Vous êtes sur la page 1sur 88

Dédicace

A mes très chers parents,

Aucun terme et aucune langue ne pourra exprimer mon amour et mes sentiments envers vous.
En témoignage de mon amour, mon affection et ma reconnaissance pour les efforts que vous
avez consentis pour moi durant toutes ces années je vous dédie cet humble travail.

A mes chers frères et mes chères sœurs,

Merci pour vos encouragements, votre confiance, votre présence. Vous êtes pour moi les
meilleurs frères au monde. J’espère que tous vos rêves soient exhaussés et je vous souhaite
tout le bonheur du monde mes chères. Que dieu vous garde et vous préserve.

A mes chers amis SERHAN Youssef et Ibtissam AMMARI, à tous mes amis

Merci pour vos soutiens dans les moments les plus difficiles, merci de vos encouragements et
votre confiance

A mes enseignants depuis mon premier jour à l’école

Merci pour vos efforts, vos conseils, vos encouragements et votre confiance.

A toute personne qui m’aime

Hafssa
Remerciement
Ce n'est pas parce que la tradition exige ou par l'habitude que cette page existe dans notre
rapport, mais parce que les personnes auxquelles s'adressent mes remerciements le méritent.

Je tiens à exprimer mes profonds remerciements à M. NAJI Rachid Gérant de la société Azure
Networks, et Responsable du service de télécommunication à MCCI, pour ses conseils ainsi
pour avoir mis à ma disposition toute ses expériences ainsi que tous les moyens dont j’avais
besoin tout au long de ce stage.
Je tiens également à remercier infiniment mon encadrante internes Pr. SAHEL Aicha pour la
disponibilité, l’aide et la participation dans le développement de ce sujet. Je le remercie pour
les précieux conseils dans l’élaboration du présent rapport.

Je remercie également M.BGHDAD pour ces conseils et sa précieuse aide, c’est lui qui m’a
guidé à la bonne piste sur laquelle j’ai pu avancer jusqu’au bout, sa personnalité encourageante
et chaleureuse est un soutien appréciable pour moi

J’adresse mes remerciements aux membres du jury, devant qui nous avons l’honneur d’exposer
notre travail, et qui ont pris peine de lire avec soin ce mémoire pour juger son contenu.
Mes remerciements vont à l’ensemble des enseignants de la FSTM pour leurs contributions à
ma formation.
Un grand merci pour ma très chère famille et aussi mes très chers amis et à toute personne ayant
contribué, de près ou de loin, au bon déroulement de ce stage de fin d’études.
Résumé
S’il y a un secteur qui connait une évolution permanente, c’est bien celui de la téléphonie
mobile. le système d'évolution à long terme (LTE) intégrant la 4G a été déployé et arrive à
maturité, où seules des améliorations progressives et de petites quantités de nouveaux spectres
peuvent être attendues, et malgré le succès qu’a connu la technologie 4G en répondant à la
demande des utilisateurs en termes de débit, aujourd’hui elle se trouve incapable de garder le
rythme en raison du développement exponentiel des applications qui demande de plus en plus
de débit. Ce qui nécessite l’immigration vers une nouvelle génération plus fiable et plus
performante. .

Dans le cadre de ce projet une étude détaillée sur l’évolution des réseaux cellulaires 1G/2G/3G
est élaborée ici, suivie par une étude approfondie sur les performances du réseau 4G, En suite
une étude général de la nouvelle génération 5G en déterminant son évolution au niveau
architecture et au niveau techniques et technologies d’accès utilisées

Mots clé :1G,2.5G,3G,LTE,cinquième génération, débit, évolution.

Abstract
If there is one sector that is constantly evolving, it is the mobile sector. The 4G long-term
evolution (LTE) system has been deployed and is maturing, where only incremental
improvements and small amounts of new spectra can be expected. Despite of the success of 4G
technology in Responding to users' demand for throughput, today it is unable to keep pace
because of the exponential development of applications that require more and more throughput.
This requires immigration to a new generation more reliable and more efficient. .

As part of this project a detailed study on the evolution of 1G / 2G / 3G cellular networks is


elaborated here, followed by an in-depth study on the performance of the 4G network, followed
by a general study of the new 5G generation by determining its evolution at the architecture and
technical level and access technologies used

Keywords: 1G, 2.5G, 3G, LTE, fifth generation, throughput, evolution.


Table des matières
Liste des tableaux ...................................................................................................................... i
Liste des figures ........................................................................................................................ ii
Liste des abréviations .............................................................................................................. iv
Introduction général ................................................................................................................ 1
Chapitre1 : Présentation de l'organisme d'accueil et contexte du projet ........................... 2
I. Présentation de l’entreprise d’accueil ............................................................................ 3
1. Introduction : ................................................................................................................... 3
2. Mission de MCCI ............................................................................................................ 3
3. Les services de l’entreprise ............................................................................................. 4
II. Contexte générale du projet ............................................................................................ 6
1. La problématique............................................................................................................. 6
2. Cahier des charges ........................................................................................................... 6
III. Conclusion ......................................................................................................................... 6
Chapitre 2 : Etude des différents générations 1G, 2G, 3G ................................................... 7
I. Introduction ...................................................................................................................... 8
II. Les réseaux de 1ere génération (1G) : ............................................................................ 8
1. Caractéristique technique ................................................................................................ 9
III. Le réseau GSM ................................................................................................................. 9
1. Caractéristique technique .............................................................................................. 10
2. Architecture du réseau GSM ......................................................................................... 10
3. Les équipements du l’architecture du réseau GSM :..................................................... 11
IV. Réseau UMTS (3G) ........................................................................................................ 11
1. Les caractéristiques du réseau UMTS. .......................................................................... 12
2. Architecture de L'UMTS .............................................................................................. 12
3. Les équipements du l’architecture du réseau UMTS : .................................................. 13
V. Conclusion ....................................................................................................................... 14
Chapitre 3 : Etude des performances des réseaux 4G ........................................................ 15
I. Introduction .................................................................................................................... 16
II. Les Caractéristiques Fondamentales de la 4G ............................................................ 16
III. L’architecture du réseau LTE ...................................................................................... 17
IV. Technologies employées dans le réseau 4G : ................................................................ 19
1. Les techniques de la modulation : ................................................................................. 19
2. Structure de la trame LTE ............................................................................................. 20
3. Les techniques d’accès .................................................................................................. 21
4. Les systèmes MIMO : ................................................................................................... 26
5. Agrégation de porteses .................................................................................................. 29
6. Les limites de la 4G ....................................................................................................... 31
V. Conclusion : .................................................................................................................... 37
Chapitre 4 : Etude de la future génération 5G .................................................................... 38
I. Introduction .................................................................................................................... 39
1. Trois grandes catégories d’usage de la 5G .................................................................... 39
2. Les objectifs de la 5éme générations............................................................................. 40
3. Application réseau 5G ................................................................................................... 41
4. Architecture réseau 5G .................................................................................................. 42
II. Les technologies de la 5G ............................................................................................... 43
1. Les ondes millimétriques .............................................................................................. 43
2. Massive MIMO ............................................................................................................. 44
3. Beamforming ................................................................................................................. 45
4. Les petites cellules ........................................................................................................ 49
5. Les techniques de modulation dans la 5G ..................................................................... 50
6. Technique d’accès multiples pour les systèmes 5G ...................................................... 50
7. Les formes d’ondes dans 5G ......................................................................................... 51
8. Conclusion ..................................................................................................................... 54
Chapitre 5 : Simulation et résultats ...................................................................................... 56
I. Introduction .................................................................................................................... 57
1. La mettre en œuvre d’une chaine de transmission OFDM............................................ 57
2. Évaluation des performances du système OFDM pour M-QAM ................................. 64
3. Transmission d'image dans OFDM en utilisant les schémas de modulation M-QAM . 68
4. Comparaison de l’OFDM et les nouvelles modulations de la 5G ................................. 70
5. Conclusion ..................................................................................................................... 72
Conclusion Général ............................................................................................................................. 73
Bibliographie........................................................................................................................................ 74
Annexes ................................................................................................................................................ 75
Liste des tableaux
Tableau 1: les caractéristiques technique du réseau 1G ............................................................. 9
Tableau 2: les caractéristiques technique du réseau GSM ....................................................... 10
Tableau 3: les caractéristiques du réseau UMTS ..................................................................... 12
Tableau 4: les caractéristiques du réseau LTE ......................................................................... 16
Tableau 5: comparaison entre les performances de la 4G et la 5G .......................................... 40
Tableau 6: les valeurs de BER en fonction de SNR ................................................................. 64
Tableau 7:les valeurs de BER pour SNR=12 db pour différents modulations......................... 67

Projet de fin d’études i


Liste des figures
Figure 1:l'architecture du réseau GSM ..................................................................................... 10
Figure 2:l'architecture du réseau UMTS .................................................................................. 12
Figure 3: Architecture du réseau 4G ........................................................................................ 17
Figure 4: Modulation adaptative .............................................................................................. 19
Figure 5: diagramme de constellation ...................................................................................... 19
Figure 6: structure de la trame LTE ......................................................................................... 20
Figure 7: le multiplexage FDD et TDD ................................................................................... 21
Figure 8: Réalisation possible d’un modulateur OFDM .......................................................... 22
Figure 9: Orthogonalité entre les sous-porteuses.................................................................... 23
Figure 10: Modulateur OFDM numérique ............................................................................... 24
Figure 11: la chaine de transmission OFDM. .......................................................................... 24
Figure 12: Intervalle de garde .................................................................................................. 25
Figure 13: principe du MIMO .................................................................................................. 28
Figure 14: types d'agrégation de porteuse ................................................................................ 30
Figure 15: Sources d’erreurs de synchronisation ..................................................................... 32
Figure 16: Définition de l’erreur de phase horloge. ................................................................. 33
Figure 17: La valeur moyenne du PAPR de l’OFDM en fonction du nombre de sous porteuse
N ............................................................................................................................................... 36
Figure 18: Illustration du PAPR ............................................................................................... 36
Figure 19:communication machite to machine ........................................................................ 41
Figure 20 :types de V2X ......................................................................................................... 42
Figure 21 ;internet des objets ................................................................................................... 42
Figure 22:l'architecture globale de la 5G ................................................................................. 43
Figure 23: Massive MIMO ....................................................................................................... 44
Figure 24: beamforming ........................................................................................................... 45
Figure 25: Evolution de la station de base ............................................................................... 45
Figure 26: Architecture système avec un réseau d’accès basé sur le cloud ............................. 47
Figure 27: types de station de base........................................................................................... 49
Figure 28: Système NOMA de base pour trois utilisateurs. ..................................................... 51
Figure 29: la chaine de transmission de l'FBMC ..................................................................... 52
Figure 30: Réponses en fréquence de l’OFDM et de la FMBC ............................................... 53

Projet de fin d’études ii


Figure 31: Structure d'émetteur-récepteur de liaison descendante de f-OFDM ....................... 54
Figure 32 : la chaine de transmission OFDM sur Simulink ..................................................... 58
Figure 33: la chaine d'émission de l'OFDM ............................................................................. 59
Figure 34: Paramètres du bloc QPSK Modulateur ................................................................... 60
Figure 35: Paramètres du bloc AWGN .................................................................................... 61
Figure 36: chaine de réception du système OFDM .................................................................. 62
Figure 37: le signal OFDM à l’entrée et la sortie du canal ...................................................... 63
Figure 38: interface d'accueil ................................................................................................... 65
Figure 39: Performances BER du système OFDM utilisant 4-QAM ....................................... 66
Figure 40 : Performances BER du système OFDM utilisant 16-QAM.................................... 66
Figure 41: Performances BER du système OFDM utilisant 64-QAM..................................... 66
Figure 42 : Performances BER du système OFDM utilisant 256QAM ................................... 67
Figure 43: le taux d'erreur binaire pour QPSK 16QAM et 64QAM ........................................ 69
Figure 44:l'interface GUI de l'application ................................................................................ 70
Figure 45: interface de simulation de FBMC VS OFDM ET F-OFDM VS OFDM ............... 71

Projet de fin d’études iii


Liste des abréviations
2G : Deuxième Générations mMTC : Massive Machine Type Communications
3G : 3eme Génération MIMO : Multiple Input, Multiple Output
4G : Quatrième Génération MSC: Mobile Switching Center
5G :cinquième Génération MME : Mobility Management Entity

3GPP:3rd Génération Partnership Project MS : Mobile station

BSC: Base Subsystem Controller MSC: Mobile-Switching Cente

BS base station NOMA:non orthogonal multiple acces

BSS : Base Station Subsystem NFV virtualisation des fonctions réseau

BER: Bit Error Rate NSS: Network Subsystem


CA: Carrier Aggregation OFDM: Orthogonal frequency division

C-RAN: Cloud-RAN OMC Operation and Maintenance Center

CN: Core Network PCC:Primary Component Carrier

CSI Channel State Information RAN:Radio Access Network

CC : Component Carrier RNC :Radio Network Controller

CP : Cyclic Prefix SNR: Rapport signal sur bruit

CRC : Contrôle à redondance cyclique SCC Secondary Component Carrier

D2D: Device-to-Device SDN Software Defined Networking

EPC: Evolved Packet Core TDD: le Time Division Duplexing

EPS: Evolved Packet System UE: User Equipment

E-UTRAN: Evolved UMTS Terrestrial UTRAN: UMTS Terrestrial Radio Access Network

eMBB :Enhanced Mobile Broadband UIT:Union internationale des telécom

EDGE Enhanced Data Rates for GSM Evolution

FMBC: Filter bank multicarrier UMTS: Universal Mobile télecom System

FDD: Frequency Division Duplex VLR :Visitor Location Registration

F-OFDM : filterd OFDM IOT: Internet of Things

GPRS: General Packet Radio Service IEP: interférences entre porteuse

GSM: Global System for Mobile Communications HSS: Home Suscriber Service

Projet de fin d’études iv


Introduction général
Le réseau de la téléphonie mobile est aujourd'hui un domaine en pleine effervescence. Pendant
la dernière décennie, les évolutions de télécommunications ont explosé une nouvelle gamme de
service qui a écarté les services classiques à fin de satisfaire l’augmentation du nombre des
utilisateurs et les exigences de taux de données élevés.

Le réseau Long Term Evolution Advanced (LTE– Advanced) dont fait partie la 4G a maintenant
atteint sa maturité après avoir été déployé aux alentours de 2010. Aucune évolution majeure
dans la structure du réseau ne verra le jour alors que le marché des communications mobiles est
en pleine expansion. La 4G ne peut répondre à certains challenges qui se profilent aujourd’hui
tels que l’encombrement spectral ou la réduction de la consommation d’énergie.

L’intérêt des acteurs des réseaux de communications et des industriels du monde entier est
maintenant tourné vers la prochaine génération de réseau mobile : la 5G.

La prochaine génération de réseau mobile (5G) est prévue pour être déployée à l’horizon 2020,
il sera mise en œuvre avec un débit de données utilisateur de 100Mbps, un débit de données de
pointe de 20Gbps et la réduction du temps de latence jusqu'à 1ms. Cette technologie va générer
une vitesse ultra élevée qui est possible de changer la signification de l'utilisabilité du téléphone
cellulaire.

Ce travail est structuré en cinq chapitres. Premièrement, une présentation de l’organisme


d’accueil et la problématique du projet sera l’objet du premier chapitre. Ensuite, l’étude de
l’évolution des réseaux cellulaires 1G/2G/3G sera traitée dans le deuxième chapitre. Quant au
troisième chapitre, il se focalisera sur l’étude des performances des réseaux 4G et ses
limitations. Pour le quatrième, il sera dédié à l’étude de la nouvelle génération 5G en
déterminant son évolution au niveau architecture et au niveau techniques et technologies
d’accès utilisées. Finalement, le cinquième chapitre sera consacré à la mise en œuvre de la
chaine de transmission OFDM, l’évaluation les performances de l’OFDM et une comparaison
entre OFDM et les nouvelles technologies de la 5G FBMC, F-OFDM.

Projet de fin d’études 1


Chapitre1 : Présentation de l'organisme
d'accueil et contexte du projet

Projet de fin d’études 2


CHAPITRE 1 : PRESENTATION D'ACCUEIL ET CONTEXTE DU PROJET

I. Présentation de l’entreprise d’accueil

1. Introduction :
L’entreprise Mobile Communication Company International (MCCI) est une société régionale
de services d'ingénierie des télécommunications créée en 2010 et fait partie du MBUZZ (Mobile
Business Company Group). Son siège social se trouve à Riyad, en Arabie Saoudite et dans les
Emirats Arabes Unis, au Koweït et au Qatar et bientôt à Bahreïn, MCCI a une vision future
d'étendre son territoire de marché à chaque Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Libye). MCCI
est connue pour être l'un des principaux fournisseurs de services de solutions clé en main
d'ingénierie avec un solide bilan et bénéficient d'un avantage exceptionnel d'avoir une
expérience multifournisseurs fournissant des solutions de bout en bout pour les réseaux fixes et
mobiles ainsi que pour les systèmes satellites.
Les ressources de MCCI sont constituées d'employés hautement qualifiés, ajoutés à une base
de coûts concurrentielle et l'environnement commercial favorable permet de déployer tout
projet avec un préavis et de fournir une qualité élevée ; Ajoutant ainsi à son leadership éprouvé
sur le marché dans le déploiement et le maintien des réseaux de télécommunications. En un
mot, MCCI peut aider les entreprises à exploiter les opportunités de développement rapide sur
les marchés mondiaux. Son leadership dans la fourniture de solutions clés en main dans le
domaine des télécommunications en fait le partenaire idéal pour les opérateurs GSM, les
fournisseurs de télécommunications, les secteurs gouvernementaux et privés dans la région.

2. Mission de MCCI
La mission de l’entreprise MCCI, se résume dans les points suivant :

 Offrir les meilleures solutions d'ingénierie, de construction et de service technique à ses


clients CCG (Conseil de Coopération de Golf) et à travers le monde ;

 Fournir les meilleures normes d'exécution afin que ses clients soient satisfaits du travail
qu’elle fournit ;

 S’adapter aux besoins de ses clients et fournir les meilleures solutions en donnant le
meilleur en tout temps ;

 Avoir les meilleures relations avec les fournisseurs afin qu’elle puisse fournir les
meilleures solutions à ses clients

Projet de fin d’études 3


CHAPITRE 1 : PRESENTATION D'ACCUEIL ET CONTEXTE DU PROJET

3. Les services de l’entreprise

Dans l'environnement commercial difficile d'aujourd'hui, les clients s'attendent à ce que leur
fournisseur de services d'infrastructure réponde à leurs besoins.

Pour cela, MCCI cherche à améliorer continuellement les compétences et la profondeur de ses
ressources techniques et professionnelles, en offrant à ses clients une excellence
opérationnelle inégalée par ses concurrents.

Et pour répondre aux exigences du marché, l’entreprise MCCI fournit une large gamme de
services dont on peut les classer en quatre catégories :

Infrastructure de télécommunication

Les équipes dédiées MCCI ont une expérience extensive dans le bâtiment et la maintenance
des infrastructures de télécom. MCCI est capable de fournir des services de déploiement
efficaces et rapides avec des normes de qualités qui réponds aux attentes des clients dans les
réseaux mobiles, les réseaux fixes, satellites et autres services de télécommunication.

Parmi les services d’infrastructure de télécommunication on trouve :

 Acquisition du site : L'activité principale de MCCI s'appuie sur l'acquisition du site et


son bail ultérieur de sites sélectionnés. L'équipe MCCI SAQ se concentre sur l'aide à
ses clients pour identifier le meilleur emplacement pour le placement de leurs
installations de télécommunications ou de services publics. Grâce à leur vaste expertise
locale, l’équipe de MCCI peut identifier rapidement des sites viables et les livrer à
temps. Lors de la fourniture de services de sélection et d'acquisition de sites, l'équipe
MCCI SAQ fournit une enquête sur la zone de recherche et une demande de candidature
aux sites, la négociation et l'exécution du bail du site, la préparation du contrat de
location et les documents de permis de construire. Sa réussite et sa stratégie dans la SAQ
s'appuient sur les techniques d'expertise, d'honnêteté et de persuasion de ses équipes.
 Construction et conception de chantier : Les travaux de génie civil de MCCI sont assurés
par des équipes d'ingénierie qui ont l'expérience de la gestion, de la construction de
chantiers de petite ou grande taille (toit ou sites de terrain verts), y compris toute
construction d'installation de tour, travaux liés à des câbles et systèmes de soutien tels
que la sauvegarde de batterie. Tous les rapports de conception détaillée de travaux civils

Projet de fin d’études 4


CHAPITRE 1 : PRESENTATION D'ACCUEIL ET CONTEXTE DU PROJET

sont préparés avec les derniers outils de dessin et de conception et avec les normes de
qualité des clients.
 Implémentation d'ingénierie de télécommunications : L'équipe d'ingénierie de
télécommunications de MCCI est spécialisée dans l'installation, la mise en service,
l'intégration des équipements multifournisseurs pour 2G, 3G et LTE, en testant et
supportant toutes sortes de technologies de télécommunication, y compris l'équipement
BSS, les sites MSC, les passerelles, les plates-formes ATM et autres équipements liés
aux télécommunications. MCCI est le partenaire privilégié de tous les principaux
opérateurs, fournisseurs y compris STC-KSA, Mobily, Zain, Vodafone et Qtel, Viva
Koweït et Bahreïn, Ericsson, Huawei, Alcatel-Lucent, Nokia-Siemens et autres.
 Planification et optimisation : L'équipe de planification et d'organisation de MCCI a des
calibres excellents avec des antécédents de télécommunication réussis sur une variété
de projets. L’expertise avec la dernière planification et les outils de test de lecteur
comme NetAct Planner, Optimizer, MapInfo, TEMS, NEMO, ACTIX et autres. Le
champ de travail comprend : La panification du réseau radio, les services d'optimisation
de réseau, Drive Test.

Projet de fin d’études 5


CHAPITRE 1 : PRESENTATION D'ACCUEIL ET CONTEXTE DU PROJET

II. Contexte générale du projet


1. La problématique

Le réseau Long Term Evolution Advanced (LTE– Advanced) dont fait partie la 4G a maintenant
atteint sa maturité après avoir été déployé aux alentours de 2010. Aucune évolution majeure
dans la structure du réseau ne verra le jour alors que le marché des communications mobiles est
en pleine expansion. La 4G ne peut répondre à certains challenges qui se profilent aujourd’hui
tels que l’encombrement spectral, la réduction de la consommation d’énergie, L’augmentation
du nombre des utilisateurs et les exigences de taux de données élevés.

2. Cahier des charges

Afin de répondre à la problématique ci-dessus, des objectifs ont été fixés. L’objectif principal
est de faire l’étude de la 4G, ses limitations et l’immigration vers la 5G

 Etude de l’évolution des réseaux cellulaire 1G, 2G, 3G


 Etude des performances de la 4G et ses limitations
 Etude de la future génération 5G

III. Conclusion
A l’issue de ce chapitre, nous avons présenté d’une façon générale l’organisme d’accueil,
MCCI, son historique, ses missions et son organisation, et le contexte de notre projet

Ce chapitre a abordé également la problématique et la planification du projet. Après avoir


présenté le contexte général du projet, le chapitre suivant sera dédié à l’étude de l’évolution
1G/2G/3G.

Projet de fin d’études 6


Chapitre 2 : Etude des différents
générations 1G, 2G, 3G

Projet de fin d’études 7


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

I. Introduction
L’usage des services de communications mobiles a connu un essor remarquable, ces dernières
années, plusieurs générations ont vues le jour (1G, 2G, 3G, 4G et prochainement la 5G) et
connues une évolution importante, en apportant un débit exceptionnel et qui ne cesse
d’augmenter, une bande passante de plus en plus large et par conséquent une augmentation
remarquable de nombre d’utilisateur supportés.
Les réseaux de la 1ère génération ont été intégrés au réseau de télécommunication dans les
années 80. Ces systèmes ont été disparu il y a quelques années laissant la place à la seconde
génération, appelée 2G (appelée aussi GSM) lancée en 1991. Elle est encore active de nos jours.
Nous pouvons distinguer deux autres types de générations au sein même de la seconde : la 2.5
(GPRS) et la 2.75 (EDGE). A la différence de la 1G, la seconde génération de normes permet
d’accéder à divers services, comme l’utilisation du WAP pour accéder à l’internet, tant dit que
pour la 3ème génération connue sous le nom de 3G permet l’accès à l’internet avec un haut débit.
Dans ce chapitre nous allons présenter les différentes générations de téléphones mobiles, leurs
architectures, leurs caractéristiques principales

II. Les réseaux de 1ere génération (1G) :


La génération (1G) était caractérisée par l’émergence de plusieurs technologies incompatibles
entre elles qui ne permettaient pas l’itinérance (Roaming). L’itinérance qui permet qu’un
abonné puisse se connecter à un réseau d’un autre opérateur afin d’accéder à son réseau
d’origine. Ce processus est utile dans les zones géographiques non couvertes par l’opérateur
auquel l’abonné a souscrit. Cette incompatibilité provient de la non-existence de standards
établis entre eux, essentiellement due à l’utilisation de différentes techniques et divers
composants [1].

Du point de vue technique, le codage et la modulation s’effectuaient de manière analogique.


Au niveau de l’interface radio, la technique de multiplexage FDMA, mise en œuvre, permettait
d’associer à chaque abonné une fréquence. En effet, Il s'agit d'un découpage en bandes de
fréquences de manière à attribuer une partie du spectre à chaque utilisateur.

La technique FDMA n’a pas réussi à éliminer les interférences entre les canaux adjacents, ce
qui dégradait énormément la qualité de la communication, ajoutons à cela, l’absence des
mécanismes de sécurité (cryptage) et l’insuffisance des ressources allouées se traduisant par
une limitation du nombre d’appels en simultanées. Egalement, le coût élevé des terminaux

Projet de fin d’études 8


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

Parmi les réseaux 1G, nous citons le réseau NMT (Nordic Mobile Telephony) et le réseau
AMPS (Advanced Mobile Phone System).

1. Caractéristique technique

Bande de transmission de BS 869 à 894 MHz

Bande de transmission de mobile 824 à 849 MHz

Technique de multiplexage FDMA

Modulation FM

Largeur des canaux 30 KHz

Puissance de mobile 3W

Taille de cellule 2 à 20 Km

Espacement entre canaux 45 MHz

Tableau 1: les caractéristiques technique du réseau 1G

III. Le réseau GSM

Le GSM est apparu dans les années 90. Il s'agit de la norme 2G. Son principe, est de passer des
appels téléphoniques, s'appuyant sur les transmissions numériques permettant une sécurisation
des données (avec cryptage), il a connu un succès et a permis de susciter le besoin de téléphoner
en tout lieu avec la possibilité d'émettre des minimessages (SMS, limités à 80 caractères). Ainsi
qu'il autorise le roaming entre pays exploitant le réseau GSM.

Devant le succès, il a fallu proposer de nouvelles fréquences aux opérateurs pour acheminer
toutes les communications, et de nouveaux services sont aussi apparus, comme le MMS. Le
débit de 9.6 kbps proposé par le GSM est insuffisant, dans ce concept, ils ont pensaient à
développer de nouvelles techniques de modulations et de codages qui ont permis d'accroitre le
débit pour la nouvelle génération [1].

Le Réseau GSM a pour premier rôle de permettre des communications entre abonnés
mobiles et abonnés du réseau téléphonique commuté (RTC). Il se distingue par un accès
spécifique appelé la liaison radio. La figure 1 présente l'architecture du Réseau GSM.

Projet de fin d’études 9


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

1. Caractéristique technique
Fréquence (Mhz) 890-915 MHz: Liaison montante
935-960MHz : Liaison descendante
Technique de multiplexage TDMA

Modulation GMSK

Largeur des canaux 200 Khz

Nombre de canaux. 124

Débit total par canal 271 Kbits/s

Débit de la parole 13 Kbits/s

Débit maximal de données 12 Kbits/s

Rayon de cellule 0,3 à 30 Km

Tableau 2: les caractéristiques technique du réseau GSM

2. Architecture du réseau GSM

Figure 1:l'architecture du réseau GSM

Projet de fin d’études 10


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

3. Les équipements du l’architecture du réseau GSM :


MS (Mobile Station) : Cela peut être tout appareil disposant d’un transmetteur adéquat et
d’une carte SIM.
BSS (Base Station Subsystem) : Partie radio du réseau, assure la connexion entre la Station
Mobile (MS) et la partie commutation du réseau GSM (vers le MSC).

BTS (Base Transcreiver Station) : Composée d’un élément d’interface avec la station, d’un
émetteur/récepteur et d’une antenne. Le domaine de la BTS reste la liaison physique radio.
BSC (Base Subsystem Controller) : Commande jusqu’à une centaine de BTS. L’essentiel des
fonctions de contrôle et de surveillance est réalisé par la BSC.
NSS (Network Subsystem) : Partie routage du réseau, chargée de l’acheminement de la
communication) entre deux utilisateurs du réseau ou vers l’extérieur.
MSC (Mobile Switching Center) : En charge du routage dans le réseau, de l’interconnexion
avec les autres réseaux et de la coordination des appels.
VLR (Visitor Location Registration) : Base de données temporaire contenant des
informations sur tous les utilisateurs (MS) gérés par le MSC.
HLR (Home Location Registrer) : Base de données centrale comportant les informations
relatives à tout abonné autorisé à utiliser ce réseau mobile.
GMSC (Gateway MSC) : Passerelles d’accès vers autre réseaux mobile ou fixes.
RTC : Réseau téléphonique commuté.
OMC (Operation and Maintenance Center) : Il est chargé de mettre en place et de veiller au
bon fonctionnement des différents éléments du réseau. [2]

IV. Réseau UMTS (3G)


L’Universal Mobile Télécommunications System (UMTS) est l'une des technologies
de téléphonie mobile de troisième génération (3G). Elle est basée sur la technologie W-CDMA,
standardisée par le 3GPP et constitue l'implémentation dominante, d'origine européenne, des
spécifications IMT-2000 de l'UIT pour les systèmes radio cellulaires 3G.

Projet de fin d’études 11


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

1. Les caractéristiques du réseau UMTS.


Le tableau suivant représente les différentes caractéristiques du réseau UMTS

Technique de multiplexage CDMA

Bande de fréquence en TDD. 1900-1920 Mhz et 2010-2025 Mhz


1920-1980 : Liaison montante
Bande de fréquence en FDD.
2110-2170 : Liaison descendante
W-CDMA : en multiplexage FDD
Mode d’accès
TD-CDMA : en multiplexage TDD
QPSK :
Modulation

5 Mhz
Largeur des canaux

Débit réel 384 kbit/s


Tableau 3: les caractéristiques du réseau UMTS

2. Architecture de L'UMTS

Figure 2:l'architecture du réseau UMTS

Projet de fin d’études 12


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

L'architecture de l'UMTS est constituée en trois grandes parties interagissant entre elles. Une
partie d'accès radio UTRAN (UMTS Terrestrial Radio Access Network) appelée
communément le sous-système radio, une partie cœur de réseau CN (Core Network) et
l'équipement usager UE (User Equipment). La figure qui suit illustre l'architecture globale du
réseau UMTS [3].

3. Les équipements du l’architecture du réseau UMTS :


Equipement usager (UE, User Equipment) :L'utilisateur UMTS est équipé d'un UE (User
Equipment) qui se compose d'un Mobile Equipment (ME) correspondant au combiné
téléphonique et la carte USIM.

Le réseau d'accès (UTRAN) : Le réseau d'accès UTRAN est doté de plusieurs fonctionnalités.
Sa fonction principale est de transférer les données générées par l'UE. Il supporte toutes les
fonctionnalités radio et sert de passerelle entre l'UE et le cœur du réseau via des interfaces, Le
réseau d'accès UTRAN est composé de plusieurs éléments tels que des stations de base,
appelées communément Node B et des contrôleurs radio RNC (Radio Network Controller).

Node B : assure la couverture pour les terminaux UMTS. Sa principale fonction est d'assurer
les fonctions de réception et de transmission radio pour une ou plusieurs cellules du réseau
d'accès de l'UMTS avec un UE.

RNC : Le RNC gère les ressources radio de la zone dont il a le contrôle, c'est-à-dire les
ressources de la zone de couverture de tous les Node B auxquels il est rattaché. Il route les
communications entre le Node B et le coeur de réseau.

SGSN L’entité SGSN (Service GPRS Support Node) se charge dans son aire de service des
transmissions de données entre les stations mobiles et le réseau mobile. Le SGSN est relié par
des liens Frame Relay au sous-système radio GSM. Le SGSN est connecté à plusieurs BSC et
présent dans le site d’un MSC.

GGSN L’entité GGSN (Gateway GPRS Support Node) joue le rôle d’interface à des réseaux
de données externes. Elle décapsule des paquets GPRS provenant du SGSN les paquets de
données émis par le mobile et les envoie au réseau externe correspondant. Egalement, le GGSN
permet d’acheminer les paquets provenant des réseaux de données externes vers le SGSN du
mobile destinataire. Le GGSN est généralement présent dans le site d’un MSC [4].

Projet de fin d’études 13


CHAPITRE 2 : ETUDE DES DIFFERENTES GENERATIONS 1G, 2G, 3G

V. Conclusion

Dans ce chapitre introductif, nous avons présenté d’une façon générale les différentes
générations de téléphone mobiles et les principales caractéristiques d’un réseau cellulaire.

L’évolution du GSM vers GPRS constitue une évolution intéressante pour passer à la troisième
génération UMTS. Il est conçu pour la transmission de données en mode paquet pour assurer
l’accès simple au réseau Internet.

Projet de fin d’études 14


Chapitre 3 : Etude des performances des
réseaux 4G

Projet de fin d’études 15


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

I. Introduction
Quatrième génération (4G) introduite dans les années 2000. 4G utilise le concept de
connectivité n'importe où, n'importe quand à partir de n'importe quel type d'appareil. Il est
supposé fournir 100Mbps à 1Gbps aux utilisateurs et la plage de latence entre 40ms et 60ms.
4G capable de fournir des expériences haut débit mobile plus rapides et de meilleure qualité en
plus de l'application de l'accès Web mobile et de la qualité élevée des vidéos et des images.

Le processus de téléchargement, diffuser et parcourir plus rapidement avec une meilleure


connectivité. Il est plus proche de répondre aux critères des normes. Ensuite, LTE-Advanced a
été introduit qui est plus progressif des technologies et des normes qui est capable de fournir
des données plus rapides et plus volumineuses. En plus de cela, il offre de délivrer des vitesses
réelles de 4G par rapport aux réseaux LTE.

II. Les Caractéristiques Fondamentales de la 4G


Les caractéristiques principales de LTE sont

1910-1920 : Liaison montante


Fréquence (Mhz) en TDD
2010-2025 : Liaison descendante
1920-1960 : Liaison montante
Fréquence (Mhz) en FDD
2110-2170 : Liaison descendante
OFDMA : Liaison descendante
Mode d’accès
SC-FDMA : Liaison montante
Duplexage FDD/TDD

Modulation QPSK/16QAM/64QAM

Largeur des canaux (MHz) 1.4,3,5,10,15,20 MHz


100 Mbps : Liaison descendante.
Débit
50 Mbps : Liaison montante.
5 Bits/s/Hz : Liaison descendante
Efficacité spectrale
2.5 Bits/s/Hz : Liaison montante
Codage CRC
Tableau 4: les caractéristiques du réseau LTE

Projet de fin d’études 16


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

III. L’architecture du réseau LTE

Les réseaux LTE sont des réseaux cellulaires constitués de milliers de cellules radio qui utilisent
les mêmes fréquences hertziennes, y compris dans les cellules radio mitoyennes, grâce aux
codages radio OFDMA et SC-FDMA. La figure suivante présente l’architecture du réseau LTE.

S1-MME S6a
Uu
MME HSS
UE e-NodeB

X2 S11 PCRF
Gx Rx
S5
S-GW P-GW Service IP
Uu S1-U De l’opérateur
e-NodeB SGi
UE

E-UTRAN Le réseau EPC IP Extérieur

Figure 3: Architecture du réseau 4G


Les nouveaux blocs spécifiés pour l’architecture, connus aussi sous le nom d’EPS (Evolved
Packet System), sont l’EPC (Evolved Packet Core) et l’E-UTRAN (Evolved UTRAN) [7].

EPC : Evolved Packet Core : Le cœur de réseau appelé « EPC » (Evolved Packet Core) utilise
des technologies « full IP », c'est-à-dire basées sur les protocoles Internet pour la signalisation
qui permet des temps de latence réduits, le transport de la voix et des données. Ce cœur de
réseau permet l’interconnexion via des routeurs avec les autres eNodeB distants, les réseaux
des autres opérateurs mobiles, les réseaux de téléphonie fixe et le réseau Internet.

L’EPC comprend plusieurs parties :

 MME : Mobility Management Entity, Cette partie est responsable de la localisation et


la poursuite du terminal mobile (UE) entre les appels et la sélection d’une bonne S-
GW (Serving-GetWay) à travers une connexion, elle contrôle ainsi le signal entre le
UE (Utilisateur Equipment) et le réseau cœur, et assure l’établissement, la
maintenance, et l’élargissement de la porteuse radio services.

 HSS : Home Suscriber Service, c’est une base de données similaire au HLR en GSM
/ UMTS, Elle est Principalement désignée à l’authentification, l’autorisation, la
sécurité, le débit et fournit une localisation détaillée à l’utilisateur.

Projet de fin d’études 17


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

 PDN-GW : Packet Data Network GateWay, c’est une porteuse du chemin de données
entre le UE et PDN à trois segments.

 La porteuse radio entre UE et eNodeB.

 La porteuse des données entre eNodeB et SGW.

 La porteuse des données entre SGW et PGW.

 PCRF: Policy and Charging Rules Function, responsable sur la décision principale du
control. Il fournit une QoS d'autorisation pour décider le traitement des données en
respectant l’abonnement des utilisateurs.

 SGW: Serving Gateway, c’est la jonction principale entre le réseau radio accès et le
réseau cœur Serving Gateway (SGW), elle permet aussi d’achemine les paquets de
données.

 P-GW: Packet-Switch GetWay, fournit la connectivité au terminal mobile (UE) vers


le paquet externe du réseau de l’information et alloue les adresses IP d’un UE

 SGSN : Serving GRPS Support Nom, Interconnecte le LTE, UMTS, et le réseau GSM
pour augmenter la mobilité.

La partie radio E-UTRAN :La partie radio du réseau, appelée « eUTRAN » est simplifiée par
rapport à celles des réseaux 2G (BSS) et 3G (UTRAN), elle est responsable sur le management
des ressources radio, la porteuse, la compression, la sécurité, et la connectivité vers le réseau
cœur évolué.

 e-NodeB : c’est l’équivalent de la BTS dans le réseau GSM et NodeB dans l’UMTS,
elle permet de réduire la latence du réseau.

L’entité eNodeB gère le Handover c'est-à-dire, la mobilité intercellulaire sans coupure de


service. Il existe deux types de Handover :

 Le Soft Handover : il s’installe lorsqu’un utilisateur possède un lien simultané avec deux
eNodeB (eNodeB1 et eNodeB2). Lorsque l’utilisateur mobile doit changer l’eNodeB1 du fait
du niveau élevé du signal reçu d’un nouvel eNodeB (eNodeB2), le terminal maintient les deux
liens avec les deux stations de base. Il ne libèrera ainsi le lien avec l’eNodeB1 que si la
procédure du Handover a réussi avec la nouvelle station de base.

Projet de fin d’études 18


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

La Hard Handover : à la différence du type précédent, l’utilisateur libère l’eNodeB ancien


pour se connecter au nouveau eNodeB. À un instant donné, le terminal est connecté à une et
une seule station de base, c’est ce type de Handover que LTE utilise.

IV. Technologies employées dans le réseau 4G :


1. Les techniques de la modulation :
La modulation utilisée dans le LTE est une modulation adaptative qui varie en fonction de la
distance qui sépare l’abonné de l’eNodeB. Chaque sous-porteuse est modulée à l'aide de
différents niveaux de modulation : QPSK (Quadrature Phase Shift Keying), 16-QAM et 64-
QAM (Quadrature Amplitude Modulation).

Figure 4: Modulation adaptative

Par exemple, si les modulations disponibles sont le QPSK et le 16-QAM, dans le cas où le canal
est marqué comme bon, on utilisera la modulation 16-QAM, qui offre un meilleur débit mais
une plus faible robustesse. Par contre, si le canal est marqué comme dégradé, on utilisera la
modulation QPSK, permettant un débit plus faible, mais plus robuste (moins sensible aux
interférences) [7].

Figure 5: diagramme de constellation

Projet de fin d’études 19


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

2. Structure de la trame LTE


Une trame LTE dure 10 ms. Elle est découpée en 10 sous trames d'une durée de 1 ms. Chaque
Sous trame est divisée en deux slots de 0,5ms. Un slot dure donc 0,5 ms, Chaque slot comprend
7 symboles OFDM dans le cas du CP normal, ou 6 si le CP étendu qui est configuré dans la
cellule [8].

Figure 6: structure de la trame LTE


Les transmissions downlink et uplink sont organisés en deux types de structures qui sont :
- Structure de type 1 : duplex de fréquence division FDD.
- Structure de type 2 : duplex par séparation temporelle TDD

2.1 Structure de type 1 : FDD

FDD (Frequency Division Duplexing) désigne une méthode de duplexage dans le domaine des
télécommunications sans fil. L'émission et la réception des données se font à des fréquences
différentes ; autrement dit, la fréquence de la porteuse du signal est différente suivant que le
sens de la liaison est montant ou descendant.

Projet de fin d’études 20


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

2.2 Structure de type 2 : TDD

Le Duplex par séparation temporelle TDD (Time-Division Duplex) est une technique
permettant à un canal de télécommunication utilisant une même ressource de transmission (un
canal radio par exemple) de séparer dans le temps l'émission et la réception. [9]

Figure 7: le multiplexage FDD et TDD

3. Les techniques d’accès


La modulation du LTE est basée essentiellement sur l’utilisation de la technologie OFDM et
des technologies d'accès associés, OFDMA/SC-FDMA permettant d’exploiter le spectre de
fréquence dédie d’une façon optimale, d’obtenir des débits plus élevés et d’amélioration de la
fiabilité des liaisons de transmission.

3.1 La modulation OFDM

3.1.1 Principes et fonctionnement de l’OFDM

Les modulations multi porteuses comme l’OFDM consistent à répartir les symboles sur un
grand nombre de porteuses à bas débit, à l’opposé des systèmes conventionnels qui transmettent
les symboles en série où chaque symbole occupant alors toute la bande passante disponible [10]

3.1.1.1 Principe de la modulation OFDM


Soit {𝑓𝑘 } l’ensemble des fréquences porteuses considérées avec :

𝑘
𝑓𝑘 = 𝑓0 + , 0 ≤ 𝑘 ≤ 𝑁 − 1,
𝑇𝑠

Où 𝑇𝑠 représente la durée allouée à un symbole, N le nombre de sous-porteuses.

Projet de fin d’études 21


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Pour répartir les données à transmettre sur les N sous-porteuses, on groupe les symboles par
paquets de N où {𝐶𝑘 } est un ensemble de nombres complexes prenant ses valeurs dans un
alphabet fini, et représentant les données à transmettre. Le k-ième train de symboles parmi les
N trains module une porteuse de fréquence 𝑓𝑘 . Le signal modulé du train k s’écrit sous forme
complexe 𝐶𝑘 𝑒 2𝑗𝜋𝑓𝑘𝑡 .

Le signal résultant 𝑠(𝑡) correspondant à l’ensemble des N symboles réassemblés en un symbole


OFDM.

𝑠(𝑡) = ∑𝑁−1
𝑘 𝐶𝑘 𝑒2𝑗𝜋𝑓𝑘𝑡 , 0 ≤ 𝑘 ≤ 𝑁 − 1 1.1

Figure 8: Réalisation possible d’un modulateur OFDM

La Figure 9 présente les spectres des sous-porteuses d’un système OFDM, avec N = 5. Les
fréquences sont orthogonales si l’espace entre deux fréquences adjacentes 𝑓𝑘 et 𝑓𝑘+1 est δf =
1/Ts. En effet chaque sous-porteuse modulé par un symbole pendant une fenêtre rectangulaire
temporelle de durée Ts, son spectre en fréquence est un sinus cardinal, fonction qui s’annule
tous les multiples δf.

Projet de fin d’études 22


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Figure 9: Orthogonalité entre les sous-porteuses

Ainsi, lorsque l’échantillonnage est effectué précisément à la fréquence 𝑓𝑘 d’une sous porteuse,
il n’y a aucune interférence avec les autres sous-porteuses. C’est ce qui permet de recouvrir les
spectres des différentes porteuses et d’obtenir ainsi une occupation optimale du spectre.

3.1.2 Implantation numérique du modulateur

La réalisation analogique d’un modulateur/démodulateur OFDM est impossible, puisqu’il


faudrait en toute logique N oscillateurs, bien synchronisés, et dont les fréquences sont espacées
d’exactement 1/Ts, avec N pouvant atteindre plusieurs milliers. La solution à ce problème a été
proposé par Weinstein et Ebert [19], ces derniers ont montré qu’il était possible de synthétiser
les opérations de modulation et de démodulation OFDM par des techniques de transformée de
Fourier discréte.

L’analyse algébrique montre que le signal s (t), à la sortie du modulateur OFDM est donné par
Eq. (1.1). En discrétisant ce signal et en le ramenant en bande de base pour l’étude numérique
on obtient sn définit par :
𝑘
𝑠(𝑡) = ∑𝑁−1
𝑘 𝐶𝑘 𝑒2𝑗𝜋𝑛𝑁 1.3
Les 𝑠𝑛 sont donc obtenus par une transformée de Fourier inverse discrète des 𝐶𝑘 . En choisissant
le nombre de sous-porteuses N tel que N = 2𝑛 , le calcul de la transformée de Fourier inverse
se simplifie et peut se calculer par une simple IFFT, nous conduisant au schéma numérique
suivant :

Projet de fin d’études 23


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Figure 10: Modulateur OFDM numérique

3.1.3 La chaine de transmission OFDM

Figure 11: la chaine de transmission OFDM.

La figure 11, représente un schéma bloc simplifié d’un système OFDM à une seule entrée et
une seule sortie (SISO). Sur le côté de l’émetteur, les symboles (QAM/PSK) modulés sont
mappés à N sous porteuses orthogonales. Ceci est effectué à l’aide d’une opération de
transformée de Fourier discrète inverse (IDFT). Souvent, l’IDFT est effectuée avec un
algorithme de transformée de Fourier rapide inverse (IFFT), qui est efficace du point de vue
calcul. Ensuite, le CP est inséré et une conversion parallèle-série est effectuée préalablement à
la transmission sur l’interface air.

Au niveau du récepteur, les opérations inverses sont effectuées. Une fois le signal est au niveau
du récepteur, le CP, qui aurais subit des interférences de la part des symboles OFDM

Projet de fin d’études 24


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

précédents, est enlevé. Puis, une opération de transformé de Fourier rapide (FFT) amène les
données au domaine fréquentiel. De cette manière, l’estimation du canal et l’égalisation est
simplifiée.

3.1.1 Intervalle de garde

L’intérêt de l’OFDM est de conserver une durée symbole importante tout en transmettant
à haut débit. Cependant, même si la durée d’un symbole est largement supérieure à l’étalement
des trajets, le signal reçu n’est pas exempt d’interférences du fait que le canal est à trajets
multiples.

Pour s’affranchir de l’interférence entre symboles OFDM, on duplique les derniers symboles
temporels de tout symbole OFDM et on les transmet en tête. Ces parties répétées constituent
le préfixe cyclique ou CP .

Figure 12: Intervalle de garde


Plusieurs mécanismes sont donc présents dans une transmission OFDM pour réduire les erreurs.
L’intervalle de garde réduit les interférences entre deux symboles OFDM, dues aux trajets multiples.
L’égalisation du canal que l’on réalise par une simple multiplication réduit les interférences à l’intérieur
d’un symbole OFDM, puis le code canal corrige les erreurs supplémentaires, dues principalement au
bruit. L’utilisation d’un code correcteur d’erreurs avec une modulation OFDM est appelée COFDM
(Coded OFDM).

Projet de fin d’études 25


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

3.2 OFDMA

Cette technique de multiplexage d’accès consiste la répartition du signal sur des porteuses
orthogonales pour transmettre le signal indépendamment et à des fréquences différentes.
L’OFDMA consiste à introduire trois types de sous-porteuse :

 Sous porteuses pilotes pour la synchronisation et l’estimation du canal.

 Sous porteuses de données pour la transmission de données.

 Sous porteuses nulles au symbole pour lutter contre l’interférence co-canal.

LTE utilise la technique OFDMA en voie descendante car elle nécessite une alimentation
importante de l’amplificateur. Ceci ne pose pas problème pour une station de base fixe, mais
cela n’est pas adapté à un émetteur alimenté par une batterie (cas d’un terminal mobile). Pour
cela, LTE utilise en voie montante SC-FDMA qui est très similaire à OFDMA, mais plus
efficace en consommation d’énergie.

3.3 SC-FDMA

La technique d’accès multiple à division de fréquence et à canal unique (SC-FDMA) est adoptée
à la place de l’OFDMA pour la liaison montante du système LTE.

Le principe de base du SC-FDMA est identique à l’OFDMA à la différence qu’une DFT est
appliquée avant la modulation OFDM, ce qui permet de disperser les symboles de données sur
l’ensemble de sous porteuses transportant l’information et permet ainsi de produire une
structure a une seule porteuse. Le SC-FDMA présente un PAPR réduit par apport à l’OFDM,
ce qu’il la rendue attractive pour la transmission en sens montant du fait que l’UE en bénéficie
en terme d’efficacité de la puissance transmise.

4. Les systèmes MIMO :


4.1 Introduction

Les techniques MIMO (Multiple Input Multiple Output) sont apparus dans les années 90. Le
but étant d’améliorer le débit, augmenter la capacité du réseau et l’efficacité spectrale, diminuer
la probabilité de coupure du lien radio, améliorer la qualité des liens radio, elles se basent sur
l’utilisation de plusieurs antennes aussi bien du côté de l’émetteur que celui du récepteur. La
mise en place d’une telle structure permet au système utilisé d’atteindre des débits importants
et cela sans changer la largeur de la bande alloué au signal ni sa puissance d’émission [11].

Projet de fin d’études 26


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

4.2 Principe de la MIMO

Dans les systèmes de communications traditionnels, il n'existe qu'une antenne à l'émission et


une antenne à la réception (SISO). Or les futurs services de communications mobiles sans fils
demandent plus de transmissions de données (augmentation de la capacité de transmission).
Ainsi pour augmenter la capacité des systèmes SISO et satisfaire ces demandes, les bandes
passantes de ces systèmes et les puissances à transmettre ont été largement augmentées. Mais
les récents développements ont montré que l'utilisation de plusieurs antennes à l'émission et à
la réception permettait d'augmenter le débit de transmission des données et cela sans augmenter
ni la bande passante de l'antenne réceptrice du système SISO, ni la puissance du signal à
l'émission. Cette technique de transmission s'appelle MIMO (Multiple Input, Multiple Output)
Figure 15. Un système MIMO tire profit de l'environnement multi-trajets en utilisant les
différents canaux de propagation créés par réflexion et/ou par diffraction des ondes pour
augmenter la capacité de transmission, d’où l’intérêt aussi d’obtenir des signaux indépendants
sur les antennes.

Les techniques MIMO mises en œuvre se divisent en trois catégories :

 la diversité spatiale MIMO : on transmet simultanément un même message sur différentes


antennes à l'émission. Les signaux reçus sur chacune des antennes de réception sont ensuite
remis en phase et sommés de façon cohérente. Une version simplifiée n'utilise le signal que
d'une seule des antennes, celle qui reçoit le meilleur signal à un instant donné
(antennes polarisées). Cela permet d'augmenter le ratio Signal/Bruit (grâce au gain de
diversité) de la transmission. Pour que cette technique soit efficace, il faut que les sous-
canaux MIMO soient dé corrélés (indépendants) les uns des autres.

 le multiplexage spatial MIMO : chaque message est découpé en sous-messages. On


transmet simultanément les sous-messages différents sur chacune des antennes d'émission.
Les signaux reçus sur les antennes de réception sont ré-assemblés pour reconstituer le
message d'origine. Comme pour la diversité MIMO, les sous-canaux de propagation
doivent être décorrélés. Le multiplexage MIMO permet d'augmenter les débits de
transmission (grâce au gain de multiplexage). Les techniques de diversité et de
multiplexage MIMO peuvent être appliquées conjointement. Par exemple pour un système
MIMO 5 x 5 (c'est-à-dire 5 antennes d'émission et 5 antennes de réception), on peut

Projet de fin d’études 27


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

configurer un sous-système MIMO 2 x 2 pour faire du multiplexage et un sous-système


MIMO 3 x 3 pour faire de la diversité MIMO.
 le MIMO - Beamforming : on utilise le réseau d'antenne MIMO pour orienter et contrôler
le faisceau d'onde radio (amplitude et phase du faisceau). On peut ainsi créer des lobes
constructifs / destructifs et optimiser une transmission entre l'émetteur et la cible. Les
techniques de beamforming permettent à la fois d'étendre une couverture radio (d'une
station de base ou d'un point d'accès par exemple) et de limiter les interférences entre
utilisateurs et la pollution électromagnétique environnante (en ciblant le récepteur visé).
Le système MIMO généralement utilisé ici est un système ayant Nt antennes d'émission et Nr
antennes de réception, que nous désignons par la suite par MIMO (Nt ; Nr).

Figure 13: principe du MIMO

Le signal reçu sur l'antenne i (i=1 ;…; Nr) est la somme des contributions des symboles émis
{ 𝒔𝟏,…,𝑺𝑵𝒕 } multipliée par le gain complexe ℎ𝑖,𝑗 des liaisons correspondantes :

𝑡𝑁
𝑦𝑖 = ∑𝑖=1 ℎ𝑖𝑗 𝑠𝑗 + 𝑛𝑖 1.4
La figure 13 présente le modèle d'un système MIMO, l'équation 1.4 peut être réécrite d'une manière
matricielle afin de la rendre plus synthétique :
𝑦 = 𝐻𝑠 + 𝑛
Où : 𝑦 = [𝑦1 ∷: 𝑦𝑁𝑟 ]𝑇 , [𝑠1 ∷: 𝑠𝑁𝑡 ]𝑇 , 𝑒𝑡 [𝑛1 ∷: 𝑛𝑁𝑡 ]𝑇 1.5
La matrice canal est donnée par :
ℎ11 ⋯ ℎ1𝑁𝑡
H= [ ⋮ ⋱ ⋮ ] 1.6
ℎ𝑁𝑟1 ⋯ ℎ𝑁𝑟𝑁𝑡

Projet de fin d’études 28


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Avec Hi j le coefficient complexe du canal entre l'𝐼è𝑚𝑒 antenne d’émission et la 𝐽è𝑚𝑒 antenne
de réception. En fonction de l’environnement de propagation, de l’espacement entre les
antennes ou même de leurs polarisations, ces coefficients peuvent être plus ou moins corrélés
entre eux.

5. Agrégation de porteses
Dans le but d’augmenter la capacité et atteindre des débits plus élever le besoin d’avoir une
bande spectrale plus large s’avère indispensable. L’Agrégation en Fréquence (AF) est une des
méthodes proposées par le groupe 3GPP pour atteindre une bande passante de 100 MHz exigée
par le standard LTE-A [12]

5.1 Principe et avantages

La formule de Shannon (Équation 1.7) montre que le débit théorique maximal D d’un canal
augmente en proportion de la bande passante W, en considérant un rapport signal sur bruit
(S/N) constant.

𝐒
𝐃 = 𝐖. 𝐥𝐨𝐠 𝟐 (𝐍) 1.7

Pour augmenter le débit, une solution consiste à augmenter la bande passante. Mais compte
tenu des nombreuses contraintes liées à la gestion du spectre de fréquence, l’agrégation de
porteuses est adoptée.

Carrier agrégation ou l’agrégation de porteuses est une caractéristique importante qui a donné
un plus pour la normalisation du LTE-Advanced.

L’agrégation de porteuses peut être utilisé à la fois pour FDD et TDD. Chaque porteuse agrégée
est considéré comme un ensemble de porteuses. Cet ensemble peut avoir une largeur de bande
de 1.4, 3, 5, 10, 15 ou 20 MHz, et d'un maximum de cinq porteuses constitutives peuvent être
regroupées. D'où la bande passante maximale est de 100MHz. Le nombre de porteuses agrégées
peut être différent dans DL et UL.

Lorsque les porteuses sont regroupés, chaque porteuse est appelé porteuse de composants. Il y
a deux catégories :

Primary component carrier : Il s'agit du transporteur principal dans n'importe quel groupe. Il y
aura une porteuse de liaison descendante primaire et une porteuse de composant principal de
liaison montante associée.

Projet de fin d’études 29


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Secondary component carrier : Il peut y avoir un ou plusieurs supports de composants


secondaires.

Notons qu'en voie montante, la puissance d'émission maximale de l'UE reste inchangée, de sorte
que la puissance disponible doit être partagée entre les porteuses. L'agrégation de porteuses en
voie montante est donc réservée aux UE se trouvant dans de bonnes conditions radio.

5.2 Types d'agrégation de porteuse

On distingue trois types différents de l'agrégation des porteuses peuvent être identifiés comme
indiqué dans figure 14 :

 Agrégation intra-bande avec fréquence contiguë composants


 Agrégation intra-bande avec non-contigu composants
 Agrégation inter-bande avec non-contigu composants

Figure 14: types d'agrégation de porteuse

La forme d'agrégation de porteuse la plus simple, représentée dans l'exemple (a), est celle où
les porteuses sont contiguës et se situent dans la même bande de fréquences. Dans ce cas, il est
possible pour un appareil mobile de gérer les signaux en utilisant un seul émetteur-récepteur, à
condition qu'il soit capable de fonctionner efficacement sur la bande passante agrégée.
L'exemple (b) montre une agrégation de porteuse non contiguë intra-bande, dans laquelle les
porteuses se trouvent dans la même bande de fréquence, mais elles ne sont pas adjacentes. Dans
ce cas, il est nécessaire que l'appareil mobile utilise un émetteur-récepteur séparé pour chaque
transporteur.

Projet de fin d’études 30


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Le dernier exemple d'agrégation de porteuses est basé sur des porteuses non contiguës inter-
bandes, comme montré dans l'exemple (c). Dans ce cas, les porteuses tombent dans différentes
parties du spectre radio, telles que 900 MHz et 1800 MHz. La possibilité de combiner de telles
porteuses est particulièrement utile pour les opérateurs de réseau avec des allocations de spectre
fragmentées, bien que cela pose des défis pour le périphérique mobile. Comme dans l'exemple
(b), il est nécessaire d'inclure un émetteur-récepteur pour chaque porteuse et il est nécessaire de
concevoir soigneusement pour s'assurer que le dispositif peut fonctionner efficacement dans
deux bandes différentes (ou plus) simultanément

5.3 Performance d'agrégation des porteurs

L'utilisation de l'agrégation de porteuses améliore les performances du système de trois


manières :

 Il y a un débit de crête plus élevé lorsqu'on permet l'agrégation de spectres pour plus
d'une bande de fréquence unique. Le débit de données de pointe théorique provenant de
l'utilisation combinée de l'agrégation de porteuse avec un total de 40 MHz et jusqu'à
huit antennes.
 Amélioration du débit moyen des utilisateurs, en particulier lorsque le nombre
d'utilisateurs n'est pas trop élevé. La planification conjointe des opérateurs dans
l'eNodeB permet d'utiliser la sélection optimale de l'opérateur, ce qui conduit à de
meilleures performances et à un équilibrage de charge optimal entre les opérateurs.

6. Les limites de la 4G
Le réseau 4G est basé sur la technique de transmission multi-porteuse dit OFDM, l’OFDM
généralement a quelques limitations

 Après la transformée de Fourier inverse discrète du bloc de symboles fréquentiels,


l’OFDM peut engendrer des symboles temporels ` a fortes variations d’amplitude (à
PAPR élevé) en comparaison avec des techniques mono porteuses. Pourtant, pour des
rendements élevés, les amplificateurs de puissance doivent fonctionner dans une zone
dite non-linéaire (ou de saturation), malheureusement, c’est dans cette zone que se
présentent les non-linéarités qui créent des distorsions (intermodulation, remontée
spectrale, etc) des signaux à transmettre. Ces effets sont d’autant plus gênants quand
les signaux à amplifier sont à PAPR ´élevés.

Projet de fin d’études 31


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

 L’OFDM est également très vulnérable aux problèmes de décalage en fréquence


(“frequency offset”) et de synchronisation. Dans le premier cas, le “frequency offset”
engendre de l’interférence entre sous-porteuses qui peut détruire l’orthogonalité des
sous porteuses. Dans le second cas, les erreurs de synchronisation induisent un
déphasage sur les symboles reçus. Les techniques de compensation qui existent pour
les modulations monoporteuses sont mal adaptées aux modulations multiporteuses et
de nouvelles approchent sont à l’étude. Dans les nouveaux standards, les débits plus
´élevés accentuent ces difficultés.

6.1 Sources d’erreurs de synchronisation

Les erreurs de synchronisation dans un système OFDM, présentées par la figure 15, sont dues
aux décalages en temps et en fréquence entre le signal reçu à l’entrée du récepteur et les horloges
et oscillateurs locaux en réception [13].

Figure 15: Sources d’erreurs de synchronisation

Ces erreurs de synchronisation perturbent le signal reçu et conduisent à des dégradations plus
ou moins importantes des performances du système. Ce paragraphe détaille l’origine de ces
erreurs et évalue leur impact sur les performances du système

6.1.1 Erreur de phase horloge

L’erreur de phase horloge est le décalage entre l’instant d’échantillonnage du début des
symboles OFDM, après suppression de l’intervalle de garde (IG) sur le signal reçu, et celui
considéré par l’horloge d’échantillonnage du récepteur. Elle est définie par :

Projet de fin d’études 32


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

𝜏 = 𝑇0ℎ𝑙 − 𝑇0

Où 𝑇0 désigne l’instant d’échantillonnage du début des symboles OFDM reçus et 𝑇0ℎ𝑙 celui

considéré par l’horloge locale. 𝑇0ℎ𝑙 est donné par un estimateur ou une boucle de phase horloge

à la réception.

La figure 16 illustre la définition de l’erreur de phase horloge qui se traduit par un mauvais
calage de la fenêtre FFT en réception.

Figure 16: Définition de l’erreur de phase horloge.

En présence du préfixe cyclique placé au début du symbole OFDM, deux cas d’erreur de phase
horloge se présentent :
- L’erreur de phase horloge est telle que 𝑇0ℎ𝑙 est inclus dans le préfixe cyclique. Elle provoque

alors simplement une rotation de phase fonction de l’indice de la porteuse.

- L’erreur de phase horloge est telle que 𝑇0ℎ𝑙 est en dehors du préfixe cyclique. Dans ce cas, il

y a, d’une part, apparition d’interférence entre symboles IES (venant des symboles précédent
ou suivant) et, d’autre part, rupture de l’orthogonalité entre porteuses entraînant de
l’interférence entre porteuses IEP.

6.1.2 Erreur de fréquence horloge

L’erreur de fréquence horloge vient du fait que la fréquence d’échantillonnage du signal OFDM
reçu est différente de la fréquence de l’horloge d’échantillonnage du récepteur. Elle est définie
de manière normalisée par :

𝑇′𝑒𝑐ℎ −𝑇𝑒𝑐ℎ
𝛽= 𝑇𝑒𝑐ℎ

Projet de fin d’études 33


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Où Tech et Tech ′ sont, respectivement, la période d’échantillonnage du signal reçu et la période


de l’horloge locale de réception.
Cette erreur de fréquence horloge provoque un glissement de l’instant d’échantillonnage du
début du symbole OFDM et crée de l’interférence entre porteuses (IEP), en plus d’une
atténuation et d’un déphasage du signal utile.

6.1.3 Erreur de fréquence porteuse

L’erreur de fréquence porteuse vient du fait que la fréquence porteuse du signal reçu est
différente de celle de l’oscillateur local de réception. Elle est définie de manière normalisée
par :

𝑓′𝑝 − 𝑓𝑝
∆𝐟 =
∆𝑓𝑝

Où 𝑓𝑝 est la fréquence porteuse du signal reçu, 𝑓′𝑝 est la fréquence porteuse de l’oscillateur
local en réception et ∆𝑓𝑝 est l’espacement inter porteuse.

En présence d’une erreur ∆f, le signal utile est déphasé et atténué. De plus, l’orthogonalité des
porteuses est rompue introduisant ainsi de l’IEP

6.1.4 Erreur de phase porteuse

L’erreur de phase porteuse ϕ est due à la différence de phase initiale entre le signal reçu et
l’oscillateur local de réception. Cette erreur crée un déphasage du signal utile mais n’introduit
pas d’interférence

En présence de ϕ le symbole reçu à la sortie de la FFT s’exprime par :

𝑌𝑖,𝑛 = 𝑒 𝑗ϕ 𝑋𝑖,𝑛 + 𝑛𝑛

Où 𝑛𝑛 est le bruit thermique introduit par le canal de transmission, n le numéro de la porteuse,


l’indice du symbole OFDM i.

A la réception, il faut corriger ce déphasage afin de pouvoir démoduler correctement le signal


reçu.

Projet de fin d’études 34


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Une fois les sources d’erreurs de synchronisation identifiées et leur impact sur les performances
du système évalué, il s’avère nécessaire d’estimer et de corriger ces erreurs afin de permettre la
démodulation du signal reçu, des algorithmes sont alors proposés :

– Algorithmes exploitant l’intervalle de garde : Le principe est de placer un intervalle de


garde au début de chaque symbole OFDM pour absorber les multi trajets provoqués par le canal
de transmission.

– Algorithmes utilisant des symboles pilotes : Le principe de ces algorithmes est d’utiliser
des symboles OFDM spécifiques, appelés symboles pilotes, afin d’estimer et de corriger les
erreurs de synchronisation. Ces pilotes peuvent être connus ou inconnus à la réception et
peuvent être exploités avant ou après la FFT.

6.2 High peak to average power ratio (PAPR)

Le PAPR est la relation entre la puissance maximale d'un échantillon dans un symbole de
transmission OFDM donné divisé par la puissance moyenne de ce symbole OFDM. Le PAPR
se produit lorsque, dans un système à porteuses multiples, les différentes sous-porteuses sont
déphasées les unes par rapport aux autres. A chaque instant ils sont différents l'un par rapport à
l'autre à différentes valeurs de phase. Lorsque tous les points atteignent la valeur maximale
simultanément ; cela provoquera l'éclatement soudain de l'enveloppe de sortie, ce qui provoque
un «pic» dans l'enveloppe de sortie. En raison de la présence d'un grand nombre de sous-
porteuses modulées indépendamment dans un système OFDM, la valeur de crête du système
peut être très élevée par rapport à la moyenne de l'ensemble du système. Ce rapport de la valeur
de puissance de crête à la valeur moyenne est appelé PAPR peut être très élevé par rapport à la
moyenne de l'ensemble du système.

Ces fluctuations mesurées par le PAPR causent des distorsions non-linéaires quand on introduit
le signal OFDM dans un équipement non-linéaire comme l’amplificateur de puissance [14].

Considérons une enveloppe complexe d’un signal OFDM composé de N porteuses est donné
par :

2𝜋
𝑗𝑛 𝑇 𝑡
𝑠(𝑡) = ∑∞ 𝑁−1
𝑘=−∞ ∑𝑛=0 𝑎𝑛,𝑘 𝑔(𝑡 − 𝑘𝑇)𝑒

Projet de fin d’études 35


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

Où (𝑡) est une impulsion rectangulaire de durée T qui est aussi la durée du symbole OFDM.
2
𝑚𝑎𝑥𝑡𝜖[0,𝑇]|𝑠(𝑡)|
Alors le PAPR est défini par : PAPR= 2
𝜖{|𝑠(𝑡)| }

Figure 18: Illustration du PAPR

Figure 17: La valeur moyenne du PAPR de l’OFDM en fonction du nombre de sous porteuse N

La Figure 17 montre que la valeur du PAPR de l’OFDM augmente avec le nombre de sous-
porteuses. Par exemple pour N = 200, la valeur moyenne du PAPR est de 7.75 dB tandis qu’elle
est de 8.75 dB pour N = 1000 sous-porteuses.

Les techniques de réduction du PAPR et techniques de pré-distorsion La réduction du PAPR


pour un signal multi porteuses permet d’améliorer le rendement énergétique de l’amplificateur
de puissance et de minimiser les distorsions induites par cet équipement non linéaire. Plusieurs

Projet de fin d’études 36


CHAPITRE 3 : ETUDE DES PERFORMANCES DES RESEAUX 4G

méthodes pour réduire le PAPR sont présentes dans la littérature. Une classification regroupant
trois grandes familles de techniques de réduction du PAPR a été proposée :

• Les techniques dites d’ajouts de signal.


• Les techniques probabilistes.
• Les techniques de codage.

V. Conclusion :

Le multiplexage par répartition orthogonale de la fréquence (OFDM) est un excellent choix


pour la quatrième génération (4G). Les méthodes de modulation 4G souffrent du problème du
(PAPR) élevé. La fuite de bande latérale est un autre problème dans OFDM. Nos systèmes 4G
actuels reposent sur la forme d'onde OFDM, qui n'est pas capable de prendre en charge les
diverses applications que 5G offrira. Le trafic généré par 5G devrait présenter des
caractéristiques et des exigences très différentes de celles de la technologie sans fil actuelle.
Dans le chapitre suivant nous faisons un examen exhaustif de l'évolution du sans-fil vers les
réseaux 5G.

Projet de fin d’études 37


Chapitre 4 : Etude de la future
génération 5G

Projet de fin d’études 38


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

I. Introduction
La vision des communications sans fil 5G de prochaine génération consiste à fournir des débits
de données très élevés (généralement de Gbps), une latence extrêmement faible, une
augmentation de la capacité de la station de base et une amélioration significative de la qualité
de service (QoS) des utilisateurs.

Dans ce chapitre, nous faisons un examen exhaustif de l'évolution du sans-fil vers les réseaux
5G. Nous discutons d'abord les nouveaux changements architecturaux associés à la conception
du réseau d'accès radio (RAN), Par la suite, nous effectuons une étude approfondie des
nouvelles. Ensuite, les schémas de multiplexage nécessaires pour supporter efficacement cette
nouvelle couche physique sont discutés.

1. Trois grandes catégories d’usage de la 5G


Trois grandes catégories d’usages (définies par l’UIT, sous le terme IMT- 2020), avec leurs
exigences respectives et potentiellement incompatibles entre elles, sont en train d’émerger et
permettraient de répondre aux besoins métier mentionnés en introduction :

 mMTC – Massive Machine Type Communications : englobe principalement tous les


usages liés à l’Internet des objets. Ces services nécessitent une couverture étendue, une
faible consommation énergétique et des débits relativement restreints.
 eMBB – Enhanced Mobile Broadband : concerne tous les applications et services qui
nécessitent une connexion toujours plus rapide, pour permettre par exemple de visionner
des vidéos en ultra haute définition (8K) ou de « streamer » sans-fil des applications de
réalité virtuelle ou augmentée.
 uRLLC – Ultra-reliable and Low Latency Communications : regroupent toutes les
applications nécessitant une réactivité extrêmement importante ainsi qu’une garantie
très forte de transmission du message [15].

Projet de fin d’études 39


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

2. Les objectifs de la 5éme générations


 Augmentation de débit
 Réduction de la latence
 Continuité de service et fiabilité
 Internet sécurisé
 Rapidité de déploiement - Flexibilité de l’architecture réseau
 Intégration du satellite
 Optimisation de la communication entre les objets et de l’accès des objets à l’internet
 Optimisation de l’utilisation de la ressource
 Diminution de la consommation par unité de débit de 90%

Le tableau ci-dessous résume les performances attendues de la 5G et celles qui sont


actuellement disponibles avec la 4G :

Performances 4G 5G
Débit maximal (Gbit/s) 1 10

Débit aperçu par l’utilisateur (Mbit/s) 10 100

Efficacité spectrale 1x 3x

Vitesse (km/h) 350 500

Latence (ms) 10 1

Nombre d’objets connectés sur une zone (quantité


d’objets/𝒌𝒎𝟐 𝟏𝟎𝟓 𝟏𝟎𝟔
Efficacité énergétique du réseau 1x 100x

Débit sur une zone (Mbit/s/𝒎𝟐 0.1 10

Tableau 5: comparaison entre les performances de la 4G et la 5G

Projet de fin d’études 40


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

3. Application réseau 5G

La 5G, contrairement aux réseaux mobiles actuels, ne sera pas axé prioritairement sur la
téléphonie. Cette particularité est un challenge et fera la force de celle-ci. En effet on peut
identifier plusieurs applications majeures auxquelles devra servir la 5G :

3.1 Communication D2D

La communication Device-to-Device (D2D) fait référence à une technologie radio qui permet
aux périphériques de communiquer directement entre eux, c'est-à-dire sans acheminer les
chemins de données via une infrastructure réseau.

Figure 19:communication machite to machine

3.2 V2X

Les communications et les solutions Vehicle to Everything (V2X) permettent l'échange


d'informations entre les véhicules et beaucoup plus - les personnes (V2P) comme les cyclistes
et les piétons pour les alertes, les véhicules (V2V) pour éviter les collisions, les infrastructures
(V2I) des dispositifs de synchronisation et de priorisation, et le réseau (V2N) pour le routage
du trafic en temps réel et d'autres services de voyage dans le nuage.

Projet de fin d’études 41


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

Figure 20 :types de V2X

3.3 Internet of Things (IoT)

L'Internet des objets (IoT) décrit la coordination de plusieurs machines, appareils et appareils
connectés à Internet via plusieurs réseaux filaires et sans fil. Ceux-ci comprennent des objets
du quotidien tels que les smartphones, tablettes et autres appareils électroniques grand public,
et de telles machines, avec une connectivité IoT qui leur permet d'envoyer et de recevoir des
données [16].

Figure 21 ;internet des objets

4. Architecture réseau 5G

Architecture globale 5G NR : L'architecture du système 5G se compose d'un réseau d'accès 5G


(AN), d'un réseau 5G Core (5GC) et de l'UE. Le réseau 5G AN comprend un réseau NG-RAN
et / ou un réseau non-3GPP se connectant à un réseau central 5G. NG-RAN se concentre sur
l'architecture de protocole d'interface radio et contient des nœuds NG-RAN appelés NodeB de
nouvelle génération (gNB), fournissant des terminaisons de protocole d'avion NR et de plan de
contrôle vers l'UE. Les gNB sont interconnectés entre eux et sont également connectés au

Projet de fin d’études 42


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

moyen des interfaces NG au 5GC, plus particulièrement à l'AMF (fonction de gestion d'accès
et de mobilité) et à la fonction UPF (User Plane Function), comme illustré à la Figure 24

Figure 22:l'architecture globale de la 5G

Le NG-RAN consiste en un ensemble de gNB connectés au 5GC via l'interface NG. Un gNB
peut prendre en charge le mode FDD, le mode TDD ou le fonctionnement en mode double. Les
gNB peuvent être interconnectés via l'interface Xn. Un gNB peut consister en un gNB-CU et
un ou plusieurs gNB-DU (s). Un gNB-CU et un gNB-DU sont connectés via l'interface F1. NG,
Xn et F1 sont des interfaces logiques.

5GC (5G Core) L'architecture réseau est très flexible, modulaire et évolutive. Il offre de
nombreuses fonctions, y compris le découpage en réseau pour répondre aux besoins des clients.
Il propose le cloud distribué, NFV (virtualisation des fonctions réseau) et SDN (Software
Defined Networking).

II. Les technologies de la 5G


1. Les ondes millimétriques
La 5G nécessitera plus de largeur de bande. L’utilisation complémentaire de bandes de
fréquences millimétriques est une solution. Des études récentes suggèrent que les fréquences
des ondes millimétriques pourraient être utilisées pour augmenter les bandes de fréquences
radio actuellement saturées de 700 MHz à 2,6 GHz pour les communications sans fil. Le spectre
des ondes millimétriques permettrait aux fournisseurs de services les bandes passantes des
canaux bien au-delà des canaux actuels de 20 MHz utilisés par les clients 4G. on peut expliquer

Projet de fin d’études 43


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

le faible encombrement du spectre aux fréquences millimétriques car il a longtemps été


considéré inapproprié pour les communications mobiles. En effet la montée en fréquence
s’accompagne inévitablement d’une augmentation de l’atténuation dans l’air. De plus certaines
fréquences correspondent aux pics d’absorption de l’eau et de l’oxygène, provoquant une
atténuation encore plus élevée. Avec des longueurs d’ondes de l’ordre du millimètre, la
pénétration des ondes dans les objets est très faible, idéal pour l’imagerie mais nettement moins
adaptée aux communications mobiles en milieu urbain. Enfin un bruit de phase important est à
déplorer à ces fréquences. Cependant ces obstacles sont maintenant surmontables, il est par
exemple possible de pallier aux problèmes d’atténuation en utilisant de larges réseaux
d’antennes.

2. Massive MIMO
Le MIMO massif est une extension du MU-MIMO dans lequel une station de base (BS)
desservant une cellule où circulent K utilisateurs mobiles est équipée d’un réseau composé de
M antennes : M est supérieur à K et de l’ordre d’une ou plusieurs centaines. Les K terminaux
utilisent alors un même bloc de ressources temps fréquence.

Le massive MIMO est double : d’une part, cette technologie permet d’augmenter les débits,
grâce au multiplexage spatiotemporel ; d’autre part, elle permet de focaliser l’énergie sur un
terminal, pour améliorer son bilan de liaison, grâce à la formation de faisceau, ou beamforming.

Il permet de focaliser l’énergie émise dans un espace limité proche de chaque terminal et ainsi
d’améliorer significativement les performances du lien descendant de la BS vers les terminaux
et de réduire l’énergie rayonnée.[18]

Figure 23: Massive MIMO

Projet de fin d’études 44


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

3. Beamforming

La formation de faisceau est la capacité d'adapter le diagramme de rayonnement du réseau


d'antennes à un scénario particulier. Dans l'espace de communication cellulaire, beaucoup de
gens pensent que la formation de faisceau dirige un lobe de puissance dans une direction
particulière vers un utilisateur, comme le montre la Figure 21. Des changements d'amplitude et
de phase sont appliqués à chaque élément d'antenne. Réseau d'antennes pour s'ajouter de façon
cohérente pour un angle d'émission / réception particulier et s'annuler mutuellement pour
d'autres signaux. L'environnement spatial dans lequel se trouvent le tableau et l'utilisateur n'est
généralement pas pris en compte. C'est en effet beamforming, mais est juste une implémentation
spécifique de celui-ci.

Figure 24: beamforming

II.3.1.1 Architecture centralisée - Cloud RAN

4.1 Vers la virtualisation des stations de base

Figure 25: Evolution de la station de base

Projet de fin d’études 45


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

4.1.1 Architecture traditionnelle

Dans une architecture traditionnelle des réseaux mobiles les fonctionnalités de traitement radio
et de bande de base sont intégrées dans la station de base comme le montre la figure 22(a).
Toutes les fonctionnalités de la station de base sont déployées au même endroit que la station
de base elle-même. Le module radio (RF) est placé à proximité de l'antenne relié par des câbles
coaxiaux. Le traitement en bande de base (BBU) est aussi situé sur le même site. Cette
architecture était considérée dans le déploiement des réseaux mobiles 1G et 2G.

4.1.2 Station de base avec RRH

Avec la prolifération des réseaux 3G, une nouvelle architecture de réseau a été proposée. Elle
repose sur une division des principales fonctionnalités de la station de base : la radio et le
traitement en bande de base, comme représenté dans la figure 22(b). Cette architecture consiste
à diviser les stations de base en deux entités séparées : Radio Remote Heads (RRH) et BaseBand
Unit (BBU). RRH est l'unité qui fournit l'interface avec la fibre et effectue le traitement
numérique, la conversion numérique-analogique, la conversion analogique-numérique,
l'amplification de puissance et le filtrage. La BBU est l'endroit où toutes les autres
fonctionnalités réseau sont déployées. Parmi les services du BBU nous pouvons citer les
opérations FFT / IFFT, modulation /démodulation, échantillonnage, gestion MIMO, codage et
décodage de canal, gestion d'interférences (e-ICIC), gestion de communication multipoint
(CoMP), les couches transport et MAC et le contrôle des ressources radios. Suite à la division
des fonctions, les modules RF sont placés juste à côté des antennes.

Les RRHs sont attribués d’une manière statique aux BBUs de la même façon que le RAN
traditionnel. Quant à l'unité de bande de base, elle est relocalisée à une distance qui peut aller
d'une centaines de mètres à plusieurs dizaines de kilomètres. RRH et BBU sont alors connectés
soit par une fibre optique, soit par une connexion hyperfréquence (microwave). Un premier
avantage d'une telle architecture est la possibilité de relier un ensemble de RRHs à un seul BBU.
Cela permet de réduir le coût du déploiement des RRHs. En outre, les BBUs sont placées dans
un endroit plus adapté, permettant ainsi des économies sur la location de site pour le
déploiement de stations de base traditionnelles tout-en-un. Une interface Ir relie les RRHs aux
BBUs.

Projet de fin d’études 46


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

4.1.3 Station de base centralisée

Dans le réseau Cloud RAN, les unités de bande de base sont centralisées dans une entité appelée
BBU pool. Le site de cellule est alors réduit aux antennes appelées RRH (Radio Remote Head).
Les BBU Pool sont centralisés afin d’assurer le traitement pour les différents sites de cellule et
est virtualisé. Cela réduit le nombre d'équipements nécessaires à chaque site de station de base.
Le BBU pool est relié au réseau cœur à travers le backhaul. Le fronthaul quant à lui, il relie les
RRHs au BBU pool. Lorsqu'elles sont mises en commun, l'utilisation des BBU est plus efficace
et moins coûteuse. La flexibilité du réseau accroit et la consommation d'énergie diminue. Le
BBU pool fournit une concentration de capacités de traitement permettant une meilleure gestion
des ressources et une diminution du temps de réponse des serveurs d'applications. De plus, les
BBU pools assurent l'évolutivité du réseau en permettant à un plus grand nombre et une variété
de stations de base (macro-cellules, pico-cellules, femto-cellules) de bénéficier des services C-
RAN. Les BBU pools peuvent être considérés comme des serveurs capables d’assurer toutes
fonctionnalités de bande de base à travers la virtualisation du réseau d’accès radio. Une
architecture Cloud RAN est représentée dans la figure 23

Figure 26: Architecture système avec un réseau d’accès basé sur le cloud

4.2 NFV pour C-RAN

NFV vise à résoudre le problème de la virtualisation en exploitant les technologies de


virtualisation standard. La technologie NFV est une technologie qui intègre la fonctionnalité
réseau dans des serveurs, commutateurs et matériel de stockage standard, et fournit un plan de
données virtualisé optimisé qui permet aux administrateurs de remplacer les périphériques
réseau physiques traditionnels par des logiciels exécutés sur le serveur.

Projet de fin d’études 47


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

4.2.1 Les avantages du réseau C RAN

Avantages du réseau Cloud RAN Cette nouvelle architecture de réseau d’accès présente
plusieurs avantages :

 Multiplexage statique
Le réseau C-RAN transporte tout le traitement en bande de base vers un pool de BBU centralisé.
Les capacités de calcul nécessaires pour chaque station de base sont remplacées par une capacité
centralisée dans un BBU pool. Le multiplexage statique est défini comme étant le rapport entre
la capacité totale de traitement requise au niveau du BBU pool et la capacité de traitement
requise, dans le cas du RAN classique, dans toutes les stations de base couvertes par le même
BBU pool. Le gain statique a été étudié et évalué dans plusieurs travaux, et le gain potentiel est
estimé à environ 25% des ressources de traitement. Un facteur important qui contribue à ce gain
dans le réseau C-RAN est l'adaptabilité au trafic non uniforme. En effet, grâce au BBU pool
qui gère tous les traitements en bande de base pour un grand nombre de stations de base, le taux
d'utilisation des ressources est mieux adapté à la variation de la charge du réseau.

 Évolutivité et augmentation de la capacité


L'amélioration de la couverture et le renforcement de la capacité du réseau peuvent être réalisés
simplement en ajoutant plus de RRH et en divisant les cellules existantes. Puisque tous les
RRHs sont liés à un BBU pool, le déploiement de plus de RRHs ne nécessite pas la recherche
d’un grand site pour installer une nouvelle station de base encombrante. Les RRHs sont plus
facilement déployés et acceptés par les communautés locales. En augmentant le nombre de
RRHs opérationnels, l'évolutivité et la souplesse du réseau sont améliorées. En outre,
l'augmentation de la capacité globale du réseau peut être faite d’une manière centralisée à un
emplacement unique où les serveurs des BBU pool peuvent être étendus et mis à jour.

 Amélioration de l’efficacité spectrale


Un BBU pool est associé à un traitement centralisé de nombreuses stations de base virtualisées.
Le traitement en commun entre les stations de base exige normalement une quantité non
négligeable de signalisation pour le partage de données de trafic et d'informations d'état de canal
(CSI). Dans le réseau C-RAN, ces informations peuvent être facilement partagées, ce qui
permet de mettre en œuvre des techniques plus efficaces pour la gestion des interférences telles
que l'enhanced intercell interference coordination (e-ICIC) et, par conséquent, l'amélioration de
l’efficacité spectrale. Toutes les techniques nécessitant une coopération entre les cellules sont

Projet de fin d’études 48


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

facilement implémentées avec l'architecture C-RAN. Par exemple, le mécanisme de


coordinated multi-point (CoMP) qui lutte également contre l'interférence entre cellules par la
coordination entre un ensemble de cellules afin de desservir un seul ou un ensemble
d'utilisateurs. Ceci permet d'augmenter le rapport signal / interférence plus bruit (SINR) perçu
au niveau du mobile. Le mécanisme CoMP exige une synchronisation et une coordination
étroite entre les stations de base participantes choses devenues réalisables plus rapidement, plus
efficacement et avec des moindres coûts avec l’architecture Cloud RAN.

4. Les petites cellules


Small cell une petite cellule est essentiellement une station de base miniature qui divise un site
cellulaire en morceaux beaucoup plus petits, et est un terme qui englobe les cellules pico, micro-
cellules, femtocells et peut comprendre des systèmes intérieurs / extérieurs.

Le déploiement de stations de base à petites cellules offre une grande capacité à améliorer la
réutilisation spatiale des ressources spectrales et à améliorer l'efficacité de la puissance de
transmission.la 5G, qui verra encore probablement une forte augmentation des volumes de
données échangés, et qui utilisera des bandes millimétriques, aux faibles capacités de
propagation, nécessitera probablement la généralisation de la mise en place d’émetteurs
radioélectriques de faible puissance (small-cells).
Des estimations évoquent, pour satisfaire la demande et permettre l’introduction de la 5G, un
nombre d’au moins 10 small-cells par site macro en milieu urbain, milieu dans lequel les
cellules sont déjà relativement resserrées pour faire face à la densité des usages

Figure 27: types de station de base

Projet de fin d’études 49


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

. Les petites cellules aident dans cette transition pré-5G / LTE-Advanced Pro (LTE-A Pro) parce
qu'elles :
 Fournir une capacité de données accrue
 Aider les fournisseurs de services à éliminer les systèmes de toiture coûteux et les coûts
d'installation ou de location, ce qui réduit le coût global
 Aidez à améliorer les performances des combinés mobiles. Si votre téléphone est plus proche
d'une petite station de base cellulaire, il transmet à des niveaux de puissance plus bas, ce qui
réduit effectivement la puissance du téléphone cellulaire et augmente considérablement la
durée de vie de la batterie.

5. Les techniques de modulation dans la 5G


Un certain nombre de schémas de modulation candidats ont été rapportés en tant que schémas
de modulation potentiels pour la 5G. Dans cette partie, nous sélectionnons deux schémas de
modulation représentatifs qui ont suscité un grand intérêt dans la 5G, en raison de leurs
avantages respectifs significatifs

5.1 256 QAM

Des techniques de modulation numérique de haut niveau sont largement utilisées dans les
systèmes de communication sans fil pour améliorer l'efficacité spectrale et augmenter le débit
de données, par exemple, la modulation 16QAM, 64QAM est adoptée dans un système à
évolution à long terme (LTE). Le futur système sans fil mobile (5G) vise à fournir un débit de
données utilisateur 10 à 100 fois plus élevé que le système 4G LTE, ce qui nécessite l'emploi
de schémas de modulation d'ordre supérieur tels que 256QAM c’est-à-dire 8bit/symbole.

6. Technique d’accès multiples pour les systèmes 5G


Le système d'accès multiple est l'un des aspects les plus importants qui ont été un domaine
d'intérêt pour la majorité puisque la 5G devrait accueillir un grand nombre d'utilisateurs avec
une grande vitesse de transmission de données. Dans cette partie nous présentons les derniers
développements dans le domaine de la recherche concernant l'accès multiple par code Sparse
(SCMA) et l'accès multiple non orthogonal (NOMA).

6.1 NOMA (L'accès multiple non orthogonal)

L'idée clé de NOMA est d'utiliser le domaine de puissance pour l'accès multiple, alors que les
générations précédentes de réseaux mobiles se basaient sur le domaine temps / fréquence /
code.

Projet de fin d’études 50


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

Dans NOMA, plusieurs utilisateurs peuvent utiliser la même bande passante de fréquence alors
qu'ils se distinguent par la valeur de puissance allouée respectivement. Lors du décodage, disons
l'utilisateur k, le décodeur va supprimer les signaux des utilisateurs ayant des puissances
inférieures par SIC (annulation d'interférence successive), disons, utilisateur 1 à (k-1). Pour les
utilisateurs avec une puissance supérieure, il sera traité comme les bruits.

Figure 28: Système NOMA de base pour trois utilisateurs.

La figure ci-dessous illustre la NOMA de liaison descendante dans le cas d'une BS (station de
base) et de deux UE (équipement utilisateur)

Comme représenté sur la figure 25, la station de base (BS) envoie les signaux superposés à deux
utilisateurs, où l'utilisateur 1 a un gain de canal plus élevé que l'utilisateur 2. Dans NOMA,
l'utilisateur avec un gain de canal plus élevé et l'utilisateur appelé l'utilisateur fort et l'utilisateur
faible, respectivement. L'utilisateur fort soustrait d'abord le signal de l'utilisateur faible via SIC,
puis décode son propre signal ; l'utilisateur faible considère le signal de l'utilisateur fort comme
du bruit et détecte son propre signal directement.

7. Les formes d’ondes dans 5G


Le multiplexage par répartition orthogonale de la fréquence (OFDM) est un excellent choix
pour la quatrième génération (4G). Les méthodes de modulation 4G souffrent du problème du
rapport puissance / puissance moyenne (PAPR) élevé. La fuite de bande latérale est un autre
problème dans OFDM. Nos systèmes 4G actuels reposent sur la forme d'onde OFDM, qui n'est
pas capable de prendre en charge les diverses applications que 5G offrira. Le trafic généré par

Projet de fin d’études 51


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

5G devrait présenter des caractéristiques et des exigences très différentes de celles de la


technologie sans fil actuelle. Dans cette partie Nous présentons quelque modulation proposée
pour la 5G [18].

7.1 Filter bank multicarrier (FMBC)

L’idée principale de la FBMC/OQAM est de transmettre des symboles offset-QAM (OQAM)


au lieu des symboles QAM (Quadrature Amplitude Modulation) conventionnels où un décalage
d’une demi-période symbole T/2 est introduit entre la partie réelle et la partie imaginaire d’un
symbole QAM donné. La seconde spécificité est que si la partie imaginaire est retardée de T/2
sur une sous-porteuse, c’est la partie réelle qui sera retardée sur la sous porteuse suivante.

La modulation d'amplitude en quadrature offset (OQAM) est généralement appliquée pour


rendre FBMC domaine réel orthogonal dans les domaines de temps et de fréquence.

L’OFDM présente, cependant, deux inconvénients majeurs. D’une part, l’insertion du pré- fixe
cyclique réduit l’efficacité spectrale puisque aucune information utile n’est transmise pendant
la durée de ce préfixe cyclique. D’autre part, le niveau très élevé des lobes latéraux présents
dans le spectre du filtre rectangulaire le rend non-compact et cause une perte additionnelle de
l’efficacité spectrale

Figure 29: la chaine de transmission de l'FBMC

La modulation FBMC peut être considérée comme un OFDM évolué. Les bancs de filtres
répondent aux principaux inconvénients de l'OFDM mentionnés ci-dessus. Premièrement, leurs
sous-canaux peuvent être conçus de manière optimale dans le domaine fréquentiel pour avoir

Projet de fin d’études 52


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

le confinement spectral souhaité. Deuxièmement, les systèmes FBMC ne nécessitent pas de CP


redondant et sont donc plus efficaces spectralement.

Le FBMC filtre chaque signal modulé par sous-porteuse dans un système à porteuses multiples
Le filtre prototype est celui utilisé pour le porteur de fréquence zéro et constitue la base pour
les autres filtres de sous-porteuse. Les filtres sont caractérisés par le facteur de
chevauchement, K qui est le nombre de symboles multi-porteuses qui se chevauchent dans le
domaine temporel. L'ordre du filtre prototype peut être choisi comme 2 * K-1 où K = 2, 3 ou 4
et est sélectionné selon le projet PHYDYAS [19].

Figure 30: Réponses en fréquence de l’OFDM et de la FMBC

La différence essentielle entre les modulations OFDM et FBMC réside dans la propriété de la
fuite spectrale, comme indique dans la figure ci-dessus, dans laquelle leurs réponses en
fréquence sont présentes. Il peut être observé que la modulation OFDM possède des lobes
latéraux importants, qui imposent des contraintes d’orthogonalité stricte pour toutes les sous-
porteuses. Au contraire, la modulation FBMC a des lobes latéraux négligeables dans le domaine
fréquentiel. Avec une fuite spectrale très limité.

7.2 F-OFDM (Filtered Orthogonal Frequency Division Multiplexing )

Dans f-OFDM, un groupe peut être divisé en plusieurs sous-bandes. Chacune des bandes peut
avoir une bande passante différente, chaque sous-bande est composée de plusieurs sous-
porteuses et l'espacement de fréquence entre les sous-porteuses peuvent différer avec chaque
sous-bande. En combinant cette flexibilité de sous-bande et la flexibilité de sous-porteuse, vous
pouvez créer une structure de sous-trame très flexible qui peut transporter les différents types
de données de service dans la même sous-trame.

Projet de fin d’études 53


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

f-OFDM est capable de surmonter les inconvénients de l'OFDM tout en conservant les
avantages de celui-ci, Tout d'abord, avec un filtrage basé sur la sous-bande, l'exigence de
synchronisation globale est assouplie et la transmission asynchrone inter-sous-bande peut être
prise en charge. Deuxièmement, avec des filtres conçus de manière appropriée pour supprimer
l'OOB, la consommation de bande est réduite.

Le filtre le plus largement utilisé dans f-OFDM est le filtre sinc tronqué, qui peut être facilement
utilisé dans diverses applications avec des paramètres différents. Par conséquent, f-OFDM est
très flexible dans le multiplexage en fréquence.

En général, les modulations basées sur le filtrage de sous-bande peuvent réduire efficacement
les fuites OOB et atteindre de meilleures performances en comparaison avec le traditionnel
OFDM

Figure 31: Structure d'émetteur-récepteur de liaison descendante de f-OFDM

Comme représenté sur la figure 41, l'émetteur génère son signal OFDM sur la base du bloc
attribué de M sous-porteuses consécutives dans un certain nombre de symboles OFDM
consécutifs. En particulier, pendant chaque période de symbole OFDM, l'émetteur obtient une
transformée de Fourier rapide inverse (IFFT) de longueur N de M nouveaux "symboles de
données" avec un préfixe cyclique (CP), où N> M est la taille FFT du système.

8. Conclusion
Nous sommes à l’aube d’une révolution dans le monde des télécommunications et comme
présenté dans ce chapitre, la 5G devra connecter plus de 1000 milliards d’objets qui créeront
l’Internet des Objets.

Même si aucun standard ne sera fixé avant 2020, les spécifications attendues pour la 5G sont
démesurées notamment en termes de débit de données, de couverture réseau, de temps de
latence et d’économie d’énergie. Dans ce chapitre, nous présentons l'évolution cellulaire vers
les réseaux 5G. Nous commençons par souligner le nouveau changement de paradigme
architectural, Par la suite, nous donnons une description détaillée de la technologie de la couche

Projet de fin d’études 54


CHAPITRE 4 : ETUDE DE LA FUTURE GENERATION 5G

physique. Nous discutons les différentes techniques d’accès, tels que SDMA, NOMA et
l'évolution des formes d’onde tel que F-OFDM, FBMC.

Projet de fin d’études 55


Chapitre 5 : Simulations & résultats

Projet de fin d’études 56


CHAPITRE 5 : SIMULATIONS & RESULTATS

I. Introduction
Notre projet consiste à mettre en œuvre la chaine de transmission OFDM à l’aide de l’outil
Simulink disponible dans le logiciel Matlab. L'objectif est de démontré les étapes suivies dans
la conception d'un simulateur OFDM, la validation et par la suite les résultats obtenus. Nous
avons développé une interface utilisateur pour l'étude du traitement OFDM pour différentes
techniques de modulation M-QAM par la suite nous avons Développé une application qui
permet de montrer la comparaison entre la modulation OFDM et les modulations basées sur le
filtrage (FBMC et F-OFDM) et de montrer l’impact de filtre sur la réduction des fuites OOB.

1. La mettre en œuvre d’une chaine de transmission OFDM


Réaliser un système à l'aide des blocs est relativement aisé, toutefois le choix de blocs réels et
leurs paramétrages peuvent être assez complexes. La figure illustre la chaine de transmission
d'un système OFDM utilisant des blocs réels.

 Taux d'erreur binaire (BER) :

On appelle taux d'erreur binaire le rapport du nombre de bits reçus en erreur au nombre de bits
total transmis.
𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑏𝑖𝑡𝑠 𝑒𝑟𝑟𝑜𝑛é
𝐵𝐸𝑅 =
𝑛𝑜𝑚𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒𝑠 𝑏𝑖𝑡𝑠 𝑡𝑜𝑡𝑎𝑙𝑒

 Rapport signal sur bruit (SNR)

Le rapport signal sur bruit est un indicateur de la qualité de la transmission d'une information.
C'est le rapport des puissances entre :

 le signal d'amplitude maximale pour laquelle la distorsion à la sortie reste inférieure à une
valeur limite ;
 le bruit de fond, information non significative correspondant en général au signal présent à
la sortie du dispositif en l’absence d'un signal à l'entrée.

Il s'exprime généralement en décibels (dB).

𝑷𝒔𝒊𝒈𝒏𝒂𝒍
𝑺𝑵𝑹𝒅𝑩 = 𝟏𝟎 𝐥𝐨𝐠( ) = 𝑷𝒔𝒊𝒈𝒏𝒂𝒍,𝒅𝑩 − 𝑷𝒃𝒓𝒖𝒊𝒕,𝒅𝑩
𝑷𝒃𝒓𝒖𝒊𝒕

Lorsque le SNR augment le bruit devient moindr

Projet de fin d’études 57


CHAPITRE 5 : SIMULATIONS & RESULTATS

La chaine de transmission équivalente sous Simulink dans la figure suivante :

Figure 32 : la chaine de transmission OFDM sur Simulink

Projet de fin d’études 58


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

1.1 La chaine d’émission du système OFDM

La figure ci-dessous illustre un émetteur d'un système OFDM.

Figure 33: la chaine d'émission de l'OFDM

Dans la chaine d'émission, nous générons une série binaire représentant une voix, des données,
une image ou encore une information analogique qui résulte d'une conversion analogique
numérique. Les données binaires sont ensuite modulées à l’aide d’un modulateur À la sortie de
ce modulateur, l'information a une constellation bien spécifique, par la suite on attaque le
modulateur OFDM.

 Random Integer Generator :

Le premier bloc du système OFDM est le générateur


de bits aléatoires, ce bloc génère des nombres aléatoires
d’entiers en série dans l'intervalle [0, M-1].

Avec les paramètres suivant :

 4 états d’entiers
 3Mhz la bande passante
 53 entiers par trame

 Integer to bit converter:

Convertit le nombre entier à des bits numériques. Fait correspondre à chaque


valeur entière ou la valeur de point fixe dans le vecteur d'entrée à un groupe
de bits du vecteur de sortie.
Le bloc trace chaque valeur de nombre entier à un groupe de M bits, en utilisant la sélection
pour l’ordre des bits de sortie pour déterminer le bit le plus significatif .la longueur du vecteur
de sortie résultant est M fois la longueur du vecteur d’entrée .Dans notre cas on va choisir 2 bits
car l’entrée est composée de 4 états possibles

Projet de fin d’études 59


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

 Bit to integer Converter :


Pour la conversion des bits en entiers, avec le même paramètre à
modifier qui est le nombre de bits pour chaque entier et qui vaut 2
bits.

On constate que l’entrée du premier bloc est égale à la sortie du deuxième alors à quoi bon ces
deux blocs ?
L’intérêt est d’extraire les bits de la source pour les comparer avec ceux du récepteur
comme ça on peut calculer le taux d’erreur binaire

 Modulation QPSK :
Le bloc Modulateur effectue la modulation numérique QPSK pour moduler le signal
de données, La sortie est une représentation en bande de base du signal modulé. La
source qu’on a utilisé est composée de 4 états possibles donc la modulation qu’on
doit utiliser doit être elle aussi à 4 états en modifiant l’ordre de la constellation :
GRAY au lieu de BINARY.

Figure 34: Paramètres du bloc QPSK Modulateur

Projet de fin d’études 60


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

 Modulateur OFDM

Ce bloc applique la modulation OFDM au signal d’entrée


Avec les paramètres suivant :
Taille de l’IFFT : 64 ,Taille CP : 16

1.2 Canal de transmission

Canal de gaussien (AWGN Channel) :

Le bloc Channel AWGN ajoute bruit blanc gaussien à un signal d'entrée réel ou complexe.
Lorsque le signal d'entrée est réel, ce bloc ajoute du bruit gaussien
réel et produit un véritable signal de sortie. Lorsque le signal
d'entrée est complexe, ce bloc ajoute bruit gaussien complexe et
génère un signal de sortie complexe. Ce bloc accepte un scalaire à
valeur, vecteur, ou signal d'entrée de la matrice avec un type de données simple ou double.

Figure 35: Paramètres du bloc AWGN

Remarque :
La valeur du SNR peut être modifiée pour déterminer la limite pour laquelle on commence
à avoir un taux d’erreur élevé.

 Terminator :

Le bloc de terminaison est utilisé pour fermer des blocs dont les
ports de sortie ne sont pas connectés à d'autres blocs

Projet de fin d’études 61


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

1.3 La chaine de réception du système OFDM

Figure 36: chaine de réception du système OFDM

Le récepteur effectue l'opération inverse de l'émetteur, le signal OFDM est converti en signal
numérique à l'aide de la grande vitesse convertisseur analogique-numérique.
Transformée de Fourier rapide est prélevé pour analyser le signal dans le domaine fréquentiel.
Les données sont par la suite démodulées. On obtient à la sortie de la chaine de réception un
train d'informations dont la vraisemblance avec le signal original transmis dépend des
perturbations introduites par le canal et les erreurs de traitement.

 Démodulateur OFDM
 Ce bloc applique la modulation OFDM au signal d’entrée
 Avec les paramètres suivant :
 Taille de l’FFT : 64
 Taille CP : 16

 QPSK Démodulateur Baseband :

Le bloc de Baseband démodulateur QPSK(ou QAM) transforme un signal


qui a été modulé L'entrée est une représentation en bande de base du
signal modulé doit être un signal complexe. Ce bloc accepte un signal
d'entrée de vecteur scalaire ou colonne Même paramètres que le bloc de
modulation QPSK. Pour les blocs restants, ils ont le même rôle et
paramètres que ceux utilisés au niveau de la modulation.

 Error Rate Calculation

Le bloc de calcul du taux d'erreur compare des données d'entrée de


l'émetteur avec les données d'entrée d'un récepteur. Il calcule le taux
d'erreur comme une statistique en cours d'exécution, en divisant le nombre
total de couples inégaux des éléments de données par le nombre total
d'éléments de données d'entrée d'une seule source.

Projet de fin d’études 62


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

1.4 Résultat de la simulation

La figure ci-dessous représente le spectre du signal OFDM à l’entrée et la sortie du canal


AWGN :

Figure 37: le signal OFDM à l’entrée et la sortie du canal

A ce niveau on peut visualiser les sous-porteuses à l’entrée du canal :


Chaque pic représente une sous-porteuse.
Les pics à grande amplitude représentent les sous-porteuses pilotes.
Le pic à faible amplitude représente la sous-porteuse centrale
Après le transmettre sur le canal AGWN on remarque a la sortie le signal est dégradé par le
bruit.

Le nombre des bits erronés=5.471e +05 et le BER est égale 0.013 dB cela à la valeur de SNR=5
dB choisi

Afin de savoir l’impact du bruit sur notre signal, on va noter la valeur du taux d’erreur binaire
pour chaque valeur choisis du SNR, les différents résultats sont mentionnés dans le tableau ci-
dessous :

Projet de fin d’études 63


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

SNR (dB) BER Nombre de bits erronés Nombre de bits total


0 0.1059 4,8. 105 4,539 . 106
1 0.0805 2,439. 105 3,028 . 106
2 0.074 3,074. 105 4,129. 106
3 0.0386 2,62. 104 6,78. 105
4 0.0237 1,6. 104 6,76. 105
5 0.01302 1,65. 104 1,2. 106
6 0.006192 3506 5,66. 105
7 0.00245 1101 4,481. 105
8 0.00072 399 5,169. 105
9 0.0002 95 4,7. 105
10 3.5 ∗ 10−5 15 4,2. 105
11 0 0 3,074. 105

Tableau 6: les valeurs de BER en fonction de SNR

On remarque qu’au fur et à mesure que nous augmentons la valeur SNR, le taux d'erreur
binaire diminue à SNR= 11 dB le BER=0

2. Évaluation des performances du système OFDM pour M-QAM


2.1 Présentation de la plateforme :

Nous avons développé interface utilisateur pour l'étude du traitement OFDM nous allons
évaluer les performances BER du système OFDM pour différentes techniques de modulation.
Dans le but de facilité l’évaluation des performances d’OFDM pour M-QAM où M est 16,
64,256.

Dans la conception de notre outil et pour répondre à nos besoins, nous avons choisi le langage
Matlab qui permet de réaliser les interfaces graphiques qui aide l’opérateur à calculer et vérifier
certains paramètres. Cette interface graphique nous permet d'examiner la variation du taux
d'erreur sur les différentes modulations

Projet de fin d’études 64


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

2.2 L’interface d’accueil

L’interface GUI de l’application que nous avons réalisé sous MATLAB est représenté dans la
figure suivant :

Figure 38: interface d'accueil

Le principe de fonctionnement du l’application :

1. entrer le nombre de sous porteuse.


2. entrer l’ordre de modulation M.
3. entrer le nombre de symbole OFDM à simuler.
4. entrer le pas de l’SNR en [db].
5. entrer la valeur finale de l’SNR en [db]

2.3 Résultats de la simulation :

Les figures ci-dessous montrent une courbe de comparaison de performances pour le BER et le
rapport signal sur bruit pour le système OFDM optique M-QAM avec M pour être 16, 64 et
256.La simulation a donné comme résultats les figures suivantes :

Projet de fin d’études 65


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

Figure 39: Performances BER du système OFDM utilisant 4-QAM

Figure 40 : Performances BER du système OFDM utilisant 16-QAM

Figure 41: Performances BER du système OFDM utilisant 64-QAM

Projet de fin d’études 66


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

Figure 42 : Performances BER du système OFDM utilisant 256QAM

Les résultats obtenus sont montrés dans les figures ci dusses. Dans toutes les figures présentant
des performances BER, les axes horizontaux indiquent le rapport signal sur bruit (SNR) en dB
et les axes verticaux le BER . Il a été observé à partir des figures que pour différentes techniques
de modulation lorsque le SNR augmente, le BER diminue. Les différentes valeurs de BER pour
différentes techniques de modulation à SNR=12dB sont comparées et présentées sous forme de
tableau comme suit :

Technique de modulation Valeur de BER à SNR=12 db

4-QAM 0.0001 db

16-QAM 0.009 db

64-QAM 0.03 db

256-QAM 0.0325 db

Tableau 7: les valeurs de BER pour SNR=12 db pour différents modulations

Il est bien connu pour le M-QAM que les performances du BER se dégradent pour des niveaux
de modulation plus élevés (des valeurs plus élevées de M) ce qui illustré sur les résultats de la
simulation pour le système OFDM QAM 4,16, 64, 256. La comparaison du SNR vs BER pour
différents ordres de modulation indique qu'une modification de l'ordre de modulation M de 16
à 64 QAM entraîne approximativement un changement de 0.021 dB pour SNR, alors que le
changement de M de 64 à 256 QAM fait passer SNR de 0.0025 dB.

Projet de fin d’études 67


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

3. Transmission d'image dans OFDM en utilisant les schémas de modulation


M-QAM
Afin de voir l’impact des différentes modulations (QPSK, 16QAM et 64QAM) sur les données
envoyées, au lieu d’envoie des données aléatoire on a fait la transmission d’une image avec la
technique OFDM. Ce programme permet de mieux comprendre l’influence des modulations
sue les performances du système OFDM pour la transmission d'images numériques utilisant
trois techniques de modulation différentes, à savoir ,QPSK,16QAM,64QAM .

3.1 Simulation

Les figures ci-dessous montrent l’impact de bruit sur les images de sortie pour différents
schémas de modulation pour différentes valeurs de SNR.

QPSK :

a) Image original transmise de singe b) image reçue (SNR = 0dB) de singe c) image reçue (SNR
= 6dB) de singe d) image reçue (SNR=16 dB) de singe.

La figure ci-dessus montre les images transmises et reçues de singe sous un schéma de
modulation QPSK dans l'émetteur OFDM. Les images reçues sont affichées pour SNR = 0db,
6db, ≥ 12db. Le BER a augmenté de manière significative.

16QAM :

a) Image original transmise de singe b) image reçue (SNR = 0dB) de singe c) image reçue (SNR
= 6dB) de singe d) image reçue (SNR=16dB) de singe.

Projet de fin d’études 68


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

La figure ci-dessus montre les images transmises et reçues de singe sous un schéma de
modulation 16QAM dans l'émetteur OFDM. Les images reçues sont affichées pour SNR = 0db,
6db, = 16db. Le BER a augmenté de manière significative.

64QAM :

a b c d

a) Image original transmise de singe b) image reçue (SNR = 0dB) de singe c) image reçue (SNR
= 6dB) de singe d) image reçue (SNR=16dB) de singe.

La figure ci-dessus montre les images transmises et reçues de singe sous un schéma de
modulation 64QAM dans l'émetteur OFDM. Les images reçues sont affichées pour SNR = 0db,
6db, = 16db. Le BER a augmenté de manière significative.

Pour une valeur fixe de SNR=16 dB on compare le BER de chaque type de modulation

QPSK 16QAM 64QAM

Figure 43: le taux d'erreur binaire pour QPSK 16QAM et 64QAM

3.2 Conclusion

Le BER est inversement proportionnel au SNR. D'après les résultats de la simulation, on peut
voir que pour assezbruyants (SNR ≥ 6dB) la modulation QPSK est la meilleure pour la
transmission d'image dans OFDM car elle donne un BER moins élevé.

Projet de fin d’études 69


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

4. Comparaison de l’OFDM et les nouvelles modulations de la 5G


4.1 Introduction

Dans le but de faire une comparaison entre OFDM et les nouvelles modulations de la 5G on a
réalisé cette interface qui permet de montrer la comparaison entre la modulation OFDM et les
modulations basées sur le filtrage (FBMC et F-OFDM) et de montrer l’impact de filtre sur la
réduction des fuites OOB

L’interface GUI de cette application est représenté dans la figure suivant :

Figure 44:l'interface GUI de l'application

4.2 Le principe de fonctionnement

Pour FBMC et OFDM

1. choisir la taille de l’FFT


2. Choisir la taille de filtre
3. Choisir le nombre de bit/symbole
4. Choisir le nombre de symbole

Pour F-OFDM et OFDM

1. Choisir la taille de l’FFT


2. Choisir la taille de filtre
3. Choisir le nombre de bit/symbole
4. Choisir le nombre de symbole

Projet de fin d’études 70


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

4.3 Simulation :

L’interface suivante présente les caractéristiques de base du schéma de modulation F-OFDM


aux extrémités d'émission et de réception d'un système de communication. Explorer différentes
valeurs de paramètres système pour le nombre de sous bande, le nombre de sous-porteuses par
sous bande, la longueur du filtre.

Figure 45: interface de simulation de FBMC VS OFDM ET F-OFDM VS OFDM

Cette interface présente les caractéristiques de base du schéma de modulation F-OFDM et


FBMC aux extrémités d'émission et de réception d'un système de communication. Explorer
différentes valeurs de paramètres système pour le nombre de sous bande, le nombre de sous-
porteuses par sous bande, la longueur du filtre.

En comparant les tracés des densités spectrales pour les schémas OFDM et FBMC, on observe
que la modulation OFDM possède des lobes latéraux importants, qui imposent des contraintes
d’orthogonalité stricte pour toutes les sous-porteuses. Au contraire, la modulation FBMC a des
lobes latéraux négligeables dans le domaine fréquentiel.

En comparant les tracés des densités spectrales pour les schémas OFDM et F-OFDM, le F-
OFDM à des lobes secondaires inférieurs. Ceci permet une utilisation plus élevée du spectre
alloué, conduisant à une efficacité spectrale accrue.

Projet de fin d’études 71


CHAPITRE5 : SIMULATIONS & RESULTATS

5. Conclusion
Dans ce chapitre nous avons réalisé la chaine de transmission de la technique OFDM à l’aide
Simulink qui permis de mettre en relief les intérêts d’une modulation et démodulation OFDM
d’un point de vue taux d’erreur binaire, ainsi que les paramètres de la chaine de transmission.
Par la suite on a réalisé qui nous a permis de visualiser l’impact de modulation M-QAM sur les
performances de la technique OFDM et une autre interface qui montrer la comparaison entre
la technique OFDM et les nouvelles technique de la 5G et de montrer l’impact de filtre sur la
réduction de l’OOB (out of band).

Projet de fin d’études 72


CONCLUSION GENERAL

Conclusion Général
Ce travail portait sur l’étude des performances des réseaux LTE (Long Term Evolution) et
l’immigration vers la 5G, premièrement on a introduit l’évolution des réseaux cellulaire de la
1G ,2G, 3G par la suite on a fait une étude approfondie du réseau LTE et ses limites, puis on a
introduit la norme IMT-2020 (5G) comme une nouvelle évolution au réseau, en déterminant
son évolution au niveau architecture et au niveau techniques et technologies d’accès utilisées.

Pour compléter notre étude on a fait des simulations sur le logiciel MATLAB/SIMULINK ayant
comme objectif l’évaluation des performances du système OFDM.

Pour cela on a commencé par la simulation de la chaine de transmission de l’OFDM et voir


l’impact de canal de transmission bruité sur le signal émis du point de vue taux d'erreur binaire
et rapport signal à bruit. Ensuite on a créé deux interfaces utilisateur à l’aide de GUI MATLAB,
la première permet l’évaluation des performances de l’OFDM basé sur la modulation M-QAM
et de voir l’impact de cette dernière sur une image.

La deuxième interface consiste à faire une comparaison entre la technique OFDM et celles qui
seront utilisées dans la 5G tout en montrant l’impact des filtres utilisé dans cette dernière sur la
réduction des fuites hors bande.

Ce projet était l’occasion pour nous, pour découvrir un nouveau monde de recherche et
développement qui se base sur des nouvelles technologies de communication et qui est
applicable dans divers secteurs.

Perspectives : Les résultats de ce travail constituent les bases d'un travail à poursuivre et
à améliorer pour une étude beaucoup plus approfondie qui pourra faire l'objet d'une thèse de
doctorat.

Projet de fin d’études 73


Bibliographie

Bibliographie

[1] http://www.marche-public.fr/Terminologie/Entrees/1G.htm
[2] http://www.technologuepro.com/gsm/chapitre_2_GSM.htm
[3] http://www.3gpp.org/technologies/keywords-acronyms/103-umts
[4] http://www.efort.com/r_tutoriels/ACCES_UMTS_EFORT.pdf

[5]http://dspace.univtlemcen.dz/bitstream/112/11771/1/Ms.Tel.Bouchentouf%2BBoudghene
%20Stambouli.pdf
[6] http://blog.wikimemoires.com/2013/07/evolution-lte-architecture-de-lte-et-interface-radio/

[7] https://www.viavisolutions.com/fr-fr/literature/lte-quality-experience-modulation-and-
mimo-white-paper-en.pdf
[8] https://www.slideshare.net/miyamiya/lte-presentation-french
[9] http://lte.ma/evolution-de-la-technologie-la-lte-tdd
[10] https://www.csie.ntu.edu.tw/~hsinmu/courses/_media/wn_11fall/ofdm_new.pdf
[11] https://www.intel.com/content/www/us/en/support/articles/000005714/network-and-i-
o/wireless-networking.html

[12] http://www.3gpp.org/technologies/keywords-acronyms/101-carrier-aggregation-
explained

[13] https://www.researchgate.net/figure/Sources-indeterministes-derreurs-pour-la-
synchronisation-recepteur-a-recepteur-vs_fig1_255626190
[14] https://arxiv.org/pdf/1503.08271.pdf
[15] https://www.ontrack.fr/blog/5g-cinquieme-generation-reseau-mobile/
[16] https://www.spiria.com/fr/blogue/iot-m2m-systemes-embarques/les-futurs-reseaux-
cellulaires-5g

[17] http://www.huawei.com/minisite/hwmbbf16/insights/5G-Nework-Architecture-
Whitepaper-en.pdf

[18] https://arxiv.org/pdf/1706.05347.pdf

[19] http://www.ict-phydyas.org/teamspace/internal-folder/FBMC-Primer_06-2010.pdf

Projet de fin d’études 74


ANNEXE

Annexes
OFDM vs f-OFDM
numFFT = 1024; % taille du l’IFFT
numRBs = 50; % Nombre de sous bande
rbSize = 12; % Nombre de sous porteuse
cpLen = 72; % taille de Cyclic prefix
bitsPerSubCarrier = 6; % 2: QPSK, 4: 16QAM, 6: 64QAM, 8: 256QAM
snrdB = 18; % SNR in dB
L = 513; % ordre du filter
numDataCarriers = numRBs*rbSize; % number de données par sous bande
halfFilt = floor(L/2);
n = -halfFilt:halfFilt;
% Sinc function prototype filter
pb = sinc((numDataCarriers+2*toneOffset).*n./numFFT);
% Sinc truncation window
w = (0.5*(1+cos(2*pi.*n/(L-1)))).^0.6;
fnum = (pb.*w)/sum(pb.*w);
filtTx = dsp.FIRFilter('Structure', 'Direct form symmetric','Numerator', fnum);
filtRx = clone(filtTx); % Matched filter for the Rx
qamMapper = comm.RectangularQAMModulator('ModulationOrder', 2^bitsPerSubCarrier, 'BitInput',
true,'NormalizationMethod', 'Average power');
axis([-0.5 0.5 -200 -20]);
hold on;
grid on
xlabel('Normalized frequency');
ylabel('PSD (dBW/Hz)')
title(['F-OFDM, ' num2str(numRBs) ' Resource blocks, ' num2str(rbSize) ' Subcarriers each'])
% Generate data symbols
bitsIn = randi([0 1], bitsPerSubCarrier*numDataCarriers, 1);
symbolsIn = step(qamMapper, bitsIn);
offset = (numFFT-numDataCarriers)/2; % for band center
symbolsInOFDM = [zeros(offset,1); symbolsIn; ...
zeros(numFFT-offset-numDataCarriers,1)];
ifftOut = ifft(ifftshift(symbolsInOFDM));
% Prepend cyclic prefix
txSigOFDM = [ifftOut(end-cpLen+1:end); ifftOut];
txSigFOFDM = step(filtTx, [txSigOFDM; zeros(L-1,1)] )

Projet de fin d’études 75


ANNEXE

Ofdm vs FBMC
numFFT = 128;
numGuards = 20; % for both sides
K = 2; % ordre du filter
bitsPerSubCarrier = 4; % 2: QAM, 4: 16QAM, 6: 64QAM, 8: 256QAM
numSymbols = 1000; % Simulation
L = numFFT-2*numGuards; % nombre coplexe par symbole
% Prototype Filter
switch K
case 2
HkOneSided = sqrt(2)/2;
case 3
HkOneSided = [0.911438 0.411438];
case 4
HkOneSided = [0.971960 sqrt(2)/2 0.235147];
otherwise
return
end
Hk = [fliplr(HkOneSided) 1 HkOneSided];

qamMapper = comm.RectangularQAMModulator('ModulationOrder', 2^bitsPerSubCarrier, 'BitInput',


true, 'NormalizationMethod', 'Average power');
qamDemod = comm.RectangularQAMDemodulator('ModulationOrder',
2^bitsPerSubCarrier,'BitOutput', true, 'NormalizationMethod', 'Average power');
BER = comm.ErrorRate;
KF = K*numFFT;
KL = K*L;
dataSubCar = zeros(L, 1);
dataSubCarUp = zeros(KL, 1);
sumFBMCSpec = zeros(numFFT*K*2, 1);
sumOFDMSpec = zeros(numFFT*2, 1);
inpData = zeros( bitsPerSubCarrier*L/2, numSymbols); rxBits = inpData;
txSigAll = complex(zeros(KF, numSymbols));
for symbolNr = 1:numSymbols
inpData(:, symbolNr) = randi([0 1], bitsPerSubCarrier*L/2, 1);
modData = step(qamMapper, inpData(:, symbolNr));
if rem(symbolNr,2)==1
dataSubCar(1:2:L) = real(modData);
dataSubCar(2:2:L) = 1i*imag(modData);
else
dataSubCar(1:2:L) = 1i*imag(modData);
dataSubCar(2:2:L) = real(modData);
end
dataSubCarUp(1:K:end) = dataSubCar;
dataBitsUpPad = [zeros(numGuards*K,1); dataSubCarUp; zeros(numGuards*K,1)];
X1 = filter(Hk, 1, dataBitsUpPad);
X = [X1(K:end); zeros(K-1,1)];
scFactor = KF/sqrt(KL);
txSig = scFactor.*fftshift(ifft(X));
% Combine the individual txSigs
[specFBMC, fFBMC] = periodogram(txSig,rectwin(length(txSig)),numFFT*K*2,1);
sumFBMCSpec = sumFBMCSpec + specFBMC;
Projet de fin d’études 76
ANNEXE

txSigAll(:,symbolNr) = txSig;
end

sumFBMCSpec = sumFBMCSpec / mean(sumFBMCSpec(1+K+2*numGuards*K:end-


2*numGuards*K-K));
plot(fFBMC,10*log10(sumFBMCSpec)); hold on; grid on
axis([0 1 -130 10]);
xlabel('Normalized frequency'); ylabel('PSD (dBW/Hz)')
title(['FBMC with ' num2str(K) ' overlapping symbols'])
set(gcf, 'Position', [168 652 560 420]);
for symbolNr = 1:numSymbols
inpData2 = randi([0 1], bitsPerSubCarrier*L, 1);
modData = step(qamMapper, inpData2);
symOFDM = [zeros(numGuards,1); modData; zeros(numGuards,1)];
ifftOut = numFFT/sqrt(L).*fftshift(ifft(symOFDM));
[specOFDM,fOFDM] = periodogram(ifftOut,rectwin(length(ifftOut)),numFFT*2,1);
sumOFDMSpec = sumOFDMSpec + specOFDM;
end
sumOFDMSpec = sumOFDMSpec / mean(sumOFDMSpec(1+2*numGuards:end-2*numGuards));
figure; plot(fOFDM,10*log10(sumOFDMSpec)); grid on
axis([0 1 -100 10]);
xlabel('Normalized frequency'); ylabel('PSD (dBW/Hz)')
title(['OFDM, nFFT = ' num2str(numFFT)])
set(gcf, 'Position', [746 652 560 420]);
for symbolNr = 1:numSymbols
rxSig = txSigAll(:, symbolNr);
Xrx = fft(fftshift(rxSig/scFactor));
Xrx1 = filter(Hk, 1, Xrx);
Xrx1 = [Xrx1(K:end); zeros(K-1,1)
X2 = Xrx1(numGuards*K+1:end-numGuards*K)
if rem(symbolNr, 2)
r1 = real(X2(1:2*K:end));
r2 = imag(X2(K+1:2*K:end));
rcomb = complex(r1, r2)/K;
else
r1 = imag(X2(1:2*K:end));
r2 = real(X2(K+1:2*K:end));
rcomb = complex(r2, r1)/K;
end
rxBits(:, symbolNr) = step(qamDemod, rcomb);
end

Projet de fin d’études 77


ANNEXE

OFDM avec M-QAM


% Initialisation des paramètres
Nsousport = input('Taille du symbole OFDM (nombre de sous-porteuses) N = '); % Taille du
symbole OFDM (nombre de sous-porteuses)
M = input('Ordre de modulation M = '); % Ordre de modulation M =
Nsmb = input('Nombre de symboles OFDM à simuler = '); % Nombre de symboles OFDM à
simuler =
Nbe = 3000; % Nombre de bits erroné
orig=0; %origine de l'axe SNR
pas=input('SNR commence à 0 dB, avec une taille de pas [dB] = '); % le pas d'SNR
valeurfin=input('La valeur finale de SNR [dB] = ');
ht = modem.qammod(M); % Modulation
hr = modem.qamdemod(M); % Demodulation
c=0;
for snr=orig:pas:valeurfin % for snr=0:le pas:la fin
c =c+1;
nEr = 0; % Nombre d'erreurs collectées
nSmb = 0; % Nombre de symboles OFDM simulés
while ((nEr < Nbe) && (nSmb < Nsmb))% nEr<3000 et nSmb<nombre de symboles à simuler
Dg=randi([0 M-1],1,Nsousport); % Génération des données
Dmod=modulate(ht,Dg); % Modulation en bande de base (mapping)
dAM_mod=ifft(Dmod,Nsousport); %ifft
dAM_mod_noisy=awgn(dAM_mod,snr,'measured'); %ajout du bruit
amdemod=fft(dAM_mod_noisy,Nsousport); %fft
y=demodulate(hr,amdemod); % démodulation
[n,r]=biterr(Dg,y); %compare Dg(données envoyés) avec y (données recues) et r=nombre de
bits erronées
nEr=nEr+r;
nSmb=nSmb+1;
end
berRslt(c)=nEr/(log2(M)*nSmb);% BER=nombre de bits erronés/ nombre de bits total
transférés
end
snr=orig:pas:valeurfin;
semilogy(snr,berRslt,'-
ok','linewidth',2,'markerfacecolor','k','markersize',8,'markeredgecolor','k');grid;
title('OFDM Bit Error Rate vs SNR');
ylabel('Bit Error Rate');
xlabel('SNR [dB]');
legend(['BER, N = ', num2str(Nsousport),' ',num2str(M),'-',ht.type])

Projet de fin d’études 78


ANNEXE

Projet de fin d’études 79