Vous êtes sur la page 1sur 14
ÉDITORIAL PRÊCHEURS ET EXÉGÈTES 15 Radjeb 1438 - Mercredi 12 Avril 2017 - N° 16027

ÉDITORIAL

PRÊCHEURS ET EXÉGÈTES

15 Radjeb 1438 - Mercredi 12 Avril 2017 - N° 16027 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 l La campagne électorale a bien débuté, avec

l La campagne électorale a bien

débuté, avec des meetings, des

visites de proximité et des débats sur

les plateaux de télévision. Chaque formation politique, chaque candidat, selon les moyens dont il dispose et le soutien de son parti, est libre de choisir la manière de mener son travail sur l’électorat qu’il compte convaincre ou séduire. Pour ce qui est de la présentation des candidats de leur programme aux électeurs, à travers les médias audiovisuels nationaux autorisés à exercer, l’accès équitable est garanti dans le strict respect de la loi organique relative au régime électoral et sous l’œil vigilant de la Haute instance indépendance de surveillance des élections. Le calendrier est bien huilé, et tout se déroule dans de bonnes conditions.

À l’évidence, on en est encore qu’aux

premiers jours, et l’opération exige du

souffle. Les arguments ? Oui, les législatives constituent bel et bien un rendez-vous important dans la vie politique de n’importe quel pays, et singulièrement du nôtre, où la démocratie est encore naissante et le scrutin

a lieu, pour la première fois, dans le sillage

de nouveaux textes issus d’une révision constitutionnelle qui non seulement couronne tout le processus des réformes politiques initié par le Président de la République, en concertation avec l’ensemble de la classe politique, mais consacre également toutes les libertés individuelles et collectives, institutionnalise de nouveaux mécanismes de nature à introduire davantage de transparence et accorde des prérogatives plus élargies à l’opposition

parlementaire. Pas moins d’une soixantaine de partis et des dizaines de listes indépendantes sont aujourd’hui dans la course, et tout à porte à croire que ce moment singulier sera un succès pour l’Algérie qui avance, même si certaines voix, croyant détenir le monopole de la défense des droits de l’homme et la définition suprême de ce qu’est une démocratie et un État de droit, pour officier sur des tribunes afin de prêcher la bonne exégèse, s’attaquent nommément au Premier ministre pour avoir adressé, à partir de Djelfa, à toutes les régions du pays, un «message de fraternité et d'espoir au peuple algérien, et tout particulièrement au

moudjahid Abdelaziz Bouteflika, pour souligner l'attachement à l'unité, à la souveraineté, à la sécurité, à la stabilité et à son programme national de relance». Dans cette même déclaration, il a souligné que le vote est un droit et un devoir, et que «celui qui veut le négliger, libre à lui, mais qu'il n'impose pas son choix aux Algériens et que

le peuple devra choisir, en toute

souveraineté, ses représentants, pour concrétiser sa volonté collective». Un tel rappel d’apaisement et de sagesse, certains prêcheurs de l’apocalypse et néanmoins experts en manipulation lui donnent le sens qu’il n’a jamais eu : nul dans ce scrutin, comme dans d’autres, ne fera l’objet d’une

quelconque discrimination ou exclusion. S’il

y a dérive, ce n’est certainement pas de la

part du Premier ministre ou du ministre de la Communication, l’un ayant appelé à plus de sérénité, et l’autre a rappelé quelques principes d’éthique et de déontologie à respecter dans la couverture médiatique. Certains aigris accusent les autres de tout vouloir contrôler et estiment qu’ils sont les seuls capables d’évaluer et d’apprécier l’évolution de la démocratie et de l’État de droit dans notre pays, et que nul autre qu’eux-mêmes, et encore moins les pouvoirs publics ou les formations politiques ne sont dignes d’intérêt dans la formulation de cette évaluation. Ces esprits, respectables au demeurant, vu leur passé et leur parcours, continuent de se servir d’une terminologie de l’ère glaciaire. Ils ont sans doute besoin de la machine à remonter le temps, pour s’apercevoir des avancées majeures et réelles que le pays a enregistrées aujourd’hui dans tous les domaines, entre autres dans ceux de la liberté d’expression et de la pluralité médiatique et politique, sans oublier la quiétude, la sécurité et la stabilité. La vieille rengaine a certes de beaux jours encore devant elle, mais cela ne lui enlève en rien son caractère ennuyeux et stérile. EL MOUDJAHID

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

10 e ANNIVERSAIREDEL’ATTENTATCONTRELEPALAISDUGOUVERNEMENT

STABILITÉETSOLIDARITÉ

M. Sellal se recueille à la mémoire des victimes. Ph. T. Rouabah
M. Sellal se recueille à la mémoire des victimes.
Ph. T. Rouabah

Le Premier ministre,Abdelmalek Sellal, s’est recueilli, hier au siège du palais du Gouvernement, à la mémoire des victimes de l’attentat à l’explosif ayant ciblé cet édifice, le 11 avril 2007.

P. 3

CAMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES

ŒUVRERAU

SUCCÈS

DUSCRUTIN

CORPSÉLECTORAL

LISTESDECANDIDATURE

CENTRESDEVOTE

LIEUX RETENUS

Ph. Y. Cheurfi
Ph. Y. Cheurfi

23.251.503 électeurs,

54,18% hommes et 45,82% femmes. 938, dont 716 partisanes, 125 alliances et 97 d’indépendants.

12.176.

4.734 (stades, salles de réunions, places publiques, salles omnisports, etc.).

PP. 4 à 6

places publiques, salles omnisports, etc.). PP. 4 à 6 M.BOUTARFAÀBRUXELLES L’ALGÉRIE,UN ACTEUR FIABLE P. 7

M.BOUTARFAÀBRUXELLES

L’ALGÉRIE,UN

ACTEURFIABLE

P. 7

Notre Forum de la Mémoire HOMMAGEAUXFOOTBALLEURSDEL’ÉQUIPEDUFLN LESAMBASSADEURS DELARÉVOLUTION Ph. Wafa
Notre Forum de la Mémoire
HOMMAGEAUXFOOTBALLEURSDEL’ÉQUIPEDUFLN
LESAMBASSADEURS
DELARÉVOLUTION
Ph. Wafa

P. 9

2 B ouche DE À O re i l l e EL MOUDJAHID d’El Moudjahid
2
B ouche
DE
À
O re i l l e
EL MOUDJAHID
d’El Moudjahid
ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES CE MATIN À 8H À BENI MESSOUS CE MATIN À 10H30 À L’OCO

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES CE MATIN À 8H À BENI MESSOUS CE MATIN À 10H30 À L’OCO Le
CE MATIN À 8H À BENI MESSOUS CE MATIN À 10H30 À L’OCO Le partenariat
CE MATIN À 8H À BENI MESSOUS
CE MATIN À 10H30 À L’OCO
Le partenariat public-privé
Sous l’égide du ministre de la Santé, de la
Population et de la Réforme hospitalière, M.
Abdelmalek Boudiaf, le ministère des Travaux
publics et des Transports organise, en
collaboration avec la Banque mondiale, des
Anniversaire de la création
de l’équipe du FLN
ateliers sur le partenariat public-privé, les 12
et 13 avril. L’ouverture aura lieu, ce matin à 8h, au Cercle de
l’armée -Beni Messous.
Le ministre de la Jeunesse et des Sports,
M. El-Hadi Ould-Ali, assistera, ce matin à
10h30, à la salle de conférences de l’OCO,
aux activités marquant l’anniversaire de la
création de la glorieuse équipe du FLN, et au lancement du
tournoi «Taleb Abderrahmane».
Visite du chantier de l’aéroport
Houari-Boumediene
M. El-Hadi Ould-Ali
à Mostaganem
Le ministre des Travaux publics par intérim, M. Abdelmalek
Boudiaf, effectue aujourd’hui une visite de travail et d’inspection
des travaux d’extension de l’aéroport international Houari-
Boumediene.
M. El-Hadi Ould-Ali, ministre de la Jeunesse et des Sports,
effectuera demain une visite de travail dans la wilaya, au cours
de laquelle il donnera le coup d’envoi de la coupe d’Algérie
interquartiers et du 2 e Symposium régional de l’Ouest sur la
médecine du sport.
DU 18 AVRIL AU 18 MAI
Mois du patrimoine 2017
Le ministre de la Culture, M. Azzedine Mihoubi, présidera l’ouverture des manifestations du Mois du patrimoine
qui coïncide du 18 avril au 18 mai de chaque année, organisé cette année sous le slogan «Le patrimoine culturel
comme moyen d’impulsion du développement de territoire». L’ouverture officielle de la manifestation aura lieu,
mardi 18 avril à 10h, au palais de la Culture Moufdi-Zakaria.

DEMAIN À 13H45 À L’INESG

« La formation professionnelle en Algérie »

À L’INESG « La formation professionnelle en Algérie » L’Institut national d’études de stratégie globale

L’Institut national d’études de stratégie globale organise, demain à 13h45, une table rond sur le thème : «La formation professionnelle en Algérie : enjeux et contribution au développement socio-économique», animée par M me Akila Chargou, directrice de formation continue et des relations entre les secteurs.

CET APRÈS-MIDI À 14H AU CCI

«CheikhAbderrahmane Chibane,hommedevaleurs »

Le Centre culturel islamique organise, en son siège, cet après-midi à 14h, une conférence, à l’occasion de la journée de Youm El-Ilm, sur le thème «Cheikh Abderrahmane Chibane, homme de valeurs et de convictions».

de la journée de Youm El-Ilm, sur le thème «Cheikh Abderrahmane Chibane, homme de valeurs et
LES 19 ET 20 AVRIL À 9H À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE – EL-HAMMA HCLA :
LES 19 ET 20 AVRIL À 9H
À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE –
EL-HAMMA
HCLA : colloque national
Le Conseil supérieur de la langue arabe
organise un colloque national sur «La
prospérité de la langue arabe : mécanisme et
défis», les 19 et 20 avril à partir de 9h, à la
Bibliothèque nationale d’El-Hamma.
SAMEDI 15 AVRIL À 9H À HUSSEIN-DEY
Journée d’étude sur Youm El-Ilm
À l’occasion de Youm El-Ilm, l’association nationale
scientifique de jeunes «Découverte de la nature» organise une
journée d’étude, samedi 15 avril à partir de 9h, à l’hôtel
Soltane.

CE MATIN À 10H

« Le rôle du vote dans la stabilité du pays »

L’Association nationale des victimes du terrorisme et ayants droit organise, ce matin à 10h, au Forum d’El Moudjahid, une conférence de presse qui portera sur «Le rôle du vote dans la stabilité du pays».

portera sur «Le rôle du vote dans la stabilité du pays». E N S O L

E N S O L E I L L É

E N S O L E I L L É Ensoleillé sur l’ensemble des régions du

Ensoleillé sur l’ensemble des régions du pays.

Températures (maximales- minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (21° - 9°), Annaba (21° - 9°), Béchar (29° - 16°), Biskra (24° - 14°), Constantine (21° - 6°), Djelfa (21° - 7°), Ghardaïa (26° - 14°), Oran (27° - 11°), Sétif (19° - 5°), Tamanrasset (26° - 12°), Tlemcen (26° - 8°).

- 5°), Tamanrasset (26° - 12°), Tlemcen (26° - 8°). DU 15 AU 17 AVRIL À

DU 15 AU 17 AVRIL À LA SAFEX

Promotion de la production nationale

Le ministère du Commerce organise un Salon national sur le thème «Promotion et encouragement de la production nationale», durant trois jours, à partir du 15 avril.

ACTIVITÉS CULTURELLES

JUSQU’AU 29 AVRIL À L’ESPLANADE SABLETTE

Programme artistique et pédagogique

SABLETTE Programme artistique et pédagogique L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger a élaboré, pour chaque fin de semaine, un riche programme d’activités artistiques et pédagogiques destiné aux familles et aux enfants. Plusieurs manifestations seront aux rendez-vous : galas artistiques, pièces théâtrales et activités ludiques à partir de

16h30.

SAMEDI 15 AVRIL À 14H30

Karim Younes signe son livre

La Librairie des arts et des lettres - les Beaux- Arts reçoit Karim Younes qui signera son livre, les Éperons de la conquête… l’impossible oubli, paru aux éditions Medias Index, samedi 15 avril à 14h30.

livre, les Éperons de la conquête… l’impossible oubli , paru aux éditions Medias Index, samedi 15

CET APRÈS-MIDI À 17H30 À LA BIBLIOLTALIA SPAZIO LIBERO

Rencontre avec Amara Lakhous

L’Institut culturel italien d’Alger, et les Éditions Barzakh organisent une rencontre de présentation du roman, l’Affaire de la pucelle de la rue Ormea (la Zingarata della verginella di via Ormea), d’Amara Lakhous, en présence de Brahim Tazaghart, éditeur en amazigh.

MARDI 18 AVRIL À 16H30

Exposition du calligraphe Salah El-Megbed

À l’occasion du Mois du patrimoine, un vernissage de l’exposition de l’artiste calligraphe Salah El-Megbed, intitulée «Perles en Lettres», aura lieu, mardi 18 avril à 16h30, au Musée national de la décoration, de la miniature et de la calligraphie.

DEMAIN À 9H30 À ORAN

« L’écriture universitaire

algérienne en histoire moderne et contemporaine »

Une journée d’étude sur le thème : «L’écriture universitaire algérienne en histoire moderne et contemporaine», organisée par l’équipe de recherche aura lieu, demain à 9h30, au siège du CRASC.

VENDREDI 14 AVRIL À 19H À L’OPÉRA D’ALGER Soirée andalouse L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh organise une
VENDREDI 14 AVRIL
À 19H À L’OPÉRA
D’ALGER
Soirée andalouse
L’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh organise une
soirée andalouse intitulée «Dalma», interprétée par
l’Orchestre régional de Constantine, et animée par le
chercheur Mouloud Bensaïd, vendredi 14 avril à 19h, à

L

é v éne m e nt

3

EL MOUDJAHID

10 e ANNIVERSAIRE DE L’ATTENTAT CONTRE LE PALAIS DU GOUVERNEMENT

STABILITÉ ET SOLIDARITÉ

C’est dans une ambiance chargée d’émotion, que le Premier ministre Abdelmalek Sellal s'est recueilli, hier au siège du palais du Gouvernement, à la mémoire des victimes de l'attentat à l'explosif ayant ciblé cet édifice, le 11 avril 2007.

L a cérémonie de recueille- ment commémorant le 10 e anniversaire de l'attentat ter-

roriste contre le palais du Gouver- nement s'est déroulée en présence du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Nouredine Bedoui, de l'ancien ministre de l'Intérieur et des Collectivités lo- cales, Noureddine Yazid Zerhouni, du Directeur général de la Protec- tion civile, Mustapha Lahbiri, ainsi que des familles des victimes. Une gerbe de fleurs a été dépo- sée à l'entrée de l'édifice, avant la lecture de la Fatiha et l'observation d'une minute de silence à la mé- moire des victimes. Dans une allo- cution prononcée à cette occasion, M. Sellal a réitéré la solidarité du gouvernement avec les familles des victimes, soulignant que l'Al- gérie «vit aujourd'hui dans un cli- mat empreint de sécurité, de paix et de stabilité, grâce aux sacrifices

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

de ces hommes qui resteront dans les mémoires à tout jamais». À la fin de la cérémonie, M. Bedoui a

reçu les familles des victimes et écouté leurs doléances et préoccu- pations portant sur la régularisation

de leur situation sociale. Ces der- niers ont exprimé leur «satisfaction quant à la solidarité du gouverne-

ment depuis l'attentat à ce jour». L'attentat avait fait 20 morts et plus de 200 blessés, rappelle-t-on. Il y a lieu de rappeler que l’at- tentat à l’explosif contre le palais du Gouvernement avait été perpé- tré simultanément avec «un autre attentat contre le siège de la sûreté urbaine de Bab Ezzouar (est d’Al- ger), suivi d’un troisième contre la brigade de gendarmerie de Bab Ez- zouar. Ces deux derniers attentats avaient fait 12 morts et quelque 131 blessés». Selon la même source, les ser- vices de sécurité avaient découvert le même jour (11 avril 2007), une autre voiture piégée stationnée à la rue Djenane-El- Malik, dans la commune de Hydra, qui a heureu- sement été désamorcée avant de faire d’autres victimes. Salima E.

CAMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES

ŒUVRER AU SUCCÈS DU SCRUTIN

Le vote est certes un droit, mais c’est aussi un devoir, indique le Premier ministre, et il a bien raison de le souligner, tant il est notamment des enjeux de ces législatives d’immuniser davantage le pays contre différentes menaces qui le guettent, autant de l’intérieur que de l’extérieur.

À Djelfa, comme dans les autres wi-

layas visitées par le Premier ministre, nul doute que le principal objectif à travers les visites de travail du M. Abdelmalek Sellal obéit à l’idée, d’abord et avant tout, de veiller à la dynamisation des programmes de développement local, aux conséquences certaines en termes d’amélioration des conditions de vie des populations. Ensuite, il est également visé, à tra- vers les sorties sur le terrain du Premier ministre, de consolider la relation de confiance entre la base citoyenne en son État, ainsi que le maintien de la stabilité dont jouit le pays et qui demeure, sans

conteste aucun, le fruit de la politique ju- dicieuse du Président de la République.

ce propos, et durant ses différentes

sorties sur le terrain, M. Sellal n’a jamais manqué d’argumentaires pour défendre la justesse de la politique du Chef de l’État et l’efficacité d’actions engagées, dans le cadre du processus de consolida- tion de l’État de droit. Ce n’est pas là un slogan creux, loin s’en faut ! Et pour cause, le processus en question s’est ap- puyé, dès son entame, sur une vision éclairée que seul un chevronné en poli- tique, comme l’est le Président Boute- flika, est capable d’en définir les priorités et ses principaux axes qui ont été d’ailleurs mis en œuvre l’un après

l’autre, en temps opportun. Ce même processus arrive au- jourd’hui à une étape que d’aucuns considèrent comme importante, voire cruciale et déterminante pour l’avenir du pays : les élections du 4 mai prochain. À partir de Djelfa, M. Sellal a soutenu que ce scrutin est «une étape importante dans le processus d’édification des institutions de l’État mis en œuvre par le Président de la République», a-t-il d’ailleurs dé- claré, lors de sa rencontre avec la société civile de cette wilaya. Subtilement, le Premier ministre a appelé à une partici- pation massive des citoyens, lors du pro- chain rendez-vous des urnes. Les prochaines législatives consti-

À

Ph. : Y. Cheurfi
Ph. : Y. Cheurfi

tuent en outre la première consultation électorale à se faire jour, au lendemain d’une révision profonde de la Loi fonda- mentale, où sont introduits, comme l’a rappelé M. Sellal, une série d’amende- ments novateurs consacrant la souverai- neté du peuple dans le choix des ses représentants. Le vote est certes un droit, mais c’est aussi un devoir, indique le Premier mi- nistre, et il a bien raison de le souligner. Pour cause, le principal enjeu de ces lé- gislatives n’est autre que celui d’immu- niser davantage le pays contre différentes menaces qui le guettent, au- tant de l’intérieur que de l’extérieur. Voter massivement, le 4 mai prochain,

est ainsi une manière de barrer la route à

cette poignée de «prêcheurs» du déses- poir. Ceux-là mêmes qui ont été vigou-

reusement dénoncés, une fois de plus par

M Sellal à Djelfa, y compris pour leur

vaine tentation de «leurrer» l’opinion

avec des discours truffés de mensonges sur la réalité actuelle du pays. Pourtant, l’efficacité des pouvoirs pu- blics en termes de gouvernance a permis de surmonter tant d’épreuves, et conti- nue, aujourd’hui encore, de faire face à une conjoncture économique difficile. À partir de Djelfa, le Premier minis- tre, qui a émis le vœu de voir la partici- pation des Algériens aux prochaines législatives, soit digne «d’un message fort d’espoir et d’attachement à la sou- veraineté et à l’unité nationale». M. Sel- lal ne manquera pas aussi de faire valoir, dans ses propos, l’avenir assurément prometteur de l’Algérie. Cela en consa- crant le principe de la justice sociale, qui, de l’avis du Premier ministre, constitue l’un des facteurs non négligeables et ga- rantit une relance économique à la fois des plus productives et des plus compé- titives.

Karim Aoudia

M. BEDOUI :

« CONSOLIDER LES INSTITUTIONS CONSTITUTIONNELLES »

: « CONSOLIDER LES INSTITUTIONS CONSTITUTIONNELLES » Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités lo-

Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités lo- cales, Nouredine Bedoui, a appelé, hier à Alger, à la nécessité d'œuvrer au succès des législatives du 4 mai prochain, afin de «consolider» les institutions consti- tutionnelles et de «préserver» l'avenir du pays. «Nous sommes à la veille d'une autre échéance qui constitue un jalon sur la voie démocratique de notre pays et qui consolide ses institutions constitutionnelles, c'est pourquoi nous appelons tout un chacun à s'unir pour contribuer à la concrétisation et au succès de cette dé- marche qui tend à renforcer les fondements d'un État fort soutenu par un peuple vaillant capable de préser- ver l'avenir de son pays», a déclaré M. Bedoui, en marge d'une halte de recueillement, à l'occasion du 10 e anniversaire de l'attentat ayant visé le palais du Gouvernement, le 11 avril 2007. Il a ajouté que «la date du 11 avril nous rappelle tous les sacrifices consentis par les forces de l'Armée nationale popu- laire (ANP), les services de sécurité, la garde com- munale et les citoyens qui se sont de tout temps mobilisés face au terrorisme contre lequel ils ont lutté dans les maquis, les villages et aux quatre coins du pays», indiquant que «ces sanguinaires étaient prêts à tout pour ébranler, la sécurité et la stabilité du pays». Après avoir rappelé qu'en cette date (11 avril 2007), «un attentat terroriste avait ciblé le palais du Gouvernement et le siège de la police judiciaire à Alger-Est, faisant plusieurs morts et blessés», le mi- nistre a affirmé que l'Algérie «jouit aujourd'hui de la sécurité et de la stabilité, grâce à la politique judi- cieuse et éclairée du Président de République, Abde- laziz Bouteflika, une politique de concorde civile et de réconciliation nationale». Enfin, M. Bedoui a ap- pelé à la nécessaire «préservation des acquis de la ré- conciliation nationale, pour protéger la patrie et défendre sa souveraineté et son unité».

Mercredi 12 Avril 2017

L

é v éne m e nt

4

EL MOUDJAHID

CAMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES

M. OULD-ABBÈS (FLN) À BOUIRA:

«NOUSSOMMESLESEULPARTI DÉFENSEUR DESCOUCHESLABORIEUSES»

Le secrétaire général du Front de libération nationale, Djamel Ould-Abbès, a affirmé, à Bouira, que sa formation politique est la seule qui défend les couches laborieuses sur la scène politique nationale.

«L FLN est le seul parti défen-

seur de toutes les catégories de

e

la

le seul parti défen- seur de toutes les catégories de e la ces élections législatives, les

ces élections législatives, les qualifiant de tournant décisif, qui permettra de transmet- tre le flambeau aux jeunes, avant de relever l’intérêt conféré, par son parti, à la wilaya de Bouira, considérée, selon lui, comme un modèle de coexistence entre différentes classes. M. Ould Abbès s’est engagé auprès des citoyens de Bouira, à ne geler aucun projet susceptible d’améliorer leur cadre de vie, en plus d’affecter un quota supplémen- taire de logements (soit 6.000 unités) de type rural, qui s’ajoutera aux 48.000 unités de même type déjà concrétisées dans la wi- laya. Il a, aussi, abordé sa rencontre, lundi dernier, avec une délégation américaine de la Chambre des représentants, qui a dé- claré, selon lui, que l’Algérie est totalement souveraine, tout en constituant un référent de base en matière de lutte contre le terro- risme. (APS)

été au centre des priorités dans cette opéra- tion puisque, outre le réseau classique, la téléphonie mobile et l’outil informatique restent présents dans l’organisation avec cette attention accordée aux encadreurs jouissant de toutes les commodités pour ac- complir leurs missions. Des instructions fermes ont été données pour la fiabilité des liaisons notamment entre les zones du sud de la wilaya. Une large rétrospective a été exposée sur les diverses phases de prépara- tion pour inviter l’assistance à œuvrer soli- dairement pour le succès de cette campagne jugée décisive et déterminante pour le pa- rachèvement de l’œuvre du renouveau na- tional. C’est cette solidarité qui a été au centre de l’intervention de clôture du res- ponsable de l’exécutif. A. Bellaha

société, dont les couches la-

borieuses », a soutenu Ould Abbès dans un meeting populaire, animé au 3 e jour de la campagne électorale, à la maison de la cul- ture Ali-Zaàmoum. Devant une forte assistance de militants et partisans du FLN, il a réitéré l’engage- ment de son parti à poursuivre la défense des acquis sociaux réalisés sous l’ère du Président de République, Abdelaziz Boute- flika, à l’instar de la gratuité de l’enseigne- ment et de la santé, et le soutien des produits alimentaires de base. Le SG du FLN a, également, abordé dans son dis- cours, qui a été fortement applaudi par l’as- sistance, le programme de son parti, puisé, selon lui, de celui du Président de Répu- blique, invitant les citoyens à sortir en

masse le 4 mai prochain afin de voter pour les listes du FLN, qu’il a qualifié de « co- lonne vertébrale de l’Etat algérien ». Il a, en outre, souligné l’importance cruciale de

SIDI BEL-ABBÈS

NEUTRALITÉ ET TRANSPARENCE

pouvoir poursuivre un processus de déve- loppement et de modernisation du pays et répondre aux attentes des populations…» devait déclarer le wali lors de son allocu- tion d’ouverture avant d’inciter les mem- bres présents à veiller sur l’application du dispositif mis en place et de s’impliquer dans la préparation en question. Dans les volets des télécommunications, des transports, de l’intendance, de la santé et de la sécurité, des intervenants se sont succédé pour porter à la connaissance de l’assistance les dispositions prises pour l’encadrement de 180 centres totalisant 950 bureaux de vote devant accueillir 455.918 électeurs inscrits sur le fichier électoral. Aucun détail n’est occulté au demeurant pour le bon déroulement du scrutin. Sur ce registre, le volet des télécommunications a

Un conseil de wilaya élargi a été tenu hier pour faire le point de la préparation matérielle et humaine des élections législa- tives et arrêter le dispositif à mettre en place le jour du scrutin, même si tous les moyens de la collectivité sont actuellement mobilisés pour accompagner les différentes phases de cette opération. Neutralité et transparence semblent gui- der les organisateurs, c’est-à-dire l’admi- nistration soucieuse de réunir les conditions permettant aux électeurs d’accomplir leur devoir. « Ce qui nous importe le plus est de fa- ciliter la tâche du citoyen et d’assurer une large participation à cette consultation dont la réussite d’ailleurs reste synonyme d’une consolidation de la paix rétablie et de la sta- bilité restaurée. Une consolidation pour

BORDJ BOU-ARRÉRIDJ

ATTENTES ET INTERROGATIONS

Au troisième jour de la campagne électorale, 8 listes sur les 19 qui participent aux élections législatives dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj ont affiché leurs composantes. Ce qui a per- mis à la population d’avoir une idée sur les candidats qui pos- tulent pour les 8 sièges attribués à la wilaya au sein de l’APN. Il y a bien sûr des cadres mais aussi de simples fonctionnaires et surtout beaucoup de femmes et de jeunes. Autant dire que la majorité des catégories de la société sont représentées. Juste- ment les citoyens qui suivent la campagne à travers les sites d’affichage qui ont été placés aux endroits stratégiques des villes et villages ainsi que lors des meetings qui sont animés et même des permanences des listes, attendent de ces candidats d’être leurs porte-parole. Les intérêts divergent selon la caté- gorie. Si les jeunes insistent sur les loisirs qui manquent, no- tamment dans les localités éloignées et surtout des emplois même s’ils reconnaissent que la wilaya a effectué des pas im- portants dans ce domaine, les femmes veulent prendre la place qui leur revient. Mais les préoccupations communes ne sont pas dédaignées. Celles qui reviennent le plus dans les discussions comme dans les commentaires sont liées essentiellement à l’amélioration du cadre de vie. Dans certains villages les che- mins qui séparent les maisons ne sont que des pistes difficile- ment praticables. Ce qui ne facilite pas le transport des habitants. Les nouveaux visages qui sont apparus lors de ce scrutin cherchent à attirer l’attention des électeurs par leur image d’abord et leur carrière ensuite. Avec leurs diplômes et leurs fonctions, ils voudraient montrer qu’ils ont l’expérience nécessaire pour assumer les missions qui leur sont confiées. Notons que 4 présidents de partis se sont déjà déplacés dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj pour appuyer les candidats de leurs formations en expliquant les programmes de ces dernières. D’autres responsables sont attendus dans les prochains jours. F. D.

SÉTIF

SUR LE TERRAIN DE LA PROXIMITÉ

A Sétif, la campagne électo- rale continue de battre son plein dans un climat empreint de sé- rénité qui anime les candidats des 18 listes en lice pour cette échéance. Alors qu’un temps printanier s’est installé depuis hier sur la cité de Ain Fouara les diffé- rentes directions de campagne, à l’exception de Louisa Ha- noune la secrétaire générale du PT qui a tenu un meeting à El Eulma en présence de militants et sympathisants, se consacrent pour le moment à une œuvre de proximité, allant de ce fait au contact direct des électeurs et investissant les différentes ag- glomérations secondaires de cette wilaya qui a toujours constitué un maillon fort sur l’échiquier politique. Autant de paramètres qui ne sont pas sans permettre aux partis en lice de mettre le paquet sur cette wilaya ou pas moins de 964.836 élec- teurs sont inscrits avec pratique- ment un équilibre établi entre la gent féminine qui compte plus de 431.000 électrices et les hommes dont le nombre à voter excède également les 533.000 électeurs. Dans une wilaya

connue pour son dynamisme économique, la contribution de ses entreprises à l’effort natio- nal, le rythme imposé à un in- vestissement générateur de richesses et d’emplois et des avancées qui attestent des ef- forts consentis par l’Etat dans tous les secteurs avec de grands projets structurants dans les do- maines aussi importants de ceux des transports, de l’agriculture, des travaux publics pour ne citer que ceux là, les candidats à cette échéance, que beaucoup s’attel- lent à qualifier d’historique, ne manquent pas d’arguments pour illustrer pour beaucoup leur dis- cours sur le terrain quand bien même l’emploi et le logements continuent à être des créneaux porteurs pour certaines forma- tions politiques. Dans ce contexte, le mouve- ment associatif n’est pas sans investir le terrain, tout comme l’Office des activités de jeunes (ODEJ) qui a mobilisé ses troupes pour faire dans la sensi- bilisation et appeler la popula- tion à voter et faire de ce 4 mai une grande fête de la démocra- tie.

F. Zoghbi

AVIS D’ÉLECTEURS LES COMMERÇANTS : « IL FAUT FAIRE ENTENDRE SA VOIX » Qu’attendent les
AVIS D’ÉLECTEURS
LES COMMERÇANTS :
« IL FAUT FAIRE
ENTENDRE SA VOIX »
Qu’attendent les commerçants de la pro-
chaine Assemblée Populaire Nationale ?
Quelle est leur réaction quant aux discours
des candidats des différents partis poli-
tiques ? Des questions que nous avons po-
sées à ces derniers, rencontrés dans leurs
magasins, mais aussi sur la toile. La majorité
d’entre eux s’accorde sur un point essentiel :
« le vote est un devoir. Il s’agit de faire en-
tendre sa voix à travers cet acte citoyen »,
estiment-ils. « Le contexte actuel et la crise
économique que nous traversons font que
nous devons voter. Mais pour qui ? », se de-
mande Ali, propriétaire d’un magasin à la
rue Larbi Ben M’hidi. Et de poursuivre «
pour les petits partis ? Ils n’ont aucun pro-
gramme et ne vont rien nous apporter de
nouveau. Pour les islamistes ? Non, merci on
a eu notre dose. Il reste donc comme seul
choix les grands partis…», souligne-t-il.
L’IMPORTANCE DU DEVOIR
ÉLECTORAL
Amine un commerçant à Bab el Oued re-
connait s’être abstenu de voter lors des élec-
tions communales de 1991, « mais après
coup j’ai regretté
La matinée du vendredi,
l’annonce des résultats du scrutin a été la
cause principale de mes regrets. Les rumeurs
qui circulaient sur le fort taux de sièges ob-
tenus par les partis à tendance islamiste a fait
que je déplore mon propre acte d’abstention
qui a brisé mon avenir
J’ai vu le pays
plongé dans les années noires et c’est à partir
de là que j’ai compris l’importance de mon
devoir électoral », nous confie-t-il. Et
d’ajouter « même si les députés n’accom-
plissent pas réellement leurs missions, ce
n’est pas une raison pour appeler au boycott
des élections et à la révolte, surtout après la
tragédie nationale qu’a connue le pays. Non,
je regrette. Un boycott des élections législa-
tives ne saurait constituer une solution aux
problèmes du pays. Cet acte n’est ni poli-
tique ni démocratique ! », déplore-t-il.
Le plus important est la stabilité de l’Al-
gérie, mais qu’attend-on de la prochaine As-
semblée et surtout du prochain
gouvernement ?
LA STABILITÉ COMME LEITMOTIV
« Le plus important est la stabilité de
l’Algérie », lance Mohssen pharmacien à la
place Audin. « Stabilité, stabilité et stabi-
lité… c’est le souhait de tous pour notre
pays », répète-t-il. « Notre révolution, cela
fait longtemps, qu’on l’a faite. Donc, on ne
croit pas au ‘‘Printemps arabe’’. Le prin-
temps qui cause l’effusion de sang, l’insta-
bilité. Non merci, on a déjà trop donné
auparavant…». Actuellement, Mohssen as-
pire à une Algérie stable. Il souhaite aussi
que les prochains députés puissent se pen-
cher davantage sur les revendications et as-
pirations des commerçants ainsi que les
professions libérales. « Pourquoi nous, les
pharmaciens, sommes obligés de payer des
cotisations maximales à la CASNOS, tout
comme les grandes entreprises ? Nous
n’avons pas les mêmes bénéfices ni les
mêmes chiffres d’affaires, pourquoi nous
imposer les mêmes cotisations ? C’est aux
parlementaires d’être plus à l’écoute des be-
soins de ceux qui les ont élus », dit-il.
LA GRANDE PRISE DE
CONSCIENCE DES CITOYENS
Kamel propriétaire d’une superette aspire
à ce que les nouveaux députés défendent les
intérêts des non-salariés. « Il est vrai que
nous avons nos propres affaires commer-
ciales mais il est injuste que lorsqu’on est en
arrêt de travail pour maladie ou autres, nous
n’avons pas les indemnités journalières.
Pourtant nous cotisons au même titre que les
salariés, une question sur laquelle il faudra
se pencher dans la prochaine législature ». Il
y a lieu de souligner enfin, la grande prise de
conscience des citoyens qui n'ont pas cessé
d'affirmer « qu'ils voteront pour les compé-
tences et non pas pour les partis politiques ».
Farida Larbi

L

é v éne m e nt

5

EL MOUDJAHID

CAMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES

938 LISTES

Le nombre de listes de candidature pour les élections législatives du 4 mai prochain s'élève à 938, selon des données actualisées communiquées hier par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales.

L e ministère précise que 716 listes sont sous l'égide des partis politiques, 125 sous

l'égide des alliances et 97 listes in- dépendantes, ajoutant que deux listes de candidatures ont été an- nulées après le 4 avril 2017. La même source explique que l'une de ces deux listes a été présentée sous l'égide d'un parti politique au niveau de la wilaya d'Adrar, l'autre étant une liste indépendante au ni- veau de la wilaya d'El-Oued pour non remplacement du candidat tête de liste rejeté définitivement dans les délais prescrits par les dis- positions de l'article 99 de la loi organique relative au régime élec- toral, lequel prévoit le remplace- ment dans un délai n'excédant pas le mois précédent le scrutin, soit le 4 avril 2017. Concernant les don- nées relatives au corps électoral, le ministère a précisé que ce corps arrêté définitivement (après la pé- riode des réclamations et recours judiciaires), soit le 20 mars 2017, s'élève à 23.251.503 électeurs (12.597.077 électeurs hommes, soit un taux de 54,18% et 10.654.426 électrices femmes, soit

un taux de 54,18% et 10.654.426 électrices femmes, soit un taux de 45,82%. A propos des

un taux de 45,82%. A propos des lieux mis à la disposition des partis et des indépendants pour l'anima- tion de la campagne électorale, la même source indique que 998 stades, 1.239 salles de réunions,

1.159 places publiques et 687 salles omnisports ont été notam- ment réservés. En ce qui concerne les centres et les bureaux de vote, le ministère précise que le nombre des centres de vote s'élève à

12.176, dont 61 au niveau des 4 zones géographiques (émigration), alors que le nombre de bureaux de vote s'établit à 53.124, dont 390 au niveau des 4 zones géographiques (émigration). (APS)

M. BOUCHERMA (PJ) À MÉDÉA :

« LE PEUPLE REFUSE D’HYPOTHÉQUER SON AVENIR »

Le président du Parti des jeunes (PJ), Ha- mana Boucherma, a déclaré à Médéa, que le peuple algérien refuse d’hypothéquer l’ave- nir et la stabilité du pays et de s’aventurer sur une voie sans issue, assurant qu’il est en mesure de défendre ses choix et faire respec- ter sa volonté. S’exprimant à l’occasion d’un meeting populaire, organisé à la place du 1 er Novem- bre au centre-ville de Médéa, dans le cadre de la campagne électorale pour les législa- tives, Boucherma a indiqué que le peuple al- gérien « est apte à distinguer entre ceux qui œuvrent à défendre les intérêts du pays et s’investir pour le progrès et ceux qui contri-

buent, consciemment ou non, à sa régression ». Il a appelé, dans ce contexte, les citoyens à élire les gens qu’ils estiment aptes à porter leur voix et barrer la route à tous ceux qui exploitent les aspirations du peuple pour dé- crocher un siège au Parlement. Dévoilant quelques aspects de son pro- gramme électoral, le président du Parti des jeunes a placé la question de la revalorisa- tion du salaire national minimum garanti (SNMG) en tête des priorités de l’action de son parti, affirmant que le PJ est favorable pour augmenter le SNMG à hauteur de 50.000 dinars. En sus de ce geste en faveur des salariés, Boucherma a estimé nécessaire

d’imposer un impôt sur la fortune, d’opter pour une nouvelle politique industrielle qui privilégie la création de PME-PMI et d’ac- corder plus d’attention aux régions rurales. Boucherma a indiqué, par ailleurs, que son parti compte proposer la réduction de la durée du service militaire, de façon à per- mettre aux jeunes de passer uniquement une période de 45 jours d’instruction militaire avant d'être orientés, par la suite, vers des organismes économiques et des entreprises pour s’acquitter du reste de la durée du ser- vice militaire qui sera fixée à dix mois.

MSP :

« FIERS DE L’INSTITUTION MILITAIRE »

Le président du Mouvement de la société de la paix (MSP), Abderrazak Mokri, a appelé, à Illizi, les citoyens à se montrer fiers de l’institution militaire en tant que « source de stabilité et de sécurité du pays ». Animant un meeting de campagne pour les législatives du 4 mai pro- chain, au nom de l’alliance entre sa formation et le Front du Changement (MSP-FC), M. Mokri a affirmé que le citoyen quelles que soient ses convic- tions et son orientation poli- tique, « doit éprouver de la fierté à l’égard de l’institution mili- taire et non pas le contraire au re- gard des risques que cela entraînerait sur la sécurité du pays et sa cohésion ». L’institu- tion militaire et le peuple algé- rien sont « un seul corps » et l’Armée nationale populaire a un grand mérite sur la stabilité de l’Algérie dont elle est au- jourd’hui le « principal garant de sa sécurité et sa stabilité », a-t-il estimé avant d’ajouter que « l’institution militaire est une ins- titution populaire à travers la- quelle s’exerce le droit électoral, au même titre que les institutions civiles ». Le même responsable partisan a affiché, par ailleurs, sa satisfaction de l’existence de «

par ailleurs, sa satisfaction de l’existence de « larges garanties » pour le dérou- lement d’élections

larges garanties » pour le dérou- lement d’élections législatives dans un cadre empreint de « transparence » et « d’intégrité », appelant, au passage, les mili- tants de la formation qu’il repré- sente à se mobiliser en force le jour du scrutin pour soutenir son candidat qui « portera et défen- dra les préoccupations de la po- pulation de cette wilaya ». M. Mokri a présenté aussi le MSP comme étant « un front popu- laire ouvert à toutes les compo- santes de la société algérienne, pour peu que soient respectées certaines de ses constantes, des constantes nationales principale- ment, à l’instar de l’amour de la patrie et la fidélité envers elle,

ainsi que la bonne réputation du candidat ». Il a aussi pré- senté sa formation comme étant « une des plus grandes forces politiques dans le pays, qui a présenté des candidats dans 48 wilayas et à l’étranger ». Lors de ce meeting popu- laire tenu à la maison de la culture Othmane-Bali, M. Mokri a relevé certaines contraintes que connaît la wi- laya d’Illizi, notamment « le chômage en dépit de l’exis- tence de nombreuses sociétés pétrolière opérant dans la ré- gion », avant d’appeler à don- ner « une impulsion » aux activités agro-pastorales pour as- surer une autosuffisance de la wilaya. Il a, dans ce même cadre, appelé à la diversification de l’économie nationale, en cette conjoncture économique rendue difficile par la dépendance à 90% des recettes d’hydrocar- bures, d’où la nécessité, a-t-il dit, de dégager une alternative à tra- vers le développement de l’acti- vité agro-pastorale. Il a mis en relief le grand rôle joué par la ré- gion du Tassili durant la glo- rieuse guerre de Libération nationale et sa contribution à la préservation de l’unité nationale. (APS)

MASCARA

AMBIANCE DES GRANDS ÉVÉNEMENTS

La campagne électorale a com- mencé à Mascara où l’effervescence et la fièvre des meetings et des rassem- blements populaires se succèdent au chef-lieu et dans toutes les localités de la région de Béni Chougrane depuis le coup d'envoi. Les partis en course ont ouvert leurs permanences dans des lo- caux qu’ils ont loués à des particuliers pour des loyers payés rubis sur l’ongle pour les trois semaines que dure la campagne. Les citoyens interrogés nous affirment qu’ils iront voter pour les personnes qui vont travailler inlas- sablement pour représenter fidèlement les préoccupations des électeurs dans la future APN, les choses, disent-ils, ont changé et on a bien compris le sens du message du Président de la Répu- blique dans son discours à la nation en comparant ce vote du 4 mai 2017 à un événement d’une importance histo- rique pour l’Algérie entière, nous af- firment ce groupe de jeunes parmi lesquels ceux et celles qui vont voter pour la première fois et ce n’est ni Amine, ni Ali, ni Imène ou Lamia de jeunes électeurs qui nous contrediront. A. Ghomchi

PAROLES D’URNES
PAROLES D’URNES

ACTIONS DE PROXIMITÉ INÉDITES

l Quoiqu’en pensent les citoyens qui s’arrêtent pour regarder les affiches

montrant les photographies et les listes des candidats, la course aux élections législatives, version 2017, diffère quelque peu de celles de l’année 2012. Bien avant le lancement de la campagne, il y a quatre jours, l’Etat a mobilisé l’opinion à travers les médias lourds et les grandes affiches placardées dans les rues de la capitale avec pour slogan « Fais entendre ta voix », une incitation pour le citoyen à accomplir son acte de citoyenneté en s’impliquant dans la vie et les projets politique du pays, aussi ambitieux soient-ils. C’est maintenant au tour des partis les plus représentatifs par leur nombre de sièges qu’ils occupent dans l’APN, ceux de l’opposition de la mouvance islamiste qui pour la première fois de l’histoire du pluralisme algérien, se sont regroupés en une seule alliance, tout comme le RCD, qui a décidé de participer à ces élections après s’être désisté lors des précédentes. C’est le cas également pour le parti TAJ qui a décidé de s’engager pour la première fois dans cette campagne et qui a occupé un bon quart d’heure la tranche horaire lundi dernier, à la télévision algérienne pour présenter ses candidats. Officiellement 12.000 candidats sont en lice cette année et sont sur le terrain mais aussi sur le net et les postulants sont d’ores et déjà à l’œuvre en organisant les sorties publiques appuyées par une communication de plus en plus visible sur les réseaux sociaux. Les leaders des partis politiques sillonnent en effet le territoire national et renouent le contact avec les populations appelées, en pareilles conjonctures, à s’exprimer à l’occasion du scrutin législatif. Ainsi lors du démarrage de la campagne dimanche dernier, on aura remarqué une chose inédite c’est le déplacement de certains chefs de partis dans des quartiers du centre-ville au beau milieu de la population qui s’affaire dans les rues et qui a été surprise par les discours, les recommandations et les programmes tenus, micro en main, par les responsables. Cela ne s’était jamais fait auparavant et dans la ville d’Oran, un candidat indépendant a fait de même en s’approchant des citoyens pour les sensibiliser au devoir de vote, ce dernier a privilégié, comme à Alger, la proximité en faisant un tour dans les marchés et les quartiers populaires de la capitale de l’Ouest. Chaque parti est allé de son slogan comme le RND qui semble avec le FLN et le MPA attirer les foules dans les régions intérieures du pays comme l’ont montré les reportages réalisés par les chaînes de télévision publiques qui font avec leur journaliste dépêché sur place un round up. Toutes ces formations qui présentent un programme sensiblement différent misent sur les priorités de l’heure face à la conjoncture économique que traverse actuellement le pays et le moins que l’on puisse dire est que le discours qui revient, débarrassé des invectives, est soit celui de la continuité soit celui du changement. Une ligne directrice semble cependant rassembler toutes les obédiences, celle du patriotisme et de l’édification, le contenu parfois diverge des programmes même s’il faut convenir que dans ce sillage l’utilisation des moyens d’information à l’occasion de chaque joute électorale a pour objectif essentiel de pronostiquer les éventuels résultats qu’obtiendrait le parti en question. Le procédé est bien entendu de bonne guerre car il s’agit d’amener les électeurs à mettre une voix dans l’urne pour se positionner sur le futur échiquier politique de la nouvelle Assemblée constituante de 2017, celle qui aura la responsabilité de préparer les élections présidentielles de 2019. Les enjeux électoraux de cette campagne s’ils engagent une forte compétition pour engranger le maximum de voix pour chaque formation politique, sont aussi un test décisif qui met en jeu la part de confiance que le citoyen accorde aux institutions de la République ainsi que la part de renouvellement politique qu’il est en droit d’espérer à travers les programmes politiques de chaque parti. L. Graba

Mercredi 12 Avril 2017

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

CAMPAGNE ÉLECTORALE DES LÉGISLATIVES

OUYAHIA (RND) À EL-OUED :

« LIBÉRER L’ÉCONOMIE DE LA DÉPENDANCE AU PÉTROLE »

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique, Ahmed Ouyahia, a indiqué, hier à El-Oued, que la libération de l’économie nationale de la dépendance au pétrole requérait de promouvoir l’investissement.

I ntervenant lors d’un meeting à la maison de la culture Mohamed Lamine Lamoudi, dans le cadre de la campagne pour les pro-

chaines législatives, M. Ouyahia a affirmé que

« la libération de l’économie nationale de la dé-

pendance du pétrole requiert la promotion de l’investissement à travers l’élaboration d’une stratégie globale et d’un programme pour at- teindre cet objectif ». Devant un parterre com- posé de militants et de sympathisants de sa formation politique, le SG du RND a mis l’ac- cent sur la nécessité de promouvoir l’investis- sement et de le diversifier dans différents créneaux, « en tant que levier unique suscepti- ble de faire aboutir cet objectif ». « Les appa- reils de l’Etat se trouvent dans l’obligation, aujourd’hui plus que jamais, de créer un climat favorable pour les promoteurs afin de dévelop- per l’investissement productif par la mise en place des cadres organisationnels et managé- riaux, notamment au volet de la création d’es- paces favorables à l’investissement axé sur la décentralisation », a soutenu M. Ouyahia. Pour atteindre cet objectif susceptible de garantir des avantages sociaux, tant attendus par de larges catégories sociales, M. Ouyahia estime néces- saire d’ancrer des mécanismes pratiques à même de faciliter l’exploitation du foncier in-

à même de faciliter l’exploitation du foncier in- nées passées, un fardeau pour l’Etat et a

nées passées, un fardeau pour l’Etat et a influé négativement sur la politique du soutien social.

M. Ouyahia a aussi mis l’accent sur la nécessité

de continuer à booster l’investissement dans le secteur agricole dans ces deux volets, végétal et animal, en tant qu’investissement seul à même de garantir l’autosuffisance alimentaire. Il a plaidé, pour le principe de l’équilibre régio- nal, sans distinction, en matière d’investisse- ment, appelant à arrêter des programmes de soutien à l’investissement dans les zones mon- tagneuses, à l’instar des programmes d’inves- tissement consentis pour les régions des Hauts Plateaux et du Sud du pays. M. Ouyahia a, dans son discours électoral, défendu également la politique de soutien social qui requiert, a-t-il dit, la prise en charge optimale des catégories vulnérables et défavorisées dans les zones ru- rales qui, a-t-il rappelé, payé un lourd tribut pour la stabilité du pays et ce, de sorte à préser- ver leur dignité, notamment en matière d’allo- cations, de logements et d’aides. Le SG du RND a estimé, au terme de son intervention, que sa formation politique est « Novembriste » car, dit-il, s’appuyant sur la déclaration du 1 er Novembre. (APS)

dustriel qui, a-t-il dit, constitue encore une contrainte entravant de nombreux investisseurs sérieux. Le SG du RND a, dans son intervention, mis en avant aussi l’importance de l’ouverture du marché national pour permettre aux produits nationaux d’aller à la conquête du monde de la concurrence, de l’encouragement de l’indus- trialisation et la promotion des exportations, en vue, estime-t-il, de s’éloigner du « spectre de l’endettement » qui a constitué, durant des an-

FRONT EL-MOUSTAKBAL

DES INSTITUTIONS LÉGITIMES, CRÉDIBLES ET FORTES

Le président du Front El Moustakbal (FM), Ab- delaziz Belaid a affirmé lundi à Boumerdes que sa formation politique aspirait, à travers sa par- ticipation aux prochaines législatives, à l’édifi- cation d’institutions légitimes, crédibles et capables d’opérer un changement pour le mieux. « Nous voulons que cette échéance électorale soit une leçon de démocratie, et il in- combe au peuple et à l’ensemble des forma- tions politiques d’en être vraiment conscients,

a affirmé le président du FM lors d’un meeting

populaire animé à la maison de jeunes Senani-

Said, au titre de la campagne électorale pour les législatives du 4 mai ». « Nous œuvrons dans ce sens pour que le prochain parlement soit fort et pour qu’il représente réellement le peuple »,

a encore ajouté M. Belaid. Le problème majeur

auquel est confronté l’Algérie, poursuit M. Be- laid, réside en l'immoralité de l'action politique et de la gestion des institutions, ce qui a qui eu un impact négatif sur l’édification d’une éco- nomie forte et d’une agriculture réussie et sur la gestion des diverses institutions avec l’effi- cacité requise. Pour remédier à cette situation, le FM a axé, selon M. Belaid, son programme

autour de deux principes à savoir moraliser l’action politique et construire l’Homme, étant le pilier capable de gérer avec compétence et

étant le pilier capable de gérer avec compétence et de changer la réalité. Il a appelé

de changer la réalité. Il a appelé dans ce sens à la vigilance et à une prise conscience de la si- tuation du pays qui a tant besoin de toutes les énergies et potentialités de ses enfants quelles que soient leurs obédiences. Il convient égale- ment, a-t-il ajouté, d'encourager les investis- seurs et de les accompagner en leur accordant des facilités pour la réalisation de villages tou- ristiques qui soient à la portée des touristes. Plus de 300.000 diplômés sortent annuellement de l'université algérienne et le gouvernement n'est pas en mesure de leur assurer un emploi car il n'a pas pu mettre en place les mécanismes

capables de résoudre ce problème, a estimé

M. Belaid précisant qu'il ne s'agit pas de dispo-

nibilité d'argent mais de « compétence des ges-

tionnaires ».

Retrait de la liste à Adrar

Le Front El-Moustakbal a retiré sa liste de can- didats de la wilaya d’Adrar pour les élections législatives. L’instance chargée de l’étude des dossiers de candidatures pour ces élections a exclu le candidat tête de liste de cette formation politique, Mohamed Guerrout, pour des raisons liées à un document constitutif de son dossier (certificat de nationalité), a-t-on précisé. Un re- cours a été introduit par le parti devant le tribu- nal administratif qui a confirmé la décision d’exclusion du candidat tête de liste, avec pos- sibilité, selon la loi organique sur les élections, de le remplacer, selon la même source. Au vu de cette situation, le bureau de wilaya d’Adrar du Front El-Moustakbal a décidé, avec l’appro- bation du président de cette formation poli- tique, Abdelaziz Belaid, d’annuler la participation de leur liste pour les prochaines législatives dans cette wilaya, ont indiqué les représentants du bureau de wilaya du FM. (APS)

MOUVEMENT EL-ISLAH

APPEL À UNE FORTE PARTICIPATION

Le président du mouvement El Islah, Fillali Ghouini a appelé lundi à El Bayadh à une forte participation aux prochaines élections législatives. Présidant un meeting à la salle de confé- rences Ahmed-Horri d’El Bayadh dans le cadre de la cam- pagne électorale, M. Filali Ghouini a mis l’accent sur l’im- portance de ce rendez-vous élec- toral « pour édifier une Algérie pour laquelle se sont sacrifiés les Chouhadas, appelant les jeunes à jouer leur rôle pleinement dans cet événement politique impor- tant. L’intervenant a estimé que la réussite de ce rendez-vous électoral fera partie de la réussite de l’Algérie et constituera une ré-

ponse à tous les comploteurs et leurs idées et discours destruc- teurs. Le président d’El Islah a prôné un consensus global réu- nissant tous les courants parti- sans autour d’une seule table pour débattre de toutes les ques- tions, soulignant que «l’Algérie doit être construite par tous et que nul ne peut se procurer seul

la gestion des affaires publiques.

A propos des candidats de son

parti, M. Ghouini a indiqué qu'un taux de 40% des candidatures a été réservé à la gente féminine compétente, porteuse de projets

et d'idées constructives et jouis-

sant d'une bonne moralité, quali-

fiant cela «d’acquis important et équitable pour la femme». (APS)

FNA

OPÉRER DÉMOCRATIQUEMENT LE CHANGEMENT

Le président du Front national al- gérien (FNA), Moussa Touati, a es- timé, mardi, à Ain Témouchent, que les législatives du 4 mai prochain sont une occasion au peuple algérien pour opérer pacifiquement et démo- cratiquement le changement. Ani- mant un meeting dans le cadre de la campagne électorale pour les légis- latives,

M. Touati a appelé à une partici-

pation massive au scrutin du 4 mai prochain pour «opérer le change- ment et permettre au peuple de choi- sir ses représentants au parlement». Le même responsable a estimé que

le bulletin de vote est le moyen per- mettant au peuple d’exercer son pouvoir d’«une manière civilisation- nelle et réaffirmer ses choix souve-

rains». M. Moussa Touati a, par ail- leurs, considéré que la voie électo- rale est le seul moyen permettant un changement pacifique. Dans ce contexte, il a insisté sur «la confiance» dont doivent faire l’objet les candidats de son parti, rappelant que les députés doivent être au ser- vice du pays et défendre les intérêts des citoyens. Le président du FNA a rappelé que son parti œuvre, entre autres, à promouvoir l’autorité du citoyen, à instaurer la justice sociale au sein d’un régime républicain et démocra- tique. Il a également mis l’accent sur la défense des principes du FNA, inspirés des valeurs profondes de la révolution du 1 er Novembre 1954. (APS)

GHOUL (TAJ) À M’SILA :

PROGRAMME « SPÉCIAL » POUR LA WILAYA

Le président du parti Tajamoue Amel Al Djazaïr (TAJ), Amar Ghoul, a affirmé lundi après-midi, dans la commune d’El Mansourah dans la wilaya de Bordj Bou Arre- ridj, que «la sécu- rité et la stabilité de l’Algérie sont

une ligne rouge à ne pas franchir». A l’occasion d’un rassemble- ment animé à la salle des fêtes de cette commune, M. Ghoul a rappelé que «l’Algérie est entourée de pays instables sur le plan sécuritaire», souli- gnant la nécessité pour les Algériens de «s’unir pour protéger le pays», d’autant que, selon lui, «la sécurité et la stabilité du pays représentent la priorité des priorités». Le président de TAJ a salué, à l’occasion, les efforts considérables et les sacrifices consentis par l’Armée populaire natio- nale (ANP) et les différents corps de sécurité pour protéger la sécurité du pays. M. Ghoul a égale- ment abordé le programme électoral de son parti qui vise, selon lui, «à opérer une complémentarité entre les secteurs de l’agriculture, l’industrie, l’enseignement supérieur et la recherche scienti- fique ainsi que la formation et l’enseignement professionnels». Il a appelé, en outre, à accorder de l’attention aux franges vulnérables de la so- ciété à travers le soutien des prix des produits de large consommation et l’accompagnement des jeunes pour la création de petites et moyennes en- treprises ainsi que la création de nouveaux postes d’emploi au profit de cette catégorie. M. Amar Ghoul a, par ailleurs, mis en exergue «l’impor- tance que le programme de TAJ accorde aux sec- teurs de la Santé, de l’Habitat et de l’Education», estimant que ce programme, qu’il a qualifié d'«ambitieux», ne peut être concrétisé qu’à tra- vers l'«élection de députés compétents et intè- gres». (APS)

de députés compétents et intè- gres». (APS) A U JOU R D ’H U I n
A U JOU R D ’H U I
A U JOU R D ’H U I

n

RND/

Batna

:

Meeting

(10h)

animé par le secrétaire général du parti, Ahmed Ouyahia. - Khenchela : Meeting (14h), animé par M. Ouyahia.

n PT/Blida : Meeting à la salle omnisports

Baaziz (15h) animé par la secrétaire générale du parti, Louisa Hanoune. ANR/Boumerdès : Meeting au complexe culturel islamique Amar Makhrouf (10h), animé par le SG du parti, Belkacem Sahli. -Bouira : Meeting à la maison de la culture Ali-Zaamoum (14h), animé par le SG du parti, Belkacem Sahli.

n FNA/Béchar : Meeting (9h), animé par le

président du parti, Moussa Touati.

nFront El-Moustakbel/Souk Ahras :

Meeting (10h), animé par le président du parti,Abdelaziz Belaïd. -Khenchela : Meeting (15h), animé par le président du parti,Abdelaziz Belaïd.

n FLN/ Relizane : Meeting à la salle omnisports (9h), animé par le SG du parti, Djamel OuldAbbès. -Chlef : Meeting à la salle omnisports (13h30), animé par le SG du parti, Djamel OuldAbbès. - Alger : M. Sid-Ahmed Ferroukhi, tête de liste FLN de la wilaya d’Alger organisera aujourd’hui des visites de proximité à Ben Aknoun, la pêcherie d’Alger, Pins Maritime et Baraki.

n FAN/ Alger : Meeting à la salle des conférences de l’APC d’El Magharia (15h), animé par le président du Front, Ahmed BenAbdessalem.

n PLJ/Sidi Bel Abbès : Meeting au cinéma

Tessala (Boukas) (15h), animé par le président du parti Mohamed Saïd.

n MSP/Adrar : Meeting à la maison de la

Culture d’Oulf (18h), animé par le président du parti,Abderrazak Mokri.

n TAJ/Guelma : Meeting à la salle Salah

Boubnider (10h), animé par le président du parti,Amar Ghoul.

Mercredi 12 Avril 2017

N a t io n

EL MOUDJAHID

7

M. BOUTARFA À LA RÉUNION DE BRUXELLES SUR L’ÉNERGIE

L’ALGÉRIE

UN ACTEUR FIABLE

l M. Bouterfa : « On a l’ambition de devenir un acteur majeur en matière de solaire photovoltaïque. » l Canete : « L’Europe est le principal importateur de gaz algérien, et le restera dans les prochaines années.» l Organisation d’un forum d’affaires Algérie - UE sur l’énergie, au niveau décisionnel à Alger.

L'Algérie a intensifié son effort d'exploration, pour répondre aux besoins énergétiques du marché intérieur et également pour «consolider» sa position d'acteur «fiable» sur le marché international, a affirmé, hier à Bruxelles, le ministre de l'Énergie, Noureddine Boutarfa. «Nous intensifions les efforts d'exploration, pour augmenter nos réserves, afin non seulement de répondre aux besoins croissants de notre marché intérieur, mais aussi de consolider notre position comme un acteur actif et fiable sur les marchés régionaux et internationaux», a déclaré le ministre, à l'ouverture des travaux de la deuxième réunion annuelle de dialogue politique de haut niveau sur l'énergie entre l'Algérie et l'UE.

M. Boutarfa, qui a co-présidé avec le Commissaire européen en charge de l'action pour le climat et de l'énergie,

MiguelArias Canete, cette réunion de dialogue po- litique de haut niveau, la deuxième après celle tenue en 2015, a assuré que « l’Algérie continue à investir pour satisfaire ses partenaires » et « conti- nuera à promouvoir la coopération et être à l’écoute de ses partenaires ». Plus grand produc- teur de gaz naturel en Afrique et 3 e fournisseur de gaz naturel de l’Europe après la Russie et la Nor- vège, l'Algérie vise à « maintenir la place » qu'elle détient dans le marché européen du gaz naturel, a- t-il ajouté, relevant que l’Europe est « le marché le plus important pour le gaz algérien ». Le secteur algérien de l’énergie a engagé un plan de dévelop- pement des ressources hydrocarbures, qui a permis pour la première fois depuis près d’une décennie d’accroître la production en 2016, avec une forte augmentation des exportations, notamment de gaz naturel, a rappelé le ministre. « Cette croissance de la production notamment gazière va se poursui- vre de manière soutenue sur le moyen terme et au- delà, avec une hausse du potentiel d’exportation de gaz naturel », a-t-il promis, faisant remarquer que cette hausse de la production vient « conforter la sécurité d’approvisionnement de l’UE en gaz naturel ». Il a exprimé, à ce titre, son souhait de voir le marché renouer avec la croissance, pour « permettre d’assurer la demande et une valorisation adéquate du potentiel d’exportation de gaz algé- rien ».

Réserves algériennes en hydrocarbures :

un potentiel sous-exploré

Selon le ministre, le potentiel de l'Algérie en termes de réserves d'hydrocarbures est « impor- tant », mais reste « relativement sous exploré ». Il a précisé, à ce titre, que le pays est constitué de 1,5 million de km 2 de bassins sédimentaires dont les deux tiers n'ont encore été soumis à aucune des campagnes d’exploration, notamment dans le Sud- Ouest et le Nord de l'Algérie et dans la zone off- shore d’une superficie de 100.000 km 2 aujourd’hui totalement inexplorée. « L'intensification des ef- forts d'exploration est au cœur de notre stratégie et les opportunités d'investissement sont ouvertes pour nos partenaires », a-t-il indiqué, assurant que l'Algérie dispose « d'infrastructures de bonne qua- lité, des conditions d'exploitation avantageuses et des ressources humaines qualifiées ». Le ministre de l'Energie a exprimé, en outre, le souhait de l'Al- gérie d'étendre son partenariat avec l'Europe pour créer «une zone de prospérité partagée ». « Notre partenariat avec l’Europe, nous l’envisageons dans un espace qui s’étend encore plus loin que l’espace méditerranéen. Nous souhaitons l’étendre encore plus vers la rive Sud et vers l’Afrique. Cette ambition peut se concrétiser si nous sau- rons créer une zone de prospérité partagée », a-t-il souligné. Il a considéré, à ce titre, les énergies re- nouvelables comme « une opportunité » donnée à la Méditerranée et à l’Afrique pour réduire la pré- carité, le chômage, les injustices sociales, écono- miques et technologiques entre pays. L’Algérie, a-t-il poursuivi, a même l’ambition de devenir un acteur majeur en matière de solaire photovol- taïque, appelant dans ce sens les investisseurs, in- dustriels et énergéticiens à répondre à l'appel à investisseurs pour la réalisation d’un méga projet de 4.050 MW en solaire photovoltaïque. « Le pro- jet est conditionné par la remise d’une offre de par- tenariat pour la réalisation d’un “Projet Industriel” », a-t-il précisé. La coopération en matière de fi- nancement est également « primordiale », a jugé M. Boutarfa, plaidant pour la nécessité de « trou-

jugé M. Boutarfa, plaidant pour la nécessité de « trou- ver des mécanismes qui permettraient aux

ver des mécanismes qui permettraient aux Etats, aux banques, aux institutions financières et aux en- treprises d’agir pour que le poids des financements et des risques soit supportable et partagé ». La crise qui a ébranlé l’économie mondiale a égale- ment affecté la situation macroéconomique de l’Algérie, en particulier suite à la chute drastique des prix des hydrocarbures, a rappelé le ministre, soulignant, toutefois, que le gouvernement algé- rien, sous l'impulsion du Président de la Répu- blique, Abdelaziz Bouteflika, avait entamé, il y a quelques années, des réformes structurelles visant à diversifier l'économie, à sortir de la dépendance vis-à-vis des revenus des hydrocarbures et à inten- sifier les efforts pour plus d’intégration nationale et d’industrialisation.

L’Algérie réunit les conditions pour sécuriser les approvisionnements

Toutes « les conditions sont réunies » pour que le partenariat énergétique algéro-européen se pour- suive, a jugé mardi à Bruxelles le commissaire eu- ropéen chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, Miguel Arias Canete, relevant les nom- breux avantages comparatifs dont jouit l'Algérie pour contribuer à la sécurité des approvisionne- ments européens « Si l'on considère le potentiel énergétique non exploité de l'Algérie, sa proximité géographique et l'existence de bonnes infrastruc- tures de transport de gaz vers l'Europe, force est de constater que les conditions sont réunies pour que l'Europe profite davantage du gaz algérien et l'Algérie du marché européen », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le mi- nistre de l'Energie, Noureddine Boutarfa. Selon le commissaire Canete, l'UE tient à ce que ce commerce de gaz « mutuellement béné- fique » se poursuive et se développe davantage. « Pour ce faire, de nouveaux contrats d'approvision- nement, d'investissement, de production et d'ex- ploration sont nécessaires », a-t-il estimé,

soulignant, toutefois, que des progrès doivent être accomplis dans certains domaines pour booster da- vantage la coopération énergétique algéro-euro- péenne. « Le cadre réglementaire algérien d'investisse- ment doit être amélioré afin que l'Algérie devient une destination plus attrayante pour les investis- seurs européens », a-t-il plaidé, relevant, à cet égard que des discussions entre experts Européens et Algériens ont été lancées pour identifier les obs- tacles et apporter les solutions. MM. Boutarfa et Canete ont convenu, à ce titre, de poursuivre dans les prochains mois le dialogue visant à renforcer davantage l'attractivité du cadre d'investissement dans ce secteur. L'Algérie est un fournisseur ma- jeur et fiable de l'Europe et le demeurera à moyen et long termes, alors que l'Europe est le principal importateur de gaz algérien et le restera dans les prochaines années, a-t-il assuré. Le commissaire européen en charge de l'action pour le climat et de l'énergie a exprimé, en outre, son souhait d'œuvrer pour un accroissement des investissements européens dans le secteur des énergies renouvelables et de l'efficacité énergé- tique, préconisant la facilitation des contacts entre les entreprises algériennes et européennes. Il a fait savoir, dans ce contexte, qu'une rencontre centrée sur le solaire photovoltaïque se tiendra à Alger et réunira les entreprises européennes dans la pers- pective du lancement de l'appel d'offres pour la réalisation du projet de 4.050 MW en solaire pho- tovoltaïque afin d'explorer les pistes de coopéra- tion, y compris avec l'appui des institutions financières européennes spécialisées dans ce do- maine. L'Algérie et l'UE ont convenu également d'intensifier et d'approfondir les actions de coopé- ration dans le cadre du partenariat stratégique Al- gérie-UE sur l'énergie à travers l'organisation d'une deuxième édition du forum d'affaires Algérie-UE sur l'énergie, au niveau décisionnel à Alger, et d’évaluer les progrès effectifs, lors de la réunion annuelle de dialogue en 2018, selon le commis- saire Canete. MM. Boutarfa et Canete ont co-pré- sidé, mardi à Bruxelles, la deuxième réunion annuelle de dialogue politique de haut niveau sur l’énergie entre l’Algérie et l’UE. Cette réunion s'inscrit dans le cadre du partenariat stratégique entre l’Algérie et l’UE dans le domaine de l'éner- gie. L'Algérie et l'UE ont signé en juillet 2013 un mémorandum d'entente sur l'établissement d'un partenariat stratégique dans le domaine de l'énergie dans l'objectif d'explorer la mise en place de ce partenariat, de renforcer et d'approfondir leurs re- lations énergétiques. Ce partenariat couvre l'en- semble des sujets d'intérêt commun, à savoir les hydrocarbures, les énergies renouvelables et l'ef- ficacité énergétique, la réforme du cadre législatif et réglementaire, l’intégration progressive des marchés de l'énergie, le développement des infra- structures d'intérêt commun, le transfert de tech- nologie et le développement local. (APS)

ALGÉRIE - LITUANIE

UN NOUVEAU MARCHÉ POUR LE GNL ?

M. Boutarfa, s'est entretenu, hier à Bruxelles, avec son homologue lituanien, Zygimantas Vaiciu- nas, sur les perspectives de coopération entre les deux pays, a indiqué une source diplomatique. MM. Boutarfa et Vaiciunas qui se sont rencontrés en marge de la réunion annuelle de dialogue poli- tique de haut niveau sur l'énergie entre l'Algérie et l'UE, ont examiné les relations entre l'Algérie et la Lituanie dans le domaine de l'énergie et les pers- pectives de coopération énergétique entre les deux pays, notamment dans le domaine du gaz naturel

liquéfié (GNL) et des énergies renouvelables, selon la même source. Les deux parties ont évoqué « l’état actuel du marché international du gaz na- turel et son évolution ainsi que les opportunités d’affaires et les perspectives futures de nouer une relation commerciale », a-t-on ajouté. MM. Bou- tarfa et Vaiciunas ont convenu, à ce titre, de mettre en relation les compagnies spécialisées en hydro- carbures des deux pays en vue d'examiner les pos- sibilités de développer une relation commerciale, notamment dans le domaine du GNL. (APS)

ACCORD

D’ALGER

LA RUSSIE CONTINUERA À COOPÉRER

La Russie continuera à coo- pérer avec l'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) dans le cadre de l'accord sur la limitation de la production de pétrole, même si le niveau des prix actuels du brut reste en deçà de ses espérances, estiment des analystes cités par l'agence TASS. L'objectif était d'atteindre « une fourchette de prix entre 55 et 60 dollars le baril, mais une combinaison de facteurs n'a pas encore permis cela », a indiqué le vice-Premier ministre russe Arkady Dvorkovich, ajoutant que l'action était néanmoins « appropriée et la situation est bien meilleure qu'elle ne l'était auparavant ». « Si l'accord ne venait pas à être reconduit, pour une raison ou pour une autre, les prix du pétrole vont probable- ment baisser parce que nous au- rons simultanément une croissance de la production aux Etats-Unis, dans les pays de l'Opep, principalement en Ara- bie Saoudite, et également une croissance de la production en Russie », a estimé de son côté l'expert de Raiffeisenbank, An- drei Polischuk. « Nous aurons une idée sur tout cela dans une courte période de temps, au cours du second semestre de 2017 », a t-il dit. Un non renou- vellement de l'accord de réduc- tion pourrait conduire à une chute des cours du baril de pé- trole, jusqu'à 40 dollars, voire 30 dollars, selon les experts. Cependant, selon l'analyste Alexei Kalachev du groupe Finam, la Russie « essaiera si- multanément de poursuivre sa coopération avec l'Opep et pré- server sa part dans la production mondiale de pétrole ». « Nous allons participer activement à cette démarche. Nous ne ferons pas appel et nous n'allons pas in- terrompre ce processus parce que nous sommes intéressés à maintenir le prix. D'autre part, nous allons toujours recourir aux opportunités qui permettent de ne pas réduire le prix », a-t-il ajouté. Une source de l'organisa- tion de l'Opep avait indiqué lundi à l'agence TASS que la Russie n'est « pas en train d'exa- miner l'option de se retirer de l'accord, et n'a pas exprimé son mécontentement des résultats de cet accord ». Les efforts de l’Opep, qui s'est accordée sur une limitation de sa production au premier semestre 2017, pour- raient être renouvelés jusqu'à la fin de l'année, une décision qui serait alors prise et annoncée lors de la prochaine réunion of- ficielle de l'OPEP, fin mai à Vienne. (APS)

BRENT

55 DOLLARS

Les prix du pétrole recu- laient légèrement hier en cours d'échanges européens mais restaient élevés, les in- vestisseurs pariant sur un rééquilibrage du marché. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 55,82 dollars sur l'In- tercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 16 cents par rapport à la clôture de lundi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Ex- change (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour le contrat de mai cédait 16 cents à 52,92 dollars.

Mercredi 12 Avril 2017

Photos : Wafa

N

a t io n

9

EL MOUDJAHID

NOTRE FORUM DE LA MÉMOIRE
NOTRE FORUM DE LA MÉMOIRE

HOMMAGEAUX FOOTBALLEURS DE L’ÉQUIPE DU FLN

LES AMBASSADEURS DE LA RÉVOLUTION

En pleine guerre de Libération, le FLN décide de mettre en place une organisation sportive qui porte son nom et fera office d’ambassadeur dans les instances internationales, en raison de la popularité du football. Ainsi est née, le 11 avril 1958, l’équipe de football du FLN, surnommée le «Onze de l’Indépendance». On ne connaît pas d’exemple similaire dans le monde. Les talentueux joueurs promis à une brillante carrière en France, dont le regard était tourné vers la Suède, où allait se dérouler la Coupe du monde, n’ont pas tourné le dos à l’appel du FLN. C’est ce qui donne le cachet glorieux à cette équipe qui a brillé de mille feux .

R achid Makhloufi, Abdelha- mid Zouba, Mohamed Maouche, qui ont fait partie

de la glorieuse équipe du FLN, étaient, hier, les invités du Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec l’asso- ciation Machaâl Echahid. Les ex- footballeurs qui ont participé à l’épopée de cette équipe se remé- morent encore cette soirée du 13

avril 1958. Ce soir-là, en compagnie de grands noms algériens du football français évoluant au sein de clubs

professionnels français, quittent, en vagues successives, la France pour rejoindre Tunis, dans le but de former l’équipe de football du FLN. Le lendemain, le 14 avril, la France se réveille sous le choc. La presse française annonce «la disparition mystérieuse de nom- breux footballeurs algériens». Rachid Mekhloufi, ancien maî- tre à jouer de l’AS Saint-Etienne, qui a été derrière la qualification de l’équipe de France pour le Mon- dial, les trois joueurs de l’AS Mo- naco, Mustapha Zitouni, libéro de charme de l’équipe de France, l’at- taquant Kaddour Bekhloufi, le grand gardien de but Abderrah- mane Boubekeur, Amar Rouaï (SCO Angers), Abdelaziz Benti- four (OGC Nice), Abdelhamid Kermali (Olympique de Lyon), Mohamed Maouche, qui évoluait dans la grande équipe du Stade de

Reims

ont tous décidé de mettre

entre parenthèse une carrière pro- metteuse dans l’Hexagone, pour pouvoir porter haut les «couleurs nationales» et faire connaître le combat des Algériens pour l’indé- pendance. L’objectif tracé a été atteint, et le résultat a dépassé toute espé- rance. C’est ainsi que la France, confrontée à une offensive diplo- matique du FLN dans les couloirs des Nations unies, a subi, ce fai- sant, une autre attaque : sportive celle-là. Le choc était terrible, d’autant que ces joueurs faisaient partie des sportifs les plus brillants dans le domaine du football et dont cer- tains étaient pressentis pour faire partie de l’équipe nationale fran- çaise, appelée à participer à la

coupe du monde de 1958 en Suède. L'équipe du FLN de football, bap-

de 1958 en Suède. L'équipe du FLN de football, bap- tisée «Équipe de la liberté», dis-
de 1958 en Suède. L'équipe du FLN de football, bap- tisée «Équipe de la liberté», dis-
de 1958 en Suède. L'équipe du FLN de football, bap- tisée «Équipe de la liberté», dis-

tisée «Équipe de la liberté», dis- pute son premier match le 9 mai 1958 contre le Maroc, et le rem- porte (2-0). Deux jours plus tard, la sélec- tion bat la Tunisie (6-1). L’équipe de l’Algérie combattante émer- veille les publics des pays où elle se produit, avec un total de 91 matches, 65 victoires, 13 nuls et 13 défaites. Les «footballeurs révolution- naires» inscrivent 385 buts et en- caissent 127. Au-delà des résultats sportifs flatteurs et des faveurs des publics qu’elle a charmés avec son jeu et le niveau professionnel des footballeurs révolutionnaires, l’his- torique équipe a réussi le pari de faire connaître la cause algérienne à travers le monde. Ce qui fera dire au président du GPRA, Ferhat

Abbas, que cette équipe a fait avancer la Révolution de 10 ans.

FORCE DE FRAPPE DU FLN

Mohamed Maouche, président

de la fondation de l’équipe du FLN, a expliqué, qu’avant cette équipe, il y avait l’équipe de l’ALN, puis celle des étudiants qui

a participé au festival de la Jeu-

nesse de Moscou en 1958. Et c’est là que Boumezrag a eu l’idée de créer l’équipe du FLN. C’est ainsi que les joueurs, qui

avaient répondu à l’appel de la pa- trie, ont pu effectuer des tournées

à l’étranger, en Irak, au Vietnam et

en Hongrie, pour faire connaître la

lutte algérienne pour l’indépen- dance. Ils ont joué, attaqué et gagné devant des foules impres-

sionnantes allant jusqu’à 80.000 personnes. Pour Mohamed Maouche, les joueurs de l’équipe du Front de libération nationale étaient «les premiers ambassadeurs de la Révolution». Un grand nombre de nations n’avait aucune idée sur le combat du peuple algérien. Au lendemain des matchs, les joueurs accordaient

aux journalistes des entrevues, une

manière efficace de faire connaître la cause algérienne. Rachid Makhloufi, qui a un grand sens de l’humour et beau- coup de modestie, a refusé de par- ler des buts qu’il a marqués. «Le FLN nous a appris la discrétion», dit-il. Mais, pour lui, le plus impor- tant à retenir, c’était la levée de l’emblème national, et de l’hymne national. «Nous refusions de jouer sans la levée du drapeau», ajoute- t-il. Pour sa part, Abdelhamid Zouba est revenu sur la création de l’équipe du FLN constituée à l’étranger, en France, en 1958. Après les contacts avec les joueurs au mois de janvier 1958, des groupes ont été constitués et tous attendaient le départ les uns après les autres. Le premier départ a eu lieu le 13 avril 1958. Le premier match de l’équipe du FLN a été joué le 3 mai en Tunisie. C’était un tournoi re- groupant la Libye, la Tunisie, le Maroc et l’Algérie. Et c’est l’Algé- rie qui l’a remporté. Le principal message de cette équipe était l’engagement des joueurs professionnels, une preuve de courage et d’abnégation. C’est ce qui devait influencer la jeunesse algérienne et encourager les moud- jahidine. Ce message voulait dire que tous les Algériens étaient pour l’indépendance de l’Algérie ; c’était, en fait, une assurance pour ceux qui étaient dans le combat. Le message était adressé aussi à la France, à la jeunesse algérienne et pour les djounoud dans les ma- quis, ainsi que pour les moudjahi- dine des villes. Ils étaient les représentants de la Révolution al- gérienne à l’étranger, avec, pour objectif, faire connaître l’Algérie à travers l’équipe de football. Et l’équipe de football a démontré la force d’organisation et de frappe

du FLN. Nora Chergui

Composition de la glorieuse équipe :

Laâribi-Boumezrag (entraîneurs) - Boubeker- Zitouni- Defnoune-

Makhloufi- Ooudjani- Setati- Chabri- Ibrir 1- Ibrir 2- Soukhane 1- Soukhane 2- Bouricha- Oualikene- Amara- Rouai- Bakhloufi- Bourtal- Bouchache 1- Bouchache 2- Kermali-Brahimi- Maouch- Keroum- Doudou- Zouba- Ben Tifour- Mazouza- Hadad- Bou- chouk -Elamri Selami (infirmier).

COLLECTE DE PLUS DE 1.000 TÉMOIGNAGES SUR LA GUERRE DE LIBÉRATION

UNE VALEUR HISTORIQUE IMPORTANTE

Plus de 1.000 témoignages vivants sur l’histoire de la guerre de Libération natio- nale totalisant un volume horaire important ont été collectés à Oran, a-t-on appris auprès du directeur des moudjahidine de la wilaya. Ces témoignages d’une valeur historique im- portante, recueillis depuis le début de l’opé- ration au niveau national, seront mis à la disposition des chercheurs pour l’écriture de l’histoire de l’Algérie, a souligné Sid- Ahmed Trari, en marge du colloque national sur l’attaque de la Grande-Poste d’Oran (5 avril 1949), organisé par le Laboratoire des manuscrits de civilisation islamique d'Afrique du Nord relevant de la faculté des sciences humaines et civilisation islamique de l’université d’Oran, en collaboration avec la direction précitée. Le même responsable

a indiqué que ce travail a été accompli avec la collaboration de toutes les structures rele- vant du ministère des Moudjahidine, dont le musée du Moudjahid d’Oran, auprès de per- sonnes ayan vécu la guerre de Libération na- tionale afin de contribuer à l’écriture de l’histoire pour les générations futures par fi- délité aux sacrifices des chouhada. La direc- tion des moudjahidine d'Oran, a-t-il dit à ce propos, a adopté une méthode nouvelle de collecte de témoignages reposant sur des séances collectives sur un fait historique pré- cis, signalant que 200 séances ont déjà été organisées. M. Trari a mis l’accent sur le traitement minutieux des témoignages re- cueillis qui constitueront des références dans l’histoire et la mémoire de la nation, souli- gnant que «c'est une course contre la montre

que nous menons, pour profiter au maximum des témoignages de moudjahidine», faisant remarquer que 289 moudjahidine et ayants droit sont morts en 2016 dans la wilaya d’Oran, ce qui rend nécessaire d’accélérer l’opération de collecte (témoignages). Au sujet du colloque, le directeur des moudja- hidine a considéré encourageant d’avoir da- vantage d'éclairages de plus de 30 docteurs et chercheurs universitaires sur les faits his- toriques de l'attaque de la Grande-Poste d'Oran. Les communications, programmées lors de la première journée de cette rencontre de deux jours, ont eu trait, notamment aux circonstances de création de l'Organisation secrète (OS) et sa relation avec l’opération de l'attaque de la poste d’Oran menée dans le but de procurer de l'argent, pour financer

l’achat d'armes, ainsi qu'une chronologie de cette opération. Les membres de familles des participants à cette opération, à l’instar de Leila Hamou Boutlélis, fille du chahid Hamou Boutlélis, les veuves des moudjahi- dine Bennaoum Benzerga et Kedifi Benali ont été honorés à cette occasion. À noter que l'attaque historique de la Grande-Poste d’Oran a vu la participation, entre autres per- sonnalités, de Hocine Aït Ahmed, Ahmed Benbella, Hamou Boutlélis, Souidani Boud- jemaâ, Ahmed Benalla, Belhadj Bouchaïb (Si Ahmed) et Djelloul Nemiche dit si Bakhti. Elle s'est soldée par la récolte de plus de 3 millions de francs français pour l’achat de 600 à 700 armes, en prévision du déclen- chement de la glorieuse guerre de Libération nationale. (APS)

Mercredi 12 Avril 2017

Eco no m ie

11

EL MOUDJAHID

AGROALIMENTAIRE

VOLET IMPORTANT

DU MODÈLE DE CROISSANCE

Le Salon professionnel de la production agroalimentaire (DJAZAGRO) a ouvert ses portes, hier, dans sa 15 e édition, au palais des Expositions des Pins-Maritimes. Fort de son succès en 2016, DJAZAGRO, qui se tiendra jusqu’au 13 avril prochain, poursuit son développement, avec l’ouverture d’un nouveau hall pour son 15 e anniversaire.

P our sa deuxième journée, le Salon a eu la visite de deux membres du gouvernement,

Abdesselam Chelghoum, ministre de l’Agriculture, du Développe- ment rural et de la Pêche, et Ab- desselam Bouchouareb, ministre de l’Industrie et des Mines, qui se sont rendus au niveau des diffé- rents stands de l’exposition de la Safex. Dans sa déclaration à la presse, le premier responsable du secteur a affirmé que la présence de deux membres du gouverne- ment à ce rendez-vous «démontre l’importance qu’accorde le Prési- dent de la République et le gouver- nement au secteur de l’Agriculture, pour promouvoir ses activités et filières. Il s’agit égale- ment de passer en revue les moyens d’œuvrer en vue d’assurer la complémentarité entre le secteur de l’Agriculture et celui de l’In- dustrie, pour promouvoir l’indus- trie agroalimentaire». M. Chelghoum précise égale- ment que «les entreprises ayant l’intention d’investir dans le do- maine de l’industrie agroalimen- taire doivent prendre en considération tous les efforts et toutes les orientations qu’a connues le secteur de l’agriculture, pour que leur investissement soit efficace pour le renfoncement de l’économie nationale». Le ministre dit espérer qu’un rapprochement concret entre les acteurs de l’agroalimentaire nationaux et étrangers soit bénéfique, tout en appelant d’accorder une grande importance aux accords de parte- nariat entre les investisseurs De son côté, le ministre de l’Industrie et des Mines précise que «les sec- teurs de l’Industrie et de l’Agricul- ture figurent parmi les priorités du programme du Président de la Ré- publique. Avec ces deux secteurs,

Ph.: Billel
Ph.: Billel

l’Algérie ambitionne d’atteindre un taux de développement de 7% d’ici 2019». Et d’ajouter que «les investissements dans les secteurs de l’Agriculture et de l’Industrie sont subventionnés par le gouver- nement, comme le stipulent les dernières lois promulguées dans ce sens».

L’ambition de baisser le déficit de la balance alimentaire

Selon M. Bouchouareb, l’ob-

jectif premier de l’État est de bais- ser le déficit de la balance alimentaire, bien qu’on ne puisse encore assurer une couverture ali- mentaire nationale à 100%. Le sec- teur de l’Agriculteur renferme d’énormes potentialités pour réali- ser des quantités de production ap- préciables, pour venir compenser là où le déficit est constaté. «Si l’on arrive à équilibrer notre ba- lance alimentaire, là on dira qu’on

a atteint un objectif très important,

à travers toutes les politiques qui sont menées», dit le ministre. Pour cette nouvelle édition, 740 exposants, dont 82% d’internatio-

naux prennent part à Djazagro afin de présenter leurs matériels, biens et services, et permettre à chaque visiteur de s’équiper, de renforcer ses investissements productifs et de développer son autonomie éco- nomique. Djazagro, dont l’exposi- tion s’étale sur une superficie de 21.000 m 2 , se compose de cinq secteurs réservés aux exposants et fabricants d’équipements et ma- chines de process, et de condition- nements alimentaires, arômes et ingrédients, boulangerie et pâtisse- rie, restauration, produits finis ali- mentaires et boissons. Pour cette 15 e édition, les organisateurs atten- dent la visite de 22.000 profession- nels pour les 4 jours du Salon. Cette année, également, les vi- siteurs et exposants pourront pro- fiter de trois grands événements, à savoir celui de «La Boulangerie de demain», qui sera présente pour la 3 e année consécutive après les succès enregistrés depuis son lan-

cement, le Trophée d’excellence

El-Djazaïr-TEEDJ et Les exports Business Meeting de la CACI qui proposera des ateliers dédiés à l’export afin d’initier et d’inciter

les opérateurs économiques dans ce domaine à l’exportation. À ce sujet, les intervenants expliqueront aux participants les décisions prises par les pouvoirs publics, qui, en raison de l’environnement éco- nomique international complexe, met en place une stratégie pour aider et soutenir tous les interve- nants économiques qui souhaitent se développer sur d’autres marchés ou investir en Algérie. L’industrie agroalimentaire al- gérienne montre de grands besoins en matière d’équipements agri- coles, alimentaires et le savoir- faire, à titre d’exemple, les importations d’équipements ont augmenté de 121% entre 2012 et 2013. En marge du Salon, le Club des entrepreneurs et industriels de la Mitidja (CEIM) a paraphé un ac- cord de partenariat avec ADEPTA, l’expertise française à l’internatio- nal pour une nouvelle collabora- tion, afin de mettre en avant un partenariat de coproduction entre les entreprises algériennes et fran- çaises. «Cet accord sera un lien important entre les deux rives, pour développer les investisse- ments dans le secteur de l’agroali- mentaire», a affirmé Kamel Moula, président du CEIM. Pré- sent à la cérémonie de signature, l’ambassadeur de France, Bernard Émié, a mis en relief l’importance de l’industrie agroalimentaire qu’il qualifie de fondamentale pour l’économie de pays, en soulignant que les «entreprises françaises sont présentes en Algérie pour très longtemps, et accompagneront les investisseurs algériens dans leurs entreprises». «C’est une marque de confiance vis-à-vis de l’Algérie de voir ce grand nombre d’entreprises françaises investir en Algérie», a précisé le diplomate français. Mohamed Mendaci

1 er SALON INTERNATIONAL « MESUREXPO »

LA MÉTROLOGIE, CRITÈRE UNIVERSEL

Le Salon international de la me- sure, l'instrumentation, l'accrédita- tion et la qualité s'est ouvert, hier à la Safex, en présence d'une quaran- taine d'exposants nationaux et in- ternationaux. Intervenant en marge de cette manifestation, le ministre de l'Industrie et des Mines relève que l'Algérie a pris l'initiative de faire évoluer son système national de métrologie pour le hisser aux standards et référents internatio- naux appliqués en la matière. Un système, dit Abdeslam Bouchoua- reb, bâti sur une «architecture or- ganisationnelle» adaptée sur une infrastructure métrologique «ga- rante de la loyauté des transactions des échanges nationaux et interna- tionaux, de la protection de l'éco- nomie nationale et des intérêts des consommateurs». Le texte de loi, initié par son département, qui sera publié d'ici la semaine prochaine, vise «l'instauration d’un cadre co- hérent global, pour asseoir un véri- table système de métrologie de niveau international, qui intègre, pour la première fois, les autres as- pects de la métrologie, à savoir la métrologie fondamentale et indus- trielle». Cette consolidation, en- chaîne le ministre, est d'autant plus

Ph.: Billel
Ph.: Billel

nécessaire qu’«elle doit, d'une part, accompagner les dynamiques mises en œuvre pour le développe- ment économique et industriel, et répondre, d'autre part, aux exi- gences dictées par l'évolution enre- gistrée dans le domaine de la métrologie au niveau internatio- nal». À la faveur du nouveau cadre instauré, le ministre relève la né- cessité de «ne plus dépendre des organismes étrangers en matière de raccordement de nos mesures aux étalons internationaux». M. Bou-

chouareb appelle à l'ouverture sur des organismes publics et privés par le mandatement, afin d'effec- tuer des prestations de contrôle métrologique légal, la création des laboratoires d'étalonnage et solli- cite les investisseurs à se tourner vers la recherche de partenaires lo- caux pour la fabrication de diffé- rents instruments. Et d'ajouter :

«Notre parrainage est un signal fort des pouvoirs publics quant à leur ferme volonté de promouvoir la métrologie», qu'il qualifie de «vec-

teur de souveraineté nationale, un pilier de l'édifice national de la qualité et un socle qui soutient notre compétitivité dans le cadre de notre politique de développe- ment des filières industrielles».

Cette infrastructure, poursuit le mi- nistre, «nous la voulons aussi au service de la promotion du produit national, par la mise à disposition des opérateurs économiques et des organismes d'évaluation de la conformité». Les exposants, quant

à eux, ont, outre les difficultés ren- contrées pour pénétrer un marché

qui est en train de renaître, présenté des produits inédits pour certains. Mariusz Danasiewics, chargé des ventes pour l'entreprise polonaise Radwag, fait part de la disponibi- lité d'ultra-microbalances qui coû- tent 25.000 euros l'unité, et des comparateurs de masse, capables de traiter 36 positions en même temps, dont le prix unitaire s'élève

à 50.000 euros. Par ailleurs, Dja-

mel Hales, directeur général de l'IANOR, annonce qu'un arrêté lié au marquage est au niveau du se- crétariat général du gouvernement, et sa publication est imminente. Fouad Irnatene

ALGÉRIE - POLOGNE

HISSER LE NIVEAU DE LA COOPÉRATION

Ph.: Billel
Ph.: Billel

L’ambassade de Pologne à Alger a or- ganisé, hier à l’hôtel Hilton, en marge de la foire Djazagro, une conférence-débat sur les possibilités de partenariat entre les deux

pays, notamment dans l’agriculture. La tenue de cette rencontre confirme, encore une fois, la grande volonté de ce pays de renforcer ses liens d’amitié et de partenariat avec l’Algérie. D’ailleurs, on constate une présence importante d’hommes d’affaires polonais, à l’occasion des différentes foires commerciales et Salons professionnels qui se tiennent à Alger. Intervenant à cette oc- casion, le chef de service de promotion du commerce et des investissements de l’am- bassade de Pologne, M. Janusz Pisz, a ex- primé sa pleine satisfaction quant à la participation d’un nombre important d’en- treprises polonaises au Salon Djazagro. Cette participation confirme, selon lui, la grande importance qu’accorde la Pologne au marché algérien et son souhait de construire également des passerelles entre les hommes d’affaires des deux pays, et promouvoir les échanges économiques et commerciaux. «L’Algérie et la Pologne ont des relations historiques traditionnelles très amicales», a-t-il indiqué, avant de rappeler que «la Pologne était à côté de l’Algérie pendant et avant l’indépendance». S’agis- sant des relations économiques, il a souli- gné que ces dernières ne cessent de se développer et de s’intensifier», grâce à la volonté des deux pays de renforcer les in- vestissements et le commerce. «Nous réali- sons un chiffre d’affaires annuel de 500 millions de dollars», dit-il. À rappeler que le volume d’échanges commerciaux entre les deux pays est passé de 395 millions de dollars, en 2013, à 736 millions, en 2014, soit une évolution de 87%. Toutefois, ce vo- lume reste dominé par les exportations po- lonaises vers l’Algérie, à hauteur de 90%. Tout en relevant qu’actuellement ils travail- lent conjointement avec leurs partenaires al- gériens, pour augmenter ce chiffre, non seulement dans les échanges commerciaux, mais aussi dans l’investissement, le diplo- mate n’a pas manqué de souligner qu’il y a plusieurs projets qui sont actuellement en cours de discussion. Appuyant ses dires, il

a cité, à titre d’exemple, le futur projet de

partenariat pour le montage et la production des tracteurs sous la marque URSUS. Met- tant à profit cette occasion, M. Janusz Pisz

a annoncé une visite officielle en Algérie du

président polonais, avant la fin de l’année. En effet, lors de cette conférence, les repré- sentants de la Pologne ont procédé à la pré- sentation du marché polonais, notamment le secteur de l’Agriculture. M. A. Z.

polonais, notamment le secteur de l’Agriculture. M. A. Z. TOP 15 Nairobi arrive en tête du

TOP 15

Nairobi arrive en tête du top 15 des villes d’Afrique subsaharienne hors

Afrique du Sud, en termes de surface globale des centres commerciaux disponibles (500.000 m 2 ), selon une étude sur le marché de l’immobilier en Afrique, publiée le 6 avril par le cabinet britannique spécialisée Knight Frank.

Mercredi 12 Avril 2017

Mo nd e

12

EL MOUDJAHID

RÈGLEMENT DU CONFLIT AU SAHARA OCCIDENTAL

NÉGOCIATIONS AVEC UNE

NOUVELLE DYNAMIQUE ?

Les Nations unies comptent relancer le processus de négociations au Sahara occidental occupé, avec une nouvelle dynamique, afin de parvenir à une solution politique mutuellement acceptable au conflit opposant le Front Polisario au Maroc.

J e prévois de proposer que le processus

de négociation soit relancé avec une nouvelle dynamique et un nouvel esprit

qui reflète l’orientation du Conseil de sécurité avec l’objectif de parvenir à une solution poli- tique mutuellement acceptable », souligne le se- crétaire général de l’ ONU, Antonio Guterres, dans son rapport sur le Sahara occidental. La solution au conflit doit aussi déterminer le statut final du territoire du Sahara occidental, re- lève le chef de l’ONU dans cette première mou- ture du rapport rendue publique hier par la presse américaine à New York. M. Guterres a rappelé que le Conseil de sécurité avait enjoint au secré- tariat général de faciliter des négociations di- rectes entre les deux parties (Front Polisario et Maroc) qui doivent aboutir à l’autodétermination du peuple sahraoui. Le SG de l’ ONU a, par ailleurs, lancé un appel à la communauté internationale et aux nou- veaux donateurs pour augmenter leur contribu- tion financière au programme des réfugiés sahraouis, indiquant que les besoins devraient s’élever à 75 millions de dollars en 2017. Le Conseil de sécurité va procéder le 27 avril à la prorogation du mandat de la Minurso et pré- voit deux autres réunions de consultations sur la Mission de l'Onu pour l'organisation du référen- dum au Sahara occidental (Minurso) les 19 et 25 avril, selon le programme présenté par les Etats- Unis qui assurent la présidence tournante du Conseil en avril.

«

« Le Front Polisario seul représentant légitime du peuple sahraoui »

Le front Polisario est le seul représentant lé- gitime du peuple sahraoui reconnu par l'ONU, a affirmé le conseiller juridique du secrétariat de la Commission économique des Nations unies

secrétariat de la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (CEA). Cette déclaration inter- vient à

pour l'Afrique (CEA). Cette déclaration inter- vient à la suite des allégations marocaines au sujet de la participation du Sahara occidental à la réunion commune CEA-UA. « Le Sahara occidental est un territoire non autonome et membre de la CEA. Le Front Polisario est le seul représentant lé- gitime du peuple sahraoui reconnu par l'ONU, conformément à la décision de l'Assemblée gé- nérale 37/34 promulguée en 1979 », a-t-il souli- gné. Les tentatives vaines du Maroc et son opposition à la participation d'une délégation de la République arabe sahraouie démocratique à la réunion sous prétexte de ne pas être membre de l'ONU, ont mis en échec en mars dernier la réu- nion interministérielle entre la Commission de l'UA et la CEA, reportée à une date ultérieure. L'UA avait publié lundi une note distribuée à

toutes les missions diplomatiques des pays mem- bres, dans laquelle il a imputé au Maroc l'échec de la réunion interministérielle CEA-UA sur le développement économique qui devait être orga- nisée en mars dernier à Dakar (Sénégal). La Commission de l'UA a exposé les motifs ayant induit l'annulation puis le report des 10 es réunions annuelles communes de la commission technique de l'UA pour les affaires financières et monétaires, la planification et l'intégration éco- nomique ainsi que la conférence de la commis- sion économique pour l'Afrique des ministres africains des finances, de la planification et du développement économique qui devait se tenir à Dakar. La commission de l'UA a imputé l'échec de la dernière réunion CEA-UA aux « obstacles dressés par le Maroc et son refus de respecter les règles en vigueur », est-il mentionné dans la note.

TURQUIE

FORTE EXPLOSION PRÈS D’UN QG DE LA POLICE

Une forte explosion s'est produite hier près d'un QG de la police turque dans la ville à majorité kurde de Diyarbakir (sud-est), faisant au moins quatre blessés selon des sources médi- cales. La déflagration, dont les causes n'étaient pas connues dans l'immédiat, a été entendue dans toute la ville. Elle s'est pro- duite à cinq jours d'un référendum crucial en Turquie sur le renforce- ment des pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. De nombreuses ambulances et des véhi- cules des forces de sécu- rité ont été dépêchés sur les lieux de l'explosion à Diyarbakir, « capitale » du sud-est à majorité kurde de la Turquie.

MAROC

VAGUE DE PROTESTATION

Le nouveau ministre marocain de l'Intérieur a effectué sa première visite officielle à Al-Hoceima, une ville du nord devenue le cœur d'un mouve- ment de protestation qui dure depuis des mois et que le pouvoir tente de cal- mer. Située dans la région du Rif, ré- putée frondeuse et longtemps exclue des projets de développement au temps du précédent roi, Hassan II, Al- Hoceima est le théâtre d'importantes manifestations depuis la fin de l'année dernière. La mort d'un vendeur de poissons, Mouhcine Fikri, broyé dans une benne à ordures alors qu'il tentait

de s'opposer à la confiscation de sa marchandise par des agents de l'Etat avait cristallisé la colère d'une popu- lation qui s'estime délaissée. Des mil- liers de personnes étaient alors descendues dans la rue pour demander justice. Depuis, la colère n'est pas re- tombée. Des habitants et des activistes locaux défilent régulièrement à Al- Hoceima, réclamant davantage de jus- tice sociale, d'accès aux services de santé, d'emplois et de liberté. « Nous sommes disposés à nous asseoir à table avec l'Etat pour trouver des so- lutions, mais il doit accepter de répon-

dre favorablement à nos revendica- tions, autrement, il ne fera qu'aggraver la crise », ont martelé des représen- tants des manifestants. « Notre posi- tion n'a pas changé. Tant que l'État ne répondra pas à nos revendications, nous poursuivrons la mobilisation.» Dimanche, la veille de la visite du mi- nistre, des milliers de manifestants ont de nouveau défilé dans les rues d'Al- Hoceima, brandissant des portraits de Mouhcine Fikri, mais aussi d'Abdel- krim El-Khattabi, figure régionale et chef militaire de la « République du Rif » dans les années 1920.

FAMINE EN AFRIQUE ET AU YÉMEN

RISQUE D’HÉCATOMBE

Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a mis en garde hier contre le risque d'un nombre de morts « massif » provoqué par la famine dans la Corne de l'Afrique, au Nigeria et au Yémen, alors que la sécheresse frappe une partie du continent africain. « Le risque d'un nombre de morts massif provoqué par la famine parmi les populations de la Corne de l'Afrique, du Yémen et du Nigeria s'accroît », a déclaré un porte-pa- role du HCR, Adrian Edwards, lors d'un point de presse à Genève. L'ONU craint que la situation soit pire que lors de la famine de 2011 qui avait tué plus de 260.000 personnes dans la Corne de l'Afrique, dont plus de la moitié étaient des enfants de moins de 5 ans. « Il faut éviter à tout prix que cela se répète », a lancé le porte-parole du HCR, dé-

plorant que cette crise humanitaire semble devenir « inévi- table » alors qu'elle « aurait pu être évitée ». La situation actuelle est le résultat d'une conjugaison de facteurs. La Somalie, le Soudan du Sud, le Nigeria et le Yémen sont touchés par une grave sécheresse mais ils sont égale- ment en proie à des violences ou conflits armés. Les Na- tions unies réclament à la communauté internationale 4,4 milliards de dollars d'ici juillet pour acheminer de l'aide dans ces quatre pays où plus de 20 millions de gens sont confrontés à la faim ou à la famine. L'ONU n'a reçu pour l'instant que 21% de ces fonds, soit 984 millions de dollars, a déploré le porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l'ONU, Jens Laerke.

GRAND ANGLE DE QUEL AVENIR S’INQUIÈTE-T-ON ?
GRAND ANGLE
DE QUEL AVENIR
S’INQUIÈTE-T-ON ?

l Le dossier syrien était hier au cœur des

discussions de la réunion annuelle des ministres des Affaires étrangères du G7 (les sept grandes puissances (Etats- Unis, Allemagne, Japon, Royaume-Uni, Canada, France et Italie) élargie à des hauts diplomates de pays (Turquie, des Emirats arabes unis, de l'Arabie saoudite, de la Jordanie et du Qatar), acteurs dans la crise que vit ce pays depuis 2011. Mais alors que le ministre italien, Angelino Alfano, hôte de la réunion, avait expliqué lundi qu'il s'agissait de trouver « les moyens de relancer le processus en vue d'une solution politique en Syrie et d'éloigner le spectre d'une escalade militaire », le chef de la diplomatie française Jean- Marc Ayrault a, lui, annoncé hier que l'ensemble des participants au G7 et à la réunion élargie, ont insisté pour dire qu'« il n'y a pas d'avenir de la Syrie possible avec Bachar al-Assad ». En d’autres termes, ils estiment qu'aucune solution n'est possible en Syrie tant que le président syrien sera au pouvoir. Ce faisant, c’est exactement l’inverse de ce que le chef de la diplomatie italienne avait déclaré qui risque de se produire. En estimant, en lieu et place du peuple syrien, qu’aucune solution n’est possible, les ministres des Affaires étrangères du G7 poussent en définitif les belligérants à radicaliser leurs positions et, partant, à en découdre militairement. Cet encouragement tacite à recourir aux armes, conforte la justesse et la pertinence du point de vue de l'Algérie, exprimé une nouvelle fois par son chef de la diplomatie qui a estimé dimanche à l’occasion de la visite à Alger de la Haute représentante de l'Union européenne (UE) pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, vice- présidente de la Commission européenne que « Si tous les antagonistes, tant à l'intérieur, que sur les plans régional et international avaient observé la sagesse requise, la situation n'aurait pas pris ce tournant dangereux » , d’autant que pour Alger « cette guerre fratricide n'avait pas lieu d’être et que l'approche utile dans ces cas est celle qui prône la voie pacifique et des réformes souveraines. Cette guerre n'aurait pas duré toutes ces années, n'aurait pas fait des dizaines de milliers de victimes, n'aurait pas générer autant de destruction et des millions de réfugiés et de déplacés ». Pourquoi alors les chefs de la diplomatie du G7 ne font-ils pas preuve de cette sagesse qui ne peut être que salutaire pour les Syriens et la région ? D’autant que la cheffe de la diplomatie européenne a affirmé qu’« il n’y a pas de solution militaire à la crise en Syrie, c'est le moment de donner une chance aux efforts diplomatiques dans le cadre des négociations de paix de Genève, sous l'égide des Nations unies en vue d'aboutir à une solution politique et de ramener la paix en Syrie ». La réponse à l’interrogation soulevée est à chercher sans nul doute dans les intérêts que chaque pays cherche à préserver. Et que cela se fasse au détriment des Syriens, importe peu. Ils ne sont qu’une victime collatérale des enjeux géostratégiques qui de dessinent dans cette région. Nadia K.

EL MOUDJAHID

Culture / Société

13

12 e FESTIVAL DU FILM ORIENTAL DE GENÈVE

MENTION SPÉCIALE POUR

TIMGAD

Le long métrage, Timgad, de Fabrice Benchaouche, une comédie sur le retour au pays d'origine et ses aléas, a reçu le Prix de la Mention spéciale au 12 e Festival international du film oriental de Genève (Fifog), qui a pris fin dimanche, ont annoncé les organisateurs.

E n compétition dans la catégorie «Long métrage» avec 35 autres films, dont, également, «Maintenant ils peuvent

venir» (2016) de l'Algérien Salem Brahimi, «Timgad» a été récompensé pour «le jeu des acteurs et l'originalité du scénario», écrit le jury sur le site officiel du festival. Servi par une pléiade de comédiens algériens et maro- cains aux personnages extravagants et gro- tesques dont Sid- Ahmed Agoumi, Fatouma Bouamari, Lamri Kaouane et Samir El Hakim, le long métrage, co-écrit par l'écri- vain Aziz Chouaki et Fabrice Benchaouche, raconte en 90 minutes, le retour de Djamel, archéologue, sur la terre de ces ancêtres pour y effectuer des fouilles et sa rencontre avec la population locale préoccupée par le devenir de son équipe de football, baptisée «Juventus de Timgad», en plein déclin et à la recherche d'un entraîneur pour l'aider à se qualifier à un tournoi international. Le long métrage «Timgad» a été coproduit par l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), et les maisons de productions «BL. Films» et «Alia films». Par ailleurs, les longs métrages, «Bavo virtuose» (France- Belgique-Arménie) de Lévon Minasian et «Malaria» (Iran) de Parviz Shahbazi, se sont partagés le Fifog d'or, plus haute distinction du festival, alors que «Wedding Dance» (Tur- quie) de Cigdem Sezgin a été primé du Fifog d'argent. Le Fifog d'or de la critique a été at- tribué au film «Kabullywood» (Afghanistan- France) de Lounis Meunier, catégorie dans laquelle ont figuré «Chroniques de mon vil-

dans laquelle ont figuré «Chroniques de mon vil- lage», une fiction de Karim Traidia et le

lage», une fiction de Karim Traidia et le film d'animation «Tales of Africa» (2015) de Dji- lali Beskri. Le Fifog d'or du court métrage, également convoité par le film «Echappée» (2015) co- réalisé par l'Algérien Hamid Saidji et le Bri- tannique Jonathan Mason, est revenu au film «Le fils» (Turquie) de Aytaç Uzun, alors que

« Ennemis intérieurs» (France) de Selim Az- zazi s'est adjugé le Fifog d'argent. Fondé en 2006, le Festival international du film oriental de Genève se veut une vitrine du cinéma de l'Orient à travers des projections, des débats et autres rencontres entre professionnels du 7 e art. (APS)

Un financement public de l’ordre d’un milliard de DA a été réservé, au cours des trois dernières années, pour l’exécu- tion de divers projets relevant du secteur de la culture dans la wilaya d’Ouargla, a-t-on appris lundi auprès des responsables locaux du secteur. Il s’agit de 14 opérations retenues en faveur de la wilaya, dont trois relatives à la réalisation de plans et d’études techniques liés à la ré- habilitation des biens culturels sauvegardés et 11 autres pour consolider les structures cultu- relles, notamment par de nou- velles bibliothèques de lecture

OUARGLA

UN MILLIARD DE DA

POUR LA CULTURE

publique, a précisé le directeur du secteur, Mokhtar Guermida. Dans le même sillage, une enveloppe de 45 millions DA a été consacrée à la remise en état et l’extension du musée saha- rien, fondé en 1938 au chef-lieu de wilaya, en plus du suivi de l’étude relative à l’intervention d’urgence pour la restauration de la mosquée des Béni-Djellab (1733) à Touggourt (160 km au nord d’Ouargla), a-t-il ajouté. Ces opérations, qui ont été déjà réceptionnées, ont permis de protéger et de préserver deux importants sites historiques dans les régions d’Oued-Mya

(Grand Ouargla) Oued-Righ (Grand Touggourt), classés au patrimoine national. Les autres projets portent sur la réalisation d’une grande bibliothèque pu- blique à Ouargla (avec acquisi- tion d’ouvrages), ainsi que deux bibliothèques urbaines au ni- veau des communes d’El-Hed- jira et Taibet et cinq autres de type rural dans les communes de Zaouia El-Abidia, Téma- cine, Mégarine, N’goussa et Rouissat, a précisé le même res- ponsable. Les huit nouvelles structures en question, dont les travaux de construction ont été achevés, sont appelées à jouer

un rôle important en matière de promotion et d’ancrage d’habi- tudes de lecture publique chez les habitants de ces collectivi- tés, surtout dans les zones en- clavées, a-t-il souligné. Pour un financement global de 303 mil- lions de DA, les travaux sont en cours de réalisation d’une bi- bliothèque urbaine supérieure à Touggourt et une autre urbaine à El-Alia, a relevé M. Guer- mida. Ces projets s’ajoutent à la réalisation d’un nouveau siège de la direction locale de culture qui a contribué à l’amé- lioration des conditions de tra- vail de son personnel. (APS)

6 e FESTIVALMAGHRÉBIN DU FILM D’OUJDA

PRIX DE LA MEILLEURE INTERPRÉTATION

POUR L’ÉTOILE D’ALGER

L'acteur algérien Cherif Azrou a reçu dimanche à Oujda le Prix de la meilleure interprétation masculine du 6e Festival ma- ghrébin du film d'Oujda, pour son rôle dans «L'étoile d'Alger» de Rachid Benhadj, a-t-on appris auprès des organisateurs. Adaptation libre du roman éponyme de l'écrivain algérien Aziz Chouaki, «L'étoile d'Alger» explore les années de violence ter- roriste et la montée de l’extrémisme religieux dans les années 1990 et déroule, en 102 mn, l’histoire d'un chanteur d’un quar- tier populaire d’Alger qui rêve de devenir une star Le film a déjà été primé, récemment au 32 e Festival d'Alexandrie du cinéma méditerranéen et au 12 e Festival international du film pour l’en- fance et la jeunesse (Fifej) de Sousse (Tunisie). Dans la catégorie long métrage, le Grand prix de ce festival a été attribué au réalisateur marocain Hakim Belabbes pour «Pluie de sueur», une œuvre qui a également reçu le Prix de la meil-

leure interprétation féminine attribué à l'actrice Fatima-Zahra Bennacer. Dans la catégorie court métrage, l'actrice franco-liba- naise Soraya Baghdadia a reçu le Prix du meilleur rôle féminin pour son rôle dans le film «Le voyage de Keltoum» du réalisateur algérien Anis Djaâd. Sorti en 2016, «Le voyage de Keltoum» est la troisième œuvre du réalisateur Anis Djaâd après la sortie en 2014 de «Passage à niveau», doublement primé au Maroc, et de «Le hublot» égale- ment primé aux Journées cinématographiques d’Alger en 2012. Dans cette catégorie, le court métrage «Cœur sacré» des frères marocains Hicham et Samir Harak, a remporté le Grand prix ainsi que le Prix du meilleur scénario. Six longs métrages et douze courts métrages étaient en compétition à ce festival or- ganisé par l'Association «Ciné Maghreb». (APS)

R E GA R D
R E GA R D

FACEBOOK, BEAUCOUP PLUS QU’UN RÉSEAU SOCIAL

l Le facebook est incroyablement spectaculaire. Source riche et

intarissable d’informations, il continue, bel et bien de révolutionner notre quotidien. On ne se passe plus de notre meilleur « ami » qui court plus vite que le vent, mais aussi, toujours présent et disponible pour éclairer notre lanterne ou même créer sa propre activité et intégrer le monde du travail, par la grande porte. En effet, le très célèbre site qui attire même les politiques et les hommes d’affaire, est loin d’être un moyen pour « tuer » le temps ou encore lutter contre l’oisiveté. Qu’on le veuille ou pas, le site qui déclasse tous les réseaux sociaux, de par le nombre de ses utilisateurs, se transforme en tremplin sûr, pour améliorer son revenus ou carrément changer de statut. C’est un fait, le facebook s’ouvre, de plus en plus sur la société afin de répondre à toutes les sollicitations qu’elles soient, à l’origine, il faut l’admettre de sa notoriété, auprès de toutes les couches de la société, enAlgérie et ailleurs. Des annonces à gogo, des rubriques touchant à tous les domaines donnent à ce dernier un aspect spécifique voire, unique, en son genre. Aujourd’hui, des milliers de jeunes, sortis fraîchement des universités algériennes et des centres de formation professionnelle, recourent à cet espace de communication pour offrir leurs services aux entreprises ou tout simplement des particuliers à la recherche de main d’œuvre. Des juristes, des interprètes, des plombiers, des carreleurs, des peintres et même des personnes, sans qualification, utilisent ce même réseau social pour rompre avec le chômage. On voit d’ailleurs, bien de personnes se reconvertir sur la toile, l’espace

de quelque temps, en vendeurs d’objets d’artisanat, de vêtements, de terrains ou encore de lunettes solaires. De nos jours, les sites de vente en ligne, devenus, d’ailleurs, de plus en plus nombreux et connus par les internautes, au même titre que les autres rubriques font que le facebook, est arrivé à s’imposer pas uniquement comme un simple site Internet, mais plutôt, comme véritable plate-forme qui fait l’unanimité. Les amateurs de facebook ne se comptent certainement pas sur les doigts avec les nouvelles technologies qui ont fait un saut magistral, ces dernières années. Pour preuve, pas moins de dix-sept millions d’Algériens sont connectés à ce réseau. Un chiffre qui en dit long, c’est clair. Samia D.

ADRAR

BAISSE DES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION

Comparativement à l’année 2016 au cours de laquelle auront été enregistrés 48 accidents de la circulation, ayant causé le décès de 2 per- sonnes et des blessures corporelles à 50 autres, le bilan des activités de la sûreté de wilaya d’Adrar, pour le premier trimestre de l’année en cours, fait état d’une régression en matière d’accidents de la route. Au cours de cette même période, les services de l’ordre public ont enregistré 38 accidents ayant provoqué des blessures à 43 personnes, sans pour autant qu’il y ait eu de décès. Une baisse que l’on met sur le compte des efforts entrepris par ces services, grâce aux multiples et différentes opérations de préven- tion et de sensibilisation, qu’ils n’auront cessé d’entreprendre à travers tout le territoire de la wilaya. Le bilan des activités de ce corps de sécurité qui agit essentiellement en proximité, fait également état de 426 retraits de permis de conduire et de 183 infractions au code de la route, alors que les éléments de la Police ur- baine et de la Protection de l’environnement, hormis les 122 infractions portant atteinte à l’environnement et la santé, sont intervenus aux côtés des pouvoirs publics, dans le cadre de l’élimination de l’habitat précaire (127 cas). 4 opérations « coups de poing », dans le cadre de la dissuasion et de la lutte contre tout acte criminel, ont permis le contrôle d’identité de 1.384 personnes, alors que 753 véhicules ont été contrôlés à travers les 450 points de sur- veillance, implantés dans différents points sen- sibles au courant de cette même période. Ramdane Bezza

Mercredi 12 Avril 2017

Vie pratique

22

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mercredi 15 Radjeb 1438 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mercredi 15 Radjeb 1438
correspondant au 12 avril 2017 :
- Dohr
12h49
- Asr
16h29
- Maghreb
19h23
- Icha.……………………………20h46
Jeudi
16
Radjeb
1438
correspondant au 13 avril 2017 :
- Fedjr
04h46
- Echourouk 06h17
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 45.12.32
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 75.27.50
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation El Moudjahid / Pub ANEP 215072 du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub

ANEP 215072 du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub

ANEP 215072 du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub

ANEP 215062 du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub

ANEP 215046 du 12/04/2017

DÉCÈS

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris le décès, à l’âge de 85 ans, de M. HAMDI DINE ancien diplomate et père de notre collègue M me Benameur Nora. La directrice de l’école l’OASIS, M me Kouchkar Souad, épouse Madoui, l’ensemble du personnel et les élèves présentent aux familles HAMDI et Benameur leurs plus sincères condoléances . Toutes nos pensées sont avec vous en cette période de deuil. La levée du corps aura lieu aujourd’hui 12 avril 2017 à 12h30, en son domicile sis à Debussy (à côté du cinéma Debussy), et l’inhumation aura lieu au cimetière d’El-Alia. « À Dieu nous appartenons, et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub du 12/04/2017

PENSÉE

Le 3 novembre 2016 nous a quittés notre cher et regretté Allache L’hadi à l’âge de 54 ans

laissant un vide que rien ne peut combler. Sa femme Nacira, ses enfants Mounia, Meriem, Rédha, Zinou, Redouane et Abdelhamid ainsi que Ladour Messaouda, sans oublier les familles Benchabira, Allache et Ladour demandent à tous ceux qui l’ont connu et aimé d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

« A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. » El Moudjahid / Pub du

El Moudjahid/Pub du 12/04/2017

El Moudjahid /Pub du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub du 12/04/2017

El Moudjahid/Pub

Mercredi 12 Avril 2017

Sp o rt s

23

EL MOUDJAHID

JSK

FAIRE FACE AUX DÉFECTIONS

Les Canaris sont rentrés, lundi au petit matin, de Lubumbashi, où ils se sont déplacés pour jouer le match aller du troisième tour préliminaire de la coupe de la CAF face au TP Mazémbé, perdu 2-0.

C’ est aux alentours de quatre heures du matin que la délégation ka-

byle est arrivée à l’aéroport inter-

national d’Alger. Les joueurs ont bénéficié de deux jours de repos. Le staff technique voudrait que le groupe récupère du match aller et évacue toute la pression accumu- lée pour attaquer la préparation du match retour dans une nou- velle dynamique. Bien que le maintien reste le seul et unique objectif de la JSK cette saison, Mourad Rahmouni estime qu’il y a un bon coup à jouer face au TP Mazembe lors du match retour. « On a perdu le match suite à des erreurs indivi- duelles en défense. Je ne pense pas que le TP Mazembe ait été supérieur. Je suis intimement convaincu qu’on pourra leur marquer trois buts au match retour », a déclaré l’entraîneur de la JSK à la fin du match aller, annonçant d’ores et déjà qu’il ne compte pas lever le

annonçant d’ores et déjà qu’il ne compte pas lever le au pied retour. Mourad Rahmouni compte

au

pied retour. Mourad Rahmouni compte spécialement axer la pré- paration sur le compartiment of- fensif, resté muet durant les deux dernières sorties des Canaris, res- pectivement en coupe d’Algérie et en coupe de la CAF. Rah-

mouni compte bien secouer ses attaquants dans l’espoir de rattra- per le retard en Coupe de la CAF, la semaine prochaine face au TP Mazembe, la JSK étant dans l’obligation de marquer trois buts sans en encaisser pour espérer se qualifier aux poules.

Néanmoins, le match ne se présente pas comme l’aurait sou- haité le staff technique des Cana- ris qui devra composer avec de nombreuses défections, entre au- tres celles de Berchiche et Fer- hani, tous deux suspendus. En outre, la participation de Samir Aiboud, blessé aux adducteurs, demeure incertaine. L’infirmerie de la JSK qui compte déjà outre Aiboud et Rial, Rayah, a vu débarquer aussi Houari Ferhani qui souffre vrai- semblablement lui aussi des ad- ducteurs. L’arrière gauche a effectué une IRM, lundi, qui a confirmé une inflammation et qui l’oblige au repos total pendant trois semaines. Le duo Rah- mouni-Moussouni, qui fait face depuis son installation aux nom- breuses défections, devra, cette fois encore, trouver les bons élé- ments qui formeront l’équipe la plus performante possible en cette fin de saison. Amar B.

ENTRETIEN
ENTRETIEN

MOHAMED NEHASSIA, PRÉSIDENT DE LA FABOXE :

« CE N’EST QU’UN MALENTENDU »

Que pensez-vous des critiques portées contre l’entraîneur national par des boxeurs professionnels ? « Ce qu’ils ont fait est vraiment regrettable. Ils ont cru bien faire mais ils se sont trompés lourdement. Il ne leur appartient pas de désigner ou de « dégommer » l’entraîneur national, alors qu’il n’y a que le « Ring » qui peut faire la dif- férence entre boxeurs. Ce n’est pas une question de statut. Tout le monde sait que ces boxeurs font de la boxe professionnelle. Ceux qui ont un tel statut —professionnels— peuvent effective- ment choisir leur entraîneur. En ce qui nous concerne, nous sommes une fédération Amateur et en vertu de ce statut, ils ne peuvent pas choi- sir comme il leur plaît le coach national. Ce n’est nullement de leur ressort, ils ne peuvent pas le faire. Ils doivent s’en tenir à la réalité des choses. Chez les amateurs, ce ne sont pas les boxeurs qui choisissent les entraîneurs ; ils doi- vent s’acquitter de ce qu’on leur demande, un point c’est tout ! » Ils ont donc commis une erreur d’appré- ciation ? «Oui, ils ont commis une erreur ! C’est clair. S’ils avaient bien suivi la règlementation en vi- gueur, ils ne feraient par de telles réflexions en s’attaquant directement et presque sans raison au coach national. On a eu l’occasion de discu-

raison au coach national. On a eu l’occasion de discu- ter avec eux et réussi avec

ter avec eux et réussi avec force de la loi à les convaincre. Ils ont finalement compris qu’ils ont mal agi à l’égard de leur coach, Brahim Bedjaoui. Ce dernier, en ce qui concerne la FAB

est un véritable symbole. C’est même un monu- ment de la boxe algérienne. Il les avait convo- qués mais ils ont refusé de répondre présents. Par conséquent, il a tous les droits, surtout rè- glementaires, de les punir comme il l’entend selon le barème disciplinaire». Il semblerait qu’ils ont demandé des ex- cuses. Qu’en est-il ?

« Ils ont reconnu qu’ils avaient commis une

erreur. Ils doivent présenter leurs excuses à l’en-

traîneur national. Je leur en ai parlé, mais aussi avec leur coach. On s’est entendu qu’après les Jeux de la Solidarité Islamique qui auront lieu à Bakou (Azerbaïdjan) fin mai, on va les convo- quer pour le prochain stage et on décidera de la marche à suivre, car je pense qu’il s’agit beau- coup plus d’un malentendu qu’autre chose». Certains affirment qu’il y a des gens qui les manipulent de loin.

« Oui, nous savons qu’il y a des gens qui

sont derrière eux. Néanmoins, on ne possède pas de preuves concrètes pour savoir qui sont ces gens qui les manipulent. On leur demande

seulement de revenir à la raison et de ne prendre en considération que leur carrière et surtout l’in- térêt de la boxe algérienne ». Quels sont vos pronostics dans ces jeux de la Solidarité Islamique d’Azerbaïdjan ?

« Pour ces jeux de la Solidarité Islamique,

on va présenter une jeune équipe qui s’est très bien préparée. On ne va pas aligner les anciens boxeurs qui ont exigé quelque chose qui ne peut être faisable, en l’occurrence le départ de leur entraîneur national, Brahim Bedjaoui. Certes, ces nouveaux ne disposent pas de l’expérience nécessaire, mais ils sont très ambitieux. On vise trois médailles, mais sans couleurs. On reste op- timiste».

Réalisé par : H. G.

CHAMPIONNAT ARABE DES CLUBS

LE NAHD FIXÉ SUR SES ADVERSAIRES LE 2 MAI

Le NA Hussein-Dey sera fixé le 2 mai prochain sur ses adversaires au Cham- pionnat arabe des clubs de football dans sa nouvelle formule, prévu en Egypte du 22 juillet au 5 août , à l'occasion du tirage au sort qui se déroulera au Caire, a annoncé l’Union arabe de football (UAFA). Les 12 clubs devant prendre part à cette compéti- tion seront répartis en trois groupes de qua- tre. Les premiers ainsi que le meilleur deuxième se qualifieront pour les demi-fi- nales. Outre le Nasria, les 11 autres forma- tions participantes sont El-Nasr (Arabie Saoudite), Al-Ain (Emirats arabes Unis), El-Fayçali (Jordanie), Naft Wassat (Irak),Al-Ahd (Liban),Al-Hilal (Arabie Saoudite), ES Tunis (Tunisie), Zamalek (Egypte), FUS Rabat (Maroc), Al-Ahly (Egypte), et Al-Merreikh (Soudan). Le NAHD prend part à ce Championnat arabe en sa qualité de finaliste de la Coupe d’Algérie 2015-2016. L’UAFA a désigné trois enceintes pour abriter les matchs de cette compétition :

le stade du Caire, stade de la défense aérienne (Le Caire), et le stade international d’Alexandrie (Bordj Al Arab). Chaque club participant aura droit à 25.000 dollars américains, alors qu'en cas d'élimination au premier tour il empochera 100.000 dollars. Les demi-finalistes auront droit chacun à 200.000 dollars, le finaliste 600.000 dollars alors que le vainqueur recevra 2.500.000 dollars. La Coupe d'Arabe des clubs champions s'est arrêtée en 2013 suite au retrait de l'ancien sponsor majeur de la compétition.

retrait de l'ancien sponsor majeur de la compétition. T O P S M. FODIL TIKANOUINE NOUVEAU

T

O P S

M. FODIL TIKANOUINE NOUVEAU DTN

Ce lundi 10 avril 2017, le président de la Fédération algérienne de football, M. Kheïreddine Zetchi, a installé offi- ciellement M. Fodil Tikanouine dans ses nouvelles fonctions de Directeur tech- nique national. Cela s’est passé au Cen- tre technique national de Sidi Moussa en présence de M. Taoufik Korichi qui a assuré l’intérim à la tête de la DTN et qui continuera sa mission dans le dé- partement de la formation. Dans les jours à venir, l’ancien DTN par intérim et le nouveau DTN procède- ront aux passations de consignes avant que M. Tikanouine compose la nouvelle équipe technique avec laquelle il va tra- vailler.

DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

LES BLESSURES, LA GRANDE HANTISE

l Le football est un sport de contact où l’engagement est le plus

souvent porté à son paroxysme, et ce, surtout à l’approche de la fin des différents Championnats à travers le monde. Le «sabat-soulier » devient le moyen approprié pour faire la différence du moment que la plus part des matches restants sont considérées comme matchs couperet. Par conséquent, on ne se fait pas de cadeaux et tous les coups sont permis comme l’on dit dans le jargon de cette discipline. Il est vrai que dans ces batailles hebdomadaires, seuls les plus malins arrivent à sauvegarder ce qu’il peut . Il faut admettre que les joueurs les plus fragiles, ceux qui se sont blessés auparavant, deviennent les plus craintifs et évitent donc le plus souvent le choc frontal. Ils laissent la place à ceux considérés comme des « béliers », qui reculant devant aucun obstacle. Ce que l’on constate ces derniers temps, c’est que certains défenseurs connus par leur exubérance et leurs forces physiques leur permet de foncer devant rien. Par conséquent, au vu de leur comportement jamais contesté, ils sont devenus de véritables pièces-maîtresses de l’équipe. Lorsqu’on ne les voit plus sur le terrain, on commence alors à se poser la question. C’est le cas de Khoualed de l’USMA. Ce défenseur modèle, qui a rendu de grands services à son équipe, c’était longtemps absenté du rectangle vert suite à sa blessure avec l’USMA, au stade Mustapha-Tchaker de Blida, à l’occasion de la Super-Coupe d’Algérie —opposant le champion d’Algérie en titre et le détenteur de la Coupe d’Algérie. Il s’était fracturé le tibia et le péroné. Une grave blessure l’avait éloigné des terrains pendant presque six mois. Durant cette période il s’est fait soigner à Aspetar (Qatar) et «el hamdoulillah» il est revenu parmi les siens et ses coéquipiers. Paul Put doit cependant encore le ménager avant de le relancer dans la compétition. D’autres joueurs comme Derfalou, un jeune attaquant promis à un avenir radieux, n’a pas été épargné par les méchantes blessures qui l’ont, à chaque fois, éloigné, malgré lui, des terrains. On peut dire la même chose de Boukhemassa qui a perdu un peu de sa superbe à cause des blessures. Les joueurs qui se ménagent pas sont victimes de graves blessures. On peut ajouter aux joueurs de l’USMA, la révélation du MCA, le jeune Oussama Chita, un joueur qui suscite l’intérêt aussi bien chez nous qu’ailleurs. Avant même sa blessure, il avait émis le vœu de partir tenter sa chance dans un club européen à l’instar de Ferhat (ex- USMA). Mais voilà que la providence en décide autrement : il s’est blessé gravement et n’a pas pu allé aux JO de Rio de Janeiro en août 2016. Il n’a repris que récemment avec le MCA, mais timidement. Il fait toujours banquette n’étant pas en possession de tous ses moyens. D’autres joueurs comme Nekkache, Seguer et Demou sont dans le même cas, ou presque. Malgré le retour à la compétition après leurs blessures, ils ne sont plus les mêmes joueurs. On a cité le cas des blessés de ces deux équipes, mais la situation est analogue au niveau de chaque équipe. Un joueur victime de souffrance perd automatiquement une partie de ses capacités. Le plus souvent, ils ont un mal fou à revenir très vite au haut niveau. Cela est très difficile. Seuls ceux qui se blessent peuvent vous relater leurs traversées du désert, surtout que la relation avec leurs employeurs ne sont pas toujours une partie de plaisir. C’est un peu la descente aux enfers. On peut même dire qu’il s’agit d’un euphémisme ! Hamid Gharbi

Mercredi 12 Avril 2017

FORMATION DES FORMATEURS S’ADAPTER AU MARCHÉ DE L’EMPLOI La stratégie de développement des compétences des

FORMATION DES FORMATEURS

S’ADAPTER

AU MARCHÉ DE L’EMPLOI

La stratégie de développement des compétences des travailleurs, pour améliorer la compétitivité des entreprises, a été au centre d’un riche débat qui s’est tenu, hier à l’École supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun, à l’occasion de la 6 e édition des Journées d’étude sur la formation continue, au niveau de la circonscription d’Alger.

«L secteur a mobilisé

d ’ i m p o r t a n t s moyens, humains et

matériels, pour moderniser ses prestations et améliorer la prise en charge de la demande sur la formation », a affirmé le ministre de la Formation et de l’Ensei- gnement professionnels, Moha- med Mebarki estimant que « la formation des formateurs, de- vant dispenser un apprentissage répondant aux demandes du marché de l’emploi, constitue l’autre mission du secteur ». M. Mebarki a affirmé dans ce sens que le mode de formation (continue) revêtait une « grande importance » eu égard à son rôle fondamental en tant que levier privilégié pour le développement technologique et compétitif de l'économie, tout en garantissant la préservation de l'emploi et en assurant la promotion sociale des travailleurs. Dans son allocution, le mi- nistre a fait savoir que « l'objec- tif de ces journées est de sensibiliser, informer, et partager les avis et les attentes, sur le sys- tème et les dispositifs de forma- tion continue, que le ministère de la Formation et de l'Enseigne- ment professionnels développe, pour promouvoir et renforcer la formation et le perfectionnement des adultes, en particulier les tra- vailleurs. « A l’instar d'autres Etats, l'Algérie accorde une at- tention particulière à la forma- tion de la ressource humaine, qui est consacrée en tant qu'objectif stratégique et prioritaire dans les plans d'action du gouverne- ment », a-t-il indiqué. M. Mebarki a indiqué qu’ « aujourd'hui, avec un poten- tiel humain, matériel et pédago- gique important composé de plus de 1.200 structures de for- mation, couvrant tout le territoire

e

Ph. : Nesrine
Ph. : Nesrine

national, le secteur de la Forma- tion et de l'Enseignement profes- sionnels représente l'outil privilégié pour insuffler au sys- tème de formation continue la dynamique nécessaire, à la hau- teur de l'ambition du développe- ment ». Dans ce cadre, le responsable a affirmé que le sec- teur de la Formation et de l'En- seignement professionnels a mis en place un programme basé sur quatre principaux axes, à savoir

la réhabilitation de la fonction de formation au sein des entre- prises, la promotion de disposi- tifs d'appui à la formation

continue par l'ONDEFOC (

),

le renforcement des capacités in- ternes du secteur par la forma- tion de la ressource humaine spécialisée, et la mise en place d'un cadre législatif et réglemen- taire élaboré par une commission intersectorielle

50.000 travailleurs suivent des formations dans diverses spécialités

Le ministre a évoqué égale- ment la démarche de partenariat avec les entreprises mises en place par son département dans le cadre de sa politique d'adapta- tion de l'offre de formation aux besoins en qualifications du sec-

teur socio-économique, et qui contribue fortement à associer l'entreprise à la formation ini- tiale, et cerner la demande de qualification en qualité et en quantité. Une démarche impliquant, selon le ministre, des entreprises leaders, capables de contribuer à de véritables transferts technolo- giques et de savoir-faire, à tra- vers des établissements dédiés à

des filières, et à travers des éta- blissements d'excellence en par- tenariat avec des entreprises.

« A ce jour, notre politique de partenariat nous a permis de

conclure 124 conventions-cadre,

et de former plus de 601.800 tra-

vailleurs formés » a-t-il dit. Aussi, pour le premier se-

mestre de l'année 2016/2017, il

y a eu 11.230 conventions spéci-

fiques conclues au niveau local

« En moyenne, chaque année,

près de 40.000 à 50.000 travail- leurs suivent des formations dans diverses spécialités, dans le cadre de la formation continue sur la base de programmes à la carte », a-t-il révélé. Bien que récemment conclue, la mise en œuvre de l'accord-cadre a permis d'identi- fier, les besoins en formation continue pour quatre premiers secteurs, des Ressources en eau,

de l 'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, des travaux publics et de l'agriculture et de la pêche. « Des besoins qui s'élèvent à

86.000 travailleurs pour le quin-

quennat 2015-2019 et pour les-

quels nous avons déjà formé

27.000 travailleurs ».

Cinq autres secteurs seront concernés très prochainement à savoir le Tourisme, l'Artisanat et l'Aménagement du territoire, la Santé, la Population et la Ré- forme hospitalière, la Jeunesse et Sports, l'Industrie et des Mines et les Postes et Technologies de l'information et de la communi- cation. Par ailleurs, le ministre a in- diqué que l'organisation de cette rencontre qui a rassemblé des re- présentants de départements mi- nistériels, des chambres professionnelles, du patronat et des entreprises économiques et qui s'inscrit dans le cadre des rencontres régionales sur la for- mation continue, vise à enrichir l'ensemble des dispositions qui permettront à la formation conti-

nue de prendre la place qui lui

revient dans le développement économique et social et de

« contribuer au relèvement de l'expertise et de la performance professionnelles ». Assistant elle aussi a ces journées d’études , la ministre de la Poste et des Tech-

nologies de l'information et de

la communication, Iman Houda

Feraoun, a affirmé que la forma- tion continue pour les travail- leurs des entreprises économiques et des administra- tions est obligatoire et impor- tante, en ce sens qu'elle permet à ces derniers de s'adapter aux mu- tations qui opèrent dans le monde du travail à la lumière des développements des nouvelles technologies. Sarah A. Benali Cherif

M. BENSALAH S’ENTRETIENT AVEC L’AMBASSADEUR BANGLADAIS

CONSOLIDATION DES RELATIONS

Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a souligné lors d'une audience accordée à l'ambassadeur de la Répu- blique du Bengladesh à Alger, Mohammed Abdul Hye, l'importance de la di- mension parlementaire pour la consolidation des relations entre les deux pays. « La rencontre a per- mis de souligner l'impor- tance de la dimension parlementaire pour la consolidation des relations entre les deux pays et d'aborder les relations bilatérales historiques et le rôle joué par l'Algérie pour l'indépendance du Bengladesh », a indiqué le Conseil de la nation dans un commu- niqué. Les deux parties ont également affirmé « la dé- termination des dirigeants des deux pays à développer la coopération dans divers domaines » soulignant « la nécessité de tirer profit des potentia- lités des deux pays afin de hisser la coopération au niveau escompté ». Dans ce contexte, le président du Conseil de la Nation a « présenté ses remerciements à l'ambassadeur du Bengladesh pour l'organisation réussie par son pays de la dernière session de l'Union interparlementaire ».

du Bengladesh pour l'organisation réussie par son pays de la dernière session de l'Union interparlementaire ».

MDN

DEUX CANONS ET SIX BOMBES DÉTRUITS

Dans le cadre de la lutte antiterroriste et lors des opérations de recherche, des détachements de l’Armée nationale populaire ont détruit, le 10 avril 2017 à Skikda et Bejaia /5 e RM, deux canons de confection artisanale et six bombes", précise-t-on de même source. Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un déta- chement de l’Armée nationale populaire et des élé- ments de la Gendarmerie nationale "ont intercepté à Relizane /2 e RM, deux narcotrafiquants en pos- session de 46 kilogrammes de kif traité, tandis qu'un autre détachement a saisi 14.000 unités de différentes boissons à Biskra /4 e RM". Par ailleurs, un détachement de l'ANP a arrêté à In Guezzam et Tamanrasset /6 e RM, huit contrebandiers et saisi un camion, quatre véhicules tout-terrain, (1.750) litres de carburant, quatre détecteurs de métaux, (14) quintaux de mélange de pierres et d'or brut, une paire de jumelles et un téléphone satellitaire, tandis que des éléments de la Gendarmerie natio- nale et des gardes-frontières ont appréhendé à Tlemcen /2 e RM et à Adrar /3 e RM (32) immigrants clandestins de différentes nationalités.

COMMUNICATION ET VULGARISATION SCIENTIFIQUE

PROMOUVOIR LES TRAVAUX DES CHERCHEURS

Le Directeur général de la Recherche scien- tifique et du développement technologique (DGRSDT), Le P r Hafid Aourag a appelé, hier à Alger, à mettre en œuvre une stratégie natio- nale pour la vulgarisation scientifique, souli- gnant l’importance de cette discipline auprès de l’opinion publique. Lors d’une journée d’étude organisée à l’amphithéâtre Noureddine Nait-Mazi à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI) à Alger, en présence des maîtres de conférences et des spé- cialistes dans le domaine du journalisme scien- tifique, Hafid Aourag a souligné l’importance

scien- tifique, Hafid Aourag a souligné l’importance de la presse scientifique, notamment que des produits

de la presse scientifique, notamment que des produits intellectuels restent toujours collectés sans être exploitées. Il indiquera qu’il y a des médias étrangers qui font participer des scien- tifiques algériens, dont les anthropologues et les médecins. Notamment qu’il y a des espaces au niveau des universités qui permettent d’accom- pagner le chercheur et de vulgariser sa produc- tion, tout en respectant la hiérarchie et les droits d’auteur. Après avoir souligné l’importance de garantir la formation aux journalistes et aux mé- diateurs scientifiques, le conférencier a mis en exergue le rôle du sondage, en tant que moyen permettant au chercheur de relever le niveau in-

tellectuel du citoyen. C’est une condition indis- pensable pour connaitre l’ampleur des attentes du citoyen et des réponses à apporter pour sou- tenir le processus l’évolution du pays. Les intervenants ont soulevé une série de problèmes qui empêchent la promotion du jour- nalisme scientifique en Algérie, dont l’insuffi- sance des sources d’information et du coaching de la recherche scientifique, qui sont considé- rées comme le socle apte à enraciner une presse scientifique qui peut traiter les sujets scientifi- quement. Dans le même cadre, certains ensei- gnants précisent que la presse scientifique existe en Algérie, mais dans des secteurs bien

déterminés », indiquant que « nos quotidiens consacrent souvent des pages pour la médecine, sans aborder les autres thèmes, sachant que la presse scientifique ne concerne pas uniquement la médecine. Par ailleurs, des enseignants ont déclaré que notre presse aborde les sujets scien- tifiques dans des occasions bien précises. Le di- recteur de l’ENSJSI, le P r Abdeslam Benzaoui a mis l’accent sur l’importance de procéder à une exploitation optimale les thèses présentées par les étudiants, notamment les travaux qui se signalent par la pertinence de leurs thèmes et de leur utilité. Hamza Hichem

C OMME N TA IR E

L’INCERTITUDE TRUMP ?

la politique interne aux USA (America first). Ce revirement est perçu comme une véritable menace à l’ordre mondial. Les sondages effectués dans une dizaine de pays révèlent que plus de la moitié des interviewés pensent que le spectre de la guerre plane plus que jamais sur la planète. Le feu destructeur des 59 Tomahawks lancés dans la nuit du 6 au 7 avril a tout remis sur la table, les certitudes ont été ébranlées et les analyses prospectives complètement déroutées. On ne sait plus de quoi le lendemain sera fait… Le « comportement unilatéral et injustifié des États-Unis » augure-t-il d’une 3 e guerre mondiale. Ce reflexe à la Rambo fait peur au monde et le « retour du sheriff » relève de la

stratégie séculaire de cette nation dont les gènes sont imprégnés de suprématisme et d’hégémonisme. On louait le pragmatisme de cet homme d’affaires qui, croyait-on, allait révolutionner et épousseter la fonction de président. Et c’est le contraire qui se profile dans la gestion de Trump. La diplomatie et la géopolitique ne se gèrent pas telle une entreprise. Le pragmatisme d’un commerçant n’est pas du tout celui d’un chef d’Etat. Les équilibres mondiaux ne se négocient pas sur des terminaux à conteneurs. Ce qui saute aux yeux du commun des observateurs est l’absence de la moindre doctrine dans les dernières réactions de Trump. Sa réponse devant les gesticulations de la Corée du Nord en sont une preuve supplémentaire. Où veut aller Donald avec ses sorties d’un autre temps ? Peut-être, juste devenir vraiment Président des Etats-Unis.

Kamel Morsli

l Le monde est-il devenu incertain ? Depuis l’investiture de Donald Trump, une bonne partie de l’humanité

« ne se sent plus en sécurité ». La volte-face du Président américain sur le dossier syrien et l’action armée qu’il a engagée sur le terrain ont fini par dérouter les analystes et les politologues. Tous les pronostics sont désormais soumis à un grand nombre de paramètres aléatoires, entre autres, l’humeur de Donald et sa vision du monde derrière un prisme déformant. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les équilibres géopolitiques oscillaient fortement mais sans friser les points minima et maxima, les dangers d’embrasement étaient cycliques mais souvent atténués par le bon sens et les organismes internationaux. 70 ans après, le monde redécouvre le goût amer du risque de guerre globale.

Trump avait pourtant promis pendant sa campagne de se détourner des ingérences et de focaliser force et argent pour