Année lombarde

:

HSBC condamnée par la Cour d’appel de Paris
Cour d’Appel de Paris, le 5 janvier 2016 N° 13/23019
Cet arrêt nous renseigne sur le délai de prescription en indiquant que l’emprunteur
consommateur n’a pas pu se rendre compte des anomalies affectant son contrat de prêt
qu’en ayant recours à un tiers expert, de sorte que le délai de prescription doit courir non pas
à compter de la signature du prêt mais à compter de la remise du rapport d’expertise.

Ce rapport d’expertise a mis en exergue différentes anomalies dont celle du calcul des

intérêts sur 360 jours au lieu de 365 jours.

La Cour applique constamment la même sanction : la restitution des intérêts trop

perçus et la substitution du taux légal sur toutes les échéances du prêt, passées et à venir.

RS

Plus d’informations sur

www.mySMARTcab.fr

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful