Vous êtes sur la page 1sur 31

Direction

Direction Exploitation
Exploitation &
& Maintenance
Maintenance

« Plan de déploiement des chromatographes et procédure de


facturation en utilisant le PCS du gaz fourni par les chromatographes
du GRTG »

Avril 2008
SOMMAIRE
I- INTRODUCTION

II- CADRE REGLEMENTAIRE ET NORMATIF

II-1 CADRE RÉGLEMENTAIRE

II-2 RÉFÉRENCES NORMATIVES 

III- ZONES QUALITE GAZ

V- SITUATION DES CHROMATOGRAPHES DU GRTG

VI- PROCEDURE D’UTILISATION DES CHROMATOGRAPHES DU GRTG


I- OBJECTIFS LIES A L’ ANALYSE DU GAZ NATUREL :

Les bilans physiques de transit du gaz naturel sont établis en énergie gazeuse (thermie), l’un des facteurs
les plus importants à maîtriser est le PCS ( pouvoir calorifique supérieur) .

Le PCS dépend de la concentration des différentes molécules d’alcanes contenues dans le gaz naturel. IL
es déterminé grâce à une analyse chimique par chromatographie en phase gazeuse avec une bonne
précision (0.1%).

Les analyseurs de gaz naturel doivent être installés dans des points de mesures représentant chacun une
zone géographique ou le PCS est homogène; ces zones sont dites « zones qualité gaz ».

Actuellement le PCS utilisé pour l’établissement des bilans de transit du GRTG est celui transmis par
Sonatrach.

Les chromatographes GRTG installés sur le réseaux de transport gaz ont pour objectif de permettre de :
 Quantifier les énergies transportées avec les PCS GRTG,
 Contrôle la qualité du gaz naturel prélevé conformément aux caractéristiques contractuelles ,
II- CADRE REGLEMENTAIRE ET NORMATIF DE L’ANALYSE CHROMATOGRAPHIQUE DU GAZ NATUREL :

II-1 Cadre réglementaire :

Conformément au Décret exécutif N°06-431 du 26 Novembre 2006 fixant les règles techniques de
conception,d’exploitation et d’entretien du réseau de transport du gaz que ( article 42), Le gestionnaire du
réseau de transport du gaz ( GRTG), est tenu de mesurer la qualité du gaz à un nombre suffisant d’endroits
judicieusement choisis sur le réseau de transport.

II-2 Références normatives :


ISO 6974-2, Gaz naturel — Détermination de la composition avec une incertitude définie par
chromatographie en phase gazeuse — Partie 2: Caractéristiques du système de mesure et statistiques
pour le traitement des données.
ISO 6974-4, Gaz naturel — Détermination de la composition avec une incertitude définie par
chromatographie en phase gazeuse — Partie 4: Détermination de l’azote, du dioxyde de carbone et des
hydrocarbures C1 à C5 et C6+ pour un système de mesurage en laboratoire et en continu employant deux
colonnes.
ISO 6974-5, Gaz naturel — Détermination de la composition avec une incertitude définie par
chromatographie en phase gazeuse — Partie 5: Détermination de l’azote, du dioxyde de carbone et des
hydrocarbures C1 à C5 et C6+ pour l’application de processus en laboratoire et en continu employant trois
colonnes.
ISO 10175, Gaz naturel — Lignes directrices pour l’échantillonnage.
ISO 6976 , Gaz naturel — Détermination du pouvoir calorifique ,de la densité ,de la densité relative et de
l’indice de wobbe à partir de la composition.
A noter qu’ il n’existe aucune réglementation OIML sur la mesure de la composition du gaz naturel
par chromatographie en ligne
III- ZONES QUALITE GAZ :

Les zones qualité gaz GRTG sont déterminées par référence aux gazoducs de Sonatrach sur lesquels
sont effectués les prélèvements du gaz naturel destinés à la couverture de la consommation National.

GG1 Gazoduc 42 " Sonatrach Hassi R’Mel – Bordj Ménaiel


GPDF Gazoducs 48 " Sonatrach Hassi R’Mel – El Aricha
Gazoducs Sonatrach Hassi R’Mel – Arzew GZ0 24 "/20" , GZ1
GZ
40",GZ2 42" ,GZ3 42" et futur GZ4 48“ Hassi R’Mel- Sougueur.
Gazoducs Sonatrach GK1 40" - GK2 42 " et futur GK3 48 " Hassi R’
GK
Mel – Skikda
GEM Gazoducs Sonatrach 48 " Hassi R’Mel – Oued Safsaf
Gazoducs Sonatrach GR1 42 " et GR2 48 " Sonatrach Gassi Touil
GR
– Alrar – Hassi R’Mel
GM1 Gazoducs Sonatrach 40 " Gassi Touil – Hassi Messaoud
ILLIZI Gazoduc Sonatrach 8 " Eskaifef-Illizi
In Salah Champ de production d’in Salah
Sbaa Champ de production de Sbaa ( Adrar)
Ghardaia Gazoduc Sonatrach Hassi R’Mel - Ghardaia

GAZODUCS SONTARCH DELLIMITANTS LES ZONES QUALITE GAZ


GAZODUCS SONATRACH ET ZONES QUALITE GAZ
ANNABA
ALGER BEJAIA SKIKDA
TIPAZA

SKC B-MENAEIL
20"
ORAN
CONSTANTINE
20"
MEH RELIZANE 16" SETIF
BOUIRA 12"
BNI-MANSOUR

BBA
SOUGUER

Hassi R’ Mel – Skikda (GK1,GK2)


Hassi R’Mel – Bordj Ménaiel ( GG1)

Hassi R’Mel – El Aricha (GPDF)

Hassi R’Mel – Oued Safsaf (GEM)

Hassi R’Mel – Arzew (GZ0-GZ3) et futur (GZ4)

Futur Hassi R’ Mel – Skikda ( GK3 )

GISEMENT HASSI RMEL

HASSI-RMEL
AIN SALAH-HASSI RMEL GASSI TOUIL- ALRAR-HASSI RMEL (GR1)

GAZODUC ESKEIKEF - ILLIZI


HASSI RMEL-
GISEMENT SBAA ADRAR GHARDAIA
GASSI TOUIL-HASSI
MESSAOUD (GM1)
Θ GISEMENT IN SALAH
Θ
VALEURS DES PCS ENREGISTRES EN 2007

JANVIER

FEVRIER

MARS

AVRIL

MAI

JUIN

JUILLET

AOUT

SEPTEMBRE

OCTOBRE

NOVEMBRE

DECEMBRE
GAZODUC SONTRACH LIMITANTS LES
ZONES DE QUALITE GAZ

(ANNEE 2007)

Gazoduc Centre ( GG1 ) SH 9.51 9.47 9.47 9.49 9.51 9.54 9.53 9.51 9.48 9.48 9.52 9.54
GRTG 9.51 9.49 9.49 9.53 9.55 9.57 9.49 9.50 9.43 9.44 9.50 9.51
Gazoduc Est ( GK1, GK2) et ( GEM ) 9.52 9.56 9.54 9.55 9.53 9.49 9.54 9.55 9.56 9.56 9.56 9.55

GZ0 9.32 9.33 9.31 9.35 9.39 9.56 9.52 9.45 9.47 9.54 9.53 9.54

GZ1 SH 9.45 9.45 9.45 9.45 9.45 9.47 9.53 9.52 9.54 9.51 9.48 9.46
Gazoducs Ouest GRTG 9.43 9.39 9.40 9.39 9.42 9.51 9.53 9.53 9.55 9.51 9.48 9.47

GZ2 9.46 9.46 9.47 9.47 9.46 9.48 9.46 9.45 9.48 9.47 9.46 9.46

GZ3 9.43 9.42 9.43 9.42 9.43 9.43 9.46 9.44 9.47 9.47 9.46 9.46

Gazoduc gisement Adrar ( Sbaa) 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28 8.28

Gazoduc Gassi Touile- Hassi Messaoud 9.49 9.51 9.51 9.56 9.56 9.49 9.54 9.51 9.51 9.58 9.70 9.58
(GM1)

Gazoduc Gassi Touil – Alrar – Hassi R’Mel 9.60 9.62 9.60 9.60 9.62 9.60 9.6 9.61 9.61 9.58 9.58 9.53
(GR1)

Gaz Sud Gisement Hassi Rmel 9.46 9.48 9.47 9.47 9.46 9.46 9.46 9.46 9.46 9.51 9.47 9.55

Gazoduc Sud Hassi R’Mel- Ghardaia 9.51 9.50 9.32 9.32 9.34 9.39 9.50 9.61 9.61 9.54 9.53 9.53

Gazoduc sud gisement Askeifef - Ilizi 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60

Gazoduc gisement In Salah 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60 8.60

Gazoduc Ouest GPDF 9.48 9.49 9.45 9.45 9.52 9.54 9.48 9.53 9.53 9.53 9.55 9.52
I- INTRODUCTION A LA CHROMATOGRAPHIE  EN PHASE GAZEUSE :

La chromatographie en phase gazeuse est une technique dont l'objet est de réaliser la séparation des
différentes composantes d'un mélange gazeux en vue d’analyse qualitative et quantitative.

En fonction des affinités pour le matériel d’une phase stationnaire, placée à l’intérieures des
colonnes, les composés transitent à des vitesses différentes, d’où leurs séparations par le
mécanisme de la rétention sélective.

A la sortie du système de séparation, les composants sont détectés par un détecteur. Le signal du
détecteur permet l’identification des composants par leurs différents temps de rétention Tr (temps
écoulé entre l’instant où l’échantillon est injecté et celui où le pic correspondant à un composé
atteint sa valeur maximale) et leurs quantifications par l’intermédiaire de l’intensité du signal émis.

La connaissance de la composition du gaz naturel permet le calcule des propriétés physico-chimiques


du gaz naturel tel que le pouvoir calorifique, la masse volumique, la densité relative et de l’indice de
wobbe et le coefficient de compressibilité moyennant la norme ISO 6976.
Principe de fonctionnement
d’un chromatographe Echantillon

Détendeur
Injecteur

C6+ Détecteur

Colonne

Calculateur
Bouteille de
Gaz vecteur Enceinte
thermostatée
CHROMATOGRAMME
Gaz(%)

C3
CH4

N2
C2 nC4
iC4
iC5
nC5
C6+ NeoC5

Co2

Temps de rétention
II - DESCRIPTION DETAILE DU SYSTEME CHROMATOGRAPHE GAZ NATUREL TYPE INDUSTRIEL :

SECTION 1 : SYSTEME DE PRELEVEMENT ET DE TRANSFERT D ’ECHANTILLON :

La section prélèvement et transfert d’échantillon est établie conformément aux recommandations de la


Norme ISO 10715 –janvier 1998 « Ligne directrices pour l’échantillonnage ».

Les actions principales assurées par cette partie du chromatographe sont les suivantes :

 Effectuer le prélèvement de l’échantillon à analysé sur la conduite du gaz naturel.

 Transférer le gaz a analysé vers l’analyseur

 Conditionner le gaz a analysé :

a) Réduire la pression des flux gazeux alimentant l’analyseur

b) Éliminer les contaminants contenus dans les flux gazeux (humidité et particules)

c) Régler les débits et les pressions des flux gazeux alimentant l’analyseur
Coffret de
Conditionnement
Vers unité d’analyse

Ligne de transfert
( d > 3 mm)

20 D 20 D

2/3 D
D

Singularité

SYSTEME DE PRELEVEMENT ET DE TRANSFERT DE L’ECHANTILLON


SECTION 2 : PARTIE ANALYTIQUE DU CHROMATOGRAPHE  (NORME ISO 6974):

La présente section du chromatographe est établie conformément à la norme ISO 6974 et


renferme les parties suivantes :

1- Les colonnes d’analyses ou de séparations


2- Le bloque de chauffage ou le four
3- Le bloque détecteur,
4- Le système d’injection de l’échantillon gaz a analysé.
1) Les colonnes d’analyses ou de séparations :

La colonne est le cœur du chromatographe, car c’est aux niveaux de celle-ci que séffectue la
séparation des composés du mélange gazeux.
La colonne de séparation est constituée d’ une phase stationnaire (ou fixe) renfermant une matière
active (solide ou liquide) qui réalise la séparation, par adsorption –désorption, des différents constituants
du mélange gazeux d’où leurs transitent différentielle.

Colonne remplie (packed Column) Colonne capillaire  (Open Tubular


Column)
Recommandations d’utilisation des colonnes :

 Avant sa première utilisation, il faut débarrasser la colonne des traces de solvant et des produits
volatils qu’elle peut contenir en la maintenant au moins 12 h au voisinage de sa température limite
d’utilisation sans brancher le détecteur pour éviter son encrassement.

 Après une longue période d’utilisation : remettre la colonne à maturation pendant 2 heure.

 Stockage : fermer la colonne avec des bouchons afin d’évite son altération par oxydation,
humidification

 Lorsque le chromatographe est en service, la colonne doit toujours être parcourue par le gaz
vecteur afin d’éviter la détérioration de la colonne par élévation de la température due à la
surchauffe (risque de dépasser la température maximal de stabilité de la colonne
2) Le bloc de chauffage ou le four :

Il a pour rôle de maintenir une température de service de sorte :

 A éviter toute condensation dans l’échantillon à analysé, cette température doit être supérieure à la
température d’ébullition de l’élément le plus lourd (C6+).

3) Le bloc Détecteur :

Le détecteur a pour rôle de permettre l’analyse qualitative et quantitative du gaz naturel, il est placé
en aval des colonnes de séparations.

L’analyse qualitative consiste en la reconnaissance de tous les éléments du gaz naturel à partir de
leurs temps de rétention respectifs.

L’analyse quantitative consiste en la détermination la quantité de chaque constituant à partir de


l’intensité du signal émis par le détecteur lors de son passage.

Comme les impulsions électriques générées sont très faibles, un amplificateur est branché au détecteur.

La majorité des chromatographes d’analyse en ligne du gaz naturel, mesure la composition à l’aide de
détecteur à conductivité thermique. Son universalité, sa fiabilité et sa précision sont appropriées à
cette application.
3-1) Mode de fonctionnement d’un détecteur à conductivité thermique :

Le fonctionnement du détecteur à conductivité thermique est basé sur la différence de la thermo conductivité
des différents constituants du gaz naturel.
C’est un détecteur différentiel de conductibilité thermique utilisant la variation de résistivité avec la température
de quatre résistances d’un pont de Wheatstone.
Les quatre thermistors sont alimentées avec un courant électrique constant, deux sont dites de références et
les deux autres sont dites de mesures.
Les résistances dites de référence sont immergée dans un flux de gaz vecteur ne traversant pas la colonne,
alors que les résistances de mesures baignent dans l’effluent gazeux sortant de colonne.
En l’absence de soluté, le pont le pont de Wheatstone est équilibre est délivre une tension fixe (de quelque
millivolt) constituant la ligne de base du chromatogramme.
Au passage d’un soluté, la conductibilité thermique de l’effluent change, faisant varier les résistances dites de
mesures par transfert de chaleur , le pont est déséquilibré : un courant apparaît, il est détecté et amplifié puis
transmis au microprocesseur du chromatographe.
Les performances du détecteur seront bonnes, s’il est bien thermo- staté, si l’alimentation en gaz vecteur est
bien stabilisé et si la différence de conductibilité thermique entre les constituants du mélange gazeux et le gaz
vecteur est grande .
2) Système D’échantillonnage :

Le système d’échantillonnage a pour rôle d’injecter une certaine quantité d’échantillon à


analyser dans le flux de gaz vecteur en amont de la colonne, sans perte et d’une manière
reproductible.

La plus part des chromatographes industriels utilise un système avec boucle


d’échantillonnage et commutation de colonne :

2-1) Boucle d’échantillonnage :

C’est un petit tronçon de tube avec un certain volume interne, montée directement sur les
ports d’une vanne multivoies.

Au début d’une analyse la vanne multivoies, sur laquelle est placée la boucle
d’échantillonnage, est actionnée pneumatiquement et le volume de gaz à analysé est injecté
dans la première colonne de séparation.

Ne jamais remplacé la boucle d’échantillonnage par une autre fabriquée sur place, les
performance de l’analyseur ne seront plus garantie.

Boucle d’échantillonnage 
Systèmes de Commutation de Colonnes :

Les chromatographes de process sont pratiquement toujours équipés de systèmes de commutation de


colonnes d’analyse qui présentent généralement des comportements de séparations différents et qui sont reliées
entre elles par des manifolds pour commuter le trajet du gaz.

Il existe un vaste choix de techniques de commutation de colonnes. Ces techniques font appel à des vannes
de commutation à membrane à haute résistance, des vannes à membrane et piston, des vannes tournant de même
qu’à des techniques de commutation sans vannes

Boucle d’échantillonnage
Gaz a analysé

Gaz vecteur

Injection
Colonne rétro balayage (C6+)
Détecteur TCD

Gaz a analysé

Boucle d’échantillonnage Colonne rétro balayage (C6+)

Gaz vecteur

Colonne principale (C1,.C2 ,C3, C4 , IC4, C5, IC5, N2 ,CO2)


Détecteur TCD
DETERMINATION DE LA FONCTION DE REPONSE DU DETECTEUR :

La fonction de réponse optimale du détecteur par rapport à un constituant i indique la relation entre le signal de réponse et la
quantité du constituant dans un mélange gazeux de référence certifié.

Ces fonctions doivent être déterminées dans les cas suivant :

- Première installation du système par le fournisseur;

- Remise en route après un entretien du système;

- Remise en route après le remplacement d'une pièce principale du système, par exemple: vanne d'injection, colonne,
détecteur;

La fonction de réponse la plus probable est une droite passant par l'origine,le passage par l'origine, n'impliquant aucune
réponse à un constituant en son absence, est probable pour la plupart des constituants;

ai : coefficients polynomiaux du
constituant i

Ri réponse du détecteur

- Xi fraction molaire du constituant i


Afin de réduire au minimum les erreurs on doit limiter l'écart entre la composition du gaz d'étalonnage et la composition de
l'échantillon comme indiqué dans le Tableau 1.
Il est recommandé de réaliser l'étalonnage avec le mélange gazeux de référence de travail au moins deux fois par
jours.

Après étalonnage avec un gaz de composition connu et aussi proche que possible de la composition de l’échantillon, le
processeur du chromatographe conserve en mémoires toutes les informations recueillies à savoir :

- Le nom du constituant et son temps de rétention de référence (corrigé après chaque talonnage)
- La concentration correspondant à la surface de référence mesurée.

Et à la suite d’une analyse, l’intégrateur calculateur effectue les opérations suivantes  :

- mesure le temps de rétention brute pour chaque constituant

- calcule la surface de chaque pic par rapport à la ligne de base

- identifie les pics observés par comparaison aux temps de rétention corrigés de référence lors de l’étalonnage.

-calcul la concentration de chaque constituant identifié par comparaison suivant une relation linéaire entre la surface du pic
d’analyse et celle du pic étalon.

Actuellement, l’informatique utilise des logiciels d’applications très puissants  ; Ces logiciels sont capables, non seulement
de conserver les signaux du détecteur dans un fichier de données, mais également d’en faire l’analyse qualitative (temps de
rétention) et quantitative (calcul de surface de pic, courbe d’étalonnage, etc.).
VI - ETALONNAGE
 Les Chromatographes ne sont pas des appareils absolus
nécessite un étalonnage avec un mélange de référence
 Le gaz étalon doit avoir de préférence une composition
aussi proche du gaz à analyser
le gaz étalon doit être muni d ’un certificat précisant pour
chaque constituant l ’incertitude liée au mode de préparation
Il doit être traité avec les mêmes conditions opératoires que
l ’échantillon à analyser
Il est nécessaire de purger la totalité du circuit de transfert
afin d éviter les risques d ’erreurs
la fréquence des étalonnages doit tenir compte du risque de
dérive de l ’analyseur
VI - ETALONNAGE

 Les Chromatographes ne sont pas des appareils absolus nécessite un étalonnage avec un mélange de
référence
 Le gaz étalon doit avoir de préférence une composition aussi proche du gaz à analyser
le gaz étalon doit être muni d ’un certificat précisant pour chaque constituant l ’incertitude liée au mode de
préparation
Il doit être traité avec les mêmes conditions opératoires que l ’échantillon à analyser
Il est nécessaire de purger la totalité du circuit de transfert afin d éviter les risques d ’erreurs
la fréquence des étalonnages doit tenir compte du risque de dérive de l ’analyseur
VII - INTEGRATEUR / CALCULATEUR

Constitué de microprocesseurs .
Commande :
l ’injection de l ’échantillon
commutation des colonnes
étalonnage
Assure aussi:
 la conservation de données
l ’ autonomie d ’alimentation
la programmation des alarmes permet à l ’utilisateur sur site ou bien à distance de :
modifier , analyser , imprimer
Par ailleurs , le chromatographe peut être connecté à un calculateur de débit pour le calcul d ’énergie
AUTRES CONSIDERATIONS :

Les Chromatographes présentent les caractéristiques suivantes :


• Fiabilité et robustesse
• Maintenance limitée au changement des bouteilles de gaz vecteur et étalon, changement de filtre du
conditionneur.
•L ’injection, l échantillonnage et l ’analyse sont automatiques.
• Temps d ’analyse très court
• Système d échantillonnage en continu