Vous êtes sur la page 1sur 1

Pompdi.

Fresque de la villa des Mystires


reprdsentant une divinitd dgyptienne
accroupie. Il s'agit peut-Ctre d'Horus.

autre en I'honneur de son 6poux Attis, sans compter les maisons reservees
aux associations d'hommes qui prenaient part aux processions du culte.
La diversit6 des croyances religieuses qui se multiplidrent dans le monde
romain, en particulier dr l'6poque imp€riale, 6tait une consequence de
I'afflux incessant d'6trangers dans les soci6t6s autrefois relativement
homogdnes de Rome et du reste de la p6ninsule. Les immigrants appor-
taient avec eux des croyances et des coutumes religieuses compldtement
diff6rentes de celles de Rome; leurs cultes se r6pandirent et, peu d peu,
trouvdrent des adeptes parmi la population locale. Le podte satirique
Juvdnal se plaint amdrement de I'infiltration d'une foule h6t6rogdne et de
la pollution du Tibre par les flots de superstitions boueuses venues du
fleuve syrien, I'Oronte. De son c6t6, Tacite, par la bouche du s6nateur
Cassius Longinus, s'6ldve contre le grand nombre d'esclaves d'origine
etrangdre habituel chez beaucoup de familles de son 6poque. Ces esciaves,
observe le s6nateur, sont (( soumis d des rdgles religieuses diff6rentes de
celles de leurs ma?tres, si ce n'est d aucune rdgle du tout >>.
En d6pit de ces pr6jug6s, le monde romain se caract6risa par une tol6-
rance religieuse sans 6gale et accueillit un grand nombre de croyances reli-
gieuses extrOmement diverses. Il y eut toutefois quelques exceptions notoi-
res d cette ouverture d'esprit : les H6breux et les chrdtiens firent I'objet de
persecutions chroniques, et les druides de persdcutions incessantes. Mais
dans I'ensemble, jusqu'd ce que le christianisme devienne la religion offi-
cielle de l'Empire (sous le rdgne de Th6odose, IV' sidcle, les vestales sont
supprim6es), les Romains firent preuve d'une tol6rance remarquable ir
1'egard des cultes venus d'Orient. Certes, il y eut parfois quelques tenta-
tives de restriction : par exemple, pendant la p6riode rdpublicaine, on
interdit aux citoyens romains de participer aux rites de Cybdle, qui pr6sen-
taient un caractdre orgiaque, tandis qu'en 186 av. J.-C. le s6nat approuva
un d6cret visant ir mettre un frein aux rites de Bacchus. ir cause de la
conduite d6r6gl6e des fiddles.

110