Vous êtes sur la page 1sur 24

sciences sup

sciences sup

O. Grasset • G. Tobie
C. Sotin
Christophe Sotin
Olivier Grasset
Gabriel Tobie

Planétologie

cours
Géologie des planètes et des satellites
Cours et exercices corrigés
Masters
Cet ouvrage s’adresse principalement aux étudiants de Masters en Christophe Sotin
est professeur au
Sciences de la Terre et de l’Univers, il intéressera également les Laboratoire de Planétologie

Planétologie
candidats au capes et à l’agrégation de SVT. et Géodynamique de
l’université de Nantes
Dès les premières images des sondes spatiales, il y a plus d’une (LPGN) en détachement
quarantaine d’années, est apparue une nouvelle discipline au Jet Propulsion Laboratory

Planétologie
(NASA).
scientifique, la planétologie. Depuis, chaque mission spatiale
apporte des données nouvelles sur les planètes du système Olivier Grasset
solaire. Les résultats obtenus récemment par les sondes Galileo, est professeur au LPGN.

Mars Global Surveyor, Mars Odyssey, Spirit, Opportunity, Mars


Géologie des planètes
Gabriel Tobie
Express, Vénus Express, Cassini-Huygens permettent de développer est chargé de recherches au
des modèles d’évolution de chaque planète et de les comparer CNRS au LPGN.

et des satellites
avec ceux décrivant l’évolution de la Terre. Les observations
de la morphologie des surfaces des planètes et les contraintes
sur leur structure interne sont étudiées dans cet ouvrage. Elles mathématiques

permettent de mieux comprendre la spécificité de la Terre et


d’appréhender les conditions qui ont permis à la vie physique

de s’y développer. Préface de Pierre Encrenaz


chimie
Ce cours abondamment illustré et enrichi d’un encart
en couleurs établit les bases des connaissances les sciences de l’ingénieur

plus récentes sur les planètes et les satellites du


système solaire. Des exercices corrigés complètent informatique

le cours.
sciences de la vie

Christophe Sotin
Olivier Grasset
sciences de la terre

licence master doctorat

1 2 3 4 5 6 7 8 Gabriel Tobie

6656441
ISBN 978-2-10-006506-6 www.dunod.com
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page v — #1
i i

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE ix

AVANT-PROPOS xi

CHAPITRE 1 • LE SYSTÈME SOLAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1


1 Le Soleil . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
2 Les objets du Système solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
3 Les petits corps du Système solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

CHAPITRE 2 • L’EAU DANS LE SYSTÈME SOLAIRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11


1 Le constituant H2 O . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2 Où est l’eau ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

CHAPITRE 3 • LES MISSIONS SPATIALES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29


1 Histoire de l’exploration du Système solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
e
2 Les enjeux du XXI siècle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35

CHAPITRE 4 • L’INSTRUMENTATION GÉOLOGIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

1 L’observation de la surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
2 Les techniques d’étude de la structure interne . . . . . . . . . . . . . . . . 49
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53

P REMIÈRE PARTIE
L ES PROCESSUS D ’ ÉVOLUTION DES PLANÈTES

CHAPITRE 5 • FORMATION DES PLANÈTES ET DE LEURS SATELLITES :


ACCRÉTION ET DIFFÉRENTIATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
1 Formation du Système solaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 57
2 De la condensation à l’accrétion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page vi — #2
i i

Table des matières

3 Assemblage, fusion et différentiation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68


4 Les météorites : un témoignage précieux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71
5 Vers notre système actuel... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81

CHAPITRE 6 • LA STRUCTURE INTERNE DES PLANÈTES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83


1 Composition des couches planétaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
2 Les modèles de structure interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98

CHAPITRE 7 • CONTRAINTES ET DÉFORMATIONS DES MATÉRIAUX


PLANÉTAIRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
1 Notion de contrainte et de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 101
2 Lois rhéologiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
3 Mécanisme microscopique responsable du fluage . . . . . . . . . . . . . 112
4 Propriétés mécaniques des silicates . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
5 Propriétés mécaniques des glaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 119
6 Profil rhéologique et transition ductile-fragile dans un contexte
planétaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126

CHAPITRE 8 • TRANSFERTS THERMIQUES ET MAGMATISME. . . . . . . . . . . . . . . . . 127


1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127
2 La conduction thermique appliquée aux lithosphères . . . . . . . . . . 129
3 La convection dans les manteaux des planètes . . . . . . . . . . . . . . . . 138
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 151

CHAPITRE 9 • CHAMP MAGNÉTIQUE DES PLANÈTES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155


1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
2 Le champ magnétique de la Terre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156
3 Le champ magnétique rémanent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164

vi

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page vii — #3
i i

Table des matières

CHAPITRE 10 • CHAMP DE GRAVITÉ ET FORMES DES PLANÈTES


ET DE LEURS SATELLITES NATURELS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
1 Notions de base . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165
2 Figure théorique d’équilibre hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 175
3 Topographie et géoïde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192

CHAPITRE 11 • PROCESSUS DE SURFACE : CRATÉRISATION, VOLCANISME,


ALTÉRATION... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
1 Cratères d’impact. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193
2 Le volcanisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 198
3 Altération et érosion des surfaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 201
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210

S ECONDE PARTIE
H ISTOIRE G ÉOLOGIQUE DES PLANÈTES ET DES SATELLITES
D ’ APRÈS LES DONNÉES DES MISSIONS SPATIALES

CHAPITRE 12 • LA PLANÈTE TERRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213


1 Les enveloppes de la Terre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 213
2 Les processus d’échanges entre les enveloppes . . . . . . . . . . . . . . . . 223
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 229

CHAPITRE 13 • VÉNUS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233


© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

1 Caractéristiques générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 233


2 Le rôle de l’eau dans l’évolution de Vénus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 239
3 Pourquoi Vénus n’a-t-elle pas de champ magnétique ? . . . . . . . . 241
4 Mécanisme de renouvellement de la surface de Vénus. . . . . . . . . 242
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244

CHAPITRE 14 • MARS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247


1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247
2 L’atmosphère . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 251
3 La géologie de surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 254

vii

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page viii — #4
i i

Table des matières

4 Structure et dynamique interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262


5 Évolution géologique de Mars . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 270

CHAPITRE 15 • MERCURE ET LA LUNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273


1 Les structures observées en surface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273
2 Datation des surfaces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 276
3 Composition minéralogique des roches . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277
4 Structures internes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 280

CHAPITRE 16 • LES SATELLITES GALILÉENS DE JUPITER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283


1 Caractéristiques générales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 283
2 Io : une lune très active . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 288
3 Europe : un océan sous sa surface glacée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291
4 Le champ magnétique de Ganymède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 299

CHAPITRE 17 • LES SATELLITES DE SATURNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301


1 Titan : une autre Terre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 301
2 Encelade : une petite lune très active . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 307
3 Les lunes intermédiaires de Saturne. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 311
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 315

CHAPITRE 18 • LES PLANÈTES NAINES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319


1 Les gros corps de la ceinture d’astéroïdes : Cérès, Vesta et
Pallas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 319
2 Pluton, Charon et les gros objets de la ceinture de Kuiper . . . . . 321
Exercices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 325

SOLUTION DES EXERCICES 327

OUVRAGES DE RÉFÉRENCE 343

INDEX 345

viii

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 26 — #34
i i

Chapitre 2 • L’eau dans le Système solaire

20
Comètes
-1.0 10
C/1999 S4
5.0

% Relatif à H20
73P-C
Log (X/XH2O)

73P-B 2.0
-2.0 1.0
0.5
CO
(natif) 0.2
-3.0 0.1
CH3OH H2CO C2H6 NH3
(natif) HCN 0.05
0.02
C2H2
Figure 2.11
Abondances mesurées par spectroscopie infrarouge dans deux fragments de la
comète 73P/Schwassmann-Wachmann 3 et la comète C/1999 S4. Les abondances
mesurées dans les autres comètes sont distribuées en pointillés. De très nom-
breux constituants sont individualisés dans les comètes, mais l’eau reste toujours
le constituant majoritaire.

2.5 Les manteaux glacés


Il a été montré dans la section 1.3. que les glaces peuvent exister sous différentes
configurations structurales en fonction des domaines de pression et température. La
majorité des glaces observées dans le système solaire sont soit des glaces cristallines
de basse pression (surface des planètes), soit des glaces amorphes (grains interstel-
laires, comètes). Les glaces de haute pression ne peuvent se rencontrer que si l’épais-
seur d’eau permet d’obtenir des pressions supérieures ou égales à environ 2 000 bars,
un seuil supérieur à ce qui est atteint à la base des calottes terrestres et au fond des
océans. De telles conditions de pression se rencontrent dans les lunes géantes de Jupi-
ter et Saturne (figure 2.12), ainsi que dans le cœur des planètes géantes (chapitre 6).
Les petites lunes des planètes géantes ne permettent pas l’existence de glaces
de hautes pressions. Même Europe, qui est pourtant une lune de taille conséquente
(1 575 km de rayon) ne présente pas de pression supérieure à 1 400 bars dans l’hy-
drosphère. Seules les deux lunes géantes Callisto et Ganymède autour de Jupiter et
Titan autour de Saturne génèrent les pressions suffisantes. Nous ne savons pas aujour-
d’hui quelle est la nature des manteaux glacés et surtout quelle est leur dynamique.
Comme il est montré dans la figure 2.12, la structure de l’hydrosphère est très for-
tement conditionnée par la température moyenne. Si les intérieurs sont proches de
0 ˚C, alors il est probable que l’hydrosphère se décompose en une croûte de glace Ih
en surface, une couche liquide, puis un épais manteau de glace VI. Cette possibilité,
fort intéressante parce qu’elle permet l’existence des océans, dépend de l’intensité du
chauffage interne et de la teneur en éléments volatils dans l’hydrosphère, donnée qui
reste malheureusement très mal contrainte.

26

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 27 — #35
i i

2. Où est l’eau ?

270 K Ganymède Callisto Titan Europe


0
Profondeur (km)

200
400
600
800
1000
Ganymède Callisto Titan Europe
254 K 0
200
Profondeur (km)

400
600
800
1000 Silicates

230 K Ganymède Callisto Titan Europe Glace VI


0 Glace V
Profondeur (km)

200 Glace III

400 Glace II

Glace Ih
600
Liquide
800
1000
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Figure 2.12
Structure interne des hydrosphères des lunes géantes de Jupiter et Saturne en
fonction de la température.
Mis à part Europe, les lunes géantes peuvent abriter en plus d’une couche liquide les
polymorphes glacés de type II, III, V, et VI. Les positions des interfaces sont estimées
en supposant que les couches sont de densité constante (tableau 2.2) et en prenant
une accélération de la gravité constante et égale à sa valeur en surface.

Si le profil thermique est froid (T < 250 K), des sous-couches de polymorphes
haute pression (glaces II, III, V) doivent être considérées. Dans ce contexte par-
ticulier, de nombreux travaux ont montré que la dynamique des hydrosphères est
fortement conditionnée par les contrastes de densité entre les polymorphes d’une
part, et par les conditions thermodynamiques des transitions de phase d’autre part.
En particulier, la transition II-VI, qui est endothermique, agit comme une barrière

27

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 46 — #54
i i

Chapitre 4 • L’instrumentation géologique

Figure 4.5
Lacs de Titan vus par la sonde
Cassini. Ces lacs seraient
composés d’hydrocarbures.
Source NASA.

images radar. Les deux techniques sont complémentaires comme le montre l’étude
de la surface de Titan par la sonde Cassini.

1.4 Autres techniques de télédétection pour obtenir


une information élémentaire et moléculaire
a) Flux de neutrons et spectrométrie gamma
Le rayonnement cosmique est constitué de particules très énergétiques qui vont inter-
agir avec la surface et fournir une source de photons gammas et de neutrons. La
radioactivité naturelle est une autre source. La mesure du rayonnement gamma four-
nit donc une information sur les éléments présents dans les premiers décimètres de la
croûte. Les neutrons réagissent avec l’hydrogène et la quantité de neutrons qui sont
émis de la surface d’une planète dépendra de la quantité d’hydrogène présente. Bien
que l’hydrogène soit aussi présent dans les minéraux hydratés sous forme de groupe-
ments (OH), cette quantité est le plus souvent traduite en masse de H2 O traversée par
le flux de neutrons. La profondeur de pénétration du flux de neutrons est de l’ordre
du mètre. Cette technique a été utilisée par la mission Mars Odyssey pour obtenir une
carte de la masse d’H2 O dans le premier mètre de la planète (planche 3).

b) Infrarouge thermique
La mesure du rayonnement infrarouge émis par la surface d’une planète ou d’un satel-
lite peut renseigner sur la nature de la roche. En effet, cette mesure permet d’avoir
l’émissivité de la roche qui mesure la radiation du corps par rapport à celle d’un corps
noir. Les propriétés thermiques de la surface renseignent sur la nature de cette roche
et sur les minéraux qui la composent.

46

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 47 — #55
i i

1. L’observation de la surface

1.5 La topographie
La première technique utilisée a été l’absorption atmosphérique pour Mars. En effet,
l’atmosphère est suffisamment ténue pour ne pas complètement saturer les bandes
d’absorption des molécules atmosphériques. Cette technique a permis d’obtenir la
première carte topographique de Mars par l’étude de l’absorption à 2 microns du CO2
atmosphérique et par un modèle de densité atmosphérique. La résolution verticale
n’est que de 300 m. Cette technique n’est donc pas une mesure directe.
La détermination de la topographie depuis un satellite artificiel par la mesure du
temps mis par un signal pour effectuer un aller-retour nécessite la connaissance de
la distance satellite-surface d’une part et de la distance satellite-centre de masse du
corps observé d’autre part. Cette dernière information est fournie par l’équipe de
navigation qui suit la trajectoire de la sonde spatiale avec une précision métrique. La
distance entre le satellite et la surface est mesurée par des techniques radar et laser.
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Figure 4.6
Modèle Numérique de Terrain (MNT) obtenu par la caméra HRSC (High Resolu-
tion Stereo Camera) à bord de la sonde européenne MarsExpress. Cette image
montre le système de caldeiras d’Olympus Mons sur Mars. Ce volcan est le plus
haut volcan connu dans le système solaire et culmine à plus de 22 km d’altitude.
La caldeira a une profondeur d’environ 3 km. (Copyright : ESA/DLR/FU Berlin ;
G. Neukum).

La technique radar a été utilisée pour Vénus durant les missions Venera et Magel-
lan. La carte topographique de la surface de Vénus (planche 4) a permis de bien
identifier les montagnes, volcans et cratères d’impact. Elle est utilisée pour l’étude de

47

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 192 — #200
i i

Chapitre 10 • Champ de gravité et formes des planètes

un rôle très important. Les déformations provoquées par l’effet combiné de la gra-
vitation et de la rotation modifient en retour le champ de pesanteur de la planète
ou du satellite. Une comparaison entre la forme d’équilibre théorique du corps
(ellipsoïde de référence) et l’équipotentielle réelle du corps (appelée géoïde dans
le cas de la Terre) permet de contraindre la structure interne du corps, de détermi-
ner l’existence d’anomalies de masse sous sa surface et d’estimer les propriétés
rhéologiques de sa lithosphère. L’analyse jointe des données gravimétriques et
altimétriques recueillies par les missions spatiales est ainsi un outil puissant pour
caractériser la structure interne des corps du Système solaire.

Exercices

10.1 Estimation du moment d’inertie polaire des planètes telluriques et


des satellites naturels
1. À partir des données fournies dans le tableau 10.2, déterminer le nombre de Love
séculaire ks pour Vénus, la Terre et Mars. Que peut-on dire de Vénus ? En déduire le
moment d’inertie polaire pour la Terre et Mars.

Tableau 10.2 Rayon R, Masse M, coefficient quadrupolaire J2 obtenus par


mesures satellitaires et période de rotation des corps, Prot .

R (km) M (1024 kg) J2 (×10−6 ) P rot (jours)


Vénus 6 052 4,8685 4,458 116,75
La Terre 6 371 5,9736 1 082,63 1
Mars 3 390 0,64185 1 960,45 1,027
La Lune 1 737,1 0,07349 202,7 27,3217
Io 1 821,5 0,0893 1 845,9 ± 4,2 1,77
Europe 1 561 0,048 440 ± 30 3,55
Ganymède 2 631 0,1482 127 ± 5 7,15
Callisto 2 410,5 0,1076 32,7 ± 0,8 16,69

2. Même question pour les satellites naturels, qui sont en orbite synchrone autour de
leur planète. Que peut-on dire de la Lune ? Déterminer le moment d’inertie polaire C
pour les autres satellites et estimer l’incertitude sur le moment d’inertie due à l’erreur
de mesure que l’on a sur le coefficient C20 .
3. a) Quelle devrait être la vitesse de rotation de Vénus pour expliquer son aplatis-
sement apparent ? b) A quelle distance de la Terre devrait se trouver la Lune pour
expliquer son aplatissement apparent ? c) Quel effet ont les forces de marée exercées
par la Lune sur le coefficient C20 de la Terre pour cette distance de la Lune ?

192

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 193 — #201
i i

PROCESSUS DE SURFACE :
CRATÉRISATION,
11
VOLCANISME,
ALTÉRATION ET ÉROSION

Divers processus peuvent affecter les surfaces des planètes et des satellites. Même les
corps les plus inertes, comme Mercure ou La Lune, voient leurs surface remodelée
par les impacts météoritiques successifs. Sur les corps actuellement les plus actifs,
comme Io ou Europe, le volcanisme et la tectonique entraînent un renouvellement
intense de la surface, éliminant toute trace d’impact. Enfin, l’existence d’une atmo-
sphère dense et d’un cycle de précipitation active, comme sur Terre, sur Titan ou sur
Mars dans le passé, cause une évolution rapide de la morphologie de surface, effaçant
assez rapidement les structures d’impact et les signes d’une activité interne. Dans ce
chapitre, ces différents processus sont décrits et utilisés pour reconstruire l’histoire
d’une planète ou d’un satellite.

1 CRATÈRES D’IMPACT
Les cratères d’impact sont des dépressions généralement circulaires qui résultent de
l’impact d’un corps d’origine météoritique ou cométaire avec la surface d’un corps
de grande taille (planète ou satellite). Ils constituent le type de relief le plus abondant
sur une surface planétaire, excepté sur la Terre, Titan, Io et Europe.

1.1 Processus d’impact


Lorsqu’une météorite ou une comète atteint la surface d’un corps, elle pénètre rapi-
dement les couches superficielles en se vaporisant partiellement ou totalement sous
l’effet de l’énergie liée à l’impact (figure 11.1a). Au niveau de l’impact, une onde
de choc est générée. La pression de choc au niveau du contact entre le projectile et
la cible peut atteindre des valeurs de 100 GPa. Une grande partie de l’énergie est
transférée au sol qui se déforme dans un premier temps de manière élastique, en
s’enfonçant. L’onde de choc générée au point d’impact se propage de manière hémi-
sphérique dans le sous-sol. La propagation de l’onde entraîne une fracturation du
sous-sol et un échauffement, ainsi qu’une excavation.
Une fois que toute l’énergie cinétique a été transférée au sous-sol, la matière est
en partie vaporisée et expulsée hors du cratère sous forme d’éjecta solide et liquide
(figure 11.1b). L’inertie d’impact continue à creuser le cratère et une corolle d’éjecta

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 194 — #202
i i

Chapitre 11 • Processus de surface : cratérisation, volcanisme, altération...

Projectile
(a)
Onde de choc

Contact / Compression

Éjecta
Raréfaction (vague
(b) de décompression)
Onde de choc

Fin du contact et de la compression

Matière vaporisée Corolle d'éjecta

(c)
Matière
fondue

Phase d'excavation

(d)
Cratère transitoire

Fin de l'excavation

Figure 11.1
Les quatre étapes de formation d’un cratère transitoire.

se développe (figure 11.1c). Quelques secondes après l’impact, les forces de com-
pression et la résistance du sous-sol s’équilibrent et le cratère atteint sa profondeur
maximale. Il est alors appelé cratère transitoire (figure 11.1d). La phase d’excavation
dure de quelques secondes pour des cratères de l’ordre du kilomètre jusqu’à plus
d’une minute pour des cratères excédant la centaine de kilomètres.

1.2 Relaxation et morphologie des cratères


Par la suite, la cavité se déforme et le sous-sol reprend progressivement sa place, pour
aboutir à un cratère final. Les modifications de la cavité après l’impact dépendent
principalement de la gravité et de la résistance des matériaux composant la cible.
En outre, la morphologie du cratère final dépend du volume du sous-sol vaporisé et

194

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 195 — #203
i i

1. Cratères d’impact

éjecté, de la compression résiduelle dans les roches, de la puissance du rebond, des


glissements de terrain et des éboulements se produisant sur les parois.

a) Cratères simples
Les plus petits cratères préservent à peu près la forme originale de la cavité, et sont
uniquement affectés par des glissements de terrain modérés depuis les remparts exté-
rieurs vers le centre de la cavité. Cela entraîne l’accumulation d’une couche de débris
sur le fond du cratère. Ces cratères, appelées cratères simples, sont caractérisés par
un rapport profondeur sur diamètre de l’ordre de 1/5. On les trouve sur la plupart des
corps du système solaire (voir les exemples a [cratère Victoria sur Mars] et b [cratère
Meteor sur la Terre] sur la planche 9). La majorité des cratères observés sur les petits
corps, tels que les astéroïdes, sont de ce type. Le plus gros cratère simple connu fait
une taille de 90 km et a été observé sur Almathea, un petit satellite de Jupiter. La plu-
part des cratères lunaires ayant un diamètre inférieur à 15 km ainsi que les cratères
plus petits que 4 km sur Terre sont de type simple. L’étude des cratères simples sur
Terre, par l’intermédiaire notamment de forage, a permis de montrer que le volume
de débris correspond à environ la moitié du volume de la cavité et que les débris pro-
viennent principalement de l’effondrement vers l’intérieur du rempart extérieur de la
cavité transitoire peu de temps après l’impact.

b) Cratères complexes
Les cratères de plus grande taille s’effondrent de manière beaucoup plus spectacu-
laire, en entraînant la formation d’un pic central et de terrasses sur les bords du cratère
(voir les exemples c et d sur la planche 9). Ces cratères ont un rapport profondeur
sur diamètre plus faible que les cratères simples et sont appelés cratères complexes.
La transition entre les cratères simples et complexes est inversement proportionnelle
à la gravité (1/g), suggérant qu’un effondrement se produit lorsqu’un certain seuil de
rupture est atteint. Le seuil apparent de rupture est néanmoins beaucoup plus faible
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

que le seuil de rupture des roches ou matériaux glacés déduit des tests mécaniques
en laboratoire, ce qui suggère que la résistance apparente des matériaux est affaiblie
lors de la propagation de l’onde de choc.
Selon l’importance de l’impact, la modification du cratère transitoire comprend
des glissements massifs des parois du cratère, la formation de terrasses en esca-
lier, un soulèvement du fond du cratère et la formation d’un pic central. Les études
géologiques effectuées sur Terre ont montré que les strates au centre du cratère se
retrouvent au-dessus du niveau du sol avant l’impact. En outre, une dépression annu-
laire, remplie de matériaux fragmentés et de résidus de fusion, entoure cette partie
centrale. La formation d’un pic central est la principale conséquence du soulèvement
du plancher de la cavité transitoire, qui s’accompagne d’une subsidence des parois du
cratère transitoire. Toutes ces modifications se produisent sur des échelles de temps
très brèves. Pour des cratères de 200-300 km, les modifications de la cavité sont ache-
vées moins de 15 minutes après l’impact.

195

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 240 — #248
i i

Chapitre 13 • Vénus

s’échappe plus facilement dans l’espace que le deutérium qui a une masse deux fois
plus élevée. Cet échappement différentiel se traduit au cours des milliards d’années
par une concentration croissante de l’atome le plus lourd, le deutérium. Si on suppose
que seul l’atome d’hydrogène s’est échappé, un réservoir d’eau primordiale d’envi-
ron 4-5 m d’épaisseur est nécessaire pour expliquer l’enrichissement en deutérium.
En réalité, une partie du deutérium s’échappe également, ces 4-5 m constituent donc
seulement une borne inférieure. Une quantité d’eau primordiale plus élevée est tout à
fait envisageable, mais des réservoirs d’eau aussi importants que les océans terrestres
n’est très probablement jamais existé à la surface de Vénus.

EN CART 13.1

La vapeur d’eau est connue pour son important effet de serre. Sur Terre, elle
contribue à plus de 50 % au réchauffement de l’atmosphère par effet de serre.
La présence de vapeur d’eau en quantité plus élevée dans l’atmosphère primitive
de Vénus a pu entraîner un effet de serre divergent, ayant provoqué une vapori-
sation totale de toute l’eau initialement présente. Par conséquent, même s’il est
possible que Vénus ait connu les conditions propices au maintien d’eau liquide à
sa surface dans les millions d’années qui suivirent sa formation, l’effet de serre
entraîné par la vapeur d’eau a très probablement conduit à une vaporisation totale
de ces réservoirs liquides, ou plutôt à empêcher leur condensation à la surface.
La photodissociation de la vapeur d’eau dans la haute atmosphère puis l’échap-
pement de l’hydrogène a ensuite entrainé une perte irréversible d’eau, assèchant
totalement la surface.

La perte de cette eau originelle a non seulement affecté l’évolution de son atmo-
sphère, mais aussi très probablement sa dynamique interne. En particulier, l’absence
d’une tectonique des plaques sur Vénus pourrait s’expliquer par une très faible quan-
tité d’eau dans son intérieur. L’eau joue en effet un rôle clé dans la déformation des
matériaux mantelliques, même en faible quantité. Elle diminue notamment la visco-
sité de l’olivine qui est le principal minéral du manteau, et elle facilite la localisa-
tion de la déformation, entraînant la formation de zones de faiblesse qui permettent
d’invidualiser des plaques rigides, peu déformées. Même si il y a des indices d’une
quantité d’eau plus importante dans le passé, celle-ci n’était probablement pas suf-
fisante pour modifier la rhéologie de la lithosphère et n’a pas permis d’initier une
tectonique des plaques. En outre, la vaporisation rapide de l’eau et son échappement
n’ont pas permis de recycler dans l’intérieur les quantités d’eau relâchées par le déga-
zage interne, asséchant ainsi progressivement l’intérieur tout comme sa surface. Cela
contraste avec la dynamique de la Terre, où les mécanismes de tectonique des plaques
permettent de recycler l’eau dans le manteau, ce qui entretient le système actif. Sans
tectonique des plaques, pas de recyclage de l’eau et sans eau dans les minéraux man-
telliques, il est difficile d’initier une tectonique des plaques. Sur Vénus, le peu d’eau
qui était potentiellement initialement contenu dans l’intérieur a été progressivement

240

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 241 — #249
i i

3. Pourquoi Vénus n’a-t-elle pas de champ magnétique ?

dégazé, diminuant d’autant plus son effet sur la rhéologie de la lithosphère et ainsi la
probabilité d’initier une tectonique des plaques.

3 POURQUOI VÉNUS N’A-T-ELLE PAS DE CHAMP


MAGNÉTIQUE ?
Comme l’attestent les variations temporelles du champ de gravité induites par les
marées solaires (section 1.3), Vénus a très probablement un noyau métallique liquide
(avec ou sans graine), mais n’a pas de dynamo active à l’heure actuelle. Le champ
magnétique prédit par les modèles théoriques devrait être plus de deux ordres de
grandeur supérieur au signal mesuré par les sondes spatiales autour de Vénus. Si le
noyau de Vénus était animé de mouvements convectifs similaires à ceux se produi-
sant dans le noyau terrestre, un champ magnétique relativement intense devrait être
observé sur Vénus, et cela malgré la faible rotation. La rotation lente de Vénus n’est
en effet pas un frein à la génération d’une dynamo. La non-détection d’un champ
mangétique témoigne plutôt de l’absence de convection dans le noyau. Cela est pos-
sible si le noyau ne refroidit pas assez efficacement et/ou si aucune graine solide ne
se forme au centre.
Le refroidissement du noyau est contrôlé par les processus de transfert thermique
dans le manteau. Sur la Terre, environ 70 % de la perte de chaleur interne est attribué à
la subduction de lithosphère océanique froide. Le reste est en grande partie attribué à
la remontée de panaches mantelliques. L’absence d’une tectonique des plaques active
sur Vénus limite fortement le refroidissement de l’intérieur en comparaison avec la
Terre. L’énergie interne est en effet beaucoup moins bien évacuée par le manteau si
la lithosphère n’est pas mobile (voir le chapitre 8). Une moins bonne efficacité du
transfert de chaleur dans le manteau se traduit naturellement par une refroidissement
plus faible du noyau. La figure 13.6 compare l’évolution du flux de chaleur évacué du
noyau en fonction du temps pour Vénus et pour la Terre. Que ce soit sur Terre ou sur
Vénus le flux de chaleur sortant du noyau est très important durant les 2-3 premiers
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

milliards d’années, permettant des mouvements convectifs.


La différence majeure entre la Terre et Vénus est la formation d’une graine à envi-
ron 2,5 milliards d’années. Sur Vénus, le manteau est légèrement plus chaud et la
pression au centre est environ 70 GPa plus faible, ce qui ne permet pas d’atteindre le
point de solidification de fer liquide. Le flux de chaleur à l’interface noyau-manteau
diminue progressivement et le noyau perd la capacité à convecter à environ 3 mil-
liards d’années, alors que sur Terre la cristallisation de la graine libère un supplément
d’énergie sous forme de chaleur latente de cristallisation (L) et d’énergie gravita-
tionnelle (E G ) provoquée par la migration du fer solide vers le centre. Ce surplus
d’énergie permet de maintenir des mouvements de convection dans le noyau et ainsi
d’entrenir une dynamo active jusqu’à nos jours. Comme le montrent ces calculs, il
est tout à fait concevable que le noyau de Vénus convectait dans le passé et qu’une
dynamo active existait à cette époque. Néanmoins, la haute température régnant dans
la croûte de Vénus et son renouvellement récent n’ont pas permis de conserver des

241

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 242 — #250
i i

Chapitre 13 • Vénus

40

sortant du noyau
Flux de chaleur

(mW m-2) 30
L+EG = 2 MJ.kg-1

Terre
20
Convection 1 MJ.kg-1

Pas de convection Vénus


10
1 2 3 4 5
Temps (Ga)
Figure 13.6
Comparaison entre l’évolution temporelle du flux de chaleur sortant du noyau
de Vénus et celle de la Terre (d’après Schubert et al. 2001). Lorsque le flux de
chaleur est supérieur à 15 mW.m−2 , la convection dans le noyau est possible. En
dessous de cette valeur, celle-ci s’arrête, et aucune dynamo magnétique ne peut
alors se développer. Sur Vénus, la solidification du noyau ne se produit jamais,
ce qui n’apporte pas d’énergie supplémentaire permettant de maintenir le flux de
chaleur au dessus de la valeur critique pour le développement de la convection.
Sur la Terre, la cristallisation de la graine fournit une énergie supplémentaire,
sous forme de chaleur latente de solidification (L) et d’énergie gravitationnelle
(E G ), de l’ordre de 1 à 2 MJ.kg−1 , permettant de maintenir le noyau dans un état
convectif.

enregistrements de cette activité magnétique, à la différence de Mars par exemple, qui


a conservé des anomalies magnétiques rémanentes témoignant d’une dynamo active
durant son premier milliard d’années (voir le chapitre 14).

4 MÉCANISME DE RENOUVELLEMENT DE LA SURFACE


DE VÉNUS
La datation de la surface de Vénus par comptage de cratères indique que la quasi-
totalité de la surface a un âge inférieur à 500-700 millions d’années. Cela contraste
fortement avec les corps telluriques (Mars et la Lune) qui ont conservé à la surface
une grande proportion de terrains anciens (figure 13.7). Même sur la Terre où le
renouvellement de la croûte dans le domaine océanique s’effectue rapidement (la
croûte océanique la plus ancienne n’a pas plus de 180 millions d’années), une grande
partie de la croûte continentale a un âge supérieur à un milliard d’années. En outre,
la plupart des cratères sur Vénus n’ont subi aucune déformation et n’ont pas été
altérés par des coulées de lave. Cela suggère que Vénus a subi un renouvellement
total de sa surface il y a environ 600 millions d’années, et que cet épisode a duré
moins de 10 millions d’années. Depuis cet épisode, pas plus de 5 % de la surface a
été renouvelée.

242

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 243 — #251
i i

4. Mécanisme de renouvellement de la surface de Vénus

100
Pourcentage de la surface
d’âge inférieur à τ
Terre
Vénus
Mars cc
Terrains Lune
50 élevés
co
Plaines
volcaniques
0
4 3 2 1 0
τ (Ga)
Figure 13.7
Proportion de la surface de la Terre, Mars, Vénus et la Lune ayant un âge inférieur
au temps t (d’après Schubert et al. 2001). Sur Terre, les portions de la surface
plus jeune que 125 Ma correspondent principalement à la croûte océanique (co),
alors que la croûte plus ancienne est entièrement continentale (cc). Sur Mars et la
Lune, on distingue les terrains élevés plus anciens des plaines volcaniques où se
situent les terrains les plus récents. Sur Vénus et Mars, la datation des surfaces
est uniquement basée sur le comptage des cratères, si bien que la détermination
des âges absolus est peu précise.

Comme ce resurfaçage global a entièrement effacé toute trace d’activité tectonique


ou volcanique antérieure, il est impossible de savoir si ce dernier évènement mar-
quait la fin d’une longue période d’activité tectonique et volcanique intense ou bien
s’il s’agissait d’un évènement catastrophique survenu à un moment clé de l’évolution
de la planète. Différents scénarios ont été proposés pour expliquer ce resurfaçage. Il
pourrait s’agir de subductions épisodiques et catastrophiques de la lithosphère entraî-
nant un renouvellement total de la croûte, ou d’une réorganisation catastrophique de
la dynamique du manteau entraînant un fort taux de fusion et une activité magmatique
intense. Le manque de données sur la composition de la croûte ne permet pas d’iden-
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

tifier le scénario le plus probable. De futures missions d’exploration in situ seront


nécessaires pour déterminer l’origine de cet évènement et pour mieux comprendre ce
qui a rendu Vénus si différente de la Terre.

EN RÉSUMÉ

Bien que relativement similaires en termes de masse et de composition, Vénus et


la Terre ont connu des évolutions différentes. Vénus a très tôt perdu le peu d’eau
qu’elle contenait initialement. L’assèchement de Vénus et la température élevée
de sa surface et de sa lithosphère a probablement empêché le développement
d’une tectonique des plaques similaire à la Terre. La conséquence principale de
cette absence de tectonique des plaques a été un refroidissement moins efficace
de son intérieur, entraînant une température de son manteau plus élevée que sur

243

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 244 — #252
i i

Chapitre 13 • Vénus

Terre. Cette température élevée se traduit par un magmatisme très intense, ayant
pu entrainer un renouvellement complet de sa surface il y a environ 600 millions
d’années, et un refroidissement peu efficace du noyau inhibant la formation d’une
graine solide et le développement d’un champ magnétique.
La sonde européenne Venus Express qui est en orbite autour de Vénus depuis
avril 2006 devrait apporter des nouvelles contraintes sur l’origine et l’évolution
de son atmosphère, notamment via l’étude de la chimie et des processus d’échap-
pement. Mais il faudra probablement attendre l’envoi de missions d’exploration
in situ dans le futur pour contraindre la composition de sa surface et comprendre
l’interaction entre l’intérieur, la surface et l’atmosphère.

Exercices

13.1 Dégazage du manteau de Vénus


Objectifs. La quantité d’argon 40 contenu dans l’atmosphère d’une planète permet
de quantifier le taux de dégazage qu’elle a subi depuis sa formation. Cette exercice
propose de quantifier la masse d’argon-40 qui a été produite dans l’intérieur de Vénus
et de la comparer à la masse présente dans l’atmosphère afin de déterminer l’efficacité
de dégazage du manteau de Vénus.
PARTIE I : Quantité d’40 Ar produite dans l’intérieur de Vénus
L’argon 40 est l’élément fils de l’isotope radioactive du potassium (40 K). Lors de la
désintégration du 40 K, une partie est convertie en 40 Ar et une autre en 40 Ca. L’évolu-
tion de la concentration en 40 K, [40 K], dans les roches silicatées est déterminée par la
loi de décroissance suivante :
 
d 40 K  
= −(lAr + lCa ) 40 K (13.1)
dt
avec lAr = 0, 058 Ga−1 , lCa = 0, 496 Ga−1 .
I.1. Démontrer la relation qui existe entre la concentration actuelle [40 K(4,55)] dans
les roches silicatées et la concentration initiale [40 K(0)].
I.2. Déterminer l’évolution temporelle de la concentration en 40 Ar en fonction de la
teneur initiale en 40 K.
I.3. En déduire la relation existant entre la teneur actuelle en 40 Ar, la teneur initiale
en 40 K et la teneur en 40 K restante dans la partie rocheuse.
I.4. Les mesures d’émission gamma effectuées par les sondes Venera permirent d’es-
timer le rapport [K]/[U] à environ 7×103 dans les roches crustales. En supposant une
abondance en uranium similaire à la valeur terrestre ([U]= 14 × 10−9 = Masse totale
d’uranium/Masse totale de la planète) et un rapport actuel [40 K]/[K] de 1, 165×10−4 ,
déduire l’abondance totale actuelle en 40 K et l’abondance primordiale.

244

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 245 — #253
i i

Exercices

I.5. Déterminer la masse totale d’40 Ar qui a été produite depuis la formation de
Vénus.
PARTIE II : Détermination de la masse d’40 Ar présente dans l’atmosphère de
Vénus.
L’atmosphère de Vénus est composée au premier ordre de 96.5 % de CO2 et de 3.5 %
de N2 , en négligeant les autres composés. La température moyenne de la surface est
460 ◦ C pour une pression de 92 bars.
II.1. Déterminer la masse moléculaire moyenne de l’air sur Vénus.
II.2. Déduire la masse volumique de l’atmosphère au sol, en assimilant l’atmosphère
à un gaz parfait.
II.3. En supposant une atmosphère isotherme à l’équilibre hydrostatique, déterminer
la relation qui décrit la variation de masse volumique avec l’altitude.
II.4. En déduire la masse totale de l’atmosphère.
II.5. Sachant qu’environ 30 ppm d’40 Ar ont été détectés dans l’atmosphère de Vénus,
déterminer la fraction d’40 Ar qui a été dégazé de l’intérieur de Vénus depuis sa for-
mation.

245

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 246 — #254
i i

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 247 — #255
i i

MARS
14
1 INTRODUCTION
Mars est la quatrième planète du Système solaire située à environ 230 millions de
km du Soleil. La couleur de la poussière qui la recouvre lui a valu le surnom de
planète rouge. Son rayon est environ deux fois plus petit que celui de la Terre et sa
masse environ un dixième de celle de la Terre (tableau 14.1). Du fait de sa taille
plus petite, les effets de pression sur la densité des roches profondes sont moins
prononcés, d’où une masse volumique beaucoup plus faible que celle de la Terre.
Cependant, en prenant la même proportion d’éléments majeurs que pour la Terre, et
en les répartissant dans les mêmes minéraux, on trouve exactement cette valeur de
masse volumique. On considère donc que Mars et la Terre ont la même composition
élémentaire.

Tableau 14.1 Propriétés de la planète Mars. La dernière colonne donne soit


la valeur terrestre, soit la valeur relative à la Terre (en gras)

Mars Terre
GM (km3 .s−2 ) 42 828 398 595
Masse (kg) 6,4 185 1023 0,107
Rayon moyen (km) 3 389,5 6 371,01 (0,53)
g = GM/R2 3,73 9,82
Rayon équatorial moyen (km) 3 396,19 6 378,136
Rayon polaire (km) 3 376,2 6 356,75
Masse volumique (kg/m3 ) 3 940 5 520
Vitesse de rotation (rad/s) 7,088 10−5 7,27 10−5
Journée 24 h 37’ 23 h 56 min
Année (jours terrestres) 687 365,24
Demi-grand axe (106 km) 227,93 149,598
Excentricité 0,0934 0,0167
Inclinaison 26 23,5
J2 1 959 10−6 1 082 10−6
C2,2 63,2 10−6 0
Les valeurs des rayons proviennent de Seidelmann et al., 2002 (Seidelmann, P.K. et al. (2002),
Report of the IAU/IAG working group on cartographic coordinates and rotational elements of
the planets and satellites : 2 000, Cel. Mech. Dyn. Astron., 82, 83–110.). Le rayon moyen est le
rayon de la sphère de volume égal à Mars. Les deux dernières lignes donnent les coefficients de
degré 2 du champ de gravité.

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 248 — #256
i i

Chapitre 14 • Mars

EN CART 14.1 Les satellites de Mars

Deux petits satellites naturels orbitent autour de Mars : Deimos et Phobos.


Deimos a une orbite quasi circulaire d’un rayon de 23 460 km. Sa densité est de
2,2, ce qui montre qu’il est sans doute composé de silicates formant une matrice
poreuse. Sa forme est irrégulière et s’approche d’un ellipsoïde (Figure 14.1a)
dont les trois axes principaux mesureraient 15,0 km, 12 km et 10,4 km. Pho-
bos est plus gros que Deimos, sa forme s’éloigne encore plus d’une sphère
(Figure 14.1) avec 3 axes principaux qui ont comme longueur 27 km, 21 km et
18 km. Sa densité est un peu plus faible (1,9), ce qui montre qu’il doit être encore
plus poreux. On peut noter la présence d’un gros cratère, le cratère Stickney. Pho-
bos a une orbite excentrique (e = 1,5 %) avec un demi grand axe de 9 377 km.
Phobos ne se situe donc qu’à 6 000 km de la surface de Mars. Cette distance
diminue d’environ 1,8 m par an du fait de la dissipation de l’énergie de marée
dans le manteau de Mars et Phobos finira par tomber sur Mars dans quelques
millions d’années. Avant cette chute, il sera sans doute désintégré car Phobos
passera sous la limite de Roche1 . Les effets de marée permettent d’apporter
quelques informations sur la structure interne de Mars et en particulier le facteur
de dissipation dans le manteau martien. Les données spectrométriques suggèrent
que ces deux satellites ont la même composition que les astéroïdes de type C. Ces
satellites seraient des objets de la ceinture d’astéroïdes qui auraient été capturés
par la planète Mars même si leur faible inclinaison suggère une formation lors
de l’accrétion de Mars.

a) b)

Figure 14.1
Phobos et Deimos, les deux satellites de Mars. L’image de Phobos (a) a été
prise par la caméra HRSC à bord de MarsExpress alors que celle de Deimos
(b) a été prise par l’orbiteur Viking.

1. La limite de Roche est la distance minimale à laquelle un objet doit se trouver d’une planète pour
que les forces d’autogravité soit supérieures aux forces de marée et de Coriolis.

248

i i

i i
i i
“doc” (Col. : Science Sup 17x24) — 2009/2/9 — 14:37 — page 249 — #257
i i

1. Introduction

Mars est la planète la plus étudiée du Système solaire (tableau 14.2). Cet engoue-
ment est lié à la possibilité d’une vie sur Mars. En effet, cette planète est la seule qui
présente actuellement des températures de surface « supportables » : bien que la tem-
pérature moyenne de surface soit aux alentours de −60 ˚C, de grands écarts existent
en latitude du fait de l’inclinaison de 26˚ de l’axe de rotation et de l’atmosphère tenue.
À l’équateur, les températures peuvent être positives, jusque 25 ˚C, pendant la jour-
née. En raison de la découverte des rivières asséchées (Planche 11), on a longtemps
cru que Mars pouvait être habitée. Puis les premières missions ont démontré qu’il n’y
avait pas de vie macroscopique et les expériences menées sur la sonde Viking (1976)
n’ont pas été concluantes quant à l’existence d’une vie microscopique. La question
d’une vie actuelle ou passée est toujours d’actualité et les futures missions comme la
mission européenne ExoMars (Tableau 14.2) tenteront de répondre à cette question.
Tableau 14.2 Liste des missions martiennes.
La deuxième colonne donne la date de lancement. Jusqu’aux missions Viking, le
tableau a été résumé en ne donnant que le nom des deux programmes de l’Union
Soviétique et des États-Unis. Un ‘x’ est noté quand une composante mineure de la
mission a réussi ou échoué.

Missions Année de lancement Échec Réussite


Programme Mars de l’URSS 1960-1973 XXX X
Programme Mariner de la NASA 1964-1971 X XX
Viking 1 et 2 (NASA) 1975 XXX
Phobos 1 et 2 (URSS) 1988 XX x
Mars Observer (NASA) 1992 X
Mars96 (Russie et partenaires européens) 1996 X
Mars Pathfinder 1996 X
Mars Global Surveyor 1996-2007 X
NOZOMI (Japon) 1996 X
Mars Climate orbiter + Mars Polar Lander + DS2 1998 XXx
Mars Odyssey (NASA) 2001 X
© Dunod – La photocopie non autorisée est un délit

Mars Express (ESA) 2003 x X


Mars Exploration Rovers (NASA) 2003 XX
Mars Reconnaissance Orbiter (NASA) 2005 X
Phoenix (première mission scout NASA) 2007 X
Mars Science Laboratory (NASA) 2011
MAVEN mission Scout (NASA) 2013
ExoMars (ESA) 2016

L’accumulation de données sur Mars permet d’étudier cette planète dans sa globa-
lité. Mars fournit donc un autre exemple que la Terre pour comprendre les méca-
nismes qui gouvernent l’évolution d’une planète. On peut y étudier les relations
entre composition atmosphérique et volcanisme, entre dynamique interne et présence
d’une dynamo magnétique, ou entre composition de la croûte et différentiation de
la planète. Les données acquises permettent d’avoir une bonne connaissance de la

249

i i

i i
sciences sup
sciences sup

O. Grasset • G. Tobie
C. Sotin
Christophe Sotin
Olivier Grasset
Gabriel Tobie

Planétologie

cours
Géologie des planètes et des satellites
Cours et exercices corrigés
Masters
Cet ouvrage s’adresse principalement aux étudiants de Masters en Christophe Sotin
est professeur au
Sciences de la Terre et de l’Univers, il intéressera également les Laboratoire de Planétologie

Planétologie
candidats au capes et à l’agrégation de SVT. et Géodynamique de
l’université de Nantes
Dès les premières images des sondes spatiales, il y a plus d’une (LPGN) en détachement
quarantaine d’années, est apparue une nouvelle discipline au Jet Propulsion Laboratory

Planétologie
(NASA).
scientifique, la planétologie. Depuis, chaque mission spatiale
apporte des données nouvelles sur les planètes du système Olivier Grasset
solaire. Les résultats obtenus récemment par les sondes Galileo, est professeur au LPGN.

Mars Global Surveyor, Mars Odyssey, Spirit, Opportunity, Mars


Géologie des planètes
Gabriel Tobie
Express, Vénus Express, Cassini-Huygens permettent de développer est chargé de recherches au
des modèles d’évolution de chaque planète et de les comparer CNRS au LPGN.

et des satellites
avec ceux décrivant l’évolution de la Terre. Les observations
de la morphologie des surfaces des planètes et les contraintes
sur leur structure interne sont étudiées dans cet ouvrage. Elles mathématiques

permettent de mieux comprendre la spécificité de la Terre et


d’appréhender les conditions qui ont permis à la vie physique

de s’y développer. Préface de Pierre Encrenaz


chimie
Ce cours abondamment illustré et enrichi d’un encart
en couleurs établit les bases des connaissances les sciences de l’ingénieur

plus récentes sur les planètes et les satellites du


système solaire. Des exercices corrigés complètent informatique

le cours.
sciences de la vie

Christophe Sotin
Olivier Grasset
sciences de la terre

licence master doctorat

1 2 3 4 5 6 7 8 Gabriel Tobie

6656441
ISBN 978-2-10-006506-6 www.dunod.com