Vous êtes sur la page 1sur 18
M. SEllal dEMaIN à BaTNa CONFIRMER LA DYNAMIQUE DU MODÈLE DE CROISSANCE P . 3

M. SEllal dEMaIN à BaTNa

CONFIRMER LA DYNAMIQUE DU MODÈLE DE CROISSANCE

à BaTNa CONFIRMER LA DYNAMIQUE DU MODÈLE DE CROISSANCE P . 3 UN ALGÉRIEN RÉALISE UNE

P. 3

UN ALGÉRIEN RÉALISE UNE VOITURE ÉLECTRIQUE

P. 9

ÉDITORIAL

FEMMES DANS LA BATAILLE ?

26 radjeb 1438 - dimanche 23 avril 2017 - N° 16036 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

l Des femmes sans visage sur certaines affiches électorales de

listes partisanes ont fait réagir, d’abord, les réseaux sociaux qui en ont fait un «plat», mais toujours sur le ton de la moquerie et de la dérision. Oui, des candidates voilées, dont les traits du visage ayant été grossièrement effacés à l’aide du logiciel Photoshop, ont donné lieu à des commentaires peu élogieux, avant que la machine administrative ne s’en mêle en adressant une mise en garde aux partis, dont les listes n’affichent pas les photos des candidates aux législatives, leur accordant un délai de 48 heures pour se «rattraper», selon le coordinateur de wilaya de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE) de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Si le lieu a été circonscrit, il faut dire que les têtes des listes concernées qui ont été saisies appartiennent à plusieurs formations politiques, dont le FFS, l’union Ennahda-Adala-Bina, le Front national

algérien (FNA), le Front algérien pour le développement, la liberté et la justice (FADLJ) et le Front du militantisme national (FMN). Certains ont tenté de justifier cette pratique si peu commune par un conservatisme outrancier, car comment peut-on prétendre assumer des responsabilités publiques tout en se refusant à se faire photographier ou à voir sa photo dans la presse, sans évidemment parler de la télévision ? Nous sommes à l’ère de la civilisation de l’image, et une telle attitude de «femmes fantômes» renvoie plus à une négligence qu’on veut bien faire endosser à une tradition qui du reste nous est complètement étrangère, même si, en matière de conservatisme, il faut dire que la réalité est plutôt quelque peu sévère et que la modernité à laquelle notre société aspire a bien du chemin devant elle. À l’évidence, ce n’est certainement pas un tel excès de «pudeur» qui influera sur le cours d’une campagne électorale, sans être dense ou idéale — n’en déplaise à tous ceux qui excellent dans la critique gratuite — se déroule plutôt bien et dans de bonnes conditions, sans tensions et heurts, et dans le respect du débat contradictoire et de la diversité des opinions. Bien plus, la participation des femmes dans tous les domaines a connu une évolution remarquable, et en politique, on a assisté à une véritable révolution depuis quelques années, une révolution consacrée par la loi puisqu’un taux de 30% des sièges au sein des Assemblées élues leur est réservé et certaines listes de quelques partis sont entièrement composées de femmes ! C’est dire que cette dynamique du changement vers davantage d’égalité et d’équité entre les genres, initiée, faut-il le rappeler, sous la conduite du Président Bouteflika, est loin de s’essouffler, même si à chaque pas en avant, il se trouvera toujours quelqu’un, ici ou ailleurs, qui tire en arrière. Toutefois, une chose est sûre, c’est que les femmes, lors de la présente compétition, ouverte et transparente, en tant que candidates ou comme électrices, occupent une bonne position et ne sont pas près de quitter le champ de bataille et de renoncer à cet acquis politique majeur qui consolide leur émancipation à tous les niveaux. EL MOUDJAHID

CaMpaGNE élECTOralE léGISlaTIVE

FAIRE LE

BON CHOIX

l LEPRINTEMPSAMAZIGHLARGEMENT ÉVOQUÉ. l FLN : POURUNEMAJORITÉABSOLUE.
l
LEPRINTEMPSAMAZIGHLARGEMENT
ÉVOQUÉ.
l
FLN : POURUNEMAJORITÉABSOLUE.

Les chefs de parti en campagne pour les législatives du 4 mai rappellent aux électrices et aux électeurs les enjeux d’une telle compétition démocratique pour la stabilité, la sécurité et le développement du pays, les exhortant à faire le libre et bon choix du candidat le plus compétent et le plus intègre.

PP. 4-5

l’EMplOI ENafrIquE AXE ESSENTIEL DU DÉVELOPPEMENT INCLUSIF l DEUX TROPHÉES DÉCERNÉSAU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA,
l’EMplOI ENafrIquE
AXE ESSENTIEL DU
DÉVELOPPEMENT
INCLUSIF
l DEUX TROPHÉES DÉCERNÉSAU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA, POUR LES RÉALISATIONS EN MATIÈRE
D’ABSORPTION DU CHÔMAGE ET D’INSTAURATION DE LAPAIX ET DE LASTABILITÉ.
P. 3
Ph : Billal

M. Gaïd Salah à OuarGla

LASTABILITÉ. P. 3 Ph : Billal M. Gaïd Salah à OuarGla ACCORDERUNE IMPORTANCECAPITALE AUX EXIGENCES DESÉCURITÉ

ACCORDERUNE

IMPORTANCECAPITALE

AUXEXIGENCES

DESÉCURITÉ

l PRODUCTION DE VÉHICULES MILITAIRES À TIARET :

CHAÎNON STRATÉGIQUE DE L’INDUSTRIE MÉCANIQUE

P. 7

ChalETS IMplaNTéSaprèS lE SéISME dE 2003 dE BOuMErdèS

ÉRADICATIONAVANTFIN2017

P. 6

TOURNÉE DE M. MESSAHELEN LIBYE

ŒUVRERAUDIALOGUE

ETÀLARÉCONCILIATION

P. 24

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

2 Bouche DE À Oreille EL MOUDJAHID d’El Moudjahid ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES CE MATIN À 10H
2
Bouche
DE
À
Oreille
EL MOUDJAHID
d’El Moudjahid
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES
CE MATIN À 10H
CE MATIN À 9H À L’ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE
DE JOURNALISME
CE MATIN À 9H À L’ESSS
Le président de la HIISE
invité du Forum
La circulation des informations en droit
international et en droit interne
Projet de jumelage entre
l’Algérie et la France
Le Forum d’El
Moudjahid
recevra, ce matin
à 10 heures, M.
Abdelouahab
Derbal, président
de la Haute
instance
indépendante de
surveillance des
élections.
Le ministère de la Communication
organise une conférence de formation, ce
matin à 9h, à l’École nationale supérieure
de journalisme, amphithéâtre Noureddine-
Naït-Mazi. La conférence sera animée par
M. Messaoud Mentri, docteur en droit,
professeur à l’université Badji-Mokhtar
d’Annaba, intitulée «La circulation des
informations en droit international et en
droit interne», en présence de M. Hamid
Grine, ministre de la Communication.
La ministre de la Solidarité nationale, de la
Famille et de la Condition de la femme
présidera, ce matin à 9h, à l’École supérieure
de la sécurité sociale, la cérémonie de
lancement du projet de jumelage entre
l’Algérie et la France, destiné à favoriser l’insertion
professionnelle des personnes handicapées.
M. El-Hadi Ould-Ali
à Aïn Témouchent
DEMAIN À 10H
Festival international de
danse contemporaine
CET APRÈS-MIDI À 14H AU PALAIS DES EXPOSITIONS
Le ministre de la Jeunesse et des Sports,
M. El-Hadi Ould-Ali, effectuera aujourd’hui
une visite de travail dans la wilaya, où il
présidera la cérémonie de remise des aides
de l’État aux clubs de football amateur, et
inspectera divers projets.
À l’occasion de la tenue du la 8 e
édition du festival culturel international
de danse contemporaine, les promoteurs
de cette manifestation organisent, demain
à 10 heures, une conférence au Centre de
presse d’El Moudjahid.
Salon international
Batimatec
Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme
et de la Ville, M. Abdelmadjid Tebboune,
présidera l’ouverture de la 20 e édition du
Salon international du bâtiment, des
matériaux de construction et des travaux
publics (Batimatec), cet après-midi à 14h,
au palais des Expositions.
M. Nouri à Chlef
Le ministre de l’Aménagement du
territoire, du Tourisme et de l’Artisanat, M.
Abdelouahab Nouri, effectuera aujourd’hui
une visite de travail et d’inspection dans la
wilaya.
une visite de travail et d’inspection dans la wilaya. COUVERT sur l’ensemble des régions du pays.

COUVERT

sur

l’ensemble des régions du pays.

Températures (maximales- minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (20° - 11°), Annaba (23° - 8°), Béchar (26° - 14°), Biskra (24° - 13°), Constantine (25° - 8°), Djelfa (20° - 6°), Ghardaïa (23° - 12°), Oran (25° - 13°), Sétif (21° - 6°), Tamanrasset (33° - 20°), Tlemcen (25° - 11°).

Temps

généralement

couvert

CE MATIN À 9H30 AU FORUM DE LA SÛRETÉ NATIONALE

Conférence d’information

FORUM DE LA SÛRETÉ NATIONALE Conférence d’information À l’occasion de la Journée internationale du livre et

À l’occasion de la Journée internationale du livre et des droits d’auteur, qui coïncide avec le 23 avril de chaque année, et de la Journée mondiale de la

propriété intellectuelle, qui coïncide avec le 26 avril de chaque année, la DGSN organise une conférence d’information animée par un cadre spécialisé de la direction de la police judiciaire, aux côtés de M. Sami Bencheikh El-Hocine, directeur général de l’Office national des droits d’auteur et droits voisins.

DEMAIN À 13H45 À L’INESG « La question du nucléaire entre le droit et la
DEMAIN À 13H45 À L’INESG
« La question du
nucléaire entre le droit
et la pratique »
L’Institut
national d’études
de
stratégie
globale organise
une
conférence
sur «La
question
du
nucléaire entre le droit et la
pratique», animée par le D r Odette
Jankowitch, experte en droit
nucléaire et international.

MARDI 25 AVRIL À 8H30 À L’ÉCOLE SUPÉRIEURE DES AFFAIRES

L’efficacité énergétique dans le bâtiment

L’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie organise, en collaboration avec l’Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, le deuxième séminaire sur l’efficacité énergétique dans le bâtiment, mardi 25 avril à 8h30, à l’École supérieure des affaires, Pins-Maritimes.

mardi 25 avril à 8h30, à l’École supérieure des affaires, Pins-Maritimes. Publicité Dimanche 23 Avril 2017

Publicité

Dimanche 23 Avril 2017

L

é v éne m e nt

3

EL MOUDJAHID

L’EMPLOI EN AFRIQUE

AXE ESSENTIEL

DU DÉVELOPPEMENT INCLUSIF

Dans le cadre de la concertation pour l’emploi en Afrique, tenue hier à Alger, deux trophées ont été décernés au Président Bouteflika, l'un par la CGEA et l'autre par l'Organisation internationale des employeurs, par le biais de sa secrétaire générale Linda Kromjong, pour les réalisations enregistrées depuis 1999 en matière d'absorption du chômage, de promotion de l'emploi et de l'investissement, ainsi que pour l'instauration de la paix et de la stabilité.

C ette rencontre préliminaire au sommet pour l’emploi et les compétences de la commission

du travail et des affaires sociales de l’Union africaine a été organisée, hier à l’École supérieure d’hôtellerie d’Aïn Be- nian, à Alger. La cérémonie d’ouverture des travaux s’est déroulée en présence des ministres du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El- Ghazi, de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, Houda Imane-Faraoun, de Linda Krom- jong, secrétaire générale de l’Organisa- tion internationale des employeurs (OIE), ainsi que de nombreux profes- sionnels. Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a salué, dans un message lu par la ministre des TIC, la tenue de cette rencontre qui constitue

«une étape très importante pour la mise en œuvre du livre blanc pour l’emploi en Afrique». Il a ajouté que «cette réflexion stratégique sur le marché du travail in- tervient pour consolider et soutenir la croissance économique et la création de postes d’emploi au niveau des pays afri- cains, afin d’absorber et de réduire le taux de chômage». Et de poursuivre :

«La croissance économique en Afrique n’arrive toujours pas à répondre aux be- soins du marché du travail, surtout à la lumière de la chute des prix du pétrole, en plus de la criminalité organisée, de l'insécurité et du changement clima- tique.» Dans ce message, le Président a précisé que «le taux de chômage touche

en Afrique plus les femmes et les jeunes.

Comme chaque année, des milliers de jeunes se déplacent vers l’Europe en tra- versant la mer Méditerranée, sans compter le risque, et cela dans l’espoir d’une vie meilleure. Ces derniers sont exploités par des groupes mafieux et ex- trémistes». «Lors des différentes mani-

festations internationales, l’Algérie, a-t-il fait savoir, plaide toujours pour accorder une grande importance à éradiquer les raisons profondes de l’immigration illé- gale et de l’extrémisme». Dans ce mes- sage, M. Abdelaziz Bouteflika a insisté sur la nécessité de soutenir les activités économiques créatrices de richesse et d’emploi, afin de réduire le taux de chô- mage. Pour relever le défi du travail, il

a indiqué qu’«il faut une coopération

entre les institutions et organisations

africaines et internationales du travail, ainsi que les organisations patronales». «En Algérie, nous avons veillé, dans les différents schémas nationaux de travail,

à accorder un grand intérêt au dévelop-

pement des PME/PMI, à travers le ren- forcement de la collaboration entre les secteurs de l’enseignement profession- nel, l’éducation et le marché du travail. Aussi, nous avons accordé une grande importance au développement des sec- teurs dits stratégiques, créateurs de ri- chesse et d’emploi, notamment le tourisme, l’agriculture et l’industrie», a- t-il encore précisé. Dans ce message, le Président Bouteflika a fait savoir que

Ph . Bi l l a l
Ph . Bi l l a l

«l’Algérie œuvre, à travers le pro- gramme de renouveau économique, pour sortir de la dépendance des hydrocar- bures, tout en misant sur les entreprises économique nationales publiques et pri- vées, par la consolidation de leurs com- pétitivité et production», affirme-t-il.

Pacte économique et social

De son côté, M. Mohamed El-Ghazi a exprimé sa pleine satisfaction à l’égard de cette rencontre, indiquant qu’«elle in- tervient à la veille d’un important événe- ment continental, à savoir la 2 e session du comité technique spécialisé Développe- ment social, travail et emploi, de l’Union africaine. Une session unique en son genre parmi les organes de l’UA, par son caractère tripartite qui aura à aborder des thèmes d’une extrême importance pour le développement économique et social de nos pays, notamment les questions liées à la promotion de l’emploi et à la protection sociale». Il a ajouté que «les résultats de vos travaux constitueront, as- surément, un apport de la première im- portance, dans le cadre des débats qui se dérouleront dans le sillage de la présente session du comité». Et de poursuivre :

«La pratique du dialogue de la concerta- tion sociale en Algérie s’est traduite par la tenue régulière de rencontres tripar- tites qui ont été couronnées par la signa- ture d’un pacte national économique et social en 2016.» Le ministre n’a pas manqué non plus de souligner que «l’Al- gérie a placé la question de l’emploi au cœur de sa politique de développement, à travers l’adoption d’une politique de l’emploi reposant sur une démarche co- hérente prenant en charge tous les élé- ments concourant, d’une part, à la promotion de l’entreprise, à l’encourage- ment de l’investissement générateur d’emplois, et, d’autre part, à la valorisa- tion de la ressource humaine, par la for- mation et la promotion de l’emploi des jeunes, à travers le développement de l’esprit d’entreprise chez les jeunes. La question de l’emploi constitue, au-

jourd’hui, une préoccupation qui a pris une dimension mondiale, aussi bien au niveau des pays, que des organisations internationales».

Développer l’emploi des jeunes

L'Organisation internationale des em- ployeurs (OIE) œuvre, avec les pays membres, pour une «vision commune». C’est ce qu’a indiqué la secrétaire géné- rale de cette organisation internationale, M me Linda Kromjong. Elle a précisé que «cette vision a pour objectif, entre autres, de développer l'emploi des jeunes», tout en soulignant que «l’OIE, qui compte plus de 150 membres, dont la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), travaille avec les pays membres, pour une vision com- mune visant à développer la question de l'emploi des jeunes. Elle a ajouté que la question de l'emploi est un «enjeu ma- jeur, non seulement pour l'Algérie, mais aussi pour l'Afrique dans son ensemble», mettant l’accent sur l'importance du cli- mat des affaires pour favoriser l'investis- sement. À noter que cette rencontre est organisée par la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), conjointement avec l’Organisation inter- nationale du travail (OIT) et la collabo- ration de l’Organisation internationale des employeurs (OIE). Elle a regroupé plusieurs personnalités de la sphère di- plomatique et des organisations interna- tionales du travail et des affaires, animée par des experts internationaux de haut niveau qui partageront le débat avec les représentants des délégations tripar- tites (gouvernement-employeurs et tra- vailleurs), conviés à cet effet. Cette réflexion sur l’emploi et l’employabilité, dont le thème très sensible et d’un intérêt stratégique, a été lancée en novembre 2016 par la fondation «Jobs For Africa», à l’initiative de l’OIE et Business Africa, pour soutenir la croissance économique et accélérer le rythme de création d’em- plois sur le continent. M. A. Z.

M. SELLAL DEMAIN À BATNA

CONFIRMER

LA DYNAMIQUE DU MODÈLE DE CROISSANCE

À BATNA CONFIRMER LA DYNAMIQUE DU MODÈLE DE CROISSANCE Après El-Bahia, c’est au tour de la

Après El-Bahia, c’est au tour de la capitale des Aurès, Batna, d’accueillir demain le Premier mi- nistre, M. Abdelmalek Sellal, qui sera accompa- gné, comme de coutume, par une importante délégation gouvernementale. Comme c’était le cas avec les autres wilayas, la visite du Premier ministre à Batna s’inscrit dans le cadre du suivi de la mise en œuvre du programme du Président de la République. Son objectif est étroitement lié à cette détermination manifeste- ment affichée par les autres autorités quant à ga- rantir la consécration d’un nouveau modèle de relance économique des plus compétitifs dans les secteurs hors hydrocarbures. À Batna, M. Sellal aura sans doute à plaider pour un développement homogène entre cette wilaya et celles qui lui sont limitrophes, et ce à même de permettre l’émer- gence d’un pôle régional des plus compétitifs, y compris dans le domaine industriel et de l’agroa- limentaire. Ce pari à relever est ambitieux, à plus d’un titre. Pour cause, la wilaya de Batna jouit d’une position géographique attractive à plus d’un titre du point de vue de la dynamisation de l’acti- vité économique dans cette partie de l’est du pays. La capitale des Aurès est limitrophe des villes du Sud et non loin des grandes métropoles du Nord, telles Sétif et Constantine. Disposant d’un maillage infrastructurel impor- tant, le réseau routier de Batna est aussi relié à l’autoroute Est-Ouest garantissant la quasi-majo- rité des échanges économiques internes du pays. Ces atouts et d’autres encore seront assurément mis en relief et reconsidérés, à la faveur de la visite qu’effectue demain le Premier ministre à Batna. À l’ordre du jour de cette nouvelle sortie de M. Sel- lal, il sera question également pour lui de s’impré- gner de visu des efforts entrepris en matière de consécration du programme multisectoriel initié par le Président de la République. En d’autres termes, certains projets réalisés seront donc inau- gurés par M. Sellal qui précédera également au lancement, ainsi qu’à l’inspection d’infrastruc- tures. Ainsi, dynamiser l’activité économique à travers une exploitation efficiente de potentialités existantes est, de ce fait, l’un des objectifs de la vi- site du Premier ministre. L’autre objectif n’est autre que consolider les acquis sociaux en faveur de la population locale. À ce propos, on peut gager que le Premier mi- nistre présidera une cérémonie de remise des clés de logements à leurs locataires, ce qui constitue un «motif de joie» pour les concernés qui verront leur «rêve» d’accéder à un logement neuf se muer en réalité. À Batna, et comme tel a été le cas dans les autres wilayas, M. Sellal aura sans doute à rappe- ler dans ses propos l’importance de sauvegarder et de préserver au mieux la stabilité du pays, et ce grâce à la gouvernance judicieuse du Président de la République. M. Sellal a d’ailleurs toutes les raisons d’ap- puyer ce grand «atout» de la stabilité sans lequel aucun projet de développement ne saura aboutir. En outre, et vu que le pays s’apprête à vivre un événement politique majeur, que sont les pro- chaines législatives du 4 mai, le Premier ministre aura également à souligner les conditions mises en place pour la réussite de ce scrutin déterminant pour l’avenir du pays. M. Sellal devra exhorter du coup la population de Batna à participer massive- ment, lors du prochain rendez-vous des urnes. Karim Aoudia

Dimanche 23 Avril 2017

L ’ é v éne m e nt

4

EL MOUDJAHID

CAMPAGNE ÉLECTORALE LÉGISLATIVE

LE PRINTEMPS AMAZIGH

LARGEMENT ÉVOQUÉ

Au douzième jour de la campagne électorale, les candidats aux législatives du 4 mai prochain ont accordé leurs discours de campagne avec la célébration du printemps amazigh, de même qu’ils ont souligné toute l’importance de préserver l’unité nationale. Les chefs de parti qui se sont exprimés jeudi dernier ont également appelé les citoyens à se présenter massivement aux urnes, le jour du scrutin, aux fins d’élire les représentants du peuple au sein de la future Assemblée populaire nationale.

L e secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) a déclaré que l'« unité

du peuple algérien et du territoire national sont des principes fonda- mentaux » et que « nul n’a le droit d’y toucher ». M. Djamel Ould Abbès qui a animé, jeudi, un mee- ting populaire à Sétif a ajouté :

« Nous ne céderons pas un iota, ni

un grain de sable, de notre chère patrie ». Pour sa part, le secrétaire général du Rassemblement Natio- nal Démocratique, RND, a plaidé, lors d’un rassemblement populaire organisé à Ain Témouchent, pour quatre axes, les principaux adoptés par le RND, lors de la campagne électorale et à leur tête, la protec- tion du pays, sa stabilité et son unité. M. Ahmed Ouyahia a égale- ment insisté sur « l’amélioration de la gestion de l’Algérie, la relance économique à travers une exploita- tion optimale des ressources et l’amélioration des politiques so- ciales en Algérie ». Lors d'un mee- ting populaire à Boumerdès, la SG du Parti des travailleurs (PT) s’est engagée, à œuvrer à l’institution d’un secrétariat d’Etat chargé, ex- clusivement, de la promotion de ta- mazight et de la question amazigh

dans le pays. M me Louisa Hanoune

a promis de veiller à la promotion

de ce « composant essentiel de l’identité nationale » par l’affecta- tion d’un budget « important » pour ce portefeuille ministériel, destiné notamment à la formation d’ensei- gnants et de traducteurs, suscepti- bles de généraliser l’usage de cette langue à tous les services adminis-

tratifs, la justice et autres secteurs.

M me Hanoune a, également, engagé

son parti à plaider pour que le pre- mier jour de l’an amazigh, soit le 12 janvier, puisse devenir « journée fériée et payée pour tous les Algé- riens ». De son côté, le SG du Mou- vement populaire algérien (MPA) a affirmé « qu’après la démocratie

calme, il fallait parvenir en Algérie

à une paix linguistique car l’arabe

Le secrétaire général du Front

de libération nationale (FLN), Dja-

mel Ould Abbès, s’est dit confiant quant à l’obtention de son parti de

la majorité des sièges de la future

Assemblée populaire nationale, es- timant que le FLN jouit d’une place

particulière chez tous les Algériens.

A ce propos et à l’occasion d’un

grand meeting organisé au centre des conventions d’Oran, le secré- taire général a défendu la légitimité historique du FLN et son ancrage populaire. « Notre parti est le dépo- sitaire de l’acte de l’indépendance nationale », dit-il, rappelant le fait qu’il a signé les Accords d’Evian. Concernant les élections du 4 mai prochain, Ould Abbès se dit convaincu que les Oranais iront voter en masse, car, ajoute-t-il, ils sont conscients que ce rendez-vous va permettre la poursuite du pro- cessus de développement et de la construction du pays, donnant

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

et le tamazight sont désormais deux langues nationales officielles », af- firmant qu' « il n'y a plus de place pour la surenchère ». M.Amara Be- nyounès, tout en rappelant que l'Al- gérie avait eu son printemps amazigh durant les années 1980, bien avant le printemps arabe, sou- tient, d’autre part que « le tama- zight a besoin d’un travail approprié de la part des experts, des spécialistes et des linguistes pour lui donner tous les moyens de de- venir effectivement une langue na- tionale et officielle ». Le président du Parti de la li-

berté et de la justice (PLJ) s’est ex- primé longuement, lui aussi, sur l’importance de « renforcer l’unité nationale et préserver les compo- santes identitaires nationales » pour « se prémunir contre toute tentative visant l’Algérie ». M. Mohamed Said a aussi insisté sur l’importance d’accorder un « intérêt particulier à l’histoire du pays et à la préserva- tion de la mémoire collective », tout en réitérant son appel pour un vote massif le 4 mai prochain. De son côté, le secrétaire général de l'Alliance nationale républicaine (ANR), Belkacem Sahli, a affirmé que « le printemps arabe a été la cause de la destruction des institu- tions de plusieurs pays arabes », ap-

pelant, dans ce sens, à la

préservation des constantes identi-

taires nationales, notamment l'iden- tité amazigh qu'il considère comme

« un premier pas pour la défense de

l'unité nationale ». Le SG de l’ANR

a relevé lors de son discours pro-

noncé à Chlef que son parti a consacré un long chapitre à cette question dans son programme élec- toral dans le but de prémunir le ta- mazight de toute tentative d'utilisation à des fins de déstabili- sation de l'unité nationale.

Tolérance et citoyenneté deux valeurs à promouvoir

Il faut dire également que nom- breux étaient les candidats ayant souligné, jeudi, la nécessité de pro- mouvoir la tolérance et la citoyen- neté, notamment dans le secteur de l'éducation nationale. C’est le cas notamment pour le président du parti Tadjamou Amal Jazaïr (TAJ) qui a, depuis Khemis Meliana (Aïn Defla), affirmé que l’école a un « grand rôle à jouer en matière d’enseignement des valeurs, se rap- portant à la tolérance et à la ci- toyenneté ». Poursuivant ses propos, M. Amar Ghoul, a souligné l’impérieuse nécessité, voire l’im- pératif de « barrer la route à tous ceux qui veulent semer la zizanie et disloquer la société ». Le parti TAJ,

soutient le président de cette forma- tion politique, mène une campagne électorale « responsable » basée sur

la persuasion loin de toute forme de

diffamation ou de dénigrement. Il ajoute également que « les pro- messes irréfléchies ne font pas par- tie du lexique des militants du parti ». Le président du mouvement El Islah a appelé à Bordj Bou-Ar-

réridj à « s’intéresser au citoyen al- gérien à travers un réel développement humain en procé- dant à une révision du système édu- catif ». M. Filali Ghouini a exhorté les citoyens à « participer massive- ment aux élections afin de faire échouer les conspirations menaçant

la sécurité et la stabilité du pays ».

A Bordj Bou-Arreridj, le président

du Front national algérien (FNA) a

qualifié les prochaines législatives d’« opportunité pour le peuple al-

gérien d'imposer le changement ». Relevant que son parti est mobilisé pour « préserver l’Algérie, défen-

dre les intérêts du peuple et édifier un Etat fort avec le concours de tous les Algériens », M. Moussa Touati a appelé les citoyens en âge de voter à se rendre nombreux aux urnes, le 4 mai prochain. Ce même appel a été réitéré par le président du Parti de l’unité nationale et du développement (PUND) qui a, de- puis Guelma, appelé « les citoyens

de tous âges à voter massivement le

jour du scrutin pour s’exprimer et choisir les candidats les plus à même de mener des réformes en profondeur dans l'ensemble des do- maines », estimant que « l’absten- tion ouvrira la voie à la fraude ». M. Mohamed Dhif a mis en avant dans son discours « la nécessité d'une stabilité politique, seule alternative pour la relance socio-économique du pays », relevant que le pro- gramme de son parti met l’accent notamment sur « le rôle des PME comme locomotive de l’économie

nationale ». Soraya Guemmouri

FLN

POUR UNE MAJORITÉ ABSOLUE

comme exemple la grande muta- tion qu’a connue la wilaya d’Oran durant les mandats du Président de la République, Abdelaziz Boute-

flika, à qui, il a réitéré le soutien in- défectible de son parti ainsi qu’ à son programme. Il a indiqué, par ailleurs, que son

parti s’engage à remettre le flam- beau aux jeunes générations aux- quelles il a demandé de veiller à ce que la stabilité du pays et l’unité de son peuple algérien soient préser- vées. Evoquant le déroulement de la campagne électorale, le secrétaire général du FLN a fait savoir qu’il a instruit les cadres de son parti dans toutes les wilayas, afin de mener une campagne « propre et civili- sée », car dit-il, son parti veut ob- tenir la majorité absolue des sièges parlementaires. Ainsi, il a demandé aux mili- tants de son parti de faire une

il a demandé aux mili- tants de son parti de faire une bonne campagne au profit

bonne campagne au profit des can- didats du FLN à Oran dont la liste est conduite par le député sortant Hadjouj Abdelkader. Au début de son meeting, le S.G du parti a honoré nombre de grandes figures du sport algérien, parmi eux, les internationaux, Mus- tapha Kouici, Lakhdar Belloumi et le boxeur algérien premier cham- pion olympique de l’histoire de l’Algérie Mustapha Moussa. Amel Saher

ERRATUM

Une erreur de frappe involontaire s’est glissée dans notre édition d’hier, en page 5, relative au communiqué de presse du procureur de la République, près le tribunal de Béjaïa, concernant la date dont la police a été saisie de la disparition du candidat du FLN aux législatives, dans la wilaya de Béjaïa, qui a été assassiné. Il fallait lire (ligne 6) : le communiqué cite «En date du 31 mars 2017, et non le 31 avril 2017». Nous nous en excusons auprès des personnes concernées et de nos lecteurs.

L

é v é ne m e nt

5

EL MOUDJAHID

CAMPAGNE ÉLECTORALE LÉGISLATIVE

RCD

POUR LA RECONSTRUCTION NATIONALE

Le président du parti du Rassemblement pour la culture et la démocratie, Mohcine Bellabes, a animé, hier, un meeting à la placette du chahid M’barek-Aït-Menguellelt de Tizi Ouzou, au cours duquel il a appelé à voter massivement en faveur des listes de candidature de son parti.

L ors de ce meeting auquel a assisté une foule assez nombreuse, compo- sée essentiellement des militants et

sympathisants du parti, Mohcine Bellabes a expliqué que le RCD détient les solutions aux multiples problèmes posés. Parmi ces solutions, le président du parti a évoqué la décentralisation des pouvoirs à travers l’instauration du système des régions, un système ayant prouvé son efficacité durant la Glorieuse révolution de Novembre 1954 pendant laquelle le territoire national fut or- ganisé en six régions. Il a aussi cité la né- cessité de la dissolution des dairas qui

n’ont aucune utilité depuis que leurs prin- cipales missions, notamment la confection des passeports, permis, cartes grises…, ont été transférées aux communes, tout en pré- conisant le transfert du budget habituelle- ment alloué à ces institutions

du budget habituelle- ment alloué à ces institutions administratives aux communes, particulière- ment celles qui

administratives aux communes, particulière- ment celles qui n’ont pas suffisamment de res- sources financières. D’autres propositions pour «la reconstruction de l’Algérie» ont été évoquées par le président du RCD, lors de ce meeting électoral durant lequel ont été présen-

tés les candidats du parti dans la circonscrip- tion électorale de Tizi-Ouzou. Avant l’animation de ce meeting, Mohcine Bellabes,

a pris part à la traditionnelle marche du prin- temps berbère organisée par son parti. Cette marche qui a mobilisé prés d’un millier de personnes s’est ébranlée aux environs de 11h

à partir du portail principal du campus univer-

sitaire Hasnaoua pour sillonner les principales artères de Tizi-Ouzou. Le point de chute de cette manifestation a été la placette publique du chahid M’barek Ait Menguellet où s’est tenu le meeting électoral du RCD. Bel. Adrar

FNA

UN ÉTAT FORT PAR SES INSTITUTIONS

M. Moussa Touati, président du FNA a animé, hier matin, un meeting à la Maison de la culture Abi-Ras-Naciri de Mascara, c’est devant une salle pleine à craquer qu’il a entamé son discours, adres- sant d’abord un vibrant hommage aux hommes qui ont pris les armes contre le co- lonisateur pour garantir la dignité du peuple pour qu’il soit égal en droits et en devoirs. Il s’est dit honoré de se retrouver à Mascara, berceau du fondateur du premier Etat algé- rien moderne dont les générations doivent s’inspirer à tout point de vue. Aujourd’hui, c’est l’étape du judicieux choix des hommes pour la constitution d’un Etat fort par ses ins- titutions. On constate amèrement, a-t-il pré- cisé dans son allocution qu’aujourd’hui les chances ne sont pas égales entre les Algé- riens et c’est pourquoi les jeunes Algériens recourent à la «harga». Les mentalités doi- vent changer. Le FNA veut que son député soit au service du peuple, il doit représenter dignement le peuple qui l’a élu. Moussa Touati n’est pas parti par trente-six chemins, comme à son habitude et dans discours cri- tique, il a fait un tour d’horizon pour parler de plusieurs dossiers politiques qu’il compte exploiter s’il est représenté à l’hémicycle. Nos responsables doivent être à l’écoute de la population. Il n’a pas manqué de mettre en relief la nécessité absolue d’accordera un in- térêt particulier à ce scrutin pour pouvoir d’une façon démocratique œuvrer en toute transparence et prendre en charge les préoc-

cupations des citoyens car dit-il, beaucoup d’élus ne s’acquittent pas comme il se doit

des missions dont ils ont la charge. Les élus

à l’Assemblée et nationale sont loin des as-

pirations des masses populaires qui les ont élus. S’agissant de l’Algérie, Moussa Touati

a réaffirmé que notre pays ne ressemble à au-

cune région dans le monde qui connaît des troubles pour la simple raison que nous avons payé un lourd tribut de sang et de des- truction lors de la sinistre tragédie du terro- risme aveugle et c’est pour quoi il a lancé un appel à aller massivement aux urnes pour choisir démocratiquement leurs représen- tants.

A. Ghomchi

leurs représen- t a n t s . A. Ghomchi BÉJAÏA QUATRE FEMMES TÊTES DE LISTE

BÉJAÏA

QUATRE FEMMES TÊTES DE LISTE

Le président du Front National Algérien (FNA)

Moussa Touati a plaidé mercredi dernier, lors d’un meeting populaire sur l’esplanade de la maison de

la culture de Bejaia, pour la consécration d’une dé-

mocratie constructive qui barre la route a la dicta- ture. Il souligna que les lois régissant les collectivités locales doivent être, divulguées davan- tages et portées à la connaissance de l’ensemble des élus. S’adressant aux militants et sympathi- sants, M. Touati a souligné l’importance des droits des citoyens qui doivent être effectifs. L’orateur in- terpelle les électeurs qui agissent sous l’emprise de l’argent en vendant des voix aux formations. «Il

faut que le citoyen vote en toute âme et conscience pour choisir l’élu qui pourra le représenter et arra- cher ses droits, car le vote est une arme contre la corruption » a-t-il ajouté. En présentant ses candi- dats de la wilaya, le président du FNA dira : «Nos candidats sont propres, leur seul intérêt est de dé- fendre les intérêts des citoyens. Nous sommes le seul parti à avoir aligné quatre femmes tête de liste». Enfin, M. Touati a appelé l’assistance à aller voter massivement le 4 mai prochain et à choisir la liste du front qui comporte des candidats capables de ramener un changement. M. Laouer

EL-ISLAH

LA CONCORDE CIVILE, UN GRAND PROJET

Le président d’El Islah, Filali Ghouini, a souligné, hier à Constantine, que son mouve- ment a jusqu’ici mené une campagne «propre», car essentiellement axée sur le programme du parti, privilégiant le débat d’idées et faisant l’impasse sur l’invective et les accusations gra- tuites : «Dans notre vision, c’est en donnant une bonne image lors de pareils rendez-vous que la classe politique peut susciter plus d’in- térêt de la part des citoyens pour la chose poli- tique, et par conséquent assurer un taux de participation appréciable lors des échéance électorales», a-t-il affirmé, tout en déplorant le fait que certains acteurs politiques n’aient pas respecté les règles du jeu : «Il y en a qui sont allés jusqu’à réduire l’État algérien à une seule formation politique, alors que toutes le sont, sans distinction, dans le sens où elles sont au service de cet État, et contribuent donc à son édifica- tion». Pour M. Ghouini, qui animait un meeting populaire à la maison de la Culture Mohamed LaïdAl khalifa, seule une démocratie «véritable» peut mettre fin à la situation de blocage dans la- quelle se trouve le pays : «Nous voulons nous orienter vers une démocratie basée exclusive-

voulons nous orienter vers une démocratie basée exclusive- ment sur la volonté populaire, et ce à

ment sur la volonté populaire, et ce à travers des élections transparentes, propres et ouvertes à toutes les sensibilités» a-t-il soutenu, et d’ajou- ter : «C’est seulement dans ces conditions que nous pourrons assister à l’émergence d’une as- semblée populaire nationale réellement représen- tative, de laquelle découlera naturellement un gouvernement légitime». Pour ce faire, le prési- dent du mouvement El Islah a appelé les citoyens

à voter en masse, arguant que «18 millions d’Algériens n’ont pas de représentants au par- lement, tandis que les députés des deux partis de la majorité y ont été élus avec moins de 2 millions de voix». Par ailleurs, Filali Ghouini a considéré que la Concorde civile était «le plus grand projet réalisé au bénéfice du peuple ces dernières an- nées», et que le mouvement qu’il préside était favorable à une application totale des clauses contenues dans la Charte pour la paix et la ré- conciliation nationale : «La Concorde civile, décidée par les responsables politiques et plé- biscitée par le peuple, a permis d’arrêter les larmes et de mettre fin au drame vécu par les Algériens durant la décennie noire. Nous sommes attachés à mener cette politique à son terme, car il y a encore des dossiers en suspens et des victimes pas totalement réhabilitées» a-t- il expliqué, avant de conclure : «Ce que nous avons vécu durant ces année constitue une im- munité contre toute tentative de déstabilisation du pays. Nous ne voulons pas d’un retour en ar- rière, mais toujours aller de l’avant». Issam B.

PAROLES D’URNES
PAROLES D’URNES

RÉPONDRE AUX ATTENTES

l Quelques jours après le début de la

campagne électorale, la plupart des partis ont affiché leurs listes. Ce qui a permis à la population d’avoir une idée sur les candidats qui postulent pour les sièges à l’APN. Il y a bien sur des cadres mais aussi de simples fonctionnaires et surtout beaucoup de femmes et de jeunes. Autant dire que la majorité des catégories sociales sont représentées. Justement les citoyens qui suivent la campagne à travers les sites d’affichage placés aux endroits stratégiques des villes et villages ainsi que lors des meetings et dans les permanences attendent de ces candidats de porter leurs doléances au Parlement. Bien sûr, les intérêts divergent selon la catégorie. Si les jeunes insistent sur les loisirs qui manquent, notamment dans les localités éloignées et surtout l’emploi, les femmes veulent prendre la place qui leur revient de droit en tant que moitié de la société. L’amélioration de leur représentation dans les assemblées élues constitue la préoccupation essentielle. Mais les préoccupations communes à tous les citoyens ne sont pas dédaignées. Celles qui reviennent le plus dans les discussions comme dans les commentaires sont liées essentiellement à l’amélioration du cadre de vie. En dépit des sommes colossales consenties par l’Etat, les routes et les trottoirs de plusieurs quartiers sont dans un mauvais état. Dans certains villages les chemins qui séparent les maisons ne sont que des pistes difficilement praticables. Ce qui ne facilite pas le déplacement des habitants pointent du doigt l’incapacité des élus qu’ils regrettent d’avoir choisi. Ils veulent donc prendre le temps de connaître les candidats avant de prendre leur décision le 4 mai prochain. Beaucoup d’entre eux ne veulent pas que les anciens visages reviennent comme le montrent les mêmes commentaires. Les nouveaux visages qui sont apparues lors de ce scrutin cherchent à attirer l’attention des électeurs par leur image d’abord et leur carrière ensuite. Avec leurs diplômes et leurs fonctions, ils voudraient montrer qu’ils ont l’expérience nécessaire pour assumer les missions qui leur seront confiées s’ils sont élus, même s’ils comptent sur leur statut de monsieur tout le monde pour convaincre qu’ils portent les mêmes soucis que leurs concitoyens. La campagne électorale qui gagne en animation de jour en jour promet d’être riche. Dans Dans cette compétition, il y aura un seul gagnant, la démocratie.

F. D.

Dimanche 23 Avril 2017

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

ChALETS IMPLANTéS APRèS LE SéISME DE 2003

ÉRADICATION

AVANT FIN 2017

«Plus de chalets à Boumerdès à la fin de 2017.» Une décision qui a fait l’objet d’une instruction du Président de la République, rappelée hier par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, lors d’une visite de travail qui l’a conduit dans cette wilaya limitrophe de la capitale.

Il y a une instruction ferme du Président

de la République, Abdelaziz Boute- flika, pour l’éradication des chalets

implantés après le séisme de mai 2003, et ce, avant la fin de l’année 2017 et l’utilisation de ces assiettes foncières pour des projets d’utilité publique, tels que l’habitat », a en effet déclaré M. Noureddine Bedoui, lors de l’inspection d’un chantier de réalisation de 800 logements promotionnels aidés (LPA) et logements publics locatifs (LPL), dans la localité de Sahel, dans la wilaya de Boumerdès. Le ministre tout en relevant l’importance de cette wilaya côtière du pays, a signalé que Bou- merdès se situe en fait, dans le prolongement de la capitale, à l’instar des wilayas de Blida et de Tipasa. Aussi, il mettra l’accent, dans ce contexte, sur l’impérieuse nécessité de l’embel- lissement de cette région, en procédant notam- ment à l’éradication des chalets qui avaient été implantés juste après le séisme dévastateur de mai 2003, mais également les sites d’habitat précaire là où ils se trouvent. Autre remarque importante à mettre en exergue, il est prévu de récupérer ces assiettes foncières, après l’éradication des chalets, pour en abriter ensuite des projets d’utilité publique, des logements. Le ministre après avoir constaté l’affectation «inappropriée», a-t-il dit, de cer- tains terrains à des projets d’investissement, a fait état de la décision «d’annulation de ces at- tributions et la redistribution des assiettes fon- cières pour des projets de développement d’utilité publique». Ce qu’il faut savoir, ici, c’est que l’ensemble des sinistrés ayant occupé des chalets à Bou- merdès suite au tremblement de terre du 21 mai 2003, ont été relogés. Cela dit, ces chalets ont servi ensuite de «centres de transit», a-t-on ex- pliqué. Ce qu’il faut dire, par ailleurs, c’est que la wilaya de Boumerdès a longuement souffert des affres du terrorisme, durant les années de la tra- gédie nationale ; comme rappelé hier, par le mi- nistre de l’Intérieur et des Collectivités locales. Par ailleurs, «cette région a, depuis, retrouvé la stabilité et la quiétude, grâce à la Charte pour la Paix et la Réconciliation nationale et aux sa-

«

pour la Paix et la Réconciliation nationale et aux sa- « crifices consentis par les éléments

crifices consentis par les éléments de l’Armée populaire nationale», a souligné le ministre. M. Noureddine Bedoui mettra à profit cette visite de terrain pour annoncer une bonne nou- velle aux habitants de cette ville qui ont été contraints de la quitter lors des années 90 pour des raisons sécuritaires. Ces derniers peuvent aujourd’hui bénéficier d’un programme spécial de relogement des ha- bitants des douars et villages abandonnés par leurs occupants, à la faveur de logements ruraux dotés de l’électricité. Outre la réalisation d’un nombre important de logements ruraux à Boumerdès, il sera ques- tion également de l’ouverture de nouvelles de voies d’accès et de routes, ainsi que la réalisa- tion de nombre d’infrastructures nécessaires, en vue de rebooster ces régions et en faire un levier de développement, notamment dans le secteur de l’Agriculture. Lors de cette visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Boumerdès, le ministre de

l’Intérieur a indiqué qu’il est existe des zones d’activité et des zones industrielles destinées à tout porteur de projets d’investissement, insis- tant sur le fait que «la wilaya de Boumerdès oc- cupe une place de choix à l’instar de celles de Blida et Tipaza de par leur proximité de la ca- pitale». D’autre part, pour répondre au souci d’aligner le taux d’avancement des travaux des chantiers au niveau des infrastructures à celui des logements, le ministre a appelé à «accélérer la cadence des travaux de réalisation des infra- structures nécessaires, tels que les établisse- ments scolaires ». Enfin, en présence du directeur général de la protection civile, le mi- nistre de l’Intérieur et des Collectivités locales, a procédé, dans la commune de Zemmouri El- Bahri, à l’inauguration et la baptisation de l’Unité marine du nom de chahid Yahi Amar. Il a également assisté à des exercices de si- mulation de sauvetage de personnes victimes de noyade.

Soraya Guemmouri

M. TEBBOUNE à ANNABA

PLUS DE 300 LOGEMENTS AADL DISTRIBUÉS

Le ministre de l’habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdel- madjid Tebboune, a présidé, hier, Annaba, la cérémonie de remise de plus de 300 logements AADL en présence des autorités de wilaya et des responsables du secteur de l’habitat, réalisés dans la localité de Boukhadra, commune d’El-Bouni, ces logements distribués font partie d’un programme comprenant 1.163 unités. Lors de la cérémonie de remise des clés, le ministre a annoncé que le programme de logements AADL 2001-2002, sera clôturé d’ici juin prochain pour mettre le cap sur celui AADL 2-2013 en cours de réalisation à El Bouni et dans la nouvelle ville de Draa Errich. Avec ces réalisations, Annaba enregis- trera d’ici la fin de l’année en cours, au total 13 500 logements, tous segments confondus, a fait sa- voir le ministre. Ce qui va permettre à la wilaya de Annaba de résoudre le problème des bidonvilles entre 80 et 90 %.

de résoudre le problème des bidonvilles entre 80 et 90 %. Dans la nouvelle ville de

Dans la nouvelle ville de Draa Er- rich, le ministre a procédé à la re- mise de 756 pré-affectations de

logements AADL d’un programme comprenant 2.500 unités . D’autres pré-affectations de 1.844 loge-

ments, soit le reste du programme, seront remises prochainement, a-t- on relevé . Le ministre a, par ailleurs, exhorté les responsables de l’AADL à penser d’ores et déjà à l’exploitation des commerces, à travers le système de la location- vente. Les usagers de ces commerces doivent être des gens de métiers, a- t-il insisté, avant de demander de prévoir des locaux pour les entre- prises de service public (Sonelgaz, Algérie Télécom, Algérie Poste, etc.). Se déclarant très satisfait par le travail qui se fait dans la nouvelle ville de Draâ Errich en chantier, le ministre a soutenu que le pro- gramme du Président de la Répu- blique doit être appliqué dans son intégralité. Il a enfin procédé au lancement des travaux de 10 projets d’équipe- ments publics à la nouvelle ville de Draâ Errich. B. Guetmi

RAPATRIEMENT DES DéPOUILLES DES PERSONNES NéCESSITEUSES

PRISE EN CHARGE PAR LES CONSULATS

Le rapatriement de dépouilles mortelles des personnes néces- siteuses est pris en charge par les consulats, conformément à la loi de finances 2017, a appris l’APS de l’ambassade d’Algérie en France. Les 18 postes consu- laires que compte l’Algérie en France ont déjà publié, il y a plus d’un mois, un communiqué pour préciser que «la prise en charge des frais de rapatriement ne concerne que les personnes né- cessiteuses ou qui se trouvent dans une situation de précarité avérée». Les postes consulaires accor- dent ce service après un examen préalable de la demande, a-t-on ajouté. Cette décision est inter- venue, a-t-on indiqué, suite à la réunion au siège de l’ambassade d’Algérie en France du secrétaire général du ministère des Affaires étrangères avec les chefs de poste consulaires de l’Europe les 16 et 17 février dernier. Longtemps revendiquée par les membres de la communauté algérienne vivant à l’étranger, la loi des finances de 2015 (article 136) a inclus le transfert vers l’Algérie des ressortissants algé- riens décédés à l’étranger dans le cadre du compte d’affectation spéciale Fonds de solidarité na- tionale, sans pour autant donner des précisions sur les modalités de la prise en charge ni un texte d’application n’a été publié. Pour sa part, la loi de fi- nances de 2016 a modifié l’arti- cle 136 de la LF 2015 pour spécifier que la prise en charge du rapatriement ne concerne que les personnes nécessiteuses parmi la communauté algérienne établie à l’étranger. Un compte d’affectation a été ouvert à cet effet intitulé Fonds de solidarité pour la communauté algérienne qui doit être alimenté, en autres, d’un droit versé par tout ressor- tissant établi à l’étranger, de ma- nière régulière, pour la délivrance d’une carte consulaire ou son renouvellement. Le montant de ce droit devait être déterminé par le ministère des Affaires étrangères. C’est dans ce cadre que le ra- patriement des corps est pris en charge l’Etat. Mais la loi de fi- nances de 2017 (article 92) est venue apporter la précision avec le changement de l’intitulé du compte pour devenir Fonds de solidarité pour les ressortissants algériens nécessiteux décédés à l’étranger. Ce fonds est alimenté par une partie des recettes issues de la délivrance d’actes consu- laires et de visa, ainsi que des dons et legs. Pour les personnes qui ne sont pas dans la catégorie des nécessiteux, les membres de la communauté peuvent souscrire à une Assurance Obsèques au- près de la Société algérienne des assurances (SAA) ou de la so- ciété française d’assurance (SAP de Niort) pour un montant de 25 euros par an. Pour les familles nombreuses, précise-t-on, le montant ne saurait dépasser 100 euros pour tous les membres. (APS)

Dimanche 23 Avril 2017

N

a t io n

EL MOUDJAHID

7

M. GAÏD SALAH À OUARGLA

UNE IMPORTANCE CAPITALE

AUX EXIGENCES DE SÉCURITÉ

Le général de corps d'armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), Ahmed Gaïd Salah, a réitéré, depuis la 4 e Région militaire (Ouargla), où il poursuit sa visite, «l’importance majeure» accordée par le Commandement de l’ANP «à la satisfaction des exigences et impératifs de la sécurité de l’Algérie, et de sa défense nationale», indique un communiqué de cette institution.

N ous accordons une impor-

tance capitale à ce que les efforts laborieux consentis

par l’ANP, digne héritière de l’Armée de libération nationale, je dis une im- portance capitale, à les conjuguer et les concilier davantage avec les exi- gences de la sécurité de l’Algérie et de sa défense nationale, et avec la préservation de l’indépendance de notre pays, de la défense de sa souve- raineté et de sa quiétude, et la garan- tie de son intégrité territoriale et sa cohésion populaire», a affirmé le gé- néral de corps d'armée qui présidait, au 3 e jour de sa visite en 4 e RM, une rencontre réunissant les cadres et les personnels de la Région, ainsi que des représentants de différents corps de sécurité, de la Protection civile et des Douanes, où il a prononcé une al- locution d'orientation suivie, via vi- sioconférence, par les éléments de toutes les unités de la Région. «Sur cette même voie et suivant le même chemin, il incombe à nos Forces ar- mées, dans cette région et à travers les quatre coins du pays, de conférer le plus grand soin aux missions dont elles sont chargées, de sorte à encou- rager et à motiver l’ensemble à s’en acquitter avec compétence et au mo- ment opportun, afin d’atteindre la rentabilité requise en toutes condi- tions et circonstances», a-t-il pour- suivi. Il a, dans ce contexte, tenu à rele- ver, «cette rentabilité, dont les fruits ne cessent de se multiplier, grâce au sens de patriotisme, à la démarche ac- tive et dévouée, et à la vigilance per- manente qui caractérisent la composante humaine de nos forces armées avec toutes leurs catégories et, qui sait, sans doute, tirer profit de son réservoir de connaissances et de son capital scientifique», ajoutant qu'«à ce propos, il m’est opportun de saluer l’importance majeure accordée

«

opportun de saluer l’importance majeure accordée « par Son Excellence, Monsieur le Pré- sident de la

par Son Excellence, Monsieur le Pré- sident de la République, Chef su- prême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, aux aspects cognitif, scientifique, éducatif, didac- tique et culturel». Le général de corps d'armée a ainsi observé que cet inté- rêt «se reflète dans son message adressé au peuple algérien, à l’occa- sion de la journée du Savoir, exhor- tant les enfants de cette patrie à suivre la lumière du savoir et de la connais- sance, et de se munir de la grande conscience nationale qui a distingué l’éminent savant Abdelhamid Ibn- Badis». «Ce sont des valeurs pour lesquelles nous œuvrons, au sein de l’ANP, digne héritière de l’ALN, à ce qu’elles soient un repère qui nous guide dans notre voie de développe- ment actif qui, grâce à Allah le Tout- Puissant, nous a placés à de très hauts niveaux dans plus d’un domaine», a- t-il assuré. «Cela ne saurait se réaliser

aussi prodigieusement, voire même parfaitement, sans les grands efforts et le travail laborieux et conscien- cieux, pour lesquels nous avons veillé à ce qu’ils soient fournis par tous et sans exception, et sans la totale coor- dination et la parfaite synergie dont nous avons œuvré à l’instauration entre tous, chacun dans son domaine de responsabilité, de commandement et de gestion, et dans les limites de ses prérogatives opérationnelles et professionnelles, et dans les secteurs de sa spécialité technique, scienti- fique, de connaissances ou même de sensibilisation.» Par ailleurs, et dans une seconde rencontre réunissant le commandement et les états-majors de la Région, les commandants de sec- teurs opérationnels, les responsables des services de sécurité, ainsi que les commandants des établissements de formation et des grandes unités, le général de corps d’armée a suivi un

exposé global sur le secteur de com- pétence présenté par le général major Cherif Abderezzak, commandant de la 4 e Région militaire, suite auquel M. Gaïd Salah a donné nombre de re- commandations et d’instructions por- tant sur la nécessité de maintenir l’état-prêt au combat des unités de la Région à son plus haut niveau. Il a alors saisi l’opportunité, pour rappe- ler «les principaux axes constituant l’essence des instructions et orienta- tions les concernant en tant que ca- dres et chefs à divers échelons, et dans les limites de vos prérogatives», en les exhortant à veiller à «l’entière exécution», et observant que «leur parfait accomplissement est impératif à la réalisation des objectifs escomp- tés». «Votre mission en tant que ca- dres de commandement exige de vous d’attacher à cet aspect l’impor- tance qui lui sied, veillez donc à ac- corder un intérêt particulier à

l’accomplissement de vos missions de manière à ce que vos subordonnés soient davantage motivés à mener leur devoir parfaitement, en temps réel et au moment opportun, ce qui permettra d’atteindre la performance requise quelles qu’en soient les conditions et les circonstances», a-t- il dit, ajoutant qu'il est «primordial» de rappeler le rôle de «la sensibilisa- tion et de l’aspect moral, par leur im- portance, étant des facteurs déterminants pour la réussite de toute action. Pour cela, j’insiste amplement à ce que vous leur donniez l’impor- tance requise». Il a, ensuite, inauguré plusieurs unités et structures adminis- tratives et sportives, à l’instar du siège de la 58 e Brigade Missiles, bap- tisée au nom du chahid Adamou Mo- hamed El-Bahri, et le 158 e Régiment Missiles, baptisé au nom du chahid Khalil Abdelhafid, en présence des familles des deux chouhada, aux- quelles un hommage a été rendu. En outre, et à l’Hôpital militaire régional universitaire, le vice -ministre de la Défense a visité quelques services de santé récemment réaménagés et dotés de nouveaux équipements permettant d’assurer les soins médicaux aux per- sonnels de la Région. Au siège du commandement de la Région, il a inauguré le Centre régional des trans- missions doté d’équipements de haute technicité, et assurant les télé- communications filaires et non fi- laires, hertziennes et spatiales, au profit des structures et unités de la Région. Enfin, M. Gaïd Salah a inau- guré le Complexe sportif régional qui «contribuera au développement et à la promotion du sport militaire au ni- veau de la Région, vu les structures de qualité qu’il recèle, à l’image de la salle omnisports, du stade de football doté d’une pelouse artificielle, du parcours d’athlétisme, ainsi que de l’hôtel des athlètes».

USINE DE VÉHICULES MILITAIRES DE TIARET

CHAÎNON STRATÉGIQUE

DE L’INDUSTRIE MÉCANIQUE

l 9.000 UNITÉS PRODUITES ET 3.200 PRÉVUES EN 2017.

Depuis le lancement de la produc- tion de l’usine de la Société algé- rienne de fabrication de véhicules Mercedes-Benz Algérie (SAFAV- MB) d’Aïn Bouchekif (Tiaret), inau- gurée en octobre 2014, par le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, la SAFAV-MB a produit quelque 9.000 véhicules, alors que pas moins de 3.200 autres sont également program- més pour l’année 2017. L’usine en question vient de livrer un quota de 219 véhicules tous usages, de marque Mercedes Benz, à la Direction centrale du matériel re- levant du ministère de la Défense na- tionale. Le protocole de livraison a été signé jeudi entre le Directeur du Conseil d’administration de la so- ciété, le colonel Smail Krikrou, et le représentant la Direction centrale du matériel (DCM) du MDN, le colonel Touhami Redaoui. Il s’agit de 63 vé- hicules utilitaires d’intervention pour la Gendarmerie nationale, de 25 am- bulances, de 127 véhicules tout-ter- rain et de 4 véhicules de transport de

personnel.Apparemment fort satisfait des importants contrats engagés avec différents organismes et entreprises, le Directeur du Conseil d’administra- tion de la société a annoncé, à cette occasion, que plus de 1.400 véhicules produits à Tiaret ont été livrés aux différents clients durant les quatre premiers mois de 2017, dont 200 vé- hicules remis à leurs propriétaires en mars dernier, en l’occurrence la DCM du ministère de la Défense na- tionale. Il faut signaler que la partie algé- rienne détient 51% des parts de cette entité, par le biais de l’Entreprise de développement de l’industrie auto- mobile (EDIV) relevant du MDN (34%) et la SNVI (17%). Le fonds d’investissement émirati «Aabar» possède 49% des parts, alors que le groupe allemand Daimler est le par- tenaire technologique. L’usine d’Aïn Bouchekif dispose d’une capacité de production théorique annuelle de 6.000 véhicules de type «Mercedes Sprinter», destinés à tous les usages, et de 2.000 véhicules 4x4 de type «G Class» de la catégorie «G», destinés

4x4 de type «G Class» de la catégorie «G», destinés à des usages militaires et paramili-

à des usages militaires et paramili- taires. Lors de la visite du Premier minis- tre, Abdelmalek Sellal, à la SAFAV- MB, en juin 2016, un programme de production d’autres types de véhi- cules a été annoncé, notamment celui de fabrication de bus de transport, des véhicules utilitaires tout-terrain, des véhicules aménagés pour le grand

Sud, des véhicules utilitaires de 9 passagers, ainsi que des voitures tout- terrain de haute gamme. La SAFAV a également déjà en- tamé la commercialisation à destina- tion du grand public, des premiers fourgons Sprinter produits en Algé- rie. Il faut savoir aussi que la Mer- cedes-Benz Sprinter «Made in Algeria» est disponible en huit décli-

naisons allant du fourgon tôlé pour le transport de marchandises au trans- port des personnes de 23 places, en passant par le frigo et l’ambulance. Il est utile de noter que la SAFAV, créée donc grâce à un partenariat entre l'Établissement de développement de l’industrie des véhicules du ministère de la Défense nationale, le partenaire technologique allemand «Daimler» et le fonds d’investissement émirati «Aabar», avait été inaugurée le 26 octobre 2014, par le général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Ar- mée nationale populaire, Ahmed Gaïd Salah. Il convient de rappeler que la pre- mière livraison de véhicules tout-ter- rain de marque Mercedes-Benz sortis de l’usine de Tiaret, destinés à renfor- cer les capacités opérationnelles de l’institution militaire, a été effectuée en janvier 2015. Composée d’un lot de plus de 200 véhicules 4X4 «Classe G», cette première livraison sera af- fectée aux différentes divisions et unités opérationnelles de l’ANP. Mohamed Mendaci

Dimanche 23 Avril 2017

Ph : Krash

8

Ph : Krash 8 NOUVELLESDESÉTIF EL MOUDJAHID PAGE ANIMÉE PAR F. ZOGHBI RESSOURCES EN EAU DES

NOUVELLESDESÉTIF

Ph : Krash 8 NOUVELLESDESÉTIF EL MOUDJAHID PAGE ANIMÉE PAR F. ZOGHBI RESSOURCES EN EAU DES

EL MOUDJAHID

PAGE ANIMÉE PAR F. ZOGHBI

RESSOURCES EN EAU

DES PROJETS EN RETARD

Dans la dynamique d’inspection et de suivi constants sur le terrain de l’ensemble des projets en voie de réalisation, et de strict respect des délais de réalisation sans que la qualité de l’œuvre en pâtisse, le wali, M. Maskri, s’est rendu récemment dans la zone sud de la wilaya, où il a consacré la totalité de sa visite aux projets relevant du secteur des ressources en eau.

U ne visite qui s’inscrit dans le prolongement de la pre- mière action du genre qui

remonte au 2 mars dernier sur les mêmes sites et a permis au premier responsable de cette wilaya de s’enquérir de l’état d’exécution des instructions données dans ce contexte à l’effet de réceptionner les grands projets de l’eau destinés à alimenter cette zone de la wilaya en eau potable. A ce titre le wali se rendra d’abord dans la commune de Ain Azel, au sud de la wilaya où il a inspecté le chantier destiné à ali- menter les populations des locali- tés de Maafar, Rasfa, Salah Bey et Ain Lahdjar à partir des 11 forages de Kherzet Youcef produisant un débit de 220 litres/seconde. Il fera état d’une série d’instructions al- lant dans le sens de la dynamisa- tion de ce chantier et l’achèvement rapide des travaux pour sa mise en service dans un délai de 10 jours. Comme il fera état de cette même rigueur pour ce qui est de l’achèvement du réservoir de l’ag- glomération rurale de Maafar dont les populations ont été lourdement

rurale de Maafar dont les populations ont été lourdement affectées durant la décennie noire et fixera

affectées durant la décennie noire et fixera là aussi une échéance al- lant du 15 au 20 mai pour la livrai- son de cet ouvrage. En allant s’enquérir ensuite de visu de l’avancement des travaux du chantier devant également ali- menter les populations de Ain Azel, Boutaleb et El Hamma à par- tir du forage de « Chaaba el Hamra » doté d’un débit de 210 li-

tres/seconde, le chef de l’exécutif de wilaya ne manquera pas de dé- plorer les retards accusés par rap- ports aux échéances fixées lors de sa précédente visite. Instruisant fermement le directeur de wilaya des ressources en eau de veiller au respect de ces délais et de procéder rapidement à la mise en place des équipements des stations de pom- page pour la réception du projet

avant le mois de ramadhan, faute de quoi une résiliation sera pronon- cée à l’endroit de l’entreprise dé- faillante et son remplacement immédiat. Dans la commune de Ain Oul- mène où il se rendra ensuite pour mesurer l’avancement de raccorde- ment en eau potable de ce centre à partir des forages d’El Karma et Charchoura qui touchera 73.000 habitants et 10.000 autres élisant domicile dans des agglomérations secondaires, c’est un sentiment de satisfaction qui prévaudra au vu des avancées constatées dans la réalisation de ce projet qui, à la grande satisfaction de la popula- tion de cette grande commune du sud de la wilaya, sera mis en ser- vice dans les 20 jours qui suivent cette visite et donc mis en service aussi avant le début du mois de ra- madhan. Dans la commune de Guellel ensuite où il constatera une situation déplorable du chantier d’assainissement, le wali exigera des responsables concernés un rap- port détaillé à l’effet d’une prise en charge définitive de ce projet.

REMISE DE 310 LOGEMENTS À OULED SABER

C’est une ambiance de fête po- pulaire marquée également par beaucoup d’émotion que le wali à présidé la cérémonie de remise des clefs et de décisions de 310 loge- ments publics locatifs dans la com- mune de Ouled Saber. Au cœur de cette foule venue assister à cet événement et de vi- brants you-you qui réchauffaient les cœurs par le temps froid qui sé- vissait, Azzedine Bouras, handi- capé et tendant ses mains à ses deux enfants, ne sera pas en rece- vant les clefs de son logement sans être trahi par des larmes de joie et une émotion forte alors qu’il regar- dait le ciel : « Dieu merci, mainte-

nant, je suis un homme heureux. » Non loin de lui Matmati Loucif, né en 1937, qui attend ce logement depuis 20 ans n’est pas sans jubiler : « J’ai enfin un chez moi et je peux mourir tranquille ! Cela fait 20 ans que nous vivons d’espoir moi et ma famille, je voudrais dire un grand merci au Président Bou- teflika pour m’avoir permis, comme beaucoup

Bou- teflika pour m’avoir permis, comme beaucoup d’autres qui ne sont pas mieux lotis que moi,

d’autres qui ne sont pas mieux lotis que moi, d’accéder enfin à un logement et y vivre pour le reste de mes jours dignement. » En présidant cette 14 e cérémonie de remise des clefs de 2.457 logements dans différentes communes, le wali n’en est pas moins sans inscrire cette opération dans le cadre d’une démarche allant dans le sens

LPP

LANCEMENT DE 940 UNITÉS

de la satisfaction de cette préoccu- pation majeure du citoyen : « Nous avons en effet pris la décision d’at- tribuer à leurs bénéficiaires tous les logements qui sont déjà pré-affectés et nous le faisons au fur et à mesure pour les livrer avec toutes les com- modités qui s’imposent et ne laisser aucun détail qui puisse faire l’objet de désagrément pour les occupants. L’opération se poursuivra dans les jours à venir pour que de nombreux autres logements soient attribués. » Sur plus de 5.000 logements publics pré-affectés il ne restera que 2.593 unités à inscrire dans cette dyna- mique, dans une wilaya qui n’aura jamais depuis l’indépendance béné-

ficié d’autant de logements et compte actuellement un portefeuille de 94.565 logements tous segments confondus sur lequel 61.511 sont achevés et 21.855 en cours de réa-

lisation au moment où 11.199 autres sont en cours de lancement.

Répondant aux attentes des ci- toyens dont les revenus permettent d’accéder à un tel segment et fai- sant pour la prise en charge des dossiers déjà en instance au niveau de la wilaya, le wali a présidé ré- cemment, une importante réunion impulsant le lancement imminent en réalisation de 940 logements du type promotionnel public. Cette rencontre qui s’est tenue au siège de la wilaya en présence de 21 promoteurs et des directeurs de l’urbanisme et de la construc- tion, de l’habitat, des biens de l’Etat et du directeur de l’industrie et des mines de même que les res- ponsables techniques concernés

par la réalisation d’un tel projet qui vient consolider un portefeuille d’envergure de cette wilaya dans les différents segments, a permis au wali d’intervenir à la lumière de la situation qui a été développée par les différents responsables locaux et insister sur plusieurs aspects im- portants. Le premier responsable de la wilaya a saisi cette opportunité pour se pencher avec rigueur sur le strict respect des normes urbanis- tiques sachant qu’au-delà de l’as- pect qu’ils sont appelés a produire dans ce contexte, ces 940 loge- ments qui seront implantés sur les hauteurs du POS de « Chouf el

Keddad », seront la vitrine de la ville de Sétif à son entrée Est et s’inscrivent ainsi dans une dé- marche d’harmonisation du tissu urbain et de perspectives qui sont appelées à conférer à cette grande ville du pays un statut de métropole régionale, aidé en cela par des pro- jets structurants qui, à l’instar du tramway, sont actuellement en voie de réalisation. En s’adressant aux 21 promo- teurs chargés de la réalisation de ce programme promotionnel collectif dont la hauteur des bâtiments va- riera entre 9 et 12 étages, le wali ne manquera pas de mettre l’accent sur la réalisation de parkings,

exhortant par la même, les réalisa- teurs à veiller à l’aspect esthétique. Dans ce contexte , la réalisation rapide de ces 940 logements sans que l’aspect qualitatif n’en pâtisse sera l’une des instructions forte du wali qui appellera tous les direc- teurs concernés à apporter l’assis- tante et un accompagnement constant aux promoteurs qu’il ap- pellera aussi à apporter leur contri- bution au titre de la solidarité communautaire qui a gagné beau- coup de terrain ces derniers temps à travers la wilaya et dans diffé- rents secteurs.

APW

60 COMMUNES À LA LOUPE

Pas moins de trois grands dos- siers importants portant sur l’œu- vre déployée au cours de l’année 2016 et présenté à cette occasion par le wali, l’état d’exécution des recommandations et la situation qui prévaut au niveau du secteur des postes et télécommunication en plus de transferts internes de crédits ont marqué la session or- dinaire de l’APW au titre du mois de mars . Une session à l’issue de laquelle le président de l’APW et le wali interviendront pour dire l’impor- tance que revêtent de tels dos- siers qui constituent pour certains le juste couronnement des efforts intenses déployés au cours de l’année 2016 dans bien des secteurs sensibles et straté- giques. Le président de l’APW et le wali saisiront cette opportunité pour rappeler la dimension que revê- tent les prochaines élections électorale du 4 mai, appelant les électeurs a faire de cette échéance populaire une grande fête de la démocratie qui va dans le sens de la consolidation des valeurs républicaines et des insti- tutions. Aussi, appelleront-ils les électeurs à voter en masse le 4 mai pour exercer le droit et ac- complir leur devoir citoyen. Hassen Ghoul, président de l’APW, ne manquera pas de faire état des avancées relevées au titre du développement local et partant, la prise en charge des préoccupations du citoyen au titre des programmes initiés par le Président Abdelaziz Boute- flika avec une dynamique constante d’instauration d’une justice sociale et d’équilibre ré- gional dans les 60 communes de cette wilaya. Des efforts d’envergure dira-t-il, qui ont été également mis en œuvre en 2016, impulsés par le suivi et la rigueur exercés sur le terrain par le wali et l’encoura- gement de l’investissement, ajoutera le président de l’APW. Pour sa part Nacer Maskri, met- tra l’accent sur la continuité qui caractérise la dynamique du dé- veloppement, et ne manquera pas de rappeler l’effort consenti par l’Etat dans cette wilaya. Chiffres à l’appui, il rappellera pour 2016, des taux de couver- ture de plus 93,55% en matière de gaz naturel ce qui relève un record national, 99,13% pour l’électrification et dans un do- maine aussi sensible que celui du logement, la réception de 10.285 logements, tous segments confondus, alors que 21.968 uni- tés sont en voie de réalisation. Des exemples révélateurs de la dynamique de développement qui prévaut dans cette wilaya dont le premier responsable ne manquera pas d’appeler à veiller à une gestion rationnelle et une orientation saine des ressources. Il félicitera par la même tous les chefs d’entreprise qui, dans le cadre de la solidarité communau- taire, s’impliquent sur leurs pro- pres fonds et pour une première du genre, dans la réalisation de projets dans des domaines aussi importants que ceux des travaux publics, de l’éducation et de la santé.

Eco no m ie

9

EL MOUDJAHID

marQuage obligatoire des produits

MIEUX PROTÉGER LE CONSOMMATEUR

lPUBLICATION IMMINENTE D’UN ARRÊTÉ MINISTÉRIEL.

«Un arrêté lié au marquage obligatoire est au niveau du secrétariat général du gouvernement, et sa publication est imminente», a déclaré, hier, le directeur général de l’IANOR, joint au téléphone. Chaque département ministériel, précise Djamel Halès, devra établir une «liste des produits qui seront soumis au marquage».

p ar de telles mesures, l’algérie, outre son aspiration à « se mettre en conformité avec les standards

et référents internationaux », renouvelle sa détermination à « protéger la santé et la sécurité des biens et personnes ». aujourd’hui les produits importés souf- frant d’une non-conformité, seront sou- mis au marquage obligatoire. dans le souci de protéger l’économie nationale, le ministère de l’industrie et des mines a publié, février dernier, un décret exé- cutif relatif aux conditions et aux carac- téristiques d’apposition de marquage de conformité aux règlements techniques ainsi que les procédures de certification de conformité. la certification de pro- duits est soumise à un organisme d’évaluation de la conformité compé- tent désigné et/ou agréé par les pou- voirs publics concernés pour effectuer ses activités, conformément à un règle- ment technique ou a un référentiel spé- cifique. l’article 3 précise que l’évaluation de la conformité est ef- fectuée selon l’activité requise par les laboratoires, les organismes d’inspec- tion, les organismes de certification.

d’inspec- tion, les organismes de certification. l’accréditation est volontaire. toute- fois, elle peut

l’accréditation est volontaire. toute- fois, elle peut être rendue obligatoire par le département ministériel concerné, pour les organismes d’éva- luation de la conformité intervenant dans les domaines touchant à la santé,

à la sécurité et à l’environnement. dans l’article 6, est clairement précisé que le produit ou les familles de produits qui sont soumis à la certification obliga- toire sont fixés par arrêté du ministre concerné. les différents niveaux et pro-

cédures d’évaluation de la conformité applicables, sont fixés par arrêté pris par le ministre chargé de la normalisa- tion. le marquage « conformité algé- rienne » est apposé de façon visible, lisible et indélébile. lorsque la nature du produit ne le permet pas ou ne le jus- tifie pas, il est apposé sur son embal- lage et sur les documents d’accompagnement, lorsque le règle- ment technique le prévoit. d’autre part, il y a lieu de rappeler que le gouverne- ment avait déjà pris des mesures liées au marquage fiscal afin de mieux contrôler les importations, lutter contre l’informel et protéger la production na- tionale. Cette mesure consiste en un éti- quetage indélébile et soumis à impôt indirect par le biais d’une « taxe inté- rieure de consommation ». m. bou- chouareb avait précisé que la mesure nécessitait un équipement spécifique de haute technologie afin de mieux proté- ger les produits de grande consomma- tion via un marquage fiscal sécurisé consistant à affecter à un produit indi- viduel un identifiant unique et sécurisé. Fouad Irnatene

l’un des principaux partenaires économiques de l’algérie dans la région de l’ue, l’italie conti- nue d’occuper une position de leadership sur le marché algérien, notamment en ce qui concerne le secteur du bâtiment et matériaux de construction. sa participation au salon du batimatec, dans son édition de 2017 confirme son intérêt pour la consolidation de la coopération dans un domaine qui revêt une importance particulière pour le pays dans cette phase qui enregistre le lancement de grands projets dans le secteur du logement. Cin- quante-neuf entreprises italiennes seront ainsi pré- sentes au salon international du bâtiment et des matériaux de construction, qui aura lieu du 23 au 27 avril, au palais des expositions (pins mari- times). les exposants encadrés par l’agence ita- lienne pour le commerce extérieur (iCe), pour la

batimateC

L’ITALIE EN LEADERSHIP

cinquième fois consécutive, occuperont un espace de 800 m² au niveau du pavillon « g » qui verra également la présence de chambres de commerce et unions industrielles régionales italiennes. l’ita- lie fournit à une majeure partie des entreprises al- gériennes les équipements/machines et matériaux de construction (carrelage, briqueterie, centrales à béton, concassage, criblage et lavage des agrégats, buses, dalles, matériel d’échafaudage et de cof- frage, etc.). les barres en fer/acier occupent la pre- mière place du volume global des exportations italiennes vers l’algérie, dans ce secteur, avec un montant de 537,32 millions de dollars et un quota de 46,34% sur les importations totales du pays, en fer et acier, estimées à 1,17 milliard de dollars selon les statistiques douanières pour l’année 2016. l’italie se positionne également comme pre-

mier fournisseur de l’algérie pour les secteurs des fils-machine, avec un montant de 51,85 millions de dollars, les laminoirs à métaux, avec un mon- tant de 14,86 millions de dollars, les bétonnières avec 17,72 millions de dollars et les machines et appareils de levage, de chargement, de décharge- ment ou de manutention, avec un montant de 30,75 millions de dollars, en référence aux don- nées du centre national de l’informatique et des statistiques pour 2016. des chiffres qui confirment l’intérêt des ita- liens pour le segment du bâtiment et de la construction en algérie. aussi, le salon constitue le rendez-vous incontournable pour les entre- prises italiennes qui veulent explorer les oppor- tunités d’investissement dans le domaine. D. Akila

Centre de développement des énergies renouvelables

UN CHERCHEUR RÉALISE UNE VOITURE ÉLECTRIQUE

une voiture électrique 100% algérienne a été réalisée par un chercheur du Centre de développement des éner- gies renouvelables (Cder), oussama touaba. Ce pro- totype, qui convient principalement aux zones urbaines, d’une longueur de 2,5 mètres est fabriqué totalement en

aluminium afin de lui offrir plus de légèreté et d’agilité pendant la circulation, a expliqué m. touaba lors de la présentation de cette voiture à la presse au siège du Cder (alger). doté de deux sièges (chauffeur et passa- ger), ce véhicule électrique peut rouler à une vitesse de 40 km/h, alors que son poids ne dépasse pas les 200 ki- logrammes. Quant à la puissance de cette voiture, équi- pée de deux moteurs, elle est de 1,2 kilowatt (équivalent

à 1,7 cheval) avec une vitesse maximale de 40 km/h qui

diffère en fonction de la puissance du moteur et de la qualité des batteries. précisant qu’il détient un brevet d’invention délivré par l’inapi, m. touaba précise que cette invention n’est qu’une première étape d’un long chemin qu’il faudra parcourir pour développer ce cré- neau et l’intégrer dans une approche commerciale. « notre mission en tant que chercheur du Cder consiste

à arriver à des résultats concrets et à développer des idées

qui ont un impact sur le secteur socio-économique na- tional, tandis que la production relève des investisseurs », a-t-il avancé. Questionné par un journaliste sur le prix de revient de ce véhicule, il l’a estimé à un coût ne dé- passant pas les 700.000 da. Ce chercheur de 31 ans, titulaire d’un master en élec- tronique, a précisé que cette voiture serait exposée au salon national des produits de la recherche scientifique, prévu en mai prochain à alger, dans le but de la faire dé- couvrir au public algérien et aux investisseurs en auto- mobile.

CommerCe extérieur au 1 er trimestre 2017

FORTE RÉDUCTION DU DÉFICIT

le déficit commercial de l’algérie a atteint 2,74 milliards de dollars (mds usd) au premier trimestre de 2017, contre un dé- ficit de 5,54 mds usd sur la même période de 2016, en baisse de 2,8 mds usd correspondant à un recul de plus de 50% du défi- cit entre les deux périodes de comparaison, a appris l’aps au- près des douanes. les exporta- tions ont augmenté à 8,944 mds usd, contre 6,32 mds de dollars à la même période de 2016, soit une augmentation de 2,62 mds usd correspondant à une hausse de 41,52%, précise le Centre na- tional de l’informatique et des statistiques des douanes (Cnis). pour les importations, elles ont baissé à 11,68 mds usd en jan- vier-mars 2017 contre 11,86 mds usd en janvier-mars de l’année écoulée, soit un recul de 1,5%. les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 77% contre 53%. grâce au redressement des cours pétroliers qui ont oscillé entre 50 et 57 dollars en janvier-mars, les exportations des hydrocarbures, ayant représenté 94,73% du total des exportations, ont atteint 8,47 mds usd contre 5,91 mds usd à la même période de 2016, en hausse de 43,42%. Quant aux exportations hors hydrocarbures (5,3% du montant global des ex- portations), elles ont augmenté à 471 millions usd contre 412

millions usd (+14,32%). les ex- portations hors hydrocarbures étaient composées des demi-pro- duits avec 349 millions usd, des biens alimentaires avec 87 mil- lions usd, des produits bruts avec 19 millions usd ainsi que des biens d’équipements industriels et des biens de consommation non alimentaires. pour ce qui est des importa- tions, sur les quatre groupes des produits importés, deux ont en- registré une baisse : les biens destinés à l’outil de production et les biens de consommation non alimentaires. les importations des produits alimentaires ont augmenté à 2,26 mds usd contre 1,98 milliard usd (+14,2%), alors que les biens d’équipement ont haussé à 4,44 mds usd contre 4,14 mds usd (+7,23%). par contre, les impor- tations ont chuté dans les groupes des biens destinés à l’outil de production à 3,33 mds usd contre 3,71 mds usd (-10,32%) et les biens de consommation non alimentaires à 1,64 milliard usd contre 2,02 milliards usd (-18,6%). sur les 11,68 mds usd d’importations enregistrées, des montants de 7,14 mds usd ont été payés par cash (61,13% des importations), soit une hausse de 4,3% des rè- glements par cash par rapport à la même période de 2016. les lignes de crédit ont financé les

importations à hauteur de 35,7% pour un montant de 4,17 mds usd (baisse de 6,7%), tandis que les comptes en devises propres n’ont financé aucune importa- tion. le reste des importations a été financé par le recours à d’au- tres moyens de paiements à hau- teur de 372 millions usd (en baisse de 31,4%).

L’Italie et la Chine préservent leur statut de premiers partenaires

les cinq premiers clients de l’algérie, au cours de janvier- mars 2017, ont été l’italie avec 1,74 milliard usd d’exportations algériennes (19,45% des expor- tations globales algériennes), suivie de l`espagne avec 913 millions usd (10,21%), des etats-unis avec 903 millions usd (10,1%), de la France avec 897 millions usd (10,03%), et des pays-bas avec 495 millions usd

(5,53%).

Quant aux principaux four- nisseurs de l’algérie, la Chine est restée en tête avec 2,47 mds usd d’importations algériennes (21,2% des importations glo- bales algériennes), suivie de la France avec 971 millions usd (8,3%), de l’italie avec 796 mil- lions usd (6,8%), de l’alle- magne avec 781 millions usd (6,7%) et de l’espagne avec 709 millions usd (6,1%).

algérie - gabon

ACCORD DE TRANSPORT AÉRIEN

un accord de transport aé- rien a été signé entre l’algé- rie et le gabon, qui permettra à air algérie et à tassili airlines de desservir le gabon, apprend-on au- près de sources diploma- tiques. Cet accord a été paraphé jeudi dernier dans la capitale gabonaise par le directeur de l’aviation civile et de la météorologie au mi- nistère des travaux publics et des transports, m. smain Youcef azizi, et le directeur général de l’aviation civile gabonaise, m. dominique oyinamono. Concernant aussi bien le transport de passagers que le fret, cet ac- cord permettra aux avions des deux compagnies natio- nales air algérie et tassili airlines de desservir le gabon sur la base de la réci- procité conformément à la législation en vigueur dans les deux pays, explique la même source. la cérémonie de signature sanctionnant deux jours de travaux entre les deux délé- gations s’est déroulée en présence de l’ambassadeur d’algérie à libreville, m. mohamed antar daoud, qui s’est félicité de « cette dyna- mique nouvelle dans les re- lations alger-libreville insufflée par les présidents abdelaziz bouteflika et ali bongo ondimba ». Cet accord intervient égale- ment suite à la visite effec- tuée en février dernier à alger par m. pacôme mou- belet boubeya, ministre d’etat gabonais, ministre des affaires étrangères, de la Francophonie et de l’inté- gration régionale, chargé des gabonais de l’étranger. lors de cette visite, il avait alors été décidé d’un commun ac- cord avec la partie algé- rienne de convenir de la tenue à alger de la réunion de la Commission mixte qui ne s’est pas tenue depuis 1987. il est précisé du côté gabonais que le président ali bongo ondimba pour- rait également visiter l’al- gérie dans les prochains mois et que la signature de plusieurs accords de coopé- ration est également envisa- gée, ajoute-t-on de même source.

est également envisa- gée, ajoute-t-on de même source. LE NUMÉRO VERT « 1020 » Les services

LE NUMÉRO VERT « 1020 »

Les services de contrôle des pratiques commerciales, de lutte contre la spéculation, de contrôle de la conformité des marchandises et de répression de fraudes relevant du ministère du Commerce ont reçu 38 appels téléphoniques sur le numéro vert « 1020 », lancé dimanche dernier.

dimanche 23 avril 2017

Mo nd e

EL MOUDJAHID

11

ALORS QUE LAFLOTTEAMÉRICAINE FAIT ROUTE VERS LAMER DU JAPON

PYONGYANG PROMET LA GUERRE

Le porte-avions américain Carl Vinson et sa flotte arriveront en mer du Japon dans quelques jours, a annoncé hier le vice-président américain Mike Pence, sur fond de tensions entre la Corée du Nord et les États-Unis.

L e navire, accompagné de deux destroyers lanceurs de missiles et d'un croiseur

lanceur de missiles, «sera en mer du Japon d'ici quelques jours, avant la fin du mois», a précisé M. Pence, en visite à Sydney, dans le cadre d'une tournée asia- tique. M. Pence a loué le rôle de la Chine, tout en renouvelant son appel pour que Pékin utilise sa position «unique» afin de convaincre Pyongyang. «Les me- sures que nous voyons prises par la Chine, à de nombreux égards sans précédent, pour faire peser une pression économique sur la Corée du Nord, sont vraiment bienvenues», a dit M. Pence, ajoutant néanmoins : «Nous pen- sons que la Chine peut faire da- vantage.» «Là où le régime nord-coréen ne doit pas se trom- per, c'est que les États-Unis ont les ressources, le personnel et la présence dans cette région du monde, pour préserver nos inté- rêts et la sécurité de ces intérêts, ainsi que de nos alliés», a-t-il en- core déclaré. Alors que plane tou- jours la menace d'un sixième essai nucléaire de la part du ré- gime de Pyongyang, les deux par- ties montrent les muscles depuis quelques semaines. Le 8 avril,

montrent les muscles depuis quelques semaines. Le 8 avril, Washington, mentionnant claire- ment la menace nucléaire

Washington, mentionnant claire- ment la menace nucléaire nord- coréenne, avait ainsi annoncé que le groupe aéronaval était en route pour la péninsule coréenne, où Donald Trump avait promis d'en- voyer une «armada très puis- sante» comme mesure dissuasive. Dix jours après ce supposé envoi, alors qualifié d«insensé» par Pyongyang, un responsable amé- ricain de la Défense a reconnu

que la flotte voguait en réalité dans la direction opposée, pour y effectuer des exercices militaires avec la marine australienne. En début de semaine, après un nou- vel essai — raté — de missile, Donald Trump a conseillé au di- rigeant nord-coréen Kim Jong-Un de «bien se tenir». Dans la foulée, la Corée du Nord avait répondu, par la voix de son ambassadeur adjoint à l'ONU, qu'elle était prête

à répondre à «n'importe quel type de guerre» déclenchée par les États-Unis. M. Pence avait alors promis à la Corée du Nord une «réponse écrasante» en cas d'at- taque, qualifiant Pyongyang de plus «dangereuse et urgente me- nace dans la région». Dans la der- nière livraison du quotidien du Parti des travailleurs de Corée, Rodong Sinmun, Pyongyang a averti qu’il répondra aux provo- cations par une guerre ayant pour but la réunification de la Corée, Dénonçant la «politique folle de Washington qui ne réfléchit pas à ses conséquences catastrophiques éventuelles». Pyongyang estime que «l'époque durant laquelle les États-Unis pouvaient menacer (le pays, ndlr) avec des armes nu- cléaires est révolue depuis long- temps». En outre, le journal signale que les États-Unis conti- nuent de nourrir des projets d'oc- cupation du nord de la péninsule coréenne, avec l'aide de leurs al- liés, le Japon et la Corée du Sud. «La réponse aux provocations des fomenteurs de guerre sera une frappe préventive (nord-co- réenne) et une guerre juste pour la réunification de la patrie», conclut le journal. R. I.

PRÉSIDENTIELLE EN FRANCE

SUSPENSE TOTAL

La France retenait son souffle, hier, à la veille du premier tour d'une élection présidentielle à l'issue très indécise, organisée sous haute sur- veillance quelques jours après un nouvel attentat à Paris. La fusillade jeudi soir visant un groupe de policiers sur les Champs-Elysées, en plein cœur de Paris, a bouleversé la fin de la campagne électorale et réveillé la peur du terrorisme, dans un pays traumatisé par une vague d'attentats — désormais 239 morts depuis début 2015. L'assaillant, Karim Cheurfi, un Français de 39 ans au lourd passé judiciaire, a tué de sang-froid un policier et en a blessé deux autres, ainsi qu'une tou- riste, avant d'être abattu. Le groupe État islamique (EI) a rapidement revendiqué l'attaque, qui, après plusieurs attentats meurtriers en Europe et plusieurs tentatives récemment déjouées en France, risque de peser sur la mobilisation et sur le choix des Français, depuis longtemps po- larisés par deux grandes questions, la sécurité et le chômage. Environ le quart des électeurs s'avouait encore indécis, et l'abstention s'annonce toujours forte, avant le scrutin qui s'annonce comme un «match à qua- tre» serré entre le centriste Emmanuel Macron, la patronne de l'extrême droite Marine Le Pen, le conservateur François Fillon et le champion de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon. Les deux candidats qui ar- riveront en tête des suffrages, ce soir, s'affronteront dans un second

tour le 7 mai. La campagne officielle a pris fin vendredi soir à minuit (22H00 GMT), ce qui interdit aux médias de publier des sondages ou des déclarations de candidats jusqu'à la fin du vote. Au dernier jour, les représentants de la droite et de l'extrême droite ont durci leur dis- cours sécuritaire, appelant à un renforcement de la lutte antiterroriste. «Depuis dix ans, sous les gouvernements de droite et de gauche, tout a été fait pour que nous perdions» la «guerre qui nous est menée», a dénoncé la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen, qui es- père capitaliser sur la peur des attentats. François Fillon, affaibli par une affaire d'emplois fictifs présumés au bénéfice de sa famille, s'est pour sa part dit déterminer à combattre le terrorisme «d'une main de fer». «Certains n'ont semble-t-il pas encore totalement pris la mesure du mal qui nous agresse», a-t-il lancé, dans une pique au gouvernement socialiste. L'ex-ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, qui espère tirer partie du désir de renouvellement exprimé par les Français, a en retour reproché à l'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007- 2012), «l'affaiblissement du renseignement territorial», du fait des sup- pressions de postes. Dans ce climat tendu, 50.000 policiers et gendarmes et 7.000 militaires sont mobilisés pour ce scrutin.

GRAND ANGLE NOUVELENVOYÉ
GRAND ANGLE
NOUVELENVOYÉ

ANCIENNESATTENTES

l Le nouvel envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara

occidental, après la démission de l’Américain Christopher Ross de son poste en raison des difficultés, que

le Maroc n’a eu de cesse de multiplier

pour entraver sa mission, est connu. Il s’agit de l’ancien chef de l’État allemand, Horst Kohler. Le Front Polisario a donné son accord à cette nomination, qui doit cependant être entérinée par le Conseil de sécurité, à l’occasion de sa prochaine réunion prévue fin avril. Ce qui devrait être une simple formalité, d’autant qu’elle est approuvée également par le Maroc. C’est la première fois, depuis plus de 20 ans, que l’ONU choisit un Européen pour prendre en charge le dossier du Sahara occidental. D’aucuns pourraient craindre que le choix porté sur un Européen n’altère son jugement et impacte la partialité requise en pareilles circonstances, pour mener à terme le processus de règlement de ce conflit conformément aux résolutions de l’ONU. Si ces craintes sont légitimes, il ne faudrait pas non plus préjuger des intentions. Position pour laquelle a opté le Front Polisario. De plus, pour ce faire, il faudrait que l’envoyé spécial jouisse d’une totale liberté d’action. Or, si l’on se fie à l’expérience de Christopher Ross, force est de souligner que l’envoyé personnel du SG de l’ONU est loin d’avoir toute latitude pour exercer sa mission. Et son «échec» est avant tout celui de l’organisation qui l’a désigné pour cette mission. «Il a été l’objet d’une opération de sabotage franco- marocaine au Conseil de sécurité», rappelle-t-on. Horst Kohler, une fois entré en fonction, aura certainement à cœur de réussir là où son prédécesseur

a échoué malgré lui. Et s’il est attendu

de lui qu’il mette son expérience et son expertise au service de sa nouvelle mission en relançant les négociations et le processus de paix au Sahara occidental, il n’en reste pas moins vrai que cet apport et le rôle espéré de lui ne seront décisifs que si les membres du Conseil de sécurité, notamment ceux acquis au Maroc, mettent de côté leur partialité et permettent à l’organe onusien d’assumer ses responsabilités. La partie sahraouie, elle, a informé le secrétariat général de sa disponibilité à travailler avec le nouvel envoyé personnel du SG. Pour le reste, il ne dépend pas de sa seule volonté. Mais les Sahraouis, qui ont compté jusqu’ici sur un règlement pacifique du conflit en vue d’accéder à leur indépendance, risquent de perdre patience si l’attente venait encore à trop durer.

Nadia K.

ATTAQUE CONTRE UNE BASE DE L’ARMÉEAFGHANE

135 MORTS

Au moins 135 militaires afghans ont été tués et plus de 60 au- tres blessés, vendredi dans une attaque talibane contre une base militaire de la province de Balkh (Nord), a annoncé hier une source provinciale dans un nouveau bilan. Un précédent bilan de l’attaque faisait état de 100 morts et blessés. Dix assaillants ont pris d’assaut une cantine et une mosquée où étaient réunis des soldats non armés du «Corps 209 Shaheen», alors qu’ils ef- fectuaient la prière du vendredi. «Les assaillants portaient des uniformes de l’armée. Ils sont arrivés à bord de deux jeeps militaires et sont parvenus sur les lieux après être entrés par la porte principale», a indiqué la même source. Sept talibans ont été abattus par les forces de sé- curité après quatre heures d’échanges de tirs, tandis que deux autres se sont fait exploser et un autre a été capturé avec une gilet d’explosifs, selon la source. Il faudra encore attendre pour connaître plus de détails sur l’incident, aucun communiqué of- ficiel n’ayant été publié jusqu’ici. De nombreuses victimes sont à déplorer du côté de l’armée afghane, ces derniers temps, le pays étant frappé par une vague d’attaques. Les attaques tali- banes ont repris de plus belle depuis le début de l’année 2015, à la suite de la mise en retrait des troupes des États-Unis et de l’OTAN. (APS)

DÉSARMEMENT EN CENTRAFRIQUE

PREMIÈRE RÉUNION ENTRE GOUVERNEMENT ET GROUPES ARMÉS

Des avancées «assez importantes» ont marqué la première réunion des autorités centrafricaines et inter- nationales avec l'ensemble des groupes armés qui sè- ment la violence en Centrafrique, a déclaré samedi le chef du programme de désarmement. «Les avancées

générales sont assez importantes (

) le plan national

de DDR a été rédigé avec les détails des étapes de la mise en œuvre du projet», a indiqué Jean-Marc Tafani, chef du programme Désarmement démobilisation ré- insertion, au terme de la rencontre qui a eu lieu ven-

dredi avec des représentants de 14 groupes armés. Les négociations doivent encore se poursuivre et «la pro- chaine réunion du Comité consultatif de suivi du DDR aura lieu du 25 au 27 mai», a-t-il dit. Le programme, dont le budget a été bouclé avant la réunion avec un financement à hauteur de 45 millions de dollars par la Banque mondiale, l'ONU et le gouvernement centra- fricain, prévoit de désarmer les combattants avec la réinsertion de 5.000 d'entre eux dans la vie civile.

ATTAQUE À L’ARME CHIMIQUE EN SYRIE

EL-ASSAD : « UNE AFFAIRE MONTÉE DE TOUTES PIÈCES »

Le président syrien Bachar El-Assad a estimé que l'attaque à l'arme chimique alléguée dans la ville de Khan Sheikhoun était une affaire montée de toutes pièces et une série de mensonges, a rapporté vendredi l'agence de presse syrienne SANA. Le président El- Assad a tenu ces propos dans une interview accordée aux médias russes Ria Novosti et Sputnik, dont le contenu a été rendu public vendredi et reproduit par SANA. Il n'y a pas eu d'attaque toxique dans la ville de Khan Sheikhoun, a souligné le chef d'État syrien, accusant les États-Unis et l'Occident d'avoir empêché une équipe d'enquête d'entrer en Syrie, «car l'équipe finira par trouver que tous les récits sur ce qui s'est

passé à Khan Sheikhoun ne sont que des mensonges». Il y a deux semaines, les États-Unis ont largué 59 mis- siles sur une base aérienne syrienne, dans la province de Homs (centre du pays), en représailles contre une attaque présumée à l'arme chimique attribuée aux forces aériennes syriennes sur la ville de Khan Shei- khoun, sous contrôle des rebelles dans la province d'Idleb, durant laquelle plus de 70 personnes auraient été tuées. Damas a catégoriquement rejeté les accua- sations, expliquant qu'il ne dispose pas d'armes chi- miques, et qu'il n'avait pas besoin de recourir à de telles options du fait que l'armée syrienne progressait et qu'une telle tactique causerait un grand préjudice.

Dimanche 23 Avril 2017

So cié t é

12

EL MOUDJAHID

R E GA R D
R E GA R D

OÙ SONT LES TROTTOIRS ?

l C’est embêtant, désagréable et même insupportable d’être piéton, chez-nous. Son

droit, à la circulation et au déplacement, sont, tous les jours que Dieu fait, bafoués au grand jour. Il est séquestré, otage de comportements insensés et inadmissibles, de certains automobilistes qui imposent leur diktat, usant et abusant de la voix des «biceps» pour communiquer avec cet autre qui dérange tant. Le malmener, lui faire subir les pires châtiments et les supplices pour passer d’un trottoir à l’autre, est un fait courant, banalisé même, très souvent, par des énergumènes qui n’ont pas froids aux yeux, allant jusqu’à les priver de leur espace ou encore les exposer carrément au danger. En effet, on ne se soucie guère du pauvre piéton shooté, sur la chaussée, par des véhicules, garés, là où il ne faut pas. Les trottoirs ont changé de vocation, ce n’est un secret pour personne. Ils se reconvertissent, en parkings très « officiels », n’en déplaise aux personnes disciplinées et respectueuses de l’ordre établi. Aujourd’hui, circuler est loin d’être une mince affaire, à Alger avec cette tendance à bouffer, de plus en plus, les trottoirs. Ces derniers se rétrécissent telle une peau de chagrin, c’est un fait. Les habitants, tous comme les visiteurs, ont certainement constaté ces dysfonctionnements criards et cette appropriation de l’espace public, entrée dans les mœurs de bien d’automobilistes qui tournent le dos à toute cette foule hétéroclite et nombreuse, constituée de personnes âgées, de malades chroniques et d’enfants, pour lesquels utiliser le trottoir est plus que vital, afin d’éviter un fâcheux incident, à même de leur coûter cher. Des accidents, en fait, sont très prévisibles et à ne pas écarter. Une faute d’inattention, une perte d’équilibre et le drame est produit, d’autant plus que nos routes connaissent un grand flux automobile, contraignant les passants, à rester vigilants et sur leur garde. Ce qui n’est pas évident, du moins, au niveau de certaines artères très fréquentés et où des véhicules arrivent à grande vitesse avec tous les risques d’heurter le piéton. Le problème de stationnement, c’est un fait, à l’origine de cette pagaille et cette anarchie indescriptible qui règnent sur nos routes. En attendant, la réhabilitation de ces espaces, le calvaire des piétons continue.

Samia D.

ANNABA

DES POULAILLERS CONTAMINÉS PAR LA SALMONELLOSE

Cent soixante-dix poules ont péri durant la se- maine dernière dans la commune d’Eulma, wilaya d’Annaba, après avoir contracté l’épidémie de sal- monellose, révèle un communiqué de la gendar- merie nationale rendu public. Apres avoir reçu des informations, la cellule régionale spécialisée dans la protection de l’envi- ronnement de la gendarmerie nationale d’Annaba s’est rendue sur les lieux ou elle a procédé à la sai- sie et la destruction de 170 poules rouges pon- deuses et 1.800 unités d’œufs infectées par la salmonellose. Les faits de ce sinistre remontent à la première quinzaine du mois en cours lorsque la brigade de la gendarmerie nationale d’Eulma avait reçu des renseignements faisant état des poules pondeuses en état de maladies dans un poulailler industriel d’un propriétaire. L’enquête des unités de la gendarmerie spécialisée dans la protection de l’environnement a permis de consta- ter que le propriétaire du poulailler a négligé les conditions d’hygiène et les normes d’élevage de poulets. Les éléments de la brigade de protection de l’environnement de la gendarmerie nationale d’Annaba ont sensibilisé les gestionnaires des en- treprises et des poulaillers à travers le territoire de la commune d’Eulma et les localités limitrophes sur la nécessité du respect des normes et les condi- tions d’hygiène. B. Guetmi

ENVIRONNEMENT

INCIVISME DES FAIBLES

IMPUNITÉ DES FORTS

Interrogation demeurée pendante certes, mais qui sonne déjà comme une réponse : quelle société que celle où des concitoyens vous empoisonnent quotidiennement la vie, ne serait-ce qu'en vous bousculant sans ménagement sur les trottoirs, alors que vous «slalomez» éperdument pour les éviter !

alors que vous «slalomez» éperdument pour les éviter ! somption, se résoudre à seulement regarder, tel

somption, se résoudre à seulement regarder, tel un hittiste virtuel, les autres peuples vivre, progresser, sans pour autant se sentir concerné par leurs avancées modernistes. Sans trop le savoir, il a ainsi choisi de vivre en vase clos, les pieds sous la table, face à son téléviseur et les persiennes tirées. Souvent, l’incivisme, de surcroît assorti d'une arrogance baveuse, n’est que le reflet de la désinvolture publique. Le cynisme des fai- bles se justifie alors par l’impunité des forts. Les faux fleuristes, par exemple, vendraient moins de fleurs factices, peut-être pas du tout si les clients refusaient d'en acheter.

Il est grand temps de se réveiller

Eh oui, on a vu, atterrés, de présumés fleu- ristes achalander leur boutiques de fleurs et plantes exclusivement en matière plastique, en remplacement de tout ce qui jusque-là était na- turel. Et on a vu les gens tous contents d'en acheter ! On a vu aussi des revendeurs infor- mels vendre du pain presque deux fois plus cher, sans valeur ajoutée -ou plutôt à valeur amoindrie- et ce, dans des paniers poussiéreux posés à même le sol, à deux pas de la boulan- gerie publique où ce serait peine perdue d'aller demander s'il reste encore du pain. Que voit-on encore, ici et là ? Dans la rue, dans les bureaux, dans les transports, dans les marchés, règnent à la fois une petite et grande

sauvagerie(s) qui se distinguent par de mul- tiples atteintes à l’espace public. Quand les «libertés», informelles soit dit en passant, sont bornées, balisées d’un coté, elles trou- vent toujours moyen de s’échapper par un autre. Toutes ces antivaleurs ci-dessus évo- quées font qu'il sera très difficile, à l'avenir, de redresser la barre en matière de respect et protection de l'environnement. Eh oui, La liberté, la vraie, se «vole» désormais, sous quelque forme que ce soit. Certes, il est douteux d’appeler «libertés» des intérêts furtifs arrachés à la manne générale. Car dans le fond ce sont autant d’infractions aux lois et règlements, mais vécues comme des actes de réparation, une manière de contourner l’administration par des ruses

qui arrachent ce que l’on estime être «son droit», de se faire justice soi-même, en quelque sorte. Alors, que faire de toute urgence pour stop- per ce monstrueux processus de dégradation «métastatique» qui semble inexorable et ne cesse d'affecter de nombreux domaines sensi- bles de l'activité nationale ? Réitérer une fois de plus, une fois de trop, l'attitude qui consiste à ne s'en tenir qu'à de simples et éphémères actions ponctuelles de sensibilisation de la po- pulation à travers les canaux traditionnels de communication que sont les médias et les mosquées ? Trop insignifiant, voire contre productif. Surtout si cela ne s'inscrit pas dans la permanence quotidienne, autrement dit dans la durée. En tout état de cause, il est grand temps que les gens se réveillent ! Que leur regard se décille enfin, qu'elles réalisent que le pays est, depuis nombre de décennies, profondément blessé parce que trop balafré, trop lacéré dans tous les sens par des mains prédatrices, de- meurées jusque-là impunies. Pour tout dire, ar- rêtons «d'envi-ronronner» naïvement autour du pot et retroussons-nous une bonne fois pour toutes les manches. De façon multidimension- nelle, cela s'entend. La construction d'un au- thentique Etat de droit, où notre environnement multidimensionnel serait véri- tablement protégé, est pourtant à ce prix là, et seulement à ce prix. Kamel Bouslama

PREMIER SALON DU RECYCLAGE À ORAN

L’OR DES DÉCHETS

PREMIER SALON DU RECYCLAGE À ORAN L’OR DES DÉCHETS lité de recyclage et de récupération de

lité de recyclage et de récupération de nom- breux matériaux actuellement jetés dans la na- ture, tels que le fer, le plastique, l'aluminium et le papier. Des matériaux jusqu'à présent impor- tés au prix fort.

Entre l’offre et la demande

Ce Salon sera la rencontre idéale entre l’offre et la demande en ce sens qu’il permettra une prospection inten- sive du marché algérien et de ses poten- tialités. D’ores et déjà, des secteurs stratégiques sont annoncés comme par- ticipant à cette première édition comme ceux des industries de tri et de recy- clage, d’hydraulique, d’enfouissement technique, traitement des déchets et d’hygiène hospitalière, services divers liés à la maintenance, conseil enginee- ring, centres d’incinération ou d’en- fouissement. Lors de cette manifestation interna- tionale, plusieurs forums, rencontres, conférences et ateliers seront proposés aux participants et aux visiteurs. R. S.

Cette manifestation de quatre jours sera une occasion d’échanges entre fabricants d’équipe- ments de tri, de recyclage et de collecte de dé- chets ainsi que des fournisseurs. De nouveaux produits et services seront exposés à cette oc- casion, ajoutent les organisateurs. Il y a lieu de rappeler que ce premier salon international co-organisé par «SOS Event» et «Eventfull» agences de communication spécia- lisées, le «recycling Expo» ou salon internatio- nal de traitement et de recyclage des déchets vise de rassembler tous les acteurs et décideurs algériens et étrangers du secteur de l’industrie et de l’environnement.

Q uelques fois, par on ne sait quel miracle, des âmes encore intactes trouvent l’énergie d'accomplir

une bonne action, autrement dit ce tout petit geste qui vous réconcilie avec la ci- toyenneté. Mais tous leurs combats contre l’incivisme, contre l'apathie et l’in- différence restent malheureusement invi- sibles à l’œil nu, un œil souvent non averti, non avisé, sinon délibérément né- gligent, voire manifestement complice. D'où cette autre interrogation :

sommes-nous devenus individualistes sans nous en être rendu compte ? Ré- ponse partielle certes, mais réponse mal- gré tout : malheureusement oui car cet individualisme là est d'autant plus incisif

qu'il s'avère être une «antivaleur» au de- meurant nuisible et hélas fondée sur la certi- tude qu’être le plus malin, le plus chicanier, le plus pinailleur, le plus intrigant est une philo- sophie des plus efficaces. Cette licence pira- tée, d'essence informelle à souhait, croit alors dans une indifférence qui lui délivre tous les permis. Elle est l’image de notre énergie vi- tale, sans égard aux énormes préjudices et dommages qu’elle cause perpétuellement à autrui. C’est à s'y méprendre, l’individualisme in- congru de celui qui, persuadé de ne pouvoir compter sur la solidarité de ses concitoyens, tente de prendre aux autres ce qu’il a décidé de ne pas leur donner. Il va prospérer aux dé- pens d’autrui, parasite de la nature qui l’a fait naitre, de la campagne qui l’a nourri dans son enfance, de la ville qui l'a vu grandir dans son exode d'adulte : comme ces chauffards et ter- roristes routiers pour qui tout autre automobi- liste est un intrus à écarter de la chaussée qu’ils veulent occuper seuls, de long en large, en écrasant au passage, sans état d’âme, quelques «chiens». Et même, quelquefois, quelques jeunes motards imprudents, voire in- conscients. Et des piétons. C'est aussi l'irrespect, voire le mépris de l'altérité par celui qui, imbu de son nouveau prêt-prêt-à-porter nombriliste, lénifiant et in- quisiteur jusqu'à la moelle, ne va prêter qu'une piètre attention à ce qui se passe hors de nos frontières. Il va, imbu de sa «salvatrice» pré-

Oran accueillera, à partir d’au- jourd’hui, un grand rendez-vous inter- national sur le recyclage et le traitement des déchets, un domaine qui demeure inexploité actuellement.Pla- cée sous le slogan « Recyclage : enjeu stratégique de l’économie et de la po- pulation », cette manifestation, la pre- mière du genre, qui se tiendra au Centre des conventions d’Oran (CCO), vise à faire découvrir des expériences menées localement et à l’étranger dans les domaines du tri et du recyclage des déchets en vue de leur valorisation. Il s’agit également de sensibiliser le ci- toyen sur les questions environnemen- tales, a souligné le gérant de l’agence

organisatrice Oran Events Full. Placé sous le patronage du ministère des Ressources en eau et de l’Environnement, ce Salon réunira des professionnels dans les do- maines du tri et du recyclage, des gérants de centres d’enfouissement technique de déchets, des spécialistes dans le domaine du traitement des déchets hospitaliers, de la collecte et du transfert de déchets ainsi que des opérateurs en maintenance, des équipements de collecte et de transformation de déchets et de recyclage. Ce salon co-organisé avec l’Agence natio- nale des déchets auquel seront présents des par- ticipants de Tunisie, de France et des Etats unis d’Amérique, ouvrira le champ devant les jeunes pour exposer leurs expériences dans les domaines du tri et du recyclage dont l'investis- sement en Algérie peut apporter une valeur fi- nancière importante de 38 milliards de dinars. En plus de sa contribution à l'amélioration des conditions de vie des citoyens à travers l'élimination des déchets, l'investissement dans le secteur de l'environnement offre la possibi-

TIZI OUZOU

LUTTE CONTRE LE COMMERCE ILLICITE

Pas moins de 1.5 millions de bouteilles de boissons alcoolisées ont été saisies par la police à Boghni. Les forces de police de la brigade de recherche et d’intervention de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou ont saisi au courant de la semaine écoulée à Boghni, sud de la wilaya de Tizi-Ouzou, pas moins de 1.5 millions de bouteilles de boissons alcoolisées de différentes marques, a annoncé hier la cellule de communication de la SWTO dans un communiqué. La valeur financière de la marchandise saisie s’élève, selon l’estimation de la police, à 11 milliards de centimes, a indiqué la même source, qui a précisé que deux personnes ont été interpellées dans le cadre de cette même affaire de commercialisation illicite de boissons alcoolisées. Cette opération de saisie de cette quantité astronomique de boissons alcoolisées en une seule prise, surement la première du genre à Tizi-Ouzou voire même au niveau national, a été menée par les services de police en étroite col- laboration avec les services du commerce, du centre national de registres de commerces (CNRC), des impôts et les domaines, selon les précisions fournies par notre source. Les deux personnes in- terpellées dans le cadre de cette opération ont été présentées au parquet de la ville de Draa El Mizan, territorialement compétent, qui a ordonné leur citation directe à comparaître. Bel. Adrar

Cult ure

EL MOUDJAHID

13

NOTES DE LECTURE
NOTES
DE
LECTURE

ITINÉRAIRES, PAR ABDELHAK BÉRERHI

LA VIE EST UN COMBAT PERMANENT

Écrit avec un style qui s’apparente par rapport à d’autres récits autobiographiques, à des Mémoires, l’ouvrage, qui vient tout juste de paraître aux éditions Necib, se présente sous la forme de deux volumineux tomes de près de 700 pages chacun, fut sans doute pour notre auteur qui fut un éminent universitaire, médecin de formation et surtout un homme politique ayant pendant longtemps exercé la fonction de ministre, une œuvre de longue haleine qui aura nécessité des nuits blanches, invocation de la mémoire, mais aussi la trace de souvenirs indélébiles d’une carrière foisonnante d’activités tous azimuts dans le souffle palpitant d’un farouche partisan de la démocratie.

U ne carrière pleine de rebondissements et de militantisme chevronné au service du peuple et de ses revendications de toujours, une car-

rière qui ne peut se résumer en un parcours sage- ment rectiligne mais au croisement de plusieurs itinéraires à travers un chemin aussi laborieux que sinueux, résumé à travers deux démarches essen- tielles dans la vie de l’homme et du responsable, deux démarches conjointes qui furent celles de la pensée discursive et de l’action solidaire et frater- nelle. Qu’importe alors si le chemin, comme ceux de ses millions de semblables, fut sinueux, Abdel- hak Bererhi n’en aura gardé que les moments d’in- tenses espérances malgré les innombrables embûches et imprévus, car seules la conviction et la volonté auront guidé le Docteur en médecine à transcender toutes les difficultés aux côtés de Mo- hamed-Seddik Benyahia dans la réforme de l’en- seignement supérieur, lui qui était un adepte de l’Université au service du développement à la fin des années 60. Dans sa préface à l’ouvrage, l’édi- teur, qui n’est autre que Youssef Necib, dresse le portrait de celui qui est un ami et évoque ensuite dans un autre paragraphe les différents itinéraires qu’aura empruntés l’auteur tout au long d’une vie. Si parler d’un ami est une entreprise délicate, il a pu en tout cas revêtir pour cet éditeur l’apparence d’un témoignage douloureux puisque son ami souf- fre d’une rude pathologie qu’il combat jour après jour et avec une lucidité qui force le respect, sachant que l’auteur vit un tournant critique « dans la séré- nité et la volonté inébranlable même face à la me- nace du naufrage ». C’est pour cette raison qu’écrire la préface est à la fois, se plaît-il à l’écrire, une épreuve mais également un plaisir au regard de la personnalité de l’homme qu’il connaît bien et ap- précie pour ses idées, son humilité et son humanité. Mais de quoi parlent précisément ces « Itinéraires » qui renvoient au titre du livre ? L’édi- teur écrit : « … Il s’agit d’une analyse autobiogra- phique soutenue par des archives précieuses et une impressionnante iconographie, à ce détail important près que l’auteur, en l’occurrence, ne livre pas sa

près que l’auteur, en l’occurrence, ne livre pas sa personne pour l’exposer dans une sorte d’egophilie

personne pour l’exposer dans une sorte d’egophilie qui serait inopportune, mais d’un itinéraire existen- tiel, flamboyant et singulier qui, de Khenchla à Dja- karta, en passant par Constantine etAlger, a été mis au service de l’Algérie. » Et d’ajouter : « Les évé- nements qui nourrissent ce livre se confondent tout particulièrement dans l’action avec le dernier quart de siècle. Et c’est ici que la lecture du profil de l’ac- teur scientifique, pédagogique et politique qu’a été Abdelhak Bererhi, est intéressante, que l’on peut saisir la nuance qui sépare la bonne politique de la mauvaise. La politique productive et vertueuse est celle qui consiste à servir. La contre-productive et

pernicieuse est celle qui consiste à se servir. En li-

sant ces itinéraires, on est saisi par la puissance et

la densité des qualités qui peuvent porter un homme

: intelligence, patriotisme, probité intellectuelle, sens de l’effort, tact, humilité. » Dans ce premier tome que nous avons parcouru et qui porte le titre « De l’université à la politique » l’ex-ministre qui met en exergue à son préambule une belle citation de l’écrivaine Marguerite Duras, que nous recom- mandons à chacun de lire pour en mesurer la pro- fondeur du sens, rappelle ses luttes pour

l’édification d’uneAlgérie de progrès, de liberté, de justice sociale, pour un Etat de droit, une Algérie dont la seule richesse est sa ressource humaine riche

et qualifiée, une Algérie républicaine ouverte à

l’universalisme, prônant l’égalité homme/femme,

la

jeunesse pour fer de lance. Le scientifique cède le pas au politique à travers

le

récit de son vécu personnel, deux itinéraires qui

illustrent les enjeux et les efforts de luttes entrepris durant cette période pour un homme qui est resté dans l’âme un chercheur impénitent, tout en œu- vrant dans le feu de l’action à accomplir des actions en direction de son pays, un partisan du dialogue dans sa méthode de travail, un démocrate qui avait en horreur l’intégrisme et le terrorisme islamiste.

A noter à toute fin utile que le présent livre com-

porte beaucoup de photographies d’archives ainsi que celles privées, représentant la famille, notam-

ment le père qui était imam de son état, ainsi que des images en noir et blanc de meetings et confé-

rences à l’université, et enfin l’auteur lui-même lors de ses voyages officiels avec des diplomates et hommes politiques étrangers ou algériens.Autre re- marque est justement cette insertion dans l’ouvrage pour étayer les propos de l’auteur de longs textes

ou poèmes appris à l’école, en somme tous les sou-

venirs d’enfance avec photos de classe anciennes avec des professeurs français. Des extraits d’articles célèbres de chroniqueurs connus dans la presse in- dépendante. Et d’autres surprises encore…Alire et à découvrir !

L. Graba

L’ÉLOGE DE LA PERTE, PREMIER ROMAN DE LYNDA-NAWEL TEBBANI

UNE PASSION AMOUREUSE IMPOSSIBLE

Dans L'éloge de la perte, la ro- mancière Lynda-Nawel Tebbani re- late, dans un récit singulier empreint de poésie, rythmé par la musique an- dalouse et l'ambiance des villes de Paris, Alger et de Constantine, une histoire d'amour complexe en explo- rant le désir, la douleur de l'attente ou encore l'espoir. Dans ce premier ouvrage de 138 pages, publié aux édi- tions "Média plus", la romancière opte pour un style d'écriture particu- lier qui ne s'encombre ni de faits ni du récit, où la musique et les lieux re- présentent des éléments clé au même titre que les émotions et leur varia- tion. Lynda-Nawel Tebbani raconte une histoire d'amour quasiment im- possible entre Zayna, jeune femme d'origine algérienne vivant en France, et son amant algérien, responsable d'une grande institution que l'auteur ne nomme pas. Le couple se rencon- tre par hasard, à Paris, et leur histoire d'amour se noue autour de la passion pour le malouf. L'histoire se poursuit à Constantine où Zayna approfondit ses connaissances du malouf et de la poésie, découvre la ville des Ponts suspendus, objet de fascination de son amant, en même temps que la douleur de la séparation et l'intensité de ses sentiments pour cet homme, inaccessible de par sa vie de famille et ses responsabilités profession- nelles. Très vite, le récit de cette his- toire d'amour, construit sur un mode cyclique et n'obéissant à aucun ordre chronologique, est relégué au second plan pour laisser place à un texte, à la limite du contemplatif et proche du monologue sur la séparation avec l'être aimé. L'attente et la souffrance, causées par la séparation y sont mi- nutieusement décrites par l'auteur dans de nombreux passages entrecou- pés de vers de poésie —chantée dans

passages entrecou- pés de vers de poésie —chantée dans le malouf— souvent transcrits en ca- ractères

le malouf— souvent transcrits en ca- ractères arabes et traduits vers le fran- çais. La passion que Zayna voue à son amant se confond ainsi avec son amour pour cette ville qu'elle décou- vre et où elle choisira d'y vivre pen- dant quelques années. Lynda-Nawel

Tebbani décrit Constantine comme une ville «majestueuse, blessée, tou-

jours meurtrie par ses conquérants et ses amants». Une ville qui se confond également avec le person- nage de la jeune femme dont la «jo-

cache la plaie mimétique

vialité (

)

otage de ses blessures». A

la manière d'auteurs classiques de la littérature algérienne, l'auteur dilue ses personnages qui finissent par se confondre avec des lieux et les émo- tions qu'ils suscitent, comme dans l'évocation d'Alger «ville soumise par les conquêtes qui soumet ses hommes et ses amants». Usant du récit comme prétexte pour aborder les thèmes de l'amour et de la perte de l'être aimé, L'éloge de la perte se dis- tingue par la convocation d'autres arts dans la littérature, la musique en l'occurrence, en introduisant les rythmes et le chant ainsi que la poé- sie. Enseignante et docteur en litté- rature, Lynda-Nawel Tebbani est chercheure associée au Centre de re- cherche en anthropologie sociale et culturelle(Crasc). L'universitaire, qui compte à son actif plusieurs thèses sur le nouveau roman algérien, s'in- téresse dans ses travaux de recherche à "l'Algérianité littéraire".

d'un (

)

ATELIER SUR LA COMMUNICATION

LES VERTUS

DU DÉBAT

Une journée de réflexion a été organisée par la coache de « Mouna- darate » (débats), Fatma Hamedi, pour expliquer aux jeunes de diffé- rentes filières estudiantines et de formation, les vertus de l’existence d’un espace conséquent qui favorise l’entente avec autrui, la manière de mener un débat entre deux per- sonnes ou plus, nécessairement en si- tuation de divergence forte du point de vue de l’approche d’un thème précis. La jeune écrivaine, journaliste et coache de « Mounadarate » (débat), Fatma Hamedi a exposé une métho- dologie rationnelle de techniques appropriées dans le but de participer ou de conduire un débat constructif qui vise essentiellement l’impor- tance de transmettre un message clair, sans fioritures ni parasitages afin que le téléspectateur et l’audi- teur puissent assimiler la teneur fa- cilement et sans arrière-pensée. Lors d’un atelier organisé au bu- reau d’Amnesty International à Alger, la coache a présenté son ex- périence sur la façon d’organiser un débat civilisé, enrichissant, sans conflit ni affrontement verbal qui ne mènent absolument à rien. On assiste malheureusement à des situations où dans des plateaux télévisés, en parti- culier, des débatteurs qui s’achar- nent à dévoiler les affaires personnelles des gens. Pour la jeune coache, le débat, dans n’importe quel espace médiatisé ou non, est consi- déré comme une discipline soumise

à des techniques bien précises, pour

que le débatteur puisse transmettre son idée ou sa position. Selon Fatma Hamedi, dans le débat « il faut éviter la violence, faire la sourde oreille ou utiliser des termes vulgaires, bien au

contraire, le débat est astreint à des éthiques, dans la tranquillité et le calme. Passant à l’aspect théorique, Fatma Hamedi a posé à l’assistance la question suivante : « Est-ce que la Russie a contribué à la détérioration de la Syrie ? » Cette question vise à pousser l’auditoire à débattre sur ce sujet. Evidemment, la thèse a divisé les participants entre opposants et partisans, sans qu’il y ait une troi- sième position qui représente une certaine neutralité. Les deux groupes ont proposé un porte-parole qui re- présente une opinion, mais l’objectif initial de ce travail, qui gagnerait à être renouvelé, était de savoir com- ment avancer les arguments et les justifications? Comment les mettre en ordre pour que l’auditeur puisse assimiler l’idée du débatteur? Les participants ont joué « le jeu» et ont démontré une certaine capacité

à débattre, mais il semble que des

difficultés dans l’approche commu- nicative sont à dépister et à traiter, des obstacles divers qui révèlent qu’incontestablement, un long pro- cessus de maturation psychologique et de capacité à convaincre sans tom- ber dans les travers du refus d’accep- ter les idées contradictoires est de rigueur. Tout un programme en pers-

pective. Hamza Hichem

CONSTANTINE : LANCEMENT DU PROGRAMME « CINÉ-OFFICE 2017 »

DES FILMS DE RENOMMÉE MONDIALE À L’AFFICHE

Le programme "Ciné-office 2017" a été lancé jeudi soir à la salle de spectacles Ahmed-bey de Constantine avec la projection du film "La La Land" de Damien Cha- zelle, en présence d’un public nombreux. Initié par l’Of- fice national de la culture et de l’information (ONCI), le programme "Ciné-office 2017", vise "la relance de l’acti- vité cinématographique par l’exploitation des salles de cinéma à travers le territoire et ce, après avoir acquis les droits de distribution de films de renommée mondiale ac- tuellement à l’affiche", a-t-on précisé. L’assistance a suivi avec beaucoup d’intérêt "La La Land", le film aux six oscars qui se décline en quatre par- ties correspondant aux quatre saisons et dont les événe- ments se déroulent à Los Angeles et met en avant les péripéties de Mia (Emma Stone), une actrice en devenir qui sert des cafés entre deux auditions, et de Sebastian

(Ryan Goslin), passionné de jazz qui joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Le film de Damien Chazelle sera projeté à la salle Ahmed Bey jusqu’ au 30 avril et ce, à raison de trois séances par jour 14h, 17h et 20 heures, a-t-on indiqué. "Ciné-office 2017" pro- pose pour le mois de mai en cours, aux amateurs et pro- fessionnels du cinéma, les films "A war" de Tobias Lindholm, "Les folles aventures de Max & Léon" de Jo- nathan Barré avec David Marsais et "Bigger splash" de Luca Guadagnino. Au cours de cette soirée, le chef de l’exécutif local, Kamel Abbas, a présidé la cérémonie d’inauguration à la salle de spectacles Ahmed bey de deux ateliers de musique en hommage aux défunts Hadj Mohamed Tahar Fergani etAbdelmoumen Bentobal, d’un studio d’enregistrement et d’un atelier de dessin. (APS)

Hadj Mohamed Tahar Fergani etAbdelmoumen Bentobal, d’un studio d’enregistrement et d’un atelier de dessin. (APS)

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

15 EL MOUDJAHID D é t e n t e - T V Page animée
15
EL MOUDJAHID
D é t e n t e - T V
Page animée par Mourad Bouchemla
M
o ts C R O IS É S
M o t s F L É C H É S
N º 3 8 8 8
N º 3 8 8 8
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
SÉCHERESSEDELAPEAU
——————————
HAUSSELEMETS
————————————
UNITÉNUCLAIRE
LANGUEPERDUE
ENROBE
——————————
——————————
MENTIT
DETRÈSBONNEHUMEUR
————————————
————————————
DANSLACAME
ATTRAPÉ
SELÈVEENTÊTE
SERENDRA
——————————
——————————
CRÉDULE
GRISERIE
————————————
————————————
PEURDEL’ÉTRANGER
METTREDEL’ÉTAIN
CAFÉ
——————————
RÉCIPIENTS
————————————
ENNUYER
ÉTANTGAI
DEVINS
D é f in it io n s
——————————
——————————
ENHAUSSE
PERSONNNEL
————————————
————————————
HORIZONTALEMENT :
BONÉCHANGE
CRI DANSLANUIT
I-Poisson d’eau douce
- Abri sur le pont. II-Du grec habitat -
ARTISTEPEINTRE
——————————
Curiosité. III-Préparer son logis douillet - En robe.
IV-Remplir de
QUIGÈNEQUELQU’UN
————————————
microbes.
V-Du jour -
Conviendra.
VI-Fit l’impasse-
Interjection.
VIEILLETHAILANDE
VII- Aluminium - Endure. VIII-Demeurées - Interjection.
aigue. X- Bateau de guerre.
IX-Voix
VERTICALEMENT :
1-Gaz rare - Fruit de l’aréquier.2-Là
- Dieu du vent. 3-Estrade
RELIGIONENASIE
TELUNCHAMOIS
——————————
——————————
d’honneur - Voile.
4- Coloniser par les
insectes. 5-Compositeur -
BAIEDUJAPON
MAISONÀMOSCOU
————————————
————————————
Abattra. 6-Forme d’avoir- Édentés. 7-Peur au théâtre - Droit d’entrée.
DANSLALOI
INTERJECTION
8-En salle - Réveille l’attention - Négation . 9-Ville d’Espagne - Forme
DURIRE
CRUAISÉMENT
——————————
——————————
d’être. 10- Couper l’alimentation.
LOT
ANONYME
————————————
——————————
PETITVENTRE
VOYELLEDOUBLE
SO L U T IO N D E S M O T S C R O ISÉ S
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1 0
N º 3 8 8 8
M o t C A C H É
1
e r
X
I
P
H
O
T
A
U
D
2
Grille
E
C
O
R
A
R
E
T
E
3.
Carotteur
33. Milliasse
15.
Plisseur
T
T
E
N
N
E
M
N
O
B
R
E
I
L
L
I
N
A
V
A
3
N
I
D
I
F
I
A
R
B
6.
Décombres
34. Mortuaire
I
E
20.
Sinapisme
R
H
A
R
D
S
S
E
R
E
C
T
I
T
U
D
E
S
4
O
I
N
F
E
C
T
E
R
11.
Hippocrate
Coupde pied
U
M
H
O
E
N
T
L
E
R
I
F
E
I
G
N
A
N
T
E
35. 22.Marmitons
5
N
E
U
F
S
I
R
A
12.
Echouement
36. Etats-Unis
E
B
R
E
O
U
R
L
E
T
F
L
A
M
B
O
Y
E
R
R
6
A
23.
Presqu’ile
O
M
E
T
V
L
N
T
H
F
P
13.
Épouvanter
37. Poursuite
E
E
H
L
I
S
S
E
U
R
I
A
V
L
M
B
7
A
L
S
U
B
I
T
C
24.
Alitement
T
I
S
I
C
P
E
N
A
P
I
S
M
E
G
L
A
E
O
M
14.
Hecolitre
38. Ecolâtre
8
R
E
S
T
E
E
E
H
S
25.
O
P
M
A
Canoéisme
H
O
C
R
M
I
T
O
N
S
O
L
I
G
U
O
16.
Allocution
39. Anonymat
E
E
R
C
A
P
N
T
E
9
R
P
P
O
R
U
T
E
S
Q
U
I
L
E
G
O
S
U
V
C
17.Vaisselier
40. Endogamie
27.
Actionner
C
U
I
R
A
S
S
I
E
R
1 0
A
O
A
U
L
V
O
I
T
E
M
E
N
T
U
C
S
M
E
E
18.
Légumineux
41. Ressentir
29.
Intuition
C
C
C
E
A
A
L
N
O
E
I
S
M
E
E
U
E
I
M
D
S O L U T IO N D E S M O T S F L É C H É S
19.
Mouvementé
42. Dégivrage
30.
Retrousse
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
E
R
A
M
N
I
C
T
I
O
N
N
E
R
N
T
L
N
E
R
21.
Goguenot
43. Mordacité
1
N
A
I
E
T
N
X
E
P
O
D
E
R
M
I
E
1.
Bonnement
T
T
U
I
T
I
O
N
O
I
I
E
N
R
26.
Dernier ne
7. Mentholé
2
N
E
P
I
C
E
B
A
R
R
T
R
N
R
E
E
T
R
O
U
S
S
E
T
O
E
U
T
G
2.
Vanillier
I
28.
Transiger
8. Feignant
3
N
I
A
C
M
G
A
E
E
C
T
R
E
R
A
N
C
O
E
U
R
A
N
R
X
E
I
4.
Hardiesse
4
O
N
I
A
I
E
31.
Rancoeur
9. Bourrelet
S
V
I
M
L
O
I
L
U
A
G
E
M
I
L
L
I
A
S
S
E
S
5
P
O
T
S
R
A
S
E
R
32.Mouillage
10.
Flamboyer
5.
Rectitude
N
M
U
O
R
T
A
I
R
E
C
O
U
D
E
P
I
E
D
N
6
H
S
A
B
I
T
E
O
R
E
S
T
A
T
U
N
I
S
P
O
U
R
S
U
I
T
E
A
7
M
B
O
R
E
S
I
A
M
PRIX
E
E
A
C
O
L
T
R
E
T
I
A
N
O
N
Y
M
A
T
R
B
O
D
D
8
U
H S
I
M
E
D
E
G
N
D
O
A
M
I
E
R
E
S
S
E
N
T
I
R
T
I
S
E
O
I B
E
9
N
SOLUTIONPRÉCÉDENTE:COLONIALISME
O
E
V
G
A
R
I
G
E
D
E
T
I
C
A
D
R
O
M
N
E
E
O
N
P
A
R
T
1 0
D E T I C A D R O M N E E O N P
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n
O M N E E O N P A R T 1 0 T é l
O M N E E O N P A R T 1 0 T é l
D i m a n c h e
D
i m a n c h e

09:00 : Bonjour d'Algérie 10:30 : Feuilleton algérien 11:00 : Sur le fil 12:00 : Journal télévisé 12:30 : Avis religieux 13:30 : Championnat de football 15:00 : Twahacht bladi 17:00 : Un lieu et mythe 17:30 : Takder tarbah 18:00 : Journal Télévisé 18:30 : Feuilleton algérien 19:00 : Journal télévisé en français 19:30 : Journal de l'Afrique 20:00 : Journal télévisé en arabe 20:45 : Canal foot 21:45 : Film algérien 23:00 : Diar el ghorba

17h30

17h30 TAKDER TARBAH

TAKDER TARBAH

TAKDER TARBAH

Emission de divertissement

el ghorba 17h30 TAKDER TARBAH Emission de divertissement CANAL FOOT 20h45 Emission sportive Dimanche 23 Avril

CANAL FOOT

20h45
20h45

Emission sportive

el ghorba 17h30 TAKDER TARBAH Emission de divertissement CANAL FOOT 20h45 Emission sportive Dimanche 23 Avril

Vie pratique

20

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du dimanche 26 Radjeb 1438 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du dimanche 26 Radjeb 1438
correspondant au 23 avril 2017 :
- Dohr
12h47
- Asr
16h30
- Maghreb 19h32
- Icha.……………………………20h57
Lundiu
27
Radjeb
1438
correspondant au 24 avril 2017 :
- Fedjr
04h30
- Echourouk 06h04
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 45.12.32
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 75.27.50
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

El Moudjahid/Pub

ANEP 215137 du 23/04/2017

S.O.S

Amar a besoin d’aide de bienfaisants pour une intervention chirurgicale Amar, atteint d’une tumeur pulmonaire, lance un appel aux âmes charitables en vue d’une aide financière afin qu'il puisse se faire opérer de l'appareil respiratoire. Le malade est dans un état grave. Le coût de l'opération dépasse les 50 millions de centimes selon la facture établie par la clinique privée qui a exigé le paiement de la somme en totalité. Amar dit à propos de son état :« La maladie m'a fait perdre mon travail, car je suis devenu invalide, incapable de faire le moindre effort physique». Et d’ajouter: «Je sens des douleurs quand je parle, je tousse Gardant un grand espoir quant à sa guérison, et devant l'impossibilité de se faire opérer au niveau du CHU de Blida, Amar ajoute que le médecin traitant lui a expliqué la complexité d'une telle intervention, sachant qu'il en avait déjà subi 5. À la lumière de ce qui précède, Amar qui est un démuni tel qu'il apparaît dans sa carte, n'a trouvé d'autre issue que d’interpeller les âmes charitables pour lui venir en aide. Dieu le leur rendra. N° de téléphone : 0553.08.70.27

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

El Moudjahid /Pub du 23/04/2017
El Moudjahid /Pub du 23/04/2017
El Moudjahid /Pub du 23/04/2017
El Moudjahid /Pub du 23/04/2017
El Moudjahid /Pub du 23/04/2017

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

Demandes d’emploi

 
 

bien Cad, auto Card et 3 DS, cherche emploi

dans une entreprise privée ou étatique. Tél. : 0554.38.01.70

HOMME, spécialisé, ayant exercé les professions suivantes :

——0o0——

-

Sté EL PASO (Pétrole) : comptable

J.F sérieuse résidant à Alger, ayant diplômes en saisie de textes et pâtisserie,

- Sté Des Eaux : s/chef section ordinateur

-

Sté des ordinateurs (étrangère) : chef

cherche emploi dans les domaines ou autres ; société étatique ou privée. Tél. : 0555.50.35.52

——0o0——

Administration commerciale et économie - Autres sociétés : chef de Sce du personnel ; contrôleur de gestion ; recouvrement de créances. Habite à Alger, j’accepte même un travail

à Oran. Tél.: 0770.65.96.66

J.H âge de 40 ans, expérience chauffeur libre avec permis «B» de 2014 au 2016, maîtrise bien la langue française et l'arabe, cherche un travail de chauffeur dans une entreprise privée ou étatique. Tél. : 0550-22-78-82

——0o0——

 

——0o0——

J.H. cherche emploi dans le domaine de la plomberie ou comme chauffeur de poids- lourd, Alger-Blida. Contacter le : 05.55.36.73.10

05.56.03.44.52

J.H âgé de 23 ans, ayant TS en gestion et comptabilité INSFP d’Alger, avec expérience en stage pratique au sein de la compagnie d’engineering et au sein de l’entreprise Sonelgaz, maîtrise l’outil informatique, cherche emploi dans le secteur public ou

privé. Tél. : 05 53 36 94 40 e-mail : kahlat2000@hotmail.fr

——0o0——

 

——0o0——

J.H. Styliste-modéliste pour hommes et femmes, 20 ans d’expérience, cherche emploi dans un atelier. Tél.: 0561.84.96.34

J.H. âgé de 40 ans, cherche un poste de travail dans une société privée ou publique. Email : Mouh_59@hotmail.com

——0o0——

J.H 25 ans dynamique et sérieux, titulaire d’une licence en comptabilité fiscalité. Tél.: 0557.61.20.66

——0o0——

J.H. âgé de 30 ans, architecte avec expérience de 05 ans, étude et suivi, maîtrise

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

 

CONdOLÉANCES

Boudjema Guetmi a appris avec consternation le décès du père de son ami Saïd Lamari, ancien journaliste au quotidien El Moudjahid, survenu à Skikda. En cette pénible circonstance, il lui présente ses sincères condoléances, ainsi qu’à sa famille, et les assure de sa profonde compassion. Que dieu le Tout-Puissant accueille le défunt en Son vaste paradis. «À dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

S.O.S

Une dame âgée de 73 ans, présentant une paralysie suite à un AVC, lance un appel à toute âme charitable pouvant lui fournir une chaise roulante. Veuillez contacter :

Tél. : 0552 73-38-41

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

El Moudjahid/Pub ANEP 23300170 du 23/04/2017

/Pub du 23/04/2017 El Moudjahid /Pub ANEP 23300170 du 23/04/2017 El Moudjahid /Pub du 23/04/2017 Dimanche

El Moudjahid/Pub du 23/04/2017

Dimanche 23 Avril 2017

Sp o rt s

21

EL MOUDJAHID

C hez les messieurs, le GS Pé- troliers est premier du classe- ment avec 9081 points

devant le WA Tlemcen 8352 points et le NR Dely Brahim 8138 points. Chez les dames, le Sahel Nautique El Biar, avec 7695 points, s'est em- paré de la première place devant l'USM Alger (7416 points) et le GS Pétroliers (7160 points) qui était leader à l'issue de la séance mati- nale. La coupe d'Algérie de natation «Open», qui se poursuit jusqu'à sa- medi, avec la participation de 208 athlètes dont 79 dames représentant 22 clubs, est la compétition qui dé- signe la meilleure équipe de la sai- son sportive 2016 - 2017. Plusieurs épreuves sont inscrites au programme et chaque athlète a le

SPORTS MÉCANIQUES
SPORTS MÉCANIQUES

SHOW DE VOITURES DE COURSE DANS LES RUES D’ALGER

Un show de voitures de course de dif- férents types a été organisé à Alger en pré- sence d'une cinquantaine de pilotes, venus faire des démonstrations dans les rues de la capitale pour vulgariser les sports mé- caniques. Organisé par l'APC de Sidi M'Hamed en collaboration avec la ligue d'Alger de sports mécaniques et la Fédé- ration algérienne de sports mécaniques (FASM), le spectacle s'est étalé sur toute la journée, avec, entre autres, une exposi- tion d'anciennes voitures. Sur un tracé ur- bain de 2 km en boucle à travers les boulevards Hassiba Ben Bouali, Mohamed Belouizdad et Aïssat Idir (point d'arrivée), les pilotes, à bord de leurs biplaces avec motorisation puissante et système de frei- nage performant, ont fai admirer aux spec- tateurs les techniques de conduite à haut risque et la maîtrise du véhicule, notam- ment dans les moments difficiles. Pour la réussite de l'évènement, organisé sous le slogan «Fait entendre ta voix», les organi- sateurs, qui sont des professionnels de la discipline, ont aménagé un circuit urbain sécurisé. Début avril, la FASM avait orga- nisé la première édition du Grand Prix de vitesse d'Ouarsenis dans la wilaya de Tis- semsilt, avec des courses regroupant 50 autos et 40 motos.

Les badistes algériens Adel Hamek et Mohamed Amine Be- larbi se sont qualifiés, vendredi, pour les quarts de finale du cham- pionnat d'Afrique des nations qui se déroule à Johannesburg (Afrique du Sud), en s'imposant respectivement devant l'Egyptien Abderahmen Abdelhakim (21-17, 21-17) et le Zambien Chongo Ezra Mulenga (21-17, 14-21, 21- 12). En quarts de finale prévus sa- medi, Hamek sera opposé au Sud-Africain Ruan Snyman, alors que Belarbi affrontera la tête de série N.2 du tournoi l'Egyptien Ahmed Salah. Les Algériens Hamek et Be- larbi ont également décroché une qualification pour les quarts de fi- nale du tableau double messieurs après leur victoire devant la paire sud-africaine Cameron Coetzer-

TENNIS : MONTE-CARLO

DJOKOVIC TOMBE EN QUART DE FINALE FACE À GOFFIN

Le N.2 mondial Novak Djokovic a été sorti dès les quarts de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo en s'inclinant vendredi face au Belge David Goffin (13 e ) en trois sets (6-2, 3-6, 7-5). La sortie précoce du Serbe, double lauréat du tournoi (2013, 2015), s'ajoute à celles du N.1 mondial Andy Murray et du N.3 Stan Wawrinka, battus jeudi lors des huitièmes de finale. Djoko n'a plus dépassé les quarts de finale dans un tournoi depuis son titre dans une compétition mineure, à Doha en tout début d'année. L'élimination de Djokovic éclaircit davantage l'horizon de Rafael Nadal en quête de la «Decima» (10 e titre) en Principauté. L'Espagnol rejoindra Gof- fin s'il bat dans la soirée l'Argentin Diego Schwartzman.

bat dans la soirée l'Argentin Diego Schwartzman. COUPE D’ALGÉRIE DE NATATION LE GS PÉTROLIERS ET LE

COUPE D’ALGÉRIE DE NATATION

LE GS PÉTROLIERS ET LE SAHEL NAUTIQUE EL-BIAR EN TÊTE

Le GS Pétroliers (messieurs) et le Sahel Nautique El-Biar (dames) occupent provisoirement la première place du classement de la coupe d'Algérie de natation «Open», à l'issue de la deuxième séance disputée, vendredi après-midi, à la piscine Hacène-Khitmane de Hydra, Alger.

droit de participer à trois courses. Les épreuves permettront aux na- geurs et nageuses de cumuler des points à la fin de chaque série, puis un classement général sera établi par l'instance fédérale, qui à la fin des trois séances déclarera le club vainqueur chez les messieurs comme chez les dames. La séance matinale a été marquée le nageur Abdallah Arjoujn (ASPTT-Alger) qui a battu le record d'Algérie du 200 m dos avec un chrono de (2:04.02), alors que l'ancien record était détenu par Nawfel Ben Ali de Constantine avec un temps de 2:04.62. La 3 e et dernière séance est programmée samedi à 9h00. Elle sera suivie de la cérémonie de re- mise des médailles.

sera suivie de la cérémonie de re- mise des médailles. CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DE BADMINTON INDIVIDUEL ADEL

CHAMPIONNAT D’AFRIQUE DE BADMINTON INDIVIDUEL

ADEL HAMEK ET MOHAMED BELARBI EN QUART DE FINALE

INDIVIDUEL ADEL HAMEK ET MOHAMED BELARBI EN QUART DE FINALE Jason Coetzer (21-15, 21-10) et joueront

Jason Coetzer (21-15, 21-10) et joueront leur place en demi-finale face aux Zambiens Chongo Ezra Mulenga et Kolombo Mulenga. Une autre paire algérienne com- posée des joueurs Koceila Amrani et Youcef Sabri Medel a réussi à se hisser aux quarts de finale en battant les Nigérians Abdulfatai Saleudeen et Habeeb Bello (21- 11, 21-16) et affrontera une autre paire nigériane Gideon Babalola et Clement Krobakpo pour une place dans le dernier carré. Chez les dames, l'Algérienne Halla Boukasni, éliminée dès les hui- tièmes de finale du simple dames face à la Sud-Africaine Johanita Scholtz (12-21, 17-21), s'est qua- lifiée aux quarts de finale du dou- ble dames avec sa coéquipière Linda Mazri, où elles affronteront les Egyptiennes Doha Hany et

Hadia Hosny. En double mixte, la paire algérienne Koceila Mam- meri-Linda Mazri a été exemptée des huitièmes de finale et sera op- posée en quarts de finale à la paire mauricienne George Julien Pau-Kate Foo Kune qui a éliminé un autre duo algérien Yacine Be- lahoune-Halla Boukasni (21-12, 21-05). Les quarts de finale de tous les tableaux (simple mes- sieurs, simple dames, double mes- sieurs, double dames et double mixte) se dérouleront samedi à partir de 09h00 à Johannesburg. Composée de sept athlètes (5 messieurs et 2 dames), la sélec- tion algérienne de badminton a été éliminée dès la phase de poule lors des épreuves par équipes, disputées du 17au 20 avril et qui ont vu la consécration de l'Egypte devant l'Afrique du Sud (3-1).

COUPE D’ANGLETERRE

MANCHESTER CITY

JESUS POURRAIT REJOUER CONTRE ARSENAL

L'attaquant brésilien de Manchester City Gabriel Jesus, opéré d'une fracture au pied droit il y a deux mois, pourrait effectuer son retour à la compétition di- manche prochain, à l'occa- sion des demi-finales de la Coupe d'Angleterre contre Arsenal, a laissé entendre vendredi son entraîneur, Pep Guardiola. «Jesus se porte mieux. Aujourd'hui (vendredi), il va s'entraîner avec nous. Il revient avec de la joie et nous sommes très contents», a indiqué l'Espagnol en conférence de presse, refusant même d'exclure une éventuelle titularisation. «Nous allons voyager à Wembley avec toute l'équipe. Il sera donc présent. Pour le reste, on verra», a poursuivi Guar- diola. Le jeune Brésilien (20 ans), opéré mi-février d'une fracture du pied droit, devait être absent près de trois mois, mais il a finalement repris l'entraîne- ment plus tôt que prévu, début avril. Arrivé en jan- vier, en provenance de Palmeiras contre un chèque de 31 millions d'euros, Gabriel Jesus avait marqué trois buts lors de ses quatre premiers matchs de cham- pionnat avant de se blesser. «Il a eu un impact. C'est très difficile d'arriver en Premier League et de jouer comme il l'a fait», a admiré le Catalan, espérant que le Brésilien allait «aider l'équipe à marquer des buts jusqu'à la fin de saison».

à marquer des buts jusqu'à la fin de saison». ESPAGNE LE FC BARCELONE FAIT APPEL DE

ESPAGNE

LE FC BARCELONE FAIT APPEL DE LA SUSPENSION DE NEYMAR

Le FC Barcelone a annoncé vendredi avoir in- troduit un recours au niveau du Tribunal arbitral du sport (TAS) avec l'espoir de réduire la suspension de trois matchs, infligée à son attaquant internatio- nal brésilien Neymar, et qui l'empêche de disputer «le clasico» de ce dimanche face au Real Madrid. «Dans la mesure où (la Fédération espagnole) a re- jeté l'appel du FC Barcelone contre la suspension de trois matchs visant Neymar, le club a fait appel de cette décision devant le Tribunal arbitral du sport», a indiqué le Barça dans un communiqué. L'attaquant brésilien a écopé d'une suspension de trois matchs pour une «attitude de mépris» lors de

de trois matchs pour une «attitude de mépris» lors de la défaite du Barça (2-0) contre

la défaite du Barça (2-0) contre Malaga, le 8 avril dernier. Neymar avait ironiquement ap- plaudi le quatrième arbitre en sortant du terrain, après avoir reçu un carton rouge. Un premier recours du Barça auprès de la fé- dération espagnole de football a été rejeté, alors que Neymar a déjà purgé le premier de ses trois matchs de suspension le week-end dernier contre la Real Sociedad. Si la sanction est confirmée, et outre le Clasico de dimanche, le Brésilien manquera également le match contre Osasuna, prévu mercredi prochain pour le compte de la 34 e journée de Liga.

FIFA : CORRUPTION

L’ANCIEN PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION DU COSTA RICA SUSPENDU À VIE

L'ancien président de la Fé- dération de football du Costa Rica, Eduardo Li, impliqué dans le vaste scandale de cor- ruption ayant touché la FIFA, a été suspendu à vie par l'ins- tance, a annoncé la Fédération internationale. Edouardo Li (57 ans), arrêté en Suisse en 2015, avait plaidé coupable aux Etats-Unis des chefs de conspi- ration en vue d'extorsion et de fraude, dans le cadre du grand

dossier de corruption qui a frappé des dizaines d'anciens dirigeants de la FIFA. Edouardo Li était accusé par la justice américaine d'avoir no- tamment monnayé son in- fluence auprès de sociétés privées dans le cadre de la re- vente des droits TV de matches de son équipe nationale. La Commission d'éthique de la FIFA, qui a prononcé sa sus- pension à vie, avait ouvert une

enquête à son encontre en mai 2015, peu après son arrestation. L'ancien président de la Fédé- ration du Costa Rica a égale- ment été membre de la Commission exécutive de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amé- rique centrale et des Caraïbes (CONCACAF), dont de nom- breux membres ont été impli- qués dans le scandale ayant secoué la FIFA.

dont de nom- breux membres ont été impli- qués dans le scandale ayant secoué la FIFA.

Dimanche 23 Avril 2017

Sp o rt s

22

EL MOUDJAHID

JO-2020 (PRÉPARATION)

L’ACNOA AFFECTE UN MILLION DE DOLLARS

L’Association des Comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA) a alloué un million de dollars comme bud- get de soutien pour le programme de préparation et de suivi des athlètes africains pour le quadriennal 2017-2020, rapporte vendredi le site Abidjan.net, citant le président de la l'Association, l'Ivoirien Lassana Palenfo.

L es responsables des Comités olympiques nationaux d'Afrique, des experts du

Comité international olympique (CIO) et d’Organisations continen- tales du sport africain, sont en conclave pendant deux jours à Abidjan, afin d'arrêter et de défi- nir ensemble «la stratégie gagnante pour préparer une bonne représen- tation africaine aux jeux Olym- piques de Tokyo 2020». Le président de l'ACNOA, l’inten- dant-général Lassana Palenfo a présenté les motivations et les en- jeux des travaux d’Abidjan, un conclave qui va permettre «d'ar- rêter d’importantes recommanda- tions, en faveur d’une prise en charge optimale de nos athlètes, dans le cadre de leurs plans de préparation et d’entraînement, pour les JO-2020, comme c'était le cas en 2013 pour les JO de Rio 2016». «A ce titre, l'Acnoa an- nonce, d’ores et déjà, l'affectation d'un budget d'un million de dol- lars pour soutenir le programme de préparation et de suivi des athlètes pour le quadriennal 2017-2020.

et de suivi des athlètes pour le quadriennal 2017-2020. Nous sommes très conscients et mesurons le

Nous sommes très conscients et mesurons le poids de la responsa- bilité qui nous incombe», a an- noncé Palenfo à l'encontre des présents.

Le premier responsable de l'Ac- noa a fait remarquer que les ex- cellentes performances aux JO participent indéniablement à la construction de la notoriété du

continent africain certes, et il ap- partient aujourd’hui à l’Acnoa, a-t- il dit, «d’œuvrer pour non seulement préserver ces acquis mais surtout de les faire prospé- rer». Les présents sont convaincus que les recommandations de cette réunion permettront d’œuvrer pour une amélioration constante des ré- sultats des athlètes africains pour les prochaines échéances sportives. Pour le ministre des Sports et des Loisirs de la Côte d'Ivoire, Fran- çois Amichia, présent à la rencon- tre : «La réalisation de bonnes performances passe nécessaire- ment par la mise en place d’une stratégie cohérente et ambitieuse, qui sera élaborée pour le bonheur du sport et des sportifs africains». Et d'ajouter : «La présence de tous les experts, le thème choisi, les ob- jectifs définis, ainsi que le mode opératoire déterminé justifient l’importance de cette rencontre et traduisent la volonté de l’Acnoa, pour ce quadriennal (2017-2020), de s’inscrire dans une politique d’excellence».

BAYERN

Course au doublé

Absent des demi-finales de Ligue des cham- pions pour la première fois depuis 2011, Mu- nich va maintenant se concentrer sur le championnat, avec la 30e journée hier samedi, et la coupe mercredi, en quête d'un doublé natio- nal, pour oublier l'amère élimination contre le

Real Madrid. L'espoir en prolongation, l'expul- sion de Vidal et les erreurs d'arbitrage ont laissé le Bayern à moitié K.-O. «Le doublé est mainte- nant notre prochain objectif, mais ce n'est pas fa- cile de s'enthousiasmer pour ça», a admis Thomas Müller au lendemain de la défaite 2-4

à Madrid. «Il nous faut essayer de regarder vers

l'avant et d'oublier le plus vite possible le match contre le Real», a renchéri son coéquipier David Alaba. Samedi, les hommes d'Ancelotti reçoi-

vent Mayence, modeste 15e. Ils comptent huit points d'avance sur leur dauphin Leipzig, et trois victoires sur leurs cinq derniers matchs suffi- raient à leur assurer un cinquième titre national consécutif. Mercredi, en demi-finale de coupe, la motivation sera peut-être plus facile à trouver:

le Bayern reçoit à l'Allianz Arena son rival his- torique Dortmund. Un Dortmund également as- sommé par l'attentat du 11 avril puis son élimination européenne contre Monaco, mais néanmoins toujours dangereux. Pour ce sprint final, le Rekordmeister devra en outre faire sans son gardien emblématique Manuel Neuer, qui s'est fracturé le pied à Madrid et ne rejouera pas en club cette saison. «Evidemment je suis triste mais maintenant je me concentre entièrement sur ma guérison, c'est le plus important», a dé- claré le portier international. Plus généralement, la Bundesliga s'est réveillée avec la gueule de bois vendredi, au lendemain de l'élimination de Schalke par l'Ajax d'Amsterdam en quart de fi- nale d'Europa League (0-2 puis 3-2 a.p. au re- tour). Pour la première fois depuis 2005, aucune équipe allemande ne sera présente en demi-fi- nales d'une compétition européenne. Pour la troi- sième place, la dernière à donner un accès direct

poules de C1, la bataille continue

à la phase

de faire rage entre Hoffenheim (54 points) et

Dortmund (53 pts). Après un duel à distance ce week-end, qui voit Hoffenheim jouer à Cologne

vendredi

et Dortmund à Mönchengladbach sa-

medi, les deux prétendants en découdront direc- tement le 6 mai, sur le terrain du Borussia, pour une 32e journée qui pourrait sceller définitive- ment le podium.

de

DORTMUND

VERS LA CRÉATION D’UNE UNITÉ POUR LA PROTECTION DES JOUEURS

Le club de première divi- sion allemande de football, Borussia Dortmund, dont le bus a été victime d'un attentat à la bombe il y a dix jours, est en train de recruter d'an- cien policiers d'élites, pour former une unité spéciale, qui se chargera de la protection de ses joueurs, a affirmé ven- dredi le patron du club. «J'ai procédé ces derniers jours à des entretiens avec des ex- perts de la sécurité que nous voulons embaucher. Il s'agit d'anciens membres du GSG9 (unité d'élite de la police) et du BKA (police criminelle fé- dérale)», a affirmé vendredi

BKA (police criminelle fé- dérale)», a affirmé vendredi gravité des derniers événe- ments nous poussent à

gravité des derniers événe- ments nous poussent à pren- dre des mesures de sécurité d'un genre nouveau», a-t-il ajouté quelques heures après l'annonce par la police de l'arrestation d'un suspect de l'attaque du 11 avril, qui avait fait deux blessés : le dé- fenseur espagnol Marc Bartra, ainsi qu'un policier de l'es- corte du bus. «Nous allons mettre beaucoup d'argent pour renforcer la sécurité de l'équipe», ajoute M. Watzke, sans donner toutefois de dé- tail sur le nombre des agents qu'il entend recruter.

le directeur exécutif Hans- Joachim Watzke au quotidien Süddeutsche Zeitung. «La

AFROBASKET-2017

L’ANGOLA ORGANISERA LE TOURNOI À LA PLACE DU CONGO

L'Angola a été désignée pour l'organisation de l'Afrobasket 2017 suite au désistement du Congo, a an- noncé samedi la Confédéra- tion africaine de basket-ball (FIBA Afrique) sur son site officiel. Le Congo, qui de-

vait abriter l'Afrobasket-2017 (masculin) durant la période du 19 au 30 août prochain à Brazzaville s'est désisté la se- maine dernière de l'organi- sation évoquant des «difficultés économiques et sociales». La nation la plus titrée du basket-ball africain va voler à la rescousse de son sport, en août prochain. L'Angola, dont l'équipe na- tionale masculine a rem-

porté

28

Championnats d'Afrique, va organiser le tournoi pour la quatrième fois de son his- toire. Durant deux semaines,

11

des

fois de son his- toire. Durant deux semaines, 11 des la FIBA Afrique a tenté de

la FIBA Afrique a tenté de faire revenir le Congo sur sa position. En vain. L'équipe du Congo est donc écartée du tournoi, elle sera remplacée par une autre sélection pré- cise, la même source. La Tu-

nisie, hôte du dernier Afro- basket, avait également pro- posé ses services en déposant sa candidature ven- dredi à Bamako, lors d'une réunion de la FIBAAfrique. Mais c'est finalement l'An- gola, qui a organisé le tour- noi en 1989, 1999 et 2007, qui va s'y mettre une qua- trième fois. Les pays qui prendront part à ce rendez- vous continental sont la Tuni- sie, le Nigeria (tenant du titre), l'Angola, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Répu- blique Démocratique du Congo, l’Egypte, le Mali, le Maroc, le Mozambique, le Sénégal, l'Ouganda et l'Afrique du Sud, outre la Guinée et le Rwanda qui ont bénéficié d'une Wild Card (invitation) chacun, et un pays qui reste à désigner en remplacement du Congo.

LIGUE 1

LA JS KABYLIE RENOUE AVEC LA VICTOIRE

La JS Kabylie a renoué avec la victoire en championnat de Ligue 1 algérienne de football après qua- tre mois de disette, en s'imposant vendredi sur le terrain du CA Batna (1-0), dans un match en re- tard et dont le résultat permet aux ''Canaris'' de se relancer dans la lutte pour le maintien. La dernière victoire de la JSK, qui est en train de réaliser sa pire saison depuis son accession en Ligue 1 en 1969, remonte au 24 décembre lorsqu'elle avait battu le CR Belouizdad (1-0), pour le compte de la 15e et dernière jour- née de la phase aller. Ce fut égale- ment l'unique succès à domicile des coéquipiers d'Ali Rial cette saison. En revanche, les «Lions du Djurdjura»', et en l'emportant à Batna, signent leur troisième vic- toire en déplacement cette saison. Toujours en position de relégables (14es), les Kabyles misent énor- mément sur les deux matchs en re- tard qui leur restent afin de s'extirper de la zone rouge. L'opé- ration maintien enclenchée depuis la capitale des Aurès devra se poursuivre dès mardi lors de la ré- ception de l'USM Alger, insiste l'entraîneur Mourad Rahmouni. «Avec ce résultat, on doit bien gérer les prochaines rencontres. Autrement dit, il faut enchaî- ner avec une victoire ce mardi», déclare Rahmouni, le troisième entraîneur à diriger la JSK cette saison après Kamel Mouassa et le Tunisien Sofiane Hidouci. Etant le seul club n'ayant jamais quitté l'élite algérienne depuis qu'il y est monté, la JSK espère préserver ce statut, malgré une saison mouve- mentée pendant laquelle cette formation n'a pas cessé de manger son pain noir. Le fait d'être élimi- nés récemment des Coupes d'Al- gérie et de la Confédération africaine devrait permettre aux joueurs de focaliser sur leur plus important challenge de cette fin d'exercice, à savoir le maintien. En tout cas, l'entraîneur Rahmouni y croit fermement. Mieux, il se dit confiant quant à «terminer en force» la saison. «Il est vrai que les matchs qui nous restent sont tous difficiles, mais on saura relever le défi. Personnellement, je suis très confiant. La JSK sera sauvée, j'en suis certain», rassure-t-il.

TOUR CYCLISTE DU SÉNÉGAL

UNE CENTAINE DE COUREURS ATTENDUS

Une centaine de coureurs issus de 15 équipes seront sur la ligne de départ de la 16ème édition du Tour cycliste du Sénégal, prévu du 22 au 29 avril prochain, ont an- noncé vendredi les organisateurs. Les coureurs sont issus du Sénégal, du Maroc, de la Gambie, de la RD Congo, de la France, d’Allemagne, d’Angleterre, de Guadeloupe, de la Belgique et des Pays-Bas, selon le promoteur du tour, Michel Thioub. Longue de 1.108 km, la course compte huit étapes et va traverser quatre des quatorze régions du Sé- négal: Dakar, Thiès, Saint-Louis et Kaolack. Tombée en léthargie, la compé- tition avait été relancée dans les années 2000 et avait connu une ré- gularité jusqu’en 2010, puis avait disparu du calendrier pendant qua- tre ans, avant de reprendre il y a deux ans.

Dimanche 23 Avril 2017

Sp o rt s

23

EL MOUDJAHID

CHAMPIONNATS AMATEURS (DANS LES TROIS GROUPES)

LA DÉCANTATION

À deux journées du baisser de rideau des championnats nationaux amateurs (dans les trois groupes), on peut dire que les choses commencent à s’éclaircir.

D ans le groupe Ouest, on sait que les choses ont été achevées bien avant

la fin de la saison avec la consé- cration du WA Tlemcen, cham- pion de ce groupe. Ce club a fait le vide autour de lui puisqu’il compte 17 pts d’avance sur son poursuivant immédiat (66 pts) , l’OM Arzew (48 pts). Ce retour en Ligue-2 n’est que mérité pour ce club qui a toujours ex- cellé en Ligue-1. Dans le groupe Centre, on peut dire que cette 27 e journée a été décisive avec le RCK, qui était le leader incontesté jusque- là (au goal average) a fini par craquer. Il avait effectué un long et difficile déplacement à Oued Amizour (Béjaïa) pour y affron- ter la formation locale. Finale- ment, les poulains de Bouzidi n’ont pas réussi à forcer le des- tin, puisque le match s’est soldé sur un score vierge (0 à 0). Un nul qui ne fait pas les affaires des Koubéens. Il faut admettre que la formation d’Amizour a

Koubéens. Il faut admettre que la formation d’Amizour a joué le jeu jusqu’au bout. Ce nul

joué le jeu jusqu’au bout. Ce nul fait aussitôt les affaires de L’US Beni Douala. Ce dernier qui re- cevait Beni Thour avait gagné sur le net score de 3 buts à 1. Par cette victoire, il prend les rênes du groupe Centre avec une avance de deux points. Et à deux journées du baisser de ri- deau, on peut dire que ce club a pris une sérieuse avance qui lui permettrait de réaliser le rêve de

toute une région. Il faut dire que la bataille reste, malgré tout, assez forte en cette fin de sai- son. À l’Est, l’AS Aïn M’lila, qui avait une avance assez copieuse sur l’USM Annaba de 05pts, a calé au stade Benabdelmalek de Constantine puisqu’elle a cédé devant l’enthousiasme et la fougue d’une équipe du MOC vraiment surprenante. Les Mo-

cistes ne doivent s’en prendre qu’à eux-mêmes sachent qu’ils avaient de grandes chances d’accéder cette saison au palier supérieur mais ils ont raté plu- sieurs sorties faciles. Les Annabis n’ont pas pro- fité de ce faux pas des Aïn M’li- lis, puisqu’ils ont été accrochés par la formation de Tougourt sur le score de 1 à 1. Les Annabis étaient même menés à la marque (1 à 0). L’ASAM, qui avait le MOC comme difficile adversaire, a ainsi réussi à limiter la casse au grand dam de ses supporters. Il faut dire que les Annabis avaient mené le bal presque de- puis le début de saison avant de faire du surplace. Ils risquent même d’en pâtir, eux qui aspi- raient revenir au plus vite parmi l’élite. Il faut admettre que les deux dernières journées qui restent seront très disputées. Que le fair-play règne jusqu’au bout. H. G.

 

RÉSULTATS :

 
 

Gr. Est – (28 e J)

   

Gr. Centre - 28 e J

   

Gr. Ouest - 28 e journée)

 

Hamra Annaba - USM Khenchela NC Magra - AB Chelgoum Laid MO Constantine û AS Ain M'lila 4 HB Chelghoum Laid - AB Merouana NRB Touggourt -USM Annaba CR Village Moussa - US Chaouia US Tébessa - ES Guelma USM Ain Beida ‘ E. Collo

1-0

MB Rouissat - WR M'Sila US Béni Douala - CR Béni Thour

2-0

USMM Hadjout - WATlemcen ASB Maghnia - OMArzew SA Mohammadia û ESM Koléa WA Mostaganem û MB Hassasna CRB Sendjas - CRB Ben Badis SCM Oran - IRB Maghnia US Remchi - SKAF Khemis RCB Oued Rhiou - ES Mostaganem

1-1

5-1

3-1

2-1

4-3

USM Chéraga - IB Khemis El Khechna 0-1

3-2

3-0

IB Lakhdaria - MC Mekhadma CRB Dar El Beida - NARB Réghaia US Oued Amizour - RC Kouba JS Hai El Djabal - JSD Jijel Exempt : RC Boumerdès

4-0

1-1

1-1

1-1

4-2

3-2

0-0

2-1

7-1

2-0

2-2

4-1

1-1

Classement

Pts

J

Classement

Pts

J

Classement

Pts

J

1. AS Aïn M'lila

61

28

1. US Béni Douala

55

26

1 .WATlemcen

66

28

2. USM Annaba

57

28

2. RC Kouba

53

26

2.

OMArzew

49

28

3. MO Constantine

54

28

3. US Oued-Amizour

44

26

3.

S Mostaganem

44

28

4. NC Magra

48

28

4. WR M'Sila

40

26

4.

SCM Oran

43

28

5. US Chaouia

40

28

5.

NARB Réghaïa

37

26

5.

MB Hassasna

41

28

6.USM Khenchela

36

28

6. JS Haï El Djabal

34

26

6.SKAF Khemis

41

28

7.AB Chelghoum Laïd 8.US Tébessa

35

28

7. JSD Jijel

32

27

7.USMM Hadjout

39

28

35

28

8. CRB Dar El Beïda

32

26

8.IRB Maghnia

36

28

9.

CR Village Moussa

35

28

9. MB Rouissat

32

26

9.

US Remchi

35

28

10.Hamra Annaba

33

28

10. IB Lakhdaria

31

26

10

ESM Koléa

35

28

11.E. Collo

32

28

11. MC Mekhadema

30

25

11.CRB Ben Badis

34

28

12.

NRB Touggourt

31

28

12. IBK El Khechna

30

27

12

ASB Maghnia

34

28

13.USM Aïn Beïda

31

28

13. CR Béni Thour

29

25

13. RCB Oued Rhiou

33

28

14.

HB Chelghoum Laïd 30

28

14.RC Boumerdès

26

26

14. SA Mohammadia

33

28

26

28

15.

USM Chéraga

17

26.

15. CRB Sendjas

27

28

15. ES Guelma 16.AB Merouana

25

28

 

16.WA Mostaganem

18

28

CAN-2017 (U17)

28   16.WA Mostaganem 18 28 CAN-2017 (U17) mors), Mahmoud Ahmed Kamel Abouel- regal (Egypte), Temesgin

mors), Mahmoud Ahmed Kamel Abouel- regal (Egypte), Temesgin Samuel Atango (Ethiopie), Moussounda Montel (Gabon), Mamady Tere (Guinée), Souru Phatasoane (Lesotho), Attia Amsaad (Libye) Lahcen Azgaou (Maroc), Arseno Chadreque Ma- rengula (Mozambique), Abdoul Aziz Moc- tar Saley (Niger), Gilbert Lista (Seychelles), Frank John Komba (Tanza- nie), Aymen Ismail (Tunisie).

MUSTAPHA GHORBAL SÉLECTIONNÉ PAR LA CAF

L'arbitre international algérien, Musta- pha Ghorbal, est retenu par la Confédéra- tion africaine de football (CAF) pour officier à la 12 e Coupe d'Afrique des Na- tions CAN-2017 des moins de 17 ans, pré- vue au Gabon du 14 au 28 mai prochain. Outre Ghorbal, l'instance africaine a sélec- tionné 13 directeurs de jeu et 15 arbitres as- sistants. Huit pays scindés en deux groupes de quatre prendront part à la CAN-2017 des U17 qui se déroulera dans deux villes gabonaises, Franceville et Port Gentil. Le groupe A est composé du Gabon, Guinée, Cameroun et Ghana. Le groupe B est constitué du Mali, Tanzanie, Angola et Niger. Les deux premiers de chaque poule se qualifieront pour les demi-finales.

Liste des arbitres :

Directeurs de jeu : Mustapha Ghorbal (Algérie), Pacifique Ndabihawenimana (Burundi), Abou Coulibaly (Côte d'Ivoire), Souleiman Ahmed Djamel (Djibouti), Jean Jacques Ndala Ngambo (RD Congo), Mo- hamed Maarouf Eid Mansour (Egypte), Mihindou Mbina Gauthier (Gabon), Daniel Nii Ayi Laryea (Ghana), Davies Ogenche Omweno (Kenya), Hamada el Moussa (Madagascar), Ferdinand Udoh Aniete (Ni- geria), Maguette Ndiaye (Sénégal), Hassan Mohamed Hagi (Somalie), Haithem Kossai (Tunisie) Arbitres assistants : Gbemassiandan Marcisse Kouton (Benin), Seydou Tiama (Burkina Faso), SoulaimaneAmaldine (Co-

EUROPE

BLATTER PLAIDE POUR UN RETOUR DE PLATINI À L’UEFA

L'ancien président de la Fédération internationale de football (Fifa) Sepp Blatter, suspendu 6 ans, a plaidé vendredi pour un retour du Français Michel Platini à la tête de l'union européenne (UEFA) ou à la Fifa. «Il faut qu'il (Platini) revienne. Il peut revenir, pour re- prendre l'UEFA ou la Fifa», a déclaré Sepp Blatter dans un entretien accordé à l'agence AFP. Platini, 61 ans, ancien président de l'UEFA, a été suspendu 8 ans fin décembre 2015 par la Commission d'éthique de la Fifa pour un paiement de 2 millions de francs suisses reçu de Sepp Blatter. Cette suspension qui l'a empêché de briguer la succes- sion de Blatter à la Fifa, a ensuite été réduite à 6 ans en appel puis à 4 ans par le Tribunal arbitral du sport. L'ancien capitaine de la sé- lection française qui a également saisi le Tribunal fédéral suisse pour contester cette suspension, pourrait donc en théorie reprendre une

activité liée au football à la fin 2019. Sepp Blatter, 81 ans, reste lui suspendu pour 6 ans. «Il faut qu'il (Platini) revienne, mais il faut aussi qu'on fasse sauter sa suspension ou la mienne. Il faut la faire sauter par ceux qui l'ont prise. Ce n'est pas le TAS qui peut le faire, c'est la Commission d'éthique de la Fifa», a ajouté Blatter. Et d'ex- pliquer : «C'est possible, on peut faire une demande de révision s'il y a des faits nouveaux, on est en train de voir où il y a des faits nou- veaux, alors le tribunal pourra rouvrir le cas. Oui j'ai des éléments que je ne peux pas dévoiler maintenant qui donnent la possibilité» de réouvrir la procédure, a assuré Blatter. Dans un récent entretien au journal Le Monde, Platini avait assuré que Blatter ne l'avait «ja- mais défendu», estimant que Blatter était «le plus gros égoïste" qu'il ait vu de sa vie.

DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

CRB, UN CLUB EN DIFFICULTÉ

l Le CRB, le club né après l’indépendance du pays des entrailles de l’ex-WA

Belouizdad se trouve aujourd’hui dans une situation financière très difficile. L’exemple à suivre des années 60/70 est aujourd’hui dans le pétrin. Selon, les propos tenus par le président du CSC/CRB et en même temps porte-parole du club, Chetouf, le CRB est endetté jusqu’au coup. Si l’on se fie à ce qu’il avait annoncé à une radio nationale, la Chaîne 3, les dettes s’évalueraient à près de 30 milliards de centimes. Il faut dire que c’est énorme. De plus, et toujours selon ses dires, même l’argent fourni par un sponsor de la téléphonie mobile ont été déjà «bouffées». C'est-à- dire que le CRB évoluera lors de la prochaine saison sans ces revenus, puisqu’ils les ont déjà tous dépensés. C’est ce qui fait que les choses sur le plan financier ne se présentent pas sous de bons auspices, ni en cette fin de saison, ni pour la saison prochaine. Il faut admettre que le président actuel du CRB ne peut, à lui seul, tout régler. On peut même dire que c’est presque impossible qu’il puisse le faire uniquement avec ses moyens propres ; et sans argent, le CRB ne pourra se déplacer nulle part. Financièrement, on ne peut pas dire que le CRB est sur les bons rails, surtout que la masse salariale (de deux milliards) obère sensiblement et mensuellement le budget limité du club. D’ailleurs des joueurs belouizdadis ont tout simplement saisi la CRL pour faire valoir leurs droits. Ce qui est normal. On ne peut jouer sans se faire payer ; à l’impossible, nul n’est tenu. C’est vrai que le CRB est qualifié pour les demi-finales de la Coupe d’Algérie. En soi, il s’agit d’un challenge important, ce qui pourrait permettre au club de l’Aâquiba de se requinquer le moral. Il est vrai que rien ne sera facile pour ce grand club, surtout avec l’affaire des trois joueurs, mais aussi celle de Bouazza que Badou Zaki ne veut pas, sont en train de se poser avec acuité. Il est exact que ce n’est pas encore solutionnée de manière définitive, mais montre bien que le CRB n’est pas au mieux dans ses rapports internes, entre joueurs et direction du club. Certes, le président Bouhafs, connu sous le nom de Hadj Mohamed, fait de son mieux pour remonter la pente et remettre ce club

sur rails, mais des entraves subsistent. Il faut

ajouter à cela la querelle propagée sur la voie

publique entre l’ancien Bureau du CSC/CRB avec

Mokhtar Kalem et le nouveau avec Chetouf. Les

deux parties restent apparemment inconciliables, même si le DJS avait donné raison au deuxième bureau. Toutefois, faute de passation de consignes, la situation semble rester identique

puisque chacune des parties campe sur sa

position. Toujours est-il, il en ressort que le CRB est en difficulté financière, ce qui rend l’horizon

du club presque incertain. Sans rentrer dans les détails de la gestion de ce club, le CRB n’est pas au bout de ses surprises. Avec un succès en Coupe d’Algérie, on pourrait peut-être sortir, ne serait-ce que momentanément, de l’impasse actuelle. Toutefois, ce qui s’y passe au CRB et ce n’est pas facile de trouver une solution qui puisse être la panacée. Il faudra revoir bien des paramètres, à tous les niveaux, pour que ce club aux grandes ambitions puisse repartir du bon pied. Car, on ne

peut imaginer le football algérien sans le CRB. Ce club mérite d’être soutenu et aidé car sous l’emprise de faux problèmes qui, malheureusement, reviennent d’année en année. Ce qui « plombe » sérieusement ce club et l’empêche d’être parmi les ténors du football national. C’est vraiment dommage !

Hamid Gharbi

T

OPS

1 er CONGRÈS DE L’ONJSA LE 24 MAI À ALGER

Le premier congrès de l'Organisation Nationale des Journalistes Sportifs Algériens (ONJSA) se tien- dra le 24 mai prochain au Centre de presse du Com- plexe olympique Mohamed Boudiaf (Alger), a-t-on appris vendredi auprès de l'Organisation algérienne. "La présentation des bilans moral et financier, la pro- position d’amendements du statut et règlement inté- rieur ainsi que le renouvellement des instances de l’organisation, sont les trois points inscrits à l'ordre du jour du congrès", indique le communiqué de l'ONJSA, une association fondée en 2009, qui re- groupe les journalistes sportifs professionnels algé- riens, présidée par le journaliste Youcef Tazir. Elle organise plusieurs activités entre autres, le Forum sportif qui accueille des personnalités sportives et le tournoi de football de la presse sportive.

Dimanche 23 Avril 2017

AJUSTEMENT ÉCONOMIQUE PARADE À LA CHUTE DES COURS DE PÉTROLE n LE GOUVERNEUR DE LA

AJUSTEMENT ÉCONOMIQUE

PARADE À LA CHUTE DES COURS DE PÉTROLE

n LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE D’ALGÉRIE À WASHINGTON.

Le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal,

a déclaré à Washington que les pays de la région Mena conti-

nuaient à faire face à la chute des cours de pétrole, soulignant les efforts d’ajustement économique entrepris pour faire face

à la crise. S’exprimant lors de la réunion du Comité moné-

taire et financier du FMI, M. Loukal a indiqué que la région Moyen-Orient et Afrique du Nord, ainsi que le Pakistan et l’Afghanistan, continuent à faire face aux défis croissants de la chute des prix du pétrole et à des problèmes de sécurité dans certains de ces pays. M. Loukal est intervenu à cette réu- nion au nom de sept pays que sont l’Algérie, l’Afghanistan,

le Ghana, l’Iran, le Maroc, le Pakistan et la Tunisie. Le gou- verneur a mis l’accent durant son intervention sur les efforts d’ajustement économique et les réformes entrepris par les pays exportateurs de pétrole depuis que les cours ont amorcé leur baisse en 2014. Il a relevé, en particulier, l’importance de l’adoption de stratégies de diversification économique et

du rôle que doit jouer la politique budgétaire en conjonction

avec des réformes structurelles pour soutenir la croissance. «Nonobstant les différences en matière de marges de manœu- vre ou d’espaces budgétaires, poursuivre des politiques bud- gétaires pro-croissance est toujours possible et doivent

accorder la priorité aux investissements d’infrastructure et au développement du capital humain tout en ciblant les subven- tions et en augmentant les dépenses pour protéger les seg- ments vulnérables des populations», a-t-il expliqué. Mais il

a tenu à préciser que ces politiques d’ajustement «doivent

être adaptées aux circonstances spécifiques des pays, être de

nature à libérer le potentiel d’innovation et donner la priorité

à l’efficience, la concurrence et le renforcement du capital

humain». Le gouverneur a plaidé, à ce titre, pour la poursuite du soutien du FMI aux pays à faible revenu, aux Etats fragiles et aux petits Etats, tout en soutenant les Objectifs de déve- loppement durable à l’horizon 2030. «Le FMI, la Banque mondiale et les banques régionales de développement devraient poursuivre leur soutien à cet élan d’ajustement et de réformes», a-t-il indiqué en constatant que «la mise en œuvre des réformes structurelles a varié selon les pays de la région et devraient s’accélérer pour accroître la croissance potentielle et l’emploi et réduire la pauvreté». Le gouverneur a, par ailleurs, réitéré l’appel des sept pays pour

finaliser la 15 e revue générale des quotes-parts, en adoptant une nouvelle formule de calcul au plus tard à la date des réu- nions de printemps de 2019. Cette révision devrait aboutir à «une juste représentation des pays émergents et en dévelop- pement, tout en protégeant les quotes-parts relatives des pays les plus pauvres», a-t-il ajouté. Abordant les perspectives de l’économie mondiale, M. Loukal a noté que la reprise se «raf- fermit modérément» et «présage de meilleures perspectives

à moyen terme, particulièrement si une demande plus robuste

dans les pays avancés venait à accompagner l’élan, déjà so- lide, fourni par la Chine et d’autres économies émergentes». Cependant, «les perspectives demeurent obscurcies par une multitude de risques qui pourraient contrarier la fragile re- prise», a-t-il estimé. Outre les risques familiers liés aux legs de la crise et au resserrement des conditions financières mondiales, l’écono- mie mondiale fait face maintenant à «des risques nouveaux liés à l’incertitude en matière de politiques économiques dans les pays avancés, à la résurgence d’agendas populistes et in- travertis menaçant le système de coopération commerciale et économique mondiale et aux tensions géopolitiques accrus et conflits durables», a relevé M. Loukal. «Nous devons, par conséquent, demeurer vigilants face à ces risques, anciens et nouveaux, et agir de manière décisive pour éviter toute re- chute, dans cette conjoncture critique de l’économie mon- diale», a-t-il enchaîné. A ce propos, le gouverneur de la Banque d’Algérie a soutenu que l’approche basée sur trois piliers du FMI, telle que prônée dans l’agenda global de po- litiques de la directrice générale du FMI, «constitue un plan de charge utile pour soutenir la reprise en cours».

un plan de charge utile pour soutenir la reprise en cours». TOURNÉE DE M. MESSAHEL EN

TOURNÉE DE M. MESSAHEL EN LIBYE

ŒUVRER AU DIALOGUE ET

À LA RÉCONCILIATION

La tournée effectuée, ces trois derniers jours, par le ministre desAffaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes,Abdelkader Messahel, en Libye, a permis de constater «l’entière disposition» des parties libyennes à aller de l’avant et à trouver une solution à la crise, à travers le dialogue et la réconciliation nationale, loin de toute ingérence étrangère.

L visite de M. Messahel et de

délégation l’accompagnant,

l’est et à l’ouest de la Libye,

a

la

à

l’est et à l’ouest de la Libye, a la à Forte volonté de tirer profit de

Forte volonté de tirer profit de l’expérience algérienne

Au deuxième jour de sa tournée, le mi- nistre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine (UA) et de la Ligue des Etats arabes s’est rendu à Zentan (ouest de la Libye) où un accueil chaleureux lui a été réservé par la les responsables, les notables et la population dont Hadj Mabrouk qui porte la médaille de moudjahid décernée par les autorités algériennes pour sa parti-

cipation à la révolution nationale. Les no- tables et les personnalités locales de la région de Zentan ont souligné la nécessité de tirer profit de l’expérience algérienne en matière de concrétisation de la paix et de la réconciliation nationale, en vue de trouver une solution à la crise libyenne, sa- luant «les efforts déployés par l’Algérie, à sa tête le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika», pour la réunification

des enfants de la Libye». Avant de se ren- dre à Misrata, M. Messahel était arrivé à Tripoli où il s’est entretenu avec le prési- dent du Haut Conseil d’Etat, Abderrah- mane Souihli, qui a affirmé la disponibilité du Conseil à œuvrer en faveur de solutions rapides à la crise libyenne à travers le dia- logue, saluant la «position de l’Algérie qui reste à équidistance vis-à-vis de toutes les parties libyennes, ce qui confère à son rôle

davantage d’efficacité dans le soutien au processus de règlement pacifique de la crise». A Misrata, le ministre a été chaleureusement accueilli par des

jeunes Libyens à l’aéroport de la ville.

Il a eu ensuite plusieurs rencontres

avec des représentants de la société ci-

vile, des députés et des personnalités militaires de l’opérations «El Bou- niyane El Marsous», ainsi que des re-

présentants du «Rassemblement politique» et du Conseil des notables.

A la fin de sa tournée, la délégation al-

gérienne est revenue à Tripoli où M. Messahel a rencontré le président du gouvernement libyen de l’Union natio- nale, Fayez El-Serraj et le vice-prési- dent Ahmed Miitig qui a souligné la nécessité de régler toutes les questions en suspens et d’édifier ensuite les ins- titutions du pays».

Régler la crise

A chacune des cinq étapes de sa tour- née à l’Est et à l’Ouest de la Libye, en at- tendant une deuxième tournée prévue dans les prochaines semaines dans les régions sud, M. Messahel a eu à constater «une forte volonté chez les Libyens de parvenir à des solutions pacifiques à travers la ré- conciliation nationale et le dialogue poli- tique interlibyens en Libye même». M. Messahel avait déclaré être porteur d’un message de «fraternité» et d’ «espoir» aux Libyens partant de la douloureuse expé- rience de l’Algérie contre le terrorisme «qu’elle ne souhaite pas voir se reproduire en Libye», réitérant la conviction de Algé- rie que «la solution passe par un dialogue inclusif entre tous les Libyens sans exclu- sive». Les «Libyens en sont capables sans aucune ingérence étrangère», a-t-il sou- tenu. Lors de cette tournée M. Messahel a présenté l’expérience algérienne en ma- tière de réalisation de la paix et de la ré- conciliation nationale en tant qu’expérience à suivre pour sortir la Libye de sa crise qui «ne peut être résolue qu’à travers le dialogue et la réconciliation na- tionale» . (APS)

saluée par toutes les parties li- byennes durant les cinq étapes à tra- vers un accueil officiel, militaire et populaire très chaleureux, confirme «la sagesse de la position algérienne quant à la crise libyenne, qui de-

meure à équidistance vis-à-vis de toutes les parties en Libye». A El Bayda (Est de Libye), M. Messahel

a entamé sa tournée, mercredi der-

nier, où il a été reçu par le président du Parlement libyen, Akila Salah, qui s’est dit «totalement disposé» à aller de l’avant en vue d’aboutir à un règlement politique durable de la crise à travers le dialogue interlibyen inclusif et la réconciliation natio- nale, sans exclusive aucune, mettant l’ac- cent sur l’unité de la Libye, qui est «indivisible». «Le dialogue doit être inclu- sif sur la base de l’accord politique dont certains points doivent être modifiés conformément à la volonté du peuple li- byen», a-t-il soutenu, tout en se félicitant

de l’intérêt que porte le Président de la Ré- publique, Abdelaziz Bouteflika à la Libye et ses efforts afin de rapprocher les posi- tions des frères libyens en faveur de l’unité

et de la stabilité de leur pays».

ABenghazi, deuxième étape de sa tour- née, M. Messahel a été reçu par le maré- chal Khalifa Hafter au Quartier général des forces armées arabes libyennes. Sa réunion avec le maréchal a porté sur les derniers développements sur la scène politique li- byenne et l’impératif soutien au dialogue interlibyen loin de toute ingérence étran-

gère sur la base de l’accord politique et de

la réconciliation nationale.

Toujours à Benghazi, M. Messahel a rencontré les notables de l’est libyen no- tamment d’Ajdabiya, Barqah et Al-Marj qui ont affirmé qu’ils «sont disposés à dia- loguer avec tous les protagonistes quels que soient leurs courants ou points de vue», estimant que «le dialogue doit être inclusif sans exclusion aucune en vue de respecter la volonté de tout un chacun».

M. KOBLER MERCREDI PROCHAIN EN ALGÉRIE

Le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, chef de la mission d’appui des Nations unies pour la Libye (MANUL), Martin Kobler, effectuera une visite de tra- vail en Algérie, mercredi prochain, pour poursuivre la «concer- tation et les consultations continues entre» l’Algérie et les Nations unies concernant la crise libyenne, a indiqué samedi un communiqué du ministère des Affaires étrangères. «Dans le cadre des efforts conjoints des Nations unies et de l’Algérie, M. Martin Kobler, représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour la Libye, chef de la mission d’Appui des Nations

unies pour la Libye (MANUL), effectuera une visite de travail en Algérie, le mercredi 26 avril 2017, pour poursuivre la

concertation et les consultations continues entre l’Algérie et les Nations Unies», a précisé la même source. Au cours de cette visite, M. Kobler aura des entretiens avec le ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des Etats arabes, Abdelkader Messahel, sur «les derniers développements de la situation en Libye et sur l’état de mise en œuvre de l’Accord politique libyen du 17 décembre

2015.

de l’Accord politique libyen du 17 décembre 2015. n L’Algérie ne vit pas en autarcie, et

n L’Algérie ne vit pas en autarcie, et notre vie so- ciale et politique ne se déroule pas en vase clos. Les événements internationaux sont là pour

nous rappeler l’importance stratégique, voire vitale d’ins- titutions solides, frappées du sceau de la légitimité popu- laire et de l’efficacité opérationnelle, pour traiter toute situation de quelque ordre que ce soit. Aussi, il ne faut pas s’arrêter à l’apparence des choses, aux discours des uns et des autres, aux explications et promesses légères, amusantes ou graves, que cette campagne électorale nous a donné à voir. Faut-il rappeler que toutes les cam- pagnes, y compris celles qui se déroulent dans les pays qui se prétendent dépositaires du legs de la liberté et de la démocratie, traînent leur lot d’anecdotes amusantes et de déclarations sinistres ? Les prochaines élections législa- tives seront les premières à se dérouler conformément à la Constitution amendée qui a introduit des mécanismes et institué une transparence à l’ensemble du processus électoral. Une avancée historique, même si toute démo- cratie est perfectible, parce qu’elle est faite par des femmes et des hommes porteurs d’une culture, d’une vi- sion des choses, d’une sensibilité et d’un rapport à l’es-

C OMME N TA IR E

BULLETIN

GAGNANT

pace public qui ne renvoient pas — fort heureusement — à l’unanimisme. Comment faire pour traduire la rivalité partisane en atout qui consoliderait la maison Algérie ? Comment faire pour traduire la «sanction des urnes» en un capital collectif qui engage l’ensemble, «petits» partis comme «grands», des électeurs comme simples citoyens, pour transformer cette force qui fait mouvoir les candi- dats et la société civile durant cette campagne en une dy- namique au service d’un seul parti à nul autre pareil :

l’Algérie ? M. Ahmed Gaïd Salah a trouvé la bonne for- mule : «les législatives du 4 mai prochain sont un rendez- vous national hautement vital pour l’Algérie et les Algériens», a-t-il déclaré, en rappelant que les personnels de l’ANP participeront, dans l’accomplissement de ce de- voir national, hors des casernes, aux côtés de leurs conci- toyens, et ce conformément aux lois de la République.

Des femmes et des hommes, des institutions sont mobili- sés, pour que l’Algérie soit un État de droit solide, un es- pace d’épanouissement pour les citoyens, protecteur pour les catégories vulnérables et d’espoir pour la jeunesse qui se compte en millions sur les bancs des écoles et des insti- tuts. Des lois sont votées, des réformes menées, des déci- sions hardies sont prises sur le front économique et social. Ce pays, le nôtre, a trop tôt crié victoire dans les années quatre-vingt. Il a déchanté dans les années qua- tre-vingt dix. Il en a payé le prix fort, mais a gagné en maturité, pour ne pas se laisser «embobiner» une se- conde fois par ceux qui ne disposent que du verbe pour promettre monts et merveilles. Pouvoir et contre-pouvoir sont un couple nécessaire à la démocratie, tout comme la majorité doit accepter d’écouter les doléances de la mino- rité, partant du principe que cette dernière doit se plier à la loi du nombre. Perdre une élection ou la gagner ne doit pas justifier des démarches qui vont à l’encontre d’un seul parti qui transcende tous les autres, l’Algérie, et d’une seule politique qui transcende toutes les autres, le patriotisme.

Mohamed Koursi