Vous êtes sur la page 1sur 9

République Algérienne démocratique et populaire

Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche


scientifique
Université M’Hamed Bougarra Boumerdes
Faculté des sciences de l’ingénieur

Département: Génie Civil


Module : Matériaux de construction

Groupe : B
Présenté par : Suivi par :
Melle : RAZAOUI OUAHIBA Meme :
Melle : CHAKOUR LYNDA
Melle : TERRAF SOUMIA
Melle : TAFTIST ASSIA
Melle : SALAOUDJI ZAHOUA

2012-2013

1
Introduction :
Le béton est le mélange de gravier, sable, ciment et l’eau mais il y a une infinité
des bétons, selon leurs constitution, certain béton utilise dans un travail selon
leur caractéristique.
L’un des problèmes essentiels est la détermination de quantités des constituants
(ciment, sable, gravier, eau) qui utilisant dans 1m3de béton, conduisant à des
bétons dont compatible avec les moyens de la mise en œuvre et qui postera
après durcissement.
Les meilleurs caractéristiques (étanchéité résistance faible retrait de nombreux
spécialistes se sont penches sur la méthode de composition de béton.
Mais quelques sont plus utiliser que d’autre parmi elles :

1. la méthode de (BOLOMY)
2. la méthode de (FAURY).
3. la méthode de (DREUX GORISSE).
Toutes ces Méthodes sont basées sur des courbes granulométriques des constituants
la méthode de VALLETTE ne fait pas intervenir les courbes granulométriques.

Nous allons étudier dans ce TP la méthode de DREUX GORISSE


comme exemple.

1- Essai d’affaissement au cône d’Abrams slump test (NF P 18-451) :


C’est l’essai le plus couramment utilisé car il est très simple à mettre en œuvre.
Il est utilisable tant que la dimension maximale des granulats ne dépasse pas
40mm.

Principe de l’essai :
Il s’agit de constater l’affaissement d’un cône de béton sous l’effet de son poids
propre. Plus cet affaissement sera grand et plus le béton sera réputé fluide.

But de l’essai :

Il s'agit de contrôler l'ouvrabilité d'un béton, c'est à dire vérifier son adaptation
au moyen de mise en œuvre.

Matériel nécessaire :
L’appareillage est complètement décrit dans la norme NF P 18-451 et est
schématisé sur la figure .1; il se compose de 4 éléments:
un moule tronconique sans fond de 30 cm de haut, de 20 cm de diamètre
en sa partie inférieure et de 10 cm de diamètre en sa partie supérieure;

2
une plaque d’appui
une tige de piquage
un portique de mesure.

Mode opératoire :

Huiler légèrement l'intérieur du moule et le fixer sur la plaque d'appui qui


aura été humidifiée.
Introduire le béton dans le moule, en 3 couches de même épaisseur.
Piquer chaque couche 25 coups à l'aide de la tige.
Araser la dernière couche en roulant la tige sur le bord du moule.
Positionner le portique et lire A0
Démouler en soulevant le moule avec précaution, lentement,
verticalement et sans secousses.
Mesurer A1 sur le point le plus haut du béton affaissé

Fig.1: Mesure de l’affaissement au cône d’Abrams

2. Essai d'élément sur table-Flow test (ISO 9812)

Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé
en super plastifiant. Le diamètre du plus gros granulat ne doit pas dépasser
40mm.

3
Principe de l'essai :

La consistance est appréciée dans cet essai par l'étalement que connaît un cône
de béton soumis à son poids propre et à une série de secousses. Plus l'étalement
est grand et plus le béton est réputé fluide

Matériel nécessaire et principe de l'essai :


Le matériel nécessaire est décrit dans la norme ISO 9812 (norme
expérimentale) et schématisé sur la figure 2. Il consiste en :

un plateau carré de 70 cm de côté permettant d'imprimer des secousses au


béton qui sera moulé dans son centre. Le plateau de bois est recouvert
d'une feuille métallique de 2 mm d'épaisseur.
ll est articulé sur un de ses côtés.
un moule tronconique de 20 cm de hauteur, de 20 cm de diamètre à sa
base et de 13 cm à sa partie supérieure.
un pilon en bois de section carré 4 cm × 4 cm.

Mode opératoire :
Huiler légèrement l'intérieur du moule et le fixer sur la plaque d'appui qui
aura été humidifiée.
Introduire le béton dans le moule, en 2 couches de même épaisseur.
Piquer chaque couche 10 coups à l'aide de la tige.
Araser la dernière couche en roulant la tige sur le bord du moule.
Lever le moule doucement après on mesure l’affaissement.

4
Fig. 2 : Essai d'étalement sur table

Classe d’affaissement au cône :


La norme ENV 206 définit 4 classes de consistance, en fonction de
l’affaissement mesuré. Elles sont indiquées sur la figure 3.Sur cette figure, les
rectangles blancs représentent la variation possible d’affaissement
correspondant à la classe considérée. Les classes sont notées S1, S2, S3, S4, et
appelée classes d’affaissement. S rappelle ici l'initiale du nom de l’essai en
anglais: slump test.

5
La norme NF P 18 – 305 définit les mêmes classes d’affaissement, mais les
note F, P, TP et FL (Ferme, Plastique, Très Plastique et Fluide)

Affaissement au cône Classification Désignation


Cm simplifiée
de 0 à 4 Ferme F
5à9 Plastique P
10 à 15 Très plastique TP
³ 16 Fluide FL

Fig. 3: Classes de consistance mesurées au cône d’Abrams

Classes d’étalement sur table (flow test) :

Classe F1 F2 F3 F4 F5 F6
d’étalement
Diamètre(cm <34 35à41 42à48 49à55 56à62 >63
)

Les composantes de béton:


6
Les constituent Dosage en volume Masse (kg)
Ciment 120 375
Sable 280 742
Gravier 3/8 175 469
Gravier 8/15 245 654.15

Par apport a 6L :

Mc=375kg 1000 L

X= ? 6L Mc = (6*375)/1000= 2. 25kg

Par apport a 7L :

MC=375kg 1000 L

X= ? 7L Mc = (7*375)/1000= 2.625kg

Les Dosage en Masse (kg) Masse (kg) Masse (kg)


constituent volume 6L 7L
Ciment 120 375 2.25 2. 625
Sable 280 742 4.452 5 .194
Gravier 3/8 175 469 2.814 3. 283
Gravier 8/15 245 654.15 3.9249 4 .516
Eau 206.1 291.75 1.2375 2.042

La diminution de E/C :

Pour 6L : E/C=0.77 ………………………….. E/C=0.55

Pour 7L Avec adjuvant: ………………………….. E/C=0.47


> L’adjuvant : super plastifie METAFLEUR 30%

5%par a pour poids de ciment

Msp = (2*Mc)/100 = (2*2.62)*100 = 52.4 g Msp =52.4g.

Expression et résultat :
L'affaissement est exprimé par un nombre entier A :
7
* Un seul essai : A = A1 - A0

* Trois essais : Effectuer les 3 mesures au ½ centimètre prés.

C'est un essai très simple utilisable sur mortier ou sur béton (moules et tables de
dimensions différentes), aussi bien en laboratoire que sur les chantiers (il est
dans ce cas, très utilisé en Allemagne). On peut pour le béton admettre les
valeurs données dans le tableau suivant :

Résultats d’affaissement au cône :

Essai Affaissement cône À la classification


Sans adjuvant 2.5 cm Ferme
Avec adjuvant 17.5 cm Fluide

Résultats d’affaissement sur table :

Essai Affaissement sur table D1 Affaissement sur table D2 Classe d’étalement


(cm) (cm)
Sans adjuvant 41 38
Sans adjuvant Dmoyenne = (D1+D2)/2 = 39.5 cm F2

Avec 41 50
adjuvant
Avec adjuvant Dmoyenne = (41+50)/2 = 45.5 cm F3

Sans adjuvant : (39.5-13)/39.5 *100 = 67.09%

67.09% Béton normal


8
Avec adjuvant : (45.5-13)/45.5 *100 = 71.42%

71.42% Béton normal

LA MASSE VOLUMIQUE DE BETON :

Pour effectuer cette essaie il faut un récipient de V=3L


Mvide Mvide+béton Mbéton= P=M/V
Mvide+béton - Mvide
(g) (g) (g) (Kg/L)
Sans 3142 9707 6565 P = 2.188
adjuvant
Avec 3142 10294 7159.5 P= 2.386
adjuvant

Conclusion :
On constate d’après cet essai que l’adjuvant a une grande influence sur
l’ouvrabilité de béton sans varier sa formule et dans toutes les conditions
atmosphériques.
Après cet essai on trouve un affaissement A=2.5cm sa veut dire que nous
avons un béton ferme.

Malheureusement nous n’avons pas trouvé un affaissement exacte parce qu’il


y a des fines et des impuretés dans le gravier.

On peut dire aussi que l’essai d’Abrams ne convient pour tester tous les
bétons comme le plus fermé le sec.