Vous êtes sur la page 1sur 33

Economie et statistique

L'indice des prix à la consommation surestime-t-il l'inflation ?


Monsieur François Lequiller

Citer ce document / Cite this document :

Lequiller François. L'indice des prix à la consommation surestime-t-il l'inflation ?. In: Economie et statistique, n°303, Mars 1997.
pp. 3-32;

doi : https://doi.org/10.3406/estat.1997.2542

https://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1997_num_303_1_2542

Fichier pdf généré le 15/05/2018


Résumé
L'indice des prix à la consommation surestime-t-il l'inflation ?
Les débats autour des problèmes de mesure de l'inflation ne sont pas nouveaux. Ils sont revenus
récemment dans l'actualité avec la publication, par une commission du Sénat américain présidée par
M.J. Boskin, d'un rapport affirmant que l'indice des prix à la consommation (IPC) américain surestimait
l'inflation de 1,1 % par an. Le présent article montre que le biais qui pourrait affecter l'indice des prix en
France serait d'un ordre de grandeur très nettement inférieur.
Résumer l'évolution d'une multitude de prix en un seul chiffre est forcément difficile. Même dans le cas
théorique le plus favorable où l'on considère un consommateur unique face à un choix budgétaire, les
problèmes de traitement des substitutions entre produits existants sont importants. On sait néanmoins
assez bien caractériser les propriétés des diverses approches envisageables et les procédures
statistiques utilisées en France mettent notre indice largement à l'abri des critiques sur ce point.
L'apparition de nouveaux produits (entendus au sens large : produits réellement nouveaux sur le
marché, produits déjà vendus ailleurs mais apparaissant dans un nouveau point de vente, en
remplacement ou pas d'un produit ancien) soulève des difficultés non encore complètement résolues
que ce soit aux États-Unis, en France ou dans les autres pays. La commission Boskin a affirmé qu'il
existerait, du fait des nouveaux produits, une surestimation de 0,6 % par an dans l'IPC des États-Unis.
Cette affirmation repose sur des estimations fragiles et probablement exagérées. Cette conclusion
rejoint l'avis exprimé par un certain nombre d'experts américains.

Abstract
Does the Consumer Price Index Overestimate Inflation?
Debates on how to measure inflation are nothing new. They hit the news again recently with the
publication of a report by an American Senate committee chaired by M.J. Boskin, which stated that the
American consumer price index (CPI) overestimates inflation by 1.1% per year. Our article shows that
if a bias does affect the price index in France, it is much lower in percentage.
It is inevitably hard to sum up changes in a multitude of prices with just one figure. Even in the most
favourable scenario whereby we consider a single consumer with a budgetary choice to make, there
are considerable problems involved in treating substitutions between existing products. Nevertheless,
the properties of the different possible approaches are fairly well defined and
the statistical procedures used in France mean that our index is largely safe from criticisms on this
point.
The appearance of new products (in the broad sense of the term: products that are really new on the
market and products already sold elsewhere, but appearing in a new point of sale whether replacing or
not an existing product) raises problems that have not yet been completely solved either in the United
States, France or in other countries. The Boskin committee stated that this induced a 0.6% annual
overestimation in the CPI in the United States. This statement is based on questionable and probably
exaggerated estimates. Our conclusion is in line with the opinion expressed by a number of American
experts.

Zusammenfassung
Wird die Inflation durch den Verbraucherpreisindex zu hoch veranschlagt?
Die Diskussionen ûber die Schwierigkeiten der Messung der Inflation sind nicht neu. Mit der
Verôffentlichung eines Berichtes durch eine von M. J. Boskin geleitete Kommis- sion des
amerikanischen Sénats, dem zufolge der ameri- kanische Verbraucherpreisindex die jâhrliche
Inflations- rate um 1,1% zu hoch veranschlagt, sind sie in jûngster Zeit wieder aktuell geworden. In
diesem Artikel wird aufgezeigt, daft die Verzerrung, die den Verbraucherpreisindex in Frankreich
verfàlschen kônnte, wesentlich geringer sei.
Die Entwicklung einer Vielzahl von Preisen mit einer einzigen Zahl zusammenzufassen, ist
zwangslâufig ein schwieriges Unterfangen. Selbst im gûnstigsten theoretischen Falle, in dem man das
Verhalten eines einzigen Verbrauchers gegenùber einer Budgetwahl betrachtet, sind die
Schwierigkeiten bei der Berùck- sichtigung der Substitution zwischen bestehenden Erzeugnissen
erheblich. Die Merkmale der verschiedenen in Frage kommenden Lôsungsansâtze lassen sich
nichtsdestoweniger recht gut charakterisieren, wobei die in Frankreich benutzten statistischen
Verfahren unseren Index vor einer solchen Kritik weitgehend schûtzt.
Das Aufkommen neuer Erzeugnisse (im weitesten Sinne, das heiBt wirklich neue Produkte auf dem Markt,
Produkte, die bereits woanders verkauft wurden, aber erstmals in einer bestimmten Verkaufsstelle
angeboten werden, Produkte, die ein altères Produkt ersetzen oder nicht) bringt Schwierigkeiten mit sich,
die weder in den Vereinigten Staaten oder Frankreich noch in den anderen Lândern vollstândig gelôst sind.
Die Boskin-Kommission behauptete, in den Vereinigten Staaten wûrde deshalb der Verbraucherpreisindex
jâhrlich um 0,6% zu hoch veranschlagt. Dièse Behauptung basiert auf Schâtzungen, die wenig solide und
wahrscheinlich ùberzogen sind, wobei dièse SchluBfolgerung mit der Ansicht ùbereinstimmt, die eine Reihe
amerikanischer Experten diesbezùgllch vertreten.

Resumen
l Sobrevalora el indice de precios al consumo a la inflaciôn ?
No son nuevos los debates en torno a problemas de mediciôn de la inflaciôn. Han vuelto a ser de
actualidad con la publicaciôn por una comisiôn del Senado americano presidida por M.J. Boskin de un
informe que afirmaba que el indice de precios al consumo (IPC) americano sobrevaloraba la inflaciôn en un
1,1 % al arïo. El présente artfculo muestra que el sesgo que pueda afectar al indice de precios en Francia
alcanzarfa un nivel muy inferior.
Es desde luego diffcil resumir la evoluciôn de un sinnûmero de precios por una sola cifra. Hasta en el caso
teôrico mâs favorable en el que se considéra a un consumidor ûnico frente a una opciôn presupuestaria,
los problemas de trato de las sustituciones entre productos existentes son importantes. Se sabe sin
embargo caracterizar con bastante certeza las propiedades de
aquellos enfoques que se escojan, y los procedimientos estadisticos utilizados en Francia amparan
ampliamente nuestro indice contra las cn'ticas en este particular.
La apariciôn de nuevos productos (en el sentido amplio de la palabra : productos realmente nuevos sobre
el mercado, productos ya vendidos en otras partes y que aparecen en un nuevo puesto de venta, como
sustituto o no de un producto antiguo) plantea dificultades todavi'a no del todo superadas sea en Estados
Unidos, en Francia o en otros paîses. La comisiôn Boskin estimô que existirîa una sobrevaloraciôn en un
0,6 % al ano en el IPC norteamericano. Este juicio descansa en unas estimaciones fragiles y
probablemente exageradas. Esta conclusion es compartida por un buen numéro de expertos americanos.
INDICE DES PRIX

L'indice des prix

à la consommation

surestime-t-il l'inflation ?

Lequiller*
François Les débats autour des problèmes de mesure de l'inflation ne sont pas nouveaux.
Ils sont revenus récemment dans l'actualité avec la publication, par
une commission du Sénat américain présidée par M.-J. Boskin, d'un rapport
affirmant que l'indice des prix à la consommation (IPC) américain surestimait
l'inflation de 1,1 % par an. Le présent article montre que le biais qui pourrait
affecter l'indice des prix en France serait d'un ordre de grandeur très nettement
inférieur.
Résumer l'évolution d'une multitude de prix en un seul chiffre est forcément
difficile. Même dans le cas théorique le plus favorable où l'on considère
un consommateur unique face à un choix budgétaire, les problèmes de traitement
des substitutions entre produits existants sont importants. On sait néanmoins
assez bien caractériser les propriétés des diverses approches envisageables
* Au moment de la
rédaction de cet article, et les procédures statistiques utilisées en France mettent notre indice largement
François Lequiller était à l'abri des critiques sur ce point.
chef adjoint du
département des Prix à L'apparition de nouveaux produits (entendus au sens large : produits réellement
la consommation, des
Ressources et des nouveaux sur le marché, produits déjà vendus ailleurs mais apparaissant
Conditions de vie de
l'Insee, chargé de dans un nouveau point de vente, en remplacement ou pas d'un produit ancien)
l'indice des prix à la soulève des difficultés non encore complètement résolues que ce soit
consommation français.
aux États-Unis, en France ou dans les autres pays. La commission Boskin
L'auteur tient à a affirmé qu'il existerait du fait des nouveaux produits, une surestimation
remercier tous ceux qui ont
bien voulu prendre de de 0,6 % par an dans PIPC des États-Unis. Cette affirmation repose
leur temps pour sur des estimations fragiles et probablement exagérées. Cette conclusion rejoint
contribuer à améliorer cet
article. Il pense en l'avis exprimé par un certain nombre d'experts américains.
particulier au rapporteur
anonyme choisi par le
rédacteur en chef de la
revue, mais aussi à
T. Lacroix, son successeur,
L VTgÊX), D. Temam, a remis un rapport final en décembre 1996 qui
M. Glaude et G. Laroque. Aiguillonné par plusieurs années de débat
sur une possible surestimation de soutient l'existence d'une surestimation de la
l'inflation aux États-Unis, le Sénat américain a appelé hausse des prix par l'indice de prix à la
Les noms et dates entre une commission d'économistes, présidée par consommation (IPC) des États-Unis de 1,1 % par an
parenthèses renvoient à pour les années postérieures à 1996 et de 1 ,3 %
la bibliographie en fin un professeur de Stanford, MJ. Boskin, à
d'article. rapporter sur cette question. Cette commission lui pour les années antérieures. En d'autres mots,

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


la « commission Boskin » affirme que la certaines prestations sociales et de multiples
« vraie » inflation au stade de la consommation contrats privés.
des ménages serait plus faible de 1,1 % par an
1. Bureau of Labor au chiffre qui sera publié par le BLS ( 1 ) dans les C'est pourquoi les procédures de calcul de
Statistics, l'homologue années futures. Par exemple, si l'IPC américain l'IPC, en France comme aux États-Unis,
américain de l'Insee
pourl'IPC. augmentait de 3,0 % l'an prochain, il faudrait reposent sur l'application rigoureuse de procédures
comprendre, d'après la commission, que la normalisées et que l'Insee, comme le BLS, y
véritable hausse n'aura été que de 1,9 %. consacre d'importants moyens (cf. encadré 1)
(5). Le processus d'harmonisation des indices
Comme il s'agirait d'une surestimation qui se de prix européens dans lequel la France est très
cumulerait d'une année sur l'autre, elle serait engagée a confirmé que les principes de calcul
mécaniquement égale à 11,5 % au bout de sur lesquels l'IPC français est fondé étaient
2. Cette extrapolation 10 ans (2). Or l'IPC est directement utilisé aux conformes aux meilleurs standards
repose sur une États-Unis pour indexer les prestations sociales internationaux.
hypothèse de constance du
biais dans le temps qui et les tranches de l'impôt sur le revenu. Dans un
n'a pas été vraiment cas comme dans l'autre, une surestimation
explorée. Elle suppose conduirait à un creusement intempestif du Effets de substitution
également que le BLS
n'apportera pas des déficit fédéral. Ainsi, les prestations versées seraient et nouveaux produits
corrections à ses méthodes trop élevées et les impôts reçus seraient
dans le futur. minorés (du fait d'une hausse trop rapide des Mais, comme on peut l'imaginer, le calcul d'un
tranches de l'impôt sur le revenu). La commission a indicateur qui est censé résumer en un chiffre la
estimé que la dette publique serait plus élevée variation des prix des milliards de transactions
d'environ 1000 milliards de dollars en 2008 de qui interviennent dans les achats des ménages
ce simple fait. Dans cette période de débats est une opération très difficile. De nombreux
houleux sur le déficit fédéral, elle n'hésite problèmes se posent, comme ceux qui sont liés
pas à qualifier la surestimation de l'IPC de à la couverture de l'indice, à sa
« quatrième poste de dépense du budget fédéral représenta ivté et à sa précision (échantillonnage), à
après les prestations sociales, les dépenses de l'observation des vrais prix de transaction (suivi des
santé et la défense ». remises non affichées, cf. encadré 2). Cet
article a pour but d'examiner deux catégories de
Bien que le sujet ait fait l'objet de débats déjà problèmes bien spécifiques. La première est la
anciens en Europe et aux États-Unis, l'écho des prise en compte du comportement d'achat des
résultats de la commission Boskin est ménages (effets de substitution entre produits
l'occasion de faire le point sur cette question pour existants). La seconde est l'apparition de
3. L'annexe I donne les notre propre pays (3). nouveaux produits (et/ou les changements de
résultats de plusieurs qualité de produits).
autres études similaires
à celles de la L'IPC est sans conteste l'un des indicateurs
commis ion Boskin, aux États- économiques construits par l'Insee qui est le Depuis longtemps, ces deux catégories de
Unis comme dans d'autres plus suivi. Il est utilisé comme principal problèmes sont au cœur du débat sur le calcul de
pays.
indicateur des tensions inflationnistes pour la l'indice des prix. De nombreux économistes,
politique monétaire et budgétaire et il intervient à ce
titre directement dans l'un des critères de
convergence du traité de Maastricht. Les indices de prix
détaillés qui le constituent sont utilisés comme 4. Les procédures officielles d'indexation automatique sur l'IPC
« déflateurs » de la consommation des ménages concernent, outre le Smic, les pensions de retraite et d'invalidité
dans les comptes nationaux. Comme la et les prestations familiales. La loi n° 93-936 du 22/7/1993
prévoit, surunepériodedecinqansàcompterdu 1erjanvier 1994,
consommation des ménages représente 60 % du une indexation des pensions de retraite et d'invalidité sur
PIB, l'IPC est donc un des principaux éléments révolution prévisionnelle des prix à la consommation avec
du calcul qui détermine le chiffre de la « ajustement ensuite sur l'évolution finalement constatée. La loi
n°94-629 du 25/7/1994 relative à la famille prévoit le même
croissance ». L'IPC français est moins directement système d'indexation pour les prestations familiales et ce
et systématiquement utilisé qu'aux États-Unis jusqu'au 31 décembre 1999. Parmi les contrats privés, les
dans les procédures de détermination des pensions alimentaires figurent parmi les plus indexés sur l'IPC.
Rappelons par ailleurs que l'indexation est aussi réglementée
prestations sociales ou des tranches d'impôt. Il reste en France par la loi « Neiertz » qui interdit les indexations sur des
cependant l'instrument direct d'indexation du indices comprenant le tabac. Nota : cet article ne discute pas du
S mie, des retraites et des allocations familiales principe même de l'indexation autour duquel il y a débat en
France comme aux États-Unis (voir notamment Griliches, 1995).
(4). Il est aussi l'instrument indirect 5. Pour une discussion sur l'adaptation de l'IPC à ses différents
d'indexation des salaires, des tranches d'impôt, de usages, on pourra se reportera Glaude, 1997.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


dont les membres de la commission Boskin, voir comment les statisticiens affrontent ces
soulignent en effet que les méthodes de calcul problèmes.
des indices de prix sont fondées sur des structures
supposées fixes et des hypothèses d'équilibre. Dans la première partie de cet article, nous
De ce fait, elles prendraient mal en compte une étudierons les problèmes de substitution entre
réalité économique en évolution permanente, produits. Nous passerons en revue les
faite de déséquilibres, de nouveaux produits et pondérations et les formules de calcul utilisées pour y
de nouveaux agents. En particulier, comme on remédier. On conclura que sont utilisées en
le verra dans la deuxième partie, l'hypothèse de France des méthodes statistiques différentes de
marché équilibré joue un rôle central dans le
traitement des nouveaux produits dans l'indice
des prix. Ceci prendrait mal en compte la
possibilité de déséquilibres transitoires, par exemple 6. Cet adjectif n'a pas de but polémique. Il faut souligner que la
une « guerre des prix » associée à commission Boskin a réussi à conserver dans son rapport un
l'introduction de nouveaux produits ou l'apparition de excellentniveau de discussion, évitant notamment la polémique.
Il faut aussi saluer la contribution du BLS (particulièrement
nouveaux producteurs plus performants. transparente dans un contexte pourtant difficile) à l'amélioration
des connaissances sur les méthodes statistiques de l'IPC. De
La nouveauté de la démarche de la commission nombreux chiffrages de la commission Boskin utilisent d'ailleurs
des études du BLS. C'est ainsi que quand nous disons dans cet
Boskin est que, pour la première fois, une article pour simplifier « la commission Boskin chiffre », il faut
commission officielle s'est risquée à fournir un souvent comprendre que ce chiffre est fondé sur des études du
chiffrage de la surestimation supposée. Nous BLS lui-même, même si il est utilisé parfois dans une
extrapolation contestée. Une des principales contestations porte
pensons, comme nos collègues du BLS, que notamment sur la difficulté à éviter les doubles comptes lors de
ce chiffrage est contestable (6). Nous allons l'évaluation des différents biais.

Encadré 1
QUELQUES DONNÉES SUR LA FABRICATION DE L'IPC FRANÇAIS

L'indice des prix à la consommation français est un administratives et des véhicules d'occasion. En ce
outil statistique complexe reposant sur l'application qui concerne la partie non marchande, le traitement
rigoureuse de procédures normalisées. Plus de des hôpitaux et cliniques et des dépenses d'action
1 60 000 relevés de prix sont effectués tous les mois, sociale est à l'étude.
dans environ cent agglomérations représentatives
des villes de plus de 2 000 habitants. Tous les Les pondérations des postes de l'indice et les
circuits de commercialisation sont représentés produits qui y figurent sont revus tous les ans.
(hyper, super, hard-discount, superettes, commerces L'indice utilise une formule de Laspeyres chaînée
spécialisés et traditionnels, marchés...)- 30 000 annuellement. Chaque année, les responsables des
points de vente sont visités chaque mois par les 170 grands secteurs de l'indice (alimentation, biens
enquêteurs qui travaillent à temps plein ou à temps durables, habillement, services, etc.), aidés par les
partiel pour l'IPC. 130 autres agents de l'Insee, dont équipes de terrain, passent au crible les
plusieurs dizaines de cadres statisticiens, en caractéristiques des 1 000 familles de produits détaillées
assurent le calcul. Les enquêteurs de l'Insee sont formés (variétés) qui constituent l'indice et les modifient
spécifiquement pour leur travail. Des procédures de pour conserver à l'indice sa représentativité.
contrôle de qualité sont appliquées à chaque étape Pourront ainsi être modifiées par exemple celles des
de calcul. Les premiers résultats du mois (indice dit variétés de viande très directement touchées par la
« provisoire ») sont publiés vers le 10 du mois suivant désaffection de la consommation des ménages à la
soit parfois moins de sept jours ouvrables après le suite de crise de la vache folle. Chaque année, de
jour de la clôture de la collecte sur le terrain. Toute nouvelles variétés sont créées en addition à ou en
la gamme de biens et services entrant dans la définition remplacement d'autres devenues moins
de la consommation des ménages sont représentés : représentatives. Cela a été le cas récemment pour les
alimentation-boissons-tabac, habillement-chaussure, disquettes informatiques. L'indice actuel est dit de
logement-chauffage-éclairage, meubles-articles de « base 1990 » (1990 = 100). Cette « base »
ménage-entretien du logement, santé, transports et constitue la 6ème génération d'IPC en France depuis le
communications, loisirs-spectacles-enseignement- début du siècle. Chaque génération a apporté des
culture, soins corporels-restaurants-hôtels et autres améliorations de méthode et de champ. Les calculs
services aux ménages. Sa couverture est d'environ faits sur l'erreur d'échantillonnage de cette dernière
90 % de la consommation marchande des ménages. génération de l'IPC français ont montré que son
Les assurances devraient être introduites l'an glissement annuel était compris dans une fourchette
prochain ainsi que les prix de certains services très étroite de + ou - 0,1 % (Ardilly-Guglielmetti,
domestiques, juridiques, de certaines formalités 1993).

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


celles utilisées aux États-Unis qui mettent, sur s'il existe une surestimation pour la France,
ce point, l'IPC français largement à l'abri des elle serait beaucoup plus faible.
critiques de la commission Boskin. Dans la
deuxième partie, l'on traitera du problème
des nouveaux produits. On décrira les méthodes
statistiques utilisées, sans cacher que ces Substitution entre produits :
méthodes ont leurs limites et demandent à être le problème des pondérations
améliorées. On montrera cependant que des
erreurs peuvent se produire dans les deux sens
et qu'il n'existe pas encore d'études Le problème posé aux constructeurs de
convaincantes permettant d'en déduire une l'IPC par la substitution des produits
surestimation et de la chiffrer, comme l'a pourtant fait la provient de ce que les ménages modifient leur
commission Boskin. Dans la troisième partie, panier de consommation en même temps que
on traitera spécifiquement des problèmes de les prix varient. Comme on va le voir, un IPC
nouveaux circuits de distribution. Enfin, dont les pondérations reposeraient sur des
dans la dernière partie, nous discuterons du informations obsolètes pourrait avoir tendance à
chiffrage de la surestimation potentielle en surestimer l'inflation.
France comparé aux États-Unis. Bien que nous
refusant à mettre un chiffre pour la France en Plaçons-nous d'abord dans le cas d'un
face du 1,1 % du rapport Boskin pour les consommateur unique et essayons de calculer son
États-Unis, nous conclurons néanmoins que, indice de prix entre une période de base et la

Encadré 2
L'IPC TIENT-IL COMPTE DE TOUTES LES REMISES ?

Il y aurait une autre source éventuelle de problème Son estimation est particulièrement délicate. Le
qui a été très souvent, et particulièrement ces phénomène serait notamment particulièrement coûteux
dernières années, à l'origine de critiques de l'IPC à mesurer. Il faudrait avoir accès aux factures des
français. Il s'agit de la non-prise en considération par commerçants, données jugées hautement
l'IPC des remises « non affichées », « de gré à stratégiques par ceux-ci. On peut toutefois illustrer que son
gré » entre l'acheteur et le vendeur (1). impact devrait être relativement limité pour l'indice
d'ensemble à partir de la structure des pondérations
Pour clarifier ce débat, rappelons tout d'abord que de l'IPC et d'hypothèses d'école. D'abord les types
l'IPC français suit maintenant par principe toutes les de produits pour lesquels ce phénomène apparaîtrait
remises, soldes et promotions affichées et ce pour (automobile, habillement et chaussure, appareils
l'ensemble des produits. Les enquêteurs de l'Insee ménagers, meubles) ne représentent que 14 % de
ont la consigne de collecter les prix, toutes ces l'indice d'ensemble. Si on admettait par conséquent
remises déduites (2). que 10 % des acheteurs de ces produits
bénéficiaient d'une remise non affichée supplémentaire de
Cependant, les enquêteurs de l'Insee ne peuvent 2 % par rapport à l'année précédente (hypothèse
observer que les prix et les remises affichés et non forte), alors l'impact sur l'indice serait de 0,10 x 0,02
le vrai prix s'il y a modification du prix affiché après x 0.14 soit 0,03 % sur la moyenne annuelle de
négociation de gré à gré entre l'acheteur et le l'indice d'ensemble. Ce biais positif serait bien entendu
vendeur. En effet, l'Insee ne peut demander à ses compensé dans l'autre sens si la situation des
enquêteurs de simuler tous les mois un acte d'achat, offreurs était améliorée par un rebond de
ce qui serait même contraire à la déontologie. Or il consommation.
est vraisemblable que ces pratiques de négociations
sur le prix affiché se sont développées en 1993 du
fait du ralentissement de la consommation. Il est 1. Les coupons de réduction, en développement ces dernières
donc possible que l'IPC français ait surestimé la années, sont une variante de ce cas.
hausse des prix pendant une période par omission 2. À l'exception des remises n'intervenantque quelques heures
de la hausse des remises non affichées (3). (« prix-flash »), des prix de « liquidation » ou des remises
Cependant si on admet qu'il y ait eu surestimation de la portant sur le crédit. Dans le cas des prix de liquidation, nous
hausse en période de tassement de la considérons qu'on ne pourra pas, par principe, remplacer
consommation, il faudrait reconnaître également qu'il y aurait l'ancien produit lorsqu'il ne sera plus observable. Dans le cas
inversement sous-estimation de la hausse en ducréditJ'IPCexclutdesondomained'analyselavariationdes
période de reprise de la consommation, période au taux intérêt.
cours de laquelle les remises non affichées auront 3. Rappelons que ce qui affecterait la variation de l'indice des
prix est la variation des remises non affichéesetnon leurniveau
tendance à diminuer. Il ne s'agit donc pas d'un biais en soi. Si ce dernier ne variait pas, la variation de l'indice des
structurel, tel que ceux qui sont exposés dans cet prix serait identique, que les remises non affichées soient
article, mais conjoncturel. incluses ou non.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


période courante. On définit l'indice de prix de Laspeyres donne un poids trop important aux
pour ce consommateur entre ces deux périodes produits dont le prix augmente le plus, alors
comme le taux de croissance de sa dépense que ces produits vont logiquement voir leur
budgétaire qui lui permet de conserver, avec les poids diminuer dans le budget des
prix courants, le même niveau de satisfaction consommateurs, dès lors que ceux-ci admettent une certaine
qu'à la période de base. C'est l'idée de la substitution entre produits à utilité constante.
7. Bien que certains préservation du « pouvoir d'achat » (7).
économistes interprètent le Cependant, le calcul d'un indice de Fisher est,
terme « pouvoir d'achat »
comme impliquant par Si tous les prix des produits variaient dans la pratique, impossible, tout au moins en
construction l'utilisation proportionnellement, cet indice de prix serait très facile à cours d'année et dans les délais brefs réclamés
dans l'indice de prix des calculer. Il suffirait de choisir l'un des produits et pour un indice tel que l'IPC. En effet, il
quantités consommées
de la période de base, le d'en observer la variation de prix. On sait demande la connaissance des pondérations de la
terme est ici utilisé dans cependant que la hausse (ou la baisse) moyenne des période courante qui ne sont connues qu'avec
un contexte plus général. prix masque des variations contrastées entre des délais importants. Pour calculer l'indice de
produits. En d'autres termes, les prix relatifs se Fisher de 1997 par rapport à 1990 par exemple,
modifient avec le temps en même temps que le il faudrait notamment pouvoir disposer des
mouvement général de hausse ou de baisse. Pour quantités consommées annuellement en 1997.
calculer l'indice de prix de notre consommateur, il Ceci n'est bien entendu pas possible en cours
faut donc faire entrer en ligne de compte, sinon la d'année 1997. C'est pourquoi tous les pays
totalité des produits qu'il consomme, au moins un calculent l'IPC sous la forme d'un indice de
échantillon qui en soit représentatif et effectuer Laspeyres, c'est-à-dire en utilisant des
une moyenne des variations de prix des produits pondérations fixes issues de la période de base. Suivant
qui le composent. Se pose alors immédiatement les pays, l'année sur laquelle ces pondérations
la question de la pondération avec laquelle sont estimées est plus ou moins récente. Plus
chacun des produits doit rentrer dans cette moyenne. cette année sera ancienne, plus la surestimation
La pondération qui s'impose est bien sûr fondée pourrait être forte. Inversement, plus cette année
sur la quantité consommée. L'indice de prix est sera récente plus la surestimation sera faible,
donc le résultat d'une moyenne faisant entrer en voire négligeable. En France, les pondérations qui
ligne de compte des variations de prix pondérées permettent d'obtenir l'indice d'ensemble à
par les dépenses correspondant aux quantités partir des indices des « postes » (8) sont mises à
consommées. Ceci ne suffit pas à le définir car il y jour tous les ans à partir de données récentes.
a alors encore de multiples possibilités À l'opposé, aux États-Unis, la base de
d'effectuer cette moyenne. En particulier, non pondération est beaucoup plus ancienne.
seulement les prix ont changé entre la période de base
et la période courante mais aussi les quantités des
produits consommés. Que faut-il prendre alors Une décomposition en trois niveaux
comme quantités pour calculer les pondérations
de l'indice de prix ? Les quantités consommées Mais la situation n'est pas aussi simple car un
de la période de base ? Celles de la période indice de prix aussi complexe que l'IPC résulte
courante ? Ou une moyenne des quantités de d'agrégations successives d'indices, chaque
la période de base et de la période courante ? niveau d'agrégation ayant ses propres
pondérations indépendantes, d'un « âge » variable.
La théorie des indices (cf. annexe II, point I) ne Ainsi en France, c'est à un niveau d'agrégation
donne pas de réponse définitive et unique même assez élevé que sont mises à jour tous les ans les
dans le cas d'un seul consommateur et encore pondérations à partir de données de l' année a-2.
moins dans le cas de multiples consommateurs. Les autres niveaux, plus détaillés, ne sont pas
Elle indique cependant que, sous certaines traités de la même façon.
hypothèses, l'une des meilleures approximations
d'un indice idéal serait un indice (dit « de
Fisher ») résultant d'une moyenne entre un
indice basé sur les pondérations de la période de
base (indice dit « de Laspeyres ») et d'un indice
basé sur les pondérations de la période 8. Les « postes » correspondent à de grandes catégories de
courante (indice dit « de Paasche »). La théorie produit constituant le premier niveau de publication de l'IPC
montre aussi que, le plus souvent, l'indice de français. Par exemple, il y a le poste « fruits frais », ou le poste
Laspeyres a tendance à surestimer l'indice « automobiles », ou le poste «coiffeurs pour homme ». Les
postes sont au nombre de 265 dans l'actuel indice, dit de
de Fisher (et l'indice de Paasche à le sous-estimer). « base 1990 ». Ils étaient au nombre de 295 dans l'indice dit
L'idée simple derrière ce résultat est que l'indice de « base 1980 ».

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


Nous allons donc décomposer le processus Au total, l'âge des pondérations des postes de
d'agrégation qui permet d'obtenir l'indice l'IPC français ne dépasse jamais deux ans. On
d'ensemble à partir des relevés de prix peut donc en conclure que le biais de
élémentaires en trois étapes. La première étape, qu'on substitution de niveau agrégé est, en pratique, nul ou
appellera par la suite « niveau détaillé », sera très faible en France (12). Par contre, la
l'étape de calcul permettant d'obtenir les commission Boskin a estimé qu'il y avait un biais
indices très détaillés (on les appelle souvent « de substitution agrégé de 0,15 % par an pour les
microindices ») représentant des catégories de produits États-Unis sur la base d'une structure de
très fines (les « variétés ») pour une région pondérations qui remonte actuellement à 1982-1984,
géographique déterminée (les « agglomérations »). c'est-à-dire à plus de treize ans. Elle s'est
Ils sont obtenus à partir des relevés de prix dans appuyée sur des calculs de simulation effectués
les divers points de vente de l'agglomération aux Etats-Unis qui montrent en effet que, dans
considérée. La deuxième étape, qu'on les conditions actuelles, un indice de Laspeyres
ap el era par la suite « niveau intermédiaire », sera dont les pondérations remontent à environ
l'étape de calcul permettant d'obtenir les dix ans augmente plus vite d'environ 0,1 % à
indices des postes à partir d'indices de prix 0,3 % par an par rapport au même indice
détaillés. Enfin la troisième et dernière étape, calculé en utilisant une formule de Tornqvist (très
qu'on appellera par la suite « niveau agrégé », proche de la formule de Fisher) (Aizcorbe et
sera l'étape de calcul permettant d'obtenir Jackman, 1993). Pour la France, un tel exercice
l'indice de prix d'ensemble à partir des indices des de simulation est inutile puisqu'il n'y a pas de
postes. A chacune de ces étapes, une formule de biais de substitution de niveau agrégé.
Laspeyres est utilisée (ou était utilisée, comme Cependant, pour le confirmer, on a comparé l'indice
on le verra). Pour le niveau agrégé, les officiel avec un indice non chaîné sur la période
pondérations proviennent de la comptabilité nationale 1980-1990. Le résultat, conforme aux attentes,
9. La comptabilité (9). Pour le niveau intermédiaire, les est que l'indice non chaîné évolue en moyenne
nationale française effectue pondérations proviennent le plus souvent soit de 0,11 % l'an de plus que l'indice officiel
la synthèse des
enquêtes publiques sur les d'enquêtes publiques ou privées sur les dépenses des (ViglinoetMontiel, 1995) (13).
budget des ménages et ménages, soit d'autres sources (panels privés
des autres sources de distributeurs, statistiques de production et
statistiques sur la
consommation dans un degré d'importation). Pour le niveau le plus détaillé, ... mais une faible surestimation
de détail assez grand du fait de l'absence d'information, l'usage est résiduelle au niveau intermédiaire
pour servir de base aux d'accorder à chaque produit un poids égal et
pondérations de l'IPC.
Dans le cas des États- fixe (10). À chacune de ces étapes, une Par contre, en ce qui concerne le niveau
Unis et de la plupart des surestimation (qu'on appellera par la suite « biais de intermédiaire, il n'y a pas dans l'indice français de
autres pays européens, substitution ») plus ou moins importante mise à jour systématique, tous les ans, des
les pondérations ne
reposent que sur les pourrait intervenir. Nous allons donc distinguer
enquêtes publiques sur les chacun de ces trois niveaux.
dépenses des
ménages.
Pas de surestimation au niveau agrégé 10. Avecl'informatisation de la distribution et la standardisation
dans l'indice français... des codes-barres, des pondérations explicites à ce niveau de
détail, qui apparaissaient de la science fiction statistique il y a
quelques années, pourraient devenirréalité dans les années qui
En ce qui concerne le niveau agrégé, les viennent.
méthodes de calcul de l'indice français le mettent à 11. EnEurope, deuxpays utilisent presque exactement le même
système : le Royaume-Uni et la Suède. L'Allemagne met à jour
l'abri de cette dérive. En effet, depuis déjà le ses pondérations une fois tous les cinq ans. Les autres pays
début des années soixante-dix, les pondérations européens se situent entre les deux.
des « postes » de l'IPC sont revues tous les ans 12. L'approche par chaînage n'est pas forcément une panacée.
Il peut en particulier conduire à des dérives positives en cas
à partir des données de la comptabilité d'oscillations fortes des prix relatifs comme on l'illustre dans le
nationale de l'année a-2 (Le. l'indice des prix point lldel'annexe II. Cependantcesoscillationsn'interviennent
mensuel de 1997 repose sur des pondérations de pratiquement pas à un niveau agrégé comme celui des postes.
Toutes les simulations numériques sur la période 1980-1995
1995). L'indice français « instantané » (les montrent en effet que le chaînage conduit à rapprocher l'indice
variations mensuelles de l'année en cours) d'un indice de Fisher.
repose donc sur des pondérations agrégées très 13. LechiffredeO, 11 % estune moyenne. La différence n'estpas
forcément toujours égale d'une année sur l'autre et peut même
récentes. L'indice français de « long terme » (la être dans l'autre sens certaines années. Une autre illustration
variation sur plusieurs années) repose sur de ce type d'écart, mais cette fois-ci dans l'autre sens, peut être
le chaînage de ces indices instantanés. C'est trouvée dans la différence systématique entre les indices de
Paasche des déflateurs implicites de la consommation des
pourquoi l'on parle pour la France d'indice de ménages de la comptabilité nationale française et l'IPC
Laspeyres « chaîné » (11). (cf. encadré 5).

8 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


pondérations des différents composants (i.e. les La moyenne géométrique élimine
pondérations des « variétés » au sein des « toute crainte de surestimation
postes » ne sont pas revues tous les ans au niveau détaillé en France
systématiquement). Bien sûr, toutes les informations
détaillées publiées dans la presse En ce qui concerne le niveau détaillé, on
professionnelle de la distribution ou qu'on peut obtenir utilisait auparavant une méthode fondée sur des
auprès de certains syndicats professionnels ou pondérations implicitement fixes. Comme on
auprès de sociétés d'études de marché sont va le voir, la méthode actuelle est fondée sur
mobilisées et utilisées dans la mesure du budget une formule de calcul qui prend en compte une
de l'IPC. Mais il est certain qu'il y a à ce niveau certaine substituabilité et permet donc
une marge de progrès. Par exemple, d'écarter toute crainte de surestimation. Depuis trois
l'utilisation plus systématique des données en ans, l'attention des statisticiens européens s'est
provenance des sociétés d'études de marché serait en effet focalisée, parmi d'autres domaines
souhaitable. L'indice français pourrait donc méthodologiques (cf. encadré 3), sur les formules
connaître une surestimation due à des de calcul utilisées par les divers pays membres
pondérations intermédiaires pas toujours suffisamment pour calculer les « micro-indices ». Il est
récentes. Il n'est malheureusement pas possible apparu alors que l'utilisation comme micro-indice
de mesurer directement son ampleur. Par contre, de moyennes géométriques avait deux
quelques indications permettent d'en donner avantages sur les formules traditionnelles de
une fourchette très approximative. S'il y a effet moyennes arithmétiques de rapports de prix
de substitution à ce niveau intermédiaire, il (cf. annexe II, point II). La première est que la
devrait probablement être supérieur à celui formule de moyenne géométrique prend en
présent au niveau agrégé qui, comme on l'a vu, compte des possibilités de substitution entre
aurait été en France de 0,11 % par an (si on ne produits alors que la formule de moyenne
calculait pas un indice de Laspeyres chaîné). En arithmétique présuppose une fixité des
effet, on peut penser que plus on descend dans pondérations. La seconde est que cette formule évite par
le détail des catégories d'indices, plus les construction ce qui a été appelé « biais de
éléments qui les composent sont substituables. formule de calcul ». Ce biais est une dérive
Mais par ailleurs les pondérations de intempestive, généralement positive, qui intervient
nombreuses variétés sont régulièrement mises à jour, quand la moyenne arithmétique est utilisée sans
même si ce n'est pas tous les ans, ce qui tendrait précaution dans un contexte de chaînage. Les
au contraire à diminuer l'ampleur de la 15 pays membres de l'UE ont donc pris tous
surestimation potentielle. Au total, une légère ensemble la décision d'étendre l'utilisation de la
surestimation dans une fourchette de 0,05 % - 0,10 % moyenne géométrique. Cette décision a été
l'an n'est donc pas à écarter. sanctionnée par un règlement européen. Tout

Encadré 3
LE PROCESSUS D'HARMONISATION DES IPC EUROPÉENS

L'IPC a été choisi comme l'indicateur principal pour - la moyenne géométrique et les autres micro-indices ;
le critère sur l'inflation du traité de Maastricht. Le - l'accélération et la coordination de l'introduction
pays membre candidat à l'Union monétaire doit se des nouveaux produits ;
situer à moins de 1,5 % au-dessus d'une moyenne - l'amélioration du traitement des changements de
des trois meilleurs pays. La précision réclamée par qualité ;
le critère nécessite une harmonisation des méthodes - et, enfin, l'harmonisation de la couverture des
assurant à l'indicateur une comparabilité aussi indices. Les assurances seront intégrées dans l'IPCH
parfaite que possible (1). Ce processus d'harmonisation français en 1997 au titre de ce dernier règlement.
a commencé il y a trois ans et a avancé à grands
pas. Un règlement cadre a été adopté par le Conseil Eurostat sera amené à inspecter les IPCH de
en octobre 1995 (règlement 2494/95). Une première chaque pays pour s'assurer qu'ils respectent les règles
grande étape a été la publication toute récente, que les pays-membres ont décidé en commun. Au-
début 1997, d'une première version de l'IPCH, l'indice delà des règlements, le processus d'harmonisation a
de prix à la consommation harmonisé. contribué à lancer des programmes de recherche
L'harmonisation a accru la comparabilité des indices tout en communs, notamment sur l'effet-qualité.
améliorant chacun d'entre eux. En effet, loin de s'en
tenir au dénominateur commun des méthodes, les
Quinze se sont efforcés de choisir la meilleure 7. On se reportera à Buchwald et Saglio (1994) pour une
méthode dans chaque domaine. Les règlements ont illustration de la non-comparabilité des indices nationaux
concerné : français et allemands.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


en allant dans le sens d'une amélioration des dans l'indice (17). Cependant, par un
méthodes de calcul de chacun des pays, ce mécanisme de biais de formule de calcul s'
règlement va également contribuer à une apparentant à celui décrit dans le point II de l'annexe II,
amélioration significative de la comparabilité des à chaque fois que le prix de départ du nouveau
indices de prix des Quinze. produit sélectionné par la procédure de tirage
au sort était bas (promotion ou saisonnalité), les
C'est pourquoi la France remplace hausses de prix consécutives étaient, dans
progressivement celles de ses formules de micro-indice qui l'indice américain, affectées mécaniquement
faisaient appel à une moyenne arithmétique des d'une trop grande importance. Inversement,
rapports de prix par des moyennes lorsque le prix du produit était haut, les baisses
14. Cf. point II de géométriques (14). La moyenne géométrique est adaptée successives étaient affectées mécaniquement
l'annexe IL, Ce aux micro-indices tels qu'ils sont calculés en d'une importance trop faible (Moulton, 1996).
remplacement concerne 12 500
micro-indices sur 25 000 France, où ils recouvrent des catégories très fines Cette erreur s'est révélée particulièrement forte
environ. Il a commencé de produits dont les caractéristiques techniques pour les indices des fruits et légumes frais aux
en janvier 1997 pour une sont proches et dont les prix sont relevés dans la États-Unis. Au total, elle est estimée au chiffre
moitié des micro-indices
concernés et sera total zone d'achalandise que constitue une assez élevé de 0,25 %. Par contre, dans l'indice
en janvier 1999. Une agglomération. Elle ne serait pas forcément adaptée à français, le problème n'a touché qu'un tiers de
introduction progressive, des familles de produits plus larges, pour la pondération de l'IPC, à l'exclusion
mais néanmoins lesquelles les élasticités de substitution pourraient notamment des produits frais pour lesquels une autre
compatible avec le règlement
européen, a été préférée être plus faibles (15). Les simulations faites sur formule de calcul (non chaînée) est utilisée. Il
à un changement massif les années récentes ont montré que ce n'a pas non plus été affecté pas les produits en
instantané pour des
raisons de comparabilité changement conduit, toutes choses égales par ailleurs, promotion. En effet jamais un nouveau produit
temporelle des séries. À à une baisse moyenne de l'indice d'ensemble n'y est introduit lorsqu'il est en promotion.
noter également que les estimée à environ 0,10 % par an pour les années Tous les facteurs qui ont joué aux États-Unis
12 500 autres
micro-indices utilisent comme récentes. Il n'y aura donc progressivement plus pour accentuer l'impact de cette dérive due à
formule de calcul un rapport aucune crainte ni de biais de substitution de l'utilisation de la moyenne arithmétique dans
de sommes de prix niveau détaillé ni de biais de formule de calcul un contexte de chaînage n'existaient donc pas
(RSP). Ce micro-indice
est utilisé depuis très en France. en France (18). Aux États-Unis, le BLS a
longtemps dans l'IPC procédé l'an dernier à une correction spécifique
pour les variétés dites permettant d'éliminer ce biais à compter de
« homogènes ». Il est
accepté par le règlement Un écart moyenne géométrique/ 1996(19).
européen. Les résultats moyenne arithmétique plus fort
de simulation sur la aux États-Unis Ensuite, les calculs sur lesquels la commission
formule RSP montrent que
bien qu'elle puisse Boskin a basé son appréciation du biais de
conduire à des différences L'ampleur de la correction apportée par substitution de niveau détaillé ont bien consisté,
par rapport à la moyenne l'introduction de la moyenne géométrique en France comme en France, à comparer l'indice officiel
géométrique variété par
variété, les calculs sur (0,10 %) est nettement inférieure à ce que la
plusieurs dizaines de commission Boskin avance pour les États-Unis
variétés convergent vers en se basant sur un même type de calcul, c'est-
les mêmes résultats que
cette dernière. La à-dire en comparant un indice calculé avec des
formule RSP n'est pas micro-indices formés de moyennes
affectée par le biais de 15. L'introduction de la moyenne géométrique en France s'est
géométriques plutôt que de moyennes arithmétiques. accompagnée d'une analyse d'impact variété par variété. Cette
formule de calcul. En effet, aux États-Unis la différence serait de analyse aconduitnotammentà modifierla définition de certaines
0,50 %, conduisant la commission Boskin à variétés dans le sens d'une plus grande précision, pour rendre
les produits plus homogènes.
estimer un biais de formule de calcul de 0,25 % 16. Nous employons l'imparfait car, comme en France, le biais
et un biais de substitution de niveau détaillé de de formule de calcul appartient aussi au passé aux États-Unis
0,25 % également. L'écart avec le résultat pour puisque leBLSa procédé à sa correction à partir de 1996. Dans
ce cas la correction n'a pas été faite, comme en France, en
la France s'explique de deux façons. introduisant une moyenne géométrique, mais en rectifiant les
pondérations implicites de l'indice chaîné.
D'abord, aux États-Unis, le biais de formule de 1 7. Il pourrait y a voir biais de sélection si par exemple tous les
enquêteurs choisissaient la même marque de chocolat au lait
calcul était par construction, beaucoup plus fort pour représenter la variété « chocolat au lait ». La procédure
qu'en France (16). En effet, pour 70 % des américaine, reposant un choix probabiliste du produit, élimine ce
variétés de l'indice américain, 20 % des biais.
18. Pour être néanmoins tout à fait complet, il a été découvert
produits qui les constituent sont systématiquement récemment que le problème était présent dans l'indice français
retirés au sort chaque année. Cette procédure à un niveau intermédiaire d'agrégation (Poinat, 1996). Le biais
très sophistiquée permet d'éliminer les biais de ainsi créé s'est révélé négligeable, de l'ordre de 0,01 % par an.
19. Sans toutefois réviser le passé de l'indice. Le 0,25 % de biais
sélection des produits et assure un de formule de calcul s'applique donc toujours aux années
renouvellement automatique au 1/5 des produits suivis antérieures à 1996.

10 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


et, toutes choses égales par ailleurs, le même mineurs) augmentait de 3,4 %. Recalculé
indice recalculé en remplaçant les formules de en excluant les séries qui avaient fait l'objet
moyenne arithmétique par des moyennes d'une disparition-remplacement au cours de
géométriques. Mais, contrairement à la France, ce l'année, le même indice d'ensemble n'évoluait
remplacement a été effectué non seulement au plus que de 0,14 % (Armknecht et Weyback,
niveau le plus détaillé mais aussi au niveau 1989). Plus récemment, en 1995, le même indice
intermédiaire, augmentant ainsi son impact. américain a été recalculé mais non pas en
excluant les produits qui avaient fait l'objet
L'utilisation de moyennes géométriques au d'une disparition/remplacement mais en
niveau intermédiaire n'est pas forcément annulant les procédures statistiques utilisées au
recommandée ainsi que le BLS lui-même l'a rappelé cours de l'année 1995 par le BLS pour éliminer
(Môulton, 1996). En effet, l'élasticité de l'effet du changement de qualité. L'indice
substitution à ce niveau pourrait dans certains cas être aurait alors augmenté de 2,5 % de plus que
plus proche de 0 que de 1 . On comprend dès l'indice originel (Abraham, 1997).
lors la prudence du BLS quant à l'application
de la recommandation trop systématique
d'introduction de la moyenne géométrique par la Comparer les prix « à qualité égale »
commission Boskin (Abraham, 1 997).
À chaque disparition/remplacement, le prix du
produit qui remplace le produit que l'on ne
retrouve plus sur les rayons doit néanmoins être
Les nouveaux produits comparé au prix de ce dernier. Pour évaluer la
variation des prix entre l'ancien et le nouveau,
il faut corriger le rapport des prix de
Une des difficultés majeures de la l'éventuelle différence de qualité entre les deux
construction des indices de prix réside dans la produits (22). Par exemple, si on remplace un
contradiction qu'il y a entre la fixité des produits modèle de voiture sans climatisation avec le
nécessaire au principe même de calcul d'une même modèle mais équipé de la climatisation,
comparaison des prix à deux périodes on ne pourra bien sûr pas comparer directement
dif érentes et la réalité économique qui est faite leurs prix. Il faudra estimer le « prix » de la
20. Pour alléger le d'apparition de nouveaux produits (20) et de climatisation, par exemple en se fondant sur le
texte, on utilisera dans disparition de produits obsolètes. L'exposition prix qui était donné dans le catalogue du
ce chapitre le terme de
produits bien qu'en du problème sera peut-être plus claire en constructeur lorsque la climatisation était en option,
toute rigueur il serait distinguant deux cas : d'abord, le cas qu'on appellera et l'ôter du prix du nouveau modèle pour aboutir
préférable de parler de le « renouvellement des produits » consistant à la variation des prix « à qualité égale ». Dans
« nouveaux biens et
services », Les « dans le remplacement d'un produit suivi dans cet exemple cette opération apparaît comme
nouveaux services » l'indice par un produit proche, et ensuite, le cas relativement facile, l'estimation de la valeur de
représentent probablement des nouveaux produits n'ayant pas (ou presque) l'option « climatisation» étant relativement
la plus large part des
« nouveaux produits ». d'équivalents dans le passé. simple. On conçoit aisément que dans d'autres
cas ce traitement puisse être beaucoup plus
difficile, la notion de qualité, et plus encore son
Les méthodes statistiques pour traiter estimation chiffrée, étant souvent insaisissable.
le renouvellement des produits
Les constructeurs d'indice de prix reconnaissent
Le renouvellement des produits affecte volontiers qu'il y a là une source majeure de
fortement l'IPC. Dans l'IPC français, 30 % des
produits dont on suit les prix dans les points de 21. Ramenés au nombre d'observations faites au cours de
vente classiques sont affectés par une l'année, le chiffre est bien entendu inférieurpuisque les produits
disparition/remplacement au cours d'une année (21). sont observés 12 fois dans l'année. Cette remarque anodine
En chiffres absolus, cela fait plus de 30 000 cas permetderelativiserleproblèmedurenouvellementdesproduits
en cas d'inflation forte. Nota : Les chiffres et pourcentages
par an de disparitions -remplacements. concernant les remplacements/disparitions qui sont cités dans
Plusieurs statistiques, calculées sur l'indice cettepartiedel'articlesontcalculéssurlaseulepartiedes relevés
américain mais probablement extrapolables à la de prix qui sont effectués directement dans les magasins par les
enquêteurs de l'insee. Ils représentent approximativement90%
France, permettent de se rendre compte de la de l'indice en termes de nombre de relevés. Les secteurs exclus
sensibilité de l'IPC à ces traitements dans un de ces chiffrages sont ceux dont la collecte des prix est effectuée
sens comme dans l'autre, au moins en période de manière centrale (automobile, électricité, gaz, SNCF,
transports aériens, etc.).
d'inflation modérée. Ainsi, en 1984, l'IPC 22. C'est ce que les constructeurs d'indices de prix français
américain hors logement (et quelques autres postes appellent le « traitement de l'effet-qualité ».

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 11


problème. La théorie simple des indices présentée produit sont « chaînées », d'où le nom de la
plus haut n'est pas très éclairante puisqu'elle méthode. Celle-ci revient en fait à considérer que la
suppose, par définition, que les produits existent différence de prix entre les deux produits à la
à la période de base et à la période courante. Or ce période t est exactement égale à la différence de
n'est précisément pas le cas. La référence de la qualité, ce que validerait en quelque sorte le
théorie au principe de conservation du niveau différentiel de prix observé sur le marché,
d'utilité du consommateur permet cependant supposé équilibré à cette période (24). Pour prendre
d'éclairer l'objectif que doit se fixer le un exemple, imaginons que la machine à laver
statisticien. Quand un produit en remplace un autre, la Y est remplacée par un nouveau modèle Y',
variation de prix doit être calculée après avoir plus performant, vendu 500 F plus cher. Le prix
ramené les deux produits à un niveau d'utilité de la machine Y a été suivi dans l'indice
égale. Mais déjà difficile à cerner dans le cas jusqu'en avril 1997. À cette même date, on
d'un consommateur, cette notion l'est encore observe aussi le prix de la machine Y', dans le
plus pour des millions de consommateurs. même magasin. Comme les deux machines sont
vendues en même temps sur le même marché,
Il ne faut bien entendu pas en conclure qu'il on suppose donc que les 500 F de différence
n'existe pas de méthodes statistiques représentent la valeur que les consommateurs
appropriées. Écartons d'abord les malentendus les accordent à la différence de performance. Le
plus évidents. En premier lieu, on ne compare mois suivant, la machine Y a disparu du marché, on
jamais directement dans l'IPC les prix de fait entrer alors dans le calcul de l'indice la
produits de qualité objectivement différents. Pour variation du prix de la machine Y'. L'inflation sur
reprendre notre exemple plus haut, tout sera fait cette machine entre mai et avril est donc mesurée
pour éviter de comparer directement le prix en comparant, en mai, le prix de la machine Y'
du modèle avec climatisation de celui du modèle moins 500 F, au prix de la machine Y en avril.
sans climatisation. En second lieu, les procédures
de collecte sont conçues pour que l'enquêteur - « Comparaison directe » (ou « remplacement
remplace le produit disparu par un produit le en équivalent ») : cette méthode consiste à
plus proche possible de manière à minimiser trouver un nouveau produit qui puisse être
l'ampleur même de l' effet-qualité et par là considéré comme « équivalent » à l'ancien produit.
l'erreur qui pourrait être faite sur son estimation. Toute la différence de prix entre les deux
Une fois ce cadre défini, voyons maintenant produits est donc alors traitée comme une variation
les quatre méthodes utilisées pour traiter ces cas. « pure » de prix (i.e. la « qualité » des deux
produits est considérée comme égale). Pour les
- « Chaînage » (« linking » ou « splicing », variétés dites homogènes, les enquêteurs de
autre version française : « remplacement en l'Insee ont ainsi pratiquement l'obligation,
dissemblable ») : cette méthode est probablement lorsque le produit dont ils avaient noté le prix
la plus communément utilisée dans les indices au mois précédent a disparu, de retrouver un
de prix pour sa simplicité et un certain produit dont les caractéristiques techniques
fondement économique. Elle intervient dans 60 % peuvent être considérées comme égales (25).
des cas de remplacement de produits observés
23. Et exclusivement en magasin en France (23). Si on étend le concept
dans le cas des variétés 24. Il revient au même de présenter cette méthode d'une façon
dites « hétérogènes ». de remplacement à la recomposition régulière quipeut, à première vue, paraître plus neutre sur l'estimation de
de l'échantillon qui est effectuée au mois de l'effet-qualité. On dit alors que l'indice de prix est construit en
décembre de chaque année et aux secteurs dont chaînant des maillons mensuels n'étant constitués que de
produits existant aux deux mois consécutifs. Mais croire que
les prix sont collectés centralement, alors ce cette présentation de la méthode résout par miracle le problème
chiffre serait même plus important. La de l'évaluation de l'effet-qualité est trompeur. La méthode
méthode, dans sa forme pure, suppose que l'ancien suppose simplement que la totalité de la différence de prix
observée à un instant t s'explique par la différence de qualité.
et le nouveau produit sont observés sur le 25. Parmi les 1000 variétés de l'IPC, environ la moitié sont des
marché au cours de la même période t (on verra variétés dites « homogènes » et l'autre moitié des variétés dites
cependant que ce n'est pas le cas dans la pratique). La « hétérogènes ». Les variétés « homogènes » sont constituées
variation de prix de l'ancien produit est utilisée de produits dont les caractéristiques sont très précisément
définies et dont les niveaux de prix sont donc très proches. Par
pour mesurer la variation de l'indice principe, les remplacements dans les variétés homogènes font
d'ensemble entre t-1 (et les périodes antérieures) et t. appel à la méthode de la comparaison directe. Les variétés
« hétérogènes » sont elles constituées de produits dont les
Puis, l'ancien produit ayant disparu, c'est la caractéristiques sont moins précisément définies. Elles peuvent
variation de prix du nouveau produit qui va donc contenir des produits moins proches les uns des autres.
jouer sur l'indice d'ensemble entre t et t+ 1 (et les Bien que les consignes de collecte conseillent le remplacement
périodes ultérieures). En d'autres termes, les par comparaison directe dans tous les cas, il est difficile de la faire
en pratique et il y a beaucoup de remplacements fondés sur la
variations de prix du nouveau et de l'ancien méthode du chaînage dans les variétés hétérogènes.

12 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


Cette méthode concerne 40 % des cas de machines à laver, l'idée est que si on ne trouve
remplacements des produits observés en magasin pas l'ancienne machine à laver Y au mois
dans l'indice français. suivant, c'est que justement la nouvelle machine
Y' est vendue à un prix qui a éliminé l'ancienne
- « Non-remplacement » : l'ancien produit qui machine du marché. Le prix théorique
a disparu n'est pas remplacé, le mouvement des d'équilibre de la machine Y' serait donc supérieur à
prix de sa famille de produits est dorénavant 500 F de plus que celui de la machine Y. Égaler
simplement suivie par les produits « restants ». l'effet qualité à ces 500 F sous-estimerait sa
Cette méthode intervient très rarement dans valeur et on surestimerait donc la variation des
l'indice français. prix puisqu'il y aurait eu en fait baisse des prix
au lieu d'une stabilité. Ceci jouerait si le prix du
- « Estimation explicite de la différence de nouveau produit était plus élevé que le prix de
qualité » : il s'agit alors d'estimer l' effet-qualité l'ancien produit (cas de notre machine à laver),
par des méthodes directes (coût des options, mais aussi s'il lui était égal ou même inférieur.
estimations du coût de l'amélioration de la qualité Un autre exemple : ainsi celui de la firme F',
par les producteurs, méthodes économétriques concurrente et plus performante (ou plus
souvent qualifiées « d'hédoniques »). Bien agressive) que la firme F, qui vendrait un
appliquées, ces méthodes constituent l'approche microordinateur plus puissant que celui de la firme F
statistiquement la plus convaincante du au même prix, gagnant des parts de marchés sur
traitement de « l' effet-qualité ». Malheureusement, cette dernière. La méthode du chaînage
elles sont très coûteuses et les instituts de considérerait alors dans ce cas qu'il n'y a pas baisse
statistique, aux États-Unis comme en France, n'ont de prix entre le micro-ordinateur de la firme F et
pas pour le moment les moyens de les appliquer celui de la firme F', bien que le
autrement que sur une échelle très réduite. En micro-ordinateur de cette dernière soit plus puissant que
France, elles sont appliquées principalement l'autre à prix égal. La conséquence serait donc
pour l'automobile compte-tenu de là aussi de surestimer l'inflation.
l'importance de ce poste dans l'IPC et de la qualité de
l'information disponible dans ce secteur C'est d'ailleurs bien ce que l'on trouve dans les
(catalogues donnant de nombreuses études statistiques appliquées au marché des
caractéristiques, prix des options, etc.). micro-ordinateurs. La différence entre un
traitement par chaînage et un traitement tenant
Aucune de ces quatre méthodes n'est parfaite. compte complètement de l'effet qualité a été
Il serait de toutes façons illusoire de croire qu'il estimée à -4,4 % par an pour la France à la fin des
existe et des réponses théoriques à toutes les années quatre-vingt pour ce marché (Moreau,
questions posées par les nouveaux produits et 1991). Ainsi, l'indice des micro-ordinateurs
les moyens pratiques de les appliquer si même (base 100 au premier trimestre 1988) traité
ces réponses théoriques existaient. Il faut aussi
penser que l'indice de prix repose sur une Graphique
collecte décentralisée et que les procédures de La prise en compte des performances
remplacement doivent donc être simples et des micro-ordinateurs accélère
facilement applicables. À l'instar de la commission la baisse de prix
Boskin, on peut néanmoins se poser la question (1988-1991)
de savoir si, au total, ces méthodes ont tendance Indice des prix des micro-ordinateurs (100 = janvier 1988)
à systématiquement aller dans un sens ou si les 100
erreurs peuvent jouer dans les deux sens. Indice des prix basé sur la méthode du chaînage
95
4
90
Le chaînage 85
80
Pour que la méthode de chaînage fonctionne,
même lorsqu'elle est appliquée parfaitement, il 75
faut supposer que le marché du produit est en 70
équilibre stable. Cette hypothèse n'est pas de la performance
Indicedes
de prix
nouveaux
tenant produits
compte ^ *^ -
65
toujours vérifiée. En pratique, le nouveau produit
peut gagner des parts de marché sur l'ancien 60
produit, traduisant peut-être le fait que la
différence de prix instantanée sous-estime la
différence de qualité. Dans l'exemple de nos Source : Prix de Vente Industriels, Insee (Moreau, 1991)

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 13


complètement pour le corriger des effets chaînage. Si, en théorie, elle suppose qu'on ait
qualité était égal à 61,6 au premier trimestre 1991 observé le produit remplacé et le produit
tandis que, en utilisant la méthode de chaînage, remplaçant à la même période, elle n'est appliquée
il se situait sensiblement au-dessus, à 70,9, à la dans la pratique que sous une forme
même période (cf. graphique). Les quelques approximative. En effet, le plus souvent, les deux produits
autres études approfondies, basées ne peuvent pas être observés simultanément sur
généralement sur des méthodes économétriques (dites le marché, c'est-à-dire le même mois. Tout se
« hédoniques »), concluent dans le même sens. passe alors comme si le prix de l'ancien produit
Mais elles portent sur des biens « high-tech », était estimé pendant toute la période de non-
dans des marchés très concurrentiels et ne peuvent recouvrement (un mois, ou parfois plus) en
être extrapolées directement à l'ensemble des utilisant la variation des prix des autres produits
biens et services. Il y a en effet probablement observés de la même famille, avant de faire
des cas où l'erreur pourrait être dans l'autre sens. l'objet du chaînage. La méthode de chaînage se
double alors d'une méthode d'estimation de prix
manquants. Malheureusement, il arrive souvent
L'hypothèse de hausses de prix que cette estimation de prix manquants ne soit
masquées ne peut être écartée pas toujours possible ou plutôt qu'elle soit
limitée à la reconduction du dernier prix observé
On ne peut en effet écarter, pour certains (avant solde). Alors, l'hypothèse déjà forte du
marchés, l'hypothèse de hausses de prix masquées chaînage se double d'une hypothèse implicite et
par le producteur à l'occasion de changements discutable de non-variation des prix entre les deux
de produit et conduisant la méthode de périodes.
chaînage à annuler abusivement une hausse de prix.
Même dans un contexte relativement Dans le cas des produits de l'habillement les
concurrentiel, un « marketing » bien fait d'un produit, plus soumis à l'effet de mode (ceux qui
même de grande consommation, permet subissent fortement le cycle des collections d'hiver
probablement de vendre à un prix au-dessus de la et d'été), les disparitions-remplacements de
différence de qualité intrinsèque. Il y a le cas aussi produits d'une année sur l'autre peuvent
des prix contrôlés, pour lesquels il faut'souvent affecter jusqu'à 80 % de l'échantillon. La méthode
justifier une hausse de prix par une de chaînage est appliquée pour la moitié de ces
modification de qualité. Il n'est pas impossible qu'alors remplacements. Elle va alors annuler
des modifications de qualité soient totalement la différence de prix entre les collections
surestimées, ce qui conduit la méthode de chaînage à en l'affectant implicitement à un effet de mode,
sous-estimer la hausse des prix dans l'indice. ce qui apparaît bien sûr injustifié. Mais de plus,
Le cas des médicaments remboursables en est la méthode est souvent appliquée en faisant
peut-être un exemple car leurs prix sont l'hypothèse implicite qu'il n'y a pas de variation
encadrés (Jacobzone et al. 1997). L'hypothèse que de prix pendant toute la période de
des hausses de prix masquées interviennent à non-recouvrement qui, dans le cas de ces produits, peut
l'occasion de l'apparition de variantes de atteindre un an. En cas de tendance réelle à la
produits existants a été émise par plusieurs hausse des prix, ceci aura pour effet de biaiser
économistes. Le traitement de ces « nouveaux l'indice vers le bas (26). Sans que cela en puisse
médicaments » dans l'indice relevant de la constituer une preuve puisqu'il peut y en avoir
méthode de chaînage, celle-ci annulerait donc par de nombreuses autres raisons, on constate que
construction ces hausses de prix masquées et les indices de prix à la consommation des robes,
sous-estimerait donc l'inflation dans ce secteur. jupes et autres « vêtements de dessus » de femme
Sans que ceci en puisse être considéré comme se situent plus bas que les indices des autres
une preuve, car il y a de nombreuses autres produits de l'habillement, notamment les produits
raisons qui peuvent l'expliquer, on peut constater de lingerie-bonneterie, qui sont moins soumis
que l'indice de prix des médicaments croît aux cycles des collections et donc moins affectés
relativement beaucoup moins vite que l'indice par les disparitions-remplacements. Une étude
d'ensemble. américaine (Reinsdorff, Liegey et Stewart, 1996)
suggère également que la méthode de chaînage a
pu conduire à une sous-estimation de l'inflation
Des doutes dans le cas de l'habillement dans le cas de l'habillement aux États-Unis.

Des doutes dans le même sens existent aussi


dans le cas de l'habillement. Pour les comprendre 26. Mais en cas detendance réelle àlabaisse desprix, cedaurait
complètement, il faut revenir sur la méthode de pour effet de biaiser l'indice vers le haut.

14 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


Au total, les défauts de la méthode de chaînage, biens ait diminué sans que ces détériorations de
lorsqu'ils existent, ne permettent pas de préjuger la qualité aient été enregistrées dans l'IPC. On
du sens dans lequel les erreurs se produisent. entend souvent ainsi des critiques sur la qualité
C'est le cas aussi pour la deuxième méthode décroissante de la baguette de pain, symbole
la plus utilisée, celle de la comparaison directe, s'il en est de la consommation alimentaire
qui intervient dans 40 % des cas en France. française. Si cela était vrai (pour un même point de
vente), il est probable que cette détérioration
soit passée inaperçue dans l'IPC. De même la
La comparaison directe possible détérioration de la durabilité de
certains biens d'équipement ménager avait été
La comparaison directe se fait lorsque l'enquêteur avancée notamment lors du débat du début des
réussit à trouver un produit de remplacement dont années soixante-dix sur l'IPC français (Piriou,
les caractéristiques soient suffisamment proches 1983). La possible détérioration de certains
du produit remplacé pour être considéré comme services publics (augmentation de l'insécurité
« équivalent » à ce dernier. Toute la différence de dans le métro, par exemple) a été avancée par
prix entre les deux produits est alors considérée plusieurs économistes américains à l'occasion
comme une « vraie » différence de prix (i.e. on du débat autour du rapport de la commission
considère qu'il n'y a pas de changement de Boskin (Norwood, 1995 ; Kuttner, 1995).
qualité). C'est la méthode que l'on essaie de privilégier
dans les procédures de collecte de l'indice des prix.
Elle a en effet l'immense avantage de ne pas avoir, Les « vrais » nouveaux produits
apparemment, à faire de chiffrage sur la variation
de qualité. Cependant, elle est mise en défaut dès Bien que n'étant en fait qu'une variante du
que des améliorations ou des détériorations non traitement des disparitions-remplacements, le
apparentes ou ne faisant pas partie des problème devient encore plus complexe lorsque
caractéristiques définissant le produit interviennent. L'erreur les produits nouveaux n'ont pas vraiment
qui se produit alors est qu'on ne procède à aucun d'équivalent dans le passé. Comme exemples,
remplacement ni traitement alors même qu'il on peut citer un service tout simple comme la
devrait s'imposer puisque la qualité change. livraison de pizzas à domicile qui s'est
largement développée ces dernières années ou des
Une illustration d'une erreur dans le sens d'une produits plus « high-tech » comme les jeux
possible surestimation pourrait en être donnée vidéo interactifs ou les téléphones mobiles.
dans le cas français pour l'indice de la réparation Deux problèmes se posent alors : quand faut-il
automobile. Une bonne partie des relevés de prix inclure ces nouveaux produits dans l'indice, et
concernent en effet des tarifs horaires. Dans le comment faut-il les inclure ?
long terme, ceci ignorerait donc la possible
diminution du temps passé sur une opération bien Certains économistes ont critiqué le retard avec
déterminée. On peut noter dans ce cas que la lequel les nouveaux produits seraient intégrés
comptabilité nationale française a été amenée, au dans l'IPC. Les prix des nouveaux produits,
moins une année, à corriger sensiblement l'IPC surtout dans les secteurs utilisant de la haute
de ce poste vers le bas. Un autre exemple, dans le technologie, suivent une courbe en forme de L
même sens, pourrait être constitué par le service plus ou moins marquée. Le nouveau produit est
des « cartes bancaires ». L'IPC suit le prix de introduit dans le marché à un prix élevé (avec
l'abonnement annuel à la carte bancaire. Or, en de faibles quantités de vente). Rapidement,
l'espace de 10 ans, deux phénomènes se sont l'optimisation de la production et
produits : le nombre de guichets automatiques l'accroissement des ventes permettent une baisse de prix.
(DAB) a très fortement augmenté et certains Ayant ensuite atteint sa « maturité », le prix de
services annexes (assurance- voyage et autres) ont l' ex-nouveau produit va se stabiliser tandis
été ajoutés aux services de base de la carte qu'un autre nouveau produit va se substituer au
bancaire. Ces améliorations de la qualité du service précédent et entrer dans son propre cycle de
rendu par la carte bancaire n'ont pas été défalqués prix. Par conséquent, dans le cas où les
de son prix dans l'IPC. À vrai dire, la mesure de constructeurs d'indices de prix tarderaient
ce qu'il aurait fallu défalquer aurait été bien systématiquement à faire entrer les nouveaux produits
problématique. dans l'indice, ils ne retiendraient que la partie
de la courbe qui traduit la période de maturité
Mais il n'y a pas que des exemples dans ce sens. du produit, ignorant la première partie de la
On ne peut exclure en particulier que la qualité courbe, celle qui est en baisse. Le tout
de certains services et la durabilité de certains contribuerait ainsi à la surestimation de l'IPC.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 15


On peut noter tout d'abord que cette critique année, au même prix. Un indice classique de
ignore que la pondération avec laquelle les prix à la consommation n'enregistrera aucun
nouveaux produits rentreraient dans l'indice si on mouvement, même s'il intègre les nouvelles
les faisait rentrer au tout début de leur cycle destinations aussi vite qu'elles apparaissent.
serait extrêmement faible. Ensuite, cette Pourtant, la valeur réelle de l'offre de
critique affecte moins l'indice français que voyages a visiblement augmentée.
d'autres. En effet, parallèlement à la mise à jour
annuelle des pondérations des postes, on Cependant, l'effet sur les prix est très difficile à
procède chaque année dans l'IPC français à une déterminer. Il faudrait estimer ce que certains
mise à jour approfondie des 1000 « variétés » auteurs ont appelé le prix de réservation, qui
qui constituent les familles de produits les plus correspondrait au prix qui annulerait la
détaillées dont on suit les prix. Chaque année demande à la période précédente. Il n'existe
près de 100 variétés sont modifiées, introduites, encore aucune ou presque expérience pratique de
ou abandonnées. Le principal objectif de cette telles estimations dans des cas de produits aussi
mise à jour consiste à introduire dans l'indice nouveaux. D'autre part, si on pouvait l'estimer,
les produits les plus récents dès que leur part de il n'est pas alors sûr qu'il faille alors introduire
marché atteint un montant significatif. Un le nouveau produit le plus tôt possible. En effet,
règlement européen est venu encore renforcer l'estimation du prix de réservation du nouveau
cette procédure en obligeant un pays membre produit à la période précédant celle de son
à introduire un nouveau produit dès que l'un introduction serait très délicate à faire au moment
des autres 14 pays membres l'a fait et que ce même où le marché du produit est très étroit et
nouveau produit représente au moins 1 pour limité à des couches supérieures de
1000 de la pondération de son indice consommateurs acceptant des prix très élevés. En
d'ensemble. particulier, rien ne dit que l'introduction du produit à
ce moment avec ce type de traitement
n'entraînerait d'ailleurs pas une hausse des prix,
Un nouveau produit augmente Futilité compensant la baisse qui ne serait pas observée du
dès son introduction fait du retard d'introduction du produit. Là
encore, on ne peut donc pas conclure si facilement
Mais la vraie question est de savoir comment que les erreurs vont toujours dans le sens d'une
on fait rentrer ces produits dans l'indice ? La surestimation.
pratique actuelle consiste implicitement à
utiliser la méthode du chaînage. Prenons un Malgré toutes ces incertitudes, de nombreux
exemple comme la téléphonie mobile. Une économistes, dont ceux de la commission
fois que l'on aura considéré que ce service Boskin, pensent que, nos économies
constitue un poste significatif des dépenses concur entiel es conduisant à une amélioration globale de la
des ménages (27), cette variété sera qualité et de la gamme des produits, la majorité
introduite en décembre de l'année courante dans le des erreurs de traitement dans l'indice des prix
nouvel échantillon de biens et services qui est se produisent dans un sens, celui de la sous-
établi à chaque fin d'année. La variation des estimation de l'amélioration de la qualité, et qu'il
prix de la téléphonie mobile interviendra y a donc globalement une surestimation de
donc à partir du mois de janvier suivant dans l'inflation. Nous avons vu cependant que rien
l'indice d'ensemble, avec son poids propre, pour l'instant ne permet d'aller au-delà d'un
comme un autre produit quelconque. Mais faisceau de soupçons. Nous allons voir
jamais on n'aura mesuré la baisse (ou la maintenant que tous les chiffres qui circulent sur cette
hausse ?) de prix de ce nouveau produit au source de surestimation, dont celui de la
moment de son introduction. Certains commission Boskin, sont fragiles et probablement
économistes en tirent la conclusion qu'il y a là aussi exagérés. Avancer un chiffre quelconque sur ce
source de surestimation de prix car problème dans l'état actuel de nos
l'introduction d'un nouveau produit améliore par connais ances n'est guère raisonnable.
définition l'utilité du consommateur. Pour
l'expliquer, prenons un exemple simpliste
(Oulton, 1995). Supposons que les ménages
prennent deux mois de vacances par an à 27. Une faut pas confondre les dépenses des ménages et celles
l'étranger sous la forme de voyages des entreprises. Dans le cas de la téléphonie mobile il est clair
organisés. Supposons également que les prix des que les premiers achats ont été essentiellement le fait des
entreprises et ne devaient donc pas figurer dans l'IPC. Ce n'est
voyages organisés ne changent pas mais que que depuis peu que le marché s'est étendu directement aux
la gamme des destinations s'enrichit chaque ménages.

16 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


On ne peut pas réellement estimer pouvaitpas exclure des cas de sous-estimation.
le biais de nouveaux produits... D'autre part, il y a erreur de double compte.
C'est pourtant essentiellement l'origine d'un
Il n'existe pas en effet d'étude générale qui chiffre de 0,6 % qui a été largement repris dans
permettrait de chiffrer ne serait-ce qu' plusieurs articles.
approximativement le problème. La seule voie objective
consisterait à recalculer tous les indices avec de
« bonnes » méthodes. Pour cela, il faudrait ... ni par l'approche de la commission
disposer de la connaissance de ces méthodes et en Boskin
même temps des données permettant d'estimer
les effets-qualité à partir de ces dernières. Dans Plutôt que d'extrapoler des études partielles
la pratique, il y a de nombreux cas où les comme cela avait été fait dans d'autres études
économistes eux-mêmes ne savent pas quelle serait la similaires, la commission Boskin s'est donc
bonne méthode. Existerait-elle que les données lancé dans une estimation, classe de produit par
pour l'estimer seraient extrêmement coûteuses classe de produit, basée sur un raisonnement
à réunir. Tous les auteurs qui ont écrit sur le économique général et des estimations
biais de nouveaux produits en sont donc réduits directes. Elle aboutit à un chiffre global d'un biais de
soit à extrapoler des études partielles, soit, nouveaux produits de 0,6 % par an. Les
comme la commission Boskin, à se baser sur raisonnements faits par la commission sont le plus
des estimations intuitives. Les deux approches souvent très bien informés et intéressants.
sont très fragiles et contestables. Cependant, certains de ses critiques américains
ont utilisés pour qualifier son approche le mot
de « guesstimates ». Pour illustrer cette attaque,
... ni par des extrapolations d'études on prendra l'exemple du raisonnement que fait
partielles... la commission sur les fruits et légumes. Elle
estime le biais de non-prise en compte de la
Plusieurs études approfondies, utilisant des qualité pour les fruits et légumes à 0,6 % par an
données réelles et basées sur des méthodes depuis trente ans (30). Ce chiffre est
rigoureuses, ont été publiées qui vont directement issu de l'affirmation suivante que « le
effectivement dans le sens d'un constat de consommateur moyen d'il y a trente ans aurait
sous-estimation par l'IPC de l'augmentation de la qualité été probablement prêt à payer un prix 20 % plus
et donc de surestimation de l'inflation. Nous élevé pour avoir à cette époque la gamme de
en avons cité une, française, sur les fruits et légumes dont il dispose aujourd'hui en
microordinateurs. Il en existe d'autres, américaines, hiver par rapport à celle dont il ne disposait pas
également sur les ordinateurs (Bernt, Griliches en hiver il y a trente ans ». Comme cet effet
et Rapoport, 1995) mais aussi sur les n'aurait pas été pris en compte dans l'IPC, il
médicaments (Griliches et Cockburn, 1994). L'étude suffit donc de prendre la racine 30ème de 1 ,2
la plus large et la plus citée est américaine et pour obtenir 1,006, d'où le 0,6 % de biais
concerne tout le secteur des biens durables aux annuel pour les fruits et légumes.
États-Unis (Gordon, 1990). Elle situait la
surestimation à 1 % par an pour les années soixante-dix Ce raisonnement est discutable pour trois
pour ces produits pris globalement (28). Pour raisons. D'abord, pourquoi 20 %, pourquoi pas
fixer les idées, les biens durables représentent 10 % ou même 30 % ? Cette hypothèse est
10 % de l'indice d'ensemble en France. totalement subjective et ne s'appuie sur aucune
L'impact mécanique de cette surestimation sur autre donnée que l'appréciation de la commission
ce dernier serait donc de 0,1 %. Cependant, elle-même. Ensuite on notera qu'aucune
ainsi que le souligne la commission Boskin provision, même subjective, n'est faite pour une
elle-même (29), l'estimation de ce 1 % par an éventuelle baisse de la qualité des fruits et des
inclut en fait plusieurs types de biais en même légumes eux-mêmes. Enfin, la commission
temps et ne peut être retenu comme introduit implicitement dans la notion de qualité
représentatif du seul biais de nouveaux produits. L'utiliser
pour procéder à une estimation d'un biais
global sur les nouveaux produits est donc
28. Gordon aboutit à une surestimation de 1,54 % par an sur la
doublement abusif. D'une part il y a extrapolation à période 1947-1983 se décomposant en 2,21 % sur la période
des classes de produits non étudiées au départ 1947-1960, 1,24 % sur la période 1960-1973 et 1,05 % sur la
par Gordon et pour lesquelles l'hypothèse la période 1973-1983.
29. R. Gordon en était membre.
plus conservatrice faite est qu'il n'y a pas de 30. Le fait que la surestimation surles fruits et légumes soit égale
surestimation. Or nous avons vu qu'on ne àcequelacommissiontrouvepourl'indiced'ensembleestfortuit.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 17


des éléments qui dépassent de toute évidence le Nouveaux circuits de distribution
champ actuel de ce que l'on peut mesurer. En
effet, en regardant de près l'hypothèse sur les
fruits et les légumes, on s'aperçoit que ce n'est En France comme ailleurs, de nouveaux
pas tant la qualité des produits eux-mêmes dont circuits de distribution à prix plus bas se
il s'agit mais le fait que la « gamme de produits sont multipliés, gagnant année après année des
soit plus large en hiver ». Ceci fait référence à la parts de marché de plus en plus importantes aux
proposition que la diversification de la gamme dépens des circuits de distribution
de produits est en soi une amélioration de traditionnels. Il s'agit de l'essor bien connu des grandes
l'utilité du consommateur. Si cette proposition surfaces. D'abord portant sur les super puis les
paraît conceptuellement acceptable, elle n'en hypermarchés, le mouvement a été relayé ces
reste pas moins encore impossible à chiffrer et dernières années par l'apparition des « hard-
ne peut donc être retenue dans une procédure discounters » et, dans le secteur des services,
opérationnelle comme élément de la qualité. Il par les chaînes de franchisés par exemple dans
faut ainsi garder à l'esprit que l'IPC ne pourra le secteur de l'entretien automobile ou des
jamais reposer que sur de ce qui est chiffrable travaux photographiques. Le même phénomène
dans l'évolution de la qualité. Si les est apparu dans le secteur des transports aériens
économistes ont à l'esprit de nombreux modèles du fait de la dérégulation.
d'explication, bien peu en sont au stade opérationnel
de la statistique. Or on va voir que la méthode de calcul de
l'indice des prix à la consommation, en France
La répétition du procédé utilisé pour les fruits comme ailleurs, pourrait ne pas tenir
et légumes par la commission Boskin pour un totalement compte des baisses de prix que peuvent
grand nombre de catégories de produits ne peut ressentir les consommateurs d'une région ou
donc pas masquer la fragilité des hypothèses de d'un marché lorsqu'un nouveau magasin ou un
départ et donc de l'estimation globale de 0,6 %. nouveau producteur de service s'y installe.
D'autre part, l'omission par la commission des D'autre part elle pourrait aussi sous-estimer les
cas où les méthodes utilisées pour les nouveaux effets de substitution si les pondérations de
produits (le cas de l'habillement en France chaque circuit de commercialisation n'étaient
ou aux États-Unis par exemple) pourraient pas mises à jour assez rapidement.
conduire, au contraire, à une sous-estimation de
l'inflation plaiderait en faveur d'un chiffre Dans le cas d'un nouveau magasin, la méthode
sensiblement plus faible (31). Mais nous n'allons utilisée est celle du chaînage, la même que celle
pas nous-même rentrer dans cette logique et que l'on a vu précédemment dans le cas des
nous ne nous risquerons donc pas à donner nouveaux produits. Elle revient à introduire les
notre chiffre. Dans un cas comme celui-là, la nouveaux relevés de prix à un niveau d'indice
réponse du statisticien doit être de reconnaître égal à l'indice des prix des anciens relevés de
son ignorance et de travailler à la réduire et non cette agglomération. Par exemple, si le prix du
à faire des estimations hasardeuses. litre de soda dans l'agglomération A était de
12F en décembre 1996 conduisant à un indice
Nous allons traiter maintenant de la question de de 112,3, base 100 en 1990, et qu'une nouvelle
savoir comment l'IPC doit traiter les gains de grande surface s'était installée dans cette même
parts de marchés des grandes surfaces qui agglomération dans laquelle on relevait pour la
vendent à des prix plus bas. Ce problème est première fois un prix de 8F le litre à la même
clairement lié aux deux problèmes traités plus haut. période, le niveau de départ de l'indice
Si l'on caractérise en effet une transaction sur élémentaire correspondant au soda dans cette nouvelle
un produit non seulement par les grande surface sera aussi égal 1 12,3. Sa fusion
caractéristiques physiques du produit lui-même mais par avec les autres indices de l'agglomération ne
les services connexes qui l'entourent, le conduira donc pas à une baisse de l'indice de
phénomène des nouveaux circuits de distribution
s'apparente d'une part à un phénomène de
substitution entre produits (gains de parts de
marchés des grandes surfaces existantes) et
d'autre part à un phénomène de nouveaux 31. Dans le cas français, l'absence dans l'indice des prix des
services hospitaliers contribuerait paradoxalement à réduire le
produits (création de nouvelles surfaces de vente). biais s'il existait. En effet, tous les auteurs américains s'accordent
L'ampleur du phénomène des nouveaux à localiser une forte surestimation de la hausse des prix dans ce
domaine, les indices existants ne prenant que rarement en
circuits de distribution amène cependant à le compte les améliorations que les nouvelles techniques
traiter à part. médicales apportent aux résultats des soins.

18 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


32. Il est à noter que le prix du soda dans l'agglomération A (32). circuit de commercialisation n'étaient pas
fait que l'indice des prix L'indice n'enregistrera une variation que si les mises à jour régulièrement, tout comme dans le
du soda ne baisse pas petits commerçants (ou les autres moyennes ou
va entraîner une cas des effets de substitution par produits. Il y a
différence importante entre grandes surfaces) dont on suivait les prix bien dans la procédure courante de révision
l'évolution du « volume » auparavant baissaient eux-mêmes leur prix du fait annuelle de l'échantillon de l'IPC, une mise à jour
de vente (au sens de la
comptabilité nationale) de la concurrence de la nouvelle grande surface. des pondérations par type de circuit de
de soda dans cette commercialisation. Cette procédure conduit chaque
agglomération au moment année les unités régionales de l'IPC, sur la base
de l'installation de la La différence de prix est considérée
grande surface et des informations sur les parts de marché
l'évolution du nombre de litres comme une différence de qualité données par les spécialistes du domaine de l'équipe
vendus. Le traitement de du service centrale de l'IPC, à transférer des relevés de
l'apparition de la
nouvelle ' grande ' surface . prix des circuits qui perdent des parts de
dans l'Indice des prix Tout se passe donc en fait comme si les marché vers ceux qui en gagnent, augmentant
implique en effet que l'on statisticiens considéraient que, à produit égal, la implicitement la pondération des derniers.
considère qu'un litre de
soda en grande surface totalité de la différence de prix entre les deux circuits Mais la qualité de la procédure repose
est moins « bon (?) » de distribution était en quelque sorte due à une notamment sur la qualité et la fraîcheur des
pour le consommateur et différence de qualité du service commercial. Il informations disponibles sur les parts de marché.
donc « pèse » moins
dans le volume total est vrai que les actes d'achat dans un commerce Comme ce que nous avons vu lors de la
vendu qu'un litre vendu dans traditionnel et dans une grande surface ne sont discussion sur l'effet de substitution au niveau
un circuit traditionnel, pas équivalents même dans le cas où le produit intermédiaire, il y a probablement une marge de
plus cher. L'idée est que
le service commer-dal vendu serait strictement le même. La proximité progrès dans ce domaine.
associé à l'achat de soda du lieu de résidence, les services personnalisés
en grande surface est rendus au client, la convivialité ont été souvent
moindre que dans le
circuit traditionnel. cités en faveur des circuits traditionnels. Un effet « circuit d'achat » de 0,2 %
L'essor des grandes surfaces ne s'explique en France à la fin des années quatre-vingt
d'ailleurs pas seulement par des prix plus bas. Il
est largement lié à la civilisation de L'étude la plus approfondie sur la question de
l'automobile, au développement des banlieues et à l 'impact sur l'indice des prix des gains de parts
l'équipement des ménages en congélateurs, de marché des grandes surfaces est une étude
tous phénomènes permettant des achats française publiée en 1995 dans cette même
groupés et importants et correspondant à un service revue Économie et Statistique (Saglio, 1995 ;
commercial différent. Cependant, l'acuité de la Prime et Saglio, 1995 ; Dubeaux et Saglio,
concurrence et des « guerres de prix » entre 1995). Dans cette étude, qui est une
circuits de commercialisation, que traduisent extrapolation d'une monographie très détaillée sur le cas
les gains continus de parts de marché des grandes des tablettes de chocolat, la différence entre un
surfaces, permettent tout aussi sûrement de indice calculé suivant la méthode traditionnelle
penser que l'hypothèse implicite des et un indice qui considérerait, à l'inverse, que la
statisticiens revenant à considérer que la totalité de la totalité de la différence de prix entre circuits de
différence de prix s'explique par la différence distribution est une différence « pure » de prix,
de service est exagérée. Il y a donc là une source est estimée à 0,2 % l'an pendant les années
évidente de surestimation de la hausse des prix quatre-vingt (33). Ce chiffre de 0,2 %, appelé
tout simplement par omission des baisses de « effet circuit d'achat », constitue donc
prix liées au développement des grandes probablement un majorant du biais dû aux nouveaux
surfaces. Le traitement statistique approprié circuits de distribution, si l'on admet qu'une
consisterait à pouvoir estimer la valeur que le partie au moins de la différence de prix
consommateur accorde à un déplacement de ses s'explique par une différence de service commercial.
achats d'un type de commerce à un autre. Si l'on admet notamment l'hypothèse que seule
Certaines études ont été faites aux États-Unis sur ce la moitié de la différence est une différence de
sujet mais n'ont pas abouti encore à des prix, le biais se limiterait ainsi à 0,1 % par an.
procédures opérationnelles. Une proposition pourrait
être de considérer que la moitié de la différence Peut-on considérer ce chiffre de 0,1 % dont la base
de prix entre les circuits de commercialisation de départ a été estimée sur les années quatre- vingt
est une différence de prix et l'autre moitié une comme représentatif pour les années futures ?
différence de service. Mais ceci peut paraître
aussi arbitraire que l'hypothèse actuelle.
33. Ce dernier indice reposerait sur l'utilisation de prix moyens.
Il pourrait aussi y avoir surestimation La différence entre les indices de prix classiques et les prix
potentielle si les pondérations accordées à chaque moyens est expliquée dans l'encadré 4.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 ■ 3 19


D'un côté, il est probable que le développement que l'effet spectaculaire sur les prix et les parts
très rapide des grandes surfaces soit maintenant de marché de la dérégulation dans le transport
ralenti. La récente loi qui rend plus difficile la aérien domestique. C'est ainsi que, dans le
création de nouvelles grandes surfaces va dans secteur du transport aérien en 1993, la
ce sens. Ceci tendrait donc à retenir un chiffre comptabilité nationale a estimé un indice de prix
inférieur. D'un autre côté, l'estimation sensiblement plus faible que l'indice des prix à la
originale de 0,2 % pourrait être elle-même sous-esti- consommation correspondant. Il y a encore
mée car elle n'a pas totalement pris en compte aussi de larges réserves de « guerres de prix »
le phénomène des nouveaux circuits de par de nouveaux entrants dans les secteurs de la
distribution et de la dérégulation dans le secteur des banque et de l'assurance par exemple avec la
services, des transports et des banque et l'assurance par téléphone et sans
télécommunications. Le développement des chaînes de parler des possibilités d'achat à distance par
franchisés dans les secteurs de l'entretien Internet. Au total, on ne peut donc pas écarter la
automobile et des travaux photographiques possibilité d'une légère surestimation, due à
en constituent des exemples frappants de même une prise en compte incomplète des nouveaux

Encadré 4
INDICES DE PRIX ET PRIX MOYENS

II existe d'autres sources que celles de l'Insee Contrairement au traitement le plus souvent utilisé
donnant de l'information sur l'évolution de certains dans l'indice de prix qui consiste à considérer que la
prix. C'est le cas en particulier des études issues différence de prix entre deux produits même proches
des bases de données des sociétés d'études de est significative de la différence de qualité des deux
marché qui suivent dans un très grand détail produits, le prix moyen ainsi calculé repose sur
l'évolution des prix et des quantités achetées par l'hypothèse complètement inverse. L'étude la plus
l'intermédiaire soit de panels de consommateurs soit approfondie sur la différence entre un indice de prix et
de distributeurs. À partir de ces sources, sont un prix moyen a été menée sur le marché de la
calculés des prix moyens par famille de produits dont tablette de chocolat (Saglio, 1995). Cette étude a
révolution diffère parfois très sensiblement de celui montré que le prix moyen de la tablette de chocolat
de l'indice des prix correspondant de l'Insee. Le prix (toute marques confondues, tous circuits de
moyen est obtenu comme le chiffre d'affaires total de distribution confondus, et tous conditionnements confondus) a
la famille de produits divisé par les quantités (en baissé de 1,6 % par an entre 1988 et 1990 alors que
poids ou en unités) vendues. Ce mode de calcul l'indice de prix de Laspeyres de la tablette de chocolat
diffère de celui de l'indice de prix. n'a baissé que de 0,2 % par an. L'écart de - 1 ,4 % entre
ces deux mesures peut se décomposer entre un effet
Le prix moyen mélange ainsi souvent des produits de gamme de - 0,5 % par an (substitutions de marques
de qualité différente (allant du bas au haut de moins chères - i.e. de bas de gamme - à des marques
gamme), d'emballage différents (vendus à l'unité ou plus chères - i.e. de haut de gamme), un effet de
par lot de plusieurs) et vendus dans des circuits de conditionnement de - 0,1 % par an (substitutions d'achats de
commercialisation différents. Plus la famille de tablettes en conditionnement de deux ou trois unités,
produits est large, plus le calcul de prix moyen avec un prix inférieur à l'unité, à des achats de
mélange des caractéristiques différentes. Ainsi, si les tablet es à l'unité), et surtout, un « effet circuits d'achat » de
ménages achètent plus de produits bas de gamme, - 0,8 % par an (substitutions d'achats dans les
le prix moyen baissera. Si au contraire ils se portent hypermarchés à des achats dans les points de vente
sur des produits haut de gamme, le prix moyen traditionnels). La substitution de produits de bas de
augmentera. Ces mouvements ne peuvent être tous gamme (notamment « Premiers prix ») à des produits de
assimilés à des variations de prix au sens de l'indice haut de gamme n'est pas considérée dans l'IPC comme
des prix. Certains d'entre eux sont des mouvements une baisse de prix, la qualité des produits n'étant en effet
qui sont dus soit à des effets de revenu, soit des pas comparable. L'effet circuit d'achat a été largement
effets de goûts soit à d'autres phénomènes. Pour commenté dans la troisième partie de cet article.
prendre un exemple extrême, le prix moyen de
l'achat d'une voiture peut augmenter entre deux D'autres phénomènes peuvent aussi expliquer des
années tout simplement parce que les ménages ont différences avec l'indice de prix. Ainsi, les
acheté plus de véhicules de forte cylindrée et moins déplacements du volume des achats d'une année sur l'autre
de véhicules de faible cylindrée, sans que le prix de vers les périodes de soldes n'affectent pas l'indice
chacune des catégories de véhicules n'ait changé, de prix, même si l'Insee prend maintenant bien en
mais parce que les revenus et les goûts ont changé. compte les soldes, rabais et promotions affichées.
Ceci n'est clairement pas une hausse de prix au En effet, l'IPC mesure un niveau de prix à un instant
sens de l'indice des prix : le niveau d'utilité des donné (le mois) et non un prix moyen sur l'année
ménages ne sera pas resté constant. pondéré par des ventes mensuelles qui, lui, serait affecté.

20 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


circuits de commercialisation, comprise dans de la commission réviserait alors de manière
une fourchette de 0,05 à 0,15 % par an. Ces drastique le passé économique des États-Unis,
chiffres recoupent celui retenu par la aboutissant notamment à classer une part très
commission Boskin pour les États-Unis. importante de sa population en dessous du seuil
de pauvreté dans les années soixante.

En faisant abstraction des nouveaux produits,


Un bilan de légère surestimation les évaluations de la commission Boskin
mais une correction difficile aboutissent à un chiffre de 0,5 %. Sur le même
champ, nos évaluations pour la France donnent
et coûteuse une fourchette de 0,1 % à 0,25 %. Comme nous
l'avons vu, cet écart provient des méthodes
Le tableau 1 fait le bilan des estimations statistiques différentes utilisées dans l'indice
auxquelles nous avons abouti. Comme français et dans l'indice américain. Certaines des
nous l'avons annoncé dans l'introduction, nous méthodes utilisées en France se retrouvent
ne donnerons pas de chiffre de d'ailleurs dans les recommandations de la
surestimation totale pour la France car nous ne chiffrons commission Boskin au BLS (34).
pas le biais de nouveaux produits pour les
raisons que nous avons données plus haut. Même si une fourchette de 0,1-0,25 % apparaît
Cependant, nous ne cachons pas que nous pensons comme relativement faible et, en particulier, de
que le 0,6 % retenu par la commission Boskin peu d'impact, notamment sur la politique
pour le biais sur les nouveaux produits nous monétaire ou sur le chiffre de la croissance (cf.
paraît de toutes façons très exagéré. Plusieurs encadré 5), on ne peut bien sûr admettre une
statisticiens ou économistes américains ont fait surestimation sans faire quelque chose pour la
aussi part de leur doute quant à l'ampleur de la corriger (35). L'Insee travaille en vue de
surestimation avancée par la commission (dont l'amélioration de ses méthodes. Ainsi la moyenne
Moulton, 1996). Une des argumentations, pas géométrique a-t-elle été récemment introduite.
forcément totalement convaincante (Baker, L'introduction prochaine dans l'IPC des
1996), repose notamment sur le fait qu'une assurances, la mensualisation progressive de tous
extrapolation sur très longue période du chiffre les relevés de prix, et l'amélioration du
traitement des valeurs manquantes dans l'IPC
constitueront également des progrès sensibles.
Cependant, la correction de la faible
surestimation des deux lignes du tableau 1 pour
Tableau 1 lesquelles on ne peut écarter cette possibilité serait
États-Unis/France : surestimation de l'indice beaucoup plus complexe et coûteuse que ces
des prix à la consommation réformes.
États-Unis France
Type de surestimation Valeur estimée en %
annuel pour les années
postérieures à 1996
Substitution au niveau agrégé 0,15 -
Substitution au niveau intermédiaire 0,05-0,10 34. La moyenne géométrique, le chaînage annuel et la révision
0,25 annuelle des variétés font partie des recommandations de la
Substitution au niveau détaillé - commission.
35. Un biais plus important pourrait avoir une conséquence en
Nouveaux circuits de distribution cas de fixation de la politique monétaire par rapport à un seuil
0,10 0,05-0,15 en niveau d'inflation. Il est, aureste, significatifqu'aux États-Unis,
Total hors nouveaux produits le gouverneur de la FED, A. Greenspan, soit l'un des critiques
0,50 0,10-0,25 les plus durs de l'IPC américain. Un économiste faisait
Nouveaux produits 0,60 remarquer « qu'on pourrait y voir une légitimation de sa politique
?(1) monétaire ». On remarquera, qu'en ce qui le concerne, le critère
Total y compris nouveaux produits 1,10 ? d'inflation du traité de Maastricht est en relatif par rapport à
d'autres pays et non en niveau absolu (+1,5% par rapport aux
1 . Comme dit dans le texte, il nous paraît impossible de trois meilleurs pays). Les méthodes étant très proches, tous les
donner une estimation quelconque pour cette ligne et donc aussi pays seraient peu ou prou frappés par le même biais. L'impact
sur la ligne de total général. Nous ne cachons pas cependant surlecritèreseraitdoncàpeuprèsneutralisé.Lesconséquences
que le 0,6 % correspondant de la commission Boskin nous sur la politique monétaire d'un biais important demanderait
paraît très exagéré. également plus de connaissance sur le comportement du biais
en cas de variation forte de l'inflation. Il n'y a pas pourle moment
Source pour les États-Unis : Rapport Boskin, décembre 1996. suffisamment de résultats sur ce point.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 21


Encadré 5
ET L'IMPACT SUR LA COMPTABILITÉ NATIONALE ?

Un des objectifs de l'indice des prix à la consommation autre côté, l'IPC utilise les comptes nationaux pour
est de permettre de calculer, à partir de l'évolution de la ses propres pondérations.
valeur en francs courants de la consommation,
l'évolution de son « volume » (qu'on appelle aussi Pour établir cette différence, il faut en premier lieu
« consommation réelle » ou en « francs constants »). procéder à des corrections du champ de la
Ces évolutions sont synthétisées au sein de la comptabilité nationale. En effet, la consommation des
Comptabilité nationale. Si on suppose que les montants en ménages au sens des comptes nationaux est plus
francs courants sont donnes, toute correction de l'indice large que le champ de l'IPC (2). Doivent être exclus
des prix aura donc un impact sur le « volume » (dans ce des comptes nationaux l'autoconsommation (y
qu'on appelle le partage « volume/prix »). La compris les loyers fictifs), les assurances, les cliniques,
consommation des ménages représentant 60 % du PIB, hôpitaux privés et établissements pour personnes
toute correction sur le « volume » de la âgées et les transports aériens (avant 1992). En
consommation des ménages pourrait avoir un impact important second lieu, il faut savoir qu'il y a en fait deux indices
sur le chiffre de la croissance. des prix implicites de la comptabilité nationale en
France. L'un est obtenu par chaînage de la division
S'il y avait donc une surestimation significative de des comptes en valeur par les comptes dits « aux
l'IPC, par exemple de x %, quelle en serait la prix de I 'année n-1 ». L'autre comme division des
conséquence sur le chiffre de la croissance ? La question comptes en valeur par les comptes dits « aux prix de
mérite tout particulièrement d'être posée quand on 1980 ». Il y a donc en fait deux indices de prix
sait que la sensible surestimation des prix de implicites à comparer à l'IPC. On appellera le premier
l'informatique aux États-Unis, mise en évidence à la fin l'indice de prix implicite « base n-1, chaîné » et le
des années quatre-vingt, avait conduit les second l'indice de prix implicite « base 1980 ». Ces
comptables nationaux américains à corriger très signifi- séries, conventionnellement à 100 en 1980, sont
cativement à la hausse leurs estimations de croissance. présentées dans le tableau A.
Dans le cas de la France, on va voir que l'impact sur Comme on peut le constater, les évolutions sur 15
la croissance de la surestimation de l'IPC serait très ans de l'IPC et de ces deux séries diffèrent. L'IPC se
faible. En effet, contrairement à ce qu'on pourrait situe à la fin de cette période de 15 ans à 205,3, soit
penser, il est faux de tenir le raisonnement simple 3,5 points au-dessus de l'indice implicite base n-1,
suivant : qui se situe à 201,8, lui-même 3,9 point au-dessus
de l'indice base 1980. Sur quinze ans, l'IPC a évolué
- puisque les comptables nationaux utilisent l'IPC
pour leurs calculs, la surestimation de ce dernier de
x % s'applique aussi à l'indice de prix de la Tableau A
comptabilité nationale ; Écarts entre IPC et comptabilité nationale
- puisque les données en valeur des comptes
nationaux sont fixes, baisser l'indice des prix revient à Indices de prix implicites
augmenter le volume ; IPC de la Comptabilité nationale, sur
champ IPC
- et puisque la consommation des ménages Moyennes Indice base n-1 Indice base
représente 60 % du PIB l'impact sur celui-ci serait donc annuelles chaîné 1980
de 0,6 fois x %. Les choses ne sont pas en fait aussi
simples comme vont le montrer les paragraphes ci- 1980 100,0 100,0 100,0
dessous, souvent malheureusement très techniques (1).
1985 158,0 157.3 157,0
Aucun impact de la correction du biais 1990 184,0 181,4 179,3
de substitution de niveau agrégé
1995 205,3 201,8 197,7
II faut d'abord distinguer parmi les biais qui seraient
à l'origine de la surestimation globale celui qu'on a Évolution moyenne annuelle 1980-1995
appelé « biais de substitution de niveau agrégé ». 5,27% 5,14% 4,99%
En effet, la comptabilité nationale n'utilise pas l'IPC
d'ensemble. Elle utilise les indices de prix à la
consommation de niveau intermédiaire
(approximativement les « postes »), qu'elle agrège à sa manière, 1. On fait aussi abstraction ici du fait que les raisons qui
différente de l'IPC, pour obtenir son propre indice
d'ensemble. Une des conséquences relativement expliquent la surestimation de l'IPC pourraient s'appliquer à
d'autres indices de prix s'appliquant à d'autres contreparties
méconnue de ce fait est que l'indice des prix de la du PIB.
consommation des ménages de la comptabilité 2. On parie ici en fait de la consommation « marchande » des
nationale est différent de l'IPC alors que, d'un côté, les ménages au sens de la base 1980 des comptes nationaux
comptables nationaux utilisent les indices détaillés français. La consommation non marchande (hôpitaux publics,
issus de l'IPC pour établir leurs comptes et que, d'un éducation...) est exclue a priori.

22 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


Encadré 5 (suite)

en moyenne de 5,27 % par an tandis que l'indice départ de ce raisonnement (« les données en francs
implicite chaîné a augmenté de 5,14 % et l'indice courants sont fixées ») n'est pas vérifié au moins
implicite base 1980 de 4,99 %. L'écart entre le pour certaines des composantes du PIB. Ainsi, une
premier et le second est donc de 0,13 % par an, entre partie (relativement faible néanmoins) de la
le premier et le troisième de 0,28 % par an, entre le consommation des ménages en francs courants est obtenue
second et le troisième de 0,15 % par an (3). dans les comptes nationaux non pas directement par
un chiffre en francs courants mais par une évolution
Ces écarts sont dus à l'utilisation par la comptabilité en quantité à laquelle on applique l'évolution de
nationale de formules différentes d'agrégation au l'indice des prix. La correction à la baisse de l'évolution
niveau agrégé. Les indices implicites des comptes de ce dernier n'aurait donc pas dans ce cas d'effet
nationaux sont en effet des indices de Paasche alors sur les volumes, qui resteraient inchangés, mais sur
que l'IPC est un indice de Laspeyres (pour la les montants en francs courants.
définition de l'indice de Laspeyres et de Paasche, voir le
point I de l'annexe II). Pour être plus précis, l'indice Ceci peut surprendre, sachant que le PIB est, au
implicite base 1980 est un pur indice de Paasche moins pour les séries passées, essentiellement
tandis que l'indice implicite base n-1 est un indice de déterminé en francs courants, au travers de la
Paasche chaîné. Quant à l'IPC, il est, comme on l'a centralisation des comptes d'entreprises, des
déjà vu, un indice de Laspeyres chaîné. Les administrations publiques et d'autres agents économiques.
différences entre ces indices ne sont donc pas Cependant, il y a, d'une part, une marge
surprenantes. On retrouve en fait trois résultats d'incertitude sur le montant même de la valeur ajoutée en
connus (4) : francs courants (ne serait-ce que parce que les
enquêtes sur les entreprises ne sont pas exhaustives).
- dans le cas général, un indice de Paasche est D'autre part, d'autres composantes du PIB en francs
inférieur à un indice de Laspeyres, courants ne sont pas non plus connues avec une
- un indice chaîné de Paasche est supérieur à un grande précision. On pense notamment aux
indice de Paasche pur, variations de stocks dont la détermination en francs
- et un indice de Laspeyres chaîné est supérieur à courants en comptabilité nationale est très délicate
un indice de Paasche chaîné. malgré les sources en provenance des comptes
d'entreprises. En effet, les conventions de valorisation
Que se passerait-il alors si l'IPC devait être corrigé des stocks en comptabilité nationale sont différentes
à la baisse pour éliminer le biais de substitution de celles utilisées en comptabilité d'entreprise.
agrégé (i.e. en changeant la formule de calcul au
niveau agrégé) ? La réponse peut surprendre mais Au total, l'impact sur le volume de la correction à la
cette correction n'aurait absolument aucun impact baisse des indices de prix à la consommation serait
sur le chiffre officiel de la croissance puisque la certainement amoindri par rapport au raisonnement
comptabilité nationale utilise de toutes façons une initial. Son chiffrage exact ne pourrait se faire
autre formule de calcul au niveau agrégé. Ceci dit, qu'avec une simulation coûteuse de la mécanique de
dans le cas de la France, le problème ne se pose construction des comptes nationaux. On a vu que,
même pas, puisque, comme on l'a vu, il n'y a pas de de toutes façons, la surestimation en France serait
« biais de substitution agrégé » dans l'IPC français. faible. Encore amoindrie par le mécanisme de calcul
Mais même aux États-Unis, où la commission Boskin des comptes nationaux, cette correction serait donc
a avancé le chiffre de 0,15 % par an de loin d'être déchirante sur les chiffres passés de la
surestimation due au « biais de substitution agrégé », sa croissance.
correction n'aurait aucun impact sur le chiffre de la
croissance (5).
Une estimation complexe de l'impact sur la
croissance de la correction des autres biais
3. Calculés sur la période 1985-1995, les écarts sont de
Par contre, si l'IPC devait être corrigé à la baisse à même sens et de même ordre.
cause de procédures inappropriées intervenant dans 4. Et partiellement présentés dans le point I de l'annexe II.
les niveaux intermédiaires et détaillés et/ou sur les 5. L'indice implicite de prix de la comptabilité nationale
procédures de traitement des nouveaux produits, on américaine est, depuis 1995,' un indice de Fisher chaîné.
pourrait penser qu'il y aurait alors systématiquement Contrairementà la situation française que l'on a illustrée dans
impact sur le chiffre de la croissance. En effet, ce le tableau ci-dessus, l'indice implicite de la comptabilité
seraient alors les indices intermédiaires et détaillés qui nationale américaine se situe donc très probablement
seraient modifiés, ceux qui sont précisément utilisés sensiblement au-dessous de l'IPC américain qui est un
indice de Laspeyres basé sur des pondérations de
directement par la comptabilité nationale. On 1983-1985. L'introduction, comme le souhaite la commission
pourrait donc penser que, à données en francs Boskin, d'un indice de Fisher (ou de Tornqvist, qui lui est
courants fixées, la correction à la baisse des proche) dans l'IPC aurait probablement simplement pour
indices de prix entraînerait automatiquement une conséquence de rapprocher l'estimation de l'inflation
correction à la hausse des volumes. Cependant, suivant l'IPC de celle de la comptabilité nationale, sans
même pour les années passées, l'hypothèse de changer cette dernière.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 23


36. La taille de l'équipe On a admis dans cet article que l'estimation de plusieurs groupes de travail multilatéraux
de statisticiens de l'IPC cette faible surestimation (0,1-0,25 %) était impulsés par Eurostat ont commencé à
français est plus faible
que celle de son incertaine. Il ne peut donc être question pour fonctionner cette année (notamment sur l'habillement,
homologue américain. Il est à l'Insee d'utiliser ce chiffre tel quel. Il faut au les micro-ordinateurs, les biens durables et
noter qu'à la suite du contraire améliorer les méthodes l'automobile). L'Insee compte beaucoup sur
débat autour de la
commission Boskin, le BLS opérationnelles elles-mêmes avec de l'information reposant l'approfondissement d'un tel programme
a obtenu une sensible sur de véritables données. En effet, l'IPC est un international de recherche qui devrait s'étendre
rallonge budgétaire qui outil essentiel pour tous les agents économiques, notamment aux pays d'Amérique du Nord. Les
a permis à son directeur
de s'engager les simples citoyens comme les décideurs. marchés de l'automobile et des biens durables
récemment sur un programme Les méthodes qui prévalent pour sa sont maintenant internationaux et il n'est plus
ambitieux construction doivent être transparentes, pertinentes de mise de gaspiller des ressources à tenter de
d'amélioration (Abraham, 1997).
et fiables. Ceci prendra donc du temps et de faire les mêmes estimations dans tous les pays.
l'argent (36). L'expérience de l'Insee dans le Un partage du travail au sein du réseau
traitement de l' effet-qualité des micro-ordinateurs a international des instituts de statistiques est dans
montré que le coût d'une estimation fiable de l'intérêt de tous les utilisateurs.
l' effet-qualité pour ce seul secteur était élevé.
Cette voie continue d'être explorée et une Ensuite, en accord d'ailleurs avec les
méthode économétrique d'estimation des effets- recommandations de la commission Boskin et en
37. La société AC qualité sera bientôt opérationnelle pour parallèle avec les actions menées dans de
Nielsen France a bien voulu
mettre ainsi gratuitement certains autres biens durables (lave-vaisselle nombreux autres pays, l'Insee envisage l'utilisation
à la disposition de l'Insee notamment). Mais, il est hors de notre portée de plus massive des données détaillées en
des données pouvoir procéder seuls à la généralisation de provenance de sociétés privées d'études de marché
extrêmement détaillées sur
certains marchés dans le ces études. qui, par leur richesse d'information et leur
cadre d'un programme rapidité d'obtention, figureront probablement
de recherche conjoint Deux voies d'avenir existent néanmoins. parmi les solutions d'avenir pour la correction
qui commence en 1997.
Cette même société D'abord la mise en commun des moyens de des biais de substitution de niveau détaillé et de
avait fourni les données recherche sur les effets- qualité des instituts de nouveaux circuits de distribution (37). Des
qui avaient permis l'étude statistique européens, telle qu'elle commence à études détaillées sur « l'effet circuit d'achat » à
sur les tablettes de
chocolat déjà citée dans cet se dessiner, permet d'espérer des économies partir de telles données ont d'ailleurs déjà été
article. d'échelle significatives dans le futur. Ainsi, publiées. □

24 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


BIBLIOGRAPHIE

Abraham K. (1997), Testimony of the Commissioner of Gordon R. (1990), The Measurement ofDurable Goods
Labor Statistics Before the Senate Budget Committee, Prices, University of Chicago Press for the NBER,
30 Janvier, États-Unis. États-Unis.
Aizcorbe A. et Jackman P. (1993), « The Commodity Griliches Z. (1995), Senate Finance Committee
Substitution Effect in CPI Data, 1982-1991 », Monthly Testimony, États-Unis.
Labor Review, décembre, États-Unis.
Griliches Z. et Cockburn I. (1994), « Generics and
Ardilly P. et Guglielmetti F. (1993), « La précision de New Goods in Pharmaceutical Price Indexes », American
l'indice des prix : mesure et optimisation», Économie et Economic Review, décembre, 84,5,pp. 1213-32, États-Unis.
Statistique, n° 267, pp. 13-27
Jacobzone S., Martin E., Perrin V. et Werle J. (1997),
Armknecht P. et Weyback D. (1989), « Adjustment for « A Hedonic Insight at the Pricing of Prescription
Quality Change in the U.S. Consumer Price Index », French Drugs: Are Prices Really Rising that Slowly? »,
Journal of Official Statistics, vol. 5, n° 2, pp. 107-123. mimeo, Crest-Insee, mars.
Baker D. (1996), « The Overstated CPI Can It Really Be Kuttner R. (1995), « Why It's Too Soon to Monkey
True », Challenge, sep./oct., pp. 26-33, États-Unis. with the CPI », Business Week, 27 novembre, États-Unis.
Berndt E., Griliches Z. et Rappaport N. (1995), Montiel S. (1996), « Impact sur l'IPC de la moyenne
« Econometric Estimates of Price Indexes for Personal géométrique », Notes internes Insee, n° 361/F320 de
Computers in the 1990s », Journal of Econometrics, juillet 96, n° 90/F320 du 21/3/1995, n° 144/F320 du
juillet, 68, 1, 243-68, États-Unis. 24/5/1995.
BLS (1993), « The Anatomy of Price Change », Reprints MoreauA.(1991), « Micro-informatique, concurrence
from the Monthly Labor Review, décembre, États-Unis. par les prix », Insee Première, n° 175, décembre.
BLS (1995), Report from the BLS for the House Budget Moreau A. (1991), « Un indice de prix pour les
Committee, United States Congress, 28 avril, États-Unis. microordinateurs », Courrier des statistiques, n° 58-59.
Boskin M., Dulberger E., Griliches Z., Gordon R. et Moulton B. (1996), « Bias in the Consumer Price
Jorgensen D. (1996), Toward a More Accurate Index: What Is the Evidence? », Journal of Economie
Measure of the Cost ofLiving, Final Report to the Senate Perspectives, vol. 10, n° 4, pp. 159-177, automne,
Finance Committee, décembre, États-Unis. États-Unis.
Buchwald WetSaglio A. (1994), « Des indices de prix Norwood J. (1996), « Statement Before the Senate
à la consommation plus comparables entre la France et la Finance Committee », U.S. Congress, 6 juin, États-Unis.
RFA », Économie et Statistique, n° 275-276, pp. 9-24.
Oulton N. (1995), « Do UK Indexes Overstate
Crawford A. (1993), Rapport technique, n° 64, Banque Inflation », National Institute Review, mai, Royaume-Uni.
du Canada, septembre, Canada.
Piriou J.Y. (1983), L'indice de prix, Éditions La Décou-
Deaton et Mullbauer (1980), Economies and Consumer verte/Maspéro, France.
Behaviour, Cambridge University Press, Royaume-Uni.
Poinat F. (1996), « Estimation du biais potentiel sur
Diewert W.E. (1976), « Exact and Superlative Index l'IPC issu de la méthode de chaînage des agrégats
Numbers », Journal of Econometrics, vol. 4, n° 2, intermédiaires », Note interne Insee, n° 315/F320.
pp. 115-145.
Prime M et Saglio A (1995), « Indices de prix et prix
Dubeaux D. et Saglio A (1995), « Modification des moyens : une étude de cas », Économie et Statistique,
circuits de distribution et évolution des prix n° 285-286, pp. 35-48.
alimentaires », Économie et Statistique, n° 285-286, pp. 49-58.
Quaranta V. (1995), « Sensitivity to the Choice of the
Glaude M. (1997), « Du bon usage des indices de prix à Formula for Compiling Elementary Aggregates »,
n°la consommation
161. », La revue Française du Marketing, Paper for the Task Force III on the European Program
for CPI Harmonization, Italic

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 25


Saglio A. (1995), « Changement de tissu commercial et Viglino L. (1995), « À propos des indices de variété par
mesure de l'évolution des prix », Économie et agglomération, réflexions sur les travaux
Statistique, n° 285-286, pp. 9-33. d'harmonisation européenne », Note interne Insee, n° 91/F320 du
21/3/1995, « De l'utilité de la moyenne géométrique,
Schultz B. (1994), « Enchaînement des indices de Communication CEE/OIT Genève 1995 », Note interne
prix », in La mesure du niveau des prix, Actes du colloque Insee, n° 261/F320 du 13/9/1996.
tenu sous l'égide de Statistique Canada, W.E. Diewert
et C. Montmarquette eds, Canada. Viglino L. et Montiel S. (1995), « Effet du chaînage
annuel »,Note interne Insee, n° 176/F320du 19/6/1995.
Shapiro M. et Wilcox D. (1996), « Mismeasurement in
the Consumer Price Index: an Evaluation », NBER Wynne M. et Sygalla F. (1994), « The Consumer Price
Working Paper, n° 5590, mai, États-Unis Index », Economie Review, Second Quarter, États-Unis.

26 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


ANNEXE I
Quelques autres chiffrages de la surestimation potentielle de l'IPC :
États-Unis, Canada, Royaume-Uni

(1) (2) (3) (4) (5) (6)


Type de biais États-Unis États-Unis États-Unis États-Unis Canada Royaume-Uni
Boskin Wynne-Sygalla Shapiro-Wilcox CBO Crawford Oulton
Substitution 0,4 <0,2 0,20 0,1-0,3 0,1-0,2 Petit
Nouveaux produits 0,3 ? 0,20 0,06 ?
Changement de qualité 0,3 ? 0,25 0,1-0,2 0,0-0,2 ?
Nouveaux circuits 0,1 ? 0,10 0,2-0,3 0,0-0,1 Petit
de distribution
Formule de calcul 0,2 ? 0,25
Total 1,3(1) <1,0 1,0 0,6 <0,5 Petit mais >0
Fourchette d'estimation plausible 1.0-1,8 0,6-1,5 0,4-0,8 0,16-0,56
1 . Ce chiffre de 1 ,3 % diffère de celui de 1 ,1 % donné dans le tableau 1 de l'article. C'est qu'ici, les montants portent sur les années
antérieures à 1 996 qui comportent, d'après la commission Boskin, un biais de formule de calcul de 0,2 % qui s'annule après 1 996.
Sources :
1) Rapports Boskin, septembre 1995 et décembre 1996. Biais sur les années antérieures à 1996.
2) Wynne et Sygalla (1994) Federal Reserve Bank - Dallas, juin.
3) Shapiro et Wilcox (1996), NBER Working Paper.
4) Étude du Congressional Budget Office, 1995.
5) Crawford (1993), Banque du Canada. Étude parue dans la publication de l'IPC canadien de décembre 1993.
6) Oulton (1995), National Institute Economie Review, mai.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3 27


ANNEXE II
QUELQUES ÉLÉMENTS DE LA THÉORIE DES INDICES DE PRIX

I - Indices à utilité constante, L'autre approche est l'approche dite «


de Laspeyres, Paasche et Fisher axiomatique ». Elle a été initiée par I. Fisher, économiste
américain qui a légué son nom à l'indice de Fisher.
II y a deux approches traditionnelles à la théorie des Elle consiste à se fixer un certain nombre de règles
indices de prix. Une approche dite « économique » (il y en a plus de trente) que l'indice de prix devrait
et une approche dite « axiomatique ». L'approche vérifier (comme, par exemple, être transitif ; l'indice
économique fait appel à la théorie simple du de 2 par rapport à 0 doit être égal au produit de
1. Elle est attribué à consommateur en microéconomie (1). L'indice idéal l'indice de 1 par rapport à 0 et de l'indice de 2 par
Kônus, économiste russe. serait alors le rapport de deux dépenses. Le rapport à 1, ou indépendant de l'unité de quantité
On en trouvera une bonne dénominateur de ce rapport serait la dépense effective du choisie ; l'indice ne doit pas être différent si l'un des
présentation dans Dea- consommateur à la date de départ. Le numérateur prix est observé par gramme ou par kilo, etc.) et à
ton et Mullbauer, 1980. serait une dépense théorique correspondant à la tester lesquelles des multiples formules de moyenne
dépense minimale, étant donné le vecteur de prix de la envisageables « passent » le maximum de tests.
période courante, permettant au consommateur de Malheureusement aucune formule ne satisfait à tous
rester au même niveau d'utilité qu'au départ. On les tests. L'indice de Fisher est cependant l'une des
retrouve là l'idée exprimée dans le corps du texte formules qui en passe le plus grand nombre. Ce
sous les autres termes de maintien du « niveau de résultat qui rejoint le résultat de l'approche
satisfaction » ou du « pouvoir d'achat ». Dans le économique permet de considérer l'indice de Fisher
graphique en bas de la page suivante (cas simple de (ou les autres indices dits « superlatifs ») comme
deux produits), il correspond au rapport du budget probablement l'une des formules d'indice la plus
en A' et du budget en A. appropriée. C'est d'ailleurs l'indice préféré du nouveau
manuel international de comptabilité nationale, le
Cet indice « idéal », qu'on pourrait appeler Indice à SCN 1 993. Si la théorie des indices permet de
2. Dans la littérature Utilité Constante (IUC) (2) dépend de la situation de mettre en avant l'indice de Fisher, il faut cependant
anglo-saxonne sur les référence. Il en existe en fait deux, l'un sur la courbe rappeler que ce résultat n'est obtenu que dans le
indices de prix, il est usuel d'utilité de départ, l'autre sur la courbe d'utilité cadre d'un seul consommateur. L'agrégation à n
de l'appeler COU (Cost d'arrivée. L'IUC pourrait être calculé directement si les consommateurs pose des problèmes ardus qui n'ont
of Living Index). Il est
préférable de ne pas en courbes d'utilité des consommateurs étaient connues, pas été résolus ; or les IPC sont des indices
utiliser la traduction mais ce n'est jamais le cas. Quelques résultats macroéconomiques et non microéconomiques. Certains
littérale, « indice du coût de permettent cependant de l'encadrer si on fait certaines économistes refusent donc de parler de « biais »
la vie », car ce terme a hypothèses sur les formes des courbes d'utilité. Si entre le Laspeyres et le Fisher puisqu'il n'est pas
été utilisé en France elles présentent une certaine « élasticité de démontré que ce dernier constitue un étalon de
dans un contexte substitution » comme sur le graphique de la page suivante (le mesure en tant qu'indicateur macroéconomique.
différent. consommateur peut substituer une quantité de produit
1 à une autre quantité du produit 2 en restant sur la La pratique française de construire un indice de
même courbe d'utilité), alors on peut prouver Laspeyres basé sur des pondérations très récentes et
facilement que l'indice de Laspeyres surestime l'IUC et que de chaîner cet indice résout en fait le problème sans
l'indice de Paasche sous-estime l'IUC. On rappelle avoir à faire appel à la théorie mais tout simplement
qu'un indice de Laspeyres est un indice utilisant au bon sens. En effet, la proximité de l'année de
comme pondération les dépenses basées sur les base de l'indice permet de considérer :
quantités de la période de base, tandis qu'un indice de
Paasche est un indice utilisant comme pondérations les - que l'indice instantané (celui qui mesure la
dépenses basées sur les quantités de la période variation des prix au mois le mois dans l'année courante)
courante. Il n'est pas besoin d'être grand mathématicien est le meilleur possible puisque basé sur les
pour retrouver ces résultats par le simple bon sens pondérations les plus récentes,
économique. Toutes choses égales par ailleurs,
l'indice de Laspeyres surestime l'IUC car, basé sur les - que l'indice de long terme constitué dugénéral,'
chaînage
quantités de la période de départ, il va donner un de ces maillons est donc, dans le cas un
poids trop important au produit dont le prix augmente le bon indicateur (3).
plus alors que ce produit va voir son poids diminuer
dans l'IUC. L'indice de Laspeyres sera donc « biaisé » À ce niveau d'agrégation, les simulations confirment
positivement par rapport à l 'IUC. On peut montrer d'ailleurs que l'indice chaîné est très proche de
l'inverse de l'indice de Paasche. Par contre, si les l'indice de Fisher, et comme lui, est encadré par l'indice
courbes d'utilité ne présentent pas de substituabilité de Laspeyres et l'indice de Paasche.
(forme dite à facteurs complémentaires) alors l'IUC se
confond soit avec l'indice de Laspeyres, soit avec
l'indice de Paasche. Si les courbes d'utilité ont une forme
dite de Cobb-Douglas (A q<* q\ ) alors l'IUC est égal à
la moyenne géométrique des prix pondérée par les 3. L'approche par chaînage n'est pas forcément une panacée. Il
dépenses des consommateurs. Le résultat le plus peut en particulier conduire à des dérives positives en cas
général que l'on ait pu prouver est que l'indice de Fisher d'oscil ations fortes des prix relatifs comme on l'illustre dans le point II
de cette annexe. Cependant ces oscillations n 'interviennent
est une bonne approximation de l'IUC dans le cas d'une pratiquement pas à un niveau agrégé. Toutes les simulations numé-
assez large famille de courbes d'utilité mais avec des riques sur lapériode 1980- 1995montrenten effet que lechainage
hypothèses restrictives comme celle que les courbes conduit à rapprocher l'indice d'un indice de Fisheretnon à l'éloigner.
doivent être homothétiques (Diewert, 1976).

28 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3


ANNEXE II Rappels sur les principales formules d'indices
(suite) Laspeyres

Ptio
qui s'écrit aussi
.i Zu

ILvo = avec iv,, = Polo

Paasche

,i<*t.i y
qui s'écrit aussi, si on pose w*t = PtQi

—— = / j w*t — , qui est une formule de moyenne dite « harmonique ».

Fisher
IFt/o =

Par ailleurs, on rappelle que, dans les conditions des marchés dominés par lademande (quand leprix
relatif augmente lademandebaisse), on al'inégalitébienconnuesuivante:

Graphique
L'IUC est le rapport de deux budgets,
à utilité constante

Lecture : A représente la situation de base. Ce point correspond


à la rencontre optimale entre la droite de budget Do (dont la
pente est le rapport des prix à la période de base) et la
courbe d'utilité Uo- B représente la situation courante, avec
une nouvelle droite de budget Di de pente différente (les prix
relatifs ont changé) et une courbe d'utilité Ui supérieure,
dans cet exemple, à Uo. A' est défini comme le point situé sur
la courbe d'utilité de départ Uo qui tangente la parallèle à la
droite Di. A' correspond à une situation (théorique) où le
consommateur reste sur la même courbe d'utilité mais
92,0 consomme le panier correspondant aux prix relatifs de la
situation d'arrivée.
L'IUC sera égal au rapport du budget (théorique) en A' et du
budget de départ en A. On voit dans cet exemple que le
panier en A' a été modifié par rapport au panier en A, tout en
restant sur la même courbe d'utilité.

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 29


ANNEXE II Il - Micro-indices, moyenne géométrique La formule de moyenne géométrique a plusieurs
et biais de formule de calcul avantages que l'on va expliciter par la suite. Elle
(suite) n'est d'abord pas sujette à la dérive de la moyenne
On appelle micro-indice l'indice correspondant au arithmétique dans un contexte de chaînage, qu'on
niveau d'agrégation le plus élémentaire dans l'indice appelle « biais de formule de calcul ». Elle est
des prix. À ce niveau d'agrégation, il n'y a ensuite adaptée aux variétés hétérogènes qui
généralement pas de pondération. En d'autres termes, la comprennent des prix de niveaux relativement
formule de calcul ne dépend que des prix et non différents car elle ne pondère pas plus les prix élevés
d'autres variables comme les quantités, qui, à ce que les prix bas, comme le fait la formule RSP. Enfin,
niveau de détail ne sont pas accessibles aux instituts sous certaines conditions, elle correspond à une
de statistique (4). Depuis longtemps deux formules hypothèse de pondération fixe en valeur et non en
étaient utilisées dans l'IPC. Le rapport des sommes quantité. Dès lors, lorsque les prix relatifs changent,
de prix (RSP), qui correspond a un ratio de prix les quantités implicites qui pondèrent l'indice changent
4. Avec
de
standardisation
codes-barres,
paraissait
fiction
quelques
pourrai
bientôt.t ladevenir
distribution
statistique
l'informatisation
deannées
ce
la science
réalité
desilettrès
qui y laa moyens non pondérés et la moyenne arithmétique de manière inversement proportionnelle. Elle
des rapports de prix (MARP). La formule RSP était correspond donc à une certaine élasticité prix/volume qui
et continuera d'être utilisée pour environ la moitié est appropriée pour la plupart des micro-indices qui
des 25 000 micro-indices de l'IPC français, ceux qui recouvrent en effet des relevés de prix de produits
correspondent aux variétés dites « homogènes ». relativement substituables dans la zone d'achalan-
Pour l'autre moitié, celle correspondant aux variétés dise d'un consommateur. La moyenne géométrique
dites hétérogènes, c'est la formule MARP qui était a été recommandée depuis longtemps par le
utilisée. Pendant longtemps, on pensait que le choix Département Statistique du Bureau International du Travail
de telle ou telle formule à un niveau élémentaire et elle est utilisée systématiquement par Statistique
n'avait pas grande importance. Cependant, des Canada depuis janvier 1995. Statistics Sweden
expériences récentes au Canada, aux États-Unis et en utilise également une formule proche de la moyenne
Europe ont montré qu'il n'en était rien et que ce choix géométrique. La plupart des pays européens vont
avait parfois un impact plus grand que le choix des l'utiliser, en conformité avec le règlement. Enfin,
pondérations à un niveau plus agrégé. Il affecte d'autres pays, dont les États-Unis, étudient actuellement
donc automatiquement la comparabilité son introduction. Elle fait partie des
internationale des indices. D'où un règlement unificateur recommandations de la commission Boskin.
adopté dans le cadre du processus d'harmonisation
des indices de prix à la consommation des Quinze. Pour expliquer pourquoi la moyenne géométrique est
une « bonne » formule de micro-indice,
Ce règlement recommande l'utilisation de deux commençons par montrer qu'elle est meilleure que la
formules : le rapport des sommes de prix (RSP) et/ou moyenne arithmétique des rapports de prix dans un
la moyenne géométrique des rapports de prix contexte de chaînage de micro-indice. Un exemple
(MGRP). Il rejette l'utilisation de la formule de suffira (Schultz, 1994).
moyenne arithmétique des rapports de prix (MARP).
Cette formule, utilisée en France dans la moitié des Soit deux produits A et B dont les prix suivent
cas, a donc déjà commencé à être remplacée par la l'évolution retracée dans le tableau A de la page suivante au
formule de moyenne géométrique MGRP. cours des cinq périodes sous revue. Entre la première

Formules de micro-indices
Si p(i,t) indique le niveau de prix du produit / d'un agrégat élémentaire donné au cours de la période
t et S l'échantillon de n produits qui restent constants entre les dates b et t , on a :
Rapport des sommes de prix (RSP) :

ie S l€ S
Moyenne géométrique des rapports de prix : (MGRP)
\/n

ie S
Moyenne arithmétique des rapports de prix, (MARP) :

ie S

30 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3


ANNEXE II de produit B, qui baisse, à des achats de produits A.
L'augmentation de 25 % est donc surestimée. La
(suite) et laproduit
alors
c'est
du
qu'aux
même ledeuxième
que
niveau
prix
périodes
celui
Aduestqu'à
produit
dupériode,
divisé
produit
impaires
la période
Bparqui
leBdeux,
prix
est
double
lesdedivisé
duprix
etc.
départ.
tandis
produit
On
reviennent
parremarquera
On
deux,
que
A calcule
double
le puis
prix
au moyenne géométrique réalise automatiquement une
certaine substitution et c'est pourquoi elle est égale
à 100. Sous certaines hypothèses sur la forme des
courbes d'utilité, la moyenne géométrique
chaque mois un indice MARP par rapport au mois correspond à une « élasticité de substitution » égale à 1.
précédent (indice MARP t/t- 1 ), puis on chaîne cet C'est-à-dire que si le prix d'un bien augmente de
indice. Alors l'indice chaîné se retrouve à 244 en x %, la quantité implicite consommée diminuera aussi
période 5 alors que les prix en période 5 sont les de x %. Cette propriété n'est pas extrême. Il peut y
mêmes qu'en période 1 . On appelle cette dérive le avoir des produits pour lesquels l'élasticité de
« biais de formule de calcul ». substitution est plus forte. Elle apparaît adaptée pour
simuler les comportements des consommateurs sur
Cet exemple est certes extrême dans les oscillations des produits proches, dans une zone d'achalandise
des prix relatifs (« bouncing », l'un augmente tandis correspondant à celle d'une agglomération. C'est le
que l'autre diminue, puis l'inverse). Bien que cas des micro-indices de l'IPC français. L'ensemble
beaucoup moins prononcée que dans cet exemple, de ces propriétés a donc fait pencher la balance en
révolution relative des prix peut être aussi assez sa faveur pour les micro-indices. Cette décision
heurtée dans la réalité, provoquant des situations de n'implique nullement que fa moyenne géométrique
ce type. Le phénomène ne joue d'ailleurs pas puisse être utilisée pour des niveaux plus agrégés
seulement quand la tendance de long terme est stable,
comme dans notre exemple. Si les prix augmentent
ou baissent en tendance, mais par acoups
irréguliers, il y aura également un biais. Le phénomène de Tableau A
biais de formule de calcul était observable dans les
indices de prix qui utilisaient des formules dérivées L'indice MARP chaîné conduit à une dérive positive
de la formule MARP chaînée. C'était le cas dans
l'indice américain conduisant à une dérive dans l'indice Périodes 1 2 3 4 5
d'ensemble estimée à environ 0,25 % par an. C'était
aussi le cas de l'indice français, qui est chaîné tous Prix de A 10 20 10 20 10
les ans, mais à très petite échelle. Prix de B 20 10 20 10 20
Indice MARP (f/f- 1 ) 125(1) 125 125 125
On peut par contre calculer facilement que la Indice MARP Chaîné 100 125 156(2) 195 244
moyenne géométrique (MGRP) donnerait un indice
constant, égal à 100, et qui n'a donc pas le biais de 1. 125=100.(1/2).(20/10+10/20).
la formule MARP chaînée : ceci est montré dans le
tableau B. 2.156=100.(1,25.1,25).

Mais il n'y a pas que la moyenne géométrique qui


évite ce problème, on peut utiliser par exemple la Tableau B
formule MARP, mais non chaînée, c'est-à-dire La moyenne géométrique ne dérive pas
calculée toujours par rapport à la période initiale
(cf. tableau C). Périodes 1 2 3 4 5
Le formule MARP non chaînée permet donc d'éviter
la dérive à long terme de la formule initiale. Prix de A 10 20 10 20 10
Cependant on voit bien qu'il y a une différence avec la Prix de B 20 10 20 10 20
moyenne géométrique pour les périodes paires. Par Indice MGRP 100 100(1) 100(1) 100(1) 100(1)
exemple, entre les périodes 1 et 2, tandis que la
moyenne géométrique MGRP donne un indice de 1. 100=100.[(20/10).(10/20)]°5.
100, la moyenne arithmétique MARP donne un
indice de 1 25. D'où provient cette différence ?
Elle provient des hypothèses implicites sur les
quantités de chaque produit. La formule MARP est en fait Tableau C
équivalente à un indice de Laspeyres dont les
quantités seraient égales à l'inverse des prix de la période La moyenne arithmétique non chaînée
de base (soit pour le produit A, go= 1/po = 1/10, et se comporte différemment
pour le produit B, qo= 1/po = 1/20). Comme il s'agit
d'un indice de Laspeyres, ces quantités sont Périodes 1 2 3 4 5
maintenues constantes entre 1 et 2.
Prix de A 10 20 10 20 10
L'hypothèse sur la constance des quantités n'est Prix de B 20 10 20 10 20
pourtant pas très satisfaisante. Si les produits A et B Indice MARP 100 125(1) 100(2) 125(1) 100(2)
sont relativement substituables comme c'est le cas
généralement dans les micro-indices, on imagine 1. 125=100.(1/2)(20/10 + 10/20).
bien que, devant la hausse importante du prix relatif 2. 100=100.(1/2)(10/10 + 20/20).
de A, les consommateurs vont substituer des achats

ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997-3 31


ANNEXE II dans le cas des micro-indices, dans lequel les
(fin) desoireml'indice,
seraient
adaptée
provi ent nul non
probablement
(gratuité).
pour
pluslesquels
lorsqueplus
lesunélasticités
faibles.
prix devient
de substitution
Elle n'est pas dépenses sont implicitement égales pour tous les
produits, on en déduit que la moyenne géométrique
simple est égale à l'IUC si les fonctions d'utilité sont
des Cobb-Douglas. On montre aussi que la moyenne
Par ailleurs, d'autres résultats théoriques ou géométrique pondérée est égale à l'indice de Divisia
empiriques confortent cette conclusion. Ainsi, on pourrait lorsque les valeurs des dépenses sont constantes
montrer que la moyenne harmonique des rapports (Viglino, 1995). Ce résultat est évidemment valable
de prix (équivalente avec un indice de Paasche dont dans le cas où ces valeurs sont de plus égales entre
les quantités seraient égales à l'inverse de la elles, comme dans la formule MGRP. Ces résultats
période courante) conduit à la période 2 à un indice de convergents sont enfin confortés par des mesures
80 qui surestimerait la baisse générale des prix. La empiriques qui montrent que la formule MGRP est
formule MGRP est donc située entre la formule très proche de la formule de micro-indice de Fisher,
MARP et la formule MHRP (5). On remarque de plus égale à la moyenne géométrique des formules
que, dans notre exemple, la moyenne géométrique MHRP et MARP (Quaranta, 1995).
est égale au produit de la moyenne arithmétique et
de la moyenne harmonique (1=1,25 x 0,8). On peut
prouver aussi que dans le cas où les courbes d'utilité
du consommateur ont une forme Cobb-Dougias, la 5. Ce résultat n'est qu'une présentation différente des
moyenne géométrique pondérée par les valeurs des inégalités bien connues entre moyennes harmonique, géométrique
dépenses est la forme exacte de l'IUC. Translaté et arithmétique.

32 ÉCONOMIE ET STATISTIQUE N° 303, 1997 - 3