Vous êtes sur la page 1sur 11

Jeux Vocaux

J.DAMIAN

« La Musique…c’est la fête de la vie. »

A.Branduardi

Les disciplines artistiques revêtent une importance capitale dans l’enseignement dispensé à
l’enfant. Ouvertes à la diversité des arts, elles visent à procurer aux enfants le plaisir du geste, à
former le goût et leur sensibilité, à leur donner accès au patrimoine artistique et culturel, enfin à
développer leurs capacités d’expression et de création. Parmi les deux manières artistiques formatrices
privilégiées à l’école que sont l’éducation musicale et les arts plastiques, la première occupe une place
particulière par rapport au développement de l’enfant : c’est par le son, la musique de la voix, le bruit
des objets que s’établit sa première communication avec les autres. Comme elle l’a accompagné avant
sa naissance, la musique accompagnera sa vie d’homme : musique de fête ou musique de deuil,
musique d’amour ou musique de guerre, berceuse… La musique, faite de sons et de rythmes, est
présente en chacun de nous. Non seulement comme objet extérieur perçu, mais comme produit
intérieur vécu par le corps tout entier. Pourtant le poids des contraintes sociales et des conventions,
l’évolution psychologique de l’individu qui le pousse, à mesure qu’il se socialise, à accorder de plus
en plus d’importance au jugement d’autrui, vont le conduire à rentrer en lui des éléments
fondamentaux de son être en raison de leur non conformité, à sous-utiliser ses potentialités et, de fait,
à les diminuer.

Parce que chaque enfant le possède en lui, qu’il est unique et singulier, qu’il reflète la personne
dans sa totalité, l’instrument voix représente le support fondamental et le plus profond à une action
d’éducation musicale.

L’enjeu est important pour l’enfant-personne, mais aussi pour l’enfant-élève. Notre
enseignement, malgré de nécessaires efforts pour différencier la pédagogie, reste essentiellement basé
sur l’oral, c’est à dire sur la capacité de l’enfant à percevoir le message transmis. Ceci met en jeu des
habitudes d’écoute, de concentration, de discrimination, d’analyse auditive qui, sans entrer dans le
contenu même du message, sont de nature, si elles ne sont pas éduquées, entraînées, développées, à
venir perturber, voire empêcher la communication.

N’y a-t-il pas là un pari éducatif et pédagogique formidablement motivant ? et si c’était bien par
le biais des disciplines artistiques et physiques, c’est à dire par le biais d’activités reposant sur le
plaisir, l’expression, la création, mettant en jeu le corps tout autant que l’esprit, qu’il nous est possible
d’offrir aux enfants les meilleures chances de réussite scolaire, sociale et personnelle.

1
Qu’est-ce que les Jeux Vocaux ?
… Ce qui me frappe le plus, c’est
l’extrême avidité, sans cesse manifestée par les
innombrables groupes rencontrés, à faire par
eux-mêmes, à « musiquer », mais aussi à libérer
quelque chose en eux, quelque chose d’une
importance capitale que leur éducation et les
mœurs de la société leur interdisent en général
de manifester : quelque chose qui leur permet
d’être par l’activité musicale, en développant
leurs facultés d’invention pour échapper à
tous les stéréotypes de l’écoute comme de la
pratique…

Guy Reibel

Mieux connaître le Son


Un son est une masse d’air mise en mouvement par des vibrations de matière. Nous le percevons
grâce à notre système auditif composé de trois parties : l’oreille externe, qui constitue le capteur,
l’oreille moyenne et l’oreille interne qui reçoit les vibrations extérieures, les transmet, par
l’intermédiaire du nerf acoustique, à l’organe de Corti, point final du cheminement des vibrations,
mais point de départ de la transmission physiologique du phénomène nerveux vers le cerveau. En
somme deux phases essentielles dans la perception du son : d’abord le phénomène purement physique
de transmission des vibrations, puis le traitement de ces vibrations en sensations, idées, images, par le
cerveau.
Chaque instrument de production sonore fonctionne selon les mêmes principes physiques qu’il
semble important de faire découvrir aux élèves. La voix est un instrument que possède chaque
enfant. Elle fait partie de sa personne, reflète son identité, sa sensibilité, sa façon d’être. Ce n’est
pourtant pas, par impossibilité matérielle d’en observer certains éléments, l’instrument dont le
fonctionnement est le plus évident à percevoir. D’un point de vue mécanique, la voix, comme tout
autre instrument, nécessite la conjonction de trois éléments indispensables : un objet susceptible de
vibrer, un mécanisme capable de déclencher la vibration, un système résonateur (ou amplificateur). La
mise en parallèle du fonctionnement de différents instruments, dont la voix, permettra d’installer de
manière durable chez les enfants ces principes fondamentaux d’émission sonore et de compréhension
de leur propre organe vocal.

Ayant analysé et compris les principes de production sonore et leur application aux instruments,
il sera possible de s’appuyer sur les observations des enfants pour les guider dans un travail visant à
améliorer les performances de leur propre instrument vocal dans les domaines où l’action semble la
plus évidente : la maîtrise respiratoire (travail sur le mécanisme déclencheur), la justesse des sons
(travail sur l’objet producteur) et la recherche de résonateurs (travail sur le système amplificateur).
Ces trois domaines mettant en jeu des interactions nerveuses et musculaires complexes, on voit bien
l’importance capitale du travail corporel qui doit être étroitement associé à cette recherche sonore,
afin d’assurer une meilleure connaissance et une meilleure maîtrise de son corps (décontraction,
concentration, positionnement, contrôle…).

Un son se caractérise par différents paramètres dont les fondamentaux sont la hauteur,
l’intensité et la durée. (Nous laisserons volontairement de côté, dans notre approche avec les enfants
d’autres paramètres, également importants, mais se situant beaucoup plus loin dans le travail vocal :
2
timbre, attaque, vibrato…) Pour chacun de ces paramètres, il s’agit d’amener l’enfant à en explorer la
palette. Sans utiliser la nomenclature conventionnelle (elle pourra être introduite par la suite, lorsque
les enfants auront assimilé les concepts) il est possible d’aboutir à une nomenclature du type :

Pour la hauteur : Grave Médium Aigu

Pour l’intensité : Fort Moyen Doux

Pour la durée : Très Long Long Court Très Court

Pour donner la possibilité aux enfants d’utiliser la musique et plus particulièrement l’instrument
vocal à leur guise, de manière ludique, expressive et/ou créative, il est indispensable, non seulement
de leur faire prendre conscience de ces différents paramètres, mais encore de leur permettre de se les
approprier, un par un ou simultanément, en les mettant en situation d’acteurs, en les encourageant à
faire eux-mêmes de la musique. Cela suppose la nécessité de faire dépasser à chacun la simple
perception du son, pour permettre d’en comprendre les composantes et donner envie d’agir, non sous
l’angle de la reproduction, mais sous celui de la production, dans laquelle l’enfant aura réinvesti, à sa
mesure, de manière progressive et parfois implicite, ses compétences nouvelles.

Tentative de définition

L’appellation Jeux Vocaux recouvre un ensemble d’activités d’invention musicale tendant à


utiliser les possibilités de la voix dans toutes ses dimensions et reposant sur la dynamique des
interactions sonores et corporelles des membres du groupe qui les pratique, ainsi que sur la motivation
créée par le caractère ludique mais finalisé des règles fixées. Comme tout jeu, d’apparence futile, les
Jeux Vocaux cachent en réalité plusieurs objectifs essentiels :

- Permettre aux enfants d’oser agir sur le son, le reproduire, le manipuler, le modifier…
- Développer leurs facultés d’écoute musicale, mais aussi sociale
- Acquérir la maîtrise des fondamentaux de la musique (paramètres du son, rythme)
- Ouvrir les enfants à des formes musicales non conventionnelles
- Faire connaître le plaisir de l’acte créatif individuel et collectif

Malgré de tels enjeux, il s’agit bien de jeu. L’enfant doit comprendre qu’il ne risque rien :
ni d’être jugé (par rapport à une norme ou par rapport à l’autre), ni d’être contraint (les activités
d’expression ne sont pas neutres), ni d’être ignoré. Il s’agit de mettre en œuvre ici ce qui ressemble
fort à une pédagogie différenciée : la prise en compte de l’individu, tel qu’il est, avec ses forces et ses
faiblesses, avec son approche personnelle de la musique, mais aussi de l’accès aux connaissances
nouvelles ainsi que sa relation à autrui. On voit bien que les objectifs de ces Jeux Vocaux sont tout
autant cognitifs que comportementaux. Tout le travail de l’enseignant consiste alors à proposer un
parcours individualisé pour chaque enfant tout en l’inscrivant dans une dynamique d’expression et de
création collective.

Les Jeux Vocaux ont ceci de passionnant qu’ils permettent, non seulement de créer à l’intérieur
du jeu lui-même, mais aussi, et c’est là une incitation non dissimulée envers les éducateurs qui se
lanceraient dans ces activités, d’adapter, de modifier, de créer nos propre jeux, en fonction de nos
objectifs et du groupe considéré. Ainsi ces jeux se montrent-ils évolutifs et ont-ils la précieuse faculté
d’inciter ceux qui les pratiquent –groupes d’enfants y compris et surtout- à inventer eux-mêmes de
nouvelles règles du jeu.

3
Constantes

L’infinie variété de Jeux Vocaux est sous-tendue par un certain nombre de « constantes » dans
leur mise en œuvre, sorte de filtre permanent à travers lequel le meneur devra faire transiter ses
intentions, afin de s’assurer la meilleure efficacité par rapport à ses objectifs.

En ce qui concerne l’organisation des séances

- Les séances sont courtes (30 à 40 mn environ), denses, et comportent une dominante de travail
(l’enfant doit pouvoir comprendre sur quel paramètre on lui demande un effort particulier).
- Elles sont organisées à l’intérieur d’un cycle regroupé dans le temps.
- Elles débutent toujours par un temps de mise en condition corporelle, suivi d’un temps
d’échauffement de la voix.
- Elles incluent systématiquement, sous forme dirigée, libre, ou comme support à une activité
corporelle ou de relaxation, une part d’écoute musicale.

En ce qui concerne les Jeux Vocaux eux-mêmes

- Le meneur de jeu doit garder présent à l’esprit que l’objectif premier reste l’expression
individuelle de l’enfant (il doit donc faire preuve de doigté dans ses sollicitations, ses remarques, ses
rectifications, pour ne pas aboutir à un résultat inverse).
- Chaque essai, tentative, implication doit être valorisé. Une fonction importante de l’enseignant
est de sécuriser.
- Il doit rester vigilant sur le respect des consignes du jeu afin que celui-ci atteigne l’objectif
recherché.
- La recherche de la qualité vocale doit rester présente, même dans les phases d’exploitation des
enfants (il n’y a pas des moments où l’on s’entraîne à faire de beaux sons et d’autres où l’on joue avec
le son sans se soucier de sa qualité).
- Le silence fait partie de la musique.
- Le meneur dirige le jeu , mais doit penser à ce que chaque enfant puisse s’essayer à diriger le
groupe, et à faire en sorte que le groupe se dirige tout seul.
- Par expérience, il ne semble pas néfaste, bien au contraire, que l’enseignant prenne part au
jeu, en n’hésitant pas à apporter ses compétences personnelles et sa fantaisie à la création. L’effet est
dynamisant et débloquant pour les enfants.
- Chaque jeu sera assez court, si l’on veut que l’enfant y consacre, tout au long, toute son
attention (il vaut mieux laisser de côté un jeu avant la lassitude ou la fatigue et y revenir plus tard si
l’on sent qu’il peut encore apporter de nouvelles choses). De même ne pas hésiter à interrompre un jeu
qui « tourne en rond » pour repartir après que les enfants aient donné leurs impressions (au besoin,
après avoir modifié la règle).
- Renvoyer toujours les enfants à l’écoute de l’autre ou du groupe (se dégager de sa production
personnelle pour percevoir comment elle s(insère dans l’ensemble semble être un objectif qui, pour
être difficile et de longue haleine, ne doit pas moins en rester très présent à l’esprit des participants).
- Le travail en deux groupes, un qui fait, un qui écoute, peut être très positif.

4
Extraits d’un catalogue… à compléter

Le paragraphe qui suit vise à présenter un certain nombre de Jeux Vocaux. Certains jeux ont été
créés de toute pièce, d’autres représentent des formes des formes aménagées de structures de jeux
existants, dont la plupart sont répertoriés dans le volume 1 de la série d’ouvrages sur les Jeux
Musicaux de Guy Reibel (éditions Salabert). Ce « catalogue » ne se veut pas exhaustif, mais bien au
contraire un point de départ, sorte de banque de ressources, à l’intérieur de laquelle l’enseignant
viendra choisir une base de jeu qu’il pourra, dans un premier temps, essayer telle quelle, mais qu’il
aura très vite envie de compléter par ses propres variantes ou créations, en fonction des objectifs de
son action et des réactions du groupe d’enfants dont il a la charge.

Les jeux présentés sont classés en 3 catégories de dominantes, correspondant à l’axe de travail
principal du jeu (rappelé en caractère gras) : Respiration, Espace, Paramètres du son.
Naturellement, chaque jeu met en évidence d’autres objectifs secondaires (rappelés en italique).
Chaque intitulé est suivi du texte de la consigne transmise aux enfants.

Respiration

« L’Oeuf » Respiration
Contrôle corporel
Appartenance au groupe

Consigne : Les enfants forment de petits cercles de 5 à 6 personnes. Chacun


tient ses voisins par la taille, bras derrière le dos, mains posées sur les côtes pour bien
sentir la respiration. Chacun va respirer silencieusement à son rythme, en essayant de
bien percevoir le rythme de ses voisins. Petit à petit, le groupe devra trouver un
pulsation respiratoire commune.

« La Ballon » Respiration
Contrôle corporel
Appartenance au groupe

Consigne : Variante du Jeu précédent, mais les enfants ne se touchent plus. Ils
sont à 1 m les uns des autres. Chacun va accompagner gestuellement sa respiration en
faisant comme si il tenait entre deux mains un ballon de baudruche qui se gonfle et se
dégonfle. Attention, la respiration reste silencieuse. Petit à petit, le groupe recherche
une pulsation respiratoire commune. (Veiller à ce que les enfants ne changent pas
brutalement leur respiration pour imiter celle d’un autre).

« Le Soufflet » Respiration
Contrôle corporel
Appartenance au groupe
Place au silence

Consigne : Les enfants sont répartis dans la salle, allongés sur le dos, sans se
toucher, les yeux fermés. Chaque enfants respire à son rythme, en faisant entendre sa
respiration (mais sans l’exagérer) sur un souffle. Petit à petit, le groupe recherche une
pulsation respiratoire commune. Attention, demander aux enfants de respirer de la
manière suivante : Inspiration, blocage 2 à 3 secondes, Expiration, blocage 2 à 3
secondes, Inspiration…etc. Lorsque la pulsation commune est retrouvée, faire
prendre conscience des temps de silence représentés par les blocages de respiration.

5
« L’Accordéon » Respiration
Lecture du geste
Contrôle corporel

Consigne : Variante du jeu du Ballon et du Soufflet. Les enfants sont en


cercle et un meneur dirige la respiration du groupe qui doit suivre ses gestes. Le
meneur fait semblant de tenir entre ses mains un accordéon dont il vide ou remplit le
soufflet. Ses gestes sont entièrement à sa guise. Le vidage ou le remplissage peuvent
être total ou partiel (rythme irrégulier). Le geste peut s’immobiliser (silence).

« L’Avion » Respiration
Paramètre hauteur
Appartenance au groupe
Place au silence

Consigne : Variante du Jeux précédent. Les enfants sont dans la même


disposition. Chacun respirera à son rythme selon les mêmes directives que « le
soufflet ». Cependant, l’inspiration sera silencieuse et l’expiration se fera sur une
sirène descendante. Le groupe recherche une pulsation respiratoire commune.
Lorsqu’elle aura trouvée, le moment d’inspiration constituera un moment de silence
musical.

Espace

« Le Facteur » Espace
Contrôle du débit d’air
Paramètre hauteur

Consigne : Les enfants sont debouts en cercle. L’un d’entre eux porte un son à
un camarade sur le cercle. Le son est tenu en hauteur. Il n’a droit qu’à une expiration.
Dès qu’il est arrivé derrière un camarade, ce dernier part avec le même son (hauteur)
vers un autre, tandis que le porteur s’immobilise à sa place. Attention, le porteur ne
doit pas arrêter le son tant que le suivant n’a pas commencé le sien.

Variante possible : L’enfant qui repart ne prend pas le son qui lui a été apporté, mais
doit en changer (hauteur).

Variante possible : Les enfants ne sont pas en cercle, mais répartis dans toute la
pièce. Difficulté supplémentaire dans le contrôle de son expiration en fonction du
choix de la destination.

« Le Convoi » Espace
Contrôle débit d’air
Paramètre hauteur
Paramètre intensité

Consigne : Les enfants sont répartis dans toute la pièce. Le Jeu se déroule
comme la variante du précédent, mais, lorsque le porteur arrive derrière un camarade,
celui-ci repart avec le son, suivi du premier porteur, et ainsi de suite. Le son est ainsi
porté par 1, 2, 3, 4…enfants qui essaient de rester le plus serrés possible. Attention, le
porteur de tête doit reproduire un son fort, alors que le reste du convoi doit produire
un son doux (le son du porteur doit toujours dominer).

6
Variante possible : L’enfant qui repart a pour consigne de changer le son qui lui a été
apporté (hauteur).

Variante possible : L’enfant qui mène associe un geste corporel à son émission
sonore pendant son déplacement. Le reste du convoi imite également le geste du
premier. L’enfant peut abandonner le son tenu pour une phrase sonore de son choix.

« Les Cruches Sonores » Espace


Contrôle du débit d’air
Paramètre hauteur
Paramètre intensité

Consigne : Les enfants sont par deux et se tiennent par le bras. Un enfant est
seul. Il part en faisant un son et doit s’accrocher au bras d’un couple. Celui qui est
dans le couple à l’opposé de lui part à son tour en produisant un son différent de celui
qui vient d’être proposé. Attention, le son doit être ininterrompu : celui qui arrive
diminue l’intensité mais garde son son jusqu’à ce que l’autre soit parti.

« Les Appels » Espace


Paramètre hauteur

Consigne : Les enfants sont répartis dans toute la pièce. Un enfant vise un
camarade, puis, les mains en porte-voix lance son appel dans sa direction. L’appel
peut se faire sur une ou deux voyelles, mais obligatoirement sur deux sons de
hauteurs différentes. Celui qui a été appelé procède de la même manière avec un autre
camarade.

Variante possible : Lorsque le jeu est compris, on peut faire deux appels
simultanément. Attention qu’un joueur ne soit pas sollicité par les deux circuits à la
fois.

Variante possible : Le grand groupe peut être divisé en petits groupes de 5 ou6
enfants. Chaque groupe fonctionne en circuit séparé avec un seul départ d’appel. Les
groupes peuvent être géographiquement distincts ou imbriqués les uns dans les
autres. Prévoir alors un signe distinctif par groupe.

« L’Echo » Espace
Paramètre hauteur
Paramètre intensité

Consigne : Même disposition que dans le jeu des Appels. Chaque enfant,
après avoir été appelé, doit répéter en écho (intensité faible), l’appel de son camarade
avant d’émettre le sien.

Variante possible : Le son écho est produit à chaque fois par tous les membres du
groupe (très doux).

Paramètres du son

Les 2 jeux qui suivent ne sont pas des jeux d’invention musicale au sens défini plus haut, mais
bien des jeux d’écoute musicale. Il m’a paru toutefois intéressant de les faire figurer dans ce
« catalogue », tout autant pour les qualités d’écoute analytique qu’ils mettent en œuvre chez les

7
enfants, que comme indicateurs, pour l’enseignant, du niveau d’appropriation des notions nouvelles
par chaque membre du groupe.

« Kim’son » Paramètres du son


Ecoute
Discrimination des paramètres
Nuances à l’intérieur des paramètres

Consigne : Les enfants sont répartis en 3 groupes qui possèdent chacun une
série d’étiquettes correspondant aux nuances d’un paramètre (hauteur, intensité,
durée). Pour chaque son émis par le meneur, chaque groupe doit lever la pancarte
correspondant à la nuance utilisée dans son paramètre.
Les groupes permutent régulièrement pour que chaque enfant s’attache
successivement à chacun des paramètres.
Attention : Il est nécessaire de ménager une temporisation avant le moment de la
réponse afin d’obliger à un échange entre les membres du groupe.

Variante possible : Même principe de Jeu, mais chaque groupe travaille sur les 3
paramètres simultanément. Les enfants doivent donc lever 3 pancartes présentant la
hauteur, l’intensité et la durée du son entendu.

Variante possible : Le principe du Jeu est renversé. Chaque groupe joue tour à tour. Il
va tirer trois étiquettes au hasard dans 3 tas correspondant aux nuances du paramètre.
Les membres du groupe devront se mettre d’accord puis exécuter le son prévu. Les 2
autres groupes évaluent la proposition.

« Domino des sons » Paramètres du son

Consigne : Le jeu se déroule suivant le principe des jeux de Dominos. Chaque


enfant est en possession d’un Domino partagé en 2 parties : la partie gauche donne
des indications sur les paramètres du son qu’il devra reconnaître, la partie droite, sur
les paramètres du son qu’il devra chanter. Le premier enfant (son Domino ne contient
que la partie droite) chante un son selon les indications données sur son domino. Le
membre du groupe qui reconnaît les caractéristiques portées sur la partie gauche de
son domino chante le son à son tour. Le domino du joueur n°1 est déposé au centre
du cercle. Puis le joueur 2 chante le son dont les indications se trouvent sur la partie
droite de son domino etc…

« Convergence » Paramètres du son


Paramètre hauteur

Consigne : Les enfants sont en cercle. Chaque enfant, au signal du meneur, va


produire le son qu’il veut (accord libre). Puis, chacun cherche, en changeant la
hauteur de sa note par petits intervalles, à se rapprocher de la note des voisins, pour
parvenir finalement à l’unisson. Chaque enfant respire quand il en ressent le besoin.
L’arrivée à l’unisson se fait lentement et successivement. Ceux qui arrivent en
premier tiennent l’unisson.

J’entends Je chante

Intensité : Doux Intensité : Fort


Durée : Long Hauteur : Aigü
Hauteur : Grave Durée : Court

8
« Rencontres » Paramètres du son
Espace
Paramètre hauteur

Consigne : Même principe sonore que le jeu précédent, mais les enfants sont
répartis dans toute la pièce. Au signal du meneur, en même temps que l’attaque du
son, chacun amorce un lent déplacement vers le centre de la pièce en faisant comme
s’il portait le son au creux de sa main. A l’approche du cercle, le processus de
recherche de l’unisson se met en place. Les enfants qui sont (ou pensent être) à
l’unisson « déposent » leur main, les unes dans les autres au centre du cercle, et
tiennent l’unisson jusqu’à ce que tous les enfants les aient rejoints.

Variante possible : Les rencontres se font au gré des déplacements de chacun qui
aboutissent à des unissons partiels, puis se retrouvent dans l’unisson général.

« Le fil d’Ariane » Paramètre du son


Paramètre hauteur
Paramètre intensité
Paramètre durée
Respiration

Consigne : Les enfants sont en cercle et se font passer le son. Le premier


chante une phrase mélodique continue composée de sons tenus ou de sirènes.
L’intensité peut-être modulée à volonté. Cette phrase tient en une seule expiration.
Vers la fin de sa phrase, il stabilise sa note, se tourne vers son voisin qui doit
reprendre la phrase au niveau de hauteur où son camarade l’a laissée, puis partir dans
son improvisation etc… Le son doit être ininterrompu. L’accompagnement de la
phrase sonore avec un geste aidera le suivant à se repérer dans la durée de
l’improvisation en cours.

Ce jeu comporte un très grand nombre de variantes :

La consigne peut être inversé pour demander au « relayeur » de partir sur une
hauteur différente de celle sur laquelle son camarade est arrivé.

L’installation de plusieurs cercles concentriques au lieu d’un seul donne une


dimension sonore différente au jeu.

Les sens de rotation peuvent changer.

On peut modifier le paramètre de base avec lequel on joue : se faire passer des
sons qui jouent sur le crescendo-decrescendo (intensité), la hauteur, elle, étant
laissée totalement libre.

« Jeu d’orgues » Paramètres du son


Paramètre intensité
Lecture du geste

Consigne : Les enfants sont en cercle et choisissent chacun un son à la hauteur


qu’ils souhaitent. Au signal du meneur, chaque enfant chante sa note. Le groupe doit
suivre les nuances d’intensité indiquées par le meneur, soit au groupe tout entier, soit
à partie du groupe, soit à un individu. Respiration libre.
Variante possible : Les enfants choisissent non plus une note, mais une petite phrase
sonore qu’ils conservent tout au long du jeu.

9
Variante possible : Les enfants choisissent non plus une note, mais une petite phrase
sonore qu’ils conservent tout au long du jeu.

Variante possible : Suite à la variante précédente, le groupe est divisé en deux parties.
Une partie choisit une phrase sonore (parmi celles proposées précédemment peut-
être) qu’elle chantera et conservera comme ostinato. L’autre partie à la même
consigne que précédemment.

On insistera tout particulièrement sur le rôle du meneur dans ce jeu. C’est lui qui
« compose » le paysage sonore du groupe. Chaque enfant doit essayer à cette
sensation de faire naître une production musicale selon une intention personnelle.

« L’Escapade » Paramètres du son


Paramètre durée

Consigne : Un enfant choisit un son qu’il propose comme unisson à ses


camarades. Le groupe chante cet unisson et l’enfant concerné fait un signe à un de ses
camarades qui doit alors abandonner l’accord pour improviser, sur la même note, des
sons de durées différentes. Dès qu’il a terminé, le groupe se remet à l’unisson, puis
l’enfant qui vient d’improviser désigne un autre camarade qui procède de la même
manière.

Variante possible : Les enfants sont divisés en deux groupes qui fonctionnent d’une
manière autonome. Le chevauchement des différents sons et rythmes d’intervention
va modifier l’ambiance sonore du jeu.

Variante possible : l’improvisation se fait sur une hauteur au choix et non sur la
hauteur de l’unisson.

Le codage
Pour garder une trace, il faut écrire. Pour écrire, il faut un code. D’abord transmise
oralement, la musique s’est écrite pendant longtemps selon un code conventionnel que l’apport de la
musique contemporaine a grandement contribué à bousculer depuis le début du siècle. En quelques
années, un nouvel « alphabet vocal » prend naissance. Le son, le bruit, le phonème, l’onomatopée font
leur entrée dans l’expression musicale. L’arrivée de ces nouveaux matériaux sonores exige une
nouvelle écriture propre à chaque compositeur. Ainsi il y a bien plusieurs écritures musicales.
Pourquoi pas celle d’un groupe d’enfants ?

Il paraît fondamentale de faire comprendre aux enfants l’importance de l’écriture musicale,


de leur montrer les fondements utilitaires d’un code, les fondements sociaux d’un code standardisé,
les fondements artistiques d’un code personnalisé. L’entrée dans cette problématique par le codage
d’activités ludiques reposant sur des concepts proches de la musique contemporaine semble être celle
qui permet les plus aux enfants de s’essayer à l’écriture musicale. Elle semble être également un
cheminement logique pour débuter une approche du codage conventionnel (solfège), en ce sens
qu’elle fait naître le besoin chez l’enfant de réfléchir à un codage des paramètres rencontrés.

10
Quelques ouvrages…

Guy Reibel Jeux Musicaux (vol.1)


Editions Salebert

M.F. Castarède La voix et ses sortilèges


Editions Les Belles Lettre

M. Asselineau
E. Berel Ecoute et découverte de la voix
Editions J.M. Fuzeau

F. Delalande La musique est un jeu d’enfant


Editions Buchet-Chastel

B. Celeste L’enfant du sonore au musical


F. Delalande Editions Buchet-Castel
E. Dumaurier

11