Vous êtes sur la page 1sur 11

-fe.

*-ü t
- .o 3
t\4ér.^ )rëlY *
Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

Chapitre 2 Action de l'Incendie

I Introduction

Les notions de bases sur l'action de l'incendie sont réglementées par les codes et

règlements nationaux tels que les Eurocodesl partiel-2.Parmi ses notions on cite:L'action
que représente celle du feu sur la structure et l'Eurocode 1 offre plusieurs possibilités pour la

considération de celle-ci et sa modélisation réglementaire.

Une des possibilités réside dans les relations temps-température.


Ces derniers donnent l'évolution (progression) comme une fonction du temps et de la
température du gaz qui entoure la structure.
Cette température, avec les conditions limites appropriées, peuvent être utilisées pour
déterminer la chaleur du flux transmis de l'environnement (feu, gaz chauds et les murs du
compafiiment) à la structure.
L'Eurocode 1, fait une distinction entre les courbes température-temps nominales (calcul
prescriptive) et les modèles de lèu naturels (paramétrique, localisé)

ô,1'''

re-ËrnLr"anelrrçnt d*v'*l*pp*rx*ut

1i.§i* lncendie nominal

t{ Incendie
localisé
Incendie réel

Incendie paramétrique

t* ..ü j l irl +:i i:rtJ l:'


ter,np§ . l, ,11111

Figure I : Incendie et modèles de feu

2- Modèles d'incendies
La fàçon la plus simple de représenter un incendie est d'utiliser des modèles de courbes
d'incendie, soit une relation donnant l'évolution de la température des gaz en fbnction du
temps.

Soit diflerentes options de modèles d'incendie présentés par ordre de complexité :

A,KADA-Université HBBouali de Chlef Page 1


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master M1 Str.

o Modèles d'incendies nominaux.


o Modèles d'incendies naturels simplifiés.
o Modèles d'incendies naturels avancés.
o Modèles d'incendies expérimentaux (Ex. Essais de cardington).

3- Incendies nominaux - Modèles Eurocode

Ils sont les plus simples et les plps utilisés comme moyens de représentation d'un incendie.
Bien qu'elles ne représentent pas des incendies réels, elles ont été établies à partir de
l'expérience sur des feux réels et les plus fréquemment utilisées.
Ils sont représentés par des modèles de courbes conventionnelles données par l'EC1 partiel-2
et adoptées pour la classification ou la vérification de la résistance au feu. Les plus connues
sont la courbe normalisée ISO 834, la courbe de feu extérieur, la courbe de feu
d'hydrocarbure. Ces trois courbes d'incendies nominaux sont données ci-dessous en figure2.

L)

OJ

5 600
(o
.o
Courbe d'hydrocarbures
E 400
o
F Courbe ISO 834
Courbe externe
ri
it
200
'I
:}
tt rl
1i
:I
:1
-*.'*-***-'*f*"

60 90 120

Temps [min]

Figure 2: Courbes de feu nominales

3.1.- Courbe standard ISO 834


Pour la modélisation d'un incendie dans un bâtiment, la courbe ISO 834 constitue une
réference conventionnelle. L'évolution de la température en fonction du temps est donnée

selon la formule suivante :

os=zo*3L\logro(Bt+1)
Avec 0n: température des gaz dans le compartiment en [oC]

t : temps en [min]

A.l(ADA-Université HBBouali de Chlef Page 2


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

1200

1000

800

600

400

200

0 minl
30 60 86.5 120 180
Figure 3: Températures sur modèle de feu ISO834

La courbe de feu conventionnelle doit être appliquée sur l'ensemble du compartiment quel
que soit sa taille et ne dépend pas des conditions de développement du feu, ni de possibilité de

feu précédent sa généralisation. Enfin il est important de remarquer que son allure et
ascendante en échauffement seulement.

3.2- Courbe d'hydrocarbures

Développée dans les années 70 par la compagnie pétrolière Mobil, elle présente une
montée en température très rapide avec une température de 900 oC dans les cinq premières
minutes. Cette recherche avait été initiée pour mettre au point une procédure de test pour
évaluer les matériaux de protection contre le feu pour les plates-formes de forage en mer et les
complexes pétroliers.

La courbe des hydrocarbures température/temps est donnée par :

0s = 20 + 1080(1 - 0.325e-0.767t - 0,675e-2.st)

3.3- Courbe de feu externe

Si la structure dont on veut connaitre la résistance à l'incendie est considérée comme une

structure extérieure ou un compartiment se trouvant au-dessous ou à coté de mur extérieur, on


peut utiliser une courbe d'incendie extérieure , frg:ure2, donnée selon la formule ci-dessous :

0s = 20 + 660(1 - 0.687e-0.32t - 6,313r-s.at;

A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page 3


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

Remarque:

externes qui sont exposés au feu de differents côtés de la façade.

(poutres, poteaux, ...) pour lesquels une méthode spécifique de l'Annexe B de l'EC1
partiel-2 est dédiée.

4- Incendies naturels - Modèles simplifiés


Ces modèles d'incendies sont déterminées porrr un compartiment spécifique selon le débit
pff le feu, les parois, les ouvertures et la hauteur du
calorifique, la surface impliquée
compartiment. Elles sont de deux types, localisés ou paramétriques frgure(a) et (b)
respectivement.

Figure 4: Compartiment sous Incendies naturels (a) looalisé (b) généralisé-paramétrique

4.1- Modèle d'incendie paramétrique


Les feux paramétriques constituent un moyen simple pour tenir compte d'importants
phénomènes physiques pouvant influencer le développement d'un feu dans un bâtiment
particulier. Comme les feux nominaux, ils consistent en la détermination d'une courbe
température-temps, mais ces courbes contiennent certains paramètres destinés à représenter
certains aspects de la réalité et représentent les données de calcul, à savoir :

- la géométrie du compartiment,
- la charge calorifique présente dans le compartiment,
- les ouvertures verticales dans les murs représentant les zones de ventilation.
- le type et la nature des différents éléments de construction constituant les limites du
compartiment.
Les feux paramétriques se basent aussi sur I'hypothèse que la température est uniforme dans
le compartiment, ce qui limite leur champ d'application aux conditions d'un embrasement
généralisé dans des compartiments de dimensions modérées, Ils constituent néanmoins un pas

A.l(ADA-Université HBBouali de Chlef ?age 4


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

significatif vers la considération de la nature réelle d'un feu particulier par rapport aux feux
nominaux, tout en étant basés sur quelques expressions analltiques simples.
La perte de chaleur hors du compartiment est un facteur important pour la détermination de la
température. Les pertes de chaleur aux frontières du compartiment se produisent par
convection et rayonnement. Les caractéristiques thermiques des parois doivent être connues à
travers trois paramètres principaux caractérisant les propriétés thermiques d'un matériau qui
sont, la chaleur spécifique cr, la densité p, et la conductivité À.

o Courbe d'incendie paramétrée -- Modèle Eurocode

C'est un modèle d'incendie de calcul plus réaliste représenté par des courbes températures-
temps et dont les formulations sont en annexe A de l'Eurocode 1.

Des paramètres propres au compartiment, la hauteur qui ne doit pas dépasser 4m et surface
du plancher qui doit être inferieur ou égal à 500m'? de plancher, décrivent des situations
particulières.

La courbe représentative comporte deux phases, une dite d'échauffement et une dite de

refroidissement et tiennent compte des propriétés thermiques des cloisonnements (murs,


plancher et plafond), des dimensions du compartiment, des ouvertures et de la densité de
charge calorifique q (MJ/m'z).

T.-pérature des Gaz


tOOO{
800

600
400
200

0
0 30 60 90 120 temPs (min)

Figure 5: Allure de la courbe d'incendie paramétrique en deux phases

,/ formulation de la courbe d,échauffement


Elle est présentée ci-dessous sous forme d"évolution de la température des gaz dans le
compartiment en fonction du temps par :

0
s = 2O + 1325(1 - O.324e-0.2t* - 0.2\4e-r'7t. - 0. +7\e-tst.)
Avec:
ü* = t.f lheurel
A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page 5
Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

- t est le temps en [h]

- r = lo lÀ' lro.04/1.1.6ù2
- fi- J-prc-t coefficient de surface, avec : 100 < b < 2200 lJ /*"'t'X1
- b - »bi 4/ (At - Au) si b est different pour les murs, le plafond et le plancher
- p est la densité des parois de I'enceinte [kgim3]

- c est la chaleur spécifique des parois de I'enceinte [J/KgK]


- 2 est la conductivité thermique des parois de l'enceinte [V//mK]
- Av est la surface totale des ouvertures verticales sur tous les murs [m2]

- At est la surface totale de l'enceinte (murs, plafond et plancher, avec ouvertures)


[*']
- 4 est la surface totale de I'enceinte i , ouvertures non incluses
- Q : e, JÇle6 est le facteur d'ouverture : avec 0.02 < O < 0.2 l*'/'l
- lteq = Z Avi h /Z Avt est la moyenne pondérée des hauteurs de fenêtre sur tous
les murs [m]

La température maximale 0r* en phase d'échauffement est atteinte pour t* = th"o* )

+*-+Tt
- Lmax - Lrnax, l

- t*o, - W[(o,z.to-3.qr,o/o);W]
- Qt,a = Qf ,a A7 / At est la valeur de calcul de la densité de charge calorifique rapportée à

la surface totale At de I'enceinte ;

[;, : 'femps en [h] selon la vitesse de développement d'un feu, tableau E5 ECI-L2;
à faible vitesse tçy725 min, à vitesse moyenne tlin;2Q min, à vitesse élevée / lir: I 5 min.

La comparaison entre la valeur calculée tr* et trim conduit à 2 situations (phénomènes) de


control de l'incendie :

lors de la phase de croissance de l'incendie le control se fait soit par le combustible ou par la
ventilation, selon qu'il subsiste ou non suffisamment d'oxygène pour alimenter la
combustion:
- lorsque la taille du feu atteint sa valeur maximum sans limitation d'oxygène, le débit
calorifique est limité par la charge calorifique disponible (contrôle par le combustible).

A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page 6


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

- La taille des ouvertures dans le compartiment est trop faible pour permettre une entrée
d'air suffisante, l'oxygène disponible limite le débit calorifique (contrôle du feu par la
ventilation).
Valeur de tp* en fonction du taux de croissance
Taux de croissance lri,, (min.) fi;* (Hrs.)
Faible (transport (espace public) 25 0.4t7
Moyen (logement, chambre d'hôpital, 20 0.333
chambre d'hôtel, bureau, classe d'école)

Rapide (bibliothèque, centre commercial, 15 0.250


théâtre/cinéma

- qtd est la valeur de calcul de la densité de charge calorifique rapportée à la surface Ay du


plancher [MJ/m] indiquée dans I'annexe E de l'EC1-1.2;

Valeur de calcul eta:9tr . m .ôqr . ôqz .ôn [MJ/mr]


ô qr- facteur de risque d'activation de l'incendie due aux dimensions du compartiment

ôqz- facteur de risque d'activation de l'incendie due à l'usage du bâtiment (type d'occupation),
ô n- coefficient tenant compte des mesures actives prises et pour combattre l'incendie :

10

ô, = 6nt = 6nr.6n2....ônro
fli=\
m - facteur de combustion (=0 .8 en pratique)

!Voiren!ïndesectionlesfacteurs,SîaucunemeSureactiven,estprise---->

( x = 1. si. t*o* ) t6*, oLL x = tu^,f /tino, st t^o* = tti^ et l,incendie est
contrôlée par ventilation. La courbe d'échauffement citée plus haut est adoptée et la
courbe température-temps en refroidissement est comme suit :

'/ Formulation de la courbe de refroidissement en phase de refroidissement:

0s = 0*o, - 625(t. - tino*.x) pou.r tho, < 0.s


0s = 0*o* - 250(3 - tiro)(t. - tino*.x) pour 0.S < tko, 1Z
0s = 0^o* - 250(t. - tino*.x) pour tino* > 2

A.KADA-Université HBBouali de Chlef PageT


Dept.GC I Cours : Sécurilé Incendie / Option :Master Ml Str.

Avec :- t* = f .f et t*ax = (o,2.to-3.qr,a/0).1

. Soit que tmar < t11,n et f incendie est contrôlée par le carburant (combustible). La
procédure potrr ce cas est expliquée ci-dessous :

On utilise un nouveau t* pour le calcul de la progression de la température pendant la phase


d'échauffement.

t* = [i,,.t

avec lu* = (o!'^/''on\'


\Tlrr* )
et O6* = 0'000L
"o/rrr*
Si O > 0,04 et Qto < 75 et b < 1160, alors f16 doit être multiplié par le facteur k donné par :

k=1.(#)(#)(#)
Le temps qui correspond à la température maximum est calculé comme suit :

1*-rt
Lmax - tli.m,Llim

La valeur de la température du gaz à la fin de la phase d'échauffement, 0** est calculée en


substituant la valeur t*-* à la place de t* dans l'équation de base de la phase d'échauffement.

'/ La courbe de température-temps en phase de refroidissement est donné par :

0s = 0*o* - 625(t- - ltu*) pour tho* < O.s


0s = 0*o, - 250(3 - tino)(t. -ltu*) pour 0.S < tir.o* 12
0s = 0^o* - 250(t- - ftu^) pour tino, > Z

NB: len appliquant ces équations, t* et t*^ comme dans le premier cas d'un incendie
contrôlé par ventilation et non comme dans le second (obiet de ce paragraph)

lpour le calcul du flux de chaleur Ën", à la surface d'un élément métallique dans le cas d'un

incendie parunétré,le coeffrcient de convection o. est pris égal à 35 Wm2K.

A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page B


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

Iü0û

§tü

6ûCI

rq
4{}S

:iirl

{i
1() 3{j -1{",
,tü 5tl 6i) :CI §{) 100 110

[tttrn]
Figure 6: Exemple de courbes paramétriques
----contrôleparventilation ----contrôleparcombustible
o coefficients caractéristiques de la charge au feu qro (EN l99r-r-2):

Surface de plancher Risque


du compartiment dtactivation du feu Types d'occupation
Ar [mr] ôqr ôqz

25 1.10 0.78 Galerie d'ar1, musée, piscine


250 1.50 1.00 Bureau, résidence, hôtel, industrie papetières
2500 r.90 t.22 Fabrique de machine et de moteurs
5000 2.00 t.44 Laboratoire de chimie, atelier de peinture
10000 2.13 1.66 Fabrique d'artifices ou de peinture

ôn1 fonction de mesures actives de lutte contre le feu


Suppression automatique du Détection automatique Suppression manuelle du feu
feu du feu
Système Approvi- Détection Alarme
d'extinction sionnement automat. du automat. Pompiers Voies Eqpt. Syst.
à eau en eau feu et alarme transmise d'accés de lutte de
automatique indépendants. aux libres contre désen-
Chal fumée pompiers Sur Hors le feu fumage
0 1 2
-eur site site
ôns ôns
ônt ônz ô,: ô,q ô,s ôno ôn:
ônto
0.61 0.87 0.7 0.87 -0.73 0.8s 0.61-0.78 0.9/1t 1.ou1.5 Loul.5
t.5

4.2-Incendie Localisé
Chaque incendie de bâtiment démarre comme un petit feu localisé et cesse de l'être seulement

lorsque l'embrasement généralisé se produit.

A.l{ADA-Université HBBouali de Chlef Page 9


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.
Même un feu localisé peut avoir un effet significatif sur la structure, selon le type de bâtiment
et la position relative du feu par rapport aux éléments structuraux.

Deux modèles sont présentés dans l'annexe C de l'Eurocode 1 pour l'effèt d'un feu localisé.

o Flamme n'atteignant pas le plafond


La longueur vertical de la flamme en l'absence d'un quelconque plafond est donnée par
l'équation dite hauteur de la flamme corrélée dite de Heskestad :

LÈ.-|,02D+0,014gQ2/s

Ou : D est le diamètre du feu fm]


Q est le débit calorifique [V/] selon E.4 : Q:106 çtlta1,
To est le temps nécessaire pour atteindre un débit calorifique de 1MW
Le paramètre t et le débit calorifique maximal RHRÊcorrespondant à differents types
d'occupation sont indiqués dans lc chapitre i.
La figure I montre la longueur de la flamme Lf lorsque le foyer de feu repose sur le sol et que
la flamme ne touche pas le plafond (Lf<H).

FigureT : Incendie localisé :

Modèle de la flamme n'atteignant pas le plafond

Lorsque le feu est considéré ouvert (extérieur, ou flamme ne touchant pas le platbnd), la

température @(z) dans le panache le long de l'axe vertical de la flamme est donné par
(AnnexeC de l'EN 1991-I-2):

@ (z):20+ 0,2 5 Qc2 (z-20;-sl3


t3
<9 0 0

Qc est la composante de convection du débit calorifique [V/],

Avec Qc:0,8Q par défaut ;

L'origine virtuelle z0 de l'axe est donnée par :

Z0:0,00524q0'4-1,02D

A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page 10


Dept.GC I Cours : Sécurité Incendie I Option:Master Ml Str.

Exercice d'apBlication :

Déterminer la courbe d'incendio paramétrique pour un compartimont soumis au feu dans un


bâtiment de bureau. Les dimensions du compartiment ainsi que les caractéristiques
thermiques des murs et des planchers sont données ci-dessous :

- Dimensions du compartiment soumis au feu :

Largeur: a:6rn Owertures:

Longueur: b:Bm porte (n: l) : bp: I m ; hp: 2.10 m


Hauteur: h:im fenêtres (n:2): bT: 1.5 m; ht: 1.20 m

o=6m
I
h=3m
lY1zt
^ I
f_][-l,e,
Figure 10 : Compartiment soumis à un incendie

- Caractéristiques thermique des murs et des planchers :

Le sol et le plafond sont en béton armé : p: 2500 Kg/m:3

c = 840 J/KgK

).: J,57 WmK

Les murs sont en briques creuses : p:900 Kg/mi

c : B4A J/KgK
),: 0,15 WmK

A.KADA-Université HBBouali de Chlef Page 16