Vous êtes sur la page 1sur 89

ACADEMIE MILITAIRE

FONDOUK JEDID DIRECTION DE L’ENSEIGNEMENT UNIVERSITAIRE


Année Universitaire : 2011-2012
COURS
Module :Transmission de données
Classe : TEL 11
Enseignante : Faïza Tabbana
Date : 06/12/2006

Chapitre 1 : Éléments de base


de la transmission de données

Présenté par : Faïza Tabbana

1
Objectifs

 L’objectif principal de ce cours de transmissions de données est de


présenter l’architecture en couches d’un réseau de transmission de
données ainsi que les notions de service et de protocole associées à ce
type d’architecture.

 Ce cours traite en particulier les fonctions assurées par les couches


orientées transport, à savoir la couche physique, la couche liaison, la
couche réseau et la couche transport.

2
Plan du cours

 Chapitre 1 : Éléments de base de la


transmission de données
 Chapitre 2 : La couche physique
 Chapitre 3 : La couche liaison de données
 Chapitre 4 : La couche réseau
 Chapitre 5 : La couche transport
 Chapitre 6 : Interconnexion de réseau
3
Chapitre 1 : Éléments de base de
la transmission de données

4
Plan
 Historique
 Éléments de transport de l’information
 Supports de transmission
 Multiplexage de signaux
 Types de transmissions
 Synchronisation des transmissions
 Grandeurs caractéristiques
 Architecture en couches
 Bibliographie

5
Historique
• 1865 : Télégraphe (S.B. Morse)
• 1876 : Téléphone (Bell)
• 1930 : Télévision (principes)
• 1963 : Télex, liaisons spécialisées
• 1964 : Transmission de données sur RTC
• 1969 : Internet
• 1970 : Réseaux locaux
• 1977 : Transmic
• 1978 : Transpac
• 1988 : RNIS
• 1995 : ATM
6
Éléments de transport de
l’information équipements voisins

7
Éléments de transport de l’information
équipements distants (1)

8
Éléments de transport de l’information
équipements distants (2)

9
Éléments de transport de l’information
équipements distants (3)

10
Éléments de transport de l’information
équipements distants (4)

Quatre types d’éléments d'interconnexion :

 ETTD (Équipement Terminal de Traitement de Données), DTE en


anglais (Data Terminal Equipment) : calculateurs d'extrémité.

 ETCD (Équipement Terminal de Circuit de Données), DCE en anglais


(Data Circuit Equipment) : réalisent l'adaptation entre les ETTD et le support
de transmission.

 Jonction : interface entre l'ETTD et l'ETCD; elle permet à l'ETTD de gérer


l'ETCD pour assurer le déroulement des communications (établissement du
circuit, initialisation de la transmission, échange de données et libération du
circuit).
 Le support ou ligne de transmission : Caractéristiques physiques (débit,
taux d’erreurs,..)
 Transmission d’une onde lumineuse, acoustiques, électromagnétique ou électrique
: support optiques, aériens, filaires… .
11
Nature de l ’information transportée

Propagation des ondes


-électriques : paires métalliques, coaxial
-électro-magnétiques : milieu aérien
lumineuses : milieu aérien, fibre optique. 12
Supports de transmission (1)

 Deux grandes classes de supports de transmissions :

 supports à guide physique :les paires torsadées, les câbles coaxiaux, les
fibres optiques,…

 supports à propagation libre (sans guide physique) : les ondes


hertziennes, radio-électriques, lumineuses,.. .

 Les performances du système de transmission dépendent des caractéristiques


physiques du support et de la nature du signal à transmettre.

 Deux grandeurs caractérisent le support de transmission :


 son impédance caractéristique

 sa bande passante.

13
Paire torsadée (1)

 Une paire torsadée est constituée de deux fil


de cuivre torsadés, chacun étant protégé par un
isolant électriques.
 Une paire de conducteurs (alliage de Cu)
entourés d’un isolant (plastique).

 Diamètres courants du conducteur : 0.4; 0.6;


0.8; 1mm. Les distorsions croisent en sens
inverse du diamètre (sur le ).
 En paire : différence de potentiel.

 Torsadées : diminution des phénomènes


électromagnétiques (atténuation, diaphonie)

 Isolée de l’environnement : blindée/fil ou


câble.
Un câble généralement constituée de 4 paires
et permet de supporter les réseaux hauts
débits. 14
Paire torsadée (2)

• Il existe plusieurs qualités de paires métalliques :


• plus l’impédance est élevée plus l’atténuation est faible
• 100 Ω (normalisées EIA/TIA 568 A et IEC/ISO 11801), bande passante sur
100m.catégorie 3 : 16 Mhz, catégorie 4 20 Mhz, catégorie 5 : 100 Mhz.
• 120 Ω (normalisé par France télécom et DT : CoREL L120)
• 150 Ω (IBM) : type 1: 2 paires torsadées blindées (STP: Shielded Twisted
Pair), 16 Mbits/s: type ¾ paires torsadées non blindées (UTP : Unshielded
Twisted pair) équivalent de la catégorie 3; type 2 : type 1+ type3, type 6: type 1
à conducteurs multibrins.

• Les câbles téléphoniques : constitue de multiples paires torsadées, paires


identifiables grâce à la mise en place d’un système de coloriasation de l’isolant de
chaque fil de la paire. (blanc/rouge, blanc/bleu,…,noir/rouge, noir/bleu,…)

15
Paire torsadée (2)

Caractéristiques principales :
•Prix : La paire torsadée est un moyen peu coûteux
•Limites de transmission et de qualité de la communication :
- Débit : Une centaine de Mbit/s sur moins de 100 mètres.
<1 Mbits/s sur une longueur d’environ un km.
- Diamètre : > qq mm.

• Blindée ou non blindée (le blindage apporte un écran aux bruits


électromagnétiques si le blindage est bien à la terre mais demande
un entretien bien supérieur).

16
Câble coaxial (1)

• Deux conducteurs ayant le même axe.


• réduit les distorsions éléctromagnétiques
• rapport entre les  des 2 conducteurs # 3.6
• diamètres courants : 2.6/9.5 ou 1,2/4.4 mm.

Conducteurs

17
Câble coaxial (2)
 La gaine permet de protéger le câble de l'environnement extérieur. Elle est
habituellement en caoutchouc (parfois en Chlorure de polyvinyle (PVC),
éventuellement en téflon).

 Le blindage (enveloppe métallique) entourant les câbles permet de protéger les


données transmises sur le support des parasites (autrement appelés bruit) pouvant
causer une distorsion des données.

 L'isolant entourant la partie centrale est constitué d'un matériau diélectrique


permettant d'éviter tout contact avec le blindage, provoquant des interactions
électriques (court-circuit).
 L'âme, accomplissant la tâche de transport des données, est généralement
composée d’un seul brin en cuivre ou de plusieurs brins torsadés.
Caractéristiques
 Impédance : 50 Ω-type Ethernet 75Ω-Type TV (CATV : community Antenna
TeleVision) 18
Câble coaxial (3)
 Débit : qq 100 Bbits/s
 Encombrant  > 1 cm, et peu flexible

 Coût : plus élevé.

 Le câble coaxial RG 11 :
 câble coaxial épais : un meilleur niveau de blindage,

 limitation à 500 mètres,


 voué à disparaître au profit de la fibre optique.

 Le câble coaxial large bande :


 CATV : Community Antenna Television,

 utilisé pour la transmission des chaînes de télévision par câble,

 fréquence de largeur de bande pouvant aller jusqu’à 500 MHz, autorisant

la transmission d’images.
19
La Fibre optique (1)

 Fibre optique: constituée de :

 Cœur dans lequel se propage le signal lumineux


 Gaine optique d’indice de réfraction < celui du cœur qui
maintient les ondes optiques dans le cœur
 Gaine de protection mécanique
 Différents fibres optiques
 Multi-mode à saut d’indice : réfraction à angle droit
 Multi-mode à gradient d’indice : l’indice de réfraction décroît du
centre à la périphérie
 Mono-mode : le cœur de la fibre est très petit (de l’ordre de la
longueur d’onde)

20
La Fibre optique (2)

21
La Fibre optique (3)

Caractéristiques :

 Débit : qq Gbits/s par Km (très haut débit 50 000 Gbits/s en


théorie)
 30 km sans répéteurs, fiabilité
 La fibre optique n’est pas gênée par les bruits
électromagnétiques.
 Les fibres sont rassemblées au sein d’un câble.
 Coût toujours en descente mais reste cher par rapport à la
réutilisation des paires métalliques.
22
Les Faisceaux hertziens
 Deux types d’utilisation :
Transmission terrestre (direct ou par réflexion)-portée 50 à100 km.

Transmission satellitaire : géostationnaire ou à défilement, hauteur 36000 ou


800 Km).
 VSAT (Verry small apperture terminal)

 LEO (low earthOrbit. Exemple système de satellites Iridum.

Visibilité directe : perturbation atmosphérique

 Guide d’onde.

 Modulation par transposition en fréquence

 Très grande largeur de bande : plusieurs Ghz.

 Diffusion naturelle.

23
Récapitulation
Supports de Transmission (1)

24
Récapitulation
Supports de Transmission (2)

25
Caractéristiques de la Transmission

 Type de la communication de la liaison

 Unidirectionnelle (simplex)

 Bidirectionnel à l’alternat (half duplex)

 Bidirectionnelle (full duplex)

26
Communication simplex
 Unidirectionelle
 Exemple : radio / télévision

Emetteur Récepteur

27
Communication half duplex
 Bidirectionelle à l'alternat
 Exemple : voie ferrée

Temps t
Emetteur Récepteur

Temps t+1
Récepteur Emetteur
28
Communication full duplex
 Bidirectionelle
 Exemple : téléphone

Emetteur / Emetteur /
Récepteur Récepteur

29
Types de transmission
 Parallèle
 Utilisable sur de courtes distances
 Problèmes de synchronisation
 Série
 Synchrone
 Synchronisation assurée constamment
 Asynchrone
 Synchronisation assurée à chaque émission

30
Transmission asynchrone
 Transmission caractère par caractère
 La synchronisation s’effectue à chaque
émission de caractère
 Structure de la transmission asynchrone
 1 bit start
 7 ou 8 bits de données (en général)
 1 bit de parité
 1 bit stop

31
Transmission asynchrone
 Transmission caractère par caractère
 La synchronisation s’effectue à chaque
émission de caractère
 Structure de la transmission asynchrone
 1 bit start
 7 ou 8 bits de données (en général)
 1 bit de parité
 1 bit stop

32
Types de signaux
 numériques
 réseaux locaux
 artères à longue distance du RTC
 analogiques
 desserte locale du RTC

33
Classification des modes de
transmission (1)

1. Selon le mode d'émission des bit

 Transmission parallèle 32 bit : on envoie simultanément 32 bit


=> il faut 32 fils (par ex 32 fils entre la mémoire et le proc)
plus un pour la masse (et 32 paires de fils si la masse n'est pas
commune). Pb : diaphonie (influence des fils les uns sur les
autres).

 Transmission en série : Le processeur sort les informations en


parallèle, on sérialise les données puis on les transmet à l'autre
machine qui doit faire la manipulation inverse.

34
Classification des modes
de transmission (2)

2 . Selon le mode d'asservissement des horloges

 Mode synchrone :

 Transmission caractère par caractère : Chaque bit est envoyé


dans un instant significatif identique à tous les autres

 La synchronisation s’effectue à chaque émission de caractère :


.Pour cela le signal d’horloge est transmis en même temps que
les données entre l’émetteur et le récepteur

 solution assez coûteuse en bande passante nécessitant un


canal spécial pour l'horloge.
35
Classification des modes
de transmission (3)

 Mode asynchrone : les bits sont envoyés à n’importe


quel moment, et sans horloges communes entre E et
R. Elles sont encadrées par des fanions permettant de
déterminer le début et la fin de celles-ci.

 Structure de la transmission asynchrone


 1 bit start
 7 ou 8 bits de données (en général)
 1 bit de parité
 1 bit stop

36
Le mode de connexion (1)

 Mode point à point


Liaison (connexion) point à point (bi-point)
 Un même et un unique canal (support de communication) est dédié

spécifiquement à la connexion de deux machines.


 L’interconnexion de plus de deux équipements nécessite des équipements

intermédiaires.

Support de Station B
Station A communication

Réseau point à point


 Ensemble de liaisons point à point

37
Le mode de connexion (2)

 Mode multipoint
Plusieurs équipements sont interconnectés directement via un même et
unique support.

 Un canal est partagé par un ensemble de machines


 Les informations envoyées par tous les équipements sont reçues par tous
les autres équipements.
 Conflit d’accès au support, identification du destinataire.
 exemple : réseaux locaux.

38
Le mode de connexion (3)
Réseaux point-à-point

Etoile Maillage régulier

Arbre
Anneau

39
Le mode de connexion (4)
Réseaux à Diffusion
Bus

Satellite

Anneau

40
Multiplexage

41
Multiplexage
 Objectif :
 Partager le même canal de communication.

 Optimiser l’usage des canaux de transmission


 => transit simultané du maximum d’informations

 Principe :
 – Traiter le signal pour concentrer des flux d ’origines
diverses sous forme d ’un signal composite unique
 => signal multiplex
 3 techniques coexistent :
 – Multiplexage en fréquences
 – Multiplexage temporel
 – Multiplexage temporel statistique
42
Multiplexage : équipement

43
Types de multiplexage
 Le partage de la ligne à haut débit peut être effectué par une
technique de :

 Multiplexage fréquentie (FDM : Frequency Division


Multiplexing) : répartition en fréquence, adapté aux
transmission analogique.

 Multiplexage temporel (TDM : Time Division


Multiplexing) : répartition en temps, plus
souple/adaptatif, uniquement pour les données
numériques 44
Multiplexage fréquentiel (1)
 Principe :
 Découper la bande passante d ’un canal en plusieurs sous-bandes
 chaque sous-bande est affectée à une voie de transmission
 Pour limiter les interférences, une bande de garde est nécessaire entre
chaque canal.
 Ce type de multiplexage est utilisé :
 pour la transmission de signaux analogiques,

 par câble ou voie hertzienne,

 pour des applications telles que le téléphone, la radio ou la télévision.

45
Multiplexage fréquentiel (2)
Exemple 1/2
 Le groupe primaire du RTC correspond
à un multiplexage de 12 voies.

3100 Hz 900 Hz

60 KHz 108 KHz

46
Multiplexage fréquentiel (3)
Exemple 2/2
 Le RTC possède une structure hiérarchique donnée
par le tableau suivant :

Groupe Nombre de Bande passante


voies
primaire 12 60-108 khz

secondaire 60 (12*5) 312-552 khz

tertiaire 300 (60*5) 812-2044 khz

quaternaire 900 (300*3) 8616-12338 khz


47
Multiplexage temporel (1)

 Principe
 La bande passante de la ligne à haut débit est affectée périodiquement à chaque
ligne à bas débit pendant des intervalles de temps (IT) constants:
 Des bits ou (des octets) sont prélevés successivement sur les différentes voies
reliées au multiplexeur pour construire un train de bits (ou d ’octets) qui
constituera le signal composite
 Ce type de multiplexage est utilisé :
 pour la transmission de signaux numériques,

 En considérant la possibilité de transmettre 1 bit ou 1 caractère par IT.

48
Multiplexage temporel (2)
Exemple

 Un codage MIC permet d’effectuer la transmission d’un


signal analogique (par exemple, la voix) sur liaison
numérique.

 Un multiplexage MIC de base est constitué en Europe


(technique E1) de :

 30 voies basse vitesse,


 1 voie de synchronisation,
 1 voie de signalisation.

49
Multiplexage temporel (3)
Exemple

 La structure de la trame MIC est définie comme


suit :

verrouillage de trame
= synchronisation signalisation

8 bits

voie 1 … voie 15 voie 16 … voie 30


IT 0 IT 1 IT 15 IT 16 IT 17 IT 31

Chaque intervalle de temps ( IT) est affecté à une voie


50
Grandeurs caractéristiques (1)

 Bande Passante (Hz) :


 Caractérise tout support de transmission, c’est la bande de fréquences dans
laquelle les signaux sont correctement reçus
 W = Fmax - Fmin
 L’oreille humaine est sensible dans la bande 15-15000 Hz

 Débit binaire qui caractérise une liaison


 Unité : bits/s ou bps.

 Débit nominal : vitesse de transmission du support (débit brut)

 Débit utile : débit nominal moins le débit affecté au contrôle de la liaison

 Évolution actuelle : Kbits/s à Gbits/s.

 Exemples :
 RTC (+modems) : 9.6 kbits/s; 19.2 kbits/s à 38.4 kbits/s.

 Ethernet : 10 Mbts/s à 100 Mbits/s

 ATM : 25, 155 Mbits/s à620 Mbits/s. 51


Grandeurs caractéristiques (2)

 Fréquence : La fréquence d’un signal,


exprimée en Hertz, est le nombre de périodes
(ou d’oscillations) par seconde.

 Unités : Hertz (Hz), kHz, MHz, GHz ...

52
Grandeurs caractéristiques (3)

 Délai
 Unité : secondes
 Délai de propagation : éloignement, équipements

intermédiaires, vitesse de propagation:


 Durée de transmission : quantité de données, débit

 Temps aller-retour # (transmission +propagation

+ traitements)*2

53
Grandeurs caractéristiques (4)

Station A Station B
Durée de traitement
de l’émetteur
Durée de transmission Délai de propagation
Paquet

Temps d’aller-retour
Durée de traitement du récepteur
Acquittement
Temps

Exemples : 1 ms pour les réseaux locaux, 100 ms sur les réseaux internationaux.
54
Grandeurs caractéristiques (5)

 Taux d’erreurs

 Unité : BER (Bit error rate)


 Probabilité qu’un bit oit erroné pendant la transmission

 Dépend de la qualité de la transmission, de la charge du réseau, etc..

 Exemples :
-3
 10 : mauvaise liaison

 10-13 : réseau de faible étendue avec un support de très bonne qualité.

 Autres taux d’erreurs :


 Taux d’erreurs du message

 Taux de disponibilité : MTBF (Mean Time between Failures)

 Taux d’établissement de la connexion

55
Capacité d’un canal

 Rapport signal/bruit :
S/N (dB) = 10 Log10(S/N)

 Le débit binaire maximal admissible sur un


système affecté par du bruit :
D= BP log2(1+ S/N)
 ex : W=3100 Hz S/N=1000 D#30000 bps

56
Les architecture protocolaires

Architecture en couches et en encapsulation

Le modèle de référence OSI

57
Normalisation des réseaux

 Besoin de définir des protocoles normalisés ou standardisés afin que seule


l’implémentation des protocoles change.
 Standards définis par des organismes privés
 Organismes les plus connus :
 ISO : International Organisation for Standardisation
 But : unifier et coordonner les domaines techniques du traitement de
l’information. Plus de 90 pays a travers le monde en sont membres : AFNOR
(association française de normalisation), ANSI (American National Standard
Institute), etc.
 ITU (ex CCITT) : International Telecommunication Union
 But : propose des normes pour les équipements de télécommunications, les
réseaux (publics), etc.
 IEEE : Institute of Electrical and Electronic Engineers
 But : organisme de normalisation d’interfaces de systèmes électroniques et
informatiques. 58
Le modèle OSI (1)
 Un réseau est un ensemble très complexe qui possède de nombreuses
fonctions et qu'il ne faut surtout pas réaliser ni étudier d'un seul bloc.
 ➩ Il convient de distinguer plusieurs fonctions qui feront l'objet d'études
séparées
 1977 : ISO démarre une réflexion sur une architecture de réseau en
couches,
 1983 : définition du modèle OSI
 Open : systèmes ouverts à la communication avec d’autres systèmes

 Systems : ensemble des moyens informatiques (matériel et logiciel)

contribuant au traitement et au transfert de l’information


 Interconnection

59
Le modèle OSI (2)
 Modèle d’architecture de réseau
 Propose une norme pour le nombre, le nom et la fonction de chaque
couche,
 garantit que 2 systèmes hétérogènes pourront communiquer si :
 même ensemble de fonctions de communication,

 fonctions organisées dans le même ensemble de couches,

 Pour chaque couche : on définit des fonctions association d’un


protocole

 Chaque couche rend un service à la couche situé au dessus.

 Les couches paires partagent le même protocole

60
Architecture de communication (1)

 C’est l’ensemble des couches protocolaires qui définissent le processus de


communication

61
Architecture de communication (2)

Le nom, le nombre, et les fonctions dépendent du type d’architecture


(réseau)

62
Échange d’information (2)

63
Échange d’information (3)

64
Transmission au sein d’une
même pile

 Chaque couche ajoute des informations qui lui sont


propres sous la forme d’un en-tête placé en début
du message envoyé : on parle d’encapsulation.
 La transmission se fait toujours vers le bas de la
pile OSI, et les en-têtes sont ajoutés en partant du
sommet de la pile.
 A la réception du message chaque couche de la pile
supprime l’en-tête après avoir utilisé les
informations
65
Encapsulation des données (1)

Application Flux de données Application


Flux de données
Présentation Présentation
Flux de données
Session Session
Données Données Données
Transport Transport
En-tête Données
Réseau Réseau Réseau
En-tête En-tête Données En-
Liaison trame réseau queue Liaison
trame
Physique Physique
10010111011101100010111101
66
Encapsulation des données (2)

• La couche n ajoute l’entête Hn (encapsulation)


• La couche liaison ajoute un champs supplémentaire T2 pour le contrôle de la
transmission (FCS, Frame check Sequence) .
67
Exemple d’encapsulation

Message électronique

Courrier Données
électronique Données

Données Données Données


Segment

En-tête Données Paquet


réseau

En-tête En-tête Données En-queue Lab-E


trame Trame
trame réseau

1001011101110110001011110001111011 Bits

68
Le modèle OSI (1)

69
Modèle simplifié à trois couches

70
Le modèle OSI (2)

71
Modèle de référence OSI (3)

72
Le modèle OSI (4)

Couche physique (niveau 1)


 Transmission binaire
 Fils (câbles coaxiaux, câbles à paires torsadées…)
 Connecteurs (BNC, RJ45…),
 tensions, débits (100Mb/s, 1Gb/s…).

 Décrit les caractéristiques logiques et physiques


de la connexion de la station au réseau
 Unités de couche 1 : répéteur, concentrateur
 Unités d’échange : bit
73
Le modèle OSI (5)

Couche liaison de données (niveau 2)


 Définit des règles pour l’émission et la
réception de données
 Accès au média
 Assure un transport fiable des données par le
média
 Connectivité et sélection du chemin entre les
systèmes hôtes
 Unités de couche 2 : pont, commutateur
 Unité d’échange : trame
 Ex : trame Ethernet 802.3
74
Le modèle OSI (6)
Couche réseau (niveau 3)
 Adresse réseau et détermination du chemin
 Assure un transport fiable des données par le média

 Connectivité et sélection du chemin entre les systèmes hôtes

 Adressage logique gérée par l’administrateur du réseau

 Acheminement au mieux

 Unité de couche 3 : routeur


 Unités échange : paquet
 Les protocoles X25, IP, IPX assurent acheminement des

données sur les réseaux respectifs TRANSPAC, ETHERNET,


NETWARE

75
Le modèle OSI (7)

Couche transport (niveau 4)


 Fournit un service de transport de bout en bout entre l’émetteur et le
récepteur
 Concerne les problèmes de transport entre les hôtes

 Doit assurer le transport correct des données

 Détection des pannes et reprise du contrôle du flux d’information

 L’émetteur segmente les messages de données en paquets et le


récepteur reconstitue les messages en replaçant les paquets dans le
bon ordre
 Unité d’échange : segment
 Ex de protocoles : TCP, UDP, SPX, NetBEUI…

76
Le modèle OSI (8)
Couche Session (niveau 5)
 Couche orientée traitement
 Communication entre les hôtes
 Permet l’ouverture et la fermeture d’une session de travail
entre les systèmes distants
 Assure la synchronisation du dialogue :

 Différents modes de transmission

 Simplex (~radio)
 Half-duplex (~talkie-walkie)
 Full-Duplex (~téléphone)
 Le langage de requête SQL, le système de fichiers NFS travaillent
au niveau 5 77
Le modèle OSI (9)
Couche Session
client

serveur

78
Le modèle OSI (10)

Couche Présentation
 Permet de formater les données dans un format
compréhensible par les 2 systèmes émetteur et
récepteur
 Format des données (EBCDIC, ASCII…)

 Structure des données

 Négocie la syntaxe du transfert des données pour la


couche application
 Assure éventuellement la compression et le
cryptage/décryptage des données
79
Le modèle OSI (11)

Couche Présentation
Type Options
Images JPEG, GIF

Video MPEG, MIDI

ASCII, EBCDIC,
Données chiffrement

Réseau
80
Le modèle OSI (12)

Couche Application

 Fournit des services au module de communication


d’une application
 Crée une interface directe avec le reste du modèle OSI
par le biais d'applications réseau (navigateur Web,
messagerie électronique, transfert de fichiers (FTP),
terminal virtuel (Telnet), client-serveur) ou
 Crée une interface indirecte, par le biais d'applications
autonomes (comme les traitements de texte, les logiciels
de présentation ou les tableurs), avec des logiciels de
redirection réseau. 81
Le modèle OSI (13)

Applications Réseau
Transfert de fichiers FTP
Messagerie électronique
Navigateur Web

Applications PC
Base de données
(Access, Oracle…)
Traitements de texte
(Word…)
Tableurs
(Excel…)

82
Services et protocoles

•Service : ensemble de fonctions:


• fournies par un composant réparti entre plusieurs systèmes
• accessibles au (N)SAP = Service Access Point
•Protocole : règles de dialogues entre 2 entités paires (peer)
permet la coopération entre ces entités pour rendre le service N

83
Primitives de services

4 types:
•Requête : émise par l'utilisateur
•Indication : suite à une requête ou spontanée du réseau
•Réponse: pour répondre à une requête
•Confirmation : suite à une réponse ou une requête

84
Le modèle OSI (11)

85
Architecture TCP/IP

86
Une version simplifiée du modèle
OSI

 Les protocoles de l’Internet


 Application : FTP, WWW, telnet, SMTp,….
 Transport : TCP, UDP (entre 2 processus)
 Réseau : IP (routage)
 Transmission entre 2 sites : pas de contrôle spécifique

 TCP Transport Control Protocol


 UDP User Datagram Protocol
 IP Internet Protocol

87
Interconnexion dans TCP/IP

88
Conclusion : modèle OSI et TCP/IP
 OSI
 Générique mais trop complexe à implanter
 Des inconsistances et des redondances
 Normalisation très liée à un type de réseau

 TCP/IP
 Protocoles existants mais dédiés à l’Internet
 Recherche de simplicité, interopérabilité,
évolutivité dans la conception initiale
89