Vous êtes sur la page 1sur 322

Guide des pratiques hydrologiques

Volume I
Hydrologie – De la mesure à l’information
hydrologique

P-CLW_9605

www.wmo.int OMM-N° 168


Guide des
pratiques hydrologiques

Volume I
Hydrologie –
De la mesure à l’information hydrologique

OMM-N° 168

Sixième édition
2012
OMM-N° 168

© Organisation météorologique mondiale, 2008

L’OMM se réserve le droit de publication en version imprimée ou électronique ou sous toute autre
forme et dans n’importe quelle langue. De courts extraits des publications de l’OMM peuvent
être reproduits sans autorisation, pour autant que la source complète soit clairement indiquée. La
correspondance relative au contenu rédactionnel et les demandes de publication, reproduction ou
traduction partielle ou totale de la présente publication doivent être adressées au:

Président du Comité des publications


Organisation météorologique mondiale (OMM)
7 bis, avenue de la Paix Tél.: +41 (0) 22 730 84 03
Case postale 2300 Fax.: +41 (0) 22 730 80 40
CH-1211 Genève 2, Suisse Courriel: publications@wmo.int

ISBN 978-92-63-20168-3

NOTE
Les appellations employées dans les publications de l’OMM et la présentation des données qui y figurent
n’impliquent, de la part du Secrétariat de l’Organisation météorologique mondiale, aucune prise de position
quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs
frontières ou limites.

Les opinions exprimées dans les publications de l’OMM sont celles de leurs auteurs et ne reflètent pas
nécessairement celles de l’OMM. De plus, la mention de certaines sociétés ou de certains produits ne signifie pas
que l’OMM les cautionne ou les recommande de préférence à d’autres sociétés ou produits de nature similaire
dont il n’est pas fait mention ou qui ne font l’objet d’aucune publicité.

La présente publication a fait l’objet d’une édition sommaire.


volume I
TABLEAU POUR NOTER LES SUPPLéMENTS REçUS

Inséré dans la publication


Supplément
Daté de

par date

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
TABLE DES MATIèRES

Page
PRéFACE ............................................................................................................................................ xiii

REMERCIEMENTS .............................................................................................................................. xv

ChaPITRE 1. introduction .......................................................................................................... I.1-1


1.1 Contexte ................................................................................................................................ I.1-1
1.2 Champ d’application ............................................................................................................. I.1-1
1.3 Contenu du Guide ................................................................................................................. I.1-2
1.4 Le Système hydrologique opérationnel à fins multiples . ......................................................... I.1-4
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.1-5

CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION . .................................................................................... I.2-1


2.1 Introduction – Le cycle hydrologique, objet d’observation ..................................................... I.2-1
2.2 Systèmes d’information pour les ressources en eau . ............................................................... I.2-2
2.2.1 Besoins en données et informations . ..................................................................... I.2-2
2.2.2 Systèmes d’information hydrologiques .................................................................. I.2-3
2.2.3 Utilisation des informations sur les ressources en eau ............................................. I.2-5
2.2.4 Types d’informations concernant la ressource en eau . ........................................... I.2-6
2.3 Symboles hydrologiques, codes et précision des mesures ....................................................... I.2-7
2.3.1 Unités et symboles . ............................................................................................... I.2-7
2.3.2 Codes hydrologiques . ........................................................................................... I.2-7
2.3.3 Exactitude des mesures hydrologiques . ................................................................. I.2-13
2.3.4 Étalonnage des instruments ................................................................................... I.2-18
2.4 Conception et évaluation des réseaux hydrologiques ............................................................. I.2-18
2.4.1 Principes généraux pour la conception des réseaux ............................................... I.2-18
2.4.2 Densité des stations d’un réseau ............................................................................ I.2-25
2.4.3 Besoins spécifiques au contrôle de la qualité de l’eau . ........................................... I.2-30
2.4.4 Réseaux opérationnels d’acquisition des données .................................................. I.2-36
2.4.5 Options stratégiques pour les réseaux . .................................................................. I.2-37
2.5 Collecte des données ............................................................................................................. I.2-37
2.5.1 Choix du site ......................................................................................................... I.2-37
2.5.2 Identification de la station...................................................................................... I.2-37
2.5.3 Fréquence et programme des visites à la station .................................................... I.2-41
2.5.4 Maintenance des sites . .......................................................................................... I.2-43
2.5.5 Observations ......................................................................................................... I.2-43
2.5.6 Systèmes de transmission ...................................................................................... I.2-46
2.5.7 Suivi de la qualité des eaux .................................................................................... I.2-48
2.5.8 Collecte de données particulières .......................................................................... I.2-49
2.6 Mesure des caractéristiques physiographiques . ...................................................................... I.2-51
2.6.1 Généralités ............................................................................................................ I.2-51
2.6.2 Systèmes de référence ........................................................................................... I.2-52
2.6.3 Mesures ponctuelles .............................................................................................. I.2-53
2.6.4 Mesures linéaires ................................................................................................... I.2-53
2.6.5 Mesures de superficie ............................................................................................ I.2-57
2.6.6 Mesures de volumes .............................................................................................. I.2-60
2.6.7 Information géographique . ................................................................................... I.2-60
2.6.8 Nouvelles technologies ......................................................................................... I.2-61
2.6.9 Formation du personnel ........................................................................................ I.2-62
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.2-63
vi GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES
Page
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS . .................................................................................. I.3-1
3.1 Conditions générales: exactitude et précision ......................................................................... I.3-1
3.2 Choix de l’emplacement du pluviomètre . .............................................................................. I.3-1
3.3 Pluviomètres non enregistreurs .............................................................................................. I.3-3
3.3.1 Généralités ............................................................................................................ I.3-3
3.3.2 Pluviomètre standard . ........................................................................................... I.3-3
3.3.3 Pluviomètres totalisateurs ...................................................................................... I.3-4
3.3.4 Méthodes de mesure ............................................................................................. I.3-4
3.3.5 Erreurs et exactitude des lectures ........................................................................... I.3-5
3.3.6 Correction des erreurs systématiques...................................................................... I.3-5
3.4 Pluviomètres enregistreurs ..................................................................................................... I.3-8
3.4.1 Enregistreur à pesée .............................................................................................. I.3-8
3.4.2 Enregistreur à flotteur ............................................................................................ I.3-8
3.4.3 Enregistreur à auget basculeur . ............................................................................. I.3-9
3.4.4 Pluviographe à intensité ........................................................................................ I.3-9
3.4.5 Disdromètre .......................................................................................................... I.3-9
3.4.6 Appareils acoustiques ............................................................................................ I.3-10
3.4.7 Méthodes d’enregistrement des données .............................................................. I.3-10
3.5 Chutes de neige et de grêle ................................................................................................... I.3-10
3.5.1 Épaisseur de neige ................................................................................................. I.3-10
3.5.2 Équivalent en eau d’une chute de neige ................................................................ I.3-11
3.5.3 Couverture neigeuse ............................................................................................. I.3-11
3.5.4 Tampon à grêle ..................................................................................................... I.3-16
3.6 Estimation des précipitations à partir du bilan hydrologique du bassin versant ....................... I.3-16
3.7 Observation de la pluie par radar ........................................................................................... I.3-16
3.7.1 Utilisation du radar en hydrologie . ........................................................................ I.3-16
3.7.2 L’équation radar-précipitations .............................................................................. I.3-17
3.7.3 Facteurs influençant les mesures ............................................................................ I.3-17
3.7.4 Neige et grêle . ...................................................................................................... I.3-20
3.7.5 Protocole de balayage ........................................................................................... I.3-20
3.7.6 Résumé des questions de précision ........................................................................ I.3-21
3.7.7 Radar Doppler ....................................................................................................... I.3-21
3.7.8 Radars multiparamètres ......................................................................................... I.3-22
3.8 Radar au sol et techniques de surveillance des précipitations .................................................. I.3-22
3.9 Réseaux de radars opérationnels . ........................................................................................... I.3-23
3.10 Mesure de la pluie par atténuation de liaison micro-ondes double fréquence ......................... I.3-23
3.11 Observation des précipitations par satellite . ........................................................................... I.3-24
3.11.1 Notions de base .................................................................................................... I.3-24
3.11.2 Visible et infrarouge ............................................................................................... I.3-24
3.11.3 Micro-ondes passives ............................................................................................. I.3-25
3.11.4 Micro-ondes actives (radar de pluie; Mission pour la mesure des pluies tropicales) .... I.3-25
3.11.5 Résumé des questions de précision......................................................................... I.3-27
3.12 Mesure de la neige par télédétection . .................................................................................... I.3-27
3.13 Télédétection par satellite du couvert neigeux . ...................................................................... I.3-28
3.14 Satellites opérationnels . ......................................................................................................... I.3-30
3.15 Rosée ................................................................................................................................... I.3-30
3.16 échantillonnage pour le suivi de la qualité des précipitations .................................................. I.3-31
3.16.1 Collecteurs de pluie et de neige ............................................................................ I.3-32
3.16.2 Prélèvement des dépôts secs ................................................................................. I.3-32
3.17 Intégration des pluies dans les modèles hydrologiques et hydrauliques: rassemblement et
évaluation des données de sources différentes . ...................................................................... I.3-32
3.18 Projet mondial de climatologie des précipitations . ................................................................. I.3-32
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.3-33
TABLE DES MATIèRES vii
Page
chapITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL ................................ I.4-1
4.1 évaporation, évapotranspiration et interception...................................................................... I.4-1
4.1.1 Généralités ........................................................................................................... I.4-1
4.1.2 Définitions ............................................................................................................. I.4-1
4.1.3 Mesure de l’évaporation ........................................................................................ I.4-2
4.1.4 Mesure de l’évapotranspiration ............................................................................. I.4-7
4.1.5 Mesures par télédétection des paramètres de l’évaporation et de
l’évapotranspiration .............................................................................................. I.4-7
4.2 Estimation de l’évaporation des surfaces libres ....................................................................... I.4-8
4.2.1 Généralités ............................................................................................................ I.4-8
4.2.2 Bilan hydrologique ................................................................................................ I.4-8
4.2.3 Bilan énergétique .................................................................................................. I.4-9
4.2.4 Méthode du transfert de masse ............................................................................. I.4-11
4.2.5 Combinaison des méthodes aérodynamique et du bilan énergétique .................... I.4-11
4.2.6 Extrapolation à partir de mesures sur bac .............................................................. I.4-13
4.2.7 Formules empiriques.............................................................................................. I.4-15
4.3 évaporation des bassins hydrographiques .............................................................................. I.4-17
4.3.1 Généralités............................................................................................................. I.4-16
4.3.2 Méthode du bilan hydrologique ............................................................................ I.4-17
4.3.3 Méthode du bilan énergétique .............................................................................. I.4-18
4.3.4 Approche aérodynamique ..................................................................................... I.4-19
4.3.5 Méthode de Penman-Monteith ............................................................................. I.4-19
4.3.6 Méthode de Priestley-Taylor .................................................................................. I.4-20
4.3.7 Méthode complémentaire ..................................................................................... I.4-20
4.3.8 Coefficient cultural et méthode de l’évapotranspiration de référence ..................... I.4-21
4.3.9 Scintillomètre à grande ouverture . ........................................................................ I.4-21
4.4 Réduction de l’évaporation .................................................................................................... I.4-21
4.4.1 À partir des surfaces libres ..................................................................................... I.4-21
4.4.2 À partir de la surface du sol ................................................................................... I.4-22
4.5 Mesure de l’humidité du sol ................................................................................................... I.4-22
4.5.1 Généralités ............................................................................................................ I.4-22
4.5.2 Méthodes quantitatives ......................................................................................... I.4-23
4.5.3 Méthodes qualitatives . .......................................................................................... I.4-29
4.5.4 Télédétection ........................................................................................................ I.4-31
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.4-32

chapITRE 5. Mesurage de la quantité des eaux superficielles et des sédiments . ...... I.5.1
5.1 Niveaux des cours d’eau des lacs et des réservoirs .................................................................. I.5-1
5.1.1 Généralités............................................................................................................. I.5-1
5.1.2 Instruments de mesure du niveau .......................................................................... I.5-1
5.1.3 Méthodes de mesure des niveaux . ........................................................................ I.5-2
5.1.4 Fréquence des mesures de niveau........................................................................... I.5-3
5.2 Glace sur les cours d’eau, les lacs et les réservoirs ................................................................... I.5-3
5.2.1 Généralités ............................................................................................................ I.5-3
5.2.2 Éléments du régime des glaces .............................................................................. I.5-3
5.2.3 Méthodes d’observation ........................................................................................ I.5-3
5.2.4 Dates et fréquence des observations ...................................................................... I.5-4
5.2.5 Précision de la mesure ........................................................................................... I.5-4
5.3 Mesurages et calculs des débits .............................................................................................. I.5-4
5.3.1 Généralités ............................................................................................................ I.5-4
5.3.2 Jaugeage au moulinet . .......................................................................................... I.5-4
5.3.3 Méthode de jaugeage à l’aide de flotteurs ............................................................. I.5-10
5.3.4 Méthode de jaugeage par dilution . ....................................................................... I.5-11
5.3.5 Estimation du débit par des méthodes indirectes .................................................. I.5-12
viii GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES
Page
5.3.6 Jaugeage en conditions difficiles............................................................................. I.5-14
5.3.7 Méthodes non traditionnelles pour le jaugeage de rivières . ................................... I.5-17
5.4 Stations de jaugeage .............................................................................................................. I.5-22
5.4.1 Objet des stations de jaugeage .............................................................................. I.5-22
5.4.2 Choix du site ......................................................................................................... I.5-22
5.4.3 Contrôles de la relation hauteur-débit ................................................................... I.5-23
5.4.4 Installations de mesure .......................................................................................... I.5-23
5.4.5 Relations hauteur-débit . ........................................................................................ I.5-24
5.4.6 Calcul de la moyenne des hauteurs de jauge correspondant à une mesure
de débit . ............................................................................................................... I.5-26
5.5 Débit et apports solides . ........................................................................................................ I.5-26
5.5.1 Généralités ............................................................................................................ I.5-26
5.5.2 Choix du site ......................................................................................................... I.5-26
5.5.3 Mesure du débit des matières en suspension ......................................................... I.5-26
5.5.4 Mesure du débit de charriage de fond ................................................................... I.5-28
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.5-30

chapITRE 6. EAUX SOUTERRAINES ................................................................................................. I.6-1


6.1 Généralités ............................................................................................................................. I.6-1
6.2 Gisement des eaux souterraines ............................................................................................. I.6-1
6.2.1 Formations géologiques aquifères . ........................................................................ I.6-1
6.2.2 Mise en place d’un cadre hydrogéologique ........................................................... I.6-2
6.3 Puits d’observation.................................................................................................................. I.6-7
6.3.1 Installation des puits d’observation ........................................................................ I.6-7
6.3.2 Essai des puits d’observation . ................................................................................ I.6-11
6.3.3 Rebouchage et fermeture des puits abandonnés . .................................................. I.6-12
6.4 Mesure du niveau des eaux souterraines et réseaux de puits d’observation . ........................... I.6-12
6.4.1 Instruments et méthodes d’observation ................................................................. I.6-12
6.5 Propriétés de l’aquifère et des roches encaissantes ................................................................. I.6-20
6.5.1 Paramètres hydrauliques . ...................................................................................... I.6-20
6.5.2 Vue d’ensemble sur les méthodes de terrain courantes dans la détermination
des paramètres hydrauliques ................................................................................. I.6-21
6.6 Recharge et décharge, alimentations et pertes dans un système hydrogéologique ................. I.6-23
6.6.1 Recharge par les précipitations .............................................................................. I.6-23
6.6.2 Relations entre eaux souterraines et eaux superficielles .......................................... I.6-23
6.6.3 Pompage des puits ................................................................................................ I.6-24
6.7 Utilisation des données dans les modèles hydrogéologiques . ................................................. I.6-24
6.8 Télédétection ......................................................................................................................... I.6-24
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.6-26

chapITRE 7. QUALITÉ DE L’EAU ET ÉCOSYSTÈMES AQUATIQUES .................................................. I.7-1


7.1 Généralités ............................................................................................................................. I.7-1
7.2 Besoins particuliers du contrôle de la qualité de l’eau ............................................................. I.7-1
7.2.1 Paramètres spécifiques de la qualité des eaux ........................................................ I.7-1
7.2.2 Qualité des eaux de surface .................................................................................. I.7-1
7.2.3 Qualité de l’eau des précipitations ......................................................................... I.7-4
7.2.4 Qualité des eaux souterraines ................................................................................ I.7-5
7.2.5 Qualité des sédiments ........................................................................................... I.7-5
7.3 Méthodes d’échantillonnage .................................................................................................. I.7-6
7.3.1 Types d’échantillons d’eau . ................................................................................... I.7-6
7.3.2 Prélèvement d’un échantillon représentatif ............................................................ I.7-7
7.3.3 Prélèvement pour l’analyse des isotopes stables de l’eau . ...................................... I.7-7
TABLE DES MATIèRES ix
Page
7.3.4 Mesure de la radioactivité . .................................................................................... I.7-8
7.3.5 Équipements et techniques d’échantillonnage........................................................ I.7-8
7.4 Préparation des campagnes de terrain..................................................................................... I.7-11
7.4.1 Préparation générale ............................................................................................. I.7-11
7.4.2 Choix du volume des échantillons ......................................................................... I.7-11
7.4.3 Liste de contrôle préalable à la campagne sur le terrain ......................................... I.7-11
7.5 Mesures de terrain ................................................................................................................. I.7-12
7.5.1 Mesures automatiques . ......................................................................................... I.7-12
7.5.2 Grandeurs mesurées sur le terrain........................................................................... I.7-12
7.6 Suivi biologique et échantillonnage pour les analyses biologiques .......................................... I.7-15
7.6.1 Analyses microbiologiques . ................................................................................... I.7-16
7.6.2 Organismes multicellulaires ................................................................................... I.7-16
7.6.3 Demande biochimique en oxygène ....................................................................... I.7-17
7.7 Filtration sur le terrain et procédures de conservation . ........................................................... I.7-19
7.7.1 Filtration . .............................................................................................................. I.7-19
7.7.2 Techniques de conservation . ................................................................................. I.7-20
7.8 Télédétection et qualité des eaux superficielles ....................................................................... I.7-21
7.8.1 Étude de la qualité de l’eau dans les domaines du visible et de l’infrarouge . .......... I.7-21
7.8.2 Étude de la qualité de l’eau dans le domaine des hyperfréquences (micro-ondes) .... I.7-22
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.7-22

CHAPITRE 8. CONSIDéRATIONS DE SéCURITé EN HYDROMéTRIE ................................................. I.8-1


8.1 Pratiques générales ................................................................................................................ I.8-1
8.2 Sécurité aux stations d’enregistrement ................................................................................... I.8-1
8.2.1 Accès . ................................................................................................................... I.8-1
8.2.2 Plateformes ........................................................................................................... I.8-1
8.2.3 Puits ...................................................................................................................... I.8-1
8.3 Précautions de sécurité nécessaires lors de travail à partir des ponts ....................................... I.8-2
8.3.1 Risques dus à la circulation .................................................................................... I.8-2
8.3.2 Risques dus aux équipements suspendus ............................................................... I.8-2
8.4 Précautions de sécurité nécessaires lors de jaugeages à gué . .................................................. I.8-2
8.4.1 Généralités ............................................................................................................ I.8-2
8.4.2 Évaluation de la situation ....................................................................................... I.8-2
8.4.3 Gilets de sauvetage . .............................................................................................. I.8-2
8.4.4 Sécurité des câbles ................................................................................................ I.8-2
8.4.5 Technique de jaugeage à gué ................................................................................ I.8-2
8.4.6 En cas d’incident ................................................................................................... I.8-2
8.5 Précautions de sécurité nécessaires lors de travail à partir de bateaux ..................................... I.8-3
8.5.1 Généralités ............................................................................................................ I.8-3
8.5.2 Gilets et équipements de sécurité .......................................................................... I.8-3
8.5.3 Utilisation de câbles ............................................................................................... I.8-3
8.5.4 Utilisation de canots .............................................................................................. I.8-3
8.6 Précautions de sécurité nécessaires lors d’utilisation de téléphériques ..................................... I.8-4
8.7 Précautions de sécurité nécessaires lors de la manipulation des équipements ......................... I.8-4
8.7.1 Signalisation .......................................................................................................... I.8-4
8.7.2 Tronçonneuses ...................................................................................................... I.8-4
8.7.3 Équipement électrique . ......................................................................................... I.8-4
8.7.4 Outils à moteur ..................................................................................................... I.8-5
8.7.5 Vêtements et équipements de sécurité .................................................................. I.8-5
8.7.6 Produits radioactifs ................................................................................................ I.8-5
8.7.7 Sécurité de la surveillance des eaux souterraines .................................................... I.8-5
8.7.8 Problèmes dus à la poussière ................................................................................. I.8-5
x GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES
Page
8.8 Précautions de sécurité nécessaires lors de manipulations de produits chimiques ................... I.8-5
8.9 Précautions de sécurité particulières par temps froid .............................................................. I.8-6
8.9.1 Hypothermie ......................................................................................................... I.8-6
8.9.2 Engelures . ............................................................................................................. I.8-7
8.9.3 Travail sur les rivières et lacs aux eaux glaciales ou gelées . ..................................... I.8-7
8.9.4 Travail dans les zones montagneuses ..................................................................... I.8-7
8.9.5 Survie dans l’eau glacée . ....................................................................................... I.8-8
8.10 Précautions de sécurité particulières par grande chaleur ......................................................... I.8-8
8.10.1 Hyperthermie ........................................................................................................ I.8-8
8.10.2 Coups de soleil ...................................................................................................... I.8-9
8.11 Déplacements et transports . .................................................................................................. I.8-9
8.11.1 Généralités ............................................................................................................ I.8-9
8.11.2 Hélicoptères .......................................................................................................... I.8-9
8.11.3 Véhicules à moteur ................................................................................................ I.8-9
8.12 équipements et rations de survie ............................................................................................ I.8-9
8.13 Autres types de risques . ......................................................................................................... I.8-10
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.8-11

chapITRE 9. TRAITEMENT DES DONNÉES ET CONTRÔLE DE QUALITÉ ......................................... I.9-1


9.1 Généralités ............................................................................................................................. I.9-1
9.2 Principes, conventions et normes ........................................................................................... I.9-1
9.2.1 Préservation des données, faits et hypothèses ........................................................ I.9-1
9.2.2 Besoin en données et normes de précision ............................................................ I.9-2
9.3 Encodage .............................................................................................................................. I.9-3
9.3.1 Généralités ............................................................................................................ I.9-3
9.3.2 Développement des codes . ................................................................................... I.9-3
9.3.3 Codes de localisation ............................................................................................. I.9-4
9.3.4 Codes des (paramètres) variables . ......................................................................... I.9-4
9.3.5 Codes de qualification des données ....................................................................... I.9-4
9.3.6 Codes des données manquantes ........................................................................... I.9-5
9.3.7 Codes de transmission ........................................................................................... I.9-5
9.3.8 Systèmes d’information géographique .................................................................. I.9-5
9.4 Saisie des données ................................................................................................................. I.9-5
9.4.1 Saisie manuelle ..................................................................................................... I.9-5
9.4.2 Saisie de données graphiques ................................................................................ I.9-6
9.4.3 Données sur bandes perforées ............................................................................... I.9-6
9.4.4 Enregistreurs électroniques de données ................................................................. I.9-6
9.5 Traitement primaire des données ........................................................................................... I.9-7
9.5.1 Généralités ............................................................................................................ I.9-7
9.5.2 Contrôle préliminaire des données ........................................................................ I.9-7
9.5.3 Traçabilité et traitement . ....................................................................................... I.9-9
9.5.4 Registres de données et contrôle ........................................................................... I.9-9
9.5.5 Identification et conservation des enregistrements originaux ................................. I.9-9
9.5.6 Correction des erreurs connues ............................................................................. I.9-10
9.5.7 Agrégation et interpolation de données . ............................................................... I.9-11
9.5.8 Calcul de variables dérivées ................................................................................... I.9-11
9.5.9 Statut des données ............................................................................................... I.9-11
9.6 Procédures spécifiques au traitement primaire des données ................................................... I.9-12
9.6.1 Données climatologiques ...................................................................................... I.9-12
9.6.2 Données débitmétriques ....................................................................................... I.9-13
9.6.3 Données de qualité des eaux ................................................................................. I.9-16
9.7 Traitement secondaire ............................................................................................................ I.9-16
9.7.1 Travaux de routine après la phase de calcul ........................................................... I.9-17
TABLE DES MATIèRES xi
Page
9.7.2 Insertion d’estimations des données manquantes .................................................. I.9-17
9.8 Validation et contrôle de qualité ............................................................................................. I.9-19
9.8.1 Procédures générales ............................................................................................. I.9-19
9.8.2 Techniques de validation automatique . ................................................................. I.9-20
9.8.3 Contrôles de routine . ............................................................................................ I.9-21
9.8.4 Inspection des stations .......................................................................................... I.9-21
9.8.5 Contrôle des données collectées manuellement . ................................................... I.9-22
9.8.6 Contrôle des données graphiques ......................................................................... I.9-22
9.8.7 Contrôle des données d’enregistreurs .................................................................... I.9-22
9.9 Procédures de validation particulières . ................................................................................... I.9-23
9.9.1 Données de débit .................................................................................................. I.9-23
9.9.2 Hauteur (niveau de l’eau) ...................................................................................... I.9-23
9.9.3 Précipitations . ....................................................................................................... I.9-24
9.9.4 Données climatologiques ...................................................................................... I.9-26
9.9.5 Données sur la neige et la glace . ........................................................................... I.9-27
9.9.6 Données relatives aux jaugeages ........................................................................... I.9-27
9.9.7 Données de qualité des eaux ................................................................................. I.9-28
9.9.8 Données sédimentologiques . ................................................................................ I.9-28
9.10 Enregistrement de l’incertitude .............................................................................................. I.9-28
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.9-30

ChapITRE 10. STOCKAGE, CONSULTATION ET DIFFUSION DES DONNÉES ................................... I.10-1


10.1 Introduction . ......................................................................................................................... I.10-1
10.1.1 L’importance des données ..................................................................................... I.10-1
10.1.2 Processus de la gestion des données ...................................................................... I.10-1
10.2 Stockage et extraction de données . ....................................................................................... I.10-4
10.2.1 Stockage des données ........................................................................................... I.10-4
10.2.2 Méthodes de stockage . ......................................................................................... I.10-5
10.2.3 Types de données et informations à stocker . ......................................................... I.10-7
10.3 Extraction des données .......................................................................................................... I.10-17
10.3.1 Outils d’analyse des données ................................................................................. I.10-17
10.3.2 Extraction de données à une seule variable ............................................................ I.10-18
10.3.3 Systèmes d’extraction de données ......................................................................... I.10-19
10.4 Diffusion des données ............................................................................................................ I.10-20
10.4.1 Généralités ............................................................................................................ I.10-20
10.4.2 Catalogues de données à disposition ..................................................................... I.10-21
10.4.3 Rapports récapitulatifs .......................................................................................... I.10-22
10.4.4 Annuaires .............................................................................................................. I.10-22
10.4.5 Extraction de données à la demande ..................................................................... I.10-25
10.4.6 Formats d’échanges de données . .......................................................................... I.10-26
Bibliographie et lectures complémentaires .......................................................................................... I.10-30

annexE. Abréviations et acronymes ............................................................................................... I.A-1


PRéFACE

En septembre 2000, les dirigeants de la planète ont pratiques, procédures et instruments actuels, leur
adopté la Déclaration du millénaire à partir de permettant ainsi d’effectuer leur travail avec plus de
laquelle ont été arrêtés huit objectifs mesurables et succès. Il n’entre pas dans le cadre de cet ouvrage de
liés à un échéancier précis, pour lutter contre la faire une description complète des bases théoriques,
pauvreté, la faim, les maladies, l’analphabétisme, la ni de présenter un éventail exhaustif des méthodes
dégradation de l’environnement et l’inégalité entre et des techniques. Le cas échéant, des références
les sexes. Ces huit objectifs sont connus comme les documentaires sont toutefois signalées. Les procé-
objectifs du millénaire pour le développement dures détaillées pour le suivi des paramètres
(OMD) de l’Organisation des Nations Unies. La réali- hydrologiques sont traitées dans les manuels spéci-
sation de chacun de ces objectifs dépend, dans une fiques de l’OMM.
large mesure, de la disponibilité de l’eau potable et
de la protection de la population contre les ravages On espère que le présent ouvrage soit utile non
des inondations. Ceci engage pour leur part forte- seulement aux Services nationaux des Membres mais
ment la responsabilité des Services hydrologiques et aussi aux divers autres intervenants et organismes
hydrométéorologiques nationaux dans le soutien, impliqués dans la gestion des ressources en eau en
au niveau national, des actions nécessaires pour faire général, et en particulier dans le suivi et l’estimation
face à la demande sans cesse croissante visant les de ces ressources. La Commission d’hydrologie
ressources limitées en eau douce des Membres de (CHy) de l’OMM a donc décidé d’en faire un docu-
l’OMM. En particulier en ce qui concerne les bassins ment «vivant» qui sera mis à jour périodiquement et
transfrontaliers où les préoccupations sont guidées publié sur Internet. Il est aussi un des éléments
par la nécessité d’une répartition équitable de ces constitutifs du Cadre de référence pour la gestion de
ressources limitées, des mécanismes opérationnels la qualité en hydrologie à l’OMM, actuellement en
appropriés visant au partage de ces dernières peuvent cours d’élaboration. Ce cadre de référence doit aider
être établis et maintenus entre les pays riverains les Membres et leurs Services nationaux à s’assurer
concernés. que leurs activités, comme l’acquisition des données
hydrologiques, la prestation de services et de
L’un des objectifs de l’Organisation météorologique produits, soient effectivement réalisées avec compé-
mondiale (OMM) est de promouvoir la norma- tence et efficacité. Les utilisateurs de ce Guide sont
lisation des observations météorologiques et donc invités à contribuer à son amélioration par
hydrologiques et d’assurer l’uniformisation de la leurs commentaires et suggestions.
publication des données et des statistiques. C’est
dans ce cadre que le Congrès météorologique Le Guide des pratiques hydrologiques est publié en
mondial adopte traditionnellement un Règlement anglais, espagnol, français et russe. Cependant,
technique (OMM-N° 49) fixant les pratiques et les comme pour les versions précédentes, plusieurs
procédures météorologiques et hydrologiques que Membres ont manifesté leur intention de le traduire
doivent suivre les Membres de l’Organisation. Ce dans leur langue nationale.
Règlement est complété par un certain nombre de
manuels et de guides qui décrivent, plus en détail, C’est avec plaisir que j’exprime ma reconnaissance à
les pratiques et procédures que les Membres sont la Commission d’hydrologie de l’OMM pour avoir
tenus ou invités à observer pour le suivi et l’évalua- pris l’initiative de superviser la révision du présent
tion des ressources en eau de leurs pays respectifs. Guide.
On espère ainsi que l’amélioration de l’uniformi-
sation et de la normalisation des pratiques et
procédures hydrologiques contribuera au renfor-
cement de la collaboration entre les Membres
de l’OMM et facilitera davantage la coopération
régionale et internationale.

Le Guide des pratiques hydrologiques a pour but de


fournir à tous ceux qui travaillent dans le domaine (M. Jarraud)
de l’hydrologie, les informations pertinentes sur les Secrétaire général
REMERCIEMENTS

Ceci est la sixième édition du Guide des pratiques Fabio Santamaria (chapitre 8); Maria-Monica Ghioca
hydrologiques que la Commission d’hydrologie a (chapitre 9) et Bruce Stewart (chapitre 10).
décidé de mettre à jour et de publier à la demande
de ses membres. Cette décision fait suite aux Les experts suivants ont participé à la révision des
observations et retours d’expérience liés à l’utilisa- chapitres et sections (indiqués entre parenthèses) du
tion de la cinquième édition du Guide et à la volume II du Guide: Arni Snorrasson (chapitre 2);
reconnaissance de sa grande valeur pour les Paul Mosley (matériaux du chapitre 2); Bruce Mitchell
Services hydrologiques nationaux et les profes- (chapitre 3); Tinus Basson (4.2); Suresh Chandra (4.3);
sionnels travaillant dans les domaines liés à l’eau. P.B.S. Sarma (4.4); Valdemar Andrade (4.5); Denis
Plus de 40 experts mondiaux aguerris ont contri- Mosnier (4.5); Benno Droge (4.6); Carlos Tucci (4.7);
bué à la préparation de cette édition du Guide. De Shankar B. Kulkarni (4.8); Carlos Meier (4.9); Kaz
ce fait il est orienté vers les applications pratiques Adamowski (chapitre 5); Zbigniew W. Kundzewicz
et s’inscrit dans un cadre de gestion de la qualité (chapitre 6) et Curt Barrett, Kosta Georgakakos, Ian
tel qu’initié par la Commission d’hydrologie. C’est Cluckie, Paul Pilon et Sergei Borsch et James Dent
avec un grand plaisir que j’exprime la reconnais- (chapitre 7). Les contributions sur les développements
sance de la Commission à ces experts qui se sont technologiques en matière de télédétection ont été
portés volontaires pour procéder à la préparation fournies par Edwin Engman et Ahalam Shalaby (divers
et à la compilation des matériaux nécessaires et chapitres).
ont permis l’accomplissement de cette tache
démesurée. L’examen par les pairs de la documentation préparée
pour le volume II a été réalisé par les experts suivants:
Ma profonde gratitude va aussi aux membres du Paul Pilon (chapitre 3); Richard Muller (4.2);
Comité d’examen mis en place par la Commission Ponnuswarni Sooriyakumaran (4.3); Mario Fugazza
d’hydrologie qui ont supervisé la révision du Guide. (4.4); Valdemar Andrade et Denis Mosnier (4.5);
Le Comité d’examen dirigé par Karl Hofius Hussam et Maha Tawfik (4.6); Jim Elliott (4.7);
(Allemagne), et composé de Suresh Chandra (Inde), Christophe Ancey (4.8); Denis Hughes (4.9); Manuel
Denis Hughes (Afrique du Sud), Fred Kyosingira Irigoyen et Ezio Todini (chapitre 5); Paolo Mignosa
(Ouganda), Paul Pilon (Canada), Marco Polo Rivero (chapitre 6); Ilmar Karro et Eric Liljas (chapitre 7).
(Venezuela) et Avinash Tyagi (Directeur, Giacomo Teruggi, John Bassier et Arthur Askew ont
Département du climat et des ressources en eau, apporté un soutien solide et essentiel au processus de
Organisation météorologique mondiale), a contri- publication grâce à une coordination active avec les
bué à déterminer dans la cinquième édition ce qui auteurs et à la mise en œuvre du travail technique
demandait à être révisé et mis à jour, a identifié les éditorial nécessaire. Par-dessus tout, la publication
experts chargés du remaniement et de l’évaluation n’aurait pas été possible sans le soutien actif du
par les pairs de différents chapitres et sections, et a personnel du Secrétariat de l’OMM.
examiné les contributions d’experts.
La sixième édition du Guide sera un document
J’exprime mes sincères remerciements et ma recon- «vivant», c’est à dire évolutif, dont la version Web
naissance à tous les experts qui ont contribué à la sera mise à jour chaque fois que des développements
mise en forme et à la révision du Guide. Les experts significatifs apparaîtront dans les pratiques de tout
suivants ont contribué à l’actualisation et à la révi- domaine particulier. Comme il est appliqué et utilisé
sion des chapitres (indiqués entre parenthèses) du concrètement, le Guide peut être amélioré grâce aux
volume I du Guide: Svein Harsten (chapitres 2 et 5); remarques et suggestions de la communauté hydro-
Robert Halliday (chapitre 2); Chris Collier (chapi- logique. La Commission d’hydrologie s’efforcera de
tre 3); Karan S. Bhatia (chapitre 4); Ahmed Fahmi le maintenir autant que possible à jour, en prenant
(chapitre 5); Anthony Navoy (chapitre 6); Anne en compte les commentaires de ses membres.
Coudrain (chapitre 7); Albert Rugumayo (chapitre
8); John Fenwich (chapitre 9) et Matthew Fry et
Frank Farquharson (chapitre 10).

L’examen par les pairs de la documentation préparée


pour le volume I a été fait par les experts suivants:
Robert Halliday (chapitre 2); Nicholas Kouwen
(chapitre 3); Mauro Greppi (chapitre 4); Svein
Harsten (chapitre 5); Giovanni Maria Zuppi (chapitre (Bruce Stewart)
6); Valerio Vendegna (chapitre 7); Thierry Filippo et Président de la Commission d’hydrologie
CHAPITRE 1

INTRODUCTION

1.1 CONTEXTE au-delà du domaine traditionnel de l’OMM, toucher


plus facilement une communauté élargie concernée
L’hydrologie est la science qui traite de la présence par la gestion de l’eau.
et de la distribution, dans le temps et dans l’espace,
des eaux superficielles et souterraines de la Terre et En 1999, le Quatorzième Congrès météorologique
de leurs propriétés chimiques, biologiques et mondial a adopté comme sous-titre officiel de
physiques ainsi que de leur interaction avec l’envi- l’Organisation «Le temps, le climat et l’eau». À sa
ronnement physique (OMM/UNESCO, 1992). Elle onzième session à Abuja, Nigéria, en 2000, la
permet la compréhension des différents états de Commission d’hydrologie a recommandé que la
l’eau lors de sa circulation de l’atmosphère vers la sixième édition du Guide soit publiée comme un
Terre et de son retour vers l’atmosphère. En tant document «vivant», autrement dit évolutif,
que telle, elle constitue la base de l’évaluation et de téléchargeable sur Internet et mis à jour plus
la gestion des ressources en eau et le fondement de fréquemment, si nécessaire.
la résolution des problèmes pratiques d’inondation,
de sécheresse, d’érosion, de transport de sédiments
et de pollution de l’eau. La tension croissante sur les
ressources disponibles dans la quête d’une amélio- 1.2 CHAMP D’APPLICATION
ration du bien-être économique couplée à
l’inquiétude face à la pollution des eaux superfi- Les principes reconnus de gestion intégrée des
cielle et souterraine, ont mis en évidence le rôle ressources en eau exigent que, pour obtenir une
central de l’hydrologie dans toutes les initiatives durabilité environnementale et une productivité
concernant l’eau et l’environnement. économique, les cours d’eau soient gérés à l’échelle
du bassin versant. Maintenant que l’eau est perçue
Afin de fournir des orientations pour la surveillance comme l’affaire de tous, diverses parties prenantes
de cette ressource vitale qui est au coeur du participent à ce processus et y jouent un rôle impor-
développement et du bien-être de l’humanité, la tant au niveau national comme au niveau
Commission d’hydrologie de l’Organisation international. Dans un même pays, de nombreux
météorologique mondiale, lors de sa première organismes et institutions s’occupent de la collecte
session (Washington D.C., 1961) a reconnu des données et de l’information hydrologiques.
l’urgente nécessité d’élaborer un guide des Cette collecte peut être le fait de nombreuses
pratiques opérationnelles appropriées. La première agences utilisant des méthodes de mesure diffé-
édition du Guide des pratiques hydrométéorologiques rentes. Il en résulte un manque d’homogénéité
a ainsi été publiée en 1965. dans les observations qui peut laisser se développer
un manque de confiance. Il est donc impératif que
La deuxième et la troisième édition suivirent respec- tous ces partenaires soient mis au courant de la
tivement en 1970 et 1974. Tenant compte de la manière dont les données hydrologiques sont
portée plus large de son contenu, la troisième recueillies, de leurs limites et de leur fiabilité ainsi
édition a été intitulée Guide des pratiques hydrolo- que de la façon dont elles doivent être gérées par les
giques. Par la suite, en raison des révisions et des organismes responsables du bassin. La transparence
importantes adjonctions approuvées à la cinquième dans la collecte, le stockage et le partage des données
session de la Commission (Ottawa, 1976), la est un élément essentiel de la coopération entre les
quatrième édition a été publiée en deux volumes. différents utilisateurs. Un cadre de référence pour la
Le volume I traite de l’acquisition et du traitement gestion de la qualité concernant l’hydrométrie et
des données et le volume II de l’analyse, de la prévi- l’information hydrologique est fondamental lors de
sion et d’autres applications. Les volumes I et II de l’utilisation de sources de données variées.
la quatrième édition ont été publiés respectivement
en 1981 et 1983. Intégrant l’évolution de la techno- La demande croissante en ressources d’eau douce
logie et des activités concernant l’hydrologie et les attire de plus en plus l’attention des gouvernements
ressources en eau au sein de l’OMM, la cinquième et de la société civile sur l’importance d’une gestion
édition du Guide a été publiée en 1994, en un seul conjointe. Le partage des retombées positives en
volume. Un CD-ROM a été également publié pour, matière de coopération et même de prévention des
I.1-2 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

conflits découle d’une large compréhension des ressources en eau. Cela pour soutenir les Services
principes et des mécanismes au travers desquels ces hydrologiques nationaux et les services poursuivant
résultats peuvent être obtenus. Les cours d’eau trans- une mission similaire.
frontaliers ont le potentiel pour rapprocher
économiquement et politiquement les pays, ou au Le Guide s’inscrit dans le cadre global des pratiques
contraire de créer des tensions économiques et poli- et procédures recommandées par le Règlement
tiques. Le facteur risque dans la prise de décision en technique (OMM-N° 49), Volume III – Hydrologie,
gestion des ressources en eau est fonction de la varia- approuvé par l’OMM. Les Membres sont invités à
bilité hydrologique. Ces risques peuvent être atténués mettre en œuvre ces pratiques et procédures recom-
grâce à une gestion conjointe des fleuves transfron- mandées pour le développement de leurs services et
taliers. La coopération dans ce domaine est fonda- activités hydrologiques.
mentalement une activité politique. L’allocation des
ressources ou la répartition des prestations dépend
essentiellement de la connaissance des disponibilités
en eau, liée à la variabilité hydrologique. Une 1.3 CONTENU DU GUIDE
connaissance partagée et acceptée à la fois des
ressources, des projections relatives à leur disponi- Il est difficile de fixer une frontière distincte entre la
bilité et de la confiance à leur accorder, aide science hydrologique et l’exercice pratique de
grandement à évaluer la faisabilité et l’équité des planification et de gestion des ressources en eau.
scénarios alternatifs de gestion et d’investissement. Cependant, pour des raisons pratiques, il a été
nécessaire de diviser cette édition du guide en deux
Un manque d’homogénéité des données de la phase volumes présentés ci-dessous (figure I.1.1).
continentale du cycle hydrologique limite la capa-
cité scientifique à suivre les changements relatifs au Le volume I, intitulé Hydrologie – De la mesure à l’in-
climat et à déterminer les causes de la variabilité et formation hydrologique, traite des réseaux,
des changements dans le régime hydrologique. Le instruments, méthodes d’observation, premiers
débit des rivières joue un rôle dans le fonctionne- traitements et stockage des données. Il contient dix
ment du système climatique, cette eau douce en chapitres, commençant par une introduction et les
arrivant aux océans peut en effet influencer la circu- grandes lignes dans le chapitre 1.
lation thermohaline. Pour une utilisation facile et
fiable, la qualité de telles données et les procédures Le chapitre 2, intitulé «Méthodes d’observation»,
pour leur acquisition, leur stockage et leur échange traite de la conception et de l’évaluation des réseaux
doivent, en général, respecter des normes et proto- hydrologiques et donne un aperçu des instruments
coles spécifiques. et des méthodes d’observation pour différents
éléments hydrologiques détaillés dans les chapitres
Tous ces facteurs renforcent le besoin de garantir la suivants. Dans le chapitre 3, la mesure des précipita-
qualité des données hydrologiques. Afin de mettre tions est présentée sous tous ses aspects, de la
à disposition une expertise dans le domaine de la localisation des pluviomètres à l’observation par
coopération internationale en météorologie, climat, télédétection. Le chapitre couvre aussi bien les préci-
hydrologie et ressources en eau, l’OMM publie des pitations liquides que solides, ainsi que leur qualité.
documents d’orientation et des normes, dans Le chapitre 4, «Évaporation, évapotranspiration,
l’espoir que ce guide constitue un maillon impor- humidité du sol», aborde à la fois les méthodes
tant dans le cadre de gestion de la qualité des directes et indirectes et passe brièvement en revue les
pratiques hydrologiques. Pour répondre à ces méthodes de réduction de l’évaporation.
exigences, des efforts soutenus ont été déployés
pour élargir et améliorer le Guide des pratiques hydro- Le chapitre 5, «Mesure des eaux de surface et des sédi-
météorologiques qui en est à sa sixième édition. Il ments», est essentiel et traite de la mesure des débits
devrait être utile non seulement aux Services hydro- des rivières et de la capacité des lacs et des réservoirs.
logiques nationaux, mais aussi aux autres parties Il concerne aussi la mesure des débits solides. Ce sujet
prenantes. est discuté de façon plus détaillée dans le Manual on
Stream Gauging (WMO-No. 519) et dans le Manual on
Il aborde toutes les phases du cycle continental de operational methods for the measurement of sediment
l’eau, en particulier ses phases superficielles et transport (WMO-No. 686) auxquels le lecteur est
souterraines. Conjointement avec les manuels invité à se reporter pour plus d’informations.
publiés par l’OMM, il fournit des informations
détaillées dans les domaines relevant des activités Le chapitre 6, intitulé «Eaux souterraines», traite des
de l’Organisation, en matière d’hydrologie et de mesures dans les puits et des propriétés hydrauliques
CHAPITRE 1. INTRODUCTION I.1-3

Conception des Méthodes


Instrumentation
réseaux d’observation

Fonctionnement des réseaux Transmission des données

Données historiques et
Rétroaction

en temps réel Traitement primaire et secondaire


des données. Stockage

Prévision hydrologique Analyse de données

Données historiques et en temps réel


Données historiques Données en temps réel
Utilisateurs

Planification des Définition des données Exploitation du système de


ressources en eau d’aménagement gestion des eaux

Autres utilisations

Production
Navigation Agriculture Industrie Écologie
d’énergie

Figure I.1.1. Le système hydrologique

des aquifères. Il traite aussi en détail de diverses Enfin les chapitres 9 et 10, «Traitement des données
techniques de télédétection pour l’observation des et contrôle de qualité», et «Stockage des données,
eaux souterraines. accès et diffusion», intègrent respectivement la
diffusion des données pour l’usage d’une commu-
Le développement des ressources en eau n’est pas nauté hydrologique plus étendue.
seulement limité par leur disponibilité en quantité
suffisante mais aussi par leur qualité. En consé- Le volume II intitulé Gestion des ressources en eau
quence, le chapitre 7 «Qualité de l’eau et écosystèmes et application des pratiques hydrologiques traite de
aquatiques» aborde des sujets allant des méthodes l’application des informations ci-dessus à la
d’échantillonnage à la télédétection. Le chapitre 8, prévision hydrologique et à la planification et la
«Notions de sécurité en hydrométrie», traite de tous conception de divers projets hydrauliques. Il se
les sujets allant de la sécurité du personnel effec- compose de sept chapitres commençant par une
tuant les mesures, à la sauvegarde des stations introduction et par le tracé des grandes lignes
d’enregistrement et des échantillons prélevés. dans le chapitre 1.
I.1-4 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Le chapitre 2 fournit des conseils pour la gestion internationales relatives aux méthodes de mesure
des services hydrologiques y compris les aspects des débits liquides dans les canaux découverts,
relatifs aux ressources humaines et à la gestion préparées par les membres de l’Organisation inter-
financière et patrimoniale. Le chapitre 3 introduit nationale de normalisation (ISO). Cette organisation
la gestion intégrée des ressources en eau et souligne a développé plus de 50 normes pour différents types
le rôle vital de la qualité des données hydrologiques de méthodes de mesure. On peut également trouver
dans le traitement de questions complexes de des références utiles dans les comptes rendus des
gestion des eaux. Le chapitre 4 montre l’utilisation symposiums, séminaires et ateliers internationaux
de l’information hydrologique dans les applications consacrés à l’hydrométrie et organisés par l’Associa-
de gestion des eaux telles que l’estimation de la tion internationale de sciences hydrologiques
capacité et du rendement des réservoirs, la gestion (AISH), l’OMM et l’Organisation des Nations Unies
des inondations, l’irrigation et le drainage, l’hydro- pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO).
électricité et les projets liés à l’énergie, la navigation
et la correction des cours d’eau, la gestion des eaux La description complète des bases théoriques des
urbaines, le transport solide, la morphologie du pratiques recommandées et la discussion détaillée
cours des rivières et les questions environnemen- de leur mode d’application n’entrent pas dans le
tales. Le chapitre 5 traite de l’analyse des valeurs cadre de ce Guide. Pour plus de détails y afférents,
extrêmes tandis que les chapitres 6 et 7 concernent le lecteur est renvoyé aux manuels spécialisés et
respectivement la modélisation des systèmes hydro- rapports techniques de l’OMM ainsi qu’aux autres
logiques et la prévision hydrologique, deux des manuels, guides et notes techniques des agences
fonctions clés des services hydrologiques en matière nationales. En particulier, des orientations plus
de gestion des eaux. détaillées sur les instruments et les méthodes figu-
rent dans le Guide des instruments et des méthodes
Alors que la normalisation est à la fois souhaitable d’observation météorologiques (OMM-N° 8) et dans le
et réalisable en ce qui concerne les instruments, les Guide des pratiques climatologiques (OMM-N° 100).
méthodes d’observation et les pratiques de publica-
tion, cela est rarement le cas pour l’analyse Les références figurent à la fin de chaque chapitre.
hydrologique et les applications. Par conséquent
l’accent est mis, dans le volume II, sur la présenta-
tion, pour résoudre une sélection de problèmes,
d’approches alternatives ayant démontré, par l’ex- 1.4 LE SYSTÈME HYDROLOGIQUE
périence, leur praticabilité et leur efficacité. Plutôt OPÉRATIONNEL À FINS MULTIPLES
que de recommander une approche ou une tech-
nique de préférence à une autre, l’attention est Durant les dernières décennies, la science et la tech-
portée sur les principales caractéristiques et avan- nologie hydrologiques ont effectué des progrès
tages de chaque approche. Le choix final dépendra notables et des contributions significatives ont été
d’une multitude de facteurs parmi lesquels les apportées, par les hydrologues de terrain, au déve-
régimes hydrologiques et climatiques concernés, les loppement et à la gestion des ressources en eau. Afin
données et informations disponibles et les finalités de faciliter les échanges concernant les pratiques
attendues. Cette décision ne peut être prise qu’à la hydrologiques entre les services hydrologiques
lumière d’une compréhension totale de la situation nationaux, un système de transfert de technologie
particulière. Au cours des quelques dernières intitulé Système hydrologique opérationnel à fins
années, l’accroissement de la disponibilité des multiples (SHOFM) développé par l’OMM est opéra-
micro-ordinateurs a permis l’introduction de tionnel depuis 1981. Il offre un moyen simple mais
méthodes et de techniques d’analyse plus sophisti- efficace de diffusion d’un vaste champ de techniques
quées. Certaines d’entre elles ont maintenant été éprouvées à l’usage des hydrologues. Le SHOFM
largement adoptées dans la pratique et ont donc été effectue un transfert de technologies hydrologiques
introduites dans le Guide. sous forme de composantes séparées. Ces compo-
santes peuvent prendre plusieurs formes, par
L’espace limité de ce Guide restreint la quantité de exemple des séries de plans pour la construction
matériels que l’on peut y présenter. Pour une infor- d’équipements hydrologiques, des rapports décri-
mation plus détaillée sur les sujets traités, le lecteur vant une large variété de procédures hydrologiques
peut consulter les publications suivantes: pour la et des programmes informatiques couvrant le traite-
mesure des débits, le Manual on Stream Gauging ment et l’archivage des données hydrologiques, aussi
(WMO-No. 519, volumes I et II) et pour l’échan- bien que la modélisation et l’analyse des données
tillonnage le Guide pratique GEMS/Eau (PNUE, traitées. À ce jour, plus de 180 composantes sont
2005). Le lecteur est également renvoyé aux normes disponibles et utilisées de façon opérationnelle par
CHAPITRE 1. INTRODUCTION I.1-5

leurs émetteurs, assurant ainsi que chacune d’entre —, 1994: Guide des pratiques hydrologiques. Cinquième
elles soit utile et fonctionne réellement. La descrip- édition, OMM-N° 168, Genève.
tion de ces composantes apparaît dans le Manuel de —, 2000: Manuel de référence du Système hydrologique
référence du SHOFM qui est disponible en ligne à opérationnel à fins multiples (SHOFM). Deuxième
l’adresse http://www.wmo.int/pages/prog/hwrp/ édition, Genève.
homs/homs_fr.html en anglais, espagnol, français —, 2006: Règlement technique. Volume III – Hydrologie,
et russe. Le présent Guide est enrichi, au début OMM-N° 49, Genève.
des sections pertinentes, par des renvois aux —, 2008: Guide des instruments et des méthodes
composantes correspondantes du SHOFM. d’observation météorologiques. Septième édition,
OMM-N° 8, Genève.
Organisation météorologique mondiale et
Bibliographie et lectures complémentaires Organisation des Nations Unies pour l’éducation,
la science et la culture (UNESCO), 1992:
Organisation météorologique mondiale, 1980: Manual Glossaire international d’hydrologie. OMM-N° 385,
on Stream Gauging. Volumes I et II, Rapport Genève.
d’hydrologie opérationnelle N° 13, WMO-No. 519. Programme des Nations Unies pour l’environnement
—, 1983: Guide des pratiques climatologiques. Deuxième (PNUE), Programme de l’eau du système de
édition, OMM-N° 100, Genève. surveillance mondiale de l’environnement
—, 1989: Manual on operational methods for the measure- (GEMS), 2005: Guide pratique GEMS/Eau.
ment of sediment transport. Rapport d’hydrologie Quatrième édition, Inland Waters Directorale,
opérationnelle N° 29, WMO-No. 686, Genève. Burlington, Ontario.
CHAPITRE 2

MÉTHODES D’OBSERVATION

2.1 INTRODUCTION – LE CYCLE Du fait que l’homme passe la majeure partie de son
HYDROLOGIQUE, OBJET temps sur les terres émergées et que l’eau lui est à la
D’OBSERVATION fois une matière vitale et un danger potentiel, la
connaissance hydrologique est précieuse pour notre
L’eau est présente sur la Terre en quantités impor- survie et notre bien-être. De manière traditionnelle,
tantes sous ses trois phases physiques: liquide, l’acquisition de cette connaissance passe par des
solide et gazeuse. On la trouve, en outre, dans les mesures ponctuelles des stocks et des flux d’eau en
trois principaux espaces environnementaux facile- différents points dans l’espace et dans le temps.
ment accessibles à l’homme: l’atmosphère, les mers L’analyse et la synthèse de ces mesures, ou données,
et océans et les continents. Du fait que l’eau passe est la source des connaissances et de l’information
aisément d’un espace à l’autre et d’une phase à hydrologiques. Le volume II de ce guide traite de
l’autre en fonction de son environnement, elle l’analyse hydrologique.
constitue un milieu dynamique aux caractéristiques
variables dans l’espace et dans le temps. Le système Deux des équations de base décrivant la physique
terrestre de multiples réservoirs disponibles pour le du cycle hydrologique sont également pertinentes
stockage de l’eau et la multitude des flux entre ces pour décrire les systèmes utilisés pour effectuer la
derniers a été conceptualisé sous forme de cycle mesure de ses propriétés transitoires: a) l’équation
hydrologique, représenté dans la figure I.2.1. de conservation de la masse et b) l’équation de
Traditionnellement, la science hydrologique n’en- continuité de l’énergie. Par exemple, une forme de
globe pas la totalité du cycle de l’eau, mais se limite l’équation de conservation de la masse:
à sa partie continentale et à ses interactions avec les
océans et l’atmosphère. Q = AV (2.1)

Eau atmosphérique
Domaine continental Domaine océanique
Stockage
cryosphérique Précipitations Précipitations
continentales océaniques

Transpiration

Écoulement de
fonte vers les Évaporation
rivières
Ruissellement
Surface Surface
continentale océanique
Écoulement des
cours d’eau
Infiltration Sources
Éc
ou Stockage
lem d’eau douce
en
ts Eaux océaniques
ou Pertes
te
rra
in
Département de l'intérieur des
États-Unis d'Amérique
Stockage souterrain U.S. Geological Survey

Figure I.2.1. Le cycle hydrologique


I.2-2 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

sert souvent pour la détermination du débit dans avec le développement durable. Certains de ces
un ruisseau ou un canal. Dans cette équation, Q est sujets sont discutés ci-après plus en détail dans ce
le flux par unité de temps à travers une section volume. Quand c’est le cas, des renvois aux sections
transversale du chenal, de surface A et de vitesse correspondantes sont fournis.
moyenne V. Habituellement, le flux par unité de
temps ou débit ne peut pas être mesuré directement
pour les cours d’eau, même de taille modeste. Une
section transversale, en revanche, peut être mesurée 2.2 SYSTÈMES D’INFORMATION POUR
à partir de son profil, et les vitesses au moyen de LES RESSOURCES EN EAU
courantomètres. Ainsi l’utilisation de cette équa-
tion, décrite en détail au chapitre 5, a permis la
2.2.1 Besoins en données et informations
mesure des débits même des plus grands fleuves du
monde. Le Rapport de la Conférence internationale sur
l’eau et l’environnement tenue à Dublin, en janvier
Un autre exemple du rôle de l’équation de conser- 1992 (Nations Unies, 1992a), fournit une estima-
vation de la masse concerne l’évaporation de l’eau tion pouvant faire référence quant à l’importance
d’un lac. Dans ce cas, l’équation prend la forme: des ressources en eau pour l’environnement et
l’économie de la planète. Ses conclusions spéci-
P + I – O – E = ∆S (2.2) fiques sur les politiques publiques mettent en relief
le rôle qu’ont à jouer les services hydrologiques vis-
à-vis d’objectifs liés au développement durable. La
où, durant la période d’observation considérée, P conférence a traité les sujets suivants:
est la quantité d’eau précipitée sur la surface du lac, a) Développement et gestion intégrés des
I et O les entrées et les sorties des eaux respective- ressources en eau;
ment superficielles et souterraines, E la quantité b) Estimation des ressources en eau et impacts du
d’eau évaporée par la surface du lac, et ∆S la varia- changement climatique sur ces ressources;
tion de volume de l’eau du lac. c) Protection des ressources en eau, de la qualité
de l’eau, et des écosystèmes aquatiques;
Les précipitations peuvent être mesurées selon les d) L’eau et le développement urbain durable,
techniques décrites au chapitre 3; les entrées et alimentation en eau potable et assainissement
sorties d’eau peuvent être mesurées en utilisant les dans un contexte urbain;
techniques des chapitres 4, 5 et 6; la variation du e) L’eau pour une production alimentaire et un
volume d’eau du lac peut être déterminée en développement rural durables et alimenta-
mettant en rapport la différence de niveau de la tion en eau potable et assainissement dans un
surface entre le début et la fin de la période d’obser- contexte rural;
vation avec son volume à ces dates. La mesure du f) Procédures d’action et de coordination aux
niveau fait l’objet du chapitre 5. Quatre des cinq niveaux global, national, régional et local.
termes de l’équation 2.2, étant soit mesurés, soit
observés, on peut calculer algébriquement le Le chapitre 3 du volume II examine l’évolution de
cinquième, l’évaporation. la gestion intégrée des ressources en eau et fournit
des exemples des meilleures pratiques. La nature
Des observations hydrologiques systématiques sont des informations qui seront nécessaires pour
au cœur même du développement de bases de répondre aux besoins d’une gestion intégrée des
données d’informations et de connaissances, néces- ressources en eau est difficile à prévoir. Les meilleures
saires à une gestion efficace des ressources en eau. idées viendront, peut-être, de l’examen des ten-
Ce chapitre aborde un certain nombre de sujets qui dances récentes en matière de gestion de l’eau
sont fondamentaux pour le fonctionnement des (section 2.2.4). Comme les données sont recueillies
réseaux d’observations hydrologiques et météorolo- pour l’usage des gestionnaires de l’eau, que ce soit
giques et pour la production de l’information dans des organismes gouvernementaux ou privés,
hydrologique. l’évolution la façon dont l’eau est gérée influencera
les demandes de données et d’information.
Le chapitre donne un aperçu des normes et codes
hydrologiques, de la précision des mesures, des Les impacts de ces changements peuvent inclure:
concepts de planification des réseaux, des méthodes a) Une compétition croissante pour l’eau abou-
d’observation, des mesures de caractéristiques tissant à une augmentation de la valeur des
physiographiques, du rôle des données hydrolo- réserves disponibles, et en définitive à la redéfi-
giques dans les systèmes d’information et des liens nition des biens et services en fonction de leur
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-3

contenu en eau; ce qui peut être exacerbé par cartographie des eaux superficielles et des précipita-
la baisse à la fois des disponibilités en eau et de tions, estimations hydrologiques par bassin et
sa qualité dans de nombreuses zones; région et informations relatives à l’estimation de la
b) Des pressions économiques aboutissant à qualité de l’eau et aux problèmes des eaux souter-
plus de frais pour l’utilisateur, de partage des raines doivent être disponibles. L’utilisation, en
coûts et de financement local des programmes; temps réel, des données sur l’eau continuera à
avec un glissement simultané de l’accent mis croître pour répondre à de nombreux besoins.
sur les activités liées au développement de la
ressource vers les programmes environnemen- 2.2.2 Systèmes d’information
taux et la gestion de la demande; hydrologiques
c) Un intérêt croissant pour la conservation et
la réutilisation de l’eau dans toutes les phases Le présent volume du guide traite des activités de
du développement du projet; dans certaines terrain de l’hydrologie opérationnelle. Cependant
régions, recycler les eaux coûte désormais les données produites par des activités de terrain
moins cher que fournir de l’eau douce; ont peu ou pas de valeur si elles ne sont pas fiables
d) Une législation environnementale conçue pour et facilement accessibles aux utilisateurs poten-
rendre les pollueurs et les usagers redevables de tiels. Dans un service hydrologique donné,
leurs impacts sur les ressources disponibles; l’hydrologie opérationnelle peut être considérée
e) Des mesures juridiques pour s’assurer que les comme un système d’information fournissant une
usagers et les gestionnaires de l’eau justifient base conceptuelle pour le développement d’ap-
leurs besoins, usages et pratiques de gestion; proches adaptées et garantissant que les bonnes
une priorité croissante devant être accordée données sont disponibles dans la bonne forme, au
aux usages environnementaux de l’eau (par bon endroit et au bon moment. La figure I.2.2
exemple poissons et habitats de la faune) par présente les composantes d’un système d’informa-
opposition aux usages économiques tradition- tion hydrologique. Idéalement, un système
nels (par exemple agriculture et industrie); d’information fait partie d’une séquence naturelle
f) La promotion de la gestion de l’eau à l’échelle d’actions et décisions commençant par la percep-
régionale ou à celle du bassin versant comme tion d’une opportunité et culminant dans la mise
moyen pour résoudre les problèmes et conflits en œuvre des décisions qui en maximisent les
transfrontaliers. impacts positifs.

Ces tendances montrent que des efforts pour une Un système d’information hydrologique combiné
plus grande coordination dans la collecte des avec une série de modèles – physiques, statistiques
données seront nécessaires pour répondre aux ou socioéconomique – constitue un système d’aide
besoins futurs des gestionnaires de l’eau. La gestion à la décision. En ayant fortement à l’esprit les
des eaux est de plus en plus intégrée dans les disci- exigences de l’aide à la décision, le concepteur du
plines et spécialités; il s’ensuit que des données système d’information peut spécifier les procé-
compatibles, quantitatives et qualitatives, sur les dures à mettre en œuvre pour analyser les données
eaux de surface et souterraines, ainsi que pour des hydrologiques. Ces techniques d’analyse des
régions et des bassins particuliers seront néces- données peuvent utiliser un seul modèle ou une
saires. Les problèmes actuels d’accessibilité, de combinaison de modèles prenant en compte la
compatibilité et de fiabilité des données devront nature probabiliste, stochastique ou déterministe
être résolus pour répondre à ces besoins. En outre, des phénomènes hydrologiques étudiés. Le
les défis de la gestion de l’eau sont étroitement liés volume II de ce Guide (en particulier les cha-
avec ceux de la gestion de l’environnement ou de pitres 5 à 7), traite de plusieurs de ces techniques
celle des écosystèmes. Par conséquent, une d’analyse des données.
approche de plus en plus holistique de la gestion
est nécessaire. La collecte proprement dite des données peut
commencer à ce point de la séquence, et c’est aussi
Même si de nombreux utilisateurs continueront en ce point que le feedback, représenté par une
encore à avoir besoin de données à des fins de flèche en tireté dans la figure I.2.2, commence à
conception ou d’analyse, une attention croissante prendre place. Les étapes précédentes ayant été
doit être portée au besoin d’une information régio- fondées sur un certain niveau de connaissance des
nale exhaustive sur les eaux superficielles, capable conditions hydrologiques, lorsque les données sont
de répondre à différents types de questions et de collectées ce niveau augmente et de nouvelles tech-
problèmes. Ce qui signifie que l’ensemble des infor- niques d’analyse des données et une nouvelle
mations, fiches de renseignements et résumés, conception du réseau peuvent devenir appropriées.
I.2-4 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Objectif(s)

Technologie de
décision

Technologie Conception de Procédures


d’analyse de réseaux de d’assurance de
données données qualité

Collecte des
données

Système de
gestion des
données

Information

Système d’information

Impact

Figure I.2.2. Composantes d’un système d’information hydrologique

Les recommandations pour la collecte des données données est accessible non seulement pour les usages
sont données dans la section 2.5. pour lesquels les données ont été collectées, mais
aussi pour une multitude d’autres usages qui peuvent
Sur la figure I.2.2, il est possible de voir que l’assu- ne jamais avoir été anticipés. Cependant cette soli-
rance qualité est une partie intégrante du système dité a un prix. Les options inhérentes aux systèmes
d’information et intervient dans toute la séquence, robustes tendent à rendre leur utilisation difficile,
des activités de terrain à la diffusion des données requérant des formations plus approfondies. Ce qui
et des informations. En raison de son omnipré- représente la première part du prix, part qui peut être
sence, on trouvera des recommandations pour minimisée par la conception de systèmes convi-
l’assurance qualité tout au long de ce volume. viaux. Le deuxième facteur du prix est la perte
potentielle d’informations que la solidité du système
Aucune discussion autour des systèmes d’informa- implique. En effet, un système de gestion de données
tion ne peut être complète sans mentionner les ne pouvant tout faire et satisfaire tout le monde, des
systèmes de gestion des données. L’information compromis doivent être faits qui se traduisent
contenue dans un solide système de gestion des d’habitude par une compression et la perte de
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-5

données et de leurs attributs. Pour limiter cette perte, lié à l’eau et de la capacité des approvisionne-
des sous-systèmes retenant davantage de données ments à faire face aux demandes actuelles et
objectives et spécifiques peuvent être ajoutés au prévisibles;
système central solide. Ces systèmes sont débattus au b) Planification, conception et réalisation de
chapitre 10. La technique actuelle permet le dévelop- projets d’aménagement liés à l’eau;
pement de systèmes d’informations hydrologiques c) Évaluation des impacts sur l’environnement,
distribuées incluant des métadonnées consultables. l’économie et la société des pratiques, exis-
À condition que les questions de sécurité informa- tantes et projetées, de gestion de la ressource
tique soient pleinement prises en compte, les en eau et planification de saines stratégies de
systèmes virtuels de données fournissent un moyen gestion;
efficace et solide d’accès aux données et informa- d) Renforcement des mesures de sécurité pour
tions nécessaires à la prise de décision. les personnes et les biens en prévision d’aléas
hydrologiques, en particulier inondations et
Le produit ultime du système d’information est sécheresses;
obtenu par traitement des données selon la même e) Répartition de l’eau entre des usages concur-
technique d’analyse que celle qui a, initialement, rents, tant à l’intérieur du pays qu’au-delà de
déterminé la conception du réseau de mesure. Cette ses frontières;
phase aboutit à l’intégration de l’information f) Respect des exigences réglementaires.
hydrologique dans un processus de décision conçu
de façon à avoir un impact optimal. Le moyen Le plus souvent, l’information concernant la
d’obtenir cette optimisation tient en la compatibi- ressource en eau est collectée pour des besoins parti-
lité entre la technique décisionnelle, la technique culiers comme, par exemple, pour un projet d’usine
d’analyse des données et le réseau de mesure. hydroélectrique. Cependant, de plus en plus, la
concurrence qui existe entre les différentes utilisa-
Un réseau d’information bien conçu repose sur tions d’une eau rare, exige une gestion intégrée de
une synergie obtenue de trois façons. Premièrement, la ressource, de façon que les interactions entre les
l’information est un produit qui n’est pas détruit divers projets soient prises en compte. Cela
par son utilisation. Ainsi, si l’information est augmente la charge de travail des organismes
correctement stockée, elle reste disponible à gestionnaires de l’information sur la ressource en
moindre coût pour différents usages non prévus eau, parce que plusieurs types d’informations sont
lors de sa collecte. Deuxièmement, l’information nécessaires simultanément, et doivent être présen-
peut être utilisée pour améliorer la compréhension tés sous une forme différente pour chaque
des processus hydrologiques. Cette compréhen- utilisateur. Il est donc essentiel que les agences
sion améliorée accroît la quantité d’information d’évaluation comprennent les besoins de tous leurs
contenue dans les données déjà acquises ou qui utilisateurs, et non plus seulement les besoins de
seront acquises dans le futur. Troisièmement, la ceux avec qui elles ont l’habitude de travailler.
synergie évolue en s’appuyant sur la réalisation Encore plus exigeante est la nécessité de projeter les
des autres synergies. De nouvelles approches et futurs besoins des utilisateurs de données et de
techniques de conception de systèmes d’informa- commencer à collecter l’information avant qu’une
tion, tout comme les données qu’ils contiennent demande ne soit clairement exprimée. Il est donc
sont des ressources réutilisables. nécessaire que la conception et la mise à jour des
réseaux de données, et spécialement des stations
principales, soient coordonnées pour garantir que
2.2.3 Utilisation des informations sur
les stations de contrôle des différents éléments du
les ressources en eau
cycle de l’eau soient suffisamment nombreuses et
Les Services hydrologiques ou hydrométéorolo- bien réparties géographiquement pour former un
giques ou les agences associées ont été créés dans les réseau intégré (2.4). Une telle approche devrait
pays pour la collecte systématique des données sur mettre en valeur les informations contenues dans
la ressource en eau, leur archivage et leur diffusion les séries de données pour répondre autant aux
tels que décrit ailleurs dans ce volume. Leur rôle besoins connus qu’à ceux futurs non encore prévus.
principal est de fournir aux décideurs une informa-
tion sur l’état et l’évolution des ressources en eau. Avec la reconnaissance croissante de certains sujets,
Une telle information peut être demandée dans comme la possibilité d’un changement climatique
plusieurs buts (OMM/UNESCO, 1991): et l’impact des activités humaines (comme l’urbani-
a) Évaluation de la ressource en eau d’un pays sation) sur l’environnement, l’information requise
(quantité, qualité, distribution temporelle et est de plus en plus importante en tant que fonde-
spatiale), du potentiel pour un développement ment à l’aménagement et le développement durable
I.2-6 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

de la ressource en eau. Le volume II, chapitre 3, niveau de développement économique et social, la


présente les arguments pour cette gestion intégrée sensibilité de leur environnement à l’influence de
des ressources en eau et des éléments des meilleures l’activité humaine, et la nature de l’environne-
pratiques dans ce domaine. ment physique en lui-même, comme le climat, la
topographie, et l’abondance ou non de l’eau.
2.2.4 Types d’informations concernant la
Un programme efficace d’évaluation des ressources
ressource en eau
en eau a des exigences essentielles:
La diversité des usages possibles de l’information a) Données de bonne qualité devant permettre
sur la ressource en eau implique qu’il y ait un des analyses statistiques fiables;
éventail considérable de types de données. b) Les données et les informations fournies
L’information conventionnelle sur la ressource en doivent correspondre aux demandes des
eau est composée en particulier des statistiques utilisateurs;
d’un certain nombre d’éléments hydrologiques et c) Le programme d’observation intégrée, dans
météorologiques incluant ce qui suit (OMM/ lequel les mesures de plusieurs variables sont
UNESCO, 1991): faites simultanément, doit être structuré pour
a) Précipitations, par exemple pluie, neige et fournir le plus grand nombre de valeurs;
ruissellement du brouillard; d) D’autres types d’informations, compatibles
b) Hauteurs d’eau et débits des cours d’eau, et pouvant être analysées avec les informa-
niveaux des lacs et des réservoirs; tions sur la ressource en eau, devraient être
c) Niveaux des nappes d’eau souterraine; disponibles;
d) Évapotranspiration; e) Un système efficace d’archivage et de diffusion
e) Concentration des matières en suspension et des données, garantissant qu’elles ne soient
charge solide des rivières; ni perdues ni altérées, et les mettant à dispo-
f) Qualité (bactériologique, chimique et physique) sition sous une forme qui permette l’analyse
des eaux de surface et souterraines. (chapitre 10).

Les statistiques comprennent: Les exigences ci-dessus peuvent être satisfaites par
a) Débit moyen annuel, mensuel ou valeurs l’utilisation des technologies contemporaines (par
moyennes saisonnières; exemple la télémétrie pour des données en temps
b) Maxima, minima et quantiles sélectionnés; quasi réel) par la mise en œuvre de bases de
c) Mesures de la variabilité, comme l’écart type; données informatisées et consultables, par l’utili-
d) Enregistrements continus sous la forme, par sation de la télédétection pour recueillir plus
exemple, de l’hydrogramme d’un cours d’eau. efficacement les informations géographiques et
par les Systèmes d’information géographiques
On demande à la fois des données historiques et (SIG) (section 2.6.7) pour analyser les données
des données en temps réel afin de pourvoir à tout spatialisées. Dans le même temps de nouveaux
l’éventail des besoins qui vont de la gestion de la dispositifs informatiques d’archivage et l’utilisa-
ressource en eau à la conception de projets et à la tion de l’Internet rendent les données plus
prévention des crues. La prévision des crues et des accessibles. Néanmoins, la technologie n’est pas la
étiages (volume II, chapitre 7) peut nécessiter des seule exigence et un personnel qualifié et bien géré
données synthétiques pour le futur simulées par est même souvent d’une importance plus fonda-
des modèles numériques de débits (volume II, mentale. Comme les ressources financières sont de
section 6.3.4). plus en plus limitées dans beaucoup de pays, il
devient de plus en plus vital que des structures
La publication Évaluation des ressources en eau — organisationnelles efficaces soient mises en place
Manuel pour une étude d’appréciation des activités pour garantir que ces ressources sont utilisées avec
nationales (UNESCO/OMM, 1988) recense un le meilleur rendement possible.
certain nombre de programmes sur la ressource en
eau pour lesquels une information hydrologique En plus des mesures les plus classiques, il est de
est demandée (tableau I.2.1). plus en plus admis qu’il est nécessaire de mesurer
d’autres aspects des milieux d’eau douce et de l’en-
Ces derniers rassemblent une quantité importante vironnement au sens large dont l’eau douce n’est
de données et d’informations liées à l’eau que les qu’un élément parmi d’autres. Ceci inclut entre
Services hydrologiques et les autres agences autres:
peuvent être amenées à collecter et archiver. Les a) Les volumes d’eau prélevés pour l’industrie,
priorités sont différentes suivant les pays et leur l’alimentation en eau potable, l’agriculture et
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-7

Tableau I.2.1. Information hydrologique requise pour les projets de ressources en eau

Niveaux d’eau Débit des rivières Sédiments Qualité de l’eaua

Type de projet Séries max min Séries max min Séries max min Séries max min
chrono- chrono- chrono- chrono-
logiques logiques logiques logiques

Redistribution de M M M H H H H M M H M M
l’eau dans l’espace
(dérivations, prises
d’eau, canaux)
Redistribution de M M M H H H H M M H M M
l’eau dans le temps
(réservoirs)
Production d’énergie H M M H M H H M M M M M
(hydroélectricité, rejets
thermiques)
Ouvrages de retenue H H M M H M M M M M M M
(barrages, digues)
Ouvrages d’évacuation M H M H H M M
(évacuateur de crue)
Amélioration de la H M H M M M H H H
qualité (traitement des
eaux et des eaux usées)
Zonage (champ H H M M H M M
d’inondation, rivières
touristiques)
Assurance (dommages H H H H H H
des crues, dommages
de la pollution)
Prévision des débits et H H H H H H
des niveaux (maîtrise
des crues, gestion des
réservoirs)
Normes et législation M H H M H H H H H
(qualité de l’eau)
a Les variables de qualité de l’eau dépendent du type de projet.
H = Haut niveau de priorité   M = Niveau de priorité moyen

la navigation qui modifient désormais de façon 2.3 SYMBOLES HYDROLOGIQUES, CODES


significative le cycle hydrologique dans de ET PRÉCISION DES MESURES
nombreux bassins versants;
2.3.1 Unités et symboles
b) Les caractéristiques des rivières et les volumes
nécessaires pour les usages internes au cours Il est souhaitable de normaliser les unités et les
d’eau, par exemple, les habitats d’eau douce symboles et cela peut être fait à l’aide des recom-
pour les poissons et les activités aquatiques mandations figurant dans les tableaux I.2.2 à I.2.4
récréatives; (ISO, 1993). Les unités usuelles et les facteurs de
c) Les caractéristiques des bassins versants qui conversion correspondants sont également donnés.
peuvent être liées à l’hydrologie, par exemple, Tous les symboles et unités utilisés dans le Guide
les types de végétation, l’humidité du sol, sont conformes à ceux donnés dans ces tableaux.
la topographie et les caractéristiques des
aquifères; 2.3.2 Codes hydrologiques
d) Les préoccupations environnementales,
2.3.2.1 Généralités
par exemple, l’eutrophisation des lacs et les
dommages causés aux eaux douces naturelles Tous les systèmes de transmission de données utilisent
et aux écosystèmes des estuaires. des méthodes de codage pour garantir une
I.2-8 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.2.2. Symboles recommandés, unités et facteurs de conversion

I II III IV V VI VII
Unité
Facteur de
Article Grandeur Symbole Remarques
conversion*
Recommandée Également utilisée

1 Accélération due à la g m s–2 ft s–2 0,305 ISO


pesanteur
2 Albédo r Fraction décimale
3 Aire (section A m2 ft2 0,0929 ISO
transversale) (bassin
de drainage) km2 acre 0,00405 ISO
ha 0,01
mile2 2,59
4 Qualité chimique mg l–1 ppm ~1 pour les solutions
diluées

5 Coefficient de Chézy C m1/2 s–1 ft1/2 s–1 0,552 ISO


[v (RhS)–1/2]
6 Débitance K m3 s–1 ft3 s–1 0,0283 ISO
7 Degré-jour D Degré-jour Degré-jour Formule de La colonne IV
conversion utilise des °C
°C = 5/9 et la colonne V
(°F–32) des °F
8 Masse volumique p kg m–3 lb ft–3 16,0185 ISO
9 Profondeur, d m ft 0,305 ISO
diamètre, épaisseur cm in 2,54
10 Débit (rivière) (puits) Q m3 s–1 ft3 s–1 0,0283 ISO
Qwe l s–1 gal (US) min–1 0,063

Débit spécifique – q m3 s–1 km–2 ft3 s–1 mile–2 0,0109 ISO


Q A–1 l s–1 km-2 10,9
11 Rabattement s m ft 0,305
cm 30,5
12 Viscosité dynamique η N s m–2 ISO
(absolue) Pa, s, kg m–1 s–1
est également
utilisé
13 Évaporation E mm in 25,4
14 Évapotranspiration ET mm in 25,4
15 Nombre de Froude Fr Nombre sans dimension ISO
16 Charge (altitude) z m ft 0,305 ISO
17 Charge (pression) hp m kg (force) cm–2 10,00
lb (force) in–2 0,705
18 Charge statique h cm ft 30,05 ISO
(niveau d’eau) =
z + hp h m 0,305
19 Charge totale = H m ft 0,305 ISO
z + hp + hv
20 Charge dynamique = hv cm ft 30,05
v2 (2g)–I m 0,305
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-9

(suite)

I II III IV V VI VII
Unité
Facteur de
Article Grandeur Symbole Remarques
conversion*
Recommandée Également utilisée

21 Coefficient de K cm s–1 m d–1 0,00116


perméabilité (de
Darcy) ft min–1 0,508
22 Diffusivité D cm2 s–1
hydraulique =
TC –1
s

23 Rayon hydraulique Rh m ft 0,305 ISO


= A P w–1
24 Épaisseur de glace dg cm in 2,54
25 Infiltration ƒ mm in 25,4
26 Taux d’infiltration Iƒ mm h–1 in h–1 25,4
27 Perméabilité k 10–8 cm2 Darcy 0,987
intrinsèque
28 Viscosité v m2 s–1 ft2 s–1 0,0929 ISO
cinématique
29 Longueur l cm in 2,54 ISO

m ft 0,305

km mile 1,609
30 Coefficient de n s m–1/3 s ft–1/3 1,486 ISO l/n = k on peut
Manning = aussi utiliser le coef-
Rh2/3S1/2 v–1 ficient de rugosité
31 Masse m kg lb 0,454 ISO

g oz 28,35

32 Porosité n % α peut également


être utilisé si
nécessaire
33 Précipitation P mm in 25,4
34 Intensité des Ip mm h–1 in h-1 25,4
précipitations
35 Pression p Pa hPa 100,0 Voir article 17

mm Hg 133,3

in Hg 3386,0
36 Rayonnement ** R J m–2 ly 4,187 x 104
(quantité d’énergie
rayonnée par unité
de surface)
37 Intensité radiative ** lR J m–2 s–1 ly min–1 697,6
(flux par unité de
surface)
38 Rayon d’influence r2 m ft 0,305
39 Coefficient de Cr exprimé en fraction décimale
tarissement
I.2-10 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

(suite)

I II III IV V VI VII
Unité
Facteur de
Article Grandeur Symbole Remarques
conversion*
Recommandée Également utilisée

40 Humidité relative U %
41 Nombre de Re Nombre sans dimension ISO
Reynolds
42 Ruissellement R mm in 25,4
43 Concentration des cs kg m–3 ppm dépend de
matières en la masse
suspension volumique
44 Débit solide Qs t d–1 ton (US) d–1 0,907
45 Contrainte de τ Pa ISO
cisaillement
46 Pente (hydraulique, S Nombre sans dimension ISO
bassin)
47 Couverture An %
neigeuse
48 Épaisseur de neige dn cm in 2,54
49 Fonte de neige M mm in 25,4 habituellement
exprimée à l’échelle
journalière
50 Humidité du sol Us % volume % masse dépend de la
masse
volumique
51 Déficit en eau du U’s mm in 25,4
sol
52 Débit spécifique = Cs m2 s–1 ft2 s–1 0,0929
Qwe s–1
53 Conductivité K μS cm-1 à θ = 25 °C
54 Porosité efficace Ys exprimé en fraction décimale
55 Stockage S m3 ft3 0,0283

56 Coefficient CS exprimé en fraction décimale


d’emmagasinement
(eaux souterraines)
57 Ensoleillement n/N exprimé en fraction décimale réel (n) / possible
(N) heures
58 Tension superficielle σ N m–1 ISO
59 Température θ °C °F Formule de t également utilisé
conversion °C par ISO
= 5/9 (°F–32)
60 Teneur totale en md mg l–1 ppm ~1 pour les solutions
matières dissoutes diluées
61 Transmissivité T m2 d–1 ft2 d–1 0,0929
62 Pression de vapeur e Pa hPa 100,0
mm Hg 133,3
3386,0
63 Vitesse (Eau) v m s–1 ft s–1 0,305 ISO
64 Volume V m3 ft3 0,0283 ISO
acre ft 1230,0
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-11

(suite)

I II III IV V VI VII
Unité
Facteur de
Article Grandeur Symbole Remarques
conversion*
Recommandée Également utilisée

65 Équivalent en eau wn mm in 25,4


de la neige
66 Nombre de Weber We Nombre sans dimension
67 Périmètre mouillé Pw m ft 0,305
68 Largeur (section b m ft 0,305 ISO
transversale, bassin) km mile 1,609
69 Vitesse du vent u m s–1 km h–1 0,278
mile h–1 0,447
kn (ou kt) 0,514
70 Activité (quantité A Bq (Becquerel) Ci (Curie) 3,7 x 1010 AIEA
de radioactivité)
71 Fluence radiative (ou F J m–2 erg cm–2 103 AIEA
fluence énergétique)
72 Intensité de flux l J m–2 s–1 erg cm–2 s–1 103 AIEA
radiatif (ou intensité
de flux énergétique)

Note: Lorsqu’il existe des symboles internationaux, ils ont été utilisés et fléchés ISO dans la dernière colonne.
* Colonne IV = Facteur de conversion (Colonne VI) x Colonne V.
** Termes généraux. Pour une terminologie et des symboles détaillés, voir le Guide des instruments et des méthodes d’observation météorologiques
(OMM-N° 8).

Tableau I.2.3. Symboles divers

Article Unité Symbole Remarques

1 Concentration c ISO
2 Coefficient (en général) C ISO
3 Différence Δ ISO, valeurs exprimées dans les mêmes unités
4 Flux entrant I
5 Décalage temporel Δt diverses unités
6 Charge L
7 Nombre (ou rang) m ISO
8 Flux de sortie O
9 Recharge ƒ (voir l’article 25 du tableau I.2.2)
10 Nombre total N
I.2-12 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.2.4. Unités recommandées apparaissant dans le tableau I.2.2

Article Unité Symbole Remarques

1 Centimètre cm ISO
2 Jour d ISO
3 Degré Celsius ˚C ISO
4 Gramme g ISO
5 Hectare ha
6 Hectopascal hPa ISO
7 Heure h ISO
8 Joule J ISO
9 Kilogramme kg ISO
10 Kilomètre km ISO
11 Noeud kn, kt
12 Litre l ISO
13 Mètre m ISO
14 Microsiemens μS

15 Milligramme mg ISO
16 Millimètre mm ISO
17 Minute min ISO
18 Newton N ISO
19 Parties par million ppm
20 Pascal Pa ISO
21 Pourcentage %
22 Seconde s ISO
23 Tonne (métrique) t ISO
24 Année a ISO
25 Bequerel Bq AIEA

transmission rapide et fiable de l’information Commission d’hydrologie de l’OMM à développer


(section 9.3). Dans le cas de systèmes entièrement des codes hydrologiques internationaux. Leur but
automatisés, l’information doit être codée avant est de répondre aux besoins généraux de sorte que,
d’être traitée. Pour cette raison, les codes doivent être dans la mesure du possible, les procédures de codage
normalisés pour que l’information transmise soit et de collecte des données soient normalisées. Les
donnée dans une forme compatible avec le traitement. codes HYDRA et HYFOR développés et utilisés dans
Ce traitement est habituellement précédé d’un le passé ne sont plus recommandés actuellement.
contrôle de qualité (section 9.8). Ils sont remplacés par le code à caractères pour la
représentation et l’échange des données (character
La structure des codes internationaux est régie par form for the representation and exchange of data,
une convention et les codes sont le résultat d’un CREX), développé ces dernières années pour la
effort collectif. L’OMM a élaboré, depuis des années, représentation et la transmission des données
des codes pour répondre aux exigences de l’échange hydrométéorologiques.
de données météorologiques.
Ce code est particulièrement utile pour de grands
En hydrologie opérationnelle, les exigences quant à bassins nationaux ou internationaux, où un grand
la forme des données ne sont pas établies à l’échelle nombre de stations sont connectées à un centre de
mondiale, et pourtant de multiples codes ont été traitement. Habituellement, les observations sont
introduits dans ce domaine. Ce qui a conduit la codées manuellement par un observateur et ensuite
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-13

transmises à un centre de collecte pour leur dans lequel la valeur vraie se situerait avec une certaine
traitement. probabilité ou niveau de confiance. L’étendue de l’in-
tervalle de confiance est aussi appelée plage d’erreur.
2.3.2.2 Code à caractères pour la
Si les mesures sont indépendantes les unes des autres,
représentation et l’échange
l’incertitude des résultats des mesures peut être
de données
évaluée à partir de 20 à 25 observations, en calculant
CREX est un système de codage pour la présenta- la déviation standard qui en résulte, puis en détermi-
tion et l’échange des données météorologiques et nant le niveau de confiance des résultats. Cette
hydrologiques et des données de qualité de l’eau. procédure ne peut généralement pas être suivie pour
Bien que conçu, à l’origine pour les données n’ayant les mesures hydrométriques en raison de la variation
pas de code OMM, CREX a été utilisé récemment de la valeur à mesurer pendant la période de mesure.
comme norme de codage pour les données trans- Par exemple, la prise de plusieurs mesures consécu-
mises à partir de plateformes de collecte de données tives d’un débit au courantomètre à niveau constant
(PCD). Un message CREX est constitué d’une ou est clairement irréalisable sur le terrain. Ainsi une esti-
plusieurs sous-séries de données météorologiques mation de l’incertitude doit être faite en examinant
connexes définies, décrites et représentées par une les différentes sources d’erreur susceptibles d’affecter
seule entité CREX. Pour les données d’observation, la mesure.
chaque sous-série correspond à un message. CREX
utilise plusieurs principes du code précédent (Forme Mais faire l’hypothèse que les observations sont des
universelle de représentation de données binaires variables aléatoires indépendantes issues de la même
des données météorologiques, BUFR) et chaque distribution statistique pose un problème dans l’appli-
message est constitué des sections suivantes: cation des statistiques aux données hydrologiques.
Cette condition est rarement remplie pour ce type de
Numéro données. Le débit d’une rivière n’est, par nature, pas
Nom Contenu totalement aléatoire. Il dépend des débits précédents.
de section
On admet généralement que la façon dont les données
0 Indicateur CREX hydrologiques s’écartent des concepts théoriques
de la section d’erreur ne pose pas de problème sérieux. Toutefois, il
1 Description Numéro de table principale du faut bien noter qu’aucune analyse statistique ne peut
des données code CREX, numéro d’édition, remplacer des observations correctes, en particulier
numéro de version de table,
catégorie de données et série de du fait que les erreurs fallacieuses et systématiques ne
descripteurs définissant la forme peuvent être éliminées par une telle analyse. Seules les
et le contenu des sous séries de erreurs aléatoires peuvent être caractérisées par des
données composant la section
des données et chiffre indicateur moyens statistiques.
“E” facultatif de vérification
2 Section de Série de données définie par la
Cette section 2.3.3 présente les définitions des termes
données section 1 de base liés à l’exactitude des mesures hydrologiques.
3 Section SUPP suivi d’éléments
Des méthodes pour estimer l’incertitude y sont
optionnelle supplémentaires à usage local décrites et des valeurs numériques d’exactitude,
exigées pour les grandeurs hydrologiques les plus
4 Fin de 7777
section importantes, y sont fournies. Des renvois aux recom-
mandations du Règlement technique (OMM-N° 49) et à
d’autres publications sont également inclus.
De plus amples informations peuvent être trouvées
sur le lien: http://www.wmo.int/pages/prog/www/
2.3.3.2 Définition des termes liés à
WMOCodes.html.
l’exactitude

Les définitions des termes liés à l’exactitude


2.3.3 Exactitude des mesures hydrologiques
fournies ci-après tiennent compte de celles
contenues dans le Règlement technique (OMM-
2.3.3.1 Principes de base
N° 49), Volume III – Hydrologie, et dans le Guide
Théoriquement, les valeurs exactes des grandeurs des instruments et des méthodes d’observation
hydrologiques ne peuvent pas être déterminées car les météorologiques (OMM-N° 8):
erreurs de mesure ne peuvent être complètement
éliminées. L’incertitude sur la mesure a un caractère Correction: Valeur à ajouter au résultat d’une
aléatoire qui peut être défini comme étant l’intervalle mesure pour tenir compte de toutes les erreurs
I.2-14 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Valeur fallacieuse

× Erreur aléatoire Valeur ou quantité mesurée

×
Incertitude aléatoire
Valeur mesurée αSy
× × × × × (ER)95 = αSy
moyenne d’une
× × × × évaluée à un niveau de
quantité αSy
confiance donné

Erreur systématique

Erreur
systématique
Densité de probabilité

Intervalle de
confiance 2 αSy
Temps

Temps au cours duquel on suppose


que la quantité Y a une valeur
constante

Figure I.2.3. Explication des erreurs

systématiques connues, et obtenir ainsi une Erreur aléatoire: Partie de l’erreur totale qui varie de
meilleure approximation de la valeur réelle. façon imprévisible, en importance et en signe,
lorsque les mesures d’une même variable se font
Distribution normale: Distribution continue, dans les mêmes conditions (figure I.2.3).
symétrique, en forme de cloche, définie mathémati-
quement, censée traditionnellement représenter les Erreur systématique: Partie de l’erreur qui
erreurs aléatoires. soit:
a) Demeure constante tout au long d’un certain
Écart type (Sy): Mesure de la dispersion des valeurs nombre de mesures de la même valeur d’une
autour de leur moyenne. Il est défini comme la grandeur donnée;
racine carrée positive de la somme des carrés b) Varie selon une loi bien déterminée lorsque les
des écarts par rapport à la moyenne arithmétique, conditions changent (figure I.2.3).
divisée par (n – 1). Il est donné par la formule:
Erreur type d’estimation (Se ): Mesure de la variation
1/2
⎡ n
2 ⎤ ou de la dispersion des observations par rapport à
⎢ ∑ ( yi – y ) ⎥ une relation de régression linéaire. Elle est numé-
1 (2.3)
Sy = ⎢ ⎥ riquement identique à l’écart type, sauf que la
⎣ n –1 ⎦ relation de régression linéaire remplace la
_ moyenne arithmétique, et que (n – 1) est remplacé
où y est la moyenne arithmétique d’un échan- par (n – m):
tillon de n mesures indépendantes de la variable y,
(n – 1) indique la perte d’un degré de liberté. 1/2
⎡ ∑ (d )2 ⎤
Se = ⎢ ⎥ (2.4)
Erreur: Différence entre le résultat d’une mesure et la
⎣n−m ⎦
valeur vraie de la grandeur mesurée. Ce terme
désigne aussi la différence entre le résultat d’une
mesure et la meilleure approximation de la valeur où d est l’écart d’une observation par rapport à la
vraie, plutôt que la valeur vraie elle-même. La valeur de régression calculée, m est le nombre de
meilleure approximation peut être obtenue en constantes dans l’équation de régression, et (n – m)
faisant la moyenne de plusieurs ou de nombreuses représente les degrés de liberté dans la résolution de
mesures. l’équation.
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-15

Exactitude: Étroitesse de l’accord de la valeur mesu- Limite de tolérance: Valeur de la limite inférieure ou
rée avec la valeur vraie. Ceci suppose que toutes les supérieure précisée pour une caractéristique
corrections connues ont été apportées. quantitative.

Hystérésis (instrument): Propriété d’un instrument Niveau de confiance: Probabilité pour que l’intervalle
par laquelle il donne des mesures différentes de la de confiance contienne la vraie valeur (figures I.2.3
même valeur vraie, suivant que cette valeur a été et I.2.4).
atteinte par un changement croissant continu ou
par un changement décroissant continu de la Plage: Intervalle entre les valeurs minimum et maxi-
variable. mum de la quantité à mesurer, pour lequel
l’instrument a été fabriqué, taré ou installé. Elle
Incertitude: Intervalle à l’intérieur duquel on peut peut être exprimée comme le rapport des valeurs
espérer que se trouve la valeur vraie d’une gran- maximum et minimum mesurables.
deur avec une probabilité donnée (figure I.2.3). La
valeur numérique de l’incertitude est le produit de Précision: Étroitesse de l’accord entre des mesures
l’écart type réel des erreurs et d’un paramètre indépendantes d’une seule quantité, obtenues par
numérique fonction du niveau de confiance: l’application à plusieurs reprises d’une procédure de
mesure donnée, dans des conditions fixées.
e = ± ασy ≈ αsy (2.5) L’exactitude concerne l’écart par rapport à la valeur
vraie, la précision ne concerne que l’écart entre
L’écart type, sy, calculé à partir de n observations plusieurs mesures. La précision de l’observation ou
s’approche de l’écart type réel σy lorsque n tend de la lecture est la plus petite division sur une
vers l’infini. Dans le cas d’une distribution normale échelle de mesure, lisible soit directement soit par
des erreurs, les paramètres numériques sont: estimation.

Niveau de confiance α Répétitivité: Étroitesse de l’accord, en présence


d’erreurs aléatoires, entre des mesures d’une même
0,50 0,674 quantité, obtenues dans des conditions identiques,
c’est-à-dire avec le même observateur, le même
0,60 0,842
instrument, au même endroit et après des inter-
0,66 0,954 valles de temps suffisamment courts pour que les
différences réelles soient non significatives.
0,80 1,282
0,90 1,645 Reproductibilité: Étroitesse de l’accord entre des
0,95 1,960 mesures d’une même quantité, obtenues dans des
conditions différentes, c’est-à-dire avec des observa-
0,98 2,326 teurs, des instruments différents, à des endroits
0,99 2,576 différents et avec des intervalles de temps suffisam-
ment longs pour que les différences soient non
0,999 3,291
significatives.

Intervalle de confiance: Intervalle contenant la valeur Résolution: Plus petit changement d’une variable
vraie avec une probabilité imposée et qui est estimé physique provoquant une variation de la réponse
comme une fonction statistique de l’échantillon d’un système de mesure.
(figures I.2.3 et I.2.4).
Sensibilité: Relation entre la variation d’une réponse
Mesure: Action visant à attribuer un nombre à la et la variation correspondante du signal d’entrée,
valeur d’une grandeur physique dans des unités ou valeur de ce dernier nécessaire pour produire
données. Le résultat d’une mesure est complet s’il une réponse excédant d’une quantité fixée la
inclut une estimation (nécessaire en statistiques) de réponse déjà présente en raison d’autres causes.
l’ampleur probable de l’incertitude.
Tolérance: Exactitude acceptable dans la mesure
Mesure de référence: Mesure utilisant les connais- d’une variable donnée.
sances scientifiques les plus récentes et les
techniques les plus avancées. Le résultat d’une Valeur attendue: La meilleure approximation de la
mesure de référence est utilisé pour obtenir une valeur réelle. Elle peut être une moyenne de
meilleure approximation de la valeur vraie. plusieurs ou d’un grand nombre de mesures.
I.2-16 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Intervalle de confiance
Niveau de la moyenne

Relation Hauteur-
Débit

Limite de confiance
de l’écart type de
l’estimation Se
Limite de confiance de l’écart type
de la moyenne Smr

Débit

Figure I.2.4. Explication des erreurs dans une régression linéaire

Valeur fausse: Valeur dont on est sûr qu’elle est ment variable, des méandres et la mauvaise
erronée, par exemple à cause d’erreurs humaines localisation des stations.
ou du mauvais fonctionnement de l’instrument
(figure I.2.3). Les erreurs aléatoires ne peuvent pas être éliminées,
mais leurs effets peuvent être réduits grâce à des
Valeur vraie: Valeur caractérisant une grandeur dans mesures répétées de la grandeur. L’incertitude sur la
les conditions existant au moment où cette gran- moyenne arithmétique calculée à partir de n mesures
deur est observée. C’est une valeur idéale qu’il ne indépendantes est bien plus petite que l’incertitude
serait possible d’atteindre qu’en éliminant toutes sur une seule mesure. La distribution des erreurs
les causes d’erreur. aléatoires peut être considérée comme normale
(gaussienne), mais, dans certains cas, la distribution
normale peut, ou devrait, être remplacée par d’autres
2.3.3.3 Types d’erreurs
distributions statistiques.
Les erreurs patentes devraient être éliminées en
écartant les valeurs des mesures concernées. Ces
2.3.3.4 Sources d’erreurs
erreurs peuvent être identifiées grâce à un test de
sélection statistique, tel que celui décrit dans le Chaque instrument ou méthode de mesure a ses
document ISO 5168 (ISO, 2005) qui fournit des propres sources d’erreurs. C’est pourquoi il serait
critères de rejet. difficile de donner une liste exhaustive de toutes les
sources d’erreurs possibles. Les sources d’erreurs
L’erreur systématique provient essentiellement des spécifiques sont le plus souvent mentionnées dans
instruments et ne peut pas être réduite en augmen- les descriptions des instruments et dans leur mode
tant le nombre de mesures, si les instruments et les d’emploi, comme dans les normes de l’ISO et
conditions de mesure demeurent identiques. Si l’er- dans le Manual on Stream Gauging (WMO-No. 519).
reur systématique a une valeur connue, cette valeur Quelques sources typiques d’erreurs sont énumérées
devrait être ajoutée ou soustraite au résultat de la ci-après:
mesure, et l’erreur due à cette source devrait être a) L’erreur de date ou de zéro provient de la déter-
considérée comme étant nulle. L’erreur systématique mination incorrecte du point de référence d’un
devrait être supprimée en corrigeant, en réglant instrument, par exemple le niveau zéro de
correctement ou en changeant l’instrument, et/ou l’instrument de jaugeage, différence entre le
en changeant les conditions de débit, par exemple, zéro de l’instrument de jaugeage et le niveau de
la longueur du bief amont d’une section de jaugeage. crête du déversoir;
Ces erreurs sont souvent dues à des conditions de b) L’erreur de lecture résulte de la lecture incor-
mesure difficiles, comme par exemple un écoule- recte de l’indication donnée par l’instrument
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-17

de mesure, par exemple à cause de la mauvaise L’incertitude résultante est souvent assimilée à l’in-
visibilité, de vagues ou de glace sur la jauge; certitude totale, qui peut être calculée à partir des
c) L’erreur d’interpolation est causée par l’éva- incertitudes sur les composants individuels, si les
luation inexacte de la position de l’index par erreurs sur les composants individuels sont suppo-
rapport aux deux graduations consécutives de sées être statistiquement indépendantes.
l’échelle entre lesquelles se situe l’index;
d) L’erreur d’observation est similaire à l’erreur de Si une quantité, Q, est une fonction de plusieurs
lecture, mais est attribuée à la négligence ou à quantités mesurées, x, y et z, l’incertitude résul-
l’incompétence de l’observateur; tante eQ sur Q due aux incertitudes ex, ey et ez sur
e) L’erreur due à la négligence d’une ou de plusieurs respectivement x, y et z devrait être évaluée par
variables nécessaires à la détermination de la l’équation de transfert (propagation) simplifiée:
valeur mesurée (par exemple lorsqu’on admet
une relation unique hauteur-débit pour une 2 2 2
2
⎛ ∂Q ⎞ ⎛ ∂Q ⎞ ⎛ ∂Q ⎞
phase transitoire du débit au cours de laquelle (eQ ) = ⎜ ex ⎟ + ⎜ ey⎟ + ⎜ ⎟ (2.6)
la pente et aussi la hauteur, sont des détermi- ⎝ ∂x ⎠ ⎝ ∂y ⎠ ⎝ ∂z ⎠
nants significatifs du débit);
f) L’hystérésis (définition en 2.3.3.2); où ∂Q/∂x, ∂Q/∂y et ∂Q/∂z sont les dérivées partielles de
g) L’erreur de non linéarité est ce qui fait qu’un la fonction exprimant la relation entre la variable
changement d’indication ou de réponse n’est dépendante et les variables indépendantes.
pas proportionnel au changement correspon-
dant de la valeur de la quantité mesurée sur une Dans les mesures hydrologiques, il est très rare
plage donnée; qu’une mesure puisse être répétée dans les mêmes
h) L’erreur d’insensibilité apparaît lorsque l’instru- conditions sur le terrain. Pour cette raison, l’écart
ment est incapable de détecter un changement type devrait être déterminé en utilisant les données
donné dans la grandeur mesurée; de variables différentes, comme dans le cas de la
i) L’erreur de dérive découle des caractéristiques courbe hauteur-débit.
d’un instrument pour lequel les propriétés de
mesure changent avec le temps sous des condi- L’erreur type d’estimation:
tions particulières d’utilisation, par exemple la
1/2
dérive d’un mouvement d’horlogerie au cours ⎛ ⎞ 2
∑d
du temps ou avec la température; se = (2.7)
⎜ ⎟
j) L’erreur d’instabilité résulte de l’incapacité d’un ⎝ n− 2⎠
instrument à maintenir constantes certaines
propriétés métrologiques données; de la moyenne des observations joue un rôle très
k) L’erreur de dépassement est causée par l’utili- important dans la caractérisation de la fonction
sation d’un instrument au-delà de sa portée de hauteur-débit, ce qui nécessite un traitement
mesure, en dessous de la valeur minimale ou particulier car cette fonction n’est pas linéaire
au-dessus de la valeur maximale pour lesquelles mais plutôt approximativement logarithmique.
l’instrument ou l’installation a été fabriqué, réglé C’est une estimation de l’exactitude de la fonc-
ou fixé (par exemple pour de très hauts niveaux tion moyenne calculée pour une régression, et
d’eau comme ceux des crues inattendues); représente ainsi le domaine dans lequel la
l) L’erreur de dépassement de l’exactitude est moyenne réelle devrait se trouver (figure I.2.4).
causée par l’utilisation impropre d’un instru-
ment, lorsque l’erreur minimum est plus grande Pour un petit échantillon, il peut être utile de corri-
que la tolérance de la mesure. ger l’erreur type d’estimation se en la multipliant
1/2
par ⎛ n ⎞ , ce qui donne:
⎜ ⎟
⎝ n – 2⎠
2.3.3.5 Erreurs de mesures secondaires
se
Les observations hydrologiques sont souvent smr =
calculées à partir de plusieurs composantes mesu- n (2.8)
rées. Par exemple, le débit au niveau des
installations de mesures est calculé comme une
2.3.3.6 Caractérisation des instruments et
fonction d’un coefficient de débit, de dimensions
méthodes d’observation
caractéristiques et de la hauteur d’eau. Pour
estimer l’incertitude résultante, la théorie du L’exactitude d’un instrument de mesure peut être
transfert (propagation) d’erreur de Gauss peut caractérisée par une incertitude sur une valeur
être appliquée. donnée correspondant à une valeur mesurable
I.2-18 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

maximale ou minimale. L’exactitude d’un instru- renommés, sont fabriqués avec précision et four-
ment sans valeur de référence peut être mal nis avec un étalonnage d’usine. L’étalonnage
comprise ou mal interprétée. Dans de nombreux d’usine n’est, bien sur, applicable que si l’instru-
cas, l’exactitude de l’instrument n’est qu’un ment n’est pas endommagé à l’usage et est bien
élément de l’exactitude globale de la mesure. entretenu. De nombreuses agences hydrologiques
nationales utilisent un équipement pour vérifier
Pour caractériser l’incertitude, on utilise couram- les étalonnages d’usine et le respect des normes
ment un niveau de confiance de 95 %. Cela signifie internationales de la fabrication et de l’étalon-
que dans 5 % des cas, l’erreur peut se situer nage, par exemple des courantomètres.
en-dehors de l’intervalle de confiance déclaré. Selon
le Règlement technique (OMM-N° 49), Volume III, les Les dispositifs mécaniques sont de plus en plus
incertitudes des mesures devraient être présentées remplacés par de l’électronique. Bien que plus
sous l’une des formes suivantes: fiable que les mécaniques, les dispositifs électro-
a) Incertitudes exprimées en termes absolus: niques ne sont pas, en général, réparables sur le
Valeur mesurée des éléments hydrologiques, terrain et doivent simplement être remplacés par
par exemple débit: Q = ... un instrument de dépannage. L’instrumentation
Incertitude aléatoire: (er ) 95 = ... électronique pose des problèmes particuliers aux
b) Incertitudes exprimées en termes de pourcen- agences hydrologiques lorsqu’elles passent des
tage: Valeur mesurée des éléments hydrologiques, dispositifs électromécaniques à l’électronique, car
Q = ... les problèmes d’étalonnage peuvent être très diffé-
Pourcentage d’erreur limite aléatoire: (er ) 95 %= rents. L’étalonnage d’un instrument électronique
... % peut subir une dérive due aux changements
de température et de pression, et les capteurs à
En pratique, les erreurs limites des mesures sont semi-conducteurs peuvent s’encrasser pendant
données sous forme de rapport (ou pourcentage) de l’utilisation. Il est donc essentiel que ces instru-
la valeur mesurée Qm. Par exemple dans le cas où ments soient conçus pour fonctionner dans une
(er)95 = 10 %, Qm ± 0,10 Qm contiendra la valeur gamme de conditions conformes à celles du site de
réelle de Q dans 95 % des cas. Dans ce cas, l’incerti- mesure. Certains instruments comportent
tude est exprimée en supposant des conditions des procédures d’étalonnage intégrées qu’il est
moyennes de mesure. important de suivre.

2.3.3.7 Exactitude recommandée pour


les mesures hydrologiques

L’exactitude recommandée dépend principale- 2.4 CONCEPTION ET ÉVALUATION DES


ment de l’utilisation envisagée pour la donnée RÉSEAUX HYDROLOGIQUES
mesurée (objectif de la mesure), des instruments
potentiellement disponibles et des ressources
2.4.1 Principes généraux pour la
financières disponibles. Elle ne peut être, par
conception des réseaux
conséquent, une valeur constante. Elle devrait
plutôt être donnée sous la forme d’un intervalle Un réseau de mesures hydrologiques regroupe des
flexible. Les niveaux d’exactitude recommandés activités relatives à la collecte de données, conçues
sont donnés dans le tableau I.2.5 à titre d’indica- et traitées en vue d’atteindre un objectif ou un
tion générale pour les instruments et méthodes ensemble d’objectifs compatibles. Fréquemment,
d’observation. Dans de nombreux pays, des règles ces objectifs sont liés à une utilisation future parti-
nationales régissent l’exactitude exigée. culière des données à recueillir, par exemple, pour
l’évaluation des ressources en eau, un plan de déve-
loppement ou la conception d’un projet. Une
2.3.4 Étalonnage des instruments
station hydrologique ou un instrument de mesure
L’une des plus grandes sources d’erreur, comme peut faire partie de plusieurs réseaux, si ses mesures
indiqué ci-dessus, est due au changement dans les peuvent être utilisées pour différents buts. Ce qui
caractéristiques de mesure des instruments. est généralement le cas dans la plus grande partie
L’instrumentation hydrologique comprend une du monde. D’autre part, un réseau unique peut
grande variété de dispositifs mécaniques, électro- comprendre plusieurs types de stations hydrolo-
mécaniques et électroniques. Les instruments giques ou d’instruments, s’ils contribuent tous à
mécaniques, comme les courantomètres ou l’information pour laquelle le réseau a été conçu.
les anémomètres, proposés par des fabricants Par exemple, des pluviomètres et des limnimètres
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-19

Tableau I.2.5. Précisions recommandées (niveaux d’incertitude) exprimées par


l’intervalle de confiance à 95 %

Précipitation (quantité et forme) 3–7 %


Intensité de précipitation 1 mm h–1
Épaisseur de neige (ponctuelle) 1 cm en dessous de 20 cm ou 10 % au-dessus de 20 cm

Contenu en eau de la neige 2,5–10 %


Évaporation (ponctuelle) 2– 5%, 0,5 mm
Vitesse du vent 0,5 m s–1
Niveau d’eau 10–20 mm
Hauteur de vague 10 %
Profondeur de l’eau 0,1 m, 2 %
Largeur du plan d’eau 0,5 %
Vitesse de l’écoulement 2–5 %
Débit 5%
Concentration de matières en suspension 10 %
Débit solide 10 %
Débit de charriage 25 %

Température de l’eau 0,1–0,5 ˚C


Oxygène dissous (température de l’eau supérieure à 10 °C) 3%
Turbidité 5–10 %
Couleur 5%
pH 0,05–0,1 pH unité
Conductivité électrique 5%
Épaisseur de glace 1–2 cm, 5 %
Couverture de glace 5 % par ≥ 20 kg m–3
Humidité du sol 1 kg m–3 ≥ 20 kg m–3

Notes:
1. Quand une fourchette de niveaux de précision est recommandée, la borne inférieure s’applique aux mesures réalisées dans de relativement
bonnes conditions, et la borne supérieure s’applique aux mesures réalisées dans des conditions difficiles.
2. L’obtention de la précision 3–7 % recommandée pour la mesure des précipitations dépend de nombreux facteurs, dont les caractéristiques
du pluviomètre. Pour les pluviomètres dont la surface de collecte est située au-dessus du sol, le déficit de collecte du pluviomètre dépend
beaucoup de la vitesse du vent et du type de précipitation. Le déficit de collecte pour la neige légère par grand vent peut par exemple
atteindre 50 % ou plus.

peuvent faire partie intégrante d’un réseau peuvent être destinées à des usages très disparates.
d’annonce de crues. Cette multiplicité d’utilisation du terme «réseau»
est bien plus qu’une curiosité sémantique. Elle peut
Le terme «réseau» est fréquemment utilisé dans un être source de confusion et de faux espoirs lors de
sens moins rigoureux. On entend souvent parler de discussions sur l’analyse et la conception du réseau
réseau pour les eaux de surface, les eaux souter- entre hydrologues et gestionnaires.
raines, les précipitations ou encore pour la qualité
des eaux, même lorsqu’on se réfère à un ensemble Les réseaux devraient être conçus de façon à maxi-
de stations hydrologiques n’ayant pas toujours de miser la valeur économique des données collectées.
lien fonctionnel entre elles. Les données fournies Toutefois, ce n’est pas souvent le cas dans la réalité.
par les stations d’un réseau ainsi librement défini Généralement, on ne tient jamais compte des
I.2-20 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

impacts économiques des données hydrologiques


Théorie de la décision
lors de la prise de décisions concernant les ressources
en eau. Les décisions prises s’appuient sur les
Analyse
données disponibles et la possibilité de différer la bayésienne
décision pour permettre de collecter davantage de
données n’est soit pas envisagée soit considérée Analyse
Théorie de Théorie Corrélation
comme inacceptable. Cependant, plusieurs socio-
l’optimisation de l’échan- et
exemples faisant exception à cette règle générale se économique
tillonnage régression
trouvent dans les publications de l’OMM intitulées
Cost-benefit Assessment Techniques and User
Probabilité
Requirements for Hydrological Data (WMO-No. 717)
et Proceedings of the Technical Conference on the
Hydrologie
Economic and Social Benefits of Meteorological and
Hydrological Services (WMO-No. 733). L’examen du
réseau hydrométrique d’une province canadienne a Figure I.2.5. Les éléments de base de
montré que le rapport coût-bénéfice de ce réseau la conception d’un réseau
provincial était de 19, et qu’il pouvait tripler en
taille afin de maximiser le bénéfice économique être mis en place, il y a peu de chance pour que
(Azar et al., 2003). Même dans les pays à forte celui-ci fournisse une information vraiment utile.
densité de réseaux hydrométriques, comme le La compréhension hydrologique vient de la forma-
Royaume-Uni, l’analyse économique démontre tion reçue, ainsi que de l’expérience. Mais rien ne
inévitablement que les bénéfices des réseaux hydro- remplace l’expérience si, dans la région où un
métriques dépassent leurs coûts (CNS, 1991). réseau hydrologique est projeté, il n’existe que peu
Néanmoins beaucoup de pays ont connu une ou pas de données historiques.
réduction considérable de leurs réseaux hydrolo-
giques dans les années 80 et 90 du fait des réductions Le côté droit de la pyramide représente les méthodes
du budget des agences de surveillance (Pearson, quantitatives permettant de pallier les incertitudes
1998). Ces réductions ont été, par exemple, de 21, hydrologiques. En raison des erreurs de mesure et de
7, 20 et 6 % pour, respectivement, le Canada, la celles qui sont dues à l’échantillonnage spatio-
Finlande, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis temporel, ces incertitudes subsisteront toujours.
d’Amérique. À de rares exceptions, comme la L’information hydrologique parfaite ne peut exister.
Nouvelle-Zélande, les réduction concernant les Une description probabiliste de ces erreurs est le
réseaux ont toujours cours. meilleur moyen pour traiter les incertitudes qui en
résultent. Dans ce dessein, la théorie des probabilités
Au lieu d’une analyse économique détaillée pour la dispose de théorèmes et d’un langage approprié. Elle
conception des réseaux, on se contente générale- fournit également les concepts nécessaires à
ment d’estimer les coûts ou de s’appuyer sur les l’utilisation judicieuse des outils statistiques. Dans la
règles générales présentées dans ce chapitre. figure I.2.5, les outils statistiques sont représentés par
la théorie de l’échantillonnage, ainsi que par les
analyses de corrélation et de régression, communément
2.4.1.1 Définition de la conception d’un réseau
employés pour l’approche quantitative de la
La conception complète d’un réseau répond aux conception d’un réseau. Cependant, plusieurs autres
questions suivantes, en rapport avec la collecte des branches de la statistique peuvent aussi se révéler
données hydrologiques: utiles pour l’analyse et la conception d’un réseau. La
a) Quelles variables hydrologiques faut-il observer? clé de voûte du domaine de l’incertitude est l’analyse
b) Où doivent-elles être observées? Bayesienne, qui traite du niveau d’incertitude
c) À quelle fréquence doivent-elles être observées? affectant la description des incertitudes hydrologiques.
d) Quelle devrait être la durée du programme En d’autres termes, la description probabiliste des
d’observation? incertitudes découlant de l’analyse d’échantillons
e) À quelle exactitude devraient satisfaire les limités est elle-même incertaine. La réduction de
observations? l’incertitude concernant la connaissance de
l’incertitude elle-même est un élément clé, qui
Pour répondre à ces questions, on peut se représen- permettra de valoriser au maximum l’information
ter la conception d’un réseau comme une pyramide contenue dans les données fournies par le réseau.
(figure I.2.5). La base de la pyramide est l’hydrolo-
gie. Sans une compréhension approfondie du La partie centrale de la pyramide, appelée «théorie
contexte hydrologique de la région où le réseau doit de l’optimisation», est souvent considérée d’un
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-21

point de vue taxonomique comme faisant partie de être mis en place pour aider les gestionnaires de l’eau
l’analyse socioéconomique. Cependant, même en à faire face aux événements extrêmes (inondations,
l’absence d’éléments socioéconomiques, elle est sécheresses, allocation d’eau en situation de conflits
couramment utilisée lors de la conception des d’usage) ou à satisfaire les exigences réglementaires.
réseaux hydrologiques. Elle figure donc ici comme Les sites exploités à ces fins peuvent également
une composante séparée de la structure pyramidale. conduire à une compréhension hydrologique accrue,
L’ensemble des programmes mathématiques utili- mais le réseau qui en résulte n’est en aucun cas opti-
sés, chacun avec sa propre utilité et ses insuffisances, misé pour cette finalité.
se base sur la théorie de l’optimisation, souvent
appelée recherche opérationnelle. Le cadre dans
2.4.1.2 Méthodes de substitution
lequel a lieu la conception du réseau détermine le
choix du programme mathématique pouvant être La conception détaillée d’un réseau étant aujourd’hui
éventuellement utilisé. Souvent, le choix entre soit difficile, soit impossible à réaliser, on utilise, pour
deux ou plusieurs conceptions de réseaux, doit être résoudre les problèmes posés, des objectifs, des critères
fait sur la base du bon sens, car les outils permettant et des mesures de substitution. Par exemple, une subs-
d’optimiser de façon appropriée soit n’existent pas, titution fréquente consiste à maximiser l’information
soit requièrent trop de ressources informatiques provenant d’un réseau plutôt que d’optimiser la
pour être vraiment efficaces. valeur économique des données. Des études ont
montré que, si l’information est convenablement
Au sommet de la pyramide se trouve la théorie de la utilisée, on peut s’attendre à ce qu’elle contribue à la
décision, qui est un mécanisme formel permettant valorisation économique découlant d’une décision.
d’intégrer toutes les composantes sous-jacentes. Plus il y a d’informations, meilleures seront les
L’application de cette théorie dans la conception décisions. Cependant, l’impact économique de l’in-
des réseaux n’est pas absolument nécessaire – elle formation n’est pas corrélé linéairement avec son
est même le plus souvent impossible. Toutefois, la importance. La valeur marginale de l’information
compréhension des circonstances et des conditions supplémentaire décroît avec la quantité d’informa-
de son utilisation peut rendre le concepteur de tions disponibles. Ainsi, l’usage de ce critère de
réseaux plus conscient des impacts qu’auront ses substitution ne peut guider un service hydrologique
décisions finales. dans la bonne direction que lorsque l’information
hydrologique locale est rare. Mais il peut entraîner la
La partie gauche de la pyramide représente un groupe collecte de données superflues lorsqu’une densité
mal défini de techniques réunies sous l’appellation raisonnable d’information existe déjà.
d’analyse socioéconomique. En plus des sciences
sociales et économiques, cette partie de la structure Parmi les techniques analytiques de base qui bénéfi-
pyramidale englobe aussi les sciences politiques, de cient de ces substitutions, on peut citer: l’analyse
même que la politique au sens large du terme. cartographique, les méthodes de régression et de
Celle-ci joue un rôle prépondérant dans l’exploita- corrélation, la modélisation probabiliste, la modéli-
tion du potentiel en eau, ainsi que, par conséquent, sation déterministe et les techniques de
dans la valorisation des données du réseau. Cette régionalisation. Chaque méthode possède ses appli-
partie gauche de la pyramide est rarement prise en cations spécifiques, et son utilisation dépend de la
compte de façon rigoureuse lors de la conception quantité de données disponibles et du type de
d’un réseau de mesures. Ceci pour deux raisons: le problème à résoudre. Ces différentes techniques sont
sujet est difficile à traiter de manière objective et assez fréquemment combinées pour certaines appli-
mathématique, et le faire réellement requiert la cations. Le Casebook on Hydrological Network Design
synthèse de connaissances provenant de plusieurs Practice (WMO-No. 324) présente des applications de
disciplines autres que l’hydrologie et l’ingénierie des ces techniques comme moyen pour déterminer les
ressources en eau. Effectuer ainsi une analyse socioé- conditions que le réseau doit remplir. D’autres
conomique importante lors de la conception d’un exemples peuvent être trouvés dans diverses publica-
réseau demande du temps et de l’argent. tions de l’OMM (OMM, 1969, 1976, 1982, 1994).

Néanmoins, les sites de collecte des données hydro- 2.4.1.3 Le réseau de base
logiques sont souvent mis en place pour répondre à
des demandes sociales pressantes et à des contraintes La valeur des données fournies par un réseau est
économiques avec relativement peu d’attention fonction de leur utilisation ultérieure. Néanmoins,
portée aux besoins à long terme en information de nombreuses applications des données hydro-
hydrologique. Au delà de la réponse aux besoins logiques ne sont pas encore connues lors de la
scientifiques, les sites de collecte de données peuvent conception du réseau et ne peuvent donc pas
I.2-22 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

justifier la collecte de données spécifiques pouvant 2.4.1.3.2 Développement de la base


se révéler de grande valeur par la suite. En fait, peu d’information
de données hydrologiques seraient collectées si leur
justification économique devait être fournie au Une fois le réseau minimal en service, les caracté-
préalable. Toutefois, les sociétés modernes ont ristiques hydrologiques générales, comprenant les
développé une conception de l’information comme précipitations et les écoulements en n’importe quel
une denrée qui, à l’instar des assurances, devrait point de la région pourront être estimées à l’aide
être acquise pour se protéger contre un avenir incer- de l’interprétation des informations obtenues, de
tain. La mise en place d’un réseau de base peut être relations de régionalisation et de modèles mathé-
considérée comme un placement rapportant des matiques. Le réseau de base des stations
données hydrologiques qui devront permettre, plus d’observation devrait être aménagé au fur et à
tard, de prendre certaines décisions relatives aux mesure jusqu’à ce que des relations hydrologiques
ressources en eau, décisions n’ayant pas, à l’origine, régionales puissent être développées pour les
été anticipées. Le réseau de base devrait procurer sur régions non jaugées, permettant d’atteindre un
n’importe quel emplacement situé dans sa région, niveau d’information approprié. Dans la plupart
un niveau d’information hydrologique suffisant des cas, cette adaptation se fera par augmentation
pour éviter que des erreurs grossières soient de la densité des stations hydrologiques. Cependant,
commises lors de la prise de décisions concernant cela n’est pas toujours le cas puisque le transfert de
les ressources en eau. Afin d’atteindre cet objectif, l’information des sites jaugés à ceux qui ne le sont
trois conditions au moins doivent être satisfaites: pas se fait grâce à des modèles mathématiques. Il
a) Mise en place d’un système pour transférer l’in- s’ensuit que la qualité de ces derniers est aussi un
formation hydrologique du site de collecte de facteur qui influence la densité du réseau de base. Si
données à n’importe quel autre site de la région; un modèle est particulièrement bon, il peut extraire
b) Un moyen doit exister, permettant d’estimer de l’information à partir des données existantes
la valeur des informations hydrologiques (ou mieux que ne le ferait un modèle plus pauvre. Le
à l’inverse de l’incertitude hydrologique) sur meilleur modèle permettra d’atteindre un certain
n’importe quel site; niveau d’informations régionales avec moins de
c) La chaîne des décisions doit inclure l’option de données qu’un modèle moins bon. Le modèle
collecter davantage de données avant la prise de régional peut même être d’une qualité telle que le
décision finale. niveau de collecte des données dans le réseau de
base pourrait en être réduit.
2.4.1.3.1 Le réseau minimal
En raison de l’étroite dépendance entre les stations
Lors de la mise en place d’un réseau hydrologique, du réseau de base, il est primordial que les relevés
la première étape devrait être l’établissement d’un qu’elles fournissent soient d’excellente qualité.
réseau minimal. Il comportera le nombre minimal Même si l’aménagement d’une station a été correc-
de stations que l’expérience collective de services tement réalisé, les enregistrements peuvent être de
hydrologiques de plusieurs pays a jugé nécessaire qualité médiocre si l’installation n’est pas bien utili-
pour pouvoir commencer à planifier l’exploitation sée. La continuité des observations peut s’avérer
des ressources en eau. difficile, surtout pour des périodes de vingt ans ou
davantage. Un réseau minimal, dont les stations
Le réseau minimal évitera de sérieuses erreurs dans sont abandonnées ou irrégulièrement exploitées,
la mise en valeur et la gestion des ressources en eau, verra sa densité réelle diminuer et ne sera plus, de ce
dans une échelle proportionnées au niveau général fait, un réseau minimal suffisant. Il faut donc veiller,
de développement économique du pays. Il devra non seulement à établir, mais aussi à assurer une
être aménagé aussi rapidement que possible en exploitation continue de ces stations et à surveiller
y incorporant, si cela s’avère utile, les stations la fiabilité et l’exactitude des enregistrements
existantes. En d’autres termes, ce réseau pragma- collectés.
tique fournira le cadre de base pour un
développement du réseau destiné à répondre aux Étant donné que des considérations économiques,
besoins futurs dans des domaines bien spécifiques. et non seulement techniques, doivent être prises en
Il faut souligner que le réseau minimal ne permettra compte lors de la conception et de l’aménagement
pas de mettre sur pied des projets d’aménagement des réseaux de base, le nombre de stations exploi-
détaillés. Il ne permettra pas non plus, dans une tées en permanence ne peut être très élevé. En
région développée, de répondre aux nombreux conséquence, une procédure d’échantillonnage
besoins relatifs à l’exploitation et à la gestion des pourra être adoptée, afin de maximiser l’efficacité
ressources en eau. des investissements consentis pour le réseau de
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-23

base. Une telle approche permet de classer les peuvent être définis, ceux-ci pourraient être optimi-
stations en stations de base ou principales et stations sés conjointement, et chacun d’eux pourrait alors
secondaires. Ces dernières ne seront exploitées que produire avec efficacité le maximum d’information.
jusqu’à ce qu’il soit possible d’établir une relation En dépit de ces imperfections technologiques, les
stable (habituellement au moyen de corrélations), réseaux devraient être conçus itérativement et les
avec une ou plusieurs stations de base. Une nouvelle résultats d’une configuration de réseau existante
station secondaire peut alors être installée avec devraient servir de point de départ à une nouvelle
l’équipement et les fonds qui ont servi au site de conception. Illustrons ceci en reprenant l’exemple
mesure abandonné. Les relevés à la station de précédent. Le réseau de prévision de crues compren-
mesure abandonnée pourront être reconstruits au dra probablement des pluviomètres et des
moyen des enregistrements réalisés à la station de limnimètres placés à des endroits bien spécifiques
base, en s’appuyant sur la relation interstations. Il pour fournir l’information requise. L’évaluation des
sera peut être nécessaire, parfois, de remettre en ressources en eau ayant des exigences moins spéci-
fonction des stations secondaires, si l’on a des fiques en ce qui concerne ses sources d’information,
raisons de supposer que les conditions ont changé il est vraisemblable que de nombreuses stations
au site secondaire ou aux stations de base connexes. faisant partie du réseau de prévision de crues pour-
Le caractère permanent des principales stations du ront être incorporées dans le réseau d’évaluation
réseau de base fournit un support permettant de des ressources en eau et utilisées comme données
contrôler les tendances des conditions hydrolo- initiales dans sa conception. Cette approche itéra-
giques à long terme dans la région concernée. Ceci tive est particulièrement intéressante quand la
est particulièrement important si l’on considère les conception de réseaux à buts généraux, comme le
changements potentiels dans le cycle hydrologique, réseau de base, se fonde sur des réseaux à exigences
pouvant être causés par des changements d’utilisa- plus restrictives. Les réseaux avec des exigences plus
tion du sol ou par l’accroissement de la teneur en restrictives comprennent les réseaux de stations
gaz à effet de serre dans la stratosphère. repères (ou de référence), les réseaux de bassins
représentatifs ou encore les réseaux à buts
opérationnels.
2.4.1.4 Conception d’un réseau intégré

Le cycle hydrologique est un continuum; ses inter-


2.4.1.4.1 Stations à buts opérationnels
connections autorisent le transfert partiel de
l’information obtenue dans une partie du cycle vers Ces stations peuvent être mises en service pour des
une autre. L’efficacité de tels transferts est propor- besoins particuliers, tels le fonctionnement de
tionnelle au degré de compréhension hydrologique barrages, l’irrigation, la navigation, le contrôle de la
pris en compte dans les modèles mathématiques qualité de l’eau, la prévision des crues. Les stations
utilisés pour le calcul du transfert de l’eau (et de repères ou stations de référence entrent aussi dans
l’information) entre les différents éléments du cette catégorie. La durée de l’exploitation des
cycle. Par exemple, les précipitations enregistrées stations à but opérationnel est fonction de l’objectif
dans ou à proximité d’un bassin versant jaugé pour lequel elles ont été installées.
permettent de reconstruire les enregistrements de
l’écoulement des eaux en cas de mauvais fonction- Dans certains cas, les observations ne portent que
nement d’un limnigraphe, à condition qu’un sur une caractéristique hydrologique particulière,
modèle valable pluie-débit ait été calibré lorsque ou ne sont limitées qu’à une partie de l’année. Par
tous les appareils de mesure fonctionnaient correc- exemple, une station hydrométrique peut n’être
tement. Un piézomètre mesurant le niveau d’eau équipée que d’une échelle à maxima, pour enregis-
souterraine dans un aquifère en relation directe trer uniquement le plus haut niveau atteint lors des
avec un cours d’eau peut jouer le même rôle lorsque crues, ou d’un pluviomètre totalisateur pour mesu-
le système d’enregistrement du niveau du cours rer la somme des précipitations durant une saison.
d’eau ne fonctionne pas. Quoique ces stations puissent jouer un rôle utile,
elles ne peuvent pas fournir toutes les données
À ce jour, peu de choses ont été faites de façon requises pour des analyses hydrologiques générales.
formelle pour intégrer ces interactions dans la Par conséquent, elles pourront être incluses ou non
conception des réseaux. En principe, la complé- dans un réseau hydrologique de base.
mentarité entre les pluviomètres et les limnimètres
utilisés dans un réseau de prévision de crues pour-
2.4.1.4.2 Stations de référence
rait être exploitée, par exemple, dans la conception
de réseaux d’évaluation des ressources en eau. Si les Chaque pays, et chaque région naturelle des pays
arbitrages économiques entre les deux réseaux les plus vastes, devrait compter au moins une
I.2-24 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

station modèle fournissant de façon continue des définis et identifiés, en particulier leurs responsabi-
observations simultanées des divers paramètres lités législatives. La communication entre ces
climatologiques et hydrologiques. Ces stations organisations devrait être améliorée, afin d’assurer
hydrologiques de référence devraient être placées à la coordination et l’intégration des réseaux de
des endroits où les conditions naturelles sont relati- collecte de données.
vement préservées des changements anthropiques
passés ou futurs. Puisque la longue durée des enre-
Buts du réseau
gistrements est l’une des caractéristiques principales
des stations de référence, on devrait tout d’abord Les buts du réseau devraient être définis du point
s’assurer qu’aucune station existante ne peut jouer de vue des utilisateurs et de l’utilisation des
ce rôle. Le réseau hydrométrique de référence du données, qui peuvent varier dans l’espace et dans
Canada en est un exemple (Harvey et. al., 1999). Les le temps. Il faut aussi identifier les besoins poten-
stations modèles climatologiques sont appelées tiels futurs et en tenir compte lors de la conception
généralement stations de référence. du réseau.

2.4.1.4.3 Bassins versants représentatifs Objectifs du réseau

Il est souhaitable d’équiper un bassin versant En se fondant sur les buts du réseau, le ou les objec-
représentatif dans chaque région naturelle, tout tifs à atteindre en termes d’information requise
particulièrement dans les régions destinées à un fort peuvent à leur tour être définis. Il peut être utile de
développement économique et dans celles qui préciser les conséquences qu’aurait l’impossibilité
posent les problèmes hydrologiques les plus ardus. de fournir cette information.
Ces bassins, dans le cas le plus simple, doivent au
moins permettre l’étude simultanée des précipitations
Établissement des priorités
et des débits, et ainsi suppléer, dans une certaine
mesure, à la courte durée des observations et à la S’il existe plus d’un objectif, il faut établir des prio-
faible densité des réseaux minimaux. rités pour une évaluation postérieure, mais ceci
n’est pas nécessaire si tous les objectifs peuvent être
atteints dans le cadre budgétaire prévu. Si ce n’était
2.4.1.4.4 Stations de projet

Ce sont des stations installées pour une durée


limitée à des fins spécifiques, souvent dans un cadre Mise en place institutionnelle
de recherche. Il s’agit aussi souvent de répondre à
des enquêtes avant et après des interventions Buts du réseau
physiques sur le bassin ou de compléter la couverture
régionale du réseau de base. Les stations de projet se Objectifs du réseau
caractérisent par:
a) Une durée de vie limitée; Priorités retenues
b) Une qualité des données fixée par les objectifs
poursuivis. Évaluation des réseaux existants

2.4.1.5 Analyse d’un réseau


Conception du réseau
La figure I.2.6 présente les étapes à suivre lors
d’une révision et d’une nouvelle conception d’un Optimisation du fonctionnement
réseau hydrologique existant. De telles révisions
devraient être effectuées périodiquement, afin de Financement
tirer profit de la diminution de l’incertitude hydro-
logique obtenue grâce aux données acquises Implémentation
depuis la précédente analyse de réseau. Le réseau
doit aussi être adapté aux modifications socio- Critique
économiques observées. Les étapes de l’analyse
sont présentées individuellement ci-après.
Liens directs
Mécanismes de rétroaction
Cadre institutionnel

Le rôle et le but des organisations impliquées dans Figure I.2.6. Un cadre pour l’analyse et
la gestion des ressources en eau devraient être la reconception des réseaux
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-25

cependant pas le cas, les objectifs considérés comme du budget. Afin d’être prêt à faire face à de tels
les moins importants devront être abandonnés. changements, un processus de révision continue est
essentiel.
Évaluation des réseaux existants
2.4.2 Densité des stations d’un réseau
L’information fournie par les réseaux existants
devrait être compilée et interprétée afin de détermi- Le concept de densité du réseau sert de ligne direc-
ner si les objectifs sont atteints. Une comparaison trice si des directives précises font défaut. Les
avec d’autres bassins versants et/ou d’autres réseaux densités projetées doivent donc être adaptées aux
peut s’avérer utile. conditions socioéconomiques et physioclimatiques.
Des techniques d’analyses mathématiques informa-
tisées devraient être appliquées pour optimiser la
Conception du réseau
densité d’un réseau nécessaire à des besoins spéci-
Les techniques de conception de réseaux les plus fiques, si les données nécessaires sont disponibles.
appropriées seront appliquées, en fonction de l’in-
formation disponible et des objectifs définis. Il peut Comme indiqué dans la section 2.4.1.3.1, le réseau
s’agir de caractéristiques hydrologiques simples, de minimal est celui qui permet d’éviter de sérieuses
simples relations de régression ou de méthodes plus lacunes dans la mise en valeur et la gestion des
complexes comme celle des moindres carrés ressources en eau, compte tenu du niveau général
généralisés. de développement économique et des besoins envi-
ronnementaux du pays. Il devrait être mis en place
Optimisation des opérations le plus rapidement possible, en y incorporant les
stations existantes, selon les besoins. En d’autres
Les procédures d’exploitation représentent une part termes, un tel réseau fournira le cadre de dévelop-
importante du coût de collecte des données. Cela pement futur permettant de répondre aux besoins
inclut le type d’instrument, la fréquence des visites d’information pour des usages spécifiques de
aux stations et l’organisation des tournées de l’eau.
terrain. Les procédures opérationnelles de coût
minimum devraient être adoptées. Dans les sections suivantes, une densité minimale
de différents types de stations hydrologiques est
recommandée, et ceci pour différentes zones clima-
Budget
tiques et géographiques. Ces recommandations se
Une fois le réseau et les procédures opérationnelles fondent sur les propositions émises en 1991 par les
définis, le coût de son fonctionnement peut être membres du projet OMM d’évaluation de réseaux
estimé. S’il s’inscrit dans le cadre du budget, on de base (BNAP) (OMM, 1992) et sont présentées au
peut passer à l’étape suivante. Si ce n’est pas le cas, tableau I.2.6. Cependant ces densités recomman-
des crédits supplémentaires doivent être alloués, dées sont en cours de révision à travers une étude
sinon les objectifs et/ou priorités devront être menée par la Commission d’hydrologie dont les
soigneusement réexaminés, en vue d’une réduc- résultats seront publiés sur le site Web de la version
tion des coûts. Cette façon de faire devrait électronique du Guide.
permettre au planificateur de préciser les consé-
quences d’un financement réduit en termes Il est impossible de définir suffisamment de zones
d’objectifs non atteints, d’informations réduites, aptes à représenter toutes les variétés de conditions
et de répercussions globales. hydrologiques. Le critère le plus simple et le plus
précis pour une classification des zones est la varia-
tion saisonnière et spatiale des précipitations.
Mise en œuvre
Chaque pays devrait préparer une carte des précipi-
Le nouveau réseau doit être mis en place sous forme tations annuelles de bonne qualité, ce qui
d’une planification à court et à long terme. permettrait de définir un réseau minimal. Mais
cette démarche ne pourrait aider de nombreux pays
dont le besoin d’un réseau est d’autant plus criant
Révision des réseaux
qu’ils n’ont pas ou très peu de données historiques
Nombre de composantes décrites ci-dessus étant et ne peuvent ainsi pas établir une carte des précipi-
variables dans le temps, une révision peut être tations de bonne qualité. Il faudrait également
rendue nécessaire par la modification de l’une considérer les pays où les précipitations sont distri-
d’entre elles – par exemple, changements d’utilisa- buées de façon très irrégulière comme faisant partie
teurs, de l’utilisation des données ou modification d’une catégorie à part. Dans de tels cas il n’est pas
I.2-26 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.2.6. Densités minimales de stations recommandées


(superficie en km2 par station)

Unité physiographique Précipitations Évaporation Débit Sédiments Qualité de l’eau


Sans Avec
enregistrement enregistrement

Zones côtières 900 9 000 50 000 2 750 18 300 55 000


Zones montagneuses 250 2 500 50 000 1 000 6 700 20 000
Plaines intérieures 575 5 750 5 000 1 875 12 500 37 500
Régions vallonnées/de 575 5 750 50 000 1 875 12 500 47 500
collines
Petites îles 25 250 50 000 300 2 000 6 000
Zones urbaines – 10–20 – – – –
Zones polaires/arides 10 000 100 000 100 000 20 000 200 000 200 000

judicieux de déterminer des zones hydrologiques des densités suffisantes, en raison de la grande
sur la base de cette seule caractéristique. dispersion de la population, du faible développe-
ment des moyens de communication ou d’autres
La densité de la population influence aussi la raisons économiques.
conception du réseau. Il est quasiment impossible
d’installer et d’exploiter de façon satisfaisante un
2.4.2.1 Stations climatologiques
nombre important de stations sur un territoire où la
population est très clairsemée, sauf si les stations Les données suivantes sont collectées par les
sont très automatisées. En général, ces zones peu stations climatologiques faisant partie d’un réseau
habitées coïncident avec les zones d’un climat de base: précipitations, manteau neigeux et évapo-
extrême: régions arides, polaires ou de forêts ration. Il est entendu ici que les stations de mesures
tropicales. de l’évaporation et du manteau neigeux, particu-
lièrement les premières, fourniront généralement
À l’opposé, les zones urbaines à forte densité de les données de température, d’humidité et de
population requièrent un réseau de stations pluvio- vitesse du vent, puisque ces éléments météorolo-
métriques très dense pour la résolution giques conditionnent l’évaporation et la fonte des
spatio-temporelle des perturbations, ainsi que pour neiges.
la conception, la gestion, et le contrôle en temps
réel des systèmes d’évacuation des eaux pluviales,
2.4.2.1.1 Stations pluviométriques
ou pour d’autres projets d’aménagement.
Si l’on respecte certains principes lors de l’installa-
À partir de ces considérations, un nombre limité de tion et de l’utilisation des stations pluviométriques,
grandes zones a été défini, de façon quelque peu on constate que quelques stations du réseau
arbitraire, en suivant certaines règles générales, minimal peuvent déjà répondre aux besoins les
pour déterminer les normes de densité. Six catégo- plus immédiats. En général, les pluviomètres
ries de régions physiographiques ont été ainsi devraient être répartis de manière aussi uniforme
définies pour les réseaux minimaux: que possible, en tenant compte de l’utilisation
a) Zones côtières; prévue des données et de la proximité des observa-
b) Zones montagneuses; teurs bénévoles. Dans les régions montagneuses, il
c) Plaines intérieures; faut mettre l’accent sur la notion de gradient alti-
d) Régions de collines; métrique des précipitations par l’utilisation à haute
e) Petites îles (d’une superficie inférieure à altitude de pluviomètres totalisateurs. Les pluvio-
500 km2); mètres peuvent être conçus spécialement pour
f) Zones polaires et arides. mesurer l’équivalent en eau du manteau neigeux,
soit par l’ajout d’un bouclier pour réduire les pertes
En ce qui concerne la dernière catégorie, il est dues au vent, soit par l’utilisation de capteurs de
nécessaire de regrouper les régions dans lesquelles il pression. Un suivi manuel périodique du manteau
ne semble pas possible pour l’instant d’atteindre neigeux peut être utilisé pour compléter le réseau,
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-27

mais il ne devrait pas être considéré comme faisant et à l’amont de la station de jaugeage. Un pluvio-
partie du réseau. mètre ne sera installé à la station de jaugeage que
si les observations qui y sont effectuées sont bien
Le réseau devrait comporter trois sortes de représentatives de la région. Il est parfois préfé-
pluviomètres: rable d’implanter cet appareil à quelque distance
a) Les pluviomètres ordinaires: ce sont des appa- de la station de jaugeage, par exemple lorsque
reils à lecture quotidienne. À ces stations celle-ci est située dans une vallée étroite et
pluviométriques standard, en plus des hauteurs profonde.
de précipitations journalières, les observations
suivantes seront effectuées: chutes de neige,
2.4.2.1.2 Observation du manteau neigeux
épaisseur de la couverture neigeuse au sol, ainsi
que le temps qu’il fait; Le cas échéant, l’observation des précipitations
b) Les pluviomètres enregistreurs: dans les réseaux neigeuses, de leur équivalent en eau et de la
en développement il faudrait qu’au moins 10 % hauteur de neige au sol devrait être faite à toutes
des pluviomètres soient enregistreurs. Une les stations pluviométriques du réseau minimal.
plus forte densité d’enregistreurs est souhai-
table là où se produisent des pluies intenses La mesure de l’équivalent en eau de la couverture
de courte durée. De telles stations fournissent neigeuse au moment de l’accumulation maximale
une précieuse information sur la répartition, donne une indication approximative du total des
l’intensité et la durée des précipitations. précipitations saisonnières dans les régions où le
En zone urbaine, où le pas de temps requis pour dégel et la fonte des neiges en hiver ne sont pas
la mesure des précipitations est de l’ordre de importants. Dans ces régions, le relevé de la
une à deux minutes, il faudra porter une atten- couche de neige le long d’un cheminement fixé
tion toute particulière à la synchronisation des d’avance peut fournir une estimation des précipi-
pluviomètres. Afin d’obtenir des mesures fiables, tations saisonnières si l’on ne dispose pas
il est recommandé d’utiliser des pluviomètres à d’observations normales. Ces relevés nivomé-
augets basculants, reliés à une mémoire électro- triques réguliers sont utiles pour la prévision des
nique (ou tout autre support informatique). débits des cours d’eau et l’étude des crues.
Les zones suivantes devraient être considérées
comme prioritaires pour l’installation d’appareils L’observation du manteau neigeux est effectuée
enregistreurs: les zones urbanisées (population par du personnel équipé pour prélever des échan-
supérieure à 10 000 habitants) dans lesquelles tillons de la neige accumulée ainsi que pour
des systèmes d’évacuation des eaux pluviales déterminer son épaisseur et son équivalent en eau
doivent être installés, les bassins dans lesquels (3.5). Le nombre de cheminements nivométriques,
des systèmes de contrôle importants des rivières leur emplacement et leur longueur dépendent des
fonctionnent déjà ou doivent être construits, conditions topographiques du bassin versant et
les vastes zones insuffisamment couvertes par le des objectifs pour lesquels les données sont collec-
réseau existant et enfin les régions faisant l’objet tées. La dénivellation totale et les différents types
de recherches particulières; d’expositions et de couverture végétale de la zone
c) Les pluviomètres totalisateurs: dans les régions étudiée devraient être pris en considération pour
peu habitées ou isolées telles que déserts et choisir un cheminement représentatif. On suggère
montagnes, des pluviomètres totalisateurs qu’un cheminement nivométrique pour 2 000 à
peuvent être installés. Les relevés y seront effec- 3 000 km 2 comme densité raisonnable dans
tués une fois par mois, une fois par saison ou les régions les moins homogènes; et un pour
chaque fois qu’il sera possible de se rendre sur 5 000 km 2 dans les régions homogènes de
place. plaine. Cependant, chaque cas doit être considéré
selon ses propres caractéristiques et ces règles
Situation des pluviomètres par rapport aux stations générales ne doivent pas être appliquées sans
hydrométriques: pour que les données pluviomé- discernement.
triques complètent les relevés de débits (pour les
prévisions de crues ou pour des analyses hydrolo- Au début de la mise au point d’un réseau, l’étude
giques), le choix des emplacements des deux types du manteau neigeux devrait en général être faite
de stations devra être soigneusement coordonné. une fois par an à l’époque présumée de l’accumu-
Les pluviomètres devraient être situés de façon à ce lation maximale. Par la suite, il conviendra de
que les précipitations tombées sur le bassin versant développer l’étude et de procéder à de telles
puissent être estimées pour chaque station de mesures à intervalles réguliers pendant toute la
jaugeage, ils seront généralement situés à proximité période durant laquelle se produisent les chutes de
I.2-28 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

neige. Dès que possible, ces mesures devraient être l’équipera d’une station débitmétrique, qui devien-
complétées par la mesure régulière des précipita- dra une station secondaire du réseau minimal. Les
tions neigeuses et l’observation des facteurs stations de jaugeage devraient être entrecoupées
météorologiques connexes, comme le rayonne- de stations de mesure du niveau d’eau (section
ment, la température du sol et la vitesse du vent. 2.4.2.2.2).

Partout où cela est possible, les stations principales


2.4.2.1.3 Stations évaporimétriques
devraient être situées sur des cours d’eau à régime
L’évaporation peut être estimée, soit indirectement naturel. Là où cela n’est pas possible, il peut être
en utilisant les méthodes du bilan hydrique, du nécessaire d’aménager des stations supplémentaires
bilan énergétique ou une approche aérodynamique, sur les canaux et les réservoirs, afin d’obtenir les
soit directement par extrapolation des mesures sur données nécessaires à la reconstitution des débits
bac, ou encore par la méthode du transfert turbu- naturels aux stations de base. Les débits calculés
lent (chapitre 4). Une station évaporimétrique doit aux centrales hydroélectriques ou aux barrages
comporter un bac aux normes nationales, où des peuvent être utiles à cet effet, mais il est alors néces-
mesures d’évaporation seront effectuées quotidien- saire d’étalonner vannes de contrôle et turbines, et
nement. On y procédera aussi à l’observation des de vérifier périodiquement ces étalonnages pendant
précipitations, des températures maximales et mini- la durée de service de ces installations.
males de l’eau et de l’air, de la vitesse du vent, de
l’humidité relative ou de la température du point de Des stations devraient être aménagées sur le cours
rosée. inférieur des grands fleuves du pays, immédiate-
ment avant leur embouchure (si possible en amont
L’évaporation joue un rôle très important dans les de la zone d’influence des marées) ou au passage des
études à long terme du régime hydrologique des frontières. Il faudra également installer des stations
lacs et des réservoirs ainsi que pour la gestion de à la sortie des régions montagneuses et en amont
l’eau. Le nombre de stations d’évaporation et leur des premières prises pour l’irrigation. D’autres
emplacement est alors déterminé en fonction de la stations hydrométriques seront placées à tous les
configuration et de la superficie des lacs, ainsi que points où le débit peut varier dans de larges propor-
de la ou des régions climatiques impliquées. tions, en aval de la confluence avec un affluent
important, à la sortie des lacs et là où des aménage-
ments de grande envergure sont prévus. Les stations
2.4.2.2 Stations hydrométriques
hydrométriques sont souvent établies dans les villes
principales pour répondre à de nombreux besoins
2.4.2.2.1 Stations débitmétriques
sociétaux.
L’objectif principal du réseau de stations de jaugeage
est de fournir une information sur les ressources en Afin d’assurer un échantillonnage adéquat, il
eau de surface, leur répartition géographique et leur faudrait qu’il y ait au moins autant de stations
variation dans le temps. L’importance et la débitmétriques sur les petits cours d’eau que sur les
fréquence des crues et des périodes de sécheresse rivières principales. Pour les petits cours d’eau, il est
sont des éléments auxquels il faudra accorder une cependant nécessaire de procéder à des mesures
attention toute particulière. ponctuelles de débit, étant donné qu’il est impos-
sible de les équiper tous de stations de jaugeage. Les
En général, un nombre suffisant de stations débit- facteurs locaux influencent fortement le débit des
métriques devraient être placées le long des petites rivières. Dans les régions développées, où
principaux tronçons des cours d’eau importants, même le plus petit cours d’eau est économique-
pour permettre des interpolations entre elles. La ment important, l’absence de station peut se faire
localisation de ces stations devrait être dictée par sentir vivement, même pour des bassins dont la
des considérations topographiques et climatiques. superficie est aussi petite que 10 km2.
Si la différence de débit entre deux points d’une
même rivière est inférieure à la marge d’erreur de la Des stations devraient être installées pour jauger les
mesure du débit à la station, il est inutile d’y inter- débits dans des contextes géologiques et topo-
caler une station supplémentaire. À ce propos, il graphiques divers. Comme l’écoulement varie
faut préciser que le débit d’un petit affluent ne peut fortement avec l’altitude, les stations du réseau de
être déterminé avec exactitude en soustrayant les base doivent être disposées de façon à couvrir, de
débits mesurés à deux stations de jaugeage enca- façon plus ou moins régulière, chaque partie d’une
drant son embouchure. Si la connaissance du zone de montagne des piémonts aux régions
débit de cet affluent offre un intérêt particulier, on les plus hautes. Il faudra aussi tenir compte de
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-29

l’exposition variable des pentes, qui joue un rôle Le concepteur d’un réseau de base doit garder
important en terrain accidenté, et de l’occupation présent à l’esprit le fait que la collecte des données
du sol qui peut varier selon l’exposition et d’autres relatives au transport solide est plus onéreuse que
facteurs. De même faut-il envisager d’augmenter la celle de toutes les autres données hydrologiques. En
densité de stations dans les régions riches en conséquence, le plus grand soin doit être apporté au
lacs, seul moyen pour pouvoir en déterminer choix du nombre et de l’emplacement de telles
l’influence. stations. On ne devrait ainsi porter l’accent qu’aux
régions où l’érosion est très active. Après quelques
années de mesure, il peut être souhaitable d’inter-
2.4.2.2.2 Niveaux des cours d’eau
rompre les observations aux stations où le transport
Le relevé des niveaux (hauteur de la surface de l’eau) solide s’avère insignifiant.
est effectué à toutes les stations de jaugeage pour
déterminer le débit. Dans le cadre du réseau mini- Les données de transport solide peuvent être
mal, la mesure de la hauteur d’eau seule peut être complétées par le relevé des sédiments accumulés
nécessaire en d’autres endroits: dans les lacs et les réservoirs. Des appareils de
a) Dans toutes les grandes villes traversées par des sondage par ultrasons sont utiles à cet effet.
cours d’eau, les relevés des niveaux d’eau sont Toutefois, les informations ainsi obtenues ne
utilisés dans le cadre de la prévision des crues, doivent pas se substituer à l’observation directe du
de l’approvisionnement en eau potable ou du transport solide aux stations fluviales. La mesure
transport; des débits solides et le calcul du transport sédimen-
b) Sur les grandes rivières, entre les stations de taire sont abordés dans la section 5.5.
jaugeage, le relevé des hauteurs d’eau peut être
utile pour l’étude de la propagation des crues et 2.4.2.2.5 Stations de mesure de la qualité des
leur prévision. eaux

L’utilité d’un approvisionnement en eau dépend


2.4.2.2.3 Niveaux des lacs et des réservoirs
en grande partie de sa qualité chimique.
Le niveau d’eau, la température, les vagues, la sali- L’observation de cette qualité chimique, tout au
nité, la formation de glace, etc., devraient être moins en vue des objectifs considérés dans ce
observés à des stations situées sur les lacs et les Guide, consiste à prélever périodiquement des
réservoirs. Des stations devraient être établies sur échantillons d’eau à des stations de jaugeage et à
ceux dont la superficie dépasse 100 km2. Comme en analyser les constituants chimiques les plus
pour les cours d’eau, le réseau devrait comprendre courants. Le Comité technique 147 de l’ISO, a
des stations sur quelques lacs ou réservoirs plus élaboré plus de 200 normes internationales rela-
petits. tives à l’échantillonnage de la qualité et aux
méthodes d’analyse.
2.4.2.2.4 Débit solide et sédimentation
Le nombre de sites de prélèvement dans une rivière
Les stations de mesure pour ces types de paramètres dépend de son régime hydrologique et des utilisa-
peuvent être destinées soit à mesurer le débit total tions de son eau. Plus il y aura de fluctuations de la
des sédiments transportés vers l’océan, soit à mesu- qualité de l’eau, plus la fréquence des analyses
rer l’érosion, le transport solide et la sédimentation devra être élevée. Dans les régions humides, où la
à l’intérieur d’un pays, d’un bassin versant, etc. Lors concentration en matière dissoute est faible, il faut
de la conception d’un réseau minimal, l’accent moins de points d’observation que sous les climats
devrait être porté sur l’érosion, le transport et le arides, où les concentrations en ions importants,
dépôt de sédiments au sein du pays. Un réseau opti- en particulier le sodium, peuvent être élevées.
mal devrait comprendre une station de mesure de
débit solide près de l’embouchure de chaque fleuve
2.4.2.2.6 Température de l’eau
important.
La température de l’eau devrait être mesurée et
Le transport solide par les rivières constitue un enregistrée aux stations hydrométriques chaque
problème très important dans les régions arides, fois qu’on y mesure le débit ou qu’on y prélève un
particulièrement dans celles dont le sol est friable, échantillon d’eau. L’heure de la mesure devrait être
et dans les régions montagneuses où, pour les aussi notée. Aux stations où les relevés de niveau
applications de génie civil, l’estimation exacte d’eau sont quotidiens, la mesure des températures
des quantités de sédiments transportés est devrait aussi être effectuée chaque jour. Ces obser-
essentielle. vations, dont le coût est négligeable, peuvent
I.2-30 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

fournir des données utiles pour des études d’hydro- 2.4.3.1 Paramètres caractérisant la qualité
biologie, de pollution, de formation de la glace, de de l’eau
sources d’eau de refroidissement pour l’industrie,
des effets de la température sur le transport solide, Les caractéristiques mesurables de qualité des eaux
de la solubilité des minéraux contenus dans l’eau peuvent être classées de différentes manières: on peut
ou du changement climatique. distinguer les propriétés physiques (température,
conductivité électrique, couleur, turbidité), les teneurs
2.4.2.2.7 Couche de glace sur les rivières et en composants chimiques inorganiques (oxygène
les lacs dissous, chlorures, alcalinité, fluorures, phosphore,
métaux) et organiques (phénols, hydrocarbures
L’observation régulière de la couche de glace devrait chlorés, hydrocarbures aromatiques polycycliques,
comprendre: pesticides), ou encore les composants biologiques et
a) Des observations visuelles des divers processus microbiologiques (comme les coliformes fécaux) ou la
de formation et de destruction de la glace, avec macrofaune (comme les vers, le plancton et les pois-
indication des dates respectivement de l’appa- sons), qui donnent des indications sur la santé
rition des premières glaces flottantes, du gel écologique de l’environnement aquatique.
de toute la surface du cours d’eau, du début de
la débâcle et de la disparition complète de la Une seconde classification se base sur l’importance
glace. Ces observations devraient être faites sur accordée à certaines caractéristiques, qui seront diffé-
une base journalière; rentes selon le type d’eau observé, les utilisations qui
b) La mesure de l’épaisseur de la glace, en deux en sont prévues et les objectifs du programme de
ou trois points caractéristiques près de quelques contrôle. Les variables concernant la qualité de l’eau
stations hydrométriques, une fois tous les cinq sont parfois réparties en deux groupes:
à dix jours. L’emplacement de ces points de a) Variables de base (tableau I.2.7) (PNUE, 2005);
mesure sera choisi à la suite d’études détaillées b) Variables liées à l’utilisation de l’eau:
de la couche de glace, effectuées au début de la i) Approvisionnement en eau potable;
période d’observation de ces stations. ii) Irrigation;
iii) Qualité générale nécessaire à la vie
2.4.3 Besoins spécifiques au contrôle de aquatique.
la qualité de l’eau
Une troisième classification se rapporte aux procé-
Le contrôle de la qualité des eaux peut être organisé dures d’échantillonnage, en fonction de la stabilité
de différentes façons. Il peut se faire par un réseau des divers composants:
de stations à long terme placées de façon straté- a) Stables: les composants ne se modifient pas
gique, ou par répétition de campagnes d’étude de dans le temps;
courte durée ou, plus couramment, par la combi- b) Peu stables: les composants se modifient dans
naison des deux. Pour l’emplacement des stations le temps, mais peuvent être stabilisés durant
on tiendra compte, en plus des objectifs de base du au moins 24 heures, grâce à un traitement
programme, des facteurs suivants: approprié;
a) Conditions générales et problèmes relatifs à c) Instables: les composants se modifient
l’eau; rapidement et ne peuvent être stabilisés.
b) Potentiel de développement des centres indus-
triels et urbains; Les composants des deux premiers groupes
c) Tendances démographiques; peuvent être analysés en laboratoire sur des échan-
d) Climat, géographie et géologie; tillons d’eau représentatifs. Les composants du
e) Accessibilité; troisième groupe doivent être impérativement
f) Main-d’œuvre, financement et moyens dispo- mesurés in situ.
nibles pour traiter les données sur le terrain et
en laboratoire; 2.4.3.2 Qualité des eaux de surface
g) Aspects interjuridictionnels;
h) Durée du transport jusqu’au laboratoire (pour Parfois les objectifs du programme d’étude définis-
les échantillons instables); sent avec précision les meilleurs emplacements pour
i) Sécurité du personnel. le prélèvement d’échantillons dans une rivière ou un
lac. Par exemple, pour déterminer les effets d’un
Le programme d’échantillonnage devrait être contrôlé affluent sur le cours d’eau récepteur, les échantillons
et évalué durant sa phase initiale, afin de s’assurer de devront être prélevés en amont et en aval de la
son efficacité par rapport aux objectifs de l’étude. confluence. Dans d’autres cas, les lois antipollution
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-31

Tableau I.2.7. Variables de base de GEMS/Eau

Catégorie de qualité de l’eau Variables GEMStat

Variables hydrologiques et Débit instantané


d’échantillonnage
Variables physico-chimiques Débit liquide/niveau (GRF) Conductivité électrique
Teneur totale de matières en Oxygène dissous
suspension (R) Transparence (L)
Température
pH (GRF)
Ions majeurs Calcium Sulfates
Sels dissous/Balance ionique Magnésium Alcalinité
Sodium Total des cations
Potassium Total des anions
Chlorures Coefficient d’adsorption du sodium
Fluorures (GW)
Nutriments Nitrates plus nitrites Phosphore total, dissous (R, L)
Ammoniaque Phosphore total, particulaire
Azote organique dissous Phosphore total, non filtré (R, L)
Azote organique particulaire Silice réactive (R, L)
Matière organique Carbone organique dissous DCO
Carbone organique particulaire Chorophylle a (R, L)
DBO
Microbiologie Coliformes fécaux Giardia
Coliformes totaux Cryptospiridium
Métaux Aluminium Plomb
Contaminants inorganiques Arsenic Manganèse
(mesurés dissous, particulaires et/ou Bore Mercure
totaux; la concentration particulaire Cadmium Nickel
est essentielle pour les stations GRF) Chrome Sélénium
Cuivre Zinc
Fer
Contaminants organiques Aldicarbe Hydrocarbures totaux
Aldrine Hydrocarbures chlorés totaux
Atrazine Hydrocarbures polyaromatiques totaux
Benzène PCB
2, 4-D PBDE (éthers diphényl polybromé)
DDT Phénols
Dieldrine Toxaphène
Lindane

R Variables de base seulement pour les rivières GRF Essentiel pour les stations de suivi mondial du flux des
L Variables de base seulement pour les lacs et réservoirs rivières (Global River Flux)
GW Variables de base seulement pour les eaux souterraines R, L Variables de base seulement pour les stations de rivière/
R Variables de base seulement pour les stations de rivière lacs et réservoirs
L Variables de base seulement pour les stations de lacs et
réservoirs

ou les exigences imposées par l’utilisation particu- sives mais peu fréquentes, pour comprendre les
lière d’une eau définiront la fréquence et le lieu des fluctuations rapides des paramètres de qualité de
prélèvements. Par exemple, une autorisation de rejet l’eau. De même, des situations spéciales peuvent
en eaux de surface devra préciser les modalités de conduire à un suivi continu, selon des paramètres
contrôle de qualité, ainsi que l’emplacement du sélectionnés, de la qualité de l’eau.
prélèvement des échantillons, leur nombre, la
fréquence et les paramètres à analyser. Les Les stratégies d’échantillonnage ne seront pas les
programmes de contrôle de la qualité de l’eau mêmes selon les différents types de masse d’eau ou
peuvent être complétés par des campagnes inten- de milieu, par exemple selon que l’on s’intéresse à
I.2-32 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Station Critères
Front ière intern ation ale
1 Aval immédiat d’une frontière
X1 internationale
2 Dérivation pour l’alimentation
X2 publique d’une grande ville
Ville importante
3 Zone importante pour la pêche,
8
X les loisirs et le tourisme
Région peu
développée et 4 Dérivation pour une irrigation
peu peuplée agricole de grande ampleur
Loisirs et 5 Limite de la zone estuarienne
X3
pêche d’une grande rivière
X
6 6 Dérivation pour une importante
alimentation industrielle
X 7 Aval d’un rejet industriel et
Zone urbaine 7
fortement effluent important influençant
X
industrialisée 4 Irrigation X8 la rivière principale

5 8 Station de référence, eau pure


X X5
en l’état

Mer

Figure I.2.7. Site de surveillance en rivière

l’eau en soi, aux sédiments ou aux biotopes. Les cours d’eau. Également de la taille et de l’emplace-
eaux des rivières se mélangent complètement sur ment des aquifères, de l’emplacement des stations
des distances comprises entre quelques kilomètres existantes (de jaugeage et de contrôle de la qualité
et plusieurs centaines de kilomètres en aval des des eaux), des débits et des conditions climatiques
sources de pollution. Les lacs peuvent être stratifiés à l’intérieur du bassin versant. Importent en outre
verticalement en raison de la température de l’eau les développements historiques, les centres urbains
ou d’arrivées d’eau salines de haute densité. Les et industriels présents et futurs, les prises d’eau et
eaux souterraines peuvent s’écouler très lentement les rejets d’eaux usées actuels, les sources salées
alors qu’en surface, rien ne trahit les modifications naturelles, les drainages de mines, les plans d’irri-
des solutés en profondeur. gation, la régulation des débits (barrages). De
même les utilisations actuelles et prévues des eaux,
Si l’objectif principal du programme est l’étude de les objectifs ou normes de qualité pour les lacs et
l’impact des activités humaines sur la qualité de les rivières, tout comme l’accessibilité aux sites
l’eau d’un bassin versant, celui-ci peut être subdi- potentiels d’échantillonnage (propriétaires des
visé en régions naturelles ou anthropisées. Ces terrains, routes, aérodromes). Et enfin la disponibi-
dernières peuvent être à leur tour subdivisées en lité de services comme l’électricité, et des données
zones stables (durant au moins 10 ans) et en celles de qualité des eaux déjà disponibles. La figure I.2.9
où l’impact anthropique est variable, comme dans montre les étapes à suivre pour choisir les sites
les zones agricoles, résidentielles ou industrielles. d’échantillonnage. La distance en aval jusqu’au
Lors d’études concernant les précipitations acides, point de brassage complet des eaux est grosso modo
la sensibilité du sol aux dépôts se révèle un facteur proportionnelle à la vitesse du courant et au carré
important. Les figures I.2.7 et I.2.8 donnent de la largeur du chenal d’écoulement. Les rivières
quelques exemples d’emplacements de stations sont généralement suffisamment peu profondes
d’échantillonnage en rivière et en lacs selon la pour qu’en aval d’un point de rejet de substances
poursuite d’objectifs spécifiques. polluantes, les eaux atteignent rapidement une
certaine homogénéité dans un plan vertical. Quant
Une fois le site choisi, l’étape suivante est la au brassage latéral, il se réalise beaucoup plus
collecte de l’information pertinente sur la région lentement. Ainsi, dans des rivières larges et
étudiée. L’information recherchée tiendra compte: rapides, le brassage complet peut n’être effectif
des aspects géologiques, hydrologiques et démo- que plusieurs kilomètres en aval du point
graphiques aussi bien que du nombre de lacs et de d’injection.
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-33

Station Critères
X
9 9 Affluent d’alimentation principal
10 Qualité générale de l’eau du lac
11 Alimentation en eau d’une grande
ville
X
12 Effluent du lac
10

Lo
isi 11
rs X

12
X

Figure I.2.8. Site de surveillance: lacs

Inventaire des usages


de l’eau présents et futurs

Inventaire des facteurs,


présents et prévus,
Information
influençant la qualité
de l’eau

Inventaire des ressources


potentielles, utilisées
ou non

Collecte des données de


qualité disponibles

Préparation de cartes de
qualité et d’usage

Besoin en
données

Évaluation des Évaluation de l’influence


besoins d’usage de la qualité

Information requise

Planification du contrôle

Sites envisageables
Collecte des données

Suivi prolongé
Bilan

Inspection de contrôle
de la pertinence du site

Site choisi

Échantillonnage et
analyse

Figure I.2.9. Schéma pour le choix de sites d’échantillonnage sur la qualité de l’eau
I.2-34 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Divers protocoles sont recommandés pour un échan- Un graphique représentant les variations des para-
tillonnage représentatif dans la section transversale mètres en fonction du temps peut faire apparaître
d’une rivière. On peut prélever six échantillons (en des variations cycliques parmi les fluctuations aléa-
dupliquant les analyses), par exemple sur trois verti- toires. Pour la détection de tels cycles, il faut que
cales de la section, à deux profondeurs différentes, l’intervalle d’échantillonnage ne soit pas plus long
ou échantillonner à moyenne profondeur au quart, à que le tiers de la durée du plus court des cycles, et
la moitié et aux trois quarts de la largeur de la rivière, que la prise d’échantillons s’étende sur une période
ou à des intervalles réguliers sur toute la largeur du au moins dix fois plus longue que la durée du plus
cours d’eau. Si l’on n’obtient pas d’échantillon repré- long d’entre eux. Par conséquent, des cycles de
sentatif, il est conseillé de choisir un autre longue période ne seront pas détectés lors des
emplacement à proximité, à l’amont ou à l’aval. Une études initiales, mais seront mis en évidence après
autre possibilité consiste à analyser un échantillon la mise en exploitation du réseau. Pour détecter ces
composite pondéré en fonction du débit, provenant variations cycliques, il est recommandé de prélever
du mélange d’échantillons prélevés sur des verticales des échantillons aléatoires, par exemple à différents
de la section. jours de la semaine, ou à différentes heures du jour.

Le mélange longitudinal dans une rivière au débit 2.4.3.3 Qualité de l’eau des précipitations
irrégulier ou cyclique aura une influence secondaire
quant à l’emplacement du site de prélèvement. En général, les sites d’échantillonnage devraient
Mais il est nécessaire de prendre en compte cette être choisis de façon à donner une information
caractéristique du débit au moment de décider de la précise et représentative de la variation spatio-
fréquence d’échantillonnage et lors de l’interpréta- temporelle des teneurs en composants chimiques
tion des résultats. dignes d’intérêt. Il faut tenir compte de certains
facteurs importants tels que la direction des vents
La fréquence d’échantillonnage dépend des buts dominants, l’origine des composés analysés, la
attribués au réseau, de l’importance relative de la fréquence des précipitations (pluie, neige, grêle)
station de prélèvement, de la gamme des valeurs ainsi que d’autres processus météorologiques
mesurées, de la variabilité temporelle des paramètres influençant le dépôt. Il y a aussi des critères locaux
étudiés et de la disponibilité des ressources. En à prendre en compte:
l’absence d’information antérieure suffisante, on a) Aucune source mobile de pollution (trafic
choisira une fréquence arbitraire basée sur la connais- courant aérien, maritime ou routier) ne
sance des conditions locales. Cette fréquence pourra devrait se trouver à moins de 1000 m du site
être ajustée, en accord avec la variabilité observée, d’échantillonnage;
lorsqu’on aura récolté suffisamment de données. La b) Aucun dépôt en surface de produits agri-
fréquence d’échantillonnage est déterminée par coles, de combustibles ou d’autres matériaux
l’importance relative de la station, et dépendra du exogènes ne devrait se trouver à moins de
fait que les concentrations de quelques-unes des 1000 m du site;
substances analysées s’approchent ou pas de valeurs c) Les échantillonneurs devraient être installés en
critiques. terrain plat, non aménagé, de préférence recou-
vert d’herbe et être entourés d’arbres distants
Aux stations lacustres, il est recommandé de préle- de plus de cinq mètres des préleveurs. Aucune
ver des échantillons pendant cinq jours consécutifs, source de matériaux pouvant être emporté par
durant la période la plus chaude de l’année ainsi le vent (champs labourés, routes non asphal-
que cinq échantillons consécutifs par trimestre. Les tées, etc.) ne devrait se trouver à proximité. Les
lacs situés sous un climat tempéré et qui présentent zones à forts tourbillons verticaux ou les zones à
une stratification des eaux constituent un cas parti- remous situées du coté sous le vent d’une crête,
culier et devraient être échantillonnés au moins six les sommets balayées par le vent et les toits des
fois par an avec, en outre, des prélèvements occa- bâtiments, etc. devraient être évités en raison
sionnels aléatoires au cours des périodes suivantes: des fortes turbulences qu’ils peuvent engendrer;
au moment des eaux libres avant la stratification d) Aucun objet d’une taille supérieure à celle de
estivale, puis au moment du brassage des eaux l’échantillonneur ne devrait se trouver à moins
suivant la stratification de l’été, sous la glace lorsque de cinq mètres du site;
le plan d’eau est gelé et enfin en période de fonte e) Tout objet plus haut que l’échantillonneur
des neiges et de ruissellement. De même, des échan- devrait se trouver à une distance supérieure à
tillons supplémentaires devraient être prélevés en 2,5 fois la différence de hauteur entre les deux.
rivière, si possible après de fortes pluies, durant la Il faut faire tout particulièrement attention à la
période de fonte des neiges et de ruissellement. présence de fils métalliques aériens;
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-35

f) L’ouverture de l’échantillonneur devrait se Pour les rivières où des données de transport solide
trouver au moins à un mètre au-dessus du sol sont requises, il est nécessaire de placer les sites
afin d’éviter que des matériaux indésirables d’échantillonnage près des stations de jaugeage,
n’y pénètrent, par transport éolien ou par afin de pouvoir disposer à tout moment de données
éclaboussures; débitmétriques précises. Il faut éviter d’installer un
g) Les échantillonneurs automatiques doivent échantillonneur juste en amont d’une confluence,
être alimentés en énergie pour faire fonctionner car les prélèvements risquent d’être faussés par les
les clapets et capteurs, ainsi que les éventuels phénomènes de remous. Dans les cours d’eau trop
systèmes de réfrigération en été ou d’antigel en profonds pour être traversés à gué, les échantillon-
hiver. Si cette énergie est fournie par des lignes neurs pourront être placés sous un pont ou à
électriques, elles ne devront pas être aériennes. proximité d’un téléphérique. Les prélèvements
Si l’électricité est produite par des générateurs, depuis des ponts se feront de préférence du côté
la sortie des gaz d’échappement devra être amont de l’ouvrage. Dans les zones à forte turbu-
suffisamment éloignée de l’échantillonneur et lence, comme au voisinage des piles, les échantillons
située sous le vent; sont rarement représentatifs. Il faut aussi faire
h) Pour des études à l’échelle continentale, les attention à l’accumulation de débris ou de détritus
sites devraient être de préférence situés en autour des piles, car cet amoncellement peut modi-
milieu rural et éloigné, sans source de pollu- fier profondément l’écoulement et, par conséquent,
tion continue à moins de 50 kilomètres dans la la distribution des sédiments. Un échantillon global
direction des vents dominants, et à moins de résultant du mélange, en fonction de leur charge
30 kilomètres dans les autres directions. moyenne, de prélèvements provenant de plusieurs
points pris le long de la colonne d’eau peut être
Ces conditions peuvent ne pas être remplies dans considéré comme représentatif pour autant que le
tous les cas. La description des stations de mesure brassage latéral soit suffisant.
devrait, pour chacune de ces conditions, indiquer les
caractéristiques spécifiques de l’emplacement choisi. Dans les rivières à écoulement rapide, les meilleurs
endroits pour effectuer des prélèvements de sédi-
Sur les grands lacs, les précipitations sur le plan ments du fond sont les bancs de sable, les méandres,
d’eau peuvent ne pas être aussi fortes que le long les hauts fonds, le milieu du chenal et, de façon
des rives et la proportion des particules solides gros- générale, les zones abritées, où la vitesse de l’eau est
sières y être plus faible. La collecte d’échantillons au son minimum.
milieu d’un lac se fait en installant l’échantillon-
neur sur une bouée, un rocher, un haut-fond ou Les sites d’échantillonnage devraient être acces-
une petite île. sibles lors des crues, car c’est durant ces périodes
que le transport solide est plus important.
En ce qui concerne la méthode d’échantillonnage
des précipitations, préférence est donnée aux prélè- La détermination, en rivière, du pic de charge
vements par événement. Chaque averse, tempête polluante peut se faire de deux façons différentes:
ou chute de neige constitue un événement. a) Si la pollution est ponctuelle, les prélèvements
L’analyse des échantillons provenant d’un épisode seront faits durant les périodes de basses eaux,
de précipitations particulier permet de déterminer lorsque les polluants sont les plus concentrés;
les polluants qui lui sont associés. Une analyse de la b) Si les polluants sont d’origine diffuse (ruissel-
direction des vents, peut permettre de définir les lement de nutriments ou de pesticides prove-
sources probables d’émissions. Cependant, ce nant de terrains agricoles), les prélèvements
système d’échantillonnage est très sensible. On devraient être effectués durant les périodes de
applique ici les mêmes considérations statistiques crues, lorsque les polluants arrivent par lessivage
concernant la fréquence d’échantillonnage que du sol.
celles définies pour le prélèvement d’eau de surface.
Si l’un des objectifs poursuivi est de quantifier le
transport solide dans une rivière, il faut se souvenir
2.4.3.4 Qualité des sédiments
que le moment où la concentration des sédiments
La plupart des critères utilisés pour choisir les est maximale ne correspond pas forcément au
emplacements de mesure, exposés dans les sections moment où le débit est le plus fort. En outre, une
précédentes, sont aussi applicables à l’échantillon- succession de forts débits aboutira progressivement à
nage des sédiments. Nous ne décrirons donc une diminution des concentrations de sédiments, la
ci-dessous que les recommandations supplémen- diminution des matériaux mobilisables provoquant
taires spécifiques. un effet de tarissement.
I.2-36 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Sur les lacs, le site d’échantillonnage de base devrait que les échantillons soient représentatifs de l’eau de
se trouver au centre géographique du plan d’eau. la nappe souterraine. C’est en particulier le cas
Si le lac a une grande superficie (supérieure à lorsque le puits a un revêtement sensible à la
500 km2), il faudra installer plusieurs stations de corrosion.
base. Dans le cas où différents types de sédiments
devraient être prélevés, on peut utiliser les infor- L’utilisation de puits existants est une solution
mations provenant de relevés acoustiques économique, même s’ils ne sont pas toujours situés
(échosondeurs), qui permettent à la fois d’identi- au meilleur endroit ou construits avec des maté-
fier le type des matériaux couvrant le fond (sable, riaux inertes. Les puits en activité ou pompés
gravier, vase) et d’indiquer la présence d’une strati- occasionnellement sont préférables à ceux qui ne
fication sous la surface. Des échantillonneurs sont plus utilisés. Les puits abandonnés ou inex-
secondaires devraient être placés entre la station de ploités sont souvent en mauvais état: tubage
base et l’embouchure des principaux affluents ou endommagé ou percé, système de pompage corrodé.
les sources de pollution. La stratégie habituelle Il est souvent difficile d’y mesurer les niveaux d’eau
consiste à placer des points de prélèvement sur et ils peuvent présenter des dangers.
l’axe longitudinal du lac, avec éventuellement des
points placés sur des axes transversaux. En général, Les variations de la qualité des eaux souterraines
pour un lac de taille moyenne, trois à cinq stations peuvent être très lentes; des prélèvements mensuels,
donnent une bonne approximation de la qualité saisonniers, voire même annuels suffisent générale-
des sédiments. Cependant, il sera nécessaire d’aug- ment à les appréhender.
menter la densité de ce réseau, si l’on veut pouvoir
réaliser des études statistiques valables.
2.4.4 Réseaux opérationnels d’acquisition
des données
La fréquence d’échantillonnage dans les lacs est
conditionnée par la concentration généralement La plupart des prévisions hydrologiques sont tirées
faible des matières en suspension. Les pièges à sédi- de données provenant des réseaux d’observation.
ments devraient être utilisés durant les périodes de Ces données comprennent non seulement les
productivité maximale et minimale d’algues, ainsi mesures instrumentales, mais également le détail
qu’au moment où les apports de sédiments par les des opérations de gestion de l’eau et des ouvrages
rivières sont les plus élevés. de protection contre les crues. Un système de prévi-
sion devrait utiliser autant que possible des données
Lors d’échantillonnages répétés de sédiments repo- du réseau de base (section 2.4.1.3). Le domaine
sant au fond des lacs, il faut tenir compte de la couvert par le réseau de prévision est déterminé par:
vitesse d’accumulation des matériaux. Dans les a) Les demandes des utilisateurs en matière
bassins versants situés sous des climats tempérés de prévision à des points précis, ainsi qu’en
froids, on compte une accumulation moyenne de matière d’information courante sur l’état des
0,1 à 0,2 millimètre par an. Une période d’échan- masses d’eau;
tillonnage sur un intervalle de cinq ans peut b) La densité de réseau nécessaire pour évaluer
s’avérer trop courte pour fournir des informations correctement les caractéristiques du régime
nouvelles, à moins qu’il ne s’agisse de détecter la hydrologique et l’étendue des masses d’eau;
présence de nouvelles substances polluantes. c) La technologie de transmission des données au
centre de prévision;
d) La représentativité des observations;
2.4.3.5 Qualité des eaux souterraines
e) Les moyens de diffusion des prévisions.
Un grand nombre d’informations hydrogéolo-
giques sont nécessaires pour mettre sur pied une La collecte de l’information sur la gestion de l’eau
stratégie d’échantillonnage pour les aquifères. Il devrait être organisée de telle manière qu’elle
faut connaître les niveaux d’eau, les gradients s’harmonise avec le travail normal d’exploitation
hydrauliques, la vitesse et la direction des écoule- des agences qui fournissent ces données.
ments. Un inventaire des puits, des forages et
des sources alimentées par l’aquifère, ainsi que de Un programme de transmission des observations au
l’utilisation du sol devront être établis. centre de prévision par les stations de contrôle non
automatisées devrait être établi et ces observations
Les échantillons d’eaux souterraines sont prélevés devraient être classées selon la régularité ou le
dans les eaux de drainage et les puits naturels et caractère occasionnel de leur transmission. Les bulle-
forés. Les prélèvements dans les puits devraient être tins réguliers devraient comprendre l’information
précédés d’un pompage suffisamment long pour journalière sur les niveaux d’eau, les débits, les
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-37

températures et si cela est approprié le gel, ainsi que qui n’est pas accessible par les seules études de suivi,
les observations tous les 5 ou 10 jours sur l’épaisseur est utile pour la gestion de la pisciculture, les études
de la glace, la hauteur de neige et son équivalent en d’aménagement de cours d’eau, et les études de
eau. Les bulletins occasionnels contiennent les infor- qualité de l’eau.
mations d’urgence sur les changements importants
dans le régime des masses d’eau et les données À une autre échelle, les considérations concernant
d’exploitation, ainsi que les informations néces- la qualité de l’eau sont de plus en plus importantes
saires pour expliquer l’évolution d’un phénomène pour la conception de l’assainissement urbain. La
hydrologique particulier. conception des programmes de surveillance appro-
priés devrait inclure un échantillonnage à faible pas
Le Casebook on Hydrological Network Design Practice de temps, un suivi intégré des précipitations et des
(WMO-No. 324) donne des exemples de densités écoulements et des temps de réponse très courts si
spatiales pour différentes variables hydrologiques, et on veut que ces données soient utiles. Ces condi-
les principes généraux pour les évaluer en fonction tions sont assez différentes de celles qui sont
de la variabilité spatiotemporelle. réalisées par les procédures habituelles. L’usage de
modèles informatiques est une dimension supplé-
mentaire pour l’amélioration des informations
2.4.5 Options stratégiques pour
extraites des activités de surveillance de l’eau. Dans
les réseaux
certains cas, la conception même du réseau de
En plus des tentatives pour améliorer la représenta- contrôle peut être améliorée par l’usage de tels
tivité des réseaux de mesure des eaux de surface, les modèles.
services hydrologiques devraient développer des
stratégies de suivi plus détaillées. Pour certains
bassins, les activités de collecte de données hydro-
métriques doivent être intégrées aux programmes 2.5 COLLECTE DES DONNÉES
de suivi des sédiments, de la qualité des eaux,
de la météorologie et de l’habitat aquatique
2.5.1 Choix du site
(section 2.4.1.4). Par exemple, les études de trans-
fert des polluants associés aux sédiments doivent Une fois la phase de conception du réseau achevée,
tenir compte des origines, cheminements et deve- les emplacements de collecte des données approxi-
nir des particules fines. Ceci exige la compréhension mativement localisés en fonction des contraintes
simultanée des régimes hydrologique et sédimento- opérationnelles, les types d’instruments de mesure
logique. Que ce soit pour l’interprétation des définis, un emplacement peut être choisi de façon
concentrations ou pour le calcul des charges plus précise en fonction des contraintes de l’instru-
polluantes, un tel suivi intégré nécessite une coor- mentation, comme décrit dans les chapitres
dination étroite à tous les stades de la collecte de suivants de ce volume (sections 5.3.2.1 et 5.4.2).
données, de sa planification à la présentation des Afin d’assurer la qualité des données, il est parfois
résultats. nécessaire d’aménager le site par des déboisements
ou une stabilisation du lit du cours d’eau.
La planification intégrée des réseaux devrait être
développée pour maximiser l’efficacité de tous les Lorsqu’un endroit a été choisi et les instruments de
programmes concernant les données sur l’eau. Des mesure installés, deux types de données seront rele-
efforts importants sont nécessaires pour définir les vées: des informations relatives au site lui-même et
besoins des réseaux selon des perspectives multiples, les observations hydrologiques pour lesquelles la
afin de coordonner la collecte de données par bassin station a été conçue. La station, une fois installée,
versant de telle sorte que les données appropriées, devra être exploitée et entretenue en accord avec
comme les précipitations, le ruissellement, les eaux ses prescriptions initiales. Cela nécessite l’établisse-
souterraines et la qualité de l’eau soient utilisables ment d’un programme adéquat d’inspection et de
pour les besoins futurs. maintenance assurant la continuité et la fiabilité
des mesures, et la mise en place de routines de véri-
Les programmes de suivi actuels peuvent être fication et d’étalonnage conférant aux données
améliorés à l’aide d’études complémentaires. Des l’exactitude requise.
études des changements sédimentologiques et
morphologiques du cours d’eau (Church et al.,
2.5.2 Identification de la station
1989; Carson, 1987) peuvent, par exemple, complé-
ter les suivis réguliers pour la caractérisation du Pour que les caractéristiques d’un site de collecte
comportement de la rivière. Cette connaissance, de données et leur évolution soient documentées,
I.2-38 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

il faudra assurer la mise en place d’un système d’Ontario, le bassin versant 02, le sous-bassin
d’identification et d’archivage des informations versant IE, son numéro d’ordre étant le 9.
descriptives.
Pour l’identification des stations, l’OMM a admis un
2.5.2.1 Identification des sites de collecte de système de codage (Moss et Tasker, 1991) similaire
données aux énumérations b) et c) du système NAQUADAT.

Chaque site permanent devra être doté d’un code Un autre système reconnu de codage des points de
d’identification unique qui sera utilisé pour marquer prélèvement, utilisé par l’Agence de protection de
toutes les données et informations pertinentes pour l’environnement des États-Unis d’Amérique (EPA),
le site. La plupart des codes d’identification sont est le River Mile Index, qui correspond à une partie
numériques, mais ils peuvent également être du système STORET. Dans ce cas, le point de prélè-
alphanumériques. vement est défini par sa relation hydrographique
par rapport à l’embouchure du système fluvial et
Il arrive souvent que plusieurs services ou agences par la distance qui l’en sépare. Il comprend les
possèdent des stations de collecte de données dans codes des bassins versants principaux et secon-
une même région ou un même pays. L’échange de daires, le numéro du cours d’eau terminal, la
données et la coordination de la collecte entre les direction et la cote de l’écoulement, la distance en
différentes personnes intéressées seront plus aisés si miles entre et jusqu’aux confluences du système
un seul système d’identification est utilisé par tous. fluvial, ainsi qu’un code identifiant le niveau du
Chaque région sera définie selon le(s) bassin(s) cours d’eau au point de prélèvement.
versant(s) ou les zones climatiques qu’elle couvre, et
une partie du code d’identification du site devrait 2.5.2.2 Information descriptive
contenir des éléments permettant sa localisation
dans la région. Dans bien des cas, la valeur des données sera
meilleure si, dans le cadre de la production de
L’identificateur du site peut être simplement un métadonnées, l’utilisateur peut disposer d’infor-
numéro d’accès, c’est-à-dire un numéro d’ordre mations sur l’historique de la collecte. À cette fin,
attribué aux stations au fur et à mesure de leur ces informations devraient être inscrites dans un
établissement. Le système sophistiqué d’identifica- fichier de remarques propre à chaque station. Le
tion de la Banque nationale de données pour la niveau de détail, variable, sera fonction de chaque
qualité des eaux (NAQUADAT), a été conçu pour un paramètre mesuré. Typiquement, ce fichier devrait
traitement informatique des données. Il se compose contenir le nom de la station et des indications
d’un code alphanumérique de 12 signes, qui consti- quant à sa localisation, son type, les stations asso-
tue la clé d’accès pour le stockage et la recherche des ciées (établissement, exploitation, autorités
données dans le système informatique. Ce nombre propriétaires), son altitude, la fréquence des obser-
est composé de plusieurs sous-sections (PNUE/OMS, vations, les périodes d’exploitation et les détails
1996): sur son équipement. On pourra y ajouter des
a) Type d’eau – Un code numérique de deux rubriques spécifiques à certains types de stations.
chiffres indique le type d’eau observée (cours Une sélection de ces informations devrait être
d’eau, rivières, lacs ou précipitations). Ce code systématiquement annexée aux fichiers de sortie
a été étendu à d’autres types de milieux aqua- des données (chapitre 10).
tiques. Une liste des codes attribués jusqu’ici est
donnée dans le tableau I.2.8; Un fichier contenant davantage d’informations
b) Province, bassin et sous-bassin versant – Trois sur l’historique des opérations devrait être établi
paires de chiffres et de lettres permettant d’iden- afin d’être distribué selon les besoins (chapitre 10).
tifier la province, le bassin et le sous-bassin Le niveau de détail sera, ici aussi, différent selon le
versant; type des observations enregistrées. Pour une
c) Numéro d’ordre – Un nombre de quatre chiffres station hydrométrique, le fichier peut inclure des
attribué habituellement par un bureau régional. informations concernant la zone climatique, et
des notes sur les précipitations et l’évaporation, la
Par exemple, le numéro de station 00BC08NA0001 géomorphologie, le relief, la végétation, l’utilisa-
indique que le site de prélèvement se situe sur un tion du sol et le déboisement, ainsi que des détails
cours d’eau, dans la province de Colombie britan- sur la station. Un tel fichier devra contenir les
nique, dans le bassin versant 08, dans le sous-bassin informations suivantes: description de la station,
versant NA et le numéro d’ordre est le 1. La station croquis détaillé du site, carte régionale ainsi qu’une
01ON02IE0009 concerne un lac, dans la province description du site et de la région. Des exemples de
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-39

Tableau I.2.8. Codes NAQUADAT pour les types de milieux aquatiques

Type Code Sous-type Code Type Code Sous-type Code

Eaux de 0 Chenal 0 Sédiments, 5 Chenal 0


surface sols Fond de lac 1
Berge de cours d’eau 2
Lac 1
Berge de lac 3
Estuaire 2
Contaminé par le sol 4
Océan/mer 3
Sol en général 5
Étang/mare 4
Sol de colature 6
Lac de barrage 5
Boue ou sol conditionné 7
Port 6
Autre 8
Fossé 7
Ruissellement 8
Inconnu 9 Eaux usées 6 Eaux pluviales 0
industrielles Affluent primaire 1
Eaux 1 Pompage de puits 0 Effluent primaire 2
souterraines Source 1 Effluent final 3
Piézomètre 2 Boues 4
Drain 3 Problème particulier 5
Marécage 4 Autre 6
Robinet domestique 8
Inconnu 9
Eaux usées 7 Eaux brutes 0
municipales Effluent du décanteur primaire 1
Eaux usées 2 Industrielles 0 Effluent du décanteur 2
ou épurées Urbaines 1 secondaire
Mines 2 Effluent primaire classique 3
Bétail 3 Effluent secondaire classique 4
Inconnu 9 Effluent de traitement avancé 5
des eaux usées
Effluent stérilisé 6
Précipitations 3 Pluie 0 Boue brute 7
Neige 1 Boue digérée 8
Glace (chute de) 2 Autre 9
Précipitations mixtes 3
Retombées sèches 4 Eaux usées 8 Eaux brutes 0
diverses Effluent du décanteur 1
primaire
Alimentation 4 Municipale 0 Effluent du décanteur 2
traitée Industrielle 1 secondaire
Mines 2 Effluent primaire classique 3
Privée (individuelle) 3 Effluent secondaire classique 4
Autres travaux communaux 4 Effluent de traitement avancé 5
Distribution municipale 5 des eaux usées
Usine de traitement municipale 6 Effluent stérilisé 6
(stade intermédiaire) Boue brute 7
Résidus de traitement ou boues 7 Boue digérée 8
Autres 9 Autre 9

Source: Organisation météorologique mondiale, 1998a: Manual on Water Quality Monitoring – Planning and Implementation of Sampling
and Field Testing, Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 27, WMO-No. 680, Genève.

tels fichiers peuvent être trouvés dans le Guide points de référence spécifiques. Il est important que
pratique GEMS/Eau (PNUE, 2005) et dans Sampling ces points de référence soient permanents et claire-
for water quality (Ministère de l’environnement du ment identifiables. Par exemple, «cinq mètres au
Canada, 1983). La figure I.2.10 en présente un nord-ouest du jeune saule» est une mauvaise
exemple de format possible. description de l’emplacement. Voici l’exemple
d’une description utile: «30 mètres en aval du pont
2.5.2.2.1 Description de la station Lady Aberdeen (route 148), entre Hull et Pointe
Gatineau, à 15 mètres vers l’aval du pilier situé dans
Une description précise du site de prélèvement le cours d’eau, près de la rive gauche». Si un appareil
devra mentionner la distance de la station à des de Système de positionnement mondial (GPS) est
I.2-40 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

DOE, INLAND WATERS DIRECTORATE, WATER QUALITY BRANCH


STATION Direction of flow:
STATION LOCATION DESCRIPTION DESCRIPTION ____________________________________________________
South-east

Description of channel above station:


REGION Quebec
______________
____________________________________________________
Permanent log boom on right, gradual curve to left
Quebec
PROVINCE ___________________ Ottawa River
BASIN ______________
Description of channel below station:
STATION DATA ____________________________________________________
Gradual widening before emptying into Ottawa r.; main
____________________________________________________
current on left, slight backwater on right
S U B-
TY P E P R O V. B ASIN
Description of left bank:
BASIN SEQUENT

0 0 QU 0 2 L H 0 0 3 6 0 0 0 ____________________________________________________
Approx. 3 m drop to river; slope allows only shrubby vegetation
LATITUDE LONGITUDE PR
Description of right bank:
S DEG MIN SEC S DEG MIN SEC
45 27 2500 075 42 0 2 0 0 5 ____________________________________________________
Edge of park land; gentle slope
UTM E ASTING N ORTHING PR
Bed: rocky, gravel, sandy, clean, vegetated:
ZO N E

____________________________________________________
Probably wood chips, muddy
S 0 S

Approximate dimensions and descriptions of lakes and/or


Reservoir
STATION reservoirs:
LOCATION Stream
On ______________
Gatineau Lake _____________________________________________________
None
Lady Aberdeen River
At _______________
bridge near ______________
Pte. Gatineau Prov. ____________
Que.
Located in_______ Sec. _______ Tp ________ Region _______ OBSERVATIONS Natural conditions and/or control installations which may affect
Established __________________
April 19_____
78 flow regimes:
Distance from base to station ______________________________
1.5 km
_____________________________________________________
Baskatong dam
Distance from station to site of analysis ______________________
17 km
_____________________________________________________
en

Farmers rapids
Location of station with respect to towns, bridges, highways, railroads, _____________________________________________________
tributaries, islands, falls, dams, etc.:
im

__________________________________________________________
30 m downstream of Lady Aberdeen bridge (Highway 148) Sources of chemical or physical inputs:
__________________________________________________________
between Hull and Pointe Gatineau and 15 m off pier on _____________________________________________________
Logs, local sewage input
ec

__________________________________________________________
left side (looking downstream)
__________________________________________________________ _____________________________________________________
Sp

Description and location of nearby hydrometric installations:


__________________________________________________________
Baskatong dam about 190 km upstream
__________________________________________________________
Farmers rapids about 25 km upstream

Figure I.2.10. Formulaire de localisation d’une station

disponible, les coordonnées géographiques du lieu description des environs de la station devrait
de prélèvement devraient être déterminées et enre- mentionner les changements saisonniers suscep-
gistrées avec la description de la station. Il faudra tibles de gêner la collecte des données tout au
également noter la date de la première mise en long de l’année. Pour les stations sur les lacs, il
service de la station, ainsi que celle du début de la faudra mentionner la surface du lac, ses profon-
collecte des données. deurs maximale et moyenne, son volume et le
temps de résidence de l’eau.
Pour les stations de mesure des débits et de la
qualité des eaux, l’information sur l’emplace- Toutes les informations supplémentaires sur les
ment comprendra aussi une description du cours conditions, naturelles ou non, pouvant influencer
d’eau en amont et en aval de la station, la profon- les résultats des mesures seront consignées. On
deur de l’eau, la description des berges et des mentionnera aussi les modifications passées et
matériaux du lit du cours d’eau, ainsi que des irré- prévisibles du terrain, de même que les sources de
gularités de sa morphologie pouvant modifier pollution comme les feux de forêt, les constructions
l’écoulement ou la qualité des eaux. Ces irrégula- de routes, d’anciennes mines, ou l’utilisation du sol
rités peuvent inclure des méandres, l’élargissement présente et future.
ou le rétrécissement du chenal, la présence d’une
île, de rapides ou de chutes, ou la confluence avec
2.5.2.2.2 Esquisse détaillée de la localisation
un autre cours d’eau près de la station. La descrip-
de la station
tion des berges devrait mentionner leur pente et
les matériaux qui les composent, ainsi que l’im- Un plan de localisation de la station devrait être
portance de la végétation. Le lit ou les sédiments établi, comprenant la distance (exprimée en unités
peuvent être caractérisés brièvement par les maté- appropriées) de la station à des points de repère
riaux qui les composent: rocheux, vaseux, locaux et à des points de référence permanents
sableux, couvert de végétation aquatique, etc. La (figure I.2.11). Sur cette esquisse, les emplacements
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-41

St
Je
an
-B

Blvd Greber
ap
tis
te
Gat
ine
Pointe Gatineau
N

au
n
ee
erd
Ab e
dy ridg
La B

M
30 r
Pie eau TP
tin

Ja
15

cq
Ga
M
N

ue
wa
TO ta

s-
LE Ot

Ca
Parc

rti
8

P
14

M
er
Y Lac Leamy

Ri
HW

TE
TP
ve

LL
r

HU
Log boom

er
Riv
Figure I.2.11. Croquis de disposition d’une station Figure I.2.12. Carte de localisation d’une station

des prélèvements ou des mesures et de leur équipe- situés à ± 40 m environ, alors que sur une carte au
ment devraient être clairement indiqués. 1/250 000, la précision est de ± 200 m environ
(WMO-No. 559). Si des cartes de navigation
aérienne existent, il faut les utiliser de préférence,
2.5.2.2.3 Plan de situation
car elles fournissent des valeurs plus exactes que
Une carte de situation à grande échelle celles qui proviennent des cartes topographiques.
(figure I.2.12), permettant de localiser le site par
rapport aux routes et autoroutes, ainsi qu’aux 2.5.2.2.5 Descriptif
agglomérations devrait également faire partie du
descriptif de la station. L’association de cette carte Pour les stations de mesure de débit et de qualité
au plan de la station devrait donner une informa- des eaux, il est recommandé de commencer la
tion complète pour localiser la station, de façon description par le nom du cours d’eau, du lac ou de
qu’un enquêteur s’y rendant pour la première fois, la retenue, suivi par sa position (en amont ou en
puisse y arriver sans problème. aval) et sa distance (au moins à 0,1 km près) par
rapport à l’agglomération la plus proche, aux ponts
importants, aux routes principales ou à tout autre
2.5.2.2.4 Coordonnées
point de repère fixe. Le nom de la province, du
Les coordonnées géographiques sont données en territoire ou de toute autre division administrative
latitude et longitude, et peuvent en outre être reliées devrait aussi être mentionné.
à un autre système de référence tel que l’UTM
(Universal Transverse Mercator) ou les plans cadas- Il faudra aussi, dans cette description, signaler tous
traux. Si le site se trouve sur un cours d’eau, la les changements apportés au site et aux instruments.
distance le séparant d’un point situé plus à l’aval, Ces informations constitueront la description
comme un point de référence ou l’embouchure historique du site et de sa région. Un exemple de
d’une rivière, devrait être notée. Il faudra aussi four- descriptif selon le format suggéré est proposé au
nir, si cela est possible, les coordonnées selon le chapitre 10.
système de référence national. Le système interna-
tional GLOWDAT (c’est-à-dire la banque de données
2.5.3 Fréquence et programme des visites
GEMS/Eau (PNUE, 2005)) utilise, lui, le code de
à la station
l’OMM qui divise le globe en huit parties et attribue
à l’hémisphère Nord les valeurs 0, 1, 2 et 3, corres- La fréquence et le programme des relevés, donc des
pondant respectivement à 0°–90° Ouest, 90°–180° visites à la station, seront déterminés par l’utilisa-
Ouest, 180°–90° Est et 90°–0° Est (WMO-No. 683). tion prévue des données collectées. Ils devraient
Pour l’hémisphère Sud, les valeurs 5, 6, 7 et 8 corres- permettre d’organiser les observations à effectuer
pondent respectivement à 0°–90° Ouest, 90°–180° dans le temps. Les visites à la station auront pour
Ouest, 180°–90° Est, et 90°–0° Est (WMO-No. 559). but l’observation ou la collecte des données, mais
aussi la maintenance du site.
Latitude et longitude devraient être tirées de cartes
topographiques au 1/50 000 ou au 1/250 000. Sur Lorsque le paramètre mesuré varie rapidement, les
les cartes au 1/50 000, les points peuvent être visites aux stations de mesure manuelles devront
I.2-42 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

être plus fréquentes si l’on veut maintenir un enre- partie de l’année, il faut prendre des dispositions pour
gistrement valable. Dans ce cas, il est préférable que les observations soient faites toute l’année à la
d’installer un système d’enregistrement automa- même heure UTC.
tique des données ou de transmission en temps
réel, si le personnel compétent et les fonds néces- L’heure d’observation fixée devrait être la fin de la
saires sont disponibles. Cela peut s’avérer période où une série d’observations sont faites à la
particulièrement le cas si des observations plus station. Dans la mesure du possible, la série d’observa-
fréquentes sont souhaitables dans un but hydrolo- tions à effectuer devrait être faite dans les 10 minutes
gique lors de tempêtes ou de crues, mais aussi pour qui précèdent l’heure d’observation fixée. Toutefois, il
des biefs influencés par les marées. est important que l’heure à laquelle l’observation a
réellement été faite soit soigneusement notée, qu’elle
soit effectuée à l’heure prescrite ou non. Dans les biefs
2.5.3.1 Stations manuelles
à marée, les heures d’observation devraient être
Il est important d’encourager le relevé des observa- adaptées au cycle des marées.
tions à heures fixes, dites observations «synoptiques»,
aux stations climatologiques. Le Manuel du Système
2.5.3.2 Stations avec enregistrements
mondial d’observation (OMM-N° 544) recommande les
heures auxquelles il y a lieu d’effectuer, aux stations La fréquence et l’horaire des visites aux stations à
synoptiques, les observations météorologiques à des enregistrement seront directement dictés par la
intervalles de trois et six heures: 0000, 0300, 0600, durée pendant laquelle on peut espérer qu’elles
0900, 1200, 1500, 1800 et 2100 en temps universel fonctionneront sans entretien. Par exemple, les
coordonné (UTC). Dans la plupart des pays, ces pluviographes, inscrivant les mesures sur des
stations constituent les stations de base des feuilles à déroulement hebdomadaire, nécessiteront
programmes d’observation météorologique et clima- des visites chaque semaine pour le changement de
tologique. Si l’observateur doit effectuer trois ces feuilles. D’autres instruments ont une capacité
observations par jour, il est commode que ce soit au de stockage des données plus importante; les visites
voisinage des heures où il se lève et où il se couche, peuvent y être plus espacées. Il faut trouver un juste
ainsi que vers midi. Là où sont effectuées une ou deux équilibre entre la fréquence des visites et la qualité
observations par jour, il sera souvent possible de les des données obtenues. Des visites peu fréquentes
faire aux heures synoptiques. peuvent aboutir, en cas de dysfonctionnement non
détecté de l’enregistreur, à une perte de données,
Toutes les stations où n’est effectuée qu’une observa- alors que des visites trop rapprochées sont onéreuses
tion par jour devraient avoir une heure d’observation en terme de temps comme d’argent. Diverses études
commune, de préférence durant la matinée. ont déjà été réalisées sur le rapport coût-efficacité et
sur l’efficacité de la collecte des données. De plus
Certains cours d’eau, par exemple les rivières alimen- amples informations sont données dans les
tées par de petites montagnes, présentent des Proceedings of the Technical Conference on the Economic
fluctuations diurnes du niveau de l’eau durant and Social Benefits of Meteorological and Hydrological
quelques saisons. L’observation du niveau devrait être Services (WMO-No. 733).
effectuée plusieurs fois par jour aux nouvelles stations
pour s’assurer qu’une lecture unique représente La fréquence des visites peut aussi dépendre du
correctement le niveau d’eau journalier. En outre les niveau d’exactitude désiré pour les données. Des
petites rivières ont des montées violentes de niveau dispositifs de collecte de données peuvent subir une
en réponse aux pluies d’orage. Des lectures supplé- dérive de la relation entre la variable enregistrée et
mentaires du niveau devraient être obtenues durant ce qu’elle représente. Une courbe de tarage non
ces événements pour mieux définir l’hydrogramme stable en est un exemple. Dans ce cas, des visites
correspondant. Les observations du niveau de l’eau périodiques à la station sont nécessaires, afin de
devraient aussi être faites au moment de l’échantillon- recalibrer les instruments de mesure ou établir de
nage de la qualité de l’eau. nouvelles courbes de tarage.

Certes, il est souhaitable que les observations régu- 2.5.3.3 Nouvelles technologies
lières soient effectuées à des heures synoptiques, mais
cela n’est pas possible partout. Il importe alors que les La mise en service d’appareils électroniques d’acqui-
observations soient effectuées tous les jours à la même sition de données et la transmission des données
heure. Cette heure sera notée en temps local ou en par téléphone ou satellite peuvent avoir un impact
UTC, en utilisant la notation de 0 à 24 heures. Si le déterminant sur la fréquence des mesures et des
régime de l’heure d’été est appliqué pendant une inspections (section 2.5.6). Notons cependant qu’une
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-43

maintenance régulière de la station reste nécessaire routiniers. Avant le début de la saison des orages, il
pour assurer une bonne qualité des données. faut établir un plan de mesure des crues dans lequel
devraient figurer les stations prioritaires de mesure,
ainsi que le type des données requises. Si la mesure
2.5.4 Maintenance des sites
des crues est demandée sur un site, sa préparation
Les opérations de maintenance ci-dessous doivent devra être effectuée durant la saison sèche, de sorte
être effectuées aux sites de collecte de données à des que tout soit prêt pour la saison des hautes
intervalles donnés de façon à garantir une qualité eaux. Des mesures supplémentaires peuvent être
adéquate des données enregistrées. Ceci peut être nécessaires si des crues extrêmes sont probables.
mené par l’observateur responsable du site, s’il en
existe un. Elles devraient aussi être occasionnelle- Les travaux préparatoires consistent à:
ment effectuées par un inspecteur (section 9.8.4). a) Surélever l’accès (aire d’atterrissage pour
hélicoptère si nécessaire);
À tous les sites de collecte de données, il faut: b) Équiper un campement provisoire avec des
a) Entretenir les instruments; provisions;
b) Remplacer ou mettre à jour les instruments, si c) Entreposer sur place les appareils de mesure et
nécessaire; les contrôler;
c) Récupérer ou enregistrer les observations; d) Protéger des inondations les instruments tels
d) Effectuer les vérifications recommandées sur les que les enregistreurs de niveau.
enregistrements récupérées;
e) Effectuer un contrôle général des installations Après la décrue, une attention particulière doit être
annexes, par exemple, des lignes de transmission; portée à la sécurité du site et à la restauration de son
f) Effectuer le contrôle et la maintenance de la fonctionnement normal. Dans certains cas, la
station, selon les spécifications recommandées; refonte et la reconstruction du site peuvent être
g) Contrôler et maintenir les accès à la station; nécessaires. Cette opération devra tenir compte des
h) Faire un compte-rendu écrit de toutes les informations obtenues à la suite de l’inondation.
activités ci-dessus;
i) Commenter les modifications de l’utilisation
2.5.5 Observations
du sol ou de la végétation;
j) Enlever les détritus et la végétation gênante À tous les sites de mesure, les valeurs doivent être
dans toute l’installation. relevées puis codées ou enregistrées et finalement
transmises. Des éléments de la collecte de don-
Aux stations de mesure des débits, il faut: nées sont présentés à titre d’exemple dans le
a) Contrôler la stabilité des berges, si nécessaire; tableau I.2.9.
b) Contrôler le niveau et le support de la jauge, si
nécessaire;
2.5.5.1 Stations manuelles
c) Contrôler et entretenir le dispositif de mesure
des débits (téléphérique, etc.), si nécessaire; Les observateurs devraient au moins être équipés
d) Contrôler et réparer l’ensemble des installa- d’un carnet de terrain et/ou d’un journal pour
tions, si nécessaire; chaque station, dans lesquels ils noteront au fur et
e) Lever régulièrement des sections en travers et à mesure leurs observations brutes. Des formulaires
photographier les principaux changements devraient être fournis à l’observateur pour noter les
affectant la station après des événements excep- observations quotidiennes, hebdomadaires, bimen-
tionnels, des changements de végétation ou suelles ou mensuelles, selon les besoins. Le carnet
d’utilisation du sol; de terrain ou le journal de la station devraient être
f) Faire un compte-rendu écrit de toutes les conservés par l’observateur, pour le cas où son
activités ci-dessus et de leurs résultats; rapport se perdrait durant sa transmission jusqu’au
g) Inspecter le terrain autour ou en amont du centre de traitement des données.
site et noter toute modification importante
de l’utilisation du sol ou des caractéristiques La présentation du formulaire de rapport devrait
hydrologiques, comme la présence de glace. permettre d’y copier facilement les résultats notés
sur le carnet de terrain ou le journal de la station.
Pour davantage de détails, voir le Manual on Stream Présenter le rapport sous une forme identique à
Gauging (WMO-No. 519). celle d’une page du carnet ou du journal serait une
bonne solution. Les divers éléments du rapport et
Les crues n’étant pas prévisibles, leur mesure ne du carnet devraient au moins se trouver dans les
peut être incluse dans le programme des contrôles mêmes colonnes ou lignes. Des espaces seront
I.2-44 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.2.9. Les composantes de la collecte des données

Collecte des données


Saisie des données Transmission
Détection Enregistrement

1. Visuelle 1. Carnet de terrain 1. Manuel


Échelle, utilisation du sol, description Texte descriptif, et valeurs d’éléments Observateurs
de site, texture du sol, etc. ou de variables Services postaux
Téléphone
2. Mécanique 2. Formulaire de terrain 2. Automatique
Pluviographe, thermomètre, Conçu pour des descriptions (Télétransmission)
courantomètre, pénétromètre, textuelles et l’inscription des valeurs Téléphone
limnigraphe d’éléments ou de variables Ligne dédiée
Peut être pré-codé pour une saisie Radio
informatique ultérieure Satellite
Internet
Réseaux des téléphones
mobiles
3. Électrique 3. Graphiques
Thermistor, radiomètre, transducteur Bande de papier où est tracée en
de pression, sonde de conductivité, continu la valeur d’une variable
encodeur
4. Support lisible par ordinateur
a) Enregistrement manuel
Formulaires à marques
Formulaires à choix multiple
b) Enregistrement automatique
Mémoire transistorisée

Note: Le tableau s’applique aux éléments ou variables observés sur le terrain. Il existe d’importants groupes de données, relatifs par
exemple à la qualité des sols et de l’eau, pour lesquels on effectue des analyses au laboratoire, ou pour lesquels des échantillons sont prélevés.
Dans ces cas, le système de collecte de données est presque invariablement:
a) Échantillonnage mécanique;
b) Saisie sur carnet ou sur formulaire de terrain.

réservés dans le journal, et peut être sur le formu- des influences temporaires. De plus, les formulaires
laire du rapport, pour toutes conversions ou et les formats d’entrée devront permettre l’ajout de
corrections à apporter aux valeurs brutes. commentaires qui soient accessibles en même temps
que les données finales. Il est important que les
Il est également possible d’utiliser une feuille de commentaires publiés soient exprimés selon une
papier carbone entre les pages d’un carnet d’obser- terminologie normalisée et que l’on utilise, pour les
vation; ceci permettra d’obtenir facilement et rapports de terrain, un vocabulaire correct.
rapidement l’original destiné au centre de traite-
ment des données et une copie, qui sera conservée Il est aussi utile de mettre en place un système de
à la station. L’utilisation de ce procédé n’est pas traitement des données tel que le codage et le
recommandée lorsque le carnet doit être transporté marquage de la qualité des mesures soient réalisés
sur le terrain, l’humidité pouvant rendre les inscrip- en même temps que les observations. Ceci
tions illisibles. Les formulaires peuvent également s’applique tout particulièrement aux observations
être des formes appropriées de codage pour la faites manuellement, car cela pousse l’observateur à
conversion directe au support informatique. formuler un jugement au moment où il effectue ses
observations. Les données des carnets de terrain
La valeur des données peut être fortement améliorée peuvent être traitées en utilisant des lecteurs
ou dévaluée selon la qualité de la documentation qui optiques ou des ordinateurs portables, ce qui permet
les accompagne. Les observateurs devront être le stockage informatique direct des observations.
encouragés à faire des commentaires sur tout phéno- Ces dispositifs permettent la réduction les erreurs
mène extérieur pouvant affecter les observations, de transfert des données ainsi que la vérification
qu’il soit relatif à l’équipement, à l’exposition ou à automatique de leur qualité.
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-45

Les observations de terrains pouvant aider à l’inter- terrain intelligent. Par exemple, les données de
prétation de la qualité de l’eau devraient être notées précipitations peuvent être enregistrées toutes les
dans le rapport. Ces observations peuvent concer- cinq minutes ou à chaque basculement d’auget,
ner une couleur ou une odeur inhabituelles de l’eau, alors que les hauteurs d’eau le seront à chaque fois
un développement algal excessif, des nappes de que la variation du niveau est supérieure à un
pétrole, des films de surface ou de nombreux pois- centimètre; quant aux paramètres de qualité des
sons morts. De telles observations peuvent conduire eaux, ils seront aussi enregistrés, mais à chaque
l’enquêteur de terrain à prélever des échantillons en variation de hauteur d’eau de 10 centimètres, et/
plus de ceux qui sont prévus dans le programme de ou à chaque 24 heures.
routine. Les types d’échantillons et leur mode de
conservation devraient être compatibles avec les Les enregistrements graphiques permettent la
analyses que l’enquêteur pense être justifiées par les collecte en continu des observations, mais nécessi-
conditions prévalentes. Si des échantillons supplé- tent un traitement au bureau. Les éventuels
mentaires sont prélevés à d’autres sites que celui de commentaires ou erreurs détectées seront reportés
la station, la description de leur localisation devra directement sur les graphiques ou sur les feuilles de
être notée avec précision. Ce type d’information et contrôle. De même qu’avec les enregistreurs numé-
les échantillons supplémentaires peuvent se riques, des observations de terrain indépendantes
révéler très utiles dans la phase d’interprétation de devront être faites et notées à chaque visite.
l’étude.
Lorsqu’une station a fonctionné un certain temps,
2.5.5.2 Stations enregistreuses la fréquence et l’horaire des inspections de mesure
devraient être revus, sur la base de l’autonomie des
Aux stations à enregistrement automatique, les instruments de mesure et des besoins en données à
observations sont relevées sous forme graphique ou cet emplacement. Parfois, il faudra étudier la possi-
numérique. Néanmoins, les observations suivantes bilité de récolter les données en temps réel, par le
devront être notées à chaque visite (pour recueil de biais de différents systèmes de communication.
données ou pour maintenance) à la station: Cela peut s’avérer moins coûteux que des visites
a) Le numéro d’identification de la station; régulières sur place (section 2.5.6).
b) Les observations provenant de sources indé-
pendantes (par exemple, tabelles de jaugeage, 2.5.5.3 Compte rendu en temps réel
pluviomètres totalisateurs);
c) Les commentaires spécifiques relatifs au Des données en temps réel sont requises à de
mécanisme d’enregistrement et à son état, nombreuses stations, enregistreuses ou non, par
observations courantes et heure. exemple pour la gestion de réservoirs, des
situations d’annonce et de prévision de crues, et
La feuille de contrôle de la station devrait être dans quelques autres cas comme celui de
remplie à chaque inspection. Les données peuvent l’établissement d’une méthode coût-efficacité de la
être enregistrées sur des disques durs ou des bandes collecte de données.
perforées. Dans ce dernier cas, ou si une carte de
mémoire portable a été utilisée, l’extraction finale Les données en temps réel collectées par un
des observations à partir des données enregistrées observateur de terrain doivent être communiquées
peut être effectuée à l’aide de matériel informatique. à l’agence par un moyen de transmission comme la
Cependant, la personne chargée de la collecte des radio ou le téléphone public. Les stations
données peut utiliser un ordinateur de terrain pour enregistreuses doivent également communiquer les
extraire et valider les données enregistrées avant de données via des installations de transmission. Les
quitter la station. La vérification sur le terrain permet appareils enregistreurs peuvent avoir l’avantage d’à
d’effectuer, sur place, tous changement et réparation la fois transmettre les données à des pas de temps
nécessaires. ou des intervalles de variation du paramètre prescrit,
et de pouvoir être interrogés par le bureau central, si
Les enregistreurs automatiques transcrivent les celui-ci désire connaître la situation à un moment
données à des pas de temps prédéfinis par l’utili- donné, voire modifier la fréquence des mesures. Les
sateur. Les enregistreurs plus sophistiqués, dits enregistreurs automatiques de données peuvent, en
«intelligents», tiennent également compte du plus, fournir des informations sur leur capacité de
compactage et de la variabilité de l’heure d’obser- stockage et leur alimentation en énergie encore
vation. Lorsque plusieurs paramètres doivent être disponibles. Des processus de contrôle de qualité
observés simultanément, la coordination des automatisés peuvent être développés pour ces
opérations peut être réalisée par un enregistreur de situations.
I.2-46 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

2.5.5.4 Instructions pour les observateurs observations de contrôle. Ces instructions doivent
souligner l’importance qu’il y a à porter sur les
Tous les observateurs devraient recevoir des instruc- graphiques toutes les informations qui pourraient
tions écrites, clairement rédigées. Elles devront être utiles lors du traitement ultérieur. Cela
aborder les points suivants: comprend l’identification de la station, l’heure du
a) Une brève description des appareils, avec des début et de la fin de l’observation, la valeur lue
diagrammes; directement sur la jauge et toute autre donnée
b) L’entretien et la réparation de routine des facilitant l’interprétation du relevé par la suite.
instruments et les mesures à prendre en cas
d’avaries ou de dysfonctionnements graves; Le personnel affecté à plein temps à une station
c) Les protocoles pour effectuer les observations; devra posséder une formation suffisante pour
d) Les heures normales des observations; extraire les données des enregistreurs automatiques.
e) Les critères déterminant le déclenchement, la Il devra recevoir des instructions soigneusement
fin et la fréquence des observations spéciales rédigées sur les méthodes à employer pour l’extrac-
effectuées en dehors du programme normal tion des données et la préparation des rapports.
(par exemple, observations du niveau des cours Cependant, dans de nombreux cas, les observateurs
d’eau lorsqu’il dépasse une limite donnée); ne possèdent pas toujours une formation poussée et
f) Les méthodes à employer pour contrôler l’heure il sera préférable de ne pas leur demander d’entre-
et pour reporter les observations de contrôle sur prendre les taches complexes d’extraction des
les graphiques, aux stations munies d’appareils données. Dans ce cas, les documents numériques
enregistreurs; ou graphiques devront être envoyés au bureau
g) La façon de remplir le carnet de terrain ou le central pour le traitement des données.
journal de la station;
h) La façon de remplir les formulaires, y compris
des indications sur la façon de calculer des
2.5.6 Systèmes de transmission
moyennes et des totaux, avec exemples;
i) L’expédition des rapports au bureau central;
2.5.6.1 Généralités
j) Les procédures spéciales pour les stations de
mesure en temps réel. Ces dernières années, les demandes des utilisateurs
de données hydrologiques sont devenues de plus
L’inspecteur complétera ces instructions écrites en plus complexes, de sorte que des systèmes
faites à l’observateur, de vive voix lors de l’installa- incluant la transmission automatique des observa-
tion des instruments, puis à intervalles réguliers tions hydrologiques ont été introduits dans les
par la suite. réseaux nationaux. Ceci a conduit au développe-
ment de codes facilitant la mise en forme des
Les instructions devraient mettre l’accent sur l’im- observations en vue de la transmission et de la
portance de la régularité des observations; elles diffusion des prévisions. Les codes hydrologiques
pourront aussi indiquer brièvement la manière sont présentés en section 2.3.2. Les différentes
dont les données sont utilisées pour les études de options possibles pour l’organisation des systèmes
mise en valeur des ressources en eau, de prévision de transmission sont:
hydrologique et de lutte contre les inondations. Il y a) La transmission manuelle – l’observateur
a lieu d’indiquer de façon précise toutes les observa- adresse, par courrier postal, par radio ou par
tions spéciales nécessaires lors d’événements téléphone, les données au bureau central, selon
exceptionnels, par exemple lors de crues, ainsi que des critères préétablis;
les rapports spéciaux qui devraient alors être rédi- b) La transmission manuelle/semi-automatique –
gés. Les observateurs seront aussi invités à ne pas le bureau central interroge, en mode manuel,
oublier de remplir les cases réservées au nom de la la station automatique par téléphone, Internet
station, ni à la date, et de signer leurs rapports. On radio, radiotéléphone ou satellite et reçoit, à
insistera sur la nécessité de faire connaître sans chaque appel, des valeurs discrètes instanta-
retard toute avarie des appareils ou toute modifica- nées; il peut aussi disposer d’une installation
tion importante du site d’observation. téléphonique automatique pouvant faire des
appels en série;
Aux stations équipées d’appareils à enregistrement c) La transmission automatique programmée – équi-
automatique, les observateurs devront recevoir des pement automatique à la station, programmé
instructions sur les méthodes à employer pour pour lancer la transmission d’une seule obser-
vérifier le fonctionnement des enregistreurs, chan- vation instantanée et/ou d’observations anté-
ger les feuilles d’enregistrement et effectuer les rieures stockées dans un enregistreur à mémoire;
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-47

d) La transmission automatique lorsque se produit e) Les liaisons par satellite – la transmission


un événement particulier – la station transmet des données par satellite peut être envisagée
automatiquement par radio, téléphone, Inter- sous deux formes différentes: transmission des
net ou satellite une variation particulière d’un données enregistrées par les capteurs du satellite
paramètre (par exemple, chaque variation d’un (image satellite) ou utilisation du satellite comme
centimètre du niveau d’une rivière); relais de transmission des données relevées aux
e) La transmission automatique continue – les stations terrestres éloignées vers le poste central
données sont transmises par la station et enre- de réception. Actuellement, les techniques
gistrées en continu au bureau central. d’observation, de transmission ou de retrans-
mission par satellite se développent rapidement.
2.5.6.2 Modes de transmission Les données sont disponibles, soit directement
à partir du satellite, soit par l’intermédiaire de
Les différents systèmes de transmission sont: banques centrales de données;
a) Les lignes téléphoniques spécialisées – utilisées f) Internet – le protocole de communication Inter-
sur les distances relativement courtes et lorsque net sous diverses formes, y compris l’utilisation
les lignes commerciales ne sont pas aisément du réseau de téléphonie mobile, en fait un mode
utilisables; intéressant et moins coûteux de transmission,
b) Les lignes téléphoniques et télégraphiques surtout pour un nombre important de données,
commerciales – les réseaux téléphoniques et ou pour le transfert en continu. La communi-
télégraphiques peuvent être utilisés dans la cation par Internet fonctionne avec différents
mesure du possible. Il existe des équipements modes de liaisons physiques, y compris les
permettant la réception automatique des obser- réseaux téléphoniques mobiles et filaires. Elle
vations au poste central. Les mesures et les est donc plus fiable et permet, pour les systèmes
ordres peuvent être transmis à et par la station avec un grand nombre de site, un temps de
éloignée; récupération plus court et une communication
c) Les réseaux commerciaux de téléphone cellu- plus facile au bureau central.
laire (GSM) – la couverture sans cesse crois-
sante de ces réseaux et leurs équipements
2.5.6.3 Critères de choix des systèmes de
toujours meilleurs et plus fiables en font une
transmission
option intéressante et moins coûteuse pour le
transfert des données vers et au sein du bureau Si l’on envisage d’inclure dans un système de
central. L’association de leur fiabilité et de leur mesure quel qu’il soit la transmission automatique
faible coût en fait une solution plus réaliste des données, il faudra prendre en compte les critères
pour le recueil de données à partir de stations suivants:
ne présentant pas d’intérêt pour le temps réel a) Vitesse à laquelle les données doivent être
ou pour des sites considérés, jusqu’ici, comme transmises. Cela dépend des facteurs suivants:
trop éloignés pour utiliser les installations i) Vitesse de variation du paramètre mesuré;
commerciales classiques. Les systèmes cellu- ii) Délais entre l’observation et la réception
laires peuvent être utilisés comme les lignes des données par les moyens conven-
téléphoniques filaires, et peuvent continuer à tionnels, par rapport aux systèmes de
fonctionner lorsque ces dernières sont inter- transmission automatique;
rompues, durant un événement extrême; iii) Urgence de la réception de l’information
d) Les liaisons radio directes – elles doivent être pour des alertes ou prévisions;
utilisées lorsque les lignes terrestres ne convien- iv) Bénéfice que l’on retire de la télémesure
nent pas, ou lorsque les distances et les obsta- pour la prévision et pertes économiques
cles naturels font que l’installation de câbles résultant de l’absence de prévisions ou du
de transmission est trop onéreuse. Les trans- retard dans leur réception;
missions radio peuvent franchir des distances v) Avantages comparés de la transmission
allant jusqu’à des centaines de kilomètres, par radio ou par satellite, par rapport aux
selon la fréquence porteuse et la puissance de lignes terrestres pendant les périodes de
l’émetteur. Pour les plus hautes fréquences, tempêtes et de crues, quand ces phéno-
l’émetteur et le récepteur doivent être en visi- mènes peuvent détruire les moyens plus
bilité directe, ce qui limite pratiquement à conventionnels de télécommunication,
50 km la distance de transmission sans relais. au moment où le besoin d’information
Dans tous les cas, l’installation et l’utilisation est urgent;
de liaisons radio sont assujetties aux réglemen- b) Accessibilité des sites de mesure pour les
tations nationales et internationales; contrôles de qualité et l’entretien des appareils;
I.2-48 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

c) Fiabilité de l’appareil enregistreur. Lorsque les 2.5.7.2 Feuilles de terrain pour le suivi de
conditions climatiques locales sont rigoureuses, la qualité des eaux
le bon fonctionnement de l’équipement méca-
nique sur le site est difficile. Dans ce cas, il L’inscription sur les feuilles d’observation de terrain,
peut être plus sûr de transmettre l’information de la date et de l’heure du prélèvement, de
par circuit électronique à un centre de récep- l’emplacement et des mesures effectuées constitue
tion protégé des aléas climatiques. Ce système certainement l’étape la plus importante de tout le
permet également un contrôle continu du programme de prélèvement. Tous ces éléments
fonctionnement des capteurs; doivent être reportés sur les feuilles de terrain avant
d) Personnel nécessaire pour l’exploitation, la de quitter la station. La section 2.5.5 contient des
maintenance et la logistique. Il est important instructions complémentaires à ce sujet.
de prendre en considération ces aspects dans la
phase de conception et de bien voir que chaque Les figures I.2.13 et I.2.14 présentent deux exemples
projet aura ses propres particularités. On devrait de formulaire pour l’enregistrement systématique
prêter une grande attention aux coûts et aux des analyses et des observations effectuées in situ.
bénéfices de toutes les alternatives, avant de Ces formulaires sont spécialement conçus pour le
prendre la décision finale. Lors de la conception stockage des résultats dans un système informatique
d’un projet de transmission automatique des approprié. Le formulaire de la figure I.2.13 peut être
données, les points les plus importants à consi- utilisé par toute personne chargée de collecter les
dérer pour les besoins en personnel sont: données de qualité des eaux. Les deux formats
i) Les capteurs et équipements de codage; peuvent être adaptés à des situations particulières.
ii) Les voies de transmission; On note habituellement les informations suivantes:
iii) L’équipement de réception et de décodage. a) Le site de prélèvement et la date;
b) Les paramètres mesurés in situ;
Il est nécessaire d’avoir une vue globale de ces critères c) L’étalonnage des instruments;
au stade de la conception. Ceci est essentiel du fait d) Les appareils et procédures d’échantillonnage
que les caractéristiques particulières de l’une de ces utilisés;
composantes peuvent avoir de sérieuses consé- e) Les mesures de contrôle de qualité utilisées;
quences sur les décisions qui seront prises pour les f) Les remarques générales et les observations de
autres. Si l’usage ultime du système de transmission terrain.
de données est destiné à la prévision, alors la détec-
tion, la transmission et la réception des données
2.5.7.3 Transport des échantillons pour
hydrométéorologiques est une composante essen-
la qualité de l’eau
tielle mais insuffisante pour atteindre cet objectif.
Un centre de prévision disposant d’un personnel Une fois collectés, les échantillons doivent parfois
bien formé à l’élaboration des prévisions et des être transportés jusqu’au laboratoire d’analyse. Le
alertes ainsi qu’à l’information du public en cas de mode de transport dépendra de l’emplacement du
risque est aussi fondamental (Nations Unies, 2004). site de prélèvement et de l’intervalle de temps
maximal toléré par chaque constituant entre le
moment du prélèvement et celui de l’analyse.
2.5.7 Suivi de la qualité des eaux
L’opérateur de terrain est responsable de l’achemi-
Le chapitre 7 fournit des détails sur le type d’instru- nement des échantillons (par avion, par bus, par
ments et les pratiques de terrain nécessaires à la train ou par poste) dans les délais, de façon à réduire
collecte des données de qualité des eaux. au minimum le temps de transport. La logistique de
L’emplacement, l’heure de prélèvement ainsi que le transport et de stockage des échantillons devrait
type de paramètres et les valeurs correspondantes être définie avant le début des travaux de terrain.
doivent être notés. Il faut maintenir une certaine
cohérence tout au long du processus d’élaboration des 2.5.7.4 Test in situ de la qualité des données
données. Si une seule de ces rubriques essentielles
vient à manquer, tout l’effort consenti est perdu. Un programme permettant de tester la qualité des
données in situ est un processus systématique qui
permet d’assurer un certain degré de confiance dans
2.5.7.1 Identification de la station
les données, conjointement avec les programmes
L’importance primordiale d’une description écrite de contrôle en laboratoire et ceux qui sont effectués
exacte de chaque site de prélèvement et des condi- lors du stockage des données. Un tel programme
tions d’échantillonnage est présentée en détail dans comprend toute une série d’étapes. Tous les équipe-
la section 2.5.2.2. ments devront être maintenus propres et en bon
CHAPITRE 2. MéTHODES D’OBSERVATION I.2-49

SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L’EAU


RÉSULTATS D’ANALYSE DE TERRAIN RÉSULTATS ANALYSÉS EN LABORATOIRE
TYPE DE Numéro de station
CARTE type province bassins bas séquence
04A 000
STATION 1 3 4 18 Reçu le (date)
Date de l’échantillonnage Numéro d’échantillon
jour mois an h min zone préc fréq lab an séquence numéro
T 190 36 0330
Complété le (date)
STATION D’ÉTUDE 19 31 42 43 44 45 53 54 57
DE L’EAU N° 0

Température (air °C) Température Température Sulphate diss mg/l pH


TYPE DE 97060S 02061L 16306L
CARTE Température (eau °C) pH Azote diss NO3NO2 mg/l n
0 5 A Duplicata 4–31 02061S 10301L 07110L
1 3
pH Conductance spécifique us/cm Résidu non filtré 1105 °C mg/l
10301S 02041L 10401L
Conductance spécifique us/cm Turbidité Résidu de turbidité filtrable 1105 °C mg/l
02041S 02073L 10451L
REMARQUES: Couleur des résidus Résidu non filtré 1550 °C mg/l
02011L 10501L
Alk phenolphth mg/l CaCO Résidu fixe filtré 1150 °C mg/l
10151L 10551L
Alk total mg/l CaCO3 Arsenic extrble mg/l
10101L 33304L
Dureté totale mg/l CaCO3 Selénium extrble mg/l
10603L 34302L
Calcium diss mg/l Cadmium extrble mg/l
20101L 4830
Magnésium diss mg/l Cuivre extrble mg/l
12108L 2930
Potassium diss mg/l Zinc extrble mg/l
19103L 3030
Sodium diss mg/l Fer extrble mg/l
11103L 2630
Chloride diss mg/l Plomb extrble mg/l
17206L 8230
Fluoride diss mg/l Manganèse extrble mg/l
COLLECTEUR 09106L 2530
Silice réactive mg/l SO2 Mercure extrble mg/l
VÉRIFIÉ PAR DATE 14105L 8031

Figure I.2.13. Formulaire de terrain pour NAQUADAT ou système informatisé similaire

état de marche et les comptes rendus des opérations on quality assurance of environmental water sampling
d’étalonnage et de maintenance effectués. Des and handling, dans Water Quality Monitoring: A
méthodes normalisées et approuvées, comme celles Practical Guide to the Design and Implementation of
qui sont recommandées dans ce Guide, devraient Freshwater Quality Studies and Monitoring Programmes
être utilisées par le personnel de terrain. (PNUE/OMS, 1996) ou dans le Manual on Water
Quality Monitoring: Planning and Implementation of
La qualité de l’analyse au laboratoire dépend de Sampling and Field Testing (OMM, 1988a).
l’état des échantillons qu’il reçoit. L’opérateur de
terrain doit donc prendre toutes les précautions 2.5.8 Collecte de données particulières
nécessaires pour les protéger contre toute conta-
mination ou détérioration. De plus amples 2.5.8.1 Besoins
informations sur les tests de qualité in situ se trou- Les données relatives aux précipitations et aux crues
vent au chapitre 7, dans les normes ISO 5667-14: exceptionnelles sont extrêmement importantes
1998, Water quality-Sampling – Partie 14: Guidance pour le calcul des caractéristiques de nombreux
I.2-50 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

STATION N° ___________________________________________________________________________________________________
DESCRIPTION _________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________

DATE DE L’ÉCHANTILLONNAGE, JOUR _________________ MOIS __________________ ANNÉE ________________________


HEURE DE L’ÉCHANTILLONNAGE HEURE ______________ MIN _________ FUSEAU HORAIRE _______________________________
PRÉLEVÉ PAR __________________________________________________________________________________________________

PARAMÈTRES MESURÉS SUR LE TERRAIN


Température de l’eau °C _________________________________ témp. air °C ___________________________________________
pH _____________ Conditions particulières ___________ Oxygène diss. _____________ Turbidité _______________________________
Profondeur de l’eau __________________ Profondeur à laquelle l’échantillon a été prélevé ______________________________
Épaisseur de la glace ___________________________________________________________________________________________
Autre ________________________________________________________________________________________________________
Remarques ____________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________

ÉTALONNAGE DE L’INSTRUMENT
Modèle de mesure de l’oxygène diss. _______________________ Étalonnage Winkler ______________________________ mg/L
Affichage du compteur avant étalonnage _________________________________________________________________________
Modèle du compteur de conductivité ____________________________________________________________________________
Modèle de compteur pH _______________________ Type de tampons d’étalonnage utilisés ___________________________
Remarques ____________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________

DONNÉES DE MESURES DE LA QUANTITÉ D’EAU


Description du site _____________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________
Description du compteur _______________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________
Niveau de l’eau ________________________________________________________________________________________________
Heure _________________________________________________________________________________________________________

INSTRUMENTS ET PROCÉDURES UTILISÉS POUR L’ÉCHANTILLONNAGE


______________________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________

CARACTÉRISTIQUES DE L’ÉCHANTILLON
Matériau du récipient Volume prélevé Conservation Contrôle qualité
Ions majeurs
Métaux
Matières organiques
Pesticides et herbicides
Mercure
Phénols
Nutriments
DBO et DCO
Autres

OBSERVATIONS SUR LE CONTRÔLE QUALITÉ ––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


______________________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________________________________

OBSERVATIONS GÉNÉRALES –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––


______________________________________________________________________________________________________________

MÉTHODE DE TRANSPORT –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Figure I.2.14. Format courant d’un formulaire de terrain pour échantillonnage


CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-51

ouvrages hydrauliques. En général, les réseaux Les laisses de crue le long des rivières sont utiles
de mesure classiques ne fournissent pas de pour délimiter sur les cartes les zones inondées,
renseignements suffisamment détaillés sur la ainsi que pour les projets d’infrastructures tels que
distribution des précipitations extrêmes, ni sur les les ponts autoroutiers et pour l’estimation de la cote
débits de crue des affluents. Il peut également des hautes eaux. Ces marques, si elles sont soigneu-
arriver que, pendant les fortes crues, les stations sement relevées, peuvent être utilisées avec d’autres
hydrométriques permanentes soient submergées ou données pour calculer le débit de pointe du cours
emportées, si bien que les enregistrements sont d’eau par des méthodes indirectes (section 5.3.5).
perdus. Par conséquent, des informations très utiles
peuvent être recueillies par une équipe intervenant La mesure sur le terrain des débits d’étiage à des
sur le terrain immédiatement après les événements sites non jaugés fournit des données précieuses à un
en question. Enfin, il faut signaler que les données coût très économique. Ces débits mesurés peuvent
fournies par des appareils tels que les radars être corrélés avec les débits observés aux stations de
météorologiques sont souvent très utiles pour les référence pour déterminer les caractéristiques des
études hydrologiques (section 3.7). basses eaux aux sites non jaugés.

2.5.8.2 Étude des précipitations extrêmes 2.5.8.5 Techniques d’imagerie vidéo


par des moyens non conventionnels
L’installation d’une caméra vidéo peut fournir des
Il est souvent possible de compléter les informa- informations précieuses sur les conditions existantes à
tions sur les précipitations fournies par le réseau un site de jaugeage. L’étendue de la couverture de
classique d’observation en recourant aux mesures glace, les périodes de remous dus à la glace peuvent
effectuées grâce à des pluviomètres privés, non être renseignées par une caméra. Cette technique peut
conventionnels et aux estimations obtenues en aussi être utilisée pour surveiller à distance les risques
mesurant l’eau recueillie par des récipients divers de danger par exemple ceux liés aux avalanches.
tels que seaux, baquets, tonneaux, à condition
qu’on puisse vérifier qu’ils aient été vides avant les Des approches basées sur l’utilisation de l’imagerie
précipitations. On pourra également utiliser des vidéo ont été récemment utilisées pour mesurer le
rapports de témoins oculaires pour ce qui concerne débit à l’aide de méthodes de vélocimétrie par images
le début et la fin des précipitations, ainsi que sur les de particules; Les données vidéo peuvent être enre-
périodes de pluie de très forte intensité. L’utilisation gistrées sur le site ou, si une information en temps
des informations provenant de ces moyens non réel est requise, facilement envoyée par un dispositif
conventionnels doit être faite avec précaution et, de transmission.
lorsqu’il y a des différences importantes entre ce
type de données et celles fournies par le réseau de
mesure classique, ces dernières devraient prévaloir.
2.6 MESURE DES CARACTÉRISTIQUES
2.5.8.3 Données fournies par les radars PHYSIOGRAPHIQUES
météorologiques et par les satellites
2.6.1 Généralités
Les données fournies par les radars météorologiques
et par les satellites sont utiles pour déterminer Les concepts abordés dans le présent chapitre visent
l’intensité, la répartition spatiale ainsi que les heures deux types très différents de caractéristiques physio-
de début et de fin des précipitations sur un bassin graphiques: l’emplacement de(s) l’entité(s) étudiée(s)
versant donné. L’enregistrement des données peut se et leur réponse physique aux événements atmosphé-
faire sur un film photographique ou sous forme riques. En localisant ces entités, il est possible non
numérique par un ordinateur relié au radar. Ces seulement de les cataloguer, mais aussi de détermi-
données numérisées peuvent être facilement ner leur distribution dans l’espace et la zone
transmises aux centres de prévision par les réseaux climatique dans laquelle elles se trouvent.
informatiques.
Les entités elles-mêmes peuvent être examinées en
termes de points, de lignes, de surfaces ou de volumes
2.5.8.4 Niveaux et débits extrêmes
selon la relation entre une caractéristique particu-
Les valeurs extrêmes qui peuvent être observées lière et le régime hydrologique. Par exemple,
pendant les inondations et les sécheresses devraient l’écoulement résulte de la transformation d’événe-
être répertoriées, aussi bien aux stations hydro- ments météorologiques (chute de pluie, fonte de la
métriques permanentes qu’aux sites non jaugés. neige) par le complexe physique que constitue un
I.2-52 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

bassin versant. L’emplacement du bassin détermine 360 degrés, la méridienne origine passant par
en partie les caractéristiques climatiques engendrant Greenwich. Ce système est celui dont l’utilisation
les événements météorologiques qui constituent le est la plus répandue. Son seul inconvénient est que
moteur de l’hydrologie. Toutefois, les caractéris- la longueur d’un degré de longitude varie de
tiques du bassin déterminent non seulement la 111,111 km à l’Équateur à 0 aux pôles en passant
réponse hydrologique aux événements météorolo- par 78,567 km à la latitude de 45° (un degré de lati-
giques, mais certaines caractéristiques, comme tude mesure toujours 111,111 km). Des systèmes
l’orographie et l’aspect, peuvent également être des locaux et d’autres méthodes de projection sont
facteurs déterminants du climat du bassin. également pratiqués, par exemple le système de
Lambert utilisé en France. L’utilisation de ces
Les caractéristiques physiographiques sont mainte- systèmes ne peut toutefois être recommandée dans
nant intégrées comme couche d’information dans un guide international. En outre, des algorithmes
les SIG. Ainsi la réponse du bassin versant aux événe- facilement accessibles existent pour la conversion
ments météorologiques peut être analysée en des coordonnées géographiques en systèmes de
utilisant des modèles hydrologiques et hydrauliques. référence locaux si cela est nécessaire.
Les procédures fondamentales présentées dans cette
section sont la base des opérations assistées par ordi- La troisième dimension, l’altitude, est déterminée
nateur de rassemblement et d’analyse des données. par rapport à un niveau ou un plan de référence.
Bien que des niveaux de référence locaux soient
parfois utilisés, le niveau moyen de la mer était,
2.6.2 Systèmes de référence
jusqu’à très récemment, le plan de référence le plus
Les caractéristiques physiographiques ne sont qu’un couramment utilisé. La généralisation de l’utilisa-
élément de l’information géospatiale, c’est-à-dire tion des observations GPS conduit à l’adoption des
l’information afférente au caractère et à la localisa- données géocentriques en accord avec le système
tion des ressources naturelles et culturelles et leur géodésique, de préférence à celles qui sont basées
relation à l’activité humaine. Cette information sur le niveau moyen de la mer. L’ellipsoïde de
est devenue si importante que les concepts d’infra- référence WGS-84 ou une variante nationale
structure nationale et internationale de données géocentrique sont donc les références verticales
spatiales et de données-cadre ont été développés. préférées. L’exigence fondamentale pour l’utilisa-
L’infrastructure de données spatiales peut être consi- tion d’un système de coordonnées est de préciser les
dérée comme intégrant la technologie, les politiques, données utilisées.
les critères, les normes et les personnes nécessaires
pour permettre l’échange de données géospatiales à La topographie d’un bassin hydrographique peut
tous les niveaux du gouvernement et des secteurs être représentée de deux façons différentes: un
privé, à but non lucratif et académique. Elle fournit Modèle numérique de terrain (MNT) ou un Réseau
la base ou le cadre des pratiques et des relations entre irrégulier de triangles (Triangulated irregular network,
producteurs et utilisateurs facilitant le partage et TIN). Un modèle numérique de terrain est une grille
l’usage des données. Les données-cadre peuvent être régulière de valeurs d’altitude alors qu’un réseau
considéré comme un ensemble de données géospa- irrégulier de triangles est une série de points reliés
tiales continues et pleinement intégrées fournissant par des triangles représentant au mieux la surface
le contexte et l’information de référence pour le pays du terrain. L’espacement des points dans ce dernier
ou la région. En général, il s’agit de données de posi- cas est non uniforme et ils peuvent être localisés en
tionnement comme la géodésie, de données sur la tenant compte des caractéristiques intéressantes du
forme et les caractéristiques des terres comme les terrain, ou bien sur des routes ou des berges de
données physiographiques, et de données concep- rivière. La précision de ces modèles numériques
tuelles comme les unités de gouvernance. Un cadre dépend de la source des données d’altitude, de la
national rigoureux de référence des données facilite densité et de la répartition des points, ainsi que
les échanges et réduit significativement la redon- d’autres données connexes utilisées pour leur déve-
dance des efforts. Les données-cadre intéressant loppement. Des cartes classiques peuvent être
l’analyse hydrologique comportent la géodésie, préparées à partir des modèles MNT ou TIN.
l’altitude, l’ortho-imagerie, l’hydrographie, les
infrastructures de transport, les unités gouverne- Les orthophotoplans sont des images du paysage
mentales et l’information cadastrale (National où chaque entité peut être référencée par rapport à
Research Council, 1995). une autre. Ce sont des images digitales produites
par le traitement des photographies aériennes
La géodésie est définie au moyen du réseau inter- pour obtenir des données d’altitude en suppri-
national des méridiens et des parallèles divisés en mant toutes les sources de distorsion. L’image a les
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-53

propriétés d’échelle et la précision d’une carte. Ces etc.) et ses propriétés physiques permanentes
images peuvent être obtenues à partir de capteurs (perméabilité, nature des roches, structure du sol,
satellites ou aéroportés. type d’utilisation des terres, etc.). Les premières se
limitent à la pente locale alors que les dernières
Les éléments fondamentaux utilisés pour l’estima- regroupent toute une gamme de propriétés physiques
tion des paramètres physiographiques sont possibles, exprimées sous forme scalaire pour un
rarement directement mesurés par l’hydrologue, point sur une surface horizontale ou sous forme
qui travaille essentiellement sur des données GPS, vectorielle pour un profil (par exemple carotte
des orthophotoplans, des cartes, des photographies géologique).
aériennes et des images satellitaires. Par consé-
quent, l’exactitude de l’évaluation dépend de
2.6.4 Mesures linéaires
l’exactitude de chaque type de document de base.
Un élément physiographique est linéaire s’il peut
être représenté par une ligne sur une carte ou dans
2.6.3 Mesures ponctuelles
l’espace. En hydrologie, on rencontre couramment
En géométrie le point est défini comme un endroit trois types d’éléments linéaires:
unique le long d’une ligne, sur une surface ou à l’in- a) Limites;
térieur d’un volume. Un point peut être un élément b) Lignes d’isovaleurs d’une caractéristique perma-
physique, comme l’emplacement d’un instrument nente (par exemple courbes de niveau);
de mesure ou l’exutoire d’un bassin. Il peut égale- c) Thalwegs.
ment être un élément d’une surface (parcelle de
terrain) sur laquelle une caractéristique (ou un Les deux premiers types sont reliés aux aspects de
ensemble donné de caractéristiques) doit être définie surface qui seront abordés plus loin.
ou mesurée. Les caractéristiques physiographiques
attribuées à un point peuvent être simples ou Le thalweg lui-même doit être considéré comme
complexes. L’altitude d’un point, qui est l’un de ses représentant le profil longitudinal du cours d’eau
éléments d’identification unique dans un espace en projection horizontale. On doit également le
tridimensionnel, constitue un exemple de caracté- considérer par la manière dont il se combine avec
ristique simple d’un point sur une carte. Une les autres thalwegs pour constituer un réseau de
description du profil du sol sous ce point serait une drainage présentant ses propres caractéristiques
caractéristique plus complexe. physiographiques. Certaines caractéristiques des
réseaux hydrographiques sont linéaires, comme le
Les applications des méthodes de télédétection, à rapport de confluence, alors que d’autres sont de
commencer par la photographie aérienne, ont eu nature surfacique, comme la densité de drainage.
l’effet d’étendre la notion de point à une surface
(pixel) pouvant mesurer plusieurs kilomètres carrés.
2.6.4.1 Le cours d’eau
Compte tenu de leur précision (par exemple limite
de résolution d’un instrument), les méthodes dispo- En projection horizontale, un cours d’eau peut être
nibles peuvent ne pas permettre de distinguer deux représenté, si l’échelle le permet, par deux lignes
points, et un pixel peut être assimilé à un point. représentant ses rives. Un axe, équidistant de ces
deux lignes, peut être tracé. Cet axe peut également
La position d’un point sur le plan horizontal, c’est- être défini comme étant la ligne joignant les points
à-dire sa position à la surface du globe, est déterminée les plus bas sur des sections en travers successives.
par rapport à un système de coordonnées (section En fait, ces éléments, les rives visibles et les points
2.6.2), ce qui est du ressort de la géodésie et de la les plus bas, ne sont pas toujours très nets, et
topographie. Un système universel a été mis au l’échelle de la carte ne permet pas toujours de repré-
point afin de rendre explicite le codage d’un point senter convenablement les rives. La cartographie en
dans un catalogue en indiquant sa position géogra- est donc réduite à représenter le cours d’eau par une
phique. C’est le système de quadrillage GEOREP ligne.
(UNESCO, 1974) pour la représentation des éléments
linéaires. D’autres systèmes peuvent permettre de Les distances le long d’un cours d’eau sont mesu-
localiser des points le long de cours d’eau au moyen rées en parcourant la ligne qui le représente avec un
de distances linéaires les séparant d’une origine curvimètre. L’exactitude de la détermination
donnée (par exemple embouchure ou confluence). dépend de l’échelle et de la qualité de la carte ainsi
que de l’erreur du curvimètre, qui ne devrait pas
La description physiographique d’un point englobe dépasser 6 % pour une distance sur la carte de
ses propriétés géométriques (forme, relief, pente, 10 cm, 4 % pour 100 cm et 2 % pour de plus grandes
I.2-54 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

distances. Beaucoup de caractéristiques hydrolo- et


giques peuvent être tirées directement d’une
ortho-image ou d’un modèle numérique de terrain lmx = Rlx–1 * lm (2.12)
à l’aide d’un SIG (section 2.6.7).
où Rc et Rl sont calculés comme étant les pentes de
L’axe d’un cours d’eau est rarement rectiligne. lignes droites et ajustés aux points du graphique
Lorsqu’il présente des courbes quasi périodiques, (log Nx, x) et (log lmx, x) et x est l’ordre du bassin.
chaque demie période est appelée un méandre. Les
propriétés et les dimensions des méandres ont été
2.6.4.3 Profil du cours d’eau
étudiées de manière approfondie par les géographes
et les spécialistes en hydraulique des cours d’eau. Le profil du cours d’eau est la variation de l’alti-
tude des points du thalweg en fonction de leur
distance à une origine qui est habituellement
2.6.4.2 Le réseau hydrographique
l’embouchure du cours d’eau ou sa confluence
À l’intérieur d’un bassin, les cours d’eau s’organi- avec un cours d’eau plus important. Un certain
sent en un réseau hydrographique, tous n’y ont pas nombre de caractéristiques topographiques
la même taille, et plusieurs systèmes de classifi- doivent figurer sur un tel profil: les points élevés
cation des cours d’eau ont été proposés. Divers (seuils), les creux entre deux points élevés (dépres-
systèmes ont cours dans différents pays, et les SIG sions), les rapides, les chutes et les points de
permettent une classification automatique utilisant changement de pente qui marquent fréquemment
les approches proposées par Horton, Schumm, les limites de biefs présentant des caractéristiques
Stahler, Shreve et d’autres. Le plus connu est celui géologiques différentes (figure I.2.17).
de Horton dans lequel tout cours d’eau élémentaire
est dit d’ordre 1; tout cours d’eau ayant un tribu- La pente moyenne de l’ensemble d’un cours d’eau
taire est dit d’ordre 2 et tout cours d’eau ayant un est la différence d’altitude entre son point le plus
tributaire d’ordre x est qualifié d’ordre x + 1. À une élevé et sa confluence ou son embouchure divisée
confluence, tout doute est éliminé en attribuant par sa longueur totale. Cette notion est simple, mais
l’ordre le plus élevé au plus long des deux cours sans grande utilité. Par contre, la connaissance des
d’eau qui se rejoignent (figure I.2.15), (Dubreuil, pentes des biefs successifs d’un cours d’eau est
1966). Cela introduit une certaine inexactitude qui essentielle dans la plupart des modèles d’écoule-
fut évitée par Schumm en attribuant systématique- ment et dans les modèles hydrauliques.
ment un ordre x aux biefs formés par deux tributaires
d’ordre x – 1 (figure I.2.16). La principale source Les profils du cours d’eau principal et de ses divers
d’erreurs dans de telles évaluations résulte de la affluents dans un même bassin peuvent être repré-
cartographie des cours d’eau pour laquelle la défini- sentés sur le même graphique. La figure I.2.18
tion du plus petit de deux cours d’eau est souvent donne les profils du fleuve Niger à Koulikoro et de
plutôt subjective. ses principaux affluents et sous-affluents. Un tel
graphique fournit une synthèse de la variation de
Parmi les caractéristiques linéaires du réseau hydro- la pente des éléments du réseau hydrographique.
graphique, mesurables sur une carte, le rapport de
confluence Rc et le rapport de longueur Rl sont basés
2.6.4.4 Section en travers
sur les lois de Horton et ont été vérifiés pour la clas-
sification de Horton. Si Nx est le nombre de cours Le profil d’une vallée perpendiculairement à l’axe
d’eau d’ordre x et lmx=∑lx/Nx la longueur moyenne d’un cours d’eau est appelé section en travers, et
des cours d’eau d’ordre x, ces lois s’expriment par un ensemble de ces sections constitue une infor-
les relations ci-après: mation précieuse pour la mise au point de modèles
d’écoulement. Les sections en travers sont utilisées
Nx = Rc * Nx+1 (2.9) dans plusieurs types de calculs et la manière dont
elles sont établies peut dépendre de l’utilisation
et qui en sera faite.

lmx = Rl * lmx–1 (2.10) Un cas particulier important est le calcul du débit par
mesure du flux à travers une section dont la forme
qui forment des progressions géométriques et est déterminée en mesurant la profondeur par
peuvent s’écrire ainsi: sondage (section 5.3). Les sections en travers sont
habituellement établies en effectuant des mesures
Nx = N1 * Rc1–x (2.11) topographiques normales pendant les étiages.
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-55

3
1 1
2
1
1 1
2
3 1 2
2 1
1 2
2
1
1 2 4
1 4
1
1
2

1 1
2 1
1
1
3
3
2
1
2
1 1
1
2 3
1
4

Figure I.2.15. Classification d’Horton

1
1

1 1
1
1
1 1
1
1 2 1
2 2
1 2
3 2 1
1 1
1 1
1
1
3 2
1
1
1
1 2 1
2 3 3
4 2
1 2 1

1 1
1 1
1
4

Figure I.2.16. Classification de Schumm


I.2-56 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Changement de pente
Changement de pente
F

Plan d’eau
Plan d’eau
Altitude

Seuil
Seuil
Rapide

Pente moyenne du bief DE


C D

A Pente moyenne du bief CD


B
Distance horizontale

Figure I.2.17. Profil d’un cours d’eau

1000

900
Kissidougou

800
Faranah Tinkisso
Konsankoro
Altitude en m

DION

700
MolokoroKouroussa
Kérouané

Baro

600
MandianaKankan
NIA

Siguiri-Tiguiberi
Noura-Souba
NDA S

Kenié
Kenieroba
Dialakoro

Koulikoro
Bamako
Ouaran
N AN

500
Gouala

Sotuba

M
AF
I Dabola

O
U
KA

MIL
RA

O
NI

NIGE
R
400 TIN
KIS
SO

NIGER
300
900 800 700 600 500 400 300 200 100
Distance horizontale en km

Figure I.2.18. Profil en long du Niger et de ses affluents


CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-57

2.6.4.5 Caractéristiques physiques Périmètre réel

Les types de matériaux du lit du cours d’eau (en


particulier leur cohésion), les types et les quantités 30˚N
de végétation dans le cours d’eau et le long de ses
rives ainsi que la rugosité du lit, qui dépend des Xin
en
Jia
distributions longitudinales et transversales des ng
éléments précédents, constituent les principales
caractéristiques physiques du cours d’eau. La rugo-
sité est intégrée aux calculs de l’écoulement par la
méthode indirecte (section 5.3.5) ainsi qu’aux
modèles d’écoulement (volume II, chapitre 6).

2.6.5 Mesures de superficie

118˚E

119˚E
2.6.5.1 Le bassin Périmètre mesuré

Le bassin est défini comme la région qui reçoit les


précipitations et, suite aux processus hydrolo- Figure I.2.19. Périmètre réel et périmètre mesuré
giques entraînant pertes et retards, les achemine
jusqu’à un exutoire. La ligne de partage des eaux
d’un bassin hydrographique, son périmètre, est La notion de rectangle équivalent est également
telle que toutes les précipitations tombant à l’inté- associée à la forme du bassin et permet la défini-
rieur de celle-ci se dirigent vers l’exutoire, alors tion d’un indice de pente. Le rectangle équivalent
que toutes les précipitations tombant à l’extérieur a la même superficie et le même coefficient de
de cette limite coulent vers un bassin et un exutoire Gravelius que le bassin. Sa longueur est donnée
différents. Dans certains cas, il peut ne pas être par:
aisé d’établir la limite d’un bassin, par exemple
1/2 C 2
lorsque le bief d’amont du cours d’eau principal L = A ⎡⎣1 + 1 − 1 ,2 7 2 / C ⎤⎦ (2.14)
est formé dans une vallée au fond très plat ou en 1 ,1 2 8
terrain marécageux. La ligne de partage des eaux
est habituellement définie sur des cartes topogra- La densité de drainage est définie comme étant
phiques ou sur des photographies aériennes. la longueur totale des cours d’eau de tout ordre
contenus dans une unité de superficie du bassin:
Le périmètre du bassin est mesuré à l’aide d’un
SIG (section 2.6.7) ou au curvimètre. Le périmètre Dd = (∑Lx)/A (2.15)
mesuré est fonction de l’échelle et de l’exactitude
des cartes ou des photographies utilisées, de la où Lx est la longueur totale des cours d’eau d’ordre x.
qualité du curvimètre et du soin pris pour effectuer En pratique courante, les longueurs sont exprimées
la mesure (figure I.2.19). L’utilisation ultime qui en kilomètres et les superficies en kilomètres carrés.
sera faite de cette mesure devrait en déterminer
l’exactitude. Le relief du bassin, représenté sur les cartes sous
forme de courbes de niveau, peut être décrit au
La superficie du bassin peut être déterminée dans moyen de la distribution hypsométrique ou de la
un SIG ou mesurée par planimétrie d’après les courbe hypsométrique. La figure I.2.20 donne une
limites établies de la manière décrite ci-dessus. représentation du relief et du réseau hydrogra-
phique. Les plages d’altitudes sont indiquées par
La forme du bassin est caractérisée par comparaison des trames différentes.
de son périmètre à celui d’un cercle de même super-
ficie. Si A est la superficie du bassin et P son La distribution hypsométrique fournit le pourcen-
périmètre, mesurés tous deux d’après les règles tage (ou la fraction) de la superficie totale du bassin
énoncées ci-dessus et exprimés en unités homo- comprise à l’intérieur de chaque intervalle d’altitude.
gènes, le rapport des deux périmètres est appelé La courbe hypsométrique indique en ordonnée le
coefficient de compacité de Gravelius fourni par pourcentage de la superficie drainée dont l’altitude
l’équation suivante: est supérieure ou égale à l’altitude indiquée à
l’abscisse correspondante (figure I.2.21). En pratique,
C = 0,282 P A1/2 (2.13) la distribution cumulée des superficies est obtenue à
I.2-58 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

d’effectuer un lissage, en gardant à l’esprit que le


résultat final peut être variable et incohérent.

Une pente moyenne peut également être estimée


en divisant la différence totale d’altitude dans le
bassin par l’une de ses dimensions caractéristiques.
Cependant cette approche néglige la distribution des
pentes dans le bassin. Une manière d’éviter cet
inconvénient consiste à dériver l’indice de pente de
la courbe hypsométrique, qui constitue une synthèse
du relief représenté par les courbes de niveau, et à
pondérer les éléments surfaciques correspondant
aux divers intervalles d’altitude au moyen d’une
fonction non linéaire de la pente moyenne pour
chaque intervalle. L’indice de pente de Roche, que
l’on appelle aussi indice de susceptibilité à l’écoule-
ment, remplit ces conditions. La notion de rectangle
équivalent (équation 2.14) est appliquée à chaque
courbe de niveau afin de transformer géométrique-
ment les courbes en droites parallèles sur le rectangle
représentant l’ensemble du bassin (figure I.2.22). Si
ai et ai–1 sont les altitudes de deux courbes de niveau
successives et xi la distance les séparant sur le

100

Figure I.2.20. Relief et réseau de drainage


(avec l’aimable autorisation de ARPA-Piémont)

Iko
Be

75
tsi

pa
l’aide d’un SIG ou par calcul planimétrique des
bo

àA
Pourcentage de l’aire du bassin

ka

superficies successives entre les courbes de niveau en


nts
àA

commençant au point le plus bas du bassin.


atr
mb

an
od

a
iro

Il est possible de calculer l’altitude moyenne du 50


ka

bassin en divisant la surface sous la courbe


hypsométrique par la longueur de l’ordonnée
correspondant à la totalité du bassin.
25
La pente du bassin peut être représentée au moyen
de plusieurs indices. Celui qui est utilisé depuis le
plus longtemps et peut-être encore le plus répandu
est la pente moyenne du bassin Sm. Elle est déter-
minée d’après les courbes de niveau du bassin au 0 500 1000 1500
moyen de la formule suivante: Altitude en mètres

Sm = z ∑l/A (2.16) Ikopa à Antsatrana Betsiboka à Ambodiroka


300–400 m ... 0,01 40–300 m ... 0,03

où z est l’équidistance des courbes, ∑l la longueur 600–900 m ... 0,14 300–800 m ... 0,10
totale de toutes les courbes de niveau à l’intérieur 900–1 200 m ... 0,23 600–900 m ... 0,18
du bassin et A la superficie du bassin. La difficulté et
1 200–1 500 m ... 0,43 900–1 200 m ... 0,37
la principale source d’erreur dans l’estimation de
cette caractéristique découlent de la mesure de ∑l. 1 500–1 800 m ... 0,12 1 200–1 500 m ... 0,30

Les courbes de niveau sont presque toujours très 1 800–2 100 m ... 0,01 1 500–1 800 m ... 0,02
sinueuses et leur longueur réelle totale n’est
pas vraiment caractéristique de leur rôle dans le Figure I.2.21. Courbes hypsométriques
calcul de l’indice. Il est par conséquent nécessaire (Avec l’aimable autorisation de ARPA-Piémont)
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-59

Ikopa à Antsatrana

1800 m
2100 m

1500 m

1200 m

900 m

600 m
300 m
Betsiboka à Ambodiroka
1800 m
1500 m

1200 m

900 m

600 m

300 m
40 m
100 km

Figure I.2.22. Rectangles équivalents

rectangle équivalent, la pente moyenne adoptée Elles peuvent également être exprimées en termes de
entre ces deux courbes est égale à (ai – ai–1) / xi, et réaction du bassin aux précipitations c’est-à-dire en
l’indice de pente est obtenu, en appelant ñi la frac- classes de perméabilité. Ces caractéristiques
tion de la superficie totale du bassin comprise entre physiques peuvent être représentées comme des
ai et ai–1, par: couches d’un SIG.

Iπ = ∑( ñi(ai – ai–1) / L )1/2 (2.17) La quantification de ces caractéristiques exige la


définition de critères et de méthodes permettant de
Le tableau suivant donne l’indice de pente de Roche: délimiter des zones en fonction de ces critères. Il ne
reste alors qu’à mesurer les superficies de chaque
Bassin Longueur du rectangle Indice de pente zone et à les exprimer en pourcentages (ou en
équivalent fractions). Les outils permettant de déterminer de
Betsiboka à telles distributions sont la cartographie ordinaire
Ambodiroka 238 km 0,078 et/ou spécialisée, la photographie aérienne et la
télédétection à résolution relativement fine (pixels
Ikopa à Antsatrana 278 km 0,069 ne devant pas dépasser quelques centaines de
mètres carrés).
Quand un bassin a une faible pente, par exemple
dans les plaines intérieures de l’Amérique du nord,
2.6.5.2 Le maillage
il peut exister des sous bassins fermés sans exutoire
vers le cours d’eau principal, ou des parties impor- La constitution de banques de données physiogra-
tantes du bassin ne contribuant à l’écoulement que phiques, spécialement pour la mise au point de
très rarement. Dans ces circonstances le concept modèles pluie-débit avec discrétisation spatiale,
d’aire de drainage effective peut être utilisé. Celle-ci mène à la division systématique des bassins par
peut être définie comme l’aire contribuant à l’écou- maillage ou quadrillage. Selon l’objectif visé, la
lement en année médiane. Établir l’aire de drainage taille de ces mailles sera plus ou moins grande et
effective pour un bassin peut exiger des analyses peut être mesurée en kilomètres (1 ou 5 km2), ou
cartographiques et hydrologiques importantes. s’appuyer sur le système géographique internatio-
nal (maillages de 1’ ou de 1°). Après la constitution
Les caractéristiques physiques d’un bassin sont des bases de données initiales, les systèmes d’infor-
essentiellement le type de sol, le couvert végétal mation géographique (section 2.6.7) simplifient la
naturel ou artificiel (cultures), l’occupation du sol transformation de données selon un maillage
(par exemple lacs, marécages ou glaciers) et le type rectangulaire, en données selon un maillage non
d’utilisation du sol (par exemple rural, ou urbain). rectangulaire et vice-versa.
I.2-60 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

2.6.6 Mesures de volumes sont effectuées, à l’aide d’un SIG ou manuellement,


pour l’étendue de l’hypothétique réservoir. Un
Les mesures de volumes sont effectuées principale- tracé de ces superficies en fonction de leurs
ment pour définir le stockage d’eau et de sédiments. altitudes correspondantes porte le nom de courbe
L’évaluation du volume d’eau souterraine stockée est hauteur-superficie. La courbe hauteur-volume est
du ressort de l’hydrogéologie. Elle ne sera par consé- calculée par intégration graphique d’après la
quent pas abordée ici, pas plus que l’estimation des courbe hauteur-superficie.
sédiments déposés à la surface du sol. Le stockage en
surface désigne généralement le volume des lacs ou 2.6.7 Information géographique
réservoirs existants, pour l’évaluation desquels sont
utilisées des méthodes bathymétriques, ou le volume Les SIG sont désormais abondamment appliqués
de réservoirs au stade de la conception, déterminé dans les domaines de l’hydrologie opération-
par des méthodes topographiques. nelle et de l’évaluation des ressources en eau. Un
grand nombre des aspects de la collecte et de
l’interprétation des données peut être facilité par
2.6.6.1 Méthodes bathymétriques
un SIG.
On trouve rarement sur les cartes ordinaires des
données bathymétriques concernant les lacs et les Lors de la planification et de la conception d’un
réservoirs. Il faut donc mesurer le volume d’un réseau, l’aptitude à cartographier et à afficher rapi-
réservoir existant en effectuant des lectures dement les stations de mesure des eaux de surface et
bathymétriques spéciales, effectuées généralement les stations connexes permet une intégration plus
depuis une embarcation en appliquant les méthodes efficace. Des cartes de réseaux montrant les bassins
classiques de sondage et de positionnement de ou les stations choisis en fonction de la qualité des
l’embarcation. Les profondeurs devraient être relevés, des caractéristiques des bassins ou des
rapportées à un niveau de référence fixe, à un limni- caractéristiques opérationnelles peuvent être utili-
mètre ou à un limnigraphe afin de pouvoir tenir sées pour la planification à court comme à long
compte des variations du niveau. terme. Les caractéristiques essentielles de réseaux
complexes peuvent être très clairement illustrées.
Les profondeurs mesurées peuvent être utilisées
pour tracer des isobathes, et le volume du réservoir Les méthodes des SIG sont actuellement intégrées
au-dessus d’un plan de référence peut être calculé aux modèles hydrologiques afin d’extraire et de
par double intégration (généralement graphique) mettre en forme des données distribuées sur les
du réseau d’isobathes. La surveillance de la bassins versants. Utilisées conjointement avec les
sédimentation dans un réservoir constitue une modèles numériques de terrain ou des réseaux irré-
application de cette méthode. guliers de triangles (RIT) (section 2.6.2), elles
permettent de réaliser facilement une représenta-
2.6.6.2 Méthodes topographiques tion physiographique et hydrographique complète
des bassins.
Après qu’un emplacement ait été choisi pour la
construction d’un barrage, les calculs pour détermi- La cartographie et l’intégration des écoulements
ner l’efficacité du réservoir et pour sa gestion sont actuellement effectuées au moyen de procé-
exigent une connaissance de la courbe du volume dures de SIG dans de nombreux pays. Un traitement
retenu en fonction du niveau de l’eau dans le réser- efficace de grands volumes de données permet la
voir (courbe hauteur-volume). Pour déterminer préparation de cartes d’isolignes et des études de
cette relation, des courbes de niveau indiquant l’al- thèmes plus complètes et plus détaillées. Cela
titude de la surface du sol sont nécessaires sur toute représente une amélioration importante en tech-
l’étendue qu’occupera la future retenue. Cela exige nologie d’évaluation des ressources en eau, puisque
que soient préparés des cartes ou plans topogra- la préparation de cartes est souvent chronophage
phiques à des échelles comprises entre 1/1 000 et et coûteuse.
1/5 000. Si ces cartes ne sont pas disponibles, les
cartes à l’échelle de 1/50 000 peuvent être utilisées De plus, les SIG facilitent l’interprétation en temps
pour les travaux préliminaires de conception, mais réel des données. La cartographie thématique
un levé topographique à une échelle convenable de stations signalant des quantités supérieures à
devra être effectué par la suite. des seuils donnés ou des indications numériques
sur la pluviosité serait de toute évidence très utile,
Sur la carte en courbes de niveau, des mesures tant en hydrologie opérationnelle que pour les
planimétriques des superficies entre les courbes organismes responsables des prévisions.
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-61

Des SIG pour les ordinateurs courants sont main- lentilles de glace ou de l’eau liquide sur le manteau
tenant disponibles à faible coût et dans des formats neigeux, un sol glacé ou des eaux stagnantes
pratiques. En termes de coûts, les postes les plus peuvent affecter les résultats (Carroll, 2001). Des
lourds demeurent la compilation de bases de capteurs micro-ondes, aéroportés et sur satellite,
données, la formation des techniciens et leur ont été utilisés pour contrôler les propriétés du
perfectionnement. manteau neigeux. Le radar actif, RadarSat a aussi été
utilisé pour cartographier l’extension spatiale de la
2.6.8 Nouvelles technologies neige mouillée.

Les chapitres suivants du Guide traitent des tech- Les dispositifs optiques aéroportés (Lidar) sont
niques éprouvées qui sont d’un usage courant dans maintenant utilisés pour déterminer la topographie
de nombreux endroits du globe. Cependant, comme de façon plus rapide, souvent plus précise et à
indiqué plus haut, de nouvelles techniques appa- moindre coût que les photographies aériennes
raissent continuellement. La présente section en conventionnelles. Le modèle numérique de terrain
donne un aperçu afin que les services hydrologiques qui en est tiré a des applications en modélisation
soient au courant des nouvelles possibilités qu’elles hydraulique et hydrologique et dans la détermina-
offrent. tion du bilan massique des glaciers. Le satellite
topographique Lidar a été utilisé pour obtenir une
très bonne topographie à des fins militaires et de
2.6.8.1 Télédétection
recherche, mais n’est pas encore commercialisé. En
Dans le domaine des mesures hydrologiques, deux l’absence de données topographiques nationales,
types de techniques de télédétection sont commu- on peut envisager d’utiliser le modèle global numé-
nément utilisées: technique active (par émission rique d’altitude à basse résolution GTOPO30. Sa
d’un faisceau de rayonnement artificiel vers la cible, résolution est horizontalement de 30 secondes d’arc
et analyse de la réponse de cette dernière) ou passive (environ 1 km) et verticalement de 30 m. Ce modèle
(par analyse du rayonnement naturel émis par est aussi relié au paquet HYDRO1k qui fournit une
l’objet). suite de six images raster et deux ensemble de
données vectorielles. Cet ensemble de données
Dans les méthodes actives, il s’agit d’un rayonne- couvre de nombreux produits dérivés utilisés en
ment électromagnétique de haute fréquence analyse hydrologique. Les données des images
(radar) ou acoustique (appareils à ultrasons). raster constituent un modèle numérique hydrologi-
L’appareillage est installé soit au sol (radar, appa- quement acceptable fournissant les directions
reil à ultrasons), soit à bord d’avions ou de satellites d’écoulement, la pente, l’exposition et les index
(radar). La télédétection active concerne habituel- topographiques composés (humidité). Les lignes de
lement la mesure sur une zone, mais elle peut être courant et les limites de bassin sont données sous
utilisée aussi pour la mesure ponctuelle (appareil à forme de données vectorielles.
ultrasons).
Une autre option disponible consiste à utiliser
Dans les méthodes passives le rayonnement est les données topographiques d’une résolution de
électromagnétique (de l’infrarouge au violet et 3 secondes d’arc (90 m) produites par le modèle
rarement ultraviolet). Les applications les plus numérique de terrain de la Shuttle Radar Topography
courantes font usage d’un spectromètre à bandes Mission. Les données pour la plus grande partie de
multiples qui est soit aéroporté soit, le plus la zone de couverture ont été traitées au niveau 1,
souvent, installé à bord d’un satellite. La mesure qui fournit une résolution absolue horizontale
par technique passive est toujours une mesure sur de 50 m et verticale de 30 m. Le modèle numérique
une zone donnée. de niveau 2, actuellement disponible pour les
seuls États-Unis d’Amérique, a une résolution
Le radar est utilisé actuellement pour la mesure de horizontale de 30 m et verticale de 18 m.
l’intensité de la pluie sur une surface donnée.
L’équivalent en eau du manteau neigeux, sur un L’utilisation de la télédétection en hydrologie
sol nu, peut être déterminé par la mesure du rayon- comprend aussi la détection de l’humidité superfi-
nement gamma naturel des isotopes du potassium, cielle du sol par mesure aéroportée du rayonnement
de l’uranium et du thorium présents dans les gamma ou par les techniques satellitaires passives
20 premiers centimètres du sol. Les observations utilisant les micro-ondes, ainsi que la mesure de la
sont faites à partir d’un avion volant à basse alti- température du sol comme indice pour déterminer
tude. Les données sont collectées sur un couloir l’évapotranspiration. La télédétection peut égale-
d’environ 300 m de large sur 15 km de long. Des ment servir dans la mesure de l’index de surface
I.2-62 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

foliaire pour déterminer l’évapotranspiration. La débits de petits cours d’eau (moins de 2 m


télédétection, suite au lancement de nouveaux de profondeur) avec des appareils portables ou
satellites et au développement de nouveaux installés in situ.
capteurs, offre un potentiel considérable pour
l’étude de la qualité de l’eau. Les sédiments en Les appareils acoustiques ont aussi été développés
suspension, la croissance des plantes, la matière pour étudier la dynamique des lacs ou déterminer
organique dissoute ou les panaches thermiques la densité et les matériaux caractéristiques des
produisent dans les masses d’eau des changements sédiments du fond et du sous-sol. Les couranto-
de propriétés spectrales ou thermiques qui peuvent mètres ultrasoniques sont présentés au chapitre 5.
être détectés par des capteurs aéroportés ou satelli-
taires (PNUE/OMS, 1996). Certaines applications 2.6.8.3 Réduction des risques pour
ont été faites pour la mesure de l’étendue des masses le personnel
d’eau et de l’extension des inondations en utilisant
le radar actif RadarSat. Mis à part le nécessaire L’acquisition des données hydrologiques dans des
étalonnage des capteurs aéroportés ou satellitaires, conditions difficiles présente des dangers pour le
il faut aussi recueillir des vérités terrain pour personnel impliqué. Le meilleur exemple de ces
s’assurer que les valeurs détectées représentent les risques encourus serait la difficulté des mesures du
valeurs in situ. débit au moment des inondations. Des vitesses
élevées, des débris ou de la glace peuvent menacer
la vie des personnes tentant de prendre la mesure.
2.6.8.2 Méthodes hydroacoustiques
Des efforts sont donc en cours pour automatiser le
Les méthodes hydroacoustiques sont très promet- processus de mesure par l’utilisation de robots ou
teuses en ce qui concerne l’acquisition de données d’autres procédures. Le développement de jauges
hydrologiques. Les signaux acoustiques peuvent fixées sur des câbles et pouvant être utilisées depuis
être utilisés pour identifier l’interface entre deux la berge était une des premières approches dans
milieux différents ou pour explorer les caractéris- l’amélioration de la sécurité. Une autre façon est
tiques d’un milieu donné. Les échosondeurs sont, d’utiliser un bateau pour réduire le temps nécessaire
par exemple, utilisés pour localiser le lit de la à la mesure, mais cela expose encore le personnel au
rivière lors d’investigations hydrographiques, ou danger.
pour repérer la surface de l’eau s’ils sont installés
dans ou au dessus du cours d’eau. Les résultats On pense actuellement à l’utilisation d’un bateau
peuvent être très satisfaisants si les instruments automatique sans pilote, équipé d’un ADCP dont la
sont étalonnés avec attention. Les courantomètres position est déterminée par GPS. Les mesures
acoustiques, utilisés depuis de nombreuses années, peuvent alors être effectuées dans des conditions de
mesurent la vitesse de l’eau en déterminant le risque élevé avec une exposition minimale du
décalage fréquentiel (effet Doppler) des ondes personnel au danger. Une autre approche consiste à
réfléchies par les particules en suspension dans utiliser un radar portatif pour la mesure des vitesses
l’eau. de surface et, si le chenal est instable, un radar à
pénétration de sol (ground-penetrating radar, GPR)
Dans les années 90, on assiste au développement pour déterminer sa section. Le dispositif radar
du profileur de courant à effet Doppler, (ADCP), donne une vitesse de surface précise qui doit ensuite
qui utilise les ondes acoustiques pour déterminer être reliée à la vitesse moyenne, tandis que le GPR
le débit à partir d’un bateau en mouvement. se déplaçant le long d’un pont ou un câble donne
L’instrument se compose de quatre transducteurs une section précise du chenal.
ultrasoniques orthogonaux fixés au bateau.
Lorsque ce dernier traverse une rivière, l’instru- D’autres efforts de réduction du risque compren-
ment mesure le décalage de fréquence des signaux nent la mise hors service des capteurs de niveau
réfléchis, et, par des calculs trigonométriques, d’eau équipés de manomètres à mercure, et l’utilisa-
évalue les vecteurs vitesse à différents points de tion accrue de téléphones satellite pour maintenir
volume uniforme, ou cellules de profondeur, de la le contact avec les parties sur le terrain dans les
section transversale considérée. Un traitement régions éloignées.
informatique élimine la vitesse du bateau et, avec
la géométrie du chenal également déterminée par
2.6.9 Formation du personnel
l’instrument, calcule le débit traversant la section.
Cette technique a été utilisée avec succès pour la Quelque soit le niveau de sophistication technique
mesure du débit de grands cours d’eau. Plus récem- de l’autorité de collecte des données, la qualité de
ment des efforts ont été portés sur la mesure des son personnel est toujours la ressource la plus
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-63

précieuse. L’attention portée au recrutement, à la le professionnalisme et le sentiment d’accomplisse-


formation et à la bonne gestion est la clé pour trou- ment. Le personnel affecté au traitement des données
ver et garder le personnel approprié. devrait avoir la possibilité de proposer des idées qui
peuvent augmenter l’efficacité du système de
L’OMM a publié des Directives pour la formation traitement.
professionnelle des personnels de la météorologie et de
l’hydrologie opérationnelle (OMM-N° 258). L’UNESCO La sécurité du personnel est aussi partie intégrante
a publié des recommandations dans le Curricula and de toute profession. Les fonctions assumées, qu’elles
Syllabi in Hydrology (UNESCO, 1983). En ce qui concernent la collecte ou le traitement, exigent l’éta-
concerne la collecte et le traitement de données, la blissement de normes de sécurité. Ces questions sont
formation des employés, bien que coûteuse et chro- traitées au chapitre 8. Toutefois, la répétition de trau-
nophage, peut être un bon investissement qui se matismes d’effort bénins affectant le personnel de
traduit par plus de productivité et d’efficacité. Un traitement des données, est souvent causée par le
programme de formation bien structuré est essen- caractère routinier et répétitif de certains aspects de
tiel pour tous les personnels engagés dans la collecte leur travail. Ce problème devrait être abordé à la fois
des données car ils sont en mesure d’influer forte- du point de vue de la sécurité du personnel et de
ment sur le niveau des données finales. La formation celui de la gestion.
professionnelle devrait comporter à la fois des
connaissances générales des principes de base, et
des modules pour apprendre les procédures internes. Bibliographie et lectures complémentaires
Tous les documents devraient être pertinents et à
jour. Le programme canadien de développement Azar, J., D. Sellars et D. Schroeter, 2003: Water Quantity
des carrières de technicien en hydrologie (SHOFM Monitoring in British Columbia: A Business Review
composante Y00.0.10) en donne un exemple natio- of the BC Hydrometric Programs. British Columbia
nal (OMM, 2000). Le volume II, chapitre 2 donne Ministry of Sustainable Resource Management,
des informations supplémentaires sur différents Victoria, BC (http://www.geoscientific.com/
aspects de la formation en hydrologie. technical/tech_references_pdf_files/Water%20
Quantity%20M onitoring%20in%20BC.pdf).
Là où le traitement n’est pas fait par le collecteur de Carroll, T., 2001: Airborne Gamma Radiation Snow Survey
données, il est important que le personnel effec- Program: A User’s Guide. Version 5.0. National
tuant le traitement soit formé aux techniques de Weather Service, Chanhassen, Minnesota (http://
collecte de données de façon que celles-ci soient www.nohrsc.noaa.gov/technology/pdf/tom_
traitées conformément aux attentes du collecteur. gamma50.pdf).
Une bonne procédure consiste à donner, périodi- Carson, M.A., 1987: An Assessment of Problems Relating
quement, au personnel affecté au traitement, une to the Source, Transfer and Fate of Sediment along
expérience de terrain afin qu’il fasse concrètement the Mackenzie River, NWT. Rapport interne, Water
le lien entre les données et leur acquisition. Une Resources Branch, Environnement Canada, Ottawa.
telle connaissance de la part du personnel affecté au Church, M.A., R. Kellerhals et T.J. Day, 1989: «Regional
traitement peut permettre une interprétation provi- clastic sediment yield in British Columbia».
soire de données incorrectement présentées, en Canadian Journal of Earth Sciences, Vol. 26(1),
attendant la confirmation du collecteur. Il est essen- p. 31-45 (http://cgrg.geog.uvic.ca/abstracts/
tiel de poser le principe selon lequel au collecteur ChurchRegionalThe1989.html).
de données incombe la principale responsabilité de CNS Scientific and Engineering Services, 1991: The Benefit-
leur qualité. Une méthode pour respecter ce prin- cost of Hydrometric Data: River Flow Gauging. Rapport
cipe est d’associer, autant que possible, le collecteur N° FR/D0004, Foundation for Water Research,
au traitement et de veiller à lui retourner les données Marlow, Buckinghamshire (http://www.fwr.org/
publiées pour évaluation. Au stade du traitement, le urbanpol/frd0004.htm).
personnel devrait aussi savoir qu’il a une responsa- Conseil national de recherche, 1995: A Data
bilité dans le maintien de la qualité et de l’intégrité Foundation for the National Spatial Data
des données. Infrastructure. Commission on Geosciences,
Environment and Resources, National Academy of
Le traitement des données est souvent par nature Sciences, Washington D.C. (http://darwin.nap.edu/
routinier et bien adapté à l’application des tech- books/NX005078/html/index.html).
niques d’automatisation. Pour cette raison, il est Dubreuil P., 1966: «Les caractères physiques et
important qu’une attention particulière soit portée morphologiques des bassins versants: leur
aux ressources humaines, et que l’organisation soit détermination avec une précision acceptable»
structurée de façon à susciter l’intérêt, l’implication, Cahiers ORSTOM, Série hydrologie, N° 5.
I.2-64 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Environnement Canada, 1983: Sampling for Water Organisation mététorologique mondiale, 1969:
Quality. Water Quality Branch, Inland Waters Hydrological Network Design: Needs, Problems and
Directorate. Environnement Canada, Ottawa. Approaches (J.C. Rodda). OMM/DHI, Rapport N° 12,
Harvey, D.K.D., P.J. Pilon et T.R. Yuzyk, 1999: Canada’s Genève.
Reference Hydrometric Basin Network (RHBN). —, 1972: Casebook on Hydrological Network Design
Proceedings of the Fifty-first Annual Conference of the Practice. WMO-No. 324, Genève.
Canadian Water Resources Association, Halifax. —, 1976: Hydrological network design and information
Moss, M.E. et G.D. Tasker, 1991: «An intercomparison transfer. Proceedings of the International Seminar,
of hydrological network design technologies». 19-23 août 1974, Newcastle-upon-Tyne.
Hydrological Science Journal, Vol.36(3), p. 209-221. Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 8,
Nations Unies, 1992a: International Conference on Water WMO-No. 433, Genève.
and the Environment: Development Issues for the —, 1980: Manual on Stream Gauging, Volumes I et II.
Twenty-first Century, 26-31 janvier 1992, Dublin Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 13,
(http://www.wmo.int/pages/prog/hwrp/ WMO-No. 519, Genève.
documents/english/icwedece.html). —, 1981: Hydrological Data Transmission (A.F. Flanders).
—, 1992b: Report of the United Nations Conference on Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 14,
Environment and Development. Rio de Janeiro, WMO-No. 559, Genève.
3-14 juin1992, United Nations publication, —, 1982: Concepts and Techniques in Hydrological Network
Sales No. E.93.I.8, trois volumes, Nations Unies, Design (M.E. Moss). Rapport d’hydrologie
New York (http://www.centrodirittiumani.unipd. opérationnelle N° 19, WMO-No. 580,
it/a_temi/conferenze/rio/Dicrio1992.pdf). Genève.
—, 1997: Comprehensive Assessment of the Freshwater —, 1987: Hydrological Information Referral Service:
Resources of the World. New York. INFOHYDRO Manual. Rapport d’hydrologie
—, 2002: Report of the World Summit on Sustainable opérationnelle N° 28, WMO-No. 683,
Development, du 26 août au 4 septembre 2002, Genève.
Johannesburg, Afrique du Sud. (http://www.unctad. —, 1988a: Manual on Water Quality Monitoring: Planning
org/en/docs/aconf199d20&c1_en.pdf). and Implementation of Sampling and Field Testing.
—, 2004: Guidelines for Reducing Flood Losses. Nations Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 27,
Unies, New York (http://www.unisdr.org/eng/ WMO-No. 680, Genève.
library/isdr-publication/floodguidelines/Guidelines- —, 1988b: Règlement technique, Volume III – Hydrologie,
for-reducing-floodslosses.pdf). OMM-N° 49, Genève.
Organisation internationale de normalisation, 1993: —, 1990a: Cost-benefit Assessment Techniques and
ISO Standards Handbook: Quantities and Units. User Requirements for Hydrological Data. Rapport
Troisième édition, Genève. (http://www.iso.org/iso/ d’hydrologie opérationnelle N° 32, WMO-No. 717,
en/prodsservices/otherpubs/pdf/quantity1993-en. Genève.
pdf). —, 1990b: Economic and Social Benefits of Meteorological
—, 2005: Measurement of Fluid Flow: Procedures for the and Hydrological Services. Proceedings of the
Evaluation of Uncertainties. Deuxième édition, Technical Conference, 26-30 mars 1990, Genève,
ISO 5168, Genève. (http://www.iso.org/iso/en/ WMO-No. 733, Genève.
CatalogueDetailPage.CatalogueDetail?CSNUMBER= —, 1992: Proceedings of the International Workshop on
32199&ICS1=17&ICS2=120&ICS3=10&showrevisio Network Design Practices. 11-15 novembre 1991,
n=y). Coblence, Technical Report No. 50, WMO/TD-
—: Technical Committee 147 List of Standards on water No. 671, Genève.
quality (http://www.iso.org/iso/en/stdsdevelopment/ —, 1994: An Overview of Selected Techniques for Analysing
tc/tclist/TechnicalCommitteeStandardsListPage. Surface-water Data Networks (W.O. Thomas).
TechnicalCommitteeStandardsList?COMMID=3666 Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 41,
&INCLUDESC=YES). WMO-No. 806, Genève.
Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la —, 1995, 1998, 2001: Manuel des codes, Volumes I et II,
science et la culture, 1974: «The GEOREP grid OMM-N° 306, Genève.
station identification system». In: Discharges of —, 1996: Guide des instruments et des méthodes
Selected Rivers of the World, Volume III, Partie II, d’observation météorologiques, OMM-N° 8, Genève.
1969-1972. —, 1998a: Current Operational Applications of Remote
Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la Sensing in Hydrology (A. Rango et A.J. Shalaby).
science et la culture, 1983: Curricula and Syllabi Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 43,
in Hydrology (S. Chandra, L.J. Mostertman, J.E. WMO-No. 884, Genève.
Nash, J. Nemec et T. Peczely). Technical Papers in —, 1998b: WHYCOS: Système mondial d’observation du
Hydrology, N° 22, Paris. cycle hydrologique. OMM-N° 876, Genève.
CHAPITRE 2. MÉTHODES D’OBSERVATION I.2-65

—, 2000: Manuel de référence du Système hydrologique Programme des Nations Unies pour l’environnement
opérationnel à fins multiples (SHOFM). Deuxième et Organisation mondiale de la santé, 1996: Water
édition, Genève. Quality Monitoring: A Practical Guide to the Design
—, 2002, 2003: Directives pour la formation profession- and Implementation of Freshwater Quality Studies and
nelle des personnels de la météorologie et de l’hydrologie Monitoring Programmes. Jamie Bartram et Richard
opérationnelle, Volumes I et II, quatrième édition, Balance (eds), E&FN Spon, Londres. (http://www.
OMM-N° 258, Genève. who.int/water_sanitation_health/resourcesquality/
—, 2003: Manuel du Système mondial d’observation waterqualmonitor.pdf).
Volume I – Aspects mondiaux et Volume II – Programme des Nations Unies pour l’environnement
Aspects régionaux, OMM-N° 544, Genève. (PNUE). Programme de l’eau du système de surveil-
—, 2004: Water resources as a challenge of the twenty- lance mondiale de l’environnement (GEMS), 2005.
first century (M. Abu-Zeid et I.A. Shiklomanov). Guide pratique GEMS/Eau. Quatrième édition, Inland
WMO-No. 959, Genève. Waters Directorate, Burlington, Ontario. (http://www.
—, 2008. Guide des instruments et des méthodes gemswater.org/publications/operational_guide.html).
d’observation météorologiques. Septième édition, UNESCO/OMM, 1988: Évaluation des ressources en
OMM-N° 8, Genève. eau: Manuel pour une étude d’appréciation des
Organisation météorologique mondiale et Organisation activités nationales. (http://unesdoc.unesco.org/
des Nations Unies pour l’éducation, la science et la images/0015/001584/158461eo.pdf)
culture, 1991, Rapport sur l’évaluation des ressources Union internationale pour la conservation de la
en eau. Progress in the Implementation of the Mar nature, Programme des Nations Unies pour
del Plata Action Plan and a Strategy for the 1990s., l’environnement et Programme du World Wildlife
New York. Fund, 1991: Caring for the Earth: A Strategy for
Pearson, C.P., 1998: «Changes to New Zealand’s Sustainable Living. Gland (http://gcmd.nasa.gov/
National Hydrometric Network in the 1990s». records/GCMD_IUCN_ CARING.html). Journal of
Journal of Hydrology, 37 (1), p.1–17. Hydrology, Volume 37, N° 1, p. 1–17.
CHAPITRE 3

MESURE DES PRÉCIPITATIONS

3.1 CONDITIONS GÉNÉRALES: Les perturbations engendrées par un obstacle varient


EXACTITUDE ET PRÉCISION selon le rapport entre les dimensions linéaires de
l’obstacle et la vitesse de chute des précipitations. On
La quantité totale de précipitations qui atteignent le peut réduire ces effets, voire les supprimer complète-
sol pendant une période déterminée est exprimée par ment, en choisissant l’emplacement de façon que la
la hauteur d’eau qui recouvrirait une surface plane, vitesse du vent au niveau de l’ouverture du pluvio-
projection horizontale de la surface terrestre, toutes mètre soit aussi faible que possible, mais qu’en même
précipitations confondues, y compris sous forme de temps la pluie ne soit pas effectivement arrêtée par
neige ou de glace fondues. Les chutes de neige sont des objets environnants, et/ou en modifiant l’envi-
également exprimées par l’épaisseur de la couche de ronnement du pluviomètre afin de rendre horizontal
neige fraîche couvrant une surface plane et l’écoulement d’air sur son ouverture. Les deux
horizontale. mesures peuvent d’ailleurs être prises simultané-
ment. Tous les pluviomètres d’une région ou d’un
Le but essentiel de toute méthode de mesure dans ce pays devraient être exposés de façon comparable et
domaine devrait être d’obtenir des échantillons qui dans des sites choisis selon les mêmes critères.
soient vraiment représentatifs de la hauteur de préci-
pitation sur la superficie à laquelle se réfèrent les Le pluviomètre devrait être installé de façon que sa
mesures. En hydrologie, la mesure de la valeur exacte surface réceptrice demeure horizontale au-dessus du
des précipitations est une nécessité cruciale. Il est niveau du sol.
donc important de s’attacher tout particulièrement au
choix de l’emplacement, à la forme et à l’exposition Lorsque l’emplacement le permet, la surface récep-
des pluviomètres et des nivomètres, et de prendre les trice (collerette) devrait être protégée du vent dans
mesures nécessaires pour empêcher les pertes dues à toutes les directions par des obstacles (arbres, buis-
l’évaporation, aux éclaboussures et au vent. Des sons) ayant une hauteur aussi uniforme que
méthodes plus complexes, comme l’utilisation de possible. La hauteur de ces obstacles au-dessus de la
radars et de satellites météorologiques demandent collerette devrait être au moins égale à la moitié de
une connaissance plus détaillée des sources d’erreur. la distance qui les sépare de l’appareil (pour assurer
Dans ce chapitre, la mesure des précipitations est une protection efficace contre le vent), mais ne
examinée sous ses aspects les plus intéressants relatifs devrait pas être plus grande que cette distance (pour
à la pratique hydrologique. Une approche plus géné- éviter l’interception d’une partie des précipitations
rale du sujet figure dans le Guide des instruments et des qui doivent atteindre le pluviomètre). L’idéal est
méthodes d’observation météorologiques (OMM-N° 8). que l’angle formé avec l’horizontale par une ligne
joignant le dessus de la collerette au sommet des
obstacles qui entourent l’appareil soit compris entre
30° et 45° (figure I.3.1).
3.2 CHOIX DE L’EMPLACEMENT DU
PLUVIOMÈTRE

Dans une installation parfaite, l’eau recueillie dans


un pluviomètre devrait représenter les précipitations
tombées sur la zone environnante. En pratique, il est
toutefois difficile de créer de telles conditions à cause
de l’influence du vent; aussi le choix de l’emplace-
ment doit-il être fait avec le plus grand soin.
10˚
Les effets du vent peuvent être considérés sous deux
aspects: effets sur l’instrument lui-même, réduisant
20˚
la quantité d’eau recueillie, et effets du site sur les
trajectoires du vent. Ces derniers sont souvent
plus importants et peuvent provoquer des résultats
erronés tant par excès que par défaut. Figure I.3.1. Positionnement d’un pluviomètre
I.3-2 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Des obstacles tels que des brise-vent constitués par qu’on peut améliorer les résultats sur les précipita-
une simple rangée d’arbres devraient être évités, car tions liquides en installant le pluviomètre dans une
ils ont tendance à augmenter la turbulence sur le fosse, de manière à ce que la collerette soit au niveau
site de mesure. Une protection discontinue ou du sol (figure I.3.2). Il est recommandé de couvrir la
inégale devrait aussi être écartée à cause de ses effets fosse d’une solide grille anti-éclaboussures, en métal
variables et imprévisibles sur le captage des précipi- ou en plastique, percée d’une ouverture centrale
tations par le pluviomètre. Lorsqu’il n’est pas pour le passage de l’entonnoir. Cette grille devrait
possible d’assurer une protection adéquate contre être composée de lames minces, de 5 à 15 cm de
les effets du vent, il est préférable de supprimer tout large, posées verticalement de manière à former des
obstacle isolé situé à une distance de l’appareil carrés symétriques de 5 à 15 cm de côté. Autour de
inférieure à quatre fois leur hauteur. Compte tenu l’appareil, le sol devrait être plat et sans obstacle
de toutes ces restrictions, il faudrait choisir un important sur une distance d’au moins 100 mètres
emplacement abrité du vent le plus fort, afin de et dans toutes les directions.
limiter les erreurs de mesure qu’il peut induire. Il
faudrait toujours faire attention à ce que le site On peut également, mais avec moins d’efficacité,
choisi ne crée pas de perturbations importantes installer l’appareil au centre d’une enceinte circu-
dans le vent. On devrait en particulier éliminer les laire gazonnée, avec une paroi intérieure formant
pentes ou les emplacements dont le sol est forte- un cercle d’environ 3 mètres de diamètre, un flanc
ment incliné dans une direction (notamment si extérieur incliné d’un angle d’environ 15° par
cette direction est celle du vent dominant). rapport à l’horizontale et dont le sommet sera au
même niveau que l’orifice du pluviomètre.
Le sol environnant peut être couvert d’herbe courte,
de gravier ou de galets, mais une surface plane et Des dispositions devraient être prises pour le drai-
dure, comme du béton, provoque des éclaboussures nage. Il faut se souvenir que le pluviomètre dans
excessives. une fosse est prévu pour mesurer les précipitations
liquides et non les chutes de neige.
L’ouverture du pluviomètre devrait être à une
hauteur aussi peu élevée que possible (la vitesse du Un autre moyen de modifier l’environnement du
vent augmentant avec la hauteur), mais suffisante pluviomètre est de disposer autour de l’appareil des
pour éviter que les éclaboussures sur le sol écrans de forme appropriée, afin de le protéger du
n’atteignent l’intérieur du pluviomètre. Dans les vent. Lorsque leur forme est bien conçue, ces écrans
régions où il y a peu de neige, et lorsque les envi- permettent d’obtenir des résultats bien plus
rons immédiats ne risquent pas, même par forte représentatifs qu’avec des pluviomètres non
pluie, d’être recouverts en partie par des flaques protégés complètement exposés au vent. L’écran
d’eau, on recommande une hauteur standard de idéal devrait:
30 centimètres, pratiquée dans de nombreux pays. a) Assurer un écoulement parallèle de l’air
Là où ces conditions ne sont pas remplies, la au-dessus de l’ouverture du pluviomètre;
hauteur standard préconisée est de 1 mètre. b) Éviter toute accélération du vent localisée
au-dessus de l’ouverture;
Dans les endroits très exposés, où l’on ne dispose c) Réduire le plus possible la vitesse du vent
pas d’une protection naturelle, l’expérience montre qui frappe le récepteur latéralement. Ainsi,

B ≥ 5 cm
E C ≥ 5 cm
D ≥ 60 cm
C E ≥ 60 cm
B
N ≥ 30 cm
N

Figure I.3.2. Pluviomètre enterré pour la mesure des précipitations liquides


CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-3

la hauteur du pluviomètre au-dessus du sol dimension choisie, la graduation du dispositif de


importe beaucoup moins; mesure doit naturellement être en rapport avec
d) Ne donner lieu à aucun éclaboussement vers celle-ci. Les caractéristiques les plus importantes de
l’ouverture du récepteur. De nouveau, la hauteur l’appareil sont les suivantes:
du pluviomètre au-dessus du sol importe alors a) Le bord du collecteur (bague ou collerette)
beaucoup moins; devrait avoir une arête tranchante, une paroi
e) Être conçu de telle façon qu’il ne donne pas intérieure verticale, et être fortement biseauté à
lieu à la formation d’un chapeau de neige. l’extérieur. Les nivomètres devraient être conçus
de façon à ce que les erreurs dues au rétrécisse-
Les précipitations sous forme de neige sont beau- ment de l’ouverture par accumulation de neige
coup plus sensibles au vent que la pluie. Dans des humide autour du bord soient insignifiantes;
situations exceptionnellement exposées au vent, la b) La surface de l’ouverture réceptrice devrait être
quantité de neige captée peut être inférieure à connue à 0,5 % près et réalisée de façon à rester
moins de la moitié de la chute réelle, qu’il y ait ou constante;
non une protection contre le vent. Les sites choisis c) Le collecteur devrait être conçu pour éviter le
pour la mesure des précipitations neigeuses, et/ou rejaillissement et l’éclaboussement; pour cela,
de la couverture de neige devraient se trouver, dans la paroi verticale devra être d’une hauteur
la mesure du possible, à l’abri du vent. Les écrans de suffisante et l’entonnoir avoir une pente assez
protection contre le vent intégrés à l’appareil lui- raide (au moins 45°);
même se sont révélés tout à fait efficaces pour d) Le récipient devrait avoir un goulot étroit et être
réduire les erreurs de captage dues au vent, spéciale- suffisamment protégé du rayonnement solaire
ment quand il s’agit de précipitations solides. pour éviter toute perte d’eau par évaporation;
Aucun modèle existant cependant ne peut encore e) Lorsqu’une partie des précipitations arrive
éliminer entièrement ce type d’erreurs de mesure. sous forme de neige, le collecteur devrait être
assez profond pour stocker la quantité de neige
escomptée sur au moins une journée; ceci
3.3 PLUVIOMÈTRES NON ENREGISTREURS est important pour éviter un débordement de
[SHOFM C27] l’appareil.

Les pluviomètres employés aux endroits où seules


3.3.1 Généralités
les lectures hebdomadaires ou mensuelles sont
Les pluviomètres non enregistreurs utilisés dans la effectuées devraient être de construction similaire à
plupart des Services hydrologiques et météorolo- celle d’un pluviomètre à lecture quotidienne, mais
giques pour des mesures officielles, sont généralement avec un récipient d’une plus grande capacité et de
des récepteurs à parois verticales et habituellement fabrication plus robuste.
en forme de cylindre droit. Les surfaces réceptrices et
la hauteur du récipient diffèrent suivant les pays, ce
qui fait que les mesures ne sont pas absolument
comparables. La hauteur des précipitations récupé-
rées est mesurée dans un flacon gradué ou au moyen
d’une jauge. Si les parois du récipient ne sont pas
verticales, la mesure est faite par pesée ou en mesu-
rant le volume d’eau recueilli, ou encore en mesurant
la hauteur dans le récipient avec une jauge ou une
échelle à graduation spéciale.

3.3.2 Pluviomètre standard

Le pluviomètre ordinaire à lecture quotidienne a


généralement la forme d’un collecteur surplom-
bant un entonnoir conduisant à un récipient
(figure I.3.3). La dimension de l’ouverture du collec-
teur n’a pas d’importance. Dans certains pays, la
surface réceptrice est de 1 000 cm2, mais une surface
de 200 à 500 cm2 s’avérera probablement la plus
pratique. La surface du récipient peut être égale au
dixième de celle du collecteur. Quelle que soit la Figure I.3.3. Pluviomètre ordinaire
I.3-4 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

3.3.3 Pluviomètres totalisateurs L’éprouvette graduée devrait être en verre transpa-


rent, de faible coefficient de dilatation, et les
Les pluviomètres totalisateurs sont utilisés pour dimensions du pluviomètre auquel elle est destinée
mesurer la précipitation saisonnière totale dans les devraient y être clairement indiquées. Son diamètre
régions éloignées à faible densité de population. Il ne devrait pas dépasser le tiers environ de celui du
s’agit d’appareils de stockage, comportant un collec- bord du collecteur.
teur posé sur un entonnoir conduisant à un
récipient d’une capacité suffisante pour stocker Les graduations devraient être finement gravées.
l’ensemble des précipitations d’une saison. Pour Généralement les marques devraient être espacées
procéder à l’installation de ces appareils, on devrait de 0,2 millimètre, et le trait correspondant à
tenir compte des critères fournis dans les sections chaque millimètre devrait être clairement indiqué.
précédentes relatives à l’exposition et à la protec- Il est aussi souhaitable d’avoir une graduation
tion contre le vent. correspondant à 0,1 mm. S’il n’est pas nécessaire
de mesurer la pluie avec une telle exactitude, on
Dans les régions où se produisent des chutes de neige choisira une graduation tous les 0,2 mm jusqu’à
importantes, le collecteur doit être placé au-dessus 1 mm, puis à chaque millimètre suivant, avec une
de la hauteur maximale de neige prévue. À cet effet, ligne clairement marquée tous les 10  mm. Pour
l’appareil peut être installé sur une petite tour, ou le des mesures exactes, l’erreur instrumentale maxi-
collecteur monté sur un tube en acier vertical de male tolérée dans les graduations ne devra pas
30 cm de diamètre et d’une hauteur suffisante pour excéder ± 0,05 mm à partir et au-delà de la marque
que son ouverture soit toujours au-dessus de la de graduation de 2 mm, et ± 0,02 mm en-deçà de
couche de neige accumulée la plus épaisse. cette marque.

Dans le récipient, on met une solution antigel desti- Pour atteindre cette exactitude avec de petites
née à faire fondre sous forme liquide la neige qui y quantités de pluie, l’intérieur de l’éprouvette
sera recueillie. Un mélange à 37,5 % de chlorure de devrait avoir une forme conique à sa base. Pour
calcium du commerce (pur à 78 %) et 62,5 % d’eau toutes les mesures, le point inférieur du ménisque
par unité de poids, donne des résultats satisfaisants. de l’eau devrait être pris comme ligne de référence.
Sinon, une solution éthylène-glycol peut être utili- Il est donc important de maintenir l’éprouvette
sée. Cette dernière solution, bien que plus onéreuse, verticale et d’éviter les erreurs de parallaxe. À cette
est moins corrosive que la première et protège du fin, il est utile que les principaux traits de gradua-
gel l’eau contenue dans le tube jusqu’à un degré de tion soient également indiqués de l’autre coté de
dilution, causée par les précipitations qui s’ensui- l’éprouvette.
vent, beaucoup plus élevé que ne le permet l’autre
mélange. La quantité d’antigel placée dans le réci- Les jauges graduées devraient être en bois de cèdre
pient ne devrait pas excéder le tiers de la capacité ou de toute autre matière appropriée qui n’absorbe
totale de ce dernier. que des quantités infimes d’eau, et à faible effet de
capillarité.
Pour réduire l’évaporation, on mettra une fine
couche d’huile dans le pluviomètre; 8 mm d’épais- Si, pour éviter l’évaporation, on a mis de l’huile
seur suffisent. Les huiles de moteur non détergentes dans le récipient, on ne pourra donc pas utiliser de
et à faible viscosité sont recommandées. Les huiles jauges en bois. On se servira de jauges en métal ou
à la silicone et pour transformateurs se sont révélées en toute autre matière dont on peut facilement
inadaptées. nettoyer des traces d’huile.

On détermine l’importance des précipitations Les jauges devraient avoir un pied de laiton afin
saisonnières en pesant ou en mesurant le volume d’éviter l’usure et être graduées en tenant compte
d’eau contenu dans le récipient. Dans les deux du rapport entre les aires des sections transversales
cas, on tiendra évidemment compte de la quantité de l’entonnoir et du récipient, et du volume d’eau
d’antigel préalablement mise dans l’appareil en déplacé par la jauge elle-même. Des marques
début de saison. devraient être faites au moins tous les 10 mm.
L’erreur maximale dans la graduation de la jauge
ne devrait jamais dépasser ± 0,5 mm sur toute
3.3.4 Méthodes de mesure
l’échelle. Bien que ce genre de mesure soit tout à
Deux méthodes sont couramment employées pour fait admissible, il serait toujours préférable, chaque
mesurer la pluie recueillie: l’éprouvette et la jauge fois qu’on le pourra, d’en contrôler le résultat en
graduée. utilisant une éprouvette graduée.
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-5

On peut aussi mesurer la quantité d’eau recueillie 3.3.6 Correction des erreurs systématiques
par pesées précises. Cette méthode a plusieurs avan-
tages: on pèse le récipient avec son contenu d’eau et Les effets du vent, de l’humectation, de l’évapora-
on soustrait le poids du récipient seul. Il n’y a ainsi tion, de chasse-neige, et du rejaillissement, sont
pas de risque de renverser de l’eau et on n’en perd habituellement la cause de mesures de précipitations
pas par adhérence au récipient. Les méthodes inférieures (de 3 à 30 % ou plus) aux précipitations
courantes sont toutefois les plus simples et les réellement tombées. L’erreur systématique peut être
moins coûteuses. corrigée si les données recueillies le sont à des fins
hydrologiques (OMM, 1982). Avant d’apporter des
corrections, les données brutes devraient être archi-
3.3.5 Erreurs et exactitude des
vées. Les données publiées devraient porter la
lectures
mention «mesurées» ou «corrigées», selon le cas.
Les erreurs dans la mesure de la quantité d’eau
recueillie dans un appareil sont faibles par rapport Les corrections que l’on peut apporter à la mesure
à celles qui sont dues à l’installation de l’appareil, des précipitations dépendent des relations entre les
pourvu qu’un soin légitime soit apporté aux composantes de l’erreur et les facteurs météorolo-
lectures. Les quantités journalières devraient être giques. Ainsi, la perte due aux perturbations du
lues à 0,2 mm près et, de préférence, au dixième de champ du vent à proximité du bord du collecteur
millimètre près, et les quantités hebdomadaires ou est fonction de la vitesse du vent et de la structure
mensuelles au millimètre près. Les principales des précipitations.
causes d’erreur susceptibles de se présenter sont
dues à l’emploi d’éprouvettes ou de jauges graduées Cette dernière peut être caractérisée, selon la
de manière inexacte, au fait que l’on peut renver- période de temps utilisée, par la proportion de
ser un peu d’eau au moment du transfert dans pluies de faible intensité (ip ≤ 0,03 mm min–1), par
l’éprouvette et à l’impossibilité de vider complète- un logarithme de l’intensité de la pluie, par la
ment l’eau du récepteur dans l’éprouvette. température et/ou l’humidité de l’air et par le type
de précipitation. La perte par mouillage est liée au
En plus de ces erreurs, des pertes par évaporation nombre d’épisodes et/ou de jours pluvieux tandis
peuvent se produire. Celles-ci ne risquent d’être que la perte par évaporation est tributaire du déficit
sérieuses que dans des climats chauds et secs, et de saturation et de la vitesse du vent. L’erreur
avec des appareils qui ne sont relevés qu’à inter- par excès résultant des bourrasques de neige est en
valles espacés. relation avec la vitesse du vent.

Elles peuvent être réduites en mettant un peu Si des corrections journalières doivent être appli-
d’huile dans le récipient ou en concevant le quées, on peut se servir des données d’observation
pluviomètre de manière que la surface de l’eau standard des facteurs météorologiques précités
exposée à l’évaporation soit réduite, que la venti- recueillis sur le site de mesure ou dans son voisinage.
lation soit faible, et que la température à l’intérieur Aux endroits où les observations météorologiques
de l’appareil ne puisse pas devenir excessive. Il est font défaut, des évaluations ne devraient être faites
également nécessaire de s’assurer que la surface que pour des périodes dépassant un jour, par exemple
réceptrice du pluviomètre soit lisse afin que les pour un mois.
gouttes de pluie n’y adhèrent pas. Elle ne devrait
jamais être peinte. La valeur de la correction varie de 10 à 40 % pour les
mois pris séparément, et dépend de l’estimation
En hiver, quand les pluies sont souvent immédia- des facteurs météorologiques pris en considération.
tement suivies de gel, on peut éviter que le
récipient soit endommagé et que, par conséquent, Les principaux termes de l’erreur systématique
des fuites se produisent causant des pertes en eau, dans la mesure des précipitations sont donnés au
en ajoutant un produit antigel. Ceci encore une tableau I.3.1.
fois s’applique principalement aux pluviomètres
rarement relevés. Le facteur de correction k relatif à la déformation
du champ de vent au-dessus de l’ouverture du
On doit naturellement tenir compte de la quan- collecteur, estimé expérimentalement sur divers
tité de solution antigel ajoutée lorsqu’on procède à appareils, est donné à la figure I.3.4. C’est une
la lecture. Tous les pluviomètres devraient être fonction de deux variables, la vitesse du vent
vérifiés régulièrement pour déceler des fuites durant la précipitation au niveau du bord du
éventuelles. collecteur, et la vitesse de chute des particules
I.3-6 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.3.1. Principales composantes de l’erreur systématique dans la mesure des précipitations et
leurs facteurs météorologiques et instrumentaux classés par ordre d’importance
Pk = kPc = k(Pg + ΔP1 + ΔP2 + ΔP3 ± ΔP4 – ΔP5)
où Pk est la quantité de précipitations corrigée, k est le facteur de correction, Pc est la précipitation captée par le
collecteur du pluviomètre, Pg est la précipitation mesurée dans le pluviomètre, et P1 à P5 sont les corrections pour
les composantes de l’erreur systématique décrites ci-dessous:

Symbole Composante de l’erreur Importance Facteurs météorologiques Facteurs instrumentaux

k Perte due à la déformation du 2–10 % Vitesse du vent au bord Forme, aire de la surface
champ du vent au-dessus de 10–50 %a du pluviomètre durant la de collecte et profondeur
l’ouverture du pluviomètre précipitation et structure du pluviomètre et de
de la précipitation sa bordure
ΔP1 + ΔP2 Perte due au mouillage des parois 2–10 % Fréquence, type et quantité Mêmes éléments que
intérieures du collecteur et du de précipitations, temps de ci-dessus auxquels on
récipient de collecte lorsqu’ils séchage du pluviomètre et ajoutera la couleur et la
sont vidés fréquence de vidange vétusté du collecteur et
du récipient du récipient
ΔP3 Perte due à l’évaporation dans le 0–4 % Type de précipitation, Aire et isolation du
récipient déficit de saturation et récipient, la couleur
vitesse du vent au bord et, dans certains cas, la
du pluviomètre pendant vétusté du collecteur, ou le
le temps écoulé entre la type d’entonnoir (fixe ou
fin de la précipitation et la amovible)
mesure de celle-ci
ΔP4 Éclaboussement de l’eau vers 1–2 % Intensité de la pluie et Forme et profondeur
l’appareil et hors de celui-ci vitesse du vent du collecteur et type
d’installation du
pluviomètre
ΔP5 Soufflage et dépôt de neige Intensité et durée de Forme, aire de la surface de
la tempête de neige, collecte et profondeur du
vitesse du vent et état de pluviomètre et de
l’enneigement sa bordure

a Neige

précipitées. Cette dernière dépend de la structure Lorsque la quantité de précipitation est mesurée
de la précipitation. plus d’une fois par jour, la perte totale mensuelle est
donnée par:
La valeur absolue de la perte par mouillage dépend
de la géométrie et du matériau de l’entonnoir et du ΔP1,2 = ax Mp (3.2)
récipient, du nombre de mesures des précipitations
et de la quantité, de la fréquence, et de la forme des où ax est la perte moyenne par mouillage et par
précipitations. Elle est différente selon que les préci- mesure pour un appareil particulier et une certaine
pitations tombent sous forme liquide, mixte ou forme de précipitation, et Mp le nombre de mesures
solide, et peut être estimée par pesée ou par mesure des précipitations durant la période considérée.
volumétrique en laboratoire. La perte par mouillage
affectant les précipitations solides est généralement La perte par évaporation peut être estimée comme
plus faible que celle affectant les précipitations suit:
liquides du fait que le collecteur n’est habituelle-
ment mouillé qu’une fois, lorsque la neige fond. ΔP3 = ie τe (3.3)

La perte totale mensuelle, ΔP1, peut être estimée par où ie est l’intensité de l’évaporation et τe le temps
l’équation: écoulé entre la fin des précipitations et leur mesure.
La valeur de ie dépend de la configuration, du
DP1 = a M (3.1) matériau et de la couleur de l’appareil, de la forme
et de la quantité des précipitations, du déficit de
oùa est la perte journalière moyenne par mouillage saturation de l’air d (hPa), et de la vitesse du vent,
pour un collecteur particulier et M le nombre de au moment de l’évaporation, au niveau de l’orifice
jours avec précipitations. de l’entonnoir. Il est difficile d’estimer ie par voie
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-7

18 17 16 15 14 13
a) 100 80 60 0,14
1,3 N (%)
1
2 100 12
80 0,12
1,2 60
40
40 11
k
20 0,10
10
1,1
20

0,08

ie (mm h–1 )
9
1,0
0 2 4 6 8 10
uph (m s–1) 0,06
b) 8
5
1 C
C

7

27 °

2
t≤–

0,04
1≤ –

6
C<

5

4
4
–2

3
0,02
2
7 °C
k 3 t≤–2 C °C 1
0 ° <t≤–8
C<t 27 °C
≤ 0,00
– 8 ° – 0 5 10 15 20 25
°C
t>–8 °C d (hPa)
2 <t<2
–2 °C Précipitations liquides Précipitations solides

1 Note: Intensité de l’évaporation (ie) pour divers pluviomètres:


0 2 4 6 8 a) Précipitations liquides: i) Pluviomètre normalisé australien 1,
uph (m s–1) 2, 7, 11 respectivement pour P ≤ 1 mm; 1,1 à 20 mm, > 20 mm
(pour toutes vitesses du vent ue > 4 m s–1), et pour ue ≥ 4 m s–1;
Figure I.3.4. Facteur de correction k en fonction ii) Pluviomètre Snowdon dans une fosse 3, 6, 8 respectivement
de la vitesse du vent pendant la précipitation pour P ≤ 1 mm , 1,1 à 10 mm et ≥ 10 mm; iii) Pluviomètre
Hellman 4; iv) Pluviomètre normalisé polonais 5; v) Pluviomètre
au niveau de la bordure du collecteur (uph), normalisé hongrois, 9; vi) Pluviomètre Tretyakov 10, 12, 13, 14
du paramètre N de structure de la précipitation respectivement pour des vitesses du vent au niveau de la bordure
et de t pour: a) Précipitation liquide et du collecteur de 0 à 2, 2 à 4, 4 à 6 et 6 à 8 m s–1; b) Précipitations
b) Précipitation solide ou mixte. 1 = pluviomètre solides: Pluviomètre Tretyakov 15, 16, 17, 18, respectivement
Hellman sans pare-vent; 2 = pluviomètre Tretyakov pour des vitesses du vent de 0 à 2, 2 à 4, 4 à 6 et 6 à 8 m s–1,
où ie est l’intensité de l’évaporation en mm h–1 et te est le temps
avec pare-vent; t = température de l’air durant écoulé entre la fin de la précipitation et la prise de mesure de
l’averse de neige; N = fraction en pourcentage des celle-ci.
totaux mensuels de pluie tombant avec
une intensité inférieure à 0,03 mm min–1 Figure I.3.5. Pertes par évaporation
(UNESCO, 1978) des pluviomètres

théorique à cause de la configuration complexe par le vent dans le collecteur devrait être prise en
d’un pluviomètre. Cependant, ie peut être calculé à considération lors de tempêtes de neige
l’aide d’équations empiriques ou de fonctions accompagnées d’un vent supérieur à 5 m s-1. Les
graphiques ainsi que le montre la figure I.3.5. La valeurs par demi-jour peuvent être estimées sur le
valeur de τe peut être estimée à l’aide d’appareils site par observation visuelle de la durée de la
enregistreurs de précipitations, mais elle dépend tempête de neige, ainsi que dans les lieux
également du nombre d’observations des précipita- d’observation où existent des données sur la
tions par jour. Ce temps est de trois à six heures vitesse du vent et sur le nombre de jours avec
pour des précipitations liquides mesurées deux fois apport de neige par le vent (dans l’appareil de
par jour, et de six heures pour la neige du fait que mesure) et balayage de neige (hors de celui-ci). Les
l’évaporation a lieu durant la chute de neige. moyennes à long terme des valeurs mensuelles
peuvent être estimées à l’aide du graphique de la
L’erreur nette due l’éclaboussement de l’eau vers figure I.3.6, si la durée de la tempête de neige et la
l’appareil de mesure et hors de celui-ci peut être vitesse du vent sont connues.
soit négative soit positive, et par conséquent
supposée nulle pour la plupart des appareils de Outre les erreurs systématiques, il existe également
mesure des précipitations correctement conçus des erreurs aléatoires, instrumentales et liées à
(section 3.3.2). L’erreur résultant de neige chassée l’observation. Leurs effets sont souvent négligeables
I.3-8 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

dus aux oscillations de la balance par vent fort


peuvent être surmontés par l’adjonction d’un
0,08
amortisseur hydraulique. Ce type d’appareil est
particulièrement indiqué pour mesurer les chutes de
neige, de grêle, et de neige mélangée à de la pluie. Il
enregistre en effet les précipitations solides sans
ub (mm s–1)

0,06 attendre qu’elles aient fondu.

3.4.2 Enregistreur à flotteur

0,04
Dans ce type d’appareil, les précipitations passent
6 10 14 18
dans un récipient contenant un flotteur léger. Le
ub (m s–1) mouvement vertical du flotteur lorsque s’élève le
niveau de l’eau est transmis par un mécanisme
Figure I.3.6. Intensité saisonnière à long terme approprié qui actionne un stylet sur un diagramme.
du soufflage de la neige (ib) en fonction de En ajustant convenablement les dimensions de
la vitesse du vent à long terme (ub) au l’entonnoir récepteur, du flotteur et du récipient
niveau de l’anémomètre (10 à 20 m) qui le contient, on peut obtenir sur le diagramme
au cours du soufflage. toutes les échelles souhaitées.

Pour que l’appareil fournisse un enregistrement


vis-à-vis des valeurs élevées que peuvent atteindre pour une période utile (au moins 24 heures), il faut,
les erreurs systématiques. ou bien que le récipient dans lequel plonge le flot-
teur ait un volume important (auquel cas l’échelle
sur le diagramme est comprimée), ou que l’on ait
prévu une vidange rapide et automatique de ce réci-
3.4 PLUVIOMÈTRES ENREGISTREURs pient lorsqu’il est plein, le stylet revenant alors au
[SHOFM C53] bas du diagramme. Pour ce faire, on utilise en géné-
ral une sorte de siphon. Le siphonage devrait
On utilise généralement cinq types d’appareils commencer pleinement à un instant donné, en
enregistreurs: à pesée, à flotteur, à augets bascu- évitant tout risque de débordement, soit au début,
lants, à capteur de gouttelettes (disdromètre) et soit à la fin de l’opération, laquelle ne devrait pas
acoustique. Les seuls instruments satisfaisant pour excéder 15 secondes. Dans certains instruments, la
la mesure de tout type de précipitations utilisent la chambre du flotteur est montée sur des arêtes, de
mesure du poids ou la détection du mouvement par sorte qu’elle bascule lorsque le récipient est plein. La
des moyens optiques. L’emploi des autres types est poussée de l’eau amorce le siphonage et lorsque le
essentiellement limité aux mesures des chutes de récipient est vide, il revient dans sa position initiale.
pluie. D’autres appareils sont équipés d’un siphonage
forcé qui assure la vidange en moins de cinq
secondes. D’autres encore comportent un petit réci-
3.4.1 Enregistreur à pesée
pient auxiliaire, qui récupère la pluie tombée
Dans ces appareils, le poids du récipient plus la pendant l’opération de vidange, et se vide dans le
quantité de pluie recueillie sont enregistrés en récipient principal lorsque le siphonage est terminé,
continu, soit au moyen d’un mécanisme à ressort assurant un enregistrement exact de la pluie totale.
(peson), soit par un système de balance. Toutes les
précipitations sont ainsi enregistrées au fur et à Un dispositif de chauffage devrait être installé dans
mesure qu’elles sont recueillies. Ce type de pluvio- le pluviomètre s’il y a des risques de gel. Il empê-
mètre n’est habituellement équipé d’aucun dispositif chera l’eau de causer, en gelant, des détériorations
automatique de vidange, mais, grâce à un système au flotteur et à son récipient, et permettra d’enre-
de leviers, le stylet peut parcourir la largeur du gistrer la pluie pendant cette période. Si on dispose
diagramme autant de fois que désiré. Ces pluvio- du courant électrique, un petit élément chauffant
mètres doivent être conçus de façon à éviter des ou une petite lampe électrique de faible puissance
pertes excessives par évaporation, celle-ci pouvant peuvent suffire, sinon, on devra faire appel à
être encore réduite en ajoutant dans le récipient une d’autres sources d’énergie. Un système pratique
quantité d’huile suffisante, ou tout autre produit consiste à entourer le récipient d’une bande chauf-
capable de former une pellicule à la surface de l’eau fante branchée sur un accumulateur à grande
et d’éviter ainsi l’évaporation. Les inconvénients capacité. La quantité de chaleur fournie devrait être
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-9

limitée au strict nécessaire empêchant le gel, car la ou par très faible pluie ne donne pas entière
chaleur dégagée peut avoir des répercussions sur satisfaction, le début et la fin du phénomène ne
l’exactitude des observations en modifiant le pouvant pas être déterminés avec exactitude.
mouvement vertical de l’air au-dessus du
pluviomètre, et en augmentant les pertes par
3.4.4 Pluviographe à intensité
évaporation.
Un certain nombre d’appareils ont été conçus afin
d’enregistrer l’intensité des pluies, pour des usages
3.4.3 Enregistreur à auget basculeur
particuliers. En raison de leur complexité, leur utili-
Le principe de ce pluviomètre enregistreur est très sation est toutefois à déconseiller dans le cadre d’un
simple. Un récipient en métal léger, divisé en deux usage général. Des renseignements suffisamment
compartiments, est placé en équilibre instable sur précis sur l’intensité des précipitations peuvent être
un axe horizontal. Dans sa position normale, il obtenus en utilisant un enregistreur à pesée ou à
repose sur une des deux butées qui l’empêchent de flotteur, et en utilisant pour le diagramme une
se renverser complètement. L’eau de pluie est échelle de temps appropriée.
amenée de l’entonnoir collecteur conventionnel au
compartiment supérieur. Lorsqu’une certaine quan-
3.4.5 Disdromètre
tité d’eau a été recueillie, l’équilibre normal est
rompu et l’auget bascule sur sa seconde butée. La Les disdromètres (ou capteurs de gouttelettes)
forme des compartiments est étudiée de sorte que mesurent la gamme des particules de précipitations,
l’eau puisse alors s’écouler du compartiment infé- soit par la traduction en signal électronique de la
rieur qui se vide complètement. Pendant ce temps, quantité de mouvement transmise à un capteur par
la pluie continue à être recueillie dans le com- le choc des hydrométéores, soit par l’interprétation
partiment supérieur nouvellement positionné. Le de la perturbation ou de l’image du passage des
basculement de l’auget peut être utilisé pour hydrométéores dans un faisceau de micro-ondes ou
déclencher le contact d’un relais et donner un enre- d’ondes lumineuses (Bringi et Chandrasekar, 2001).
gistrement sous forme de traits discontinus. La Ils ont l’avantage de donner une information
distance entre deux traits correspondant au temps complète sur la distribution de la taille des hydro-
d’accumulation d’une quantité prédéterminée de météores (figure I.3.7). Ces instruments sont
pluie. Cette quantité ne devrait pas excéder 0,2 mm disponibles dans le commerce même si leur coût est
si on recherche un enregistrement très précis. Mais, élevé par rapport aux pluviomètres à auget
pour beaucoup d’applications hydrologiques, en basculeur.
particulier pour les régions à fortes pluies et pour les
systèmes d’alerte de crue, des augets à 0,5 et 1,0 mm
peuvent convenir.
Données non normalisées
4
10
Le principal avantage de ce type d’appareil réside
dans le fait qu’il est équipé d’une sortie électro-
nique et de fait s’adapte très bien à l’enregistrement 10
3

à distance ou encore à l’enregistrement simultané


des précipitations liquides et du niveau d’une rivière
2
sur un limnigraphe. Il présente cependant certains 10

inconvénients:
N (D)

a) L’auget prend un temps assez court, mais déter- 1


10
miné, pour basculer et pendant la première
moitié de son mouvement, la pluie tombe dans
le compartiment contenant la pluie déjà comp- 10
0

tabilisée. Cette erreur n’est toutefois appréciable


que pour de fortes précipitations (Parsons,
1941); 10
–1
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9
b) Dans les augets couramment utilisés, la surface D
de l’eau exposée est relativement importante et
il peut se produire une perte par évaporation, Figure I.3.7. N (D) [mm–1m–3] fonction de D [mm]
notamment dans les régions chaudes. Ceci est pour 70 distributions de tailles moyennes
surtout sensible pour les faibles pluies; de gouttes sur 2 minutes mesurées en
c) Étant donné le caractère discontinu de l’enregis- vidéo 2D par un disdromètre dans des
trement, l’emploi de l’appareil par bruine légère cellules de pluie convectives en Floride
I.3-10 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

3.4.6 Appareils acoustiques partie de l’approvisionnement en eau de certains


bassins. Cette section décrit les procédures pour la
La mesure des précipitations sur les lacs et la mer est mesure de la couverture neigeuse. Des éléments sur
particulièrement difficile. Cependant le bruit des le suivi de l’enneigement et sur la conception du
gouttes de pluie lorsqu’elles heurtent la surface de réseau de mesure de la couverture neigeuse sont
l’eau peut être détecté par des microphones donnés dans la section 2.4.2. Des conseils pour
sensibles. Le spectre sonore révèle la distribution l’utilisation, dans ce domaine, de la télédétection
des tailles des gouttes et donc la quantité de pluie par satellite figurent dans la section 3.13. Des
tombée. Ces systèmes sont maintenant disponibles compléments sont donnés dans le Rapport
dans le commerce. Sur le continent, les appareils d’hydrologie opérationnelle N° 35 intitulé Snow
acoustiques conçus pour mesurer les profils de vent Cover Measurements and Areal Assessment of
peuvent aussi mesurer la pluie. Precipitation and Soil Moisture (WMO-No. 749).

3.4.7 Méthodes d’enregistrement 3.5.1 Épaisseur de neige


des données
Une chute de neige comprend le dépôt de neige
Quel que soit le mode de fonctionnement du pluvio- fraîche tombée pendant une durée limitée. Les
graphe (flotteur, auget basculeur ou autre), la forme mesures se rapportent à l’épaisseur de la couche et
de l’enregistrement doit faciliter une analyse ulté- à son équivalent en eau. Les mesures directes de
rieure de l’information. Le plus simple est de faire se neige fraîche sur terrain découvert se font à l’aide
déplacer en fonction du temps, grâce à un méca- d’une règle graduée ou d’une échelle. Une
nisme à ressort ou électrique, un diagramme qui moyenne devrait être faite entre plusieurs mesures
enregistre les mouvements d’un stylet. Il existe deux verticales. Ces mesures devraient être effectuées
modèles principaux d’enregistrement: le diagramme dans un endroit où l’on estime que la neige n’a pas
à tambour, effectuant une rotation en 24 heures, une été emportée. Des précautions spéciales devraient
semaine ou plus selon les besoins, et le diagramme à être prises afin de ne pas mesurer la neige ancienne.
bande, qui est entraîné de façon continue par des Ceci pourrait se faire en balayant d’avance un
rouleaux devant le bras du stylet. En jouant sur la espace convenable, ou bien en étendant sur la
vitesse de déroulement, il est possible d’obtenir des couche ancienne des plaques faites de matière
durées d’enregistrement d’une semaine à un mois, appropriée (par exemple du bois, à la surface légè-
ou même plus. On peut alors régler l’échelle du rement rugueuse et peint en blanc), et en mesurant
temps de façon suffisamment large à faciliter le calcul la profondeur de la neige tombée par-dessus. Sur
des intensités sur des intervalles relativement courts. les surfaces inclinées (à éviter si possible), les
mesures devraient être faites en tenant verticale-
L’information peut aussi être enregistrée mécani- ment la règle graduée. En présence d’une
quement ou convertie électroniquement sous couverture de neige ancienne, calculer l’épaisseur
forme numérique, et enregistrée sur une bande de la neige fraîche par différence entre deux
magnétique à intervalles réguliers, que l’on peut mesures consécutives de l’épaisseur totale de la
ensuite lire et traiter automatiquement. Il existe couverture de neige ne pourrait donner que des
une large gamme de supports magnétiques et résultats erronés, en raison du tassement continu.
d’enregistreurs numériques sérieux. Lorsqu’il y a eu de forts vents, un plus grand
nombre de mesures devraient être fait pour
Le mouvement du flotteur, de l’auget basculeur ou obtenir une valeur représentative de l’épaisseur.
de la balance, peut être converti en signal électrique
et transmis par radio ou par câble à un récepteur On peut également obtenir l’épaisseur de la couche
éloigné, grâce auquel les données de nombreux en mesurant l’épaisseur de la neige recueillie dans
pluviomètres enregistreurs peuvent être enre- un nivomètre à section droite uniforme, après
gistrées à leur tour sur un collecteur de données qu’elle a été nivelée sans avoir été tassée. Le nivo-
(section 2.5.5). mètre devrait être placé à une hauteur suffisante,
nettement au-dessus du niveau moyen de la neige,
par exemple à 50 cm au moins au-dessus du niveau
maximal observé, et dans une zone où la neige ne
3.5 CHUTES DE NEIGE ET DE GRÊLE risque pas d’être emportée. Le récipient devrait
[SHOFM C53] avoir un diamètre d’au moins 20 cm, être suffisam-
ment profond pour empêcher que la neige
La neige qui s’accumule dans un bassin versant est recueillie ne s’envole sous l’effet du vent ou être
un réservoir naturel pouvant constituer une grande muni d’un croisillon à neige (c’est-à-dire de deux
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-11

séparations verticales à angles droits le divisant en eau puissent fournir un indice fiable de la quantité
quarts de cercle). d’eau représentée par la neige sur la totalité du
bassin.
Lorsque le vent est fort, on ne peut pas se fier aux
nivomètres ordinaires sans écrans à cause des tour- En région montagneuse, les emplacements idéaux
billons autour de l’ouverture. La quantité de neige pour cheminements nivométriques ne sont pas
recueillie ainsi étant habituellement bien infé- faciles à choisir à cause des difficultés du terrain
rieure à celle qu’on obtiendrait avec un nivomètre et des effets du vent. Ils doivent répondre aux
à écran. En revanche, des erreurs importantes conditions suivantes:
peuvent se produire malgré l’utilisation d’un écran a) Une altitude et une exposition telles qu’il n’y
en raison des tourbillons qui envoient de la neige ait pas, ou presque pas, de fonte avant que
dans le nivomètre. On peut réduire l’importance l’épaisseur maximale ne soit atteinte, si on
de ces effets en surélevant le nivomètre de trois à désire mesurer la précipitation neigeuse totale
six mètres au-dessus de la surface. durant la saison;
b) Un accès relativement aisé pour permettre la
continuité des relevés;
3.5.2 Équivalent en eau d’une chute
c) En forêt, les sites des relevés doivent se trouver
de neige
dans des clairières suffisamment vastes pour
L’équivalent en eau est la quantité de précipitation que la neige puisse atteindre le sol sans être
liquide que représente la chute de neige. Il devrait interceptée par les arbres;
déterminé par l’une des méthodes indiquées d) Le site doit être à l’abri des vents violents.
ci-dessous. Il est important, lors de chaque mesure,
de prélever plusieurs échantillons considérés De ce point de vue, les critères de choix pour les
comme représentatifs. Les méthodes utilisées sont cheminements nivométriques sont les mêmes que
les suivantes: pour l’emplacement des pluviomètres susceptibles
a) Par pesée ou fusion – on prélève des échantillons de recevoir des précipitations neigeuses.
cylindriques de neige fraîche (ou «colonnes de
neige») à l’aide d’un échantillonneur conve- En plaine, on devrait choisir les cheminements
nable, et la mesure se fait par pesée ou par nivométriques de manière que l’équivalent en eau
mesure volumétrique après fusion; moyen obtenu représente autant que possible
b) En utilisant les pluviomètres – on fait immé- l’équivalent réel moyen en eau de la région. C’est
diatement fondre la neige recueillie dans un pourquoi il est souhaitable d’installer ces chemine-
pluviomètre non enregistreur, et on mesure au ments sur des terrains types, tels que champs
moyen d’une éprouvette normalement graduée découverts et forêts, présentant des conditions
pour la pluie. variées d’accumulation de la neige.

Les pluviographes à pesée sont également satisfai- Si le manteau nival dans la région considérée est
sants pour ce type de mesure. Durant les périodes homogène et isotopique, et s’il existe une fonction
de chutes de neige, il faudrait enlever les enton- de corrélation spatiale pour la profondeur de la
noirs de façon que toutes les précipitations neige ou son équivalent en eau, on peut détermi-
tombent directement dans le récepteur. Les échan- ner la longueur à donner au cheminement
tillonneurs à neige sont largement utilisés à l’ouest nivométrique et le nombre de points de mesure à
des États-Unis d’Amérique, où le réseau SNOw prévoir le long de ce parcours pour obtenir une
TELemetry (SNOTEL) comporte plus de 500 jauges. certaine exactitude dans l’évaluation de la valeur
Un taux élevé de fonte peut se produire avec du moyenne du stock neigeux.
vent de forte vitesse lors du passage d’un front
chaud.
3.5.3.2 Points de mesure

Les mesures, le long d’un cheminement nivomé-


3.5.3 Couverture neigeuse
trique en terrain montagneux, consistent
généralement en des prélèvements espacés de 20 à
3.5.3.1 Cheminements nivométriques
40 mètres. Des prélèvements plus nombreux seront
Un cheminement nivométrique est une ligne nécessaires sur de grandes surfaces découvertes où
jalonnée en permanence où l’on effectue chaque la neige a tendance à former des congères sous
année des observations du stock neigeux. Ces l’action du vent. Comme on manque au départ
cheminements nivométriques doivent être choisis d’informations sur la tendance à la formation
avec soin, afin que les mesures de l’équivalent en d’éventuelles congères, il sera utile de faire une
I.3-12 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

étude complète avec de nombreuses mesures sur de


longues distances. Lorsque la longueur et la direc- b)

tion générales des congères auront été déterminées, d)

on pourra réduire le nombre des points de mesure.


En plaine, l’espacement des points de prélèvement
e)
peut varier de 100 à 500 m. L’épaisseur de la couche
neigeuse sur le cheminement devrait également
être mesurée en cinq autres points environ, réguliè- 10
5 h)
rement espacés entre les points de prélèvement. c)

g) a) f)
La position des points de prélèvement devrait être
déterminée par leur distance à un point de réfé-

52

51

47

46

45

44

41

2
50

49

48

43

42
rence indiqué sur une carte de cheminement. Les
perches devront être assez longues pour toujours a) sonde à neige e) clés à ergot
dépasser visiblement, même de la neige la plus b) peson tubulaire à ressort f) coupoir
haute, et placées suffisamment à l’écart du chemi- c) nacelle g) couplages à vis
nement pour ne pas perturber la couverture d) clé de guidage h) échelle de lecture

neigeuse. Elles pourront servir de jalons en face de


chaque point de prélèvement ou à autant d’endroits Figure I.3.8. Équipement d’échantillonnage
qu’il le faudra pour réduire au mieux les erreurs de de neige
repérage. Dans un rayon de deux mètres autour des
points de prélèvement choisis, le terrain devrait être
dépierré, dessouché et débroussaillé. neige que les coupoirs de grand diamètre, mais
des prélèvements plus importants permettent des
On évitera de choisir un point de prélèvement à pesées plus exactes. La forme des dents devrait
proximité, ou en tout cas à moins de deux mètres, être telle qu’il existe un dégagement suffisant sur
d’un cours d’eau ou d’un terrain irrégulier. Si le le coupoir pour éviter le bourrage de copeaux de
cheminement traverse un bois et si l’on utilise des glace. Le coupoir lui-même devrait être aussi fin
petites clairières pour les points de prélèvements, que possible, et un peu plus large que le diamètre
chacun de ces points sera repéré par rapport à deux extérieur du tube. Ce modèle permet aux copeaux
ou trois arbres marqués. de glace de s’évacuer lorsqu’ils sont refoulés par
l’avancée du coupoir. La surface horizontale de
coupe de la lame devrait être légèrement incli-
3.5.3.3 Matériel pour le prélèvement de
née vers l’arrière pour chasser les copeaux à
la neige [SHOFM C53]
l’extérieur du coupoir et devrait toujours être
Le matériel de prélèvement courant consiste en un bien aiguisée de façon à obtenir une coupe
tube métallique ou plastique (parfois en plusieurs nette de la neige sur la paroi intérieure du tube.
éléments pour faciliter le transport) équipé d’un Un grand nombre de dents facilite une coupe
coupoir à son extrémité inférieure pour couper la régulière et débarrasse le coupoir des gros glaçons;
neige. Une échelle graduée est gravée à l’extérieur b) Un tube – Dans la plupart des modèles, le
du tube et sur toute sa longueur. Un peson à ressort diamètre intérieur du tube est supérieur au
ou à fléau pour peser le cylindre de neige, une diamètre intérieur du coupoir. La carotte peut
nacelle en fil de fer pour supporter le tube pendant en conséquence monter dans le tube avec un
la pesée et divers outils pour manipuler l’appareil minimum de frottement contre la paroi. En
complètent l’équipement. La figure I.3.8 montre neige normale, cependant, la carotte aura
une sonde pour neige profonde comprenant: tendance à s’incliner et à frotter contre la paroi.
a) Un coupoir – Ce dernier doit être conçu pour Il est donc indispensable que l’intérieur du tube
pénétrer dans les différentes sortes de neiges, soit aussi lisse que possible afin que la carotte
à travers les couches gelées ou glacées et, dans puisse monter sans frottement indu. C’est pour-
quelques cas, dans les couches de glace d’une quoi la plupart des échantillonneurs sont en
certaine épaisseur pouvant se former près de la alliage d’aluminium anodisé. Même si la surface
surface. Il ne doit pas tasser la neige, ceci pour intérieure paraît lisse, on ne peut affirmer que
éviter qu’une quantité de neige excédentaire ne la neige n’y adhérera pas, notamment s’il s’agit
soit prélevée. Il doit retenir la carotte de neige de neige de printemps, humide et à la structure
avec une adhérence suffisante pour éviter qu’elle grossière et granuleuse. Un enduit de paraffine
ne retombe lorsqu’on retirera l’appareil. Les pourrait limiter l’adhérence. Pour déterminer la
coupoirs de petit diamètre retiennent mieux la longueur de la carotte, certains tubes sont percés
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-13

de fentes. D’une manière générale, notamment Dans toutes les mesures de ce genre, il faut toujours
avec la neige mouillée, la longueur de la carotte garder à l’esprit les conditions physiques extrêmes
pourra être nettement plus courte, en raison du dans lesquelles les observations doivent souvent
tassement, que l’épaisseur réelle de la couche être effectuées, et la priorité devra être donnée aux
telle qu’elle est lue sur l’échelle graduée à considérations pratiques dans la conception de
l’extérieur du tube. Les fentes permettent d’autre l’échantillonneur.
part un nettoyage plus facile du tube. Elles
présentent enfin l’avantage de pouvoir détec-
3.5.3.4 Méthodes de prélèvement
ter immédiatement les erreurs dues à l’obtura-
tion du tube et de rejeter, bien évidemment,les Les points de prélèvement devront être repérés par
prélèvements qui seraient visiblement défec- la distance qui les sépare d’un point de référence
tueux. Cependant, de la neige supplémentaire noté sur la carte du cheminement. Un écart de
peut entrer par les fentes, ce qui risque de quelques mètres peut suffire à causer une erreur
fausser à l’excès la valeur de l’équivalent en significative.
eau;
c) Un système de pesée – Pour mesurer l’équivalent Pour prélever la carotte, la sonde est enfoncée
en eau des carottes de neige, le moyen habituel- verticalement dans la couche de neige jusqu’à ce
lement employé est la pesée. Le poids du tube qu’elle atteigne le sol. Si les conditions de l’ennei-
étant connu, on conserve la carotte dans le tube gement le permettent, la meilleure façon de
et on pèse l’ensemble, tube plus carotte. procéder est d’enfoncer la sonde sous une poussée
régulière pour que la neige y pénètre de manière
Cette opération s’effectue généralement au moyen ininterrompue. On peut faire tourner légèrement
d’un dynamomètre (peson) ou d’une balance l’appareil dans le sens des aiguilles d’une montre,
spéciale. Le dynamomètre est l’appareil de pesée le sans interrompre la pression vers le bas. Ceci fait
plus pratique, car il est d’un emploi et d’une lecture travailler le coupoir et permet de traverser rapide-
facile même par grand vent. Cependant, son exac- ment les minces couches de glace.
titude ne dépasse pas les 10 grammes, et l’erreur de
pesée peut alors être importante pour les sondes de Lorsque le coupoir a atteint le sol ou y a légère-
petit diamètre et sur des couches de neige peu ment pénétré, l’appareil étant bien vertical, on lit
épaisses. Les balances à plateau, plus précises en sur l’échelle graduée la hauteur à laquelle arrive la
théorie, sont très difficiles à employer sous le vent. neige.
Il est peu probable que l’on puisse tirer avantage
de la plus grande exactitude intrinsèque de ces Après avoir déterminé la profondeur à laquelle
appareils, sauf par temps calme. l’appareil a pénétré dans le sol, et après avoir
déduit cette profondeur de la valeur lue sur
Un autre système consiste à mettre les carottes l’échelle graduée, on enregistre le résultat obtenu.
dans des sacs ou des récipients en plastique et à les Celui-ci est très important, car il sert à calculer la
transporter à une station où elles seront pesées densité de la neige.
avec exactitude ou fondues et mesurées avec une
éprouvette graduée. En pratique, ce procédé est Pour éviter qu’une partie de la carotte ne s’échappe,
difficile à appliquer car les carottes doivent être on s’arrange pour que le coupoir prélève une
ensachées sans aucune perte, soigneusement certaine quantité de terre qui sert de bouchon.
étiquetées et transportées jusqu’à la station de Cette quantité est fonction de l’état de la neige.
base. Les mesures effectuées sur place présentent
au contraire le grand avantage de permettre de Près de 25 mm de terre compacte peuvent être
déceler immédiatement les erreurs grossières dues nécessaires pour retenir de la neige fondue.
à l’obturation de l’appareil, ou aux pertes consécu- Quelques traces de terre sur la tranche inférieure
tives à la chute accidentelle d’une partie du de la carotte prouvent qu’il n’y a eu aucune perte.
prélèvement, et de pouvoir procéder sur-le-champ
à de nouvelles mesures. On repère la longueur du cylindre de neige à
travers les fentes du tube et on note la graduation
Les résultats peuvent donc être notés sur place et correspondante de l’échelle externe. Après correc-
complétés par des observations pertinentes et, si tion tenant compte de tout élément étranger à la
l’on tient un bon carnet de notes, il y a peu de neige ayant pu pénétrer dans le tube, la lecture est
risques de confusion sur les emplacements et les enregistrée. Cette observation a pour seul but
conditions dans lesquelles ont été effectuées les de vérifier rapidement si on a bien obtenu un
mesures. prélèvement complet de la couche de neige.
I.3-14 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

La pesée précise de la carotte dans le tube constitue sonde à neige graduée, en général lors des mesures
la dernière phase de l’opération. de l’équivalent en eau.

On peut lire directement sur la graduation de la 3.5.3.7 Nivomètres à radio-isotopes


balance l’équivalent en centimètres d’eau du poids
de la carotte. Pour calculer la densité de la neige, Une source radioactive de rayonnement gamma est
on divise cet équivalent en eau par l’épaisseur de la utilisée de diverses manières pour mesurer l’équiva-
couche. La densité devrait être sensiblement lent en eau de la neige. On peut utiliser l’atténuation
constante pour un même cheminement. Un écart des rayons gamma pour estimer l’équivalent en eau
important par rapport à la moyenne indique de la couverture neigeuse située entre une source et
généralement une erreur de mesure à un point de un détecteur. Le premier type d’installation (verti-
prélèvement. cal) est utilisé pour mesurer l’équivalent en eau
au-dessus ou au-dessous de la source de rayonne-
ment. Le second type d’installation (horizontal)
3.5.3.5 Exactitude des mesures
sert à mesurer l’équivalent en eau, entre deux tubes
L’exactitude des mesures de l’épaisseur de la neige, verticaux, à des distances déterminées au-dessus du
ou de son équivalent en eau, en différents points du sol.
cheminement dépend de la graduation de l’échelle,
des erreurs instrumentales et des erreurs aléatoires L’installation des nivomètres à radio-isotopes néces-
d’observation. site un équipement assez complexe et onéreux. En
outre, elle requiert des mesures de sécurité adaptées,
surtout si l’éventualité d’une épaisse couche de
3.5.3.6 Épaisseur et étendue du manteau
neige oblige à disposer d’une source de rayonne-
neigeux
ment relativement puissante. Dans tous les cas, il
Les mesures du manteau neigeux sur de grandes est essentiel d’agir en amont en concertation avec
surfaces, combinées à une corrélation locale établie les autorités compétentes en matière de contrôle et
avec la densité de la neige, peuvent permettre une d’autorisation, de manière à éliminer toutes sortes
évaluation approximative de l’équivalent en eau de de difficultés ultérieures. Bien que ces contraintes
ce dernier. puissent constituer une limite à l’utilisation de ce
type d’appareils, ce sont là des outils intéressants
La méthode la plus courante, pour déterminer qui donnent la possibilité d’effectuer des enregistre-
l’épaisseur du manteau nival, principalement dans ments continus, ce qui est particulièrement utile
les régions où la neige est profonde, consiste à utili- dans les régions inaccessibles.
ser des perches à neige graduées, plantées en des
endroits représentatifs permettant des relevés faciles
Nivomètres à radio-isotopes verticaux
à distance. Le procédé peut être acceptable si on
peut prouver la représentativité du site et si les envi- La mesure de la densité de la neige par isotopes
rons immédiats de celui-ci (dans un rayon de 10 m radioactifs est basée sur l’atténuation des rayons
environ) sont protégés des intrusions. On doit faire gamma lorsqu’ils traversent un milieu matériel.
les observations par visée au-dessus de la couche de Cette atténuation est fonction de l’énergie initiale
neige vierge. du rayonnement, ainsi que de la densité et de
l’épaisseur de la matière traversée. Il faut une source
Les perches devraient être peintes en blanc pour puissante de rayonnement gamma et on utilise
limiter la fonte artificielle de la neige à leur contact. fréquemment du cobalt 60 à cause de sa haute
Chaque perche devrait être graduée en mètres et énergie en rayonnement gamma et de sa longue
centimètres sur toute sa longueur. période de 5,25 ans.

Dans les zones inaccessibles, les perches sont La source est placée dans un blindage en plomb
munies de barres transversales pour qu’on puisse les disposé de manière à ce que le haut du blindage soit
lire à distance, à la jumelle, au télescope ou à partir au niveau du sol, et que le rayonnement gamma
d’un avion. Dans le cas des relevés par avion, on soit dirigé vers le détecteur de radiations qui doit se
peut doubler l’observation visuelle par des prises de trouver au-dessus de la neige. Le détecteur est
vues à grande échelle, afin d’obtenir des résultats un compteur Geiger-Müller, ou compteur à
moins subjectifs. scintillation. Les impulsions du compteur sont
transmises à un cadran gradué ou, en cas d’enre-
L’épaisseur de la couverture de neige peut égale- gistrement continu, à un intégrateur et à un
ment se mesurer directement au moyen d’une enregistreur.
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-15

La source de rayonnement peut également être neigeuse son état naturel, il est recommandé de
placée à une certaine profondeur dans le sol (50- clôturer le site. Dans des conditions normales, les
60 cm), de façon que les rayons gamma ne traversent coussins à neige peuvent durer 10 ans et plus.
pas seulement la couche de neige, mais aussi une
certaine épaisseur de sol. Cela permet, pendant la Le poids de la neige accumulée sur le coussin est
fonte de la neige, d’avoir des indications sur l’eau mesuré par la pression hydrostatique du liquide qu’il
de fonte qui s’infiltre dans le sol ou qui ruisselle à la contient. La mesure de cette pression est faite par un
surface. On peut enfin placer le détecteur dans le sol limnigraphe à flotteur ou par un capteur de pression.
et la source, munie de son blindage, au-dessus du Les mesures provenant des coussins à neige diffèrent
niveau maximal présumé de la neige. Ce dispositif de celles que l’on obtient à partir des sondes à neige,
permet de réduire les variations de température du surtout pendant les périodes de fonte. Elles sont
détecteur et d’obtenir un comptage de fond surtout fiables lorsque la neige ne contient pas de
constant. couches de glace pouvant former un «pont» au-dessus
du coussin. La comparaison de l’équivalent en eau
mesuré par coussin avec les résultats que donne la
Nivomètres à radio-isotopes horizontaux
méthode habituelle par pesée montre une différence
En France et aux États-Unis d’Amérique, on a étudié de 5 à 10 %.
des variantes de nivomètres télémétriques à radio-
isotopes permettant d’obtenir un profil vertical et
3.5.3.9 Relevés par rayonnement gamma
horizontal de la couche de neige, la transmission
naturel
des résultats se faisant par voie terrestre, par radio
ou par satellite vers des stations de base. Dans l’un Le relevé de l’enneigement à partir du rayonnement
et l’autre type, la mesure est effectuée au moyen de gamma est basé sur l’atténuation par la couche de
deux tubes verticaux de même longueur, séparés de neige du rayonnement gamma émanant d’éléments
0,5 à 0,7 m. Un des tubes contient une source de radioactifs naturels contenus dans la couche super-
rayonnement gamma (137 Cs d’une période de ficielle du sol. Ce rayonnement est d’autant plus
34 ans, ayant une activité de 10 ou 30 millicuries), atténué que l’équivalent en eau de la couche de
et l’autre un détecteur (compteur Geiger-Müller ou neige est important. Les mesures peuvent être faites
scintillateur à cristal avec photomultiplicateur). par relevé aérien ou terrestre. Le rapport de l’inten-
Lors de l’exécution d’un profil, un moteur spécial sité du rayonnement gamma mesurée au-dessus du
déplace la source radioactive dans son tube, vers le manteau nival à celle mesurée sur le même chemi-
haut et vers le bas, en synchronisation avec le détec- nement avant la formation du stock neigeux,
teur, de telle façon que source et détecteur soient fournit une estimation de l’équivalent en eau de ce
toujours au même niveau. stock.

L’enregistrement de l’intensité du rayonnement


Relevé aérien du stock neigeux
gamma ainsi recueillie à l’extérieur et à différents
niveaux internes, après avoir traversé horizontale- Tandis que le cheminement nivométrique consiste
ment la couche de neige, fournit une information en une série de mesures ponctuelles, le relevé aérien
qui, convenablement traitée à la station de base, donne une évaluation intégrée sur une surface de
permet de déterminer l’épaisseur de la neige, la l’équivalent en eau du manteau nival. La méthode
densité et l’équivalent en eau à une profondeur a pour objectif de cartographier l’équivalent en
donnée. De plus, il est possible d’évaluer la neige eau des régions plates ou vallonnées jusqu’à 400 m
fraîchement tombée, les précipitations liquides et le d’altitude. Dans les régions qui comportent plus de
taux de fusion de la neige. 10 % de marécages, les mesures d’équivalent en eau
ne sont faites que sur les zones non marécageuses et
les résultats extrapolés à la totalité du bassin.
3.5.3.8 Coussins à neige
L’altitude de vol pour un tel relevé est généralement
Les coussins à neige, dont les dimensions et le maté- comprise entre 25 et 100 m.
riau sont très divers, servent à peser la neige qui s’est
accumulée sur eux. Le modèle le plus courant Les mesures consistent à effectuer un comptage
consiste en une poche circulaire plate de 3,7 m de total sur une large bande d’énergie et des
diamètre, faite d’un matériau caoutchouté, remplie comptages spectraux pour divers niveaux d’énergie.
d’un liquide antigel. Le coussin est installé à la L’information spectrale permet d’éliminer les
surface du sol, de niveau avec lui ou enterré sous une rayonnements parasites dus aux rayons cosmiques
mince couche de terre ou de sable. Pour éviter la et à la radioactivité de l’atmosphère. L’exactitude de
détérioration de l’appareillage et garder à la couche cette méthode dépend avant tout des limites de
I.3-16 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Tableau I.3.2. Longueurs recommandées des On peut installer un détecteur fixe, au sol (tel qu’un
parcours d’enneigement (L) et compteur Geiger-Müller ou un scintillateur à cristal
des distances entre parcours (S) avec photomultiplicateur), au-dessus d’une portion
du cheminement et l’utiliser pour surveiller l’équiva-
Régions naturelles S km L km lent en eau à cet endroit. Cependant l’arrivée d’une
précipitation apporte à la couche de neige un maté-
Forêt-steppe 40–50 25–30 riel riche en rayonnement gamma, et les mesures
effectuées pendant et immédiatement après la
Steppe 40–50 15–20
précipitation sont affectées par ce rayonnement
Forêt 60–80 30–35 supplémentaire.
Toundra 80–100 35–40
Il faut attendre quatre heures environ après la fin
d’un épisode de précipitation pour que ce matériel
l’appareillage utilisé pour la mesure du rayonne- rayonnant décline, et avant d’obtenir une mesure
ment (par exemple la régularité des instruments de précise de l’équivalent en eau. La comparaison des
mesure), des fluctuations de l’intensité du rayonne- mesures avant et après la précipitation fournit une
ment cosmique et de la radioactivité des couches information sur la variation de l’équivalent en eau
atmosphériques près du sol, des variations de du stock neigeux.
l’humidité du sol dans les 15 cm supérieurs, de
l’uniformité de la répartition de la neige, de
3.5.4 Tampon à grêle
l’absence de zones de dégel étendues, etc. (par
exemple: conditions de vol constantes, erreurs de Des mesures directes de la distribution des tailles des
trajets lors des vols successifs). Il faut s’attendre à grêlons sont faites en utilisant, par exemple, une pièce
des marges d’erreurs de ±  10 %, avec une limite carrée de 1 m x 1 m formée d’un matériau comme du
inférieure de 10 mm d’équivalent en eau. polystyrène, dans lequel la grêle en tombant laisse
une empreinte pouvant être mesurée.
Des expériences détaillées ont montré que l’écart
type pour la mesure de l’équivalent en eau par
survol aérien sur un parcours de 10 à 20 km est
d’environ 8 mm, et est de nature aléatoire. 3.6 ESTIMATION DES PRÉCIPITATIONS À
PARTIR DU BILAN HYDROLOGIQUE
Pour obtenir une évaluation de l’équivalent en eau DU BASSIN VERSANT
de la neige jusqu’à 3 000 km2 de surface, avec une
erreur inférieure ou égale à 10 %, on recommande de Ce chapitre s’intéresse principalement à l’instru-
respecter les longueurs de parcours et les distances mentation, mais il est important de comprendre
entre parcours indiquées dans le tableau I.3.2. que les mesures intégrées de pluie sur le bassin
versant peuvent être obtenues à partir de l’équation
Un des grands avantages de cette méthode est du bilan hydrologique dans les bassins non jaugés,
qu’elle fournit une estimation aérienne de l’équiva- où aucune instrumentation n’est disponible. La
lent en eau sur une bande d’une certaine largeur le quantité d’eau infiltrée dans le sol est liée à la pluie
long de la ligne de vol. La largeur effective est envi- efficace, c’est à dire à la différence entre la précipita-
ron deux ou trois fois l’altitude de l’avion au-dessus tion atteignant le sol et l’évaporation à partir de sa
du sol. Un second avantage est que le taux d’atté- surface et de la végétation. Un modèle hydrolo-
nuation du rayonnement gamma ne dépend que de gique simple, entrée-stockage-sortie, peut être
la masse d’eau représentée par la neige, et non de utilisé pour relier la pluie effective à l’hydrogramme
son état. mesuré sur la rivière (chapitre 4).

Relevés au sol

Un détecteur portatif permet de mesurer l’équiva- 3.7 OBSERVATION DE LA PLUIE PAR


lent en eau moyen sur une bande d’environ huit RADAR [SHOFM C33]
mètres de large sur toute la longueur du chemine-
ment. On peut mesurer ainsi des équivalents en eau
3.7.1 Utilisation du radar en hydrologie
compris entre 10 et 300 mm. L’exactitude varie de
± 2 mm à ± 6 mm suivant les variations de l’humi- L’emploi du radar permet de localiser et de suivre les
dité du sol, la répartition de la neige et la stabilité déplacements des zones de précipitations. Grâce à
du système instrumental. certains types de radar on peut même déterminer
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-17

Tableau I.3.3. Bandes de fréquence des R la portée en mètres, λ la longueur d’onde en


radars météorologiques mètres, K2 l’indice de réfraction de la pluie (0,9313
pour un radar de 10 cm, la température étant
Bande Fréquence (MHz) Longueur d’onde (m) supposée être à 10 °C), Z la réflectivité.

S 1 500–5 200 0,1930–0,0577 Il faut comprendre que l’équation (3.4) n’est appli-


cable que sous certaines hypothèses (Commission
C 3 900–6 200 0,0769–0,0484 européenne, 2001; Meischner, 2003) et donc que
X 5 200–10 900 0,0577–0,0275
son utilisation serait erronée lorsque ces conditions
ne sont pas remplies. C’est, néanmoins, la base de
toutes les estimations des précipitations à partir
l’intensité des pluies sur des zones comprises dans les d’un radar à fréquence unique.
limites de portée de l’appareil (Bringi et Chandrasekar,
2001). Pour les besoins de l’hydrologie, la portée L’intensité de la précipitation en mm h–1 est fonc-
efficace des radars (Commission européenne, 2001) tion du diamètre moyen des gouttes selon la
se situe normalement entre 40 et 200 km, en fonc- formule suivante:
tion des caractéristiques de l’appareil telles que le
faisceau de l’antenne, l’intensité de l’émission et la ∑ d6 = aPib (3.5)
sensibilité du récepteur. La portée hydrologique du
radar correspond à la portée maximale à laquelle le dans laquelle Pi est l’intensité de la précipitation en
rapport entre l’intensité de l’écho et celle de la pluie mm h–1, a et b étant des constantes. De nombreuses
est encore raisonnablement valable. On peut déter- déterminations ont été faites de la distribution des
miner l’intensité de la pluie dans toute zone de tailles des gouttes de pluie, telle qu’elle peut être
précipitation comprise dans la portée hydrologique mesurée au sol, pour, au moyen des vitesses de
du radar, à condition que l’appareil soit équipé d’un chute des gouttes de différents diamètres, convertir
contrôle de gain du récepteur convenablement ces résultats en une intensité d’averse. L’équation la
étalonné. plus couramment utilisée est:

Les précipitations atténuent le faisceau, et cet effet Z = 200 Pi1,6 (3.6)


est plus important pour les radars à courte longueur
d’onde. En revanche, les radars fonctionnant sur de
3.7.3 Facteurs influençant les mesures
grandes longueurs d’onde ne détectent pas les pluies
fines et les chutes de neige légères aussi rapidement Un résumé des facteurs influençant les mesures est
qu’un matériel fonctionnant sur des longueurs présenté ci-dessous sous forme de liste.
d’onde plus courtes. Aussi, le choix d’une longueur
d’onde convenable dépend-il des conditions clima-
3.7.3.1 Longueur d’onde
tologiques et du but recherché. Les trois bandes de
fréquence figurant sur le tableau I.3.3 sont toutes L’utilisation de la bande de fréquence S (tableau I.3.3),
employées pour l’observation des précipitations. comme aux États-Unis d’Amérique, élimine les
problèmes d’atténuation du faisceau radar lorsqu’il
traverse les précipitations. La bande de fréquence C,
3.7.2 L’équation radar-précipitations
utilisée dans une grande partie du reste du monde,
On désigne souvent l’équation radar sous le nom augmente la sensibilité, mais pose des problèmes
d’équation FSMR (Free Space Maximum Range). d’atténuation. Les systèmes en bande C sont actuel-
Cette équation définit la portée maximale que lement deux fois moins chers que ceux à bande S
l’on peut attendre d’un radar. Dans le cas des pour la même dimension aérienne. Cependant cela
précipitations où l’on estime que la pluie remplit pourrait changer dans le futur grâce à l’introduc-
entièrement le faisceau du radar, l’équation se tion de la technologie accordable et portable dite
présente sous la forme suivante: TWT (Travelling wave tube). Des procédures de
corrections ont été développées pour l’atténuation
Pr = Pt π3 G2 θ.φ.h K2 Z / 512(2 ln 2) R2 λ2 (3.4) de la bande C (section 3.7.3.4).

dans laquelle Pr est la puissance moyenne, en watts, 3.7.3.2 Perturbations dues au sol
reçue d’une série d’impulsions réfléchies, Pt, la puis-
sance de pointe transmise en watts, G le gain de La partie principale du faisceau et les lobes secon-
l’antenne, θ et φ les largeurs verticale et horizontale daires peuvent rencontrer des cibles au sol. Cela
du faisceau, h la longueur d’impulsion en mètres, produira des échos forts et persistants, dits «effets
I.3-18 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

de sol» (ground clutter) pouvant être interprétés, à l’absorption et la dispersion. D’une façon générale,
tort, comme de la pluie. Bien que les radars puissent les gaz n’agissent que sur l’absorption, tandis que les
être installés de façon à minimiser ces échos, il n’est nuages et les gouttes de pluie agissent sur l’absorp-
pas possible de les supprimer complètement. tion et sur la dispersion. Pour les radars travaillant
D’autres techniques doivent être utilisées, comme sur les plus grandes longueurs d’onde, ce type d’atté-
le traitement par effet Doppler avec élimination des nuation n’est pas un problème et peut être négligé.
perturbations (Germann et Joss, 2003). L’atténuation s’exprime généralement en décibels.
Le décibel (dB) mesure une puissance relative et peut
En plus de produire des échos persistants, son inter- s’exprimer par:
ception par le sol provoque l’occultation ou le
mitage de la majeure partie du faisceau. Dans ce cas, dB = 10 log10 Pt / Pr (3.7)
pour les grandes portées, seule une fraction de la
puissance atteint effectivement la pluie. Cela peut où Pt et Pr sont les intensités à l’émission et à la
être corrigé si au moins 40 % du faisceau n’est pas réception. Le tableau I.3.4 donne l’atténuation du
occulté. Il est possible de simuler la visibilité d’un signal en fonction de l’intensité de la précipitation
radar en utilisant un modèle numérique de terrain, et de la longueur d’onde.
bien que le résultat soit alors imparfait en raison de
petites erreurs dans l’angle de pointage, d’incerti- Les corrections peuvent être faites pour tenir
tudes dans la simulation de la réflexion du faisceau compte de la distance de la station radar (1/R2, R =
et de l’insuffisante résolution du modèle numérique portée), de l’atténuation due à la dispersion du fais-
de terrain, particulièrement pour les courtes portées. ceau par les gaz de l’atmosphère (0,08 dB km–1) et
de l’atténuation du signal au travers d’une forte
pluie (tableau I.3.4). Cependant, de telles procé-
3.7.3.3 Largeur et portée du faisceau
dures (Meischner, 2003; Collier, 1996) peuvent être
À 160 km, le faisceau peut atteindre plusieurs kilo- instables dans le cas d’atténuations sévères, et les
mètres de large, selon l’angle d’ouverture utilisé. corrections opérationnelles sont bornées par une
Normalement, de nettes variations dans la réflectivité
du radar se produisent à l’intérieur de ce très grand
volume. C’est pourquoi on obtient sur un tel volume Tableau I.3.4. Atténuation du signal radar
une valeur moyenne plutôt qu’une valeur ponctuelle. due aux précipitations (dB km–1)
L’équation radar suppose que le faisceau est entière-
ment intercepté par des objectifs météorologiques. Il Intensité des
ne faut donc pas s’attendre à ce que les données rela- précipitations Longueur d’onde (m)
tives à l’intensité des précipitations fournies par le (mm h–1)
radar soient en relation étroite avec les mesures
données ponctuellement par les pluviomètres. 0,1 0,057 0,032 0,009
Cependant, la description spatiale fournie par le radar 1,0 0,0003 0,002 0,007 0,22
devrait être généralement beaucoup plus représenta- 5,0 0,0015 0,015 0,061 1,1
tive de la configuration exacte des isohyètes relatives
10,0 0,003 0,033 0,151 2,2
à une averse que celle fournie par la plupart des
réseaux de pluviomètres. 50,0 0,015 0,215 1,25 11,0
100,0 0,015 0,481 3,08 22,0
Par temps d’averses, on a remarqué que la fréquence Taille (km) du champ de précipitations d’une intensité donnée
des échos enregistrés à 160 km ne représentait que devant être atteinte pour provoquer une atténuation de 10 dB à
4 % seulement de ceux qui sont enregistrés à 64 km. diverses longueurs d’onde
On voit donc qu’une averse qui remplirait exacte-
ment le faisceau à 64 km n’en couvrirait qu’un Intensité des
précipitations Longueur d’onde (m)
huitième environ à 160 km. Ce résultat est la consé- (mm h–1)
quence de la combinaison des facteurs relatifs à la
largeur et à la hauteur du faisceau. 0,1 0,057 0,032 0,009
1,0 33 000 4 500 1 350 45
3.7.3.4 Atténuations par l’atmosphère et
5,0 6 600 690 164 9,1
le radôme
10,0 3 300 310 66 4,5
Les micro-ondes sont atténuées par les gaz de 50,0 600 47 8 0,9
l’atmosphère, les nuages et les précipitations.
100,0 300 21 3,2 0,4
L’atténuation des ondes radio a deux causes:
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-19

limite supérieure du raisonnable. À l’avenir, Anjalankoski 4 avril


des procédures basées sur l’utilisation de radars Kuopio 19 décembre

multiparamètres (section 3.7.8) pourraient être


9 000
employées.
8 000
3.7.3.5 Réfraction du faisceau et diffusions
multiples 7 000

6 000

Altitude (m)
Les ondes radar se propagent dans l’espace avec un
effet de réfraction qui donne à l’onde une trajec- 5 000
toire incurvée. Le rayon moyen de celle-ci est 4 000
d’environ les 4/3 du rayon moyen de la Terre. En
raison de la discontinuité verticale de l’humidité, 3 000
il peut se produire une réfraction additionnelle
2 000
accentuant la courbure du faisceau. Ceci produit
ce que l’on appelle souvent l’inflexion du faisceau 1 000
dans un sens ou dans l’autre, et les deux phéno-
0
mènes font que le faisceau est réfléchi soit vers la –20 –10 0 10 20 30 40
Terre, soit au contraire vers le ciel, passant
dBZ
au-dessus des précipitations distantes de 80 à
120 km. Les conditions météorologiques à l’ori- Figure I.3.9. Deux profils verticaux de
gine de ce phénomène d’inflexion peuvent être réflectivité moyennés à partir de volumes polaires
déterminées mathématiquement. individuels dans la gamme de 2 à 40 km du radar.
La ligne en trait plein représente une pluie et
Si les impulsions radar sont dispersées par l’eau la ligne en pointillé une averse de neige
enrobant les sphères de glace, un processus appelé (d’après Koistinen et al., 2003)
réflexion à trois corps peut produire une signature
inhabituelle des précipitations: la «pointe de grêle» une erreur de mesure, mais un problème
en est un exemple. Ce processus impliquant la d’échantillonnage.
diffusion à partir du sol aussi bien qu’à partir des
hydrométéores n’est cependant pas un phénomène Quand le faisceau radar recoupe le niveau de
courant. l’atmosphère où la neige commence à fondre, la
réflectivité est accentuée, donnant naissance à ce
qu’on appelle une bande brillante. Ceci se produit
3.7.3.6 Vitesse verticale
quelques centaines de mètres en dessous du niveau
La vitesse verticale de la pluie, lors de systèmes de congélation (voir figure I.3.9). Dans cette figure,
convectifs intenses, peut entraîner des échos radar lorsque la neige est présente sur toute la hauteur des
provoquant à leur tour une relation entre précipita- précipitations, il n’y a pas de bande brillante et la
tion R et réflectivité Z significativement différente réflectivité décroît avec l’altitude.
de celle observée en atmosphère calme. Par exemple,
dans un courant descendant de 8 m s–1, la réflecti- Le profil vertical de réflectivité (VPR) au-dessus de
vité, pour une pluie donnée, serait d’environ 3 dB chaque point de la surface de la Terre peut être
de moins que dans une atmosphère calme, ce qui représenté par une fonction Ze(h), où h est la
produit une sous-estimation de 40 % de l’intensité hauteur à partir du sol à la distance r de la station
de la pluie. radar. La forme du profil vertical de réflectivité
détermine l’ampleur de la différence d’échantillon-
nage (Koistinen et al., 2003). Si la forme du faisceau
3.7.3.7 Profil vertical de réflectivité
radar est notée f 2, alors:
Le principal biais dans les estimations radar
des précipitations à la surface du sol est lié à la Ze (h, r) = ∫ f 2 (y) Ze (h) dy (3.8)
dimension verticale de la mesure des radars météo-
rologiques. Lorsque la portée augmente le volume L’intégration est faite selon la verticale (y) entre les
concerné par la mesure radar est situé à des alti- bords inférieur et supérieur du faisceau. La diffé-
tudes d’autant plus élevées par rapport à la surface rence verticale d’échantillonnage (en décibels ou
de la Terre. Par conséquent, les mesures en altitude dB) est alors:
peuvent être exactes mais non représentatives des
conditions à la surface du sol. Ce qui est, non pas c = 10 log (Ze (0) / Ze (h, r)) (3.9)
I.3-20 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

où Ze (0) est la réflectivité à la surface du profil verti- puissance sixième de la taille de la particule, et la
cal de réflectivité. D’où, la réflectivité à la surface du théorie de Mie (sur la diffraction de la lumière par
sol BZ(0, r), en ajoutant la différence d’échantillon- des particules sphériques) est applicable. Quand on
nage c à la réflectivité mesurée en altitude (dBZ): observe seulement de la grêle, le nombre de grêlons
dans le volume concerné par les impulsions est
dBZ (0, r) = dBZ + c (3.10) directement lié à leur diamètre DH (mm) par (Auer,
1972):
Pendant les chutes de neige, la différence d’échan-
tillonnage augmente avec la distance, ce qui montre N (DH) = 561 DH–3,4 (3.11)
une sous-estimation des précipitations à la surface
du sol, même à courte distance. Toutefois, pour la Et en supposant une diffusion Rayleigh pour la
pluie, les mesures radar sont relativement précises grêle dans la bande C:
jusqu’à une distance de 130 à 140 km. Lorsque la
hauteur, par rapport à l’antenne du radar, de la Z = 10 log10 (561 DH2.6) dBZ (3.12)
bande brillante est supérieure à 1 km, les surestima-
tions qui lui sont imputables compenseront les Des problèmes se produisent avec de fortes pluies
sous-estimations dues à la présence de neige dans le qui contiennent souvent de la grêle, cela augmente
faisceau. Il en résulte que la mesure radar est plus la réflectivité. Alors que les radars à double pola-
précise à plus grande distance qu’elle ne le serait risation peuvent détecter la présence de grêle
sans bande brillante. directement, ceux à polarisation simple ne le
permettent pas et d’autres techniques devront être
Dans certaines parties du globe, les précipitations utilisées (Collier, 1996).
présentent une augmentation orographique à de
faibles altitudes au-dessus de collines exposées à de 3.7.5 Protocole de balayage
forts courants maritimes d’air humide. Ces augmen-
tations peuvent être reflétées par un profil vertical Des convertisseurs numériques automatiques pour
de réflectivité, mais peuvent parfois se produire en radar, capables d’échantillonner des échos radar
dessous du faisceau radar. Dans ce cas, l’augmenta- avec une résolution de 80 graduations par tranche
tion peut être estimée, dans une certaine mesure, de 1–2° d’azimut ont été développés, et sont main-
en appliquant des corrections climatiques. Dans tenant montés en série sur tous les radars
certaines situations synoptiques, par exemple commerciaux. Les données y sont enregistrées sur
devant des fronts chauds, l’effet opposé peut être une bande magnétique, ou tout autre support, pour
observé, essentiellement un faible niveau d’évapo- leur analyse immédiate in situ sur ordinateur, leur
ration. Il est alors plus difficile d’appliquer une transmission à un ordinateur éloigné, ou leur stoc-
correction et il peut être nécessaire de recourir aux kage en vue d’une analyse ultérieure. Les résultats
sorties d’un modèle numérique de prévision à ainsi obtenus sont analogues à ceux qui résultent
méso-échelle. Toutefois, des précautions devraient d’opérations manuelles, sauf que le nombre
être prises dans l’utilisation de ces sorties de d’échantillons discrets est supérieur d’au moins un
modèles, et il pourrait être plus fiable d’utiliser la ordre de grandeur à celui de la plus fine grille des
plus faible hauteur possible du faisceau radar pour méthodes manuelles (calque quadrillé). Le temps
l’observation de l’évaporation dans un profil nécessaire pour analyser et enregistrer entièrement
vertical de réflectivité. le champ balayé par le radar est d’environ une à
quatre minutes, 8 à 14 altitudes différentes peuvent
être traitées.
3.7.4 Neige et grêle

Un radar est capable de mesurer les chutes de neige Le protocole de balayage employé dépend de l’usage
aussi précisément que les pluies. Toutefois, la pour lequel les données radar doivent être fournies.
précision dépend beaucoup du profil vertical de Deux types de protocoles peuvent être employés:
réflectivité, en particulier à la hauteur de la bande contigu et entrelacé. Pour la numérisation contiguë,
brillante. Comme pour les pluies, les termes a et b le faisceau radar est balayé rapidement à travers
de la relation R – Z (équation 3.5) peuvent varier toutes les altitudes, après quoi la procédure est répé-
largement, en fonction par exemple du fait que la tée. Pour la numérisation entrelacée, toutes les autres
neige est humide ou sèche. Les valeurs caracté- altitudes sont omises lors de la première phase de
ristiques souvent utilisées sont a = 2000 et b = 2,0. numérisation, et sont introduites ensuite durant la
deuxième phase qui suit immédiatement. Les
Dans les observations radar de la grêle, la puissance données produites à partir des faisceaux radar indivi-
rétrodiffusée n’est plus proportionnelle à la duels peuvent être combinées entre elles pour utiliser
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-21

à chaque fois les meilleures données, compte tenu de précipitations instantanées. Il n’est cependant pas
la hauteur du faisceau, des effets du terrain et des encore atteint de façon fiable.
obstacles.
3.7.7 Radar Doppler
3.7.6 Résumé des questions de précision
3.7.7.1 Notions de base
Comme indiqué précédemment, on doit faire face à
un certain nombre de difficultés pour extraire des Pour mesurer instantanément la vitesse absolue de
estimations des précipitations au sol à partir de déplacement d’une goutte de pluie et sa direction, il
l’image radar. La variabilité verticale de la réflecti- est nécessaire d’utiliser un radar à transmetteur de
vité est d’une importance particulière (VPR, voir fréquence très précis et doté d’un récepteur sensible
aussi la section 3.7.3.7). aux changements de fréquence induits par le dépla-
cement de la cible, même à des changements
Vignal et al. (2000) présentent trois approches pour pouvant être minimes, comme c’est le cas avec des
déterminer le profil vertical de réflectivité. Ils cibles météorologiques. Ce type de radar est parfois
constatent qu’un schéma de correction basé sur un appelé «cohérent» mais plus fréquemment «radar
profil climatique améliore, de façon significative, la Doppler» du fait qu’il est basé sur l’effet Doppler bien
précision des estimations radar de la pluie journa- connu. Une approche plus détaillée du sujet et des
lière jusqu’à 130 km de la station radar. L’erreur références bibliographiques supplémentaires sont
relative standard (ERS) passe de 44 % pour la valeur données dans les publications de la Commission
non corrigée, à 31 % pour la valeur corrigée. européenne (2001) ainsi que dans Meischner (2003).
D’autres améliorations sont obtenues en utilisant
un simple profil vertical moyen horaire de réflecti- Les radars Doppler ont été utilisés à des fins de
vité (ERS = 25 %) et un profil identifié localement recherche depuis de nombreuses années, à la fois
(ERS = 23 %). Cette analyse a été effectuée à la fois isolément et, plus récemment, en réseaux composés
pour les précipitations stratiformes et convectives de deux ou trois radars. Ils jouent un rôle considé-
avec, cependant, une bien meilleure amélioration rable dans l’observation de l’atmosphère et sont
pour le premier type d’événement. considérés par les experts comme indispensables
pour l’étude de la dynamique des masses d’air, parti-
Bien qu’il soit admis maintenant que l’application culièrement des nuages convectifs. Cependant,
d’une correction basée sur un profil vertical de réflec- l’interprétation des données reste un problème, et ce
tivité soit une première étape essentielle après la n’est que dans les dernières années que l’on a envi-
suppression des échos parasites dus au sol, l’estima- sagé leur emploi au stade opérationnel. Dans
tion des précipitations de surface peut encore se certaines parties du monde, particulièrement sujettes
trouver biaisée. La pertinence de l’ajustement avec à des événements météorologiques violents, ce type
un pluviomètre pour atténuer les erreurs résiduelles de radar est opérationnel et considéré comme indis-
reste incertaine (Meischner, 2003). Cependant, l’uti- pensable. Ce sont des appareils qui, s’ils ne sont pas
lisation des données pluviométriques intégrées dans plus chers que les radars conventionnels, sont plus
le temps apporte des améliorations, particulièrement complexes et exigent une plus grande capacité de
pour les terrains montagneux (Collier, 1996). traitement, et davantage d’entretien. Malgré cela des
radars Doppler font partie de grands réseaux natio-
Il est clair qu’un radar à polarisation simple peut naux aux États-Unis d’Amérique et ailleurs. Les
être utilisé pour la mesure de la pluie journalière radars Doppler peuvent être utilisés à des fins de
avec une précision approchant les 10  %, sous prévision générale en fournissant des données qui
réserve que le profil vertical de réflectivité soit ajusté peuvent s’avérer des indicateurs utiles pour l’an-
avec soin. Un tel niveau de précision est compa- nonce précoce de phénomènes tels que tornades et
rable à celui des pluviomètres. Toutefois, les pas de tempêtes sévères. En outre, ils peuvent procurer plus
temps infrajournaliers sont plus problématiques, d’information sur l’intensité et la structure de ces
particulièrement pour la bande de fréquence C et phénomènes que n’importe quel autre moyen
les longueurs d’onde plus courtes, pour lesquelles habituel.
l’atténuation est un sérieux problème en cas de
pluie convective. La pluie horaire sur des bassins
3.7.7.2 Suppression des échos fixes
versants d’environ 100 km2 peut être mesurée avec
une précision moyenne de 20 % si elle est strati- La plupart des systèmes mesurent l’intensité des
forme, mais seulement 40 % en cas de forte pluie précipitations d’une manière conventionnelle aussi
convective. L’objectif actuel est de réduire l’erreur bien qu’en fournissant des données Doppler. Un
d’un facteur deux pour les mesures ponctuelles de avantage important de ce système double réside
I.3-22 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

dans la possibilité de déterminer avec une certaine états de polarisations (circulaire entre autres)
exactitude la position et l’extension des échos fixes ainsi qu’à la reconnaissance du potentiel des radars
(qui sont, par définition, stationnaires), et dans une multiparamètres pour la mesure des précipitations.
certaine mesure des propagations anormales, à
partir du «canal Doppler». Cette information peut Des radars de recherche polyvalents, comme le
être exploitée ensuite pour tenter de s’assurer que CSU-CHILL aux États-Unis d’Amérique et Chilbolton
seules les données de précipitation sont mesurées au Royaume-Uni, ont servi de banc d’essai pour
par le signal «hors canal Doppler». Comme avec établir quelles approches basées sur la polarisation
n’importe quel système destiné à masquer les échos sont les plus efficaces pour la mesure de la pluie et
parasites, il ne faut pas s’attendre à ce que la des hydrométéores. Il est maintenant possible de
méthode seule soit totalement satisfaisante du fait transmettre simultanément des rayonnements à
que, dans certaines conditions météorologiques et polarisation horizontale (H) et verticale (V) sans
de transmission, les cibles fixes peuvent donner qu’un commutateur à haute puissance ne soit néces-
l’impression de se déplacer et, à l’inverse, les préci- saire. Cette forme de transmission simultanée est
pitations sont parfois effectivement stationnaires. actuellement mise en œuvre dans le radar de
L’élimination des échos fixes par l’utilisation des recherche à bande S, WSR-88D du National Severe
données Doppler est habituellement accompagnée Storms Laboratory (NSSL) et est considérée comme la
d’autres procédures comme la carte des échos fixes base de l’amélioration polarimétrique des radars
et l’utilisation du profil vertical de réflectivité. WSR-88D aux États-Unis d’Amérique.

Pour faire face aux hétérogénéités de réfraction,


pour mesurer l’intensité des précipitations dans
une fourchette aussi grande que possible (en compa- 3.8 RADAR AU SOL ET TECHNIQUES DE
raison avec le radar conventionnel non-Doppler) SURVEILLANCE DES PRÉCIPITATIONS
ou pour étudier la structure de tempêtes sévères, il
est nécessaire de recourir à des longueurs d’onde Les radars météorologiques au sol sont utilisés de
plus longues, de 10 cm de préférence. façon opérationnelle depuis plus de 20 ans dans
certains pays. Ils sont, la plupart du temps, associés à
des réseaux de pluviomètres à partir desquels ils sont
3.7.7.3 Mesure des vents
généralement calibrés. Les estimations des précipita-
Un certain nombre de techniques pour estimer la tions faites par ces radars sont parfois meilleures que
vitesse du vent avec un radar Doppler simple ont celles effectuées à partir des pluviomètres, car elles
été mises au point (Bringi et Chandrasekar, 2001; sont continues dans le temps et dans l’espace et four-
Commission européenne, 2001; Meischner, 2003). nissent une couverture régionale (D’Souza et al.,
Les fabricants de radars commerciaux proposent 1990). Ces radars connaissent, cependant, des
maintenant certaines de ces techniques, qui sont problèmes liés soit à la calibration du signal, soit à la
utilisées pour fournir des profils de vitesse moyenne rétrodiffusion, l’atténuation, l’absorption et la
horizontale du vent et des vitesses radiales sous réflexion, particulièrement dans les régions à relief
certaines hypothèses. Ces données ne sont pas accidenté. Bien que les radars météorologiques utili-
encore au stade opérationnel pour aider à l’estima- sés en Europe et en Amérique du Nord par les agences
tion des précipitations. Toutefois ceci peut changer météorologiques nationales répondent conve-
dans un futur proche, car de telles données nablement à la demande basique quotidienne
commencent à être introduites systématiquement d’information et de prévision, ils ne satisfont pas
dans les modèles numériques de prévision météoro- totalement le besoin en estimations quantitatives
logique (section 3.17). des précipitations nécessaires aux applications en
hydrologie et ressources en eau, plus particulière-
ment pour la prévision des crues. L’utilisation des
3.7.8 Radars multiparamètres
images animées des systèmes de tempête, fournie par
Le développement de la technologie des radars les radars, est largement répandue comme moyen
multiparamètres pour la mesure des propriétés des informel pour la première alerte en cas d’inondation
hydrométéores a été plutôt lent depuis la première imminente. Cependant, l’utilisation de données
apparition de commutateurs grande vitesse, per- radar quantitatives est beaucoup moins commune.
mettant l’alternance rapide entre polarisations Elle est limitée par les incertitudes, en particulier
horizontale et verticale dans la transmission du dans les zones de montagnes et quand les effets de la
rayonnement micro-onde. Toutefois, ces dernières bande brillante sont sensibles (OMM, 1998). Bien
années, l’intérêt pour la conception d’un tel type de que l’utilisation informelle du radar pour l’alerte
matériel s’est accru, suite aux travaux sur d’autres inondation soit très répandue, seuls deux ou trois
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-23

pays font un usage quantitatif des données dans le 07:00 30 octobre 2000 mm h–1
cadre d’un système de prévision des débits. Et même
dans ce cas, les données radar ne sont utilisées qu’en < 0,125
complément des informations fournies par des 0,25
réseaux de pluviomètres. Le développement de 0,5
modèles distribués de prévision des crues (spéciale- 1
ment conçus pour utiliser les données radar 2
distribuées à travers un modèle maillé) en est encore 4
au stade préopérationnel. En outre, l’implémenta- 8
tion en temps réel ne devrait être envisagée qu’à la 16
suite d’une estimation détaillée hors connexion, et 32
seulement en prouvant que cela améliore la perfor- > 64
mance en comparaison de modèles globaux plus
simples et plus conventionnels (OMM, 1998, 1999).
Les données du radar météorologique sont moins
immédiatement adaptées aux applications con-
cernant l’estimation des pluies de projet en
comparaison de leur utilisation en prévision des
crues. Cela est lié à la courte durée des enregistre-
ments relatifs aux tempêtes. Cependant, ceci est en
partie compensé par la couverture spatiale complète
fournie par le radar. Qui plus est, les avantages de la Figure I.3.10. Image du réseau radar du
haute résolution temporelle et spatiale des données Royaume-Uni, utilisant des données radar du
radar devraient revêtir une importance particulière Royaume-Uni et d’Irlande à 0700 UTC le
pour les estimations de projets de courte durée. 30 octobre 2000. Les différentes couleurs
représentent différentes intensités de précipita-
tion en mm h–1. On a tracé la ligne de côte
(Avec l’aimable autorisation du Met Office du
3.9 RÉSEAUX DE RADARS OPÉRATIONNELS Royaume-Uni)

Des réseaux opérationnels de radars existent mainte-


nant dans de nombreux pays. Aux États-Unis l’atténuation causée par la pluie, pour deux
d’Amérique, ce sont les radars Doppler à bande S qui fréquences différentes le long d’une liaison de
sont utilisés, alors qu’en Europe les systèmes à bande communication micro-ondes. L’atténuation spéci-
C constituent la plupart des réseaux. La figure I.3.10 fique K (dB km-1) le long de la liaison est estimée par:
présente un exemple d’image radar du réseau du
Royaume-Uni. Les limites entre les différents radars K = c Rd (3.13)
individuels sont fixées en prenant en considération
la hauteur des faisceaux, la présence d’échos fixes, les Cette relation dépend essentiellement de la
régions où la meilleure précision est exigée, etc. fréquence du signal et des paramètres c et d, incon-
L’importance de l’entretien et de la calibration régu- nus mais sensibles à la température, à la forme des
lières des radars ne peut pas être surestimée, même si gouttes et à la distribution de leur taille. Toutefois,
la technologie de ces systèmes est devenue si une liaison double fréquence est utilisée, deux
aujourd’hui très fiable, avec des temps d’arrêt, dans fréquences et états de polarisation peuvent être
certains pays, qui ne sont que de quelques pour cent choisis, pour lesquels les différences d’atténuation
par mois, programmés en général pendant les sont relativement insensibles à ces paramètres
périodes non pluvieuses. inconnus. Une fois que les mesures brutes d’atté-
nuation ont été ajustées pour l’absorption gazeuse,
on obtient une relation linéaire entre ce paramètre
et l’intensité de la pluie. La figure I.3.11 montre un
3.10 MESURE DE LA PLUIE PAR exemple réussi de cette technique dans la mesure de
ATTÉNUATION DE LIAISON MICRO- la pluie intégrée le long d’une ligne.
ONDES DOUBLE FRÉQUENCE
L’installation d’un dispositif double fréquence de
Il a été démontré (Holt et al., 2000) qu’une bonne liaison par micro-ondes le long d’une radiale à
estimation de la trajectoire moyenne des précipita- partir d’un radar météorologique, offre l’opportu-
tions peut être obtenue à partir de la différence de nité de mesurer la pluie intégrée le long de la liaison
I.3-24 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

20 des nuages est un indicateur de circulation diver-


18
gente en altitude et, par conséquent, de l’intensité
Intensité de la pluie (mm hr–1)

16 des courants d’air ascendants et des précipitations.


14 Toutefois, lorsqu’elle est utilisée sur une grande
12 étendue, cette démarche ne donne pas d’améliora-
10 tion significative par rapport à la méthode la plus
8 simple basée sur l’hypothèse que les nuages de
6 température sommitale inférieure à un seuil donné
4 T, précipitent à une intensité fixée G mm h–1.
2 Typiquement, T = 235°K et G = 3 mm h–1 pour
0 l’Atlantique équatorial Est. Cette méthode est déve-
4 5 6 7 8 9 10
loppée dans l’indice global des précipitations (GPI)
Temps (heures)
qui a été largement utilisé.
______ Pluviomètres - - - - - Liaisons hertziennes

De telles méthodes spatialisées ne fonctionnent que


Figure I.3.11. Séries chronologiques d’estimation sur un domaine spatio-temporel suffisamment large
de la pluie intégrée sur une trajectoire à partir pour inclure un grand nombre de tempêtes (par
de pluviomètres (trait plein) et à partir de exemple, 2,5° x 2,5° x 12 heures). On aura ainsi une
l’atténuation des fréquences duales de liaisons bonne représentation de l’évolution complète des
hertziennes (trait pointillé) au-dessus du systèmes convectifs de nuages de pluie. La classifi-
nord-ouest de l’Angleterre le 10 février 2000 cation des nuages en convectifs et stratiformes à
(Holt et al., 2000) partir de la texture de la température de leur partie
supérieure a permis quelques améliorations dans
l’étude des pluies tropicales continentales.
et de la comparer avec la mesure équivalente Cependant, cette approche ne fonctionne pas
donnée par le radar. Si le radar fonctionne en atté- (comme le reste des méthodes à infrarouges) avec
nuation de fréquence, cette comparaison fournit les systèmes hivernaux en moyenne latitude,
une méthode pour mesurer l’atténuation à travers puisque, dans ce cas, la relation «convective» entre
la pluie ou à partir de la pluie sur le radôme, mais la surface des nuages à sommet froid et les précipi-
dans une seule direction azimutale. Cette technique tations de surface ne s’applique pas aux systèmes
n’est pas encore opérationnelle. nuageux en grande partie non convectifs.

L’utilisation des longueurs d’ondes du spectre visible


pour caractériser la force de la convection fonctionne
3.11 OBSERVATION DES PRÉCIPITATIONS bien lorsqu’elle est couplée à l’infrarouge pour indi-
PAR SATELLITE quer la hauteur du nuage. Toutefois, ces procédures
peuvent être trompeuses en présence de cirrus lumi-
neux ou d’un faible niveau de précipitation
3.11.1 Notions de base
orographique.
L’estimation des précipitations à partir de l’espace
est basée sur la mesure de la quantité de radiation La fenêtre atmosphérique d’environ 10 microns se
réfléchie ou émise à travers les nuages. La plupart divise en deux bandes de longueurs d’ondes proches,
des radiations ne pénètrent pas profondément dans centrées sur 10,8 et 12 microns. Les nuages présen-
les parties du nuage contenant des particules de tent une absorption et une émissivité fortes pour les
taille égale ou supérieure à leur longueur d’ondes. longueurs d’ondes plus longues. Par conséquent,
Par conséquent, à l’exception des plus grandes dans les nuages peu épais, le rayonnement de
longueurs d’onde, la plupart des radiations provien- 10,8 microns, comparé avec celui de 12 microns,
nent de la partie supérieure des nuages de pluie et correspondra aux niveaux plus bas et plus chauds. Il
ne peuvent être reliées qu’indirectement à la pluie en résultera une différence de température de
de surface. Il existe donc de très nombreuses tech- brillance entre les deux canaux. Il a été montré que
niques utilisant toute une gamme de procédures. les cirrus pouvaient être distingués des nuages épais
par leur plus grande différence de température de
3.11.2 Visible et infrarouge brillance. Cela aide à écarter les nuages peu épais des
considérations concernant les nuages précipitants.
L’intensité de la pluie varie avec le taux d’expansion
des zones sommitales des nuages froids (T < 235°K). Une température très basse du sommet du nuage
Il est admis que l’expansion de la partie sommitale n’est pas toujours une condition nécessaire à la
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-25

y = 0,03 + 0,6x R = 0,94 de mesure sont basées sur les deux principes
1 physiques d’absorption et de diffusion.
T > 245 CRrad < CRmax
T < 245
0,8
multicouche Mesures basées sur l’absorption

Les gouttes d’eau ont un coefficient d’absorption/


0,6 émission relativement grand qui augmente pour les
Asat

plus hautes fréquences. L’émission est proportion-


0,4 nelle, pour les basses fréquences, à l’intégration
verticale de la masse nuageuse et de l’eau de pluie,
mais il y a saturation pour les faibles intensités de
0,2
pluie à cause de l’augmentation de l’émission pour
les plus hautes fréquences.
0
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
Arad Mesures basées sur la diffusion

Figure I.3.12. Fraction de la surface précipitante, Des particules de glaces ont une absorption/émis-
définie par reff ≥ 14 microns (Asat), fonction de la sion relativement faible, mais elles sont de bons
fraction de la surface précipitante détectée par diffuseurs des rayonnements micro-ondes, surtout
radar (Arad) pour des nuages convectifs. Les pour les hautes fréquences. Par conséquent, aux
fenêtres avec nuages multicouches sont hautes fréquences (85 GHz), dans la partie la plus
représentées par des croix, les fenêtres avec haute des nuages, la grande diffusion due à la glace
température de sommet des nuages supérieure à en fait un véritable écran car elle reflète vers le bas
245 K sont représentées avec des cercles pleins, et la plupart des radiations émises par la surface et la
les fenêtres avec température de sommet des pluie. Le rayonnement restant qui atteint le capteur
nuages inférieure à 245 k sont représentées est interprété comme une température de brillance
par des cercles vides. CRsat est le paramètre du plus froide. Une source majeure d’imprécision pour
rayon du nuage et CRmax le rayon maximum les mesures basées sur la diffusion est le manque de
du nuage pour une profondeur donnée. relation cohérente entre les hydrométéores gelés en
(Rosenfeld et Gutman, 1994; Lensky et altitude et la pluie atteignant la surface du sol. Les
Rosenfeld, 1997) deux principes physiques d’absorption et de diffu-
sion décrits plus haut ont été utilisés pour définir
un grand nombre de méthodes d’estimation de la
précipitation, auquel cas la technique du seuil pluie. Les estimations de pluie par micro-ondes
infrarouge ne fonctionne plus. Le processus de passives sur les océans ont été, en général, d’une
formation des précipitations nécessite la présence bonne précision. Cependant, sur l’océan Pacifique
de nuages de grandes gouttelettes et/ou de parti- équatorial, elles n’ont pas donné d’amélioration
cules de glace qui se propagent souvent vers le significative par rapport aux méthodes infrarouge
sommet du nuage. Ces particules absorbent les les plus simples (GPI).
radiations de 1,6 et 3,7 microns beaucoup plus
fortement que ne le ferait un nuage de petites Sur les continents les algorithmes utilisant les
gouttelettes. Cet effet permet de calculer le rayon micro-ondes passives peuvent détecter la pluie,
effectif (reff = volume total divisé par la surface essentiellement par le mécanisme de diffusion par
totale) des particules. Il a été montré que la valeur la glace. Cette méthode indirecte d’estimation de la
reff = 14 microns pour le rayon effectif peut servir à pluie est moins précise. En outre, les pluies conti-
délimiter les nuages précipitants, indépendamment nentales issues de nuages ne contenant pas de
de leur température sommitale (figure I.3.12). quantités significatives de glace en altitude ne sont,
la plupart du temps, pas détectées.
3.11.3 Micro-ondes passives
3.11.4 Micro-ondes actives (radar de
Les micro-ondes donnent les mesures les mieux
pluie; Mission pour la mesure
reliées aux précipitations effectives, notamment
des pluies tropicales)
dans les plus grandes longueurs d’ondes. La
figure I.3.13, avec deux bandes de fréquence, plus Un des principaux facteurs limitant la précision des
courte (85 GHz) et plus longue (19 GHZ), montre méthodes micro-ondes passives est la grande
les interactions des micro-ondes passives avec les empreinte remplissant en partie le faisceau,
nuages précipitants et la surface du sol. Les techniques particulièrement aux plus hautes fréquences. La
I.3-26 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Température de Température du Pluie et surface


surface de la mer nuage pluviogène du sol

12 10

11
8
0 ˚C

5 8

7
6

1 2 1 2 3 4

Surface de la mer Surface du sol

Figure I.3.13 Intersection de micro-ondes passives de haute (par exemple 85 GHz) et de basse
(par exemple 19 GHz) fréquence avec les nuages précipitants et le sol. La largeur des colonnes verticales
représente l’intensité des températures de la radiation ascendante. Les caractéristiques illustrées et
leurs démarcations sont: a) la faible émissivité de la surface de la mer à la fois pour les basses 1) et
hautes 2) fréquences; b) la forte émissivité de la surface terrestre à la fois pour les basses 3) et les hautes
4) fréquences, c) l’émission depuis le nuage et les gouttes de pluie, qui augmente avec l’eau liquide
intégrée verticalement pour les basses fréquence 5), mais sature rapidement pour les hautes fréquences
6); d) le signal émissif de l’eau aux basses fréquences est masqué par l’émissivité du sol 7); e) l’émission
de haute fréquence saturée de la pluie 8) n’est pas franchement différente du bruit de fond de la surface
terrestre 4); f) les particules de glace du haut rétrodiffusent vers le bas les émissions de haute fréquence
9), causant de basses températures de brillance10) indépendamment des propriétés émissives de surface;
g) la glace laisse passer librement vers le haut les émissions de basse fréquence 11), permettant la
détection de leur température de brillance chaude au-dessus du sommet du nuage 12).
(Rosenfeld et Collier, 1999)
0,4 0,8 1,2 1,6 2,0 pouces/heure

0 10 20 30 40 50 mm/hr

0 100 200km

Figure I.3.14. Pluie intense au-dessus du Texas à partir de l’imageur hyperfréquence de TRMM et
du radar du satellite TRMM à 0439 UTC le 1er mai 2004 (Avec l’aimable autorisation de la NASA)
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-27

résolution est grandement améliorée avec le satel- À l’heure actuelle, la meilleure précision pour les
lite de la Mission pour la mesure des pluies tropicales mesures des précipitations sur une zone à partir de
(TRMM), s’accompagnant d’une amélioration l’espace, est obtenue sur les océans tropicaux. Cela
correspondante de la précision attendue des estima- est réalisé avec le GPI aussi bien qu’avec les micro-
tions par micro-ondes. Le satellite TRMM est équipé ondes passives pour les pluies intégrées sur de
d’un radar émettant une onde de 2,2 cm (micro- longues périodes (de l’ordre de plusieurs mois).
ondes actives) et d’un radiomètre micro-ondes, 19 à Cependant, les erreurs pour des évènements isolés
90 GHz, (figure I.3.14). La résolution de ces instru- peuvent être plus importantes du fait que les pluies
ments est d’environ 1 km pour le radiomètre en «chaudes» issues de nuages peu épais sont un
visible et infrarouge, de 10 km pour celui à micro- phénomène courant dans certains lieux sous les
ondes et de 250 m pour le radar. Le radar fournit tropiques. Les techniques de micro-ondes passives
une amélioration de la précision de l’estimation de sont de plus en plus avantageuses sur les hautes
la pluie instantanée dépassant celles qui ont été latitudes où les pluies convectives sont moins
obtenues jusque-là à partir de l’espace. Étant donné fréquentes. En ces lieux, on obtient la meilleure
que l’échantillonnage de ce satellite concerne la précision par la combinaison des micro-ondes
zone comprise entre les latitudes 35 degrés nord et passives avec les infrarouges à partir de satellites
sud et qu’il est au mieux biquotidien, l’erreur d’échan- géostationnaires. Une précision légèrement
tillonnage est la source principale d’imprécision. inférieure des techniques infrarouges est obtenue,
sur le continent, pour des pluies convectives dues
La combinaison de mesures à partir de satellite de à la forte dynamique et à la diversité micro
type TRMM et de satellites géostationnaires offre physique des systèmes de nuages pluvieux. Cela
le meilleur potentiel pour des estimations précises entraîne une plus grande variabilité entre la pluie
des précipitations à partir de l’espace. Des projets et les propriétés des parties supérieures des nuages.
sont actuellement développés pour mettre en L’efficacité des techniques de micro-ondes passives
œuvre de tels systèmes dans le cadre de la Mission est aussi réduite sur le continent du fait que leur
de mesure des précipitations mondiales (GPM). émissivité limite grandement leur utilité dans les
fréquences inférieures à 35 GHz. Néanmoins, sur
le continent, les résultats sont encourageants pour
3.11.5 Résumé des questions de
une fréquence de 88,5 GHz.
précision

Dans les régions tropicales, on peut avoir un


important cycle diurne des précipitations, avec une
phase et une intensité pouvant varier d’une région 3.12 MESURE DE LA NEIGE PAR
à une autre. L’orbite faiblement inclinée du satellite TÉLÉDÉTECTION
TRMM permet d’échantillonner une amplitude
diurne complète avec les différentes heures de La télédétection de la neige peut se faire en utilisant
passage à l’équateur au cours d’un mois. Ce n’est le rayonnement gamma, les spectres visible et infra-
pas le cas des satellites à orbite polaire pour lesquels rouge proche, les infrarouges thermiques et les
l’heure de passage à l’équateur est toujours la même. micro-ondes. Une revue des réponses des capteurs
Le cycle diurne peut donc augmenter les erreurs correspondant à différentes propriétés du couvert
dues à l’échantillonnage. neigeux montre que la bande de fréquence des
micro-ondes présente le plus grand potentiel, suivie
Pour des moyennes mensuelles sur 280 km2 et un par la bande visible et le proche infrarouge. La
pas d’échantillonnage de 10 heures, propre au partie rayonnement gamma du spectre est extrême-
satellite TRMM, l’erreur d’échantillonnage est ment limitée par le fait que la détection doit être
d’environ 10 %. Toutefois pour les systèmes réalisée par des vols à faible altitude et, dans une
convectifs dans d’autres régions ayant des temps de moindre mesure, parce qu’elle n’est vraiment
décorrélation plus courts que ceux qui sont observés sensible qu’à un équivalent en eau défini. La ther-
pour les pluies tropicales, l’erreur d’échantillonnage mographie infrarouge a aussi un potentiel limité,
est probablement plus grande. mais peut être utilisée, la nuit, à partir de l’espace
(Rango, 1993; OMM, 1999). Différentes approches
La validation des algorithmes satellitaires pour ont été développées pour déterminer les zones
estimer les cumuls de pluie est complexe. Elle enneigées, l’équivalent en eau et les propriétés de la
doit être entreprise de façon à s’assurer que des neige. Elles ont été pour la plupart guidées par la
techniques différentes donnent des données ayant disponibilité de données de satellites existants ou
des caractéristiques semblables (temps d’intégration de programmes expérimentaux utilisant des aéro-
et couverture). nefs et des camions. Les données de télédétection
I.3-28 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

sont actuellement utilisées, de façon opération- De bonnes relations ont été établies entre la profon-
nelle, pour les mesures de couverture neigeuse, deur de la neige et les micro-ondes émises et
d’équivalent en eau et pour la prévision des écoule- rétrodiffusées pour des couvertures neigeuses sèches
ments saisonniers dus à la fonte de la neige. La et uniformes (avec peu de traces de stratification).
capacité des satellites à fournir une information De telles relations ne sont pas aussi claires, une fois
utilisable sur la dynamique de la couverture que le manteau neigeux a été soumis à des cycles de
neigeuse est, maintenant, largement reconnue. Il gel et de dégel, pendant lesquels la présence d’eau
existe aujourd’hui de nombreux projets utilisant les non gelée, n’importe où dans le manteau, entraîne
mesures satellitaires de la neige pour prévoir les des changements nets dans la réponse micro-ondes.
écoulements de fonte de la neige (Lucas et Harrison, En général, l’utilisation de la radiométrie micro-
1990). ondes semble plus fiable que celle du radar pour ce
type de mesures (Blyth, 1993).
La dimension verticale de la couverture neigeuse est
plus importante encore que son extension spatiale Les données du nouvel imageur en hyperfréquence
et sa localisation, pour de nombreux processus spécialisé (SSM/I) sont utilisées pour produire des
inhérents. Cette dimension fournit essentiellement cartes d’équivalent en eau dans les prairies cana-
l’information nécessaire pour l’estimation du diennes, opération réalisée en partenariat avec les
volume de la neige. Celui-ci est directement relié au utilisateurs canadiens (Goodison et Walker, 1993).
potentiel de ruissellement dû à la fonte.
Le domaine des micro-ondes actives présente un
Bien que la spectrométrie aéroportée du rayonne- potentiel semblable à celui des micro-ondes
ment gamma soit une méthode de télédétection passives. Toutefois, il conviendrait de noter que
très précise pour la mesure de l’équivalent en eau de non seulement les observations de stocks neigeux
la neige, ses inconvénients, cités précédemment, par micro-ondes actives sont très rares et presque
limitent son usage. Toutefois les données fournies inexistantes, mais que l’analyse de ces données est
par cette dernière technique et celles qui provien- beaucoup plus complexe que celle des données
nent de satellites météorologiques offrent, passives. Ceci à cause de la confusion introduite par
ensemble, de bonnes possibilités pour la cartogra- les caractéristiques de la surface (dont le sol) et les
phie opérationnelle de la couverture neigeuse considérations géométriques dans l’onde radar
(Kuittinen, 1989; Carroll, 1990). réfléchie. La résolution plus élevée (10 m à partir de
l’espace) des micro-ondes actives constitue un
La spectrométrie aéroportée du rayonnement avantage considérable sur les micro-ondes passives.
gamma peut être utilisée pour déterminer l’équiva- Le problème majeur est le manque de capteurs à
lent en eau de la couverture neigeuse car la neige longueur d’ondes d’environ 0,8 cm pour des expé-
atténue le rayonnement gamma terrestre (OMM, riences sur tout type de plateforme. Bien que les
1992b). Le bruit de fond dû au sol est déterminé satellites équipés d’un radar à synthèse d’ouverture
avant les chutes de neige, et des vols ultérieurs sont (RSO), puissent fournir des données haute résolu-
effectués pour mesurer le rayonnement gamma à tion, les systèmes courants à simple fréquence,
travers la couverture neigeuse. Le degré d’atténua- comme l’ERS-1, doivent, probablement, être limités
tion est relié à l’équivalent en eau à l’aide de courbes au constat du déclanchement de la fonte et à la
d’étalonnage diverses. délimitation de l’extension de la neige humide.
Certains de ces problèmes peuvent être dépassés par
Comme la résolution des capteurs de micro-ondes l’utilisation de mesures RSO multifréquences et
passives augmente (un radiomètre russe de 0,8 cm multipolarisations.
de longueur d’onde avec une résolution d’environ
8 km a été lancé en 1996), leurs capacités à fonc- Certaines des recherches, parmi les plus promet-
tionner en toutes conditions météorologiques teuses, sur les mesures de la neige par télédétection
seront de plus en plus exploitées. Le dernier avan- sont listées dans les références bibliographiques à la
tage du spectre micro-ondes réside dans la facilité à fin de ce chapitre.
effectuer des mesures de nuit grâce à la fiabilité d’un
rayonnement micro-ondes émis, par opposition à
un rayonnement visible réfléchi. L’émittance et la
rétrodiffusion du rayonnement micro-ondes sont 3.13 TÉLÉDÉTECTION PAR SATELLITE DU
affectées par presque tous les paramètres de la neige. COUVERT NEIGEUX
Cela complique la mesure des paramètres les plus
nécessaires: équivalent en eau, extension spatiale et Les données de télédétection sont actuellement
quantité d’eau libre. utilisées, de façon opérationnelle, pour les mesures
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-29

de couverture neigeuse, d’équivalent en eau et pour les zones sans neige. Il faut noter que bien que
la prévision des écoulements saisonniers dus à la Landsat et SPOT puissent fournir une résolution
fonte de la neige. La capacité des satellites à fournir adaptée à la cartographie de la neige, la faiblesse de
une information utilisable sur la dynamique de la leurs fréquences de balayage entrave leurs capacités
couverture neigeuse est, maintenant, largement pour cette application. De ce fait, de nombreux
reconnue. Il existe aujourd’hui de nombreux projets utilisateurs se sont tournés vers les satellites à orbite
utilisant les mesures par satellite de la neige pour polaire de la NOAA, équipés du radiomètre dit
prévoir les écoulements. AVHRR (Advanced Very High Resolution Radiometer).
Cependant, alors qu’ils ont une fréquence de
Seuls les satellites permettent, pour la couverture balayage beaucoup plus élevée (toutes les 12 heures
neigeuse, un suivi périodique, efficace et à une au lieu de 16 à 18 jours), le problème des données
échelle suffisamment grande. Une quantité impor- des satellites du NOAA-AVHRR est que la résolution
tante de données pour la cartographie opérationnelle de 1 km (dans la bande rouge visible – 0,58 à 0,68 µm)
de la neige est disponible à partir de satellites. C’est peut être insuffisante pour la cartographie de la
le cas du Satellite pour l’observation de la Terre neige dans les petits bassins.
(SPOT), de Landsat, de l’Administration américaine
pour les océans et l’atmosphère (NOAA), du satel- Les satellites actuels EOS AM et PM, équipés du
lite géostationnaire d’exploitation pour l’étude de spectroradiomètre imageur à moyenne résolution
l’environnement (GOES), du Système d’observation (MODIS), fournissent des données journalières à
de la Terre (EOS) et du Programme des satellites une assez haute résolution spatiale. Le programme
météorologiques de défense (DMSP). Le choix du EOS est aussi soutenu par une série d’algorithmes
satellite pour la cartographie de la neige dépend de de neige assez robustes. Malgré ses problèmes de
la plus petite partie de la région à surveiller. Bien résolution spatio-temporelle, l’imagerie visible
que la précision de la délimitation de la couverture fournie par les aéronefs et les satellites a prouvé sa
neigeuse et de l’estimation de sa surface dépende de grande utilité pour le suivi de la formation de la
la résolution spatiale des capteurs impliqués, les couverture neigeuse et de sa disparition au prin-
systèmes opérationnels de cartographie sont rare- temps. Les données Meteor (conçu pour déterminer
ment nécessaires pour ces petites surfaces (Lucas et la limite de la neige pour les bassins versants et
Harrison, 1990). En conséquence, le capteur Landsat autres surfaces dans l’ancienne URSS) et NOAA ont
Thematic Mapper (TM) est plutôt utilisé dans le cadre été combinées pour la cartographie de la couverture
de projets de recherche. Dans certains cas, les neigeuse dans des bassins allant de 530 à plus de
photographies aériennes peuvent être préférées aux 12 000 km2 (Shcheglova et Chemov, 1982). Bien
images TM, car elles peuvent être prises en choisis- que la neige puisse être détectée dans la bande du
sant les jours sans nuages et pour des zones de proche infrarouge, le contraste avec les zones sans
même taille. neige est considérablement plus faible que pour la
partie visible du spectre électromagnétique.
L’extension de la couverture neigeuse est cartogra- Toutefois, le contraste entre les nuages et la neige
phiée de façon opérationnelle, à partir des données est plus grand avec la bande 5 Landsat TM (1,57 à
de satellites météorologiques, dans de nombreux 1,78 µm). Ainsi la bande du proche infrarouge,
pays. Bien que la couverture neigeuse puisse être lorsqu’elle est disponible, est un discriminant utile
détectée et surveillée avec des dispositifs de télédé- entre nuages et neige. La différence entre les
tection variés, les applications les plus importantes données visibles et proches infrarouge des images
ont été trouvées à la partie visible et proche infra- NOAA-9 pour le Royaume-Uni, a été utilisée pour
rouge du spectre électromagnétique (SEM). La localiser les zones de couverture neigeuse complète
raison tient au fait que la réflectance de la neige ou partielle, et pour identifier les zones de fonte et
dans cette partie du SEM est beaucoup plus forte d’accumulation. Des cartes journalières des surfaces
que celle de tout autre matériau naturel sur le enneigées ont été produites et ensuite assemblées
terrain. La neige peut, ainsi, être aisément détectée pour générer des estimations hebdomadaires de la
pour déterminer l’extension de la couverture distribution de la neige. Il est envisagé, actuelle-
neigeuse. La réflectivité (albédo) dépend des ment, d’utiliser de façon opérationnelle cette
propriétés de la neige, comme la taille et la forme technique au Royaume-Uni et ailleurs.
des grains, le contenu en eau, la rugosité de surface,
l’épaisseur et la présence d’impuretés. La bande Les données de thermographie infrarouge ont une
rouge du spectre visible (0,6 à 0,7 µm) du scanner importance limitée pour la cartographie de la neige
multispectral (MSS) de Landsat est, en particulier, et la mesure de ses propriétés du fait de l’entrave que
largement utilisée pour la cartographie du couvert représente la couverture nuageuse. De plus, la tempé-
neigeux à cause du fort contraste qu’il fournit avec rature de surface de la neige n’est pas toujours très
I.3-30 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

éloignée de la température de surface des zones adja- Les satellites opérationnels à orbite polaire trans-
centes de couverture différente (rochers ou herbe). portent aussi des sondes – comme le sondeur
Toutefois, les données acquises dans l’infrarouge vertical opérationnel du TIROS-N, satellite d’opé-
thermique peuvent être utiles pour déterminer la ration télévisuel à infrarouge (TVOS) et le sondeur
limite de la couverture neigeuse, et pour discriminer amélioré à hyperfréquence (AMSU) – qui fournis-
les nuages et la neige avec le radiomètre AVHRR qui sent des données pour la prévision des pluies par
ne dispose pas de bande proche infrarouge. En outre, modèle de prévision météorologique numérique.
Kuittinen (OMM, 1992b) soutient que le meilleur La famille NOAA transportant ces instruments est
résultat pour cartographier la limite de la neige peut maintenant remplacée par les satellites météorolo-
être obtenu en combinant les informations des émis- giques opérationnels (METOP) du Programme de
sions thermiques avec celles de la réflectance dans la l’organisation européenne pour l’exploitation de
partie visible du spectre électromagnétique. satellites météorologiques (EUMETSAT). Les radio-
mètres à micro-ondes passives sont opérationnels
Bien que l’on rencontre actuellement beaucoup de à ce jour, et suite au succès du satellite TRMM, il
problèmes avec l’utilisation de la détection par existe, maintenant, des projets très avancés de
micro-ondes pour la cartographie de la neige, son lancement de satellites utilisant les bandes visibles,
principal avantage est la capacité à pénétrer la infrarouges et micro-ondes (passives et actives) du
couverture nuageuse et à cartographier l’extension spectre électromagnétique (Programme EUMETSAT
de la couverture neigeuse. En raison de leur capacité Polar System, EPS).
à pénétrer les nuages ou toute autre condition météo-
rologique, les micro-ondes (autour de 1 cm de Alors que les satellites du programme ERS 1 et 2
longueur d’onde) ont globalement le plus grand (satellite européen de télédétection) fournissent des
potentiel pour la cartographie de la neige. Cependant, données semi-opérationnelles, le satellite d’étude
actuellement, leur inconvénient majeur est la faible de l’environnement (ENVISAT) de l’EUMETSAT a
résolution spatiale des micro-ondes passives (envi- remplacé le satellite ERS et est maintenant opéra-
ron 25 km) qui ne leur permet de détecter que des tionnel, proposant une gamme de capteurs incluant
couvertures neigeuses de grande superficie. Des un radar à antenne synthétique (SAR). Ce satellite
cartes de couvert neigeux à grande échelle sont est complété par le système japonais ADEOS (satel-
actuellement produites en appliquant des algo- lite de pointe d’observation de la Terre). La seconde
rithmes physiques aux données de satellites à génération de Meteosat (MSG) est aussi maintenant
radiomètres micro-ondes, comme l’imageur en opérationnelle, fournissant des images dans le
hyperfréquence spécialisé SSM/I (DMSP). Ces cartes visible et l’infrarouge avec une haute résolution
sont plus fiables pour de vastes régions plates avec spatio-temporelle. Des données multispectrales
une végétation faible ou peu étendue, lorsque la sont aussi disponibles à partir de Landsat, SPOT et
neige est sèche. Le problème de résolution peut, plus récemment, MODIS.
potentiellement, être réglé par l’utilisation de
capteurs de micro-ondes actives haute résolution. Il
y a, malheureusement, peu ou pas d’expérimenta-
tions publiées concernant la bande des courtes 3.15 ROSÉE
longueurs d’ondes (d’environ 1 cm) du spectre des
micro-ondes sensibles à la neige. Bien que la rosée, phénomène essentiellement
nocturne, ne soit pas une source spectaculaire
d’humidité, en raison de la quantité d’eau relative-
ment faible qu’elle représente et de ses variations
3.14 SATELLITES OPÉRATIONNELS locales, elle peut néanmoins présenter un grand
intérêt dans les régions arides où elle peut aller
La télédétection satellitaire permet l’observation des jusqu’à atteindre le même ordre de grandeur que
précipitations et du couvert neigeux en temps réel celui des pluies. Comme le processus selon lequel
ou quasi réel sur de grandes étendues. Elle complète l’humidité se dépose sur les objets est largement
ainsi les mesures ponctuelles conventionnelles, plus fonction de la source d’humidité, il faut donc faire
précises, données par les radars météorologiques. la distinction entre la rosée résultant de la conden-
Des données utiles peuvent être obtenues à partir de sation se déposant sur des surfaces plus froides de
satellites utilisés principalement à des fins météoro- la vapeur d’eau contenue dans l’air, phénomène
logiques, comme les satellites à orbites polaires de la que l’on appelle le serein, et celle qui résulte de la
NOAA et du DMSP, les satellites géostationnaires condensation sur des surfaces plus froides de la
GOES, GMS (satellite météorologique stationnaire) vapeur d’eau provenant de l’évaporation du sol et
et Meteosat (Engman et Gurney, 1991). des plantes, appelée rosée de distillation. En fait,
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-31

les deux constituent généralement et simultané- régionale. Dans les deux cas, l’interprétation des
ment ce qu’il est convenu d’appeler rosée, bien résultats devra être faite avec la plus grande
que parfois ils se forment séparément. prudence. À moins que la surface réceptrice de ces
appareils de mesure ne soit plus ou moins à fleur de
Enfin, les gouttelettes d’eau des brouillards et des la surface naturelle et n’en possède des propriétés
nuages qui se déposent sur les feuilles et les branches très proches, elle ne pourra fournir de données
et atteignent le sol en s’égouttant ou par ruisselle- correctes sur la quantité de rosée déposée sur la
ment le long des troncs et des tiges constituent une surface naturelle.
autre source d’humidité. On a souvent eu tendance
à surestimer la quantité moyenne de rosée tombant Théoriquement, les techniques du flux d’humidité
sur une région, essentiellement parce que l’on a devraient fournir des valeurs moyennes raison-
négligé les conditions qui, physiquement, en limi- nables pour une région, mais le manque de
tent les quantités possibles. L’étude de l’équation connaissances sur les coefficients de transfert dans
du bilan énergétique montre qu’il est peu probable des conditions atmosphériques très stables les rend
que la température latente du serein ou de la rosée extrêmement difficiles à mettre en pratique. La
de distillation dépasse celle du rayonnement net, et seule méthode de mesure sûre du serein est d’utili-
qu’elle devrait en fait lui être inférieure si l’on prend ser un lysimètre sensible. Mais cette méthode ne
en considération les transferts de chaleur sensible et mesure pas la rosée par distillation étant donné
de chaleur du sol. Dans des conditions favorables, qu’aucun changement de poids n’accompagne ce
on atteint une limite finie qui se situe à 1,1 mm h-1 phénomène.
environ comme moyenne de rosée sur une région.
La rosée peut cependant être sensiblement plus Le seul moyen généralement accepté pour mesu-
importante à des endroits où la température rer la quantité totale de rosée est la méthode du
moyenne n’est pas horizontalement homogène et papier buvard, qui consiste à peser un certain
où il se produit une advection de petite échelle nombre de papiers filtres avant et après qu’ils ont
depuis des zones relativement chaudes et humides été très soigneusement pressés contre les feuilles.
vers des zones plus fraîches. En outre, on devra Le Guide des instruments et des méthodes d’observa-
modifier la forme unidimensionnelle des calculs de tion météorologiques (OMM-N° 8) donne un bref
flux d’énergie lorsqu’on l’appliquera à des végétaux résumé des méthodes de mesure de la rosée.
isolés, car la distribution du flux de rayonnement et
d’humidité est extrêmement différente de celle
d’une source homogène. Ceci ne veut pas dire que
la couche moyenne de rosée sur une vaste région 3.16 ÉCHANTILLONNAGE POUR LE SUIVI
plane en soit affectée, mais seulement que certaines DE LA QUALITÉ DES PRÉCIPITATIONS
zones seront favorisées au détriment d’autres.
Au cours des dernières années, on a pris de plus en
En réalité, les taux de dépôt effectif de rosée tombe- plus conscience que le dépôt de polluants atmo-
ront généralement bien en dessous de la limite sphériques présente un impact considérable du
supérieure. point de vue écologique. Parmi les plus manifestes,
on peut citer les effets des précipitations acides
On a consacré beaucoup d’effort, mais sans beau- observées au Royaume-Uni, en Scandinavie, dans
coup de succès, à mettre au point des moyens pour l’est du Canada et dans le nord-est des États-Unis
mesurer l’humidité présente sur les feuilles à partir d’Amérique. Pour avoir une vue complète du
de surfaces artificielles dans l’espoir de parvenir à transport des substances toxiques dans l’atmos-
des résultats comparables à ceux obtenus dans des phère, il faut prélever et analyser des échantillons
conditions naturelles. On trouvera, dans l’appen- de dépôts humides et secs ainsi que des échan-
dice de la publication intitulée The Influence of tillons de l’air lui-même. La présente section a trait
Weather Conditions on the Occurrence of Apple Scab aux critères à respecter pour la collecte d’échan-
(WMO-No. 140), un recensement des différents tillons de précipitations liquides et solides, ainsi
instruments et méthodes conçus pour mesurer la que de dépôts superficiels. Pour analyser les dépôts
durée pendant laquelle les feuilles restent humides, atmosphériques accumulés sur des dizaines et des
et une évaluation de la mesure dans laquelle les centaines d’années, plusieurs autres substrats se
données fournies par ces appareils sont représenta- révèlent être d’utiles marqueurs. Ils comprennent
tives du degré d’humidité superficielle des végétaux. les mousses à croissance naturelle, qui retiennent
Ces appareils ne peuvent être utilisés que comme une certaine quantité de métaux, les carottes de
des guides qualitatifs pour chaque cas particulier, glace des glaciers, et les sédiments profonds.
ou comme des moyens grossiers de comparaison L’échantillonnage pour le suivi de la qualité des
I.3-32 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

précipitations est présenté plus loin dans la est très controversée. La turbulence de l’air au
section 7.2.3. voisinage de l’appareil n’est pas la même qu’à la
surface d’un lac, par exemple. L’efficacité de
l’appareil diffère selon les dimensions des parti-
3.16.1 Collecteurs de pluie et de neige
cules piégées tant en valeur absolue qu’en valeur
[SHOFM C53]
relative. D’autres méthodes ont été suggérées,
Des collecteurs de tous types sont utilisés pour telles des assiettes en verre enduites de matériaux
prélever des échantillons de précipitation, depuis le adhésifs, et des bacs peu profonds remplis d’une
récipient en plastique, en acier inoxydable, ou en solution d’éthylène-glycol ou d’huile minérale.
verre mis en place lorsque débute la précipitation,
jusqu’à l’échantillonneur séquentiel sophistiqué
conçu pour prélever automatiquement des échan-
tillons à intervalles réguliers durant l’épisode 3.17 INTÉGRATION DES PLUIES DANS
pluvieux. LES MODÈLES HYDROLOGIQUES ET
HYDRAULIQUES: RASSEMBLEMENT
Un dispositif courant pour la collecte séparée de ET ÉVALUATION DES DONNÉES DE
dépôts secs et humides est le collecteur à auget SOURCES DIFFÉRENTES
double. Un auget sert à la collecte des précipitations,
l’autre à la collecte des dépôts secs. Le collecteur est De plus en plus de travaux sont entrepris pour l’in-
équipé d’un capteur qui détecte automatiquement la tégration de données de réflectivité radar et de
précipitation, liquide ou gelée. À l’amorce de la préci- précipitations de surface à des modèles météorolo-
pitation, un couvercle se déplace de l’auget «humide» giques numériques de prévision. Il y a cependant
à l’auget «sec». Dès que la précipitation cesse, il de nombreuses difficultés inhérentes à ces travaux,
recouvre à nouveau l’auget «humide». Le collecteur comme le fait que les modèles météorologiques
d’échantillon d’usage courant est un récipient en traitent d’échelles beaucoup plus grandes que celle
polyéthylène noir. On y distingue deux parties. La des données observées, et que la réflectivité radar
partie supérieure est une couronne amovible fabri- n’est pas un modèle de diagnostic direct.
quée spécialement pour que la surface réceptrice soit L’utilisation des données radar comme moyen
uniforme et de dimensions rigoureusement définies. d’obtenir des informations sur l’humidité, a connu
L’autre partie est l’auget lui-même. La couronne et quelques succès (Meischner, 2003), mais le
l’auget doivent être rincés à l’eau distillée désionisée problème est loin d’être résolu. Il est probable que
après chaque vidange de l’appareil. Pour prélever un les techniques d’assimilation variationnelles, tri et
échantillon de précipitation en vue d’y relever les quadridimensionnelles (3D-VAR, 4D-VAR) seront
polluants organiques, il faut utiliser un auget en nécessaires.
acier inoxydable ou en verre.
L’entrée des données de précipitation dans les
Lorsqu’on souhaite avoir des informations sur la modèles hydrologiques présente aussi des difficul-
direction des phénomènes de pollution, une tés. Il est essentiel de contrôler la qualité des
instrumentation météorologique associée peut données d’entrées issues de radars ou de satellites.
être utilisée. À cette fin, on a conçu un équipement Il est aussi nécessaire d’utiliser des méthodes statis-
dans lequel la précipitation est dirigée vers un ou tiques avancées pour s’assurer que les erreurs
plusieurs récipients, en fonction de la direction du caractéristiques de ces données seront prises en
vent à l’aide d’une girouette qui règle le méca- compte dans les sorties du modèle. L’hydrogramme
nisme de distribution. produit à partir de telles données d’entrée ne doit
jamais être utilisé sans que soient fournies certaines
Les collecteurs modernes de neige sont semblables mesures d’incertitude.
aux collecteurs de pluie, sauf qu’ils sont chauffés
afin de faire fondre la neige recueillie, qui s’accu-
mule ensuite sous forme liquide dans un réservoir
inférieur [SHOFM C53]. 3.18 PROJET MONDIAL DE CLIMATOLOGIE
DES PRÉCIPITATIONS
3.16.2 Prélèvement des dépôts secs
Le Projet mondial de climatologie des précipita-
Nombre de problèmes ayant trait à l’échantillon- tions (GPCP) a fourni depuis 1979, des estimations
nage de la neige se posent aussi pour la collecte des des précipitations mondiales mensuelles sur des
dépôts secs. Les collecteurs à auget double mesu- mailles de 2,5° x 2,5° en latitude et longitude (Adler
rent des quantités, mais la validité de telles mesures et al., 2003). Des estimations indépendantes, en
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-33

général basées sur des pluviomètres, fournissent Collier, C.G., 1996: Applications of Weather Radar Systems:
une évaluation essentielle de la précision des esti- A Guide to Uses of Radar Data in Meteorology and
mations du GPCP, mais une évaluation statistique Hydrology. Deuxième édition, Wiley, Chichester.
des erreurs d’échantillonnage entre ces systèmes est Collier, C.G., 2002: «Developments in radar and
nécessaire. Cela a été réalisé récemment, par la remote-sensing methods for measuring and
décomposition de la variance de la différence forecasting rainfall». In: Philosophical Transactions
satellite-pluviomètre, en erreur du capteur du satel- of the Royal Society of London Series A Mathematical,
lite et erreur d’échantillonnage du pluviomètre Physical and Engineering Sciences, Volume 360,
(Gebremichael et al., 2003). N° 1796, p. 1345-1361 (http://www.journals.
royalsoc.ac.uk/media/C5V8D08EKTCVQNF12LFT/
Contributions/N/W/F/X/NWFX6VAFBA51N373.pdf).
Commission européenne, 2001: COST Action 75:
Bibliographie et lectures complémentaires Advanced Weather Radar Systems 1993-97 – Rapport
final. C.G. Collier (ed.), EUR 19546, Bruxelles.
Adler, R.F., G.J. Huffman, A. Chang, R. Ferraro, P. Xie, Davis, R.E. et J.C. Shi, 1993: «Microwave measurements
J. Janowiak, B. Rudolf, U. Schneider, S. Curtis, of snow cover: progress towards operational
D. Bolvin, A. Gruber, J. Susskind et P. Arkin, 2003: hydrology», EOS, Transactions of the American
«The version 2 Global Precipitation Climatology Geophysical Union, Volume 74.
Project (GPCP) monthly precipitation analysis Dewey, K.F. et R. Heim, Jr, 1981: Satellite Observations
(1979-present)». Journal of Hydrometeorology, of Variations in Northern Hemisphere Seasonal
Volume 4, p. 1147-1167 (http://ams.allenpress. Snow Cover. National Oceanic and Atmospheric
com/amsonline/?request=get-abstract&issn=15257 Administration Technical Report NESS 87, NOAA,
541&volume=004&issue=06&page=1147). Washington D.C.
Auer, A.H., Jr, 1972: «Distribution of graupel and hail D’Souza, G., E.C. Barrett et C.H. Power, 1990: «Satellite
with size». Monthly Weather Review, Volume 100, rainfall estimation techniques using visible and
p. 325-328. infrared imagery». Remote Sensing Reviews,
Auer, A.H., Jr, 1984: «Hail recognition through the Volume 4, N° 2, p. 379-414.
combined use of radar reflectivity and cloud top Engman, E.T. et R.J. Gurney, 1991: Remote Sensing in
temperature». Monthly Weather Review, Volume 122, Hydrology. Chapman and Hall, Londres.
p. 2218-2221. Gebremichael, M., W.F. Krajewski, M. Morrissey,
Blyth, K., 1993: «The use of microwave remote sensing D. Langerud, G.J. Huffman et R. Adler, 2003: «Error
to improve spatial parametrization of hydrological uncertainty analysis of GPCP monthly rainfall
models». Journal of Hydrology, Volume 152, products: a data-based simulation study». Journal of
p.103-129. Applied Meteorology, Volume 42, p. 1837-1848.
Bringi, V.N. et V. Chandrasekar, 2001: Polarimetric Germann, U. et J. Joss, 2003: «The state of weather
Doppler Weather Radar: Principles and Applications. radar operations, networks and products». In:
Cambridge University Press. Weather Radar: Principles and Advanced Applications,
Carroll, T.R., 1990: Operational remote sensing of snow P. Meischner (ed.), Springer-Verlag, Berlin.
cover in the U.S. and Canada. Proceedings of the Goodison, B., A.E. Walker et F. Thirkettle, 1990:
1990 National Conference on Hydraulic Engineering, Determination of snow water equivalent on the
American Society of Civil Engineers, San Diego. Canadian prairies using near real-time passive
Chandrasekar, V., N. Bringi, N. Balakrishnan et microwave data. Proceedings of the Workshop
D.S. Zrnic, 1990: «Error structure of multi-param- on Application of Remote Sensing in Hydrology,
eter radar and surface measurements of rainfall. National Hydrology Research Institute, Saskatoon,
Part III: Specific differential phase». Journal of Saskatchewan, p. 297-316.
Atmospheric and Oceanic Technology, Volume 7, Goodison, B. et A.E. Walker, 1993: «Canadian
p. 621-629. development and use of snow cover information
Chang, A.T.C., J.L. Foster et D.K. Hall, 1987: «Nimbus7 from passive microwave satellite data». In: Passive
derived global snow cover parameters». Annals of Microwave Remote Sensing of Land-Atmosphere
Glaciology, Volume 9, p. 39-44. Interactions, B.J. Choudhury, Y.H. Kerr, E.G. Njoku
Chang, A.T.C., J.L. Foster et D.K. Hall, 1990: Effect et P. Pampaloni (eds.), VSP BV, Utrecht, p. 245-262.
of vegetation cover on microwave snow water Hall, D.K. et J. Martinec, 1985: Remote Sensing of Ice
equivalent estimates. Proceedings of the International and Snow. Chapman and Hall, Londres.
Symposium on Remote Sensing and Water Resources, Harrison, A.R. et R.M. Lucas, 1989: «Multi-spectral
Enschede, août1990, International Association of classification of snow using NOAA AVHRR
Hydrogeologists and the Netherlands Society for imagery». International Journal of Remote Sensing,
Remote Sensing, p. 137-145. Volume 10, p. 907-916.
I.3-34 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

Holt, A.R., J.W.F. Goddard, G.J.G. Upton, M.J. Willis, Matzler, C. et E. Schanda, 1984: «Snow mapping with
A.R. Rahimi, P.D. Baxter et C.G. Collier, 2000: active microwave sensors». International Journal of
«Measurement of rainfall by dual-wavelength Remote Sensing, Volume 5, N° 2, p. 409-422.
microwave attenuation». Electronic Letters, Meischner, P. (ed.), 2003: Weather Radar: Principles and
Volume 36, p. 2099-2101. Advanced Applications. Springer-Verlag, Berlin.
Koistinen, J., D.B. Michelson, H. Hohti et M. Peura, Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la
2003: «Operational measurement of precipitation science et la culture, 1978: World water balance
in cold climates», In: Weather Radar: Principles and water resources of the Earth. Rapports et études
and Advanced Applications, Meischner P. (ed.), d’hydrologie, N° 25, Paris.
p. 78-114. Springer-Verlag, Berlin. Organisation météorologique mondiale, 1963: The
Kuittinen, R., 1989: Determination of snow equivalents Influence of Weather Conditions on the Occurrence
by using NOAA satellite images, gamma ray of Apple Scab. Appendix – Report on instruments
spectrometry and field measurements. Remote recording the leaf wetness period. Note technique
Sensing and Large-Scale Global Processes: Proceedings N° 55, WMO-No. 140, Genève.
of the International Association of Hydrological —, 1982: Methods of Correction for Systematic Error in
Sciences Third Scientific Assembly, A. Rango Point Precipitation Measurement for Operational Use
(ed.), Baltimore, MD, mai 1989, International (B. Sevruk). Rapport d’hydrologie opérationnelle
Association of Hydrological Sciences Publication N° 21, WMO-No. 589, Genève.
No. 186. —, 1983: Guide des instruments et des méthodes
Lei, G., R.K. Moore et S.P. Gogineni, 1990: «A method d’observation météorologiques, OMM-N° 8,
for measuring snow depth using fine-resolution sixième édition, Partie I, chapitre 6, Genève.
radars». Remote Sensing of Environment, Volume 30, —, 1992a: Snow Cover Measurements and Areal
p. 151-158. Assessment of Precipitation and Soil Moisture
Lensky, I.M. et D. Rosenfeld, 1997: «Estimation of (B. Sevruk). Rapport d’hydrologie opérationnelle
precipitation area and rain intensity based on the N° 35, WMO-No. 749, Genève.
microphysical properties retrieved from NOAA —, 1992b: Remote Sensing for Hydrology: Progress and
AVHRR data». Journal of Applied Meteorology, Prospects (R. Kuittinen). Rapport d’hydrologie
Volume 36, p. 234-242 (http://ams.allenpress.com/ opérationnelle N° 36, WMO-No. 773, Genève.
perlserv/?request=get-document&doi=10.1175 —, 1994: Applications of Remote Sensing by Satellite,
%2F1520-0450(1997)036%3C0234%3AEOPAAR Radar and Other Methods to Hydrology (A. Rango).
%3E 2.0.CO%3B2). Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 39,
Lucas, R.M. et A.R. Harrison, 1989: Snow detection and WMO-No. 804, Genève.
description using NOAA AVHRR imagery. Remote —, 1998: Requirements and Applications of Weather
Sensing for Operational Applications: Proceedings of Radar Data to Hydrology and Water Resources
the Fifteenth Annual Conference of the Remote Sensing (R.J. Moore). Technical Reports in Hydrology
Society, University of Bristol, 13-15 septembre 1989, and Water Resources No. 70, WMO/TD-No. 934,
p. 263-268. Genève.
Lucas, R.M. et A.R. Harrison, 1990: «Snow observation —, 1999: Current Operational Applications of Remote
by satellite: a review». Remote Sensing Reviews, Sensing in Hydrology (A. Rango et A.I. Shalaby).
Volume 4, N° 2, p. 285-348. Rapport d’hydrologie opérationnelle N° 43,
Lucas, R.M., A.R. Harrison et E.C. Barrett, 1989: «A WMO-No. 884, Genève.
multispectral snow area algorithm for operational —, 2000: Precipitation Estimation and Forecasting
7-day snow cover monitoring». In: Remote Sensing (C.G. Collier). Rapport d’hydrologie opérationnelle
and Large-Scale Global Processes: Proceedings of the N° 46, OMM-N° 887, Genève.
International Association of Hydrological Sciences Parsons, D.A., 1941: «Calibration of a weather bureau
Third Scientific Assembly, A. Rango (ed.), Baltimore, tipping-bucket rain gauge». Monthly Weather
MD, International Association of Hydrological Review, Volume 69, N° 7, p. 250 (http://docs.lib.
Sciences Publication No. 186, Wallingford, noaa.gov/rescue/mwr/069-07-0205a.pdf.)
p. 161-166. Rango, A., J. Martinec, J. Foster et D. Marks, 1985:
Marshall, J.S. et W. Palmer, 1948: «The distribution Resolution in operational remote sensing of snow cover.
of raindrops with size». Journal of Meteorology, Hydrological Applications of Remote Sensing and
Volume 5, p. 165-166. Remote Data Transmission: Proceedings of the Hamburg
Martinec, J., 1987: Importance and effects of seasonal Symposium, International Association of Hydrological
snow cover. Large Scale Effects of Seasonal Snow Sciences Publication No. 145, p. 371-382.
Cover: Proceedings of the Vancouver Symposium, Rango, A., 1993: «Snow hydrology processes and
International Association of Hydrological Sciences remote sensing». Hydrological Processes, Volume 7,
Publication No. 166, p. 107-120. p. 121-138.
CHAPITRE 3. MESURE DES PRéCIPITATIONS I.3-35

Rango, A., 1994: «Application of remote sensing methods USSR, Soviet Geophysical Committee, Moscou,
to hydrology and water resources». Hydrological p. 36-41.
Sciences Journal, Volume 39, N° 4, p. 309-320. Shi, J.C. et J. Dozier, 1995: «Inferring snow wetness
Rosenfeld, D. et G. Gutman, 1994: «Retrieving micro- using C-band data from SIR-C’s polarimetric
physical properties near the tops of potential rain synthetic aperture radar». Institute of Electrical
clouds by multi-spectral analysis of AVHRR data». and Electronics Engineers Transactions on Geoscience
Journal of Atmospheric Research, Volume 34, and Remote Sensing, Volume 33, N° 4, p. 905-914
p. 259-283. (http://www2.bren.ucsb.edu/~dozier/Pubs/
Rosenfeld, D. et C.G. Collier, 1999: «Estimating surface ShiDozierIEEE1995.pdf).
precipitation». In: Global Energy and Water Cycles, Srivastav, S.K. et R.P. Singh, 1991: «Microwave radiometry
K.A. Browning et R.J. Gurney (eds), Cambridge of snow-covered terrains». International Journal of
University Press, chapitre 4.1, p. 124-133. Remote Sensing, Volume 12, p. 2117-2131.
Rott, H., 1986: Prospects of microwave remote sensing Stewart, E.J, 1993: «Application of weather radar to
for snow hydrology. Hydrologic Applications of hydrological design studies». In: Advances in Radar
Space Technology: Proceedings of the Cocoa Hydrology: Proceedings of International Workshop,
Beach Workshop, International Association of M.E. Almeida-Teixeira, R. Fantechi, R. Moore et
Hydrological Sciences Publication No. 160, V.M. Silva (eds), 11-13 novembre 1991, Lisbonne,
p. 215-233. Commission for the European Commission,
Ryzhkov, A.V. et D.S. Zrnic, 1995: «Comparison of Report EUR 14334 EN, p. 283-293.
dual-polarization radar estimators of rain». Stiles, W.H., F.T. Ulaby et A. Rango, 1981: «Microwave
Journal of Atmospheric and Oceanic Technology, measurements of snowpack properties». Nordic
Volume 12, p. 235-247. Hydrology, Volume 12, p. 143-166.
Sachidananda, M. et D.S. Zrnic, 1987: «Differential Testud, J., E. LeBouar, E. Obligis et M. Ali-Mehenni,
propagation phase shift and rainfall rate estimation». 2000: «The rain profiling algorithm applied to
Radio Science, Volume 21, p. 235-247. polarimetric weather radar». Journal of Atmospheric
Schultz, G.A. et E.C. Barrett, 1989: Advances in remote and Oceanic Technology, Volume 17, 332-356.
sensing for hydrology and water resources Ulbrich, C.W., 1983: «Natural variations in the
management. International Hydrological analytical form of the raindrop size distribution».
Programme, UNESCO Technical Documents Journal of Climate and Applied Meteorology,
on Hydrology, HP-Ill Project 5.1, Paris. Volume 22, N° 10, p. 1764-1775.
Schultz, G.A. et E.T. Engman, 2000: Remote Sensing in Ulriksen, P., 1985: «Profiler genom snötäcket
Hydrology and Water Management. Springer-Verlag, registrerade i. Mars 1983 med LTH:s: 900 Mhz
Berlin. impulsradarsystem», Vannet i Norden, Volume 4,
Shcheglova, O.P. et V.Yu Chemov, 1982: p. 47-70.
«Seasonal snow line within the Fergana Basin Vignal, B., G. Galli, J. Joss et U. Germann, 2000:
and possibilities for using it in hydrological «Three methods to determine profiles of reflectivity
forecasting». In: Izucheniye Gidrologicheskoga Tsikia from volumetric radar data to correct precipitation
Aerokomicheskimi Metodami, K.Ya Kondratyev and estimates». Journal of Applied Meteorology, Volume 39,
Yu.V. Kurilova (eds), Academy of Sciences of the p. 1715-1726.
CHAPITRE 4

ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL

4.1 ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION n’est habituellement pas reconnue, sauf pendant


ET INTERCEPTION les périodes sans pluie.

Les réservoirs de stockage présentent de grandes


4.1.1 Généralités
surfaces à l’évaporation et sont une source majeure
Évaporation et transpiration constituent les premiers de perte d’eau, même si la profondeur des retenues
prélèvements du cycle hydrologique. Elles sont contribue à diminuer l’évaporation naturelle qui,
faibles et peuvent être négligées durant un épisode autrement, se produirait sur les grandes étendues
de ruissellement. Le plus gros de ces prélèvements se des plaines d’inondation.
produit dans la période séparant deux épisodes de
ruissellement. Elles constituent ainsi, le prélèvement Les facteurs contrôlant l’évaporation sont connus
le plus important au cours de cet intervalle de temps. depuis longtemps, mais leur évaluation est difficile
On appelle évapotranspiration l’ensemble des à cause de l’interdépendance de leurs effets. En
phénomènes d’évaporation et de transpiration. Dans général, cependant, l’évaporation dépend de la
les grandes étendues de terres en zones tempérées, température, du vent, de la pression atmosphé-
l’évapotranspiration représente près des deux tiers de rique, de l’humidité, de la qualité et de la profondeur
la précipitation annuelle, le tiers restant s’écoulant de l’eau, du type et de la nature du sol et enfin de la
dans les rivières et les nappes souterraines vers les forme de la surface exposée.
océans. Dans les régions arides, l’évapotranspiration
peut être encore plus importante, renvoyant vers
Transpiration
l’atmosphère, jusqu’à 90 % de la précipitation
annuelle. L’évaporation relie l’hydrologie aux La transpiration est le processus physiologique
sciences de l’atmosphère et, à travers la transpiration, naturel par lequel l’eau stockée sous forme d’humi-
aux sciences agronomiques. dité du sol est extraite par les racines des plantes,
passe à travers leur corps et est évaporée par les
stomates de leurs feuilles.
4.1.2 Définitions
La quantité d’eau stockée par une plante n’atteint
Évaporation
pas l’un pour cent de celle qu’elle perd ainsi durant
L’évaporation est le processus par lequel de l’eau sa période de croissance. D’un point de vue hydro-
passe de l’état liquide ou solide, à l’état gazeux par logique, les plantes se comportent, par conséquent,
un transfert d’énergie thermique. comme des pompes tirant l’eau du sol et la remon-
tant vers l’atmosphère.
C’est une part importante du cycle hydrologique,
au point que sur les continents, environ 70 à 75 % Il est difficile de procéder à des estimations précises
du total de la précipitation annuelle retourne à de la quantité d’eau transpirée en raison des
l’atmosphère par évaporation et transpiration. Sous nombreuses variables responsables du processus.
les climats chauds, les pertes d’eau par évaporation Les estimations disponibles doivent être utilisées
à partir des rivières, des canaux et équipements de avec prudence, en tenant compte des conditions
stockage d’eau à ciel ouvert, constituent un dans lesquelles elles ont été obtenues. Il faut
problème vital dans la mesure où elles prélèvent disposer de relations appropriées entre les facteurs
une part importante des approvisionnements en climatiques et la transpiration si on veut faire un
eau. Cela revêt une importance dans le sens que la usage général de données obtenues dans une région
plus grande partie de l’eau prélevée pour des usages climatique particulière.
profitables revient en fin de compte aux rivières et
aux aquifères, et devient de nouveau disponible La transpiration est contrôlée par des facteurs physio-
pour une réutilisation. Les pertes d’eau par évapora- logiques et environnementaux. Les stomates ont
tion sont, par contre, définitivement inutilisables. tendance à s’ouvrir ou à se fermer en réponse aux
Même dans les régions humides, la perte par évapo- conditions environnementales comme la lumière ou
ration est significative mais elle est masquée par l’obscurité et le chaud ou le froid. Les facteurs envi-
l’importance des précipitations au point qu’elle ronnementaux influant sur la transpiration sont
I.4-2 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

essentiellement les mêmes que pour l’évaporation, avoir atteint la surface du sol. Le volume d’eau ainsi
quoique légèrement différents. D’un point de vue perdu est appelé pertes par interception.
pratique, le gradient de pression de vapeur, la tempé-
rature, la radiation solaire, le vent, l’humidité Ces pertes sont en général négligées dans les études
disponible dans le sol sont les plus importants concernant les tempêtes majeures et les inondations.
facteurs influençant la transpiration. Elles peuvent, cependant, être très significatives
pour les études du bilan hydrique. Les précipitations
Évapotranspiration tombant sur la végétation peuvent être retenues par
les feuilles et les brins d’herbe, descendre le long des
L’évapotranspiration (ET) est la vapeur d’eau troncs ou tomber des feuilles et faire partie de la
produite à partir d’un bassin versant, résultant de la pluie au sol. La quantité d’eau interceptée est
croissance des plantes qui y poussent. fonction: a) des caractéristiques de la tempête; b) de
l’espèce, de l’âge et de la densité des plantes et des
L’évapotranspiration et la consommation d’eau arbres; et c) de la saison de l’année. Durant la saison
incluent toutes les deux la transpiration par les de croissance, un taux d’environ 10 à 20 % de la
végétaux et l’évaporation à partir des surfaces d’eau précipitation est intercepté et retourne au cycle
libre, du sol, de la neige, de la glace et de la végéta- hydrologique par évaporation. Au sein de forêts très
tion. Il est important de souligner ici la différence denses ce taux peut même se porter à 25 % de la
entre évapotranspiration et consommation d’eau. précipitation totale. Dans les régions tempérées,
La consommation d’eau ne diffère de l’évapotrans- l’évaporation de l’eau interceptée représente une
piration que parce qu’elle inclut l’eau utilisée pour part importante de l’évapotranspiration. Il existe
la formation du tissu des plantes (Singh, 1994). une grande variété de techniques pour la mesure de
Dans le calcul de l’évapotranspiration sont prises en l’interception de la pluie (eau stockée dans la
compte à la fois la transpiration et l’évaporation du canopée), de la capacité d’interception-stockage de
sol. L’évapotranspiration réelle peut être déduite de la canopée, du temps d’imbibition des feuilles, de la
l’analyse de l’enregistrement simultané des pluies pluie au sol, de l’évapotranspiration de la canopée
et des débits d’un bassin versant. et de l’évaporation de l’eau interceptée (souvent,
mais de façon peu appropriée, appelée perte par
Il y a une grande différence entre évapotranspira- interception). Une revue des méthodes de mesure
tion et évaporation des surfaces libres. La de l’interception et de l’imbibition des feuilles est
transpiration est associée à la croissance des plantes donnée, par exemple, par Bouten et al. (1991) et
et l’on ne peut donc parler d’évapotranspiration Lundberg (1993), tandis que les mesures de la
que durant cette croissance. Il en résulte des varia- capacité de stockage de la canopée sont résumées
tions diurnes et saisonnières, qui se superposent à par Klaassen et al. (1998). Les méthodes micro-
l’évaporation annuelle normale des surfaces d’eau météorologiques de mesure de l’évaporation sont
libre. décrites, par exemple, par Garratt (1984) et Sharma
(1985).
Évapotranspiration potentielle
4.1.3 Mesure de l’évaporation
L’évapotranspiration potentielle (ETP) est définie
[SHOFM C46]
comme l’évapotranspiration d’un couvert végétal
continu suffisamment alimenté en eau. Pour une revue générale des instruments de
mesure voir le Guide des instruments et des méthodes
Ceci implique une alimentation en eau des plantes d’observation météorologiques (OMM-N° 8).
qui soit idéale. Dans le cas où cette alimentation
est inférieure à l’ETP, le déficit sera comblé par
4.1.3.1 Méthodes directes
ponction dans l’eau de la réserve utile du sol,
jusqu’à ce qu’environ 50 % de l’eau disponible Des méthodes de mesure relativement précises de
soit utilisée. Avec un déficit d’humidité plus l’évaporation et de l’évapotranspiration sont dispo-
grand l’évapotranspiration réelle (ETR) sera plus nibles à partir de bacs, de petits plans d’eau ou du
faible que l’ETP jusqu’au point de flétrissement où sol, mais leur mesure directe sur de très grandes
l’évapotranspiration cesse. surfaces n’est pas possible actuellement. On a
cependant mis au point plusieurs méthodes d’éva-
luation indirecte qui fournissent des résultats
Interception
acceptables. Dans les réseaux de mesure, on utilise
L’interception est la partie des précipitations captée des bacs d’évaporation et des lysimètres; ces appa-
et retenue par la végétation, puis évaporée sans reils sont étudiés ci-après. En ce qui concerne les
CHAPITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL I.4-3

réservoirs existants, les parcelles et les bassins mondiale a patronné dans plusieurs pays, un
versants de petite dimension, les évaluations programme d’observations comparatives (OMM,
peuvent être faites à partir du bilan hydrique, du 1976) effectuées à l’aide du bac de classe A, du bac
bilan énergétique, des méthodes basées sur l’aéro- GGI-3000 et du bac de 20 m2. Ce qui a permis la mise
dynamique des fluides et d’autres méthodes au point de recommandations d’ordre opérationnel
disponibles. Ces techniques ne sont étudiées ici quant à leur pertinence en fonction de conditions
que sous l’angle des instruments et des besoins en climatiques et physiographiques diverses.
observations. Le calcul de l’évaporation et de l’éva-
potranspiration des plans d’eau et de surfaces de Les appareils suivants complètent l’équipement des
sol par les diverses méthodes indirectes est présenté stations évaporimétriques: un anémomètre ou
séparément dans ce chapitre. Quelques méthodes anémographe totalisateur, un pluviomètre non enre-
directes sont présentées ci-dessous. gistreur, un thermomètre ou un thermographe pour
la température de l’eau du bac, ainsi qu’un thermo-
Bac d’évaporation mètre ou thermographe à maxima et minima pour la
température de l’air, ou un psychromètre ou un
Pour déterminer l’évaporation au-dessus des lacs et hygrothermographe.
des réservoirs, on utilise fréquemment les données
fournies par les bacs d’évaporation. Certains sont L’emplacement choisi devra être plat et dégagé.
carrés, d’autres cylindriques; certains sont installés Lorsque le climat et la nature du sol ne permettent
au-dessus du sol, d’autres sont enterrés de façon que pas d’entretenir une couverture végétale, le sol
l’eau soit sensiblement au même niveau que le sol. devra rester dans un état aussi proche que possible
Les bacs d’évaporation sont parfois installés sur des de la couverture naturelle de la zone environnante.
plates-formes flottantes ancrées sur des lacs ou S’il y a des obstacles environnants (arbres, bâti-
d’autres plans d’eau. ments, buissons ou abris d’appareils), le bac devra
être à une distance au moins égale à quatre fois la
Trois types de bacs méritent d’être mentionnés: le bac hauteur de l’obstacle au-dessus du bac. En aucun
américain de classe A (figure I.4.1), le bac GGI-3000 cas, le bac et l’abri destinés aux appareils ne devront
(figure I.4.2) et le bac de 20 m2 de la Fédération de être placés sur un socle ou un piédestal en béton,
Russie. Le bac américain a été recommandé par sur une surface asphaltée ou des graviers.
l’OMM et l’AISH (Association internationale des
sciences hydrologiques) comme instrument de réfé- Les appareils ne devront à aucun moment créer une
rence. Ses performances ont pu être ainsi étudiées ombre sur le bac. La parcelle de terrain devra faire
dans des conditions climatiques très diverses, sous des au moins 15 x 20 mètres de surface et sera clôturée
latitudes et à des altitudes très différentes. Le bac pour protéger les appareils et empêcher les animaux
GGI-3000 et le bac de 20 m2 sont utilisés en Fédération de venir y boire. La clôture sera telle qu’elle ne
de Russie et dans certains autres pays dans diverses pourra pas perturber le régime du vent au-dessus du
conditions climatiques. Ils fonctionnent bien et se bac. Dans les endroits inhabités, particulièrement
caractérisent par une relation extrêmement stable dans les régions arides et tropicales, il est souvent
avec les facteurs météorologiques qui condition- nécessaire de protéger les bacs contre les oiseaux
nent l’évaporation. L’Organisation météorologique et les petits animaux en utilisant des produits

À remplir jusqu’à 5 cm
en dessous de l’anneau

Figure I.4.1. Bac américain de classe A Figure I.4.2. Bac GGI-3000


I.4-4 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

chimiques répulsifs et un grillage fixé au-dessus du l’eau provenant d’un réservoir ou, dans le cas de
bac. Afin d’évaluer les erreurs causées par les effets précipitations, de prélever l’excès d’eau, la quantité
du grillage sur le régime du vent et sur les caractéris- d’eau ajoutée ou prélevée étant enregistrée.
tiques thermiques du bac, des mesures devront être
prises pour comparer les mesures du bac protégé à La principale difficulté dans la mesure directe de
celle d’un bac standard du site habité le plus proche. l’évaporation avec un bac de classe A réside dans le
fait qu’il est nécessaire d’utiliser des coefficients
Il faudra mesurer le niveau de l’eau dans le bac avec pour étendre les mesures obtenues sur un petit
exactitude avant et après l’adjonction d’eau. réservoir à de grandes étendues d’eau libre. La
logique floue suggérée par Keskin et al. (2004) peut
Cette opération peut s’effectuer de deux manières: constituer une alternative à l’évaluation classique
a) Le niveau de l’eau peut être mesuré au de l’évaporation.
moyen d’une pointe limnimétrique recourbée
se composant d’une échelle mobile et d’un
Évaporation de la neige
vernier, munie d’un crochet et placée à l’inté-
rieur d’une chambre d’eau calme dans le bac. Des évaporimètres en polyéthylène ou en plastique
On peut aussi utiliser un flotteur. On utilisera incolore sont utilisés dans de nombreux pays pour
un récipient gradué pour ajouter ou retirer de mesurer l’évaporation de la neige ou la condensa-
l’eau à chaque observation, de façon à ramener tion qui se produit à sa surface. Les évaporimètres à
la surface de l’eau à un niveau prédéterminé; neige doivent avoir une surface d’au moins 200 cm2
b) Le niveau de l’eau peut également être déter- et une profondeur de 10 cm.
miné par la méthode suivante:
i) On amène, dans le bac, un récipient de On prélève un échantillon qu’on dépose dans
petit diamètre muni d’une vanne, sur le l’évaporimètre, on pèse le tout et on installe l’éva-
sommet d’un repère situé au-dessous de porimètre de telle sorte que le haut affleure au
la surface de l’eau du bac; niveau de la surface de la couverture de neige. Il
ii) On ouvre la vanne et l’on attend que l’eau faut veiller à ce que les caractéristiques de surface
contenue dans le récipient ait atteint le de l’échantillon soient comparables à celles de la
niveau de l’eau du bac; couverture de neige dans laquelle on le place. À la
iii) On ferme la vanne et l’on détermine avec fin de la période de mesure, on récupère l’évapori-
exactitude le volume d’eau contenu dans mètre, on essuie soigneusement l’extérieur et on le
le récipient à l’aide d’une éprouvette. pèse. La différence de poids entre la première et la
deuxième pesée donne, en centimètres, la quantité
On détermine la hauteur du niveau de l’eau d’évaporation ou de condensation. Les mesures
au-dessus du repère d’après le volume d’eau faites en période de chute de neige ou de chasse-
contenu dans le récipient et les dimensions de neige n’ont aucune valeur. Pendant la fonte de la
celui-ci. neige, les évaporimètres doivent être pesés, et les
échantillons renouvelés, et ce à intervalles plus
L’évaporation journalière est calculée en prenant fréquents, car la couverture de neige s’affaissera
la différence du niveau de l’eau dans le bac d’un en découvrant les parois de l’évaporimètre et
jour à l’autre et en tenant compte éventuellement perturbant l’écoulement de l’air au-dessus de
des précipitations qui se sont produites pendant la l’échantillon.
période considérée. La valeur de l’évaporation
entre deux observations du niveau de l’eau dans le
4.1.3.2 Méthodes indirectes
bac est déterminée par:
Par suite des difficultés que présentent les observa-
E = P ± Δd (4.1) tions directes de l’évaporation sur les lacs et
réservoirs, on a généralement tendance à utiliser des
où P est la hauteur des précipitations pendant la méthodes indirectes d’évaluation basées sur le bilan
période entre les deux mesures et Δd est la hauteur hydrique, le bilan énergétique, l’aérodynamique ou
d’eau ajoutée (+) ou enlevée (–) au volume contenu une combinaison de ces approches. Les facteurs
dans le bac. météorologiques qui entrent dans ce mode d’évalua-
tion sont le rayonnement solaire et le rayonnement
Plusieurs types de bacs d’évaporation automatiques de grande longueur d’onde, les températures de l’air
sont utilisés. L’eau contenue dans le bac est main- et de la surface de l’eau, l’humidité atmosphérique
tenue automatiquement à un niveau constant grâce ou la tension de vapeur, et le vent. L’appareillage et
à un système permettant d’ajouter dans le bac de les méthodes d’observation pour la mesure de ces
CHAPITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL I.4-5

courant d’air produit par un petit ventilateur. La


plaque elle-même comprend une partie supérieure
en aluminium noirci et une partie inférieure en
aluminium poli, séparées par une couche isolante à
travers laquelle une pile thermoélectrique mesure le
gradient vertical de température. La tension de la
pile est proportionnelle au flux de chaleur qui
traverse la plaque et qui, à son tour, est propor-
tionnel à l’énergie reçue par la surface noircie, après
déduction du rayonnement du corps noir. Pour
déterminer la valeur de cette correction, un élément
thermoélectrique séparé sert à mesurer la tempéra-
ture de la surface noircie. Le courant d’air fourni par
Figure I.4.3. Pyrradiomètre (détail du capteur) le ventilateur permet d’éliminer les effets du vent
sur le coefficient d’étalonnage de l’appareil.

facteurs sont décrits ci-après. L’utilisation de ces Un autre type d’instrument, le pyrradiomètre diffé-
observations dans les diverses méthodes indirectes rentiel, mesure la différence entre le rayonnement
d’évaluation de l’évaporation est décrite, plus loin, total (de courtes et de grandes longueurs d’onde)
dans ce chapitre. entrant (vers le bas) et le rayonnement sortant (vers
le haut). L’instrument consiste en un plateau hori-
zontal aux faces supérieure et inférieure noircies. La
Rayonnement solaire
moitié des jonctions de la thermopile sont attachées
Le rayonnement solaire total incident (de courtes à la face supérieure et les autres à la face inférieure,
longueurs d’onde) doit être mesuré à proximité du de sorte que le courant produit par la thermopile
réservoir à l’aide d’un pyranomètre et enregistré de soit proportionnel au rayonnement net dans la
manière continue. Le rayonnement de courtes bande 0,3-100 µm. Ces instruments sont classés en
longueurs d’onde atteignant une surface horizontale deux types: les appareils ventilés et ceux qui sont
est mesuré à l’aide d’un pyranomètre. La plupart des munis d’une protection conçue pour réduire le
pyranomètres modernes sont des thermopiles à transfert de chaleur convective en provenance de
jonctions multiples placées sous une coupelle simple l’élément sensible. Les instruments doivent être
ou double en verre qui permet aux seules radiations placés à un mètre au moins au-dessus de la
comprises entre 0,3 et 3 µm d’atteindre la surface couverture végétale.
sensible du pyranomètre (figure I.4.3). Certains types
de pyranomètres ont une surface entièrement noircie
Température de l’air
avec une moitié des thermojonctions en contact
avec elle, et l’autre moitié disposée de façon à La température de l’air doit être mesurée à deux
détecter les lentes variations de température de réfé- mètres au-dessus de la surface de l’eau près du
rence d’un grand bloc de cuivre isolé. Dans d’autres centre du réservoir. Pour des réservoirs de petites
types, l’élément sensible consiste en deux surfaces dimensions, la température de l’air ne se trouvera
peintes l’une en noir et l’autre en blanc auxquelles guère modifiée par son passage au-dessus de l’eau;
sont soudées les thermojonctions. aussi pourra-t-on la mesurer de façon satisfaisante
sur une rive au vent.
Rayonnement de grandes longueurs d’onde
Bien qu’il suffise en général d’effectuer des obser-
Pour mesurer le rayonnement de grandes longueurs vations à des intervalles d’une, quatre ou six
d’onde, on utilise des radiomètres à plaque. Ces heures, il est cependant préférable d’avoir un
appareils ne sont pas sélectifs: ils mesurent tous les relevé continu de la température, en particulier
rayonnements, quelle que soit leur longueur dans le cadre de mesures d’humidité de l’air. Des
d’onde. Le rayonnement de grandes longueurs thermographes électriques à thermocouples
d’onde est déterminé par la différence entre le conviennent très bien pour l’enregistrement de la
rayonnement total reçu du soleil et du ciel, mesurés température sur les potentiomètres enregistreurs
par un radiomètre; le rayonnement solaire est multicanaux utilisés pour les mesures de
mesuré par un pyranomètre au même endroit. rayonnement.

Un type de radiomètre consiste en une plaque Lorsqu’on mesure la température de l’air, il faut
carrée de 5 cm2, placée horizontalement dans le s’assurer que les thermomètres sont placés à l’abri
I.4-6 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

du soleil, sans que pour autant leur ventilation Humidité et pression de vapeur de l’air
naturelle s’en trouve diminuée. Des écrans spéciaux
contre le rayonnement ont été conçus pour les ther- Les mesures d’humidité sont effectuées au même
momètres à thermocouples. Les mesures de la endroit que les mesures de la température. Les
température de l’air doivent être faites avec une appareils les mieux adaptés pour l’enregistrement
exactitude de ± 0,3 °C. sont des psychromètres utilisant des thermomètres
à thermocouples. Ceux qui sont décrits à la section
précédente – température de l’air – auxquels on
Température superficielle de l’eau
ajoute un thermocouple pour le thermomètre
On utilise divers types de thermomètres pour mouillé, donnent des résultats satisfaisants. Pour
mesurer la température de l’eau: thermomètre à les thermocouples mouillés, on utilise une mèche et
mercure en verre ou acier (avec maxima et minima un réservoir qui devront être conçus de telle sorte
et thermomètre à renversement), résistance de que l’eau y arrive à la même température que le
platine ou thermistors avec circuit électronique et thermomètre mouillé. Par ailleurs, ce type de ther-
compteur ou enregistreur, et thermomètres à momètre doit être protégé contre le rayonnement,
thermocouple avec voltmètre, avec ou sans tout en ayant une ventilation suffisante pour
enregistreur. obtenir une indication vraie du thermomètre
mouillé. Si la vitesse du vent est supérieure à
Les applications particulières déterminent le 0,5 m s–1, on pourra utiliser un écran du type de
modèle qui convient le mieux. Par exemple, les celui qui sert pour la mesure de la température de
observations directes se font très bien avec un l’air. Pratiquement, l’écran pour thermomètre
thermomètre à mercure en verre, tandis que les mouillé est fixé juste au-dessous de l’écran uti-
enregistrements continus peuvent se faire avec lisé pour le thermomètre servant à mesurer la
une sonde à résistance ou un thermocouple. température de l’air.

Les thermographes qui fournissent un enregistre- Si les mesures des températures des thermomètres
ment continu de température se composent, en secs et mouillés sont faites avec une précision de
général, d’un thermomètre à mercure en acier, l’ordre de ± 0,3 °C, l’humidité relative est obtenue
immergé dans l’eau, relié à un enregistreur circu- avec une précision de ± 7 % pour des températures
laire ou à un cylindre par un tube de Bourdon. modérées, ce qui est suffisant pour déterminer la
L’installation des thermographes doit être faite tension de vapeur d’eau dans l’air.
soigneusement afin que la température mesurée
soit bien celle de l’eau (Herschy, 1971).
Vent
Dans le cas de stations automatiques où les mesures La mesure de la vitesse du vent doit être effectuée
(qui comprennent généralement d’autres variables) à une hauteur de deux mètres au-dessus de la
sont enregistrées sur bande magnétique ou trans- surface de l’eau, près du centre du réservoir. On
mises par fil ou par radio, on emploie très souvent utilise en pratique un radeau ancré sur lequel sont
des thermomètres à résistance de platine ou à ther- fixés les appareils nécessaires.
mistances. Comme ils n’ont aucune partie mobile,
ils sont plus fiables et fournissent des mesures plus N’importe quel type d’anémomètre capable de
exactes avec une plus grande sensibilité. Le capteur mesurer ou d’enregistrer à distance fournira des
est généralement monté dans un circuit du genre indications suffisantes sur la vitesse moyenne
pont de Wheatstone, avec un amplificateur élec- journalière du vent. Les anémomètres à trois
tronique qui fournit un signal de sortie convenable coupelles ou à ailettes sont ceux qui conviennent
pour l’enregistrement ou la transmission. le mieux pour l’enregistrement à distance.
L’exactitude obtenue avec ce type d’instrument est
En général, la précision nécessaire d’une mesure de de l’ordre de ± 0,5 m s–1, ce qui est suffisant pour
température de l’eau est de ± 0,1 °C, sauf pour des les mesures relatives à l’évaporation.
usages particuliers où l’on peut avoir besoin d’une
plus grande exactitude. Cependant, dans bien des Si on utilise un anémomètre totalisateur, le
cas, une précision de ± 0,5 °C est suffisante, et bien compteur devra être relevé à intervalles réguliers,
souvent les résultats statistiques de températures de préférence quotidiennement. Si l’anémomètre
sont arrondis au degré Celsius le plus proche. est à contact électrique, on doit lui adjoindre un
Ainsi, il est important de préciser les besoins enregistreur, ce qui peut être réalisé au moyen
opérationnels, de façon à choisir le thermomètre d’un marqueur électrique d’événement en marge
le mieux adapté. de la courbe de température.
CHAPITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL I.4-7

4.1.4 Mesure de l’évapotranspiration été utilisées pour des estimations indirectes de


l’évapotranspiration sur une gamme d’échelles
Évaporimètres au sol et lysimètres
spatio-temporelles (Schulz et Engman, 2000).
L’évapotranspiration peut s’évaluer au moyen d’éva- Beaucoup de progrès ont été réalisés, récemment,
porimètres au sol et de lysimètres, par la méthode dans les mesures des paramètres par télédétection, y
du bilan hydrique ou de chaleur, par la méthode compris:
de la diffusion turbulente et par diverses formules a) Radiation solaire incidente;
empiriques basées sur les données d’observations b) Albédo de surface;
météorologiques. L’emploi des évaporimètres au sol et c) Couvert végétal;
des lysimètres permet une mesure directe de l’évapo- d) Température de surface;
transpiration à partir de différentes occupations du sol e) Humidité du sol.
et de l’évaporation du sol nu entre les plants
cultivés. Ces appareils sont suffisamment simples et
Mesure par télédétection des paramètres de
précis dans la mesure où les normes d’installation
l’évaporation
et les protocoles d’observation sont respectés. La
transpiration de la végétation est évaluée par l’esti- Les mesures de radiation et de température de l’air
mation de la différence entre la valeur de sont habituellement faites aux mêmes endroits, soit
l’évapotranspiration et celle de l’évaporation du sol au centre du lac ou du réservoir, soit à terre à une
nu, mesurées simultanément. station sous le vent. Cela permet d’enregistrer
plusieurs paramètres avec un enregistreur multi-
Suivant la méthode employée pour leur exploitation, canal. Des appareils totalisateurs sont parfois utilisés
les évaporimètres et les lysimètres se divisent en avec des enregistreurs à bande. Cela donne une
appareils: vision globale de la valeur moyenne de chaque
a) À pesée, utilisant des bascules mécaniques pour paramètre, pour la période pour laquelle l’évapora-
mesurer les variations de teneur en eau; tion doit être calculée (généralement 10 jours ou
b) Hydrauliques, basés sur le principe de pesée 2 semaines).
hydrostatique;
c) Volumétriques, dans lesquels l’évaporation est Plusieurs paramètres importants pour l’estimation
mesurée par la quantité d’eau ajoutée ou soutirée. de l’évaporation sont obtenus par la mesure par
télédétection d’un rayonnement électromagné-
Il n’y a pas d’instrument universel type pour mesurer tique, de longueur d’onde donnée, émis ou réfléchi
l’évapotranspiration. à partir de la surface de la Terre. La radiation solaire
incidente peut être estimée à partir d’observations
Les conditions à remplir pour choisir l’emplacement du couvert nuageux par des satellites à orbite
des sites sont les suivantes: géosynchrone, utilisant un scanner à spectre
a) L’endroit choisi pour aménager un site d’étude multiple (Multispectral Scanner, MSS) dans les bandes
doit être suffisamment représentatif de la zone visible, proche infrarouge et infrarouge thermique
environnante en ce qui concerne les conditions du spectre électromagnétique (Brakke et Kanemasu,
d’irrigation, les caractéristiques du sol (structure, 1981; Tarpley, 1979; Gautier et al., 1980). L’albédo
profil, type), la pente et le couvert végétal; de surface peut être estimé, en conditions de ciel
b) Le site de mesure d’évaporation doit être situé en clair, à partir de mesures couvrant toute la gamme
dehors de la zone d’influence de bâtiments isolés des longueurs d’ondes du visible et du proche infra-
ou d’arbres. Il ne doit pas être à moins de 100 à rouge (Jackson, 1985; Brest et Goward, 1987). La
150 m de la lisière du champ expérimental, et température de surface peut être estimée à partir des
à plus de trois à quatre kilomètres de la station mesures MSS du flux radiatif émis, dans la bande de
météorologique. L’emplacement où doivent être l’infrarouge thermique (Engman et Gurney, 1991).
pris les blocs de terre pour les évaporimètres et les
lysimètres est à choisir dans un rayon de 50 m du Il y a eu, cependant, peu de progrès dans la mesure
site de mesure. Le sol et le couvert végétal du bloc directe par télédétection des paramètres atmosphé-
de terre doivent correspondre à ceux du site. riques affectant l’évaporation, tels que:
a) La température de l’air près de la surface;
b) Le gradient de tension de vapeur près de la
4.1.5 Mesures par télédétection des
surface;
paramètres de l’évaporation et
c) Le vent près de la surface.
de l’évapotranspiration [SHOFM D]

Des observations par télédétection combinées En outre, la télédétection a un rôle potentielle-


avec des données météorologiques auxiliaires ont ment important, pour l’extrapolation régionale de
I.4-8 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

l’évaporation, du fait de la couverture spatiale pour assurer dans le temps les observations est
qu’elle permet. substantiel. Il en résulte que la méthode du bilan
hydrologique et l’utilisation des bacs d’évaporation
sont plus courantes. La méthode du bac d’évapora-
Mesure par télédétection des paramètres de
tion est la moins coûteuse et fournit, souvent, de
l’évapotranspiration
bonnes estimations de l’évaporation annuelle. Le
Des chercheurs (par exemple, Bastiaanssen et al., choix d’une approche dépend cependant du degré
1998; Choudhury, 1997; Granger, 1997) ont utilisé, de précision souhaité. Comme l’aptitude à évaluer
récemment, des données satellitaires pour estimer les paramètres des budgets hydrologique et éner-
l’évapotranspiration réelle régionale. Plusieurs gétique augmente, il en sera de même pour les
paramètres importants dans l’estimation de l’éva- estimations de l’évaporation.
potranspiration sont obtenus par la mesure, par
télédétection d’un rayonnement électromagnétique
4.2.2 Bilan hydrologique
de longueur d’onde donnée, émis ou réfléchi à
partir de la surface de la Terre. La radiation solaire La méthode, est basée sur l’équation de continuité
incidente, l’albédo et la température de surface et peut être utilisée pour le calcul de l’évaporation:
peuvent être estimés à l’aide des mêmes mesures
satellitaires que celles décrites dans la section 4.1.3. E = I – O – DS (4.2)
L’humidité du sol peut être estimée par la mesure
des micro-ondes émises ou reçues par le sol (émis- avec E = évaporation, I = flux entrant, O = flux
sion et réflexion, ou rétro diffusion depuis le sol). Il sortant, ΔS = variation du stock.
y a, cependant, des incertitudes dans ces estima-
tions dues aux facteurs déjà signalés comme la En ajoutant les indices s et g aux différents termes
rugosité de la surface et le couvert végétal. de l’équation 4.2 pour distinguer, respectivement,
les flux de surface et les flux souterrains, l’équation
À l’avenir, l’approche la plus pratique pour la télé- devient:
détection consistera en des observations répétées
dans le visible, le proche infrarouge, l’infrarouge Es = P + R1 – R2 – Rg – Ts – F – DSs (4.3)
thermique et les micro-ondes. Les éléments pour la
détermination du flux de chaleur seront mesurés avec Es = évaporation du réservoir, P = précipitation,
par les satellites EOS. Le flux de chaleur latente ne R 1 = écoulement superficiel entrant dans le
peut pas être mesuré directement mais EOS fournira réservoir, R2 = écoulement superficiel sortant du
une certaine capacité d’échantillonnage. En outre, réservoir, Rg = entrée d’eau souterraine, Ts = pertes
les futurs programmes tels que EOS, devraient par transpiration, F = infiltration (ou fuites) et
fournir les données nécessaires pour l’évaluation de ΔSs = variation du stock.
l’évapotranspiration aux échelles locale, régionale
et globale. Si Os = (Rg – F) est l’échange net souterrain et que le
terme de transpiration Ts est nul, l’équation 4.3
devient:

4.2 ESTIMATION DE L’ÉVAPORATION Es = P + R1 – R2 + Os – DSs (4.4)


DES SURFACES LIBRES
Tous les termes sont exprimés en unité de volume
pour la période de temps étudiée, laquelle ne
4.2.1 Généralités [SHOFM I45]
devrait pas être inférieure à une semaine. Bien
L’évaporation à partir des plans d’eau peut être qu’ayant l’avantage d’être simple en théorie, la
estimée par diverses méthodes, comme: méthode du bilan hydrologique présente l’incon-
a) Le bilan hydrologique; vénient que les erreurs dans la mesure des
b) Le bilan énergétique; paramètres de l’équation 4.4 se répercutent directe-
c) Les méthodes de transfert de masse; ment sur la valeur calculée de l’évaporation. Il n’est
d) La combinaison de plusieurs méthodes; donc pas conseillé d’appliquer la méthode à des
e) Les formules empiriques. périodes de temps inférieures à un mois, si on
attend une estimation de l’évaporation comprise
Toutes les méthodes décrites peuvent servir à déter- dans un intervalle de ±5 % du montant réel.
miner l’évaporation. En pratique, l’instrumentation
pour les méthodes de bilan énergétique et de Les pertes F sont, probablement, le terme le plus
transfert de masse est relativement chère et le coût difficile à évaluer. Elles peuvent être estimées à
CHAPITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL I.4-9

partir de la conductivité hydraulique du fond du lac longueurs d’onde provenant de l’atmosphère, Qar le
et du gradient hydraulique. Néanmoins, il faut rayonnement réfléchi de grandes longueurs d’onde,
reconnaître que la méthode du bilan hydrologique Qbs le rayonnement de grandes longueurs d’onde
se révélera plus efficace quand elle est appliquée à émis par la masse d’eau, Qv l’énergie nette transmise
un lac relativement imperméable où les fuites par advection (entrées et sorties) dans la masse
souterraines sont négligeables comparativement à d’eau, Qe l’énergie consommée par l’évaporation,
la valeur de l’évaporation. Qh l’énergie transmise par convection par la masse
d’eau sous forme de chaleur sensible, Qw l’énergie
Pour évaluer ΔSs, une courbe précise surface-capa- transmise par advection par l’eau évaporée.
cité du lac doit être disponible. Même avec ces
données, le stockage dans les rives peut introduire Tous les termes de l’équation 4.5 sont en watt par
une erreur dans le bilan hydrologique. Cependant mètre carré par jour (W m–2jour). La chaleur dégagée
si on néglige ce stockage des rives, le bilan hydrolo- par les processus chimiques et biologiques est
gique ne sera pas utilisable pour un cycle annuel. négligée car il s’agit d’un transfert se produisant à
l’interface eau-sol. La transformation d’énergie
Bien qu’il soit théoriquement possible d’utiliser cinétique en énergie thermique est également
cette méthode pour estimer l’évaporation sur toutes négligée. Ces facteurs sont, généralement, quantita-
les surfaces libres, elle est généralement imprati- tivement très faibles par comparaison avec les
cable, à cause des erreurs dans la mesure des autres termes du budget si on s’intéresse à de grands
différents paramètres. L’évaporation estimée par réservoirs. Leur omission a donc peu d’effet sur la
cette méthode est le terme résiduel du bilan, et peut fiabilité des résultats.
donc être entachée d’erreurs considérables s’il est
petit relativement aux autres paramètres. Chaque terme de l’équation du bilan d’énergie est
mesuré directement ou calculé à l’aide de relations
En résumé, la méthode est difficile et imprécise, connues. La procédure pour évaluer chacun d’entre
dans la plupart des conditions, particulièrement eux est décrite ci-dessous.
pour de courtes périodes de temps. Quelques-uns
des paramètres les plus difficiles à mesurer sont la Les termes pouvant êtres mesurés sont Qs, Qr et Qa
variation du stockage, les pertes par percolation, les et le bilan radiatif net est donné par:
flux souterrains et advectifs.
Rf = Qs – Qsr + Qa – Qar – Qbs (4.6)
4.2.3 Bilan énergétique
Toutes les valeurs ci-dessus sont exprimées en
La méthode du bilan d’énergie est une application W m–2.
de l’équation de continuité écrite en termes
d’énergie. Elle a été employée pour calculer l’évapo- La description détaillée des instruments et techniques
ration à partir des océans et des lacs, par exemple au de mesure concernant les éléments mentionnés est
réservoir Elephant Butte au Nouveau-Mexique donnée dans les sections 4.1.3, 4.1.4 et 4.1.5 ou dans
(Gunaji, 1968). Dans l’équation, les entrées et le Guide des instruments et des méthodes d’observation
sorties d’énergie sont équilibrées par la quantité météorologiques (OMM-N° 8).
d’énergie stockée dans le système. La précision des
estimations obtenues par cette méthode dépend Pour le rayonnement réfléchi de grande longueur
fortement de la fiabilité et de la précision des d’onde (Qar), il est admis que la surface de l’eau
données mesurées. Dans de bonnes conditions, on réfléchit environ 3 % du rayonnement de grandes
peut s’attendre à des erreurs moyennes de l’ordre de longueurs d’onde qu’elle reçoit.
10 % pour les périodes estivales et de 20 % les mois
d’hiver. Pour calculer le rayonnement émis par la surface de
l’eau (Qbs), on applique la loi de Stefan-Boltzmann
L’équation du bilan d’énergie pour un lac peut être sur le rayonnement d’un corps noir, avec un coeffi-
écrite sous la forme (Viessman et al., 1989): cient d’émissivité de 0,970 pour l’eau. L’équation
pour le calcul du rayonnement émis par la surface
Q0 = Qs – Qr + Qa – Qar – Qbs + Qv – Qe – Qh – Qw (4.5) de l’eau est:

où Q0 désigne la variation de l’énergie stockée dans Qbs = 0,97σq4 (4.7)


la masse d’eau, Qs le rayonnement solaire incident
sur la surface de l’eau, Qr le rayonnement solaire où Qbs est le rayonnement émis par la surface de
réfléchi, Qa le rayonnement incident de grandes l’eau en W m–2, σ la constante de Stefan-Boltzmann
I.4-10 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

(5,67 x 10–8 W m–2 °K–4) et θ la température de la que la chaleur spécifique sont considérées égales à
surface de l’eau en °K. Pour le calcul, la température l’unité pour la plage des températures de ces volumes
de la surface de l’eau, prise près du centre du réser- d’eau. Le produit de la température par le volume
voir, est déterminée pour chaque période d’étude. donne la quantité d’énergie pour chaque volume, en
Elle est convertie en °K et le rayonnement moyen joules (énergie nette d’advection, Qv). La différence
émis par la surface de l’eau est calculé pour la entre les quantités d’énergie calculées pour l’eau
période et exprimé en W m–2. stockée d’après les relevés des températures effectués
au début et à la fin de la période d’étude détermine la
L’énergie thermique stockée dans la masse d’eau à variation d’énergie stockée (Q0).
une date donnée est calculée à partir d’un relevé des
températures effectué à cette date. Les températures Durant les mois d’hiver, lorsqu’une couche de glace
devraient être mesurées avec une exactitude de recouvre partiellement ou complètement le plan
0,1 °C, habituellement à des intervalles de deux d’eau, le bilan énergétique ne donne de bons résultats
semaines ou d’un mois. La masse d’eau du réservoir qu’occasionnellement, car il est difficile de mesurer
peut être séparée en plusieurs couches horizontales le rayonnement solaire réfléchi, la température de
de la surface au fond. Le volume d’eau de chaque surface de la glace et l’extension de la couche de
couche est déterminé d’après la relation hauteur- glace. Dans de nombreux cas, l’estimation de
volume du réservoir. Pour obtenir une température l’évaporation journalière basée sur le bilan d’énergie
moyenne pour le volume d’eau d’une couche déter- n’est pas possible, car une caractérisation fiable de la
minée, on fait la moyenne des résultats de toutes les variation de l’énergie stockée est impossible sur des
mesures de températures effectuées dans cette périodes aussi courtes. Des périodes d’une semaine
couche. ou plus sont mieux à même de donner des mesures
satisfaisantes.
La sommation des produits du volume par la tempé-
rature (en supposant une température de base de Dans l’approche par bilan d’énergie, il a été démontré
0 °C) fournit une valeur pour l’énergie totale à cette que les différentes variables ne demandent pas la
date. La masse volumique et la chaleur spécifique même précision de mesure. Par exemple, une erreur
sont considérées égales à l’unité pour la plage de d’à peine 2 % sur la mesure du rayonnement longues
température de l’eau dans le réservoir. Pour déter- ondes incidentes entraîne des erreurs de 3 à 15 %
miner l’énergie absorbée par l’évaporation Qe, il faut dans les estimations de l’évaporation mensuelle,
évaluer la variation de l’énergie stockée résultant du alors qu’elles ne sont que de 1 à 5 % pour une erreur
déplacement de l’énergie contenue dans les volumes de l’ordre de 10 % sur l’énergie solaire réfléchie. Pour
d’eau entrants et sortants du réservoir. Là encore, on déterminer l’évaporation par l’équation 4.5, on
prend habituellement 0 °C comme température de utilise couramment la relation suivante:
base pour effectuer les calculs. Les températures de
ces volumes d’eau sont déterminées d’après des Qh
B = (4.8)
observations ou des enregistrements (section 4.1.3) Qe
suivant la variation de température en fonction du
débit. Si la température de l’eau varie en fonction du où B est appelé rapport de Bowen (Bowen, 1926) et:
débit, la température moyenne du volume doit être
pondérée en fonction de ce débit. Les températures c pQ e (T e − T b )
de l’eau stockée dans les berges et de l’eau qui s’in- Qw = (4.9)
L
filtre sont supposées égales à la température annuelle
moyenne de l’air. On reconnaît que cette hypothèse où cp est la chaleur spécifique de l’eau (cal/g °C)
peut introduire des erreurs, mais celles-ci ne sont pas égale à 4186.8 J/kg °C, Te la température de l’eau
considérées comme importantes si l’apport par la évaporée (°C), Tb la température de base prise
surface constitue un facteur important du bilan d’habitude arbitrairement à 0 °C, et L la chaleur
hydrologique. latente de vaporisation (cal/g) égale à 2260 kJ/kg.
En introduisant cette expression dans l’équa-
Si les précipitations constituent un élément impor- tion 4.5 et résolvant par rapport à Qe, on obtient:
tant du bilan hydrologique, il faut tenir compte de
l’énergie fournie par ce volume d’eau. Dans ce cas, la Q s − Q r + Q a − Q ar − Q bs − Q o + Q v
Qe = (4.10)
température d’une précipitation liquide est supposée 1 + B + c p (T e − T b ) / L
être celle du thermomètre humide au moment de la
précipitation. Le calcul de l’énergie pour chaque Pour déterminer la hauteur d’eau évaporée par
volume est effectué dans le système centimètre- unité de temps, l’expression suivante peut être
gramme-seconde (CGS), et la masse volumique ainsi utilisée:
CHAPITRE 4. ÉVAPORATION, ÉVAPOTRANSPIRATION ET HUMIDITÉ DU SOL I.4-11

Qe Lorsque le vent passe au-dessus de la surface du sol


E = (4.11) ou de l’eau, la colonne d’air dans la basse atmos-
ρL phère peut être divisée en trois couches: a) la couche
où E est l’évaporation (m s–1) et ρ la masse volu- laminaire près de la surface; b) la couche turbulente
mique de l’eau évaporée (kg m–3). et c) la couche de frottement au-dessus. La couche
laminaire où l’écoulement de l’air est laminaire, a
L’équation du bilan d’énergie devient donc: une épaisseur de l’ordre de seulement un milli-
mètre. Dans cette couche, la température, l’humidité
Q s − Q r + Q a − Q ar − Q bs − Q o + Q v et la vitesse du vent varient presque linéairement
E = (4.12)
ρ { L (1 + B ) + c p (T e − T b ) } avec la hauteur, et les transferts de chaleur, de
vapeur d’eau et de mouvement se font essentielle-
Le rapport de Bowen peut être calculé en utilisant: ment par des processus moléculaires. Au-dessus, la
couche turbulente peut avoir plusieurs mètres
p (T o − T a )
B = 0, 6 1 (4.13) d’épaisseur en fonction du niveau de turbulence. La
1 0 0 0 ( eo − ea ) température, l’humidité et la vitesse du vent y
varient à peu près linéairement avec le logarithme
où p est la pression atmosphérique ( mb), To la de la hauteur et les transferts de chaleur, de vapeur
température de surface de l’eau (°C), Ta la tempéra- et de mouvement sont des processus turbulents.
ture de l’air (°C), eo la pression de vapeur saturante
à la température de surface de l’eau (mb) et ea la L’approche par transfert de masse est basée sur la loi
pression de vapeur de l’air (mb). aérodynamique de Dalton donnant la relation entre
évaporation et pression de vapeur:
Cette expression permet de contourner le problème
de l’évaluation du terme de chaleur sensible qui ne E = k (es – ea) (4.14)
se prête pas à une mesure directe.
où E est l’évaporation directe, k un coefficient dépen-
La télédétection de plusieurs paramètres importants dant de la vitesse du vent, de la pression
utilisés pour estimer l’évaporation se fait par la atmosphérique et d’autres facteurs, es et ea la pression
mesure du rayonnement électromagnétique de de vapeur saturante pour la température de surface
longueur d’ondes particulières, émis ou réfléchi par de l’eau et la pression de vapeur de l’air, respective-
la surface de la terre, comme cela a été présenté plus ment. Les moyennes journalières de température et
haut dans la section 4.1.3. d’humidité relative peuvent être utilisées pour déter-
miner la pression de vapeur moyenne ea et le déficit
Applicabilité de l’approche bilan d’énergie moyen de saturation (es – ea). L’équation 4.14 a été
initialement proposée par Harbeck et Meyers (1970).
Avant d’utiliser l’approche par bilan d’énergie pour
estimer l’évaporation des surfaces libres, il faut
4.2.5 Combinaison des méthodes
avoir à l’esprit les points suivants:
aérodynamique et du bilan
a) Le flux de chaleur du fond vers le lac n’est pas
énergétique
pris en compte. Ce flux est cependant impor-
tant dans le cas de lacs peu profonds; La méthode, peut être la plus couramment utilisée
b) Le rapport de Bowen est supposé fournir une pour le calcul de l’évaporation depuis un lac à partir
estimation assez précise de Qh; de facteurs météorologiques, est basée sur une
c) L’approche néglige les effets dus à la diffusivité combinaison des équations d’aérodynamique et du
radiative, la stabilité de l’air et la vapeur; bilan énergétique:
d) L’applicabilité de cette approche dépend
largement de la capacité à évaluer les termes Rn Δ + Ea γ (4.15)
advectifs de l’énergie. Ei =
Δ +γ
où Ei est la valeur estimée de l’évaporation depuis
4.2.4 Méthode du transfert de masse e s – esz
une surface d’eau libre, Δ = est la pente de
Comme son nom l’indique, la méthode du transfert Ts – Tz
de masse est basée sur la détermination de la masse la courbe de vapeur saturante en fonction de la
de vapeur d’eau transférée à l’atmosphère à partir température θa, qui est présentée sous la forme γ/D
de la surface de l’eau. Pour mieux comprendre cela en fonction de Tz dans Brutsaert (1982, figure 10.2),
un aperçu de la physique du mouvement de l’air est Rn le rayonnement net, γ la constante psychromé-
d’abord présenté. trique et Ea le même terme que dans l’équation 4.14.
I.4-12 GUIDE DES PRATIQUES HYDROLOGIQUES

n ⎞ n
⎜ 0 ,9
⎛ ⎛ ⎞
S0 –
216 Évaporation dans l’atmosphère
R n = ⎜0 ,2 5 + 0 ,5 ⎟ + 0 ,1 ⎟
1,5 ⎝ N ⎠ ⎝ N ⎠ (4.16)
Δ/Δ ⎛0 ,3 4 – 0 ,1 4

ed ⎞⎠ σ T 4
1,0
Δ/(Δ + γ) où n/N est le rapport du nombre réel d’heures d’in-
solation sur le nombre d’heures d’insolation
0,5 maximal possible, S0 le rayonnement extraterrestre
(en MJ m–2 jour), ed la tension de vapeur d’eau réelle
dans l’air ambiant en mm de mercure, σ la constante
0
0 5 10 15 20 25 30 35 40
de Stefan-Boltzmann également exprimée en
Température (°C) évaporation équivalente en mm j–1 et T la tempéra-
ture absolue moyenne de l’air exprimée en degrés
Dépendance à la température de (γ/D) et
D/(D + γ) à 1000 mb Kelvin.
D’après Brutsaert (1982, figure 10.2)
Bien qu’il puisse être nécessaire d’utiliser cette
équation, il serait préférable d’utiliser les valeurs
mesurées du rayonnement solaire et du rayonne-
La constante psychrométrique γ pour une tempéra- ment de grandes longueurs d’onde.
ture de l’air exprimée en °C est la même que la
constante du rapport de Bowen, et est égale à Kohler et al. (1959) ont utilisé une approche
0,61 pour une pression de 1000 mb. Le rayonnement analogue dont une représentation graphique est
net Rn (en MJ m–2 jour) peut être estimé par l’équation donnée à la figure I.4.4. Les observations météoro-
suivante: logiques relatives au rayonnement solaire, à la

40 40
35
35 35
30
Température moyenne journalière de l’air (°C)

30 30
25
ur

25 25
0

20
jo
5

r
10

pa

C
15

c
et


20

20 20 15 ba
m2
25

du
30

ée
rc
35

os

10
u
pa
40

15 15
ea
er
45

tt s

n
50

td

’an

5
wa
en 5

in
re 5

el
po

10 10
d

0
du

us
i
ola

re

ess

–5
liè

5 5
ts