Vous êtes sur la page 1sur 14

EXPRESSION / COMMUNICATION ORALE

L’expression orale et écrite fait partie des programmes de formation de développement


personnel qui comprend :
-l’efficacité professionnelle
-confiance en soi et créativité
-compétences relationnelles
-expression orale et écrite

Que l'on soit amené à réaliser des exposés magistraux, à débattre ou à mener des
entretiens, des éléments essentiels de communication se doivent d'être maîtrisés :
optimisation de son expression, préparation argumentée et animation adaptée à son
auditoire.

En fait ce cours ou cette formation est une formation de prise de parole


Voici donc le contenu :

PREALABLES : Les règles de base de la communication


(Comme Prérequis de cette formation prise de parole)

La psychologie de la communication et la sociologie de la communication seront aussi


abordés

1-1 Les quatre composantes de l’expression orale

 1. Le langage du corps
 2. La respiration et la relaxation dynamique
 3. La voix
4. Le langage, les mots, le style

TRAVAUX PRATIQUES :

-une approche active et impliquant pour chaque étudiant


-de nombreux exercices et travaux de groupes
-jeux et rôles filmés avec restitution et analyse individualisé
-débat de réflexion

1.1. LES QUATRE COMPOSANTES DE L’EXPRESSION ORALE


1
1.1.1. Le langage du corps

Ce que nous devons apprendre dans cette composante

- La communication non verbale.


- L'importance de la communication non verbale.
- Prise d'espace et déplacements : apprendre à habiter son périmètre d'intimité avec
calme et assurance.
- Se poser : comment effectuer une bonne " prise de terre ", que l'on se tienne assis
ou debout.
- Gestes vivants et détendus : affirmer sa conviction.
- Les expressions du visage : comment se montrer détendu, ouvert, expressif et
souriant à bon escient.
- Le regard : montrer ses émotions positives, s'approprier son champ de vision,
regarder le public.

Exercice
Exemples d'utilisation des gestes lors d'une prise de parole.

Qu’est-ce que c’est ?

Le langage du corps est un mode de communication silencieux, non verbal, que


nous employons dans chacune de nos relations avec une autre personne.
C’est comme un miroir qui nous dit ce que l’autre personne pense et ressent en
réponse à nos propos et à nos actions. Le langage du corps implique les gestes, les
manières et les autres signes corporels.
Pouvez-vous imaginer que dans les situations de la vie courante, 60% à 80% des
messages que nous transmettons aux autres passent par le langage du corps et que
la communication verbale réelle ne compte que pour 7 à 10 % ?
Notre capacité à utiliser le langage du corps d’une manière positive et de lire
dans les pensées des autres par le biais de leur langage du corps peut devenir un
outil puissant pour le développement général de notre personnalité.
Imaginez pouvoir créer une forte impression dans votre travail, vos affaires et aussi
dans le domaine de l’amour en possédant des connaissances dans ce champ
d’étude qui n’est pas si courant, mais qui est pourtant si efficace.

2
C’est l’outil silencieux d’une vie réussie.

Au contraire du langage verbal qui est tout à fait conscient, le langage du corps est
tout à fait inconscient et révélateur de la psychologie de l'être humain.
Nous utilisons tous les jours le langage du corps dans nos vies pour faire passer
notre message, pour obtenir des réactions positives, et pour obtenir tout ce qu’on
peut désirer.
Nous utilisons ce langage tout le temps, mais nous n’en sommes peut-être pas
conscients. De plus, ce langage n’implique pas seulement la bouche mais
également le corps dans son ensemble. Pourriez-vous même imaginer le
fantastique pouvoir qui permet de l’appliquer ?
Avec ce pouvoir vous serez en mesure d’interpréter les émotions intérieures des
autres personnes même si elles ne les expriment pas directement. Parce qu'elles
ignorent que leur corps est en train de les trahir pendant qu'elles vous parlent, et que
vous avez tout compris !

Imaginez votre supériorité par rapport à ceux qui ne savent pas !


Et puis ce qui est génial, c'est que ça marche aussi dans l'autre sens.
Puisque vous saurez décrypter le langage du corps, vous saurez également
comment faire pour ne pas vous trahir vous-même !
Vous saurez, sans risque d'erreur, comment inspirer confiance, quelle position
adopter, quel geste faire ou ne pas faire, comment regarder votre interlocuteur,
comment lui donner une impression favorable et aussi, comment l'influencer à
son insu.
Parce que vous saurez maîtriser tout ce qui peut vous trahir : votre corps,
votre visage, vos gestes, votre démarche, votre voix, la façon de vous habiller,
votre comportement et mille autres petites choses qui expriment tout ce que
vous ressentez intimement, consciemment ou non.

Voici, décrites brièvement des situations que vous rencontrez chaque jour,
faciles à décoder en observant les mouvements des gens.

3
Comment se fait la communication non verbale ?

On envoie et on reçoit en permanence des signes non verbaux qui transitent par des
expressions du visage, des gestes et postures, le ton de notre voix, l'habillement, la
coiffure, le maquillage, l’odeur, les silences, le toucher.
Le langage non verbal permet la communication entre personnes de langues
différentes : le rire et l’expression de la douleur sont les expressions non verbales les
plus universelles. Mais ces signaux ne sont pas universels et ils doivent être
interprétés en fonction du contexte. La signification d’un geste dépend de la situation,
de l'émetteur, du récepteur, de la culture, de la religion. Exemple : les vêtements
blancs ou noirs pour le deuil, selon la pratique religieuse dans différents pays.

Le chercheur américain Mehrabian a évalué l'équation du comportement verbal/non


verbal. Il obtenu les résultats et les effets du paralangage sur la communication :
Lors d’un entretien d'embauche, d’un entretien commercial ou d’une discussion entre
ami(e)s ce n'est pas seulement ce que vous racontez qui est important. C’est
également la manière de le dire qui déterminera la suite des événements.
Pour bien contrôler sa communication interpersonnelle, il est donc essentiel de
comprendre notre communication non verbale.

1.1.2. La respiration et la relaxation dynamique

En quoi la fonction respiratoire a-t-elle à voir avec la relaxation ?

a)La respiration

Les deux temps important de la respiration sont l’expiration et l’inspiration

Il existe trois types de respiration :


claviculaire, thoracique et abdominale.
Celle qui sollicite les muscles abdominaux est adaptée à l'expression orale, qu'elle
soit parlée ou chantée.
Cette respiration par le ventre est la première que nous connaissions. Elle est innée.
C'est celle des bébés, des petits enfants, des personnes qui ont pu conserver un
rythme de vie proche de leur rythme biologique.

4
Régulièrement et sans précipitation, travaillez-la. Vous parviendrez à respirer de
cette façon à volonté. Il faut vous rééduquer. En dormant, vous respirer par le ventre.
C’est donc que vous savez le faire. Une main sur le ventre, souffler profondément et,
ensuite relâcher progressivement la tension abdominal. Il faut décompresser.

Citation : « un texte c’est d’abord une respiration » Louis Jouvet.

Elle détermine la bonne émission de la voix.


Elle permet la détente musculaire et nerveuse.
Elle est nécessaire pour vivre… Et faire vivre son discours !

Il y a trois grands types de respirations :

1/ Claviculaire :

Gonflement de la cage thoracique et élévation des épaules. C'est la respiration


dite "haute", celle que nous utilisons quand on nous dit de respirer « à fond »
chez le médecin. Elle peut bloquer la voix et générer du stress.

2/ Thoracique :

Ouverture de la cage thoracique par l’élargissement des côtes et le


gonflement de la poitrine.

C'est la respiration la plus connue, utilisée par la plupart des sportifs


amateurs.

3/ Abdominale :

Entraînez-vous, c 'est la bonne !


Abaisser le diaphragme et détendre les muscles abdominaux.
Cette respiration se découvre facilement si l'on s’allonge sur le dos en plaçant
une main sur le ventre. Lors de l’inspiration : la main est soulevée, le ventre
se gonfle, puis se creuse à l’expiration.
C'est la respiration idéale pour la voix chantée et parlée. Elle permet en plus
de gérer le stress.

Conseil : Il s’agit en fait d’améliorer sa respiration. D’où il faut apprendre à


respirer :

5
-profondémént pour ventiler le corps et oxygéner muscles et cerveau.
-régulièrement pour éviter que la machine s’emballe.

Positions qui favorisent la respiration :

- Lorsqu'on est assis derrière une table :


. laisser la cage thoracique libre (bras croisés à proscrire),
. considérer la colonne vertébrale comme un axe vertical (le mât d'un bateau) et
éviter de se pencher trop en avant ou en arrière.
- Que l'on soit assis ou debout toutes les positions FERMEES sont à proscrire.

2-La relaxation dynamique

La relaxation dynamique, elle s’étend, sur plusieurs degré allant de la simple


détente corporelle et mentale à la réalisation de soi. Elle amène l’individu vers un
état de conscience entre veille et sommeil, qui est reconnu comme l’état de détente
idéale exerçant une influence positive sur le corps et l’esprit.

Elle s’appuie sur l’apprentissage de la respiration abdominale, respiration présente


à la naissance du bébé. Il s’agit de rappeler au cerveau notre respiration première,
qui est la bonne et que nous avons tendance à oublier en grandissant.

Sachant que la respiration est l’un des moyens de communication dont dispose le
corps, elle est donc d’une importance capitale en sophrologie car elle ouvre à la
liberté.

La relaxation dynamique, s’appuie également sur la découverte du corps. Car


prendre conscience de son corps (dans ses portes ou sa globalité) permet de nous
définir d’un espace par rapport à un autre espace (monde extérieur, les autres) et
plus largement permet de nous définir de notre schéma corporel (la représentation
mentale que nous avons de notre corps) par rapport à l’espace extérieur.

6
Conseils :

 Se relaxer physiquement :

Avant l'intervention :

-Prendre conscience des muscles inutilement contractés (épaules, cou, nuque,


omoplates, reins, abdomen, ...).
-Les décontracter progressivement.
-Détendre le visage (muscles entourant la bouche, sourcils, joues).
En cours d'intervention :
-Changer de posture si c'est possible (assis-debout).
-Respirer lentement et à fond.

 Se relaxer mentalement :
Le principe consiste à projeter sur son écran mental des images associées à des
moments agréables ou à des situations imaginaires, paisibles, rassurantes.
Si l'on considère que le trac est dû aux images angoissantes du type "je vais
bafouiller, je ne vais pas savoir que dire, je suis moche, ..." la relaxation mentale
suggère non pas de rationaliser ces images négatives mais de les remplacer.
Exemple : créer et visualiser son "jardin secret", c'est un jardin agréable à regarder
par ses couleurs, ses fleurs, ses odeurs, les bruits, etc. ; s'y promener par la
pensée.

1.1.3. La voix ou le timbre

Objectifs :

-Découvrir et prendre conscience de sa voix


-Prendre conscience de sa respiration et de ses résonances
-Apprivoiser le trac
-Acquérir les techniques vocales qui font un bon orateur
-Renforcer la synchronisation entre la voix, le regard et la gestuelle pour une
communication efficace

La voix est un outil puissant et naturel de communication. Si vous n'aimez pas


votre voix, si elle se fatigue vite et s'altère, si elle est monocorde, si votre ton

7
et votre diction ne soutiennent pas votre discours, c'est autant de barrières
que vous dressez entre vous et les autres. En travaillant votre voix, vous
serez plus convaincant, plus authentique et plus à même de défendre vos
opinions.

Selon les individus, le timbre de voix sera très différent.


Le timbre, tout comme les empreintes digitales, est propre à chacun et ne varie pas.
Il est très utile à un orateur de bien placer sa voix, c'est-à-dire, entre autres, de bien
la timbrer.
Au-delà du timbre, la voix se caractérise aussi par :

1/ L'intensité :

C'est le niveau sonore de la voix. Il faut adapter ce niveau à la taille de l'espace, à la


disposition du public, et au nombre de personnes présentes.

2/ L'intonation :

C'est le mouvement mélodique de la voix, caractérisé par des variations de hauteur.


Comme en musique, il faut trouver sa partition et jouer sur des notes différentes.

Il est nécessaire de varier ses intonations afin de capter l'attention de l'auditoire.

Personne n'imagine un morceau musical sur une seule et même note.

3/ Le débit :

C'est le nombre de mots à la minute. Attention, la plupart des orateurs parlent trop
vite.

Entraînez-vous à étirer le temps de votre intervention : 20 % en plus et vous allez


gagner en impact.

Pour cela :

 Il faut respirer entre les phrases, dans les phrases et faire des pauses pour
reprendre votre souffle

8
 ... Et laisser le public respirer lui aussi.
 Comme en musique, le silence s'inscrit dans la partition.

Attention, le trac provoque souvent une accélération du débit, il faut être vigilant sur
ce point.

1.1.4. Le langage, les mots, le style

1-Le langage
QUELQUES DEFINITIONS

 Le langage

Au sens le plus large ou général, le langage est une fonction humaine qui élabore et
construit des systèmes de signes en vue de la communication. C’est une production
de l’intelligence et de la volonté humaines. C’est un instrument de communication.
C’est le moyen qu’ont les hommes d’échanger entre eux des pensées et des
sentiments.
Selon Jules Vendryes : « le langage nous révèle l’hôte inconnu que nous
portons en nous, il ouvre le monde fermé de notre vie intérieure et nous permet
d’en sortir, il est le créateur et l’agent de notre vie sociale ». Pour qu’il y ait
langage, il faut qu’il y ait volonté de communiquer au moyen des signes reconnus
comme tels par l’adhésion des membres d’un même groupe social.
Les hommes peuvent parler le même langage même. Par contre, des hommes
parlant la même langue peuvent ne pas parler le même langage ;
L’Ex: rwandais et burundais est très éloquent. (L’usage de la même langue n’a pas
empêché la commission du génocide)

la langue : est un des systèmes sémiotiques c'est-à-dire un système de signes


articulés verbaux (oraux et écrits) d’un groupe social déterminé, c’est l’ensemble des
habitudes linguistiques qui permettent à un sujet de comprendre et de se faire
comprendre (Ferdinand de Saussure).
langue est l’objet même de la linguistique. L’individu reçoit dès la naissance un
ensemble de signes qu’il apprend à associer aux mêmes concepts. Mais cet
ensemble de signes sil le reçoit du dehors, de la société ; il ne le crée pas. En
d’autres termes, la langue est un fait social : son système de signes est virtuellement

9
dans l’esprit de chaque individu, qui s’impose à celui-ci au cours de toute son
existence et qui le fait participer à la vie de la communauté. La langue représente «
l’héritage immense qu’un peuple confie à un individu et qu’il dépose en lui ».
Dans son principe et sa finalité, la langue est un outil de communication. C’est aussi
un merveilleux moyen d’explication et d’expression des besoins fondamentaux des
hommes qui les poussent à prendre de la réalité extérieure et de la réalité intime une
conscience et une connaissance de plus en plus précise.

La langue a une quadruple fonction : sociale, logique, esthétique et morale :


‫ ٭‬Fonction sociale : un instrument de communication, nous recourons à la langue
pour communiquer à autrui nos pensées, nos sentiments, nos volontés pour établir
un contact mental avec lui, souvent pour le pousser à l’action. Elle est à la base de
toute vie sociale, de tout progrès humain.
‫ ٭‬Fonction logique : un instrument de connaissance, la langue permet de traduire la
pensée en tant que celle-ci fixe et classe les notions et les choses, en détermine et
en apprécie les rapports. Elle contribue éminemment à l’abstraction et à la
généralisation .Elle rend les concepts communicables et transmissibles. Cette
fonction logique, la langue la doit à son symbolisme : les mots sont des symboles qui
fixent les notions .La langue a une fonction, celle de traduire la réalité (êtres, notions,
relations) et de rendre cette traduction accessible à tous avec le maximum de
précision et d’objectivité .La langue est et restera pour nous un instrument de
maitrise .Plus notre vocabulaire est riche et étendu, plus riche est le monde en nous,
et plus nous maitrisons le monde.
fonction esthétique de la langue : un instrument de création .La fonction
esthétique a ceci de commun avec la fonction sociale et la fonction logique : elles
tendent toutes vers un maximum d’expressivité .C’est grâce à la forme (la beauté)
que les œuvres se conservent. C’est la langue qui élève un chef-d’œuvre au-dessus
du temps, qui le soustrait au temps. Rendue en quelque sorte intemporelle, l’œuvre
peut être ainsi revivifiée par les lecteurs de tous les temps et de tous les pays. F
Ozanam écrivait autrefois « si les ouvrages excellents commencent par la pensée,
c’est par la forme qu’ils durent ». Et le plaisir intellectuel prend appui non seulement
sur le contenu intellectuel ou affectif, mais sur des éléments formels, la langue, la
composition et le style : les mots.

10
Fonction morale de la langue : un instrument de libération. Chacun de nous a
besoin de la langue pour littéralement s’exprimer c'est-à-dire se presser dehors. Au
comble d’une grande souffrance ou d’une grande joie nous avons souvent besoins
d’un confident pour partager cette souffrance ou cette joie : inexprimées, elles nous
étoufferaient, exprimées, elles nous libèrent et nous sommes déchargés d’un poids.
La langue est d’un concours incontournable pour, informer et recueillir toutes les
manifestations de notre vie intérieure .La langue nous force à maitriser cette vie
intérieure dans la mesure où une heureuse expression lui confère sa plénitude
intime.

Il existe plusieurs sortes de langue : langue maternelle, langue officielle, langue


nationale, langue vernaculaire et langue véhiculaire :
o Langue maternelle : c’est celle parlée dans le milieu d’origine du locuteur ou celle
acquise depuis la tendre enfance au cours de son apprentissage du langage
o Langue officielle : celle qu’un gouvernement impose dans l’administration et
l’enseignement. Le français est la langue officielle de la Côte d’Ivoire.
o La langue nationale ; celle à usage intertribal à l’interethnique au service d’une
nation. Son choix est généralement dicté par son expansion géographique et
L’importance du nombre des locuteurs qui l’utilisent
o La langue vernaculaire : c’est la langue du terroir, celle parlée dans un espace
géographique assez limité, Ex: le baoulé est la langue vernaculaire de la région du
de la vallée du Bandama (aujourd’hui région du gbèkè)
o La langue véhiculaire : c’est la langue utilisée de façon privilégiée pour faciliter la
communication entre des locuteurs appartenant à plusieurs communautés
linguistiques différentes mais vivant sur une même aire culturelle. Le Kiswahili est la
langue véhiculaire de Goma, le dioula est

 La parole

C’est l’acte individuel par lequel s’exercent les fonctions de la langue .Un acte
individuel volontaire, par lequel un individu utilise momentanément ; une portion de la
langue « le propre de la parole est la liberté des combinaisons » écrit Ferdinand
de Saussure.

11
Au lieu de parole on utilise souvent et plus couramment le terme de « parler ». Le
parler est l’usage courant qui fait de la langue un type de locuteurs d’usagers dans
une situation donnée, Ex: le parler paysan, le parler militaire.
Dans la pratique le mot « langage » lui-même est souvent utilisé pour « parole » ou
mieux pour « parler », Ex: le langage enfantin, « le langage des adultes »

Le dialecte : est une variante d’une langue donnée, signalons qu’une langue peut
avoir plusieurs variantes dont les locuteurs se comprennent mutuellement.
La République démocratique du Congo compte plus de 400 dialectes autre les
quatre langues nationales et le français : langues techniques
Le patois : est surtout la manière de parler de certains paysans d’une contrée.
Ce patois peut varier d’un village à un autre. Autrement dit le patois est une variété
socioculturelle d’une langue alors que le dialecte en est une variété linguistique.

Ainsi la communication fait intervenir au moins deux acteurs à savoir l’émetteur et le


récepteur, et peut se faire par le biais d’un double langage : d’une part le langage
verbal et d’autre, le langage non verbal.

Précisément selon le petit dictionnaire, le langage est la faculté que les


hommes ont de communiquer entre eux et d’exprimer leur pensée au moyen de
signes vocaux (la langue) qui peuvent éventuellement être transcrit.

De quoi s’agit-il exactement ?

Le langage verbal regroupe certains éléments que sont le choix de mots et


vocabulaire utilisé, le style de communication employé (agressif, affirmatif…),
l’organisation des mots, la voix (accent, timbre, débit, ton…), les bruits (soupirs,
sifflement, rires…), les silences… et qui peuvent attirer ou repousser l’interlocuteur.
Il faut noter que les silences dans une communication orale sont très souvent
interprétés négativement dans notre société actuelle même s’ils permettent d’écouter
celui qui est en face de nous, nous permettent d’écouter celui qui est face de nous
ou alors, nous permettent de réfléchir et de prendre parole.

Le langage non verbal : c’est lui qui transmet une quantité d’information sur un
individu avant même qu’il n’ait prit la parole. Il s’agit dans un premier temps de la
présentation de l’individu.
12
Le choix des vêtements, leur coupe, leur couleur, leur assemblage, leur longueur,
l’absence d’un accessoire (cravate, ceinture…), la coiffure, le maquillage, la barbe, la
longueur des cheveux, les ongles…traduisent beaucoup plus que la personnalité de
l’individu.

Ensuite il s’agira de l’expression de notre visage car elle est la partie la plus
regardée lorsque nous nous exprimons : le regard (90% de la communication passe
par le regard), le sourire, ainsi que les gestes et les attitudes nous aident à
interpréter le contenu d’une communication.

Ainsi lorsqu’il y une discordance entre le langage verbal et le langage non verbal, la
signification et l’interprétation du message que nous souhaitons véhiculer
« brouillées ». La signification des gestes et du regard n’étant pas universelle, il
faudrait donc être le plus naturel possible, afin que notre communication orale soit
sans équivoque tout en assurant une compréhension minimale à notre interlocuteur.

2-Les mots

UN LANGAGE EFFICACE SUPPOSE : un langage simple et un langage juste

Un langage simple : un langage simple avec des phrases courtes est toujours plus
efficace. Une phrase courte est une phrase d’environ douze mots. Elle a un sujet, un
verbe et un complément. Un langage simple est un langage compris par tous, même
par les non-initiés.

Un langage juste : le langage est à l’image de ce que nous sommes et vice versa…
En modifiant notre langage et en utilisant des formules « plus efficace » nous
renforçons notre impact. Nous avons tendance à utiliser des formules qui nous
suggèrent à nous-mêmes (autosuggestion) l’échec ou nous rabaisse.

3- Le style : quand on parle du style on fait référence au registre de langue ou au


niveau de langue.

Dans la langue française, on remarque trois grands niveaux de langue. On utilise


ces niveaux de langues selon la personne à qui on s’adresse et selon la situation (il
existe trois niveaux de langues qui expriment la même situation). Le vocabulaire, la
syntaxe, l'accentuation varient ces niveaux. Pour la langue parlée, comme pour la

13
langue écrite, on peut distinguer par exemple : langage populaire, langage familier,
langage châtié, langage fleuri, langage oratoire, etc.
Le niveau de langue doit être choisi en fonction de la situation dans laquelle se
produit la communication (personnalité des interlocuteurs, histoire de leurs rapports,
position sociale réciproque, objet de la communication, nature du canal...).

a- le langage familier ou populaire

Le langage familier est une manière de parler avec des mots très simples et parfois
vulgaires (Langue relâchée avec phrases courtes, Constructions des phrases
souvent incorrecte, recours aux abréviations et aux termes issus de l’Argot ou du
patois). On entend cela dans des conversations entre amis ou copains mais aussi
lorsqu’une personne est en colère.
Ex : Je crèche dans une super baraque. Tu risques de te casser la figure. J’ai mal au
crâne. T’es mal fringué. Les frangins et les frangines

b- Le langage courant

C’est une manière de parler qui est plus soigné et beaucoup mieux adapté. On
l’utilise en classe avec des personnes mieux adaptées. On l’utilise en classe avec
des personnes que l’on connait peu ou pas.

Ex : Il vit dans une très belle maison


Tu es très sympathique et tu comprends tout.
Tu risques de tomber.

c- Le langage soutenu (ou littéraire)

C’est une manière de parler avec des mots rares et savants. On le lit dans les textes
littéraires, on l’entend dans des discours, on l’utilise quand on s’adresse à une
personne à qui on accorde beaucoup d’importance.
Ex : je réside dans une magnifique demeure.

14