Vous êtes sur la page 1sur 45

Chapitre V: Machine Synchrone

I. Champ tournant

I. 1. Théorème de Ferraris:

Théorème de Ferraris : Une machine à 2p pôles comportant 3


bobinages fixes alimentés par des courants formant un système
triphasé équilibré direct est le siège d’une induction magnétique dans
son entrefer qui s’exprime comme un champ qui tourne à la vitesse
angulaire ω/p. Un champ tournant de sens opposé peut être obtenu en
permutant deux phase (les courant forment alors un système triphasé

B( M )  cos(t  p )
inverse) 3k 2 I
2
1
Exemple: La centrale comporte quatre alternateurs de 42000 kVA
chacun : vitesse, 75 tr.mn-1 avec turbines Kaplan à axe vertical, débit
350 m3.s-1.

2
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

Ωs : 428,6 tr.mn-1 Pn : 153 MW;

Un: 15,5 kV In : 6333 A

Masse du rotor : 235 t, Masse du stator : 166 t

Excitation statique par soutirage au stator: Pex : 323 kW; η=98,5%

3
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 2. Principe de fonctionnement :

Définition: Machine synchrone: la vitesse de rotation est égale à la


vitesse de rotation du champ tournant.

La machine synchrone est une machine à champ magnétique tournant


à 2p pôles magnétiques au rotor ainsi qu'au stator. La vitesse de
rotation n du rotor dépend directement de la fréquence f de la tension
d'alimentation, on parle de vitesse de synchronisme.

4
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 2. Principe de fonctionnement :

Le champ tournant du stator accroche le champ inducteur solidaire du


rotor. Le rotor ne peut donc tourner qu’à la vitesse de synchronisme.

La relation entre n est f est: f(Hz)= np(tr/s)

5
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 3. Principe de fonctionnement :

Pour une fréquence f= 50 Hz, les vitesses synchrones possibles sont :

P 1 2 3 4
n(tr/min) 3000 1500 1000 750

6
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 4.Constitution :

aimants

Pièces polaires

7
Rotor à pôles lisses Rotor à pôles saillants

Rotor à aimants
8
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 4.Constitution :

9
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 4.Constitution :

L’induit : (stator) se compose de 3p bobines décalées de 2π/3p et


alimentées par un système de tension triphasée de fréquence f. il est
le siège d’une fem alternative sinusoïdale aux bornes de ses
enroulement par la rotation du rotor.

L’inducteur (rotor) (aimants permanents ou bobines à pôles lisses ou


saillants) est alimenté en courant continu, via des collecteurs et des
balais. Il existe des machines synchrones inversées (rares) dont
l’induit est au rotor et l’inducteur au stator.
10
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

I. 4.Constitution :

Symbole de l’alternateur :

Remarques :

Les rotors à pôles saillants sont utilisés pour les faibles vitesses de
rotation (turbines hydrauliques)

Les rotors à pôles lisses sont utilisés pour les vitesses élevées
(turbines à vapeurs de centrales nucléaires) moins de pôles.
11
Chapitre V: Machine Synchrone

I. Introduction

Exercice

1. Calculer le nombre de pôles d’un alternateur triphasé qui tourne à


1000tr/min et génère une fem de fréquence 50Hz?

p=f/n=50.60/1000=3 paires de pôles (6 pôles)

2. Calculer la vitesse de rotation d’un alternateur triphasé qui génère


des fem de fréquence 50Hz et qui possède 2 paires de pôles?

La vitesse de rotation est de : n=50/2= 25tr/s = 1500tr/min

12
Chapitre V: Machine Synchrone

III. Forces électromotrices induites

Un enroulement de l’induit (stator) soumis au champ magnétique


tournant de l’entrefer est le siège d’une f.e.m. e= -Nd/dt (loi de
Lenz) de valeur efficace : E=K.N.f. max =KNpns max=K’nsmax

K : coefficient de Kapp (constante qui dépend de la machine).

K’=KNp : constante globale (caractéristique du moteur)

f : fréquence du courant statorique ;

max : flux maximal à travers une spire de stator.

N : Nombre de conducteurs d'une phase (1 spire = 2 conducteurs)


13
Chapitre V: Machine Synchrone

II. Forces électromotrices induites

Exercices :

1. Un alternateur triphasé comporte 96 conducteurs au stator et son


rotor porte 8 pôles. Le flux maximal sous un pole est 120mWb.
Le coefficient de Kapp de cet alternateur est 2,2. Quelle est la
valeur efficace de la fem de cet alternateur lorsque son rotor
tourne à 750 tr/min.

2. Un alternateur triphasé a les caractéristiques suivantes : K= 2,05 ;


28 pôles ; max= 25mWb ; 8820 conducteurs au stator. E=7,53kV.
Calculer la vitesse de cet alternateur ?
14
Chapitre V: Machine Synchrone

II. Forces électromotrices induites

Correction :

1. E =K.N.f. max avec N = 96/3 = 32 et f=p.n = 4.750/60 = 50Hz


donc E = 2,2. 32. 50. 120.10-3=422V

2. E = K.N.f. max et f= n.p avec p = 14 ;

f = E/(K.N. max)=7530/[2,05.(8820/3).0,025]=49,98Hz

n = f / p = 50.60/14 = 214tr/min

15
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. Modes de fonctionnement

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

Le rotor et son champ sont entraînés par une turbine. Les bobines de
l’induit sont alors le siège de f.e.m. alternative de pulsation ω= p.Ωs.

− Toute variation de champs magnétique à travers une bobine créée


à ces bornes une f.e.m. induite.

− En charge, le courant dans l’induit (stator) crée un champ


magnétique qui modifie les caractéristiques de la machine. C’est
ce que l’on nomme la réaction magnétique d’induit.
16
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1.1 Modèle équivalent d’une phase

Pour une phase, on a :

E  r I  jLI  V
17
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1.1 Modèle équivalent d’une phase

− L’inductance L tient compte de l’inductance réelle de


l’enroulement et de la réaction magnétique d’induit ;

− Le courant est orienté en convention générateur ;

− L’inducteur est équivalent à une résistance (toute l’énergie est


perdue par effet Joule).

18
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1.2 Diagramme de Fresnel :

− E : valeur efficace de la fem

− Lω :réactance synchrone (fuite magnétique)

− r : résistance de l’enroulement

− I : la valeur efficace du courant dans une phase de la machine

− V : valeur efficace de la tension simple

− Ωs vitesse du champ tournant;  déphase I/V et  déphase V/E


(angle interne). 19
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1.2 Diagramme de Fresnel :

jLI
E


 V
rI

20
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 2 Diagramme de Fresnel :

− On néglige souvent la résistance r ;

− Si la charge est résistive = 0.

−  et I varient en fonction de la consommation ;

− Il est en effet possible de rendre à volonté la machine inductive


ou capacitive, que ce soit en fonctionnement moteur ou
générateur en modifiant l’amplitude de E, c-à-d le courant
d’excitation.
21
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1.2 Diagramme de Fresnel :

− Fonctionnement capacitif E est supérieure à la tension


d’alimentation, on dit que la machine est surexcitée.

− Fonctionnement inductif E est inférieure à la tension


d’alimentation, on dit que la machine est sousexcitée.

− Pour un alternateur couplé au réseau, la tension la fréquence


sont imposés. Les grandeurs variables du réseau sont le
courant I (puissance active) et le déphasage  (puissance
réactive) . 22
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

1.Etude à vide E= f(Ie) à nn = Cte

− Le stator est couplé en Y ;

− Le rotor est alimenté par un courant continu variable Ie;

− Le rotor est entraîné par une autre machine à vitesse constante nn

23
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

1. Etude à vide E= f(Ie) à nn = Cte

On réalise le montage suivant:

Sans conducteur de neutre, on mesure la tension entre phases:


E=Eab/√3 (induit ne débite aucun courant I = 0)

24
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

1. Etude à vide E= f(Ie) à nn= Cte

E(V)
E= f(Ie, nn)

Ie(A)
25
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

2. Etude en cout circuit Icc= f(Ie) à nn= Cte et V= 0

On court-circuite les trois phases du stator et on mesure Icc pour


plusieurs valeurs de courant d’excitation Ie. On maintient la vitesse
de rotation nn constante et V= 0.

26
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

2. Etude en cout circuit Icc= f(Ie) à nn= Cte et V= 0

Icc(A)

Icc(Ie, nn)
V= 0

Ie(A)

27
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

3. Etude en charge : V= f(I) pour nn = Cte et Ie= Cte

On maintient le courant d’excitation Ie et la vitesse de rotation nn


constants. Pour une charge résistive variable on relève la tension
simple V en fonction du courant de ligne I.

28
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 3 Caractéristiques d’un alternateur triphasé :

3. Etude en charge : V= f(I) pour nn = Cte et Ie= Cte

C1 : charge RL, la chute de tension V(V)

est d’autant plus élevée que la charge E C1 : 1= -37 C

C2 : 2= 0 R
est inductive ;

C3 : charge RC, la chute de tension


est d’autant plus faible que la charge C3 : 3= 37 L
I(A)
est capacitive.
29
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 4 Détermination des éléments du modèle équivalent :

1. La résistance r du stator est mesurée par un essai en courant


continu : on applique une tension continue entre deux
enroulements de la machine synchrone:

r=Rmesuré/2 Couplage Y
r=3Rmesuré/2 Couplage Δ

30
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 4 Détermination des éléments du modèle équivalent :

2. L’essai à vide donne E :


Icc(A) E(V)
E= kIe (régime linéaire) E= f(Ie, nn)
B

3. L’essai en court circuit


( L ) 2 
 R 2 :l’impédance Z :
E AB Icc(Ie, nn)
Z donne C
I cc AC V= 0

Z R 2  ( L ) 2  
E AB A Ie(A)
I cc AC

4. Calcul de Lω: L  ( E / I cc ) 2  r 2

31
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 5 Bilan de puissance

1. Puissance reçue : P a

L’alternateur reçoit la puissance mécanique, P méc, fournie par le


système d’entraînement : P a = P méc= TmΩ

2. Puissance utile P u

L’alternateur alimente une charge triphasée de facteur de puissance


cos: Pu  3UI cos 

32
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 5 Bilan de puissance

3. Les pertes

− Pertes dans le fer : dépendent de f (donc de n) et de V (donc de U)

− Pertes mécaniques (frottement);

− Pertes Joule dans le stator : P jsY= 3rI2 et P jsΔ= 3rJ 2 avec I=√3J

− Pertes Joule dans le rotor : P jr = UeIe

− Les pertes fer et les pertes mécaniques constituent les pertes


constantes P c (puissance perdue à vide) 33
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 1. Fonctionnement en alternateur

IV. 1. 5 Bilan de puissance

4. Rendement:

Conservation de puissance : P a = P u + pertes= P u + P c+ P js + P jr

3UI cos  3UI cos 


  
3UI cos   P c  P js  P jr
Pu
Pa Tm

34
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 2. Fonctionnement moteur

IV. 2. 1 Principe

Le stator alimenté par une tension triphasée, crée un champ tournant


à ns = f / p et entraîne en rotation le rotor.

IV. 2. 2 Modèle

Le même modèle de l’alternateur mais en changeant l’orientation de


courant (convention récepteur).

35
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 2. Fonctionnement moteur

IV. 2. 3 Puissance

Le moteur reçoit une puissance électrique : Pa  3UI cos 

Le moteur fournit une puissance mécanique : P u= TuΩ

IV. 2. 4 Rendement :
Tu 
 
Pu
Pa 3UI cos 
Connaissant le rendement d’une machine synchrone on peut calculer

 3UI cos 
Tu 
son couple utile

36
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 3. Utilisation de la machine synchrone en compensateur

On appelle compensateur synchrone une machine synchrone


tournante à vide dont la seule fonction est de consommer ou de
fournir de la puissance réactive au réseau. C’est en ajustant le courant
d’excitation qu’il est possible de fournir de l’énergie réactive (la
machine est surexcitée) ou de consommer de l’énergie (si la machine
est sousexcitée). De telles machines sont utilisées notamment pour
fournir de l’énergie réactive lorsque le réseau est chargé, et pour
absorber l’énergie réactive générée par les lignes lorsque la
consommation est faible.
37
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 3. Utilisation de la machine synchrone en compensateur

Exemple:

Compensateur synchrone triphasé installé au poste de Lévis, Québec,


pour régulariser la tension du réseau à 735 kV entre Churchill Falls et
Montréal : -200 à +300MVAR, 16 kV, 900 tr/min, 60 Hz

Caractéristiques mécaniques:

Masse du rotor: 143t;

Diamètre du rotor: 2,670m;

Longueur axiale du fer: 3,2m; entrefer: 3,97cm.


38
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. 4. La machine brushless

Le terme machine brushless regroupe l’ensemble des machines


synchrones autopilotées associées à leur commande. Le terme
«brushless» (sans balais) vient du fait qu’une partie de ces machines
ont un comportement identique à une machine à courant continu, le
convertisseur de puissance jouant le rôle de collecteur électronique.

Ces machines sont regroupées en 2 grandes familles : les machines


dont la f.e.m. est sinusoïdale et les machines dont la f.e.m. est non
sinusoïdale. La structure de ces machines est identique, la forme de
la f.e.m. étant directement liée à la répartition des spires sur le stator.
39
Chapitre V: Machine Synchrone

V. Plaque signalétique

40
Chapitre V: Machine Synchrone

V. Conclusion

Avantages :

− Plus facile à réaliser et plus robuste que le MCC;

− Rendement élevé (99%)

− Correction de facteur de puissance (par le courant d’excitation).

41
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. Conclusion

Inconvénients :

− Un moteur auxiliaire de démarrage est souvent nécessaire.

− Il faut une excitation, c-à-d une deuxième source d’énergie.

− Lorsque l’excitation, la tension et la fréquence sont constantes,


le MS possède un couple maximal. Si le couple résistant
dépasse cette valeur, le moteur décroche et s’arrête.

42
Chapitre V: Machine Synchrone

IV. Conclusion

Applications :

− En forte puissance (1 à 10 MW - compresseur de pompe,


concasseur);

− Dans le domaine des faibles puissances, les rotors sont à


aimants permanents.(tourne-disque, appareil enregistreur,
programmateur, servomoteur).

− Compensateur de puissance: source de puissance réactive.

43
Chapitre V: Machine Synchrone

Exercice 1

Un alternateur triphasé, couplé en étoile, fournit des tensions de


fréquence f= 50Hz lorsque son rotor tourne à n = 1000tr/min.

1. Calculer le nombre de pôles du rotor

2. Pour K=2,2 ; nombre de conducteurs du stator 900 ; flux


maximal sous un pôle 8mWb. Calculer la fem E d’une phase
d’alternateur (supposée constante dans la suite).

3. Pour Lω=13Ω et r=0 déterminer la tension simple V, lorsque


l’alternateur débite 10A dans une charge résistive.
44
Chapitre V: Machine Synchrone

Exercice 1

1. f=pn donc p=f/n=50.60/1000=3 : 6 pôles

2. Pour E=KNfmax=2,2.(900/3).50.0,008=264V

3. E  r I  jLI  V  jLI  V

V 2  E 2  ( LI ) 2  264 2  (13.10) 2  52796

donc V=229,77V

4. La puissance apparente de l’alternateur :

S=3VI=3.229,77.10=6893,21VA
45