Vous êtes sur la page 1sur 16
ÉDITORIAL RÉFORMER POUR UNIFIER l Le sommet de la Ligue arabe se tient à un
ÉDITORIAL RÉFORMER POUR UNIFIER l Le sommet de la Ligue arabe se tient à un

ÉDITORIAL

RÉFORMER POUR UNIFIER

l Le sommet de la Ligue arabe se tient à un moment où l’actualité régionale et

internationale interpelle, d’une façon particulière, l’organisation panarabe. La question syrienne, la crise en Libye, la guerre au

Yémen, la tragédie somalienne, la laborieuse reconstruction irakienne, le terrorisme qui frappe en premier les pays arabes, les déplacements de populations poussées par les violences imposent, plus que jamais, un front, une stratégie commune et une approche consensuelle, pour aller au-delà des clivages et des rivalités qui ont paralysé en permanence la Ligue arabe. La question palestinienne, régulièrement abordée, connaîtra-t-elle une avancée significative ? Le Président américain Donald Trump a invité le président de l'Autorité

palestinienne MahmoudAbbas à venir prochainement à la Maison-Blanche.Abbas a saisi l’occasion pour rappeler la «solution de deux États» à Trump qui avait, auparavant, pris ses distances avec cette option, lors de sa rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. La négociation a ceci de particulier. Elle s’installe dans la durée et ne peut porter ses fruits que si elle est inflexible sur le principe et souple sur la démarche. La Ligue arabe saura-t-elle apparaître comme une force cohérente, soudée face à cette question ? Le président du Conseil de la nation,Abdelkader Bensalah, qui représente le Président de la République,Abdelaziz Bouteflika, a souligne hier l’«absence d'une vision arabe unifiée» sur les grandes questions régionales. Il est nécessaire de mettre en place un projet arabe «pour lequel seront mobilisés tous les efforts et toutes les énergies à l’effet d’élaborer une stratégie efficiente pour la prise en charge de nos questions politiques et sécuritaires communes, et de réaliser les objectifs du développement global de nos pays sur les plans culturel, économique et social, afin de répondre aux aspirations de nos peuples, au progrès et à la prospérité». En fait, il y a un préalable qui appelle à un consensus, pour éviter que la Ligue arabe ne soit confinée dans une posture d’attente de solutions venues ou dictées d’organisations extérieures à son espace historique et traditionnel face à des problèmes qui engagent sa destinée. «La réforme de la Ligue arabe est l'un des moyens susceptibles de réhabiliter notre organisation afin qu’elle ait une influence sur le déroulement des évènements, ce qui nous permettra de gérer, par nous-mêmes, nos causes par des décisions que nous prendrons de notre plein gré, et non par des décisions dictées d’ailleurs», a affirmé M. Bensalah. «Compte tenu des évolutions et du contexte dont lequel vit le monde arabe (conflits et terrorisme), nous avons signalé que le monde arabe est en train de subir, sans toutefois avoir les moyens de règlement de ces conflits. Une telle situation est due à une paralysie du système de la Ligue et aux méthodes obsolètes qui sont à revoir», a également déclaré M. Messahel. L’Algérie est une voix écoutée. Son approche du terrorisme est citée comme un modèle par de nombreux pays et organisations internationales. En rencontrant M. Messahel, le représentant spécial de Poutine pour le Proche-Orient et l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov, et le représentant spécial de Donald Trump, chargé des négociations internationales, Jason Greenblatt, (deux pays, dont le poids dans les fora internationaux n’est même pas à démontrer), reconnaissent la justesse de la position et l’approche de l’Algérie qui s’emploie à trouver des solutions politiques et pacifiques aux crises par le dialogue inclusif et la réconciliation nationale. ÀAmman, le représentant du Président Bouteflika a rappelé notre démarche qui préconise l’élaboration, sous les auspices des Nations unies, d’une «stratégie internationale pour l’éradication du terrorisme et le tarissement de ses sources de financement, ainsi que notre approche face au fléau terroriste, basée sur le dialogue et la réconciliation nationale, et qui transcende la dimension sécuritaire aux aspects intellectuel, religieux et culturel, en tenant compte, notamment de l’aspect socio-économique et la consécration de

EL MOUDJAHID

l’État de droit».

M. SELLAL REÇOIT LE MINISTRE IRANIEN DE LA CULTURE

Un NIVEAUdequalité APPRÉCIABLE

P. 24

2 Radjeb 1438 - Jeudi 30 Mars 2017 - N° 16016 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

ASSASSINAT DES EXPERTS EN RD CONGO

L’Algérie

condamne

uncrime

«ABOMINABLE»

P.

24

P. 24

SOMMETARABE: L’EXPÉRIENCEDEL’ALGÉRIEENMATIÈREDELUTTEANTITERRORISTE

UNEXEMPLE

À SUIVRE

Déclarationd’Amman: prioritédelaquestionpalestiniennepour lanationarabe. ◗
Déclarationd’Amman: prioritédelaquestionpalestiniennepour lanationarabe.
M.BensalahplaidepourlaréformedelaLiguearabeetprônelerèglementpolitique
descrises.
M.Abbassaluelacontributiondel’AlgérieauxFondsd’El-Qodsetd’El-Aqsa,
etrejettetoutesolution«régionale»ou«temporaire».
Le président du Conseil de la nation,Abdelkader Bensalah, qui représente le Président
de la République,Abdelaziz Bouteflika, au 28 e sommet arabe, a mis met en exergue, hier
àAmman, les efforts de l’Algérie en faveur de la démocratie, et plaidé pour la réforme
de la Ligue arabe et le règlement des crises politiques et des conflits par les moyens
politiques et le dialogue, mettant l’accent sur l’importance de renforcer
la coopération antiterroriste.
PP. 3-4
LEPRÉSIDENTCONGOLAISSASSOU-N’GUESSOVISITEDES COMPLEXESMÉCANIQUESSPÉCIALISÉSÀCONSTANTINE SATISFACTION

LEPRÉSIDENTCONGOLAISSASSOU-N’GUESSOVISITEDES

COMPLEXESMÉCANIQUESSPÉCIALISÉSÀCONSTANTINE

SATISFACTION

duniveaudeperformance

P.

24

GROUPE SONELGAZ

INTÉGRATION des énergies renouvelables

P. 8

LÉG ISLATIVES DU 4 M AI

RÉUNION ÀALGER DES 48 COORDINATEURS DE LAHIISE

Des vides juridiques

À

COM BLER

L’UE, l’UAet l’OCI approuvent l’envoi d'observateurs.

P. 5

2

DE

Bouche

À

Oreille

EL MOUDJAHID

DEMAIN À 9H AU CIMETIÈRE D’EL-ALIA

Recueillement à la mémoire du chahid Ali Mellah

L’association Machaâl Echahid organise, demain à 9 heures, au cimetière d’El-Alia, un recueillement à la mémoire du chahid Ali Mellah dit Si Cherif.

demain à 9 heures, au cimetière d’El-Alia, un recueillement à la mémoire du chahid Ali Mellah
à la mémoire du chahid Ali Mellah dit Si Cherif. ENSOLEILLÉ Ensoleillé au Nord et au

ENSOLEILLÉ

ENSOLEILLÉ Ensoleillé au Nord et au Sud. Partiellement couvert à l’Ets et à l’Ouest. Températures (maximales-

Ensoleillé au Nord et au Sud. Partiellement couvert à l’Ets et à l’Ouest. Températures (maximales- minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (20° - 9°), Annaba (19° - 7°), Béchar (26° - 12°), Biskra (24° - 12°), Constantine (21° - 5°), Djelfa (21° - 8°), Ghardaïa (23° - 11°), Oran (27° - 11°), Sétif (20° - 6°), Tamanrasset (30° - 14°), Tlemcen (26° - 10°).

 

ACTIVITÉS MINISTÉRIELLES

 
 

M. Zitouni à Béjaïa

 

AUJOURD’HUI À SÉTIF

 
     
     
Conférence des directeurs de radio M. Hamid Grine présidera les travaux de la Conférence des

Conférence des directeurs de radio

M. Hamid Grine présidera les travaux de la Conférence des cadres de la radio algérienne, sous l’égide du ministère de la Communication. La conférence, qui réunira les directeurs centraux de la radio nationale et les directeurs des radios régionales et thématiques, portera sur la couverture, par la radio algérienne, des législatives.

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera, aujourd’hui, une visite de travail dans la wilaya, au cours de laquelle il présidera la cérémonie d’inhumation des

restes de martyrs.

 

LES 3 ET 4 AVRIL

 
 

DIMANCHE 2 AVRIL

   

M. Grine à Guelma

M. Tayeb Zitouni à Tlemcen

Le ministre de la Communication effectuera, les 3 et 4 avril, une visite de travail dans la wilaya de Guelma. Au programme de cette visite, une conférence que le ministère de la Communication organise, en partenariat avec la wilaya de Guelma, et qui entre dans la série des conférences du programme national de formation citoyenne, intitulé : «Connaître les médias, le citoyen a droit à une information fiable», prévue à 9h, à l’université du 8- Mai 1945. La conférence sera animée par Mohamed Bourouis, directeur la chaîne TV publique, A3, sur le thème : «L’information de proximité à l’épreuve de la dimension continentale de l’Algérie».

Le ministre des Moudjahidine, M. Tayeb Zitouni, effectuera, dimanche 2 avril, une visite de travail, au cours de laquelle il présidera la conférence historique sur le thème «L’acte politique dans la résistance populaire», et «Le Mouvement national et la Révolution de novembre».

 

M. Ould-Ali à Médéa

SAMEDI 1 er AVRIL À 9H À DAR EL-IMAM

M. Mihoubi à Tamanrasset

Le ministre de la Culture, M. Azzedine Mihoubi, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya, où il inspectera un certain nombre de projets dans les

domaines du patrimoine, du cinéma et du livre.

dans la wilaya, où il inspectera un certain nombre de projets dans les domaines du patrimoine,

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. El-Hadi Ould-Ali, effectuera aujourd’hui une visite de travail dans la wilaya, au cours de laquelle il s’enquerra de divers projets et présidera la cérémonie de remise des aides aux clubs amateurs.

cours de laquelle il s’enquerra de divers projets et présidera la cérémonie de remise des aides

Préparation du Ramadhan

Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Mohamed Aïssa, présidera, à Dar El-Imam, El- Mohammadia, l’ouverture de la conférence nationale de la réunion des cadres des affaires religieuses et des wakfs consacrée à la préparation du programme du mois de Ramadhan.

réunion des cadres des affaires religieuses et des wakfs consacrée à la préparation du programme du
 

DIMANCHE 2 AVRIL À 8H30 AU PALAIS DE LA CULTURE

   
SAMEDI 1 e r AVRIL

SAMEDI 1 er AVRIL

Journée mondiale de l’autisme

 

M. Nouri à Skikda

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, procédera à l’ouverture de la Journée mondiale de l’autisme, dimanche 2 avril, au palais de la Culture, à partir de 8h30.

 

Le

ministre

de

l’Aménagement du

l’Aménagement

du

territoire, du Tourisme et

 

de

l’Artisanat,

M.

 

LES 3 ET 4 AVRIL

 

Abdelouahab

Nouri,

 

M. Boudiaf à Biskra

 

effectuera, samedi 1 er avril,

une

visite

de

travail et

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, effectuera, lundi 3 avril, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya, et présidera la rencontre sur la santé au Sud, mardi 4 avril.

d’inspection dans

wilaya.

 

la

   

P ublicité

El Moudjahid/ Pub

ANEP 508024 du 30/03/2017

Jeudi 30 Mars 2017

L

é v éne m e nt

3

EL MOUDJAHID

SOMMET ARABE : L’EXPÉRIENCE DE L’ALGÉRIE EN MATIÈRE DE LUTTE ANTITERRORISTE

UN EXEMPLE À SUIVRE

l M. BENSALAH PLAIDE POUR LA RÉFORME DE LA LIGUE ARABE ET PRÔNE LE RÈGLEMENT POLITIQUE DES CRISES. l M. ABBAS SALUE LA CONTRIBUTION DE L’ALGÉRIE AUX FONDS D’EL-QODS ET D’EL-AQSA, ET REJETTE TOUTE SOLUTION « RÉGIONALE « OU « TEMPORAIRE ».

L Président du Conseil de la

nation, Abdelkader Bensalah,

affirmé hier que l'expérience

e

a

Abdelkader Bensalah, affirmé hier que l'expérience e a Le président du Conseil de la nation,Abdelkader Bensalah,

Le président du Conseil de la nation,Abdelkader Bensalah, avec le Roi de Jordanie,Abdellah ll.

du Président de la République a réitéré «le sou- tien indéfectible et constant de l'Algérie au peu- ple palestinien pour le recouvrement de ses droits légitimes, notamment l'édification d'un Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967 avec Al Qods pour capitale», précisant que pour atteindre cet objectif «les Palestiniens doivent resserrer les rangs pour réaliser la ré- conciliation nationale, seul moyen de recouvrer leurs droits nationaux légaux». De son côté, Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a salué le rôle constant de l'Algérie dans le soutien des Fonds d'Al Qods et d'Al Aqsa et du budget de l'Autorité nationale palestinienne. Dans une al- locution M. Mahmoud Abbas a présenté ses re- merciements à l'Algérie, «pays frère qui s'est acquitté depuis quelques jours, comme à l’ac- coutumée et sans retard aucun, du versement de sa contribution pour soutenir le budget de l'Au- torité palestinienne conformément aux déci- sions du sommet de Nouakchott». Concernant la crise en Libye qui «compro- met la paix et la sécurité dans ce pays», M. Ben- salah a indiqué que l'Algérie «n'a ménagé aucun effort pour faire aboutir le processus de règle- ment politique et consacrer le dialogue inclusif et la Réconciliation nationale entre toutes les parties libyennes. Elle n'a eu de cesse de rap- procher leurs vues et construire un véritable consensus national de manière à préserver l'unité de la Libye, sa souveraineté et sa cohé- sion sociale loin de toute ingérence étrangère, dans le cadre de l'initiative de l'ONU et en ap- plication de la Résolution 2259 du Conseil de sécurité». A cet effet, il a rappelé que l'Algérie «a ac- cueilli tous les belligérants libyens entre hommes politiques, parlementaires, acteurs, chefs de partis politiques et responsables mili- taires pour les encourager à concourir à une so- lution politique qui prémunirait le pays contre les dangers de la scission et du terrorisme», ajoutant que «l'Algérie abritera la 11 e réunion des pays du voisinage en avril prochain» dans le cadre de l'appui au règlement politique de la crise en Libye. Par ailleurs, M. Bensalah a in- diqué concernant la Syrie: «Nous sommes convaincus que le respect de la volonté du peu- ple syrien frère demeure le seul moyen de met- tre fin à la crise outre l'ouverture d'un dialogue inter-Syriens pour aboutir à une solution consensuelle qui préserve l'intégrité territoriale de la Syrie, sa sécurité, sa stabilité, et sa souve- raineté et partant mettre fin à l'effusion de sang du peuple syrien frère». Concernant la situation prévalant au Yémen, M. Bensalah a réitéré l'ap-

pel de l'Algérie «aux belligérants yéménites pour tourner la page des hostilités et de la guerre et opter pour le dialogue, la solution politique et la réconciliation afin de surmonter la crise», indiquant que de grands espoirs étaient fondés sur la reprise du dialogue et des négociations entre les frères yéménites, en vue de parvenir à un consensus politique garantissant l'unité, la souveraineté et la stabilité du Yémen et réaliser les aspirations du peuple yéménite frère.

RÉFORME DE LA LIGUE ET RÈGLEMENT POLITIQUE DES CRISES

M. Bensalah, a plaidé pour la réforme de la Ligue arabe et le règlement des crises politiques et des conflits par les moyens politiques et le dialogue, mettant l'accent sur l'importance de renforcer la coopération antiterroriste. «Les pays arabes sont appelés à conférer à la Ligue arabe davantage de confiance et de moyens lui permettant d'opérer le changement escompté, de garantir le principe d'égalité entre ses membres, de respecter sa souveraineté et d'unir nos rangs pour préserver la crédibilité de l'action arabe commune». Après avoir présenté un aperçu sur le «contexte difficile» que connaît la région arabe en l'»absence d'une vision arabe unifiée», M. Bensalah a estimé que la situation nécessitait la «mise en place d'un projet arabe pour lequel sera mobilisé tous les efforts et toutes les éner- gies à l'effet d'élaborer une stratégie efficiente pour la prise en charge de nos questions poli- tiques et sécuritaires communes et réaliser les objectifs du développement global de nos pays sur les plans culturel, économique et social afin de répondre aux aspirations de nos peuples au progrès et à la prospérité». Le président du Conseil de la nation a souli- gné que «la réforme de la Ligue arabe est l'un des moyens susceptibles de réhabiliter notre or- ganisation afin qu'elle ait une influence sur le déroulement des évènements, ce qui nous per- mettra de gérer, par nous-mêmes, nos causes par des décisions que nous prendrons de notre plein gré, et non par des décisions dictées d'ailleurs». Pour M. Bensalah, la «réforme de l'action arabe commune requiert la révision de la charte de la Ligue arabe et de ses institutions ainsi que ses relations avec son environnement direct et la réalité politique et sociale». «Cette réforme ne doit pas se limiter à cer- taines questions de forme, mais également por- ter sur les aspects liés à la gestion et à l'organisation», a-t-il expliqué. APS

algérienne dans le domaine de la lutte antiterroriste était «un exemple

à suivre». Dans une allocution lors

de la 28 e session du Sommet de la Ligue arabe, M. Bensalah qui repré- sente le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rappelé que «la menace terroriste pèse sur tous les pays sans exception et l'Algérie n'a eu de cesse de mettre en garde contre les risques du terrorisme et de l'extrémisme et d'appeler à la coor- dination des efforts avec la commu- nauté internationale face à ce fléau». L'Algérie a préconisé l'élabora- tion, sous les auspices des Nations unies, d’»une stratégie internationale pour l'éradication du terrorisme et le tarissement de ses sources de finan- cement», a encore rappelé M. Ben- salah. Il est revenu sur l'approche adoptée par l'Algérie face au fléau terroriste, basée sur le dialogue et la

réconciliation nationale et qui trans- cende la dimension sécuritaire aux aspects intellectuels, religieux et culturel en te- nant compte notamment de l'aspect socio-éco- nomique et la consécration de l'Etat de droit. «L'expérience algérienne articulée autour du dialogue inclusif est un exemple à suivre pour la concrétisation de la réconciliation nationale et le resserrement des rangs au profit de intérêt national loin de toute ingérence dans les affaires internes», a soutenu M. Bensalah précisant que «l'approche algérienne privilégie les solutions politiques pacifiques et consensuelles qui per- mettent aux peuples de disposer de leur avenir et prendre leur destin en main afin de réaliser leurs aspirations légitimes en termes de liberté, de dignité et de démocratie et de manière à pré- server leur souveraineté et leur intégrité territo- riale». M.Bensalah a, par ailleurs, souligné les efforts consentis par l'Algérie en faveur du «processus démocratique et de l'Etat de droit»

à la lumière des derniers amendements consti-

tutionnels, affirmant que l'Algérie avait pris les mesures nécessaires pour garantir le bon dérou- lement des prochaines législatives et assurer leur régularité. Le président de la Chambre haute du Parlement a passé en revue, les efforts de l'Algérie en faveur «du processus démocra- tique et de l'Etat de droit à la lumière des amen- dements constitutionnels substantiels ayant introduit des modifications importantes dont le contrôle de l'action gouvernementale par le par- lement». Dans le cadre de la mise en œuvre des réformes politiques initiées par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, «une Haute Instance indépendante de surveillance des Elections (HIISE) a été instituée pour ga- rantir le bon déroulement, la régularité et la transparence des prochaines échéances électo-

rales» a-t-il affirmé.

LA CAUSE PALESTINIENNE :

UNE QUESTION CENTRALE

Concernant la question palestinienne, M. Bensalah, a réaffirmé le soutien de l'Algérie à la cause palestinienne, appelant au règlement politique et par la voie du dialogue des crises prévalant en Libye, en Syrie et au Yémen. «Le rythme effréné des événements et des graves mutations qui secouent la région arabe ne de- vrait pas détourner notre attention de la souf- france et de la tragédie que vit le peuple palestinien pour recouvrer sa dignité et ses droits légitimes», a affirmé M. Bensalah dans son allocution aux travaux du 28 e Sommet de la Ligue arabe. A cette occasion, le représentant

É CLA IR A GE L’ÉPREUVE
É
CLA IR A GE
L’ÉPREUVE

l Réunis en Jordanie pour leur 28 e Sommet ordinaire,

les dirigeants arabes savent qu’ils sont attendus sur plusieurs dossiers pressants sur lesquels ils devront se pencher et surtout se les approprier de manière plus active. ,Les conflits en Syrie, au Yémen et en Libye, la lutte contre les groupes terroristes,Al-Qaïda et Daech qui sévissent, notamment en Syrie et en Irak, ainsi que la question palestinienne, sont censés être les priorités des dirigeants arabes. C’est leurs « problèmes internes « et sur cette base, c’est à eux d’apporter des solutions arabes qui tiennent compte avant toute chose de l’intérêt des pays en conflit, de leurs populations et de la région.Autre dossier figurant à l'ordre du jour celui de la réforme de la Ligue arabe qui s’avère impérative au regard de l’évolution du monde et des défis que le monde arabe est tenu de relever. L'Algérie dont la délégation au conseil ministériel a été conduite par M.Abdelkader Messahel, ministre desAffaires maghrébines, de l'union africaine

et de la ligue arabe a proposé une réforme globale et profonde du système d'action arabe commune. Selon des sources proches du sommet, « la déclaration d'Amman devra résumer la vision

arabe face aux défis qui se posent

à la région mais aussi le niveau

d'entente autour des questions intéressant le monde arabe «. Certes, il en sera certainement ainsi, car les dirigeants arabes auront comme à chaque fois à cœur de préserver une unité et un semblant de cohésion, même s’ils sont de façade, mais la question qui se pose est celle de savoir quel suivi en fera-t-on. Et pour cause, les dirigeants arabes ont habitué l’opinion arabe et même internationale à annoncer des choses qu’ils ne mettront pas en œuvre, car comme à chaque fois qu’il a fallu jouer collectif pour imposer une voie, leurs divisions, conflits et rivalités pour le leadership ont repris le dessus. C’est pourquoi d’aucuns parmi les observateurs font preuve de pessimisme, et ce avant le début de

cette 8 e session. Pis, ils soutiennent que le Sommet de Amman « ne sera pas différent des précédents «. Le démenti sera-t-il apporté par ceux qui sont aux commandes du monde arabe ? L’espoir est toujours permis quand bien même il n’est un secret pour personne que le monde arabe est présentement « faible, divisé et souffrant de

dysfonctionnements depuis de longues années «. Une réalité qui a fait qu’il n’est plus maitre de son destin. Ces dirigeants ont-ils la volonté de réagir. Le patron de l’ONU,Antonio Guterres, présent

à ce sommet avait lors d'une visite

dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari en Jordanie, a eu ces propos à méditer. « Quand les pays arabes sont divisés, cela permet à d'autres d'intervenir, de créer de l'instabilité, de favoriser les conflits et (la montée en puissance) des organisations terroristes «.

Nadia K.

L

é v éne m e nt

4

EL MOUDJAHID

SOMMET ARABE

DÉCLARATION D’AMMAN

PRIORITÉ À LA QUESTION PALESTINIENNE

Les dirigeants arabes ont adopté, à la fin des travaux de la 28 e session du sommet arabe, la «Déclaration d'Amman» qui réitère la priorité de la question palestinienne pour la nation arabe entière.

L par le secrétaire général de

Ligue arabe, Ahmed Abou

El-Gheit, le communiqué

u

la

de Ligue arabe, Ahmed Abou El-Gheit, le communiqué u la Abou El-Gheit a estimé importants les

Abou El-Gheit a estimé importants les pour- parlers d'Astana pour la poursuite du cessez- le-feu à l'intérieur des terres syriennes. Le communiqué final du sommet d'Amman a exprimé aussi le plein soutien des pays arabes au gouvernement irakien dans sa

guerre contre le terrorisme et leur appui à l'alliance arabe dans ses démarches visant à rétablir la légitimité au Yémen, soulignant le respect impératif de l'unité et de la souverai- neté de la Libye, de son intégrité territoriale et le refus de toute ingérence étrangère en

faisant prévaloir le dialogue poli- tique inclusif. Les dirigeants arabes ont condamné, en outre, le terro- risme sous toutes ses formes et ma- nifestations, appelant à lutter contre ce phénomène et à son éradication, et à l'assèchement de ses sources de financement et de pensée. Les solu- tions militaires et sécuritaires «ne suffisent plus à elles seules pour venir à bout du terrorisme», lit-on encore dans le communiqué final de cette conférence au sommet qui in- siste sur la nécessité d'œuvrer à la définition d'une «stratégie globale multidimensionnelle». Par ailleurs, le sommet arabe a accueilli favora- blement la création d'un cadre de concertation en couronnement des efforts consentis pour le renforce- ment de la coopération entre la Ligue arabe et le Conseil de sécurité, et l'établissement d'un partenariat effi- cace entre les deux institutions en

vue de concrétiser la sécurité et la stabilité dans la région. L'idée d'un sommet euro- arabe a été, elle aussi, approuvée par les di- rigeants arabes, «dans l'attente d'une concertation avec la partie européenne pour en fixer les date et lieu de sa tenue». (APS)

appelle la communauté internationale à respecter les décisions de la légalité internationale, à refuser le transfert de l'ambassade américaine à El-Qods occupée et à trouver le mécanisme idoine pour l'application de la déci- sion du Conseil de sécurité n o 2334 de 2016 qui énonce que l'occupation israélienne «constitue une violation flagrante du droit international et une pierre d'achoppement devant le pro- cessus de paix». Ils ont souligné également leur at- tachement au processus arabe de paix dans sa mouture proposée, lors du sommet de Beyrouth en 2002, rappe- lant que la paix juste et globale était «un choix stratégique, et le préalable réside dans la fin de l'occupation is- raélienne sur l'ensemble des terri- toires palestiniens et arabes occupés en 1967». S'agissant de la crise syrienne, le document insiste sur la «nécessité» d'un rè- glement politique avec anéantissement de toutes les organisations terroristes existantes, rappelant qu’il n’y a «pas de solution mili- taire» à la crise syrienne. D'autre part, M.

L’ARABIE SAOUDITE ABRITERA LA 29 e SESSION

L'Arabie saoudite a annoncé, par la voix de son ministre des Affaires étrangères Adel El-Jubeir, avoir accepté d'abriter les travaux du 29 e sommet arabe, à la demande des Émirats arabes unis. L'annonce a été faite, lors de la séance de clôture des tra- vaux du 28 e sommet. Depuis la création de la Ligue arabe, en 1945, les dirigeants arabes ont, jusqu'en 2016, tenu 39 réunions (27 sommets ordi- naires, 9 extraordinaires et 3 écono- miques), dont trois abrités par la Jordanie. Le sommet arabe extraordinaire, tenu en Égypte en 2000, avait décidé que le som- met arabe se tiendra régulièrement en ses- sion ordinaire chaque année, durant le mois de mars. Cette décision a été appli- quée, lors du sommet d'Amman (2001), qui avait coïncidé avec le 26 e anniversaire de la création de la Ligue arabe. (APS)

CRISE LIBYENNE

FAYEZ EL-SARRAJ SALUE TOUS LES EFFORTS EN FAVEUR DU RÈGLEMENT

Le chef du gouvernement d’union natio- nale libyen, Fayez El-Sarraj, a salué «tous les efforts, notamment de pays arabes, en fa- veur du règlement de la crise libyenne», dont l'initiative de l'Algérie et de l'Égypte ayant abouti à la «Déclaration de Tunis». Dans une allocution, lors de la 28 e session ordinaire du sommet arabe qui se tient dans la région de la mer Morte, M. El-Sarraj a af- firmé que les initiatives «doivent être fon- dées sur l'accord politique», ajoutant qu'il était temps de «parvenir à un consensus arabe concernant la crise libyenne et d'avan- cer sur la voie d'un règlement de la crise qui secoue le pays depuis 2011». «Je ne suis pas ici en tant que chef d'un gouvernement de guerre entre Libyens, mais d'un gouverne- ment d'union nationale», a dit M. El-Sarraj, affirmant que le processus politique en Libye «est passé par plusieurs étapes en commençant par l'accord politique (sous

étapes en commençant par l'accord politique (sous l'égide des Nations unies) et sur la base du-

l'égide des Nations unies) et sur la base du- quel le gouvernement libyen assume toutes ses responsabilités et s'engage à relever les défis sécuritaires et économiques auxquels fait face l'État libyen». Le responsable libyen a indiqué que le gouvernement d'union nationale «aspire à

l'édification d'un État civil qui garantisse le bannissement de la répression et de la dic- tature», exprimant son souhait de voir le sommet arabe s’employer à «aplanir les dif- ficultés qui se posent à l'accord politique, en appelant la chambre des députés à cesser d'entraver le gouvernement et d'engager un dialogue». Soulignant que le conseil prési- dentiel tendait sa main à tous les Libyens, M. El-Sarraj a affirmé que la communauté internationale «est témoin des résultats des forces armées contre l'organisation autopro- clamée «État islamique» (Daech) à Syrte, et que les défis d'éradication de cette organisa- tion existent toujours». Il a enfin souligné que la stabilité en Libye «implique la stabi- lité sécuritaire dans les pays voisins et dans le monde», appelant la communauté inter- nationale «à porter toute son attention sur la migration et le terrorisme et à respecter ses engagements». (APS)

MARGE DU EN SOMMET
MARGE
DU
EN SOMMET

ENTRETIENS DE M. BENSALAH - OULD ABDELAZIZ - MOHAMED ABDULLAHI MOHAMED - MOUSSA FEKKI - GUTERRES

RELATIONS BILATÉRALES ET LUTTE ANTITERRORISTE

Le président du Conseil de la nation,Abdelkader Bensalah, s’est entretenu avec le Président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz. Les entretiens qui se sont déroulés en marge des travaux du 28 e sommet arabe ont porté sur les relations bilatérales dans les domaines politique, économique et culturel. Les deux responsables ont, à la même occasion, renouvelé leur volonté de poursuivre la coopération et la concertation autour de toutes les questions d’intérêt commun, notamment la lutte contre le terrorisme et la situation au Mali. M. Bensalah s’est également entretenu avec le Président somalien MohamedAbdullahi Mohamed. M. Bensalah lui a présenté, au nom du Président de la République,Abdelaziz Boutefilka, les félicitations suite à son élection à la magistrature suprême, le 8 février dernier. À la même occasion, M.Abdullahi Mohamed a présenté un état des lieux de la situation politique, sécuritaire, économique et humanitaire dans son pays, abordant également les défis, notamment le terrorisme, auxquels fait face le peuple somalien. Il a, par ailleurs, adressé ses remerciements à l’Algérie, pour l’aide multiforme qu’elle accorde aux Somaliens. Le président du Conseil de la nation

s’est, également, entretenu avec le nouveau président de la Commission africaine, Moussa Fekki. À cette occasion, M. Bensalah a transmis à M. Fekki, au nom du Président de la République,Abdelaziz Bouteflika, ses vives félicitations, pour son élection à la tête de la Commission africaine, lors du dernier sommet de l'UA.

ACCORD DE PAIX ET RÉCONCILIATIONAU MALI : SUCCÈS DE LAMÉDIATION INTERNATIONALE DIRIGÉE PAR L’ALGÉRIE

Les discussions, avec le secrétaire général de l’organisation des Nations unies,Antonio Guterres, ont porté sur la situation politique et sécuritaire dans les régions d’Afrique du Nord et du Sahel. Les deux parties ont abordé également la situation au Sahara occidental occupé, et évoqué l’impasse que connaît le processus du règlement de ce conflit opposant le Maroc et le Front Polisario. À la même occasion, le secrétaire général de l’ONU a salué les efforts consentis par l’Algérie pour trouver une issue politique à la crise libyenne qui perdure depuis 2011, provoquant un impact négatif sur toute la région

de l’Afrique du Nord, du Sahel et même de l’Europe. Concernant la situation au Mali, M. Guterres a mis en valeur le succès de la médiation internationale, dirigée par l’Algérie, qui avait conduit à la conclusion, en 2015, de l’Accord de paix et réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, saluant le rôle de l’Algérie dans le processus de mise en œuvre de cet accord.

M. BENSALAH REÇOIT L’ENVOYÉ DU PRÉSIDENT RUSSE POUR LE PROCHE-ORIENT ET L’AFRIQUE DU NORD M.Abdelkader Bensalah a reçu le représentant spécial du président de la Fédération de Russie pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, Mikhaïl Bogdanov. Les deux responsables se sont entretenus sur les relations bilatérales et les moyens de les renforcer. Ils ont également passé en revue les points inscrits à l’ordre du jour de ce sommet. MM. Bensalah et Bogdanov ont par ailleurs examiné les dernières évolutions de la crise syrienne, et les efforts à même de ramener les différentes parties belligérantes à mettre un terme au conflit.

Jeudi 30 Mars 2017

N

a t io n

5

EL MOUDJAHID

LÉGISLATIVES DU 4 MAI

Réunion àAlgeR des 48 cooRdinAteuRs de lAHiise

DES VIDES JURIDIQUES À COMBLER

La concertation s’érige en norme durable au sein de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE). C’est un travail de tous les instants. Aux réunions internes qui ont été engagées entres ses responsables, et notamment les nombre permanents depuis son installation, s’est ajoutée la tenue, hier à Alger, d’une autre rencontre, première en son genre, et qui a regroupé les 48 coordinateurs de la HIISE.

L a séance inaugurale de cette réunion s’est tenue sous l’égide de M. Abdelouahab derbal. la suite des travaux y afférents à son ordre du

jour se sont poursuivis, cependant, à huis clos, sous la conduite des deux vice-présidents de la Hiise. dans une brève allocution, M. derbal a fait état d’entrée de quelques-unes des doléances que certains candidats aux législatives ont eu à formuler au niveau de quelques permanences de wilaya de la Hiise. des réclamations essentiellement en rapport avec les délais fixés, d’une part, pour la collecte de signa- tures, et, d’autre part pour ce qui est du traitement des recours déposés par les candidats au niveau des tribunaux administratifs.

Autant pour le premier, que pour le second constat, ces deux étapes relevant du processus élec- toral se caractérisent, de l’avis de M. derbal, par «un vide juridique qu’il y a lieu de combler ultérieure- ment». du reste, et s’agissant de son appréciation quant à l’évolution du processus électoral, le prési- dent de la Hiise se dit «globalement satisfait». les principes de neutralité et de respect des lois de la République ont constitué par ailleurs ce leitmo- tiv sans cesse répété par M. derbal dans ses instruc- tions à l’adresse des 48 coordonnateurs représentants de la Hiise au niveau des wilayas. usant de propos ne souffrant aucun équivoque, il a clairement exigé dee «ne pas exploiter la qualité de membre de l’ins- tance à des fins personnelles, au service d’un parti donné ou au profit de certaines idéologies». «la Hiise est un allié naturel de toute partie qui veut concourir à un processus», a encore soutenu M. der- bal. il a aussi assuré que la Haute instance indépen- dante de surveillance des élections s’est très vite distinguée comme une «référence pour tous les par- tenaires du processus électoral et un refuge, aussi bien pour les candidats que pour les représentants des partis et des listes indépendantes». il s’agit, ajoute M. derbal, d’«un indicateur po- sitif» certifiant du bon fonctionnement de la Hiise, dont les représentants, à travers l’ensemble du terri- toire du pays, ont été félicités, au passage, pour leur gestion des saisies et des plaintes déposées par les candidats et les partis politiques. celles-ci ont été

les candidats et les partis politiques. celles-ci ont été traitées, ajoute encore le président de la

traitées, ajoute encore le président de la Hiise, dans la légalité absolue, tout en «veillant à faire la distinc- tion entre celles qui s’articulent autour de la régula- rité des procédures légales et celles motivées par l’engouement irréfléchi à la candidature», a t-il ex- pliqué.

Derbal : « La charte du ministère de la Communication est une avancée notable. »

sur un autre volet, le président de la Hiise a ap- pelé, lors de la rencontre d’hier, à l’élargissement du champ d’interaction avec les médias, pour «inculquer la culture du dialogue serein et responsable, loin du sensationnel». dans la même optique, il a qualifié d’«avancée notable», le contenu de la charte et celui de la circu- laire adressés mardi par le ministère de la commu- nication à l’ensemble des médias. Aussi bien la charte que la circulaire en question, ces deux docu- ments traitant de la couverture médiatique des légis- latives du 4 mai constituent, de l’avis de M. derbal,

«un appel à l’adresse des professionnels de la presse, invitant ces derniers à une application stricte de la loi, mais aussi au respect dévolu des journalistes pour tout ce qui est moralité, éthique et déontologie propre

l’exercice de leur métier». Pour le président de la Hiise, les médias, par leur capacités d’influencer l’opinion, ont un rôle impor- tant à assurer, dans le cadre de ce processus électoral pour les législatives du 4 mai. «la Hiise assure les journalistes de sa coopéra- tion pleine et entière, pour garantir le bon déroule- ment de ce rendez-vous électoral», a encore ajouté M. derbal. Quant à la réunion d’hier des 48 coordi- nateurs de la Hiise, M. derbal a expliqué par ail- leurs que celle-ci se rapporte, non pas uniquement aux préparatifs de la compagne électoral, prévue du 9 avril au 30 du même mois, mais aussi cette réunion

à

a

eu à se pencher également sur les conditions qu’il

y

a lieu de réunir, de façon à ce que le jour du vote,

c’est-à-dire le 4 mai, soit accueilli dans la sérénité et le respect absolu de la loi. Karim Aoudia

L’UE, L’UA ET L’OCI APPROUVENT L’ENVOI D’OBSERVATEURS

M. Abdelouahab derbal a affirmé que l'union eu- ropéenne (ue), l'union africaine (uA) et l'organisa- tion de la coopération islamique (oci) avaient approuvé l'envoi d'observateurs internationaux, à la demande de l'Algérie, dans le cadre des élections lé- gislatives du 4 mai, estimant que cette démarche était une preuve de plus de la volonté de l'Algérie d'orga- niser des élections «libres et régulières». en marge d'une réunion d'évaluation ayant réuni les présidents des permanences de wilaya relevant de la Hiise, M. derbal a précisé que le «ministre d'état, ministres des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Ramtane lamamra, a adressé, au nom de l'Algérie, une invitation à l'ue pour l'envoi d'ob- servateurs, dans le cadre des prochaines législatives, une demande qui a été approuvée par cette instance en tant que seule partie habilitée à fixer leur nombre et la date de leur déplacement en Algérie». «l'uA et l'oci ont accepté également cette demande», a-t-il

ajouté, rappelant que la ligue arabe avait annoncé l'envoi de près de 110 observateurs qui se rendront en Algérie fin avril prochain. le responsable a souligné que les invitations adressées par l'Algérie à ses instances internationales dénotaient sa volonté de garantir des élections «ré- gulières et crédibles», conformément à la dernière constitution amendée. concernant le lien entre les plages horaires consacrées par certains médias au- diovisuels nationaux et l'importance du nombre de candidats, ce qui constitue, pour certains partis poli- tiques, «un parti pris en faveur des grandes forma- tions (pro-gouvernement), M. derbal a estimé qu'il était inconcevable qu'un parti qui participe dans un nombre limité de wilayas bénéficie de la même plage horaire accordée au parti présent au niveau de toutes les circonscriptions électorales. la Haute instance indépendante de surveillance des élections veille à l'élaboration d'un programme

cAMPAgne électoRAle

de «distribution équitable» des plages horaires consa- crées à l'intervention des candidats et représentants des partis politiques via les médias audiovisuels, en œuvrant à son application dans le cadre de la cam- pagne électorale, dont le lancement est prévu en avril. concernant les saisines parvenues à la Hiise, M. derbal a évoqué celles relatives aux listes électorales, dont le nombre «ne dépasse pas 7 sur l'ensemble des communes», ajoutant que le champ restait ouvert pour ce type de saisines. «cependant, les saisines relatives aux signatures sont plus importantes, ce qui est tout à fait normal, vu que le nombre de signatures peut atteindre des centaines de milliers», a-t-il affirmé. il a indiqué, en outre, que «l'utilisation d'une application informa- tique permettant d'identifier la personne signataire dès l'introduction de sa date de naissance a permis l'annulation de plusieurs signatures».

LES PARTIS PEAUFINENT LEUR STRATÉGIE

en prévision de la campagne élec- torale prévue à partir du 9 avril pro- chain, les partis politiques en lice pour les élections législatives du 4 mai 2017 peaufinent et finalisent, chacun son rythme, les détails de leur stratégie de campagne. Au parti du Front de libéra- tion nationale (Fln), les réunions des différentes commissions devront déga- ger un accord autour d'un programme national à distribuer à travers toutes les wilayas du territoire national, selon Ahmed Boumehdi, membre dirigeant de cette formation politique. le Rassemblement national démo- cratique (Rnd se prépare à mener sa campagne qu'il entamera dans une wi- laya de l'est, «loin des slogans et à tra-

vers un discours direct et franc», a ap- pris l'APs auprès du responsable de communication du parti seddik chihab. l'alliance Mouvement de la société pour la paix (MsP), et Front du chan- gement (Fc) a adopté, pour sa part, «un programme unique» élaboré par son instance électorale nationale sur le thème «ensemble pour une Algérie prospère et sûre». les meetings inauguraux et de clô- ture seront animés conjointement par les présidents des deux partis. le Parti des travailleurs (Pt), quant à lui, devra déterminer, en cours de semaine, son slogan électoral et le lieu de lancement de sa campagne, alors que le Front na- tional algérien (FnA) a choisi la wilaya

d’Aïn defla pour lancer la campagne dans le cadre d’un programme pour le- quel le slogan «Pour le changement et la défense de la justice sociale» a été re- tenu.

Les réseaux sociaux présents en force

les formations politiques qui pren- nent part à la course pour les prochaines élections législatives ont investi les es- paces virtuels, pour séduire le maxi- mum d'électeurs. le bureau politique du Fln y prépare une réunion, pour dé- finir la stratégie de communication à adopter. «un programme national unique», dont le sg du parti avait dé- cliné les grandes lignes, lors de ces der-

nières réunions avec les candidats, sera mis en œuvre. tous les moyens sont disponibles pour se rapprocher des électeurs, affirme-t-on au sein du parti. Pour l'Alliance MsP-Fc, «les sites web figurent parmi les espaces qui permet- tront de gagner des millions d’élec- teurs». le responsable de la communication de l'alliance, Abdallah Ben Adjaimia, a indiqué que les ré- seaux sociaux «occuperont une place de choix dans la stratégie électorale». il a également souligné l'importance de l'action de proximité qui favorise le contact direct avec les citoyens. d'au- tres formations politiques privilégient l'action de proximité dans leur stratégie de communication électorale.

Rnd

PLAIDOYER

POUR

ACCÉLÉRER

LATRANSITION

ÉCONOMIQUE

le Rassemblement natio- nal démocratique consacrera une «place centrale» au volet économique dans son pro- gramme électoral en prévision des législatives du 4 mai pro- chain, plaidant en faveur d'une «accélération» de la transition économique, à travers le main- tien et le renforcement du sou- tien à l'investissement productif de biens et de ser- vices. «l'Algérie doit prendre les mesures nécessaires pour maintenir et renforcer le sou- tien à l'investissement produc-

tif de biens et de services qui,

à court et moyen terme, sera

créateur d'emploi, mais aussi

recettes nouvelles pour

l'état», préconise le Rnd dans son programme, soulignant que l'actuelle crise financière

«ne doit pas entraîner les mêmes conséquences que celles engendrées par les pré-

cédentes crises ayant touché le pays durant les années 1980 et

1990».

à cet effet, les députés du

parti travailleront, entre autres,

au «maintien des avantages fiscaux et parafiscaux destinés

à la promotion de l'investisse-

ment et à assurer l'accompa- gnement des entreprises en difficulté et l'encouragement de la mise à niveau des petites et moyennes entreprises». selon le Rnd, le maintien de l'appui de l'état à l'investisse- ment économique devra «bé- néficier aux secteurs industriel et agricole, et aux différentes banches des services dont le tourisme». Ainsi, pour le développe- ment du tourisme, le parti plai- dera pour «le soutien des avantages fiscaux et parafis- caux, la bonification des cré- dits d'investissement, ainsi que la préservation de l'environne-

ment, la restauration des sites historiques, culturels et ar- chéologiques, l'aménagement des zones d'extension touris- tique et la préservation des parcs nationaux». le secteur agricole n'est pas en reste dans le pro- gramme du parti, puisqu'il ap- pelle à «accompagner et intensifier le renouveau de ce secteur, principal pourvoyeur

d'emplois et susceptible de ré- duire la dépendance alimen- taire envers l'étranger, et même de dégager des surplus pour l'exportation».

ce titre, les candidats du

Rnd s'engagent à «maintenir et accroître le soutien de l'état au développement de l'agricul- ture, ainsi que le développe- ment de l'industrie de transformation de produits agricoles, pour garantir des dé- bouchés et des revenus aux agriculteurs, et aussi encoura- ger les éleveurs par des incita- tions diverses, notamment l'aliment du bétail à des prix subventionnés durant les pé- riodes d'hiver ou de séche- resse». Pour le développement de l'agriculture nationale, il est aussi nécessaire de «prohiber l'importation de produits agri- coles ou d'élevage chaque fois que la production nationale permet de répondre aux be- soins de la population». (APS)

de

à

Jeudi 30 Mars 2017

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

N 6 a t io n EL MOUDJAHID Journée d’étude au Conseil de la nation ÉCONOMIE

Journée d’étude au Conseil de la nation

ÉCONOMIE DE LA SANTÉ

DANS LA PRISE DE DÉCISION POLITIQUE

«La place de l’économie de la santé dans la prise de décision politique et l’évaluation du plan national de lutte contre le cancer», telle est la thématique débattue, hier au siège du Conseil de la nation, à la faveur d’une journée d’étude organisée par la commission santé, affaires sociales, travail et sécurité sociale de la chambre haute du Parlement.

l ’objectif assigné à l’organisation de cette rencontre, soulignent ses initiateurs, consiste à « amorcer la réflexion prospec-

tive sur les défis que doit relever l’algérie pour

optimiser le système de soins face aux dyna- miques démographiques, épidémiologiques et aux coûts croissants des innovations thérapeu- tiques dans le contexte actuel ». il convient de signaler dans ce contexte qu’en 2016, les dé- penses de santé dans notre pays étaient chiffrées à plus de 12 milliards de dollars, soit, 7,2% du PiB. a elles seules, les dépenses pharmaceu-

tiques s’élèvent à 3 milliards de dollars ; ce qui correspond à 1,8% du PiB et à 25% des dé- penses de santé. l’autre chiffre important mis en exergue à la faveur de cette rencontre c’est que

« 90% de la population est couverte par les ré-

gimes nationaux d’assurance santé » et qu’en matière de couverture sociale, les dépenses de remboursement du médicament sont de 199,03 milliards de da en 2016, soit, + 4,2% par rap- port à 2015. dans son intervention, M me louisa Chachoua, membre du Conseil de la nation et modératrice de cette journée relève que « le concept de la pharmaco-économie s’impose, au- jourd’hui, dans le monde de la santé ». elle fera remarquer que l’augmentation régulière des dé- penses de santé et les problèmes d’organisation liés aux systèmes de santé ont effectivement conduit à s’interroger sur le financement des in- novations thérapeutiques. aussi, « s’il est vrai que le coût des innovations thérapeutiques justi- fie à lui seul, la nécessité de développement de la pharmaco-économie, la réduction des res- sources destinées à financer les soins de santé dictée par le contexte économique actuel, en fait désormais une nécessité absolue », soutient haut et fort le Pr Chachoua ajoutant que « c’est pour

ces raisons que l’évaluation médico-économique constitue pour les acteurs de santé et pour les dé- cideurs politiques, un outil d’analyse décision- nelle particulièrement indispensable et qu’elle est, aujourd’hui, de plus en plus intégrée dans les réflexions sur les stratégies de soins et dans la mise en place des programmes de santé ». les quatre conférenciers ont abordé, lors de cette journée, plusieurs volets liés à la thématique en question. intervenant de prime abord, le Pr Mon- dher toumi, professeur de santé publique à l’université d’aix-Marseille, a présenté une

« vue d’ensemble des modèles économiques en

europe pour le remboursement des innovations thérapeutiques en matière de maladies non trans- missibles ». Pour sa part, le Pr. Miloud Kaddar,

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

économiste de la santé et consultant indépendant,

a axé son intervention sur la « balance entre les

innovations thérapeutiques et les contraintes budgétaires ». Convié ensuite à prendre la pa- role, le dG de la sécurité sociale au ministère du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, M. djawad Bourkaib, a présenté une communica- tion consacrée au « système de remboursement des innovations thérapeutiques en matière de maladies non transmissibles ».

Évaluation du plan national de lutte contre le cancer : satisfecit du P r Zitouni

enfin et avant l’entame des débats, c’était au

tour du Pr. Messaoud Zitouni, membre du Conseil de la nation et chargé de la coordination, du suivi et de l’évaluation du Plan national anti- cancer 2015-2019, de procéder à une évaluation du plan national de lutte contre le cancer, à la lu- mière des nouvelles innovations. Ce que l’on retiendra notamment de cette journée, c’est que des efforts colossaux et que des investissements considérables ont été faits pour introduire des innovations thérapeutiques et en faciliter l’accès à ceux qui en ont besoin et le plan national anti-cancer en est l’exemple. il

a été également mis en exergue que « se passer

des innovations thérapeutiques n’est pas une op- tion, même en situation de contrainte budgétaire forte. elle serait, de plus préjudiciable aux pa- tients concernés ». Cela dit, s’accordent à dire les participants à cette rencontre, « plus d’inno- vation en matière d’organisation, de politique et de régulation sont indispensables pour limiter les

besoins en ce domaine, faire les meilleurs choix

possibles et réduire, dans la mesure du possible,

la facture relative aux dépenses de la santé. Pour

ce faire, il sera mis l’accent notamment sur toute l’importance de la prévention et du dépistage précoce, l’évaluation médico-économique qui

« doit être introduite et utilisée à tous les niveaux

pour décider des interventions, technologies et produits à promouvoir et à utiliser ; ce qui exige des données précises », le développement d’un écosystème favorable à la meilleur utilisation et adaptation des innovations thérapeutiques, au dialogue entre les disciplines scientifiques, à la créativité et à la responsabilisation. il est ques- tion également, relève-t-on, de développer da- vantage l’intelligence économique et scientifique pour une « connaissance fine » du marché inter- national, de ses acteurs, opportunités et ten- dances pour négocier de nouveaux types de contrats entre opérateurs algériens et firmes pharmaceutiques dans une perspective à moyen et long terme. Pour ce qui est de l’évaluation du plan national de lutte contre le cancer, Pr Zitouni

a fait part de son satisfecit. il faut dire, en effet qu’aujourd’hui, beaucoup de réalisations ont été faites en matière de lutte contre les facteurs de risque des maladies non transmissibles telles que

le cancer. le Pr Zitouni mettra également en re-

lief, dans ce cadre, la forte mobilisation des pro- fessionnels de la santé ainsi que la participation riche des membres aux réunions des groupes thé-

matiques, avec des contributions de qualité. il faut savoir que budget alloué au plan anticancé- reux s’élève à 180 milliards de da, auxquels

s’ajoute l’argent du Fonds spécial pour le cancer.

« en somme, plus de 200 milliards de da sont

consacrés à la lutte anti-cancer », sachant que

« la prise en charge annuelle d’un malade atteint de cancer s’élève entre 30 et 50 millions de da ». il est à noter également qu’au moment où les autres maladies nécessitent un traitement dis- pensé par un ou plusieurs praticiens spécialistes, la prise en charge du cancer exige, quant à elle, toute une « armada » de médecins pour chaque patient ; ce qui n’est pas sans générer d’impor- tantes dépenses.

Le nombre d’accélérateurs est passé de 7, en 2013, à 21 dans le secteur public et 8 dans le secteur privé

il faut dire que le renforcement des capacités de financement de la prise en charge des cancers, notamment par l’optimisation des ressources dis- ponibles et la rationalisation de leur utilisation a été souligné lors du Conseil des ministres du 24 mai 2015 suite auquel le plan national anticancer 2015-2019 a été entamé. Pour ce qui est des pro- blèmes liés à l’indisponibilité des produits de chimiothérapie, au manque de services d’onco- logie, aux rendez-vous (éloignés) pour les séances de radiothérapie ceux-ci relèvent du passé. en effet, les délais des rendez-vous de ra- diothérapie sont passés de 18 à 1 mois au niveau de la plupart des centres et ce, « grâce à l’aug- mentation du nombre d’accélérateurs, qui est passé de 7, en 2013, à 21 actuellement dans le secteur public et 8 dans le secteur privé ». le plan national anti-cancer s’articule, faut-il le rap- peler, autour de l’amélioration, de la prévention contre les facteurs de risques, des possibilités de dépistage de certains cancers, ainsi que des ca- pacités de diagnostic. Ce même plan tend à la re- dynamisation du traitement dans l’interdisciplinarité, l’organisation de l’orienta- tion, de l’accompagnement et de suivi du patient, le développement de la communication sur le cancer, le renforcement de la recherche en can- cérologie, et le renforcement des capacités de fi- nancement de la prise en charge des cancers, notamment par l’optimisation des ressources dis- ponibles et la rationalisation de leur utilisation. le Pr. Zitouni tout en mettant l’accent sur l’im- portance de la prévention et le dépistage, qui de- meurent tout aussi importants que le traitement, a, par ailleurs, émis une proposition relative à la création d’une instance regroupant l’ensemble des centres anti-cancer (CaC), elle aurait notam- ment « un statut particulier, une large autonomie et aussi une gestion assouplie ». Soraya Guemmouri

aMénaGeMent de la CaPitale

DES CRÉDITS SANS INTÉRÊT AUX JEUNES PORTEURS DE PROJET

« la wilaya d’alger va octroyer des crédits à zéro intérêt, ainsi que des locaux aux jeunes diplômés porteurs de projet créateurs de richesses ». C’est l’engagement solennellement exprimé hier, par la wali d’alger, ab- delkader Zoukh, en marge d’une visite de travail et d’inspection au niveau de plusieurs chantiers de la capitale. il explique, ainsi, que la wilaya d’alger ambitionne de s’inscrire dans la dyna- mique économique en exploitant les opportunités de création d’emploi qu’offre la mise en œuvre du Plan di- recteur d’aménagement et d’urba- nisme de la ville d’alger (Pdau). le premier responsable de la capitale a indiqué dans ce contexte que cette dé- cision intervient suite à l’accord de coopération conclu récemment, entre la wilaya d’alger et la région d’ile- de-France. « Cet accord définit les plans d’action communs pour 2017 dans les domaines de l’aménagement urbain et des transports, de l’innova- tion et de l’entrepreneuriat, de la coo- pération universitaire et de la culture, du patrimoine et du tourisme », a-t-il dit. Zoukh a fait savoir dans ce sens que le Pdau comprend pas moins de 82 projets structurants fonctionnant comme un support du développement harmonieux et durable du territoire sti- mulant un processus effectif de régé- nération des centres urbains « c’est un formidable levier d’innovation et d’idées à saisir pour les jeunes com- pétences », s’est-il enthousiasmé.

Ph : Louiza
Ph : Louiza

La 22 e opération de relogement avant les législatives Concernant la 22 e opération de re-

logement, le responsable a assuré que celle-ci interviendra prochainement.

« Cette opération est prévue avant les

prochaines échéances législatives », a- t-il dit sans toutefois préciser la date exacte de son lancement. « nous sommes en phase de la finalisation des listes des bénéficiaires », a-t-il rassuré. il a indiqué que le dans le cadre de cette 22 e opération, il sera procédé au relogement des habitants des haouchs et des habitations indécentes (ba- raques, logements exigus et précaires). selon le responsable, le dossier des haouchs nécessite une étude approfon- die pour séparer les haouchs agricoles de ceux relevant des communes ou ap-

partenant à des privés. M. Zoukh a in- diqué que les fortes intempéries enre- gistrées récemment ont été à l’origine du retard du la finalisation de la 22 e opération. « Ces intempéries ont re- tardé l’aménagement extérieur des

nouvelles cités, a-t-il expliqué, ajou- tant qu’il a fallu attendre quelques temps pour parachever les travaux. « C’est une question de temps seule- ment, les citoyens doivent nous com- prendre et patienter », a-t-il dit. le wali d’alger a annoncé, dans ce sens, la remise de 2.000 clefs aux souscrip- teurs aux logements sociaux participa- tifs (lsP) dans le cadre de cette 22 e opération de relogement, rappelant que le nombre global de ces loge- ments au niveau d’alger est de 42.000 unités, dont 21.000 ont été distribués. ajoutant qu’elle sera suivie directe-

ment de la 23 e opération qui concer-

hectares pour l’ouverture de nouveaux

nera

les habitants de logements étroits.

« tous les dossiers des habitants de la capitale ayant souscrit au logement en raison de l’étroitesse de leur habitation seront pris en charge », a-t-il indiqué

en préciser le nombre. s’agissant

sans

cimetières afin de couvrir le déficit que connaît la capitale en la matière :

« Près de la moitié des cimetières d’alger, particulièrement ceux du cen- tre-ville, sont actuellement saturés et la wilaya se doit de répondre aux be-

des

citoyens exclus des opérations de

soins des citoyens dans ce domaine ».

relogements, M. Zoukh a fait savoir

il a rappelé dans ce sens, que la

que

tous ceux qui se sentent lésés,

wilaya d’alger dispose que de 138 ci-

peuvent introduire des recours au ni-

metières, « 13 autres sont en cours de

veau des bureaux d’accueil de leurs

réalisation. Ces nouveaux sites préa-

quartiers respectifs. « la wilaya d’al-

lablement localisés mettront fin à

ger

a désigné un médiateur adminis-

l’idée reçue que les cimetières de la

tratif au niveau de la wilaya, chargé de

capitale ne peuvent plus recevoir de

la réception quotidienne des recours

dépouilles mortuaires », a-t-il révélé.

des

citoyens », a indiqué M. Zoukh

sur un autre volet, le responsable a ap-

tout

en ajoutant que « les personnes

pelé à un peu plus d’implication des

exclues peuvent faire plusieurs re-

citoyens en leur demandant de réduire

cours à la suite desquels la commis-

le gaspillage du pain. « Ce sont des

sion

chargée de l’examen de ce genre

tonnes de baguettes de pain, déplore-

de doléances, se chargera du règle- ment de leur situation au cas ou ceux-

t-il, qui sont jetées quotidiennement dans les poubelles. Chacun doit faire

ci ouvrent réellement droit au

logement ». Mettant à profit cette op- portunité, Zoukh a appelé les algérois à voter massivement lors des pro- chaines échéances électorales. « Je trouve que c’est malhonnête de de- mander ses droits et n’accomplir aucun de ses devoirs en tant que ci- toyen », a-t-il répliqué.

50 nouveaux hectares consacrés aux cimetières

Par ailleurs, Zoukh, a fait savoir

que la wilaya d’alger consacrera 50

des efforts pour que ce gaspillage soit stoppé ». Pour conclure, il convient de souligner que plus de 25 haltes ont constitué des étapes de la visite et de l’inspection effectuée par le wali et l’importante délégation de collectivi- tés locales qui l’accompagnait. une visite qui les a menés dans les communes de reghaïa, rouiba et Hraoua. le wali a inauguré par la même occasion plusieurs structures et donné le coup d’envoi à différents projets dont les travaux seront engagés incessamment. Sarah A. Benali Cherif

N

EL MOUDJAHID

a t io n

7

NOUVELLE LOI SUR L’INVESTISSEMENT

UN INSTRUMENT

DE PROMOTION DE L’ÉCONOMIE

PROMULGATION DES TEXTES D’APPLICATION.

Les textes d’application de la loi 16-09 relative à la promotion de l’investissement ont été publiés au Journal officiel n° 16. Il s’agit de six décrets exécutifs qui ont pour objectif de réorganiser l’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi), de fixer les listes négatives, les seuils d’éligibilité et les modalités d’application des avantages aux différents types d’investissement et des avantages supplémentaires accordés aux investissements créant plus de cent emplois, de fixer les modalités du suivi des investissements et aux sanctions applicables pour non-respect des obligations et engagements souscrits, de fixer les modalités d’enregistrement des investissements et le montant de la redevance pour traitement de dossiers d’investissement.

C oncernant l’Andi, le décret exécutif 17-100 du 5 mars 2017 revoit les attributions,

l’organisation et le fonctionnement de cette institution publique qui avaient été fixés par un décret datant de 2006. Ainsi, l’agence est chargée, dans le cadre de la nouvelle régle- mentation, de l’enregistrement des investissements, du suivi de l’avan- cement des projets, de l’élaboration des statistiques de réalisation et de leur analyse, de l’assistance et l’ac- compagnement des investisseurs à tous les stades du projet, y compris post-réalisation, de la collecte, du traitement et de la diffusion, de l’in- formation liée à l’entreprise et à l’in- vestissement. L’Andi est aussi chargée de la gestion des avantages, de la facilita- tion, en collaboration avec les admi- nistrations concernées, des démarches des investisseurs et de la simplification des procédures et contribue, à cet égard, à l’améliora- tion du climat de l’investissement dans tous ses aspects. Le nombre des membres du conseil d’administration, qui doit désormais se réunir deux fois par an, au lieu de quatre, a été réduit de 18 à 9 membres qui sont les repré- sentants de l’autorité de tutelle, ceux des ministres chargés des Collectivi- tés locales, des Affaires étrangères, des Finances, de l’Industrie, du Tou- risme et de l’Agriculture, ainsi que d'un représentant de la Chambre al- gérienne de commerce et d’industrie (Caci). L’accueil de l’investisseur non-ré- sident et la réception de son dossier d’enregistrement fait partie des mis- sions principales du directeur du gui- chet unique décentralisé de l’Andi. Installé au niveau de chaque chef-lieu de wilaya, le guichet unique décen- tralisé comporte, dans le cadre de la nouvelle organisation, de quatre cen- tres dédiés à la gestion des avantages, à l’accomplissement des formalités, au soutien à la création des entre- prises et à la promotion territoriale. Le Centre de gestion des avantages avalise, dans un délai n’excédant pas 48 heures, la liste des biens et ser- vices éligibles aux avantages, assure le traitement des demandes de modi-

« L’investissement et l’impor- tance des études dans le domaine de l’aquaculture », c’est le thème du sé- minaire régional qui s’est tenu à Sétif en présence d’investisseurs venus de différentes wilayas et pour la grande majorité œuvrant déjà dans ce do- maine important. Organisée par la direction de la pêche et des ressources halieutiques en collaboration de la chambre de la pêche de Sétif et le Bureau d’études « Djoudhour », cette rencontre qui a été ouverte par le wali en présence du président de l’APW, a regroupé plus de 70 participants. Un séminaire dont les objectifs essentiels consistaient à mettre en exergue les potentialités d’investisse- ment en matière d’aquaculture que recèle cette région et, partant, l’im- portance que revêtent les études dans

et, partant, l’im- portance que revêtent les études dans fication de ses listes, autorise les ces-

fication de ses listes, autorise les ces- sions et transferts d’investissement, établit les franchises de TVA portant sur les acquisitions de biens et de ser- vices portés sur la liste des biens et services bénéficiant des avantages fiscaux. Il traite aussi, en liaison avec l’administration des douanes, des de- mandes de levée d’incessibilité des biens acquis sous conditions privilé- giées et met en demeure les investis- seurs n’ayant pas satisfait à l’obligation d’établissement du pro- cès-verbal de constat d’entrée en ex- ploitation. Le Centre d’accomplissement des formalités est chargé de fournir les prestations liées aux formalités constitutives des entreprises et à la réalisation des projets. Quant au Cen- tre de soutien à la création des entre- prises, il est chargé d’aider et de soutenir la création et le développe- ment des entreprises, en assurant la mise à disposition de toutes les infor- mations sur tous les aspects du projet envisagé, en organisant des cycles de formation au profit des porteurs de projets avec un accompagnement de l’idée jusqu’à la réalisation. Le Centre de promotion territo- riale est chargé, en étroite collabora- tion avec les collectivités locales, de contribuer à la mise en place et à la réalisation d’une stratégie de diversi- fication et d’enrichissement des acti-

vités de la wilaya d’implantation, à partir de la mobilisation de ses res- sources et de ses énergies. Il met en place, dans ce sens, une banque de données qui permet aux investisseurs de connaître les différentes opportu- nités et potentialités qui se trouvent dans chacun des secteurs de l’écono- mie locale. Le deuxième décret exé- cutif n° 17-101 du 5 mars 2017 fixe les listes négatives, les seuils d’éligi- bilité et les modalités d’application des avantages aux différents types d’investissement. La première liste négative com- prend des activités économiques ex- clues des avantages prévus par la loi 16-09 relative à la promotion de l’in- vestissement. Elle comprend le com- merce de détail et de gros, 152 types de services et 12 activités productives dont celles du rond à béton, les meu- neries, la production de l’eau miné- rale, manufacture de tabac, la fabrication du ciment gris, les brique- teries, la promotion immobilière et l’industrie de l’amiante. La liste comprend aussi toutes les formes d’importation, toutes les acti- vités de montage et d’assemblage qui ne satisfont pas au taux d’intégration fixé par la réglementation en vigueur, toutes les formes d’activités artisa- nales exercées sous la forme ambu- lante, foraine ou à domicile, ainsi que l’artisanat traditionnel et l’artisanat

AQUACULTURE

UN VIVIER D’OPPORTUNITÉS

d’art. La deuxième liste négative concerne les biens exclus des avan- tages prévus par la loi sur l’investis- sement et comprend le matériel de transport routier de marchandises et de personnes pour propre compte, les équipements de bureaux et de com- munication non directement utilisés dans la production, l’emballage récu- pérable, les agencements et installa- tions, les équipements sociaux, les biens rénovés destinés aux activités de la première liste, ainsi que les stocks encours. Le troisième décret exécutif n° 17-102 du 5 mars 2017 fixe les modalités d’enregistrement des investissements ainsi que la forme et les effets de l’attestation qui s’y rapportent. Selon les termes de ce texte, l’enregistrement des investisse- ments dont le montant est égal ou su- périeur à 5 milliards de dinars ainsi que ceux présentant un intérêt parti- culier pour l’économie nationale, s’effectue après décision du Conseil national de l’investissement (CNI). L’enregistrement de l’investisse- ment, en vue de l’obtention des avan- tages de réalisation prévus par la loi sur l’investissement, et/ou des pres- tations fournies par les structures dé- centralisées de l’Andi est opéré préalablement à tout début de réalisa- tion. L’enregistrement confère à l’in- vestissement par la force de la loi et sans autres formalités, le bénéfice des

Ph :Krache
Ph :Krache

le développement de ce secteur qui s’inscrit de plain-pied dans la réalisa- tion des objectifs de la politique de

diversification économique. Rodane Brahim, directeur des études repré- sentant du DG de la pêche accompa-

gné de Ousaid Mustapha directeur du développement de l’aquaculture fera état des grands objectifs que s’as- signe le nouveau programme d’aqua- culture 2014-2020 et la stratégie adoptée dans ce contexte, avec des indicateurs encourageants pour le dé- veloppement de ce secteur au mo- ment notamment où le déficit enregistré est de plus de 200.000 tonnes alors que la production varie entre 100 et 105.000 tonnes dont 20.000 tonnes de poisson d’eau douce, faisant état des deux grands projets initiés dans le sud du pays et exhortant les investisseurs à s’impli- quer dans l’élevage de la crevette dont les techniques sont désormais maîtrisées. Il qualifiera Sétif de grand pôle de développement de l’aquacul- ture dans une région qui compte 2 barrages et 8 retenues collinaires qui

avantages de réalisation définis par la loi sur l’investissement. Toutefois, les avantages consentis au profit des in- vestissements dont le montant est égal ou supérieur à 5 milliards de di- nars, ainsi que les avantages excep- tionnels susceptibles d’être accordés aux investissements présentant un in- térêt particulier pour l’économie na- tionale, font l’objet d’un accord préalable du CNI. Le quatrième décret n° 17-103 du 5 mars 2017 fixe le montant et les modalités de perception de la rede- vance pour traitement de dossiers d’investissement. Le cinquième dé- cret exécutif n° 17-104 du 5 mars 2017 porte sur le suivi des investisse- ments et les sanctions applicables pour non-respect des obligations et engagements souscrits. Selon ce texte, les investissements qui bénéfi- cient des avantages font l’objet, du- rant leur période d’exonération, d’un suivi par l’Andi, les administrations fiscale et douanière, l’administration domaniale et la Caisse nationale des assurances sociales des travailleurs salariés. L’investisseur est tenu par ailleurs de fournir à l’Andi toutes les informations requises pour l’accom- plissement de la mission du suivi. Il doit, à cet effet, transmettre annuelle- ment, un état d’avancement de son projet d’investissement dûment ren- seigné et visé par les services fiscaux sur un document fourni par l’agence. En cas de non-respect de dépôt de l’état annuel d’avancement des pro- jets, les structures habilitées de l’Andi sont tenues d’aviser l’investis- seur de la suspension de ses droits à avantages. La déchéance des droits à avantages entraîne le remboursement de la totalité des avantages consom- més en plus des pénalités prévues par la législation et la réglementation en vigueur. Le sixième décret n° 17-105 du 5 mars 2017 fixe les modalités d’application des avantages supplé- mentaires d’exploitation accordés aux investissements créant plus de cent emplois. Pour rappel, la loi sur l'investissement avait été adoptée en juillet 2016 par le Parlement et pu- bliée au Journal officiel n° 46 de la même année. (APS)

sont autant de zones propices pour le développement de l’aquaculture au moment où 4 grands projets d’inves- tissements sont en voie de réalisation et 5 demandes d’investissement non moins importantes déposées au ni- veau de la direction. Le wali insistera particulièrement sur les deux grands défis qui sont à relever dans un domaine aussi impor- tant et s’inscrivent dans la dynamique de l’après-élevage. A ce titre, le volet inhérent à l’in- citation à la consommation, la trans- formation et la concurrence avec le poisson d’eau de mer est important, sachant de surcroît, dira-t-il, que le produit n’est pas seulement destiné à la consommation mais aussi à la fa- brication d’engrais dans un secteur nouveau, porteur de richesses. F. Zoghbi

Jeudi 30 Mars 2017

NNaattiioonn

8

EL MOUDJAHID

GROUPE SONELGAZ

IN T ÉG R AT IO N

DES ÉNERGIES RENOUVELABLES

Le taux d’électrification en Algérie se situe au premier rang parmi les pays les plus nantis à travers le monde. 99% du territoire national est électrifié. Le programme de gaz n’est pas en reste. Le taux de pénétration avoisine les 60%, soit 85.000 km de réseaux. Fort de 35 filiales, le groupe Sonelgaz se présente comme l’un des secteurs les plus pourvoyeurs de richesse et d’emploi. Il compte présentement 89.000 travailleurs, qu’il pense doubler à l’horizon 2030 à l’effet de la pleine réussite de son programme de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique au niveau du territoire national, et cela en réponse aux enjeux majeurs présents et à venir en matière d’industries gazière et électrique.

C onsciente de l’importance du développement durable et du développement des énergies

renouvelables, l’Algérie les a placées au centre de ses différentes poli- tiques, leur réservant une place de choix en y allouant d’importantes ressources financières pour la réalisa- tion d’investissements d’envergure. C’est ainsi que d’importants pro- grammes de développement de la dis- tribution d’électricité et de gaz ont ciblé l’ensemble du territoire natio- nal. À ce titre, on note le doublement d’abonnés au réseau électrique qui est passé de 4,5 millions d’abonnés en 2000, à près de 9 millions au début de l’année 2016. Le taux d’électrifica- tion est ainsi passé de 88,7% en 2000 à 99% à fin 2015. Le souci est double : préserver les ressources énergé-

tiques d’origine fossile et répondre aux défis de l’heure. Ainsi, la mise en valeur des ressources inépuisables, tel le soleil, place l’Algérie au rang des pays les plus nantis. Ce sont-là une opportunité et un levier de déve- loppement tant économique que so- cial qui boosteront l’implantation d’industries créatrices de richesse et d’emploi. Cela étant, les projets d’énergies renouvelables de production d’élec- tricité dédiées au marché, d’abord au niveau national, répondront au fort appel à la ressource humaine, surtout lorsque l’on sait que les compétences locales existent. Comme ils consacre- ront l’ère du déploiement des éner- gies durables dans notre pays. Un ambitieux programme national pré- voit, à l’horizon 2020 4.240, 50 tonnes MW. Il y a lieu de noter que 22 centrales photovoltaïques d’une puissance de 350 MWC sont déjà fonctionnelles dans le Sud et les Hauts-Plateaux, ainsi qu’une ferme éolienne à Taberkane, dans la wilaya d’Adrar. Monsieur Guitouni, PDG du groupe Sonelgaz, précise par ailleurs que 4.000 MW seront réalisés pro- chainement par le biais d’un montage financier avec la participation de SO- NATRACH à hauteur de 40%, SO- NELGAZ à 11%, des privés nationaux et publics y entreront à hauteur de 19%, alors que l’apport étranger soldera le tout avec une par- ticipation avoisinant les 30%. Le PDG du groupe SONELGAZ rap- pelle en outre que le mix énergétique viendra en réponse au photovoltaïque

qui ne fonctionne que le jour, et sera raccordé au réseau électrique. L’ÉNERGIE RENOUVELABLE :
qui ne fonctionne que le jour, et sera
raccordé au réseau électrique.
L’ÉNERGIE RENOUVELABLE :
UN DÉFI MAJEUR
et du rythme de crois-
sance de la demande. À
travers un tel pro-
gramme, le groupe se
propose de réaliser un
certain nombre d’ac-
tions. On y note l’amé-
lioration de l’isolation
thermique des bâtiments
(habitation – structures

Le programme d’actions des pro- jets ENR s’articule autour de deux phases comprises entre 2015-2020 et 2021-2030. La première prévoit la réalisation d’une puissance de 4.000 Mw représentant le voltaïque et l’éo- lien, où on y comptera une soixan- taine de centrales et 500 MW réparties entre la biomasse, la cogé- nération et la géothermie. La seconde phase a trait au développement de l’interconnexion électrique entre le nord et le sud du pays. L’installation de grandes centrales d’énergie renou- velables sont ainsi prévues dans les régions d’In-Salah, d’Adrar, de Timi- moun et de Béchar. Elles seront inté- grées dans le système énergétique national. Cela étant, la production d’électricité avoisine 90 TWH en 2020 et passerait à 170 TWH en 2030, d’où près de son doublement en l’espace de dix années. La création d’emplois s’en ressentira, puisque l’on y comptera plusieurs dizaines de milliers d’emplois.

L’EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : UN GAIN POUR LES INVESTISSEMENTS

L’efficacité énergétique se pro- pose de pondérer les investissements nécessaires à la satisfaction des be- soins énergétiques, du fait d’une bonne maîtrise de la consommation

d’État… ), le développe- ment du chauffe-eau solaire, la réali- sation de projets de climatisation au solaire, la génération d’électricité à partir des déchets ménagers, la pro- motion de la cogénération qui consiste en la production combinée de la chaleur et de l’électricité pour une meilleure efficacité énergétique. De même que la promotion du GPL/C gaz de pétrole liquéfié carbu- rant et du GN/C gaz naturel carbu- rant, et une meilleure performance au niveau de l’éclairage, entre autres. L’objectif étant d’asseoir une éco- nomie d’énergie cumulée de l’ordre de 90 millions de TEP (tonnes équi- valent pétrole), à l’horizon 2030, dont 60 millions sur la période allant de nos jours à l’horizon 2030. La poli- tique de l’efficacité énergétique consiste à minimiser les consomma- tions en énergie, à protéger l’environ- nement et à préserver cette richesse pour les générations futures, et cela dans une logique de développement durable. Une telle stratégie devra sa réussite, grâce à la mise en place de capacités industrielles. À ce titre, l’Algérie a envisagé le renforcement

de son tissu industriel tant aux plans technique que ceux de l’ingénierie et de la recherche. On notera le solaire photovoltaïque, dont l’objectif consiste en la réalisation d’unités in- dustrielles, à savoir la construction d’usines de fabrication dans ce sens, pour la production de 13.500 MW à l’horizon 2030. Le PDG du groupe SONELGAZ rappelle ainsi que 350.000 Watts sont répartis entre 24 mini-centrales, avec un champ éolien de 10 MW dans le sud du pays. La gestion et l’exploitation sont assurées par les nationaux eux-mêmes. Le tronçon couvre 300.000 km de ré- seau, toutes tensions confondues. En outre, des centaines de postes de sources hautes et moyennes tensions sont venues s’ajouter aux milliers de basse tension, alimentant ainsi 9 mil- lions de familles.

RÉORGANISATION DU GROUPE : UNE RÉPONSEAUX MUTATIONS DE L’HEURE

Le groupe SONELGAZ s’est ré- organisé au regard des mutations in- ternationales. Il est ainsi ramené à 16

filiales au lieu de 30, suite à l’appro- bation du Conseil des ministres, le 26 novembre 2016. Cette réorganisation sera fonctionnelle le 1 er avril 2017. L’effet attendu réside dans l’effi-

cience et l’efficacité. Il s’agit ainsi de réunir les groupements entre eux, mais dont la tâche est complémen- taire, et cela en vertu d’une expertise mutualisée. Sur un autre volet, M. Guitouni nous confie que SONEL- GAZ produira 1.500 MW/an durant l’été 2017. Une telle tâche exige un travail pointu en gaz et en électricité, d’où l’implication de la CEEG (Com- pagnie d’Ingéniering en Électricité et Gaz). Le résultat at-

tendu est la rationali- sation de l’énergie en période de canicule. Ce sera ainsi un mo- dèle de consommation typiquement algérien où l’on veillera à évi- ter, autant que faire se peut, le gaspillage. Le constat est que l’Algé- rien consomme 13.600 MW en période de pointe, soit aux mois de juillet et d’août soit 10 fois plus que l’Eu-

ropéen et 4 à 6 fois plus que nos voisins de l’Est et de l’Ouest. Une telle hémorragie ne doit plus durer. Le prix du KW/H revient à SONELGAZ à hauteur de 11,54 di- nars, qu’elle facture à 4 dinars le KW/H à sa clientèle. En matière de solaire thermique, il est prévu la poursuite des études pour la fabrica- tion des équipements de cette filière, pour les cinq années à venir. En ce qui concerne l’éolien, il est prévu la réalisation, par des moyens propres, de fermes éoliennes. D’autres objec- tifs sont prévus en matière d’énergie propre, tel l’éclairage dit performant, l’isolation thermique, le chauffe-eau solaire et les équipements électromé- nagers. Dans cet ordre d’idées, il convient de souligner que l’Algérie a prouvé sa détermination pour réaliser les objectifs de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique. Ainsi, le groupe Sonel- gaz, à travers le secteur de l’énergie, donne la pleine mesure de sa préoc- cupation quant à la problématique en- vironnementale et du développement durable.

A. C.

LE PDG DU GROUPE SONELGAZ :

« Notre défi, INVESTIR le marché étranger »

Le groupe SONELGAZ s’attelle à parfaire sa stratégie en matière de développement et de modernisation du secteur, à l’effet de se hisser au rang des pays les plus avancés. Monsieur Guitouni en fait son cheval de bataille. Il s’est ainsi prêté volontiers à nos questions.

El Moudjahid : Le gisement d’utilisation des énergies renouvelables est potentiellement important dans notre pays. Est-ce là une op- tion énergétique à grand défi que veut relever le groupe SONELGAZ ? M. Guitouni : C’est là d’abord une orienta- tion de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, qui en fait une des priorités du moment. Il s’agit donc d’un challenge à re- lever. Le chemin est tout tracé et la volonté y est. Pour rappel, l’énergie renouvelable a fait ses premiers pas en 1980, au niveau de 14 vil- lages du sud du pays, faisant de l’Algérie, la pionnière du voltaïque au Maghreb. Nous es- comptons aller plus loin, grâce à nos moyens humains. Le CREDEC (Centre de recherche et de développement de l’électricité et du gaz) est

et de développement de l’électricité et du gaz) est en train de faire de grands pas

en train de faire de grands pas dans le recherche sur le photovoltaïque. À cela s’ajoute une filiale de création récente CKTM (ChARIKAT KAH- RABATAKA EL MOUTADJADIDA) à Ghar-

daïa, qui gère 24 centrales en énergie renouve- lable dans les réseaux isolés du sud du pays. Certaines d’entre elles débitent du réseau ENR vers le réseau classique. Cette société rayonne

sur le sud et le sud-est du pays, notamment vers les régions de Souk-Ahras, Reggane, Tiberka- nine et Naâma. On y compte 23 sites en photovoltaïque qui produisent 343 MGH, et un éolien avec 10 MGH. Cette société compte 1.200 employés comprenant 6.000 familles.

La transition énergétique intéresse au plus haut point beaucoup de pays. L’Algérie, forte de sa superficie, est l’une des mieux privilégiés pour répondre à la demande nationale et ex- porter. Y a-t-il dans ce sens une vision d’ex- portation ? Le réseau algérien est maillé, mais nous œu- vrons dans le but de parvenir à un plus grand maillage pour investir le marché étranger. D’ici 2030, nous comptons parvenir à réali- ser 2.000 MG. Les compétences existent, et nous ne ménagerons aucun effort dans ce sens.

Donc, optimiste, Monsieur le PDG ? Je pense modestement que nous avons toutes les raisons de l’être.

A. C.

Jeudi 30 Mars 2017

E co no m ie 9 EL MOUDJAHID SALON NATIONAL DU RECRUTEMENT ET DE L’ENTREPRENEURIAT

Eco no m ie

9

EL MOUDJAHID

SALON NATIONAL DU RECRUTEMENT ET DE L’ENTREPRENEURIAT

INTERFACE entre université et entreprises

n 2.000 recrutements dans divers domaines se font chaque année par le biais de cette manifestation.

L Salon national du recrute-

11 e édition, se tiendra du 18

au 20 avril. Dans une conférence de presse tenue, hier àAlger, le Commis- saire du Salon, Ali Belkhiri, précise que cet événement annuel se veut un « carrefour « de rencontres entre, d’une part, les entreprises et les admi- nistrations « en quête de compétences et de nouvelles recrues « ; et de l’au- tre, les universitaires à la recherche d’emploi, d’un stage ou d’information pour créer leur entreprise. Dans son intervention, M. Belkhiri, après avoir relevé le succès des précédentes édi- tions, précise que cette manifestation est d’» utilité publique « et « non commerciale». Durant trois jours, se- ront tenues une série de conférences thématiques et d’ateliers, liés notam- ment à la rédaction du CV, de la lettre de motivation, à l’entretien d’em- bauche, ainsi qu’une plate-forme de débats et d’échanges entre recruteurs et diplômés. Le tout se déroulera, ex- plique le conférencier, avec « l’assis- tance active des organismes officiels du ministère du Travail, de l’emploi

e

ment et de l’entreprenariat dans

sa

Ph. : Nacéra I.
Ph. : Nacéra I.

et de la sécurité sociale «. Le Salon Carrefour emploi, s’adresse égale- ment aux diplômés, ou professionnels souhaitant créer leur propre entre- prise. Et rassemblera un « ensemble diversifié de filières et de métiers sus- ceptibles de favoriser des choix pro- fessionnels et d’éclairer sur les lieux et les parcours de formation «. Sur sa lancée, M. Belkhiri, également Pro- fesseur associé des TIC, affirme la dé- termination de tous les organisateurs

de cette manifestation à poursuivre leur « action « et « engagement ci- toyen dans lequel nous nous sommes profondément investis depuis plu- sieurs années «. L’objectif est à dou- ble plans : contribuer au développement de l’économie natio- nale et résorber le chômage. En termes de chiffres, le même responsa- ble annonce que 2.000 recrutements se font chaque année par le biais du Salon. Plusieurs dizaines d’entre-

prises intervenant dans divers secteurs (informatique, télécoms, aéronau- tique, agroalimentaire, automobile, BTPH…), recrutent « en direct « des ingénieurs, gestionnaires, biologistes, commerciaux, architectes et autres. Par ailleurs le commissaire du Salon rebondit sur l’actualité économique liée à la chute des revenus pétroliers et l’adoption par le gouvernement d’un nouveau modèle économique de croissance. Ce modèle « alternatif, en- chaîne le conférencier va s’appuyer sur une diminution drastique des im- portations et le développement d’une économie locale diversifiée «. Et d’ajouter que les autorités vont « en- courager et aider les entreprises, pu- bliques et privées, à se renforcer et à se développer pour être compétitives et se placer sur le marché national, dans une stratégie de substitution à l’importation et aux entreprises étran- gères «. Cette efficacité et compétiti- vité, ajoute le commissaire du Salon, « passent par le recrutement des com- pétences nécessaires au développe- ment des entreprises. «. Fouad Irnatene

CARREFOUR INTERNATIONAL POUR L’INDUSTRIE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE 2017

RENDEZ-VOUS de l’innovation industrielle

Plus grand rassemblement d'entrepreneurs en Afrique, le carrefour international pour l’industrie scientifique et technologique aura lieu du 17 au 20 Avril 2017 au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria. L’évènement qui prévoit 50.000 visiteurs, 300 par- tenaires et exposants, et une série de conférences /ateliers, d’animations thématiques ainsi que des rencontres B to B, constitue également le rendez- vous idéal pour le développement de l’entreprise, et le partage d’expériences et de savoir-faire dans le domaine de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies. Le C.I.I.S.T se veut, dans ce contexte, une plate-forme incontournable pour les professionnels, les dirigeants d’entreprises, Start up et créateurs innovants en Algérie, et autres TPE/PME pour s’ouvrir sur le monde de l’innova- tion et les techniques modernes du management. L’évènement qui coïncide avec la mise en œuvre de la nouvelle politique industrielle et l’installation du conseil scientifique sur l’industrie algérienne vise une série d’objectifs en rapport avec les pers-

pectives de développement retenus dans le sillage du modèle de croissance rénové, initié par les au- torités du pays. « Vulgarisation et installation d’un nouveau mécanisme de création et de développe- ment d’entreprises innovantes, installation d’une structure nationale pour la création et développe- ment des entreprises à base de recherche scienti- fique appliquée, développer des conventions cadres entre tous les centres de recherches scientifiques en Algérie et les entreprises récemment créés par le nouveau système d’entreprenariat «, ainsi que, la création d’une O.N.G pour l’entreprenariat et la compétitivité, appelée FNEC, et dont la compo- sante sera issue des « entreprises anciennes et ré- cemment créés et le monde de l’expertise scientifique en Algérie «. Enfin, les organisateurs ambitionnent la création et le développement de 1 050 000 Pme innovantes en dix ans (2016-2026). Dans le même ordre d’idées, le «Forum de l'indus- trie algérienne», organisé récemment à Alger, a donné l’occasion aux experts et économistes pré-

sents d’aborder les perspectives de développement dans le sillage du nouveau modèle de croissance. Aussi, ont-ils plaidé pour un «plan d'action» censé accompagner les objectifs retenus. Les experts, ayant pour la plupart fait partie du groupe ayant contribué à l'élaboration du nouveau modèle économique de croissance, ont mis l’accent sur la nécessité de souscrire aux impératifs de bonne gouvernance et de l'économie de la connais- sance relever le défi. Les experts ont également souligné cette nécessité d’adaptation de la régle- mentation pour un meilleur accompagnement de l'investissement et encourager l'émergence de champions nationaux. La formation est l’autre as- pect évoqué, pour la circonstance, comme étant un levier de la nouvelle politique économique. En fait, l'économie du savoir, l’industrie numérique, la ré- vision de la qualité de l’enseignement sont des cré- neaux à prendre en considération dans cette phase de transition, ont fait savoir les experts réunis. D. Akila

SALON PROFESSIONNEL DE LA PRODUCTION AGROALIMENTAIRE « DJAZAGRO »

L’exportation en point de mire

Le 15 e Salon international de l’agroali- mentaire Djazagro, revient cette année avec 740 exposants attendus. Cet événement qui est organisé par Comexposium, opérateur français d’organisation d’évènements, se tiendra comme à l’accoutumée, du 10 au 13 avril au Palais des expositions des Pins ma- ritimes, à Alger. Devenu la référence événe- mentielle de l’agroalimentaire en Algérie depuis 2003, Djazagro, prévoit d’enregistrer pour son édition 2017, 22.000 visiteurs pro- fessionnels contre 21.000 en 2016. Selon l’organisateur du salon, M. Nabil Bey Bou- mezrag, l’édition de cette année est placée sous le thème de l’exportation. Un défi que les pouvoirs publics veulent relever face à la conjoncture économique marquée par la chute des prix du pétrole. Dans ce sens, en marge de ce Salon, poursuit-il, il est prévu au cours de la deuxième journée des ateliers qui seront animés par des responsables d’organismes publics impliqués dans la promotion des exportations, tels que ALGEX ou la CACI. Le Djazagro attire au fil des années de plus en plus de monde. En effet, vue la part importée en en produits alimentaires (75% des besoins alimentaires du pays) on comprend le grand intérêt que portent les industriels étrangers à ce Salon, en raison que 82% de ces internationaux représentent 70% de la surface globale. Sur une su- perficie de 21 000 M2, la France est une fois de plus la première nationalité représentée avec une occupation d’espace de 16,4%, suivi des Italiens (15%), de la Turquie, la Chine et enfin l’Espagne. Un organisateur déclare par ailleurs la participation d’une délégation tunisienne ainsi que d’autres pays

d’une délégation tunisienne ainsi que d’autres pays africains. Dans une conférence de presse, animée hier, Mme

africains. Dans une conférence de presse, animée hier, Mme Olivia Milan, directrice de Djazagro, a laissé entendre que les entreprises algériennes oc- cuperont 20% de la superficie du salon, les autres exposants sont issus d’une trentaine de pays dont deux participent pour la première fois, à savoir la Thaïlande et la République Tchèque. M me Milan a fait savoir qu’en plus de l’exposition d’équipe- ments de production, conditionnement et stockage de produits agroalimentaires, de boulangerie et de restauration, le salon abritera également des ateliers dédiés au métier de l’export. S’exprimant sur les objectifs de l’événement, la directrice de Djazagro indique : « Notre objectif est d’accompagner les entreprises algériennes et les visiteurs profession- nels pour exporter, puisque l’Algérie fait partie des pays qui veulent développer des relations écono- miques et commerciales avec le continent afri- cain «. Pour les entreprises algériennes qui

ambitionnent d’exporter, le Salon verra l’or- ganisation d’ateliers sous forme de rendez- vous professionnels sur les différentes étapes de l’acte d’exportation. « Il s’agit d’accompagner ces sociétés dans leur déve- loppement à l’export «, a expliqué cette res- ponsable. M me Milan a affirmé que l’organisation de ces rencontres s’inscrit aussi dans l’ambition pour Djazagro de ré- pondre aux besoins des pays africains en matière d’équipements agroalimentaires, ajoutant que cet évènement constitue égale- ment une opportunité pour l’industrie algé- rienne d’exporter ses produits et ses machines vers l’Afrique. En outre, les orga- nisateurs ont renforcé la promotion du salon à travers la tenue de conférences de presse en Tu- nisie, au Maroc et au Sénégal pour drainer des vi- siteurs africains à Alger. Il est à noter que le 15 e Djazagro prévoit deux animations dont « la bou- langerie de demain « où les professionnels pourront constater sur place des équipements en marche couvrant le process de fabrication de baguettes, pains spéciaux et croissants à partir de produits lo- caux. Quant à la deuxième animation, baptisée « Djazaïr Excellence «, elle porte sur un concours dédié à la cuisine, la boulangerie et la pâtisserie, en présence de chefs cuisinier et des meilleurs pâtis- siers de France. En prévision de cette compétition, les organisateurs de Djazagro vont présélectionner des candidats en amont du Salon dans les régions- Est, Centre et Ouest, a-t-on expliqué. A la fin du Salon, les trophées de meilleur cuisinier, meilleur pâtissier et chocolatier seront décernés. Kafia Ait Allouache

OPÉRATIONS BANCAIRES À LABNA

Accessibles via le web

La Banque nationale d’Al- gérie (BNA) a annoncé, mardi à Alger, un nouveau service des- tiné aussi bien aux particuliers qu'aux entreprises, et qui offre l'avantage pour les clients de la banque d'effectuer presque toutes leurs opérations ban- caires via le Web. Ce service qui sera lancé dimanche pro- chain, permettra au client BNA de faire presque toutes les opé- rations au niveau de n'importe quelle agence mais également en ligne. Il s'agit, notamment de la consultation des soldes, les virements entre comptes, l'his- torique des mouvements, la commande de chéquiers avec la possibilité de téléchargement des différents documents ban- caires et l'accès aux services messagerie. Baptisée «BNA.net», cette prestation propose aussi le ser- vice de télépaiement fiscale et les virements des salaires pour les entreprises, a-t-on indiqué lors de la cérémonie de lance- ment. Selon le Pdg de la BNA, M. Achour Abboud, ce service s’inscrit dans le cadre des ef- forts pour moderniser, enrichir et diversifier les services ban- caires pour les entreprises et les particuliers mais aussi pour l’amélioration de la qualité de la relation entre la banque et ses clients et de la hisser aux stan- dards internationaux». «BNA.net c’est une solution novatrice, performante et sou- ple parmi tant d’autres déjà concrétisées dans les services e- banking et qui visent l’externa- lisation des services bancaires, pour mieux prendre en charge tous les besoins de la clientèle en termes de transactions en ligne et en temps réel via les smartphones, tablettes et PC portables avec davantage de sé- curité», a-t-il- soutenu. Pour le directeur des instruments et des moyens de paiement à la BNA, M. Brahim Boudjelida, BNA.net est proposé en 2 packs payants: le pack «Net» destiné aux particuliers et le «Net+» pour les entreprises. La BNA qui est la première banque à procéder à la centralisation de ses services, compte 212 agences, et 17 directions régio- nales.

5 nouveaux barrages Cinq des neuf barrages en cours de réalisation à l’échelle nationale seront

5 nouveaux barrages

Cinq des neuf barrages en cours de réalisation à l’échelle nationale seront mis en service au cours de l’année 2017, a in- diqué mardi à Souk Lethnine (Aïn Defla) le PDG de l’Agence Nationale des Barrages et Transferts (ANBT), Arezki Berraki. Les 4 barrages res- tants seront livrés de manière progressive entre 2018 et 2019, a précisé M. Berraki.

Jeudi 30 Mars 2017

Mo nd e

11

EL MOUDJAHID

7.000 PRISONNIERS PALESTINIENS EN GRÈVE DANS LES GEÔLES ISRAÉLIENNES

« UN COMBAT POUR LA LIBERTÉ ET LA DIGNITÉ »

Un mouvement de grève sera observé le 17 avril prochain par les prisonniers palestiniens, dont le nombre s'élève à 7.000 détenus qui continuent de subir des injustices dans les geôles de l'occupation israélienne, ont indiqué des responsables.

L e ministre chargé des affaires des prisonniers, Issa Qaraqe et Qaddoura Fares, président

de l’association du club des prison- niers ont annoncé cette semaine qu'il s'agit d'une action, qui im- plique, notamment une grève de la faim, que mènera Marwan Barghou- thi, membre du comité central du mouvement Fatah et tous les prison- niers du mouvement dans les pri- sons de l'occupation le 17 avril prochain. «C' est un combat de la li- berté et la dignité» qui a pour but «de renforcer le travail collectif et l’unité nationale, à l’intérieur comme à l’extérieur des prisons et de redonner au mouvement prison- nier sa dignité, sa combativité et sa résistance». L'annonce a été faite au cours de deux visites effectuées par les deux responsables. L’une au chevet d’un enfant mineur Jihad Hammad de Silwad, qui a été libéré récemment et admis en urgence à l’hôpital de Ramallah après avoir a été griève- ment blessé à la tête par des soldats israéliens lors de son arrestation. L’autre au prisonnier Mohammad Rimawi de Beit Rima, qui a passé cinq ans dans les prisons de l’occu- pation. Selon le ministre Issa Qa- raqe la date du 17 avril, qui coïncide avec le lancement des actions de la journée du prisonnier palestinien, sera marquée par une grève de la faim ouverte avec tous les prison- niers du mouvement Fatah et qui forment 65% des détenus sur un total de 7.000 prisonniers palesti- niens.

détenus sur un total de 7.000 prisonniers palesti- niens. Donner une reconnaissance au «rôle national» du

Donner une reconnaissance au «rôle national» du prisonnier palestinien

Ce mouvement de grève consti- tue «une réponse aux violations in- cessantes des droits fondamentaux des prisonniers qui sont mal traités». MM. Issa Qaraqe et Qaddoura Fares indiquent que cette prochaine étape constituera «un nouveau départ et un changement stratégique dans la vie et l’histoire du mouvement des prisonniers. Cela leur donnera une reconnaissance de leur rôle national et une légitimité face aux attaques et lois israéliennes arbitraires contre les droits des prisonniers». Ce mou- vement intervient alors que les né- gociations entamées avec

l’administration pénitentiaire sur le respect des droits et de la dignité des détenus, conformément au droit in- ternational et aux conventions de Genève, sont dans une impasse. Un appel a été lancé à tous les prison- niers dans les geôles israéliennes à se joindre à cette action stratégique importante et à la cohésion dans une véritable unité nationale pour faire face aux procédures et pratiques de l’administration des prisons de l’oc- cupation et du gouvernement israé- lien, selon ces responsables. Cette grande action collective sera dirigée par l’un des symboles du peuple pa- lestinien, Marwan Barghouthi, condamné à cinq peines à perpétuité plus 40 ans, et qui est détenu depuis 15 ans dans les prisons israéliennes.

Nous sommes en contact avec toutes les forces et les institutions afin d’assurer un soutien populaire et médiatique à ce combat de la li- berté et la dignité, avec l’appui po- litique et juridique aux niveaux local et international, explique la même source. Pour ce qui est des revendi- cations, elles s'articulent, selon un communiqué de l'Association du club des prisonniers, autour notam- ment du dossier médical. Les pri- sonniers réclament la fermeture «du soi-disant hôpital de la prison de Ramleh, structure inadaptée et inca- pable de donner le minimum de soins nécessaires», l'instauration des examens médicaux périodiques aux prisonniers à qui doivent assurées des interventions chirurgicales ra- pides et exceptionnelles. Toujours concernant ce même volet, ils exi- gent l’entrée des médecins de diffé- rentes spécialités pour inspecter les prisonniers, la libération des prison- niers malades, en particulier les per- sonnes handicapées et celles atteintes de maladies incurables. S'agissant des revendications huma- nitaires, les prisonniers réclament, outre la réorganisation des points de passage, un traitement humain lors des transfèrements, le rappariement rapide des prisonniers de retour des cliniques ou des tribunaux, et de ne pas les retenir au niveau des points de passage. En outre, les prisonniers revendiquent le respect du droit à des visites familiales, comme ils ré- clament la fin de la politique de l’isolement et de la détention admi- nistrative.

SYRIE

ACCORD POUR ÉVACUER QUATRE VILLES ASSIÉGÉES

Quatre localités syriennes en- cerclées par les forces régulières ou par des rebelles vont être prochai- nement évacuées, le dernier en date d'une série d'accords pour mettre fin à des sièges affectant durement la population. Un nouvel attentat à la bombe a, par ailleurs, visé une ville contrôlée par les autorités sy- riennes, Homs, provoquant la mort de cinq civils dans un bus, selon un média officiel. A la suite de l'ac- cord conclu tard mardi, plusieurs milliers de personnes vont quitter, à partir du 4 avril, Zabadani et Ma- daya, deux villes situées dans la province de Damas et assiégées par les troupes régulières. Parallèle- ment, des milliers d'autres quitte- ront Foua et Kefraya, deux localités dans la province d'Idleb (nord-ouest), qui sont encerclées par les rebelles. Depuis le début du conflit syrien il y a six ans, plu- sieurs opérations d'évacuation ont été organisées notamment pour des bastions insurgés asphyxiés par un long siège, Damas misant sur ce qu'il appelle des accords de «récon- ciliation locale» pour faire plier les rebelles. L'ONU s'était à plusieurs fois alarmée de la situation huma- nitaire dans ces quatre localités, qui avaient déjà fait l'objet d'un accord en 2015, et avait prévenu en février que 60.000 personnes étaient en grand danger. Les dernières livrai- sons d'aide humanitaire avaient eu lieu en novembre. Les évacuations ne commenceront pas avant le 4 avril. Comme mesure de confiance, un cessez-le-feu doit entrer en vi- gueur cette nuit, Le Croissant arabe syrien a confirmé qu'il prendrait part aux évacuations, sans donner plus de détails. Le nouvel accord prévoit également que le gouverne- ment syrien libère quelque 1.500 prisonniers détenus pour des rai- sons politiques depuis le début de la contestation en 2011. L'émis- saire de l'ONU pour la Syrie Staf- fan de Mistura s'est entretenu hier avec des responsables de l'opposi- tion et devait rencontrer des repré- sentants du gouvernement plus tard dans la journée.

DÉCLENCHEMENT DU BREXIT

LONDRES DIVORCE DE L’UE

Le Royaume-Uni a lancé hier la procédure de sortie de l'UE, neuf mois après un référendum qui a divisé le pays et fragilisé le projet de construction européenne né sur les cendres de la Seconde Guerre mondiale. L'annonce du déclenchement de cette rupture iné- dite dans l'histoire de l'Union européenne, qui vient de fêter son soixantième anniversaire, sera faite par la Première ministre conser- vatrice Theresa May devant les députés du Parlement de Westmins- ter à 12h30 (11h30 GMT). La lettre de divorce, signée mardi soir par M me May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l'ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow. Ce dernier est arrivé peu avant 8h00 GMT dans les bâtiments de l'institution européenne, en Jaguar, muni d'une sacoche noire élimée. Il devait assister à une réunion avec ses ho- mologues des 27 avant de se rendre aux alentours de 11h20 GMT au bureau de M. Tusk. Mardi soir, Downing Street a rendu publique une photo immortalisant le moment où M me May a signé la lettre officielle qui va bouleverser le destin du Royaume-Uni et amputer l'UE d'un de ses membres les plus importants. La photo fait la Une de nombreux quotidiens hier. Euphoriques comme le Daily Mail ti- trant «Liberté!» ou circonspects comme le Guardian qui redoute un «saut dans l'inconnu», les quotidiens britanniques étaient d'ac- cord sur un point: le caractère historique du Brexit déclenché hier. La presse européenne regrette elle une «séparation douloureuse» et prévoit un «chantier titanesque» et des années d'»incertitude». L'Histoire nous regarde», titre The Times (conservateur) qui décrit le processus de sortie de l'Union européenne comme «le plus grand bouleversement politique depuis la Deuxième guerre mondiale». «Portons un toast à ceux qui rêvaient de ce moment», écrit dans son éditorial le Daily Telegraph, pro-Brexit. Les tabloïds euro- phobes s'en donnent à cœur joie, comme le Sun, qui titre «Dover and out», contraction du nom anglais de la ville de Douvres et de «over and out», qui signifie «terminé». Le quotidien a incrusté ces mots au-dessus d'une photo des falaises blanches de Douvres qui semblent toiser le continent européen en face. «Il est enfin arrivé le jour le plus important de l'Histoire moderne du Royaume-Uni. Aujourd'hui Theresa May va officiellement dire à l'UE : nous par- tons», écrit-il en une. Grand détracteur de l'UE, le Daily Mail pro- clame «Liberté» et félicite la Première ministre d'avoir repoussé la contre-offensive de «l'establishment politique et judiciaire euro- philes» depuis le référendum du 23 juin où 52% des Britanniques ont voté pour sortir de l'UE.

R. I.

PRÉSIDENTIELLE EN FRANCE

VALLS OPTE POUR MACRON

Le « coup de couteau dans le dos « pour reprendre l’expression du candidat socialiste, et tant redouté par celui-ci a été bien planté par l’ex-premier ministre et candidat malheureux à la primaire, Manuel Valls. Ce qui a été assimilé par Benoit Hamon à un assassinat politique en règle, n’est dans le fond qu’une suite logique due à la série de défections de certaines grosses pointures dans les rangs des socialistes au profit de M. Ma- cron. Avec ce glissement vers le centre, M. Valls a en effet ouvert la porte de la descente aux enfers du parti socialiste.

)

«Je prends mes responsabilités (

parce que je pense qu'il ne faut prendre aucun risque pour la République», a af- firmé l’ex premier ministre, alors que les sondages prédisent pour l'heure un face-à-face entre Emmanuel Macron et la candidate de l'extrême droite Marine Le Pen au second tour de la présiden- tielle, le 7 mai. M. Valls, a expliqué sa décision «face à la crise de la gauche et

a expliqué sa décision «face à la crise de la gauche et la marginalisation de notre

la marginalisation de notre candidat Be-

noît Hamon», vainqueur de la primaire socialiste désormais en cinquième posi- tion dans les sondages. Après le rallie-

ment du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, le soutien de Ma-

nuel Valls renforce le candidat centriste.

A 39 ans, l'ex-ministre de l'Economie de

François Hollande, positionné au centre, attire les foules dans ses meetings et ac- cumule des soutiens à gauche comme à droite de l'échiquier politique. M. Ma-

cron a prudemment «remercié» M. Valls

de son soutien sur la radio Europe 1, tout en assurant qu'il serait «le garant du renouvellement des visages, du renou- vellement des pratiques» confirmant de la sorte que son mouvement n’est pas « une auberge espagnole «. Sa porte-pa- role Laurence Haïm a souligné que M. Macron «ne gouvernerait pas» avec M. Valls. Ce soutien, de taille, complique donc un peu plus la crise que traverse la gauche française et brouille encore une

campagne empoisonnée par les affaires.

François Fillon «a pris en otage sa fa-

il a pris en otage

mille politique (

),

cette campagne», où «il est difficile d'imposer des débats de fonds», a re- gretté M. Valls. L’effondrement moral de la candidature de François Fillon, le

candidat de la droite empêtré dans les

affaires judiciaires a dérouté un électorat longtemps cloisonné voir pris en otage entre une droite imprécise et une gauche

qui a du mal à assumer sa mue. M. T.

INTERDICTION DES ORDINATEURS EN VOL

« INACCEPTABLE », SELON L’IATA

Le directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac a dé- claré mardi que l'interdiction des ordinateurs en cabine imposée par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sur certains vols en provenance de pays arabes et de Turquie était «inacceptable». Ces mesures, interdisant également les tablettes et d'autres appareils électroniques dans les avions, sont en vigueur depuis samedi, Londres et Wash- ington invoquant des risques d'attentats. «Les mesures actuelles sont une solution inacceptable à long terme, quelles que soient les menaces qu'elles tentent de conju-

rer», a dit M. de Juniac devant le Conseil des relations internationales de Montréal (Corim). Le patron du grou- pement des compagnies aériennes s'est interrogé sur la pertinence de ces mesures car le passage aux portiques de sécurité permet de détecter les produits pouvant en- trer dans la composition d'explosifs. «Même à court terme, il est bien difficile de comprendre leur efficacité. Et elles créent des distorsions commerciales impor- tantes», a estimé le directeur de l'association regroupant les compagnies aériennes du monde entier.

So cié t é

12

EL MOUDJAHID

Cnas - ClInIques prIvées ConventIonnées

MISE EN VALEUR DES EFFORTS

l 56.293 malades pris en charge durant les dix dernières années.

Les cliniques privées conventionnées assurent la chirurgie cardiovasculaire, à travers le territoire national. Durant les dix dernières années, 56.293 malades assurés ont été pris en charge pour un montant de 22,5 milliards de dinars.

l es relations contractuelles liant la Cnas et la Cas- nos aux cliniques spécia-

lisées en chirurgie cardiovasculaire ont été au cœur des débats lors des travaux d’un séminaire national organisé mardi dernier au centre familial de Ben aknoun, sur le thème « un parte- nariat solide pour une meilleure prise en charge sanitaire des assu- rés sociaux ». au cours de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique de la Cnas pour les années 2017-2019, et qui est dédiée à l’évaluation de plus d’une dizaine d’années de relation entre les par-

ties prenantes, il a été procédé à la mise en valeur des efforts réalisés par la Caisse nationale tout en in- sistant sur les procédures qui ont permis une meilleure prise en charge des malades assurés so- ciaux, notamment au niveau des 19 cliniques conventionnées spé- cialisée en chirurgie cardiovascu- laire. Cette journée a fait l'objet d'un rappel que la caisse nationale se dirige vers la mise en place de tous les mécanismes permettant l’accès à tous les assurés sociaux

et leurs droits aux soins de qualité,

en particulier ceux qui nécessitent une prise en charge auprès des cli- niques privées conventionnées, ainsi que d’autres facilitations vi-

conventionnées, ainsi que d’autres facilitations vi- sant la protection du malade et ré- duire les transferts

sant la protection du malade et ré- duire les transferts des malades pour soins à l’étranger. aussi la Cnas contribue à la gratuité des soins, et réserve an- nuellement un forfait hôpital au profit des services de la santé, dont le montant pour les trois der- nières années est plus de 65 mil- liards de dinars pour l’année 2015, plus de 64 milliards, pour l’année 2016, et plus de 74 mil- liards pour l’année en cours. Il est à souligner, par ailleurs, que la facilitation de l’échange des données et relations avec les cliniques en question, la rapidité et l’efficacité dans le traitement et

la numérisation des dossiers mé- dicaux représentent une priorité pour la Cnas et ce, à travers la modernisation des services et de la gestion des dossiers.

« pour les dix dernières années les deux caisses ont pris en charge 56.293 malades assurés pour un montant de 22,5 milliards de di- nars », a notamment indiqué le di- recteur général de la Casnos le docteur acheuk Youcef Chawki qui a déclaré « la sécurité sociale (Cnas et Casnos) a permis l’intégration du secteur privé dans le système de santé national. C’est le trait d’union entre le secteur privé et public. aussi, la création de ces cliniques a baissé la pres- sion sur le secteur public et ce en limitant le nombre de transfert des malades vers l’étranger pour des coûts exorbitants », a-t-il précisé. et d’expliquer « aujourd’hui, la chirurgie cardiovasculaire en al- gérie est fixée aux normes inter- nationales. on compte d’excellents résultats enregistrés

sur ce plan. Il y a très peu de décès qui sont acceptables dans la me- sure où ils rentrent dans les stan- dards internationaux. actuellement, il y a la chirurgie cardiovasculaire et l’hémodialyse qui sont conventionnées avec les cliniques privées », précise-t-il. selon le conférencier, il y a une augmentation du nombre de ma- lades pris en charge par la Cas- nos de 193% entre 2007 et 2017. en conclusion, dr. acheuk Youcef Chawki, estime que les résultats sont « bons », le partena- riat est en train d’évoluer « d’une manière qualitative et quantita- tive » puisque le nombre de ma- lade qu’on ne pouvait pas prendre en charge auparavant en algérie ou à l’étranger, est absorbé par les cliniques conventionnées », a-t-il indiqué. de son côté, le directeur géné- ral de la Caisse, hassen tidjani haddam, a souligné que « cette rencontre est une opportunité pour l’évaluation des relations contrac- tuelles conformément à la convention signée entre les deux parties, visant à garantir une meil- leure prise en charge des malades selon les normes internationales.» Il y a lieu de rappeler que la première convention signée entre la Cnas et une clinique spécialisée en chirurgie cardiovasculaire date

de 15 ans. Wassila Benhamed

Il a kIdnappé et vIolé plusIeurs fIlles

ARRESTATION D’UN DANGEREUX PSYCHOPATHE À ALGER

les services de sûreté de la wilaya d’alger ont traité récemment une affaire d’attentat à la pudeur avec violence, usurpation d’identité, vol sous la menace, prises de photos et de vidéos

portant atteinte à la pudeur sur plusieurs jeunes filles. lors d’une conférence de presse organi- sée hier, à alger, le commissaire de police, M. redouane Boudraa, chef de sûreté urbaine de dely Ibrahim à Chéraga, a indiqué que les ser- vices de la sûreté de la wilaya d’alger ont pro- cédé à l’arrestation d’un individu qui intimidait des jeunes filles en les menaçant d’exhiber leurs photos sur les réseaux sociaux. le commissaire de police Boudraa, a expli- qué que « cette affaire a été prise en main par les services de sûreté de dar el Beida et de Ché- raga. l’enquête a commencé par le dépôt de plainte par une jeune fille qui a affirmé qu’elle

a été agressée par le suspect et à il a cassé vo- lontairement son téléphone portable.» le conférencier a indiqué que « le suspect

arrêté par les services de police de la wilaya est âgé de 26 ans et est sans domicile fixe. lors de son arrestation il avait 22 téléphones portables en sa possession, un pistolet en plastique et des objets personnels appartenant aux victimes ». Il

a rappelé que le ravisseur conduisait les vic-

times à bord d’une voiture et les menaçait avec son arme, avant de se diriger vers d’autres en- droits isolés d’alger. les filles otages, après avoir subi des sévices sexuels et autres vio- lences physiques, sont filmées, et le « clandes- tin » les menaçait alors de partager ses vidéos sur des sites pornographiques étrangers si ja- mais elles osaient le dénoncer. Il ciblait notam- ment des étudiantes. « a travers les vidéos des victimes filmées par le ravisseur, nous avons pu identifier sept d’entre elles. nous avons lancé un appel pour que les autres victimes viennent témoigner ». et de poursuivre « les services de sécurité ont ré- quisitionné un pistolet en plastique, 22 télé- phones portables, et des objets personnels apprenants à ces victimes », souligne le com- missaire Boudraa tout en précisant que parmi les victimes une jeune fille a réussi à s’échapper en sautant de la voiture du ravisseur. Il a indiqué qu’« après l’avoir arrêté, le sus- pect a avoué que les objets trouvés sur lui ont été volés, de plusieurs façons, à ces victimes qu’il rencontrait sur les réseaux sociaux ou en utilisant sa voiture en se faisant passer pour un taxi clandestin. Il s’arrêtait devant les universi- tés, il proposait des courses à moitié prix aux

Ghardaïa

130 MALENTENDANTS BÉNÉFICIENT D’APPAREILS

filles. dès que la fille monte dans la voiture, il l’emmène vers des endroits isolés. une fois ar- rivé, le suspect porte atteinte à sa pudeur, la pho- tographie l’enregistre en vidéo tout en la menaçant et en la frappant », explique-t-il. le commissaire Boudraa indiqué qu’après son arrestation, l’auteur de ces crimes, a été pré- senté devant le procureur de la république ter- ritorialement comptent qui a ordonné sa mise en détention provisoire.» la police scientifique devra rendre ses conclusions incessamment sur le contenu de son téléphone portable et sa carte mémoire, des 20 autres téléphones subtilisés aux victimes. pour le moment, au moins 70 vidéos ont été retrou- vées dans la carte mémoire de cet individu. du coup, le complément d’enquête devra révéler si des vidéos ont été ou non envoyées sur face- book et des sites pornographiques étrangers. l’enquête que supervisent la sûreté de la wilaya d’alger et ses 13 sûretés de daïra se poursuit pour établir les motivations qui ont poussé ce clandestin à commettre un forfait aussi abject, d’une part, et tenter d’établir l’identité des au- tres victimes, d’autre part. Wassila Benhamed

Cent trente malentendants, issus de diffé- rentes localités de la wilaya de Ghardaïa, ont

bénéficié gracieusement d’appareil auditif, a- t-on constaté mardi dernier. Initiée par l’asso- ciation caritative "en nour" des personnes aux besoins spécifiques d’el-atteuf, en collabo- ration avec l’agence locale de la caisse natio- nale des retraités (Cnr) et l’office national d'appareillages et accessoires pour personnes handicapées (onaaph) d’alger, cette action

a permis, durant une semaine, de dispenser,

pour la 3 e fois, consécutive outre des examens

et des consultations d’otoscopie et de l’audio-

métrie, la prise en charge des retraités et ayants droit souffrant de troubles auditifs et de baisse de l’ouïe. encadrée par un staff médical composé de médecins spécialistes orl de la Cnas, des audioprothésistes de l’onaaph, cette action

a permis de toucher l’ensemble des retraités et ayants droit, ainsi que des personnes démunies souffrant d’une déficience auditive des diffé- rentes localités de la wilaya. selon M lle dahbia Benamrouz, assistante sociale de la Cnr de Ghardaïa, cette action s’inscrit dans le pro- gramme de la direction générale visant la prise en charge et le suivi des retraités et leurs ayants droit souffrant de maladies ou autres handicaps. elle s'assigne pour objectifs de rap- procher les prestations médicales des per- sonnes, pour la plupart âgées, d’améliorer la qualité des prestations et l’humanisation des relations avec les retraités par la prise en charge et le suivi de cette population et leurs ayants droit. des actions similaires ont été ini- tiées auparavant avant d’être interrompues en 2012 suites aux événements qu’a connus la ré- gion de Ghardaia, a-t-elle rappelé, ajoutant

que la reprise de ces actions et des visites à domicile des retraités interviennent à la faveur de la normalisation de la situation à Ghardaïa. l’association "en nour", en collaboration avec l’agence locale de la Cnr de Ghardaïa déploient des efforts visant à promouvoir les conditions des personnes souffrant de surdité ou de baisse de la vue et offrir des prestations aux personnes aux besoins spécifiques et aux personnes âgées. des visites à domicile des re- traités ont été effectuées par l’assistante so- ciale de la Cnr de Ghardaïa, en collaboration avec l’association "en nour" pour s’enquérir de leur situation sociale et recenser leur be- soins. des dizaines de fauteuils roulant, des ma- telas orthopédiques et autres matériels ont été distribués dernièrement au profit des retraités de la wilaya, a-t-on fait savoir. (APS)

R E GA R D
R E GA R D

Quand les rues racontent l’oubli

l Nos rues sont certainement frappées par le syndrome de l’oubli. Elles

continuent, plus d’un demi siècle, après le recouvrement de la souveraineté nationale de traîner, tel un boulet rouge, des noms qui font carrément honte à la mémoire collective, au long combat pour la liberté, la dignité, desAlgériens, bafouée, tous les jours que Dieu fait. C’est une véritable atteinte, à la guerre de Libération et aux sacrifices de tous ces martyrs et ces moudjahidine qui ont donné leur vie et leur sang aussi, pour voir l’emblème national flotter partout, mais également retrouver l’identité, longtemps, faussée et écorchée par le colonisateur. Il est inadmissible aujourd’hui, de voir des rues, même baptisées, par les pouvoirs publics, porter des noms, venus d’ailleurs, qui évoquent de surcroît, de mauvais souvenirs. De nombreuses artères, en effet, peinent à retrouver leur «Algériannité », blessée, par des mauvaises habitudes, parfois, qui ont la peau dure, de certains qui rejettent, ces nouvelles mises à jour, d’extrême importance, à plus d’un titre. Incroyable, mais vrai, nous sommes incorrigibles, au point de garder en mémoire, ce souvenir, glorifier nos bourreaux, même inconsciemment. Les rues Ben M’hidi, Didouche Mourad, Khelifa Boukhalfa ou encore le quartier Krim Belkacem n’ont toujours pas été « réhabilitées » quand bien même elles ont été concernées par les opérations de baptisation. Un lavage de cerveau s’avère peut-être indispensable pour préserver des valeurs et des idéaux pour lesquels l’Algérie a payé un prix très cher. Nos rues, une chose est sûre ont besoin d’une thérapie de choc, bien dosée ou plutôt, d’une « cure » d’histoire pour retrouver leur authenticité, voire carrément, leur honneur et mettre un terme au malaise identitaire qui résiste, y compris au bon sens et à la logique. En attendant des jours meilleurs, nos rues « dépeintes », lancent un SOS. Samia D.

don de sanG à sétIf

LE GESTE DU CŒUR DE LA POLICE

autant sur le terrain de la tranquillité du citoyen que de sa sécurité et la préser- vation de ses biens, la police toujours plus proche de ce dernier et à l’écoute constante de ses préoccupations, n’est pas sans s’impliquer aussi dans bien des ini- tiatives à caractère humanitaire. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’opé- ration don de sang qui a été initiée depuis la matinée de mardi suite aux orientations des hautes instances de la direction géné- rale de la sûreté nationale, touche l’ensem- ble des agents et autres fonctionnaires œuvrant au niveau des structures de police implantées à travers le territoire de la wi- laya. une initiative d’autant plus importante qu’elle coïncide avec la célébration de la journée maghrébine du don de sang et va dans le sens de la consolidation des liens de ce corps de sécurité avec les différentes franges de la société, notamment à travers

l’organisation de telles actions qui permet- tent essentiellement à prêter l’assistance nécessaire à des personnes qui sont dans le besoin impérieux de sang et partant, contribuer à sauver des vies humaines. a l’hôtel de police de sétif, implanté

à la cité des tours, cette opération n’a pas manqué de susciter une adhésion profonde parmi les agents et fonctionnaires de po- lice, femmes et hommes, qui auront ainsi

à travers un tel geste à sauver de nom-

breuses vies humaines et se hisser à la di- mension de valeurs humaines profondes induites par une telle initiative encadrée de surcroît par un staff médical du service de wilaya de la santé et des œuvres sociales relevant de cette institution, accompagné d’une équipe du centre du sang du Chu de sétif.

F. Zoghbi

Cult ure

13

EL MOUDJAHID

FESTIVAL« LIRE EN FÊTE » À CONSTANTINE

UNE BULLE DE LECTURE EN COULEURS POUR LES ENFANTS

La 7 e édition du festival culturel «Lire en fête», organisée à la bibliothèque principale de lecture publique située dans la banlieue ouest de Constantine, a été l’occasion pour les enfants de plonger dans une bulle de lecture en couleurs, a-t-on constaté mardi.

O uverte lundi, cette mani- festation culturelle, organi- sée à l’initiative de la

direction locale de la culture et du commissariat du festival culturel local, avec la participation des Scouts musulmans algériens (SMA), a été placée cette année sous le slogan «Colore ta vie par la lecture», et propose un riche programme coïncidant avec les vacances scolaires, comportant des spectacles de magie, des di- vertissements animés par des clowns, des projections de courts métrages pour enfants au niveau de la salle des conférences de la bibliothèque, ainsi que des ateliers de lecture, de dessin et de calligra- phie. Des ouvrages de littérature arabe, sur la guerre d’Algérie et des bandes dessinées sont égale- ment proposés aux plus âgés parmi les jeunes visiteurs de cette manifestation, à travers une bi- bliothèque itinérante où les férus de lecture peuvent s’adonner à leur passion en dévorant des livres sur place. Selon les organisateurs, cette manifestation vise à inciter

Selon les organisateurs, cette manifestation vise à inciter les enfants à découvrir les joies de la

les enfants à découvrir les joies de la lecture et de la décou- verte pour développer leur imagi- nation et les éloigner un peu de l’attrait des réseaux sociaux les- quels ont pris le dessus ces der- nières années sur des occupations saines et enrichissantes comme la lecture. Souriant et appliqué à fi- naliser son dessin avec lequel il veut participer au concours de dessin prévu au programme, Racim, 6 ans a affirmé apprécier cette immersion dans le monde coloré des livres et des contes

pour enfants, même si, précise-t- il, il ne peut lire pour l’instant que des petites histoires pas trop longues. Parmi les activités pro- posées aux enfants, l’atelier dédié à la calligraphie arabe a égale- ment attiré de nombreux collé- giens qui ont bénéficié de certaines techniques de base concernant cet art de l’écriture arabe, conjuguant forme et esthé- tique, à l’instar de Ritaj, 12 ans, qui a exprimé le souhait que ce type d’activités soit plus fré- quemment proposé. Razika

Zeghdoud artiste peintre, calli- graphe, enseignante à l’institut des beaux-arts de Constantine et animatrice de l’atelier de calligra- phie au sein de la bibliothèque principale de lecture publique, a affirmé que cette discipline a sus- cité un engouement certain chez les jeunes et constitue un paramè- tre important dans l’apprentissage de l’enfant, dès le plus jeune âge, car elle favorise, selon elle, une meilleure assimilation des connaissances. Approchés par l’APS, certains parents ont dé- ploré, pour leur part, que cette édition ait été organisée cette année dans la bibliothèque princi- pale de lecture publique de la cité Boussouf, située sur la RN 5 Aïn Smara - Alger, dont l’accès diffi- cile a rebuté les citoyens pour s’y rendre. La 7ième édition de la manifestation lire en fête sera clô- turée jeudi par une remise de prix aux enfants ayant participé aux différents ateliers, notamment celui du dessin en plus d’une re- mise d’attestations aux partici- pants, a-t-on indiqué. (APS)

PROGRAMMATION CULTURELLE DE L’INSTITUT CERVANTÈS

RÉPANDRE LA LANGUE ESPAGNOLE

L'ambassadeur d'Espagne en Algérie, Ale- jandro Polanco Matas, et la directrice de l'Ins- titut Cervantès d'Alger, Raquel Romero Guillermas, ont animé, hier au siège de l’Ins- titut à d’Alger, une conférence de presse, pour présenter les grandes lignes du programme d'activités culturelles pour l'année 2017. En présence de nombreux journalistes de la presse nationale et internationale, Raquel Romero Guillermas a indiqué que 3.200 élèves se sont inscrits au cours de l’année 2016 aux cours d’apprentissage de langue au centre d’Alger. Un record par rapport aux années précédentes, ce qui relève le grand engouement porté par les algériens à la langue de Cervantès. La di- rectrice du centre culturel espagnol a indiqué que le centre d’Oran a connu lui aussi une aug- mentation importante des inscrits en cours de langue espagnole. De son côté, l’ambassadeur d’Espagne en Algérie a insisté sur la collaboration entre l’Institut Cervantès et les institutions cultu- relles en Algérie qui ont parcouru du chemin pour l’instant, en attendant la multiplication des initiatives. Le conférencier a précisé que des projets sont en cours de réalisation dans différentes wilayas comme Biskra, Annaba, Oran, Constantine et Tlemcen, ce qui traduit

Ph : Wafa
Ph : Wafa

la volonté de l’Institut d’être présent dans tous les coins de l’Algérie. L’ambassadeur a rap- pelé que d’importants travaux de rénovation et de restauration d’édifices sont en cours de réa- lisation pour renforcer la langue espagnole en Algérie, notamment avec l’accord relancé avec le ministère de l’Éducation nationale pour la troisième année consécutive, pour la formation d’enseignants de langue espagnole et bientôt la formation d’inspecteurs. Rappelant l’année 2016 qu’il a qualifiée de «charnière» vu le nombre croissant d’activités culturelles orga- nisés, le conférencier est revenu entre autres sur le centenaire de la mort de Cervantès, la présentation, dans le cadre su Salon internatio- nale du livre d’Alger (SILA), de la nouvelle

édition en arabe de Don Quichotte, colloque sur Cervantès à Tlemcen, une exposition au précédent FIBDA sur Cervantès, ainsi que de nombreuses participations d’artistes espagnols dans des concerts de musique, pièces de théâ- tre, projections de film et expositions. Pour les objectifs de l’année 2017, l’Institut Cervantès compte diffuser davantage le patrimoine cul- turel de l’Espagne, encourager les relations bi- latérales entre l’Espagne et l’Algérie à travers l’échange culturel, plus de présence de la cul- ture espagnole dans l’agenda culturel de l’Al- gérie et le soutien à la diffusion de la culture algérienne en Espagne, l’appui à l’insertion des industries culturelles espagnoles dans le marché algérien de la culture et encourager l’internationalisation de créateurs espagnols. L’organisation des journées de coopération culturelle Espagne-Algérie, en collaboration avec le ministère de l’Éducation, Culture et Sport de l’Espagne, augmenter la présence cul- turelle espagnole sur le territoire algérien et renforcer nos alliances, ainsi que l’améliora- tion des instruments de communication et dif- fusion de l’information sur les activités culturelles et développement des réseaux

déchange. Kader Bentounès

PREMIER SALON DE LA PHOTOGRAPHIE DE BLIDA

UNE TRENTAINE D’ARTISTES EXPOSENT

Une trentaine de photographes, amateurs et pro- fessionnels, issus de 20 wilayas, prennent part au premier Salon national de la photographie, ouvert mardi à Blida. L’événement, abrité par le centre des loisirs scientifiques de Bab Dzaïr, du centre de Blida, a enregistré, à son premier jour, une grande affluence de fans de l’art photographique, parmi les jeunes notamment, ceci d’autant plus qu’il s’agit du premier salon du genre organisé dans la wilaya. De nombreux photographes présents, sur place, ont ex- primé, leur satisfaction à l’égard de l’organisation de cet événement culturel novateur, qui leur permet-

tra d’en savoir un peu plus sur cet art, ont-ils es- timé. La manifestation a été marquée par l’exposi- tion de photographies en tous genres de très haute qualité, prises par des professionnels ou des ama- teurs, et mettant en exergue différentes régions tou- ristiques du pays, à l’instar du grand sud algérien, ou des facettes de notre patrimoine national, et au- tres. Ce salon de quatre jours, organisé par l’asso- ciation scientifique Yasser, en collaboration avec la direction de la jeunesse et des sports de la wilaya, englobe deux expositions distinctes, la première dé- diée aux photographies de tous les participants, et

la deuxième à des photos en lice pour décrocher une place parmi les trois mises en jeux, pour la meil- leure photographie de ce salon national . Un stand de ce salon a été , en outre, consacré à l’exposition de différents appareils photographiques, en partant du plus classique à celui à la dernière pointe de la technologie, au grand bonheur des amateurs du genre, qui ont beaucoup apprécié ces coulisses de l’art photographique , tandis que certains n’ont pas manqué, l’occasion, pour se faire prendre en photo, par un professionnel du domaine. (APS)

TÉLÉVISION

ADAPTATION D’UN CÉLÈBRE ROMAN SUR L’ESCLAVAGE

Le réalisateur de Moonlight, Oscar du meilleur film, va réaliser pour la pla- teforme de diffusion vidéo en ligne d'Amazon une série adaptée du roman The Underground Railroad, sur l'époque de l'esclavage aux États-Unis, selon un communiqué publié lundi. Amazon supervise la production de cette série dirigée

par le metteur en scène noir Barry Jenkins qui, outre le trophée du meilleur film,

a également été récompensé, en février, de l'Oscar de la meilleure adaptation

pour Moonlight. Le programme sera co-produit par la société de production de

Barry Jenkins, Pastel, ainsi que par celle de l'acteur américain Brad Pitt, Plan B, qui avait travaillé aussi sur Moonlight. The Underground Railroad, de l'écri- vain américain Colson Whitehead, est un roman qui s'inspire du réseau de routes

et chemins secrets, avec caches et refuges, qui permettaient aux esclaves en fuite

de rejoindre les États du nord des États-Unis ou le Canada, pour accéder à la li- berté.

Le réseau s'appuyait sur des centaines de personnes et aurait permis à plu- sieurs dizaines de milliers de Noirs d'échapper à l'esclavage. La «conductrice» la plus célèbre de ce maillage est sans doute Harriet Tubman, une ancienne es- clave qui convoya des centaines de personnes malgré le danger. La principale originalité du livre est qu'il imagine l'existence d'un véritable réseau ferré sous- terrain («underground railroad»), qui n'a jamais vu le jour en réalité. The Un- derground Railroad a été un succès d'édition, vendu à plus de 800.000 exemplaires aux États-Unis et valu à Colson Whitehead, qui est noir, le National Book Award, l'un des prix littéraires américains les plus prestigieux. «Préserver le spectre et la grandeur d'une telle histoire nécessite une approche audacieuse et innovante, et nous avons trouvé, avec Amazon, un partenaire dont l'attache- ment à la narration et à la liberté de forme est complètement aligné avec notre vision», a commenté Barry Jenkins, cité dans le communiqué. (APS)

JOURNÉE INTERNATIONALE DU THÉÂTRE À ORAN

UN HOMMAGE posthume à Hamouda Bachir

DU THÉÂTRE À ORAN UN HOMMAGE posthume à Hamouda Bachir Un vibrant hommage posthume a été

Un vibrant hommage posthume a été rendu au grand comédien et brillante signature du 4 e art algérien, Hamouda Bachir, qui nous a quittés en décembre 2015, et ce lors d’une cérémonie orga- nisée à l’initiative du bureau du RND d’Oran, à l’occasion de la Journée mondiale du théâtre. En présence de la famille du défunt, M. Nabil Lou- hibi, l’un des artisans et promoteurs de la culture à Oran, a rappelé le parcours de ce grand comé- dien, son talent et sa grande contribution au dé- veloppement et au rayonnement du théâtre algérien dans le monde. Feu Hamouda Bachir a légué un grand héritage au théâtre national, à tra- vers son interprétation de grands personnages dans des pièces célèbres, parmi lesquelles El- Talaq (le divorce), El-Machaâl (le flambeau), Ma kabl el-massrah (avant-scène), Arlequin et d’autres. Par ailleurs, et s’agissant de l’évène- ment, à savoir la Journée mondiale du théâtre, M. Louhibi a souligné les efforts déployés par le Président de la République, M. Abdelaziz Bou- teflika, en vue de promouvoir la culture en géné- ral et le théâtre en particulier. Il a, en outre, rendu hommage aux grands hommes et femmes de théâtre qui ont tant donné à cet art, parfois au prix de leur vie, comme Abdelkader Alloula, Az- zedine Medjoubi, Abdelkader Ould Abderrah- mane, Mustapha Kateb, Sirat Boumediène… La musique s’est invitée à la célébration de cette journée mondiale et à laquelle ont assisté de grandes figures de la famille artistique à Oran. En effet, Mohamed Oulhaci Houari et Baroudi Benkhada ont gratifié l’assistance des plus belles chansons du terroir oranais et oriental, sous la direction du maestro Kouider Bouziane. Amel Saher

CÉLÉBRITÉS

PAUL MCCARTNEY PRÉPARE UN ALBUM

Paul McCartney a révélé qu'il travaillait sur un nouvel album avec Greg Kurstin, le producteur qui a aidé la chanteuse britannique Adele à sortir son hit mondial, Hello. Lors d'une interview à la radio, ce week-end, l'ancien Beatle a dit être «au milieu» d'un nouvel album, qui sera son premier depuis 2013. Il a précisé collaborer avec le produc- teur américain Greg Kurstin, qui a coécrit Hello, la ballade au piano qui a fait du dernier opus d'Adele un succès planétaire. Le producteur a aussi travaillé avec la chan- teuse australienne Sia ou l'icône du rock alternatif Beck. «Ma seule inquiétude, c'est que les gens vont se dire : Oh, Paul McCartney va chanter le thème du mois», a expliqué Paul McCartney dans cette interview à BBC Radio 6 Music. «Je suppose que vous pensez toujours le pire de lui (le produc-

teur, NDLR), mais c'est un gars génial.» À 74 ans, l'artiste a aussi dit ne pas se soucier de l'image qu'il laissera, après les décès ces derniers mois de lé- gendes comme David Bowie ou Prince. Mais il a raconté que son ancien compère des Beatles, John Lennon, assassiné devant chez lui à New York, en 1980, lui avait un jour posé une question sur ce sujet. «C'était marrant, parce qu'on n'aurait jamais imaginé que John aurait la moindre inquiétude à ce propos. Mais c'est quelque chose qui inquiète les gens : vous vous demandez ce que les autres diront. Garderont-ils les commentaires négatifs ?

Heureusement, ça

Ou les plus flatteurs ? (

n'aura pas d'importance, parce que je ne serai plus là.» Paul McCartney a aussi rendu hommage à

Chuck Berry, pionnier du rock'n roll disparu il y a une dizaine de jours. «On a beaucoup copié son style à la guitare, il a eu une énorme influence», a souligné le chanteur. «Ses paroles pour moi sont comme de la poé- sie américaine. Elles capturent cet esprit lycée, le

rock'n roll, les voitures

Le classique Come Together, des Beatles, s'était largement inspiré de You Can't Catch Me, de Chuck Berry, ce qui avait provoqué une que- relle avec la maison de disque du rockeur. (APS)

)

».

Jeudi 30 Mars 2017

Vie pratique

21

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du jeudi 2 Radjeb 1438 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du jeudi 2 Radjeb 1438
correspondant au 30 mars 2017 :
- Dohr
12h53
- Asr
16h26
- Maghreb 19h12
- Icha.……………………………20h32
Vendredi
3
Radjeb
1438
correspondant au 31 mars 2017 :
- Fedjr
05h07
- Echourouk 06h35
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Président-Directeur Général
de la Publication
Achour CHEURFI
Directeur de la Rédaction
Mohamed KOURSI
Rédacteur en chef
Kamal OULMANE
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 45.12.32
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 75.27.50
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de
Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service commercial
: 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

PENSéE

PENSéE
Triste fut pour nous le 31 mars 2008, où tu es parti de ce monde

Triste fut pour nous le 31 mars 2008, où tu es parti de ce monde pour un monde meilleur. Nous n'avons jamais cessé de penser à toi, tu as offert le meilleur de toi. Sans jamais demander une contrepartie. La mort t'a arraché à nous, mais elle ne pourra jamais nous faire oublier ton visage. La famille Si Amer demande à tous ceux qui l'ont connu et apprécié d'avoir une pieuse pensée à notre cher

BELKACEM

BELKACEM

Repose

en

paix,

nous

ne

t'oublierons jamais.

t'oublierons jamais.
El Moudjahid/ Pub du 30/03/2016

El Moudjahid/Pub du 30/03/2016

REMERCIEMENTS

Nous, familles ALLAL et NIGRI nous ne trouvons aucun mot pour exprimer notre reconnaissance envers toutes les personnes qui nous ont soutenus après le décès de

ALLAL AZEDINE ISLAM le 23-03-2017. Merci à vous tous d'avoir été a nos côtés pendant cette période douloureuse.

Merci à vous tous d'avoir été a nos côtés pendant cette période douloureuse. El Moudjahid/ Pub

El Moudjahid/Pub du 30/03/2016

El Moudjahid/Pub du 30/03/2017

El Moudjahid / Pub du 30/03/2017
El Moudjahid / Pub du 30/03/2017
El Moudjahid / Pub du 30/03/2017
El Moudjahid / Pub du 30/03/2017
El Moudjahid / Pub du 30/03/2017

El Moudjahid/Pub du 30/03/2017

 

Demandes d’emploi

 

J.H. cherche emploi dans le domaine

de la plomberie ou comme chauffeur de poids-lourd, Alger-Blida. Contacter le : 05.55.36.73.10

 

05.56.03.44.52

——0o0——

J.H. Styliste-modéliste pour hommes et femmes, 20 ans d’expérience, cherche emploi dans un atelier.

 

Tél.: 0561.84.96.34

——0o0——

J.H. âgé de 40 ans, cherche un poste de travail dans une société privée ou

publique. Email : Mouh_59@hotmail.com

 

——0o0——

J.H. âgé de 30 ans, architecte avec expérience de 05 ans, étude et suivi, maîtrise bien Cad, auto Card et 3 DS, cherche emploi dans une entreprise privée

ou étatique. Tél. : 0554.38.01.70

 

——0o0——

J.F sérieuse résidant à Alger, ayant diplômes en saisie de textes et pâtisserie, cherche emploi dans les domaines ou autres ; société étatique ou privée. Tél. : 0555.50.35.52

 

——0o0——

J.H âge de 40 ans, expérience chauffeur libre avec permis «B» de 2014 au 2016, maîtrise bien la langue française et l'arabe, cherche un travail de chauffeur dans une entreprise privée ou étatique. Tél. : 0550-22-78-82

 

——0o0——

J.H âgé de 23 ans, ayant TS en gestion et comptabilité INSFP d’Alger, avec expérience en stage pratique au sein de la compagnie d’engineering et au sein de l’entreprise Sonelgaz, maîtrise l’outil informatique, cherche emploi dans le secteur public ou privé. Tél. : 05 53 36 94 40 e-mail : kahlat2000@hotmail.fr

 

——0o0——

J.H 25 ans dynamique et sérieux, titulaire d’une licence en comptabilité fiscalité.

 

Tél.: 0557.61.20.66

——0o0——

El Moudjahid/Pub du 30/03/2017

 
El Moudjahid/Pub ANEP 0046 du 30/03/2016
El Moudjahid/Pub
ANEP 0046 du 30/03/2016

El Moudjahid/Pub

ANEP 508381 du 30/03/2016

ANEP 508293 du 30/03/2017

Jeudi 30 Mars 2017

Sp o rt s

22

EL MOUDJAHID

LE MINISTRE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS :

« IL N’Y A PAS DE POLITIQUE DE MARGINALISATION »

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould-Ali, a affirmé, mardi à Biskra, qu’«il n’existe pas de politique de marginalisation des athlètes et des compétences nationales dans le milieu sportif» et que «le même intérêt est accordé aux anciens athlètes et aux jeunes talents».

A u cours d’une conférence de presse,

tenue en marge de sa visite d’inspection dans la capitale des Ziban, El Hadi Ould

son ministère «combat

toutes les formes de marginalisation en coordi- nation avec les Fédérations, les Ligues et les clubs sportifs à travers le territoire national», mettant l’accent sur «la nécessité de travailler en coordination pour permettre une renaissance du mouvement sportif et de la jeunesse». Cer- tifiant que son département ministériel ne man- quera pas de consulter les Fédérations et de s’intéresser aux compétences nationales du do- maine du sport ainsi que les jeunes talents, le ministre a précisé que les Fédérations doivent par contre «respecter les lois» en faisant preuve «d’intégrité et de transparence dans leur ges- tion». M. Ould Ali a également révélé que son secteur supervise actuellement l’organisation de stages au profit de jeunes talents en collabora- tion avec les Fédérations, indiquant que «568 sportifs ont été sélectionnés dans 21 disciplines pour bénéficier de stages, dans la perspective de «créer une élite sportive nationale pour as- surer un avenir prospère pour le sport, mais aussi en vue des compétitions internationales et olympiques, à commencer par les Jeux afri- cains de la jeunesse (JAJ), prévus en Algérie en 2018». Il a également soutenu, dans ce

Ali a souligné que

2018». Il a également soutenu, dans ce Ali a souligné que contexte, que «l’Algérie est éligible

contexte, que «l’Algérie est éligible à participer aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) qui se tiendront en Argentine au cours de la même année, aux jeux méditerranéens qui se déroule- ront à Oran, ainsi qu’aux Jeux olympiques de Tokyo (Japon) en 2020. S’agissant du recrute- ment d’un nouveau sélectionneur pour l’équipe

nationale de football, le ministre a affirmé que «cette prérogative est du ressort de la Fédéra- tion algérienne de football», ajoutant que cela fait partie des «priorités’ ‘du Bureau fédéral de recruter un sélectionneur à la hauteur pour di- riger l’équipe nationale, assurer le succès et re- donner de l’aura au football algérien dans les

compétitions internationales». Évoquant les subventions accordées aux clubs sportifs ama- teurs de football, le ministre a rappelé que « l’opération est en cours, ciblant un total de 2020 clubs à travers 48 wilayas du pays». Le premier responsable du secteur de la jeunesse et des sports a, par ailleurs, assuré que «l’État accorde un grand intérêt à la région Sud du pays» évoquant, dans ce sens, les inspections lors de ses visites au Sud algérien «d’impor- tantes infrastructures» réalisées dans les wilayas de Bechar, Ghardaïa, Illizi, Tindouf et Ouargla. Il a ajouté que la wilaya de Biskra a bénéficié dans le cadre des trois derniers programmes quinquennaux d’une enveloppe globale estimée à 8,8 milliards de dinars destinée à concrétiser environ 300 projets au profit des jeunes de cette wilaya. À noter que le ministre a entamé sa vi- site dans la capitale des Ziban par l’inspection d’un stade de football d’une capacité de 5400 spectateurs, la piscine semi-olympique et une salle omnisports dans la circonscription admi- nistrative de Ouled Djellal. Procédant à l’inau- guration d’une maison de jeunes dans la commune de Doucen et une autre dans la ville de Tolga, le ministre devrait rencontrer, par la suite, les joueurs des équipes nationales en stage au niveau de l’école régionale des sports olympiques, située au chef-lieu de la wilaya.

des sports olympiques, située au chef-lieu de la wilaya. CAN-2019 : TOUR PRÉLIMINAIRE RETOUR SUD-SOUDAN ET

CAN-2019 : TOUR PRÉLIMINAIRE RETOUR

SUD-SOUDAN ET COMORES QUALIFIÉS

Le Sud Soudan, qui battu Djibouti 6 à 0 au premier tour pré-

liminaire retour mardi (aller: 2-0 pour Djibouti), et les Comores

la poule C (avec Mali, Gabon et Burundi) et dans la B avec le Cameroun, le Maroc et le Malawi.

se

sont qualifiés pour la phase des poules des qualifications de la

Tour préliminaire :

Aller Retour

CAN-2019. Ces deux pays rejoignent le Madagascar qui avait va-

Dimanche

lidé son ticket dès dimanche. Madagascar rejoint dans le groupe

(+) Madagascar - Sao Tome

1-0

3-2

A

le Sénégal, la Guinée Equatoriale et le Soudan. De leur côté,

Mardi

Ile Maurice - (+) Comores

0-2

1-1

(+)

le

Sud Soudan et les Comores ont été versés respectivement dans

Sud Soudan - Djibouti

0-2

6-0.

BASKET-BALL : SUPERDIVISION A

LE CHAMPIONNAT REPREND SES DROITS

Après plus d’un mois d’arrêt en raison de la préparation de notre équipe national

pour le tournoi qualificatif à l’Afro Basket,

le Championnat de super division A repren-

dra ce weekend. Et il s’agira de la première journée de la phase retour (9 e journée). Une entame qui nous propose une très belle af- fiche entre le NAHD et le GSP. Le 21 Jan- vier dernier, les deux formations s’étaient rencontrées à Staoueli pour une superbe af- fiche qui avait tenu en haleine les nombreux amoureux de la balle au panier et qui avait tenue toutes ses promesses. Le score de 77 points à 75 reflète parfaitement la physio- nomie de ce match et encore ! Ce jour la, le NAHD était pénalisé par une absence de taille, celle du pivot Omar Beliche qui ve- nait de se blesser en stage avec l’équipe na- tionale. Le GSP avait alors dévoilé sa fébrilité et ses poursuivants comme le NAHD ou le CRBD Beida pouvaient à tout moment renverser la vapeur et créer la sur- prise. Comme quoi le GSP n’est pas une ci-

créer la sur- prise. Comme quoi le GSP n’est pas une ci- tadelle imprenable. Le NAHD

tadelle imprenable. Le NAHD aura-t-il sa revanche ? Réponse ce samedi sur le par- quet de Staoueli à partir de 15h00. Si la poule A sera dominée par cette af- fiche qui se jouera à Staoueli, la poule B ne manquera pas d’intérêt puisque le pro- gramme nous propose deux beaux derbys,

l’un au centre entre le NB Staoueli et le CRB Dar El Beida et l’autre à l’est qui op- posera l’AB Skikda au RC Constantine. Deux duels indécis qui promettent du beau spectacle. Les mal classés tenteront de bien débuter cette phase retour pour les calculs de fin de saison. Mokhtar Habib

Le programme : Vendredi 31/03/2017 15h00 : PS Eulma/COBB Oran AB Skikda/RC Constantine USM Blida/US Sétif 16h30 : CSC Djesr Ksentina/IR Bordj Bouarreridj

Samedi 01/04/2017 15h00 : NAHD/GSP WOBoufarik/OMS Miliana CSMBOuargla/O.Batna 16h30 : NBS/CRBDBeida

MONDIAL-2018 (AMÉRIQUE DU SUD)

LE BRÉSIL, PREMIÈRE ÉQUIPE QUALIFIÉE EN RUSSIE

La sélection brésilienne est la première équipe à s'être qualifiée pour le Mondial- 2018 en Russie après la défaite de l'Uru- guay face au Pérou (2-1) mardi dans le cadre des qualifications sud-américaines.

Le Brésil avait battu plus tôt le Paraguay 3

à 0 et la défaite de l'Uruguay, ainsi que les

résultats des autres matches de la soirée, lui garantissent de finir à l'une des quatre pre- mières places des qualifications sud-améri- caines. La Seleçao a rejoint la Russie, automatiquement qualifiée en tant que pays-hôte, pour la prochaine Coupe du monde qui aura lieu du 14 juin au 15 juillet 2018. Trente autres billets sont encore à em- pocher pour le Mondial russe, mais aucune autre sélection ne pourra égaler par son brio

le Brésil qui a écoeuré tous ses rivaux sud-

américains. À Sao Paulo, le Brésil, déjà im- pressionnant contre l'Uruguay jeudi (4-1),

a étourdi le Paraguay et signé sa huitième

victoire consécutive, du jamais-vu dans son histoire lors de qualifications pour une Coupe du monde. Avec ses 33 points, le Brésil compte onze points d'avance sur la 5 e

place, celle qui ne donne plus droit à une qualification automatique pour le Mondial

plus droit à une qualification automatique pour le Mondial russe et qui est occupée par son

russe et qui est occupée par son grand rival argentin, en mauvaise posture. Comme l'Uruguay (3 e , 23 pts) et l'Argentine (5 e , 22 pts) s'affrontent lors de la 15 e journée fin août, l'une de ses deux équipes ne pourra pas rattraper le Brésil qui est donc mathé-

matiquement assuré de finir à l'une des qua- tre premières places qui donnent droit à un visa pour la Russie. Résultats de la 14 e journée des éliminatoires sud-américaines pour le Mondial-2018, disputée mardi,

Bolivie - Argentine Colombie - Equateur Chili - Venezuela Brésil - Paraguay Pérou - Uruguay

Classement Pts J G N P bp bc dif

2 - 0 2 - 0 3 - 1 3 - 0 2 - 1

1. Brésil

33

14 10

3

1

35 10

+25

2. Colombie 24 14 7

3

4

18 15

+3

3.

Uruguay

23

14

7

2

5

26 17

+9

4.

Chili

23

14

7

3

4

24 19

+5

5. Argentine

22

14

6

4

4

15 14

+1

6. Equateur

20

14

6

2

6

23 20 +3

7. Pérou

18

14

5

3

6

22 23

-1

8.

Paraguay

18

14

5

3

5

13 21

-8

9.

Bolivie

10

14

3

1 10

12 32 -20

10. Venezuela 6

14

1

3 10

17 34 -17

NDLR : Les quatre premiers se quali- fient directement pour la Coupe du monde. Le 5 e dispute un barrage intercontinental contre une équipe de la zone Océanie.

QUALIF. CONCACAF

LE MEXIQUE S’ENVOLE LES ÉTATS-UNIS CALENT

Le Mexique a franchi un grand pas vers la qualifi- cation pour le Mondial-2018 en battant Trinité-et- Tobago (1-0) mardi, tandis que les Etats-Unis ont dû se contenter d'un nul au Pa- nama (1-1). Le Mexique a été malmené par les "Soca Warriors" à Port of Spain mais

a assuré l'essentiel

grâce au premier but en sélection de Diego Reyes peu avant l'heure de jeu. Avec ses 10 points, le Mexique compte trois points d'avance sur le Costa Rica (2 e ), neutralisé au Honduras (1-1), tandis que le Panama est 3 e avec cinq points. Le Panama a contrarié les Etats-Unis qui restent bloqués à

la 4 e place (4 pts) et qui ne sont toujours pas sortis d'af- faire après leurs débuts catastrophiques lors de ce 5 e et dernier tour qui ont coûté son poste à Jürgen Klinsmann en novembre dernier. Après sa démonstration contre le Honduras (6-0) vendredi, "Team USA" n'a pas confirmé. Clint Demspey a certes ouvert la marque (39) après un nouvel exploit de Christian Pulisic mais cet avantage a été de courte durée : quatre minutes plus tard, Gabriel Gomez égalisait sur un ballon mal dégagé par la défense américaine, surprise par une longue touche.

par la défense américaine, surprise par une longue touche. Résultats de la 4 e journée :

Résultats de la 4 e journée :

À

.

San Pedro Sula (Honduras), Honduras et Costa

Rica font match nul (1 à 1) Buts : Honduras : Lozano (35)

Costa Rica : Waston (68)

À Port of Spain, Mexique bat Trinité-et-Tobago (1

à 0)

À

But : Mexique : Reyes (58)

Panama City, Panama et Etats-Unis font match nul

(1 à 1)

Buts : Panama : Gomez (43) Etats-Unis : Dempsey (39)

Classement

Pts J

G

N

P

bp

bc

dif

1. Mexique

10

4

3

1

0

5

1

+4

2. Costa Rica

7

4

2

1

1

7

3

+4

3. Panama

5

4

1

2

1

2

2

0

4. Etats-Unis

4

4

1

1

2

8

7

+1

5. Honduras

4

4

1

1

2

4

9

-5

6. Trinité-et-Tobago 3 Déjà joués :

4

1

0

3

2

6

- 4

Honduras - Panama 0 - 1 Trinité-et-Tobago - Costa Rica Etats-Unis - Mexique Honduras - Trinité-et-Tobago Panama - Mexique Costa Rica - Etats-Unis Trinité-et-Tobago - Panama Mexique - Costa Rica Etats-Unis - Honduras

0 - 2 1 - 2 3 - 1 0 - 0 4 - 0 1 - 0 2 - 0 6 - 0

NDLR : les trois premiers qualifiés pour le Mondial- 2018, le quatrième participera à un barrage aller-retour contre le cinquième des qualifications de la zone Asie.

Sp o rt s

23

EL MOUDJAHID

FAF
FAF

APRÈS LA 1 re RÉUNION DU BF

SATISFACTION

DANS LA LUCARNE
DANS LA LUCARNE

Ahmad Ahmad ne sera pas commode

Le bureau fédéral, version Zetchi, a été constitué à Sidi Moussa, lors de la première réunion de cet organe depuis l’élection du président du PAC à la tête de la «vitrine» qui gère le football algérien depuis le 20 mars dernier.

I l est clair que quelques commissions n’ont pas en- core de responsables à

l’instar de la commission juri- dique, la commission de disci- pline et des recours ainsi que la commission d’audit interne,

Cette dernière verra un

cabinet externe désigné son responsable dans les meilleurs délais. Tout se fera, après ce premier conclave, lors de la prochaine réunion de ce même Bureau Fédéral. Ce qui est déjà considéré comme un point po- sitif par les observateurs ; les tâches ont été distribuées aux différents membres de l’équipe de Zetchi. À priori, tout le monde est satisfait de cette pre- mière réunion huit jours seule- ment après l’élection de Zetchi qui a été officialisée par la FIFA le 27 mars dernier. C’est donc un feu vert qui vient à point nommé du fait que l’épée de Damoclès est désormais du « has been ». Par conséquent, c’est le début des choses sé- rieuses et chacun sait ce qu’il a à faire au sein de cette FAF «nouvelle mouture». Il est clair que Zefizef qui hérite des fi- nances, mais aussi de la logis- tique de l’EN sera un pion important dans l’équipe de Zet- chi comme il l’a été avec le président de la FAF sortant, Mohamed Raouraoua. La lo- gistique de l’EN, mais aussi les moyens financiers qui avaient facilité grandement les choses pour l’équipe nationale, elle qui était contrainte de voyager dans les lointaines contrées africaines. Pour cela, l’EN A nécessite une logistique impec- cable avec aussi tout ce qui va

mais

une logistique impec- cable avec aussi tout ce qui va mais avec comme le cuisinier qui

avec comme le cuisinier qui connaît son travail du bout des doigts. Il est évident qu’il y avait comme un goût d’ina- chevé suite au déroulement de cette première réunion. Elle s’était achevée sans que Zetchi et son équipe ne désignent le nouvel entraîneur national ab- sent depuis le 23 janvier, date du départ de Leekens. Il veut certainement se donner encore un peu de temps pour ne com- mettre aucune erreur. Il a avancé un délai de 10 jusqu’à 15 jours car il sait que rien ne sera facile, les « grosses poin- tures » ne courent pas les rues et, le moins que l’on puisse dire, inabordables. Les suppu- tations émanant de plusieurs parties dont des publications sportives françaises ne sem- blent pas tenir la route. Zetchi insiste sur la confidentialité dans la prise d’une décision fi- nale. Par conséquent, les

quelques noms avancés par certains ne sont que de « fausses pistes » pour tromper l’ennemi comme l’on dit. Tou- tefois, le temps presse, surtout que le Togo a déjà joué deux matches amicaux contre la Libye (0 à 0 ) et l’Egypte (3 à 0). Ceci dit, ce qui est bien d’ailleurs, c’est que le nouveau

B.F a tranché rapidement concernant l’imbroglio qui existe dans notre Championnat d’élite, notamment en Ligue-1. Il faut dire qu’à six journées de la fin du présent exercice, cer- tains veulent poursuivre le Championnat national sans apurés les matches en retard. C’est injuste à l’égard de cer- tains clubs. La combine peut surgir alors à tout moment. Et la décision de Zetchi et de son Bureau Fédéral en présence de Kerbadj, le président de la LFP, d’arrêter le Championnat jusqu’à ce que tous les matches soient joués est certainement tout ce qui peut arriver de mieux à notre football. De cette façon, on donne la même chance à tout le monde sans ex- clusive. C'est-à-dire qu’on doit se comporter d’une manière équitable ; ils sont tous Algé- riens. En soi, il s’agit d’un point positif pour l’équipe de Zetchi, pourvu que cela dure ! H. G.

INFANTINO CONVIE ZETCHI À UNE RÉUNION DE TRAVAIL À ZURICH

Le président de la Fédération internationale de football (Fifa) l'Italo-suisse, Gianni Infantino, a convié le nouveau président de la FAF, Kheireddine Zetchi, au siège de l'instance mondiale à Zurich (Suisse) pour une réunion de travail, a indiqué l'instance fédérale mercredi. Le patron de la FIFA a saisi cette occasion pour féliciter Zetchi suite à son élection à la tête de la Fédération algérienne de football (FAF), le 20 mars, précise la FAF sur son site officiel. Zetchi était l'unique candidat à la succession de Mohamed Raou- raoua qui a décidé de ne pas briguer un troisième mandat de suite à la tête de la FAF. Le nouveau président de la FAF a présidé mardi la première réunion du Bureau fédéral tenue au Centre technique national (CTN) à Sidi Moussa dont la première phase a été élargie aux présidents des Ligues.

COUPE D’ALGÉRIE (1/4DE FINALE)

ESS - US TÉBESSA ET CRB - CABBA : L’INDÉCISION PLANERA

Demain vendredi, la commission de la coupe d’Algérie de la FAF a programmé deux somptueux chocs des quarts de finale de la coupe d’Algérie. Le premier aura pour cadre le stade 08-Mai 45, entre le cendrillon comme l’on dit, l’US Tébessa et le leader ac- tuel du championnat national de Ligue-1, l’ESS. En effet, à priori, les Sétifiens de Ma- doui ont fait le meilleur tirage en s’offrant, l’US Tébessa qui évolue dans le championnat Amateur (groupe Est). Toutefois, il ne faut pas se méprendre, puisque cet ensemble te- bessi ne sera pas un faire-valoir. L’US Tébessa peut même faire vraiment douter l’équipe d’Aïn El Fouara si on la prend de haut. Les locaux n’ont qu’à bien se tenir, sur- tout qu’ils restent sur une défaite en cham- pionnat, devant le CRB au stade 20-Août sur un penalty transformé par Hamia en fin de partie. Ce sera, qu’on le veuille ou non, un match où la décision se fera dans les prolon- gations et même au-delà. On avait vu com- ment cette équipe avait éliminé lors de la précédente édition des équipes comme l’USMH ou l’USM Blida. Cette équipe est parvenue en demi-finale où elle a été stoppée par le MCA sur le score de (3 à 0). Les pou- lains de Madoui doivent les surveiller comme du lait sur le feu s’ils ne veulent pas être surpris et éjectés de ce tour de la coupe d’Algérie qu’ils considèrent comme un ob- jectif principal. Pour cette rencontre, Madoui pourrait compter sur le retour de Nadji, mais et aussi la présence de Djabou. Au stade 20-Août 55, le CRB est sur un nuage à la suite de sa courte, mais précieuse victoire, devant le leader, l’ESS, sur le score de (1 à 0). Une victoire qui permet aux ca- marades de Yahia-Chérif de remonter à la 6 e place, eux qui étaient « englués » aux der- nières loges à la fin de la phase aller. En re- cevant dans leur fief du 20-Août, cette équipe du CABBA, locataire de la Ligue-2, les Be- louizdadis auront du fil à retordre face au CABBA, qui était il y a peu dans les profon- deurs du classement général est en train de connaître une fantastique remontée au point

en train de connaître une fantastique remontée au point de prétendre être l’une des deux équipes

de prétendre être l’une des deux équipes qui vont accéder, puisque le PAC l’a déjà fait. Certes, l’avantage du terrain aura son impor- tance, mais… Il est vrai que les Belouizdadis sont des habitués de Coupe mais les Bordjis aussi. Il y a quelques années, ils avaient atteint la fi- nale qu’ils avaient perdu aux penaltys devant ce même adversaire, le CRB. Donc, c’est un

peu les retrouvailles, même si en quarts de fi- nale tout demeure ouvert. H. G.

Programme de demain Stade 20-Août (16h): CRB - CABBA Stade 08-Mai 45 (16h) ESS - US Tébessa.

:

BOUGUECHE APTE POUR LE CHOCCONTRE LA JS KABYLIE

L'attaquant, Hadj Bou- gueche, indisponible pour blessure depuis le derby face à l'USM Alger, le 4 mars, a réin- tégré mardi l'entraînement col- lectif avec son équipe, le MC Alger, qui prépare son rendez- vous contre la JS Kabylie, sa- medi (16h00) au stade 5-Juillet, dans le cadre des quarts de finale de la Coupe d'Algérie, a-t-on appris auprès du club de la capitale. Pour sa part, le meneur de jeu, Zakaria Mansouri, qui a contracté une blessure samedi dernier contre la JSK (1-1), pour le compte de la mise à jour du calendrier de la Ligue-1, s'est entraîné normalement avec ses coéquipiers, ajoute la même source. En revanche, l'attaquant, Mohamed Seguer, blessé lui aussi depuis le derby contre

Mohamed Seguer, blessé lui aussi depuis le derby contre l'USMA, n'est pas encore apte à reprendre

l'USMA, n'est pas encore apte à reprendre la compétition. Il s'est entraîné en solo au cours de cette séance de mardi matin, précise-t-on de même source En cas de qualifica- tion, les Vert et Rouge accueil- leront en demi-finale le vainqueur du match entre l'ES Sétif, le leader actuel de la Ligue-1, et l'US Tébessa (Div. amateur). La formation phare de la capitale est également en course en Coupe de la Confédération africaine où l'at- tend une double confrontation contre les Tanzaniens de YoungAfricans pour le compte des 16 es de finale bis. Le match aller aura lieu le 8 avril à Dar es Salaam, alors que la deuxième manche est prévue une semaine après au stade 5-Juillet à Alger.

Depuis le 16 mars dernier, la CAF qui

gère le football africain est dirigée par un

nouveau président. C’est Ahmad Ahmad,

le Malgache, qui vient d’être intronisé à la tête de cette structure, le 16 mars 2017, lui qui avait gagné un aura planétaire grâce, on ne le répètera jamais assez, à Issa Hayatou. Il avait énormément fait pour le ballon rond africain, même si 29 ans de règne sont devenus lassants pour une Afrique avide de changement et surtout de développement. Le fait que l’Afrique ne peut pas regarder par tube cathodique interposé ses propres compétitions est en soi la goutte qui fait déborder le vase. C’était intenable pour tout le monde et ce malgré la bonne volonté des chefs d’Etat africains qui avaient sollicité la CAF, mais aussi Bein Sport qui avait elle-même acheté les droits exclusifs de Darmon et autres. Ils dominent les transmissions des matches depuis 40 ans. Cette donne doit impérativement changer pour le bienfait de toutes les nations africaines qui sont aujourd’hui «sucées», «déplumées» au vu et au su de tous. La problématique majeure à résoudre avec le nouvel arrivant de la CAF, au Caire, adjacent à la Fédération Egyptienne de Football (FEF). Le nouveau locataire fraîchement élu, le Malgache Ahmad, Ahmad, a dans l’idée de rassembler la famille du football africain et lui demande même de l’aider dans sa tâche qui ne sera pas facile. Il faut admettre qu’on ne peut effacer d’un coup de revers 29 ans d’un règne sans partage quand même les grandes compétences n’ont pas osé se dresser contre Hayatou. Malade, Hayatou ne pouvait que s’effacer, mais le nouveau locataire doit être au courant que ce ne sera de la tarte, ni pour lui, ni pour son équipe. Les chantiers qu’il doit superviser, à priori, ne sont pas réalisables aussi facilement que si l’on glissait sur de la glace. Bien au contraire, beaucoup d’embûches jalonneront le travail car en 29 ans de présence à la tête de la CAF, les jeux sont quelque peu faussés. Toujours est-il, Ahmad, Ahmad, en homme politique aguerri, ne se conduira pas comme un enfant de chœur dans cette CAF. Toujours est-il, il a reçu un coup de pouce du président de la FIFA, Gianni Infantino. En soi, cela ne peut que le conforter dans sa nouvelle tâche dans la Confédération africaine qui ambitionne de porter le nombre d’équipes africaines pouvant se qualifier à un mondial de 05 à 10, à l’orée du Mondial-2026 alors que le nombre d’équipes participantes au Mondial passeront officiellement de 32 à 48. Là, il faut mettre en exergue le fait que l’Italo-suisse, Gianni Infantino, a tenu à la lettre ses promesses électorales. Un mondial à 48, c’était un des points de la campagne d’Infantino. Dans moins de 10 ans, ce ne sera plus une vue de l’esprit, mais une réalité tangible que tout le monde acceptera. Par conséquent, Ahmad Ahmad a du pain sur la planche, mais il a des compétences, mais aussi des capacités physiques (il est jeune) pour mener à bien son programme. Après la démission du SG du Maroc, Hicham Al Amrani qui a été remplacé par l’Égyptien, Essam Ahmed, en tant qu’intérimaire, l’Algérien, Hédi Hamel prend les commandes de l’importante com- mission de la communication, alors que Ludovic Christian Lomotsy devient conseiller juridique. Il est clair que le Malgache a une idée précise de ce qui l’attend à la CAF. Une première réunion lui a permis de faire un briffing des différents services de la CAF, mais aussi du personnel. Ses débuts seront suivis avec une attention particulière car, faut-il le répéter, la CAF est une Confédération spéciale. Elle restera longtemps sous les feux de la rampe ; il s’agit d’une attitude tout à fait normale. Hamid Gharbi

T

OPS

CAN-2019 (PRÉPARATION)

L’ÉGYPTE DOMINE LE TOGO (3-0)

Le Togo, premier adversaire de l’Algérie en qualification de la Coupe d'Afrique des Nations CAN-2019 s'est lourdement incliné face à l'Egypte sur le score de (3 à 0) en match amical disputé mardi à Alexandrie. Les buts ont été ins- crits par MahmoudAbdelmounaim Kahrba (48'), Ahmed Cheikh (56') et Mohamed El Nenny(63') pour l'Egypte. Cette rencontre entre dans le cadre de la préparation des deux sélections en vue de la première journée des éliminatoires de la CAN- 2019. La sélection algérienne accueillera en juin prochain le Togo en ouverture de la campagne des éliminatoires de la CAN-2019.

Jeudi 30 Mars 2017

pièces de rechanges de haute qualité technolo- gique et mécanique, en ayant recours à la

pièces de rechanges de haute qualité technolo- gique et mécanique, en ayant recours à la sous- traitance, M. Denis Sas- sou-Nguesso a eu droit à un exposé détaillé sur les étapes de fabrication de ce genre de pièces, et ce après avoir visité les différents ateliers de cette entreprise. L’hôte de l’Algérie a également visité l’entre- prise des tracteurs agri- coles (ETRAG) dans la région de Oued Hami- mime à El khroub, dont la capacité de production atteint actuellement 4000 tracteurs sous les marques Cirta et aussi Massey Fergusson (fa- briquée en collaboration avec un partenaire américain), révélant un grand intérêt à l’exposé qui lui a été présenté par les responsables de l’en- treprise, qui aspire dans le cadre du partenariat algéro-américain, à consacrer 15% des tracteurs Massey Fergusson à l’exportation. Les res- ponsables de cette entreprise ont éga- lement évoqué l’objectif de réserver 60% du taux d’intégration globale de ces tracteurs au marché local et na- tional, et ce à l’horizon 2009, en sus de négociations avancées avec le partenaire américain pour exporter ce matériel à destination de nombreux pays africains.

M. SELLALREÇOIT LE MINISTRE IRANIEN DE LACULTURE

UN NIVEAU DE QUALITÉ

APPRÉCIABLE

IRANIEN DE LACULTURE UN NIVEAU DE QUALITÉ APPRÉCIABLE Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu à

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu à Alger le ministre iranien de la Culture et de l’Orientation religieuse, Réda Salhi Amiri, indique un communiqué des services du Premier ministre. L’entretien a permis d’aborder «les questions de coopération culturelle entre les deux pays, notamment les voies et moyens de les consolider davantage avec la signature d’une convention de coopération dans le domaine ci- nématographique entre le Centre national du cinéma et de l’audiovi- suel et l’Entreprise iranienne du cinéma El Fârâbî, ainsi que la multiplication des rencontres culturelles qu’organisent les deux pays», précise-t-on de même source. L’audience, qui s’est déroulée en pré- sence du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a été l’occasion aussi d’aborder « les relations bilatérales qui connaissent un niveau de qualité appréciable.

ASSASSINAT DES EXPERTS EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

L’Algérie condamne un crime abominable

L’Algérie condamne le meurtre des deux membres du Groupe d’ex- perts sur la République démocratique du Congo (RDC), l’américain Mi- chael Sharp et Zaida Catalan de Suède, et appelle à la mise en œuvre «rapide» et «efficiente» de l’accord de transition, a déclaré mercredi à Alger, le Porte-parole du ministère des Affaires étrangères (MAE), Ab- delaziz Benali Chérif. «Nous condamnons le meurtre des deux membres du Groupe d’experts sur la République démocratique du Congo (RDC), Michael Sharp des Etats- Unis et Zaida Catalan de Suède enle- vés au Kasaï-central en République démocratique du Congo le 13 mars courant. Nous sommes convaincus que ce crime abominable ne saurait rester impuni », a souligné le Porte- parole du MAE, dans une déclara- tion à l’APS. « Nous présentons nos

condoléances aux familles des vic- times et à leurs gouvernements res- pectifs, ainsi qu’au personnel des Nations unies qui, a-t-il noté, œu- vrent avec abnégation, courage et dé- termination, souvent au péril de leur vie, pour servir les idéaux de paix à travers le monde ». « Tout en exprimant notre préoc- cupation devant la recrudescence des actes de violence dans le centre de la République démocratique du Congo, nous assurons de notre solidarité le gouvernement et le peuple de ce pays frère, de même que nous appelons à la mise en œuvre rapide et efficiente de l’accord de transition, conclu le 31 décembre 2016 et devant mener à un règlement définitif de la crise et en- gager le pays sur la voie de la récon- ciliation, de la paix et du développement », a ajouté M. Benali Chérif.

DIPLOMATIE

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur des Émirats arabes unis

Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomination de M. Yousef Saïf Khamis SubaaAl-Ali, en qualité d’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de l’Etat des Emirats arabes unis auprès de la République algérienne démocratique et populaire, a indiqué mercredi, le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. LE PRÉSIDENT CONGOLAIS SASSOU-N’GUESSO VISITE DES

LE PRÉSIDENT CONGOLAIS SASSOU-N’GUESSO VISITE DES COMPLEXES MÉCANIQUES SPÉCIALISÉS À CONSTANTINE

SATISFACTION

DU NIVEAU DE PERFORMANCES

L e président de la République du Congo, M. Denis

Sassou-Nguesso a ex-

primé à Constantine, sa satisfaction du niveau

et de la qualité de per-

formance de plusieurs complexes spécialisés dans l’industrie méca- nique dans cette wilaya. En visite à Constantine, dans le cadre d’une vi-

site d’Etat qu’il effectue

en

Algérie sur invitation

du

président de la Répu-

Algérie sur invitation du président de la Répu- ENMTP), où il a assisté à un exposé

ENMTP), où il a assisté à un exposé portant sur les capacités de produc- tion de cette unité qui emploie 800

personnes. Issue de la restructuration de Sonacome, l’ENMTP est spéciali- sée dans le développement de tous les volets liés à l’industrie et à la dis- tribution de matériel de travaux pu- blics et de mécanique, en fournissant du matériel à des marques étran- gères avec de la main d’œuvre locale. D’après les informations présen- tées au président congolais, sur place, cette entreprise a convenue d’un ac- cord avec son partenaire espagnol en orientant 75% de sa production vers le marché algérien, et en consacrant 25% à l’exportation. Au cours de sa visite à l’entreprise publique de ger- bage et de manutention (GER- MAN), dans cette même région, spécialisée dans la production de

jet de budget pour l’exercice 2017- 2018. L’évolution de la situation du marché pétrolier sera également à l’ordre du jour de cette réunion mi- nistérielle. Créée en 1987, l’APPA regroupe 18 pays africains produc- teurs de pétrole, à savoir l’Algérie, l’Angola, le Bénin, le Cameroun, le Congo, le RD Congo, la Côte d’Ivoire, l’Egypte, le Gabon, le Ghana, la Guinée Equatoriale, la

blique Abdelaziz Bou- teflika, depuis lundi dernier, le

président de la République du Congo,

a manifesté un ‘‘grand intérêt’’pour

les perspectives offertes par ces in- dustries qui ont connu un grand essor

en Algérie. A son arrivée dans la ca- pitale de l’Est, M. Denis Sassou- Nguesso, accompagné du président

de l’Assemblée populaire nationale,

Larbi Ould Khelifa, du ministre d’Etat, ministre des Affaires Etran- gères et de la Coopération interna- tionale, Ramtane Lamamra, du ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesslem Bouchouareb, du ministre des Affaires Maghrébines et de l’Union Africaine et de la Ligue Arabe, Abdelkader Messahel, s’est

rendu à l’entreprise Somatel (filiale

de l’entreprise nationale de matériel

de travaux publics d’Ain Smara-

CONSEIL DES MINISTRES DE L’ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE PÉTROLE AFRICAINS

M. Boutarfa à Abidjan

Le ministre de l’Energie, Noured- dine Boutarfa participera demain à Abidjan aux travaux de la 34 e session ordinaire du Conseil des ministres de l’Association des producteurs de pé- trole africains. Lors de cette réunion, les ministres examineront, notam- ment des questions organisation- nelles, les rapports d’activités des organes et des instances de cette or- ganisation africaine ainsi que le pro-

Libye, la Mauritanie, le Niger, le Ni- geria, l’Afrique du Sud, le Soudan et le Tchad. Cette organisation inter- gouvernementale, basée à Brazza- ville, vise à promouvoir les initiatives communes en matière de politique et de stratégie de gestion dans tous les domaines de l’industrie pétrolière en vue permettre aux pays membres de tirer profit des activités d’exploitation de pétrole.

MDN

Le terroriste I. Ali CAPTURÉ à Djanet

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détache- ment de l’Armée nationale populaire relevant du secteur opérationnel de Djanet/4 RM a capturé, le 28 mars 2017, le terroriste dénommé I. Ali, suite à une patrouille de re- connaissance à la zone d’Oued Issyine, près des fron- tières sud-est du pays. Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, un détachement de l’ANP en coordination avec les élé- ments des Douanes ont appréhendé, à Aïn Témou- chent/2 e Région militaire, Trois narcotrafiquants à bord de trois véhicules touristiques chargés de 44 kilo-

grammes de kif traité. AAdrar, Bechar/3 e RM ainsi qu’à In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar/6 e RM, des déta- chements de l’ANP et des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté, « 43 immigrants clandestins de dif- férentes nationalités africaines, tandis que 12 groupes électrogènes et 6 marteaux-piqueurs ont été saisis ». D’autre part, des unités des Gardes-côtes ont déjoué à Annaba/5 e RM et Oran/2 e RM, des tentatives d’émigra- tion clandestine de 26 personnes, dont 8 africains, à bord d’embarcations de construction artisanale, conclut le MDN.

d’embarcations de construction artisanale, conclut le MDN. n « Les liaisons dangereuses des banques et assurances

n « Les liaisons dangereuses des banques et

assurances françaises avec la colonisation

israélienne », c’est le titre du rapport publié hier,

par une dizaine d’organisations qui révèle comment BNP- Paribas, Société Générale, CréditAgricole (et sa filiale LCL), BPCE (et sa filiale Natixis), etAXAsoutiennent, à travers d’astucieux montages financiers, la politique d’annexion d’Israël de terres appartenant à des Palestiniens. Les cinq grands groupes français gèrent ainsi des « participations financières » ou « détiennent des actions » dans des banques israéliennes, qui constituent un « outil essentiel de la politique de colonisation » en « finançant les constructions » note ce rapport qui s’ajoute à la longue liste de ces scandales qui illustrent, encore une fois, « cette responsabilité historique de l’Occident et de la France vis-à vis d’Israël pour assurer sa pérennité et sa sécurité » comme l’a reconnu cette semaine Benoit

C OMME N TA IR E

participations minoritaires, de manière directe ou indirecte, dans des banques ou entreprises actives dans les colonies israéliennes ». L’implication directe d’Alstom dans des grands projets d’infrastructures dans les colonies israéliennes est plus que problématique. Ce rapport recommande aux banques françaises de retirer tout financement, direct ou indirect, des banques et entreprises israéliennes qui contribuent au développement des colonies et de s’engager publiquement à ne plus financer ces entités et demande à l’État français de respecter ses obligations internationales, notamment celles résultant de

violations de normes impératives du droit international par Israël et celles de protéger, respecter et mettre en œuvre les droits humains et de prendre toutes les mesures pour prévenir toute participation ou investissement des entreprises françaises qui contribuerait à la colonisation

Mohamed Koursi

QUAND DES BANQUES FRANÇAISES FINANCENT LES COLONIES ISRAÉLIENNES

Hamon, candidat à l’élection présidentielle en France. Quel poids et quelle crédibilité au Conseil de sécurité quand ses injonctions concernant ce pays sont contrées par le véto systématique d’un de ses membres ? Le 23 décembre 2016, la résolution 23341, a exigé d’Israël « qu’il arrête immédiatement et complètement toutes ses activités de peuplement dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». Ceci ne l’a point freiné, bien au contraire, l’arrivée de Trump à la Maison-Blanche a été considérée par Israël comme une opportunité a saisir pour intensifier sa politique de colonisation. Ces milliers de logements qui sont en train d’exterminer le peuple palestinien en effaçant sur le sol toutes traces généalogiques demandent des capitaux considérables. Voilà comment ces banques françaises font des affaires avec les Israéliens dans les territoires occupés en toute connaissance de cause. « Chacune de ces sociétés détiennent plusieurs

israélienne.