Vous êtes sur la page 1sur 19

Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

Université Ibn Khaldoun – Tiaret


Faculté des Sciences Appliquées
Département de Génie – Civil

Master I : Structures
Semestre : S2 (2017/2018)

LES ESCALIERS

1. Généralités :

Selon la pente du moyen de circulation verticale, on distingue :

– Rampes,
– Escaliers extérieurs,
– Escaliers courants et escaliers mécaniques,
– Escaliers de caves,
– Echelles,
– Ascenseurs.

Pentes usuelles.

Rampe : plan incliné par lequel on monte et on descend.

2. Définition :

Les escaliers sont des éléments constitués d’une succession de gradins permettant le
passage à pied entre les différents niveaux d’un bâtiment.

1
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

3. Terminologie :

Terminologie de l’escalier.

2
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

 Marche : la partie horizontale qui reçoit le pied.

 Contre marche : la partie verticale qui limite la marche.

 Nez de marche : il prolonge la marche pour permettre un meilleur appui du pied.

 Giron : c’est la distance horizontale qui sépare deux nez de marche consécutifs ou deux
contre marches.

 Hauteur de la marche : la différence de hauteur entre deux marches successives.

 Paillasse : la dalle en pente qui porte l’escalier.

 Emmarchement : "E" la largeur de l’escalier.

 Paliers : ce sont des aires planes qui assurent un repos pendant la montée. Ils doivent
permettre le passage des objets volumineux. Le palier devra avoir une largeur ≥ 1,2.E (ou
bien L ≥ 4g).

 Volée : la partie de l’escalier comportant une suite ininterrompue de marches située entre
deux paliers successifs. Une volée ne doit pas comporter plus de 20 à 22 marches et
moins de 3 marches.

 Jour : l’espace vide entre deux volées.

 Collet : c’est le nom donné au bord limitant l’escalier du côté jour.

 Cage d’escalier : l’emplacement à l’intérieur duquel se situe l’escalier.

 Ligne de foulée : le trajet suivi par une personne empruntant l’escalier. La ligne de
foulée est une ligne imaginaire qui passe au milieu des marches pour un escalier de
moins d'un mètre de large, ou à 50 cm de la rampe intérieure pour un escalier plus large.

 Echappée : la hauteur libre minimale de passage entre le nez d’une marche et la face
inférieure de l’escalier situé au-dessus (minimum 2,20 m).

3
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

4. Différents types d’escaliers :

On peut pratiquement, à condition que les dimensions le permettent, adopter les formes
suivantes :

a) Escaliers droits :

4
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

b) Escaliers tournants :

5
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

5. Dimensions des escaliers :

5.1 Dimensions de l’emmarchement : E


L’emmarchement est fonction de la destination de l’escalier et du nombre d’utilisateurs :

– 70 cm à 90 cm pour un escalier de service.


– 100 cm pour un escalier de caves.
– 90 cm à 120 cm pour escaliers de bâtiments d’habitation.
– 120 cm à 200 cm pour escaliers de bâtiments publics.

5.2 Dimensions de la marche et de la contremarche : g et h

H
h

Avec :
L : portée en plan de la volée.
H : hauteur entre les faces supérieures de deux paliers successifs.
g : largeur de la marche.(giron).

6
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

h : hauteur de la marche (contremarche).


On a :
H = n.h
L = (n – 1).g
Avec :
n : nombre de contremarches.
n – 1 : nombre de marches.
Pour les dimensions des marches (g) et des contremarches (h), on utilise généralement la
formule de BLONDEL :

59 cm ≤ g + 2h ≤ 66 cm (pour une volée d’escalier)

59 cm à 66 cm représente la longueur moyenne des pas de l’homme sur le plan horizontal.


59 cm pour les bâtiments d’habitation.
66 cm pour les bâtiments publics.
On a :
(H = n.h) ⇒ (h = H/n)
(L = (n – 1).g) ⇒ (g = L/(n -1))
En utilisant la formule de BLONDEL, on trouve :
L/(n – 1) + 2 H/n = m (m : choisie, L et H connues, n ?)
Après développement, on trouve :
mn2 – (2H + L + m).n + 2H = 0
La résolution de cette équation donne la valeur de n (entier).

Remarque :

La hauteur de la marche (h) varie de 14 cm à 20 cm.


La largeur de la marche (g) varie de 22 cm à 33 cm.
L’idéal est d’avoir h = 17 cm et g = 29 cm (pour des raisons de confort).

5.3 Epaisseur de la paillasse : ev

L’épaisseur de la paillasse varie en fonction des portées :


l1/30 ≤ ev ≤ l1/20
Avec : l1 = L/cosα ; L : portée en plan de la volée.
D’où :
L/30cosα ≤ ev ≤ L/20cosα

5.4 Epaisseur du jour : elle varie entre 20 cm et 40 cm.

7
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

6. Calcul des escaliers droits à paillasse :

 La paillasse c’est la dalle inclinée supportant les marches. Dans ce type d’escaliers,
la paillasse est l’élément résistant (porteur).
 Les marches sont ferraillées constructivement et n’interviennent pas dans les calculs.

Il existe plusieurs types d’escaliers à paillasse :

 Paillasse simple (1)


 Paillasse avec un ou deux paliers (2)
 Paillasse à volées droites adjacentes (3)

(1) (2) (2)

+
Ξ

(3)

6.1. Calcul des sollicitations :

8
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

RB1

R A 1+ R B 1=q ∙ sin ∙l

l
R A 1=RB 1=q ∙ sin∙

H
a
2
q q cosa

a
La charge q se décompose en :
RA1

RA2
L {qq∙∙cossin∥⊥àlaàlapaillasse
paillasse

Donc, la paillasse est sollicitée par :

 Un moment de flexion sous l’effet de q cos


traction
 Un effort normal sous l’effet de q sin {compression
La section est donc sollicitée à la flexion composée. Mais comme l’effort normal est
négligeable devant le moment de flexion., on calcule la section à la flexion simple.

q cosa

q/ml
l

≡ L

Le moment dans la paillasse inclinée est le même que celui de poutre de même portée
horizontale et chargée par (q/ml)

La paillasse est calculée dans le sens longitudinal en fonction des actions sollicitant tout
l’escalier (on prend une bande de 1m de largeur qui sera calculée à la flexion simple), des
aciers longitudinaux (acier principaux) arment la paillasse.

Les marches sont ferraillées constructivement.

9
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

Aciers constructifs (Ф6)

Aciers principaux : Ap
(longitudinaux)

Aciers de répartition : Ar ≥ Ap/4


(transversaux)

6.2. Charges de calcul :

qp (Palier)

qv (Volée)

α y
h

 Poids propre de la paillasse : Gpaillasse

e paillasse e paillasse
cos α= ⇒ y=
y cos α

10
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

e paillasse 3
G paillasse =γ B A ∙ (γ =25 KN /m )
cos α BA

 Poids de la marche : GM (marche non armée) g g

h KN
G Marche =γ B ∙ γ B=22 3

h/2
Ξ

h
2 m

 Poids propre du palier : Gpalier


1 h
g ∙h g
G palier =γ BA ∙ e palier 2 2
 La charge d’exploitation : Q

Le calcul se fait à la flexion simple d’une bande d’épaisseur e et de largeur 1m.

6.3. Les moments en travée et sur appuis :

qp
qv

qvolée qpalier qmax



L l0 L+l0

Schéma statique (1) Schéma statique (2)

Si :
q volée−q palier
<10 % →≤schéma ( 1 ) seraremplacé par≤schéma équivalant ( 2)
q palier

Dans le cas contraire, on garde le schéma statique (1) (chargement réel)

Remarques :

1. La réduction des moments en travée et sur appuis est fonction des conditions d’appuis
(identiques aux dalle)

Dans le cas général :

11
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

0,4 Mo 0,4 Mo

0,85 Mo

L + l0

Avec :
q ∙ ( L+l 0 )2
M 0= ( schéma statique ( 2 ))
8

2. (La paillasse + le palier) sont calculées à la flexion simple suivant le sens longitudinal
(armatures principales) pour une bande de 1m de largeur, dans l’autre sens on place des
AP
armatures de répartition A r ( 4 )
.

7. Exemple d’application : (dimensionnement)

Soit un escalier à 2 volées d’un bâtiment public, la hauteur d’étage est de 3,60 m et la
hauteur de la contremarche h= 18 cm. Dimensionner l’escalier ?

l0 L l0

l0

l0
He=3,60

l0 L

H H e 3,60
H=n∙ h ⇒n= avec H = = =1,80 m
h 2 2

1,80
D’où n= =10 (nombre de contre marches )
18

12
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

Le nombre de marches : n−1=10 – 1=9

La longueur de la volée : L=(n−1). g

On a :

59 ≤ g+ 2h ≤ 66

Généralement g+2 h=66 ⇒ g=30 cm

Donc : g=30 cmet h=18 cm

Et puis : L=( n−1 ) . g=9 ×30=2,70 m

l 0 ≥1,20 E et E=1,20 m

l 0 ≥1,20 ×1,20=1,44 m

On prend l 0=1,50 m

Donc : 2 l 0+ L=2× 1,50+2,70=5,70 m

h 18
tg α =¿ = ⇒ α=30,96° et cos α =¿ 0,857 ¿ ¿
g 30

Epaisseur de la paillasse (ev) :

l1 l L L
( 30 20)(
≤ ev ≤ 1 ⇔
30 cos α
≤ ev ≤
20 cos α )
270 270
⟹( <e v < )
30 ×0,857 20× 0,857

10,50<e v <15,75On adopte : ev =12 cm

Epaisseur du palier (ep) :

ev 12
e p= = =14 cm
cos α 0,857

On a : ep=14 cm.

8. Calcul des escaliers consoles :

13
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

Dans ce type d’escaliers, la marche est encastrée dans un mur ou dans un pilier
central (cette conception est surtout recommandée dans les escaliers en hélice ou lorsqu’il
est difficile de placer des poteaux et des poutres dans la cage d’escalier.)

8.1. Escalier console à paillasse rectiligne : (encastrement dans un mur)

– Paillasse mince de très faible épaisseur (4 cm) ;


– Marche élément résistant (marche armée).

Mur
A
Marche
Apr Apr

Ar
Atr
Atr A Ar
Coupe A-A

Apr : Armatures principales.


Ar : Armatures de répartition.
Atr : armatures transversales (étriers).

Les armatures principales occupent la partie supérieure de la marche (zone


tendue). La marche est calculée à la flexion simple en fonction du moment
d’encastrement. La section de la marche est assimilée à une section rectangulaire de
larguer (g) et de hauteur (a1 + a2) /2.

g g
s se
illa
a2 e pa
a2

α
h

h
a1

a1 +a 2 ( h+a2 )+a2 h+2 a2 h


h eq= = = = + a2
2 2 2 2
h e paillasee
h eq= +
2 cos ∝

14
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

8.2. Escalier console à paillasse courbe : (encastrement dans un pilier central)

Pilier central

gmin
gmax

Le calcul du ferraillage est identique au cas présenté précédemment (voir paragraphe


8.1.) La section de calcul est :

a1 +a2
h eq ¿ g min ×
2

8.3. Escalier console sans paillasse :

A A

A A

Mur Pilier

Rectiligne Courbe

Le calcul du ferraillage de la marche se fait en flexion simple. La section de calcul est


(gxh).

Apr Atr
Amontage
h

Remarque :

Pour l’escalier console d’un bâtiment courant, on considère que la charge d’exploitation
est égale au poids de deux personnes par marche soit 150 Kgf.

15
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

8.4. Application : Escalier console avec paillasse (encastré dans un pilier central.)

Pilier

Marche

1,20

Marche
Pilier
10

48
 Largeur des marches : g = 29 cm.
 Hauteur des marches : h = 17 cm.
 Epaisseur de la paillasse : epaillasse = 4 cm.
 Charges permanentes (les revêtements sont négligés).
 Charge d’exploitation : 150 Kgf/marche.
 Acier HA FeE400, s = 1,15.
 Béton fc28 = 25 MPa, b = 1,5.

Calculer le ferraillage des marches ?

16
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

9. Calcul des escaliers à limon :

Le limon est une poutre inclinée droite ou courbe qui supporte les marches. On peut
avoir des escaliers à deux limons, à un limon (l’autre étant constitué par un mur), ou à un
limon central.
Les marches s’appuient sur le limon, on les munit d’une paillasse mince de 4 à 5 cm
armée d’un léger treillis ou quadrillage.

Deux ferraillages principaux à calculer : {ferraillage des marches


ferraillage du limon

9.1. Escalier à limon latéral : (le calcul est identique à l’escalier à deux limons latéraux)

 La marche est considérée comme encastrée à ses deux extrémités. Elle supporte son
poids propre, les revêtements et la charge d’exploitation. Elle est calculée à la flexion
simple et son ferraillage est supérieur et inférieur. La section de la marche est
assimilée à une section rectangulaire de larguer (g) et de hauteur (a 1 + a2) /2 (voir
paragraphe 8.1. page 13)

0,4 Mo 0,4 Mo

0,85 Mo

Marche

Paillasse

Limon

17
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

Asup Limon
Mur
Asup Marche

Atransv Marche

Ainf Marche Ar Paillasse

Ainf Limon

Asup Marche

Atransv Marche
Ainf Marche

Ar Paillasse

 Le limon supporte :
– Son poids propre,
– La réaction de la marche par ml,
– Eventuellement, des charges permanentes exercées sur le limon (par ex : un mur,
un garde de corps, …)
 Le limon est encastré à ses deux extrémités. Il est ferraillé longitudinalement à la
flexion simple sous un moment positif et un moment négatif.

9.2. Escalier à limon central :

Ce type d’escalier est représenté sur la photo ci-dessous : (cas ou la paillasse est
inexistante)

18
Structures en Béton Armé (2) Les Escaliers

 La marche est calculée en console sur le limon qui est calculé en poutre.

Asup Limon
Asup marche
E’

Ainf Limon

Le schéma statique de la marche : (le calcul se fait en flexion simple.)

Mmax -

E’ E’

 Le limon doit assurer la résistance et la stabilité de l’ensemble, il doit être bien ancré à
ses deux extrémités.

9.3. Application : Escalier à deux limons

 Longueur des marches : E = 1,50 m.


 Largeur des marches : g = 29 cm.
 Hauteur des marches : h = 17 cm.
 Epaisseur de la paillasse : epaillasse = 5 cm.
 Les revêtements sont évalués à 1,80 KN/m2.
 Charge d’exploitation : 4 KN/m2.
 Acier HA FeE400, s = 1,15.
 Béton fc28 = 25 MPa, b = 1,5.

Calculer le ferraillage des marches ?

19