Vous êtes sur la page 1sur 68
Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la B. V.
Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la B. V.

Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la B. V. M. par Mlle Marie El. de M.

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Bonaventure, Saint. Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la
Bonaventure, Saint. Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la

Bonaventure, Saint. Fleurs poétiques du Séraphique St Bonaventure : extrait de ses psaumes sur la B. V. M. par Mlle Marie El. de M

1881.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

FLEURS

POÉTIQUES

DU

SÉRAPHIQUEST-BONAVENTDR

DE

IMPRIMERIE

EXTRAIT

SES

PSAUMES

M"*

MARIE

SUR

PAR

EL.

LA

DE

B.

M-

PARIS-AUTEUIL

DES

APPRENTIS-ORPHELINS.-ROUSSEL

V.

M.

(Dépôt 15, rue Férou, place Saint-Sulpice.)

40,

rue

La

Fontaine,

1881

4'J

FLEURS

SÉRAPHIQUE

POÉTTQUES

DU

SAINT

BONAVENTURE

FLEURS

POÉTIQUES

DU

SÉRAPHIQUE ST-BONAVENTURE

EXTRAIT

DE

SES

PSAUMES

SUR

LA

B.

V.

M.

 

PAR

 

MIle

MARIE.

EL.

DE

M-

PARIS-AUTEUIL

IMPRIMERIE

DES

AP PRE

NTIS

(Dépôt 15, rue Férou,

40, rue

La

-

0 RPHE

LIN

S.

RO

place Saint-Sulpice. )

Fontaine,

4')

1881

U S S E 1.,

PREFACE

Notre

traduction

Bonacenture

Saint

en vers des Psaumes

n'était

pas

destinée

de

à

la publicité.

C'était

comme

un

bouquet

que

nous avions composé uniquement pour no-

tre édification personnelle,

de notre

en

l'honneur

Sainte

Mère,

la Vierge

Marie.

De

pieux

amis,

à

qui

nous

avions

communi-

qué notre

leur

tour,

humble

travail

en

à

d'autres

âmes

ont

fait

pieuses;

part,

à

c'est

ainsi,

qu'à

notre

insu,

le public

a

pris

con

naissance

nous

nous

de

nos

avons

demandant

reçu

fleurs

poétiques.

Bientôt

de

pressantes

invitations,

la

publication

de

notre

-

1

opuscule.

que

M.

sujet.

Nous

i'abbé

citerons

Roussel

seulement

la lettre

nous

écrivait

à

ce

«

J'ai

» avec

» vers

lu,

le

avec

plus

le plus

vif

grand

profit,

intérêt,

votre

je dirai

traduction

des Psaumes

de

Saint

Bonacenture.

même

en

Je ne

» saurais

» eue

de

trop

louer

rajeunir

la pieuse pensée que vous

avez

ainsi,

par

une forme

nouvelle,

du Docteur

se mêle

» l'opuscule

» piété

» Que

dre

Séraphique,

plus

ou

à

la

profonde

de

l'exécution

de

votre

humilité

croira

sans

dirai-je

» treprise?

Votre

la plus

ten-

théologie.

pieuse

doute

en-

mon

» éloge exagéré,

» le dire,

et cependant,

je ne crains

pas de

vous avez retrouvé

l'éiocution

mélodieuse

» de

» gieuses,

» sentiments,

l'auteur

des

Harmonies

atteint,

et vous avez

les Odes de J.-B.

et

l'élévation

poétiques

par

Rousseau.

reli-

des

»

Je

le

sais,

» blés raisons,

» public

» nant

le fruit

vous

» l'imprimerie

» plutôt

votre

ce sont

à vos yeux, déterminer

de

bien

fai-

à

livrer

au

en ve-

à

là,

vous

pour de vos méditations.

de

des Appprentis

Aussi,

confier

sur

votre

manuscrit

prier

Orphelins, le bien

que

j'attirerai

peut

attention

faire

» cette

publication.

D'abord

,

notre

imprimerie

» y trouvera

du travail

pour

ses jeunes

composi-*

» Leurs;

» appliquée

en

second

lieu,

comme

dans

votre

traduction

vous

vous

êtes

à suivre

le saint

» Docteur,

le

lecteur

retirera

autant

de

profit

» votre

» saint

» heureux

de

des

oeuvres

vous

même

de

quel

re-

que

opuscule

que

Et

Bonaventure.

fruit

montrer

pour

les personnes ne

je

quel

pieuses

peuvent

faire

» tirer

» de rappeler

de cette

mieux

Gerson

:

lecture,

ces paroles

puis du savant

est le

je

et

: Quand

par-

» me

on

fait

demande

je

Docteur

réponds

le plus

» que

» ture,

» édifiant.

»

Bonaven-

juste

il

connaisse,

il est profond

En

même

nourrissant

car

et

édi-

;e

solide,

qu'il

pieux,

temps

éclaire,

il

fie

en

;

l'intelligence,

remplit

>; coeur,

il

n'y

a pas de doctrine

qui soit

plus élevée,

» plus divine,

» théologiens

salutaire

plus que la science.

et plus

»

L.

utile

aux

vrais

ROUSSEL. »

Nous

ne voulons

pas d'autre

préface,

car

cette lettre

bien

même,

flatteuse

(trop

mieux

le

nous

que de notre

but

pour nous) exprime,

ne

le ferions

publication,

et

nous-

notre

unique

l'amour

désir,

qui est d'exciter

de Dieu

et la dévotion

dans

les coeurs

à Marie

!

MARIE

EL.

DE M"'.

TRENTE

SAINT

TROIS

DE

PSAUMES

RONAVENTURE

PSAUME

Heureux

Kt

qui

vous

chérit,

ô divine

la

qui do vous

servir

a connu

Ainsi

Vos

que

la

célestes

rosée

humectant

bienfaits

pénètrent

la

1

Marie,

 

douceur

!

prairie

dans

son

coeur

Ainsi

Croît

Etale

Et

l'arbre

et se fortifie, de ses fruits

planté

bravo

les

fureurs

près

d'une

embaume

la

splendide

du

terrible

source

le vallon

parure,

aquilon.

pure,

;

Vierge

Dont

Vierge,

dont

l'humble

foi

la chaste

innocence

par

le Seigneur

nous

a rendu

la

a ravi

l'Eternel;

et l'univers

bénie,

vie,

Qui

peut

vous

égaler,

sur

terre

ou dans

lo ciel?

!

Près

de vous

disparaît

Qui

contemplent

ravis

Vers

vous

Célébrant

du

monde

vos

bienfaits

- G

-

tout

l'éclat

le chef-d'oeuvre

des

archanges, de Dieu

entier

s'élèvent

répandus

en

les

tout

louanges,

lieu

!

!

Ah

!

que

L'Eternel

toujours a béni

nos

coeurs

les oeuvres

en

gardent

de vos

mains

la

;

mémoire

Si

Vous

vous

êtes

des cieux

êtes

l'espérance

et le charme

et l'appui

des

et

la

gloire,

humains

!

!

PSAUME

II

Pourquoi En formant

nos

ennemis

contre

Dieu

ont-ils

frémi

des complots

de rage insensés

Vomissant

Ont

ils

cru

le mensonge

que

le

ciel

et rêvant

avait

nous

le carnage, délaissés?

O mère

Levez-vous,

de Jésus

!

ô Reine

bien-aimée

!

confondez

ces cruels

ennemis

!

Plus

terrible

Montrez-leur

pour

qu'à

eux

vos

qu'une

lois

puissante

armée,

l'univers

est soumis

?

!

O chrétiens

Réclamez

D'un

seul

affligés

son appui,

accourez

tous

qui

ne trompe

près

d'elle,

jamais,

de ses regards,

votre

mère

immortelle

Remettra dans vos coeurs l'espérance

et

la

paix

Bénissez-la

Et

vous

Rien

Et

sa clémence,

ni

cesse, ne craindrez

limiter

sans

implorez

ni

rien, sa divine

chutes,

revers.

ne peut

puissance,

!

sa miséricorde

a rempli

l'univers

!

-

8

PSAUME

III

Des ennemis

Et

chaque

jour

de Dieu

la phalange leur

s'augmente,

fureur,

s'accroît

aveugle

Mais

vous

les confondrez,

souveraine

puissante,

Au

jour

qu'ont

désigné

les arrêts

du

Seigneur

Délivrez-nous

Dont

Les

Nous

la chaîne

sépare

du

livrerait

surtout

fatale

Christ,

des

péchés

appesantit

et

dociles

et des crimes

les

coeurs,

victimes

sans

force

aux

cruels

oppresseurs

!

Ah

!

m

laissez

jamais

sans

guide

et sans

défense

Vos

enfants

que

A

chacun

De

l'ennemi

de vos

cruel,

l'enfer

fils

cherche

à remplir assistance

d'effroi

;

donnez

votre

mère,

défendez-moi

!

O Reine

Abaissez

Etendez

de clémence, vos

votre

regards

main

Et guérissez

le coeur

en vous

je si touchants

me

et

confie

!

si

doux,

qui

qui

sauve

et purifie,

s'abandonne

à nous

!

Veillez

Et

Offrez

toujours

viendra

âme

quand

mon

Et

guidez

votre

sur

moi,

pour

à Dieu;

enfant

divine

et tendre

moi

le moment

de

mère,

la

mort,

mon

vers

Créateur, le céleste

mon

port

!

père,

!

!

9

PSAUME

IV

Reine,

ma

prière

Votre

divin

pouvoir

Sur

le trône

 

Vous

Des

lions

rugissants,

Votre

bonté

céleste

Vous

avez

étendu

 

Pour

les

Jamais

de vos

Jamais

dans

Que

l'on

ait

invoqué

 

Sans

avoir

O

Reine

des

vertus

La)

sublime

Par

vos

enfants

 

Dans

l'univers

grandeur,

O

est par

me

vous

exaucée,

me

!

soutient,

vous

pas

défend,

sublime

êtes

placée

enfant

n'oubliez

votre

de leur

a

su

me

votre

main

vaincre

la

faim

dévorante,

préserver,

bienfaisante

me

n'est

et pour

source

sauver

tarie,

bienfaits

nul

ne s'est

votre

saint

consolé.

le

ciel

rappelé

Mario,

nom,

été

dont

glorifie

majesté,

la sainte

mortels

le temps

aussi

bénie,

soyez et l'éternité.

Nations,

Vous

rendez

ne pourrez

Exalter

dignement,

gloire

jamais,

à notre

quels

ô peuples

De

son

coeur

les

divins

auguste

que

de

la

soient

terre,

trésors

mère,

vos

!

!

efforts,

1.

.

10

PSAUME

V

Que

sur

Ne

Et

rejetez

hissez

pas

briller

ma

prière, à mes

yeux

Celte

vos

sainte

et douce

lumière

traits

divins

a mis

le

roi

des cieux

Ranime,

Changez nos maux en allégresse,

Et

Que

daignez

votre

nos

pleurs

essuyer

ineffable

;

tendresse

sanctifie,

et console

nos

coeurs

!

Dans

Terrassez

par

votre

puissance

Nos implacables

Et

ennemis,

sans

retombent

profonds

qu'ils

les gouffres

les

qui

défense

avaient

De

votre

Que toute

langue

vous

bénisse,

Que

Que

tout

s'incline

devant

vous,

le monde

entier

retentisse

nom

sacré,

si puissant

et

si

doux

 

Dieu

mit

dans

votre

âme

La

douceur

du

lait

et

du

Afin

que toute

créature

Ressente

la bonté

de

la

Reine

du

si pure miel,

Ciel

!

vomis

!

!

!

11

PSAUME

VI

No m'abandonnez

Devant

le tribunal

pas, ô tendre

de notre

et sainte

Roi,

divin

O Marie,

D'un juge

apaisez la trop

tout-puissant

juste

irrité

colère

contre

moi

mère,

!

Que pour

Et que pour

Qui

l'amour

votre

donc pourra

de vous,

Jésus nous soit

propice

gloire

fléchir

il pardonne

la suprême

aux pécheurs

justice,

!

Sinon

vos doux

accents,

tendre

mère,

et vos pleurs?

Des portes Délivrez

de l'enfer

vos enfants,

et du sein de l'abîme

ô Reine de bonté,

Et daignez Où nous

les guider

vous

bénirons

vers le séjour

sublime

pendant

l'éternité

!

-

12

PSAUME

VII

Du

lion

Délivrez

O douce

Reine,

en

rugissant

Pour

votre

enchaînez

honneur,

vous

j'espère, la fureur

ô tendre

votre

enfant

de son

persécuteur

mère

!

Faites

De votre

gloire

immaculée

luire

sur

moi

l'ineffable

Et

mon

âme

renouvelée

splendeur,

Brillera d'innocence

aux

regards

du

Seigneur

Par

De

Que

jamais

je

ne sois

vaincue

l'ennemi

son

Sans

glaive

fatal

!

qu'il

fuie

avec

terreur,

pouvoir

odieux

offrir

à

la sinistre

ma

vue

lueur

!

.

!

13

PSAUME

VIII

C'est

Que

Par

vous

ô Marie,

sauvé

ô glorieuse

de l'éternel

par

mère,

malheur

le monde

le

Pour

dans

sur

vous,

ciel

est

!

Fils

de Dieu

s'est

rendu

notre

frère

!

flamme,

devenir

le buisson

toison

le Rédempteur

la

Comme

Comme

Et

merveilleuse

du

la

l'humidité

les

ciel,

du

retrouvant

de votre

splendeurs

âme

En

vous,

descendit

l'Eternel.

La

Et l'esprit

vertu

du

Très-Haul

vous

est

couvrit

de son

ombre,

!

du

Seigneur

votre

chaste

sans

époux

nombre

Bénis

Béni

soit

Qui

vous

Et

cet

Béni

soit

Béni

soit

Béni

soit

soient

à jamais

fit

les

miracles

en

Que Dieu

éclater

auguste,

vous

!

le prodige

fit

en

incomparable, des enfers

ineffable,

'

de l'innocence,

si

amour

et

nous

doux,

naissant

fut

triompher

l'univers

;

enfantement

Par

qui

votre

votre

votre

Et. pour

glorieux,

sauvé

corps,

esprit,

coeur,

temple

plein

si clément

d'un

immense

!

l'Eternel

et pour

14

PSAUME

XI

Mère

Prête

du saint

amour

et source

de clémence

Dissipe

mon effroi,

à mon

faible

coeur ta divine

Vierge,

console

moi

!

assistance,

Ton

céleste regard

Cherchant

parcourt

l'espace

les malheureux,

immense

Et sans cesse empressée

Tu

t'inclines

à guérir !

eux

vers

leur

souffrance

De ce vaste

univers

tu visites

l'enceinte

En

semant

les

Tes pas sont

glorieux

bienfaits

; et ta démarche '

Souveraine

de paix

est sainte,

O vierge

toujours

pure

et cependant

propice.

Aux

En toi

Font

malheureux

la vérité,

briller

leurs

pécheurs, la grâce,

la justice !

splendeurs

Oui,

du soleil

Et

divin

les élus

la gloire du ciel

t'environne,

Sauvés par

ton amour,

te font

D'un

éclat

immortel

!

une couronne

15

PSAUME

XIV

Qui

Qui

La

Et

pourra

du

Très-Haut

pourra

Vierge

s'approcher

nous

répond

pardonnant

toujours,

habiter

la demeure

de son

trône

sacré

?

?

: Celui

qui

n'a jamais

souffre

et pleur; !

murmuré

Ceux

Et

la pureté le coeur

fait

que

dont

pieux

ressembler

n'a jamais

aux

anges,

eu

de fiel,

Avec

les

séraphins

chanteront

mes

louanges,

Et

méconnus

sur

terre,

ils

brilleront

au

ciel

!

O doux

Vierge,

Que

par Je sois

séjour

mère

votre

un jour

des cieux

! ravissante

lumière

de Dieu,

j'embrasse

vos

genoux,

secours,

votre

unie

à votre

sainte

prière,

!

Fils

et vous

!

Invoquez-la,

Demandez

par

pécheurs,

ne quittez

plus

vos

pleurs

son pardon

Marie,

maternel,

Un

Ah

jour

elle

! venez,

dira,

prenez

d'une

part

voix

attendrie

au bonheur

:

éternel

!

16

PSAUME

XXVII

Je

vous

invoquerai,

Mère

sublime

Vous

répondez

Et

mon

coeur

toujours

délivré

au

cri

de

de tristesse

et

sainte,

votre

enfant,

et

do crainte

Exaltera

votre

nom

triomphant

!

Oui,

Qu'il

la terreur

soit

Quand

héni,

rien

s'enfuit,

j'implore

sur

terre,

ainsi

que ce nom

et

dans

n'est

comparable

la

souffrance, si doux

;

le

ciel

à vous

immense,

!

C'est

L'or

Mais

vous

que

Jadis

Dieu

dans

couronne

et

l'arche

révérée

qu'il

a préférée

pur

bien

étincelait

sur

plus

glorieuse

Sanctuaire

du

les

riches

est

voire

parois,

âme

Roi

des

rois

!

sacrée,

Entre

les Chérubins-Dieu

rendait

ses

oracles,

Et

ce lieu

trois

Mais

Mère

fois

le plus

saint

saint

rayonnait

de splendeur,

des

tabernacles,

de

Dieu,

c'est

votre

coeur

!

O cité

du

Très-Haut,

Des

enfers

Le

Seigneur

Pour

nous

vous

sauver

n'a

que

l'horrible

ébranlée

point

courroux,

créa,

parfaite,

et se complaire

immaculée, en vous

!

!

17

PSAUME

XXX

J'espère

Source

en vous,

ô divine

de grâce,

d'amour, de vous

Auprès

C'est

mon

coeur

et pour

le temps

pour

Marie,

de bonté,

se réfugie l'éternité

;

!

Votre

De nos

Et

Vient

secours,

combats

amour,

votre

ranimer

puissante

nous

fait

tendre

et consoler

protectrice,

sortir

vainqueurs,

consolatrice,

nos

coeurs

!

Délivrez-moi

de l'ennemi

funeste

Qui

vient

semer

rien

les pièges si votre

et

sous

mes

me

!

Je ne crains

Je puis

appui

braver

l'enfer

le trépas

pas

rcs'.e,

!

Levant

J'ai

bien

Et

vos

A

mon

les yeux souvent

faveurs

vers

les saintes

collines,

réclamé

touchantes

vos

secours, et divines

appel

ont

répondu

toujours

!

Reine

Veut

C'est

Mon

du

ciel,

que

mon

âme

attendrie

à jamais en vos

coeur,

exalter

et bénir, remets

mains

que je et mon

ma

âme

mon

dernier

vie,

SOUJUI

18

-

PSAUME

XXXIII

Je bénirai

toujours

la divine

Marie,

Par

des cantiques

saints

mon

Jusqu'à

mon

dernier

jour ne cessera

cette

!

Jamais

coeur

s'épanchera

extase

chérie

Vous

Chrétiens

aussi,

N'avez-vous

louez-la,

bénissez-la

sans

cesse,

pieux,

pas

enfants

goûté

de

la

de

sa

Reine

du

ciel

vive

tendresse

Et

le

lait

et

le

miel

!

!

;

Cette

Venez

Venez

source

d'amour

n'est

jamais

y ranimer

y recueillir

vos esprits

la

divine

abattus

rosée

Qui

produit

les

vertus

!

épuisée

;

Ah

! ne voulez-vous

Pour plaire De ce coeur

à votre

maternel,

Imiter

la

pas,

chrétiens,

mère

et

lui

ravir

notre

espoir,

douceur?

fils

do Marie,

le coeur,

notre

vie,

Je bénirai

du

moins,

mère

pieuse

et tendre,

La

douce

humilité

Et

l'attirant

vers

Jusque

qui

vous,

dans

ravit

le

du

votre

ciel

Seigneur,

le

fit

descendre

coeur

!

-

19

PSAUME

-

XLI

Comme

Mon

Je méprise Mes

le cerf

l'eau

des fontaines,

amour

vaines,

!

aspire

après

âme,

yeux

à ton

Vierge

la

sont

sainte,

aspire

terre

et ses promesses

sur

l'éternel

arrêtés

séjour

!

N'as-tu

Celui

Lui,

Mon

pas enfanté,

dans

qui le coeur

Sauveur

mon

de mon

et mon

sainte

et

douce

Marie,

sein

lance

des traits

de feu, de ma

vie,

le souffle

coeur,

tout,

mon

Seigneur

et mon

Dieu

Ne

l'as-tu

n'as-tu

par

offert

souffert

délivrer

nous

la

terre?

pas

pour

Et

Et

Notre

de lui?

pas sa volonté

espoir

le

auprès

plus

pour pas notre

notre

n'es-tu

Mère,

doux

plus

cher,

appui?

Viens

Guide

éclairer

mes