Vous êtes sur la page 1sur 77

[http://mp.cpgedupuydelome.

fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 1

Suites et séries de fonctions Exercice 7 [ 00880 ] [correction]


Soit fn : [0, 1] → R continue. On suppose que (fn ) converge uniformément sur
[0, 1[.
Suites de fonctions Montrer que la suite (fn ) converge uniformément sur [0, 1].

Exercice 1 [ 00868 ] [correction]


Etablir que la limite simple d’une suite de fonctions de I vers R convexes est Exercice 8 X MP [ 02969 ] [correction]
convexe. Soit I un intervalle ouvert ; soit pour n ∈ N, fn : I → R une fonction convexe. On
suppose que (fn ) converge simplement. Montrer que (fn ) converge uniformément
sur tout segment inclus dans I.

Exercice 2 [ 00885 ] [correction]


Soient (fn ) une suite de fonctions convergeant uniformément vers une fonction f Exercice 9 [ 00888 ] [correction]
et g une fonction uniformément continue. Montrer que (g ◦ fn ) converge Soit fn : [0, 1] → R décroissante et continue telle que (fn ) converge simplement
uniformément. vers la fonction nulle.
Montrer que cette convergence est uniforme.

Exercice 3 [ 00884 ] [correction]


Soient (fn ) et (gn ) deux suites de fonctions convergeant uniformément vers des Exercice 10 [ 00889 ] [correction]
fonctions f et g supposées bornées. Montrer que (fn gn ) converge uniformément [Théorème de Dini]
vers f g. Soient des fonctions fn : [a, b] → R continues telles que la suite de fonctions (fn )
converge simplement vers la fonction nulle.
On suppose que pour tout x ∈ [a, b], la suite réelle (fn (x)) est décroissante. On
désire montrer que la convergence de la suite (fn ) est uniforme.
Exercice 4 [ 00878 ] [correction]
a) Justifier l’existence de
Soit (fn ) une suite de fonctions réelles continues et définies sur [a, b]. On suppose
lim kfn k∞
que fn converge uniformément vers une fonction f . n→+∞
Montrer que inf fn → inf f . b) Justifier que pour tout n ∈ N, il existe xn ∈ [a, b] tel que kfn k∞ = fn (xn ).
[a,b] [a,b]
c) En observant que pour tout p 6 n,

fn (xn ) 6 fp (xn )
Exercice 5 [ 00879 ] [correction]
On suppose qu’une suite de fonctions (fn ) de [a, b] vers R converge uniformément montrer que kfn k∞ → 0 et conclure.
vers f : [a, b] → R continue et on considère une suite (xn ) d’éléments de [a, b]
convergeant vers x. Montrer
fn (xn ) → f (x) Exercice 11 [ 00894 ] [correction]
Soient f : R → R une fonction continue et (Pn ) une suite de fonctions
polynomiales convergeant uniformément vers f .
a) Justifier qu’il existe un entier naturel N tel que pour tout n supérieur ou égal à
Exercice 6 [ 00886 ] [correction] N , on ait pour tout réel x, |Pn (x) − PN (x)| 6 1.
Montrer que la limite uniforme d’une suite de fonctions uniformément continues Que peut-on en déduire quant au degré des fonctions polynômes Pn − PN lorsque
d’un intervalle I de R vers R est elle-même une fonction uniformément continue. n>N?
b) Conclure que f est nécessairement une fonction polynomiale.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 2

Exercice 12 [ 03461 ] [correction] Exercice 18 [ 00873 ] [correction]


Soit (Pn ) une suite de fonctions polynômes de R dans R. On suppose que cette On pose
suite converge uniformément vers une fonction f sur R. Montrer que la fonction f fn (x) = nx2 e−nx avec x ∈ R+
est polynomiale.
Etudier la convergence uniforme de (fn ) sur R+ puis sur [a, +∞[ avec a > 0.

Etude de la convergence d’une suite de fonctions


Exercice 19 [ 00874 ] [correction]
Exercice 13 [ 00881 ] [correction] On pose
Soient α ∈ R et fn : [0, 1] → R définie par 1
fn (x) = avec x ∈ R
(1 + x2 )n
fn (x) = nα x(1 − x)n
Etudier la convergence uniforme de (fn ) sur R puis sur ]−∞, −a] ∪ [a, +∞[ avec
a) Etudier la limite simple de la suite (fn ). a > 0.
b) Pour quels α ∈ R, y a-t-il convergence uniforme ?

Exercice 14 [ 00869 ] [correction] Exercice 20 [ 00875 ] [correction]


Soit fn : R → R définie par On pose
1
fn (x) = x2 sin
p
fn (x) = x2 + 1/n pour x > 0 et fn (0) = 0
nx
Montrer que chaque fn est C 1 et que la suite (fn ) converge uniformément sur R Etudier la convergence uniforme de (fn ) sur R+ puis sur [−a, a] avec a > 0.
vers une fonction f qui n’est pas de classe C 1 .

Exercice 15 [ 00871 ] [correction] Exercice 21 [ 00890 ] [correction]


On pose Soit fn : R+ → R définie par
un (x) = xn ln x avec x ∈ ]0, 1] et un (0) = 0  x −n
Etudier la convergence uniforme de la suite de fonctions (un ) sur [0, 1]. fn (x) = 1 +
n
a) Etudier la limite simple de (fn ) et montrer que
Exercice 16 [ 00872 ] [correction]
Etudier la convergence uniforme de fn : [0, +∞[ → R définie par ∀x ∈ R+ , fn (x) > lim fn (x)
x
fn (x) = b) En partant de l’encadrement suivant valable pour tout t ∈ R+ ,
n(1 + xn )
t2
Exercice 17 [correction] t− 6 ln(1 + t) 6 t
[ 00870 ] 2
On pose
un (x) = e−nx sin(nx) avec x ∈ R+ justifier que la suite (fn ) converge uniformément sur tout intervalle [0, a] (avec
a > 0).
a) Etudier la convergence simple de la suite de fonctions (un ) sur [0, +∞[. c) Etablir qu’en fait, la suite de fonctions (fn ) converge uniformément sur R+ .
b) Etudier la convergence uniforme sur [a, +∞[ avec a > 0.
c) Etudier la convergence uniforme sur [0, +∞[.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 3

Exercice 22 [ 00892 ] [correction] Exercice 27 [ 00877 ] [correction]


Soit fn : [0, 1] → R définie par On pose
n n+1
fn (x) = 4n (x2 − x2 ) pour x ∈ [0, 1]
fn (x) = n2 x(1 − nx) si x ∈ [0, 1/n] et fn (x) = 0 sinon
Sur quels intervalles y a-t-il convergence uniforme ?
a) Etudier la limite simple de la suite (fn ).
b) Calculer
Z 1
Exercice 28 [ 00883 ] [correction]
fn (t) dt
0 Soit fn : R+ → R définie par
Y a-t-il convergence uniforme de la suite de fonction (fn ) ?
fn (x) = x + 1/n
c) Etudier la convergence uniforme sur [a, 1] avec a > 0.
Montrer que (fn ) converge uniformément mais pas (fn2 ).
Exercice 23 [ 00891 ] [correction]
Pour x ∈ [0, π/2], on pose fn (x) = n sin x cosn x. Exercice 29 [ 00887 ] [correction]
a) Déterminer la limite simple de la suite de fonctions (fn ). Soit f : R → R une fonction deux fois dérivable de dérivée seconde bornée.
b) Calculer Montrer que la suite des fonctions
Z π/2
In = fn (x)dx gn : x 7→ n (f (x + 1/n) − f (x))
0
La suite (fn ) converge-t-elle uniformément ? converge uniformément vers f 0 .
c) Justifier qu’il y a convergence uniforme sur tout segment inclus dans ]0, π/2].

Exercice 30 Mines-Ponts MP [ 02831 ] [correction]


Exercice 24 Mines-Ponts MP [ 02830 ] [correction] Soit f : [0, 1] → [0, 1] donnée par
On pose, pour x > 0,
1 f (x) = 2x(1 − x)
fp (x) =
(1 + x)1+1/p
Etudier la convergence simple puis uniforme de la suite de fonctions (fp )p∈N? . Etudier la convergence de (fn ) où fn est l’itéré n-ième de f .

Exercice 25 X MP [ 02972 ] [correction] Exercice 31 [ 02860 ] [correction]


Soit, pour n ∈ N, fn la fonction définie sur R+ par Soit (fn ) la suite de fonction définie sur R+ par
x
fn (x) = (1 − x/n)n si x ∈ [0, n] et fn (x) = 0 si x > n f0 (x) = x et fn+1 (x) = pour n ∈ N
2 + fn (x)
Etudier le mode de convergence de (fn ).
Etudier la convergence simple et uniforme de la suite (fn )n>0 sur R+ .

Exercice 26 [ 00876 ] [correction]


On pose Exercice 32 CCP MP [ 02527 ] [correction]
2n x Etudier la convergence simple et uniforme sur R de la suite de fonctions (fn )
fn (x) = pour x ∈ R
1 + n2n x2 donnée par
Sur quels intervalles y a-t-il convergence uniforme ? fn (x) = sinn (x) cos(x)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 4

Exercice 33 CCP MP [ 02532 ] [correction] On pose Z x


a) Montrer que la suite de fonctions fn (x) = x(1 + nα e−nx ) définies sur R+ pour p
Φ(f )(x) = f (t) dt
α ∈ R et n ∈ N? converge simplement vers une fonction f à déterminer. 0
b) Déterminer les valeurs de α pour lesquelles il y a convergence uniforme. pour toute f ∈ E.
c) Calculer On pose f0 = 1 puis fn+1 = Φ(fn ) pour tout n ∈ N.
Z 1
√ a) Etudier la suite (fn ).
lim x(1 + ne−nx )dx
n→+∞ 0 b) Soit f = lim(fn ).
Trouvez une équation différentielle dont f est solution.
Y a-t-il unicité de la solution nulle en 0 ?
Exercice 34 CCP MP [ 02518 ] [correction]
Etudier la suite de fonctions (fn ) définie par
Séries de fonctions
2 −nx
nx e
fn (x) =
1 − e−x2 Exercice 37 [ 00896 ] [correction]
Etudier la convergence simple, uniforme et normale de la série des fonctions
Application des suites de fonctions (−1)n
fn (x) = avec n > 1 et x ∈ R
n + x2
Exercice 35 [ 00893 ] [correction]
On définit (un ) suite de fonctions de [0, 1] vers R par
Exercice 38 [ 00895 ] [correction]
Z x
Etudier la convergence simple, uniforme et normale de la série des fonctions
u0 (x) = 1 et ∀n ∈ N, un+1 (x) = 1 + un (t − t2 ) dt
0 1
fn (x) = avec n > 1 et x ∈ R
a) Montrer que pour tout x ∈ [0, 1], n2 + x2

xn+1 Exercice 39 [ 00897 ] [correction]


0 6 un+1 (x) − un (x) 6
(n + 1)! On note χI la fonction caractéristique d’un intervalle I : χI (x) = 1 si x ∈ I, 0
sinon.
b) En déduire que pour n, p ∈ N,
Etudier la convergence simple, uniforme et normale de la série des fonctions
+∞
X 1 1
kun+p − un k∞ 6 un (x) = χ[n,n+1[ (x)
k! n+1
k=n+1
sur [0, +∞[.
c) Etablir que pour tout x ∈ [0, 1], la suite numérique (un (x)) est de Cauchy.
d) Etablir que la suite (un ) converge uniformément vers une fonction u non nulle
vérifiant Exercice 40 Mines-Ponts MP [ 02838 ] [correction]
u0 (x) = u(x − x2 ) Soient α ∈ R et si n ∈ N,
un : x ∈ [0, 1] 7→ nα xn (1 − x) ∈ R
Exercice 36 X MP [ 02970 ] [correction] Etudier leP
mode convergence de la suite de fonctions (un ), puis de la série de
On note E l’ensemble des fonctions f : [0, 1] → R+ continues. fonctions un .

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 5

Exercice 41 [ 00882 ] [correction] Exercice 46 CCP MP [ 03785 ] [correction]


Soient f : [0, 1] → R continue et fn : [0, 1] → R définie par On introduit l’application sur [0, +∞[

fn (x) = xn f (x) xn e−x


fn : x 7→
n!
a) Former une condition nécessaire et suffisante sur f pour que la suite de a) Etudier les convergences de la suite de fonctions P
(fn ).
fonction (fn ) converge uniformémentP sur [0, 1]. b) Etudier les convergences de la série de fonctions fn .
b) Montrer que la série de fonctions fn converge uniformément sur [0, 1] si, et
seulement si, f (1) = 0 et f dérivable en 1 avec f 0 (1) = 0.
Exercice 47 [ 03295 ] [correction]
Soit (an )n∈N une suite réelle positive et décroissante. Pour tout n ∈ N, on pose
Exercice 42 Mines-Ponts MP [ 02839 ] [correction] un (x) = an xn (1 − x) avec x ∈ [0, 1]
On pose a) Montrer la convergence simple de la série de fonctions
P
un .
Z x
u0 (x) = 1 et un+1 (x) = un (t − t2 ) dt b) Montrer que cette série
P converge normalement si, et seulement si, il y a
0 convergence de la série an /n. P
pour tout réel x ∈ [0, 1] et tout entier naturel n. c) Montrer que la série de fonctions un converge uniformément si, et seulement
Montrer que la série de terme général un est normalement convergente. si, an → 0.

Exercice 43 Mines-Ponts MP [ 02833 ] [correction]


Etude de fonction définie par la somme d’une série
On note U l’ensemble des complexes de module 1 ; soit ω un complexe de module
1
6= 1. Exprimer une condition nécessaire et suffisante pour que la fonction z 7→ z−ω Exercice 48 [ 00898 ] [correction]
soit limite uniforme sur U d’une suite de fonctions polynomiales. Justifier l’existence de
+∞
1 X 1 1
f (x) = + +
x n=1 x + n x − n
Exercice 44 Mines-Ponts MP [ 03754 ] [correction]
Soit f : R+ → R continue décroissante et intégrable. pour tout x ∈ R\Z.
Montrer l’existence d’une fonction g : R+ → R continue vérifiant Montrer que f est 1-périodique et qu’on a
x  
x+1
∀x ∈ R+ , g(x + 1) − g(x) = f (x) f +f = 2f (x)
2 2
pour tout x ∈ R\Z.
Exercice 45 CCP MP [ 03770 ] [correction]
On considère la série des fonctions Exercice 49 [ 00900 ] [correction]
√ Soit
fn (x) = nx2 e−x n
+∞  
X 1 1
ψ(x) = −
définie sur R+ . n=2
n−x n+x
Etudier sa convergence simple, sa convergence normale et sa convergence Justifier et calculer Z 1
uniforme.
ψ(x) dx
0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 6

Exercice 50 [ 00901 ] [correction] Exercice 53 [ 03777 ] [correction]


Pour x > 0, on pose Pour x > 0, on pose
+∞ +∞
X 1 X (−1)n
S(x) = F (x) =
n=1
n + n2 x n=0
n+x

a) Montrer que S est bien définie sur R+? . a) Montrer que F est bien définie.
b) Montrer que S est continue. b) Montrer que F est de classe C 1 , de classe C ∞ .
c) Etudier la monotonie de S. c) Simplifier
d) Déterminer la limite en +∞ de S puis un équivalent de S en +∞. F (x) + F (x + 1)
e) Déterminer un équivalent à S en 0. d) Montrer que pour x > 0
1
tx−1
Z
F (x) = dt
Exercice 51 [ 00902 ] [correction] 0 1+t
Sur I = ]−1, +∞[, on pose
e) Donner un équivalent de F en 0 et en +∞.
+∞
X 1 1
S(x) = −
n n + x Exercice 54 [ 00904 ] [correction]
n=1
Pour t > 0, on pose
a) Montrer que S est définie et continue sur I. +∞
X (−1)n
b) Etudier la monotonie de S. S(t) =
n=0
1 + nt
c) Calculer
S(x + 1) − S(x) a) Justifier que S est définie et continue sur ]0, +∞[.
b) Etudier la limite de S en +∞.
d) Déterminer un équivalent de S(x) en −1+ .
c) Etablir que S est de classe C 1 sur ]0, +∞[.
e) Etablir
n
X 1
∀n ∈ N, S(n) = Exercice 55 [ 00139 ] [correction]
k
k=1
Pour t > 0, on pose
f) En déduire un équivalent de S(x) en +∞. +∞
X (−1)n
S(t) =
n=0
nt + 1
Exercice 52 [ 00903 ] [correction] Déterminer la limite de S(t) quand t → 0+ .
Pour x > 0, on pose
+∞
X (−1)n
S(x) = Exercice 56 [ 00905 ] [correction]
n=0
n+x On fixe α > 0 et on pose
a) Justifier que S est définie et de classe C 1 sur R+? . α

X
b) Préciser le sens de variation de S. fn (x) = e−n x
et f (x) = fn (x)
c) Etablir n=0
∀x > 0, S(x + 1) + S(x) = 1/x a) Domaine de définition de f ?
d) Donner un équivalent de S en 0. b) Continuité de f ?
e) Donner un équivalent de S en +∞. c) Etudier lim f (x).
x→+∞

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 7

Exercice 57 [ 00906 ] [correction] Exercice 61 [ 00912 ] [correction]


Soit On rappelle que
+∞ √ +∞ n
X
e−x n X x
f (x) = ∀x ∈ R, = ex
n=1 n=0
n!
a) Quel est le domaine de définition de f ? et on pose pour x > 0,
Etudier la continuité de f sur celui-ci. +∞
X (−1)n
b) Montrer que f est strictement décroissante. S(x) =
n!(x + n)
c) Etudier la limite de f en +∞. n=0
d) Déterminer un équivalent simple de f (x) quand x → 0+ . a) Justifier que S est définie et de classe C 1 sur R+? .
b) Préciser le sens de variation de S.
c) Etablir que
Exercice 58 CCP MP [ 02558 ] [correction] 1
Ensemble de définition et continuité de xS(x) − S(x + 1) =
e
+∞ √
X d) Donner un équivalent de S en +∞.
f (x) = e−x n

n=0
e) Donner un équivalent de S en 0.

En trouver la limite en +∞ et un équivalent en 0+ .


Exercice 62 [ 00913 ] [correction]
Exercice 59 [ 00910 ] [correction] Pour x > 0, on pose
n
+∞ Y
Pour n > 1 et x ∈ R, on pose
X 1
S(x) =
(x + k)
x2
 
n=0 k=0
un (x) = (−1)n ln 1 +
n(1 + x2 ) a) Justifier que S est définie et continue sur ]0, +∞[.
P b) Former une relation liant S(x) et S(x + 1).
a) Etudier la convergence uniforme de la série de fonctions un .
c) Déterminer un équivalent de S(x) en +∞ et en 0.
b) Déterminer la limite de sa somme en +∞. On pourra exploiter la formule de
Stirling
Exercice 63 [ 00914 ] [correction]
Exercice 60 [ 00911 ] [correction] Pour tout n ∈ N et tout x ∈ R+ , on pose
On pose
un (x) = (−1)n+1 x2n+2 ln x pour x ∈ ]0, 1] et un (0) = 0 fn (x) = th(x + n) − thn
a) Calculer
P
a) Etablir la convergence de la série de fonctions fn .
+∞
X +∞
P
un (x) b) Justifier que la fonction somme S = fn est continue et strictement
n=0
n=0
croissante sur R+ .
b) Montrer que la série des un converge uniformément sur [0, 1]. c) Montrer que
c) En déduire l’égalité ∀x ∈ R+ , S(x + 1) − S(x) = 1 − thx
Z 1 ∞
ln x X (−1)n+1 d) Etudier la convergence de S en +∞.
2
dx =
0 1+x n=0
(2n + 1)2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 8

Exercice 64 [ 00915 ] [correction] Exercice 68 [ 00919 ] [correction]


Pour x > 0, on pose Par une interversion série-limite, montrer que pour tout z ∈ C
+∞
X xn p
S(x) =

z
n=1
1 + x2n 1+ −−−−−→ exp(z)
p p→+∞
+
a) Pour quelles valeurs de x dans R , S(x) est définie ?
b) Former une relation entre S(x) et S(1/x) pour x 6= 0.
c) Etudier la continuité de S sur [0, 1[ puis sur ]1, +∞[.
Exercice 69 [ 00920 ] [correction]
d) Dresser le tableau de variation de S.
On donne
+∞
X 2α chπα 1
∀α ∈ [0, 1] , =π −
Exercice 65 [ 00916 ] [correction] n=1
α2 +n 2 shπα α
Pour tout x ∈ R\ {−1} et n ∈ N? on pose
(prolongée par continuité en 0).
(−1)n−1 xn En intégrant sur [0, 1], en déduire la valeur de
un (x) =
n 1 + xn
+∞  
Y 1
+∞ 1+
n2
P
a) Justifier que la fonction f : x 7→ un (x) est définie sur R\ {−1}. n=1
n=1
b) Etablir que pour tout x 6= 0,
+∞
X (−1)n−1 Exercice 70 Centrale MP [ 02480 ] [correction]
f (x) + f (1/x) = +∞
n 2
n2
e−a
P
n=1 a) Déterminer le domaine de définition réel de f : a 7→ .
n=0
c) Etablir que f est continue sur ]−1, 1[ puis que f est continue sur ]−∞, −1[ et b) Déterminer lim+ af (a) et lim f (a).
a→0 a→+∞
]1, +∞[ .
d) Etablir la continuité de f en 1.

Exercice 71 Mines-Ponts MP [ 02835 ] [correction]


Exercice 66 [ 00917 ] [correction] Si x > 0 et n ∈ N? , soit
Déterminer la limite de nx n!
n  n
X k fn (x) = Q
n
un = (x + k)
n k=0
k=0

a) Montrer l’existence de Γ(x) = lim fn (x).


n→+∞
Exercice 67 [ 00918 ] [correction] b) Montrer
Montrer que pour tout α > 0, +∞ 
X x  x 
ln Γ(x) = − ln x − γx + − ln 1 +
n  nα n n
X k eα n=1
1− −−−−−→ α
n n→+∞ e − 1
k=0 c) Montrer que Γ est une fonction de classe C 1 .

On pourra exploiter le théorème d’ interversion limite/somme infinie.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 9

Exercice 72 Mines-Ponts MP [ 02836 ] [correction] Exercice 75 X MP [ 02973 ] [correction]


Soit α un réel. Pour tout entier n > 0 et tout réel x, on pose Trouver les fonctions f ∈ C ([0, 1] , R) telles que

nα x e−nx +∞
f (xn )
un (x) =
X
n2 + 1 ∀x ∈ [0, 1] , f (x) =
n=1
2n
On note I le domaine de définition de

X
S : x 7→ un (x) Exercice 76 X MP [ 02974 ] [correction]
n=0 +∞
(x − n)−2 pour x ∈ R\Z.
P
a) Etudier la convergence de la série de fonctions
n=−∞
a) Déterminer I.
b) Soit un réel c > 2. Soit f une fonction continue de R dans R telle que, pour
b) Montrer que S est continue sur R+? .
tout x réel,
c) A-t-on convergence normale sur R+ ? x 
x+1

d) On suppose α > 2. Montrer que f +f = cf (x)
2 2

X Montrer que f = 0.
uk (1/n)
c) Montrer que pour tout x réel non entier,
k=n+1
+∞
ne tend pas vers 0 quand n tend vers +∞. X π2
P (x − n)−2 =
La convergence de la série de fonctions un est-elle uniforme sur I ?
n=−∞
sin2 πx
e) Etudier la continuité de S sur I.

Exercice 77 Centrale MP [ 02112 ] [correction]


Exercice 73 Mines-Ponts MP [ 02837 ] [correction] On pose, pour x ∈ R+ et pour n ∈ N? :
On pose
+∞
xn n
!
x
1 + 2k
X Y
S(x) = Pn (x) =
n=0
1 + xn x
1 + 2k−1
k=1
Etudier le domaine de définition, la continuité, la dérivabilité de S. Donner un
équation équivalent de S en 0 et en 1− . 1.a) Démontrer que pour tout x ∈ R+ , la suite (Pn (x))n∈N? est convergente, de
limite strictement positive. On note P (x) cette limite.
1.b) Tracer sur [0, 20], le graphe de quelques fonctions Pn .
Exercice 74 X MP [ 02971 ] [correction] 2.a) Démontrer que P est une fonction de classe C 1 sur R+ .
Soit des suites réelles (an ) et (xn ) avec an > 0 pour tout n. 2.b) Etudier le sens de variation de P sur R+ ainsi que l’existence de limite de P
On suppose que la série de terme général an (1 + |xn |) converge. en +∞.
On pose 3.a) Calculer P (2j) pour tout entier naturel j. Confirmer le résultat avec le
X∞ logiciel de calcul formel (on rappelle que la fonction Γ est définie sur R+? par
R +∞
f : R → R, x 7→ an |x − xn | Γ(x) = 0 tx−1 e−t dt)
n=0 3.b) P est-elle intégrable sur R+ ?
Etudier la continuité et la dérivabilité de f . Enoncé fourni par le concours CENTRALE-SUPELEC (CC)-BY-NC-SA

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 10

Exercice 78 Mines-Ponts MP [ 03203 ] [correction] Exercice 82 CCP MP [ 03194 ] [correction]


Définition, continuité et dérivabilité de Définition, continuité et classe C 1 de
+∞ ∞
X x X (−1)n x
S : x 7→ x 7→ sin
n(1 + n2 x2 ) n=1
n n
n=1

Exercice 79 [ 03427 ] [correction] Exercice 83 CCP PSI [ 02597 ] [correction]


Pour n ∈ N et x ∈ R+ , on pose +∞
(−1)n tn
est de classe C ∞ sur R.
P
Montrer que g : t 7→ 22n (n!)2
√ √ n=0
un (x) = arctan n + x − arctan n En déduire que h : t 7→ g(t)e−t est de classe C ∞ sur R.
R +∞
a) Etudier l’existence et la continuité de la fonction S définie sur R+ par la Montrer que 0 h(t) dt existe et calculer son intégrale.
relation
+∞
X
S(x) = un (x) Exercice 84 CCP MP [ 02529 ] [correction]
n=0 Montrer que
+∞
b) Déterminer la limite de S en +∞. X 1
f (x) = 2
arctan(nx)
n=1
n

Exercice 80 [ 03644 ] [correction] est continue sur R et de classe C 1 sur R? .


Pour x ∈ R, on pose
+∞
x
Fonction zêta et zêta alternée
X
S(x) = (−1)n−1
n=1
n + x2
a) Montrer que la fonction S est bien définie et étudier sa parité. Exercice 85 [ 00907 ] [correction]
b) Montrer que la fonction S est continue. On pose
c) Déterminer la limite de S en +∞. +∞
X 1
ζ(x) = x
n=1
n
Exercice 81 [ 03797 ] [correction] a) Montrer que la fonction ζ est définie et de classe C ∞ sur ]1, +∞[.
On étudie b) Etudier monotonie et convexité de la fonction ζ.
+∞
X 1 c) Déterminer la limite de la fonction ζ en +∞.
f (x) =
n2 + x2 d) Déterminer un équivalent de la fonction ζ en 1+ .
n=1
e) En exploitant l’inégalité de Cauchy-Schwarz établir que x 7→ ln(ζ(x)) est
a) Montrer que f est définie et de classe C 1 sur R. convexe.
b) Donner, à l’aide d’une comparaison intégrale, un équivalent de f au voisinage
de +∞.
c) Donner un développement limité à l’ordre 2 de f en 0. On donne Exercice 86 Mines-Ponts MP [ 02834 ] [correction]
+∞ +∞ Si x > 1, on pose
X 1 π2 X 1 π4 +∞
= et = X 1
n 2 6 n 4 90 ζ(x) = x
n=1 n=1
n=1
n

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 11

a) Quelle est la limite de ζ(x) quand x → +∞ ?


P ζ(n) n
Théorème de convergence dominée
b) Pour quels réels x la série n x converge-t-elle ?
c) Si Exercice 91 [ 00921 ] [correction]
+∞
X ζ(n) n Calculer les limites des suites dont les termes généraux sont les suivants :
F (x) = x
n=2
n Z π/4 Z +∞
dx
a) un = tann x dx b) vn =
montrer que F est continue sur [−1, 1[ et de classe C 1 sur ]−1, 1[. 0 0 xn + ex
d) Donner une expression plus simple de F (x)

Exercice 92 [ 00746 ] [correction]


Exercice 87 [ 00899 ] [correction] Calculer les limites des suites dont les termes généraux sont les suivants :
Soient Z +∞ Z +∞ Z +∞ n
+∞ +∞ sinn x xn dx x dx
X 1 X (−1)n−1 a) un = 2
dx b) u n = n+2
c) u n =
ζ(x) = et ζ2 (x) = 0 x 0 x +1 0 x2n + 1
n=1
nx n=1
nx

a) Déterminer les domaines de définition des fonctions ζ et ζ2 .


b) Justifier que les fonctions ζ et ζ2 sont continues. Exercice 93 [ 00922 ] [correction]
c) Etablir la relation ζ2 (x) = (1 − 21−x )ζ(x) pour tout x > 1. Etudier Z n  x n −2x
lim 1+ e dx
n→+∞ 0 n
Exercice 88 [ 00908 ] [correction]
On pose Exercice 94 [ 00923 ] [correction]
+∞
X (−1)n Déterminer un équivalent de
ζ2 (x) =
n=1
nx Z nr  x n
1+ 1− dx
Montrer que la fonction ζ2 est définie et de classe C 1 sur ]0, +∞[. 0 n

Exercice 89 [ 00909 ] [correction] Exercice 95 [ 00924 ] [correction]


On pose Soit f : R+ → R continue et bornée.
+∞
X (−1)n Déterminer la limite quand n → +∞ de
ζ2 (x) =
n=1
nx Z +∞
nf (x)
dx
Montrer que ζ2 est définie et de classe C ∞ sur ]0, +∞[. 0 1 + n2 x2

Exercice 96 [ 00925 ] [correction]


Exercice 90 [ 03853 ] [correction]
Soit f : R+ → R+ continue et intégrable.
Déterminer la limite quand x → 0+ de
Déterminer la limite quand n → +∞ de
+∞
X (−1)n+1 Z 1
f (nt)
ζ2 (x) = n dt
nx
n=1 0 1+t

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 12

Exercice 97 Centrale MP [ 00926 ] [correction] Exercice 103 Mines-Ponts PC [ 00150 ] [correction]


Calculer Soit f ∈ C 0 (R+ , R+ ) bornée. On pose, pour n ∈ N,
Z +∞
lim e−t sinn (t) dt Z +∞
n→∞ 0
In = nf (t)e−nt dt
0

Déterminer la limite de In quand n → +∞.


Exercice 98 [ 00927 ] [correction]
Etablir que
+∞ −n Z +∞
t2
Z 
2
1+ dt −−−−−→ e−t dt
−∞ n n→+∞ −∞ Exercice 104 X MP [ 03159 ] [correction]
Soit F une application continue décroissante de R dans R, tendant vers 1 en −∞
et vers 0 en +∞. Soient deux réels h et δ vérifiant 0 < h < δ.
a) Déterminer la limite éventuelle de
Exercice 99 [ 03013 ] [correction]
Existence et calcul de 1 √
Z
Z +∞
ln t

dt In = F n(δt − h) dt
0 et 0

Indice : utiliser une suite de fonctions judicieuse. b) On pose


n−1

  
X k+1
Sn = F n δ −h
n
k=0
Exercice 100 Centrale MP - Mines-Ponts MP [ 02435 ] [correction]
Etudier la limite de Z 1 Déterminer un équivalent de Sn lorsque n tend vers +∞.
f (tn ) dt
0

où f : [0, 1] → R est continue. Exercice 105 CCP MP [ 03294 ] [correction]


Montrer
+∞ +∞
e−x
Z Z
n
lim n e−x dx = dx
Exercice 101 Mines-Ponts MP [ 02862 ] [correction] n→+∞ 1 1 x
Calculer Z +∞
n!
lim n dx
n→+∞ 0
Exercice 106 X PC [ 03650 ] [correction]
Q
(k + x)
k=1 Soit f : R+ → R de classe C 1 intégrable ainsi que sa dérivée.
a) Déterminer pour x > 0
Z +∞
Exercice 102 X MP [ 02982 ] [correction]
lim n cos t(sin t)n f (xt) dt
Déterminer n→+∞ 0
Z n 2
 x n
lim cos dx
n→+∞ 0 n b) Préciser le mode de convergence.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 13

Exercice 107 CCP MP [ 03362 ] [correction] b) Etablir l’égalité suivante :


Pour n ∈ N et x ∈ ]0, 1[, on pose
Z b Z 1
x 2n+1
ln x lim fn (t) dt = f (t) dt
fn (x) = n→+∞ a a
x2 −1
c) Montrer que
a) Montrer que fn est intégrable sur ]0, 1[. On pose Z 1
ln 2
Z 1 tn−1 fn (t) dt ∼ f (1)
a n
Jn = fn (x) dx
0

b) Montrer que la suite (Jn )n∈N est convergente et déterminer sa limite.


c) Montrer que Exercice 111 CCP MP [ 01771 ] [correction]
+∞ Vérifier que la suite de terme général
1 X 1
Jn =
4 k2 Z +∞
sin(nt)
k=n+1
un = dt
0 nt + t2

Exercice 108 CCP PSI [ 03800 ] [correction] est bien définie et étudier sa convergence.
Etudier la limite éventuelle, quand n tend vers +∞, de la suite
Z +∞
xn
In = dx Exercice 112 [ 02568 ] [correction]
0 1 + xn+2
Montrer que
Z +∞
dt
un = (−1)n
Exercice 109 CCP PSI [ 03807 ] [correction] 0 (1 + t3 )n
Montrer que la fonction fn donnée par est définie pour n > 1.
ln(1 + x/n) Calculer
fn (x) =
Z +∞
dt
x(1 + x2 ) lim
n→+∞ 0 (1 + t3 )n
est intégrable sur R?+ .
R +∞ En déduire la nature de la série de terme général un .
Montrer que la suite de terme général un = n 0 fn (x) dx converge vers une
limite à préciser.

Exercice 113 [ 02567 ] [correction]


Exercice 110 CCP MP [ 02392 ] [correction] Soit f : [0, +∞[ → C continue.
Soit f une application réelle de classe C 1 sur [a, b] avec 0 < a < 1 < b et f (1) 6= 0. On suppose que la fonction f converge en +∞ vers une limite `.
Soit (fn ) la suite de fonctions telle que Déterminer la limite quand n → +∞ de

1 n
Z
f (x)
fn (x) = µn = f (t) dt
1 + xn n 0
a) Déterminer la limite simple de (fn ).

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 14

Exercice 114 CCP MP [ 02517 ] [correction] Exercice 119 [ 00931 ] [correction]


Pour n ∈ N? et x ∈ R, on pose a) Etablir
Z 1 Z 1
2n4 ln(1 + t) ln t
n

x2 dt = − dt
fn (x) = √ 1− 2 0 t 0 1+t
π 2n
a) En déduire
1 +∞
Soit g une fonction continue sur R et nulle en dehors d’un segment [a, b]. (−1)n−1
Z
ln(1 + t) X
Montrer que dt =
Z 0 t n=1
n2
lim fn (x)g(x)dx = g(0)
n→+∞ R b) Calculer cette somme sachant
+∞
Intégration terme à terme d’une série de fonctions
X 1 π2
=
n=1
n2 6
Exercice 115 [ 00928 ] [correction]
Montrer
Z +∞ +∞ Exercice 120 [ 00932 ] [correction]
t X 1
t
dt = Etablir
0 e −1 n=1
n2 Z 1 +∞
dx X 1
=
0 xx n=1
nn
Exercice 116 [ 00929 ] [correction]
Etablir que
1 +∞ Exercice 121 Mines-Ponts MP - CCP MP [ 00933 ] [correction]
(−1)n−1
Z
ln t X
dt = Etablir
0 1 + t2 (2n + 1)2 Z 1 +∞
n=0 X (−1)n−1
xx dx =
0 n=1
nn
Exercice 117 CCP MP [ 03781 ] [correction]
Prouver l’égalité
1 +∞ Exercice 122 [ 00934 ] [correction]
(ln x)2 (−1)n
Z X
2
dx = 2 Etablir que pour p > 2,
0 1+x n=0
(2n + 1)3
1 +∞
(ln x)p
Z
p
X 1
dx = (−1) p! p+1
Exercice 118 [ 00930 ] [correction] 0 1−x n=1
n
a) Etablir
Z 1 Z 1
arctan t ln t
dt = − dt Exercice 123 [ 00935 ] [correction]
0 t 0 1 + t2
Déterminer la limite quand n → +∞ de
b) En déduire
1 +∞
(−1)n 1 +∞ e−x/n
Z
arctan t X Z
dt = dx
0 t n=0
(2n + 1)2 n 0 1 + cos2 x
Cette valeur est appelée constante de Catalan, elle vaut approximativement 0, 916.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 15

Exercice 124 Centrale MP [ 00939 ] [correction] a) Justifier que l’intégrale


Soient α > 0, n ∈ N. On pose Z +∞
n2 − x2
dx
Z π/2 0 (n2 + x2 )2
un (α) = (sin t)α (cos t)n dt est définie.
0
b) Soit a > 0. Calculer
a) Nature de la série de terme général un (1). a
n2 − x2
Z
b) Plus généralement, nature de la série de terme général un (α). dx
∞ 0 (n2 + x2 )2
P
c) Calculer un (α) pour α = 2, 3. En déduire la valeur de
n=1 +∞
n2 − x2
Z
dx
0 (n2 + x2 )2
Exercice 125 [ 00940 ] [correction] puis de
Etablir que +∞ Z +∞
+∞ +∞
X n2 − x2
dx
Z
sin t 1 X
dt = 0 (n2 + x2 )2
0 et − 1 n=1
n 2+1 n=1

c) Soit a > 0. Montrer que la série

+∞
Exercice 126 [ 00941 ] [correction] X n2 − x2
Etablir que pour tout x > 0
n=1
(n2 + x2 )2
1 +∞
(−1)n
Z
tx−1 e−t dt =
X converge uniformément sur [0, a], puis que
0 n=0
n!(x + n)
+∞
aX +∞
n2 − x2
Z X a
2 2 2
dx =
0 n=1
(n + x ) n=1
n + a2
2

Exercice 127 [ 00943 ] [correction]


Calculer, pour n ∈ Z, d) En exploitant une comparaison série-intégrale, déterminer

einθ
Z
In = dθ +∞
0 2 + eiθ X a
lim 2 + a2
a→+∞
n=1
n

Exercice 128 Centrale MP [ 02439 ] [correction] e) En déduire que l’intégrale


Soient a ∈ C, |a| =
6 1 et n ∈ Z. Calculer
+∞
+∞ X
n2 − x2
Z
2π int dx
Z
e
dt 0 (n2 + x2 )2
0 eit − a n=1

est convergente et donner sa valeur.


Comparer avec le résultat obtenu en b). Qu’en conclure ?
Exercice 129 [ 02641 ] [correction]
n désigne un entier naturel non nul.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 16

Exercice 130 Centrale MP [ 02438 ] [correction] d) En déduire un équivalent de


a) Démontrer la convergence de la série de terme général Z 1
n! ln(1 + tn ) dt
an = 0
nn
et donner un développement asymptotique à trois termes de In .
b) Comparer
Z +∞
an et n tn e−nt dt
0
Exercice 133 Centrale MP [ 02474 ] [correction]
c) En déduire : a) Montrer que pour tout n ∈ N? ,
+∞ +∞
te−t
X Z
an = dt n
!
0 (1 − te−t )2 e−t t
X tp
n=1 fn (t) = n+1 e −
t p=0
p!

Exercice 131 Centrale MP [ 02445 ] [correction] est intégrable sur R+? .


On pose Soit un cette intégrale.
Z 1 b) A l’aide du logiciel de calcul fourni, calculer un pour 1 6 n 6 10, puis effectuer
1
In = dt une conjecture sur l’expression de un .
0 1 + tn
c) Montrer que l’on peut écrire un comme somme d’une série et utiliser ce résultat
pour tout entier n > 0. pour démontrer la conjecture précédente.
a) Trouver la limite ` de (In ).
b) Donner un équivalent de (` − In ).
c) Justifier
Z 1 +∞ Exercice 134 Centrale MP [ 02479 ] [correction]
ln(1 + y) X (−1)k
dy = Soit pour t ∈ R,
0 y (k + 1)2 +∞
k=0 X 1
f (t) =
d) Donner un développement asymptotique à trois termes de (In ). t4 + n4
n=1

a) Donner le domaine de définition de f .


Exercice 132 [ 02612 ] [correction] b) La fonction f est-elle continue ? de classe C 1 ?
a) Déterminer la limite ` quand n → +∞ de c) Calculer, avec un logiciel de calcul formel
Z +∞
Z 1
1 dt
In = dt 1 + t4
0 1 + tn 0

b) Donner un équivalent de d) Donner un équivalent de f en +∞.


In − ` e) Montrer
+∞ Z 1
X (−1)n dt
c) Justifier = 4
1 +∞ 4n + 1 0 1+t
(−1)k−1 n=0
Z X
ln(1 + tn ) dt =
0 k(nk + 1)
k=1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 17

Exercice 135 Centrale MP [ 02485 ] [correction] Exercice 137 Mines-Ponts MP [ 02807 ] [correction]
Soit a) Pour (m, n) ∈ N2 , calculer
+∞
X (−1)n
S= Z 1
n=0
(3n + 1)(2n + 1) xn (1 − x)m dx
0
a) Montrer qu’il existe (a, b) ∈ Q2 que l’on déterminera tel que
Z 1 Pour p ∈ Z, montrer l’existence de
dt
S=a 3
+ bπ +∞
0 1+t X np
Sp = !
b) Calculer S à l’aide d’un logiciel de calcul formel. n=1 2n
n

Exercice 136 Centrale MP [ 02488 ] [correction] b) Calculer S0 et S−1 .


Soit a ∈ Q ∩ ]0, 2[ avec a 6= 1. c) Si p ∈ N, proposer une méthode de calcul de Sp .
On pose Z 1
xn (1 − x)n
In (a) = n+1
dx
0 (1 − (1 − a)x)
Exercice 138 Mines-Ponts MP [ 02840 ] [correction]
a) Justifier l’existence de In (a). a) Si (s, λ) ∈ R+? × C, quelle est la nature de la série de terme général
b) Calculer, avec Maple, In (a) pour a ∈ {1/5, 1/4, 1/3, 1/2} et pour
n ∈ {1, 2, . . . , 10}. λn
Etablir une conjecture. s(s + 1) . . . (s + n)
c) Montrer que pour tout n ∈ N? on a
pour n > 0 ? A λ fixé, on note ∆λ l’ensemble des s > 0 tels que la série converge,
+∞
X et on note Fλ (s) la somme de cette série.
In (a) = αn,p (1 − a)p b) Calculer lim Fλ (s).
p=0 s→sup ∆λ
c) Donner un équivalent de Fλ (s) quand s → inf ∆λ .
où les αn,p sont à déterminer. d) Si n > 1, calculer :
On pourra utiliser Z 1
1
(1 − y)s−1 y n dy
Z
n!m!
xn (1 − x)m dx = 0
0 (n + m + 1)!
e) En déduire une expression intégrale de Fλ (s).
d) On pose
(X + 1) . . . (X + n)
Rn (X) =
(X + n + 1) . . . (X + 2n + 1)
Décomposer Rn en éléments simples. Exercice 139 Mines-Ponts MP [ 02864 ] [correction]
En déduire que pour tout n ∈ N? , il existe des rationnels rn (a) et qn (a) tels que Existence et calcul de Z 1
ln t
dt
In (a) = rn (a) + qn (a) ln a 0 1 − t2

[Enoncé fourni par le CENTRALE-SUPELEC (CC)-BY-NC-SA] Le résultat est à exprimer à l’aide de ζ(2).

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 18

Exercice 140 Mines-Ponts MP [ 02866 ] [correction] Exercice 145 [ 03214 ] [correction]


Soit (an )n>0 une suite bornée. Calculer Montrer que
+∞ +∞
te−at
Z X 1
∀a, b > 0, dt =
+∞
!
+∞
tp
Z
1 − e−bt (a + bn)2
X
lim e−2t ap dt 0 n=0
n→+∞ 0 p=n
p!

Exercice 146 [ 03268 ] [correction]


Exercice 141 [ 02615 ] [correction] Montrer
Z 2π +∞
Pour n, m ∈ N, on pose X 2π
1 e2 cos x dx =
(n!)2
Z
0
In (m) = xn (ln x)m dx n=0
0

a) Calculer In (n).
Exercice 147 Mines-Ponts MP [ 03287 ] [correction]
b) En déduire
Z 1 +∞ Donner la nature de la série de terme général
X
x−x dx = n−n Z +∞
0 n=1 un = e−t cos2n t dt
0

Exercice 142 Mines-Ponts MP [ 02869 ] [correction]


Exercice 148 [ 03790 ] [correction]
Montrer
+∞
X Z 1 Pour tout n ∈ N et tout x ∈ R+ , on pose
n−n = t−t dt √
n=1 0 fn (x) = xn (1 − x)

a) Montrer que
+∞ Z 1 Z 1
Exercice 143 Mines-Ponts MP [ 02870 ] [correction]
X x
fn (x) dx = √ dx
+∞
P 1 n=1 0 0 1+ x
Si x > 1, on pose ζ(x) = nx . Montrer :
n=1 b) En déduire la valeur de
+∞
Z +∞ +∞ X 1
1 X
(ζ(x) − 1) dx = 2 ln n (n + 1)(2n + 3)
2 n=2
n n=1

Exercice 149 CCP MP [ 02583 ] [correction]


Exercice 144 Mines-Ponts PC [ 00118 ] [correction] Soit n ∈ N? .
Soit, pour n ∈ N, a) Ensemble de définition de
Z π/2 h π in
un = cos sin x dx Z +∞
0 2 dt
In (x) =
a) Etudier la convergence de la suite (un )n>0 . 0 (1 + tx )n
b) Quelle est la nature de la série de terme général un ? b) Montrer que si x > 1,
P
In (x) diverge.
c) Calculer In (2) pour n > 1.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 19

Exercice 150 CCP MP [ 02570 ] [correction] a) Pour quelle valeurs de α la fonction fn est-elle continue ?
Soient p et k 2 entiers naturels, non nul. Soit fp,k : x 7→ xp (ln x)k . Dans la suite, on prendra cette valeur de α.
a) Montrer que fp,k est intégrable sur ]0, 1]. Soit b) Montrer que fn est bornée.
R +∞
c) Montrer que 0 fn (x) dx existe pour n > 2.
Z 1 R +∞
Kp,k = xp (ln x)k dx d) Exprimer 0 fn (x) dx comme la somme d’une série.
0

b) Exprimer Kp,k en fonction de Kp,k−1 . Exercice 154 [ 02609 ] [correction]


R1
c) Exprimer Jn = 0 (x ln x)n dx en fonction de n. Pour n > 1, on pose
R1 Z +∞
d) On pose I = 0 xx dx. Montrer dt
In =
0 (1 + t3 )n
+∞
X (−1)n a) Déterminer la limite de la suite (In ).
I=
n=0
(n + 1)n+1 b) Etablir que pour tout entier n > 1,
3n − 1
In+1 = In
3n
Exercice 151 [ 03844 ] [correction]
Donner la limite la suite (un ) de terme général c) Déterminer α ∈ R tel qu’il y ait convergence de la suite de terme général

Z 1 un = ln(nα In )
dt
un =
0 (1 + t3 )n d) En déduire la convergence de la série
P X1
Quelle est la nature de la série un ? In
n
n>1

et exprimer sa somme à l’aide d’une intégrale.


Exercice 152 CCP PSI [ 01102 ] [correction]
a) Donner les limites éventuelles en +∞ des suites de termes généraux
Z 1 Z +∞
Intégration terme à terme par convergence dominée
dt dt
Un = et Vn =
0 (1 + t3 )n 1 (1 + t3 )n
Exercice 155 [ 00936 ] [correction]
b) Quelle est la nature des séries Montrer que, pour a > 0
1 +∞
(−1)n
Z
X X dt X
Un et Vn ? a
=
n>1 n>1 0 1+t n=0
na + 1

Exercice 156 [ 00942 ] [correction]


Exercice 153 CCP MP [ 02360 ] [correction]
Pour tout α > 0, établir que
Pour n ∈ N? , soit fn l’application définie par
1 +∞
xα−1 (−1)n
Z X
 2sh(x)
enx −1 si x ∈ ]0, +∞[ dx =
fn (x) = 0 1+x n=0
n+α
α si x = 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Enoncés 20

Exercice 157 Mines-Ponts MP [ 02863 ] [correction]


a) Etablir pour a, b > 0 l’égalité

1 +∞
ta−1 (−1)n
Z X
b
dt =
0 1+t n=0
a + nb

b) Calculer
+∞
X (−1)n
n=0
3n + 1

Exercice 158 [ 02437 ] [correction]


Montrer
+∞
+∞ X +∞
(−1)n−1 π X (−1)n−1
Z
dt =
0 n=1
n2 + t2 2 n=1 n

Exercice 159 Mines-Ponts MP [ 02867 ] [correction]


Soit (an ) une suite croissante de réels > 0 telle que an → +∞.
Justifier
Z +∞ X+∞ +∞
X (−1)n
(−1)n e−an x dx =
0 n=0 n=0
an

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 21

Corrections Exercice 6 : [énoncé]


Soit (fn ) une suite de fonctions uniformément continue de I vers R convergeant
Exercice 1 : [énoncé] uniformément vers f : I → R.
CS Soit ε > 0. Il existe n ∈ N vérifiant kf − fn k∞ 6 ε.
fn −−→ f . ∀a, b ∈ I, ∀λ ∈ [0, 1], ∀n ∈ N, fn (λa + (1 − λ)b) 6 λfn (a) + (1 − λ)fn (b)
La fonction fn étant uniformément continue, il existe α > 0 vérifiant :
donc à la limite quand n → +∞, f (λa + (1 − λ)b) 6 λf (a) + (1 − λ)f (b).
∀x, y ∈ I, |x − y| 6 α ⇒ |fn (x) − fn (y)| 6 ε
Exercice 2 : [énoncé] Or
∀ε > 0, ∃α > 0, |x − y| 6 α ⇒ |g(x) − g(y)| 6 ε. |f (x) − f (y)| 6 |f (x) − fn (x)| + |fn (x) − fn (y)| + |fn (y) − f (y)|
Pour n assez grand |fn (x) − f (x)| 6 α uniformément en x et alors
|g(fn (x)) − g(f (x))| 6 ε d’où la convergence uniforme de (g ◦ fn ). donc
∀x, y ∈ I, |x − y| 6 α ⇒ |f (x) − f (y)| 6 3ε
Ainsi f est uniformément continue.
Exercice 3 : [énoncé]
kfn gn − f gk∞ 6 kfn k∞ kgn − gk∞ + kgk∞ kfn − f k∞ → 0 car kfn k∞ → kf k∞ et
kfn − f k∞ , kgn − gk∞ → 0.
Exercice 7 : [énoncé]
Notons f la limite uniforme de (fn ) sur [0, 1[
Exercice 4 : [énoncé] Commençons par montrer que la suite (fn (1)) converge. Par le critère de Cauchy
Posons mn = inf fn (t) = fn (tn ) pour un certain tn ∈ [a, b]. Montrons que
t∈[a,b] ∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀p, q > N, kfp − fq k∞,[0,1[ 6 ε
mn → m = inf f . Notons que inf f = f (t∞ ) pour un certain t∞ ∈ [a, b] car f
t∈[a,b] t∈[a,b]
est continue puisque limite uniforme d’une suite de fonctions continues. Pour tout et donc
ε > 0, pour n assez grand, kfn − f k∞ 6 ε donc mn = fn (tn ) > f (tn ) − ε > m − ε ∀x ∈ [0, 1[ , |fp (x) − fq (x)| 6 ε
et m = f (t∞ ) > fn (t∞ ) − ε > mn − ε donc |mn − m| 6 ε. Ainsi mn → m. et à la limite quand x → 1
|fp (1) − fq (1)| 6 ε
Exercice 5 : [énoncé] La suite réelle (fn (1)) est de Cauchy et donc elle converge. Posons f (1) sa limite.
On a Puisque n o
|fn (xn ) − f (x)| 6 |fn (xn ) − f (xn )| + |f (xn ) − f (x)| kfn − f k∞,[0,1] = max kfn − f k∞,[0,1[ , |fn (1) − f (1)|
Soit ε > 0. Il existe n1 ∈ N tel que
on peut conclure que (fn ) converge uniformément vers f sur [0, 1].
∀n > n1 , kfn − f k∞,[a,b] 6 ε

et il existe n2 ∈ N tel que


Exercice 8 : [énoncé]
∀n > n2 , |f (xn ) − f (x)| 6 ε Notons f la limite simple de la suite (fn ). Cette fonction f est évidemment
convexe.
car f (xn ) → f (x) en vertu de la continuité de f . Par l’absurde, supposons la convergence non uniforme sur un segment [a, b] inclus
Pour n0 = max(n1 , n2 ), on a dans I.
Il existe alors ε > 0 et une suite (xn ) d’éléments de [a, b] tels que
∀n > n0 , |fn (xn ) − f (x)| 6 2ε |fn (xn ) − f (x)| > 2ε pour tout naturel n.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 22

Par compacité, on peut extraire de (xn ) une suite convergente et, quitte à En passant cette relation à la limite quand p → +∞, on obtient
supprimer certaines des fonctions fn , on peut supposer que (xn ) converge. Posons
x∞ sa limite. lim kfn k 6 0
n→+∞
Soit α > 0 tel que [a − α, b + α] ⊂ I (ce qui est possible car l’intervalle I est
ouvert). d’où
Pour tout fonction convexe ϕ, la croissance des pentes donne : lim kfn k = 0
n→+∞
∀x 6= y ∈ [a, b], ϕ(a)−ϕ(a−α)
α 6 ϕ(y)−ϕ(x)
y−x 6 ϕ(b+α)−ϕ(b)
α (?).
Par convergence simple, fn (x∞ ) → f (x∞ ).
Pour n assez grand, |fn (x∞ ) − f (x∞ )| 6 ε donc
|fn (x n ) − fn (x∞ ) + f (x∞ ) − f (xn )| > ε Exercice 11 : [énoncé]
a) Pour ε = 1/2, il existe N ∈ N tel que ∀n > N, kPn − f k∞ 6 1/2 et donc
puis fn (xxnn)−f n (x∞ )
+ f (xx∞∞)−f (xn ) ε
> x∞ −x −−−−−→ +∞.

−x∞ −xn n n→+∞ kPn − PN k∞ 6 1.
Seules les fonctions polynomiales constantes sont bornées sur R donc Pn − PN est
   
f (x∞ )−f (xn ) fn (xn )−fn (x∞ )
Or la suite x∞ −xn est bornée en vertu de (?) et la suite xn −x∞
une fonction polynomiale constante. Posons λn la valeur de celle-ci.
aussi puis fn (a)−fαn (a−α) 6 fn (xxnn)−fn (x∞ )
−x∞ 6 fn (b+α)−fn (b)
α et les termes encadrant b) λn = Pn (0) − PN (0) → f (0) − PN (0) = λ∞ . Pn = PN + Pn − P −−→ PN + λ∞
convergent. CS
donc par unicité de limite f = PN + λ∞ est une fonction polynomiale.
On obtient ainsi une absurdité.

Exercice 9 : [énoncé] Exercice 12 : [énoncé]


On a Pour ε = 1, il existe un rang N ∈ N tel que
∀x ∈ [0, 1] , fn (1) 6 fn (x) 6 fn (0)
donc ∀n > N, Pn − f est bornée et kPn − f k∞ 6 1

kfn − 0k∞ = max(fn (0), −fn (1)) 6 max(|fn (0)| , |fn (1)|) 6 |fn (0)| + |fn (1)| → 0 Pour tout n > N , on peut alors affirmer que le polynôme
Pn − PN = (Pn − f ) − (PN − f ) est borné et donc constant. Puisque la suite (Pn )
converge uniformément vers f , la suite (Pn − PN )n>N converge uniformément
Exercice 10 : [énoncé] vers f − PN . Or cette suite étant formée de fonctions constantes, sa convergence
a) La suite kfn k∞ est décroissante et minorée donc convergente. équivaut à la convergence de la suite de ces constantes. En posant C la limite de
b) fn est positive car cette suite, on obtient
fn (x) > lim fp (x) = 0 f = PN + C
p→+∞

|fn | = fn étant continue sur un segment, elle y admet un maximum en un certain et donc f est une fonction polynôme.
xn .
c) La propriété fn (xn ) 6 fp (xn ) provient de la décroissance de la suite
(fp (xn ))p∈N .
Exercice 13 : [énoncé]
La suite (xn ) étant bornée, on peut en extraire une sous-suite convergente (xϕ(n) )
a) Si x = 0 alors fn (x) = 0 → 0.
de limite a.
Si x ∈ ]0, 1] alors fn (x) → 0 par comparaison des suites de référence.
Comme
b) fn0 (x) = nα (1 − x)n − nα+1 x(1 − x)n−1 = nα (1 − x)n−1 (1 − (n + 1)x).
fϕ(n) (xϕ(n) ) 6 fp (xϕ(n) )
Après étude des variations
on a la limite quand n → +∞    n
1 1 1
lim kfn k 6 fp (a) kfn k∞ = fn = nα 1−
n→+∞ n+1 n+1 n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 23

1 1
p
Or n+1 ∼ n et Posons xn = n
1/(n − 1).
n
x 0 xn +∞

1 1
1− = en ln(1− n+1 ) = e−1+o(1) → e−1 fn (x) 0 % Mn & 0
n+1
α−1 donc
donc kfn k∞ ∼ n e . p
n
1/(n − 1)
1
e− n ln(n−1)
Il y a convergence uniforme si, et seulement si, α < 1. kfn k∞ = Mn = fn (xn ) = 1 = n2
→0
n(1 + n−1 ) n−1

Il y a donc convergence uniforme vers la fonction nulle.


Exercice 14 : [énoncé]

Par opérations, les fonctions fn sont de classe C 1 car . est C 1 sur R+? .
La suite (fn ) converge simplement vers f avec f (x) = |x| qui n’est pas dérivable Exercice 17 : [énoncé]
en 0. a) Soit x ∈ [0, +∞[.
En multipliant par la quantité conjuguée : Si x = 0 alors un (x) = 0 → 0.
Si x > 0 alors un (x) → 0 car e−nx → 0.
1/n La suite de fonctions (un ) converge donc simplement vers la fonction nulle sur R+ .
fn (x) − f (x) = p √
x2 + 1/n + x2 b) On a
sup |un (x)| 6 e−na → 0
[a,+∞[
Par suite |fn (x) − f (x)| 6 √1/n = √1
n
puis kfn − f k∞ 6 √1
n
→ 0.
1/n
donc il y a convergence uniforme sur [a, +∞[ avec a > 0.
Ainsi la suite (fn ) converge uniformément vers une fonction f qui n’est pas de
c) Puisque
classe C 1 .
kun k∞ > un (π/2n) = e−π/2 6 →0
il n’y a pas convergence uniforme sur R+ .
Exercice 15 : [énoncé]
Les fonctions un sont continues sur [0, 1] pour n > 1 et dérivables sur ]0, 1] avec
Exercice 18 : [énoncé]
u0n (x) =x n−1
(1 + n ln x) fn0 (x) = nx(2 − nx)e−nx , le tableau de variation de fn donne
4 −2
Le tableau de variation de un donne sup |fn | = fn (2/n) = e →0
R+ n
1
sup |un | = −un (e−1/n ) = →0 donc il y a convergence uniforme sur R et donc a fortiori sur [a, +∞[.
[0,1] ne

La suite de fonctions converge donc uniformément sur [0, 1] vers la fonction nulle.
Exercice 19 : [énoncé]
fn (0) → 1 et fn (x) → 0 pour x 6= 0. La fonction limite n’étant pas continue, il n’y
a pas convergence uniforme sur R. En revanche si |x| > |a| alors
Exercice 16 : [énoncé]
Pour x ∈ [0, +∞[, fn (x) → 0 car |fn (x)| 6 nx . 1
|fn (x)| 6 →0
On a (1 + a2 )n
n(1 + xn ) − n2 xn 1 + (1 − n)xn
fn0 (x) = n
= donc il y a convergence uniforme sur ]−∞, −a] ∪ [a, +∞[ avec a > 0.
2
n (1 + x ) 2 n(1 + xn )2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 24

CU
Exercice 20 : [énoncé] De plus, fn −−−→ f donc il existe N 0 ∈ N tel que
fn (x) → 0 et fn (n) = n2 sin(1/n2 ) → 1 il n’y a donc pas convergence uniforme sur [0,a]

R.
∀n > N 0 , ∀x ∈ [0, a] fn (x) − e−x 6 ε

x2
Sur [−a, a], |fn (x)| 6 n|x| = |x| a
n 6 n → 0 via |sin t| 6 |t|. Par suite il y a
convergence uniforme sur [−a, a]. Finalement
∀n > max(N, N 0 ), ∀x ∈ R+ , fn (x) − e−x 6 ε

CU
Exercice 21 : [énoncé] Ainsi fn −−+→ f .
a) fn (x) = exp(−n ln(1 + nx )) = exp(−x + o(1)) → e−x = f (x).
R

On sait ln(1 + t) 6 t donc par opérations : fn (x) > e−x


b) On sait Exercice 22 : [énoncé]
t2
t− 6 ln(1 + t) 6 t a) Pour x = 0, fn (x) = 0 et pour x > 0, on a aussi fn (x) = 0 pour n assez grand.
2 Par suite fn −−→ 0.
donc CS
x x2 x x b)
− 2 6 ln(1 + ) 6 Z 1 Z 1/n Z 1
1
n 2n n n fn (t) dt = n2 t(1 − nt) dt = u(1 − u) du =
puis 0 0 0 6
x2 x2
e−x 6 fn (x) 6 e−x+ 2n = e−x e 2n Il n’y a pas convergence uniforme de la suite (fn ) puisque
x2 a2 Z 1 Z 1
Sur [0, a] on a e 2n 6 e 2n → 1. 2 fn (t) dt 6 → 0 dt
Pour ε > 0, il existe N ∈ N tel que pour tout n > N , ea /2n − 1 6 ε.

0 0
On a alors pour tout x ∈ [0, a], c) Pour n assez grand, sup |fn (x)| = 0 donc (fn ) converge uniformément vers 0 sur
 2  2
[a,1]
|fn (x) − f (x)| 6 e−x ex /2n − 1 6 ea /2n − 1 6 ε [0, a].

CU
Par suite fn −−−→ f .
[0,a] Exercice 23 : [énoncé]
c) Les fonctions fn sont décroissantes donc a) Pour x = 0, fn (x) = 0 → 0. Pour x ∈ ]0, π/2], cos x ∈ [0, 1[ donc fn (x) → 0.
∀x > a, fn (x) 6 fn (a) b) Directement
 π/2
n n
Soit ε > 0. In = − cosn+1 x =
n+1 0 n + 1
Puisque e−a −−−−−→ 0, il existe a ∈ R+ tel que ∀x > a, R π/2
a→+∞
donc In → 1 6= 0 0.dx et il n’y a pas convergence uniforme.
e−x 6 ε/3 c) On a
x 0 xn π/2
Puisque fn (a) → e−a , il existe N ∈ N tel que fn 0 % fn (xn ) & 0

∀n > N, fn (a) − e−a 6 ε/3


q
n
avec xn = arccos n+1 → 0 et
Mais alors ∀x > a, √ r
n n
fn (x) − e−x 6 fn (x) + e−x 6 fn (a) + e−x 6 fn (a) − e−a + e−a + e−x 6 ε
 fn (xn ) = (n+1)/2
∼ → +∞
(1 + 1/n) e

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 25

Soit [a, b] ⊂ ]0, π/2]. On a a > 0 donc à partir d’un certain rang xn < a et alors Par étude des variations de ϕn , on obtient l’existence de xn ∈ [0, n[ tel que
sup |fn | = fn (a) → 0 donc il y a convergence uniforme sur [0, a]. ϕn (x) > 0 pour x 6 xn et ϕn (x) 6 0 pour x > xn . On en déduit que pour x 6 xn ,
[a,b] δn0 (x) > 0 et pour x > xn , δn0 (x) 6 0. Ainsi
 xn n−1  xn n xn −xn
kδn k∞;[0,n] = δn (xn ) = 1 − − 1− = e
n n n
Exercice 24 : [énoncé]
Quand p → +∞, Puisque la fonction x 7→ xe−x est bornée par un certain M sur R+ , on obtient
1 1 M
fp (x) = 1+1/p
→ = f (x) kδn k∞,[0,n] 6
(1 + x) 1+x n
On a Finalement  
1/p M −n
(1 + x) − 1 kδn k∞,[0,+∞[ 6 max ,e →0
f (x) − fp (x) = n
(1 + x)1+1/p
On peut donc affirmer que la suite (fn ) converge uniformément sur R+ vers f .
Or, pour α ∈ ]0, 1], la fonction x 7→ (1 + x)α est concave ce qui permet d’affirmer

0 6 (1 + x)α 6 1 + αx Exercice 26 : [énoncé]


La suite (fn ) converge simplement vers la fonction nulle et
pour tout x > 0 et donc √ √2 n
sup |fn (x)| = fn (±1/ n2n ) = √ → +∞

1 x 1 x 1 x∈R 2 n
|f (x) − fp (x)| 6 6 6
p (1 + x)1+1/p p1+x p il n’y a √
donc pas convergence uniforme sur R.
Or ±1/ n2n → 0 et donc d’après le tableau de variation de fn , pour tout a > 0,
Puisque kf − fp k∞,R+ 6 p1 , la convergence est uniforme sur R+ . on a, pour n assez grand,
sup |fn (x)| = fn (a) → 0
x>a
Exercice 25 : [énoncé] Ainsi il y a convergence uniforme sur [a, +∞[ et de même sur ]−∞, a]. En
Soit x ∈ R+ . Pour n assez grand revanche il n’y aura pas convergence uniforme sur les intervalles non singuliers
contenant 0.
fn (x) = (1 − x/n)n = exp (n ln(1 − x/n)) −−−−−→ e−x
n→+∞

Exercice 27 : [énoncé]
La suite (fn ) converge simplement vers f : x 7→ e−x avec fn 6 f .
On a √ 
Etudions δn = f − fn > 0. 
2n
sup |fn (x)| = fn 1/ 2 = 4n−1 → +∞
Pour x ∈ ]n, +∞[, δn (x) = e−x 6 e−n . x∈[0,1]
n n−1
Pour x ∈ [0, n], δn (x) = e−x − (1 − x/n) et δn0 (x) = −e−x + (1 − x/n) . il n’y a√donc pas convergence uniforme sur [0, 1].
Posons n
Or 1/ 2 2 → 1 et donc d’après le tableau de variation de fn , pour tout a ∈ [0, 1[,
ϕn (x) = (n − 1) ln (1 − x/n) + x on a, pour n assez grand,
On a sup |fn (x)| = fn (a) → 0
n−1 1 x−1 x∈[0,a]
ϕ0n (x) = +1=
n x/n − 1 x−n
Ainsi il y a convergence uniforme sur [0, a]. En revanche il n’y aura pas
est du signe de 1 − x. convergence uniforme sur les intervalles non singuliers contenant 1.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 26

Exercice 28 : [énoncé] ce qui permet de justifier la convergence uniforme de la suite de fonctions (fn ) sur
fn (x) → x et kfn (x) − xk∞ = 1/n → 0. [a, 1 − a] pour tout a ∈ ]0, 1/2].
fn (x)2 → x2 et fn (n)2 − n2 = 2 + 1/n2 → 2 donc il n’y a pas convergence
uniforme.
Exercice 31 : [énoncé]

Exercice 29 : [énoncé] Pour x > 0, la suite numérique (fn (x)) est une suite
√ homographique. √
Par la formule de Taylor Lagrange : x
L’équation r = 2+r possède deux solutions r1 = 1 + x − 1 et r2 = − 1 + x − 1.
Posons
f (x + 1 ) − f (x) − 1 f 0 (x) 6 M fn (x) − r1

n n n2 gn (x) =
fn (x) − r2

avec M = sup |f 00 |. On a x x
Par suite 2+fn (x) − 2+r1 fn (x) − r1 2 + r2
M gn+1 (x) = x x = = ρgn (x)
0
|gn (x) − f (x)| 6 2+fn (x) − 2+r2 fn (x) − r2 2 + r1
n
avec
et donc 2 + r2 r1
kgn (x) − f 0 (x)k∞,R → 0 ρ= =
2 + r1 r2
Puisque |ρ| < 1, la suite géométrique (gn (x)) converge vers 0.
Exercice 30 : [énoncé] Or après résolution de l’équation
On remarque que la fonction f est bien définie et même qu’elle prend ses valeurs fn (x) − r1
dans [0, 1/2] plutôt que [0, 1]. gn (x) =
fn (x) − r2
On remarque aussi que f (1 − x) = f (x). Pour étudier le comportement de la suite
(fn (a)) = (f n (a)), on peut se limiter au cas où a ∈ [0, 1/2]. on obtient
Etudier le comportement de la suite des itérés (f n (a)) équivaut à étudier la suite r1 − gn (x)r2
fn (x) =
récurrente définie par 1 − gn (x)
u0 = a et un+1 = f (un ) √
et on en déduit que la suite numérique (fn (x)) converge vers r1 = 1 + x − 1.
On observe Finalement,
√ la suite de fonctions (fn ) converge simplement vers la fonction
un+1 − un = un (1 − 2un ) > 0 f∞ : x 7→ 1 + x − 1.
La suite (un ) est donc croissante. Puisque les fonctions fn sont rationnelles de degrés alternativement 0 et 1, la
Si a = 0, cette suite est en fait constante. fonction |fn − f∞ | ne peut-être bornée sur R+ car de limite +∞ en +∞ ; il n’y a
Si a > 0 cette suite converge vers une limite ` vérifiant f (`) = `. Après résolution donc par convergence uniforme sur R+ .
de cette équation, on obtient que cette limite ne peut qu’être 1/2. En revanche, on peut montrer que la suite de fonctions (fn ) converge
On peut alors affirmer qu’il y a convergence simple de la suite de fonctions (fn ) uniformément vers f∞ sur [0, a] pour tout a > 0.
vers la fonction En effet
 gn (x) √
1/2 si x ∈ ]0, 1[ fn (x) − f∞ (x) = 2 1+x
f : x 7→ 1 − gn (x)
0 si x = 0 ou 1

Par non continuité, il y a non convergence uniforme sur [0, 1]. D’une part, la fonction x 7→ 2 1 + x est bornée sur [0, a].
En revanche la croissance de f sur [0, 1/2] permet d’assurer que D’autre part, √ n
1+x−1
∀a ∈ ]0, 1/2] , ∀x ∈ [a, 1/2] , fn (x) > fn (a) gn (x) = √ g0 (x)
1+x+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 27

Sur [0, a], la fonction


1 + x − 1
x 7→ √
1 + x + 1

admet un maximum de valeur < 1 et puisque la fonction continue g0 est bornée


sur [0, a], on peut montrer que la suite de fonctions (gn ) converge uniformément
vers la fonction nulle sur [0, a].
La relation

gn (x) √
fn (x) − f∞ (x) = 2 1+x
1 − gn (x)

permet alors d’établir que la suite de fonctions (fn ) converge uniformément vers
f∞ sur [0, a].

Les premières fonctions de la suite (fn )

Exercice 32 : [énoncé]
Pour x 6= π2 [π] on a |sin x| < 1 et donc fn (x) → 0. Exercice 33 : [énoncé]
Pour x = π2 [π], cos x = 0 et donc fn (x) = 0 → 0. II) a) En distinguant le cas x = 0 du cas général, on obtient que la suite de
Ainsi (fn ) converge simplement vers la fonction nulle. fonction (fn ) converge simplement vers la fonction f donnée par f (x) = x.
Par 2π périodicité et parité on ne poursuit l’étude qu’avec x ∈ [0, π]. La fonction b) Par étude des variations de fn (x) − f (x), on obtient qu’il y a convergence
fn est dérivable avec uniforme si, et seulement si, α < 1.
c) Par un argument de convergence uniforme, on peut échanger limite et intégrale

fn0 (x) = sinn−1 (x)((n + 1) cos2 (x) − 1) 1 √ 1


Z Z
−nx 1
lim x(1 + ne )dx = xdx =
n→+∞ 0 0 2
On peut dresser le tableau de variation de fn sur [0, π] et on obtient

Exercice 34 : [énoncé]
fn est définie sur R? et peut être prolongée par continuité en 0 en posant sur
   n/2
1 1 1
sup |fn | = fn arccos √
= 1− √ →0 fn (0) = n.
R n + 1 (n + 1) n +1
Pour x 6 0, fn (x) → +∞.
Pour x > 0, fn (x) → 0.
La suite de fonction (fn ) converge donc uniformément vers la fonction nulle. Ainsi (fn ) converge simplement vers la fonction nulle sur R+? .

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 28

Il ne peut y avoir converge uniformément sur R+? car alors par le théorème de la puis
double limite : ∀n > N, ∀p ∈ N, kun+p − un k∞ 6 ε
lim+ lim fn (x) = lim lim+ fn (x)
x→0 n→+∞ n→+∞ x→0 Enfin |un+p (x) − un (x)| 6 kun+p − un k∞ donc (un (x)) est de Cauchy.
donne 0 = +∞. d) Pour tout x ∈ [0, 1], la suite (un (x)) converge car de Cauchy. Posons u(x) la
Pour a > 0, sur [a, +∞[, limite de un (x).
nx2 e−nx
|fn (x)| 6 ∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n > N, ∀p ∈ N, ∀x ∈ [0, 1] , |un+p (x) − un (x)| 6 ε
1 − e−a2
et par étude fonctionnelle nx2 e−nx 6 4 2
ne (maximum en x = 2/n) donc A la limite quand p → +∞ :
4e2 ∀n > N, ∀x ∈ [0, 1] , |u(x) − un (x)| 6 ε
kfn k∞,[a,+∞[ 6 →0
n(1 − e−a2 )
et donc
qui donne la converge uniformément sur [a, +∞[.
∀n > N, ku − un k∞ 6 ε
CU
Ainsi un −−→ u. Par convergence uniforme, u est continue et
Exercice 35 : [énoncé]
a) Par récurrence sur n ∈ N. Z x Z x
2
u(t − t2 ) dt
Rx
Pour n = 0 : u0 (x) = 1 et u1 (x) = 1 + 0 dt = 1 + x donc 0 6 u1 (x) − u0 (x) = x. ∀x ∈ [0, 1] , un (t − t ) dt −−−−−→
0 n→+∞ 0
Supposons la propriété établie au rang n > 0.
Z x Par conséquent
x
un+1 (t − t2 ) − un (t − t2 ) dt
Z
un+2 (x) − un+1 (x) =
0 ∀x ∈ [0, 1] , u(x) = 1 + u(t − t2 ) dt
0
or un+1 (t − t2 ) − un (t − t2 ) > 0 donc un+2 (x) − un+1 (x) > 0 et La fonction est donc une fonction non nulle (car u(0) = 1) et dérivable avec
2 n+1 n+1
(t − t ) t
un+1 (t − t2 ) − un (t − t2 ) 6 6 u0 (x) = u(x − x2 )
(n + 1)! (n + 1)!
puis
xn+2 Exercice 36 : [énoncé]
un+2 (x) − un+1 (x) 6
(n + 2)! a) On vérifie sans peine que la suite (fn ) est bien définie.
Récurrence établie.
1 2 3/2
b) On a kun+1 − un k∞ 6 (n+1)! donc par l’inégalité triangulaire f1 (x) = x, f2 (x) = x ,. . .
3
n+p−1 +∞
X 1 X 1 Si f (x) = αxβ alors
∀p ∈ N, kun+p − un k∞ 6 6
k! k! √
k=n+1 k=n+1 x

Z
2 α β/2+1
Φ(f )(x) = α tβ/2 dt = x
+∞
P 1 0 β+2
c) Or k! −
−−−−→
n→+∞
0 (reste de série convergente) donc
k=n+1
Ainsi fn (x) = αn xβn avec
+∞
X 1 √
∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n > N,


2 αn βn
k! αn+1 = et βn+1 = +1
βn + 2 2

k=n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 29

On a Il y a donc convergence uniforme de la suite de fonctions (fn ) vers f .


2n − 1 b) La relation
βn = n−1 → 2 Z xp
2
et, pour n > 1, fn+1 (x) = fn (t) dt
√ 0
2 αn
αn+1 = 1 donne à la limite
4 − 2n−1 Z x p
f (x) = f (t) dt
On a √ √ 0
2 αn+1 2 αn
αn+2 − αn+1 = −
p
4 − 21n 1
4 − 2n−1 d’où l’on tire f dérivable et f 0 (x) = f (x).

Pour l’équation différentielle y 0 = y, il n’y a pas unicité de la solution nulle en 0,
Or 2n > 2n−1 donne 2
car outre la fonction nulle, la fonction y : x 7→ (x/2) est justement solution.
2 2
6
4 − 21n 1
4 − 2n−1
donc Exercice 37 : [énoncé]P
2 √ √ 
αn+2 − αn+1 6 1 αn+1 − αn On a kfn k∞ = 1/n or 1/n diverge donc il n’y a pas convergence normale sur R.
4− 2n−1 Pour x ∈ R, la série numérique
P
fn (x) satisfait le critère de Leibniz, il y a donc
Puisque α1 = α0 , on obtient alors par récurrence que la suite (αn ) est convergence simple sur R et
décroissante. +∞
Etant aussi minorée par 0, elle converge et en passant la relation de récurrence à
X 1 1
fn (x) 6 6

la limite, on obtient N + 1 + x2 N +1


n=N +1
αn → 1/4
1
On en déduit que la suite de fonctions (fn ) converge simplement vers la fonction donc kRN k∞ 6 N +1 → 0. Il y a donc convergence uniforme sur R.
 x 2
f : x 7→
2 Exercice 38 : [énoncé]
|fn (x)| 6 1/n2 et 1/n2 converge. Il y a donc convergence normale, donc
P
De plus
uniforme, donc simple sur R.
 
1
fn (x) − f (x) = αn xβn − x2 + αn − x2

4
Puisque βn 6 2, on a pour tout x ∈ [0, 1] et en exploitant eu 6 1 + u
Exercice 39 : [énoncé]
  Il y a convergence simple, uniforme mais pas normale vers la fonction
0 6 xβn − x2 = x2 e(βn −2) ln x − 1 6 (βn − 2)x2 ln x
x → 1/E + (x) où E + (x) désigne le plus petit entier supérieur à x.
Puisque la fonction x 7→ x ln x est minorée par −1/e sur [0, 1],
2 − βn Exercice 40 : [énoncé]
0 6 xβn − x2 = x 6 2 − βn Si x = 1 alors un (x) = 0 → 0. Si x ∈ ]0, 1] alors un (x) → 0. La suite (un ) converge
e
simplement vers la fonction nulle.
et ainsi 
1
 u0n (x) = nα xn − nα+1 xn−1 (1 − x) = nα xn−1 (n − (n + 1)x).
|fn (x) − f (x)| = αn (2 − βn ) + αn −
4 
n

1

1
n
et ce majorant uniforme tend vers 0. kun k∞ = un = nα 1−
n+1 n+1 n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 30
 n 1
Or 1
∼ 1
et 1 − 1
= en ln(1− n+1 ) = e−1+o(1) → 1/e donc Puisqu’il n’y a pas divergence grossière, on a fn (1) →P0 et donc f (1) = 0.
n+1 n n+1
Notons S la somme sur [0, 1] de la série de fonctions fn .
kun k∞ ∼ nα−1 /e Pour x ∈ [0, 1[,
+∞
X f (x)
Il y a convergence uniforme sur [0, 1] si, et seulement si, α < 1. S(x) = xn f (x) =
n=0
1 −x
un (x) converge, kun k∞ ∼ e nα−1 , il y a donc convergence
P
Pour tout x ∈ [0, 1],
normale sur [0, 1] si, et seulement si, α < 0. et
+∞
Pour α > 0, un (x) > xn (1 − x) = vn (x). S(1) =
X
f (1) = 0
Or n=0
+∞   +∞   +∞  k
X n X n 1 X n 1
vk > vk = → Or la fonction S est continue comme somme uniformément convergente d’une
n+1 n+1 n+1 n+1 e
k=0 k=n+1 k=n+1 série de fonctions continues.
donc Par suite lim− S(x) = 0 ce qui donne
+∞   +∞ x→1
X n X
vk 6 −−−−−→ vk (1) f (x) − f (1)
n+1 n→+∞
lim =0
k=0 k=0
P P x→1 x−1
La série vn ne converge donc pas uniformément vers [0, 1] et par suite un
non plus. Ainsi f est dérivable en 1 et f 0 (1) = 0.
0
Enfin pour a < 1, on a kun k∞,[0,a] = un (a) et donc (un ) converge uniformément Inversement, supposons f (1) = 0, f dérivable en 1 et fP (1) = 0.
sur [0, a] et
P
un converge normalement sur [0, a] pour tout α ∈ R. Posons (Sn ) la suite des sommes partielles de la série fn .
Pour x 6= 1,
1 − xn+1
Sn (x) = f (x)
Exercice 41 : [énoncé] 1−x
a) La suite de fonctions (fn ) converge simplement vers la fonction Posons g : x ∈ [0, 1[ 7→ f1−x
(x)
prolongée par continuité en 1 par la valeur g(1) = 0.
 La fonction g est continue sur [0, 1] et g(1) = 0 donc la suite (gn ) définie par
0 si x ∈ [0, 1[ gn : x 7→ xn g(x) converge uniformément vers 0̃ sur [0, 1]. Or
x 7→
f (1) si x = 1 CU P
Sn (x) = g(x) − gn+1 (x) donc Sn −−−→ g et la série fn converge uniformément.
[0,1]
Puisque les fonctions fn sont continues, pour qu’il y ait convergence uniforme, il
est nécessaire que la fonction limite soit continue et donc que f (1) = 0.
Inversement, supposons f (1) = 0. Exercice 42 : [énoncé]
Pour tout ε > 0, il existe α > 0 tel que Remarquons que pour tout t ∈ [0, 1],
∀x ∈ [0, 1] , |x − 1| 6 α ⇒ |f (x)| 6 ε t − t2 ∈ [0, 1/4]
Sur [0, 1 − α], |fn (x)| 6 (1 − α)n kf k∞ et sur [1 − α, 1], |fn (x)| 6 |f (x)| 6 ε Pour x ∈ [0, 1/4],
Puisque (1 − α)n → 0, il existe N ∈ N tel que
1
∀n > N, (1 − α)n kf k∞ 6 ε |un+1 (x)| 6 x kun k∞,[0,1/4] 6 kun k∞,[0,1/4]
4
On a alors pour tout n > N et tout x ∈ [0, 1], |fn (x)| 6 ε donc kfn k∞ 6 ε. Par une récurrence facile
CU
Ainsi fn −−→ 0̃. P donc aisément
1
b) Supposons que fn converge uniformément sur [0, 1]. kun k∞,[0,1/4] 6
4n
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 31

Par la remarque initiale, pour tout x ∈ [0, 1], et s’il l’on s’adjoint la contrainte d’une limite nulle à g en +∞, on est tenté de
poser
1 +∞
|un+1 (x)| 6 kun k∞,[0,1/4] 6 X
4n g(x) = − f (x + k)
k=0
donc
1 Il reste à montrer que cette fonction est bien définie et continue ce qui sera obtenu
kun+1 k∞,[0,1] 6 n par un argument de convergence normale. Soit x ∈ R+ . On a pour k > 1
4
P
On peut conclure que la série un est normalement convergente. Z k
0 6 f (x + k) 6 f (k) 6 f (t) dt
k−1

Exercice 43 : [énoncé] donc Z k


Si |ω| > 1 alors
+∞
sup |f (x + k)| 6 f (t) dt
1 1 X zn x∈R+ k−1
=−
z−ω ω n=0
ωn Par intégrabilité de f , il y a convergence de la série
et la convergence normale sur U de la série assure la convergence uniforme d’une XZ k
1
suite de polynômes vers z 7→ z−ω . f (t) dt
k−1
Si |ω| < 1, on peut remarquer que pour k ∈ N,
et donc convergence normale de la série de fonctions
2π +∞ Z 2π
e−ikθ
Z X
dθ = ω n
e−i(n+(k+1))θ dθ = 0
X
eiθ − ω f (x + k)
0 n=0 0
k>1

Si z 7→ Pn (z) est une suite de fonctions polynomiales convergeant uniformément L’adjonction du terme d’indice k = 0 ne change rien et l’on peut conclure.
1
sur U vers z 7→ z−ω alors On vient ainsi de trouver une solution au problème posé, d’autres solutions s’en
Z 2π Z 2π
déduisent par ajout d’une constante.
1 dθ
Pn (eiθ ) dθ −−−−−→ 2 6= 0
0 eiθ − ω n→+∞ 0 |eiθ − ω|
R 2π Exercice 45 : [énoncé]
Or par le calcul précédent, on peut affirmer 0
Pn (eiθ ) eiθ1−ω dθ = 0 et conclure à Pour x = 0, fn (x) = 0 est sommable.
une absurdité. Pour x 6= 0, n2 fn (x) −−−−−→ 0 par croissance comparée et donc la série numérique
P n→+∞
fn (x) converge.
fn converge simplement sur R+ .
P
On peut donc affirmer que la série de fonctions
Exercice 44 : [énoncé] L’étude des variations des fonctions fn donne
Puisque la fonction f est décroissante, elle admet une limite en +∞. Puisque la
fonction f est aussi intégrable cette limite est nécessairement nulle. En particulier, √  4
kfn k∞ = fn 2/ n = 2
la fonction f est positive. e
Par télescopage, on observe
fn sur R+ .
P
Il n’y a donc par convergence normale de la série de fonctions

N
X −1 En revanche, pour a > 0 et n assez grand de sorte que 2/ n 6 a, on a
g(x + N ) − g(x) = f (x + k)
k=0
kfn k∞,[a,+∞[ = fn (a)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 32

P P
et donc fn converge normalement sur [a, +∞[ car la série numérique fn (a) Il y a aussi a fortiori convergence uniforme sur [0, a].
converge. P Par l’absurde, s’il y a convergence uniforme sur une voisinage de +∞, on obtient
A fortiori, il y a aussi convergence uniforme de fn sur chaque [a, +∞[ avec par le théorème de la double limite
a > 0. +∞ +∞
Montrons qu’il n’y a cependant par convergence uniforme sur [0, +∞[.
X X
lim fn (x) = lim fn (x)
Par l’absurde, s’il y avait convergence uniforme sur [0, +∞[, la fonction somme de x→+∞
n=0 n=0
x→+∞
fn serait continue car chaque fn est continue. Soit N ∈ N? . Par
P
la série
positivité des fonctions sommées ce qui donne l’absurdité 1 = 0.
Il n’y a donc pas convergence uniforme sur [0, +∞[.
+∞    
X 2 2 4
fn √ > fN √ =
n=0
N N e2 Exercice 47 : [énoncé] P
a) Pour x = 1, un (x) = 0 et la série numérique un (x) est convergente.
et donc la fonction somme ne tend par vers 0 en 0. Pour x ∈ [0, 1[, on peut écrire 0 6 u n (x) 6 a0 x n
(1 − x) = λxn . Or il y a
Ceci contredit sa continuité. convergence de la série numérique
P n
x et donc, par comparaison de séries à
P
termes positifs, la série un (x) converge.
b) Après étude de fonction, on obtient
Exercice 46 : [énoncé]  n
a) Par croissance comparée, la suite de fonctions (fn ) converge simplement vers la an 1 an
kun k∞ = sup |un (x)| = 1− ∼
fonction nulle. x∈[0,1] n + 1 n + 1 en
La fonction fn est de classe C 1 et P
Par équivalence de séries à termes
P positifs, la convergence normale de un
1 n−1 équivaut à la convergence de an /n.
fn0 (x) = x (n − x) e−x c) Considérons le reste
n!
+∞
X
On peut alors dresser le tableau de variations de fn et affirmer Rn (x) = ak xk (1 − x)
k=n+1
nn −n
sup |fn (x)| = fn (n) = e Par la décroissance de la suite (an )
x∈[a,+∞[ n!
+∞
X
Par la formule de Stirling 0 6 Rn (x) 6 an+1 xk (1 − x)
√  n n
n! ∼ 2πn k=n+1
e
Ainsi, pour x ∈ [0, 1[ ou x = 1, on obtient
donc
1
fn (n) ∼ √ 0 6 Rn (x) 6 an+1
2πn
Par cette majoration
P uniforme, on peut affirmer que, si (an ) tend vers 0, alors la
On en déduit que la suite de fonctions (fn ) converge uniformément sur [0, +∞[.
P série de fonctions un convergePuniformément.
b) Par référence à la série exponentielle, la série de fonctions fn converge
Inversement, supposons la série un uniformément convergente.
simplement sur R et sa somme est égale à 1.
La suite (an ) étant décroissante et positive, elle admet nécessairement une limite
Il ne peut y avoir convergence normale sur [a, +∞[ car fn (n) n’est pas sommable.
` > 0. On a alors
En revanche sur [0, a], il y a convergence normale car pour n assez grand de sorte
que n > a, on a +∞
X
sup |fn (x)| = fn (a) ∀x ∈ [0, 1[ , Rn (x) > `xk (1 − x) = `xn+1 > 0
x∈[a,b] k=n+1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 33

On obtient donc Or Z 1
∀x ∈ [0, 1[ , `xn+1 6 kRn k∞ 1 1 n n+1
− dx = ln − ln
0 n−x n+x n−1 n
En faisant x → 1− ,
` 6 kRn k∞ et en transitant par les sommes partielles
N Z 1 N N
et ceci valant pour tout n ∈ N, on conclut ` = 0 X 1 1 X n X n+1
− dx = ln − ln = ln N −ln(N +1)+ln 2 −−−−−→ ln 2
n=2 0 n−x n+x n=2
n − 1 n=2 n N →+∞

Exercice 48 : [énoncé] Ainsi Z 1


On a   ψ(x) dx = ln 2
1 1 1 0
+ =O
x+n x−n n2
d’où l’existence de la somme.
Exercice 50 : [énoncé]
N
1 Posons
1
X
f (x) = lim fn (x) =
avec x > 0
N →+∞ x+k n + n2 x
k=−N
fn (x) ∼ 1/n2 x donc
P
a) Soit x ∈ ]0, +∞[. On a P fn (x) converge absolument.
Or
N N +1 On en déduit que la série fn converge simplement sur ]0, +∞[ et donc la
X 1 X 1 +∞
= fonction S =
P
fn est bien définie.
x+1+k x+k
k=−N k=−N +1 n=0
b) Les fn sont continues sur R+? .
donc à la limite quand N → +∞, on obtient f (x + 1) = f (x).
Soit a > 0,  
N N 2N +1 1 1
X 1 X 1 1 X kfn k∞,[a,+∞[ 6 =O
+ =2 n + n2 a n2
x x+1
+k +k x+k
k=−N 2 k=−N 2 k=−2N +1
P
La série de fonctions fn converge normalement sur [a, +∞[ donc converge
uniformément sur tout segment de ]0, +∞[.
donne à la limite x 
x+1
 On peut donc conclure que S est continue.
f +f = 2f (x) c) Chaque fn est décroissante donc la fonction S l’est aussi.
2 2
d) Par convergence normale sur [1, +∞[,
+∞
X +∞
X
Exercice 49 : [énoncé] lim fn (x) = lim fn (x) = 0
x→+∞ x→+∞
On peut écrire n=1 n=1
+∞
X 2x On remarque
ψ(x) = 2 − x2
n 1
n=2 xfn (x) −−−−−→
x→+∞ n2
avec convergence normale sur [0, 1] donc x
Posons gn : x 7→ n(1+nx) . La fonction gn croît de 0 à 1/n2 sur R+ donc
Z 1 +∞ Z 1
X 1 1
ψ(x) dx = − dx 1
0 0 n−x n+x kgn k∞,[0,+∞[ =
n=2 n2
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 34

gn converge normalement sur R+ donc


P
La série de fonctions d) Quand x → −1, S(x + 1) → S(0) = 0 puis
+∞ +∞ +∞
1 π2 1 1
lim
X
gn (x) =
X
lim gn (x) =
X
= S(x) = − + S(x + 1) ∼ −
x→+∞ x→+∞ n 2 6 x+1 x+1
n=1 n=1 n=1
1
e) S(0) = 0 et S(x + 1) − S(x) = x+1 donc pour tout n ∈ N,
π2
Par suite xS(x) −−−−−→ 6 puis
x→+∞ n
X 1
S(n) =
π2 k
S(x) ∼ k=1
x→+∞ 6x
n
1
P
1
e) La fonction t 7→ t(1+tx) est décroissante donc par comparaison avec une f) On sait k ∼ ln n et on sait ln(n + 1) ∼ ln n.
k=1
intégrale Puisque S(E(x)) 6 S(x) 6 S(E(x) + 1) on obtient
Z +∞ +∞ Z +∞
dt X 1 dt
6 un (x) 6 + S(x) ∼ ln E(x) ∼ ln x
1 t(1 + tx) n=1
1 + x 1 t(1 + tx)

Or
Z +∞ Z +∞    +∞ Exercice 52 : [énoncé]
dt 1 x t (−1)n
= − dt = ln = ln(1 + x) − ln(x) a) Les fonctions fn : x 7→ n+x sont de classe C 1 et
1 t(1 + tx) 1 t 1 + tx 1 + tx 1
(−1)n+1
donc fn0 (x) =
S(x) ∼ − ln(x) (n + x)2
x→0 P
Par le critère spécial des séries alternées, fn (x) converge simplement sur
n>0
]0, +∞[ vers S.
Exercice 51 : [énoncé]
x Soi a > 0. Sur [a, +∞[,
a) fn : x 7→ n1 − n+x
1
= n(n+x) est définie et continue sur ]−1, +∞[
Soient −1 < a 6 0 6 1 6 b. +∞
1 X 1
kfn0 k∞,[a,+∞[ 6 2
et < +∞
b (n + a) (n + a)2
kfn k∞,[a,b] 6 n=0
n(n + a) P 0
P donc fn converge normalement sur [a, +∞[ puis converge uniformément sur
La série de fonction fn converge normalement sur [a, b] et donc converge tout segment de [a, +∞[.
uniformément sur tout segment inclus dans ]−1, +∞[. Par théorème, S est définie et de classe C 1 sur ]0, +∞[ et
b) Chaque fn est croissante donc par sommation de monotonie, S est croissante.
+∞
c) X (−1)n+1
+∞ +∞ S 0 (x) =
X 1 1 X 1 1 (n + x)2
S(x + 1) − S(x) = − − − n=0
n=2
n − 1 n + x n=1 n n + x
b) On peut appliquer le critère spécial des séries alternées à la série de somme
donc +∞
P (−1)n+1
+∞ −1 0
X 1 1 1 1 (n+x)2 . Celle-ci est donc du signe de son premier terme x2 . Ainsi S (x) 6 0
S(x + 1) − S(x) = − −1+ = n=0
n=2
n − 1 n x + 1 x + 1 et la fonction S est décroissante.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 35

c) et donc
1
+∞ +∞ +∞ +∞
F (x) + F (x + 1) =
X (−1) n
(−1)X (−1)n X n
(−1) X1 n x
S(x + 1) + S(x) = + =− + =
n + x + 1 n=0 n + x n + x n=0 n + x x d) Posons
n=0 n=1 1
tx−1
Z
1 G(x) = dt
d) Quand x → 0, S(x) = x − S(x + 1) et S(x + 1) → S(1) donc 0 1+t

1 L’intégrale est bien définie pour x > 0 et l’on remarque


S(x) ∼
x 1
G(x) + G(x + 1) =
e) Quand x → +∞, x

1 1 Posons H = F − G. La fonction H est 2-périodique, montrons qu’elle tend vers 0


(S(x) + S(x + 1)) 6 S(x) 6 (S(x) + S(x − 1)) en +∞.
2 2
Par application du critère spécial, on a
1 1
avec x ∼ x−1 donne
1 ∀x > 0, F (x) > 0
S(x) ∼
2x
donc
1
0 6 F (x) 6 F (x) + F (x + 1) = −−−−−→ 0
Exercice 53 : [énoncé] x x→+∞
Posons un : ]0, +∞[ → R donnée par et par encadrement F tend vers 0 en +∞.
Le même raisonnement se transpose à G.
(−1)n On peut conclure que H tend vers 0 en +∞ puis finalement H est nulle.
un (x) =
n+x e) Quand x → 0, F (x + 1) → F (1) par continuité et donc
P
a) Par le critère spécial, un (x) converge pour chaque x > 0. 1 1
Il y a convergence simple de la série de fonctions définissant F . F (x) = − F (x + 1) ∼
x x→0 x
b) Les fonctions un sont de classe C 1 et pour n > 1
On vérifie aisément que F est décroissante et puisque
(−1)n+1
u0n (x) = 1 1
(n + x)2 = F (x) + F (x + 1) 6 2F (x) 6 F (x) + F (x − 1) =
x x−1
On a
1 on obtient
ku0n k∞ = 1
n2 F (x) ∼
P 0 x→+∞ 2x
Il y a convergence normale un pour
Pn 0> 1.
Il y a donc convergence uniforme de un (pour n > 0) et l’on peut donc conclure
que F est de classe C 1 .
Exercice 54 : [énoncé]
De la même manière, on obtient F de classe C ∞ . n
a) Posons fn (t) = (−1)
1+nt pour t > 0.
c) Par décalage d’indice P
Par application du critère spécial des séries alternées, fn converge simplement
+∞ +∞ sur ]0, +∞[ et
X (−1)n X (−1)n 1
F (x + 1) = =− kRn k∞,[a,+∞[ 6 →0
n=1
n+1+x n=2
n+x 1 + na
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 36

pour tout a > 0. On peut réorganiser l’expression de S(t) de la façon suivante :


Par converge uniformément sur tout segment d’une série de fonctions continue, S
+∞  +∞
(−1)2p (−1)2p+1

est définie et continue sur ]0, +∞[. X X t
b) Par converge uniformément sur [a, +∞[, S(t) = + =
p=0
2pt + 1 (2p + 1)t + 1 p=0
(2pt + 1) [(2p + 1)t + 1]
+∞ n
X (−1) t
La fonction ft : x 7→ (2xt+1)((2x+1)t+1) est décroissante.
lim S(t) = lim =1
+∞
n=0
t→+∞ 1 + nt Par comparaison avec une intégrale, on obtient l’encadrement
Par application du critère spécial des séries alternées Z +∞ Z +∞
ft (x) dx 6 S(t) 6 ft (x) dx
1 1 0
1− 6 S(t) 6 1
1+t Puisque par les calculs précédents
c) Les fonctions fn sont de classe C 1 et la série de fonctions
P
fn converge t 1 1
simplement. = −
(−1)n+1 n (2xt + 1) ((2x + 1)t + 1) 2xt + 1 (2x + 1)t + 1
fn0 (t) =
(1 + nt)2 On obtient
P 0
La série fn (t) est alternée avec |fn0 (t)| = (1+nt)
n
2. Z +∞  +∞
t 1 (2xt + 1) ln(1 + t)
Puisque dx = ln =
n(n + 1)t2 − 1 0 (2xt + 1)((2x + 1)t + 1) 2t ((2x + 1)t + 1) 0 2t
|fn0 (t)| − fn+1
0
(t) =
(1 + nt)2 (1 + (n + 1)t)2 et
la suite (|fn0 (t)|) décroît vers 0 à partir d’un certain rang. Z +∞  +∞
t 1 (2xt + 1) ln(1 + 3t) − ln(1 + 2t)
Soit a > 0. dx = ln =
A partir d’un certain rang n0 , 1 (2xt + 1)((2x + 1)t + 1) 2t ((2x + 1)t + 1) 1 2t

n(n + 1)a2 − 1 > 0 Quand t → 0+ , on obtient par encadrement S(t) → 1/2.

et alors pour tout t > a, on peut appliquer le critère spécial des séries alternées à
partir du rang n0 . Exercice 56 : [énoncé]
On a alors
P
n n a) Si x 6 0, la série numérique fn (x) divergePgrossièrement.
α
|Rn (t)| 6 6 Si x > 0 alors n2 fn (x) = e2 ln n−xn → 0 donc fn (x) est absolument
(1 + nt)2 (1 + na)2
convergente.
donc Ainsi
P
fn converge simplement sur ]0, +∞[. f est définie sur ]0, +∞[.
n
kRn k∞,[a,+∞[ 6 →0 b) Les fonctions fn sont continues. P
(1 + na)2 P
P 0 Pour a > 0, kfn k∞,[a,+∞[ = fn (a) et fn (a) converge donc fn converge
Ainsi la série de fonctions fn converge uniformément sur [a, +∞[. normalement sur [a, +∞[. Par convergence uniforme sur tout segment, on peut
Par théorème, on peut alors conclure que S est de classe C 1 . affirmer que f est continue.
c) Par convergence uniforme sur [a, +∞[, on peut intervertir limite en +∞ et
+∞
P
Exercice 55 : [énoncé] somme infinie. Ainsi lim f (x) = lim fn (x) = 1.
x→+∞ n=0 x→+∞
Par le critère spécial des séries alternées, il est immédiate de justifier que S(t) est
définie pour tout t > 0.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 37

Exercice 57 : [énoncé]√ avec Z +∞ √


a) Posons fn (x) = e−x n 2
P −x√n e−x t
dt =
Pour x 6 0, la série e diverge x2
P −x√grossièrement.
n
0
Pour x > 0, n2 fn (x) → 0 donc e converge absolument. On en déduit
La fonction f est donc définie sur ]0, P
+∞[. 2
P f (x) ∼
Pour a > 0, kfn k∞,[a,+∞[ = fn (a) et fn (a) converge donc fn converge x2
normalement sur [a, +∞[. Comme somme de série de fonctions continues quand x → 0+ .
convergeant uniformément sur tout segment, on peut affirmer que f est continue
sur ]0, +∞[.
b) f est somme de fonction strictement décroissante, elle donc elle-même Exercice 59 : [énoncé]
strictement décroissante. a) Pour tout x ∈ R, la série numérique P
P
un (x) satisfait le critère spécial des
c) Par convergence uniforme sur [a, +∞[, on peut intervertir limite en +∞ et séries alternées donc la série de fonctions un converge simplement sur R.
+∞
De plus
P
somme infinie. Ainsi lim f (x) = lim fn (x) = 0.
x→+∞ x→+∞
√ R n=1 √ √ √
n+1 Rn +∞
d) Par monotonie de t 7→ e−x t , n e−x t dt 6 e−x n 6 n−1 e−x t dt x2
   
X 1
√ √ un 6 ln 1 + 6 ln 1 + →0

R +∞ R +∞
En sommant 1 e−x t dt 6 f (x) 6 0 e−x t dt. (N + 1)(1 + x2 ) N +1


R +∞ √ R +∞ √ n=N +1 ∞
Or 0 e−x t dt = x22 et 1 e−x t dt ∼ x22 donc f (x) ∼ x22 . P
donc la série de fonctions un converge uniformément sur R.
b) un (x) −−−−−→ ln(1 + 1/n). Par converge uniformément
x→+∞
Exercice 58 : [énoncé]
Pour x 6 0, il y a √
divergence +∞ +∞
√ grossière. P −x√n X X
Pour x > 0, n2 e−x n = e−x n+2 ln n → 0 donc e est absolument un (x) −−−−−→ ` = (−1)n ln(1 + 1/n)
x→+∞
convergente. Ainsi f est définie sur ]0, +∞[. n=1 n=1
√ √
Pour a > 0, sur [a, +∞[, e−x n 6 e−a n . Cela permet d’établir la convergence

Pour calculer cette somme, manipulons les sommes partielles
normale de la série de fonctions sur [a, +∞[. Par convergence uniforme sur tout
2N   X N N −1
segment d’une série de fonctions continues, on peut affirmer que f est continue X
n 1 X
(−1) ln 1 + = ln(2n + 1) − ln(2n) + ln(2n + 1) − ln(2n)
sur ]0, +∞[. n
n=1 n=1 n=0
Par convergence uniforme sur [1, +∞[, on peut appliquer le théorème de la double
limite et affirmer donc
+∞ 2N 2 !

  
X 1 (2N )!
lim e−x n = 1
X
lim f = n
(−1) ln 1 + = ln (2N + 1)
+∞
n=0
x→+∞
n=1
n (2N N !)2

−x t Or
Pour x > 0 fixé, la fonction t 7→ e est décroissante donc √
Z n+1 Z n N! ∼ 2πN N N e−N
√ √ √
e−x t dt 6 e−x n 6 e−x t dt donc
n n−1 2N
X
(−1)n ln(1 + 1/n) ∼ ln (2/π)
En sommant (avec n = 0 à part pour la majoration) on obtient n=1
Z +∞ √
Z +∞ √ On en déduit
e−x t dt 6 f (x) 6 1 + e−x t dt ` = ln (2/π)
0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 38

P 0
Exercice 60 : [énoncé] donc fn converge normalement sur [a, +∞[ puis converge uniformément sur
a) Pour x ∈ ]0, 1[, on obtient par sommation géométrique tout segment de ]0, +∞[. Par théorème S est de classe C 1 sur ]0, +∞[.
b) On peut appliquer le critère spécial des séries alternées à la série de somme
+∞
X x2 ln x
un (x) = − +∞
1 + x2 X (−1)n+1
n=0
n=0
n!(n + x)2
Cette relation vaut aussi pour x = 0 ou x = 1.
b) On peut appliquer le critère spécial des séries alternées et donc Celle-ci est donc du signe de son premier terme −1
Ainsi S 0 (x) 6 0 et S est
x2 .

+∞
X

décroissante.
|Rn (x)| =

(−1) k+2 2k+2
x ln x 6 x2(n+2) |ln x|
c)

k=n+1
+∞ +∞ +∞
X (−1)n x X (−1)n X (−1)n 1
L’étude de ϕ : x 7→ x2(n+2) |ln x| donne xS(x) − S(x + 1) = + =1+ =
n=0
n!(x + n) n=1
(n − 1)!(x + n) n=1
n! e
e−1
∀x ∈ [0, 1] , x2(n+2) |ln x| 6 d)
2(n + 2) +∞
1 X (−1)n 1
donc xS(x) = + S(x + 1) et S(1) = =1−
e (n + 1)! e
e−1 n=0
kRn k∞ 6 →0
2(n + 2) Quand x → 0+ , xS(x) → 1 d’où
c) On a 1
Z 1
ln x
Z 1 Z 1
x2 ln x S(x) ∼
dx = ln x dx − dx x
0 1 + x2 0 0 1 + x2
e) Par le critère spécial des séries alternées,
et on peut calculer la dernière intégrale par intégration terme à terme car
converge uniformément sur [0, 1]. Cela donne
+∞

X (−1)k 1 1
|Rn (x)| = 6 6

Z 1 ∞
ln x X (−1)n k!(x + k) (n + 1)!(x + 1 + n) (n + 1)!
k=n+1
2
dx = −1 +
0 1+x n=0
(2n + 3)2
donc
1
puis le résultat. kRn k∞ 6 →0
(n + 1)!
Par converge uniformément sur ]0, +∞[,
Exercice 61 : [énoncé]
(−1)n +∞
a) fn : x 7→ n!(x+n) est définie et de classe C 1 sur R+? et X
lim S(x) = lim fn (x) = 0
x→+∞ n→+∞
n+1 n=0
(−1)
fn0 (x) =
n!(x + n)2 Quand x → +∞,
1 1
P
fn (x) converge simplement sur ]0, +∞[ vers S. xS(x) = + S(x + 1) →
e e
n>0
d’où
1 1 1
S(x) ∼
X
∀a > 0, kfn0 k∞,[a,+∞[ = 2
et converge ex
n!(n + a) n!(n + a)2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 39

Par suite n2 fn (x) −−−−−→ 0 donc


P
Exercice 62 : [énoncé] fn (x) est absolument convergente donc
n n→+∞
1
Q P
a) fn : x 7→ (x+k) , fn est continue sur ]0, +∞[.
convergente. Ainsi fn converge simplement.
k=0 b) Pour a ∈ R+ , l’étude qui précède donne
Soit a > 0. Sur [a, +∞[,
1 1 a
kfn k∞ 6 kfn k∞,[0,a] 6 2
a n! sh (n)
P
La série de fonctions fn converge normalement sur [a, +∞[ donc converge donc
P
fn converge normalement sur [0, a]. Par convergence uniforme sur tout
uniformément
P sur tout segment de ]0, +∞[. Par théorème, la somme S de la série segment d’une série de fonction continue, on peut affirmer que S est continue. De
fn est continue sur ]0, +∞[. plus, les fonctions sommées étant toutes strictement croissantes, la somme S l’est
b) aussi.
+∞ n +∞ n En effet, pour x < y,
1 1XY 1 1 1XY 1 1 1 n n
S(x) = + = + = + S(x + 1)
X X
x x n=1 (x + k) x x n=0 (x + 1 + k) x x fk (x) < fk (y)
k=1 k=0
k=1 k=1

c) Par converge uniformément sur [a, +∞[ donne à la limite


+∞
X +∞
X
+∞
X fk (x) 6 fk (y)
lim S(x) = lim fn (x) = 0 k=1 k=1
x→+∞ x→+∞
n=0 et puisque f0 (x) < f0 (y), on parvient à
Quand x → +∞, S(x) < S(y)
 
1 1 1 1 1 c)
S(x) = + S(x + 1) = + o ∼
x x x x x +∞ +∞ +∞
X X X
Quand x → 0, S(x+1) = (th(x + 1 + n) − th(n)) = (th(x + 1 + n) − th(n + 1))+ (th(n + 1) −
n=0 n=0 n=0
S(x + 1) → S(1)
avec convergence des deux séries introduites.
par continuité et
Par décalage d’indice
n
+∞ Y +∞
X 1 X 1 +∞
S(1) = = =e−1
X
k + 1 n=0 (n + 1)! (th(x + 1 + n) − th(n + 1)) = S(x) − thx
n=0 k=0
n=0

donc et par étude la limite des sommes partielles


1 + S(x + 1) e
S(x) = ∼ +∞
x x X
(th(n + 1) − thn) = 1
n=0
Exercice 63 : [énoncé] On conclut à la relation proposée.
a) Par le théorème des accroissements finis, on peut écrire fn (x) = x(th)0 (c) avec d) S admet une limite en +∞ car c’est une fonction monotone. Pour déterminer
c ∈ ]n, x + n[.Puisque (th)0 (c) = sh21(c) , on a celle-ci, étudions la limite de la suite (S(n)). La nature de la suite S(n) est celle
de la série de terme général
x 4x
|fn (x)| 6 ∼ 2n
2
sh (n) e S(n + 1) − S(n) = 1 − thn

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 40

Or Puisque S(1/x) = S(x), on obtient par composition de limites, lim+ S(x) = +∞


chn − shn e−n 1 x→1
1 − thn = = ∼ −2n et lim S(x) = 0.
chn chn 2e x→+∞
est terme général d’une série absolument convergente.
On en déduit que la suite (S(n)) converge et donc que la fonction S converge.
Exercice 65 : [énoncé]
a) Pour x ∈ ]−1, 1[,
n
Exercice 64 : [énoncé] |un (x)| = o (|x| )
xn
a) Notons : fn : x 7→ 1+x 2n .
P
donc un (x) est absolument convergente donc convergente.
Pour x = 0, fn (x) = 0 donc S(x) est bien définie.
Pour x = 1,
Pour x ∈ ]0, 1[ : fn+1 (x)
fn (x) ∼ x < 1 et S(x) est bien définie. (−1)n−1
Pour x = 1 : fn (x) = 1/2 et S(x) n’est pas définie. un (x) =
2n
Pour x ∈ ]1, +∞[ : fn+1 (x) 1
fn (x) → x < 1 donc S(x) est bien définie. donc
P
un (x) converge en vertu du critère spécial des séries alternées.
P
Finalement S est définie sur [0, 1[ ∪ ]1, +∞[ par convergence simplement de fn Pour x ∈ ]−∞, −1[ ∪ ]1, +∞[,
sur ce domaine.
(−1)n−1 (−1)n−1
   
b) 1 1
+∞ +∞ un (x) = 1− = + o n
X 1/xn X xn n 1 + xn n |x|
∀x ∈ ]0, 1[ ∪ ]1, +∞[ , S(1/x) = = = S(x)
1 + 1/x2n 1 + x2n P
n=1 n=1 donc un (x) est somme d’une série convergente et d’une série absolument
c) Soit 0 < a < 1. Sur [0, a], convergente.
b)
+∞ +∞ +∞
(−1)n−1 xn 1/xn (−1)n−1
X   X
kfn k∞,[0,a] 6 an et an < 1
X
f (x) + f (1/x) = + =
n=1 n=1
n 1 + xn 1 + 1/xn n=1
n

c) Soit a ∈ [0, 1[.


P
donc fn converge normalement sur [0, a] et donc converge uniformément sur
n>1 an an
tout segment de [0, 1[. Par théorème S est continue sur [0, 1[. kf k∞,[−a,a] 6 n
6
1−a 1−a
Par composition de fonctions continues S : x 7→ S(1/x) est aussi continue sur P
donc fn converge normalement sur [−a, a].
]1, +∞[.
Par convergence uniforme d’une série de fonctions continues sur tout segment de
d)
]−1, 1[, on peut affirmer que f est continue sur ]−1, 1[. Puisque
nxn−1 (1 + x2n ) − 2nx3n−1 nxn−1 (1 − x2n )
fn0 (x) = 2n 2
= f (x) = C te − f (1/x), f est aussi continue sur ]−∞, −1[ et sur ]1, +∞[ par
(1 + x ) (1 + x2n )2 composition de fonctions continues.  
Chaque fn est croissante sur [0, 1[ et décroissante sur ]1, +∞[. xn
un (x) est alternée et la suite n1 1+x
P
d) Pour x ∈ [0, 1], la série n décroît
Par sommation de monotonie, la fonction S est croissante sur [0, 1[ et décroissante n>0

sur ]1, +∞[. vers 0 (après étude non détaillée ici) donc le critère spécial des séries alternées
S(0) = 0. s’applique et +∞
Quand x → 1− ,
X 1 xn+1 1
uk (x) 6 6

+∞ n
n+11+x n+1 n+1
X x 2x
k=n+1
S(x) > = → +∞
n=1
2 1−x puis
1
donc lim− S(x) = +∞. kRn k∞,[0,1] 6 →0
x→1 n+1
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 41

P
La série de fonctions continues un converge uniformément sur [0, 1] donc f est Ainsi
n  nα
continue sur [0, 1] et donc continue à gauche en 1. Par la relation du b) on obtient X k eα
lim 1− =
aussi f continue à droite en 1. n→+∞ n eα − 1
k=0

Exercice 66 : [énoncé]
En réorganisant la somme Exercice 68 : [énoncé]
Par la formule du binôme
n  n +∞
X k X
p
!
un = 1− = fk (n) 
z
p X p zk
n 1+ =
k=0 k=0
p k pk
k=0
avec fk : N → R définie par
n Considérons fk : [0, +∞[ → C définies par
fk (n) = (1 − k/n) si k 6 n et fk (n) = 0 sinon
x(x − 1) . . . (x − k + 1) z k
Pour k ∈ N fixé, fk (n) → e−k . fk (x) = si x > k et fk (x) = 0 sinon
Pour k 6 n, |fk (n)| = exp(n ln(1 − k/n)) 6 exp(−k) et Pcette majoration vaut k! xk
aussi pour k > n. Ainsi kfk k∞,N 6 e−k et donc la série fk converge En tout p ∈ N,
normalement sur A = N. p
+∞
! p
p zk

X X z
Par interversion limite/somme infinie, on obtient fk (p) = = 1+
k pk p
k=0 k=0
+∞
X 1 z x
e−k =
P 
un −−−−−→ La série de fonctions fk converge simplement vers x → 1 + x en tout
n→+∞ 1 − 1/e k∈N
k=0
|z|k
p ∈ N. De plus, puisque |fk (x)| 6 k! , la convergence est normale sur R+ . Pour k
fixé, quand x → +∞,
Exercice 67 : [énoncé]
Posons nα x(x − 1) . . . (x − k + 1) z k zk
fk (x) = →

k
fk (n) = 1 − pour k 6 n et fk (n) = 0 sinon xk k! k!
n
Par le théorème de la double limite
Pour k ∈ N fixé,
fk (n) → exp(−kα) +∞ +∞ k
X X z
Pour k 6 n lim fk (n) =
n→+∞ k!
k=0 k=0
|fk (n)| = exp(nα ln(1 − k/n)) 6 e−kα
et cette majoration vaut aussi pour k > n. i.e.  z n
Ainsi lim 1+ = ez
n→+∞ n
kfk k∞,N 6 e−kα
P
et donc la série fk converge normalement sur A = N.
Par interversion limite/somme infinie Exercice 69 : [énoncé]
+∞ +∞ +∞
X X X 2α 1
lim fk (n) = lim fk (n) = e−kα
α 2 + n2 6
n→+∞
k=0 k=0
n→+∞
k=0 ∞,[0,1] n2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 42

est le terme générale d’une série convergente. Par convergence normale sur le b)
!
segment [0, 1] : n
X n
X
ln Γ(x) = lim x ln n + ln k − ln(x + k)
+∞ +∞ Z +∞ n→+∞
Z 1X 1  
k=1 k=0
2α X 2αdα X 1
dα = = ln 1 + 2
0 n=1 α 2 + n2 0 α 2 + n2 n n n n
ln 1 + xk .
P P P 
n=1 n=1 avec x ln n + ln k − ln(x + k) = x ln n − ln x −
Or Pk=1 k=0  k=1

+∞
Or la série  nx − ln 1 + nx est absolument convergente car de terme général
X 2α chπα 1 en O 1/n2 et
2 + n2
=π −
n=1
α shπα α
n  n
donc
X x  x  X  x
− ln 1 + = x ln n + γx + o(1) − ln 1 +
Z +∞
1X


shπα
1
shπ k k k
k=1 k=1
2 2
dα = ln = ln
0 n=1
α +n α 0 π
donc
+∞ 
On en déduit que X x  x 
+∞   ln Γ(x) = − ln x − γx + − ln 1 +
Y 1 shπ n n
1+ = n=1
n=1
n2 π
x x
 1
P
c) Posons fn (x) = − ln 1 +
n n n est C ,
pour x > 0 et n > 1. fP fn converge
simplement et fn0 (x) = n(n+x)
x
ce qui permet d’affirmer fn0 converge
Exercice 70 : [énoncé] normalement sur tout segment[a, b] ⊂ R+? .
a) La fonction f est définie sur R? .
+∞ 2
n2
lim e−a
P
b) Par convergence normale sur [1, +∞[, lim f (a) = = 1.
a→+∞ n=0 a→+∞ Exercice 72 : [énoncé]
Par comparaison avec une intégrale
P
a) Pour x < 0, un (x) −−−−−→ −∞ donc un (x) diverge grossièrement.
R +∞ −a2 t2 +∞
P −a2 n2 R +∞ n→+∞ P
2 2

0
e dt 6 e 6 1 + 0 e−a t dt. Pour x = 0, un (x) = 0 donc un (0) converge
Pour x > 0, un (x) = o(1/n2 ) par croissance comparée et donc
n=0
P
un (x) converge
Or on peut calculer l’intégrale :
absolument.
assume(a>0);
On conclut I = R+
simplify(int(a*exp(-(a*t)ˆ2),
√ t=0..infinity));
b) Pour [a, b] ⊂ R+? ,
donne π/2. √
On peut conclure lim+ af (a) = π/2. nα be−na
a→0
kun k∞,[a,b] = sup |un (x)| 6
x∈[a,b] n2 + 1
P
Exercice 71 : [énoncé] donc un est une série de fonctions continues convergeant normalement sur tout
a) segment de R+? . Sa somme est alors continue sur R+? .
    c) Après étude des variations de la fonction,
1 1
ln fn+1 (x) − ln fn (x) = x ln 1 + + ln(n + 1) − ln(x + n + 1) = O 1
n n2 kun k∞,R+ = sup |un (x)| = un (1/n) ∼
P x∈R+ n3−α
La série ln fn+1 (x) − ln fn (x) converge donc la suite (ln fn (x)) converge puis
(fn (x)) converge vers un réel strictement positif. Il y a convergence normale si, et seulement si, α < 2.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 43

u0n sur tout segment de ]−1, 1[.


P
d) On peut écrire ce qui assure la convergence normale de
Par suite la fonction S est de classe C 1 .
∞ ∞ ∞ ∞
X 1 X k α e−k/n 1 X k 2 −k/n 1 X −k/n
uk (1/n) = > e > e 1 1
n k2 + 1 n k2 + 1 2n S(0) = donc S(x) ∼
k=n+1 k=n+1 k=n+1 k=n+1 2 x→0 2

Or par sommation géométrique Pour x ∈ [0, 1[,


∞ +∞ +∞
1 X −k/n 1 e−(n+1)/n 1 1 XX
e = → S(x) = + (−1)p xn(p+1)
2n 2n 1 − e−1/n 2e 2 n=1 p=0
k=n+1

∞ P P +∞
P
donc
P
uk (1/n) ne peut tendre vers 0 quand n → +∞. Puisque (−1)p xn(p+1) converge et (−1)p xn(p+1) aussi, on peut
k=n+1 p>0 n>1 p=0

S’il y avait convergence uniforme sur R+ alors permuter les deux sommes et affirmer


∞ +∞
X 1 X xp+1
(−1)p
X
06 uk (1/n) 6 sup

uk (x) → 0
S(x) = +
x∈R+ 2 p=0 1 − xp+1
k=n+1 k=n+1

ce qui vient d’être exclu. On a alors


+∞
e) Si S est continue en 0 alors par sommation de terme positif 1−x X
(1 − x)S(x) = + (−1)p up (x)
∞ 2 p=0
X
06 uk (1/n) 6 S(1/n) → S(0) = 0
1−x
k=n+1 avec up (x) = xp+1 1−x p+1 pour x ∈ [0, 1[.

La fonction up est continue sur [0, 1[ et prolonge par continuité en 1 en posant


ce qui est encore à exclure. up (1) = 1/(p + 1).
(−1)p up (x) et donc
P
Le critère spécial des séries alternées s’applique à la série

Exercice 73 : [énoncé] ∞
X
k

Pour |x| > 1, la série est grossièrement divergente.
(−1) uk (x)
6 up+1 (x)
Pour |x| < 1, k=p+1

xn
∼ xn
1 + xn 1
P
et une étude de variation permet d’affirmer up+1 (x) 6 p+2 . Ainsi, la série un
et donc la série est absolument convergente. converge uniformément sur [0, 1] et donc sa somme est continue en 1. Cela permet
La fonction S est définie sur ]−1, 1[. d’affirmer
xn +∞
Posons un (x) = 1+x n. X (−1)p
un est de classe C 1 ,
P
un converge simplement, (1 − x)S(x) −−−−→ = ln 2
x→1−
p=0
p+1
nxn−1 et finalement
u0n (x) =
(1 + xn )2 ln 2
S(x) ∼ −
x→1 1−x
donc pour a ∈ [0, 1[,
ku0n k∞,[−a,a] 6 na n−1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 44

Exercice 74 : [énoncé]
P P P Exercice 75 : [énoncé]
Puisque an > 0 et an (1 + |xn |) converge, les séries an et an xn sont Les fonctions constantes sont solutions et les solutions forment un sous-espace
absolument convergentes. vectoriel.
Posons fn (x) = an |x − xn |. Soit f une solution. Quitte à ajouter une fonction constante, on peut supposer
Comme |an |x − xn || 6 |an | |x| + |an xn |, la série des fonctions fn converge f (0) = 0.
simplement sur R. On a
+∞
Les fonctions fn sont continues et sur [−M, M ], kfn k∞ 6 M an + an |xn |. f (x) X f (xn )
Par convergence normale sur tout segment d’une série de fonctions continues, on f (x) = +
2 n=2
2n
peut affirmer que la somme f est continue.
Soit [α, β] ∈ R tel que xn ∈ / [α, β] pour tout n ∈ N. donc
Les fonctions fn sont de classe C 1 sur [α, β] et fn0 (x) = εan avec |ε| = 1. +∞
X +∞
f (xn ) X f (xn+1 )
Par convergence normale de la série des dérivées sur [α, β], on peut affirmer que f f (x) = =
2n−1 2n
est de classe C 1 sur tout intervalle ouvert ]a, b[ vérifiant ∀n ∈ N, xn ∈/ ]a, b[. n=2 n=1

Soit a ∈ R tel qu’il existe n ∈ N vérifiant xn = a. Posons h(x) = sup |f |.


En considérant A = {n ∈ N/xn = a}, on peut écrire par absolue convergence [0,x]
 
X X Pour x > 0, on a xn+1 ∈ 0, x2 pour tout n > 1. On en déduit
f (x) = an |x − a| + an |x − xn | = α |x − a| + g(x)
n∈A n∈N\A +∞
X 1
|f (x)| 6 n
h(x2 ) = h(x2 )
avec α > 0. n=1
2
+∞
α
P P
Puisque la série an converge, pour N assez grand, an 6 2. n
k=N +1 Ainsi h(x) 6 h(x2 ) puis en itérant 0 6 h(x) 6 h(x2 ) pour tout n ∈ N.
On peut alors écrire n
Or pour x ∈ [0, 1[, x2 → 0 et lim h = 0 (car f (0) = 0) donc h(x) = 0 sur [0, 1[.
0+
X X
f (x) = α |x − a| + an |x − xn | + an |x − xn | Finalement f est nulle sur [0, 1[ puis en 1 par continuité.
n∈N\A,n>N +1 n∈N\A,n6N
P
La fonction x 7→ an |x − xn | est dérivable au voisinage de a.
n∈N\A,n6N Exercice 76 : [énoncé]
Cependant, la fonction a) La série de fonctions considérée converge uniformément sur tout segment inclus
X dans R\Z. Sa somme est donc continue et de plus 1-périodique.
ϕ : x 7→ α |x − a| + an |x − xn | b) Soit α > 1. Pour tout x ∈ [−α, α], x/2 et (x + 1)/2 appartiennent à [−α, α].
n∈N\A,n>N +1 Posons Mα = kf k∞,[−α,α] . La relation
n’est quand à elle pas dérivable en a.     
En effet, pour h > 0, 1 x x+1
f (x) = f +f
c 2 2
1 α α
(ϕ(a + h) − ϕ(a)) > α − >
h 2 2 donne |f (x)| 6 2c Mα pour tout x ∈ [−α, α]. On en déduit Mα 6 2c Mα puis
alors que pour h < 0, Mα = 0 puisque c > 2.
Ainsi f est nulle sur [−α, α] et puisque ceci vaut pour tout α > 1, f est la
1 α α fonction nulle.
(ϕ(a + h) − ϕ(a)) 6 −α + = − 2
h 2 2 c) Posons h : x 7→ sin2π(πx) définie sur R\Z.
Ainsi, les éventuels nombres dérivés à droite et à gauche ne peuvent pas coïncider. La fonction g = f − h est définie sur R\Z, 1-périodique et continue.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 45

On peut écrire f (x) = 1


x2 + f˜(x) avec

+∞  
X 1 1
f˜(x) = +
n=1
(x − n)2 (x + n)2

Par convergence uniforme sur [−1/2, 1/2], la fonction f˜ est continue en 0.


On peut aussi écrire h(x) = x12 + h̃(x) avec h̃ continue en 0.
La fonction g = f − h se prolonge donc par continuité en 0.
Par périodicité, g se prolonge en une fonction continue sur R.
Pour x ∈ R\Z, on remarque que
x  
x+1
f +f = 4f (x)
2 2

et  
x x+1
h +h = 4h(x)
2 2
Quelques éléments de la suite (Pn )
On en déduit +
x 
x+1
 2.a) Posons fn : R → R définie par
g +g = 4g(x)
2 2  
 x x
fn (x) = ln 1 + − ln 1 +
pour x ∈ R\Z mais aussi pour x ∈ Z par continuité. 2k 2k − 1
En vertu de b), on peut affirmer g = 0 et donc f = h.
Les fonctions fn sont de classe C 1 et on peut calculer fn0 (x) avec Maple par
exemple
Exercice 77 : [énoncé] f:=(n, x)->ln(1+x/(2*n))-ln(1+x/(2*n-1));
1.a) Les facteurs du produit définissant Pn (x) étant tous strictement positifs, on a normal(diff(f(n, x), x));
On obtient
1
n  
fn0 (x) = −
 
X x x
ln Pn (x) = ln 1 + − ln 1 + (x + 2n)(x + 2n − 1)
2k 2k − 1
k=1 On a alors
1
Or |fn0 (x)| 6
2n(2n − 1)
       
 x x x 1 x 1 1 et donc
ln 1 + − ln 1 + = +O − +O =O 
1

2k 2k − 1 2k k2 2k − 1 k2 k2 kfn0 k∞ = O
n2
est le terme général d’une série absolument convergente, donc la suite
PuisquePles fonctions fn sont de classe C 1 , que la série
P
(ln Pn (x))n∈N? converge et on en déduit que la suite (Pn (x))n∈N? converge vers un fn converge simplement
réel strictement positif. et que fn0 converge uniformément sur R+ , on peut affirmer que la fonction
1.b) On définit la suite de fonctions puis on en trace quelques éléments +∞
P:=(n, x)->product((1+x/(2*k))/(1+x/(2*k-1)), k=1..n):
X
S : x 7→ fn (x)
plot([seq(P(n, x), n=1..10)], x=0..20, color=red n=1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 46

est de classe C 1 sur R+ et par suite P = exp S aussi. Sachant P décroissante, on montrer parPcomparaison avec une intégrale, que si la
2.b) Les fonctions fn sont toutes décroissantes donc S est décroissante puis, par fonction P est intégrable alors la série P (2j) converge. Ceci n’est visiblement
composition, P est décroissante. par le cas et donc la fonction P n’est pas intégrable sur R+ .
Puisque P est décroissante, P admet une limite en +∞ qui est sa borne inférieure.
Puisque P > 0, on peut même affirmer que P converge vers un réel positif.
3.a) On a Exercice 78 : [énoncé]
Posons
n n x
Q Q fn : x 7→
n
! (k + j) (2k − 1) n(1 + n2 x2 )
Y 1 + kj k=1 k=1
Pn (2j) = 2j
= n n Sachant
1 + 2k−1 Q
k
Q
(2k − 1 + 2j)
k=1 2 |nx| 6 1 + n2 x2
k=1 k=1
on a
avec 1
n
Q |fn (x)| 6 2
(k + j) n 2n
k=1 (n + j)! Y (2n)! P
n = , (2k − 1)! = n On en déduit que la série de fonctions fn converge normalement sur R.
Q j!n! 2 n!
k k=1 Les fonctions fn étant continue, la somme S est définie et continue sur R.
k=1 Les fonctions fn sont de classe C 1 et
et
n
(2n + 2j)! 2j j! (2n + 2j)!j! 1 − n2 x2
fn0 (x) =
Y
(2k − 1 + 2j) = n+j = n n(1 + n2 x2 )2
2 (n + j)! (2j)! 2 (n + j)!(2j)!
k=1

Ainsi Soit a > 0. Pour |x| > a,



(n + j)!
2
(2j)! ((n + 1)(n + 2) . . . (n + j))
2 1 + n2 x2 1 1
Pn (2j) =
(2n)!(2j)!
= |fn0 (x)| 6 2 2 2
= 2 2
6
j!n! (2n + 2j) (j!)2 (2n + 1)(2n + 2) . . . (2n + 2j) n(1 + n x ) n(1 + n x ) n(1 + n2 a2 )
P 0
On en déduit que la série de fonctions fn converge normalement sur tout
En passant à la limite quand n → +∞, on obtient ?
segment de R .
(2j)! La somme S est donc une fonction de classe C 1 sur R? .
P (2j) = Montrons que la fonction S n’est pas dérivable en 0.
22j (j!)2
+∞
Il reste à comparer avec le résultat fourni par Maple. 1 X 1
(S(x) − S(0)) =
limit(P(n, 2*j), n=infinity); √ x n=1
n(1 + n2 x2 )
Donne une expression à l’aide de la fonction Γ. Sachant Γ(1/2) = π et
Γ(k + 1) = kΓ(k), on peut faire le lien avec l’expression précédente. Par comparaison avec une intégrale
Contentons-nous d’observer la coïncidence des premières valeurs. . . Z +∞
1 dt
seq(limit(P(n, 2*j), n=infinity), j=1..10); (S(x) − S(0)) >
seq((2*j)!/(j!)ˆ2/2ˆ(2*j), j=1..10); x 1 t(1 + t2 x2 )
3.b) La fonction P est définie et continue sur [0, +∞[. Par le changement de variable u = tx
On étudie le comportement de P (2j) quand j → +∞ Z +∞
series((2*j)!/(j!)ˆ2/2ˆ(2*j), j=infinity); 1 dt
(S(x) − S(0)) > −−−−→ +∞
On obtient x x u(1 + u2 ) x→0+
1
P (2j) ∼ √ car la fonction positive u 7→ 1/u(1 + u2 ) n’est pas intégrable sur ]0, 1].
πj

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 47

P
Exercice 79 : [énoncé] a) Pour tout x ∈ R,
P un (x) satisfait le critère spécial des séries alternées et donc
a) En vertu du théorème des accroissements finis un converge simplement. La fonction S est donc bien définie, elle est
√ √ évidemment impaire.
√ √  n+x− n b) Soit a > 0. Par le critère spécial des séries alternées
|un (x)| 6 n+x− n sup |(arctan)0 | =
√ √ 1+n
[ n, n+x]
x a
|Rn (x)| 6 6 pour x ∈ [−a, a]
donc (n + 1) + x2 n+1
 
x x 1
|un (x)| 6 √√ 6 √ =O et donc
(1 + n)( n + n + x) 2 n(n + 1) n3/2 a
kRn k∞,[−a,a] 6 →0
On en déduit que la série de fonctions
P
un converge simplement et donc la n
fonction S est bien définie. Il y a convergence uniforme sur [−a, a] pour tout a > 0 et donc convergence
Les fonctions un sont continue et pour tout a ∈ R+ , uniforme sur tout segment de R.
De plus chaque fonction un est continue donc S est continue.
a
∀x ∈ [0, a] , |un (x)| 6 √ c) Par le critère spécial des séries alternées, on peut encadrer S par deux sommes
2 n(n + 1)
partielles consécutives
P
On peut donc affirmer la convergence uniforme sur tout segment de la série un x x x
ce qui assure la continuité de S. 2
− 2
6 S(x) 6
1+x 2+x 1 + x2
b) Montrons que S tend vers +∞ en +∞.
Remarquons que par le théorème des accroissements finis et on peut donc affirmer S(x) −−−−−→ 0.
x→+∞
√ √ √
√ √ 2n − n 2−1
un (n) = arctan 2n − arctan n > ∼ √
1 + 2n 2 n
Exercice 81 : [énoncé]
P
et il y a donc divergence vers +∞ de la série un (n). a) Posons
Soit A ∈ R+ . Il existe un rang N ∈ N tel que 1
un (x) =
n2 + x2
N
définies et de classe C 1 sur R.
X
un (n) > A Les fonctions un sontP
n=0 La série de fonctions un converge simplement sur R car un (x) ∼ 1/n2 .
On a
Pour x > N , −2x
N N N u0n (x) = 2
X X X (n + x2 )2
S(x) > un (x) > un (N ) > un (n) > A
n=0 n=0 n=0 donc sur [−a, a],
2a
On peut donc affirmer ku0n k∞ 6
n4
S(x) −−−−−→ +∞ P 0
x→+∞
et la série de fonctions un converge normalement et donc uniformément sur
tout segment de R.
On peut conclure que la fonction f est de classe C 1 .
Exercice 80 : [énoncé] b) La fonction t 7→ 1/(t2 + x2 ) est décroissante donc
On pose pour tout x ∈ R et n ∈ N?
Z +∞ Z +∞
n−1 x dt dt
un (x) = (−1) 6 f (x) 6
n + x2 1 t2 + x2 0 t 2 + x2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 48

Or de sorte que
Z +∞ Z +∞ 1
dt π dt π 1 1
= et = − arctan kfn0 k∞,R = 2
0 t2 + x2 2x 1 t2 + x2 2x x x n
P 0
donc On en déduit que la série de fonctions fn converge normalement sur R et donc
π la fonction S est de classe C 1 sur R, a fortiori cette fonction est continue.
f (x) ∼
x→+∞ 2x
c) On peut écrire
Exercice 83 : [énoncé]
x2 x4
   
1 1 1 1 1 g est la somme d’une série entière de rayon de convergence R = +∞, c’est donc
2 2
= 2 = 2 1− 2 + 4 2 une fonction de classe C ∞ et h l’est aussi par produit.
n +x n 1 + x2 /n2 n n n n + x2
+∞
P
h(t) = fn (t) avec
et par convergence des sommes introduites n=0
(−1)n tn e−t
+∞
1
+∞ 2
x
+∞
1 fn (t) =
f (x) =
X

X
+ x 4
X 22n (n!)!
n 2 n 4 n 4 (n2 + x2 )
n=1 n=1 n=1 pour tout t ∈ [0, +∞[
Les fonctions fn sont continues par morceaux sont intégrables sur R+ .
Or
+∞

+∞ Puisque
X 1 X 1 Z +∞
6 < +∞


n 4 (n2 + x2 )

n 6 tn e−t dt = n!
n=1 n=1 0

donc on obtient
+∞
π2 π4 2
Z
1
f (x) = − x + O(x4 ) |fn | =
6 90 0 22n n!
PR
et donc la série |f | converge.
[0,+∞[ n
fn converge simplement sur R+ vers h continue par morceaux, on peut
P
Puisque
Exercice 82 : [énoncé]
par théorème affirmer que h est intégrable sur R+ et
Posons
(−1)n x
+∞ Z +∞
fn : x 7→ sin +∞ +∞
(−1)n
Z X X
n n h(t) dt = fn (t) dt = 2n n!
= e−1/4
0 0 2
Puisque les fonctions fn sont toutes impaires, on limite l’étude à x ∈ [0, +∞[. n=0 n=0

A partir d’un certain rang Nx , on a x/n 6 π/2 et alors

sin (x/n) ∈ [0, 1] Exercice 84 : [énoncé]


Posons
La série numérique
P
fn (x) vérifie alors les hypothèses du critère spécial des 1
fn (x) =
arctan(nx)
séries alternées à partir duPrang Nx et par conséquent cette série converge. n2
Ainsi la série de fonctions fn converge simplement sur R et donc sa fonction Chaque fn est continue et kfn k∞ = 2nπ 2 est terme général d’une série convergente.
somme, que nous noterons S, est définie sur R. Par convergence normale, on peut affirmer que f est définie et continue sur R.
Les fonctions fn sont de classe C 1 et Chaque fn est de classe C 1 et

(−1)n x 1
fn0 (x) = cos fn0 (x) =
n2 n n(1 + (nx)2 )

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 49

P
Pour a > 0, sur [a, +∞[ ou ]−∞, −a], c) La série de fonctions fn converge uniformément sur [2, +∞[ et
lim fn (x) = 1 si n = 1 et 0 sinon. Par le théorème de la double limite
1 x→+∞
kfn0 k∞ 6
n(1 + (na)2 ) ζ(x) −−−−−→ 1
x→+∞
ce qui donne la convergence normale de la série des dérivées.
1
Ainsi, par convergence uniforme sur tout segment, on obtient f de classe C 1 sur d) La fonction t 7→ tx est décroissante donc
R? . Z n+1 Z n
dt 1 dt
x
6 x 6
n t n n−1 tx
Exercice 85 : [énoncé] En sommant, on obtient
a) ζ est bien définie sur ]1, +∞[. Les fonctions fn : x 7→ 1
nx sont de classe C ∞ sur Z +∞ Z +∞
]1, +∞[ et dt dt
6 ζ(x) 6 1 +
(− ln n)p 1 tx 1 tx
fn(p) (x) =
nx avec Z +∞
Pour tout a > 1 sur [a, +∞[, dt 1
=
1 tx x−1
(p) (ln n)p

fn (x) 6 On en déduit
na 1
ζ(x) ∼ +
x→1 x−1
donc

(p) (ln n)p e) Le signe de ln(ζ(x))00 est celui de
fn 6
∞,[a,+∞[ na
ζ(x)ζ 00 (x) − ζ 0 (x)2
Pour ρ ∈ ]1, a[,
Or

nρ fn(p) →0

N N
∞,[a,+∞[ X − ln n X 1 − ln n
=
P
(p) P (p) n=1
nx n=1
nx/2 nx/2
donc fn converge puis fn converge normalement sur [a, +∞[.
∞,[a,+∞[
P (p)
donc par l’inégalité de Cauchy-Schwarz
Il en découle que la série de fonctions fn
converge simplement sur ]1, +∞[ et
P (p) N
!2 N N
fn converge uniformément sur tout segment inclus dans ]1, +∞[. Par X − ln n X 1 X (− ln n)2
théorème on peut conclure ζ est de classe C ∞ sur ]1, +∞[. 6
n=1
nx n=1
nx n=1 nx
b)
+∞
X (− ln n) puis quand N → +∞,
ζ 0 (x) = 60
nx ζ 0 (x)2 6 ζ(x)ζ 00 (x)
n=1

donc ζ est décroissante.


+∞
X (ln n)2 Exercice 86 : [énoncé]
ζ 00 (x) = >0 a) Posons un (x) = 1/n x
n=1
nx P définie sur ]1, +∞[.
La série de fonctions un converge simplement sur ]1, +∞[ ce qui assure la
donc ζ est convexe. bonne définition de ζ(x).

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 50

Plus précisément, pour a > 1, on a d) Par dérivation de la somme d’une série entière, on obtient pour x ∈ ]−1, 1[,
X
+∞ +∞ X+∞
sup |un (x)| = un (a) avec un (a) convergente X X xn
x∈[a,+∞[ F 0 (x) = ζ(n + 1)xn =
n=1 n=1 p=1
pn+1
et il y a donc convergence normale (et donc uniforme) de la série de fonctions un
sur [a, +∞[. On peut permuter les deux sommes par le théorème de Fubini car il y a
Puisque convergence des séries

X xn +∞
1 si n = 1 xn
XX
un (x) −−−−−→ et
0 si n > 2

x→+∞ pn+1 pn+1
p>1 n>1 p=1
on peut appliquer le théorème de la double limite et affirmer que ζ tend en +∞
On en déduit après sommation géométrique
vers la somme convergente des limites
+∞ X+∞ +∞ +∞ 
xn

ζ(x) −−−−−→ 1
X X x X 1 1
x→+∞ F 0 (x) = = = −
p=1 n=1
pn+1 p=1
p(p − x) p=1 p p − x
n
b) Posons vn (x) = ζ(n)x /n. Pour x 6= 0, on a
et on ne peut faire plus simple.
vn+1 (x)
vn (x) −
−−−−→ |x|
n→+∞
Exercice 87 : [énoncé]
Par le critère de d’Alembert, la série converge pour |x| < 1 et diverge pour |x| > 1 a) ζ est définie sur ]1, +∞[ et ζ2 est définie sur ]0, +∞[ (via le critère spécial des
(en fait le rayon de convergence de cette série entière vaut 1). séries alternées)
Pour x = 1, il y a divergence car b) fn : x 7→ n1x est continue.
ζ(n) 1 Pour tout a > 1,


1
n n 6 1
nx na
Pour x = −1, il y a convergence en vertu du critère spécial des séries alternées. En
effet, la suite ((−1)n ζ(n)/n) est alternée et décroît en valeur absolue vers 0 donc
1
notamment car ζ(n + 1) 6 ζ(n). kfn k∞,[a,+∞[ 6
na
c) En tant que somme de série entière, la fonction F est de classe C ∞ sur ]−1, 1[. P 1 P
Puisque F est aussi définie en −1, en filière PC, on peut affirmer directement que or na converge donc fn converge normalement sur [a, +∞[ puis converge
F est continue en −1 en vertu d’un théorème du cours. En filière MP et PSI, il uniformément sur tout segment inclus dans ]1, +∞[. Par théorème, on obtient que
faut justifier cette continuité. . . la fonction ζ est continue.
n

Les fonctions vn sont continues sur [−1, 0] et l’on vérifie que la série
P
vn (x) gn : x 7→ (−1)
nx est continue.
satisfait le critère spécial des séries alternées pour tout x ∈ [−1, 0]. On peut alors Par le critère spécial des séries alternées
majorer le reste de cette série par son premier terme +∞
X (−1)n−1

1
6
+∞

n x (N + 1)x
X ζ(n)
n=N +1
vk (x) 6 |vn+1 (x)| 6

n


k=n+1
Pour tout a > 0,
Ce dernier majorant étant uniforme de limite Pnulle, on peut affirmer qu’il y a +∞
X (−1)n−1
convergence uniforme de la série de fonctions vn sur [−1, 0] et sa somme F est 1 1
6 6

nx (N + 1)x (N + 1)a

donc continue.
n=N +1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 51

P
donc gn converge uniformément sur [a, +∞[ puis converge uniformément sur Exercice 89 : [énoncé]
tout segment inclus dans ]0, +∞[. Par théorème on obtient que la fonction ζ2 est Par le critère spécial des séries alternées, ζ2 est bien définie sur ]0, +∞[.
n
continue sur ]0, +∞[. fn : x 7→ (−1)
nx est C ∞ sur ]0, +∞[ et
c) Pour x > 1
(ln n)p
+∞ +∞ fn(p) (x) = (−1)n+p
X 1 X 1 nx
ζ2 (x) = x
−2 = ζ(x) − 21−x ζ(x)
n=1
n (2k)x (p)
La suite (fn (x))n∈N est alternée. Etudions
k=1

(ln t)p
ϕ : t 7→
tx
Exercice 88 : [énoncé]
n
Chaque fn : x 7→ (−1)
nx est de classe C 1 sur ]0, +∞[ et On a
ln(t)p−1 (p − x ln t)
ϕ0 (t) =
ln n tx+1
fn0 (x) = (−1)n+1 (p)
nx 0
 
Pour ln t > p/x, ϕ (t) 6 0 donc ϕ décroissante sur ep/x , +∞ . Ainsi (fn (x))n>1
Par le critère spécial des séries alternées, la série de fonctions
P
fn converge est décroissante à partir du rang E(ep/x ) + 1 et tend vers 0. On peut donc
simplement vers ζ2 sur ]0, +∞[. appliquer le critère spécial des séries alternées. Pour a > 0 et pour
La suite (fn0 (x))n∈N est alternée. Etudions n > E(ep/a ) + 1 on a pour tout x ∈ [a, +∞[,
+∞
X (−1)n+p (ln n)p (ln(n + 1))p (ln(n + 1))p
ln t |Rn (x)| =

6

6
ϕ : t 7→ n x (n + 1) x (n + 1)a
tx
k=n+1

On a donc
1 − x ln t (ln(n + 1))p
ϕ0 (t) = kRn k∞,[a,+∞[ 6 →0
tx+1 (n + 1)a
Pour ln t > 1/x, ϕ0 (t) 6 0 donc ϕ décroissante sur e1/x , +∞ . Ainsi (fn0 (x))n>1
  P (p)
fn converge uniformément sur [a, +∞[ (pour tout a > 0) donc converge
est décroissante à partir du rang E(e1/x ) + 1 et tend vers 0. On peut appliquer le simplement sur ]0, +∞[ et converge uniformément sur tout segment de ]0, +∞[.
critère spécial des séries alternées. Pour a > 0 et pour n > E(e1/a ) + 1 on a pour Par théorème on peut alors conclure que ζ2 est C ∞ sur ]0, +∞[.
tout x ∈ [a, +∞[,

+∞
X (−1)n+1 ln n ln(n + 1) ln(n + 1) Exercice 90 : [énoncé]
|Rn (x)| = 6 6

nx (n + 1)x (n + 1)a La convergence pour x > 0 de la série définissant ζ2 (x) est acquise par le critère
k=n+1
spécial des séries alternées.
donc On peut combiner les termes d’indices impairs avec les termes d’indices pairs qui
ln(n + 1) suivent
kRn k∞,[a,+∞[ 6 →0 +∞ 
1 1

(n + 1)a
X
ζ2 (x) = −
(2p − 1)x (2p)x
fn0 converge uniformément sur [a, +∞[ donc converge uniformément sur tout
P
p=1

segment de ]0, +∞[. Considérons alors la fonction f : [1, +∞[ → R définie par
On peut alors conclure que la fonction ζ2 est de classe C 1 sur ]0, +∞[.
1 1
f (t) = −
(2t − 1)x (2t)x

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 52

La fonction f est décroissante et donc Exercice 92 : [énoncé]


Z n+1 Z n
A chaque fois, on vérifie que les fonctions engagées sont continues par morceaux.
f (t) dt 6 f (n) 6 f (t) dt a) Ici, on ne peut appliquer le théorème de convergence dominée sur [0, +∞[ après
n n−1 une majoration de |sin x| par 1 car la fonction dominante ϕ(x) = 1/x2 ne sera pas
intégrable sur ]0, +∞[. Pour contourner cette difficulté, on découpe l’intégrale.
puis en sommant ces encadrements
Z +∞ Z 1 Z +∞
Z +∞ Z +∞ sinn x sinn x sinn x
un = dx = dx + dx
f (t) dt 6 ζ2 (x) 6 f (1) + f (t) dt 0 x2 0 x2 1 x2
1 1
On a
Or 1 Z 1
sinn x
Z
n−2
Z +∞ i+∞ dx 6 sin (x) dx car |sin x| 6 |x|
1 h
1−x 1−x

f (t) dt = (2t − 1) − (2t)
0 x2
0
1 2(1 − x) 1
Sans difficultés, par le théorème de convergence dominée
avec
Z 1
 1−x ! n−2
1−x 1−x 1−x 1 sin (x) dx → 0
(2t − 1) − (2t) = − (2t) 1− 1− ∼ (x − 1)(2t)−x −−−−→ 0 0
2t t→+∞
et donc
1
sinn x
Z
et donc Z +∞
1 1 dx → 0
f (t) dt = 21−x − 1 −−−−→

0 x2
1 2(1 − x) x→0 + 2 Aussi
+∞ Z +∞ n
sinn x
Z
De plus |sin x|
1
dx 6 dx
f (1) = 1 − −−−−→ 0

1 x2
1 x2
2x x→0+ |sin x|n CS
Or x2 −−→ f (x) avec f (x) = 0 pour tout x 6= π/2 [π].
et donc par encadrement |sin x|n
1 De plus x2 6 x12 = ϕ(x) avec ϕ intégrable sur [1, +∞[ donc
ζ2 (x) −−−−→
+ x→0 2 Z +∞ n Z +∞
|sin x|
dx → f (x) dx = 0
1 x2 1
Exercice 91 : [énoncé]
puis un → 0.
A chaque fois, on vérifie que les fonctions engagées sont continues par morceaux.
CV S b) On écrit
a) Sur [0, π/4[, tann x −−−→ 0 |tann x| 6 1 = ϕ(x) intégrable sur [0, π/4[ donc Z 1
xn dx
Z +∞
xn dx
un = +
Z π/4 0 xn+2 + 1 1 xn+2 + 1
un → 0 dx = 0 On a
1 Z 1
0
xn dx
Z
1
xn dx =

6
1 CV S
−−→ f (x) avec f (x) = e−x sur [0, 1[ et f (x) = 0 sur
xn+2 + 1 n + 1
x −
b) Sur [0, +∞[, xn +e 0 0

]1, +∞[. et
+∞ +∞
xn dx
Z Z
1

−x dx
De plus xn +ex 6 e = ϕ(x) avec ϕ intégrable sur [0, +∞[ donc −−−−−→ =1
1 xn+2 + 1 n→+∞ 1 x2

Z 1
e−1 xn 1
vn → e −x
dx =
en vertu du théorème de convergence dominée et via la domination xn+2 +1 6 x2
0 e sur [1, +∞[.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 53

Ainsi un → 1. Exercice 95 : [énoncé]


c) On écrit Par le changement de variable u = nx,
1 +∞
xn dx xn dx
Z Z Z +∞ Z +∞
un = + nf (x) f (u/n)
x2n + 1 x2n + 1 2 2
dx = du
0 1
0 1+n x 0 1 + u2
On a Z 1 Z 1
xn dx 1 Posons alors fn : u 7→ f1+u
(u/n)
2 définie sur R+ .
xn dx =

6 La suite de fonctions (fn ) converge simplement vers

0 x2n + 1 0 n + 1
f (0)
et f∞ : u 7→
Z
+∞
xn dx
Z +∞
dx 1 1 + u2
6 =

1 x2n + 1 1 xn n−1 Les fonctions fn et f sont continues par morceaux sur R+ .
donc un → 0. kf k∞
|fn (u)| 6 = ϕ(u)
On peut aussi appliquer le théorème de convergence dominée mais c’est moins 1 + u2
efficace.
avec ϕ intégrable sur R+ .
Par convergence dominée,
Z +∞ Z +∞
nf (x) f (0) πf (0)
Exercice 93 : [énoncé] dx −−−−−→ du =
n 1+n x2 2 n→+∞ 1+u 2 2
fn (x) = 1 + nx e−2x χ[0,n] (x) sur [0, +∞[. 0 0
CS
fn (x) −−→ e−x et en vertu de l’inégalité ln(1 + u) 6 u on a |fn (x)| 6 e−x = ϕ(x)
avec ϕ intégrable sur [0, +∞[. Par application du théorème de convergence Exercice 96 : [énoncé]
Rn n R +∞
dominée, lim 0 1 + nx e−2x dx = 0 e−x dx = 1. On a Z 1 Z n Z +∞
n→+∞ f (nt) f (u)
n dt = du = fn (u) du
0 1+t u=nt 0 1 + u/n 0
avec (
f (u)
Exercice 94 : [énoncé] 1+u/n si u ∈ [0, n]
fn (u) =
Par changement de variable 0 si u ∈ ]n, +∞[
n Z 1 CV S

r
On a fn −−−→ f avec fn et f continues et |fn | 6 |f | = ϕ avec ϕ continue par
Z  x n
1+ 1− dxñ = n 1 − un du morceaux intégrable sur [0, +∞[ indépendant de n.
0 n u=1−x/n 0
Par convergence dominée
Par le théorème de convergence dominée Z +∞ Z +∞
fn (u) du → f (u) du
Z 1 √ 0 0
1 − un du −−−−−→ 1
0 n→+∞

Exercice 97 : [énoncé]
donc
Z n
r La fonction intégrée ne converge pas simplement en les t = π/2 + π [2π]. Pour
 x n
1+ 1− dx ∼ n contourner cette difficulté on raisonne à l’aide de valeurs absolues.
0 n Z +∞ Z +∞
−t n
e−t |sinn t| dt

e sin (t) dt 6

0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 54

On a CS Pour tout t ∈ R+ , e−t est la limite de


fn (t) = e−t sinn (t) −−→ f (t)

 n−1
t
avec un (t) = 1 − χ[0,n] (t)
n

0 si t 6= π/2 [π]
f (t) =
e−t sinon
Le n − 1 de l’exposant n’est pas usuel et peut très bien être remplacé par un n.
Les fonctions fn et f sont continues par morceaux et Néanmoins pour alléger les calculs à venir, le n − 1 est préférable. . .
On a
|fn (t)| 6 e−t = ϕ(t) ln(t)un (t) → ln(t)e−t
avec ϕ continue par morceaux intégrable sur [0, +∞[ donc par convergence et
dominée : Z +∞ Z +∞ |ln(t)un (t)| 6 e ln(t)e−t
lim e−t sinn (t) dt = f (t) dt = 0 donc par convergence domine
n→∞ 0 0
Z +∞ Z n  n−1
ln t t
dt = lim 1− ln(t) dt
0 et n→+∞ 0 n
Exercice 98 : [énoncé]
Les fonctions données par On a
−n n−1
fn (t) = 1 + t2 /n n
Z  Z 1
t n−1
1− ln(t) dt = n (1 − u) ln(nu) du
sont définies et continues par morceaux sur R. 0 n 0
2
La suite de fonctions (fn ) converge simplement vers f avec f (t) = e−t définie et avec Z 1 Z 1
continue par morceaux sur R. n (1 − u)
n−1
ln(nu) du = ln n + n ln(u)(1 − u)n−1 du
Soit t ∈ R fixé et considérons 0 0

et par intégration par parties


ϕ : x 7→ −x ln(1 + t2 /x)
1 1
(1 − u)n − 1
Z Z
0 0 n−1 n 1
ϕ est croissante et lim ϕ = 0 donc ϕ est décroissante et par conséquent, pour n ln(u)(1 − u) du = [ln(u)(1 − (1 − u) )]0 + du
+∞ 0 0 u
tout n ∈ N?
2 −n
 
t 1 On notera qu’on a choisi (1 − (1 − u)n ) pour primitive de n(1 − u)n−1 car celle-ci
1+ = exp(ϕ(n)) 6 exp(ϕ(1)) =
n 1 + t2 s’annule en 0 de sorte que l’intégration par parties n’engage que des intégrales
convergentes.
La fonction t 7→ 1/(1 + t2 ) est intégrable sur R donc par convergence dominée
Enfin
Z 1 Z 1 n Z 1 n−1
+∞ −n Z +∞ (1 − u)n − 1 v −1
t2
 X
v k dv
Z
2 du = − =−
1+ dt −−−−−→ e−t dt 0 u 0 v−1 0
−∞ n n→+∞ −∞ k=0

puis
1 n
(1 − u)n − 1
Z X1
Exercice 99 : [énoncé] du = − = − ln n − γ + o(1)
R +∞ ln t 0 u k
−t k=1
L’intégrale 0 et dt est définie car la fonction t 7→ ln(t)e est continue et
intégrable sur ]0, +∞[ puisque Finalement Z +∞
√ ln t
dt = −γ
t ln(t)e−t −−−−→ 0 et t2 ln(t)e−t −−−−→ 0 0 et
+ t→0 t→+∞

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 55

Exercice 100 : [énoncé] puis par le théorème de convergence dominée


Considérons la suite des fonctions un : [0, 1] → R déterminée par un (t) = f (tn ). Z +∞
Les fonctions un sont continues par morceaux et par continuité de f n!
lim n dx = 0
n→+∞ 0 Q
 (k + x)
f (0) si t ∈ [0, 1[ k=1
un (t) −−−−−→ u(t) =
n→+∞ déf f (1) si t = 1

La suite de fonctions (un ) converge simplement sur [0, 1] vers la fonction u Exercice 102 : [énoncé]
continue par morceaux.  n2
Posons fn (x) = cos nx si x ∈ [0, n] et fn (x) = 0 si x ∈ ]n, +∞[.
Enfin, la fonction f étant continue sur un segment, elle y bornée ce qui permet Pour x ∈ R+ , quand n → +∞,
d’introduire
2
M = sup |f (t)|
 x n 2
= exp n2 ln 1 − x2 /2n2 + o(1/n2 ) → e−x /2

t∈[0,1] fn (x) = cos
n
Puisque CS 2
Ainsi fn −−−−→ f avec f : x 7→ e−x /2
.
∀t ∈ [0, 1] , |un (t)| 6 M [0,+∞[
Les fonctions fn et f sont continues par morceaux.
avec t 7→ M intégrable sur [0, 1], on peut appliquer le théorème de convergence Soit ψ : [0, 1] → R définie par ψ(t) = 1 − t2 /4 − cos t. Par étude des variations,
dominée et affirmer Z 1 Z 1
n ∀x ∈ [0, 1] , ψ(x) > 0
f (t ) dt → u(t) dt = f (0)
0 0
On en déduit que, pour x ∈ [0, n],

x2 x2
 
 x
ln cos 6 ln 1 − 2 6 − 2
Exercice 101 : [énoncé] n 4n 4n
On a
puis


2
fn (x) 6 e−x /4

n! 1×2
(x + 1)(x + 2) × 1 = ϕ(x)
6
n 2
Cette inégalité vaut aussi pour x ∈ ]n, +∞[ et puisque la fonction x 7→ e−x /4 est
Q

(k + x)
k=1 intégrable, on peut appliquer le théorème de convergence dominée pour affirmer
avec ϕ intégrable sur [0, +∞[. Z n 2 Z +∞ r
x n −x2 /2 π
Quand n → +∞, lim cos dx = e dx =
n→+∞ 0 n 0 2
 
n
 n!  X  x
ln  Q

n
 = − ln 1 + → −∞ Exercice 103 : [énoncé]
 k
(k + x) k=1 Par le changement de variable u = nt
k=1
Z +∞
car ln (1 + x/k) ∼ x/k terme général d’une série à termes positifs divergente. In = f (u/n)e−u du
0
Par suite
n! Par convergence dominée, sachant
Qn →0
(k + x)
k=1
|f (u/n)| 6 kf k∞ e−u = ϕ(u)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 56

avec ϕ intégrable, on obtient Par convergence dominée, on obtient de façon analogue à ce qui précède, la limite
de ce terme et on conclut
Z +∞ h
In → f (0)e−u du = f (0) Sn ∼ √
0
δ n

Exercice 104 : [énoncé] Exercice 105 : [énoncé]


a) Appliquons le théorème de convergence dominée. Soit n ∈ N? .
n
Posons fn : [0, 1] → R définie par La fonction x 7→ e−x est définie et continue par morceaux sur [1, +∞[. Etant de
√  plus négligeable devant 1/x2 quand x → +∞, on peut affirmer qu’elle est
fn (t) = F n(δt − h) intégrable et on peut donc introduire
Z +∞
Pour t ∈ [0, h/δ[, on a fn (t) → 1. n

Pour t ∈ ]h/δ, 1], on a fn (t) → 0. e−x dx


1
Enfin, pour t = h/δ, fn (t) = F (0) → F (0).
Ainsi la suite de fonctions (fn ) converge simplement sur [0, 1] vers f définie par Par le changement de variable C 1 strictement monotone donné par la relation
 t = xn , on obtient Z +∞ Z +∞ −t
 1 si t ∈ [0, h/δ[ n e 1/n
f (t) = F (0) si t = h/δ n e−x dx = t dt
1 1 t
0 si t ∈ ]h/δ, 1]

Posons alors
e−t 1/n
Les fonctions fn sont continues et la limite simple f est continue par morceaux. fn : t 7→ t
Enfin t
∀t ∈ [0, 1] , |fn (t)| 6 1 = ϕ(t) Les fonctions fn sont définies et continues par morceaux sur [1, +∞[.
La suite de fonctions (fn ) converge simplement vers la fonction
avec ϕ continue par morceaux et intégrable.
Par convergence dominée, e−t
f : t 7→
Z 1 Z h/δ t
h
In → f (t) dt = 1 dt = et pour tout n ∈ N
0 0 δ
|fn (t)| 6 e−t = ϕ(t)
b) Par la décroissance de F , on peut écrire
avec ϕ fonction continue par morceaux et intégrable puisque t2 ϕ(t) −−−−→ 0.
t→+∞
Z (k+2)/n √


  Z (k+1)/n
√ On peut alors appliquer le théorème de convergence dominée et affirmer
1  k+1 1
F n(δt − h) dt 6 F n δ −h 6 F n(δt − h) dt
n (k+1)/n n n k/n Z +∞ Z +∞ −t Z +∞ −t
−xn e 1/n e
n e dx = t dt −−−−−→ dt
En sommant ces inégalités 1 1 t n→+∞ 1 t
Z (n+1)/n √
1  1
F n(δt − h) dt 6 Sn 6 In
n 1/n n Exercice 106 : [énoncé]
a) Pour x > 0, posons
et Z (n+1)/n √ 
Z 1 √  Z +∞
F n(δt − h) dt = F n(δ(t + 1/n) − h) dt un (x) = n cos t(sin t)n f (xt) dt
1/n 0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 57

L’intégrabilité de f assure que un (x) est bien définie. et donc


A
Puisque f 0 est intégrable, la fonction f converge en +∞ et, puisque f est aussi
Z
n+1 A
|sin(u/x)| du 6 √ n+1
intégrable, f tend vers 0 en +∞. Par intégration par parties, on obtient alors 0 2
Z +∞
n Pour x 6 4A/π, on a par changement de variable
un (x) = − (sin t)n+1 xf 0 (xt) dt
n+1 0 Z A Z A/x
n+1 n+1
n+1 0
|sin(u/x)| du = x |sin t| dt
Posons gn (x) = |sin t| xf (xt) dt. 0 0
Chaque fonction gn est continue par morceaux.
La suite de fonctions (gn ) converge simplement vers une fonction continue par Pour k entier tel que kπ < A/x 6 (k + 1)π.
morceaux, nulle en chaque x 6= π/2 + kπ. Z A Z (k+1)π Z π
La fonction limite simple est continue par morceaux. n+1 n+1
|sin(u/x)| du = x |sin t| dt = x(k + 1) (sin t)n+1 dt
Enfin on a la domination 0 0 0

|gn (x)| 6 xf 0 (xt) = ϕ(t) Or x(k + 1)π 6 A + xπ 6 5A donc


Z A Z π
avec la fonction ϕ intégrable. n+1
|sin(u/x)| du 6 5A (sin t)n+1 dt
Par convergence dominée 0 0

+∞
Finalement, pour tout x > 0,
Z
gn (t) dt −−−−−→ 0
0 n→+∞ Z π
AM
|un (x)| 6 5AM (sin t)n+1 dt + √ n+1 + ε
et par comparaison 0 2
un (x) −−−−−→ 0
n→+∞ et donc pour n assez grand, on a pour tout x > 0.
b) On vient déjà d’obtenir une convergence simple de la suite de fonctions (un )
vers la fonction nulle. Montrons qu’en fait il s’agit d’une convergence uniforme. |un (x)| 6 2ε
Par changement de variable
Z +∞
n Exercice 107 : [énoncé]
un (x) = − (sin(u/x))n+1 f 0 (u) du
n+1 0 a) Considérons la fonction
x ln x
Soit ε > 0. Puisque la fonction f 0 est intégrable, il existe A ∈ R+ tel que ϕ : x 7→
x2 − 1
Z +∞ La fonction ϕ est définie et continue par morceaux sur ]0, 1[.
|f 0 (u)| du 6 ε Quand x → 0+ , ϕ(x) → 0 et quand x → 1− ,
A

et alors x ln x 1
ϕ(x) = →
Z A
x+1x−1 2
n+1
|un (x)| 6 M |sin(u/x)| du + ε avec M = max |f 0 (u)| Puisque ϕ se prolonge par continuité en 0 et en 1, ϕ est intégrable sur ]0, 1[.
0 u∈[0,A]
Or
Pour x > 4A/π, on a |fn (x)| = x2n |ϕ(x)| 6 |ϕ(x)|
u A π
∀u ∈ [0, A] , 0 6 6 6 donc, par domination, la fonction fn est elle aussi intégrable sur ]0, 1[.
x x 4
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 58

Quand x → +∞, fn (x) = o x12 .



b) La suite de fonctions fn converge simplement vers la fonction nulle et est
dominée par la fonction intégrable ϕ donc par convergence dominée Par suite fn est intégrable sur ]0, +∞[.
Z +∞
Jn → 0 n ln(1 + x/n)
un = dx
0 x(1 + x2 )
c) On a
Z 1 Posons
Jk − Jk+1 = − x 2k+1
ln(x) dx n ln(1 + x/n)
gn (x) = = nfn (x)
0 x(1 + x2 )
Réalisons une intégration par parties 1
Pour x > 0, quand n → +∞, gn (x) → 1+x 2.
1
Z a  2k+2 a Z a De plus, sachant ln(1 + u) 6 u, on a |gn (x)| 6 1+x 2 = ϕ(x) avec ϕ intégrable.
2k+1 x
− x ln(x) dx = − ln x + x2k+1 dx Par convergence dominée,
ε 2k + 2 ε ε Z +∞
dx π
Quand ε → 0+ et a → 1− , on obtient un → 2
=
0 1 + x 2
1
Jk − Jk+1 =
(2k + 2)2 Exercice 110 : [énoncé]
a) (fn ) converge simplement vers la fonction f donnée par
et donc 
+∞
X +∞
X 1  f (x) si x ∈ [a, 1[
Jn = lim (Jk − Jk+1 ) = f (x) = f (1)/2 si x = 1
N →+∞ (2k + 2)2
k=n k=n 0 si x ∈ ]1, b]

Enfin par translation d’indice
b) Sachant |fn (x)| 6 |f (x)| avec f intégrable sur [a, b], on peut appliquer le
+∞ +∞ théorème de convergence dominée et on obtient directement le résultat proposé.
X 1 1 X 1
Jn = = c) Par une intégration par parties
(2k + 2)2 4 k2
k=n k=n+1 Z 1 1
1 1
 Z
1
t n−1
fn (t) dt = n
ln(1 + t )f (t) − ln(1 + tn )f 0 (t) dt
a n a n a
Exercice 108 : [énoncé] D’une part
En découpant l’intégrale 1
ln(1 + an )
  
1 ln 2 ln 2 1
Z 1
xn
Z +∞
xn ln(1 + tn )f (t) = f (1) + f (a) = f (1) + o
In = dx + dx n a n n n n
0 1 + xn+2 1 1 + xn+2
car ln(1 + an ) → 0.
En appliquant le théorème de convergence dominée aux deux intégrales, on obtient D’autre part
Z 1 Z 1    
Z +∞ 1 1 0 1 1
dx n 0 n

In → =1

n ln(1 + t )f (t) dt 6 kf k∞
t dt = O 2
=o
x2 a n 0 n n
1
sachant ln(1 + u) 6 u.
Au final, on obtient
Exercice 109 : [énoncé] Z 1  
fn est définie et continue par morceaux sur ]0, +∞[. ln 2 1
tn−1 fn (t) dt = f (1) + o
Quand x → 0+ , fn (x) → n1 , on peut donc la prolonger par continuité. a n n

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 59

Exercice 111 : [énoncé] Exercice 113 : [énoncé]


Posons Par changement de variable
sin(nt) Z 1
fn : t 7→ µn = f (ns) ds
nt + t2
0
La fonction fn est définie et continue par morceaux sur ]0, +∞[.
nt
Quand t → 0+ , fn (t) ∼ nt+t 2 → 1.
Par convergence dominée
Quand t → +∞ ; fn (t) = O t12 .
 µn → `
On peut donc affirmer que fn est intégrable sur ]0, +∞[.
Pour t ∈ ]0, +∞[.
Quand n → +∞, fn (t) = O n1 donc la suite (fn ) converge simplement vers la

Exercice 114 : [énoncé]
fonction nulle. L’intégrale
De plus, pour t 6 π/2, on a, sachant |sin u| 6 |u|, Z Z b
fn (x)g(x)dx = fn (x)g(x)dx
nt a
|fn (t)| 6 61 R
nt + t2
est bien définie.
et pour t > π/2, Par le changement de variable x = u/n bijectif de classe C 1
1 1
|fn (t)| 6 6 2 2n4
nt + t2 t Z Z nb
1

u2
Z +∞

Ainsi |fn | 6 ϕ avec fn (x)g(x)dx = √ 1− 4 g(u/n)du = hn (u)du


 R na π 2n −∞
1 si t ∈ [0, π/2]
ϕ : t 7→
1/t2 si t ∈ ]π/2, +∞[ avec
2n4
u2

La fonction ϕ étant intégrable sur ]0, +∞[, on peut appliquer le théorème de 1
hn (u) = √ 1− 4 g(u/n)χ[na,nb]
convergence dominée et affirmer π 2n
Z +∞
hn est continue par morceaux, (hn ) converge simplement vers h continue par
un → 0 dt = 0 morceaux avec
0 1 2
h(u) = √ e−u g(0)
π
Exercice 112 : [énoncé]
Pour n assez grand de sorte que |a/n| , |b/n| 6 1 on a pour tout u ∈ [na, nb],
La fonction t 7→ (1+t13 )n est continue par morceaux sur [0, +∞[ et on observe
u2 /2n4 6 1/2 < 1,
1 1
∼ 1 4 2 4 1 2
(1 + t3 )n t→+∞ t3n |hn (u)| = √ e2n ln(1−u /2n ) 6 √ e−u = ϕ(u)
R +∞ dt π π
avec 3n > 1 donc l’intégrale 0 (1+t3 )n est bien définie pour n > 1.
Par application du théorème de convergence dominée (en prenant ϕ(t) = 1 et cette inégalité vaut aussi pour u ∈
/ [na, nb].
1+t3
pour dominatrice), on obtient La fonction ϕ étant continue par morceaux et intégrable sur R, on peut appliquer
le théorème de convergence dominée et conclure sachant
Z +∞
dt
lim =0 Z +∞ √
n→+∞ 0 (1 + t3 )n 2
e−u du = π
−∞
La décroissance de (|un |) et la positivité de l’intégrale étant desP
propriétés
immédiates, on peut appliquer le critère spécial et affirmer que un converge.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 60

Exercice 115 : [énoncé] Exercice 117 : [énoncé]


Pour tout t > 0, on a Pour x ∈ [0, 1[, on peut écrire
+∞
1 e−t X
= = e−nt 1
+∞
et − 1 1 − e−t
X
n=1 = (−1)n x2n
1 + x2 n=0
donc
+∞ +∞
t X
−nt
X et pour x ∈ ]0, 1[, on a
= te = fn (t)
et − 1 n=1 n=1 +∞
(ln x)2 X
Les fonctions fn sontPcontinues par morceaux sur ]0, +∞[ et, en vertu de l’étude = (−1)n x2n (ln x)2
1 + x2 n=0
qui précède, la série fn converge simplement et sa somme est continue par
morceaux sur ]0, +∞[ Considérons alors la série des fonctions
Les fonctions fn sont intégrables sur ]0, +∞[ et
Z +∞ Z +∞ un (x) = (−1)n x2n (ln x)2
1
|fn (t)| dt = te−nt dt = 2 Par convergence des séries précédentes, la série des fonctions un converge
0 0 n
simplement vers la fonction x 7→ (ln x)2 /(1 + x2 ). Les fonctions un et la fonction
t somme sont continues par morceaux.
qui est sommable. On en déduit que la fonction t 7→ et −1 est intégrable sur
]0, +∞[ et Chaque fonction un est intégrable et
Z +∞ +∞
t X 1 Z 1 Z 1
t
dt = |un (x)| dx = x2n (ln x)2 dx
0 e −1 n=1
n2
0 0

Par intégration par parties, on montre


Exercice 116 : [énoncé] Z 1
2
Sur ]0, 1[, x2n (ln x)2 dx =
+∞ 0 (2n + 1)3
ln t X
= (−1)n t2n (ln t) On peut alors appliquer le théorème d’intégration terme à terme et affirmer
1 + t2 n=0
1 +∞
Posons fn (t) = (−1)n t2n ln t. (ln x)2 (−1)n
Z X
P dx = 2
Les fn : ]0, 1[ → R sont continues par morceaux et la série de fonctions fn 0 1 + x2 (2n + 1)3
ln t n=0
converge simplement vers 1+t2 elle-même continue par morceaux sur ]0, 1[.
Z 1
1 Exercice 118 : [énoncé]
|fn (t)| dt =
0 (2n + 1)2 a) Par une intégration par parties
1 Z 1 Z 1
P
et la série (2n+1)2 converge donc on peut intégrer terme à terme la série de arctan t 1 ln t
dt = [ln(t) arctan(t)]ε − dt
fonctions et on obtient ε t ε 1+t
2

+∞ Z 1 +∞
Z 1
ln t X
n 2n
X (−1)n−1 Sachant arctan t ∼ t, on obtient quand ε → 0
dt = (−1) t ln t dt = t→0
2 (2n + 1)2
0 1+t n=0 0 n=0 Z 1 Z 1
arctan t ln t
dt = − dt
0 t 0 1 + t2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 61

avec convergence des intégrales proposées On a Z 1


b) Pour tout t élément de ]0, 1[, 1
|fn (t)| dt =
0 (n + 1)2
+∞
ln t X
et la série
P 1
converge donc on peut intégrer terme à terme la série de
− = (−1)n−1 t2n (ln t) (n+1)2
1 + t2 n=0 fonctions et donc
Z 1 +∞ Z 1 +∞ +∞
Posons fn (t) = (−1)n−1 t2n ln t. ln t X X (−1)n X (−1)n−1
P − dt = (−1)n−1 tn ln t dt = =
Les fn : ]0, 1[ → R sont continues par morceaux et la série de fonctions fn 0 1+t (n + 1)2 n2
ln t n=0 0 n=0 n=1
converge simplement vers − 1+t 2 elle-même continue par morceaux sur ]0, 1[.
c) En séparant les termes pairs et les termes impairs (ce qui se justifie en
Z 1
1 transitant par les sommes partielles)
|fn (t)| dt =
0 (2n + 1)2 +∞ +∞ +∞ +∞ +∞ +∞
X (−1)n−1 X 1 X 1 X 1 X 1 1X 1 π2
P 1 = − = − 2 = =
et la série (2n+1)2 converge donc on peut intégrer terme à terme la série de n 2 (2p + 1) 2 (2p) 2 n 2 (2p)2 2 n=1 n 2 12
n=1 p=0 p=1 p=1 p=1
fonctions et donc
1 +∞ Z 1 +∞
(−1)n
Z
ln t X
n−1 2n
X
− dt = (−1) t ln t dt = Exercice 120 : [énoncé]
0 1 + t2 n=0 0 n=0
(2n + 1)2 On a
+∞
1 −x ln x
X (−1)n (x ln x)n
+∞
(−1)n−1 2n+1
= e =
xx n!
P
Rq : on aurait aussi pu exploiter arctan t = 2n+1 t . n=0
n=0
donc
Z 1 Z +∞
dx X
= fn
Exercice 119 : [énoncé] 0 xx ]0,1] n=0
a) Par intégration par parties, avec
(−1)n (x ln x)n
Z 1 Z 1 fn (x) =
ln(1 + t) 1 ln t n!
dt = [ln(1 + t) ln(t)]ε − dt
t 1+t
P
ε ε Les fn sont continues par morceaux, fn CS vers une fonction continue par
morceaux sur ]0, 1].
et quand ε → 0, on obtient Les fn sont intégrables et
Z 1 Z 1
ln(1 + t) ln t Z Z
(−1)n xn (ln x)n
dt = − dt |fn | = dx
0 t 0 1+t ]0,1] ]0,1[ n!
b) Sur ]0, 1[, Or
+∞
Z 1  1 Z 1
ln t n n 1 n
xn+1 (ln x)n − xn (ln x)n−1 dx
X
− = (−1)n−1 tn (ln t) x (ln x) dx =
1 + t n=0 ε n+1 ε n + 1 ε

donc quand ε → 0
Posons fn (t) = (−1)n−1 tn ln t. P Z Z
Les fn : ]0, 1[ → R sont continues par morceaux et la série de fonctions fn n
ln t xn (ln x)n dx = − xn (ln x)n−1 dx
converge simplement vers − 1+t elle-même continue par morceaux sur ]0, 1[. ]0,1] n+1 ]0,1]

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 62

Ainsi Ainsi
1
n n−1 (−1)n n! 1
Z Z
1 Z
n n−1 1
Z
(−1)n n!
xn (ln x)n dx = (−1)n ··· xn dx = xn (ln x)n dx = (−1)n ··· xn dx =
]0,1] n+1n+1 n+1 0 (n + 1)n+1 ]0,1] n+1n+1 n+1 0 (n + 1)n+1
Par suite Par suite
Z 1 XZ 1
1 Z 1
|fn | dx = et |fn | converge 1
0 (n + 1)n+1 0 |fn | dx =
0 (n + 1)n+1
Par le théorème d’intégration terme à terme de Fubini, on obtient que l’intégrale PR1
étudiée et définie et et il y a convergence de la série 0
|fn |
Par le théorème d’intégration terme à terme, on obtient que l’intégrale ]0,1] xx dx
R
Z 1 +∞ Z +∞
dx X 1 X 1 est définie et
x
= fn (x) dx =
0 x n=0 0 n=0
(n + 1)n+1 Z 1 +∞ Z 1
X +∞
X (−1)n
xx dx = fn (x) dx =
0 n=0 0
(n + 1)n+1
puis le résultat voulu. n=0

puis le résultat voulu.

Exercice 121 : [énoncé]


Pour x > 0,
+∞
X (x ln x)n Exercice 122 : [énoncé]
xx = ex ln x = Pour x ∈ ]0, 1[, on a
n=0
n!
+∞ +∞
donc (ln x)p X X
Z 1 Z +∞ = xn (ln x)p = fn (x)
1−x
X
xx dx = fn n=0 n=0
0 ]0,1] n=0

avec avec fn (x) = xn (ln x)p sur ]0, 1[.


n
(x ln x) +∞
P
fn (x) = Les fonctions fn sont continues par morceaux et la somme fn l’est aussi.
n! n=0
Les fonctions fn sont intégrables sur ]0, 1[ et par intégration par parties,
P
Les fonctions fn sont continues par morceaux, fn converge simplement vers une
fonction continue par morceaux sur ]0, 1]. Z 1 Z 1
Les fonctions fn sont intégrables et p p!
|fn | = (−1) xn (ln x)p dx =
0 0 (n + 1)p+1
(−1)n xn (ln x)n
Z Z
|fn | = dx PR
]0,1] ]0,1[ n! Puisque la série |fn | converge, le théorème d’intégration terme à terme de
Fubini donne
Or 1
Z 1  Z 1
n n 1 n Z 1
(ln x)p
+∞ Z 1 +∞
1
x (ln x) dx = xn+1 (ln x)n − xn (ln x)n−1 dx
X X
p
n+1 n + 1 dx = fn (x) dx =(−1) p! p+1
ε ε ε
0 1−x n=0 0 n=1
n
donc quand ε → 0
Z Z avec en substance existence de l’intégrale et de la série intoduite.
n
xn (ln x)n dx = − xn (ln x)n−1 dx
]0,1] n+1 ]0,1]

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 63

Exercice 123 : [énoncé] Pour α > 1. La série des un (α) est une série à termes positifs et
La convergence de l’intégrale proposée est facile.
n π/2
En découpant l’intégrale : 1 − (cos t)n+1
X Z
uk (α) = (sin t)α dt
+∞ Z (k+1)π +∞ 0 1 − cos t
+∞ π k=0
e−x/n e−x/n e−x/n
Z X X Z
2
dx = 2
dx = e−kπ/n dx
0 1 + cos x kπ 1 + cos x 0 1 + cos2 x donc
k=0 k=0 n π/2
(sin t)α
X Z
Dans la somme proposée, le terme intégrale ne dépend de l’indice sommation donc uk (α) 6 dt
0 1 − cos t
k=0
+∞
!
Z +∞ π π
e−x/n e−x/n e−x/n
Z Z
X
−kπ/n 1 avec l’intégrale majorant qui est convergente puisque
2x
dx = e 2x
dx = −π/n 2
dx
0 1 + cos 0 1 + cos 1−e 0 1 + cos x
k=0 (sin t)α tα 2
∼ 2 2 = 2−α quand t → 0+
Quand n → +∞, 1 − cos t t t
1 n

P
Puisque la série à termes positifs un (α) a ses sommes partielles majorées, elle
1 − e−π/n π
est convergente.
et Z π Z π c) Par ce qui précède et l’application du théorème de convergence dominée (ou
e−x/n dx par le théorème d’intégration terme à terme de Fubini) on peut écrire
2
dx → 2
0 1 + cos x 0 1 + cos x
+∞ Z π/2 Z π/2
par application du théorème de convergence dominée. X sinα t
sinα t cosn t dt = dt
Par le changement de variable t = tan x inspiré des règles de Bioche, 1 − cos t
n=0 0 0
Z π Z π/2 Z +∞
dx dx dt π Pour α = 2
=2 =2 =√
0 1 + cos2 x 0 1 + cos2 x 0 2+t 2
2
Z π/2
sin2 t
Z π/2
π
dt = 1 + cos t dt = +1
0 1 − cos t 0 2
Au final
+∞
e−x/n
Z
1 1 Pour α = 3
dx −−−−−→ √ π/2 π/2
n 2
1 + cos x sin3 t
Z Z
0 n→+∞ 2 3
dt = sin t(1 + cos t) dt =
0 1 − cos t 0 2

Exercice 124 : [énoncé]


a) On a Exercice 125 : [énoncé]
Z π/2  π/2 Pour t > 0, on peut écrire
1 1
un (1) = sin t(cos t)n dt = − cosn+1 t =
0 n+1 0 n+1 sin t
+∞
X
= sin t.e−nt
La série de terme général un (1) est divergente. et − 1 n=1
b) Pour α 6 1,
∀t ∈ ]0, π/2] , (sin t)α > sin t La fonction t 7→ sin t.e−nt est intégrable sur ]0, +∞[ et

et donc un (α) > un (1).


Z +∞ Z +∞
1
On en déduit que la série de terme général un (α) est alors divergente. |sin t| e−nt dt 6 te−nt dt =
0 0 n2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 64

est le terme général d’une série convergente donc par le théorème de Fubini Par convergence normale de la série de fonctions sous-jacente sur [0, 2π]
t
d’intégration terme à terme t 7→ esin
t −1 est intégrable sur ]0, +∞[ et
+∞ 2π
(−1)k
X Z
Z +∞ +∞ Z +∞ In = ei(n+k)θ dθ
sin t X
−nt 2k+1 0
dt = sin t.e dt k=0
0 et − 1 n=1 0
R 2π R 2π
Or 0 eipθ dθ = 0 si p 6= 0 et 0 eipθ dθ = 2π si p = 0.
avec Z +∞ Z +∞
1 Par conséquent
sin t.e−nt dt = Im e(−n+i)t dt = In = (−1)n 2n π si n 6 0 et In = 0 si n > 0
0 0 n2 + 1
Finalement
Z +∞ +∞
sin t X 1
dt = Exercice 128 : [énoncé]
0 et − 1 n=1
n 2+1
Si |a| < 1 alors

2π 2π +∞
2π X
eint ei(n−1)t
Z Z Z
Exercice 126 : [énoncé] dt = dt = ak ei(n−(k+1))t dt
R1 0 eit − a 0 1 − ae−it 0 k=0
Notons que 0 tx−1 e−t dt est bien définie.
Pour tout t ∈ ]0, 1], Par convergence normale de la série
+∞
x−1 −t
X (−1)n tn+x−1
t e = 2π
eint
+∞ 2π
2πan−1
Z Z 
n! X si n > 1
n=0 dt = ak ei(n−(k+1))t dt =
0
it
e −a 0 0 sinon
donc k=0
Z 1 Z +∞
X
tx−1 e−t dt = fn Si |a| > 1 alors
0 ]0,1] n=0
2π 2π +∞ 2π
eint eint −2πan−1
Z Z Z 
Les fonctions fn sont continues par morceaux,
P
fn converge simplement sur ]0, 1] 1 X 1 si n 6
dt = − dt = − ei(n+k)t dt =
et est de somme t 7→ tx−1 e−t continue par morceaux. 0
it
e −a a 0
it
1 − e /a ak+1 0 0 sinon
k=0
Les fonctions fn sont intégrables sur ]0, 1] et
Z
1
|fn (t)| dt = Exercice 129 : [énoncé]
]0,1] n!(x + n) 2
−x2
a) f : x 7→ (nn2 +x 2 )2 est définie, continue sur [0, +∞[ et f (x) ∼ − x12 donc
PR x→+∞
La série |f | converge donc on peut intégrer terme à terme
]0,1] n
R +∞
f (x) dx est définie.
0
b)
1 +∞ Z a Z a Z a
(−1)n n2 − x2 x2
Z X 1
tx−1 e−t dt = 2 2 2
dx = 2 2
dx − 2 2 2 2
dx
0 n=0
n!(x + n) 0 (n + x ) 0 n +x 0 (n + x )
et a
a
x2 1 a
Z  Z
1 x 1
dx = − + dx
Exercice 127 : [énoncé] 0 (n2 + x2 )2 2 n2 + x2 0 2 0 n2 + x2
2π +∞
inθ X donc
(−1)k ikθ
Z
e Z a
n2 − x2 a
In = e dθ dx = 2
0 2 2k (n2 + x2 )2 n + a2
k=0 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 65

Par suite est convergente et vaut π/2.


Z +∞ Z a
f (x) dx = lim f (x) dx = 0 Le résultat diffèrent de celui obtenu en b). Il est donc faux ici de permuter somme
0 a→+∞ 0 et intégrale. Document7
+∞ R +∞ n2 −x2
P
La série 0 (n2 +x2 )2 dx est convergente et de somme nulle.
n=1 Exercice 130 : [énoncé]
c) Pour x ∈ [0, a], 2 a) an+1 /an → 1/e < 1.
n − x2 n2 + a 2

b) Posons
(n2 + x2 )2 6 n4

Z +∞
In = tn e−αt dt
et 0
+∞ 2
X n + a2 n!
< +∞ Par intégration par parties, on obtient In = αn+1 d’où
n=1
n4
Z +∞
+∞
P n2 −x2 an = n tn e−nt dt
donc (n2 +x2 )2 converge normalement, et donc uniformément sur [0, a]. Par 0
n=1
suite c) On a
+∞
aX +∞ Z a +∞
n2 − x2 n2 − x2
Z X X a +∞ +∞ Z +∞
2 + x2 ) 2
dx = 2 + x2 ) 2
dx = 2 + a2
X
an =
X
ntn e−nt dt
0 n=1
(n n=1 0
(n n=1
n
n=1 n=1 0
a
d) La fonction x 7→ x2 +a2 est décroissante et intégrable sur [0, +∞[ donc par et la série
comparaison série-intégrale XZ +∞ n −nt X
nt e dt = an
Z +∞ +∞ Z +∞ 0
a X a a
dx 6 6 dx converge donc on peut intégrer terme à terme et on obtient
1 x2 + a2 n=1
n 2 + a2
0 x 2 + a2
+∞
X Z +∞
+∞ X
Or an = ntn e−nt dt
Z +∞
a h x i+∞ π 1 n=1 0 n=1
2 2
dx = arctan = − arctan
1 x +a a 1 2 a avec
+∞ +∞
et X X te−t
Z +∞
a x i+∞ π (1 − te−t ) ntn e−nt = tn e−nt =
1 − te−t
h
dx = arctan = n=1 n=1
0 x2 + a2 a 0 2
d’où la conclusion.
donc
+∞
X a π
lim =
a→+∞
n=1
n2 +a2 2 Exercice 131 : [énoncé]
a) En appliquant le théorème de convergence dominée ` = 1.
e) Ci-dessus : b) On a
+∞
aX
n2 − x2
Z Z 1 Z 1 n−1
π tn t
lim 2 2 2
dx = ` − In = dt = t dt
a→+∞ 0 n=1
(n + x ) 2 0 1 + t n
0 1 + tn
donc l’intégrale Par intégration par parties,
+∞
+∞ X
n2 − x2
Z
1 1
Z
dx ln 2
(n2 + x2 )2 ` − In = − ln(1 + tn ) dt
0 n=1 n n 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 66

Puisque Or
Z 1 Z 1
Z 1 Z 1
1 n
n
tn dt = tn dt → 0

ln(1 + t )dt 6 06 ln(1 + t ) dt 6

0 0 n+1 0 0
ln 2 donc
on peut affirmer ` − In ∼ n .  
c) Pour y ∈ ]0, 1[, ln 2 1
In = 1 − +o
+∞ n n
ln(1 + y) X (−1)k y k
=
y k+1 b) On a
k=0 +∞
X (−1)k−1
Par convergence de la série des intégrales des valeurs absolues, ln(1 + tn ) = tnk
k
+∞ k=1
Z 1 X (−1)k
ln(1 + y)
dy = Par convergence de la série des intégrales des valeurs absolues, on obtient la
0 y (k + 1)2
k=0 relation proposée.
+∞ +∞ c) On a
P (−1)k π2
P 1 π2 +∞ +∞ +∞
Sans peine, (k+1)2 = 12 sachant n2 = 6 . X (−1)k−1 X (−1)k−1 X (−1)k
k=0 n=1 n − =
d) Par changement de variable (C 1 difféomorphisme), k(nk + 1) k2 k 2 (nk + 1)
k=1 k=1 k=1
Z 1 avec
1 1 ln(1 + y)
Z
n +∞ +∞
ln(1 + t ) dt = n−1 dy X (−1)k 1X 1
0 n 0 y n

6 →0
k 2 (nk + 1) n k2


k=1 k=1
Par convergence dominée (domination par sa limite simple),
donc
Z 1 Z 1 1 +∞
π2 (−1)k−1
Z
ln(1 + y) ln(1 + y) X
n−1 dy → dy = n ln(1 + tn ) dt →
0 y n 0 y 12 0 k2
k=1

Ainsi, avec
+∞
π2 (−1)k−1 π2
 
ln 2 1 X
` − In = − +o =
n 12n2 n2 k2 12
k=1
puis car on sait
π2
 
ln 2 1 +∞
In = 1 − + +o X 1 π2
n 12n2 n2 =
k2 6
k=1

Finalement
Exercice 132 : [énoncé] ln 2 π2

1

a) On a In = 1 − + +o
1 1 n 12n2 n2
tn
Z Z
1
|In − 1| = dt 6 tn dt = →0
0 1 + tn 0 n+1
donc In → ` = 1. Exercice 133 : [énoncé]
b) Par intégration par parties a) fn est définie et continue par morceaux sur R+? , se prolonge par continuité en
Z 1 0 et vérifie t2 fn (t) −−−−→ 0.
ln 2 1 t→+∞
In − 1 = − + ln(1 + tn ) dt b) On définit les termes de la suite
n n 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 67

u:=n->int(exp(-t)/tˆ(n+1)*(exp(t)-sum(tˆp/p!, p=0..n)), Or par changement de variable affine


t=0..infinity); Z +∞ √
On évalue les 10 premiers termes dt 2π
4 4
=
seq(u(k), k=1..10); 0 t +u 4t3
Pour conjecturer une expression, on peut utiliser l’instruction ifactor. Cela et
+∞ +∞

permet d’entrapercevoir des factoriels. Z
dt 1
Z
ds 2π
Le calcul suivant = 3 ∼
1 t4 + u4 t 1/t 1 + s4 4t3
seq(u(k)*k!, k=1..10);
permet de conjecturer un = 1/(n.n!). Ainsi √

c) En partant de f (t) ∼
t→+∞ 4t3
+∞ +∞ e) Par sommation géométrique
X tp e−t X tp e−t
fn (t) = n+1
=
p!t (p + n + 1)! n
p=n+1 p=0 X 1 − (−1)n+1 t4n+1
(−1)k t4k =
1 + t4
en justifiant l’intégration terme à terme par convergence de la série des intégrales k=0
des valeurs absolues, on obtient En intégrant,
n Z 1 Z 1 4n+1
+∞
X (−1)k dt n t
X p! = 4
+ (−1) 4
dt
un = 4k + 1
k=0 0 1+t 0 1+t
p=0
(p + n + 1)!
Or
1 Z 1
t4n+1
Z
1
t4n+1 dt =

On a alors dt 6 →0
+∞ 1+t 4 4n + 2
X (n + p + 1)p! (p + 1)p! 1 0 0
nun = − = ce qui permet de conclure.
p=0
(n + p + 1)! (n + p + 1)! n!

après télescopage.
Exercice 135 : [énoncé]
a) Par décomposition en éléments simples

Exercice 134 : [énoncé] 1 3 2


= −
a) f est définie sur R par absolue convergence. (3n + 1)(2n + 1) 3n + 1 2n + 1
b) Les fonctions sommées sont de classe C 1 . Par convergence normale sur tout
En écrivant
segment de la série des dérivées, f est de classe C 1 .
c) On calcule l’intégrale N Z 1XN Z 1 Z 1 a(N +1)
X (−1)n n an dt N t
int(1/(1+tˆ4), t=0..infinity); = (−1) t dt = + (−1) dt
n=0
an + 1 0 n=0 0 1 + t6
0 1 + ta
On obtient Z +∞ √
dt 2π avec
4
= Z 1 a(N +1)
t
Z 1
0 1 + t 4 06 dt 6 ta(N +1) dt → 0
0 1 + t6 0
d) Par comparaison avec une intégrale
on obtient
+∞ Z 1
Z +∞
du
Z +∞
du
X (−1)n dt
6 f (t) 6 =
t4 + u4 t4 + u4 n=0
an + 1 0 1 + ta
1 0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 68

On en déduit On peut permuter somme et intégrale ce qui donne


Z 1
dt π
S=3 3
− +∞ 2 +∞
0 1+t 2 X [(n + p)!] X
In (a) = = Rn (p)(1 − a)p
b) Reste à calculer l’intégrale par p=0
p!(2n + p + 1)! p=0
int(1/(1+tˆ3), t=0..1);
avec Rn introduit dans la question qui suit.
d) deg Rn < 0 donc
n
X ak
Exercice 136 : [énoncé] Rn =
a) Pour a > 1 ou a < 1, les variations de x 7→ 1 − (1 − a)x montrent que 0 n’est X +n+k+1
k=0
pas valeur prise pour x ∈ [0, 1]. avec
b) On définit l’intégrale (−1)k (n + k)!
ak =
J:=n->int(xˆn*(1-x)ˆn/(1-(1-a)*x)ˆ(n+1), x=0..1); (k!)2 (n − k)!
On calcule les valeurs demandées
On peut alors écrire
a:=1/5;seq(J(n, a), n=1..10); n +∞
etc. X X (1 − a)p
In (a) = ak
On peut conjecturer In (a) ∈ Q + Q ln a (fortement inspiré par la dernière k=0 p=0
n+k+1+p
question).
c) En dérivant à l’ordre n la relation Or on sait
+∞ p
X t
+∞ = − ln(1 − t)
1 X p
= (1 − a)p xp p=0
1 − (1 − a)x p=0
pour t ∈ ]−1, 1[.
Par décalage d’indice et en exploitant a ∈ Q, on obtient
on obtient !
+∞
1 X n+p In (a) ∈ Q + Q ln a
= (1 − a)p xp
(1 − (1 − a)x)n+1 p=0
p

Posons ! Exercice 137 : [énoncé]


n+p
fp (x) = (1 − a)p xn+p (1 − x)n a) Par intégration par parties on obtient une relation de récurrence qui conduit à
p
Z 1
n!m!
n
x (1−x) n +∞
P xn (1 − x)m dx =
de sorte que (1−(1−a)x)n+1 = fp (x). 0 (n + m + 1)!
p=0
On a En posant un le terme général de la série étudiée, on observe uun+1 → 14 ce qui
Z 1 2 n
p [(n + p)!] assure la convergence de la série.
|fp (x)| dx = |1 − a| +∞
0 p!(2n + p + 1)! P R1 n
b) S−1 = 0
x (1 − x)n−1 dx. Par convergence de la série des intégrales des
R1 n=1
Pour étudier la convergence de la série de terme général 0 |fp | on peut étudier la valeurs absolues, on peut permuter et obtenir
p
limite du facteur de |1 − a|
limit(((n+p)!)ˆ2/p!/(2*n+p+1)!, p=infinity); Z 1
xdx π
R1 p
Ainsi 0 |fp | = o (|1 − a| ) donc
PR1
|fp | converge. S−1 = = √
0 0 1 − x(1 − x) 3 3

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 69

Puisque et donc

! !
2n + 2 4n + 2 2n Fλ (s) ∼ +
= s→0 s
n+1 n+1 n
d) Par intégrations par parties successives :
on observe
4 2 1 1 1
!− != ! (?)
Z
n!
2n + 2 n+1 2n + 2 2n (1 − y)s−1 y n dy =
0 s(s + 1) . . . (s + n)
n+1 n+1 n
e)
En sommant pour n allant de 1 à +∞, on obtient +∞ n Z 1
X λ

1
 
1
 Fλ (s) = (1 − y)s−1 y n dy
4 S0 − − 2 S−1 − = S0 n=0
n! 0
2 2
Par convergence de la série des intégrales des valeurs absolues, on peut échanger
puis somme et intégrale :
1 + 2S−1 Z 1
S0 = Fλ (s) = eλy (1 − y)s−1 dy
3
0
c) On multiplie la relation (?) par (n + 1)p et on développe le (n + 1)p du second
membre et en sommant comme ci-dessus, on saura exprimer 3Sp en fonction des
Sq avec q < p. Exercice 139 : [énoncé]
Pour t ∈ ]0, 1[, on peut écrire

Exercice 138 : [énoncé] ln t


+∞
X
a) Par la règle de d’Alembert la série converge pour tout (s, λ) ∈ R+? × C. = t2n ln t
1 − t2
∆λ : ]0; +∞[. n=0
b)
+∞
! Or
1
1 λn −1
X Z
Fλ (s) = 1+ t2n ln t dt =
s n=1
(s + 1) . . . (s + n) 0 (2n + 1)2
Or Sachant que la série des intégrales des valeurs absolues converge, le théorème
+∞ +∞ n
X λn X |λ| d’intégration terme à terme de Fubini donne
1 + 6 = e|λ|


n=1
(s + 1) . . . (s + n)
n=0
n! Z 1 +∞
ln t X 1 3ζ(2)
donc Fλ (s) −
−−−−
→ 0. dt = − =−
s→+∞ 0 1 − t2 n=0
(2n + 1) 2 4
c) Puisque
λn λn avec en substance la convergence de l’intégrale étudiée.


(s + 1) . . . (s + n) 6 n!

il y a converge normale sur R+ de la série des fonctions continues


λn ExerciceP140 : [énoncé]
s 7→ (s+1)...(s+n) . Ceci permet d’affirmer p
La série ap tp! est convergente car
+∞ +∞ n
λn λ p
t p
ap 6 k(an )k t
X X
1+ −−−→ = eλ
n=1
(s + 1) . . . (s + n) s→0
n=0
n! p! ∞
p!

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 70

De plus sa somme est continue car on peut aisément établir la convergence Par convergence de la série des intégrales des valeurs absolues,
normale sur tout segment. Z 1 +∞ +∞
Enfin
X (−1)n X 1

+∞
x−x dx = In (n) =
X tp 0 n! (n + 1)n+1
a 6 k(an )k∞ et n=0 n=0

p=n p p!

permet d’assurer l’existence de l’intégrale étudiée. Exercice 142 : [énoncé]


Posons Par la série exponentielle, on peut écrire pour t > 0,
tp
fp (t) = ap e−2t +∞
(t ln t)n
p!
X
t−t = exp(−t ln t) = (−1)n
P n!
La série de fonction fp convergence simplement. n=0
+∞
Les fonctions fp et
P
fp sont continues par morceaux. Pour procéder à une intégration terme à terme, posons un (t) = (−1)n (t ln t)n /n!
p=n pour t ∈ ]0, 1].
Les fonctions fp sont intégrables sur [0, +∞[ et
P
Les fonctions un sont continues par morceaux et la série de fonctions un
Z +∞   converge simplement sur ]0, 1] vers la fonction t 7→ t−t elle-même continue par
|ap | 1 morceaux.
|fp (t)| dt = p+1 = O
0 2 2p+1 Les fonctions un sont intégrables sur ]0, 1] car on peut les prolonger par continuité
est terme générale d’une série convergente. en 0 et Z 1 Z 1
Par le théorème d’intégration terme à terme de Fubini, on obtient |un (t)| dt = (−1)n un (t) dt
0 0
Z +∞ +∞
! +∞
−2t
X tp X ap Par intégration par parties
e ap dt = p+1
0 p=n
p! p=n
2 Z 1  n+1
t
1
n
Z 1
n n
(t ln t) dt = (ln t) − tn (ln t)n−1 dt
ε n+1 ε n+1 ε
Enfin, cette expression tend vers 0 en tant que reste d’une série convergente.
En passant à la limite quand ε → 0, on obtient
Z 1 Z 1
n
Exercice 141 : [énoncé] (t ln t)n dt = − tn (ln t)n−1 dt
Les intégrales considérées sont bien définies. 0 n + 1 0
Par intégration par parties, En itérant le procédé on obtient
Z 1
 n+1
x
1
m (−1)n n!
In (m) = (ln x)m − In (m − 1) (t ln t)n dt =
n+1 n +1 0 (n + 1)n+1
0
et ainsi
Ainsi m
Z 1
1

1

(−1) |un (t)| dt = =o
In (m) = m! (n + 1)n+1 n2
(n + 1)m+1 0
PR1
En particulier La série 0
|un | étant convergente, on peut intégrer terme à terme et l’on
(−1)n obtient
In (n) = n! Z 1 +∞
1
(n + 1)n+1
X
t−t dx = (n+1)
+∞ 0 n=0
(n + 1)
(−1)n
b) x−x = n
P
n! (x ln x) . avec existence de l’intégrale en premier membre.
n=0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 71

Exercice 143 : [énoncé] Exercice 145 : [énoncé]


On sait que la fonction ζ est continue. Par sommation géométrique
R +∞ R +∞ +∞
P 1 R +∞ dx 1
(ζ(x) − 1) dx = nx dx avec 2 = n2 ln n . +∞
2 2
n=2
nx te−at X
La convergence de la série des intégrales des valeurs absolues assure la ∀t > 0, = te−(a+nb)t
1 − e−bt n=0
convergence de l’intégrale du premier membre et permet de permuter intégrale et
R +∞ +∞
Posons fn : R+? → R définie par
P 1
somme. On obtient alors 2 (ζ(x) − 1) dx = n2 ln n .
n=2
fn (t) = te−(a+nb)t
Exercice 144 : [énoncé] P
Les fonctions fn sont continues par morceaux, la série de fonctions fn converge
a) Posons  π n simplement sur ]0, +∞[ et sa somme est continue par morceaux puisque c’est la
fn (x) = cos sin x fonction
2 te−at
Les fonctions fn sont continues par morceaux et la suite de fonctions (fn ) t 7→
1 − e−bt
converge simplement vers la fonction nulle sur [0, π/2[, elle-même continue par
morceaux. Enfin, on a la domination Les fonctions fn sont intégrables sur ]0, +∞[ et par intégration par parties

|fn (x)| 6 1 = ϕ(x) +∞


Z Z  
1 1
|fn | = fn = =O
avec ϕ évidemment intégrable sur [0, π/2[. Par convergence dominée, on obtient [0,+∞[ 0 (a + bn)2 n2

un → 0
PR
Puisque la série |fn | converge, on peut appliquer le théorème d’intégration
P terme à terme de Fubini et on obtient
b) Par l’absurde, si un converge alors, on peut appliquer
P un théorème
d’intégration terme à terme à la série de fonctions P fn . En effet, les fonctions fn Z +∞
te−at
Z +∞
X XZ +∞
X 1
sont continues par morceaux, la série de fonctions fn converge simplement sur dt = fn = fn
0 1 − e−bt [0,+∞[ n=0 [0,+∞[ (a + bn)2
[0, π/2[ vers la fonction n=0
1
f : x 7→
1 − cos π2 sin x


elle-même continue par morceaux. Enfin les fonctions fn sont intégrables sur Exercice 146 : [énoncé]
Pour x ∈ [0, 2π], on peut écrire
P Rπ/2[ et l’hypothèse de travail absurde signifie la convergence de la série
[0,
|f |.
[0,π/2[ n +∞ n
Par théorème d’intégration terme à terme, on obtient
X 2 cosn x
e2 cos x =
+∞ Z π/2 n=0
n!
X 1
un = π
 dx
0 1 − cos 2 sin x
Posons
n=0 2n cosn x
+ fn : x ∈ [0, 2π] 7→
avec convergence de l’intégrale. Or, quand x → 0 n!
P
1 8 Les fonctions fn sont continues et la série de fonctions fn converge
∼ 2 2
1 − cos π
sin x π x normalement sur [0, 2π] puisque
2

2n
 
et donc l’intégrale introduite
P diverge. C’est absurde. 1
On en déduit que la série un diverge. kfn k∞ 6 =o
n! n2

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 72

On peut donc intégrer terme à terme pour obtenir Exercice 148 : [énoncé] P
a) Sur [0, 1[, la série de fonction fn converge simplement et sa somme est
Z 2π +∞ n Z 2π
X 2
e2 cos x dx = (cos x)n dx +∞

n! X x x
0 n=0 0 fn (x) = (1 − x) = √
n=1
1−x 1+ x
Par intégration par parties (cf. intégrale de Wallis)
Cette fonction somme est continue par morceaux sur [0, 1[.
2π 2π
n−1
Z Z
Les fonction fn sont intégrables sur [0, 1[ et
(cos x)n dx = (cos x)n−2 dx
0 n 0 Z 1 Z 1
1
|fn (x)| dx = fn (x) dx =√
Sachant 0 0 u= x (n + 1)(2n + 3)
Z 2π Z 2π
0 1
(cos x) dx = 2π et (cos x) dx = 0 Ce terme est sommable et l’on peut donc intégrer terme à terme ce qui donne
0 0

on obtient +∞ Z
X 1 Z 1
x
fn (x) dx = √ dx
Z 2π
(2p)!
Z 2π
n=1 0 0 1+ x
(cos x)2p dx = 2π et (cos x)2p+1 dx = 0
0 22p (p!)2 0
b) Ainsi
et donc +∞ Z 1
X 1 x 5
Z 2π +∞ 2p +∞ = √ dx =√ − 2 ln 2
2 cos x
X 2 (2p)! 2π X (n + 1)(2n + 3) 0 1+ x u= x 3
e dx = 2p (p!)2
2π = 2
n=1
0 p=0
(2p)! 2 p=0
(p!)

Exercice 149 : [énoncé]


Exercice 147 : [énoncé] a) La fonction t 7→ (1+t1x )n est définie et continue par morceaux sur ]0, +∞[.
On a un > vn = 0 P
R π/2 −t
e cos2n t dt. Cas x < 0 :
1
Si la série numérique un converge alors, par comparaison de série à termes (1+tx )n −−−−→ 1 donc la fonction n’est pas intégrable.
t→+∞
P
positifs, la série vn converge aussi. Par le théorème d’intégration terme à terme Cas x = 0 :
1 1
de Fubini, il y a alors intégrabilité sur ]0, π/2] de la fonction (1+tx )n −−−−→ 2 . Même conclusion.
t→+∞
Cas x > 0 :
+∞
X e−t e−t Quand t → 0+ , (1+t1x )n → 1 et quand t → +∞, (1+t1x )n ∼ 1
donc la fonction est
e−t cos2n t = = tnx
n=0
2
1 − cos t sin2 t intégrable sur ]0, +∞[ si, et seulement si, nx > 1.
b) Pour t > 0, on remarque que
Or quand t → 0+
+∞
e−t 1 X 1 1
∼ 2 = x
sin2 t t n=1
(1 + tx )n t
qui n’est pas intégrable sur ]0, π/2]. P
C’est absurde, on en conclut que la série
P
un diverge. Par l’absurde, si In (x)converge, on peut appliquer un théorème d’interversion
somme et intégrale
P assurant que t 7→ t1x est intégrable sur ]0, +∞[. C’est absurde.
On conclut que In (x) diverge.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 73

Par intégration par parties avec deux convergences Enfin Z 1  


1 1
+∞ +∞ +∞ +∞ |fn (x)| dx = =o
2nt2 t2

(n + 1)n+1
Z Z Z
dt t 0 n2
In (2) = = + dt = 2n dt
0 (1 + t2 )n (1 + t2 )n 0 0 (1 + t2 )n+1 0 (1 + t2 )n+1est terme général d’une série convergente.
Par théorème d’intégration terme à terme, x 7→ xx est intégrable sur ]0, 1] et
Or
+∞
t2 dt
Z
1 +∞ Z 1 +∞
(−1)n
Z
In (2) − In+1 (2) = x
X X
0 (1 + t2 )n+1 I= x dx = fn (x) dx =
0 n=0 0 n=0
(n + 1)n+1
donc
2n − 1
In+1 (2) = In (2)
2n
Exercice 151 : [énoncé]
On en déduit a) Posons fn (t) = 1/(1 + t3 )n définie sur [0, 1].
(2n)! π
In+1 (2) = Les fonctions fn sont continues par morceaux et la suite (fn ) converge simplement
(2n n!)2 2 sur ]0, 1] vers la fonction nulle, elle-même continue par morceaux. De plus
car I1 (2) = π/2.
Notons que par le changement de variable t = tan u, on pouvait aussi transformer ∀n > 1, ∀t ∈ ]0, 1] , |fn (t)| 6 ϕ(t)
In (2) en une intégrale de Wallis. avec ϕ : t 7→ 1/(1 + t3 ) intégrable sur ]0, 1].
Par application du théorème de convergence dominée, on obtient un → 0P
b) Les fonctions fn sont continues par morceaux et la série de fonctions fn
Exercice 150 : [énoncé] converge simplement sur ]0, 1] vers la fonction S continue par morceaux donnée
a) fp,k est définie√et continue par morceaux sur ]0, 1]. √ par
Quand x 7→ 0+ , xfp,k (x) = xp+1/2 (ln x)k → 0 donc fp,k (x) = o (1/ x). +∞
X 1 1 1 + t3
Par suite fp,k est intégrable sur ]0, 1]. S(t) = 3 n
= 1 =
n=0
(1 + t ) 1 − 1+t3 t3
b) Par intégration par parties P
Si, par l’absurde,
R la série un converge, on est dans la situation où la série de
k terme général ]0,1] |fn (t)| dt converge et l’on peut appliquer un théorème
Kp,k = − Kp,k−1
p+1 d’intégration terme à terme affirmant :
c) Z +∞ Z
X 1
k k S est intégrable sur ]0, 1] et S(t) dt = fn (t) dt
(−1) k! (−1) k!
Kp,k = Kp,0 = ]0,1] n=1 0
(p + 1)k (p + 1)k+1
et donc fonction S n’est pas intégrable sur ]0, 1] !
Or ceci est absurde car la P
(−1)n n! On en déduit que la série un diverge.
Jn = Kn,n =
(n + 1)n+1
+∞
(x ln x)n Exercice 152 : [énoncé]
d) xx =
P
n! pour tout x ∈ ]0, 1].
n=0 a) Posons un (t) = 1/(1 + t3 )n définie sur ]0, +∞[.
1
Posons fn : x 7→ n! (x ln x)n . Les fonctions un sont continues par morceaux et la suite (un ) converge simplement
Les fonctions fn sont continues par morceaux et intégrables sur ]0, 1]. vers la fonction nulle sur ]0, +∞[, elle-même continue par morceaux. De plus
fn converge simplement sur ]0, 1] et sa somme, qui est x 7→ xx , est
P
La série
continue par morceaux sur ]0, 1]. ∀n > 1, ∀t ∈ ]0, +∞[ , |un (t)| 6 ϕ(t)

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 74

avec ϕ : t 7→ 1/(1 + t3 ) intégrable sur [0, +∞[ et donc aussi sur ]0, +∞[. d) Pour x > 0,
Par application du théorème de convergence dominée sur ]0, 1] et sur [1, +∞[, on
+∞ +∞
obtient 2shx X
−nkx
X
−(nk−1)x −(nk+1)x

= 2shx e = e − e
Un → 0 et Vn → 0 enx − 1
k=1 k=1
P
b) Les fonctions un sont continues par morceaux et la série de fonctions un Z +∞  
converge simplement sur ]0, 1] vers la fonction U continue par morceaux donnée

−(nk−1)x
1 1 2 1
− e−(nk+1)x dx = − = 2 2 =O

nk − 1 nk + 1 n k −1 k2
e
par 0
+∞
X 1 1 1 1 Par convergence de la série des intégrales des valeurs absolues, on peut sommer
U (t) = = = 3
3
(1 + t )n 3 1
1 + t 1 − 1+t3 t terme à terme et affirmer
n=1
P Z +∞ +∞ Z +∞  +∞
Si, par l’absurde,
R la série Un converge, on est dans la situation où la série de 2shx X
−(nk−1)x −(nk+1)x
 X 1 1
dx = e − e dx = −
terme général ]0,1] |un (t)| dt converge et l’on peut appliquer un théorème 0
nx
e −1 0 nk − 1 nk + 1
k=1 k=1
d’intégration terme à terme affirmant :
Pour n = 2, la somme est facile à calculer.
Z +∞ Z
X 1
U est intégrable sur ]0, 1] et U (t) dt = un (t) dt
]0,1] n=1 0
Exercice 154 : [énoncé]
fonction U n’est pas intégrable sur ]0, 1] !
Or ceci est absurde car la P a) Par convergence dominée In → 0.
On en déduit que la série Un diverge. b) Par intégration par parties étayée par deux convergences
P
En revanche, la série Vn est à termes positifs et +∞ Z +∞
t3

t
n n In = + 3n dt
+∞ X +∞ (1 + t3 )n 0 (1 + t3 )n
Z Z
X 1 dt 1 0
Vk 6 dt 6 =
1 (1 + t3 )n 1 t3 2 avec
k=1 k=1 +∞
t3
Z
P dt = In − In+1
Les sommes partiellesPde la série à termes positifs Vn étant majorées, on peut 0 (1 + t3 )n
affirmer que la série Vn converge. On en déduit la relation demandée.
c) La suite (un ) a la nature de la série de terme général vn = un+1 − un .
Or      
Exercice 153 : [énoncé] 1 1 α − 1/3 1
a) Quand x → 0+ , fn (x) ∼ nx 2x
→ n2 donc α = n2 est l’unique valeur pour laquelle vn = α ln 1 + + ln 1 − = +O
n 3n n n2
f est continue en 0.
x La série de terme général vn converge si, et seulement si, α = 1/3.
b) fn est continue sur [0, +∞[ et quand x → +∞, fn (x) ∼ eenx → 0 donc fn est 
d) Puisque ln n1/3 In → `, on obtient
bornée sur R+ .
On peut envisager une argumentation plus détaillée : e`
- puisque f converge en +∞, il existe A > 0 tel que f est bornée sur [A, +∞[ ; In ∼ √
3
n
- puisque f est continue, f est bornée sur [0, A] ;
- et finalement f est bornée sur la réunion de ces deux intervalles par la plus et donc  
grande des deux bornes. 1 1
In = O
c) fn est définie et continue sur [0, +∞[ et quand x → +∞, n n4/3
x2 fn (x) ∼ x2 e−(n−1)x → 0 donc fn (x) = o 1/x2 et donc f est intégrable sur P 1
[0, +∞[.
Par suite n In converge.
n>1

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 75

On a elle-même continue par morceaux.


+∞ +∞ Z +∞
X 1 X 1 1 De plus
In = fn (t) dt avec fn (t) = 2
n=1
n n=1 0 n (1 + t3 )n |Sn (t)| 6 = ϕ(t)
P 1 + ta
Les fonctions fn sont continues par morceaux sur ]0, +∞[, la série fn converge avec ϕ intégrable sur [0, 1[.
simplement sur ]0, +∞[ et sa somme Par le théorème de convergence dominée, on obtient
+∞ +∞   1 1
1 1 1
Z Z
X X dt
fn = = − ln 1 − Sn (t) dt →
n=1 n=1
n (1 + t3 )n 1 + t3 0 0 1 + ta

est continue par morceaux. Or


R +∞ 1 n Z 1 n
(−1)k
Z
Enfin, la série de terme général 0 |fn | converge. Sn (t) dt =
X
(−1)k tka dt =
X
On peut donc permuter somme et intégrale pour obtenir 0 0 ka + 1
k=0 k=0
+∞
X 1
Z +∞ 
1

2 donc
+∞
In = − ln 1 − dt = √ π X (−1)n
Z 1
dt
n=1
n 0 1 + t3 3 =
n=0
na + 1 0 1 + ta

avec, en substance, la convergence de la série introduite.


Exercice 155 : [énoncé]
On a
+∞ +∞
1 X
n na
X
Exercice 156 : [énoncé]
= (−1) t = fn (t)
1 + ta n=0 n=0
Notons que l’intégrale étudiée est bien définie.
Pour tout x ∈ ]0, 1[,
avec fn (t) = (−1)n tna sur ]0, 1[. +∞
xα−1 X
1
= (−1)n xn+α−1
Z
1 1 + x n=0
|fn (t)| dt =
0 na + 1 Le théorème d’intégration terme à terme ne pourra pas s’appliquer car ici
1
P
et na+1 diverge, le théorème de Fubini d’intégration terme à terme de Fubini XZ X 1
ne s’applique pas. |fn | = diverge
]0,1[ n+α
De plus la série de fonctions ne converge par uniformément sur [0, 1] car elle ne
converge pas simplement en 1. . . Nous allons alors intégrer terme à terme en exploitant les sommes partielles.
Transitons alors par les sommes partielles et le théorème de convergence dominée. Posons
n
Posons X 1 − (−1)n+1 xn+1
n
X 1 − (−1)n+1 t(n+1)a Sn : x 7→ (−1)k xk+α−1 = xα−1
Sn : t 7→ (−1)k tka = 1+x
k=0
1 + ta
k=0
Les fonctions (Sn ) sont continue par morceaux et converge simplement sur ]0, 1[
Les fonctions Sn sont continues par morceaux et la suite (Sn ) converge vers la fonction
simplement sur [0, 1[ vers la fonction xα−1
S : x 7→
1+x
1
S : t 7→ elle-même continue par morceaux.
1 + ta
Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD
[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 76

De plus Par convergence dominée, on obtient


2xα−1
|Sn (x)| 6 = ϕ(x) Z 1 Z 1
ta−1
1+x Sn (t) dt → dt
avec ϕ fonction intégrable sur ]0, 1[. 0 0 1 + tb
Par le théorème de convergence dominée, on obtient avec convergence de l’intégrale introduite.
1 1 Or
xα−1
Z Z
Z 1 n Z 1 n
Sn (x) dx → dx X X (−1)k
0 0 1+x Sn (t) dt = (−1)k ta+kb−1 =
0 0 a + kb
k=0 k=0
Or Z 1 n Z
X 1 n
X (−1)k donc
+∞
(−1)k xk+α−1 dx =
Z 1 a−1
Sn (x) dx = X (−1)n t
0 0 k+α = dt
k=0 k=0
n=0
a + nb 0 1 + tb
et on peut donc conclure
avec convergence de la série introduite..
+∞
X (−1) n Z 1
x α−1 b) Après calculs
= dx +∞
(−1)n
Z 1
dt 1 π
n+α 1+x
X
n=0 0 = 3
= ln 2 + √
n=0
3n + 1 0 1+t 3 3 3
avec en substance la convergence de la série introduite.

Exercice 158 : [énoncé]


Exercice 157 : [énoncé] Soit fn : [0, +∞[ → R la fonction définie par
a) Pour t ∈ ]0, 1[, on peut écrire
(−1)n−1
ta−1
+∞ fn (t) =
=
X
(−1)n ta+nb−1 n2 + t2
1 + tb n=0
On observe kfn k∞ = 1/n2 et donc la série des fonctions fn converge normalement,
Posons donc uniformément sur [0, +∞[. Puisque chaque fn est continue, on peut affirmer
n
X 1 − (−1)n+1 t(n+1)b que la fonction
Sn : t 7→ (−1)k ta+kb−1 = ta−1 +∞
1 + tb X (−1)n−1
k=0 S : t 7→
n=1
n2 + t2
Les fonctions Sn sont continues par morceaux et la suite (Sn ) converge
simplement sur ]0, 1[ vers la fonction est définie et continue sur [0, +∞[.
Les fonctions fn sont intégrables sur R+ et
ta−1
S : t 7→ +∞ +∞
1 + tb
Z Z
π dt π
|fn (t)| dt = =
0 2 0 n2 + t2 2n
elle-même continue par morceaux.
De plus Puisque la série
PR
|fn | diverge, on ne peut intégrer terme à terme par le
2ta−1
|Sn (t)| 6 = ϕ(t) théorème de Fubini.
1 + tb Raisonnons alors par les sommes partielles en exploitant le théorème de
avec ϕ intégrable sur ]0, 1[. convergence dominée.

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD


[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 19 janvier 2014 Corrections 77

Posons est définie et continue sur ]0, +∞[.


n
X (−1)k−1 Pour intégrer terme à terme, nous allons exploiter les sommes partielles et le
Sn : t 7→
k 2 + t2 théorème de convergence dominée. Posons
k=1

Les fonctions Sn sont continues par morceaux sur [0, +∞[ et converge simplement n
X
vers la fonction S elle-même continue par morceaux. Sn : x 7→ (−1)k e−ak x
De plus, le critère spécial des séries alternées s’appliquant, on a k=0

1 Les fonctions Sn sont continues par morceaux et la suite (Sn ) converge


0 6 Sn (t) 6 = ϕ(t) simplement vers S elle-même continue par morceaux.
1 + t2
En vertu du critère spécial des séries alternées, on a
avec ϕ intégrable sur [0, +∞[.
Par le théorème de convergence dominée, on obtient 0 6 Sn (x) 6 S0 (x) = e−a0 x = ϕ(x)
+∞ +∞
+∞ X
(−1)n−1 avec ϕ intégrable.
Z Z
Sn (t) dt → dt Par convergence dominée, on obtient
0 0 n=1
n2 + t2
Z +∞ Z +∞
Or Sn (x) dx → S(x) dx
Z +∞ n Z +∞ n−1 n n−1
X (−1) π X (−1) 0 0
Sn (t) dt = 2 2
dt =
0 0 n +t 2 n
k=1 k=1 avec convergence de l’intégrale introduite.
donc Or Z +∞ n Z +∞ n
+∞
π X (−1)n−1
+∞
Z +∞ X
(−1)n−1
X
k −ak x
X (−1)k
= dt Sn (x) dx = (−1) e dx =
2 n=1 n 0 n2 + t2 0 0 ak
n=1 k=0 k=0

avec convergence de la série introduite. donc


+∞ +∞
Z +∞ X
X (−1)n
= (−1)n e−an x dx
n=0
an 0 n=0
Exercice 159 : [énoncé]
Posons avec en substance convergence de la série écrite.
fn : x 7→ (−1)n e−an x
Les fonctions fn sont continues P et en vertu du critère spécial des séries alternées,
on peut affirmer que la série fn converge simplement sur ]0, +∞[. De plus, par
le critère spécial des séries alternées, on a
+∞
X
k −ak x
|Rn (x)| = (−1) e 6 e−an+1 x


k=n+1
P
ce qui permet d’établir que la série fn converge uniformément sur tout segment
de ]0, +∞[. On en déduit que la fonction
+∞
X
S : x 7→ (−1)n e−an x
n=0

Diffusion autorisée à titre entièrement gratuit uniquement - dD