Vous êtes sur la page 1sur 79

CONCEPTION D’UN IMMEUBLE R+3 EXTENSIBLE A R+5 A

USAGE DE BUREAUX A LA RUE DE L’UNICEF A


OUAGADOUGOU

MEMOIRE POUR L’OBTENTION DU MASTER EN


INGENIERIE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT
OPTION : GENIE CIVIL

Présenté et soutenu publiquement par :


ISSA ZERRE Adoum Daye
Travaux dirigés par :

Dr. Ismaëla GUEYE


&
M. Reynaud Michel
Promotion 2009/2010
Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page ii


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Dédicace

A MA CHERE MAMAN FATIME MAHAMAT

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page iii


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Remerciements

L’élaboration de ce document ne peut être possible sans l’œuvre conjuguée des uns et des
autres. A cet effet, je tiens à extérioriser toutes mes reconnaissances et mes sincères
remerciements à M. Michel Reynaud pour m’avoir accepté en projet de fin d’études.

Je voudrais par ailleurs exprimer ma plus sincère gratitude à Dr. Ismaël GUEYE pour avoir
été mon interlocuteur privilégié au niveau du 2iE et qui ma tant soutenus en consacrant
beaucoup de son temps pour me guider dans les différentes phases de cette étude.

Pour terminer, un grand merci à l’équipe enseignante de 2iE pour la qualité de l’enseignement
qui nous a été dispensé, ainsi qu’a mes camarades de promotion pour l’ambiance et la
convivialité dans laquelle nous avons étudié durant ces deux années.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page iv


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

RESUME
Cette étude consiste à modéliser et dimensionner la structure et les fondations en béton armé
d’un immeuble de six (6) niveaux.
La conception structurale de l’étude s’est basée sur le respect des règles de l’art de la
construction avec une bonne maîtrise des coûts et des contraintes d’intégration architecturales.
Une structure poteaux-poutres associés à des voiles porteurs a été retenue. Ces derniers
assurent le contreventement de l’ouvrage avec l’escalier.
Pour le choix du plancher, nous avons opté pour les dalles nervurées classiques en béton armé
pour des raisons de résistance, de coût et de facilité d’exécution.
Au regard des caractéristiques mécaniques du sol d’assise (σsol = 2,0 bars), nous avons opté
pour la solution fondations superficielles, des semelles isolées.
Les descentes de charge et le pré dimensionnement des éléments structuraux ont été calculés
manuellement.
La modélisation et le dimensionnement de la structure ont été maniés principalement à l’aide
du ARCHE module ossature. Nonobstant, certains éléments de la structure et des fondations
ont été dimensionnés manuellement.

Mots clés : Structure, Conception, modélisation, dimensionnement, béton armé.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page v


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ABSTRACT

This study consists to model and dimension the structure and the foundations out of
reinforced concrete of a building of six (6) levels.
The structural design of the study was based on the compliance with the code of practice of
construction with a good control of the costs and architectural constraints of integration.
A structure post-beams associated with carrying veils was retained. These latter ensure the
wind-bracing of the work with the staircase.
For the floor, we have chosen the traditional slabs ribbed out of reinforced concrete for
reasons of resistance, cost and facility of execution.
Taking into consideration the mechanical characteristic of soil basis (σsol = 2 bars), we have
chosen the solution shallow foundations, in main floor.
The descents of load and the pre dimensioning of the structural elements were calculated
manually.
The modeling and the dimensioning of the structure were mainly handled using the ARCHE
modulates framework. Notwithstanding, certain elements of the structure and foundations
were dimensioned manually.

Key words: Structure, Design, modeling, dimensioning, reinforced concrete.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page vi


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Liste des abréviations

2iE : Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement.


BAEL : Béton armé aux états limites.
ELS : Etat Limite de Service.
ELU : Etat Limite Ultime.
HT : Hors Taxe.
L.N.T.P : Laboratoire National du Bâtiment et des Travaux Publics du Burkina.
RDC : rez-de-chaussée.
RDC+ 3 : rez-de-chaussée avec trois niveaux.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page vii


SOMMAIRE

Introduction ............................................................................................................................. 4

I. Présentation de l’ouvrage et choix des matériaux ........................................................... 6

Introduction ............................................................................................................................... 6

I.1- Présentation de l’architecture du bâtiment ............................................................................. 8

I.3- Caractéristiques des matériaux ................................................................................................ 9


1. Béton ................................................................................................................................................... 9
2. Acier .................................................................................................................................................. 11

II. Conception de la structure .............................................................................................. 13

Introduction ............................................................................................................................. 13

II.1- Structure retenue .................................................................................................................... 14

II.2- Descente de charges ................................................................................................................ 14

II.3- Prédimensionnement des planchers ...................................................................................... 18

II.4- Prédimensionnement des poteaux ......................................................................................... 19

II.5- Prédimensionnement des poutres.......................................................................................... 20

II.6- Prédimensionnement des longrines ....................................................................................... 20

III. Calcul d’un ouvrage spécial : escalier........................................................................ 21

III.1- Calcul de l’escalier ................................................................................................................ 21

III.2- Ferraillage de l’escalier ........................................................................................................ 23

IV. Analyse de l’ossature ................................................................................................... 25

IV.1- Modélisation de la structure ................................................................................................. 25

IV.2- Dimensionnement d’une file de poteaux ............................................................................. 26

V. Etude de l’infrastructure ................................................................................................. 29


Introduction ................................................................................................................................................. 29

V.1- Résultat de la campagne ......................................................................................................... 29


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

V.2- Principe de fondation et recommandation .......................................................................... 31


Conclusion ................................................................................................................................................... 31

V.3- Calcul et dimensionnement d’une semelle isolée.................................................................. 32

V.4- Vérification de la surface ....................................................................................................... 33

V.5- Calcul d’un radier................................................................................................................... 33

V.6- Prédimensionnement du radier ............................................................................................. 34

VI. Electricité, Climatisation et Réseaux informatiques .................................................. 35

VI.1- Electricité ............................................................................................................................... 35

VI.2- Climatisation .......................................................................................................................... 36

VI.3- Réseau informatique ............................................................................................................. 36

VII. Etude environnementale ............................................................................................. 37

VII.1 Riverains et travailleurs sur le chantier ............................................................................... 37

VII.2- Nuisance générées par le chantier ...................................................................................... 39

VIII. Devis estimatif et planning ...................................................................................... 40

IX. Conclusion ................................................................................................................... 41

X. Bibliographie ................................................................................................................... 42

XI. Annexes ........................................................................................................................ 43

1. Les coupes et les façades ................................................................................................. 44

2. Pré dimensionnement ...................................................................................................... 48

3. Pré dimensionnement et ferraillage du radier ............................................................... 51


Prédimensionnement du radier .................................................................................................................... 52

4. Ferraillage de l’escalier .................................................................................................. 62


Ferraillage de l’escalier ............................................................................................................................... 64

5. Electricité et Climatisation .............................................................................................. 70

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 2


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Liste des Tableaux


Tableau 1: Charge totale du plancher terrasse. ...................................................................... 15
Tableau 2: Charge totale d’un plancher intermédiaire. .......................................................... 16
Tableau 3: Charge totale de la Paillasse. ................................................................................ 17
Tableau 4: Charge totale du Palier. ........................................................................................ 17
Tableau 5: Récapitulatif de calcul de ferraillage ................................................................. 24
Tableau 6: Calcul pour la file du poteau. ............................................................................. 28
Tableau 7: Coupe géotechnique de puits à ciel ouvert. ........................................................... 30
Tableau 8: Tableau récapitulatif du calcul manuel de la semelle. .......................................... 32

Liste des Figures


Figure 1 : Aménagement des bureaux en open space. ............................................................... 7
Figure 2: Le bâtiment en 3D. ................................................................................................ 7
Figure 3: Coupe d’un plancher terrasse à corps creux. .......................................................... 15
Figure 4 : Coupe d’un plancher intermédiaire en corps creux ............................................... 16
Figure 5 : Un poteau carré de section 30 x 30 cm2 en 3D. ..................................................... 19
Figure 6 : Une poutre principale de section 20 x 45 cm2 en 3D. ........................................ 20
Figure 7: Détails de l’escalier .............................................................................................. 21
Figure 8: Schéma simplifié de la volée de l’escalier (une poutre rectangulaire). ................ 22
Figure 9: Résultat des efforts .......................................................................................... 23
Figure 10: Répartition des charges sur la volée de l’escalier. ........................................... 23
Figure 11: Schéma de ferraillage de la volée étudié. ........................................................... 24
Figure 12: Une illustration de l’immeuble étudié (fondations semelles isolé). ................... 25
Figure 13: Schéma de la file de poteaux étudiée. .................................................................... 27

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 3


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

INTRODUCTION
Bâtir a toujours été l'un des premiers soucis de l'homme et l'une de ses occupations
privilégiées pour trouver un abri où règne sécurité et confort.

Le vécu des hommes remémoré par l’histoire est riche d’exemples aussi édifiants les uns que
les autres, car tout cela à débuté par le fameux homme des cavernes, en passant par les
indélébiles pyramides d’Egypte, et de nos jours la construction connait un grand élan dans la
plupart des pays à l’image de " l’unique lumière dans le désert " : c’est l’extraordinaire tour
de Burj Dubaï-Burj Khalifa, dans les Emirats Arabes Unis.

Cependant, si le métier de construire peut se ranger parmi les plus anciens métiers exercés par
l’homme, il faut reconnaître qu’il leur a fallu au cours des dernières décennies s’adapter pour
tenir compte de l’évolution des goûts et mœurs, mais surtout aux nouvelles techniques de
constructions qui permettent une fiabilité maximum de la structure vis-à-vis des aléas
naturels.

Une structure doit être conçue et calculer de telle manière qu’elle reste apte à l’utilisation
pour laquelle elle a été prévue, compte tenu de sa durée de vie envisagée et de son coût.
La présente étude consiste à concevoir, modéliser et dimensionner une structure et des
fondations en béton armé d’un immeuble composé d’un rez-de-chaussée à usage de parking et
de bureaux au cinq (5) étages, à la rue de l’Unicef dans la capitale de la République du
Burkina.
Le problème posé est de concevoir une structure respectant les règles de l’art et de la
construction avec une bonne maîtrise des coûts. Cette structure devrait répondre aux critères
de fonctionnalité et d’intégration architecturale.

Pour répondre aux exigences énoncées ci-dessus, le rapport se divise en huit (8) chapitres. Le
premier (1) chapitre portera d’une part sur la présentation et la description architecturale du
l’ouvrage et d’ autre part sur le choix des matériaux de construction et des hypothèses de
calcul. Le deuxième (2) chapitre concerne la conception et pré-dimensionner la structure.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 4


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Le troisième (3) chapitre sera consacré au dimensionnement d’un escalier considéré comme
un ouvrage spécial. Le quatrième (4) chapitre fera l’objet de la modélisation,
dimensionnement et calcul de la structure. Les calculs seront menés numériquement
moyennant le logiciel ARCHE. Dans le cinquième (5) chapitre, nous allons élaborer,
dimensionner et optimiser les fondations de l’ouvrage en se basant sur l’étude géotechnique.
Le sixième (6) chapitre est consacré à l’électricité, climatisation et réseaux informatiques.
Dans le septième (7) chapitre, nous ferons une étude environnementale sur le site. Enfin, le
deux (2) dernier chapitre porterons sur :
- Une étude environnementale sur le site ;
- Une estimation de coût des travaux et un planning d’exécutions des travaux.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 5


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

I. PRESENTATION DE L’OUVRAGE ET CHOIX DES


MATERIAUX

Introduction

La présente étude porte sur la conception et le calcul des éléments résistants d’un immeuble
sis sur la parcelle 03 ½ Est du lot 1143 dans la ville de Ouagadougou.
Il s’agit d’une tour administrative R+5, composé d’un espace spécifiquement aménagé pour
le stationnement des véhicules au rez-de-chaussée, et des locaux administratifs sur cinq
niveaux différents conçus de telle manière que dans un même espace, peuvent sans murs
travailler plus de salariés, c’est le concept d’open space.
Les bureaux aménagés dans le concept d’open space et le plan architectural sont représentés
toute en respectant les contraintes architecturales (voir figure 1 et 2).
La stabilité de l’ossature est assurée par un système auto stable en béton armé (poutre-poteau)
et la maçonnerie en parpaing creux qui sert de mur de remplissage.
Les planchers courants et terrasse inaccessible sont constitués en dalles corps creux (corps
creux, poutrelles et dalle de compression) en assurant une rigidité du diaphragme horizontal et
une sécurité contre les incendies.
L’escalier principal est en béton armé avec deux (2) volées droites et un palier intermédiaire,
et un escalier de secours métallique préfabriqué.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 6


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Figure 1 : Aménagement des bureaux en open space.

Figure 2: Le bâtiment en 3D.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 7


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

I.1- PRESENTATION DE L’ARCHITECTURE DU BATIMENT


L’étude architecturale permet de choisir la conception structurale et de calculer les différentes
charges permanentes et les charges d’exploitation.
Les dimensions en plan du bâtiment sont répertories comme suit :
Longueur : 20,70 m ;
Largeur : 17,40 m ;
La hauteur de RDC : 3,50 m ;
La hauteur d’étage courant : 3,50 m ;
2
Surface du parking : 319,58 m ;
2
Surface du bureau d’accueil : 20,30 m ;
2
Surface des bureaux en open space à l’étage courant : 319,58 m .

- Description des différentes parties du bâtiment


Cet immeuble se compose de deux sections différentes ;
Au premier niveau (RDC)
- Un parking,
- Un bureau de renseignement/accueil
- Et la section dite hall comprenant:
 Un escalier principal à deux (2) volées avec un palier de repos ;
 Quatre (4) toilettes ;
Au deuxième niveau, et ainsi pour tout le niveau:
- Des bureaux en open space ;
- La section dite hall comprenant:
 Un escalier principal à deux (2) volées avec un palier de repos ;
 Quatre (4) toilettes.

Pour de raison de sécurité, des personnels et la stabilité de l’immeuble, les calculs de la


structure sont effectuées par le logiciel « Graitec OMD 15.1E» et vérifiées manuellement.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 8


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

D’abord les calculs des descentes de charge et le pré-dimensionnement des éléments


structuraux sont exécutés manuellement. Ces descentes de charge permettent de modéliser la
structure avec le logiciel. Les escaliers sont calculés et ferraillés manuellement.
Tous les calculs et vérifications se feront en respectant :
- Les règles de conception et de calcul aux états limites des structures en béton armé
BAEL91 modifiée 99.
- Les normes et document technique réglementaire qui sont : NF P 06-001 (charges
d’exploitations), NF P 06-004 (charges permanentes et charges d’exploitation dues
aux forces de pesanteur).

I.3- CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX


1. Béton

Le béton est une pierre artificielle obtenue par durcissement d’un mélange du ciment, sable,
gravier, eau, air et éventuellement de produits d'addition (adjuvant) suivant le respect de
norme (dosage).

- Resistance caractéristique à la compression

Pour l’établissement de cet étude, nous avons opté pour un béton qui est défini par une valeur
de sa résistance à la compression à l’âge de 28 jours, dite valeur caractéristique requise (ou
spécifiée). Celle-ci, notée fc28, est choisie égale à 25 MPa.

- Resistance caractéristique à la traction

La résistance caractéristique à la traction du béton à j jours, notée ftj, est conventionnellement


définie par la relation:
Ftj = 0,6 + 0,06.fcj

ft28 = 2.1 MPa


- Contraintes limites
a. Contrainte limite à la compression

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 9


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

0.85 f c 28
f bc MPa .
b

Avec :
b: coefficient de sécurité
b = 1,50 en situation courante fbc = 14,20 MPa
b = 1,15 en situation accidentelle fbc = 18,48 MPa

θ coefficient qui est en fonction de la durée d’application des actions


-θ=1 si durée d’application est supérieur à 24 heures.
- θ = 0.9 si la durée d’application est entre 1 heures et 24 heures.
- θ = 0.85 si la durée d’application est inférieur à1 heures.

b. Contrainte limite de cisaillement

u= min (0,13 fc28 ; 5 MPa) pour la fissuration peu préjudiciable.


u= min (0,10 fc28 ; 4 MPa) pour la fissuration préjudiciable.

c. Contraintes de service à la compression


bc = 0,60. fc28 MPa
bc = 15 MPa

- Module d’élasticité
On définit le module d’élasticité comme étant le rapport de la contrainte normale et la
déformation engendrée. Selon la durée de l’application de la contrainte, on distingue deux
types de modules :

a. Module d’élasticité instantané


Lorsque la contrainte appliquée est inférieure à 24 heures, il résulte un module égale à :
E ij 11000 3 f cj MPa

Avec : fc28 = 25 MPa


Eij = 32164,195 MPa

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 10


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

b. Module d’élasticité différée


Lorsque la contrainte normale appliquée est de longue durée, et à fin de tenir en compte l’effet
de fluage du béton, on prend un module égal :
E vj 3700 3 f cj

Avec : fc28 = 25 MPa


Evj = 10819 MPa
c. Module d’élasticité transversale
G = E / 2 (1+ ) MPa
: Coefficient de poisson
d. Coefficient de poisson
C’est le rapport des déformations transversales et longitudinales, il sera pris égale à :
- = 0,2 l’état limite de service
- =0 l’état limite ultime

2. Acier
C’est un alliage de fer et de carbone en faible pourcentage. L’acier est un matériau caractérisé
par sa bonne résistance à la traction qu’en compression.
Les aciers à utiliser sont les hautes adhérences fe E 400 MPa.

- Module d’élasticité longitudinal


Il est noté (Es), sa valeur est constante quelle que soit la nuance de l’acier.
Es = 200000 MPa

- Limite d’élasticité
fe
s= s : Coefficient de sécurité
s

s =1,15 En situation durable


s =1,00 En situation accidentelle

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 11


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

- Protection des armatures


Dans le but d’avoir un bétonnage correct et prémunir les armatures des effets intempéries et
des agents agressifs. On doit veiller à ce que l’enrobage (C) des armatures soit conforme aux
prescriptions suivantes :
C 5 cm : Pour les éléments exposés aux embruns ou aux brouillards salins ainsi
que pour les éléments exposés aux atmosphères très agressives.
C 3 cm : Pour les éléments situés au contacte d’un liquide (réservoir, tuyaux,
canalisations)
C 1 cm : Pour les parois situées dans des locaux non exposés aux condensations.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 12


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

II. CONCEPTION DE LA STRUCTURE

Introduction
La conception structurale est la phase initiale de l’étude d’une ossature de bâtiment en béton
armé, elle est considérée comme étant la phase la plus importante, puisque le
dimensionnement des éléments porteurs, les fondations, la bonne maîtrise des coûts et des
délais d’exécution, dépendent fortement de ses résultats.
Pour choisir un système porteur, plusieurs facteurs doivent être pris en compte à savoir les
charges permanentes, les charges d’exploitation, l’interaction sol-structure (instabilité,
tassement…), et les actions climatiques. Le choix du système porteur dépend aussi de la
vocation du bâtiment : logement, écoles, bureaux, hôpitaux, halls industriels…
La conception structurale doit être conduite en respectant les règles de l’art et de la
construction, et en satisfaisant au mieux les contraintes architecturales et celles du site.
Nous vérifions que l’ossature ou le système porteur conçu satisfait aux exigences suivantes :

 Prendre en compte au mieux les contraintes architecturales :


- Eviter d’implanter des poteaux gênant l’exploitation des locaux ;
- Eviter la retombée des poutres au milieu des locaux.
 L’ouvrage, soumis aux actions permanentes et variables, doit être statiquement en
équilibre.
 Les différents éléments structuraux de l’ouvrage doivent permettre son utilisation
dans des conditions normales et en toute sécurité ;
 En cas de problème complexe de transfert de charges d’un étage à un autre, des
éléments porteurs verticaux tels que des poteaux naissants doivent être conçus.
La conception structurale permet de :
- Dessiner deux niveaux au dessus de troisième niveaux ;
- Aménager les bureaux en open space ;
- Choisir le type d’ossature et de plancher;
- Fixer l’emplacement des éléments porteurs et les pré-dimensionner ;
- Choisir le type de fondation.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 13


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

II.1- STRUCTURE RETENUE


Pour la présente étude, le choix est porté sur une ossature formée par le système porteur
classique poteaux-poutres en béton armé.

- Le choix du type de plancher dépend de plusieurs facteurs, principalement liés à la


répartition des espaces et les longueurs des travées des poutres. Ce choix peut être
imposé aussi par des critères d’isolation acoustique et thermique et par des raisons de
résistance au feu.
- Les poteaux conçus sont de forme carré ou rectangulaire, car elles permettent de
faciliter le coffrage. Ces formes permettent aussi de loger les poteaux dans les murs ou
les cloisons, en ne dépassant pas leurs épaisseurs, et d’augmenter l’inertie du poteau
dans le sens voulu.
- En bref, vu la présence d’un parking au RDC le nombre de poteaux restent limités, au
total seulement dix sept dans ce niveau. Par conséquent, des poteaux naissants seront
utilisés sur les poutres du plancher haut du RDC.

II.2- DESCENTE DE CHARGES


La descente de charges a pour but d’évaluer les charges et les surcharges revenant à chaque
élément porteur au niveau de chaque plancher jusqu’à la fondation.
Les charges réglementaires sont les charges permanentes (G) et les charges d’exploitations
(Q).

I. Charges permanentes
Les charges permanentes sont appliquées pratiquement avec la même intensité pendant toute
la durée de la vie de l’ouvrage. Celles du plancher sont déterminées à partir de sa
composition.
Elles sont fonction des masses volumiques ainsi que des épaisseurs de chaque constituant.
Les charges permanentes pour le plancher terrasse accessible, les planchers courant, mur
extérieurs, dallage parking et l’escalier sont déterminées manuellement.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 14


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Les charges totales du plancher terrasse sont montrées au tableau 1.

Plancher terrasse non accessible

Tableau 1: Charge totale du plancher terrasse.

Constituants Charges (KN/m2)


Enduit sous face 0.33
Corps creux (16+4) 2,85
Forme de pente 1,8
Gravillon 0,6
Etanchéité Enduit de planéité 0.10
multicouche 0,12
5.80 KN/m2

Figure 3: Coupe d’un plancher terrasse à corps creux.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 15


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Plancher courant

Tableau 2: Charge totale d’un plancher intermédiaire.

Constituants Charges (KN/m2)


Enduit sous face 0,33
Corps creux (16+4) 2,85
Mortier de pose 0,36
Revêtement Carrelage 0,44
Enduit en plâtre 0,10
Cloison légère 0,7
4,78KN/m2

L’estimation de la charge des planchers intermédiaires à corps creux, présentés à la figure 4,


sont données au tableau 2.
Le plancher RDC parking à la même charge permanente que les autres planchers
intermédiaires en corps creux ainsi que la même coupe (figure 4).

Figure 4 : Coupe d’un plancher intermédiaire en corps creux

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 16


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Cloisons et des acrotères


Cloison Maçonnerie 10 enduite sur deux (2) faces : 2, 10 KN/m2
Acrotères
Acrotère simple : 2, 00 KN/m2

Charges et surcharges sur l’escalier


Paillasse
Charges permanentes

Tableau 3: Charge totale de la Paillasse.

Eléments Epaisseur Poids volumique formules G (KN/m2)


3
(cm) (KN/m )
Pp de la paillasse 18 25 γ. e/ cosα 5,03
Carrelage horizontal 2 22 γ. e 0,44
Mortier de pose 2 18 γ. e 0,36
Carrelage vertical 2 22 γ. e 0,44
Mortier de pose 2 18 γ. e 0,44
marches 16 25 γ. h/2 2
Garde corps 0,6
Total 9,31

Palier de repos

Tableau 4: Charge totale du Palier.


Eléments Epaisseur Poids volumique formules G (KN/m2)
(cm) (KN/m3)
Carrelage 2 22 γ. e 0,44
Mortier de pose 2 18 γ. e 0,36
Dalle pleine 16 25 γ. e 4
Enduit 1,5 22 γ. e 0,33
Total 5,13

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 17


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

II. Charges d’exploitation

Les charges d’exploitation ou surcharges sont celles qui résultent de l’usage des locaux. Elles
correspondent au mobilier, au matériel, aux matières en dépôt et aux personnes pour un mode
normal d’occupation. (Normes NF P 06-001).

Plancher terrasse non accessible (sauf entretien) 1 KN/m2


Plancher pour bureau (étages courants) : 2,5 KN/m2
2
Escalier : 2,5 KN/m
2
Plancher pour parking au RDC : 2,5 KN/m

Une fois la conception faite, c’est-à-dire la disposition des éléments porteurs verticaux et
horizontaux étant choisi, chaque élément doit être pré dimensionné, vis-à-vis des conditions
de résistance et de déformation. Le but du pré dimensionnement est d’optimiser les sections
afin de réduire les coûts.

II.3- PREDIMENSIONNEMENT DES PLANCHERS


Les planchers permettent de limiter les différents niveaux du bâtiment. Le rôle essentiel des
planchers est d’assurer la reprise et transmission de charges verticales aux éléments porteurs.
En plus de cette participation à la stabilité de l’ouvrage, ils offrent une isolation thermique,
acoustique, et la protection contre l’incendie entre les différents étages.

1) Plancher en corps creux


Les constituants d’un plancher en corps creux sont :
- Chape de béton ou dalle de compression : elle transmet les charges qui lui sont
appliquées aux nervures.
- Corps creux : c’est un coffrage perdu, il permet d’augmenter les qualités d’isolation de
plancher.
- Nervures : ces sont des éléments porteurs du plancher, reposant de part et d’autre sur
des poutres. Elles sont coulées sur place et leurs dimensions sont liées à celles du
corps creux.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 18


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

On adopte un plancher de 20 cm d’épaisseur composé d’un hourdis de 16 cm et d’une dalle de


compression de 4 cm d’épaisseur (Le dimensionnement de la dalle, figure et ferraillage du
plancher à l’annexe.

II.4- PREDIMENSIONNEMENT DES POTEAUX


Les poteaux sont en béton armé dont la forme est généralement carrée, rectangulaire
ou circulaire. Ils sont des éléments essentiels de la structure, dont les longueurs sont grandes
par rapport aux autres dimensions transversales.

Le prédimensionnement des poteaux se base sur la limitation de l’élancement mécanique


λ.
En effet, pour limiter le risque de flambement, l’élancement, λ doit être inferieur à 70. Cette
caractéristique mécanique est définie comme le rapport de la longueur de flambement l f au
rayon de giration imin de la section droite du béton seul (B), calculé dans le plan de
flambement. Généralement, le plan de flambement le plus défavorable est celui qui est orienté
suivant le moment d’inertie de la section le plus faible, c’est pour cela que le rayon de giration
minimal intervient dans le calcul.
La longueur de flambement lf est calculée en fonction de la longueur libre du poteau l0 et de
ses liaisons effectives.
L’architecture retenue du bâtiment nous impose des poteaux carrée et rectangulaire.
- Poteau carré a=b
Le dimensionnement manuel présenté en annexe 1 donne des poteaux carrée de 0, 30 m
(figure 7).

30 x 30 cm
Figure 5 : Un poteau carré de section 30 x 30 cm en 3D.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 19


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

- Poteau rectangulaire axb (a<b)

Pour le poteau rectangulaire, le calcul manuel donne une section de 20 x 40 cm mais le


logiciel préconise d’augmenter la section de poteau rectangulaire sur les quatre (4) premiers
niveaux, mais pour question d’architecture la section sur tout les niveaux. Les poteaux
rectangulaires de section 20 x 80 cm.

II.5- PREDIMENSIONNEMENT DES POUTRES


Les poutres sont des éléments en béton armé coulé sur place dont le rôle est l’acheminement
des charges et surcharges émanant des planchers aux éléments verticaux (poteaux, voiles). On
distingue les poutres principales qui constituent des appuis aux poutrelles et les poutres
secondaires qui assurent le chaînage. (fig. 6).
Les poutres plutôt hautes sont prévus car elles sont économiques, plus facile à ferrailler et à
bétonner tout en respectant les critères architecturaux, et aussi d’assurer au maximum que
possible la continuité des poutres pour minimiser le ferraillage utilisé.
Les poutres principales utilisées sont de section rectangulaire 20 x 45 cm et les poutres

secondaires sont de section 20 x 40 cm. (Les calculs de pré-dimensionnement sont en annexe


2).

Figure 6 : Une poutre principale de section 20 x 45 cm en 3D.

II.6- PREDIMENSIONNEMENT DES LONGRINES


Le Prédimensionnement de la longrine effectue manuellement donnée : h = 40 cm, et
b = 20 cm. (voir annexe 2 pour plus de détails).

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 20


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

III. CALCUL D’UN OUVRAGE SPECIAL : ESCALIER

III.1- CALCUL DE L’ESCALIER


L’escalier est un élément d’ouvrage permettant de passer à pied d’un niveau de bâtiment à un
autre. L’escalier est composé d’une succession régulière des plans horizontaux consistant en
de marches et des paliers.
Ces ouvrages peuvent être en acier, en bois, mais généralement en béton armé. Les escaliers
représentent les voies d’évacuation en cas d’incendie. L’avantage des escaliers en béton armé est
la faculté de les construire sous des formes très nombreuses qui permettent de les adapter à toutes
les dispositions. (fig. 9).

Figure 7: Détails de l’escalier

Pour les différents types d’escaliers on considère les paramètres suivants :


h : hauteur de la contre marche, variant de 0,14 à 0,18 m.
g : la largeur de la marche, variant de 0,30 à 0,35 m.
α : l’inclinaison de la volée,
h
arctg
g

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 21


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

1. Le modèle de l’escalier étudié


éme
On va s’intéresser dans ce qui suit aux escaliers des planchers courants du 1er au 5 étage,

ces derniers sont divisés en deux volées. Le calcul du ferraillage est conduit vis-à-vis de la
flexion simple à la fois à l’ELU et à l’ELS. La volée d’escalier calculée sera considérée
comme étant une poutre rectangulaire de largeur unité sur deux appuis simples. (fig. 10)

340 Cm 120Cm

Figure 8: Schéma simplifié de la volée de l’escalier (une poutre rectangulaire).

La hauteur de l’étage est : H = 3,50 m


a) La contre marche h est situé entre 14 et 18cm.
Pour notre étude, nous prenons h = 16 cm et nous aurons 11 marches pour chaque volée
b) La largeur du giron.
30 cm
Nous prenons g = 30 cm.

a. Pré dimensionnement de la paillasse et du palier


Le résultat obtenu est comprit entre 15 et 23 cm (voir annexe 5).
15, 33 cm ep 23cm
Une épaisseur de 18 cm est retenue pour tous les escaliers du bâtiment.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 22


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

b. Dimensionnement de l’escalier
Etude de différentes parties de l’escalier. Les résultats sont montrés au tableau 5 suivant et les
calculs présents en annexe 5.
Tableau du résultat des efforts :
Figure 9: Résultat des efforts
Paillasse Palier

Pu (KN/m) 16, 32 10,68


Pser (KN/m) 11, 81 7,63

Par mesure de simplification au calcul des sollicitations, calcul de ferraillage pour la volée et
celle du palier et adoptons celui qui est le plus défavorable.

Volée de l’escalier
Répartition des charges (fig. 10).

Q = 4 KN/m

G1= 9,31 KN/m


G2= 5,13 KN/m G2= 5,13 KN/m

Figure 10: Répartition des charges sur la volée de l’escalier.

III.2- FERRAILLAGE DE L’ESCALIER


Les calculs manuels de ferraillage sont à l’annexe 4. Le schéma de ferraillage montre à la
figure et résultants présentes au tableau 5.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 23


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Tableau 5: Récapitulatif de calcul de ferraillage

Armatures longitudinales

A’ A (cm2) Amin (cm2) Choix des barres (cm2) Espacement (cm)


0 8,88 1,74 8HA12 13
0 6,30 1,74 6HA12 17
Armatures de répartition

Ar (cm2) Choix des barres (cm2) Espacement (cm)


4,44 4HA12 25
3,15 5HA10 20
Armatures sur appuis

Aa (cm2) Choix des barres (cm2) Espacement (cm)

1,33 4HA8 25
0,95 4HA8 25

Figure 11: Schéma de ferraillage de la volée étudié.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 24


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

IV. ANALYSE DE L’OSSATURE

IV.1- MODELISATION DE LA STRUCTURE


La phase de modélisation est la phase intermédiaire entre la conception et le
dimensionnement. Vu le nombre important des éléments, nous utilisons le module de logiciel
de calcul « ARCHE » pour dimensionner l’ossature du bâtiment et ses fondations.
Pour le calcul manuel, nous avons essayé d’établir des modèles de calcul simples proches des
cas réels. Nous avons évalué le chargement, calculé les sollicitations en se servant des
théories de structures et enfin calculé le ferraillage nécessaire.

Figure 12: Une illustration de l’immeuble étudié (fondations semelles isolé).

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 25


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Dans la suite de ce chapitre, nous allons dimensionner manuellement un élément porteur de la


structure.
Le dimensionnement des fondations sera effectué dans le chapitre suivant.

IV.2- DIMENSIONNEMENT D’UNE FILE DE POTEAUX


a. Généralités

Les poteaux des constructions courantes sont calculés en négligeant les effets de solidarité
avec les poutres et en admettant par conséquent la discontinuité des éléments de plancher au
droit des poteaux.
Ainsi, les règles BAEL admettent de considérer conventionnellement comme soumis à une
compression centrée tout poteau qui, en plus de l’effort normal de compression N, n’est
sollicité que par des moments conduisant à des petites excentricités (de l’ordre de grandeur de
la moitié de la dimension du noyau central).
Le risque de flambement des armatures longitudinales conduit à placer des armatures
transversales (cadres, étriers ou épingles). Le flambement est le phénomène qui est la cause
du déplacement d’une partie du poteau dans une direction perpendiculaire à son axe. Le
poteau fléchi autour de son axe de plus faible inertie. Dans le cas où l’élancement mécanique
est inferieur à 70, les règles BAEL autorisent de ne pas faire une vérification du poteau à
l’état limite de stabilité de forme (ELUSF), c’est-à-dire qu’on peut se contenter d’un calcul du
poteau à l’ELU de résistance à condition de minorer forfaitairement l’effet normal résistant
par un coefficient dépendent de l’élancement mécanique.

b. Calcul du poteau en compression centrée


- Evaluation des charges
Le poteau étudié est un poteau situé au parking RDC, il est soumis aux charges transmises par
le plancher et les poutres (pour lesquelles il sert d’appui) reparties sur sa surface d’influence,
aux charges acheminées par le poteau, et son poids propre.

- Descente de charge

La descente de charge d’un poteau calculé manuellement de six niveaux (fig. 13).

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 26


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Figure 13: Schéma de la file de poteaux étudiée.

Les charges appliquées à la tête du poteau P1 étudié sont :


Charges permanentes G = 670 KN
Charges d’exploitation Q = 269 KN
Nu = 1,35 Ng + 1,5 Nq
AN : 1,35. 670 + 1,5.269
Nu = 1308 KN

Calcul des armatures


Géométrie :
2
 Surface réduite Br = 0,1404 m
 Hauteur lo = 3,10 m

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 27


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Ferraillage longitudinal
Br. f C 28 f
N u lim AS . e
0,9 b S

Il faut respecter la condition suivante : Nu ≤ Nu lim


Nu Br. f C 28
A cm 2 S

fe 0,9 b
2 2
A (cm ) = 4,8 cm
2
Amax = 5B/100 = 45 cm

Tableau 6: Calcul pour la file du poteau.

Poteaux 5
émé
étage 4
émé
étage 3
émé
étage 2
émé
étage 1er étage RDC

Nu (KN) 86,4 200,25 314,1 495,45 541,8 1308


2
Br (m ) 0,1404 0,1404 0,1404 0,1404 0,1404 0,1404

k 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7

Lf (m) 2,17 2,17 2,17 2,17 2,17 2,45

λ 37,59 37,59 37,59 37,59 37,59 42,44

α 0,7 0,7 0,7 0,7 0,7 0,66

Amin (cm2) 4 4 4 4 4 4,8

Aadopté 4,52 4,52 4,52 4,52 4,52 6,16


(cm2)

Ferraillage 4HA12 4HA12 4HA12 4HA12 4HA12 4HA14


longitudinal

Ferraillage Φt 6 Φt 6 Φt 6 Φt 6 Φt 6 Φt 8
transversal

Le résultat obtenu du calcul manuel est le même que le résultat donné par le logiciel.

Pour le plan de ferraillage voir annexe.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 28


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

V. ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

Introduction
A la demande et pour le compte de la société, le L.B.T.P a procédé à la réalisation d’une
campagne géotechnique relative à ce projet.
Cette mission comporte :
- La réalisation de cinq (5) essais pénétromètriques au pénétromètre dynamique lourd
2
BORRO DB 70 équipé de pointes perdues coniques de 15,2 cm
- Sondage de trois (3) puits à ciel ouvert de 4,00 m de profondeur pour permettre
d’établir les coupes géotechniques détaillées des terrains rencontrés pour analyser en
laboratoire.
- Et des essais au laboratoire (analyse granulométrique, limite d’Atterberg).
Ce chapitre a pour objectif d’analyser les résultats de la campagne géotechnique à fin de
préconiser un système de fondation approprié à ce projet et de le dimensionner.

V.1- RESULTAT DE LA CAMPAGNE


Essais pénétrométriques :
L’essai pénétrométriques consiste à réaliser un essai de sol in-situ à l’aide du pénétromètre
statique ou dynamique (enfoncement dans le sol d’une pointe métallique par vérinage ou
battage). Cet essai a permit de mesurer la résistance de pointe liée directement à la contrainte
de rupture du sol.
Le résultat de ces essais montre que le site est homogène. En effet, tous les essais ont le refus
à 8,00 m de profondeur sans refus sauf le P1 a accusé le refus à 7,20 m.

Puits à ciel ouvert :


Les puits à ciel ouvert permettent d’identifier les différentes couches de sols. Trois (3) puits à
ciel ouvert références S1, S2 et S3 ont été manuellement creusés à la pioche. Ils ont été
descendus à 4,00 m de profondeur. Aux cours de l’exécution des puits, des venues d’eau ont
été décelées dans les puits S1 et S2 respectivement à 3,10 m et 3,30 m de profondeur mais les
parois des puits se tenaient bien. (Figure 8, coupe puits).

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 29


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Tableau 7: Coupe géotechnique de puits à ciel ouvert.

Profondeur
Profil Description Nature du sol Observations
[m]

0,00
Remblai Argile latéritique
Terre végétale
graveleuse
0,90

Argile latéritique Echantillon E-01

2,50

Argile latéritique graveleuse Echantillon E-02

4,00

Essais au laboratoire :
Des échantillons remaniés ont été prélèves dans les puits manuel après une identification
visuelle et ont fait l’objet des essais en laboratoire (analyse granulométrique et limites
d’Atterberg). Les limites d’Atterberg et l’analyse granulométrique sont nécessaires pour
vérifier les caractéristiques de la dernière couche d’argile latéritique graveleuse au niveau de
chaque puits.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 30


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Les résultats d’essais de l’analyse granulométrique ci- dessous nous permettent de classifier
les sols.
Sondage S1 :
Nature de la couche : Argile Latéritique Graveleuse ;
Couche 330/400 (WL% = 40,0 ; WP % = 17,0 ; IP % = 23,0).
Sondage S2 :
Nature de la couche : Argile Latéritique Graveleuse ;
Couche 300/400 (WL% = 38,0 ; WP % = 16,0 ; IP % = 22,0).
Sondage S3 :
Nature de la couche : Argile Latéritique Graveleuse ;
Couche 310/400 (WL% = 36,0 ; WP % = 16,5 ; IP % = 19,5).

V.2- PRINCIPE DE FONDATION ET RECOMMANDATION


L’analyse des résultats des investigations montre la présence d’une couche de remblai grave
éme
argileuse latéritique qui s’étend de 0,00 m jusqu’à - 0,90 m de profondeur, une 2 couche
éme
d’argile latéritique qui s’étend de - 0,90 m jusqu’à - 2,50 m de profondeur puis une 3
couche d’argile latéritique graveleuse qui s’étend de - 2,50 m jusqu’à - 4,00 m de profondeur
dont tout leurs caractéristiques mécaniques et leurs propriétés de portance sont également
bonnes.
L’ensemble des résultats obtenus par l’étude géotechnique (essais pénétrométriques, puits
manuels et essais au laboratoire) préconise le cas d’un système de fondation de type
superficiel avec les hypothèses suivantes :
- Des fondations sur semelles isolées ancrées dans l’argile latéritique;
- Un niveau d’assise des fondations au 1,60 m de profondeur par rapport au terrain
naturel actuel.

Conclusion
Une contrainte admissible σa = 2,0 bars = 0,20 MPa ;
- Le système de fondation est du type superficiel sur des semelles isolées ;
- Le taux de travail du sol est 2,0 bars pour un niveau d’assis des fondations au-delà de
1,60 m de profondeur par rapport au terrain naturel à la date du sondage (D = 1,60 m/TN) ;
- Les tassements ne sont pas à craindre.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 31


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

V.3- CALCUL ET DIMENSIONNEMENT D’UNE SEMELLE ISOLEE


Pour le prédimensionnement de la semelle on va faire le calcul à l’ELS (fissuration
préjudiciable), de la semelle isolée N° 2 qui support les charges transmises par le poteau P2.
L’effort normal transmis par le poteau déjà étudie à la semelle est donné par le logiciel
ARCHE, avec G = 676 KN et Q = 238 KN.
Le calcul se fait à l’aide de la méthode de bielles sachant que : σsol = 0,20 MPa.
Le dimensionnement se fait à L’ELU, Nu = 1,35G + 1,5Q = 1269,6 KN.

Le tableau ci-dessous récapitule les charges, section d’un poteau carrée est donne le choix des

armatures.

Tableau 8: Tableau récapitulatif du calcul manuel de la semelle.

Désignation Application littorale Application numérique Observations

Pré dimensionnement
Charge N G+Q 676 + 238 = 914 KN

Contrainte de calcul q= 0,2 MPa

2
Section N /q 0,914/ 0,2 = 4,57 m

Dimension N a 914.103
A = 2,14 m
q b 0,2.10 2
3 2
N 914.10 / (0,2.10 x A= B = 2,14 m
B
q A 4
2,11.10 ) = 2,14 m
h= (B-b)/ 4 + 5 (214 – 20) / 4 + 5 = 0,54 m

Vérifions q q= N/S 0,914/ 4,57 = 0,2 0,20 MPa ok !


Dimensionnement
3
Section d’armatures Nu. (B- b) / (8.d. fsu) 1269,6 .10 .(2140 – 200)/
suivant A et B (8. 48,5. 348) = 18,24cm
2

2
Choix Suivant A 25HA10 Ar = 19,63 cm
2
Suivant B 25HA10 Ar = 19,63 cm

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 32


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Longueur scellement
Ls = 40 Φl 40 x 1,0 = 40 cm BAEL A6.1.221

Longueur ancrage La = 0,4ls 0,4 x 40 = 16 cm BAEL A6.1.253


>La, donc crochets
Longueur disponible Ld = B/4 – 2x5cm 214/4 –2x5= 43,5 cm non nécessaires.

Longueur d’ancrage Art 2.55 D.T.U.13.12


des aciers en attente La = 35 Φl 35 x 1,0 = 35 cm

Les résultats obtenus par le logiciel Arche module ossature sont légèrement économique que
les résultats trouvés manuellement.

V.4- VERIFICATION DE LA SURFACE


Le rapport de la surface totale des semelles par rapport à la surface totale de la structure est
de :
S semelles 240,41
0,66
S batiment 365,7
La surface totale des semelles représente 66 % de la surface du bâtiment.
Vu que les semelles occupent plus de 50 % de la surface du sol d’assise, on adopte le choix
d’un radier général.
Remarque :
Tout en tenant compte de :
- La nature du sol décrite par les sondages complémentaires ;
- Les résultats des essais de laboratoire ;
La solution des fondations superficielles de type radier générale est à envisager.

V.5- CALCUL D’UN RADIER


Un radier est définit comme étant une fondation superficielle travaillant comme un
plancher renversé dont les appuis sont les poteaux de l’ossature et qui est soumis à la réaction
du sol diminuées du poids propre du radier.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 33


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Ce type de fondation présente plusieurs avantages qui sont :


- L’augmentation de la surface des semelles, minimise la forte pression apportée par la
structure ;
- La facilité d’exécution et de coffrage ;
Et convenir mieux aux désordres ultérieurs qui peuvent provenir des tassements éventuels.

V.6- PREDIMENSIONNEMENT DU RADIER


Après calcul manuel, nous avons adopté une épaisseur constante sur toute l’étendue du radier:
h= 90 cm Nervure
h= 40 cm Dalle (Voir annexe 3 pour plus de détail).
Les calcul des ferraillages du radier sont fait manuellement avant d’être vérifier dans le
logiciel.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 34


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

VI. ELECTRICITE, CLIMATISATION ET RESEAUX


INFORMATIQUES

VI.1- ELECTRICITE
Dans toute conception d’un bâtiment, la notion d’éclairage et d’énergie est recommandée par
l’hygiène du bâtiment.
Et aussi pour le bon fonctionnement de l’immeuble, l’électricité joue un rôle déterminant.
L’étude d’une installation basse tension doit être conduite dans le souci de permettre une
bonne adoption aux besoins de l’utilisateur final et compte tenue de la contrainte essentielle
du respect du budget.
Le critère final de la réussite d’une étude est donc le rapport performances/prix. Bien étendu,
l’installation étudiée est conforme aux normes et règlements en vigueur afin d’assurer la
sécurité des personnes et des biens.
L’immeuble sera équipé des éléments suivants :

1. Au rez-de-chaussée
Parking
 19 blocs de réglettes munies chacun de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et

Cosϕ =0,85.

Bureau d’accueil

 1 bloc de réglette munie de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et Cosϕ =0,85.

Escalier
 2 blocs de réglettes munies chacun de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et

Cosϕ =0,85.

Toilette à l’entre de l’immeuble

 1 réglette fluorescentes de 58W/230V et Cosϕ =0,85.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 35


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

éme
2. Aux autres niveaux (de 1er au 5 )
Bureaux en open space

 19 blocs de réglettes munies chacun de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et

Cosϕ =0,85.

Escalier
 2 blocs de réglettes munies chacun de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et

Cosϕ =0,85.

Toilette à l’intérieur du l’immeuble

 1 bloc de réglette munie de deux réglettes fluorescentes de 58W/230V et Cosϕ =0,85.

La section des câbles et les appareils de protection sont choisis en fonction de la puissance des
récepteurs toute en respectant les normes françaises.

VI.2- CLIMATISATION
La puissance du climatiseur ou puissance frigorifique est de 46474,11 W, soit 20 CV. Ce qui
donne sept (7) climatiseurs Split de 3 CV (voir annexes n° pour le calcul manuel)
Puissance à souscrire a la compagnie d’électricité
On souscrira auprès de la SONABEL une Puissance de 28700 VA.

VI.3- RESEAU INFORMATIQUE


L’immeuble sera équipé d’un réseau informatique. Les éléments seront de caractéristiques
suivantes :
 Les câbles de connections sont de catégorie 6 ;
 Les prises informatiques sont de type RJ 45 ;
 Les câbles et les prises sont protèges par des goulottes appropriées ;
Le nombre de prises informatiques est de 2 pour chaque bureau.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 36


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

VII.ETUDE ENVIRONNEMENTALE

Les travaux de construction de l’immeuble engendrent nécessairement des nuisances


environnementales, à l’intérieur et à l’extérieur du chantier.
L’impact sur l’environnement est l’un des critères de validation de l’opportunité du projet et
du choix du site d’implantation ; c’est donc une forme d’étude d’impact du projet qui est à
réaliser.
La réussite du chantier respectueux de son environnement passe par une implication de
chacun des acteurs de l’opération.
Parmi les facteurs de réussite, mettons en avant les efforts de communication en œuvre sur le
chantier. Informer les acteurs du chantier et en particulier les travailleurs sur qui repose in fine
l’efficacité du dispositif est en effet essentiel. De même, communiquer avec les riverains
améliore leur perception du chantier et diminue la gêne ressentie.

VII.1 RIVERAINS ET TRAVAILLEURS SUR LE CHANTIER


1. Riverains et travailleurs
Les riverains et les travailleurs sur le chantier sont chacun, à des degrés divers, soumis aux
nuisances du chantier. Les riverains sont les occupants des différents immeubles proches du
lieu des travaux. En conflit possible avec le trafic généré par le chantier, les usagers de la voie
publique sont considérés comme des riverains à part entière. Les travailleurs sur le chantier
sont également soumis aux nuisances. La réglementation du travail relative à la protection des
travailleurs est sans doute plus complète que celle relative à l’environnement d’un chantier.
En conséquence, le degré d’initiative du maître d’ouvrage peut apparaître plus faible sur cette
question.
Néanmoins, des dispositions aux exigences réglementaires et favorables à un meilleur
environnement des travailleurs sur le chantier peuvent être préconisées. En outre, les
travailleurs sont les premiers acteurs pour une mise en œuvre effective des mesures
environnementales préconisées sur le chantier. Une action d’information adaptée en leur
direction est également nécessaire.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 37


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2. Communication avec les riverains


2.1. Préoccupations des riverains
Les préoccupations des riverains se traduisent principalement par un sentiment de curiosité ou
d’inquiétude. On peut classer les préoccupations en deux catégories. On rencontre d’une part
les interrogations liées à l’apparition dans le quartier de l’immeuble en construction
(l’activité prévue dans le bâtiment et les nuisances qu’elle peut engendrer, l’architecture du
bâtiment et son impact sur la vue, l’ensoleillement ou l’intimité…) et d’autre part les
interrogations liées au déroulement des travaux ( La chute des charges déplacées par une grue,
voire la chute de la grue elle-même, La perte d’intimité pour les parcelles mitoyennes et le
risque d’intrusion via le chantier…).

2.2. L’intérêt de la communication


L’intérêt d’une meilleure communication avec les riverains est double. Tout d’abord, une
réponse apportée à une préoccupation d’un riverain permet souvent de réduire l’inquiétude de
Celui-ci et se traduit en cours de travaux par une limitation et même une disparition des
plaintes. Pour cela, il faut toujours répondre à chacun des interrogations, même si la réponse
n’apporte pas de solution pour réduire ou supprimer la nuisance. Mais, il faut expliquer
pourquoi cette nuisance est inévitable, quelle sera son importance, sa fréquence et sa durée.

2.3. A chacun son rôle


Tous les acteurs professionnels intervenant dans le cadre d’une opération de construction ont
un rôle à jouer dans la communication, du maitre d’ouvrage à l’entreprise. Apporter des
réponses aux questions liées à l’appariation d’une nouvelle construction est du ressort du
maître d’ouvrage, dans le cadre d’une réunion publique de quartier par exemple.
Apporter des réponses relatives au déroulement des travaux en cours de chantier, est du
ressort de l’entreprise. Dans les deux cas, le maitre d’œuvre doit jouer son rôle pour :
- Assister le maitre d’ouvrage dans son action de communication ;
- Attirer l’attention des entreprises sur les nuisances potentielles de chantier et veiller à
prise en compte de ces nuisances par les entreprises.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 38


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2.4 Modes de communication


Il convient de distinguer l’information de la communication interactive.
Les modes de communication doivent être adaptés au contexte, à la taille de l’opération et à
la nature des travaux. Plus les nuisances seront fortes, y compris dans la durée, plus la
communication devra être performante et dépasser le simple stable de l’information.
En bref, la communication avec les riverains est efficace pour désamorcer des conflits. Elle
conduit à une diminution des plaintes lorsque les engagements annoncés aux riverains par les
professionnels ont ensuite été tenus.

VII.2- NUISANCE GENEREES PAR LE CHANTIER


1. Enjeux vis-à-vis de travailleurs
Concernant les travailleurs sur le chantier, les exigences en terme de réduction et de limitation
des nuisances sonores ont trait avent tout à la santé. C’est pourquoi, le port de protections
individuelles est bien souvent nécessaire sur le chantier.
2. Poussières, pollution de l’air
Les sorties d’engins et de camions du chantier provoquent des dépôts de terre et boue sur la
voie publique, en particulier lors des phases de terrassement. Outre les nuisances visuelles,
ces dépôts sont source d’insécurité car ils rendent la chaussée glissante.
Les émissions de poussière sont également importantes lors des remplissages des silos à
ciment. Le positionnement d’engins de chantier à moteur thermique à proximité de zones
sensibles comme une façade de bâtiment occupé, une rue étroite est une source de nuisance
supplémentaire de bruit et de pollution de l’air.
En bref, la conception d’un bâtiment neuf doive aujourd’hui prendre en compte son
impact environnemental pendant toute sa durée de vie, elle n’est pas conditionnée, en règle
générale, par l’objectif de réduction des nuisances du chantier. En effet, les prescriptions
environnementales ont trait pour l’essentiel à l’organisation du chantier et à la mise en œuvre
de matériel et techniques adéquats.
Néanmoins, le choix du parti architectural de la future construction, qui conditionne souvent
la technique de construction, n'est pas neutre vis-à-vis des nuisances du futur chantier. Ainsi,
dans un contexte de très forte sensibilité du site, les nuisances de chantier peuvent être un
critère de choix.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 39


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

VIII. DEVIS ESTIMATIF ET PLANNING

1. Devis estimatif
Pour compléter cette étude, une estimation financière des travaux a été réalisée.
Nous utilisons la méthode UNTEC, qui est une méthode de recherche de coût de travaux
élaborée par les métreurs, pour permettre le chiffrage des éléments de construction.
Elle se compose en :
- Méthodes d’estimations prévisionnelles ;
- Décomposition des estimations par section.

Ainsi, les quantités obtenues à l’issue du métré des ouvrages, affecter des prix unitaires pour
chaque type d’ouvrage, décomposé des estimations par section pour enfin obtenir une
estimation financière globale des coûts des travaux.

Le montant total de cette étude est arrêté à six cent trente six millions cinq cent quarante sept
mille trois cent quarante un (636 547 341) FCFA HT ; (devis à l’annexe)

2. Planning

Le logiciel MS Project
MS Project, est un logiciel de gestion de projet édité par Microsoft. MS Project permet de
planifier les projets et les ressources, et d’assurer le suivi des projets pendant leur réalisation.
Project permet ainsi au chef de projet d’assurer une gestion de projet professionnelle,
conforme à l’état de l’art, et ainsi garantir le respect des délais et du budget.

Nous faisons une proposition de planning prévisionnel qui aurait permis de livrer l’immeuble
dans une marge de temps impartie c'est-à-dire en fin Novembre de cette année. (Voir le
planning à l’annexe).

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 40


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

IX. CONCLUSION

Dans cette étude, nous concevons, modélisons, aménageons et dimensionnons la structure et


les fondations en béton armé d’un immeuble de six niveaux. La conception structurale du
projet s’est basée sur le respect des règles d’art de la construction et des contraintes
architecturales. Une structure poteaux-poutres associés à des voiles porteurs a été retenue en
essayant de limiter les portées des poutres et éviter les flèches ainsi que les retombées non
préférables de poutres dans les travées des locaux. Ces derniers assurent le contreventement
de l’ouvrage avec l’escalier.
Pour le choix du plancher, nous optons pour les dalles nervurées classiques en béton armé et à
hourdis (corps creux). Ce choix est dicté pour des résistances, d’économie et de facilité et
rapidité d’exécution. Au regard des caractéristiques mécaniques du sol d’assise σsol = 2 bars,
nous avons opté pour la solution fondations superficielles consistant de radier général.
La modélisation et le dimensionnement de la structure ont été menés principalement à l’aide
du logiciel ARCHE module ossature. Nous chosions le logiciel ARCHE module ossature pour
des multiples avantages comme (la précision, la capacité du calcul….). Nous avons également
dimensionné manuellement quelques éléments de la structure tels qu’un poteau en
compression simple, et une semelle isolé. En outre, nous dimensionnons et ferraillons un
escalier en béton armé et un radier général manuellement.
L’étude de ce projet a permis de comprendre la démarche à suivre lors de l’étude de ce type
de projet. Cette étude a permis de nous familiariser avec des logiciels ; de calcul (ARCHE),
de dessin (ArchiCAD) pour la reproduction du plan architectural du l’immeuble et de
l’aménagement des bureaux en open space et de planification (MS Project).
Lors de la conception de ce bâtiment, nous avons rencontré des vrais problèmes dont la
résolution nécessite la prise en compte de plusieurs critères tels que le coût, la qualité, les
délais, l’esthétique et les moyens d’exécution.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 41


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

X. BIBLIOGRAPHIE

Mougin J-P. Béton armé, BAEL 91 modifié 99 et DTU associés, Eyrolles. [2000]
H.THONIER. [1996] ; Conception et calcul des structures de bâtiment (Tome 4), édition
Presse de l’école des ponts et chaussées.
J-Perchat, J-Roux, [2002] ; Pratique du BAEL 91, éditions Eyrolles.
H. Renaud et J-Lamirault [2006] ; Béton armé guide de calcul, Bâtiment et Génie civil,
éditions Fouchier ; 142 p.
Michel creusé, [1997] ; construction des bâtiments gros œuvre, Technique du bâtiment,
éditions Delagrave 202 p.
H. Renaud et J-Lamirault, [1989] ; précis de calcul de béton armé, Génie civil, éditions
Dunod, 350 p.
J-M. Destrac, D. Lefaivre, Y. Maldent, S.Vila. [2003] ; Mémotech génie civil, éditions
Casteilla ,474 p.
Dr GUEYE, I. [2009]; Polycopié de cours de Géotechnique,
CCTP, fascicule n°62-Titre 1- Section ; Règles techniques de conception et de calcul des
ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites-BAEL91 révisé
99.
M.ESSONE J-P. [2009] ; cours de Préparation et Gestion de Chantier, 2iE.
Pascal Legrand, cours de béton armé, Polycopier du cours de l’ETSHER, 140 p.
Laboratoire National du Bâtiment et des travaux Publics du Burkina ; Rapport géotechnique.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 42


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

XI. ANNEXES

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 43


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

1.LES COUPES ET LES FAÇADES

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 44


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 45


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 46


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 47


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2.PRE DIMENSIONNEMENT

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 48


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

A. Plancher

L’épaisseur du plancher est donnée par la formule suivante :

L
ht
22.5
On a :
610
ht
22.5
ht =27,11cm
On adopte un plancher de 20 cm d’épaisseur composé d’un hourdis de 16 cm et d’une dalle de
compression de 4 cm d’épaisseur.

B. Poteau carré a=b

L’élancement est donné par la formule suivante λ≤ lf


Longueur de flambement
lf = K x l0 avec K = 0,7

Lf = 0.7 x 3.5 = 2.45 m,

Nous fixons λ=35, lf = 0.7l0


a = 30 cm
Nous prenons a = 30 cm, et comme notre poteau est de type carré nous déduisons que
2
a = b = 30 cm .

C. Poutre
Considérons la longueur de la poutre la plus défavorable (la portée maximale). Selon les
règles de BAEL 91, les critères de rigidités sont donnés :
Pour la poutre principale de section rectangulaire b x h :
- Prise de la portée maximale L

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 49


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

L/12 ≤ h ≤ L/8
 610/12 ≤h≤ 610 /8
 50.83 ≤ h≤ 76,25
Soit h = 45 cm
La largeur peut être déduite de sa hauteur.
0,3h ≤ b ≤ 0,5h
 0,3.45 ≤ b ≤ 0,5.45
 13.5 ≤ b ≤ 22.5
Soit b = 20 cm
On adopte une hauteur de 45 cm et une largeur de 20 cm.
Pour la poutre secondaire de section rectangulaire :

Pré dimensionnement avec condition de rigidité pour poutre secondaire


L/15 ≤ h ≤ L/10
 580/15 ≤h≤ 580 /10
 38.67 ≤ h≤ 58
Soit h = 40 cm
La largeur peut être déduite de sa hauteur.
h /5 ≤ b ≤ h/2
 40/5 ≤ b ≤ 40/2
 8 ≤ b ≤ 20
Soit b = 20 cm
2
Nous approuvons une section de 20 x 40 cm pour la poutre secondaire.

Longrines
Comme pour la poutre, le Prédimensionnement de la longrine est donnée par la formule :
L/16 ≤ h ≤ L/10
 610/16 ≤h≤ 610 /10
 38,13 ≤ h≤ 61
Soit h = 40 cm, b = 20 cm

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 50


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

3.PRE DIMENSIONNEMENT ET FERRAILLAGE


DU RADIER

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 51


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Prédimensionnement du radier
A. Pré dimensionnement de la table (dalle)
Le pré dimensionnement nécessite les vérifications suivantes :
1. Condition forfaitaire :
Lx/35 < h 2 <Lx/30
Telle que : Lx = 5, 8 m entre axe des poteaux perpendiculairement aux nervures.
Donc on a : 16, 57 cm < h 2 < 19, 33 cm.

2. Condition de résistance au cisaillement :

L’épaisseur du radier sera déterminée en fonction de la contrainte de cisaillement du radier.

D’après le BAEL :

Vu
u 0.07 f cj / b
b.d
D’ où :
Vu : valeur de calcul de l’effort tranchant à l’ELU.
b : désigne la largeur.
b : 1.15
d : 0.9 h.
b : 1 m.

Avec : Vu
qu Lmax Nu Lmax
2 S rad 2
Lmax : la plus grande portée de la dalle = 5,8 m.
Nu Lmax 1 0.07 f cj
u
S rad 2 b 0.9h b

N u Lmax b
h
0.9 2S 0.07 f cj

Nu = 41914,95 KN ; S = 365, 7 m² ; Lmax = 5, 8 m ; b = 1,15 ; fcj = 25 MPa


On a : h 24,29 cm

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 52


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Remarque :
Le calcul effectué avec e = 24 cm a conduit à des sections d’armatures élevées dans la
hauteur envisagée, pour le placement de cette section d’armature nous avons opté pour une
hauteur de la dalle de : h 2 = 30 cm.
.
Pré dimensionnement de la nervure :
Le pré dimensionnement nécessite les vérifications suivantes :
Condition de la longueur d’élasticité
4 EI 2
Le L max
K b π
Avec:

Le: longueur élastique


K: Module de raideur du sol, rapport à l’unité de surface. K= 40 MPa;
Lmax: la distance maximale entre deux poteaux;
De la condition précédente, nous tirons h:

4
2 K
h 3 L MAX
π E

I: Inertie de la section du radier (b=1m);


E: le module de young;
Pour un chargement de long durée; E = 10818, 86 MPa, donc:

4
2 5,8 40
h 3 0,88 m
3,14 10818,86

Nous trouvons une épaisseur:

h r ≥ 0,88 m (1)

Condition forfaitaire :
h 1 ≥ L’/10
L’ : entre axes des poteaux parallèlement aux nervure.
h 1 ≥ 0,58 m (2)

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 53


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

D’après les résultats trouvés dans (1), (2), L’épaisseur du radier est :
H radier= = h 1= 90 cm.

Calcul de la surface du radier


La surface du radier est déterminée en vérifiant la condition suivante :
Nser/S ≥ σadm
D’où :
S ≥ Nser / σadm
S≥ 151,01 m2.
L’emprise totale du bâtiment est de 365,7 m2.
La surface du bâtiment est supérieure à la surface nécessaire du radier, à cet effet, il est lieu
de prévoir un débordement (D).

Calcul du D (débordement)
D ≥ Max (hr/2 ; 30cm) = 40cm
Soit : D = 50 cm
D’ou : Sr = S + D x 2 x (X+Y)= 365,7 + 0,5 x 2 (20,70 + 17,40)
Sr = 403,8 m2
Sr : Surface de radier.
S : Surface totale de bâtiment.
X : Longueur de bâtiment.
Y : Largeur de bâtiment.
Donc la surface de radier est : Sr = 403, 8 m2

Vérification au poinçonnement
D’après les règles BAEL91 ; la vérification au poinçonnement doit se faire sous le voile le
plus sollicite, dans notre cas, le voile le plus sollicite est le voile V3.
On doit vérifier :
Qu ≤ 0,045 × μc× fc28× hr
Avec :

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 54


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Qu : charge de calcul à l’ELU


μx: Périmètre de la surface d’impact projetée sur le plan moyen.
h : L’épaisseur du radier.
μ x =2 (L+ b +2.hradier)
L ; b : Dimensions du voile.
μ x =2 (5,8 + 0,2 +2x 0,9) =15,6 m
0,045 μ x x fc28. h = 0,045 x 15, 6 x 25 x 0, 9 = 15, 80 MN
Pour un effort normal d’une bande de un mètre linéaire (1ml)
Nu /ml = 41914,95 / 5,8 = 7226, 72 KN/ml
Nu /ml = 7,22 MN/ml
Qu = 7,22 MN
Qu ≤ 15, 80 MN……………………………..Condition vérifiée

FERRAILLAGE DU RADIER :
Le radier fonctionne comme un plancher renversé dont les appuis sont constitués par
les poteaux et les poutres qui sont soumises à une pression uniforme provenant du poids
propre de l’ouvrage et des surcharges, donc on peut se rapporter aux méthodes données par le
BAEL 91.
La fissuration est considérée préjudiciable, vu que le radier peut être alternativement noyé et
émergés en eau douce.

Méthode de calcul :
Les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur 4 cotés et chargées par la
contrainte du sol en tenant compte des ventilations de moments selon les conditions
composées par le BAEL91.

ELU : La contrainte la plus défavorable est donnée par la combinaison : 1,35 (G) + 1,5 (Q)
q u = (1.35G +1.5Q) / S rad
= 41914,95 / 403, 8
2
q u = 103, 80 KN / m
ELS: G +Q

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 55


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

qser = ( G +Q )/S rad


= 30201 / 403, 8
2
q ser = 74, 79 KN/ m
Les panneaux seront calculés comme des dalles appuyées sur quatre cotés et chargées par la
contrainte du sol, pour cela on utilise la méthode de PIGEAUD pour déterminer les moments
unitaires x , y qui dépendent du coefficient de POISON et de rapport Lx / Ly .

A/ Si : 0< < 0.4

M x = q L2 x / 8
MY = 0 La dalle porte dans un seul sens.

B/ Si : 0.4< <1

Mx = x qL2x
La dalle porte dans les deux sens.
My = y Mx

Pour tenir compte de la continuité, on a procédé à la ventilation des moments sur appuis et en
travée.
1/ pour les panneaux de rive :
- Moment sur appuis : Ma = 0.4 M0
- Moment en travée : Mt = 0.85M0
2/ pour les panneaux intermédiaires :
- Moment sur appuis : Ma = 0.5M0
- Moment en travée : Mt = 0.75M0
Ferraillage longitudinal : le ferraillage est déterminé par le calcul d’une section
rectangulaire en flexion simple.
Ferraillage transversal : les armatures transversales de l’effort tranchant ne sont pas à
prévoir si les deux conditions suivantes sont remplies :
La dalle est bétonnée sans reprise de bétonnage dans toute son épaisseur.
V u ≤ 0.05fc28 ; V u : effort tranchant maximum à l’ELU.
On a pour le panneau le plus sollicité :

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 56


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

L x= 4,2 m
L y= 5,8 m
Lx / Ly
0, 72 (cas : la dalle porte dans les deux sens)
Les résultats sont donnés sous forme de tableau :
Calcul des moments :
A ELU : 0

panneau lx(m) ly(m) x y


Mox (t.m) Moy (t.m)

2 4,2 5,8 0,72 0,065 0,478 8,04 3,84

A ELS : 0.2

panneau lx(m) ly(m) x y


M ox (t.m) Moy (t.m)

2 3,95 5,39 0,73 0,0708 0,618 6,45 3,98

- Suite à l’analyse des deux tableaux précédents le panneau travaille dans les deux sens.

Calcul des sections d’armatures :

A ELU :

sens (x- x) sens (y-y)


ELU appuis travée appuis travée
Mu (t,m) 4,0234 6,0351 1,923 2,8848
Mu (MN,m) 0,0402 0,06035 0,0192 0,0288
Fbu (Mpa) 14,17 14,17 14,17 14,17
b (m) 1 1 1 1

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 57


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

h (m) 0.4 0.4 0.4 0.4


d (m) 0,36 0,36 0,36 0,36
0,0219 0,0328 0,010 0,0157
Domaine 1 1 1 1
s (Mpa) 348 348 348 348
0,027 0,0417 0,0131 0,0197
z (m) 0,355 0,353 0,358 0,357
As calcul (cm²/ml) 3 ,24 4,89 1,54 2,32
As min (cm²/ml) 4,347 4,347 4,347 4,347
chois des barres 4HA12 4HA14 4HA12 4HA12
As adopté (cm²) 4,52 6,16 4,52 4,52
St (cm) 20 20 20 20

A ELS :

sens (x-x) sens (y-y)


ELS appuis travée appuis travée
M ser (t,m) 3,226 4,839 3,226 2,990
M ser (Mn,m) 0,0322 0,0483 0,0322 0,0299
Fbu (Mpa) 14,17 14,17 14,17 14,17
h (m) 0,4 0,4 0,4 0,4
d (m) 0,36 0,36 0,36 0,36
st (Mpa) 201,63 201,63 201,63 201,63

bc (Mpa) 15 15 15 15
X (m) 0,189 0,189 0,189 0,189
M1 (Mpa) 0,425 0,425 0,425 0,425
Z (m) 0,29 0,29 0,29 0,29
As (cm²) 5,39 8,08 5,39 4,99
As min (cm²) 4,34 4,34 4,34 4,34

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 58


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Chois des barres 4HA14 6HA14 4HA14 4HA14


As adopté (cm²) 6,16 9,24 6,16 6,16
St cm 20 20 20 20

Ferraillage transversal :

u Vu / bd u

u min(0.1 f c 28 ,4MPA)

Vu= q u x L/2= 31,53 t


u= 0,43 MPa 2,5 MPa ………………Vérifiée
Etude de débord du radier :
Le débord du radier est assimilé à une console de longueur L= 50 cm, le calcul de
ferraillage sera pour une bande de largeur de 1 mètre.
B= 1m ; h= 90 cm ; d= 0.9h = 0,81 m.

qu

50 cm
2
La fissuration est préjudiciable : M max = q L /2 ;
A ELU :

Mumax (Mn.m) Z (m) As (cm²)


0,014 0,001 0,00024 0,71 0,573

A ELS:
MSERmax(Mn.m) Z (m) As (cm²)
0,0105 0,28 0,950 0,44 0,509

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 59


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

A s min= 0.23bd f t28/f e


A s min=8,694 cm²
A s = max (A ser , A u, A min ) ; A s = 8,694 cm²
Conclusion :
Pour l’exécution du ferraillage de débord on gardera les mêmes aciers des appuis de rive.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 60


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 61


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

4.FERRAILLAGE DE L’ESCALIER

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 62


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

a. Pré dimensionnement de la paillasse et du palier

L’épaisseur de la paillasse ou palier (ep) est donnée par la formule:


L0 L0
ep
30 20
L0 : Longueur de palier et de la paillasse
h 16
tg 0,533
g 30
= 28, 07 , Cos = L / L1
L 300
L1 340cm
cos 0,882
L0 = 120 + 340 = 460 cm
460 460
ep
30 20
15, 33 cm ep 23cm
Une épaisseur de 18 cm est retenue pour tous les escaliers du bâtiment.

b. Dimensionnement de l’escalier
Etude de différentes parties de l’escalier. Le calcul se fait par bande de un mètre (1m).
Calcul des efforts :
1ere volée
Pour la paillasse
A l’ELU A l’ELS
Pu= 1,35Ng + 1,5Nq Pser = Ng + Nq
AN : 1,35. 9, 31 + 1, 5. 2, 5 AN: 9,31 + 2,5
Pu= 16, 32 KN/m Pser = 11, 81 KN/m
Pour le palier de repos
A L’ELU A L’ELS
Pu= 1,35Ng + 1,5 Ng Pser = Ng + Nq
AN : 1,35. 5,13 + 1,5. 2,5 AN : 5,13 + 2,5
Pu= 10,68KN/m Pser = 7,63 KN/m

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 63


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2eme volée
Pour la paillasse
A l’ELU A l’ELS
Pu= 1,35Ng + 1,5Nq Pser = Ng + Nq
1,35. 9,31 + 1,5. 2,5 AN : 9,31 + 2,5
Pu= 16, 32 KN/m Pser = 11, 81 KN/m

Pour le palier de repos

A L’ELU A L’ELS
Pu= 1,35Ng + 1,5 Ng Pser = Ng + Nq
AN : 1,35. 5,13 + 1,5. 2,5 AN : 5,13 + 2,5
Pu= 10,68KN/m Pser = 7,63 KN/m

Calcul des sollicitations pour la paillasse :


A l’ELU A l’ELS

Pu l 2 Pser l 2
Mu Mser
8 8

2 2
16,32 4,5 11,81 4,5
8 8

Mu= 41,31KN.m Mser= 29, 89 KN.m

Ferraillage de l’escalier

Données :
b = 1m ; h= 16cm ; d= 0,9 x h = 0,9 x 16 = 14,40 cm
- Détermination des armatures longitudinales

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 64


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

μ Mu
b d2 b

41,31.10 2
0,140
100 14,40 2 14,2.10 1

µ 0,140 < µl= 0, 392 alors pas d’armature comprimée (A’= 0)

Calcul de A

0,8 b d
A b
avec α=1, 25 1 1 2 =0,19
s

A 0,8 0,189 100 14,40 14,2 8,88 cm


2

348

Condition de non fragilité :

0,23 b d ft 28 0,23 100 14,40 2,1 2


A ≥ Amin 1,74 cm
fe 400

A ≥ Amin condition vérifiée

Choix des armatures :

2
Nous prenons : 8HA12 = 9,05 cm

Détermination de l’espacement :

St= 100 / 8 = 13 cm ; nous prenons 13 cm.

Vérification à l’ELS :

Calcul de y et I ; avec :

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 65


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

15 A A' b (d A c' A' )


y 1 1
b 7,5
15 8,88 0 100 (14,40 8,88 0)
y 1 1
100 7,5

y 53,68 cm

b y2
I 15 A(d y) 2 A' ( y c' ) 2
3

100 53,682
I 15 8,88 (14,40 53,68) 2 0
3
I 301389,29 cm 4

Calcul et vérification des contraintes :

Mser
K
I
29,89
7
301389,29 .10

K 991,740 KN / m 3

Calcul et vérification des contraintes

- Pour le béton
b K y
-

b 991,740 0,5368

b 532,366 KN / m 2 0,532 MPa


Or
b 0,6 f c 28
b 0,6 25
b15 MPa
Vérification

b b

0,532 15MPa

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 66


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

Donc, la condition de compression du béton est assurée.

Pour l’acier :
S 15K (d y )
S 15 991,740(0,144 0,5368)
S 5843,33
2
S min fe;110 ft 28
3
2
S min 400;110 1,6 2,1
3
S min 266,66; 201,63
Vérification

S 5843,33 201,63MPa
S
Donc la condition de traction de l’acier est vérifiée.

Détermination des armatures de répartition :

A
Ar
2
8,88
Ar 4,44 cm 2
2
Choix des armatures :
2
Nous prenons : 4HA12= 4,52 cm

Détermination de l’espacement :
100
St 25
4
Nous prenons St= 25 cm

- Détermination de l’armature sur appuis :

On prévoit forfaitairement des armatures de chapeau de section supérieure à 15% de la section

des armatures longitudinales.

Aa ≥ 0,15 x A

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 67


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2
Aa ≥ 0,15 x 8,88 = 1,33 cm

Choix des armatures :

2
Nous prenons : 4HA8 = 2,01cm

Détermination de l’espacement :
St= 100 / 4 = 25 cm
Nous prenons St =25cm
Ferraillage à l’ELS :

- Détermination des armatures longitudinales :


Mser 29,89.10 2
0,101
b d2 b 100 14,40 2 14,2.10 1

µ 0,101< µl= 0, 392 alors pas d’armature comprimée (A’= 0)

Calcul de A

0,8 b d
A b
avec α=1, 25 1 1 2 =0,134
s

A 0,8 0,134 100 14,40 14,2 6,30 cm


2

348

Condition de non fragilité :

0,23 b d ft 28 0,23 100 14,40 2,1 2


A ≥ Amin 1,74 cm
fe 400

A ≥ Amin condition vérifiée

Choix des armatures :

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 68


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2
Nous prenons : 6HA12 = 6,79 cm

Détermination de l’espacement :

St= 100 / 6 = 17 cm

Nous prenons St= 17 cm

- Détermination des armatures de répartition :

A
Ar
2
6,30
Ar 3,15 cm 2
2
Choix des armatures :
2
Nous prenons : 5HA10= 3,93 cm

Détermination de l’espacement :
100
St 20
5
Nous prenons St= 20 cm

- Détermination de l’armature sur appuis :

On prévoit forfaitairement des armatures de chapeau de section supérieure à 15% de la section


des armatures longitudinales.
Aa ≥ 0,15 x A
2
Aa ≥ 0,15 x 6, 30 = 0,95 cm
Choix des armatures :
2
Nous prenons : 4HA8= 2,01cm
Détermination de l’espacement :
St= 100 / 4 = 25 cm
Nous prenons St =25cm

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 69


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

5. ELECTRICITE ET CLIMATISATION

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 70


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

2 2
Orientation des parois Surface nette (m ) K (W/m K) Intensité du
2
rayonnement (W/m )
Mur Est 72,45 2,2 462
Mur 60,9 2,2 462
Plancher 360,18 1,36 -
Plafond 360,18 1,14 -
Vitrage 38,23 5,8 121

Apport de chaleur par transmission à travers les parois : Qstr = K x S x Δθ

Mur Est : Qstr1 = 2,2 x 72,45 x (45 – 24) = 3347,19 W

Mur : Qstr2 = 2,2 x 60,9 x (45 – 24) = 2813,58 W

Plancher : Qstr3 = 1,36 x 360,18 x (45 – 24) = 10286,74 W

Plafond : Qstr4 = 1,14 x 360,18 x (45 – 24) = 8622,71 W

Vitrage : Qstr5 = 5,8 x 38,23 x (45 – 24) = 4656,41 W


5
Qstri 29726,63 W
1

Apport de chaleur par rayonnement à travers les parois : Qstr = α x F x S x Rm

Mur Est : QsRm1 = 0,7 x 0,105 x 72,45 x 462 = 2460,19 W

Mur : QsRm2 = 0,7 x 0,105 x 60,9 x 462 = 2067,98 W

Vitrage : QsRm3 = 0,86 x 0,28 x 38,23 x 121 = 1113,90 W


3
QsRmi 5642,07 W
1

- Apport de chaleur par renouvellement d’air : on suppose la ventilation naturelle.


QSR = qv x (θe – θi) x 0,33

QL1 = qv x (ωe – ωi) x 0,84

QSR = 180 x (45 – 24) x 0,33 = 1247,4 W

QL1 = 180 x (0,0255 – 0,0108) x 0,84 x 1000 = 2223 W


- Apport de chaleur par les occupants.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 71


Conception d’un immeuble R+3 extensible à R+5 à usage de bureaux à la rue de l’Unicef à
Ouagadougou

QSoc = n x Csoc

QL2 = n x CLoc

QSoc = 40 x 63 = 2520 W

QL2 = 40 x 59 = 2360 W
- Apport de chaleur par l’éclairage
QSecl = 1,25 x 58 x 38 = 2755 W

Chaleur sensible totale : QS = 41891,11 W

Chaleur sensible totale : QL =4583 W

Le bilan thermique total : QT = QS + QL = 46474,11 W


La puissance du climatiseur ou puissance frigorifique est de 46474,11 W, soit 20 CV. Ce qui
donne sept (7) climatiseurs Split de 3 CV.
Sélection dans le catalogue d’un constructeur de marque X
 Split système : modèle froid seul 30F ; 3 CV4
 Puissance frigorifique : 8500 W, soit 29000 BTU/Hr
 Débit d’air : 1200m³/h à 900 m³/h
 Niveau sonore : 41/49 dB (A)
 Puissance nominale absorbée : 3280 w
 Calibre fusible : 32 A
 Liaison frigorifique : 25 m
 Diamètre à l’aspiration 3/8po et liquide 5/8 po.
Puissance à souscrire a la compagnie d’électricité
- Cosφ = 0,8 ou tanφ = 0,75 au facteur de puissance moyen de l’installation ;
- Puissance nominale du climatiseur : 3280 W
- Puissance active totale : Pat = Pn × Ks × Ku = 3280 × 1 × 1 = 3280 W
- Coefficient d’utilisation : Ku = 1 ; coefficient de simultanéité : Ks = 1
- Puissance active totale : Qat = Pat x tanφ = 3280× 0.75 = 2460
2 2 2 2 2
- Sut : Puissance disponible : Sut = Pat + Qat = 3280 + 2460

- D’où Puissance à souscrire : Sa = Sut = 4100VA


On souscrira auprès de la SONABEL une Puissance de 28700 VA.

ISSA ZERRE ADOUM DAYE Page 72