Vous êtes sur la page 1sur 6

l'imam Hassan al Basri

Son nom et sa généalogie

Son nom était Al-Hasan ibn Yasâr, surnommé Abou Sa'id.

Son père était l'esclave affranchi de l'estimable Compagnon, Zayd ibn Thâbit (‫)رضي ال عنه‬.

Quant à sa mère, Khayra, elle était l'esclave affranchie de Oum Salama (‫)رضي ال عنها‬.

Sa naissance (30 H)

Al-Hasan naquit à Médine vers l'an 30 de l'Hégire (peut-être en 21).

Son éducation

Il grandit sous le patronage des femmes du Prophète (‫)صلى ال عليه و سلم‬. Il fut, surtout, élevé dans
le giron de Oum Salama (‫)رضي ال عنها‬.

Al-Hasan eut, en plus, l'honneur d'être allaité par la Mère des Croyants, Oum Salama (‫رضي ال‬
‫)عنها‬. Et ce, quand sa mère allait faire les commissions et que le nourrisson pleurait de faim,
Oum Salama (‫ )رضي ال عنها‬le prit entre les bras et lui donna le sein pour le consoler de l'absence
de sa mère. Vu le grand amour qu'elle éprouvait pour ce bébé, son sein, par la grâce d'Allah
, sécréta du lait que le petit suça et cessa de gémir.

Al-Hasan passait son enfance en allées et venues parmi les maisons des Mères des Croyants. Il
tira, évidemment, profit de cette atmosphère saine, dominée par les bonnes m?urs, la foi, les
bienséances et la science.

Son apprentissage

Dans la mosquée du Prophète (‫)صلى ال عليه و سلم‬, Al-Hasan suivait l'enseignement des vénérables
Compagnons, tels : 'Uthmân ibn 'Affân, 'Abd-Allâh ibn 'Abbâs, 'Alî ibn Abou Tâlib, Abou
Moûsa Al-Ach'arî, Anas ibn Mâlik, Jâbir ibn 'Abd-Allâh et 'Abd-Allâh ibn 'Umar (‫)رضي ال عنهم‬.

A l'âge de 14 ans, Al-Hasan accompagna ses parents vers Bassora, qui fut à cette époque l'une
des plus grandes citadelles d'érudition. Les grands Compagnons (‫ )رضي ال عنهم‬affluèrent vers
son immense mosquée, et notamment 'Abd-Allâh ibn 'Abbâs dont Al-Hasan fut le disciple et
duquel il apprit l'exégèse, le Hadith et la science des lectures coraniques.

Il puisa du savoir des autres Compagnons, la jurisprudence, la linguistique, les lettres jusqu'à
ce qu'il fut considéré alors comme un puits de science. Il fut très entouré, acquit de la
réputation et jouit de la considération publique.

Ses livres

Il a écrit "l'Exégèse du Coran" [Tafsîr Al-Qurân] et "Les Vertus de la Mecque" [Fadâîl


Makkah]
Sa mort (110 H ; 80 ans)

Al-Hasan décéda en l'an 110 de l'Hégire. Tout le peuple de Bassora lui eurent rendu les
derniers devoirs au vendredi, premier jour de rajab.

Ses qualités

Sa science
Anas ibn Malik (‫ )رضي ال عنه‬fût interrogé un jour sur une question et il dit: "Allez interrogez
notre maître al-Hassan, car il a entendu et nous avons entendu, mais il a retenu et nous avons
oublié".

Son souci pour l'au-delà

AbdulWahad Ibn Zayd a dit: "Si tu voyais Al Hassan, tu penserais que l'on a versé sur lui la
tristesse des créatures en raison des longs pleurs et des nombreux sanglots".
On lui dit: "Décris nous Al Hassan!"
Il répondit: "Qu'Allah fasse misericorde à Abou Sa'id, wallah! Lorsqu'il venait, c'est comme
si il revenait de l'enterrement d'un proche, et lorsqu'il repartait, c'est comme si le feu était au
dessus de sa tête, et lorsqu'il s'asseyait, c'est comme si c'était un prisonnier que l'on emmené
se faire couper la tête, et [lorsqu'on le voyait] au matin, c'est comme si il revenait de l'au delà,
et [lorsqu'on le voyait] au soir, c'est comme si c'était un malade que la maladie avit extenué".

Yunas Ibn 'Abdillah dit: "Je n'ai jamais vu Al Hassan rire à pleine dent".

Yazîd Ibn Hawshab décrit la piété d'Al-Hasan disant : "Je n'ai vu plus craintif [de Dieu] que
Al-Hasan Al-Basri et 'Omar Ibn 'Abd Al-'Azîz, à croire que l'enfer n'a été crée que pour eux".

Sa modestie

Un jour on mentionna l'enfer dans son assemblée. Il dit alors : "On a rapporté que le
prophète a dit: "Demain, un homme sortira de l'Enfer aprés y être rester des années" " Puis
Al Hassan a dit: "Comme j'aimerai être cet homme".

Sa piété

On rapporte qu'Al Hassan (‫ )رحمه ال‬décida de faire la priere de nuit, mais que son âme ne
voulut pas être conciliante, alors il resta éveillé toute la nuit jusqu'au matin. On le questionna
à ce sujet et il dit: "Mon âme m'a vaincu pour abandonner la priere, alors je l'ai vaincu pour
abandonner le sommeil! Wallahi! Je ne la laisserai pas tant qu'elle ne se soumettra pas et
qu'elle n'obtemperera pas".

Les éloges à son sujet

Khâlid ibn Safwân, l'un de ses proches, le décrivit en disant : "C'est un homme qui a l'âme
pure et qui tient parole. Il donne le modèle parfait quand il recommande le louable ou qu'il
interdit le blâmable. Je l'ai vu capable, tel un ascète, de se passer des gens et de ce qu'ils
avaient entre les mains. Tandis que j'ai vu ceux-ci tellement besoin de lui et en demande
continuelle de ce qu'il avait".
Maslama ibn 'Abd Al-Malik a dit : "Comment des gens qui ont parmi eux un homme tel Al-
Hasan Al-Basrî, s'écartent-ils du droit chemin?!".

An-Nawawî dit : "Al-Hasan fut une Somme, un érudit raffiné, un jurisconsulte, un homme de
confiance, un adorateur ['âbid], un ascète [nâsik] au savoir abondant, éloquent et beau de
visage". Al-Ghazâli dit : "Al-Hasan est celui dont les paroles étaient les plus proches de celles
des prophètes et celui dont l'exemple se rapprochait le plus des compagnons du prophète -paix
et bénédictions sur lui".

Des citations de ce grand homme Hassan al Basri


Voici une sentence du Cheikh Hassan Basri, surnommé Abou
Seid el-Hacan ben Abil-Hacan Yecar.

On raconte que Hassan Basri disait: "Je me suis resté stupéfait


devant les paroles de quatre personnes: 1) d'un ivrongne; 2) d'un
mignon infâme; 3) d'un enfant; 4) d'une femme.

-- Comment cela? lui demanda-t-on.

-- Un jour, répondit-il, comme je passais près d'un mignon,


craignant que le pan de ma robe ne le touchât, je la serrai autour
de moi. Lui de me dire: Ô Hassan! pourquoi ramasses-tu le pan de
ta robe loin du contact de ma personne? Nul autre que le
Seigneur très haut ne sait quelle sera la fin de chacun.

-- Une autre fois je vis un homme ivre qui allait tombant et se


relevant au milieu de la boue. Je lui dis: Tâche donc de poser
mieux ton pied de manière à ne pas tomber. --
Ô Hassan! me
répondit cet ivrogne, malgré toute la peines que tu te donnes,
marches-tu, oui ou non, d'un pas bien assuré dans la voie de
Dieu? Si je suis renversé dans la boue, il n y aura pas grand mal;
j'en serais quitte pour me laver et me nettoyer; mais toi, que tu
tombes dans le puits du culte de ta personne, jamais tu n'en
sortiras net et ta situation en sera foncièrement ruinée. Ces
paroles me firent mal au coeur.

-- Une autre fois encore un jeune enfant s'avançait, tenant un


flambeau allumé. D'ou apportes-tu cette lumière? demandai-je.
Lui, sur-le champ, la souffla avec sa bouche, l'éteignit et,
s'adressant à moi: Ô Hassan! dis-moi ou elle est allée et ensuite je
t'expliquerai d'ou je l'ai apportée.
-- Un jour une belle femme, le visage dévoilé, les bras levés,
venait à moi. Elle sortait de se quereller avec son mari, et à peine
m'eut-elle abordé qu'elle commença à me répéter les propos qu'il
lui avait tenus. Ô femme! lui-dis-je, couvre d'abord ton visage et
ensuite tu parleras. -- Ô Hassan! me répondit-elle, dans ma
passion pour une créature j'ai perdu la raison et je ne sais même
pas que j'ai le visage découvert. Si tu m'en avais pas fait
apercevoir, je serais entrée ainsi sans voile dans le bâzâr. Mais
toi, qui cultives avec un zèle si infatigable l'amitié du Seigneur
très haut, ne devais-tu pas tenir en bride ton oeil pour ne pas voir
que mon visage était découvert? Les paroles de cette femme me
firent une profinde impression.".

Les trois regrets


"Bien à plaindre, disait-il, celui des fils d'Adam qui met sa
complaisance dans ce bas monde, où l'on doit rendre compte de
l'usage des choses légitimes et où il y a un châtiment pour les
choses défendues! Chaque fois que mourra un des fils d'Adam, il
partira avec trois regrets:
1) de ne s'être jamais rassasié d'entasser
les biens de ce monde;
2) de n'avoir jamais trouvé la satisfaction
des désirs qui étaient dans son coeur;
3) de n'avoir pas préparé
convenablement les provisions de route pour l'autre monde."
Quelqu'un lui dit: "Un tel va rendre l'âme": et Hassan Basri de
s'écrier: "Mais voilà soixante-dix ans qu'il rendait l'âme;
aujourd'hui il va être délivré de cette peine

Al Hassan Al Basri a dit:

"Au jour de la resurrection, les gens seront ressuscités nus, exceptés les ascètes de la
vie terrestres"

[Page 84 du livre(en français) Al Hassan Al Basri par le savant Ibn al Jawzi


aux éditions Sabil.]

On a dit à Al Hassan Al Basri :


"O Abû Sa'id! Allons nous voir Allah dans la demeure d'ici-bas?"
Il répondit:"Non!"
On lui dit alors:" Le verrons nous dans la demeure de l'au-delà?" Il répondit:"Oui!"
On lui dit:" Quelle est la différence entre les deux cas?"
Il répondit alors:" La vie terrestre est périssable, ainsi que tout ce qu'elle contient, et
l'au-delà est éternel, ainsi que tout ce qu'il contient. Et il est impossible de voir ce qui
est éternel dans ce qui est périssable, et de voir ce qui est éternel et n'a pas de début

dans ce qui change. Au jour de la résurrection, Allah créera des yeux


éternels pour Ses serviteurs avec lesquels ils verront leur Seigneur, et ce, par
obligence et par honneur à leur égard."

[Tiré du livre(en français) intitulé "Al Hassan Al Basri" par Ibn Al jawzi aux éditions
Sabil.]

Al-Hassan Al-Basri récita la Parole d'Allah :

"Et au cou de chaque homme, Nous avons attaché son oeuvre, et au Jour de la Résurrection,
Nous lui sortirons un écrit qu'il trouvera déroulé [et on lui dira]: Lis ton écrit, aujourd'hui, tu
te suffis à toi-même pour te rendre des comptes." S.17; V.13

Puis il dit: Ô fils d'Adam ! Celui qui a fait de toi ton propre comptable a été juste
envers toi."

[Al-Hassan Al-Basri , Sa piété, sa sagesse, sa dévotion, son ascétisme et ses


sermons, parut aux éditions Sabil; p 132-133]

Al Hassan al Basri a dit:

"O fils d'Adam ! Piétine la terre avec tes pieds, car dans peu de temps elle sera ta
tombe et abandonne l'innatention, car depuis que tu es sorti du ventre de ta mère tu ne cesse

de détruire ta vie. O fils d'Adam ne fais pas supporter à ta journée actuelle tes
soucis de demain, et que les biens qui t'ont été octroyés pour chaque jour de ta vie te
suffisent"

Il racontait aussi que quelqu'un s'étonnait de celui qui espere alors que sa vuie est dans les
main de quelqu'un d'autre que lui, ainsi que ses subsistances,puis il récita les vers suivants:

N'a pas donné à la mort sa juste place


Celui qui considere que le temps qui n'est pas arrivé fait partie de la durée de sa vie.

Il disait:”On rapporte que lorsque Allah créa Adam , Il lui fit connaître son terme de vie
et lui dissimula ses espoirs, et lorsqu’il commis le péché, Il inversa, Il lui fit connaître ses
espoirs et dissimula son terme de vie, c’est pour cela que ses enfants ont l’espoir de vivre
longtemps et qu’ils sont inattentifs au terme de leur vie.”

Al Hassan a dit:” On rapporte qu’un homme vint voir Um ad-Darda(radiallahu ) et lui


dit:” Je ressens un mal dans mon coeur pour lequel je ne trouve pas de remède, je ressens une
forte dureté en lui et un désir de vouloir une longue vie”. Elle lui dit alors:” Visites les
cimetières, participe aux cortèges funèbres et observe les morts, peut être guériras tu!”