Vous êtes sur la page 1sur 43

CNAM

Le GSM

- Première norme de téléphonie cellulaire de seconde génération (tout


numérique)
Début de normalisation en 1982
Première norme en 1991
Normalisation toujours active

- «Groupe Spécial Mobile»


puis «Global System for Mobile communications»

- GSM 900 MHz, GSM 1800 MHz, GSM 1900 MHz : systèmes unifiés
Différence : aspect du déploiement,
mais architecture et interfaces identiques

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : les objectifs


- Offrir un vaste éventail de services de télécommunications compatibles
avec ceux des réseaux fixes.
- Offrir des services spécifiques dus à la mobilité des usagers.
- Assurer la compatibilité d’accès à n’importe quel utilisateur dans
n’importe quel pays exploitant le système GSM.
- Assurer la localisation automatique des mobiles sous la couverture
globale de l’ensemble des réseaux.
- Permettre une grande variété de terminaux mobiles.
- Obtenir une bonne efficacité spectrale.
- Obtenir des coûts permettant d’assurer le succès du service.

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
Rôle d'un réseau de radiotéléphonie : permettre des communications
entre abonnés mobiles et abonnés du RTC caractérisées par un accès
très spécifique, la liaison radio.

Trois sous-ensembles :
- sous-système radio (BSS)
Transmission radioélectrique
Gestion de la ressource radio
- sous-système d'acheminement - réseau fixe (NSS)
Etablissement des appels
Mobilité
- sous-système d'exploitation et de maintenance
Admission sur réseau

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
BSS NSS

HLR
BTS
BSC VLR
MSC RTCP
BTS RNIS
RPDC C/P

BTS BSC VLR


MSC

BTS parole signalisation


4

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture mobile/fixe


Réseau CAA
téléphonique CT CT
fixe
CT
CAA
Réseau de
signalisation STP

HLR MSC BSC


OMC

MS BSC
MSC
Réseaux
GSM
BSC MS
BS BS
BS BS 5

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
Le BSS comprend :
- les BTS ( Base Transceiver Station) sont des émetteurs-récepteurs ayant
un minimum d'intelligence.
- le BSC (Base Station Controller) contrôle un ensemble de BTS et permet
une première concentration des circuits.

Le NSS comprend des bases de données et des commutateurs :


- les MSC (Mobile-services Switching Center) sont des commutateurs
mobiles associés en général aux bases de données VLR (Visitor Location
Register)
- le HLR (Home Location Register) est une base de données de localisation
et de caractérisation des abonnés

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
BTS :

- Emetteur/Récepteur
- Modulation, démodulation, égalisation, codage, correcteur d'erreur
- Gère toute la couche physique, multiplexage TDMA, saut de fréquence,
chiffrement.
- Réalisation de mesures radio pour vérifier que la communication se
déroule bien.
Ces mesures ne sont pas exploitées par la BTS mais envoyées au BSC.
- Capacité maximale d'une BTS : 16 porteuses
Au plus, une centaine de communications simultanées

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture

BSC :

Contrôleur de station de base (Organe "intelligent" du BSS)

- Commande l'allocation des canaux.


- Utilise les mesures effectuées par la BTS pour contrôler les puissances
d'émission du mobile et/ou de la BTS.
Décision de handover

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
HLR : Enregistreur de localisation nominal

Base de données qui gère les abonnés d'un réseau GSM donné.

1 - Il mémorise les caractéristiques de chaque abonné :


•IMSI (International Mobile Subscriber Identity) Identité invariante
de l'abonné
• MSISDN (Mobile Station ISDN Number)
• Profil d'abonnement
2 - HLR est aussi une base de données de localisation
•numéro de VLR où le mobile est enregistré.

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
VLR : Enregistreur de localisation d'accueil

• Base de données qui mémorise les données d'abonnement des abonnés


mobiles présents dans une zone géographique.
•Plusieurs MSC peuvent être reliés au même VLR, mais en général un MSC
pour un VLR.
•Données mémorisées par le VLR sont similaires aux données du HLR, mais
concernent seulement les abonnés mobiles présents dans la zone considérée.
•La séparation matérielle entre MSC et VLR proposée par la norme n'est pas
souvent respectée.

10

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
MSC

Gère l'établissement des communications entre un mobile et un autre


MSC, la transmission des messages courts et l'exécution du handover.
Il dialogue avec le VLR pour gérer la mobilité des usagers : vérification
des caractéristiques des abonnés visiteurs lors d'un appel départ,transfert
des informations de localisation,...

Il peut posséder une fonction passerelle : GMSC

11

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Architecture
GMSC (Gateway MSC)

- activé au début de chaque appel d'un abonné fixe vers un mobile.


- fonction différente de MSC pure, car la GMSC pourrait être implantée
directement dans les commutateurs du RTC.
- En réalité, elle est réalisée par les MSC pour minimiser l'impact sur le
RTC.

Un ensemble MSC/VLR peut gérer de l'ordre d'une centaine de milliers


d'abonnés présentant un trafic moyen de 0,025 Erlang.
- Les MSC sont en général des commutateurs de transit du réseau
téléphonique sur lesquels ont été implantées des fonctions spécifiques du
GSM.

12

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Identités
Le système GSM utilise 4 types d'adressages liés à l'abonné :

- l'IMSI n'est connu qu'à l'intérieur du réseau GSM. Cette identité doit rester
secrète autant que possible, aussi GSM a-t-il recours au TMSI.
- le TMSI est une identité temporaire utilisée pour identifier le mobile lors des
interactions station mobile/réseau.
- le MSISDN est le numéro de l'abonné, c'est le seul identifiant de l'abonné
mobile connu à l'extérieur du réseau GSM.
- le MSRN (Mobile Station Roaming Number) est un numéro attribué lors de
l'établissement d'appel. Sa principale fonction est de permettre
l'acheminement des appels par les commutateurs (MSC et GMSC)

13

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Identités
MS poste
VMSC/VLR HLR GMSC appelant

MSISDN
(1)
MSISDN
IMSI (2)
(3)
MSRN
(4) MSRN
(5)
MSRN
TMSI ou IMSI (6)
(7) 14

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Evolution
IMT 2000

EDGE CDMA-TDD
GSM + UMTS
GPRS CDMA FDD

D. AMPS EDGE TDMA

CDMA - IS 95 CDMA 2000

(DECT) (DECT)
15

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Itinérance (Roaming)

Gestion des bases de données (HLR et VLR) :

Un VLR peut gérer plusieurs zones de localisation. En revanche,


une zone de localisation ne peut pas comprendre des cellules
dépendant de VLR différents.

Seul le VLR mémorise la zone de localisation courante de


l'ensemble des mobiles qu'il gère.

Le HLR mémorise l'identité du VLR courant de chaque abonné et


non pas sa zone de localisation.

16

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Propagation

- transmission dans l’atmosphère


- trajets très mal dégagés
- terminaux essentiellement mobiles

- Affaiblissements de propagation très mal maîtrisés,


toujours variables
- Enormément de perturbations instables, non stationnaires

17

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Propagation
Trois types de phénomènes :

• quasiment stables :
liés, pour un système donné, essentiellement à la distance
entre émetteur et récepteur
• lents :
liés à la présence de masques.
stationnarité : quelques dizaines de mètres (immeubles, carrefours, ...)
• rapides :
liés à la présence de réflexions
stationnarité : quelques dizaines de centimètres (fonction de λ)

18

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Propagation : les multi-trajets


Réception de l’onde directe + réflexions

- réflexions multiples (sur les façades)


- diffraction (par les toits, par les coins des bâtiments)
- diffusion (végétation, ...)

réflexion
Différents problèmes
affectant la propagation
diffraction
en milieu urbain
diffusion

BS
19

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Propagation : les multi-trajets

Cette caractérisation du canal doit nécessairement être appréhendée


par des mesures appropriées.

• Le niveau de champ reçu (mesures en bande étroite)

• La réponse impulsionnelle du canal ou sa fonction de transfert


(mesure en bande large)

• Les directions d’arrivée des multi-trajets

20

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Propagation : les multi-trajets

Comment appréhender le canal de propagation en milieu urbain ?

Deux objectifs majeurs pour les modèles de propagation :


• Conception et évaluation des performances des systèmes radioélectriques
(qualité taux d’erreur, capacité)
• Ingénierie radioélectrique : modèles de prévision pour les outils de planification

Les modèles respectent un compromis précision/temps de calcul


Ces modèles se concrétisent par :
- logiciels introduits dans des outils de simulation et de prévision
- matériels (simulateurs de canal)

21

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Efficacité spectrale

C'est le nombre d'Erlang par MHz et par cellule. Il donne le


trafic offert par cellule et par nombre de porteuses de largeur ∆b
par MHz.
A ne pas confondre avec la capacité réseau en Erlang par
MHz.km2 qui donne la capacité en nombre d'abonnés sur la
surface du réseau

22

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Efficacité spectrale
N étant le nombre de cellules dans le motif
Rmin le rayon de la cellule
∆b la largeur du canal en MHz
k le nombre de communications par porteuse
λ le trafic par porteuse
T le trafic moyen par abonné

1 1
Trafic par MHz par cellule BEErl = k.λ
N ∆b

1 1 1
Nombre d'abonnés par MHz par cellule BEAb = k.λ
N ∆b T

1 1 1 1
Capacité en nombre d'abonnés par MHz et km2 CSub = k.λ
N ∆b T πR2
23

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Organisation cellulaire

La modélisation fait appel à un motif hexagonal. Ce motif permet un


pavage exhaustif et autorise les calculs sur des bases géométriques
fiables.
Cependant les valeurs calculées restent indicatives pour la plupart.

24

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Organisation cellulaire

La découpe en pavés hexagonaux impose, en raison des


interférences, de séparer par une certaine distance deux cellules
utilisant les mêmes fréquences.
Le motif doit être invariant par rotation de 120°. On montre que le
nombre de cellules du motif est de la forme
N = i2 + i.j + j2 avec i et j entiers

25

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Organisation cellulaire
N = i2 + i.j + j2 avec i et j entiers

i/j 0 1 2 3 4
Si l'on dispose de n
0 0 1 4 9 16 fréquences pour le réseau, on
pourra en employer n/N par
1 3 7 13 21 cellule.
2 12 19 28 En cas de fort trafic, il y a
donc intérêt à diminuer N.
3 27 37
4 48

26

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

La mobilité : organisation cellulaire

le modèle hexagonal zone péri-urbaine

zone rurale
zone urbaine

Exemple théorique de couverture cellulaire 27

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Spectre limité/Trafic important


D = distance de réutilisation
D
= 3N 7
1 1 R 6 2
2 1
2 3 D 3 3
5
R 4 4
1 1 7
2 D 6 2
2 3
3 1 D
4 5 3
4

Le modèle hexagonal : exemples de motifs à 3, 4, 7 cellules 28

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Spectre limité/Trafic important


Le modèle hexagonal :

Homothétie de cellules : pour servir un trafic plus important sans


demander plus de spectre, on peut choisir des cellules plus petites.
Le trafic maximum par cellule est inchangé mais le trafic servi par km2
est accru.

Cependant, les coûts d'infrastructure sont augmentés. De plus, le


nombre de handover est augmenté. Enfin, les effets de propagation ne
sont pas homothétiques...

D'où une limite empirique : GSM : R = 350 m.


analogique : R = 1000 m.

29

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Spectre limité/Trafic important


Les réseaux cellulaires sont en général basés sur des motifs à 9, 12
ou plus cellules par motif.

Plus on réduit le nombre de cellules dans le motif,


• plus on augmente le nombre de canaux par cellule donc le
trafic est augmenté

• mais plus on réduit la distance D de réutilisation plus les


interférences sont importantes

D’où un compromis à trouver

30

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Spectre limité/Trafic important

En A, un mobile recevra un
signal de la forme αPeR-γγ
A depuis la BS qui le gère.
R O1 à 6
O
Il reçoit de même 6
D-R signaux de la forme αPe(D-R)-γγ

Avec une propagation en d-4 et 6 (majorant)


C 1 (D − R)
4

brouilleurs, on trouve donc que le rapport porteuse à =  


brouilleurs C/I est le suivant : I 6 R 

C 1
[ 3N − 1]
4
Soit, avec N nombre de cellules dans le motif : =
I 6
31

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Effet de masque
Le C/I n'est pas fonction que de la distance mais dépend de l'effet de
masque représenté par une loi log-normale (gaussienne en dB)

P(C/I<x)
0,9
N=12
0,7 N=21
N=27
0,5 N=1 N=9
N=3
0,3

0,1
x dB
-10 -5 0 5 10 15 20 25

La figure montre qu'il faut que N soit supérieur ou égal à 9 pour que la probabilité que
d'avoir un C/I inférieur à 10 dB soit de 10%.
On voit qu'avec N = 12, dans 90% des cas, le C/I sera supérieur à 12 dB. 32

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Prise en compte du bruit


Raisonner en C/I permet de ne pas tenir compte des puissances
d'émission. Raisonner en Eb/N0, c'est occulter les interférences.
Dans la réalité, c'est le rapport C/(N+I) que l'on rencontre. En
prenant une marge complémentaire sur l'un ou l'autre des rapports, on
peut raisonner sur lui seul, en considérant que l'autre bénéficie de la
nouvelle marge.
Pour augmenter la marge sur le C/I, il faut augmenter la taille du
motif (limitation par le bruit).
Pour augmenter la marge sur le Eb/N0 il faut augmenter la
puissance d'émission (limitation par les interférences).

33

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Lois de propagation
Okumura-Hata :
S'applique entre 150 et 1000 MHz en milieux urbain et sub-urbain, en
environnement rural ou dégagé et d > 1 km.

COST 231 - Hata


S'applique entre 1500 et 2000 MHz en milieux urbain et sub-urbain.

Walfish - Ikegami
Semblable à Okumura - Hata, mais pour d > 20 m, donc plus précis. Il tient
compte de la largeur des rues, de la hauteur des immeubles, des angles, etc.

Modèle micro-cellulaire
S'applique en milieu urbain, en visibilité pour une antenne située sous le niveau
des toits.

34

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Seuil de couverture

Les modèles de propagation donnent un résultat médian. Dans


certaines condition, on sait convertir la fonction de répartition du
signal reçu sur toute la cellule en fonction de répartition du signal
reçu sur le périmètre de la cellule.
Par exemple, si 75% des niveaux à la périphérie sont supérieurs à
un seuil donné, alors 90% des niveaux seront supérieurs à ce seuil sur
l'ensemble de la cellule (loi de Jakes).
Or, pour une loi log-normale, 75% des échantillons sont contenus
entre (m-0,7σ)σ) et l'infini. Il suffit donc d'ajouter une marge de 0,7σ
σ sur
le signal à la périphérie pour avoir une couverture de 90%.

35

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Budget de liaison
Sens montant Sens descendant
Partie Réception
Sensibilité - 104 dBm -102 dBm
Marge de protection 3 dB 3 dB Marge sur le seuil de bruit
Pertes câbles 4 dB 0 dB
Gain d'antenne 12 dBi 0 dBi
Marge de masque à 90% 5 dB 5 dB
Effet de masque sur la propagation
Seuil de sensibilité -104 dBm -94 dBm

Partie émission 1. L'utilisation de la diversité


dans la BS permet de gagner 5
Puissance d'émission 33 dBm 38 dBm
dB dans le sens montant.
Pertes de couplage 0dB 3 dB
2. Le budget doit être équilibré.
Pertes câbles 0 dB 4 dB
Gain d'antenne 0 dBi 12 dBi
PIRE 33 dBm 43 dBm

Portée extérieure
Affaiblissement maximum 137 dBm 137 dBm 2 km environ
(Okumura-Hata, urbain dense)
Pertes dues au corps humain 3dB 3 dB
Affaiblissement de parcours 134 dB 134 dB
36

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Compromis
spectre limité/trafic important
Exercice :

Soit un réseau GSM formé de cellules hexagonales de rayon R. La distance D


D
de réutilisation des fréquences est liée à la taille du motif par, = 3N avec N le
R
nombre de cellules dans le motif. On suppose que l’affaiblissement varie selon la
distance selon d-4.
1- Si N=4, calculer le nombre de porteuses GSM qu’un opérateur disposant de 12.5MHz
peut en théorie attribuer à chaque cellule.
2- Estimer le nombre maximal d’abonnés qu’il peut espérer accueillir dans une cellule
sachant qu’un abonné moyen a un trafic de 0.03E à l’heure.
3- Le rayon R ne pouvant être inférieur à 350 m, combien d’abonnés cela représente-t-il
dans une ville comme Paris de forme approximative circulaire de rayon RP = 6 km.
Commenter brièvement ce résultat. 37

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM 900 : Interface Radio


• Bandes allouées : 2 x 25 MHz
MS vers BTS : 890 - 915 MHz
BTS vers MS : 935 - 960 MHz
Double extension possible : 2 x 10 MHz
• Ecart entre porteuses : 200 kHz
• Vitesse de modulation : 270,833 kilobauds
• Mode d'accès : AMRT d'ordre 8
• Durée d'un bit : 3,69 µs
• Trame AMRT : 4,615 ms
• Time slot : 577 µs (148 bit, dont 2 x 57 utiles, + 8,25 bit)
• Débit par canal : 24,7 kilobits/s
38

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM 900 : Interface Radio


Base Station

Pe = 30 à 100 W

Seuil de réception : - 104 dBm C/I c = 9 dB

C/I adj1 = - 9 dB

C/I adj2 = - 41 dB

C/I adj3 = - 49 dB

39

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM 900 : Interface Radio


Modulation GMSK
Diversité de fréquence et d'antennes
Emission du mobile trois IT après la réception avec une
avance de 63 bit maximum, soit 232,47 µs soit 34,87 km pour
la portée maximum d'une cellule GSM.

40

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Modulation
GMSK = MSK filtré (saut de fréquence) - enveloppe constante

MSK = Offset QPSK


avec continuité de phase et mise en forme

OQPSK :
QPSK sans les transitions suivantes
45° 225 °
ou 135° 315°

41

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

GSM : Généralités
• Stucture :

- Hypertrame (3h30 environ) : 2048 supertrames (utilisée pour le


chiffrement et saut de fréquence)
- Supertrame (6,12 secondes environ) :
51 multitrames de trafic
26 multitrames de signalisation
1326 trames AMRT
- Multitrame de trafic (120 ms) - Multitrame de signalisation(235,4ms)
26 trames AMRT 51 trames AMRT
- Trame AMRT (4,6 ms environ) : 8 time slot
- Time slot (577 µs) : 156,25 bit
- Bit : 3,69 µs

42

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8


CNAM

Bibliographie

Cours C4 - CNAM -
Bernard Fino - Michel Terré

"Réseaux GSM-DCS" - X. Lagrange, P. Godlewski, S. Tabbane,


Ed.HERMES, 1997

43

Cours B11 - TRANSMISSION DES TELECOMMUNICATIONS - Partie 2 - Chapitre 8