Vous êtes sur la page 1sur 7

J.

M - Généralitées sur les Fonctions - TC-sci

0.1 Généralitées sur les fonctions


Activitée 1. .

Soit ABCD un rectangle AB = 5cm et AD = 3cm ;


M un point qui part de A et se déplace sur le
rectangle ABCD, soit x la distance que M a
parcourue et f ( x) la distance CM.

x 0 1 5 6 8 13 15 16 21 52 100
1) Compléter le tableau suivant :
f ( x)
2) Considérons M1 et M2 deux points sur le segment [ AB] tels que : AM1 = x1 ; AM2 = x2 et x1 ≤ x2
comparer f ( x1 )et f ( x2 ).
3) Faire la même chose si :
- M1 et M2 deux points sur le segment [ BC ].
- M1 et M2 deux points sur le segment [CD ].
- M1 et M2 deux points sur le segment [ DA].
4) Exprimer en fonction de x l’expression de f ( x) (discuter les cas où M ∈ [ AB] ; M ∈ [ BC ] ; M ∈ [CD ]
et M ∈ [ DA]).
5) Quelle est la valeur maximale que peut prendre f ( x) ; Quelle est la valeur minimale que peut prendre
f ( x ).
6) Dresser un tableau pour faire apparaitre les variation de f ( x).
Activitée 2. .
Pour quelles valeurs de x les fonctions suivantes sont-elles définies :
2x2 + 1 √ cos( x) + sin( x)
• f ( x) = 3x2 − 10 • g( x) = , • h( x) = 2x2 − x − 1 , • k( x) = .
x−1 2 sin( x) + 1

0.2 Généralités
0.2.1 Ensemble de définition d’une fonction
Définition 0.2.1. .
On dit qu’on a défini une fonction f d’une variable réel si on associe à tout nombre réel au plus une
image dans R.
Vocabulaire :
Soient x un réel et f une fonction.
Si f ( x) existe, le réel y = f ( x) s’appelle l’image de x par la fonction f .
Le réel x s’appelle l’antécédent de y par la fonction f .
Définition 0.2.2. .
Soit f une fonction, l’ensemble des réels qui ont une image par la fonction f s’appelle ensemble de
définition de f et on le note par D f où D f = { x ∈ R/ f ( x) ∈ R}.
Exemple 0.2.1. .
L’ensemble de définition d’une fonction polynôme P( x) = a0 + a1 x + .... + an xn est R.
P( x)
Une fonction rationnelle h( x) = est définie pour x qui vérifie Q( x) 6= 0.
p Q( x)
La fonction qui à x 7−→ P( x) est définie si P( x) ≥ 0.
0.2.2 Égalité de deux fonctions
Activitée 3. .
Comparer les fonctions f et g dans les cas suivant :
x−1 1 3 2 x+9
1) f ( x) = 2 et g( x) = 2) f ( x) = − et g( x) = .
qx −1 x+1 x x+3 x2 + 3x
2
3) f ( x) = 1 − sin ( x) et g( x) = cos( x).

Définition 0.2.3. .
On dit que deux fonctions f et g sont égales si elles ont le même ensemble de définition D et que pour
tout x dans D on a : f ( x) = g( x).

0.2.3 Graphe d’une fonction


Activitée 4. .
x2 − 4
Considérons la fonction f définie par : f ( x) = .
| x| − 2
1) Déterminer l’ensemble de définition de f .
2) Déterminer les ordonnées des points A et B de la courbe (C f ) d’abscisses respectives 0 et 3.
3) Déterminer (s’ils existent) les abscisses des points de la courbe (C f ) qui ont pour ordonnés 5.
4) les points C (0, 2), D (−4, 6), E(4, −6) appartiennent-ils à la courbe (C f ).
5) Écrire f ( x) sans valeur absolue et tracer la courbe (C f ) dans la plan muni d’un repère orthonormé.

Définition 0.2.4. .
Soit f une fonction numérique dont l’ensemble de
définition est D f .
La représentation graphique (ou le graphe) de la
fonction f est l’ensemble des points M( x, y) tels
que x ∈ D f et y = f ( x) on le note par :(C f )
M( x, y) ∈ C f ⇐⇒ {( x ∈ D f / y = f ( x)}.

Remarque 0.2.1. .
Une courbe C dans le plan est la courbe d’une fonction numérique à variable réel si :
Chaque parallèle à l’axe des ordonnées coupe la courbe C en un point au plus.

Exercice 1. .
Parmi les courbes suivantes déterminer celles qui sont des courbes d’une fonction à variable réel.

0.2.4 Parité d’une fonction


Activitée 5. .
2| x| − 1
Considérons la fonction f définie par f ( x) = .
2x2 − 8
1) Déterminer l’ensemble de définition de la fonction f .
2) Montrer que pour tout x dans D f on a : f (− x) = f ( x).
Activitée 6. .
Considérons la fonction g définie par g( x) = 2 cos( x) sin( x).
1) Déterminer l’ensemble de définition de la fonction g.
2) Montrer que pour tout x dans Dg on a : g(− x) = − g( x).

Définition 0.2.5. .
Soit f une fonction dont l’ensemble de définition D f .
 dit que la fonction f est paire si elle vérifie les deux conditions suivantes :
On
∀x ∈ D f : −x ∈ D f
∀ x ∈ D f : f (− x) = f ( x)
 dit que la fonction f est impaire si elle vérifie les deux conditions suivantes :
On
∀x ∈ D f : −x ∈ D f
∀ x ∈ D f : f (− x) = − f ( x)
Exercice 2. .
Étudier la parité des fonctions suivantes :
2x4 + x2 − 3 √ x3 + x 3 cos( x)
• f ( x) = • g( x) = 2x2 − 8 • h( x) = • k( x) = .
x−1 | x| − 3 sin2 ( x) + 1

0.2.5 Interprétation géométrique


Activitée 7. . −
→ −→
Soit M( x, y) un point du plan (P ) muni d’un repère orthonormé R = (O, i , j ).
Placer les points M0 ( x, − y) et M”(− x, − y) dans le repère R, que pouvez-vous constatez ?

Activitée 8. .
Soient f une fonction définie par f ( x) = | x| + 3
1) Déterminer D f et montrer que f est une fonction paire.
2)Écrire f ( x) sans valeur absolue et tracer sa courbe (C f ).
3) Que remarquez-vous ?

Propriété 1. .

→ − →
Le plan (P ) est muni d’un repère orthonormé R = (O, i , j ).
La courbe représentative d’une fonction paire est symétrique par rapport à l’axe des ordonnées (figure1).
La courbe représentative d’une fonction impaire est symétrique par rapport au point O(0, 0) (figure2).

Exercice 3. .
Démontrer la propriété précédente.

Exercice 4. .
Compléter la courbe ci-contre pour :
- Avoir la courbe d’une fonction paire.
- Avoir la courbe d’une fonction impaire.
Exercice 5. .
x2 + | x|
Soit la fonction définie sur R par f ( x) = .
x
1) Déterminer D f et montrer que la fonction f est impaire.
2) la courbe représentative de la fonction f .

0.2.6 Variations d’une fonction


Sens de variation d’une fonction
Activitée 9. .

Exercice 6. .
2x + 1
Soit f la fonction définie par : f ( x) = .
x−1
1) Déterminer l’ensemble de définition de la fonction f .
2) Soient a et b deux éléments de l’intervalle ]1, +∞[ ; montrer que si a < b alors f ( a) > f (b).
- Montrer qu’on a la même propriété pour deux éléments de l’intervalle ] − ∞, 1[.

Exercice 7. .
Soit g la fonction définie par g( x) = x2 − 4x + 1.
Soient a et b deux éléments de l’intervalle ]2, +∞[ ; montrer que si a < b alors f ( a) < f (b).
Soient a et b deux éléments de l’intervalle ] − ∞, 2[ ; montrer que si a < b alors f ( a) > f (b).

Définition 0.2.6. .
Soit f une fonction dont l’ensemble de définition D f et I un intervalle dans D f .
On dit que f est croissante sur I si : pour tout a et b dans I si a ≤ b alors f ( a) ≤ f (b).
On dit que f est strictement croissante sur I si : pour tout a et b dans I, si a < b alors f ( a) < f (b).
On dit que f est décroissante sur I si : pour tout a et b dans I, si a ≤ b alors f ( a) ≥ f (b).
On dit que f est strictement décroissante sur I si : pour tout a et b dans I, si a < b alors f ( a) > f (b).

Remarque 0.2.2. .
Une fonction croissante sur un intervalle I conserve l’ordre.
Une fonction décroissante sur un intervalle I inverse l’ordre.

Exercice 8. .
Montrer que : f ( x) = −3x + 1 est strictement décroissante sur R.
Soit g( x) = x2 + 4. Montrer que g est strictement croissante sur [0, +∞[ et strictement décroissante sur
] − ∞, 0].

Interprétation géométrique :
La courbe d’une fonction croissante monte (de la
gauche vers la droite).
Lorsque les valeurs de x augmentent celles de f ( x)
augmentent aussi.
La courbe d’une fonction décroissante décent (de la
gauche vers la droite).
Lorsque les valeurs de x augmentent celles de f ( x)
dimunies.

Définition 0.2.7. .
Soit f une fonction dont le domaine de définition D f , I un intervalle dans D f .
On dit que f est monotone sur l’intervalle I si elle est croissante ou bien décroissante sur I.
On dit que f est strictement monotone sur l’intervalle I si elle est strictement croissante ou bien
strictement décroissante sur I.
Remarque 0.2.3. .
Sur la figure ci-contre f n’est pas monotone sur
[−1, 2].
Mais on peut partager l’intervalle [−1, 2] à des
intervalles où f est monotone.
Sur [−1, 0] on a f est croissante.
Sur [0, 1] on a f est décroissante.
Sur [1, 2] on a f est croissante.

0.2.7 Taux de variations d’une fonction


Définition 0.2.8. .
Soit f une fonction dont le domaine de définition D f , I un intervalle dans D f , a et b deux éléments
distincts de I.
f ( a) − f (b)
Le réel s’appelle le taux de variation de la fonction f entre a et b.
a−b
Exercice 9. .
Soit f ( x) = 2x3 − x2 + 1 ; calculer le taux de variation de f entre 1 et 2.
Propriété 2. .
Soit f une fonction dont le domaine de définition D f , I un intervalle dans D f .
f ( a) − f (b)
f est croissante sur l’intervalle I si et seulement si pour tous a et b distincts de I on a : ≥ 0.
a−b
f est strictement croissante sur l’intervalle I si et seulement si pour tous a et b distincts de I on a :
f ( a) − f (b)
> 0.
a−b
f est décroissante sur l’intervalle I si et seulement si pour tous a et b distincts de I on a :
f ( a) − f (b)
≤ 0.
a−b
f est strictement décroissante sur l’intervalle I si et seulement si pour tous a et b distincts de I on a :
f ( a) − f (b)
< 0.
a−b
Pour la preuve : il suffit d’utiliser la définition.
Exercice 10. Soit f ( x) = 2x2 − 4x + 1, étudier la monotonie de la fonction f sur I1 =] − ∞, 1] et sur
I2 = [1, +∞[, puis résumer votre étude sur un tableau (Tableau de variation).
2x + 1
Soit g( x) = , étudier la monotonie de la fonction g sur J1 =] − ∞, 3[ et sur J2 =]3, +∞[, puis
x−3
dresser un tableau de variation.

0.2.8 Monotonie et parité d’une fonction


Activitée 10. .
Soit f la fonction dont la courbe C f est ci-contre.
Que peux-tu dire de la fonction f ?
Quelle est la monotonie de f sur [−2, −1] et sur
[1, 2].
Quelle est la monotonie de f sur [−1, 0] et sur
[0, 1].
Conclure.

Propriété 3. .
Soit f une fonction paire dont le domaine de définition est D f , I un intervalle dans D f ∩ R+ , et I 0 son
symétrique par rapport à 0.
Si f est croissante sur I alors elle est décroissante sur I 0 .
Si f est décroissante sur I alors elle est croissante sur I 0 .
Soit f une fonction impaire dont le domaine de définition est D f , I un intervalle dans D f ∩ R+ , et I 0 son
symétrique par rapport à 0.
Si f est croissante sur I alors elle est croissante sur I 0 .
©
Si f est dà croissante sur I alors elle est décroissante sur I 0 .

Preuve 1. .
On suppose que f est paire : soit I un intervalle
dans D f ∩ R+ , et I 0 son symétrique par rapport à
0.
Soient a0 et b0 deux éléments de I 0 , alors il existe a
et b dans I tels que : a0 = − a et b0 = −b.
f ( a0 ) − f (b0 ) f (− a) − f (−b)
Tf I0 = 0 0
=
(a − b (− a) − (−b)
f ( a) − f (b)
= = − T f I (car f est paire).
−( a − b)

Exercice 11. .
3x
Soit la fonction f définie par : f ( x) = .
1 + x2
Déterminer D f et montrer que f est une fonction impaire.
Étudier la monotonie de la fonction f sur les intervalles [0, 1] et sur [1, +∞[.
En déduire la monotonie de f sur les intervalles [−1, 0] et ] − ∞, −1].

Exercice 12. .
Compléter le tableau ci-dessous sachant que la fonction g est paire.

0.2.9 Extrêmums d’une fonction


Extrêmums absolus
Activitée 11. .
Soit f ( x) = x2 − 2x + 3. Montrer que pout tout x dans R, on a : f ( x) ≥ f (1).

Activitée 12. .
1
Soit g( x) = 2 . Montrer que pout tout x dans R, on a : g( x) ≤ g(0).
x +1
Définition 0.2.9. .
Soit f une fonction dont l’ensemble de définition est D f .
On dit que la fonction f admet un maximum absolu en a si pour tout x dans D f , on a : f ( x) ≤ f ( a).
On dit que la fonction f admet un minimum absolu en a si pour tout x dans D f , on a : f ( x) ≥ f ( a).
Un extrêmum absolu est un minimum absolu ou un maximum absolu.

Extrêmums relatifs
Activitée 13. .
x+1
Soit f la fonction définie par f ( x) = .
x
Déterminer l’ensemble de définition de la fonction f et étudier sa parité.
Étudier les variations de la fonction f sur ]0, 1] et sur [1, +∞[.
Dresser le tableau de f sur R.
Montrer que pour tout x dans ]0, +∞[ on a : f ( x) ≥ f (1).
En déduire que pour tout x dans ] − ∞, 0[ on a : f ( x) ≤ f (−1).

Définition 0.2.10. .
Soit f une fonction dont l’ensemble de définition est D f .
On dit que f admet un maximum relatif en x0 s’il existe un intervalle ouvert I qui contient x0 tel que
pour tout x dans I on a : f ( x) ≤ f ( x0 ).
On dit que f admet un minimum relatif en x0 s’il existe un intervalle ouvert I qui contient x0 tel que
pour tout x dans I on a : f ( x) ≥ f ( a).
Un extrêmum relatif est un minimum relatif ou un maximum relatif.

Propriété 4. .
Soit f une fonction dont l’ensemble de définition est D f , a, b et c trois éléments de D f tels que :
a < b < c.
Si f est croissante sur [ a, b] et décroissante sur [b, c] alors f admet un maximum relatif en b.
Si f est décroissante sur [ a, b] et croissante sur [b, c] alors f admet un minimum relatif en b.

x a b c x a b c

f (b)
f ( x) f ( x)
f (b)

f admet un maximum relatif en b f admet un minimum relatif en b.

Interprétation géométrique :
Sur la figure ci-contre on a : f admet un maximum
relatif en α et admet un minimum relatif en β.

0.2.10 Positions relatives de deux courbes de fonctions.


Soient f et g deux fonctions définie sur le même ensemble D.
On dit que f est supérieure ou égale à g sur D si pour tout x dans D ; on a : f ( x) ≥ g( x) on écrit f ≥ g.
On dit que f est inférieure ou égale à g sur D si pour tout x dans D ; on a : f ( x) ≤ g( x) on écrit f ≤ g.

Exemple 0.2.2. .
Sur la figure ci-contre on a : f ≥ g sur
] − ∞, a] ∪ [b, c] et f ≤ g sur [ a, b] ∪ [c, +∞[.