Vous êtes sur la page 1sur 5

Hypermonde

et géopolitique
J A C Q U E S A T T A L I

S’il est encore difficile de mesurer les uniformisation du monde ; une économie
conséquences de l’évolution de notre locale, dominée par les détenteurs des
société vers une « société de technologies industrielles de production et
l’information », il est prévisible que le de communication de l’information,
monde futur, issu du développement des pourrait se substituer à une économie
technologies d’information et de mondiale de l’information ; la suprématie
communication, sera un « hypermonde » : de la langue anglaise semble marquer le
un monde virtuel dans lequel nous pas... Enfin, si nous nous dotons de la
recréerons tout ce qui existe dans le capacité de donner un sens à l’information
monde réel, un monde dont l’importance - produire et proposer du sens est l’avenir
des métiers de l’information - nous
dépassera celle du monde réel et obéira
pourrons éviter la régression de notre
aux lois de l’économie de marché. Mais société.
toutes les prévisions - peu engageantes -
qui sont aujourd’hui plausibles peuvent Ce texte est celui de la conférence
être nuancées : les progrès technologiques inaugurale du congrès IDT 98, prononcée
ne conduisent pas inéluctablement à une par Jacques Attali le 9 juin dernier à Paris.

J
e suis très heureux de pouvoir vision personnelle des choses : vous le véritable pouvoir de demain. Les
réfléchir avec vous aujour- entendrez sans doute au cours de ces industries d’avenir ne s’articulent plus
d’hui sur les sujets qui vous autour de l’énergie ou de la puis-
intéressent et qui nous journées des points de vue contradic-
sance mais autour de la communica-
concernent tous. Mes toires, qui ne vous aideront que plus
tion : audiovisuel, télécommunica-
réflexions ne résultent que de ma à vous forger une opinion. tion, création et circulation de
l’information.
Un tel basculement donne le senti-
De la société de l’énergie ment que nous entrons dans un
monde neuf, unifié. Les technologies
à la société de l’information de communication, notamment
Internet, offrent en effet la possibilité
à qui que ce soit de s’informer sur
Certains aspects de l’évolution de nos dominée par la recherche du contrôle quoi que ce soit et ce, sans se dépla-
sociétés paraissent des évidences et de l’énergie mais par celle du cer. Dans cette société mondiale, les
sont traités comme telles. Je voudrais contrôle des réseaux de communica- développements essentiels porteront
néanmoins les rappeler. tion et de l’information qui y circule. sur les secteurs de communication et
Ce contrôle de l’information - des de création de l’information et sur les
Nous entrons dans une société de bases de données comme du savoir réseaux permettant de faire circuler
l’information : une société non plus technique ou scientifique - constitue cette dernière.

Documentaliste - Sciences de l’information, 1998, vol. 35, n° 3 139


J A C Q U E S A T T A L I

Une évolution gies actuelles. Par conséquent, les Il n’est donc pas étonnant que,
progrès de productivité ne peuvent depuis vingt ans, le cœur de la
explicable... intervenir que dans les secteurs les bataille économique et stratégique,
Un certain nombre de facteurs justi- plus lents dans l’activité écono- qui autrefois consistait en des
fient une telle évolution. mique : les secteurs de manipulation conquêtes de sources d’énergie et
de l’information. Il s’agit aussi bien des progrès en matière d’efficacité
L’émergence des activités de l’enseignement que énergétique, se soit déplacé vers les
de nouveaux besoins des activités de distraction et des progrès en matière d’automatisation
métiers manipulant les signes – de l’information. Ceci induit d’im-
La population mondiale « solvable » a banques, assurances, administrations, menses progrès techniques. Ils se
atteint un certain degré de saturation etc. Ces secteurs font preuve d’une résument dans la célèbre loi de
dans ses besoins matériels, au sens « lenteur » particulière, au sens de la Moore, selon laquelle, depuis vingt
traditionnel du terme (voiture, loi du marché. Les technologies qui ans et pour les vingt prochaines
machine à laver, etc.). De nouveaux permettront d’automatiser la manipu- années au moins, le secteur de la
besoins apparaissent. A moins d’une lation de l’information créeront de la manipulation de l’information double
révolution politique planétaire, qui productivité, dans le sens du marché sa productivité tous les dix-huit mois.
permettrait aux trois milliards et de la croissance.
d’hommes non solvables de s’équiper On ne mesure pas encore les consé-
matériellement, il importe désormais quences de l’évolution des technolo-
de satisfaire les besoins de la popula- ...mais des gies d’automatisation de la manipula-
tion déjà en possession de biens conséquences tion de l’information dans l’ensemble
matériels. Ceci suppose le dévelop- de l’appareil social, car ces technolo-
pement des activités de culture et de encore mal mesurées gies en sont encore à la lisière. De
distraction. La communication est en nombreux secteurs - l’administration,
effet essentielle à ce niveau. Ces différents facteurs plaident en
faveur d’une concentration massive la sécurité sociale, le secteur du com-
Le secteur de l’information, du progrès technique, dans les merce ou le secteur bancaire, comme
source future de productivité décennies à venir, autour de la mani- tous les secteurs qui peuvent l’être et
pulation de l’information. D’un point le seront - ne sont pas encore com-
Les progrès scientifiques principaux de vue philosophique, nos sociétés plètement automatisés. Leur automa-
ont déjà été réalisés en matière fondées sur la loi du marché, dans tisation fera éclater la conception
d’énergie. A l’échelle d’un siècle, lesquelles la précarité devient pro- actuelle du travail, en générant
nous ne trouverons probablement gressivement la règle, font de la dis- davantage de productivité, c’est-à-
pas de nouvelle source d’énergie traction une nécessité. Or la distrac- dire de richesse créée, mais aussi
capable de régler les problèmes envi- tion suppose la mise à disposition de davantage d’« inutiles », selon le
ronnementaux que posent les éner- l’information. concept traditionnel du travail.

Le monde futur d’un nouveau continent. Nous crée-


rons dans cet univers virtuel tout ce
qui existe dans le monde réel – de
même que les premiers colons ont
Le précédent raisonnement conduit à l’Internet et des télécommunications recréé en Amérique ce qui se trouvait
une description assez précise du un ensemble plus unifié que jamais, en Europe – en tentant cependant de
monde futur. et lié aux autres techniques de circu- faire mieux ou différemment.
lation de l’information, telles que la L’idéologie dominante de notre
télévision. Nous serons donc face à époque étant celle du marché, nous
Le concept de un ensemble réunissant toutes les essaierons d’instaurer dans cet hyper-
monde les lois du marché à l’état
l’« hypermonde » techniques de distribution de l’infor-
pur : un monde sans taxes ni Etat,
mation : informatique, télécommuni-
Les vingt prochaines années se carac- exempt de toute intervention diri-
cations et télévision. Cet ensemble ne
giste. Telle est la conception actuelle
tériseront par de nouveaux progrès se limitera plus à une combinaison
de l’hypermonde.
en matière de techniques de l’auto- de réseaux mais signera l’ouverture
matisation de la manipulation de l’in- de l’« hypermonde » : un monde vir- Il ne faut pas concevoir le monde
formation. Ces progrès feront de tuel que nous découvrirons, à l’image des technologies de communication

140 Documentaliste - Sciences de l’information, 1998, vol. 35, n° 3


HYPERMONDE ET GÉOPOLITIQUE

comme un simple réseau de commu- des magasins virtuels. Le commerce au début du siècle à la suite de la
nication relevant du monde réel mais traditionnel laissera la place au com- course aux gisements pétroliers, de
comme la naissance d’une sorte de merce par correspondance. grandes entreprises se constitueront
pseudo-monde, monde double ou demain par leur appropriation de
encore hypermonde, dans lequel il L’émergence gisements d’information. On en
sera possible de faire tout ce qui se de monnaies privées dénombre trois :
fait dans le monde réel. Nous avons En dehors de la banque et du com- - l’information de la distraction : les
commencé - et c’est étrange - par y merce, traditionnellement interdépen- studios américains en contrôlent l’es-
installer des bibliothèques. Nous y dants, l’avènement du monde virtuel sentiel, en termes d’information exis-
créerons ensuite des magasins, puis aura des conséquences beaucoup tante mais aussi de production d’in-
des usines virtuelles, des lieux de dis- plus vertigineuses. Supposons que formation ;
traction, des banques et tout un demain Microsoft décide d’accorder à - les banques de données scienti-
ensemble d’activités virtuelles. Selon fiques : elles concernent les
son personnel un salaire non pas en
les prévisions, en l’an 2050 le produit domaines de la science et de l’éduca-
dollars mais sous forme de « points
national brut du monde virtuel sera tion ;
bonus » nommés win, en référence à
supérieur à celui du monde réel. - la génétique : la banque génétique
Windows. Ces points seraient utili-
Dans moins de dix ans, il aura déjà qu’il convient de s’approprier est le
sables dans une galerie marchande
dépassé le PNB français. Les consé- code génétique. Il est frappant que la
électronique appartenant ou affiliée à
quences d’une telle évolution seront génétique ne soit qu’un prolonge-
la société Microsoft. Les salariés achè-
considérables. Des échanges auront ment naturel des technologies de la
teraient toutes sortes de produits
lieu non seulement à l’intérieur du communication : elle n’est pas en
dans cette galerie marchande.
monde virtuel mais également entre rupture avec le paradigme scienti-
Quelques mois plus tard, Microsoft
celui-ci et le monde réel. De telles fique, économique ou géopolitique,
pourrait décider d’accorder à de très
transactions provoqueront des boule- mais elle le prolonge. L’appropriation
bons clients les mêmes points bonus.
versements gigantesques dans le du génome humain, qui sera achevée
Il est certain que, très rapidement, on
monde réel. dans les cinq ou quinze prochaines
pourra observer, sur la Bourse de
années, ne sera qu’un début.
Hongkong par exemple, la naissance
Demeureront en effet les immenses
Trois exemples d’un petit marché échangeant des
sources de richesses potentielles que
points win contre des dollars. Un
sont tous les génomes animaux et
La « virtualisation » du taux de change serait associé aux
végétaux. Leur appropriation privée
domaine bancaire et monétaire points bonus, garanti en dernier res-
constituera l’un des éléments essen-
sort par le prêteur, évidemment sol-
Dans un avenir proche, plus per- tiels de demain.
vable, Microsoft. Ceci signifie qu’en
sonne n’aura de raison d’aller à son
deux ans apparaîtrait la première Si l’hypermonde dépasse le monde
agence bancaire. La banque de dépôt
monnaie privée mondiale. Soyez cer- réel en importance et s’il obéit aux
deviendra purement virtuelle. Nous
tains que cela se réalisera, et que ce lois de l’économie de marché, nous
pourrons effectuer la totalité de nos
n’est qu’un exemple parmi d’autres verrons émerger une économie mon-
transactions de notre domicile ou,
des multiples conséquences de l’hy- dialisée, contrôlée par quelques
plus précisément, en nous rendant
permonde. grands groupes et imposant l’anglais
dans ce monde virtuel. Quelques
banques américaines - peu nom- comme langue dominante de circula-
Celui-ci comportera les mêmes tion à la fois de l’information et de la
breuses - en sont déjà à ce stade. La acteurs que ceux du monde réel, à
plus avancée d’entre elles est la Wells distraction. Les experts considèrent
l’exception d’un acteur de nature éta- ce scénario comme le plus vraisem-
Fargo Bank. D’autres sont en cours tique ou supranationale capable de
d’installation. Leurs clients seront blable. Ils estiment qu’il donnera lieu
structurer ces évolutions. à des oppositions : tentatives de la
totalement virtuels. Ceci entraînera
une mutation radicale du personnel La constitution Communauté européenne pour
impliqué. de grands groupes imposer des normes en matière cul-
turelle, volonté de protéger l’espèce
La banque virtuelle s’accompagnera Dans une économie de l’information, humaine contre la brevetabilité, et
d’un développement formidable du la première valeur est l’information. toute une série d’autres protections,
commerce électronique. De plus en De même que des entreprises que la logique du marché fera inévi-
plus, nous ferons nos courses dans comme Shell ou BP se sont montées tablement disparaître.

Documentaliste - Sciences de l’information, 1998, vol. 35, n° 3 141


J A C Q U E S A T T A L I

Des hypothèses à nuancer L’économie de l’information ne peut


ressembler à celle de l’énergie. La rai-
son en est simple : à l’inverse des
biens matériels, l’information n’est
Nous ne devons pas croire, cepen- gnées du texte. Les hommes avaient pas un bien rare que l’on peut don-
dant, que les tendances décrites ci- pris en main leur destin religieux. ner à condition de s’en priver. Il est
dessus se confirmeront inévitable- Cela explique en partie l’avènement en effet possible de donner une
ment. Ce scénario implique que, du protestantisme et l’émergence de information tout en la conservant
dans l’hypermonde, les Etats-Unis l’esprit scientifique et critique. pour soi. L’information est un bien
non rare qui, par nature, n’est donc
contrôleront la planète par le biais de Par ailleurs, deux autres livres ont été pas créateur de valeur. Pour le deve-
leurs entreprises informationnelles ; imprimés trois ans seulement après la nir, au sens marchand du terme, il
que l’anglais sera la langue domi- première Bible : un dictionnaire et doit être rendu rare de façon artifi-
nante ; que l’Europe sera réduite à une grammaire espagnole. cielle. Pour ce faire, nos sociétés ont
un rôle de spectateur fasciné par un L’imprimerie a permis à chaque pays, développé des techniques telles que
univers qui lui échappe et dans par le biais des grammaires et des le dépôt de brevet. Le brevet permet
lequel le chômage s’imposera dans dictionnaires, de structurer et codifier de protéger une invention durant une
sa propre langue. Cinquante ans période donnée, et permet ainsi le
tous ces métiers, dont le vôtre, que après l’invention des caractères
l’accès direct, par de grands réseaux, développement d’une économie de
mobiles, le latin et le Saint Empire la propriété industrielle ou intellec-
à des services d’information aujour- romain-germanique ont disparu, lais- tuelle. C’est selon cette même
d’hui assurés de façon locale et distri- sant la place au nationalisme. Ainsi, logique qu’ont été instaurés les droits
buée, aura rendus inutiles. une technologie considérée au départ d’auteurs, qui ont permis à des écri-
comme centralisatrice et créatrice vains de vivre et, partant, à des mai-
d’un modèle uniforme a en fait favo- sons d’édition de prospérer.
L’exemple de risé l’esprit critique, la liberté et la
différenciation. Ces concepts sont cependant artifi-
l’imprimerie ciels. Une économie fondée sur la
De même, le téléphone a été inventé valeur d’un bien par nature non rare
Un exemple enjoint cependant à res-
dans le but de transmettre des ordres est entièrement dépendante de sa
ter prudent dans nos projections :
du sommet vers la base, notamment capacité à maintenir de façon artifi-
celui de l’imprimerie. Lors de son
dans les usines. Personne n’a pres- cielle la rareté de ce bien. Ce qui
invention, les observateurs qu'on
senti qu’il favoriserait les relations implique qu’il faudrait contrôler l’in-
aurait pu croire les plus avisés de
horizontales. Le gramophone, pour formation en permanence. Or tout
l’époque avaient jugé que l’imprime-
sa part, a été perçu à l’origine nous annonce que c’est impossible :
rie favoriserait la création d’un
comme le moyen de lutter contre les il est difficile de crypter les informa-
monde unifié et articulé autour de
grèves des musiciens d’orchestre et tions, il est très difficile, en génétique
deux pouvoirs : l’Eglise et le Saint
non comme un instrument de diffu- en particulier, que des informations
Empire romain-germanique. Cette
sion de la musique et de vulgarisa- restent secrètes, et le rôle des médias,
affirmation reposait sur deux raison-
tion de la culture. En d’autres termes, par essence, est de casser en perma-
nements. D’une part, les caractères gardons-nous de croire que les diffé-
mobiles, en vulgarisant la Bible, per- nence le secret de l’information.
rentes évolutions conduisent néces-
mettaient à l’Eglise d’imposer son sairement à une uniformisation. Et même à supposer que l’on par-
pouvoir. D’autre part, l’impression de vienne à la maintenir rare, l’informa-
livres en latin ferait disparaître les
tion n’est rare que de façon précaire.
dialectes et autres langues popu- L’information : La durée de vie d’un brevet est géné-
laires. Ces prévisions ont été écrites.
Elles expliquent les raisons pour les- un bien d’une rareté ralement de vingt ans. Il est absurde
de croire, par exemple, que le brevet
quelles les pouvoirs en place à artificielle génétique correspond à une appro-
l’époque ne se sont pas opposés à
l’imprimerie. Un deuxième élément laisse penser priation privée de la vie. De même,
que le cataclysme annoncé ne se tout logiciel nouveau est vendu très
Or cinquante ans plus tard, les gens produira pas. J’espère à ce propos cher au départ. Quelques semaines
avaient non seulement lu la Bible que ma description de l’hypermonde après son lancement, il est disponible
mais s’étaient également rendu vous a convaincus, bien que je m’in- à moitié prix puis il n'est pas rare
compte qu’ils pouvaient se passer génie à présent à vous démontrer que l'on trouve très rapidement
des explications des prêtres. Ils son invalidité. Mon discours vise quelque part dans le monde un site
s’étaient également aperçu que ces ainsi à encourager votre esprit cri- qui permet de le télécharger gratuite-
explications étaient parfois fort éloi- tique... ment. Le système est donc poreux.

142 Documentaliste - Sciences de l’information, 1998, vol. 35, n° 3


HYPERMONDE ET GÉOPOLITIQUE

Ceci signifie que le véritable pouvoir ou 0. Le sens est la signification de du compromis. Par conséquent, nos
appartient non pas aux détenteurs de ces signes par rapport à un contexte, sociétés sont condamnées à régresser
l’information mais aux détenteurs des à une langue, à des connotations vers l’enfance et à disparaître dans la
réseaux et des technologies indus- diverses, à des significations mul- violence de la caricature et de l’ab-
trielles de production de l’informa- tiples, à des ambiguïtés - à un océan sence de contexte. Je trouve de très
tion. Un tel raisonnement aboutit à la de savoir. Nous savons codifier et grand intérêt pour notre débat ce très
conclusion suivante : nous ne nous automatiser l’information : il n’en va beau petit livre de sociologie poli-
orientons pas vers une économie pas de même du sens. tique, bâti selon une juxtaposition de
mondiale ni vers une économie de métaphores et de pensées. L’auteur
l’information, mais plutôt vers une Je vous recommande fortement un
livre très peu connu, Within the pousse le raisonnement plus loin :
économie de plus en plus locale et
Context of No Context (The Atlantic dans le fond, si nous nous orientons
de plus en plus industrielle.
Monthly Press, 1997), écrit par un vers une société balançant entre une
sociologue américain, George S. information vide de sens, mondiali-
L’anglais en perte Trow. Il y explique que la société sée et appropriée de façon illusoire
américaine s’oriente vers la violence et passagère, et inversement un
de vitesse la plus grave, et ce pour les raisons monde balkanisé, de culture autar-
J’ai indiqué que l’anglais deviendra la suivantes. cique - la civilisation dépendra de
langue générale et uniformisera la notre capacité à donner du sens à
Cette société est dominée par l’infor-
culture. Cette hypothèse ne se vérifie l’information.
mation, laquelle est véhiculée par des
pas actuellement et ne se vérifiera
médias. Or ces derniers sont structu- Et aussi de la capacité, qui justifie un
pas plus dans le futur. Premièrement,
rés de telle sorte que l’information ne métier, à donner une valeur ajoutée :
la part de l’anglais comme première
fait plus l’objet d’aucune hiérarchie et les métiers de l’information qui sont
langue d’étude est en baisse.
perd son sens. Par exemple, en tête
Deuxièmement, on observe une les vôtres ne consisteront plus à
des journaux télévisés se côtoient
recherche croissante de culture natio- mettre de l’information à disposition,
aussi bien la bombe atomique
nale. Les personnes sont attirées de mais à la hiérarchiser et à lui donner
indienne que la coupe du monde ou
plus en plus par leur propre savoir. du sens. De ce point de vue, on
des faits divers. Le lendemain, la hié-
La perte de vitesse massive des séries constatera que la distinction qu’on
rarchie est déjà différente. Nous
télévisées américaines au profit de avait établie dans le passé entre uni-
entrons dans un monde dans lequel
productions locales en est une illus- versités et bibliothèques est tragique.
chaque information est fournie hors
tration. En outre, il existe déjà des Un ensemble doit être constitué, qui
de son contexte – in the context of no
logiciels permettant de s’exprimer réunisse les bibliothèques, l’enseigne-
context. Si personne ne hiérarchise,
dans une langue et d’être entendu
ne trie ni ne structure l’information, ment et le journalisme : les grandes
dans une autre ; je les ai expérimen-
indique George Trow, la société entreprises de presse de demain
tés récemment à Singapour. A l’ave-
devient de plus en plus « enfantine ». seront celles qui seront aptes à struc-
nir, il sera donc possible de parler
En effet, le propre de l’enfant est de turer les capacités documentaires et
toutes les langues en étant entendu
ne pas être capable de distinguer le les capacités de sens que l’Université
dans toutes les autres. Faire l’effort
bien du mal ni toutes les nuances qui est supposée produire pour la
de l’apprentissage des langues des
vont de l’un à l’autre. Ne peuvent société. Produire du sens est certaine-
autres et des cultures des autres est
survivre, comme mythes fondateurs, ment l’avenir de votre métier, avec ce
peut-être préférable, toutefois, à un
que les contes pour enfants ou les que cela implique en termes de tech-
dialogue d’« autistes » juxtaposés...
valeurs simples de type « c’est bien » niques. Vous devrez non seulement
ou « c’est mal ». La victoire à un
produire du sens, mais en proposer.
Information et sens : match de football est mise sur le
Ceci renvoie à la notion de push, à
même plan qu’une victoire politique,
within the context of et une défaite à une compétition sur savoir proposer du sens avant même
no context le même plan qu’une bombe qu’il ne soit demandé.
nucléaire ! Qu’il s’agisse de nouvelles sciences
Un point demeure très préoccupant
dans cette nouvelle donne : nous George Trow poursuit ainsi : si la ou de nouveaux mondes, il est
avons tendance à mélanger - ce que société est ainsi structurée, elle ne réconfortant de constater qu’on en
la théorie ne fait pas - l’information peut être condamnée qu’à la violence revient toujours à l’essentiel : « ceux
et le sens. Du point de vue de la régressive de l’enfant, puisqu’elle qui aident à comprendre sont ceux
théorie de l’information, l’information n’est pas capable de structurer assez qui aident à lutter contre la barba-
est une quantité de signes égaux à 1 de nuances pour créer les conditions rie ».

Documentaliste - Sciences de l’information, 1998, vol. 35, n° 3 143