Vous êtes sur la page 1sur 1

Kevue ae presse scientirique 1

plus précisément l'activité innée spécifique


du système immunitaire contre la formation de
biofilms. La lactoferrine, en quantité abondante
dans les produits d'excrétion de glandes exo-
crines (nasales, bronchiques, intestinales, vagi-
nales, pancréatiques) serait directement impli-
quée. Cette protéine inhibe en effet le
développement de biofilms & des concentrations

L
es muqueuses, ~ M J pdq&is
. de nom-
breuses infections & ~ 4 d & k sont s ~ inférieures à celles qui sont bactéricides ou bacté-
protégées de façon natw&& riostatiques. On sait d'autre pari que des concen-
facteurs aotimimbie~s,ddiiw$& @&)#stiIrnk trations élevées en fer sont indispensables à la
irnmunitartarm, permk.&ent $ dQ&g&don=pide formation de biofilms. Ainsi, en chélatant
desh t p r i s desmuque- d g r @ . ~ 4 ~r<gvo-
j et séquestrant le fer, la Iactoferrinestimule
la mobilité des bactéries qui se déplacent au
lieu d'être immobilisées sous forme de biofilms.
La lactoferrine a d'autre part une action bactéri-
cide en se liant aux lipo@lysaccharides :elle per-
r b s en réseaux densss. Ainsi, &r7i1$&ients met la destruction des membranes bactériennes
atteints de mucoviscidose, fYnf~~W-*voies et facilite donc l'action des antibiotiques. Ces
aériennes par Pseudmonas a e r ~ k f e r i données permettent de mieux comprendre pour-
est un parfait exemple. ~'%&&@~~ms quoi la lactoferrineest retrouvée en quantités éle

I
peut entraîner une deSt~cti0np%&&$é.fa84/e. vvées dans le lait maternel:elle permet ainsi de
La transformation des liBrk.~e@nnes renforcer les défenses du système digestif encore
en regroupement sous forme de bnrf~!m-& t
donc immature desé .su
,n
o
u
,
un événement redoutable car eHe mfmFpn$-
typage par anticorps monodo-
aux ou sur i'examen d i en une résistance vis-&-vis à /a fois ckrs q$@hfsmes P.K. Singh, M.R. Parsek,
de défenses de l'hdte et des-xnâ'bi@qy@. Nature 4 17 (30/05/02)

acides nuclëiues Waun Le 1 Une équipe américaine a pm#@mprendm 552-555

iagnostic indirect est & d o -


détection des anti- cacité était de 38 % dans I'étude 1 trale de sérotonine dépendrait année, les concentrations en
et de 42 % dans I'étude 2 avec directement des conditions d'en- sérotonine, dopamine, 5-HIAA et
toutefois une grande différence soleillement et jouerait un rBle noradrénaline ont été rapportées
laforme génitale, il serait intéressant entre les hommes et les femmes majeur dans l'humeur en général. en fonction de différents para-
de disposer d'un vaccin permettant puisqu'elle était respectivement On savait déj& que des pertur- mètres météorologiques. Les
de limiter la disséminationde cette de 73 % et 74 % chez les femmes bations de la transmission dopa- températures maximales et mini-
MST. En effet le probléme majeur séronégativesà la fois pour HSV 1 minergique cérébrale entraînent males ont été notées ainsi que la
de I'herpés génital est celui de la et HSV 2. Le vaccin était en re- des troubles de l'humeur de type pression atmosphérique, la
fréquence des récidives au cours vanche inefficace chez les femmes saisonnier et du comportement quantité de pluie et la durée
desquelles le sujet infecté peut séropositives HSV 1 et séronéga- et des désordres affectifs. Ainsi, d'ensoleillement journaliére.
transmettre, du fait de l'excrétion tives HSV 2. Le vaccin Btait aussi la photothérapie et les inhibiteurs Les résultats montrent que
virale qui les accompagne, le virus inefficace chez les hommes, quel du recaptage de la sérotonine seules les concentrations en
à son partenaire sexuel. que soit leur statut sérologique. sont utilisés dans le traitement sérotonine varient avec I'enso-
Deux études ont évalué l'efficacité Ces études sont donc intéres- des dépressions saisonniéres. leillement. On observe une aug-
d'un vaccin utilisant la giycoprotéine santes et permettent de penser Mais les concentrations en séro- mentation maximale de la vitesse
gD du HSV 2, associé à un adju- qu'une vaccination de ce type tonine, en dopamine et en nora- de renouvellement de la séroto-
vant, pour prévenir l'herpès génital pourrait être utile dans la pré- drénaline dans le LCR des nine durant les mois d'été avec
chez des sujets dont les partenaires vention de I'herpés génital chez patients atteints de ces patho- des quantités produites par le
sexuels avaient des antécédents les femmes. Un tel vaccin s'an- logies sont normales. cerveau directement liées à la
d'hep& génital. Elle ont concerné nonce comme beaucoup plus Une équipe australienne s'est luminosité. Le turn over est trés
847 sujets séronégatifs pour efficace qu'un vaccin constitué donc intéressée à la relation élevé puisque les concentrations
HSV 1 et HSV 2 d'une part, et de virus entier inactivé qui s'est entre les concentrations san- sont renouvelées quotidienne-
1 867 sujets séronégatifs pour montré trés peu efficace. guines en sérotonine et de son ment en fonction de I'ensoleille-
HSV 2 d'autre part. A J O, 1 mois et métabolite majeur, l'acide 5- ment du jour même du préléve-
6 mois les sujets ont reçu en double L.R. Strawberry et coll., ment. Ces données confirment
hydroxy-indolacétique (5-HIAA)
N. Engl. J. Med. 347 (21/11/02) l'observation, il y a vingt ans, qui
aveugle soit le vaccin expérimental 1652-1661 et le degré d'ensoleillement.
soit un placebo. Le critére retenu Chez plus d'une centaine montrait que les concentrations
pour juger ce vaccin était la surve- d'hommes volontaires sans anté- en sérotonine mesurées dans
nue d'un herpés génital chez tous cédents particuliers de 18 à l'hypothalamus étaient trés
les sujeis dans l'étude 1 et chez les Humeur 79 ans a été effectué un prélé- faibles chez sujets décédés
pendant l'hiver.
femmes dans I'étude 2.
b. vaccination a été dans I'en-
et sérotonine vement au niveau de la veine
jugulaire interne, qui offre le
G. Lambert, C.Reid,
semble bien tolérée avec induction m D'aprés une étude publiée meilleur reflet du sang provenant Lancet 360 (07/12/02)
d'une réponse humorale. Ceffi- dans le Lancet, la sécrétion cen- du cerveau. Tout au long d'une 1840-1842

Revue Française des Laboratoires, man 2003, Ne351