Vous êtes sur la page 1sur 2

Morale  : Analyse d’une musique

College Boy
J'apprends d'ici que ma vie ne sera pas facile
Chez les gens
Je serai trop différent pour leur vie si tranquille
Pour ces gens
I want to see you

J'aime pourtant tout leur beau monde


Mais leur monde ne m'aime pas, c'est comme ça
Et souvent j'ai de la peine quand j'entends tout ce qu'ils disent derrière moi
Mais moi j'ai le droit quand tu te réveilleras
Oui, j'ai le droit
De te faire ça quand tu te réveilleras

Le droit d’ouvrir tes jambes


Quand tu te réveilleras
Oui, j'aime ça
Le goût du lait sur ta peau, j'ai le droit

Là oui nous sommes en vie


Comme tous ceux de nos âges
Oui nous sommes le bruit
Comme des garçons en colère

Je comprends qu'ici c'est dur d'être si différent pour ces gens


Quand je serai sûr de moi
Un petit peu moins fragile, ça ira
I want to see you

Là oui, nous sommes le bruit


Comme un cerf en colère
Oui, nous sommes le fruit
Comme des filles en colère
Tu me donnes ta vie
Et nous traverserons les ciels

J'ai le droit à tous les endroits


De te faire ça, à tous les endroits
J'ai quand même bien le droit
Oui de te faire ça
Oui, j'ai le droit oui, de te faire ça

A nos gloires ici-bas pour se revoir


A nos rages
On a le droit de se voir
A la gloire ici-bas
Pour se revoir
A nos gloires...

Analyse :
Dans le texte :
Il dit qu’il est différent des autres personnes. C’est peut-être à cause de sa culture, sa couleur de
peau, sa sexualité ou alors une différence mentale.
Grâce au paragraphe 3, on comprend qu’il est homosexuel.
On comprend que sa différence gène beaucoup de personnes, il ne rentre pas dans la norme et ça
les dérange fortement. Quand il dit « leur vie si tranquille », c’est assimilable à la normalité, où tout
le monde est pareil, tout le monde est hétérosexuel. Il explique que lui il aime les gens, et il a envie
d’être aimé aussi, mais les gens ne l’aiment pas, ils ne veulent pas de lui, ils disent des méchancetés
dans son dos et ça le rend triste. Quand il dit qu’il est en vie comme tous ceux de son âge, ça veut
dire qu’il est humain, qui a le droit de faire ce qu’il veut, de vivre comme il veut tant qu’il se sent lui.

Travail réalisé par Bruxelmane Noa


3B
Il a du mal à s’assumer, à être lui-même car les gens s’en prennent à lui, le jugent, … mais il dit que
quand il sera plus sûr de lui, ça s’arrangera. A plusieurs reprises, il dit « I want to see you ». C’est
sûrement car il veut revoir la personne qu’il aime, mais que c’est très dur à cause du jugement des
gens autour, qu’il doit cacher sa relation. « J’ai le droit d’ouvrir tes jambes » relève une certaine
interrogation au viol, de ce que penses les gens considérés ‘dans la norme’ par rapport aux
relations des personnes homosexuelles. Dans l’avant-dernier paragraphe (j’ai le droit à tous les
endroits), on comprend qu’il veut pouvoir s’assumer comme il est, qu’il est censé avoir le droit
d’aimer qui il veut, même une personne du même sexe, partout, sans que personne ne le juge.
Dans le dernier paragraphe, il explique qu’il essaye de revoir la personne qu’il aime, qu’il va tout
faire pour que ce soit possible, car ils ont le droit de se voir.

Dans la vidéo :
Au début, on remarque qu’il se fait harceler en classe, il reçoit des messages méchants, on lui lance
des feuilles et des bics, … Son casier est forcé et les gens ont tout cassé à l’intérieur, Les harceleurs
lui courent après, le suivent pour le frapper après les cours, quand des personnes le voient se faire
harceler, ils ont des bandeaux devant les yeux, ce qui signifie qu’ils sont témoins mais ne font rien,
et sont considérés aussi comme coupables car ils n’agissent pas pour aider la personne harcelée.
Même chez lui, il n’est plus heureux, la peur et l’incompréhension (même peut-être la honte)
prennent le dessus. On voit par la suite que les violences, qu’elles soient physiques ou verbales,
s’amplifient et arrivent de plus en plus souvent, même à l’intérieur de l’école. A la fin, il se fait
crucifier, ce qui est une métaphore pour expliquer que les harceleurs le poussent à sa mort, et de
plus en plus de gens se trouvent autour mais ne font rien, ils ont donc tous un bandeau sur leurs
yeux qui prouve que ce sont des témoins passifs. Les harceleurs lui tirent dessus, comme pour
l’achever, le terminer une fois pour toutes, et quand les policiers arrivent, les harceleurs disent
qu’ils n’ont rien fait et que c’est lui qui était dangereux, et les policiers tirent sur l’enfant qui a été
harcelé, ils finissent donc eux aussi avec un bandeau sur les yeux, car ils n’admettent pas la vérité,
et ont donc nullement aidés l’enfant. On voit le principal harceleur sourire, comme s’il était fier de
ça, qu’il était content de l’avoir tué. Il est arrivé à ses fins. A la toute fin, l’harcelé dit merci, pour
remercier d’avoir mis fin à ses souffrances, car il préférait mourir que de continuer à vivre comme
ça, pour lui, la mort était mieux que la vie.

Conclusion :
Le harcèlement se définit comme une violence répétée qui peut être verbale, physique ou
psychologique. On remarque clairement dans la chanson que la victime se fait harcelée par
différents harceleurs, et des témoins qui ne l’aident pas. Il y a violence verbale et physique, qui
s’amplifie de plus en plus jusqu’à mener à la fin du jeune garçon. Cette chanson, même remplie de
sous-entendus, explique très clairement ce qu’est le harcèlement et jusqu’où cela peut aller.

Travail réalisé par Bruxelmane Noa


3B