Vous êtes sur la page 1sur 8

2.

Calcul du ferraillage des linteaux et les trumeaux :


2.1- Contraintes limites de cisaillement dans les linteaux et les trumeaux:
La contrainte de cisaillement dans le béton est limitée comme suit :

avec
Ou :
Bo : épaisseur du linteau ou du voile.
d : hauteur utile =0,9h.
h : hauteur totale de la sectionbrute.
2.2-Ferraillages des linteaux:
Les linteaux sont calculés en flexion simple comme les poutres, (avec les efforts M, V)
Ils comportent :
- Aciers longitudinaux de flexion(Al).
- Aciers transversaux(At).
- Aciers en partie courante (aciers de peau)(Ac).
Pour le calcul du ferraillage, deux cas peuvent se présenter :

 Premiercas:

a) Aciers longitudinaux:

Les aciers longitudinaux inférieurs et supérieurs sont calculés par la formule :

Avec : z = h-2d' où h est la hauteur totale du linteau.


d' : est la distance d'enrobage.
M: moment dû àl'efforttranchant
b) Aciers transversaux:
Pour le calcul des aciers transversaux At et leur espacement s, deux sous cas peuvent se
présenter :
-b) 1. Premier sous-cas: linteaux longs :
l : porté du linteau
h ; hauteur du linteau
L’espacement des armatures transversales doit être :
avec :
s : espacement des cours d'armatures transversales.
At : section d'un cours d'armatures transversales
z = h - 2d'

v : effort tranchant dans lasectionconsidérée


l : portée du linteau
- Deuxième sous cas : les linteaux sont considérés de courtes portés dans le cas ou:

Dans le cas on doit avoir l’espacement :

et

Avec Mci et Mcj moments « résistants ultimes »des sections d'about à gauche et à droite du
linteau de portée lij et calculés par :
Mc = Al. fe.z
Avec z = h-2d' (voir figure
suivante)

Figure.1: Effort tranchant et Moment dans le linteau


 Deuxième cas:

Dans ce cas, il y a lieu de disposer les ferraillages longitudinaux (supérieurs et inférieurs),


transversaux et en zone courante (armatures de peau) suivant les minimum réglementaires.
Les efforts (M,V) sont repris suivant des bielles diagonales (de compression et de traction)
suivant l'axe moyen des armatures diagonales ADà disposer obligatoirement (voir figure2 ).
Le calcul de ces armatures se fait suivant la formule :

Avec: (voir figure3)

Et V = Vcalcul(sans majoration)

Figure.2: armatures de linteaux


Figure 3: Efforts dans les bielles du linteau

Ferraillage minimal des linteaux : (voir figure 2)

a) Armatureslongitudinales:

b) Armatures transversales:

c) Armatures en diagonales:

d) Armatures en section courante (armatures depeau)


Les armatures longitudinales intermédiaires ou de peau Ac (2 nappes) doivent être au total
d'un minimum égal à0.20%.

2.3- Ferraillages des trumeaux :


Les trumeaux seront calculés en flexion composée avec
effort tranchant. Moyennant la satisfaction des conditions
de dimensionnement fixées et la disposition de
contreventement en voiles dans deux directions
orthogonales, le calcul des trumeaux se fera exclusivement
dans la direction de leur plan moyen en appliquant les
règles classiques de béton armé (cf. DTR-B.C.-2.41 "CBA
93‘’).
Si la deuxième condition n'est pas respectée, il y a lieu de faire le calcul de vérification dans
les deux directions; Le calcul dans la deuxième direction (direction orthogonale à la direction
du plan moyen) doit alors se faire en suivant les règles du DTRB C. 2.42 "Règles de
conception des parois et murs en béton". Le calcul se fera dans ce cas pour des bandes
verticales de largeur d :

l' : étant la longueur de la zone comprimée.


he: étant la hauteur entre nus de planchers du trumeau considéré.
On devra disposer les ferraillages suivants:
- Des aciersverticaux
- Des aciers horizontaux.
 Le calcul en flexion composée avec M et N permet de déterminer les aciersverticaux.
 Le calcul en effort tranchent V permet de déterminer les aciershorizontaux.
2.3. 1-Calcul et disposition des armatures verticales:
a) Calcul des armatures verticales : Le calcul des armatures verticales se fera en
flexion composée de la même manière que pour les poteaux, on pourra avoir;
- Une section entièrementtendu.
- Une section partiellementcomprimée.
- Une section entièrementcomprimée.
- Si on admet la concentration des armatures comprimées dans la zone limitée a L/10 et la
concentration des armatures tendues dans la zone limitée a L/10, on prendra dans ce cas la
hauteur utile d= 19L/20.
b) Dispositions des armatures verticales:
 Lorsqu'une partie du voile est tendue, l'effort de traction doit être pris en totalité par
les armatures, le pourcentage minimum des armatures verticales sur toute la zone
tendue est de0.20%.
 Il est possible de concentrer des armatures de traction à l'extrémité du voile ou du
trumeau, la section totale d'armatures verticales de la zone tendue devant rester au
moins égale à 0,20% de la section horizontale du bétontendu.
 Les barres verticales des zones extrêmes devraient être ligaturées avec des cadres
horizontaux dont l'espacement ne doit pas être supérieur à l'épaisseur du voile;

 Si des efforts importants de compression agissent sur l'extrémité, les barres


 verticales doivent respecter les conditions imposées aux poteaux.
 Les barres verticales du dernier niveau doivent être munies de crochets à la partie
supérieure. Toutes les autres barres n'ont pas de crochets (jonction par recouvrement).
A chaque extrémité du voile (trumeau) l'espacement des barres doit être réduit de
moitié sur 1/10 de la largeur du voile (figure 7). Cet espacement d’extrémité doit être
au plus égal à 15cm.

Figure (7) : Disposition des armatures dans les voiles.

2.3.2- Calcul et disposition des armatures horizontales :


a) Calcul des armatures horizontales:
Les aciers horizontaux sont calculés et disposés dans le voile afin d’équilibrer l’effort
tranchant pour cela si on considère que Atest connu :

Avec Φt diamètre des barres horizontales.

On calcul alors l’espacement des barres horizontales et qui ne doit en aucun cas être supérieur
a:

Avec : et b0= a : épaisseur du voile, on : aura


donc

Avec

ftj: contrainte de traction du béton.


B= (L.a) section totale du béton.
1) En Flexion composée avec compression

et cm = N/B : Effort normal decompression.

2) En Flexion composée avec traction

et tm = N/B : Effort normal detraction.

b) Dispositions des armatures horizontales:


Les barres horizontales doivent être munies de crochets à 135° ayant une longueur de 10 Φ.
Dans le cas où il existe des talons de rigidité, les barres horizontales devront être ancrées sans
crochets si les dimensions des talons permettent la réalisation d'un ancrage droit.
2.3.3-Dispositions communes des aciers verticaux et horizontaux des
trumeaux :
1) Le pourcentage minimum d'armatures verticales et horizontales des trumeaux, est donné
comme suit:
- Globalement dans la section du voile 0,15 %.
- En zone courante 0,10%.
2) L'espacement des barres horizontales et verticales doit être inférieur à la plus petite des
deux valeurs suivantes:

3) Les deux nappes d'armatures doivent être reliées avec au moins 4 épingles au mètre carré.
Dans chaque nappe, les barres horizontales doivent être disposées versl'extérieur.
4) Le diamètre des barres verticales et horizontales des voiles (à l'exception des zones
d'about) ne devrait pas dépasser 1/10 de l'épaisseur du voile;

5) Les longueurs de recouvrement doivent être égales à:


- 40 Φ pour les barres situées dans les zones où le renversement du signe des efforts
est possible;

- 20 Φ pour les barres situées dans les zones comprimées sous l'action de toutes les
combinaisons possibles decharges.
6) Le long des joints de reprise de coulage, l'effort tranchant doit être pris par les aciers de
couture dont la section doit être calculée avec la formule: