Vous êtes sur la page 1sur 21

http://www.fs-cours.

com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 1

I/ Deux charges ponctuelles placées comme l’indique la figure 1. Etudier, en fonction de x, les

m
variations de l’intensité de la force électrostatique F 01 qui s’exerce sur q1.
Etudier les variations de la composante de cette même force sur l’axe des X. Conclure.

co
x
0
F 01

s.
q0 q1

r Figure 1
ou
II/ Un système moléculaire est équivalent à quatre charges de valeur q et une cinquième charge de
valeur Q placées comme le montre le schéma de la figure 2. Déterminer la valeur de Q pour que
tout le système soit stable.
-c

q q
.fs

Q
a
w

q q
a
w

Figure 2
III/ Deux charges ponctuelles de même valeur +q sont placées respectivement en A(-a,0) et B(a,0).
w

Calculer le champ électrostatique au point M(0,y). Tracer les variations du champ en fonction de y
(y>0). En déduire au point M l’expression de la force électrostatique.

IV/ Un segment de droite AB, de longueur 2a, porte une distribution continue de charges dont la
densité linéique λ supposée positive est uniforme. On prend cette droite comme axe des X; l'origine
O étant au milieu de AB. Soit OY l'axe perpendiculaire à OX.
1- En considérant deux éléments de charge centrés en deux points P1 et P2, symétriques par rapport
à l'origine O, montrer que le champ électrostatique sur l'axe OY est porté par ce dernier.
2- Calculer la valeur de ce champ.
3- Examiner ce que devient l'expression obtenue quand la distance AB augmente indéfiniment.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 1
http://www.fs-cours.com

V- Un disque plan circulaire de rayon R porte une distribution de charges superficielle uniforme de
densité σ. Un point M de l'axe de révolution du disque est repéré par sa distance z au centre O.
1- Calculer E(M)
2- En déduire le champ crée par un plan infini.

VI- Une charge q est placée au centre d'une sphère de rayon r. Soit E le champ électrostatique crée
par cette charge. Calculer le flux de E à travers la sphère.
La charge q est maintenant placée au centre d'un cylindre de rayon R et de hauteur 2L. Calculer le
flux de E à travers le cylindre.
La charge q est maintenant placée entre deux plan P1 et P2 parallèles et indéfinis. Calculer le flux de
E à travers ces deux plans.
Quelle conclusion fondamentale peut-on tirer de cette étude ?

m
VII- On considère la surface fermée d'un cube d'arête a placé dans une région de l'espace où règne
un champ électrostatique E = x 2 i

co
1- Calculer le flux du champ électrostatique à travers la surface total du cube.
2- En déduire la charge intérieure du cube.
3- Retrouver la charge totale dans le cube en calculant, en tout point de l'espace, la densité

s.
volumique de charges ρ.

Z a
r
ou
k
i Y
j
-c

X
E
.fs

Figure 3

VIII- Soit une sphère, de centre O et de rayon R portant une charge répartie en volume avec une
w

densité ρ non constante.


Calculer le champ électrostatique en un point M à la direction r' de O (r' > R) dans les deux cas
suivants :
w

1- ρ = a r où 0 < r < R
2- ρ = b / r
w

IX- On considère deux distributions de charges dont le champ électrostatique est donnés par :
E 1 = 2axy i + a  x 2 − y 2  j
 
E 2 = −2 ax i − 2 ay j − 2 bz k
Déterminer dans chacun des cas la densité volumique de charges ρ.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 2
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 1
Solution
I/

m
q q x
F 01 = k 0 1 u 0
F 01
x2 q0 q1

co
1 9
Avec k = = 9.10 SI , l’intensité ou
4πε 0 Figure 1
q q
module est F01 = k 0 1

s.
x2

F01 r F01x
ou
-c

x x
.fs

La variation de F01 par rapport à x serait :


La composante unique F01x sur OX peut prendre des valeurs positives ou négatives, la variation
serait :
w

Plus x est faible, (q1 s’approche de q0) plus F01 est grande. Quand les deux charges entrent en
contacte, la force devient infinie pour reprendre des valeurs finies de l’autre coté de x = 0. La force
w

coulombienne est discontinue à la traversée d’une zone (ici un point ponctuel et en général une
surface sans épaisseur) chargée.
w

II/ On numérote les sites des charges. On applique la q q


4 1
somme des forces = 0 sur toutes les charges. Le choix
de F 52 est au hasard. De toute façon la résultante Q
doit s’annuler. Comme il y a deux types de charges q a
5
et Q et vu la symétrie du problème, on n’étudiera par
exemple que les sites 2 et 5.
La somme des forces = 0 appliquée sur Q ne donnera 3 2
q q F 32
que 0 = 0. Il reste le site 2 : a F 42
F12 + F 32 + F 42 + F 52 = 0
F 12 F 52

M. Chafik http://www.fs-cours.com 3
http://www.fs-cours.com

q2 q2 q2 2qQ
k 2
u1 + k 2
u3 + k u5 = 0
2
u4 + k
a a 2a a2
q 1 
k 2  qu1 + qu 3 + qu 4 + 2Qu 5  = 0
a  2 
On projette su r OX :
q  1 π π
k  q + q cos + 2Q cos  = 0
2 2 4 4
a 
q  1 2 2 
k q + q + 2 Q =0
2  2 2 2 
a 
 2 
Soit : Q 2 = − q 1 +
4 

m

2+ 2
Q = −q = −0 ,6 q
4 2

co
Noter que la projection sur OY donnerait la même équation.

III/ E = E A + E B =
4πε 0 a + y
1
4πε 0 a + y 2
q
uA +
4πε 0 a + y 2
2
1
u A + uB
2
q
2
uB =
1
2
q
( )

s.
La somme vectorielle des vecteurs unitaires est un vecteur appartenant à l’axe OY, donc le champ
total est porté par OY. r
Projection sur OY :
Y
ou
1 q
E= 2 sin θ .
4πε 0 a 2 + y 2 M
q 2y EA
Soit : E = EB
4πε 0
(a )
3
-c

2 2 2
+ y
q 2y
et donc E = j
(a )
.fs

4πε 0 2 2
3
2 uA
+ y θ uB

( )( )
1 +q X
2 2 2 2
+q
qa 2 a + a2 − 2 y2 y
E' = ,
( )
w

4πε 0 2 2 3
a + y
( )
La dérivée de E a le signe de a 2 − 2 y 2 , le reste de l’expression est toujours positif. Donc E’ ≥ 0 si
w

a a
y est comprise entre − ≤ y≤ et il est négatif à l’extérieur de ces racines. Comme le
2 2
w

problème est limité aux y ≥ 0 nous avons :


a
y 0 +∞
2
E’(y) + + + - - -
4 q 1
E(y) 0 E= 0
3 3 4πε 0 a 2

M. Chafik http://www.fs-cours.com 4
http://www.fs-cours.com

Le champ passe par un extremum, s’annule à l’infini


et au centre entre les charge. Le champ ici reste
continu. Bien entendu au point M il n’y a pas de
charge donc il n’y a pas de force électrique.

IV/ 1- dl1 crée au point M le champ


élémentaire dE 1 faisant θ avec la verticale, dl2 E
symétrique à dl1 par rapport à OY crée au point M le

m
dE
champ dE 2 symétrique aussi à dE 1 . Le champ
dE 2 θ dE 1
résultant dE est donc porté par OY. En considérant,

co
de cette façon, deux à deux tous les éléments M
symétriques, nous obtenons un champ E total porté
par OY. dl1 dl2
α X

s.
P1 O P2
2- Le champ élémentaire résultant est :
1 λ dl
( )
dE = dE 1 + dE 2 =
4πε 0 r 2
u1 + u 2
r
ou
Où dl = dl1=dl2
1 λ dl 1 λ dl
Projection sur OY : dE = 2 sin α = 2 cos θ
4πε 0 r 2 4πε 0 r 2
-c

y l dθ dl
Avec cos θ = , tgθ = et donc = , nous aurons :
r y 2 y
cos θ
.fs

λ ydθ cos 2 θ
dE = 2 cos θ
4πε 0 cos 2 θ y 2

Soit après simplification dE = cos θ dθ .
w

4πε 0 y
Le champ total sera après intégration :
w

θ1
2λ 2λ a
E= ∫ cos θ dθ = sin θ 1 . Avec sin θ 1 =
0 4πε 0 y 4πε 0 y y +a
2 2
w

L’intégrale porte sur la moitié de la longueur chargée puisque l’on a considéré au début deux
éléments de charge.
λ a
D’où E( y ) =
2πε 0 y y 2 + a 2

λ 1
3- Si a devient infinie, alors E ( y ) = . C’est le champ, au point M, crée par un fil infini
2πε 0 y
portant une distribution linéique de charge.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 5
http://www.fs-cours.com

V- 1- dS1 contient dq1 et crée au point M le champ


1 dq1
élémentaire dE 1 = u 1 faisant l’angle dE
4πε 0 O1 M 2
θ avec OZ. dE 1
dS2 symétrique à dS1 contient dq2 = dq1 et crée au dE 2
point M le champ élémentaire M
1 dq 2 θ O2
dS2
dE 2 = u 2 faisant le même angle θ
4πε 0 O 2 M 2 u1
avec OZ. Si l’on note dq = dq1 = dq2 et sachant que dS1 αO
O1M = O2M, alors le champ résultant sera O1
forcement porté par OZ :
1 dq
( )

m
dE = dE 1 + dE 2 = u 1 + u 2 où ρ = O1O = O2O.
4πε 0 O1 M 2
Projection sur OZ :

co
1 dq 1 dq
dE = 2 sin α ou dE = 2 cos θ .
4πε 0 O1 M 2 4πε 0 O1 M 2

s.
z ρ dθ dρ
Avec dq = σ dS, cos θ = , tgθ = et donc = , nous aurons :
O1 M z cos 2 θ z
σ dS r
dE = 2 cos θ . En coordonnées cylindrique dS = ρ dρ dϕ. Le champ total sera :
4πε 0 z2
ou
cos 2 θ
z dθ
z tgθ dϕ
2σ ρdρ dϕ 2σ cos 2 θ 2σ
-c

dE = cos 3 θ = cos 3 θ = sin θ dθ dϕ .


4πε 0 z 2 4πε 0 z2 4πε 0
Si l’on intègre :
.fs

θ0 2π
2σ 2σ z
E= ∫ sin θ dθ ∫ dϕ = (1 − cos θ 0 )2π . Avec cos θ 0 =
0 4πε 0 0 4πε 0 R2 + z2
L’intégrale porte sur la moitié de la surface chargée puisque l’on a considéré au début deux
w

éléments de charge.
σ  z 

D’où E( z ) = 1−
w

ε0  2
R +z  2 

σ
w

2- Z => +∞, E ( z ) = est le champ crée par un plan chargé en surface.


ε0

1 q
VI- 1/ E = u est le champ électrostatique crée par q
4πε 0 R 2
en tout point M de la surface de la sphère. Par définition le flux dS E
( )
de E à travers la sphère est Φ E / S = ∫∫ E dS . Or E et q u
S
(
dS sont parallèles. Le flux devient : Φ E / S = ∫∫ EdS . )
S
Comme E ne dépend que de R et que tous les points de S sont à

M. Chafik http://www.fs-cours.com 6
http://www.fs-cours.com

la même distance R de O, le module du champ est uniforme :


( )
Φ E / S = E ∫∫ dS = ES =
1 q
4πε 0 R 2
4πR 2 =
q
ε0
S

2- Le cylindre est composé d’une surface latérale SL et de deux


surfaces de bases SB1 et SB2. dS B 1 E B1 El
Le flux de E à travers le cylindre est
( )
Φ E / S = ∫∫ EdS = ∫∫ EdS + ∫∫ EdS + ∫∫ EdS . θ1
S S S S θl
r1 dS l
= ∫∫ E L dS L cos θ L + ∫∫ E B 1 dS SB 1 cos θ 1 + ∫∫ E B 2 dS B 2 cos θ 2 2l rl
Sl SB 1 SB 2 q

m
1 q 1 q 1 q r2
Avec E L = , E B1= et E B 2 = .
4πε 0 rL 2 4πε 0 r1 4πε 0 r2
2 2
R

co
Si ΩL, Ω1 et Ω2 sont les angles solides sous lesquels on observe du
point O respectivement les surface SL, SB1 et SB2 alors l’expression du θ2
flux devient :
dS B 2 E B2
( ) q  dS L cos θ L dS B 1 cos θ 1 dS B 2 cos θ 2 

s.
q
Φ E/S = ∫∫ + ∫∫ + ∫∫ = (Ω L + Ω B 1 + Ω B 2 )
4πε 0  SL rL 2 SB 1 r1 2 Sl r2 2  4πε 0

q q r
= Ω= 4π
4πε 0 4πε 0
ou
Où Ω = 4π est l’angle solide sous lequel on observe tout l’espace.
On retrouve Φ E / S = ( q
) ε0
-c

De même pour deux plans on retrouve le même rapport q/ε0 car l’angle solide sous lequel on voit un
plan est 2π Srd et donc l’angle solide sous lequel on voit deux plans est 4π Srd (espace).
Remarque : - les surfaces étudiées sont toutes fermées. Deux plans parallèles et espacés sont
.fs

considérés comme une surface fermée.


Conclusion : Le flux du champ électrique crée par une charge à travers une surface fermée
contenant la charge est toujours égal au rapport q/ε0 : théorème de Gauss.
w

VII- 1- E = x 2 i possède une seule composante. Le champ sera donc perpendiculaire à tous les
vecteurs de surface (flux nul) sauf ceux des faces parallèle au plan OZ. Le flus total est alors :
w

( )
Φ E / S = ∫∫ x 2 i dS 1 + ∫∫ x 2 i dS 2 Or sur le plan appartement à OYZ x = 0 et sur le plan
S1 S2
w

parallèle x = a d’où :
( )
Φ E / S = ∫∫ a 2 dS + 0 = a 2 a 2 = a 4
S

2- La surface étant fermée, Φ E / S = a 4 = ( ε0


) q
, soit q = a 4 ε 0

ρ
3- On utilise l’équation de Poisson : div E =
ε0
dx 2 ρ
Ce qui nous emmène à : = soit ρ = 2ε 0 x . La densité n’est pas uniforme mais varie
dx ε0
linéairement avec x. C'est-à-dire que l’on a des plans "équicharges" tous parallèles à OYZ. Sur le

M. Chafik http://www.fs-cours.com 7
http://www.fs-cours.com

plan OYZ (x = 0) il y a absence de charges. Plus on s’éloigne plus la quantité de charges augmente.
La charge contenue dans le cube est la somme de toutes ces charges. Soit dans le cube un volume
élémentaire dV contenant la charge dq. On peut écrire : dq = ρ dV . La charge du cube serait :
a a a
q= ∫ ρ dV = ∫∫∫ 2ε 0 xdxdydz = 2ε 0 ∫ xdx ∫ dy ∫ dz
volume volume 0 0 0
du cube du cube
4
Et on retrouve q = a ε 0

1
VIII- Théorème de Gauss : ∫∫ S E dS = ∫∫∫ ρ dv où S est la sphère de Gauss de centre O et de
ε0 v
rayon r’. v est le volume chargé.

m
a a R 3 π 2π
1- E 4π r' 2 = 2
∫∫∫v r r sin θ dr dθ dϕ = ∫0 r dr ∫0 sin θ dθ ∫0 dϕ
ε0 ε0
R4 aR 4 1

co
a 1
E= 2 2π =
4πε 0 4 r' 2 4ε 0 r' 2
b 1 2 b R π 2π
2- E 4π r' 2 = ∫∫∫v
r sin θ dr dθ dϕ = ∫ 0
r dr ∫0 sin θ dθ ∫0 dϕ
ε0 ε0

s.
r
b R3 1 bR 3 1
E= 2 2π =
4πε 0 3 r' 2 3ε 0 r' 2 r ρ
ou
IX- On utilise l’équation de Poisson : div E =
ε0
div E 1 = 2 ay − 2 a => ρ = 2ε 0 a ( y − 1) . ρ est une fonction de y
div E 2 = −2a − 2a − 2b = −4 a − 2b => ρ = −2ε 0 (2a + b ) . ρ est uniforme
-c
.fs
w
w
w

M. Chafik http://www.fs-cours.com 8
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 2

m
I- Un anneau fin de rayon R porte une densité linéique de charges λ qui varie avec l'angle des
coordonnées polaires θ selon la loi λ = λo cosθ. λo une constante positive.

co
Calculer le potentiel et le champ au centre de l'anneau.

s.
II- 1- Calculer le champ et le potentiel crées, en tout point M de l'espace, par une distribution
volumique de charges, de densité uniforme ρ, contenue entre deux sphères concentriques de rayon
r
R1 et R2 (R1 < R2).
ou
2- Tracer les courbes E(r) et V(r) avec r = OM. E et V sont-ils continues ?
3- Retrouver les valeurs de E et V si R1 tend vers R2. E et V reste-ils continues ?
-c

III- Un dipôle électrique de moment dipolaire p = qa i est constitué de deux charges ponctuelle -q
.fs

et +q placées dans le vide aux points A et B de l'axe OX de part et d'autre de O. La distance AB = a.


Un point M éloigné des charges est repéré par ses coordonnées polaires r et θ.
w

1- Calculer V(M).
w

2- En déduire le module et l'orientation du champ électrostatique au point M.


w

Le dipôle est maintenant placé dans un champ extérieur uniforme E0 orienté suivant l'axe OX. Le
potentiel de ce champ est nul à l'origine O
3- Donner l'expression du potentiel électrostatique au point M.
4- Quelles sont les surfaces équipotentielles V = 0

M. Chafik http://www.fs-cours.com 1
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 2 - Solution

I- Remarquons d’abord que les charges sont concentrées autour de θ = 0 et θ = π et qu’il y a

m
absence de charge à θ = ± π/2. On peut chercher le champ et le potentiel en un point quelconque de
l’axe OZ et les appliquer au centre. En plus le cosinus est positif quand 0 < θ < π/2 et il est négatif

co
quand π/2 < θ < π

dE = dE 1 + dE 2 =
4πε 0 R
1
2
u1 +
dq
4πε 0 R 2
u2 =
1 r dq
4πε 0 R 2
s.
1- dq
-
(
+
+ θ i + sin θ j
− cos θ i − sin θ uj1− cos
- +
)
ou
- dE +
- 2 θ +
dE =
1 dq
4πε 0 R 2
(
− 2 cos θ i =
4πε 0 R
)
− 2 λ dl
2
cos θ i
-
-
- dE 1
+
+
u2 +
-
-c

=> E est porté par OX et il est opposé à i - +


+
dl = Rdθ, la seule variable dans cette expression est θ.
.fs

π
− 2λ0 1 π 2 − 2 λ 0 1 π 1 + cos 2θ − 2 λ 0 1  2θ + sin 2θ 
E= ∫ cos θ d θ i = ∫ dθ i =  i
4πε 0 R 0 4πε 0 R 0 2 4πε 0 R  4 0
− 2λ0 1 π − λ0 1
w

E= i Soit E= i
4πε 0 R 2 4ε 0 R
w

En M le potentiel crée par une charge élémentaire dq = λ dl est :

λ dl λ 0 cos θ R dθ λ 0 2π
w

1 1
dV =
4πε 0 R 2
=
4πε 0
soit V = ∫ cos θ dθ = 0
4πε 0 R 0
R2
En O, le potentiel des charges plus compense celui des charges négatives de sorte que le potentiel
total soit nul.
N.B : expliquez aux étudiants que l’on ne peut pas utiliser ici la relation E = − gradV

II- 1- En un point M de l’espace le champ est radial et il est constant sur tous les points ayant la
1
même distance r de O. ∫∫ E dS = ∫∫∫ ρ dv S étant la surface de Gauss et v le volume chargé
ε0
S v
inclus dans S.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 2
http://www.fs-cours.com

► Si r > R2, E 4π r =
ρ 4
2 3 3
(
π R 2 − R 1 soit E = )
ρ R2 3 − R1 3 1 ( )
ε0 3 3ε 0 r2

E = − gradV <=> V = − ∫ Edr =


(
ρ R2 3 − R1 3 1 )
, la constante d’intégration est nulle car V(∞) = 0
3ε 0 r

► Si R2> r > R1, E 4π r 2 =


ρ 4
(
π r 3 − R 3 1 soit E = )
ρ r 3 − R 31 ( )
ε0 3 3ε 0 r2
ρ  r2 R 3 
E = − gradV <=> V = − ∫ Edr = −  + 1  + C1
3ε 0  2 r 

► Si r < R1, absence de charge dans la surface fermée, E = 0. V = C2.

m
Détermination de C1 et C2
ρ  R12 R1 

co
3
Quand M est à la distance R1 de O : lim V ( r ) = lim V ( r ) . Soit C 2 = − + + C1
+ − 3ε 0
 2 R1

r−f R r−f R  
( )1
1 1

 R2 
R13 R23 − R13
ρ  2 + +C = ρ

s.
A la distance R2 de O : lim V ( r ) = lim V ( r ) . Soit − 1
+ − 3ε 0  2 R2  3ε 0 R2
r−f R 2 r−f R 2  
=> C 1 =
3 ρ
2 3ε 0
R22 et donc C 2 =
3 ρ
2 3ε 0
r
R2 2 − R1 2( )
ou
On regroupe les résultats dans le tableau :

r > R2 E=
(
ρ R23 − R13 1 ) V =
(
ρ R23 − R13 1)
3ε 0 r2 3ε 0 r
-c

R2> r > R1 E=
3
ρ r − R1
3
( ) V =−
ρ  3R2 r 3 + 2R3
 2
− 1


3ε 0 3ε 0  2 2r 
r2
.fs

 

r < R1 E=0 V =
3 ρ
2 3ε 0
(
R22 − R12 )
w

2-
E
w
w

R1 R2 r
R1 R2

M. Chafik http://www.fs-cours.com 3
http://www.fs-cours.com

m
co
r
R1 R2

Le champ et le potentiel sont des fonctions continues à la traversée d’un volume chargé.

r s.
3- Si R1 tend vers R2, on obtient une seule sphère chargée en surface de distribution : σ =
4πR 2
Deux cas uniquement sont possibles r < R et r > R. On peut rappliquer le théorème de Gauss ou
Q
ou
directement remplacer ρ par son expression en fonction de la charge.

σ R2 1 σ R2 1
r>R E= V =
-c

ε0 r 2 ε0 r
σR
r<R E=0 V =
ε0
.fs

III/ 1-
w

E
w

r = OM = OH + HM Eθ Er
r1 = AM = AH’ + H’M eθ er
w

r2 = BM M

r >> a => θ ≈ α
H’ H

-q q
α θ
A O B
a

M. Chafik http://www.fs-cours.com 4
http://www.fs-cours.com

q  1 1 q r1 − r2
V( M ) =  −  =
4πε 0  r2 r1  4πε 0 r1 r2

a a
r1 = AH' + H' M ≈ cos α + r et r = OH + HM ≈ cos θ + r2
2 2

a2
On en déduit : r1 − r2 ≈ a cos θ et r1 r2 = r 2 − cos 2 θ ≈ r 2
4
q a cos θ
Soit : V ( M ) =
4πε 0 r2
∂V q 2 a cos θ 1 ∂V q a sin θ

m
2- E = − grad V => E r = − = et Eθ = − =
∂r 4πε 0 r3 r ∂θ 4πε 0 r 3

q 1 q a
E r2 + Eθ2 = 4 a 2 cos 2 θ + a 2 sin 2 θ = 3 cos 2 θ + 1

co
E=
4πε 0 r 3 4πε 0 r 3

Eθ 1
L’orientation du champ peu être définie par l’angle ϕ que fait E avec OM : tgϕ = = tgθ
Er 2

V’(M) = V(M) + V0. r s.


3- Le nouveau potentiel est la somme du potentiel du dipôle et du potentiel extérieur issu de E0.
ou
E 0 = E 0 i et la relation E = − gradV donnent : V0 = − ∫ E 0 dx = − E 0 x + Cte
A l’origine V0(O) = 0 => Cte = 0, d’où V0 = - E0 x. avec x = r cosθ.
q a cos θ
VTotal ( M ) = − E 0 r cos θ
4πε 0 r 2
-c

 q a 
4- VTotal = 0 =>  − E 0 r  cos θ = 0
 4πε 0 r 2 
.fs

 q a  q a
=>  − E 0 r  = 0 et dans ce cas r = 3 , ce qui définit une sphère de rayon r et de
 4πε 0 r 2  4πε 0 E 0
centre O comme surface équipotentielle.
w

Ou cosθ = 0 => θ = π / 2, ce qui définit le plan médiateur OY comme surface équipotentielle.


w
w

M. Chafik http://www.fs-cours.com 5
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 3

m
EXE 1
Soit deux sphères conductrices S et S', de rayon R et R', reliées par un fil conducteur. On porte

co
l'ensemble à un potentiel V.
1) Exprimer le rapport Q/Q' de charges portées par chacune des sphères. En déduire le rapport σ/σ'.
2) En déduire des conséquences pratiques sur un corps chargé et relié au sol et sur les pouvoirs des
pointes.

s.
N.B. : On suppose que le fil est assez long de façon que le potentiel de chaque sphère ne peut être
du qu'à l'influence de ses propres charges.

EXE 2
r
ou
Une sphère conductrice S, de rayon R, et de centre O, est placée dans le vide de permittivité relative
égale à 1.
L'origine des potentiels est prise à l'infini.
1) La sphère S porte une charge Q0. Quelle est son potentiel V et sa capacité C.
-c

2) On approche de S une deuxième sphère, conductrice et chargée, de centre O' et de rayon R'. La
distance OO' = d (d = 2R = 4R'). S est maintenue au potentiel V et celui de S' est V'.
a- Calculer, en fonction de R, V et V', les expressions de la charge Q de S et de la charge Q'
.fs

de S'.
b- En déduire les expressions des coefficients, C11, C12, C21 et C22. Expliquer la signification
de chacun de ces coefficients.
w

EXE 3
On considère un ensemble de charges +q, +q, -q, -q placées respectivement aux sommets A, B, C et
D d'un carré de coté a :
w

Calculer l'énergie électrostatique du système.


w

EXE 4
Calculer la capacité d'un condensateur cylindrique de rayon intérieur R1, de rayon extérieur R2 et de
hauteur h.

EXE 5
On charge un condensateur C sous une différence de potentiel V0. C étant isolé on le relie à un autre
condensateur C' initialement neutre. Calculer les charges portées par chaque condensateur ainsi que
leurs d.d.p.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 1
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 3 - Solution

m
EXE1

co
Q Q’
R

s.
R’

r
ou
S(O, R) S’(O’, R’)
1- Le potentiel de chaque conducteur n’est du qu’à l’influence de ses propres charges, d’où :
1 Q 1 Q'
V = et V ' =
-c

4πε 0 R 4πε 0 R'


Q R
Or V = V’ car les deux conducteurs sont reliés par un fil. Nous avons donc : =
.fs

Q' R'
σ R'
On en déduit : =
σ' R
2- L’égalité en fonction des charges montre que si R’>>R alors Q’>>Q. Ce cas on le rencontre
w

qu’on on relie un conducteur à la terre. Son rayon est tellement petit devant celui de la terre que les
charges qu’il peut contenir seront très faibles. Tout conducteur relié au sol verra ses charges
w

disparaître.
- L’égalité en fonction des densités montre que si R’>>R alors σ>>σ’. Les charges se regroupent
préférentiellement sur les surfaces à faible rayon de courbure. C’est l’effet des pointes. Ce
w

phénomène est utilisé pour éliminer les charges des conducteurs que l’on ne peut pas reliés au sol
tels que les avions par exemple. Les ailes contiennent des pointes ayant un petit rayon des
courbures. Les charges s’accumulent à ces endroits et attirent un grand nombre d’ions (provenant de
l’air) de signes opposés et se trouvent ainsi neutralisées.

EXE2

1- La charge initiale sur S est Q0. S est conducteur, la charge est donc répartie sur sa surface
externe. En plus toute la sphère est équipotentielle. En particulier en O le potentielle crée par une

M. Chafik http://www.fs-cours.com 2
http://www.fs-cours.com

1 σ dS
charge dq = σ dS est : dV = . Le potentiel en O crée par la Q0
4πε 0 R dq
σR R
charge de S est obtenu en intégrant dV. Soit : V =
ε0 O
Il suffit de remplacer σ par Q0S pour obtenir V en fonction de la charge : dV
Q 1
V = O
4πε 0 R
Ainsi la sphère se comporte comme si sa charge est concentrée à son centre.

m
2-

co
Q Q’

R V R’
d V’

r s.
ou
S(O, R) S’(O’, R’)

a- Calculons les potentiels de chaque conducteur :


1 Q 1 Q'
V = +
-c

4πε 0 R 4πε 0 d
1 Q 1 Q'
V' = +
4πε 0 d 4πε 0 R'
.fs

On déduit de ce système les expressions de Q et Q’ :


dR
Q = 4πε 0
2
(Vd − V' R' )
d − R' R
w

d R'
Q' = 4πε 0
2
(V' d − VR )
d − R' R
w

On remplace R’ par R/2 et d par 2R :


2R
Q = 4πε 0 (4V − V' )
w

7
2R
Q' = 4πε 0 (2V' −V )
7
b- Les équations d’influence s’écrivent sous la forme :
Q = C 11V + C 12V '
Q' = C 21V + C 22V '
En comparant ce système avec le système précédent on en déduit :
8R 2R 4R
C 11 = 4πε 0 , C 12 = C 21 = − 4πε 0 et C 22 = 4πε 0
7 7 7
C11 est la capacité de S en présence de S’, C22 est la capacité de S’ en présence de S.
C12 et C21 sont les coefficients d’influence mutuelle entre S et S’.
M. Chafik http://www.fs-cours.com 3
http://www.fs-cours.com

EXE 3
A B
q q

-q -q
D C

W =
1
(qV A + qV B − qVC − qV D ) = − 2q 1 car :

m
2 4πε 0 a 2
q 1 1 1 −q 1
VA =  − −  = : C’est le potentiel en A du aux charges de B, C et D.

co
4πε 0  a a 2 a  4πε 0 a 2
q 1 1 1 −q 1
VB =  − − +  = : C’est le potentiel en B du aux charges de C, D et A.
4πε 0  a a 2 a  4πε 0 a 2

s.
q  1 1 1 q 1
VC =  − + +  = : C’est le potentiel en C du aux charges de D, A et B.
4πε 0  a a 2 a  4πε 0 a 2
q 1 1 1 q 1 r
VD =  + −  = : C’est le potentiel en D du aux charges de A, B et C.
4πε 0  a a 2 a  4πε 0 a 2
ou
L’énergie du système est négative. Le système cède de l’énergie au milieu extérieur. En effet si l’on
étudie les forces électriques qui agissent sur chaque charge, on s’aperçoit que la résultante ne peut
pas s’annuler. Le système est dans un état instable et il doit céder de l’énergie (les charges doivent
-c

se repositionner) pour se stabiliser.

EXE 4
.fs

Nous allons calculer d’abord le champ et le potentiel créés par un cylindre infini quand le Point M
est situé entre les armatures.
Symétrie cylindrique, S = surface de Gauss de hauteur h et de rayon r. Le champ est
w

perpendiculaire à l’axe du cylindre.


σ σ R1
w

Théorème de Gauss : E 2 π r h = 2 π R1 h => E =


ε0 ε0r
w

V2 R2
σ R1 R 2 dr σ R1 σ R1 R2
∫ − V = ∫ Edr = ε ∫ r = ε (ln R2 − ln R1 ) = ε ln R
V1 R 1
0 R 0 1
0 1

La charge de l’armature interne de longueur fini h est Q = σ 2 π R1 h. Le potentiel devient :


Q R
V1 − V 2 = ln 2 . On en déduit :
2πε 0 h R1

2πε 0 h
C= .
R2
ln
R1

M. Chafik http://www.fs-cours.com 4
http://www.fs-cours.com

R R +e  e  e
Si e = R2 - R1 << R1. ln 2 = ln 1 = ln 1 +  ≈
R1 R1  R1  R1

2πε 0 hR1 ε 0 S
D’où C = =
e e
EXE 5

Q -Q Qf -Qf
C

m
C Q’f -Q’f
V0 C’
Source de

co
charges
V

Initialement Q = C V0.

s.
En reliant C à C’ les deux condensateurs seront forcément en parallèle : V = Qf /C = Q’f / C’.
Ils partageront donc la charge initiale : Q = Qf + Q’f => C V0 = (C + C’) V
r
ou
C
On en déduit l’expression de : V = V0
C + C'

C2 C C'
Les charges seront alors : Q f = CV = V0 ; Q' f = C' V = V0
-c

C + C' C + C'
.fs
w
w
w

M. Chafik http://www.fs-cours.com 5
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/S/SMA/SMI
Série 4

EXE 1

m
Considérons le circuit de la figure 1 où I1 et I2 sont les courants continus débités par les générateurs
de f.e.m. E1 et E2 respectivement.

co
1) Déterminer I, à l'aide du théorème de thévenin.
2) Retrouver, à l'aide des lois de Kirchhoff, le courant I.
3) A.N : Calculer I si R = 1 MΩ, E1 = 2/3 V et E2 = 15 /2 V
4) Montrer que le courant de la résistance R' du circuit de la figure 2 est aussi égale à I.

I1 3 R 3R 5R I
2
r 1 E
__
4 1 s. 2R

3 R
__
5R

3 R
__
1 E
__
2 2
ou
2 2
3R 3R 2R R
E E
1 2 3 E
__ 1
__ 3E
__
R' = R
I 4 1 4 2 2
-c

Figure 1 Figure 2
.fs

EXE 2
Calculer le courant de chaque branche du circuit suivant, sachant que le courant de la résistance de
8 kΩ est nul.
w

Retrouver, en utilisant la méthode des mailles indépendantes, le courant de chaque branche du


circuit.
w

3 kΩ
w

10 V
2 kΩ

10 V
2 kΩ 8 kΩ
3 kΩ

20 V

M. Chafik http://www.fs-cours.com 1
http://www.fs-cours.com

Année Universitaire 2013-2014

Faculté des Sciences


Département de Physique

Travaux dirigés d’Electricité 1


SMP/SMC/SMA/SMI
Série 4 - Solution

EXE1

m
I1 4 R 6R I
1- On transforme le triangle du milieu en étoile et on 2
remplace les résistances en série par leur équivalent. Le
circuit devient :

co
E R E
On débranchant R, nous aurons 1 2
24 I
Rth = 6 R // 4 R = R
10

s.
Vth = E 1 − 4 RI 0 = E 2 + 6 RI 0
E1 − E 2
I0 est le courant sortant de la borne (+) de E1 quand R est déconnectée. I 0 = que l’on
r 10 R
remplace dans l’une des expressions de Vth. On trouve : Vth = (6 E1 + 4 E2)/10. Le générateur de
ou
thévenin connecté à R est :
Rth I
Vth 3 E1 + 2 E 2
-c

R I= => I =
Vth Rth + R 17 R
.fs

2- A l’aide des lois de Kirchhoff


E 1 − RI
Loi aux nœuds : E1 = 4R I1 + RI. => I1 =
4R
w

E − RI
-E2 = - 6R I2 – RI. => I2 = 2
6R
(3 E 1 + 2 E 2 )
w

Loi aux mailles : I = I1 + I2 . => I=


17 R
3- A.N : R = 1 MΩ, E1 = 2/3 V et E2 = 15/2.
w

I = 1 µA.
A 2R B C 5R D
On remarque que
Entre B et C, il y a deux résistance en // qu’il faut 1 E
__ 1 E
__
ajouter à R’ pour obtenir la résistance équivalente 4 1 3 R
__ 3 R
__ 2 2
entre B et H. 2 G 2
2R R
Entre B et K, il y a deux générateurs en séries et
deux résistances en série aussi. 3 E
__ 1
__ 3E
__
R' = R
Entre C et F, il y a un générateur et un récepteur en 4 1 H 4 2 2
série et deus résistances en série aussi. K F

M. Chafik http://www.fs-cours.com 2
http://www.fs-cours.com

Tout calcul fait, on retrouve le même circuit que celui de la question précédente et donc on aura le
même courant.

EXE 2
Si le courant de la résistance de 8 kΩ est nul, on peut substituer cette branche par une résistance
infinie. Le circuit devient :

3 kΩ
10 V 3 kΩ 2 kΩ
2 kΩ
10 V
Equivalent à
10 V
2 kΩ

m
10 V
3 kΩ 2 kΩ
3 kΩ

co
20 V 20 V
Ce dernier circuit est symétrique, les courants des branches contenant les générateurs sont
identiques. Pour une maille, nous avons : 10 = 5.103 I. Soit I = 2 mA. A part le court circuit, toutes
les branches sont parcourues par un courant égale à 2 mA.

Mailles Indépendantes

3 kΩ
r s. 3 kΩ i1
ou
I1
10 V + 2 kΩ
10 V
I4 2 kΩ
-c

i2
+ 2 kΩ
10 V 10 V
2 kΩ 8 kΩ 2 kΩ 2 kΩ 8 kΩ
.fs

3 kΩ 3 kΩ +
I5
I3
I2
20 V 20 V i3
w

Il y a cinq courants réels inconnus. A l’aide des mailles indépendantes, on n’a que trois inconnues.
On écrit la loi de Pouillet corrigée pour toutes les mailles :
w

10 = 5.103 i1 - 2.103 i3 => 10-2 = 5i1 - 2i3


3 3
10 - 20 = 5.10 i2 - 2.10 i3 => 10-2 = 2i3 - 5i2
0 = 12.103 i3 - 2.103 i2 - 2.103 i1 => 6 i3 = i2 + i1
w

Les deux premières équations donnent 4 i3/5 = i2 + i1 avec la troisième on en déduit que i3 = 0. Dans
ce cas i1 = - i2 = 0,2 A.
On comparant les branches du circuit initial et du circuit éclaté, on en déduit :
I1 = i1 = 0,2 A
I2 = -i2 = 0,2 A
I3 = i3 = 0 A. On retrouve le résultat de la question 1.
I4 = i 3- i2 = 0,2 A
I5 = i 3- i2 = 0,2 A
Exceptée la résistance de 8 kΩ, le même courant parcourt toutes les branches.

M. Chafik http://www.fs-cours.com 3