Vous êtes sur la page 1sur 19

SYNTAXE

   

CM  4  Les  pronoms  
1.  La  catégorie  des  pronoms  

Les  classes  tradi,onnelles  :  


Ø  pronoms  personnels  (dont  réfléchis)  :  je,  me,  moi,  tu,  te,  toi,  il,  le,  lui,  elle,  
la,  nous,  vous,  ils,  eux,  elles,  leur,  on,  se  
Ø  pronoms  démonstra>fs  :  celui,  celle,  ceux,  celui-­‐ci,  celle-­‐là,  cela,  ceci...  
Ø  pronoms  rela>fs  :  qui,  que,  où,  dont,  lequel....  
Ø  pronoms  interroga>fs  :  qui,  que,  quoi,  où,  quand,  comment...  
Ø  pronoms  indéfinis  (quan,fiés)  :  certains,  plusieurs,  tous,  quelqu'un...  
Ø  pronoms  adverbiaux  :  y,  en  
 
Ces  classes  rassemblent  des  éléments  qui  présentent  des  propriétés  
linguis,ques  différentes.  
1.  La  catégorie  des  pronoms  

Etymologie  :  pro-­‐nomen  «  mis  à  la  place  d’un  nom  »,  mais  les  pronoms  ne  
sont  pas  nécessairement  des  subs,tuts  de  SN  :  
Ø  les  pronoms  personnels  remplacent  des  SN  (définis),  des  SAdj  (aJributs),  
des  SPrép  ou  des  P  :        
 
(1)  a.  CeJe  chanson,  Pierre  la  connait  depuis  longtemps.  (SN)  
 b.  Hos,le  à  ceJe  solu,on,  je  le  suis  depuis  toujours.  (SAdj)  
 c.    À  ses  amis,  Pierre  leur  a  proposé  d’aller  au  cinéma.  (SPrép)  
 d.  Marie  ne  viendra  pas,  tu  le  sais  bien.  (P)  
 
Ø  les  pronoms  personnels  de  1ère  et  2e  personnes  renvoient  au  locuteur  et  à  
l’interlocuteur,  donc  ne  commutent  pas  avec  un  SN  :  
 
(2)  Je  te  dis  que  tu  peux  par,r  maintenant.      
     
   
 
1.  La  catégorie  des  pronoms  

Ø  les  pronoms  en  et  y  remplacent  des  SPrép  :    


   
(3)  a.  Il  y  pense  tout  le  temps,  à  son  passé.  (SPrép)  
 b.  Elle  s’en  souvient,  de  son  premier  poste  d’ins,tutrice.  (SPrép)  
     
Ø  le  pronom  en  peut  aussi  remplacer  différents  sous-­‐cons,tuants  d’un  SN  
indéfini  :  
 
(4)  a.  Marie  a  une  robe  bleue  et  Zoé  en  a  une  rouge.          
 b.  Marie  a  une  robe  bleue.  Zoé  en  a  acheté  une  aussi.      
 c.  Des  robes  bleues,  ceJe  bou,que  n'en  a  plus  !        
   
 

 
1.  La  catégorie  des  pronoms  

Ø  la  posi,on  des  pronoms  n’est  pas  nécessairement  iden,que  à  celle  des  SN  
qu’ils  remplacent  :  
   
(5)  a.  Marie  a  vu  ce  film  trois  fois.  
 b.  Marie  l’a  vu  trois  fois.  
 c.  Ce  film  que  Marie  a  vu  trois  fois  s’appelle  «  Amadeus  ».  
 
(6)  a.  Elle  se  souvient  de  son  premier  poste  d’ins>tutrice.  /  Elle  s’en  
 souvient.  
 b.  Je  suis  depuis  toujours  hos>le  à  ceKe  solu>on.  /  Je  le  suis  depuis  
 toujours.    
 
 
 
 
 
   
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

Variabilité  morphologique  :  
Ø  certains  pronoms  sont  variables  et  s’accordent  avec  leur  antécédent  :    
il(s),  elle(s),  certain(e)s...  
Ø  d’autres  sont  invariables  (la  même  forme  quel  que  soit  leur  antécédent)  :  
qui,  où,  on...  
   
(7)    a.  Les  enfants  ont  dit  qu’ils  n’avaient  vu  aucun  chien  sauvage.    
 b.  Quant  à  mes  étudiantes,  certaines  ont  réussi  le  concours  
 d’orthophoniste.  
 c.  J’hésite  entre  ces  deux  chapeaux.  Lequel  est  plus  joli  ?  Celui-­‐ci  ou  
 celui-­‐là  ?  /  J’hésite  entre  ces  deux  écharpes.  Laquelle  est  plus  jolie  ?  
 Celle-­‐ci  ou  celle-­‐là  ?  
   
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

Distribu>on  :  
certains  pronoms  personnels  ont  la  même  distribu,on  qu’un  SN,  d’autres  pas  
=>  on  peut  dis,nguer  entre  :  
Ø  les  pronoms  forts  (toniques)  :  moi,  toi,  lui,  elle(s),  nous,  vous,  eux  
Ø  les  pronoms  cli>ques  (faibles,  atones)  :  je,  tu,  il(s),  elle(s),  nous,  vous,  me,  
te,  se,  le,  la,  les,  lui,  leur,  on    

NB1  :  Les  pronoms  adverbiaux  sont  des  cli,ques.  


NB2  :  Les  pronoms  démonstra,fs  «  neutres  »  ont  également  des  formes  
fortes  (ceci,  cela)  et  faible  (ce).  
 

   
 
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

Différences  entre  les  pronoms  forts  et  les  pronoms  cli>ques  :  


Ø  les  cli,ques  ne  peuvent  pas  fonc,onner  comme  des  énoncés  autonomes  :  
 
(8)  Qui  veut  un  café  ?  Moi.  /  *Je.  
 
Ø  les  cli,ques  doivent  être  adjacents  au  verbe  et  ne  peuvent  être  séparés  de  
lui  que  par  un  autre  cli,que  :  
   
(9)  a.  Je  donnerai  ce  livre  à  Marc  aujourd’hui.  /  Je  le  lui  donnerai  aujourd’hui.  
 b.  *Je  aujourd’hui  lui  répondrai.  /  Moi,  si  on  me  parle  gen,ment,  je  
 répondrai.  
   
 
     
 
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

Ø  les  cli,ques  s’aJachent  au  verbe  même  s’ils  réalisent  un  SPrép  qui  ne  
dépend  pas  directement  du  verbe  :    
 
(10)  a.  Jean  est  fier  de  sa  réussite.  /  Jean  en  est  fier.  (cplt  d’Adj)  
 b.  J’ai  lu  le  premier  chapitre  de  ce  livre.  /  J’en  ai  lu  le  premier  chapitre.            
         (cplt  de  N)  
   
Ø  les  cli,ques  sont  placés  devant  le  verbe  dans  les  phrases  déclara,ves  et  
derrière  le  verbe  dans  les  impéra,ves  =>  procli,ques  vs.  encli,ques,    
Ø  dans  les  interroga,ves  avec  inversion,  le  cli,que  sujet  apparaît  derrière  le  
verbe    :  
 
(11)  a.  Allez-­‐y  !    
 b.  Donne-­‐le-­‐moi  !  
 c.  Le  lui  as-­‐tu  déjà  donné  ?  
 
 
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

Ø  les  cli,ques  ne  peuvent  pas  être  introduits  par  une  préposi,on  :  
   
(12)  Ce  livre  est  pour  Marie  /  pour  toi  /  *pour  tu.  
 
Ø  les  cli,ques  ne  peuvent  être  coordonnés  :  
   
(13)  a.  Toi  et  moi  irons  voir  Marie.  /  *Tu  et  je  irons  voir  Marie.  
 b.  Marie  parlera  à  toi  et  à  moi.  /  *Maire  te  et  me  parlera.  
 
Ø  les  cli,ques  ne  peuvent  être  accentués  (focalisés)  ;  ils  forment  un  groupe  
rythmique  avec  le  verbe  :  
   
(14)  a.  Ils  arrivent.      (1  groupe  rythmique  =>  liaison  obligatoire)  
 b.  Les  enfants  ⏐  arrivent.  (2  groupes  rythmiques  =>  liaison  interdite)  
   
 
 
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  
AJen,on  aux  formes  ambigües  :    
Ø  lui  (SN  =  fort  /  SPrép  =  cli,que)  :  
   
(15)  a.  Jeanne  est  venue  avec  lui.  /    Jeanne  est  venu  avec  Pierre.  
 b.  Jeanne  le  lui  a  donné.  /  Jeanne  l'a  donné  à  Pierre.  
 
Ø  elle,  nous,  vous  (fort  ou  cli,que  en  fonc,on  de  sa  distribu,on)    :    
 
(16)  a.  Ils  sont  par,s  sans  nous.    /  Nous  sommes  par,s  sans  eux.  
 b.  Que  pourrais-­‐je  faire  pour  elle  ?  /  Que  pourrait-­‐elle  faire  pour  moi  ?  
         (sujet  =>  cli,que,  après  Prép  =>  pronom  fort)  
2.  Propriétés  morphosyntaxiques  

AJen,on  aux  formes  ambigües  :    


Ø  me,  te,  nous,  vous  (cli,ques,  mais  SN  ou  SPrép)  :  
   
(17)  a.  Pierre  n’arrête  pas  de  me  regarder  /  de  la  regarder  /  de  regarder  ceKe    
           fille.  (SN)  
 b.  Pierre  m’a  proposé  un  gâteau  /  lui  a  proposé  un  gâteau  /  a  proposé  un  
           gâteau  à  son  frère.  (SPrép)  
   
(18)  a.  Pierre  ne  vous  a  pas  encore  téléphoné  ?  /  Pierre  ne  leur  a  pas  encore  
           téléphoné  ?  /  Pierre  n’a  pas  encore  téléphoné  à  ses  amis  ?    (SPrép)  
 b.  AJen,on  à  ce  chien,  il  pourrait  vous  mordre.  /  il  pourrait  les  mordre  /  
           il  pourrait  mordre  les  enfants.    (SN)  
 
 
3.  Propriétés  séman>co-­‐référen>elles    
Ø  les  pronoms  n’ont  pas  d’  «  autonomie  référen,elle  »  (=  n’ont  pas  de  
référence  virtuelle)  
Ø  la  mise  en  rela,on  d’un  pronom  avec  son  référent  se  fait  par  le  biais  d’un  
autre  élément  =>  anaphore  ou  déixis  :    
a)  référence  anaphorique  =  mise  en  rela,on  avec  un  antécédent  dans  
le  (con)texte  
b)  référence  déic>que  =  mise  en  rela,on  avec  un  des  éléments  du  
contexte  énoncia,f  :  
   
(19)  a.  Marie  entre.  Elle  allume  la  lumière.              
 b.  J'ai  acheté  deux  livres.  Lequel  préfère-­‐tu  ?    
 c.  Tu  sors  !  (interlocuteur)  
 
Les  pronoms  personnels  de  la  1ère  et  de  la  2e  personne  sont  déic>ques.  
Les  pronoms  personnels  de  la  3p  sont  anaphoriques.  
 
3.  Propriétés  séman>co-­‐référen>elles    
En  considérant  la    place  de  l’antécédent  par  rapport  au  pronom,  on  peut  
dis,nguer  entre  l’anaphore  (l’antécédent  précède  le  pronom)  et  la  cataphore  
(l'antécédent  suit  le  pronom)  :  
   
(20)  a.  J'ai  offert  un  livre  à  Jeanne.  Elle  ne  l'a  pas  encore  lu.  
 b.  Quand  je  l'ai  vu  la  dernière  fois,  Paul  était  tout  triste.  
   
 
Pronom  impersonnel  (explé,f)  «  il  »  :  remplit  la  fonc,on  syntaxique  sujet  de  
certains  verbes,  mais  n'a  pas  de  contenu  séman,que  /  référen,el  :  
   
(21)  a.  Il  pleut.  Il  faut  agir.  /  *Elle  pleut.  *Elle  faut  agir.  
 b.  Il  est  venu  trois  hommes.  /  Trois  hommes  sont  venus.  
   

 
 
4.  Pronoms  réfléchis    
 
Ø  apparaissent  avec  les  verbes  dits  «  pronominaux  »    
Ø  assument  une  fonc,on  gramma,cale  (complément  du  verbe)  =>  peuvent  
alterner  avec  un  SN  ou  un  pronom  non  réfléchi    
Ø  sont  coréféren,els  avec  le  sujet  de  la  phrase  :  
   
(21)  a.  Jeanne  s'habille.  /  Jeanne  habille  sa  poupée.  /  Jeanne  l’habille.  
 b.  Marie  se  regarde  dans  le  miroir.  /  Marie  regarde  sa  mère.  /  Marie  la  
 regarde.  
   
Ø  peuvent  avoir  une  interpréta,on  réciproque  avec  un  sujet  pluriel  :  
   
(22)  a.  Nous  ne  nous  parlons  plus.  (=  je  ne  lui  parle  plus  et  il  ne  me  parle  plus)  
 b.  Jean  et  Marie  se  tutoient.  =  (Jean  tutoie  Marie  et  Marie  tutoie  Jean).  
   

 
 
4.  Pronoms  réfléchis    
 
Ø  les  formes  me,  te,  nous,  vous  sont  ambigües    :  

(23)  a.  Elle  se  regarde  (dans  le  miroir).      se  =  réfléchi  
 b.  Elle  la  regarde.          la    =  non  réfléchi      .  
   
(24)  a.  Je  me  regarde  (dans  le  miroir).      me  =  réfléchi  
 a’.  Elle  me  regarde.        me  =  non  réfléchi      
 b.  Tu  te  laves.          te  =  réfléchi  
 b’.  Elle  te  lave.          te  =  non  réfléchi      
 c.  Nous  nous  sommes  regardés.    nous  =  réfléchi    
 c’.  Ils  nous  ont  regardés.        nous  =  non  réfléchi  
 
NB  :  le  choix  de  l’auxiliaire  reflète  l’interpréta,on  du  pronom.  
 
 
4.  Pronoms  réfléchis    
 
Ø  avec  certains  verbes  pronominaux  (dits  «  essen,els  »),  la  forme  «  se  »    n’a  
aucune  fonc,on  gramma,cale  et  est  intégrée  au  verbe  (=  l’entrée  lexicale  
de  ces  verbes  comporte  l’élément  pronominal)  =>  il  ne  s'agit  pas  de  vrai  
pronoms  réfléchis  :  
   
(25)    Jean  s’est  évanoui.  /  *Jean  a  évanoui  quelqu’un.  
   
(26)  Il  (*elle)  s’agit  maintenant  de  résoudre  ce  problème.  ≠  Il  (elle)  agit              
 maintenant  pour  résoudre  ce  problème.    
   
Ø  certains  verbes  transi,fs  peuvent  être  u,lisés  sous  forme  pronominale  
intransi,ve  (=  sans  agent)  =>  «  construc,on  pronominale  neutre  »  :  
   
(27)  La  vitre  s’est  brisée.  /  Jean  a  brisé  la  fenêtre.  /  #La  vitre  a  brisé  la  
 fenêtre.  
   
5.  Pronoms  rela>fs  vs.  interroga>fs    

Ø  l'opposi,on  entre  qui  et  que  rela>fs  reflète  leur  fonc>on  syntaxique  :    
   qui  =  sujet  
   que  =  complément  du  verbe  

(28)  a.  Tu  peux  prendre  le  livre  qui  est  sur  la  table.  (sujet)  
 b.  Le  livre  que  tu  m'as  acheté  est  très  intéressant.  (complément)  

Ø  l'opposi,on  entre  qui  et  que  interroga>fs  reflète  le  trait  [±humain]  :    
   qui  =  humain  
   que  =  non  humain  
   
(29)  a.  Qui  as-­‐tu  vu  dans  le  jardin  ?    Ma  voisine.  /  #Mon  livre.  (N  +humain)  
 b.  Qu'as-­‐tu  recommandé  à  Pierre  ?  Ce  livre.  /  #Cet  ami.  (N  -­‐humain)  
 
   
5.  Les  pronoms  rela>fs  vs.  interroga>fs    

Ø  les  pronoms  rela,fs  sont  anaphoriques  =>  ils  ont  un  antécédent  

(30)  a.  Il  m’a  parlé  des  enfants  qui  avaient  vu  un  chien  sauvage.    
 b.  Le  chapeau  que  tu  as  acheté  est  très  joli.  
 
Ø  les  pronoms  interroga,fs  sont  des  variables  =  x  que  l’on  demande  à  
iden,fier  :  
   
(31)  Q  :  Qui  as-­‐tu  vu  dans  le  jardin  ?    
               =  pour  quel  x  est-­‐il  vrai  que  tu  a  vu  x  dans  le  jardin  ?  
 R  :  J’ai  vu  Marie.  
                           x  (que  j’ai  vu  dans  le  jardin)  =  Marie