Vous êtes sur la page 1sur 1

Alan Turing – Une vie exceptionnelle et une fin tragique | A

http://www.sciencepresse.qc.ca/blogue/2012/06/26/alan-turing

Les Manchettes scientifiques d’Ariel Fenster Alan Turing – Une vie exceptionnelle et une fin tragique

Ariel Fenster, le 26 juin 2012, 10h02

Son corps a été retrouvé sur son lit par une femme de ménage le 8 juin 1954. Il était décédé le jour précédent. L’autopsie conclut au suicide par ingestion de cyanure. Une pomme à moitié mangée se trouvait sur la table, à côté de lui.

moitié mangée se trouvait sur la table, à côté de lui. Bien que le contenu de

Bien que le contenu de celle-ci n’ait jamais été analysé, la légende veut que ce soit de cette manière que le poison avait été ingéré. Une fin tragique pour ce mathématicien de génie que beaucoup considèrent comme le fondateur de la science informatique.

Alan Turing est né le 23 juin 1912* et de nombreux événements ont lieu à travers le monde pour souligner le centième anniversaire de sa naissance, notamment une exposition au Musée de la science de Londres, qui lui est dédiée. Parmi les objets exposés se trouve une Enigma (prêtée par Mick Jagger). Il s’agit d’une machine de chiffrement électromagnétique que les Allemands utilisaient pendant la guerre pour encoder leurs communications. Alan Turing était l’un des membres de l’équipe de cryptographes qui cassèrent le code d’Enigma. Cela demanda la création d’énormes machines d’analyse à base électromagnétique. Appelées Bombes, ces machines sont considérées comme les précurseurs des ordinateurs modernes. Le musée de Londres expose également des éléments d’une des seules bombes encore en existence.

Les Manchettes scientifiques d’Ariel Fenster

L’Organisation pour la science et la société de l’Université McGill présente des capsules hebdomadaires sur des sujets défrayant l’actualité scientifique. Plus de renseignements sur ces sujets, ou d’autres d’intérêt général, sont disponibles en communiquant avec Ariel Fenster.

Professeur Ariel Fenster Organisation pour la science et la société de l’Université McGill (514) 398-2618

On a tendance à associer Alan Turing principalement à son travail de décrypteur pendant la guerre, mais la portée de son génie va bien au-delà de cela. En 1936, alors qu’il n’avait que 24 ans, il publie un article qui prouve qu’il est possible de créer des systèmes capables d’effectuer n’importe quel calcul mathématique si le problème est présenté sous forme d’algorithmes. Ces systèmes théoriques sont connus aujourd’hui sous le nom de machines de Turing.

Après la guerre, Turing jette les bases de la programmation informatique avec son travail sur le Computing Engine (ACE). Cette machine, de même que l’Electronic Discrete Variable Automatic Computer (EDVAC), développé par un autre génie de l’informatique, John Von Neuman, introduisit la notion

qu’un programme stocké dans un ordinateur pouvait faire fonctionner la machine sans intervention humaine. En 1950, Turing publie un article sur l’Intelligence artificielle. Il y propose une expérience, le Test de Turing, pour déterminer si un

ordinateur peut être qualifié «d’intelligent». D’après ce test, un ordinateur serait capable de «raisonner» si un observateur qui l’interroge n’arrive pas à distinguer ses réponses de celles d’humains agissant comme groupe contrôle. À partir de 1952, Turing s’intéressa à aux applications mathématiques de la biologie en s’adonnant à des travaux sur la morphogénèse, les lois qui déterminent la forme et la structure des organismes de la nature. Dans un article intitulé «The Chemical Basis of Morphogenesis», il postule que certaines réactions chimiques doivent, de par leur nature, donner lieu à des formes particulières appelées aujourd’hui «Formes de Turing».

Alan Turing était homosexuel et, en 1952, alors qu’il travaillait à l’université de Manchester, il eut une relation avec un homme qu’il avait rencontré au cinéma, Arnold Murray. Après que ce dernier ait aidé un complice à cambrioler sa maison, Turing porta plainte. Malheureusement, lors de l’enquête, l’orientation sexuelle de Turing fit surface. À l’époque, les actes homosexuels étaient illégaux en Grande-Bretagne. Turing fut accusé «de grossière indécence et de perversion sexuelle». Le juge lui donna le choix entre la prison et la castration chimique pour réduire sa libido. Turing choisit le traitement par hormones féminisantes. Les effets secondaires, autant physiques que psychologiques, associés aux estrogènes, eurent un impact dévastateur sur Turing. De plus, sa condamnation lui fit perdre son habilitation sécuritaire et il fut écarté d’un grand nombre des projets scientifiques auxquels il participait. Un ensemble de facteurs qui –probablement– l’amenèrent au suicide**.

Comme je l’ai précisé ci-dessus, rien n’indiquait que la pomme trouvée à côté du corps de Turing contenait le cyanure. Cela n’empêche pas qu’elle joue un rôle important dans les mythes qui, aujourd’hui, entourent Turing. Pour certains, ce dernier se serait inspiré du film «Blanche-Neige» de Walt Disney et de la pomme empoisonnée de la méchante sorcière. Parait-il que ce film était l’un des préférés de Turing. Pour d’autres, Turing avait introduit le cyanure dans la pomme pour le rendre plus facile à consommer et, en particulier, pour cacher le gout amer du poison. Le logo de la compagnie Apple, avec la pomme dont il manque un morceau, honore soi-disant le pionnier de l’informatique. Interrogé à ce sujet, Steve Jobs avait nié qu’il y ait un lien, mais il avait ajouté: «… en y pensant, j’aurais bien aimé que cela soit vrai».

* Ceux d’entre vous qui avez accédé à Google ce 23 juin 2012 ont pu remarquer que la page d’accueil célèbre l’anniversaire de naissance d’Alan Turing avec une animation «binaire».

** Le 10 septembre 2009, le gouvernement britannique, en la personne du premier ministre Gordon Brown, présenta des excuses officielles pour la manière dont Alan Turing avait été traité. Il offrit ces mots: «… au nom du gouvernement britannique et au nom de tous ceux qui vivent libres grâce aux travaux d’Alan Turing, je suis fier de pouvoir dire: nous sommes sincèrement désolés; vous méritiez tellement plus».