Vous êtes sur la page 1sur 1

Article publié par la RTS le 2019.11.

09, Auteurs : Jean-Marc Heuberger/boi

Il y a trop de cerfs dans les Grisons et les forêts en souffrent

Trop de cerfs dans les Grisons, il faudrait en abattre davantage 12h45 / 2 min. / le 05
novembre 2019
Les gardes forestiers tirent la sonnette d'alarme dans les Grisons, car les cerfs sont trop
nombreux et la forêt en souffre. Les chasseurs n'arrivent plus à suivre et seule la moitié des
individus qui auraient dû être abattus en septembre l'ont été.

Des érables complètement mangés ou des épicéas rongés, les dégâts provoqués par les cerfs
dans les forêts grisonnes sont toujours plus importants.

Ces animaux dévorent les jeunes arbres qui devraient assurer le renouvellement de la forêt
protectrice. Une fois endommagés les arbrisseaux ont un grand risque de ne pas survivre.

Interrogé cette semaine dans le 12h45, Hanspeter Thöny, garde forestier à Seewis (GR),
relève que si les cheptels de cerfs étaient équilibrés dans les années 90, on a ensuite laissé
grandir les troupeaux: "Aujourd'hui, on a environ 17'000 cerfs aux Grisons. Durant un an ou
deux, il faudrait en abattre beaucoup plus qu'on le fait aujourd'hui."

Malin cerf et chasseurs débordés

Les chasseurs grisons abattent certes des milliers de cerfs chaque année. Mais les troupeaux
ne cessent de grandir, car les cerfs sont malins, confie Tarzisius Caviezel, de l'association des
chasseurs grisons: "Les cerfs apprennent vite, ils réagissent rapidement aux changements.
Donc, plus on augmente la pression sur eux et plus ils se retirent dans des zones où on ne peut
plus les atteindre."

Au final, les tireurs n'arrivent pas à suivre: 5000 bêtes auraient dû être abattues en septembre,
mais le but est loin d'être atteint. Ce sont ainsi 2500 cerfs qui devront encore être chassés
durant une chasse spéciale en novembre.

C'est pourquoi les gardes forestiers demandent au canton d'agir: 40% des forêts grisonnes
seraient déjà fortement endommagées.

Et si la solution venait du loup?

La solution pourrait venir du loup. Selon le WWF, on aurait besoin de plus de grands
prédateurs pour réguler les populations de cerfs.

L'organisation prend l'exemple de la vallée du Calanda, où les loups se sont réinstallés depuis
longtemps et où ils sont nombreux. Les dégâts aux forêts y sont en recul, car la présence du
loup permet une meilleure répartition des troupeaux de cerfs.

Le WWF a ainsi saisi le référendum contre la nouvelle loi fédérale sur la chasse, qui veut
limiter les grands prédateurs. Les gardes forestiers soutiennent également ce référendum dans
l'espoir que, grâce au loup et au lynx, les dégâts aux arbres diminuent.

Jean-Marc Heuberger/boi