Vous êtes sur la page 1sur 2

Méthodes électrochimiques d’investigation de la corrosion endo-buccale

1. INTRODUCTION

• Méthodes électro-chimiques: méthodes qui mesurent la R d’un alliage à l’oxydation en


milieu aqueux.

• Méthodes, qui caractérisent les effets de la corrosion (en général in vitro), à développer:
-morphologie de corrosion: μscopie optique et MEB
-caract. chim. des produits de corrosion et des surfaces altérées: spectro Auger et XPS
-masse des produits de corrosion, gravimétrie, méthode pondérale (cf couche d’oxydes)

• Objectifs:
-prévision des réactions red-ox à la surface d’un alliage plongé dans une solution électrolytique
donnée
-prévision du sens d’évolution (tendance) de la réaction électrochimique (corrosion, passivation,
immunité)
• Limites:
- très sensible, donc échantillons “parfaits” point de vue état métallurgique de l’alliage sembla-
ble in vivo, état de surface poli

2. VOLTAMPEROMETRIE (mesure de l’én. qui entraine arrachement d’un ion métallique)

2.1. MONTAGE POTENTIOSTATIQUE SCHEMA

2.2. MESURE DES POTENTIELS (circuit ouvert)

2.2.1. ECHELLE DE POTENTIEL

• Mesure du potentiel standard par rapport à l’électrode de réfé-


rence: E0, potentiel d’équilibre (E que prend l’électrode dans un
de ses sels)

• E de corrosion: potentiel dans un électrolyte donné, dépend des


conditions expérimentales (conc, nature, pH de l’électrolyte)

2.2.2. COURBES POTENTIEL-TEMPS SCHEMA

• Evolution de E corrosion dans le temps, contrôle des phénomènes


d’immunité et de passivation.

2.2.3. DIAGRAMME POTENTIEL-PH

• E fction pH électrolyte: cf diagramme de Pourbaix, ne tient pas


compte de la vitesse.

2.3. MESURE DU COURANT (circuit fermé, tension imposée via contre-électrode, on ob-
serve courant résultant): COURBES INTENSITE-POTENTIEL OU COURBES DE POLA-
RISATION

2.3.1. REACTIONS REVERSIBLES,

• ddp =+/-50mV autour pot de référence, tps très court

• Etudes r ox-red de l’échantillon: la polarisation de l’électrode de


travail donne réaction de réduction si E<E corrosion (cf circuit ou-
vert), oxydation si E>Ecorr
• Calcul de la résistance de polarisation Rp

Rp=∆E/∆I en kʊ, pente de la tg à la courbe au pt d’équilibre

• Calcul de l’intensité de corrosion Icorr

Icorr=k/Rp courant d’ox.anodique, k dépend de la pente de Tafel


(pente partie linéaire de la courbe au-delà 50mV= destruction par-
tielle de l’échantillon. Donc, on calcule les valeurs des pentes de
Tafel par “extrapolation” par rapport à la courbe de polarisation
linéaire, après avoir calculé Rp).

2.3.2. REACTIONS IRREVERSIBLES SCHEMA

• ddp imposée par contre-électr =+/- 1 V autour pot de référence

• E rupture: apprécie R oxydation d’un alliage soumis FEM

• Illustration avec alliages Cr

3. MESURE DE L’IMPEDANCE
• en courant alternatif

• étude mécanismes inhibiteurs de la corrosion, épaisseur de films de surface, degré protection oxy-
des. Pas encore d’applic. dentaires.

4. EVALUATIONS IN VIVO ET CLINIQUES

4.1. IN VIVO
• Gettleman L. et al 1980.
• étude voltampérométrique de ≠ alliages placés dans la cavité buccale de babouins
• comparaison avec les courbes de polarisation linéaires des mêmes alliages in vitro
• bonne corrélation in vitro-in vivo pour courts termes d’immersion
• in vitro plus sévères pour longs termes (cf facteurs d’inhibition)

4.2. CLINIQUE
• interrogatoire: agueusie (sucré, amer, acide>, métallique)
• observation:
- tatouages, lésions blanches pseudo-lichénoïdes (lignes qui relient, brûlures?)
- ternissement d’un alliage (dépôt sur la cathode: noir, brun)
• mesures (tension, courant) microélectrodes

5. EXEMPLES

• Amg (E sur tps, I sur E)


• Titane qui perd sa passivation avec HF (I sur E)
• Illustration avec ajout Cr et Mo dans all. (I sur E)