Vous êtes sur la page 1sur 14

Rapport de la mission d’appui à Nouakchott

Opérationnalisation de l’unité de dépistage anonyme et gratuit


de SOS pairs éducateurs

18-24 septembre 2017

Chargées de la mission

‐ Fatima Zahra Hajouji, chargée nationale du dépistage à l’ALCS, coordinatrice de


l’expérience pilote du dépistage communautaire au Maroc et formatrice à l’ALCS
‐ Laila Kadouari, coordinatrice régionale de projets de prévention, conseillère
communautaire du dépistage et formatrice à l’ALCS
En Mauritanie, si l’épidémie du VIH est peu active au niveau de la population générale,
elle demeure néanmoins concentrée au sein des populations les plus exposées aux
risques telles que les professionnelles de sexe et les hommes ayant des rapports sexuels
avec les hommes chez qui la prévalence est nettement plus élevée (respectivement 4%
et 44%1). L’épidémie est également cachée avec un pourcentage considérable de

personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ne connaissant pas leur statut sérologique.

Alors que le dépistage du VIH est une priorité du Plan Stratégique National (PSN), le
recours à ce service, pratiqué par des professionnels de santé, connait reste très
insuffisant, notamment auprès des populations clé. Le dépistage du VIH à l’initiative du
soignant est peu utilisé. Le conseil et dépistage volontaire du VIH (CDV) est proposé
dans le centre référent de la prise en charge des PVVIH, dans certains centres de santé
dans le cadre de la pTME et lors de campagnes ponctuelles. Le CDV est également
proposé, de façon anonyme et gratuite, par quelques ONG de lutte contre le sida mais

dont les capacités restent très limitées par le manque de financement.

Le conseil et dépistage volontaire du VIH à SOS PE se fait en collaboration avec le


secteur de la santé. Le conseil et l’orientation au dépistage sont assurés par les membres
de l’association et le test est effectué sur sang veineux par du personnel de santé
(partenaires d’exécution de SOS PE). Ciblant prioritairement les populations clé et les
plus vulnérables, le dépistage à SOS PE repose sur une stratégie fixe au niveau de
l’UDAG (Unité de Dépistage Anonyme et Gratuit) fixe et une stratégie mobile par la
clinique mobile au niveau des zones éloignées. Le dépistage demeure tout de même
tributaire de la disponibilité de professionnels de santé bénévoles en dehors de leur
travail quotidien. Et les actions mobiles souffrent du manque de financement.
Au regard de ces insuffisances, et déterminée à contribuer à l’élargissement du
dépistage du VIH, l’association SOS pairs éducateurs, forte de son expertise
communautaire, de ses ressources humaines, de ses capacités à mobiliser les
populations clé et disposant d’une unité de dépistage déjà en place, a décidé, en

1
Rapport ONUSIDA 2016
partenariat avec le Comité National de Lutte contre le Sida, de mettre en place une offre
de dépistage communautaire du VIH, pratiqué par des éducateurs pairs ou relais
communautaires formés à cet effet et utilisant des tests rapides dans le cadre de leurs
activités de prévention combinée auprès des populations clé. Cette forme de dépistage
a été recommandée par l’OMS2 parce qu’elle s’est avérée plus accessible et mieux

adaptée aux populations les plus exposées aux risques.

Pour cela, un appui technique a été sollicité par SOS pairs éducateurs afin d’adapter son
unité de dépistage à la stratégie de dépistage communautaire du VIH. Cette unité devra
fonctionner en tant qu’activité permanente et transversale de SOS PE et profiter
principalement aux populations clé qui fréquentent peu ou pas les structures de soins
classiques.

A- Objectifs de la mission d’appui

 Accompagner SOS PE dans l’identification des besoins en intrants au niveau de


l’unité de dépistage et la mise en place d’outils simples pour le suivi de l’activité.

 Former des éducateurs pairs et relais communautaires aux différentes étapes du


counseling et test rapide de dépistage VIH ainsi qu’aux outils de suivi et mettre
au point des modalités de suivi évaluation des conseillers communautaires du
dépistage formés.

B- Activités prévus

Période Activités

2
HIV testing- WHO recommends HIV testing by lay providers. 2015.07
18-19 septembre 2017 - Participation à l’atelier de validation du plan
d’accélération de la riposte au sida dans la ville de
Nouakchott

- Rencontres avec des partenaires de SOS PE (PNLS,


SENLS, CTA, centres de santés, consultants auprès de
l’association)

- Visite de l’unité de dépistage de SOS PE

20-24 septembre 2017 - Formation initiale des conseillers communautaires du


dépistage du VIH

- Atelier de planification et suivi de l’activité du


dépistage communautaire, le dernier jour de la
formation

C- Déroulement de la mission d’appui

1. Rencontres avec des partenaires potentiels de SOS PE

 Participation à l’atelier de validation du plan d’accélération de la riposte au sida dans


la ville de Nouakchott – 18 septembre 2017, au niveau de l’hôtel de ville

Cet événement a été organisé par l’ONUSIDA et les communes urbaines de Nouakchott,
rassemblant toutes les parties prenantes, à savoir, le PNLS (Programme Nationale de
Lutte contre le Sida), le SENLS (Secrétariat Exécutif National de Lutte contre le Sida)
bénéficiaire principal du FMLSTP et chargé de la coordination et le suivi évaluation du
programme national, le CTA (centre de traitement ambulatoire) qui est le centre référent
de la prise en charge des PVVIH, quelques hôpitaux et centres de santé et la société
civile.
La participation à cet atelier a permis de mieux connaître le contexte local, à savoir,
10.000 sur 16.000 PVVIH ignorant leur statut, méconnaissance des populations clé,
stigmatisation et difficultés d’accès aux structures de soins, pTME limitée à 7 centres de
santé, alors que le dépistage est bien accepté, et 1 seul centre référent de PEC à
Nouakchott, 42% des personnes diagnostiquées bénéficient de la trithérapie
antirétrovirale, grand nombre de perdus de vue parmi les patients suivis, difficultés de
mise en œuvre du PSN en raison d’un blocage des fonds alloués, attribué à une
insuffisance de coordination et de suivi du programme national.

Lors de la validation du PSN d’accélération, les points marquants ressortis en faveur de


la nouvelle orientation stratégique de SOS PE étaient la forte recommandation du
dépistage communautaire du VIH pratiqué par des agents communautaires proches
des populations clé, la formation de relais communautaires pour l’accompagnement
psychosocial des PVVIH, l’engagement du SENLS à approvisionner suffisamment les
structures du CDV en tests rapides et consommable et à soutenir le renforcement des
programmes communautaires auprès des populations clés.

Par ailleurs les dates de la formation initiale des conseillers communautaires du


dépistage organisée par SOS PE ont été communiquées. Dans ce cadre, Dr Lamrabet,
qui est le responsable du département de suivi évaluation au niveau du SENLS, a bien
accueilli l’invitation à l’atelier de planification et de suivi du dépistage communautaire
prévu le dernier jour de la formation, le 24 septembre 2017.

 Visite du Représentant de l’ONUSIDA en Mauritanie - siège de l’ONUSIDA

Conscient de l’intérêt du dépistage communautaires du VIH, Dr El Moustapha Attigh a


réitéré ses félicitations à SOS PE pour son initiative et a exprimé son soutien, notamment
en matière de plaidoyer au niveau du ministère de la Santé et du SENLS pour fournir
régulièrement le matériel de dépistage nécessaire et pour débloquer des fonds
suffisants pour la mise en œuvre de cette stratégie, voire même prévoir des motivations
pour fidéliser les conseillers communautaires du dépistage. Dr Attigh a remercié les
chargées de mission pour leur accompagnement afin de faciliter la mise en place de ce
projet. Enfin, il a tenu à être présent lors de la séance d’ouverture de la formation des
conseillers communautaires du dépistage pour donner un mot d’encouragement aux
participants.

 Visite du centre de traitement ambulatoire (CTA)

Il s’agit du centre référent de la prise en charge des PVVIH. Le centre est situé au sein
du CHN (Centre Hospitalier National de Nouakchott). L’équipe de la PEC médicale et
psychosociale est composée d’1 médecin traitant, 1 point focal des PVVIH (l’équivalent
de médiatrice thérapeutique), 1 assistante sociale, 2 techniciens de laboratoires, 1
secrétaire et un pharmacien, pour une file active dépassant 2000 patients. Le test de
confirmation et les réactifs pour la mesure de la charge virale sont disponibles ainsi que
les ARV. Par ailleurs, des déclarations de satisfaction ont été spontanément recueillies
auprès de patients suivis à l’égard du relationnel avec le personnel et des prestations
fournies ; « On se sent bien ici, on est accepté par tout le monde », « On m’a aidé à
rester en vie ».

Fatimata Ball, point focal des PVVIH au niveau du CTA, a été désignée par SOS PE en
tant que personne ressource pour appuyer les participants à la formation au dépistage
communautaire en matière de counseling du VIH/sida et d’accompagnement des
PVVIH. 2 autres relais communautaires au niveau de ce centre ont confirmé également
leur participation à cette formation. Enfin, Dr Vals, le médecin traitant du centre, a
accepté de participer à l’atelier de planification et de suivi de l’activité du dépistage
communautaire.

Visite au niveau de 3 centres de santé partenaires de SOS PE - El Mina, Kissal et Dar El


Beida

Cette visite a permis de rencontrer les collaborateurs et partenaires d’exécution de SOS


PE dans des centres de santé offrant le conseil et dépistage volontaire du VIH dans le
cadre de la pTEM. Ces partenaires d’exécution, représentés par 2 sages-femmes, 1
infirmière et un chef de poste de santé, participeront à la formation au dépistage
communautaire du VIH pour renforcer notamment le counseling auprès des
populations clés. Les médecins chefs ont également été conviés à l’ouverture de la
formation.

Par ailleurs, SOS PE, ayant monté une salle de sensibilisation au sein du centre de santé
Dar Al Beida, projette de l’utiliser pour le dépistage communautaire anonyme et gratuit.
Salle construite par SOS PE au sein du
centre de santé Dar El Beida

 Rencontre avec des partenaires consultants auprès de SOS PE

Il a été prévu une réunion avec deux membres du comité de suivi du dépistage communautaire
du VIH au niveau de SOS PE, Dr Abderrahmane, Coordinateur du programme national de lutte
contre le sida au niveau du ministère de la Santé et ex Responsable du CTA, et Dr Zahra Fall,
Directrice Adjointe de l’Institut National d’Hépato-Virologie et ex Coordinatrice du centre de
dépistage volontaire et anonyme, pour la validation des modalités de suivi évaluation de l’offre
du dépistage communautaire. Dr Abderrahmane s’est excusé parce qu’il était malade. Et avec
Dr Zahra, les points suivant ont été traités :

‐ Suivi évaluation des conseillers communautaires (CC) formés : un processus


d’accompagnement des participants à la formation au dépistage communautaire du VIH
est prévu avant qu’ils n’intègrent de façon autonome cette activité. Ce processus
comporte 2 étapes ; un stage de qualification encadré par des médecins conseillers du
dépistage puis une évaluation de l’exécution de l’activité du dépistage communautaire
par des supervisions formatives. Ces 2 étapes sont décrites dans la procédure
d’accompagnement des CC en précisant les modalités d’organisation et les supports.

‐ Suivi des personnes dépistées positives: Il est important d’accompagner ces personnes,
immédiatement après l’annonce de la séropositivité vers le centre référent de PEC afin
d’optimiser leur adhésion dans le circuit des soins. La procédure de référence des
personnes dépistées positives, comportant une fiche de référence-contre référence, une
prise de RDV avec des personnes ressources au niveau du CTA et un accompagnement
physique, a été validée.

‐ Les outils de suivi évaluation de l’activité du dépistage communautaire ont été


également validés (registre du dépistage, base de données, fiche de suivi des personnes
dépistées positives). Les indicateurs de suivi collectés sont compatibles avec ceux inclus
dans le plan national de suivi évaluation. Les informations provenant des activités
doivent faire l’objet d’une analyse périodique afin d’évaluer les performances du
dépistage communautaire et de pouvoir ajuster le programme.
‐ La mise en place de procédures d’assurance qualité du dépistage : Dr Zahra a insisté sur
ce point qui permet de garantir la fiabilité du résultat du test et une orientation efficace
vers les structures de soins. Une fois les conseillers communautaires seront validés et
autonomes, la qualité de l’offre du dépistage communautaire sera être évaluée par des
visites de supervision utilisant la grille d’assurance qualité préconisée dans le guide du
dépistage de l’infection à VIH de la plateforme MENA.

‐ du dépistage VIH et sur la procédure d’accompagnement des conseillers


communautaires formés. Elle s’est engagée à les encadrer lors de leur stage de
qualification au niveau de l’UDAG fixe de SOS PE. Les outils de validation des stagiaires
ont été également revus.

2. Visite de l’unité de soins de SOS PE :

Cette visite a permis de faire l’inventaire de l’unité de soins de SOS PE et d’identifier les
besoins pour la rendre opérationnelle pour le dépistage communautaire du VIH.

Etat des lieux

 L’unité de soins est située dans le local de l’association qui est situé dans un
quartier populaire et est accessible aux populations clé. Elle est bien aménagée,
se composant de deux salles, l’une pour l’écoute et le counseling et l’autre pour
le prélèvement sanguin. Les 2 salles sont bien isolées de tous bruits pouvant
entraver le déroulement du counseling et répondent bien aux normes de
confidentialité avec des portes qui se ferment, l’une à l’entrée de la salle de
counseling et l’autre communicante entre celle-ci et la salle du prélèvement.

 La salle de counseling est équipée d’un bureau et de chaises pour bien recevoir
les usagers et les mettre à l’aise. Le bureau possède un tiroir qui ferme à clef
pour bien préserver la confidentialité des informations consignées dans le
registre du dépistage après utilisation.

 La salle de dépistage dispose d’une paillasse permettant un espace de travail


propre et ordonnée ainsi que d’un point d’eau utile pour le rinçage en cas
d’accident d’exposition au sang. Cette salle est équipée d’un réfrigérateur utile
pour la conservation des tests rapides du VIH à la température recommandée et
d’un placard qui se ferme à clef pour stocker le consommable du dépistage. La
salle est bien éclairée, permettant une bonne lecture des tests, et bien aérée par
une fenêtre donnant sur un espace fermé de l’association, sans vis-à-vis.

 SOS PE possède, par ailleurs, des glacières pouvant être utilisées dans la stratégie
avancée du dépistage VIH par mallettes sur des sites à proximité des populations
cibles. La capacité de ces glacières à contenir tout le matériel nécessaire pour
une séance de dépistage a été vérifiée.

Salle pour l’administration et la lecture Glacière pour transporter le matériel du


du test rapide du VIH dépistage lors d’une action mallette

Identification des besoins

 Matériel du dépistage rapide du VIH à commander auprès du SENLS :


Tests rapides du VIH, Solution Microlancettes* Micropipettes*
Determine 1 flacon pour 100 réactifs (paquet de 100 unités) (flacon de 50 unités)
(paquet de 100 réactifs)

Gants jetables Tampons imbibés d’alcool* Papier buvard Conteneur DASRI**


(paquet de 100 paires) (paquet de 100 unités) (pour couvrir le plan de (pour les déchets
(à défaut, coton + alcool) travail, facultatif) souillés de sang)

* A usage unique **Déchets d’Activités de Soins à Risque Infectieux

 Les outils de planification et de suivi des intrants ont été validés (fiche de
prévisions en termes de tests VIH réalisés, fiche de commande, fiche de gestion
des stocks)

 L’affichage de certaines procédures a été recommandé dans la salle de dépistage


(procédure d’administration du test rapide, conduite à tenir en cas d’exposition
au sang)

 Les horaires du dépistage VIH à l’UDAG fixe doivent être affichés à l’entrée du
local de l’association.

‐ Rencontres avec les partenaires consultants auprès de SOS PE :


Dr Abderrahmane, Coordinateur du Programme National de Lutte contre
le Sida du ministère de la Santé, s’est excusé parce qu’il était malade et a
validé le programme par téléphone.
Dr Zahra Fall, intervenants locaux lors de la formation des conseillers
communautaires au dépistage du VIH
 La formation des relais communautaires aux différentes étapes du counseling et
du test rapide de dépistage VIH et aux outils de suivi

Cette formation a profité à 25 participants appartenant à SOS PE ou partenaires de


l’ONG, répartis comme suit :

- 11 membres de SOS PE ayant une longue expérience dans la prévention de


proximité auprès des populations clé
- 3 volontaires relais communautaires de SOS PE
- 4 partenaires d’exécution de SOS PE au niveau des centres de santé partenaires
(1 technicien de laboratoire, 1 chef de poste de santé, 2 sagefemmes)
- 1 partenaire d’exécution de SOS PE au niveau de l’ONG MDM
- 1 membre de l’ONG Stop Sida
- 3 relais communautaire de SOS PE au niveau du CTA (centre de traitement
ambulatoire)
- 2 personnes du PNLS
 La mise au point des modalités de suivi évaluation des conseillers
communautaires formés au dépistage

19 septembre 2017

Réunion avec Djibril pour finaliser le programme de la formation des relais

communautaires au conseil et dépistage du VIH.

‐ Revue des profils participant à cette formation : relais communautaires de SOS


EP, agents communautaires de deux autres associations thématiques, relais
communautaires et sages-femmes de 3 centres de santé partenaires de SOS EP
dans des quartiers populaires, relais communautaires du CTA (Centre de
Traitement Ambulatoire) qui est le centre référent de la PEC des PVVIH,
intervenants terrain d’autres associations communautaires partenaires.
‐ Revue des orateurs locaux :
‐ Dr Abdarahman, le coordinateur du programme national de lutte contre
le VIH SIDA : Epidémie du VIH en Mauritanie : ses caractéristiques et
particularités
‐ Dr Zahra Fall, ex Coordinatrice de l'unité national de dépistage gratuit et
anonyme et actuellement Directrice Adjoint de l'Institut National
d'Hépato-Virologie – Mauritanie : Organisation du dépistage du VIH en
Mauritanie et Fonctionnement de l’unité de dépistage
‐ Fatimata Ball, membre de SOS PE et Educatrice thérapeutique au CTA :
Organisation du dépistage à SOS PE et Accompagnement des conseillers
communautaires

Personnes clés invités à l’atelier de planification et de suivi de l’activité du dépistage

communautaire du VIH :

- Dr Attighe, le directeur de l’ONUSIDA en Mauritanie


- Mr Lamrabet, chef du département de suivi et évaluation au SENLS
- Dr Mohamed Vall, le médecin infectiologue du CAT
- Dr yahya le médecin chef du centre de santé El Mina
- IDE Diop Adama le chef du poste de de santé Dar Al Baida

Médiatisation de l’événement
La séance d’ouverture la formation a été couverte par le journal TV national en arabe et en
français ainsi que par une radio nationale en arabe. Différentes interviews ont été menées
auprès du représentant de l’ONUDIDA, du représentant au PNLS PNLS,
Remerciements