Vous êtes sur la page 1sur 21

Les bases du

changement climatiques
Vincent DUBREUIL
COSTEL UMR 6554 CNRS
Université Rennes 2 / FR CAREN
Variation # variabilité

VARIABILITE : donnée essentielle du climat, sans


caractère irréversible (écart +/- momentané / moyennes)
VARIATION : accentuation progressive et continue de ces
écarts aux moyennes. Modification durable
Le climat actuel est
un état transitoire …

Un phénomène
inégalement réparti
dans le temps et
l’espace
Une action anthropique
qui amplifie un
mécanisme naturel
Scénarios, incertitudes
et effets prévisibles

Conclusion : autres
échelles ?
Le réchauffement
climatique
contemporain
Un phénomène discontinu dans le temps
+ 0,74°C au XXe S
Dernière décennie la
plus chaude depuis
1000 ans
Phases + ou –
marquées de
réchauffement

Onze des douze


dernières années
figurent au palmarès
des douze années les
plus chaudes depuis
depuis 1850
Un
phénomène
inégalement
réparti dans
l’espace

+ renforcement vents
d’ouest
Hausse intensité
cyclonique Atl.Nord
Moins de jours froids #
vagues de chaleurs
Hausse phénomènes
pluies intenses
Un phénomène bien marqué en France

Tendances (en °C/siècle) 1901-2000 à partir de 70 séries de températures


minimales et maximales
Evolution des températures moyennes et de l’amplitude diurne
en France au cours du 20ème siècle
Tendances (en °C/siècle) 1901-2000 à partir de 70 séries de
températures moyennes
Températures à RENNES Saint Jacques
Maximales

Minimales
Gel et chaleur à Rennes Saint Jacques
Nombre de jours >= 25°

Nombre de jours <= 0°


Précipitations à RENNES Saint Jacques
Janvier Décembre

Juin Août
La sécheresse estivale à Rennes depuis 1880

DUBREUIL V., MOUNIER J., LEJEUNE C., 1998: L’accentuation


récente du déficit estival dans la France océanique ; Publications de
l’Association Internationale de Climatologie (repris et mis à jour)
Une action anthropique qui amplifie un
mécanisme naturel

CO² : 280 en 1800 350 ppmv (+30%) ; CH4 : 0,9 1,7 ppmv (+145%)
Depuis 1800 : + 2,5W.m-² à la surface de la Terre (60% du au CO², 19% au
méthane, 6% au N²O, 15% aux CFC)
Les scénarios SRES
(Special Report on Emissions Scenarios)

Le sigle SRES renvoie aux scénarios décrits dans le Rapport spécial du GIEC sur
les scénarios d’émissions. Ils sont regroupés en quatre familles (A1, A2, B1 et
B2), qui étudient différentes voies de développement en fonction d’un large
éventail de facteurs démographiques, économiques et technologiques ainsi que
des émissions de GES qui en résultent.

Aucun scénario SRES ne s’est vu


affecter un niveau de probabilité.

http://www.grida.no/publications/other/ipcc_sr/?src
=/climate/ipcc/emission/index.htm

http://sedac.ciesin.columbia.edu/ddc/sres/index.html
Comparaison entre les observations et la
modélisation de températures depuis 1860
Certitudes et imprécisions…
Scénarios et
effets prévisibles

A1 : croissance éco et démo rapide et homogène avec remplacement progressif


énergies fossiles
A2 : croissance éco et démo lente et hétérogène
B1 : Transition rapide vers économie de service et mesures environnementales
Relativiser l’impression de plus grande fréquence des événements
météorologiques catastrophiques :
• Moyens de communication modernes
• Croissance de la population et des activités

Le changement climatique global est bien avéré ainsi que les


changements locaux résultants des changements d’utilisation du
sol (urbanisation, déforestation) Penser à différentes échelles
Merci…

Vincent.dubreuil@uhb.fr