Vous êtes sur la page 1sur 6

LA BONNE

NOUVELLE
Jésus, homme et Dieu
I1

But : Cette fiche fournit l’occasion pour les adolescents de se souvenir de tous les événements marquants de la vie de Jésus,
et d’y discerner à chaque fois, la double nature du Christ, parfaitement homme et parfaitement Dieu.

A) EXPLICATION DE LA FICHE-PARTICIPANT
1) Sa vie
Ce premier point nous rappelle que Dieu s’est incarné en Jésus à un moment fixé de l’histoire qui n’est pas dû au hasard (Galates 4 :
4) : l’incarnation était l’accomplissement des prophéties sur l’attente du Messie. Jésus lui-même utilise cette expression : "le moment
fixé est arrivé" (Marc 1 : 15).
"Celui qui était la parole est devenu un homme (littéralement, "a été fait chair") et il a vécu parmi nous, plein de grâce et de vérité.
Nous avons vu sa gloire, la gloire que le Fils unique reçoit du Père. [… ] Personne n’a jamais vu Dieu. Mais le Fils unique, qui est Dieu
et demeure auprès du Père, lui seul l’a fait connaître." (Jean 1 : 14 et 18)
La double nature du Christ doit être présentée aux jeunes. Car dans l’histoire de l’Eglise, certains ont nié l’humanité du Christ (par
ex. les courants du 2ème siècle combattu par Ignace d’Antioche et les courants du 3ème siècle comme le "modalisme" combattu par
Tertullien, v. fiche C2), d’autres ont nié sa divinité (au 4ème siècle, les disciples d’Arius, v. fiche C2). Le tableau ci-dessous permettra
de mettre en évidence la double nature de Jésus.

Références Humanité Divinité

Il est né Luc 1 et 2 Luc 2 : 6-7 Luc 1 : 34-35


Naissance dans des conditions Naissance miraculeuse
difficiles.

Matthieu 2 Matthieu 2 : 13-23 Matthieu 2 : 1-12


Faiblesse d’un enfant déjà con- Divinité d’un enfant que l’on
damné à mort. vient adorer de loin

Il a grandi Luc 2 : 41-52 Luc 2 : 52 Luc 2 : 48-49


Croissance avec apprentissage Conscience de sa mission
divine

Il a été baptisé Luc 3 : 21-22 Luc 3 : 21 Luc 3 : 22


Baptême comme un homme Révélation divine spéciale à
par solidarité et abaissement l’occasion de ce baptême.
(Phil 2 : 6-8) (Phil 2 : 9)

Il a été tenté Luc 4 : 1-13 Luc 4 : 2 Luc 4 : 3-4


Tentation de se détourner de Réponse à la tentation par la
sa vocation par une nécessité Parole de Dieu vécue : Jésus
biologique : la faim. vivait de cette Parole;
(V. Héb 2 : 18)

Il a connu la fatigue Luc 8 : 22-25 Luc 8 : 23 Luc 8 : 24


Fatigué après son périple de Sa divinité est manifestée par
ville en village (v. 1), bercé par son autorité sur les éléments
le roulis de la barque, Jésus naturels déchaînés.
s’endort.

Il a connu la tristesse Jean 11 : 17-44 Jean 11 : 33 Jean 11 : 42-44


Les pleurs de Jésus manifes- En contraste, ses paroles ont
tent la profondeur de son ami- toujours la même puissance et
tié et une sympathie naturelle la même efficacité divine !
envers ses amis touchés par
le deuil.

1
Références Humanité Divinité

Luc 10 : 17-19 Luc 10 : 20-23


Il a connu la joie Luc 10 : 17-24 Jésus participe à la joie de la Jésus connaît la joie de la
victoire de ses disciples sur le Révélation divine transmise
mal. aux gens peu instruits et de la
réalisation des promesses de
Dieu.

Il a connu la faim Matthieu 21 : 18-22 Matthieu 21 : 18-19 Matthieu 21 : 20- 22


Jésus connaît la faim et l’irrita- C’est le premier miracle "néga-
tion que produit la non-produc- tif" de Jésus.
tivité du figuier. Mais il a valeur de signe pour
la foi des disciples.

Le contexte historique dans lequel Jésus se manifeste fait aussi partie du mystère de son incarnation. Vous pourrez aussi vous référer
à la fiche complémentaire n° 5, qui présente ce contexte historique.

Au moment de la naissance de Jésus, en l'an -6, Hérode régnait sur l’ensemble de la Palestine, comme allié loyal de Rome. Mais après
sa mort, en l'an -4, son royaume remis officiellement à la puissance romaine, fut divisé entre trois de ses fils. Archélaüs reçut la Judée,
Hérode Antipas II, la Galilée et la Pérée. Enfin, Philippe reçut l’Idumée.

En l’an 6, après le bannissement d’Archélaüs, la Judée a été gouvernée par un représentant mis en place par Rome : tout d’abord,
Valérius Gratus puis Ponce Pilate (de 26-36). Au temps du ministère de Jésus, la Galilée avait donc un statut politique différent de celui
de la Judée, elle dépendait de la juridiction de Hérode Antipas II qui régna de -4 à 39.1

2) Son ministère
Nous voyons à travers les Evangiles, que Jésus enseigne de différentes manières.
• Il enseigne par des paroles (Luc 4 : 43-44).
• Il enseigne par des paraboles (Marc 4 : 33-34).
• Jésus manifeste sa divinité par les miracles qu’il fait, par des signes… souvent accompagnés d’une parole.

Dans les Evangiles synoptiques (Matthieu, Marc et Luc), le mot "dunamis" est employé pour "miracle", ce mot contient l’idée de puis-
sance, de surnaturel.
Dans l’évangile de Jean, c’est le mot "semeion" qui est employé, "signe". Le signe est quelque chose qui dévoile, qui montre un aspect
de la personne qui l’a accompli. Ce sont ces signes qui doivent amener la foi. Les signes sont aussi manifestation profonde de la mission
de Jésus : mettre les hommes en relation (ou en connexion) avec Dieu.

Les 7 signes de l’évangile de Jean :

1. Le changement de l’eau en vin aux noces de Cana est le signe que l’on va passer à la nouvelle alliance.
2. La guérison du fils d’un fonctionnaire : la foi en la parole de Dieu donne la vie ! (Jean 4 : 46-54).
3. La guérison du paralytique (Jean 5 : 1-18) : unité de Jésus avec le Père.
4. La multiplication des pains (Jean 6 : 1-15) : Jésus, comme Dieu, s’occupe de besoins matériels et spirituels des hommes.
5. Jésus marche sur les eaux (Jean 6 : 16-21) : il a la même puissance que le créateur, il est souverain sur la nature.
6. La guérison de l’aveugle né : la lumière donnée est physique et spirituelle.
7. La résurrection de Lazare (Jean 11 : 1-57) : Jésus donne la vie.

Après avoir présenté la manière d’enseigner de Jésus, la fiche présente ensuite le contenu de son enseignement. Nous ne pouvons pas
nous arrêter sur chacun des enseignements et actes des trois années de ministère de Jésus, comme l’écrit Jean : "Le monde entier ne
suffirait pas à contenir les livres qu'on écrirait si l’on voulait raconter tout ce qu’il a fait" (Jean 21 : 25). Mais il est important de noter le
lien entre les signes et miracles accomplis par Jésus et l’enseignement qu’il veut y faire passer. Nous avons donc retenu les formules-
clés des "je suis" de Jésus qui constituent le centre de son enseignement sur lui-même dans l’évangile de Jean et qui permettent de
montrer le rapport entre le signe (le miracle) et l’enseignement que Jésus en tire:

"Moi, je suis"
Dans l’Ancien Testament, cette expression est employée par Dieu en Exode 3 : 14 ; Deutéronome 32 : 39 ; Esaïe 43 : 25 : "moi, je suis",
"je suis celui qui est". La formule est d’un usage absolu réservé à Dieu et elle constitue le nom même de Dieu "YHVH" (qui comprend
la racine "être").

1. J. PAKER, M.TENNEY, W.WHITE, Le monde du Nouveau Testament, (Miami, Vida, 1987), p. 100-101.

2
LA BONNE
NOUVELLE
I1
Jésus, homme et Dieu
suite...

Dans l’évangile de Jean, Jésus reprend cette expression (Jean 8 : 24, 28). En utilisant cette formule, Jésus montre qu’il n’est pas seule-
ment celui qui "donne" ou qui peut "donner" mais il "est" ! Il affirme ainsi son statut divin et l’éternité de son existence.

Les 7 "je suis" de l’évangile de Jean :


1. "Moi, je suis le pain de vie" (Jean 6 : 35, 51). Il nourrit et soutient la vie spirituelle, comme la manne nourrissait le peuple dans le
désert.
2. "Je suis la lumière du monde" (Jean 8 : 12). Le Psaume 27 attribue cette lumière à Dieu. Il éclaire et donne la révélation.
3. "Je suis la porte" (Jean 10 : 7-9). Le berger se mettait en travers de l’ouverture de la bergerie et formait ainsi une "porte" humaine.
C’est l’image du passage obligé par Jésus pour entrer dans la bergerie et donc dans la vie éternelle.
4. "Je suis le bon berger" (Jean 10 : 11-14). Dans l’Ancien Testament, le peuple d’Israël était le troupeau de brebis, Dieu le berger
(Psaume 23, Ezéchiel 34 : 22-23). Dieu envoie un bon berger. Jésus est ce berger annoncé par les prophéties.
5. "Je suis la résurrection et la vie" (Jean 11 : 25). Jésus est la source de la vie
6. "Je suis le chemin, la vérité et la vie" (Jean 14 : 6). Jésus est le chemin qui fait le lien entre les hommes et Dieu ; vérité et vie décri-
vent ce chemin.
7. "Je suis le vrai cep" (Jean 15 : 1). Référence à l’Ancien Testament où Dieu est le vigneron et Israël la vigne (Esaïe 5 : 27 ; Esaïe 27 :
2-6). Jésus est le vrai Israël qui porte le fruit que Dieu attend de son peuple. Il y a un lien de continuité fort du cep aux sarments.

Tableau récapitulatif

TEXTE SIGNE / IMAGE PAROLE / ENSEIGNEMENT

Jean 6 Jésus multiplie des pains et poissons pour 5000 v. 35 : Jésus est le pain de vie qui nourrit vraiment
hommes

Jean 8 Jean 8 : Jésus pardonne la femme adultère v. 12 : Jésus est la lumière du monde
Jean 9 : Il guérit un aveugle

Jean 10 Jésus raconte la parabole du berger et des brebis : v. 7 : Jésus est la porte
image de la bergerie gardée par le berger.

Jean 10 Image du berger en action. v. 11 : Jésus est le bon berger

Jean 11 Jésus ressuscite Lazare v. 25 : Jésus est la résurrection et la vie

Jean 14 Jésus lave les pieds de ses disciples v. 6 : Jésus est le chemin, la vérité et la vie

Jean 15 Image très visuelle d’une vigne et de son entretien v. 1 : Jésus est le vrai cep

3) Sa véritable identité
Que dit-on au sujet de Jésus ?
Jésus parle de lui et se révèle par sa vie, ses miracles et son enseignement. Il révèle sa véritable nature.
Mais comment ses contemporains le reçoivent-ils ? Que disent-ils de lui ? Qui est-il pour eux ?…
Parcourons son pays et rencontrons quelques-uns de ses contemporains :

• Matthieu 16 : 14-16
"Simon Pierre répondit : Tu es le messie, le Fils du Dieu vivant"

3
• Jean 6 : 14
Les gens qui l’écoutaient disent : "pas de doute : cet homme est vraiment le Prophète qui devait venir dans le monde"

• Jean 4 : 41-42
Les Samaritains disent " … et nous savons qu’il est vraiment le Sauveur du monde"

• Jean 3 : 2
Nicodème dit : "Nous savons que Dieu t’a envoyé pour nous apporter un enseignement; car personne ne peut faire des signes miraculeux
comme tu en fais si Dieu n’est pas avec lui."

• Matthieu 8 : 28-29
Les démons disent à Jésus : "Que nous veux-tu Fils de Dieu ? Es-tu venu nous tourmenter avant le moment fixé ?"

• Matthieu 14 : 33
Les hommes qui étaient dans l’embarcation (disciples de Jésus) se prosternent devant lui et disent "Tu es vraiment le Fils de Dieu"

• Matthieu 15 : 22
La femme cananéenne dit à Jésus "Seigneur, fils de David, aie pitié de moi !"

• Marc 6 : 3
Les habitants de Nazareth s’interrogent sur Jésus : "D’où tient-il cela ? N’est-il pas le charpentier, fils de Marie, frère de Jacques…"

• Jean 11 : 27
Marthe croit que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu, celui qui devait venir dans le monde.

• Marc 14 : 61-65
Jésus devant le sanhédrin : "Es-tu le Messie ?…" Jésus répond "je le suis" et eux reprennent : "vous avez entendu le blasphème…"

Chaque personne que Jésus rencontre a son opinion sur lui : certains ont foi en lui, d’autres sont sceptiques ou incrédules. Mais la con-
fession de foi de ceux qui croient est à chaque fois une révélation de l’identité véritable de la personne de Jésus : il est le Messie, le Fils
de Dieu, le Fils de David, le roi, le prophète, Seigneur, Maître…

Qui est-il pour nous à travers la lecture des Evangiles ?


L’enseignement de Jésus s’adresse à nous comme aux premiers disciples et il nous amène à la même question, celle que Jésus pose à
tout homme : "Et toi, qui dis-tu que je suis ?"
De la réponse que nous donnerons dépendra la confiance que nous mettrons en lui : s’il est Dieu, je lui dois une entière obéissance, car
Dieu est celui qui dépasse le monde et me dépasse en tout. S’il n’est qu’un prophète, un grand homme, il ne sera qu’un exemple ou un
philosophe.

B) Démarches proposées
I. Enquête historique sur Jésus
Distribuer la fiche complémentaire n° 5 et reprendre la fiche complémentaire n° 4 (la période intertestamentaire).
Présenter le contexte dans lequel Jésus est venu.
Présenter :
• Le monde juif : situation politique, religion, langues (araméen parlé et grec connu). Difficultés avec les Romains, mouvements de
révoltes.
• Le monde romain : la puissance politique et militaire romaine. Les routes, le commerce, la religion romaine et le culte de l’Em-
pereur.
• Le monde grec : la culture grecque, l’art, le grec, langue commerciale…

Commencer l’enquête proprement dite :

Demander aux adolescents : pourquoi était-ce un moment favorable pour la venue du Messie ?
Décrire l’attente religieuse des Juifs et l’attente confuse des païens. Chercher des éléments de cette attente dans les récits de Noël
(Luc 1 et 2 pour l’attente des Juifs, Matthieu 1 : 1-12 pour l’attente des païens).
Repérer les indications historiques des textes : voir qui était Hérode (Mat 2 : 1), qui était Auguste (Luc 2 : 1). Pourquoi y avait-il un
double pouvoir en Israël à cette époque ?

4
LA BONNE
NOUVELLE
I1
Jésus, homme et Dieu
suite...

Pourquoi est-ce important que Jésus soit vraiment venu dans l’histoire des hommes ?

Quels sont les témoignages historiques de sa venue en dehors des Evangiles ?

Les sources textuelles non chrétiennes.2


• Pline le jeune écrit en 112 dans une lettre à l’Empereur Trajan : "Les disciples du Christ se réunissaient à date fixe avant le lever
du jour, et chantaient entre eux des hymnes au Christ, comme à un dieu, et ils s’engageaient par serment non à quelque crime,
mais à ne commettre ni vol, ni brigandage, ni adultère."
• Tacite, en 117 parle de Jésus et des chrétiens dans les Annales.
• Suétone, en 120, en parle aussi.
• Flavius Joseph (historien juif du 1er siècle) en parle entre 95-120.

Que dit l’archéologie ?

Les Evangiles contiennent de nombreux détails historiques et ne constituent pas seulement des enseignements spirituels. Ces faits histo-
riques relatés dans les Evangiles ont toujours été confirmés par les découvertes archéologiques.3
• Certains estimaient que Nazareth (le village où Jésus a passé son enfance) n’existait pas. Ce n’est en effet qu’en 1962 qu’on a
retrouvé une plaque du 3ème siècle avant J.-C., gravée en hébreu et portant le nom de ce village...
• La piscine de Béthesda, dite la "piscine aux 5 portiques" (décrite dans l’évangile de Jean quand est racontée la guérison du
paralytique) a été retrouvée en 1888, à l’endroit situé par St Jérôme en 372 et St Eusèbe en 332...
• Ponce Pilate, qui a condamné Jésus à mort : on a prouvé son existence en 1961 en retrouvant une plaque comportant son nom
et son titre, dans les ruines de Césarée maritime…

Repérer ensuite dans un même épisode de la vie de Jésus, les versets qui évoquent l’humanité de Jésus, et ceux qui évoquent sa divinité.
Compléter le tableau.

Les adolescents connaissent probablement déjà les différents "Je suis" de Jésus. Pour aider à se les remémorer, ils pourront observer le
dessin de la fiche, puis lire le texte poétique sur le sens de ces "je suis".

Enfin, arrivé au point 3, déterminer ce que Jésus était pour les gens qu’il rencontrait, en remplissant les bulles autour de la carte de la
Palestine du temps de Jésus.

Demander aux participants de choisir parmi les questionnements et les convictions des contemporains de Jésus celui ou celle qu’ils par-
tagent. Chacun pourra écrire sa propre conclusion sur la véritable identité de Jésus.

II. Qui est Jésus pour moi ?


Cette démarche est plus personnelle.
Dans un premier temps, demander aux participants d’écrire sur une feuille de papier qui est Jésus pour lui. Laisser une dizaine de minutes
pour que chacun puisse répondre de manière personnelle. L’animateur écrira aussi son opinion sur Jésus.

Ensuite mettre en commun les textes sans les commenter.


Demander à chacun si l’opinion des autres lui a parlé personnellement. En quoi les témoignages des autres sur Jésus sont-ils importants
pour nous ?
Lire différents textes de témoignages sur Jésus (si possible chercher sur Internet des citations de personnages célèbres et de jeunes).

Exemple de témoignage d’un écrivain célèbre :

"Celui qui est venu" de Victor Hugo

Il était alors question dans les villes


De quelqu’un d’étonnant, d’un homme radieux
Que les anges suivaient de leurs millions d’yeux ;
Cet homme, qu’entourait la rumeur grossissante,
Semblait un dieu faisant sur terre une descente ;
On eût dit un pasteur rassemblant ses troupeaux ;
Les publicains, assis au bureau des impôts,
Se levaient s’il passait, quittant tout pour le suivre ;

2. Ces témoignages sont repris et présentés sous forme humoristique dans le livre de BRUNOR, www.Jésus qui ? L’enquête historique, (Paris, Le cerf, 2004), pp. 36-37.
3. Ibid. , pp. 54-57.

5
Tandis qu’autour de lui la foule remuait,
Avait des visions dont il restait muet ;
Il entrait aux cités, fuyait aux solitudes,
Et laissait un rayon dans l’œil des multitudes ;
Les paysans, le soir, de sa lueur troublés,
Le regardaient de loin marcher le long des blés,
Et sa main qui s’ouvrait et devenait immense
Semblait jeter aux vents de l’ombre une semence…

(La fin de Satan, Livre II, Poème III, Bibliothèque de la Pléiade, p 813-817)

Après avoir lu ce texte, proposer de voir comment les évangélistes ont présenté Jésus.
Remplir le tableau de la fiche en recherchant comment dans un même épisode, ils ont souligné l’humanité et la divinité de Jésus.

Jésus lui-même utilise des images pour se présenter. Quelles sont-elles ? Faire le jeu d’observation du dessin. Lire le poème qui com-
mente les "je suis".

Lire ce texte :

Texte illustratif
Je suis la lumière
Et vous ne me voyez pas

Je suis la route
Et vous ne me suivez pas

Je suis la vérité
Et vous ne me croyez pas

Je suis la vie
Et vous ne me cherchez pas

Je suis le maître
Et vous ne m’écoutez pas

Je suis le chef
Et vous ne m’obéissez pas

Je suis votre Dieu


Et vous ne me priez pas

Je suis le grand ami


Et vous ne m’aimez pas

Si vous êtes malheureux


Ne me le reprochez pas !

(lu sur un calvaire flamand du 12ème siècle)

=> Demander aux jeunes ce qu’ils pensent des traités ou des prédications qui demandent de se positionner par rapport à Jésus. Jésus
ne peut pas nous laisser indifférents, nous sommes soit "pour" soit "contre", parce que ce qu’il dit et fait ne touche pas seulement notre
intellect, il touche toute notre vie, tous nos choix, toutes nos émotions.

=> Voir comment ses contemporains ont été soit "pour" soit "contre" en faisant la recherche proposée au point 3.

Chacun pourra écrire sur la fiche ce que Jésus représente pour lui.