Vous êtes sur la page 1sur 2

Texify - Send photo and get the text:

• Le statut de l'élève L'élève devient l'élément dominant de la situation pédagogique, il acquiert une
grande autonomie qui risque d'entrainer un effacement du maitre. Etant donné que les élèves sont
responsables de leur progression et qu'ils évoluent à leur rythme, il est souhaitable de les mettre en
groupes de niveaux : groupes d'élèves classés selon leur niveau.

la réunion d'un certain nombre de conditions, parmi lesquelles on peut ranger des effectifs réduits,
des salles de classe transformables pour des travaux de groupes ), une organisation adaptée de
l'emploi du temps (il est difficile pour les élèves de pratiquer les méthodes actives pendant deux
heures puis de revenir a un fonctionnement traditionnel...), des outils scolaires appropriés : tables-
bancs mobiles,

manuels qui offrent des problèmes et non seulement des solutions, des données et non ? des règles,
etc.

Texify - Send photo and get the text:

III-POUR UNE PEDAGOGIE FRONTALE ADAPTEE ET AMELIOREE

Objectifs

modalités

Transmissions d'informations

· L'informateur est le maitre qui apporte à la classe

des données que les enfants ne peuvent pas découvrir seuls (dates, certaines règles, principes...)
L'informateur est un enfant (ou un groupe d'enfants)

qui fait un exposé devant l'ensemble de la classe ; - L'informateur est un intervenant extérieur (pere

d'élèves, artisan...); - L'information est transmise par des moyens audio

visuels : radio, télévision, magnetophone. Quand mes élèves ont travaillé en groupe ou
individuellement sur différents aspects d'un même thème, il est nécessaire de rassembler les
résultats obtenus et d'en faire une synthèse. La classe est une petite société qui a besoin pour bâtir
son unité de travailler collectivement a des taches communes. Un travail permanent en petits
groupes risquerait d'empêcher la cohésion du groupe-classe.

Mise au point et synthèse de travaux

Renseignement des liens entre élèves, cohésion du groupe d'élèves


C'est le cas par exemple en grammaire, d'une méthodologie qui ne s'appuierait sur l'apprentissage de
règles ou à l'inverse sur des exercices structuraux. Dans le premier cas, l'élève passif et dépendant
enregistre sans comprendre des règles qu'il est ensuite incapable d'appliquer ; Dans le second, il se
contente de répéter d'une façon mécanique des phrases sans qu'il soit fait appel à sa réflexion. Dans
les deux cas, les techniques ou outils nécessaires utilisés pendant une courte période de la leçon (5
minutes) sont érigés à tort en méthode de travail. Un exemple de pédagogie frontale bénéfique au
primaire est sans conteste, le procédé la Martinière. Le maitre placé face à la classe peut contrôler
d'un seul coup d'oeil les réponses écrites sur des ardoises que les élèves présentent. Ce procédé est
irremplaçable pour le contrôle de l'orthographe, la vérification de la connaissance des tables à tous
les niveaux, les exercices de calcul mental, la vérification des connaissances historiques (dates-faits),
géographiques (chiffrés...). Le procédé se révèle très efficace si le maitre veille à ne pas prolonger
l'activité plus de 5 à 10 minutes, à écrire lui-même au tableau les bonnes réponses, et à exiger la
correction immédiate des erreurs commises par les élèves.