D T S N E C E I L G N U S N I M L A E E E E E T L E R N A I C I S E D R O U U E S Q U I M A U L I S E L U T A O R D I M P E N I T E N T R T R L A E M D I O G A R D E P E C H E A R I E H R R N E I S C A P U L A I R E G A T U X I A E R R A U D I B I L I T E E L E R E E R R E L O F I T A B E N E M O N E H P E

N A G E R
C A A C C O T

C E L E U N O

A C C R O C

9 10 E S S E

L E A D E R S H I P F E T E E

SOLUTION DES MOTS FLECHES L 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7

S O U R D E L U E E N L I S E M E N T A T T I G E R M O

I R A I M A N A A N T O N L I N S

C G T A D C A O T E P O N T E E 8 E P A R L A S E R 9 P E S E L E T T R E S A R S E S 10 E E

BARBOUILLAGE

SOLUTION PRÉCÉDENTE : GARGOUILLANT

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Culture

29

LE CRASC D’ORAN PLANCHE SUR L’ARCHIVISTIQUE EN ALGÉRIE

Dépoussiérer pour mieux aérer la gestion
Le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran organise, les 29 et 30 mai, un séminaire national intitulé «L’archivistique en Algérie : enseignement, recherches et pratiques», animé par d’éminents spécialistes. Avant-goût...

Q

uel sort est donc réservé en Algérie à la fonction d’archiviste ? Existe-t-elle avec son incontournable pendant, un véritable statut ? Au-delà des lieux communs accolés à ce métier pas tout à fait comme les autres, cette fonction est pourtant a priori tout simplement vitale. Car archiver, sérier, inventorier et classer des pans entiers de l’histoire dans son acception la plus extensive relève, sans conteste, d’une action de salubrité publique. Et d’un acte de gestion qui vaut son pesant d’or. A cet effet, Didouche Mourad eut en son temps une réflexion prémonitoire « Si on venait à mourir, préservez nos mémoires ». Et il s’agit bel et bien ici de conserver la mémoire collective, la mettre à l’abri de toute dégradation et physique et morale. Physiquement les choses ont évolué depuis en ce qu’il est possible aujourd’hui, les nouvelles technologies de communication aidant, du fameux carbone 14 aux microfilms d’investir dans la durée et la pérennité de documents réputés précieux pour cette même mémoire collective. Moralement il s’impose à tous et en particulier à ceux en charge de dépoussiérer l’histoire pour mieux comprendre le présent notamment, un devoir de mémoire. Ceci outre l’aspect purement pratique et pédagogique dans la mesure où étudiants

et chercheurs par exemple ont besoin de cet outil pour faire le point sur tel ou tel aspect de la trajectoire humaine, vérifier la conformité des dates aux faits sinon aux événe-

ments projetés. En tout cas aujourd’hui à travers ce séminaire qui a pour vocation principale d’explorer quelques pistes à même de contribuer à mieux cerner la problématique

archivistique à la lumière des différents exposés proposés par les experts invités à ce « symposium », deux journées durant. Bien entendu on ne pourra que déplorer sans incriminer qui que ce soit par ailleurs cette absence fort préjudiciable de « culture archivistique » qui nous aurait épargné bien des désagréments dus à une déperdition de documents de grande valeur qui plus est. Non point de manière gratuite et méchante mais tout bonnement parce que l’archiviste emprunte davantage à l’empirisme plus communément appelé « la formation sur le tas » qu’au professionnalisme source de plus d’assurance, de concision, de rigueur et corollaire immédiat du nécessaire savoir-faire. Et à l’heure de la mise à niveau qui ambitionne de toucher l’ensemble des secteurs d’activité nationale, ce séminaire vient ainsi à point nommé « remettre un peu d’ordre dans la baraque » et, partant, les esprits pour les mettre au « diapason des nouvelles réalités archivistiques ». Voilà donc n’est-ce pas un séminaire qui apportera, sans conteste, de la ressource aux ressources humaines tenues par l’obligation de résultats dans le cadre de la désormais incontournable politique de mise à niveau... Amar Zentar

FESTIVAL CULTUREL EUROPÉEN CONCERT DU DUO MOKUSO

FONDATION CASBAH

Voyage musical sans frontières

Hommage à Bachir Hadj Ali

L

’originalité, l’exception, le talent et l’émotion provenant d’une musique à la fois traditionnelle et contemporaine étaient au rendez-vous d’un public algérois, particulièrement curieux et ravi. Le concert offert par le duo Italien « Mokuso », à la salle Ibn Zeydoun de Riad El Feth ne l’a pas déçu. Et pour cause. Grâce à une interprétation amplement maitrisée, le groupe a dédié aux spectateurs des moments de communions, d’échanges, d’ouverture et de découverte pour partager un printemps aux couleurs des cultures sans frontières. Dans sa richesse et sa diversité, la musique variée et chatoyante, où se mêlaient des thématiques et s’entremêle tout un florilège de sons. Le duo Mokuso est formé de deux jeunes guitaristes Sara Rozzi et Emidio Alfano. Ils ont étudié en Italie avec Claudio Piastra à l’Institut de musique Achille Péri. Diplôme en main, ils se sont orientés, grâce à une bourse d’études, d’Augusto Rio, en tant qu’étudiants diplômés. Par la suite ils obtiennent le diplôme de haute spécialisation avec le maestro Aniello Desiderio. Ils ont décidé de jouer ensemble de la guitare depuis cinq ans. Ils ont pris ce choix parce que la guitare pour eux est l’instrument le plus adéquat et le plus original. « C’est un instrument très intime. Quand il est très proche du ventre il n’y a pas d’artifice entre les cordes et les doigts. Au

L

Ph. Louiza

moment de jouer on sent la vibration dans notre peau. La guitare est aussi un instrument adapté à toutes les musiques » nous déclare Emidio tout en ajoutant qu’il n’ « y a pas plus belle qu’une guitare ». Ils ont présenté un riche programme musical international en proposant un voyage idéal dans l’histoire contemporaine et géographique de la renaissance à nos jours, en deux parties. La première partie concerne trois pays européens. il s’agit de l’Angleterre avec Robert Johnson dans « une pièce sans titre » , l’Italie avec Domenico Scarlatti Sonate « Pastorale » et la France avec Antoine de Lhoye « duo concertant » op.31 n. 3, « Allegro Agitato », « Romance », « Andante Sostenuto », « rondo », « poco vivace », avant de marquer une petite pause et de reprendre avec la deuxième partie dédiée aux grands artistes de l’Amérique Latine en l’occurrence celui de L’Argentin George Cardoso dont « Milonga », suivi d’autres

titres en hommage au grand artiste Norvégien Edvard Grieg tel que « lyrical Pieces », « Arietta », « Waltz », « fairy dance », « folk Song », « national Song ». Pour rejoindre en fin le Brésil Avec le morceau de Sergio Asad « Farewell ». Le public a eu l’occasion d’apprécier différente sonorités classiques rigoureuses, évocatrices venant de différents compositeurs européens et américains. Il était transporté dans cet univers musical exquis présenté par le duo « Mokuso », deux merveilleux instrumentistes, Emidio Alfano et Sara Rozzi. Un public qui aime la guitare, une salle agréable, intime avec cerise sur le gâteau, un programme à vous faire voyager dans les vastes contrées musicales. Un spectacle qui valait la peine d’être suivi sans modération et l’auditoire fut bien content d’avoir passé une soirée à la fois agréable mais aussi instructive et pourquoi pas ludique. Kafia Ait Allouache

a Fondation Casbah a organisé samedi à Alger une rencontre sur l’œuvre poétique, largement inspirée du patrimoine musical algérien et marquée par l'espace citadin, de Bachir Hadj Ali. Lors d'une conférence animée par M Abdelkrim Meziani, vice-président de la fondation et de l'universitaire et écrivain Mme Yamilé Haraoui-Ghebalou au côté de M. Belkacem Babaci qui préside la fondation, la conférence a été l'occasion d'une évocation du parcours politique et poétique de l'enfant de la Casbah que fut Bachir Hadj Ali. A travers une exploration des travaux sur la musique citadine algéroise de Bachir Hadj Ali, les conférenciers ont mis en exergue la présence dans les « rythmes vivants » de ses poèmes, de la culture populaire algéroise, symbolisée par le chaabi, mais aussi de cultures musicales populaires étrangères, comme le jazz, le blues ou le reggae. Les intervenants ont aussi souligné le caractère précurseur de l’œuvre du poète en comparaison avec des théories critiques récentes, notamment celles ayant trait au bilinguisme ou à la «déconstruction» culturelle. Abdelkrim Meziani a rappelé, pour sa part, le « rôle primordial » joué par le poète et militant communiste dans la « prise de conscience nationale » qui a conduit le peuple algérien à se libérer, rappelant que les travaux de Bachir Hadj Ali sur la musique ont permis « d'apporter au sein du parti communiste algérien une dimension humaine, plus ancrée dans la société ». Le plus grand mérite de Bachir Hadj Ali, reste, selon l'orateur, « d'avoir fait accéder la musique populaire algérienne » à l'universalité par ses études techniques. Il illustre son propos en citant un texte de la revue française « Nouvelle critique », paru en pleine guerre de libération et dans lequel le poète voyait dans la « sauvegarde de notre patrimoine l'un des plus grands enjeux de cette guerre », qualifiant chaque manifestation de la culture populaire algérienne, notamment les concerts radiophoniques de chaabi, « un coup asséné à la thèse ”Algérie : néant avant 1830”», ainsi que l'a rappelé M. Meziani. Yamilé Haraoui-Ghebalou a mis en évidence le « travail plus profond que

l'on ne pense » de Bachir Hadj Ali, relevant sa « compréhension très fine du terroir » qui se traduit selon elle, dans les « rythmes vivants » et « rhizomatiques » de sa poésie, le dernier concept étant emprunté aux philosophes français Gilles Deleuze et Félix Guatari signifiant la présence multiple et simultanée de plusieurs référents culturels. C'est justement cette pluralité et ces «passerelles culturelles» qu'a voulu analyser l'universitaire. La poésie de Bachir Hadj Ali, bien qu'en langue française, traverse «plusieurs espaces culturels». Le poète est en ce sens, « fidèle à la mémoire de la Casbah », un lieu où différentes populations se sont mélangées en s'appropriant et en développant une culture inédite et riche, résume l'écrivaine. Les rythmes présents dans la poésie de Hadj Ali témoignent d'une connaissance « des rythmes propres » à la culture algérienne. Ce qui place « le poète dans sa société », selon l'intervenante pour qui cette position d'«ouverture» et de « modernité » fait que Bachir Hadj Ali a opéré une « critique au sens positif » des éléments culturels, traduite par « son engagement » à donner une dimension universelle à la culture populaire algérienne. L'intérêt porté par le poète à d'autres musiques, comme le jazz ou le blues sont une illustration de cette volonté d'ouverture, affirme l'écrivaine. Selon elle, ces éléments font de Bachir Hadj Ali un « poète citadin », c'est-à-dire un homme « engagé » dans la cité, espace moderne par excellence, car, conclut-elle, « être un homme de culture, c'est être un militant ». Bachir Hadj Ali est né le 10 décembre 1920 à la Casbah d'Alger. Dirigeant du Parti communiste algérien (Pca), il est en 1948 rédacteur en chef du journal Liberté, organe du même parti. Après l'indépendance, il est aux côtés de Mouloud Mammeri, Jean Sénac et Mouloud Bourboune, un des fondateurs de l'Union des écrivains algériens qu'il quittera en 1963. Il meurt à Alger le 8 mai 1991. Egalement poète, Bachir Hadj Ali est l'auteur de plusieurs essais sur la musique algérienne dont « Caractéristiques et perspectives de la musique algérienne » « El Anka et la tradition chaabie ».

Lundi 28 Mai 2012

30
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du lundi 7 Rajeb 1433 correspondant au 28 mai 2012 :
- Dohr.........…............12h45 - Asr............................16h36 - Maghreb.................. 20h02 - Icha……...…….......21h39 mardi 8 Rajeb 1433 correspondant au 29 mai 2012 : -Fedjr....................03h44 - Chourouk................05h31
Contrôle Technique de la Construction

Vie pratique
AVIS D’INFRUCTUOSITE
Conformément aux dispositions légales et réglementaires, notamment le cahier des charges portant avis d’appel d’offres national pour l’acquisition de vingt-neuf (29) véhicules de tourisme pour les besoins de la mission de Contrôle Technique, paru sur les quotidiens : - Annasr le 17 avril 2012 ; - El Moudjahid le 17 avril 2012 Aucun soumissionnaire pour le lot n°01 Les soumissionnaires pour le lot n°02 n’ont pas atteint la note technique exigée dans le cahier des charges. Le CTC-Est déclare l’avis d’appel d’offres national pour l’acquisition de vingt-neuf (29) véhicules de tourisme pour les besoins de la mission de Contrôle Technique infructueux.
El Moudjahid/Pub du 28/05/2012

EL MOUDJAHID

Félicitations
Après plus de 35 ans de solitude, notre ami Fayçal a enfin mis un terme à son célibat ; il était temps de répandre la joie dans le cœur de tes parents et de toute la famille BAALI de Bologhine. En attendant une ribambelle d’enfants, tes amis du quartier Pigeonnier de St Eugène, à leur tête Tahar et Islam, te souhaitent tout le bonheur de la vie.

Décès
La famille LAMRI a l’immense douleur de faire part du décès de son cher LAMRI Rebaï (ancien moudjahed) survenu le 22 mai 2012 à Tébessa à l’âge de 78 ans. Que Dieu le Tout-Puissant l’accueille dans Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Sainte Miséricorde. ——0o0—— La famille Melaïne, parents et alliés, a la douleur de faire part du décès de son très cher et regretté Yacine rappelé à Dieu le jeudi 24 mai 2012, à Liverpool (Angleterre) Le défunt a été inhumé le lendemain vendredi 25 mai 2012, dans la même ville. Que Dieu le Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l’accueille dans Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

CONDOLÉANCES
«Le militant, ancien moudjahed, Christian BUONO, est décédé à Paris. L’ancien instituteur et directeur d’école, à Makouda et à la Cité La Montagne, s’en est allé. Très attristé, Youcef MENTALECHETA présente à la famille, aux compagnons de lutte, amis et camarades du défunt, ses condoléances les plus sincères. Repose en paix, Christan»
El Moudjahid/Pub du 28/05/2012

CAPITAL SOCIAL : 894.950.000 DA
Adresse : Avenue de l’Afrique BP 1021 - ANNABA DIRECTION GENERALE Tél. : 038.83.60.78 Fax : 038.83.61.87 038.84.45.21 038.84.44.57 038.84.70.93 E-mail : info@gth-group.com Site Web : www.gth-group.com

Pensée
Une année déjà, le 25 mai 2011, est passée depuis la disparition de notre cher et regretté BOUALEM. En cette douloureuse occasion, la famille RAKI et ses proches, demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé pour ses qualités humaines d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
——0o0—— Papa... Un mot que je suis privé de prononcer à jamais depuis le 14 avril 2012, jour où tu nous a quittés sans dire un mot. On m’a dit que la douleur disparaît avec le temps, pour moi, hélas ce n’est pas le cas, car rien ni personne ne peut combler le vide que tu as laissé. En cette pénible circonstance, ta fille unique, tes petits-enfants, ta sœur et toute la famille DEBBACHI demandent à tous ceux qui t’ont connu d’avoir une pieuse pensée à ta mémoire. Puisse Dieu le Tout-Puissant t’accueillir en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub du 28/05/2012

Avis d’attribution provisoire
L’Entreprise Nationale de Réalisation Générale des Travaux Hydrauliques -GTH- informe les soumissionnaires, ayant participé à la consultation n°02/GTH/2012 portant acquisition de tuyaux en PEHD et accessoires, que la commission d’évaluation des offres a attribué le marché provisoirement à :

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

Fournisseur SARL K-PLAST Sétif

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Montant de la soumission après correction 419 678 747,83 DA

Délai de livraison 02 mois

Observation Soumissionnaire qualifié techniquement et offre financière moins-disante

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

En application de la réglementation en vigueur, tout soumissionnaire contestant le choix provisoire peut introduire un recours auprès de la commission des marchés compétente dans les dix (10) jours qui suivent la première parution de l’avis d’attribution provisoire du marché.

El Moudjahid/Pub

ANEP 3050 du 28/05/2012

FONDATION SONATRACH TASSILI

Assemblée Générale Ordinaire
Les membres de la Fondation Sonatrach Tassili sont informés de la tenue de l’Assemblée Générale Ordinaire, le Lundi 02 juillet 2012 à 9h00 au siège de la Direction Générale de Sonatrach, sis Chemin Djenane El Malik, Hydra - Alger. Ordre du jour : -Présentation du bilan moral et financier de la Fondation. - Renouvellement des membres du Bureau. Cet avis tient lieu convocation
El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

ANEP 302205 du 28/05/2012

REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L’ENVIRONNEMENT DIRECTION DE L’ADMINISTRATION ET DES MOYENS

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ Appel d’offres national et international restreint
N°29/12
Le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement informe que l’appel d’offres national et international restreint N°29/12 ayant pour objet : «Suivi et contrôle des travaux de fermeture et de réhabilitation de la décharge de ZEF ZEF, wilaya de Skikda», est déclaré infructueux.
El Moudjahid/Pub

ANEP 920707 du 28/05/2012

ANEP 915840 du 28/05/2012

Lundi 28 Mai 2012

EL MOUDJAHID

Société
CRIMINALITÉ

31

HYGIÈNE DANS LES RESTAURANTS

Bon appétit !
Les agents de contrôle de la DCP interviendront désormais avec des valisettes équipées.

L’association Lever de soleil de demain sur le terrain
Créée il y a deux ans, l’association Lever de soleil de demain de Boumerdès se distingue parmi tant d’autres acteurs du mouvement associatif.

D

es produits alimentaires conservés dans des conditions lamentables, des cafards qui circulent librement dans les cuisines, des employés dont les tenues sont extrêmement sales et qui ne songent même pas à se laver les mains avant de préparer ou de servir les repas, des m’hadjeb préparées et vendues à même les trottoirs, de la chawarma exposée à l’extérieur des locaux… Ce sont-là quelques images d’un décor répugnant qui marque la restauration dans certain d’Alger. L’hygiène et la santé des consommateurs constituent, en effet, le dernier souci des restaurateurs qui parviennent, en dépit de ces graves défaillances, à réaliser de gros bénéfices. L’affluence nombreuse d’une clientèle peu soucieuse des conditions d’hygiène encourage, il faut le souligner, ces commerçants à persévérer dans leurs pratiques malveillantes. L’affluence de la clientèle est telle qu’on consacre tout le temps à la préparation et la vente, et ce, au détriment du nettoyage. Malheureusement, ces restaurants restent la destination préférée de bon nombre de personnes, jeunes et moins jeunes. Cela n’est, bien évidemment, pas sans conséquence car plusieurs cas d’intoxication alimentaire sont enregistrés, notamment en été. Les enfants et les personnes âgées sont les plus exposés à ce risque. Les grandes chaleurs de la période estivale et le non-respect des mesures d’hygiène dans la préparation des plats par les propriétaires des restaurants, fast-foods, pizzerias et gargotes, sont essentiellement à l’origine de ces intoxications alimentaires. Le non-respect des conditions d’hygiène et de conditionnement de certains produits, notamment les viandes, sont ainsi à l’origine de 28% des intoxications alimen-

L
taires. La chaleur et l’humidité favorisent la prolifération des bactéries, germes ou microbes. Idem pour le non respect de la chaîne de froid, qui peut provoquer une contamination par des micro-organismes pathogènes. Cette situation, dont le citoyen est la seule victime, est due essentiellement au manque énorme des mécanismes de contrôle et de régulation mais aussi au manque de culture de consommation des Algériens. Pourtant, la législation est claire concernant l’exploitation d’un restaurant ou d’un fast-food. Le lieu doit être aménagé de manière à le rendre accueillant, chaleureux, convivial, confortable, avec une température ambiante, agréable, une ventilation et un éclairage efficaces. Dans ce sens la direction du commerce a présenté un guide sur l’hygiène et la restauration collective indiquant toutes les consignes à suivre pour éviter les risques d’intoxication alimentaire au sein des résidences universitaires. Ce guide contient une série de consignes lesquelles doivent impérativement être suivies à la lettre, de l’étape de l’achat des matières jusqu’à leur transformation en plat prêt à consommer. Un guide et une législation laissés aux oubliettes en l’absence d’un contrôle drastique et plus rigoureux. Pour cette saison A l'approche de la saison estivale, la Direction du contrôle des prix (DCP) d'Alger se prépare à mettre en œuvre un programme d'action élaboré par sa tutelle, le ministère du Commerce. Ce programme couvre également le mois du Ramadhan. Pour la DCP, il s'agit de faire face aux aléas de la densification de l'activité commerciale durant ces deux périodes avec tout ce que cela implique comme multiplication des commerces informels et des risques sanitaires. Selon un cadre de la DCP, l'objectif est de réduire les risques alimentaires, sécuriser les produits, réduire le commerce informel, assainir le commerce extérieur, faire respecter la concurrence et surtout contrôler les prix des produits de large consommation. Pour la première fois les agents de contrôle interviendront munis de valisettes équipées tels des laboratoires d’analyse et feront presque le même travail en instantanée. Ainsi donc, l’eau, les huiles de friture, les viandes , les mayonnaises, les ketchup… seront analysés sur place et les résultats seront connus immédiatement ce qui permettra de sanctionner sur le champs ces contrevenants. Toutefois, ces valisettes seront-elles en nombre suffisant pour pouvoir contrôler tous les restaurants n fast-food et autres pizzeria de la capitale ? Et les sanctions tomberont-elles réellement immédiatement après le constat de la défaillance ? Attendons pour voir. Farida Larbi

MORTALITÉ DES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS EN ALGÉRIE

Réduction de moitié en 20 ans, selon l’ONS

L

e niveau de mortalité des enfants de moins de cinq ans (infanto-juvénile) en Algérie a été réduit de moitié passant de 55,7 pour mille naissances vivantes en 1990 à 26,8 pour mille en 2011, grâce aux progrès réalisés en matière de protection maternelle et infantile, selon les données de l'Office national des statistiques (ONS). L'Office précise que cette indicateur a connu une baisse « importante et constante », passant de 55,7 pour mille naissance en 1990 à 43 pour mille (2000), 30,8 pour mille (2007), 29,7 pour mille (2008) pour atteindre 27,5 pour mille en 2010 et 26,8 l'année dernière. Cet indicateur, qui constitue l'un des huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) de l'ONU, a connu une baisse « remarquable » durant les vingt dernières années, ce qui place l'Algérie sur la voie des pays pouvant atteindre ces objectifs tracés en 2000 par l'assemblée générale de l’ONU. « Très corrélée à la mortalité infantile, la probabilité de décès entre la naissance et l'âge exact de 5 ans, a connu une diminution lente, puisqu'elle passe de 27,5 pour mille naissances en 2010 à 26,8 pour mille en 2011 », commente l'ONS. Par sexe, les chiffres précisent que le taux juvénile masculin qui était de 58,2 pour mille en 1990 a chuté de moitié à 28,3 pour mille en 2011, note une publication de l'ONS obtenue par l'APS. Quant au taux de mortalité juvénile féminin, il est passé de 54,7 pour mille naissances à 25,2 pour mille (-53 %), préci-

sent les chiffres de l'organisme des statistiques dans sa publication sur la démographie algérienne en 2011. Cette évolution qui est appelée à poursuivre sa tendance baissière durant les prochaines années permettra, selon les experts, à l'Algérie d'atteindre l'objectif de l'ONU en 2015. L'objectif de l'ONU, concernant la mortalité infanto-juvénile, est de réduire le taux de 1990 à l'horizon 2015 de deux tiers (2/3) pour chaque

pays concerné par les OMD, soit 18,5 % pour l'Algérie. Les conclusions du rapport 2011 du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), indiquant que l’Algérie « devrait atteindre les OMD dans les délais impartis, sont une reconnaissance des progrès réalisés par l’Algérie en matière de développement humain ». Le PNUD a fait le point de situation sur chaque pays africain sur les 8 objectifs internationalement convenus afin de réduire la pauvreté, la mortalité maternelle et infantile, les maladies, l'inégalité entre les genres et la dégradation de l'environnement d'ici à 2015. L’Algérie, qui a réalisé des progrès remarquables en matière d’infrastructures de base, va sans aucun doute atteindre les OMD, avait affirmé le président du Conseil national économique et social (CNES), M. Mohamed Seghir Babès. « La remontée que l’Algérie a réussie à réaliser en un peu plus d’une décennie en matière d’infrastructures de base, est une preuve que le pays va sans aucun doute atteindre les OMD dans les délais fixés par les Nations Unies » avait-il souligné. En 2010, le PNUD avait classé l'Algérie parmi les pays à « développement humain élevé ». Cette organisation avait relevé non seulement des progrès dans bien des aspects du développement humain mais aussi la cadence avec laquelle les progrès pour l'amélioration des conditions sociales ont été réalisés. APS

es 65 membres de cette association sillonnent les points noirs de la ville où la petite criminalité et la délinquance juvénile y règnent dans l’espoir de remettre dans le chemin droit les égarés et sensibiliser les jeunes délinquants pour parvenir à les réinsérer dans la société. « A ce jour, nous avons réussi à convaincre 13 repris de justice qui ont finalement adhéré à notre démarche », confie son président, Yacine Zouai, un jeune étudiant, à peine 22 ans mais beaucoup de volonté et d’énergie. Avec le concours précieux de la gendarmerie nationale, cette association qui active également dans la commune de Ouled Moussa participe de temps à autres aux descentes policières menées par les services de sécurité et organise régulièrement des actions de sensibilisation sur les fléaux de la société au profit des établissements scolaires. Toutefois, l’association « Lever de soleil de demain » fait de la sensibilisation des délinquants et des repris de justice son leitmotiv et souhaite apporter sa pierre de l’édifice dans la lutte contre la petite criminalité. « Même si nous sommes conscients que ce n’est pas une sinécure que d’aller jusqu’à eux et de pouvoir trouver les mots justes pour les remettre sur le bon chemin. D’ailleurs, nous avons échappé à maintes reprises au lynchage mais on savait dès le début qu’il y aurait des risques à prendre », explique Yacine Zouai qui nous indiquera que l’idée de la création d’une association de ce genre a germé au lendemain d’une agression dont a été victime une étudiante à l’intérieur de l’université même de Boumerdès. «Nous étions quatre étudiants à se lancer dans cette aventure et peu à peu, nous avons réussi à attirer des dizaines de personnes qui se mobilisent jour et nuit», affirme le président de l’association. SAM

Un Autrichien trouve 9900 euros et les rend à la police
Un Autrichien de 22 ans, originaire de la région du Tyrol (ouest de l'Autriche), a rendu 9.900 euros, argent liquide qu'il avait trouvé dans une rue d'Innsbruck, capitale du Tyrol, a indiqué samedi la police autrichienne. Le jeune Autrichien a trouvé l'argent vendredi et l'a immédiatement déposé au commissariat de police le plus proche. La police d'Innsbruck n'a pas donné de précisions sur le propriétaire de l'argent trouvé.

Lundi 28 Mai 2012

Ph.Louiza

Pétrole Le Brent à 105.61 dollars le baril

Monnaie L'euro à 1.256 dollar

D E R N I E R E S
RECUEILLEMENT À LA MÉMOIRE DE WARDA EL-DJAZAÏRIA AU CAIRE

Ministres et ambassadeurs assistent à la cérémonie

FÊTE NATIONALE DE L’ÉTHIOPIE

Le Président Bouteflika félicite le Président Girma Wolde-Giorgis…
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue éthiopien, M. Girma Wolde-Giorgis, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays, dans lequel il a réaffirmé son attachement au développement des relations d'amitié et de coopération unissant l'Algérie et l'Ethiopie. "Au moment où votre pays célèbre sa fête nationale, il m'est particulièrement agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations auxquelles je joins mes vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple éthiopien frère", a indiqué le Président Bouteflika dans son message. "Je saisis cette opportunité pour me féliciter de la qualité des relations d'amitié, de solidarité et de coopération qui unissent nos deux pays et vous réaffirmer mon attachement à leur développement continu et à la poursuite de notre action concertée au service de la promotion de nos idéaux communs en Afrique et dans le monde", a ajouté le Chef de l'Etat.

P

lusieurs ministres, ambassadeurs, personnalités égyptiennes et arabes, ainsi que de nombreux artistes ont assisté samedi soir à une cérémonie de recueillement organisée par l'ambassade d'Algérie au Caire et le Syndicat des artistes égyptiens à la mosquée d'El-Hamidia Chadlia au Caire, à la mémoire de la regrettée Warda El-Djazaïria, décédée la semaine dernière. La cérémonie s'est déroulée en présence notamment des ministres égyptiens de l'Information, Ahmed Anis, de la Culture, Mohamed Saber Arab, et l'ancien ministre de la Culture, Chaker Abdelhamid, et le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe Ahmed Benhelli, le gouverneur du Caire, des ambassadeurs de pays arabes, ainsi que plusieurs figures artistiques, des musiciens égyptiens et arabes qui ont présenté leurs condoléances à la familles de la défunte. De nombreux journalistes et photographes, ainsi que les membres de la communauté algérienne au Caire ont également assisté à la cérémonie de recueillement à la mémoire de feue Warda El-Djazaïria. Le ministre égyptien de la Culture, M. Mohamed Saber, a indiqué, dans une déclaration à la presse à l'is-

sue de la cérémonie, que la regrettée Warda ElDjazaïria, "artiste algéro-égyptienne et arabe qui était un modèle pour les artistes arabes, a laissé un héritage musical exceptionnel pour le Maghreb et le Machrek". Le secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, M. Ahmed Benhelli, a estime, pour sa part, que Warda El-Djazaïria "était une icône de la chanson arabe authentique", rappelant que la cantatrice disparue a contribué par ses chansons patriotiques à nourrir l'esprit de résistance et de lutte contre le colonialisme. Soulignant que la disparition de Warda El-Djazaïria constitue une grande perte pour l'art arabe authentique, M. Benhelli a rappelé son attachement indéfectible à l'Algérie et à l'Égypte, soulignant qu'elle avait demandé avant sa mort que son cercueil soit recouvert des drapeaux des deux pays. Son vœu a été exaucé, a-t-il affirmé. L'ambassadeur d'Algérie au Caire, M. Nadir Larbaoui, a tenu à cette occasion à remercier les ministres, les ambassadeurs, les responsables égyptiens et étrangers, les artistes, les journalistes et tous ceux qui ont présenté leurs condoléances et ont fait part de leur compassion suite à la disparition de la diva.

… et le Premier ministre Meles Zenawi
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a fait part également de ses chaleureuses félicitations au Premier ministre éthiopien, M. Meles Zenawi, dans un message qu'il lui a adressé, tout en relevant la qualité des relations liant l'Algérie et l'Ethiopie. "La célébration de la fête nationale de la République fédérale démocratique d'Ethiopie m'offre l'agréable occasion de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations que j'accompagne de mes vœux les meilleurs de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple éthiopien frère", écrit le chef de l'Etat dans son message. "C'est avec satisfaction que je relève la qualité des relations d'amitié et de coopération qui lient nos deux pays, en vous réitérant l'importance que j'attache à leur renforcement, sous notre impulsion commune", a souligné le Président Bouteflika. "Je voudrais également vous réaffirmer ma disponibilité à conjuguer nos efforts pour faire avancer les objectifs de paix, de stabilité et de développement en Afrique", a ajouté le Président de la République.

APRÈS L’AGRÉMENT DU DISPOSITIF DE L’OPÉRATEUR ÉCONOMIQUE

RÉUNION DES MINISTRES ARABES DES AFFAIRES SOCIALES

Les laboratoires de médicaments fraudeurs exclus
Les laboratoires pharmaceutiques impliqués dans les fraudes douanières ne peuvent plus prétendre au statut d’opérateur économique agréé (OEA) auprès des Douanes algériennes, dont le lancement est prévu en juin, a indiqué  hier le directeur général des Douanes algériennes, Mohamed Abdou Bouderbala. «Il y aura des laboratoires de médicaments qui seront agréés dans le cadre de ce dispositif, mais s’ils ne sont pas impliqués dans des affaires de fraude ou font l’objet de poursuites judiciaires», a déclaré M. Bouderbala à l’APS en marge d’une journée d’information sur l’OEA.  La filiale algérienne du géant français de la pharmacie Sanofi-Aventis a été condamnée à une amende de 20 millions d’euros et son directeur général à une année de prison avec sursis dans une affaire de surfacturation de médicaments. Toutefois, les douanes se prononceront sur les cas des laboratoires avec lesquels ils sont en litige, une fois que seront connus les résultats de leurs contentieux. Pour M. Bouderbala, les laboratoires soupçonnés de fraude ne vont «pas bénéficier de ce statut» en dépit du fait qu’ils soient producteurs de médicaments, considérés comme produits de première nécessité. «La délivrance de ce statut est basée sur des critères fondamentaux comme la moralité. Nous ne pouvons l’accorder à des entreprises sur lesquelles pèsent des doutes», a-t-il précisé. L’article 2 du décret fixant les modalités d’octroi de ce statut, publié en mars dernier, stipule que seuls les opérateurs économiques sans antécédents de contentieux relevés à leur encontre par les administrations douanières, fiscale et du commerce sont autorisés à demander ce statut. Beaucoup de laboratoires pharmaceutiques, qu’il s’agisse de nationaux ou de filiales de groupes internationaux, devront être exclus du dispositif de l’OEA s’ils sont épinglés dans des affaires de surfacturation des prix de médicaments. Pour rappel, la direction générale des douanes avait déjà révélé qu’elle avait engagé 12 contentieux contre ces laboratoires, dont Sanofi-Aventis, poursuivi actuellement par la justice algérienne pour gonflement des factures des intrants servant pour la fabrication de médicaments. Le ministre de la Santé, M. Djamel Ould Abbès, avait déclaré que ces laboratoires font l’objet de poursuites judiciaires pour surfacturation de matières premières de médicaments atteignant 153 milliards DA en 2012. La surfacturation de la matière première du médicament engendre inévitablement la hausse des prix du médicament au détriment du citoyen, d’où la nécessité, selon le ministre, «d’y mettre fin une fois pour toutes». Salima Ettouahria

L'impact social des changements survenus dans le monde arabe
Les ministres arabes des Affaires sociales tiennent aujourd’hui, au siège de la Ligue arabe (Caire), leur 2e session sur le thème "Le rôle du Conseil des ministres arabes dans la gestion des exigences de l'étape actuelle dans le monde arabe". Lors de cette réunion, les ministres arabes des affaires sociales devront adopter le plan quinquennal (2012/2016) qui s'articule autour de la concrétisation de la justice dans une optique de développement global qui garantit la protection sociale à toutes les catégories de la société et prend en charge les exigences de la famille arabe en accordant un intérêt particulier aux démunis dans le but de réaliser la paix et la sécurité sociales. Le plan repose également sur les décisions des sommets de développement économique et social (Koweït 2009 et Charm al Cheikh 2011) et les décisions des sommets de Syrte et de Baghdad, outre les principes fixés par le conseil ministériel, notamment ceux relatifs à l'appui des projets sociaux, à l'aide technique et au soutien des organismes sociaux, particulièrement les organismes palestiniens.

RÉPRESSION D'UNE MANIFESTATION PACIFIQUE À LAÂYOUNE (SAHARA OCCIDENTAL)

FÊTE NATIONALE DE L'AZERBAÏDJAN

13 Sahraouis blessés et 2 autres arrêtés
13 citoyens sahraouis ont été blessés et 2 autres arrêtés suite à l'intervention violente des forces d'occupation marocaines lors d'une manifestation pacifique organisée par des citoyens sahraouis dans le rue Tantane, dans la ville de Laâyoune occupée, la fin de la semaine dernière, a indiqué hier l'agence de presse sahraouie SPS. Des forces du dispositif répressif marocain ont "sauvagement agressé des dizaines de citoyens sahraouis qui protestaient contre l'arrestation d'un enfant mineur pour participation à une manifestation pacifique organisée par des élèves du primaire", a ajouté la même source. Les forces marocaines de répression, a souligné l'agence, "ont déployé des engins paramilitaires et encerclé les manifestants de toute part avant d'envahir le domicile familial du citoyen sahraoui Lefdhil Ould El-Khalil et agressé sa femme impotente et ses filles". Des témoignages vivants de citoyens sahraouis diffusés samedi soir par la télévision sahraouie ont attesté que "les forces de police marocaines étaient armées d'épées et n'avaient pas pris en considération l'état de la dame malade chronique", précisant que les forces de l'ordre proféraient des propos "racistes" et prétendaient être soutenues par des autorités supérieures.

Le Président Bouteflika félicite le Président Aliyev Le Président de la République, M. Abdelaziz
Bouteflika, a exprimé ses chaleureuses félicitations à son homologue de l'Azerbaïdjan, M. Ilham Aliyev, dans un message qu'il lui a adressé à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays. "A l'occasion de la célébration de la fête nationale de votre pays, j'ai le plaisir de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens, ainsi qu'en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations auxquelles je joins mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour votre peuple ami", a écrit le Chef de l'Etat dans son message. "Je saisis cette opportunité pour vous réaffirmer ma détermination à œuvrer, de concert avec vous, au renforcement des relations d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays", a ajouté le Président Bouteflika.

La Suisse prépare un plan pour un Prix Label Europa Cinémas éventuel éclatement Le président du CNES reçoit Le cinéaste algérien Merzak Allouache a La Suisse est en train de préparer un remporté vendredi à Cannes le prix du réseau l’ambassadeur d’Afrique salles européennes de cinéma, "Europa Ciné- plan en cas d'éclatement de la zone mas", pour le film El Taiib (le Repenti), pré- euro, a indiqué dimanche M. Thomas du Sud Jordan, président de la Banque centrale, senté à la quinzaine des réalisateurs, selon le
site officiel du réseau. Le prix Label Europa Cinémas récompense chaque année un film européen présenté à la quinzaine des réalisateurs après délibération d'un jury composé de quatre exploitants de salles de cinéma en Europe, afin d'encourager les salles du réseau à "prolonger l'exploitation du film sur les écrans", peut-on lire sur le même site. "Après un long débat, nous avons décidé de décerner le Label au film le Repenti (El Taiib). C'est un film courageux et puissant sur la possibilité donnée à un terroriste de se racheter et l'impact de cette décision sur sa famille. La puissance cinématographique et les solides performances des acteurs font de ce film une réussite... ", ont déclaré les membres du jury. cité par la presse locale. "Un groupe de travail discute des mesures à prendre pour combattre tout éventuel renchérissement du franc suisse, considéré comme une monnaie refuge", a précisé M. Thomas Jordan, nommé le mois dernier à la tête de la Banque nationale suisse (BNS). "Nous devons nous préparer à un scénario d'écroulement de la zone euro, bien que je ne pense pas que cela va se produire", a ajouté le président de la BNS. Estimant que la crise de la zone euro s'est aggravée au cours des dernières semaines, M. Jordan a prédit des temps difficiles à venir.

LE REPENTI, DE MERZAK ALLOUACHE

ZONE EURO

CONDOLÉANCES
La présidente-directrice générale d’El Moudjahid, Mme Naâma Abbas, et l’ensemble du personnel du journal présentent à leur confrère et ami Ali Guissem, journaliste à El Watan, ainsi qu’à toute sa famille et tous ses proches, leurs sincères condoléances, suite au décès de son père Abdelkader. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

Le président du Conseil national économique et social (CNES), M. Mohamed Seghir Babès, a reçu hier à Alger l’ambassadeur d’Afrique du Sud, M. Joseph Kotane, indique un communiqué du CNES. Cette audience a permis au président du CNES et à l’ambassadeur sud-africain de passer en revue les relations bilatérales entre l’Algérie et l’Afrique du Sud «dans leur divers volets», précise-t-on de même source. Les deux parties se sont «particulièrement attachées à considérer les voies et moyens» de renforcer ces relations avec la «perspective axiale de construire une coopération exemplaire». Les modalités «pratiques» propres à favoriser la concrétisation d’objectifs d’intérêt communs ont également été évoquées lors de l’entretien.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful