Vous êtes sur la page 1sur 2
‘On pourrait regeetter, cela dit, que cette « orthodoxie » saccompagne d'une lecture parfois trés ricardienne du marxisme, particuliérement sensible dans le twoisiéme essai, ott les rapports d’échange sont réduits & leur dimension quanti- tative, elle-méme résultant du mélange entze des déterminations techniques et des rapports de force politique influant la distribution de la valeur (la question étant de savoir qui s'approprie quelle partie de la survaleut) sans que la dimension qualitative des formes sociales capitalistes soit abordée, Cela est d’autant plus dommage qu'a une époque ott le salariat commence a faire place & d’auttes formes exploitation (via lauto-entreprenariat, le phénoméne de la sous-traitance etc.) il apparait également important de réfléchir en marxiste & la genése capitaliste de ces formes, Cette dimension qualitative, partie intégrante de la spécificité de économie marxiste, devrait elle aussi faire objet d'une actualisation, Guillaume FONDU PHILOSOPHIE Carlo Umberto ARCURI et Andréas PFERSMANN (dir) - « Lukdes 2016 : cent ans de Théorie duu roman », Romanesques, n° 8, 2016. 207 A Voceasion du centenaire de la parution de La Théorie duu roman, la revue Romanesques (revue du Centre d'études du roman et du romanesque) a consa- exé un numéro & T'eeuvre esthétique du philosophe hongrois Gydrgy Lukécs: « Lukées 2016 : cent ans de Théorie die roman » (sous la dir. de C. U. Arcuri et ‘A. Pfersmann). Les contributions de ce numéro sintéressent tout autant & La Théorie du roman quia ses résonnances dans les écrits esthétiques plus tardifs de Lukées et dans les réflexions de certains de ses contemporains. Il ¢agit de rendre manifest, sous ses différentes facettes, lhéritage d'une ccuvre dévalorisée dans Je monde académique en raison de son caractére marxiste et du rapport com- plexe de son auteur au stalinisme. Si le volume se présente comme un hommage collectif, il dépasse cependant la simple eélébration ponctuelle pour défendre la pertinence d'une lecture actuelle et sérieuse de Lukécs, attentive & la « force et la patience des concepts » quil élabore Les onze articles qui composent son dossier principal défendent ainsi la richesse et la cohérence de Vceuvre de Lukécs, en insistant sur lintézét majeur que présente aujourd'hui l’érude des ses écrits esthétiques. M. Lowy et R. Sayre partent du concept de romantisme pour rendre raison de la vision du monde lukacsienne qui précéde son engagement communiste, J-M. Lachaud res- titue le contexte politique et théorique des années 1930, dans lequel sinscrit Ja défense lukacsienne de la notion de « grand réalisme ». P. Rusch examine le role du concept de wotalité et de la métaphore cosmologique dans La Théorie du roman, V, Chatbonnier repart quant & lui des définitions du roman et du réalisme pour montrer que l'ceuvre lukacsienne est toute entitre traversée par Ja question de I'humanisme. J.-P. Morbois, V. Charbonnier, I. Landry et LT. Leguerrier insistent dans leurs articles respectifs sur la continuié organique du travail de Lukécs, en liant sa philosophie politique aux mots dordre du réalisme et de la Widerspiegelung (« reflet ») artistique, N. Poitier, D. de Carné et J Lederer mettent en lumiére certains contours de l'oeuvte esthérique de Lukées en la confrontant A des auteurs, phénoménes historiques et objets ’étude qui Jui sont extéricurs (Castoriadis, Bakhtine, le récit médiéval, le milieu livéraire francais des années 1960). C. U. Arcuri, enfin, explicite le trajet conceptuel de Lukées en direction de l'ontologie pat 'analyse des notions d’épos, de Kultur et de Gattungswesen (« étte génétique »). Le dossier sur Lukes se clot par un entretien dA. Pfersmann avec lécrivain autrichien Robert Menasse. Le numéro contient par ailleurs un texte d’A. Schaffner et un essai de la romancitre B. Gopegui. Ce dernier texte, sans porter sur l'ceuvre de Lukées, apporte un éclairage sur ses enjeux spécifiques en sinterrogeant sur la fagon dont la politique complexifie, entrave ou enrichit fa lecvure et Panalyse d'un roman, Le volume contient en outte la traduction inédice (par JP. Morbois) dun article de Lukécs sur la littérature paru en 1931 dans la revue allemande Die 208 Linkskurve, « Reportage ou figuration ? Remarques critiques & propos d’un roman 'Orewalt ». Partant dune réflexion sur le roman-reportage, Lukics y critique le psychologisme littéaire et revient sur des concepts centraux de son esthétique en soulignant la nature méthodologique et non stylistique du débat. La lecture de cet article permettra de compléter notre connaissance de la critique lukacsienne du naturalisme et du romantisme tardif qui se déploie dans ses textes des années 1930 déja disponibles en francais. Ce numéro sest proposé de défendre la cohérence de l'ceuvre lukacsienne ct la continuité de son élaboration: continuité d’un point de vue conceptuel et meéthodologique, malgré l'apparition de nouveaux outils danalyse, mais aussi continuité des problématiques qui constituent le moteur des dlaborations de Lukées, malgré son évolusion politique et son installation dans différents champs théoriques (philosophic, politique, esthétique, ontologic). On prend ainsi la mesure du caractére pluridisciplinaire de l'eeuvre de Lukics, qui constitue un riche matériau pour les spécialistes de littérature aussi bien que d'histoire et de philosophic. La revue Romanesques nous offre done ici un numéro intéressant & plus d'un titre: espérons quill contribuera & rendre A l'ceuvre de Lukécs une partie de la place qui lui revient dans le champ académique Alix BOUFFARD