Vous êtes sur la page 1sur 42

Les modèles

OSI et TCP\IP

INTTIC 2019
Modèles de référence

Le transport des données d’une extrémité à une autre d’un réseau nécessite un
support physique ou hertzien de communication. Pour que les données arrivent
correctement au destinataire, avec la qualité de service, ou QoS (Quality of
Service), exigée, il faut en outre une architecture logicielle chargée du contrôle
des paquets dans le réseau.

•OSI
•TCP/IP
Le modèle OSI

Open Systems Interconnection


= Interconnexion de Systèmes Ouverts
Tentative de standardisation publiée en 1984 et revisité en 1995
Réalisée par l’ISO
International Standards Organization
= Organisation Internationale de Normalisation
C’et un modèle de référence en 7 couches
Principe en couches

Deux philosophes souhaitent s’entretenir


L’un ne parle que ourdou et anglais
L’autre ne parle que chinois et français

Faute de partager une langue commune,


ils engagent chacun un traducteur.
Principe en couches

Chaque philosophe a engagé une traductrice


Qui a son tour fait appel à une secrétaire
Principe en couches

Support physique
Principe en couche
I like rabbits J’aime
les lapins

Lang: Dutch
Ik vind konijnen leuk Lang: Dutch
Ik vind
Message

konijnen
leuk

Fax # ---
Fax # --- Lang: Dutch
Lang: Dutch Ik vind
Ik vind konijnen leuk konijnen
leuk
Support physique
Terminologie

Le modèle OSI repose sur trois termes importants : les couches, les protocoles,
les interfaces.
On distingue deux grands groupes de couches :
 Les couches 1 à 3 sont les couches basses orientées transmission
 La couches 4 représente la couche charnière entre les couches
basses et les couches hautes qui gère le transfert de l'information
 Les couches 5 à 7 sont les couches hautes orientées traitement
Chaque couche va rendre des services à la couche immédiatement supérieure et
utiliser les services de la couche immédiatement inférieure. Les couches ne
communiquent qu’avec les couches qui leur sont adjacentes.
Les protocoles de communication: ce sont les règles qui définissent le
dialogue entre couches de même niveau de deux systèmes différents. Les
règles et conventions utilisées lors du dialogue entre deux couches n sont
appelées protocole de communication de couche n.

Une interface est un ensemble de services proposés par les couches aux autres
couches.
Architecture en couches

Le principe :
Chaque couche offre des services
à celle qui lui est directement supérieure
Elle lui masque les détails de son implémentation
Et utilise les services de la couche directement inférieure

Inférieure = plus proche du matériel


Supérieure = plus proche des applications
Analogie avec le langage humain

7  L’émetteur souhaite converser

6  La langue parlée doit être la même pour les 2 interlocuteurs

5  La conversation commence par Bonjour

4  Assurance que le destinataire reçoit bien le message

3  Chemin emprunté par le son

2  Préparation a l’envoi (air, téléphone, …)

1  le son se propage dans l’espace


Les couches OSI
Pourquoi un réseau en couches?
Les 7 couches du modèle OSI
La couche physique

Elle décrit les caractéristiques électriques, logiques et


physiques de la connexion de la station au réseau,
c’est-à-dire tout ce qui concerne les câbles, les
connecteurs, et les cartes réseau.
Elle définit les aspects physiques du raccordement
des postes aux lignes de communication :
interfaces mécanique et électrique et protocole
d'échange des éléments binaires : caractéristiques
physiques et électrique du support de
transmission (paire torsadée etc..), méthode de
transmission (bande de base ou large bande),
débits et type de transmission (synchrone /
asynchrone).
Les données sont transmises sous forme binaire et traduites par des impulsions
électriques ou lumineuses. L’unité d’information est le bit.

Mots-clés: câblage, carte réseau, répéteur, concentrateur


Codage du signal

•Le codage NRZ-L (Non Return to Zero Level)


On utilise 2 niveaux de voltage distincts pour représenter les 1 et les 0. L'absence de
tension électrique peut par exemple symboliser un 1 et, au contraire, une tension
symbolisera un 0.
D'un point de vue électronique, le principal inconvénient de ce genre de codage est
qu'une longue suite de 0 va être codée par un signal continu, or ce type de signal est très
sensible aux perturbations électromagnétiques.
Ce type de codage est utilisé pour l'Ethernet 100bT4.
•Codage Manchester
Le codage des informations (1 et 0) se font par une transition de voltage en milieu
de période. Le 1 est représenté par un front montant, le 0 par un front descendant.
Ce type de codage nécessite 2 transitions pour coder un bit, la fréquence du signal
devra donc être le double de la bande passante (20 Mhz par exemple pour un débit
de 10 Mbits/sec.)
Ce type de codage est utilisé pour l'Ethernet 802.3
Exemple de codage

Codage NRZ
La couche Liaison de données

Son rôle est de définir des règles pour l’émission et la


réception de données à travers la connexion
physique de deux systèmes :
 Transmettre les données sans erreurs.
 Déterminer la méthode d’accès au support.

La couche liaison utilise des protocoles d’accès au


support qui peuvent être déterministes (Token
Ring) ou probabilistes (CSMA/CD) dans le cas
d’ethernet.

L’unité de données est la trame.

Mots-clés: carte réseau, ethernet, token ring, FDDI, commutateur, adresse MAC
Exemples de méthodes d’accès

CSMA/CD (Carrier Sense Multiple Acces with Collision Detection) :


Transmission partagée de données utilisant une méthode d'accès aléatoire
coupant la transmission lors de la détection d'une collision, et la reprenant
ensuite après une temporisation aléatoire. Avant de transmettre une donnée, le
réseau est testé. Si la voie est libre, la transmission commence. Si une autre
information arrive (collision), la transmission s'interrompt et recommence
plus tard.

Token Ring Organisation de réseau en anneau fermé où les systèmes présents


s'échangent un ou des jetons (token), qui leur donne la parole, c’est à dire le
droit d'envoyer des données sur le réseau. Le débit est de l'ordre de quelques
Mbit/s.
La couche réseau
Elle gère l’acheminement des données à travers le
réseau en assurant le routage des paquets de données
entre les noeuds du réseau. Si un noeud est surchargé
ou hors-service, les données seront alors déroutées
vers un autre noeud.
Elle assure l’opération d'adressage, de routage, des
informations comme la facturation(calcul du coût du
trajet) et choisit le chemin le moins "coûteux". Elle
assure également le contrôle des flux au niveau des
noeuds. (engorgement, perte de paquets..).
L’unité de données est le paquet [packet].

Mots-clés: IP, Routeur


La couche transport

Elle est responsable du contrôle du transport de bout en bout,


au travers du réseau. Elle assure les fonctions d'adressage,
de routage, de découpage et de réassemblage des
informations et de cohérences des données.
L'expression " qualité de service " est souvent utilisée pour
décrire l'utilité de la couche 4, la couche transport. Son rôle
principal est de transporter et de contrôler le flux
d'informations de la source à la destination et ce, de
manière fiable et précise.

La couche transport de l’émetteur segmente les messages de


données en paquets et la couche transport du récepteur
reconstitue les messages en replaçant les paquets dans le
bon ordre.
Elle permet également de multiplexer plusieurs flux
d’informations sur le même support (pour rentabiliser le
support) et inversement (pour augmenter la rapidité d'un
transfert).

Mots-clés: SPX, TCP, UDP, NetBios, NetBEUI


La couche session

Première couche orientée traitement, elle permet


l’ouverture et la fermeture d’une session de
travail entre deux systèmes distants.
Elle a pour rôle la mise en place et le contrôle du
dialogue entre les tâches distantes : connexion,
gestion (interventions en cas d'incident..), sortie
etc.... Elle a pour rôle la synchronisation. Elle
assure la synchronisation du dialogue entre les
hôtes.
La couche présentation

La couche 6, la couche présentation, assure


trois fonctions principales, à savoir :
• Le formatage des données (présentation)
• Le cryptage des données
• La compression des données
Permet de formater les données dans un
format compréhensible par les 2 systèmes.

Mots-clés:
JPG,TIFF,MIDI,MPEG,QUICKTIME,ASCII
La couche application

La couche application crée une interface directe


avec le reste du modèle OSI par le biais
d'applications réseau (navigateur Web,
messagerie électronique, protocole FTP, Telnet,
etc.) ou une interface indirecte, par le biais
d'applications autonomes (comme les
traitements de texte, les logiciels de
présentation ou les tableurs), avec des logiciels
de redirection réseau

Mots-clés: Telnet, FTP, DNS, HTTP, navigateur Web


Comparaison entre ces 2 modèles

Modèle OSI Modèle TCP/IP

7 Application

6 Présentation Application 4

5 Session

4 Transport Transport 3

3 Réseau Internet 2

2 Liaison de données
Accès Réseau 1
1 Physique
TCP/IP

Dans ce contexte, on parlera d'une pile de protocoles du


modèle TCP/IP.
Par exemple :

HTTP
5à7 SNMP SMTP
TELNET, FTP
4 TCP UDP
ARP
3 IP RARP
2 Couche Liaison
1 Couche Physique 25
TCP

• TCP (Transmission Control Protocol) est un


protocole fiable orienté connexion qui permet
la remise sans erreurs d'un flux d'octets. Il
fragmente le flux entrant en paquets qu'il
passe à la couche internet, et rassemble les
fragments à l'arrivée.
Il s'occupe également du contrôle de
flux.
UDP
– UDP (User Datagram Protocol) est un protocole
non fiable sans connexion, destiné aux
applications qui ne veulent pas du séquencement et
du contrôle de flux (de TCP) parce qu'elle
souhaitent utiliser leurs propres moyens.
Applications du type demande/réponse ou dans les
applications de transmission du son et de
l'image, où l'aspect temps réel est plus
important que la fiabilité.
– La couche transport transmet des paquets à la
couche inférieure.
Principe d’encapsulation
Principe d’encapsulation

Les données sont enveloppées à chaque couche et portent le nom de PDU


(Protocol Data Unit) et contiennent deux choses : la donnée en elle-même et
l’en-tête spécifique à cette couche. La partie « donnée » de ce paquet est
composée de la donnée initiale, mais aussi des en-têtes des couches qui la
précèdent. Dans une couche N, le PDU est le SDU (Service Data Unit) de la
couche N + 1 plus son en-tête (couche N). Ce SDU ne devient un PDU
qu'après l’encapsulation. La couche N ajoute des informations dans l’en-tête
(header) ou le pied (trailer), voire les deux, du SDU afin de le transformer en
un PDU. Ce PDU sera alors le SDU de la couche N - 1. Donc le PDU est un
SDU encapsulé avec un en-tête. Constitution d'un PDU :

Dans la procédure de réception, chaque en-tête est enlevé lorsque le message «


remonte » les couches, tel qu’illustré par le schéma ci-dessous. Cette «
suppression » d’en-tête, c’est la décapsulation.
Principe d’encapsulation

Dans la procédure de réception, chaque en-tête est enlevé lorsque le message «


remonte » les couches, tel qu’illustré par le schéma ci-dessous. Cette «
suppression » d’en-tête, c’est la décapsulation.
L’encapsulation des données dans le modèle OSI

34
Comparaison entre les deux modèles

Ces deux modèles sont très similaires, dans la mesure où les 2 sont des
modèles de communication à couches et utilisent l’encapsulation de données.
On remarque cependant deux différences majeures :
· TCP/IP regroupe certaines couches du modèle OSI dans des couches plus
générales
· TCP/IP est plus qu’un modèle de conception théorique, c’est sur lui que
repose le réseau Internet actuel
Adressage physique et logique

Chaque ordinateur possède une adresse qui est une valeur


linéaire d’identification par le constructeur: c’est l’adresse
physique ou adresse MAC car elle est utilisée dans les
trames de la couche 2.

A mesure qu’augmente le nombre de réseau, un adressage


hiérarchique s’impose pour permettre la localisation de
l’ordinateur. Cet adressage est un peu comme un numéro de
téléphone par rapport au numéro d’identification de l’appareil
on l’appelle adresse logique

Ainsi un même ordinateur qui a une seule adresse physique peut


se retrouver a un moment donné a une adresse logique
différente
Adressage

Afin de diriger les informations vers le bon


destinataire, il est nécessaire d’affecter une adresse
différente dans le réseau à chaque ordinateur ou
périphérique.

Les appareils sont identifiés par un numéro ou une


adresse et les données qui circulent sont accompagnées
de ce « numéro adresse » pour que seul l’appareil
concerné les réceptionne.
Adresse physique

Sur un réseau chaque élément est affecté d’un numéro unique


l’identifiant physiquement.
Cette adresse physique (adresse MAC – Media Access Control) est
représentée par une suite de 6 octets.
Adressage physique et logique

L’adresse MAC permet à tous les coups


d’identifier la machine.
Cependant les applications doivent éviter d’utiliser
cette adresse car il faudrait la changer dés lors
qu’on change un ordinateur ou une carte dans le
réseau.
Aussi, les applications travaillent avec une adresse
logique, immuable, et maintiennent à jour une
table de correspondance entre adresses
physiques (MAC) et adresses logiques (IP).
Adresse logique
Adressage logique - IP

Sur un réseau de type Ethernet, les ordinateurs


communiquent entre eux grâce au protocole TCP-IP
qui utilise des adresses de 32 bits, que l'on écrit sous
forme de 4 nombres :

a.b.c.d

où chaque nombre représente un nombre entre 0 et


255.
Il ne doit pas exister deux ordinateurs sur le même
réseau ayant la même adresse IP.
Déchiffrage d’une adresse IP

• Une partie des nombres à gauche désigne le réseau


(on l'appelle net-ID).

• Les nombres restant à droite désignent les


ordinateurs de ce réseau (on l'appelle host-ID)

192.168.20.2
Net-ID Host-ID