Vous êtes sur la page 1sur 12

CHAP1 : TRANSMISSION DES DONNEES NUMERIQUES

I-Introduction et mise en situation : La transmission numérique consiste à véhiculer des informations sous
forme binaire où la quantité élémentaire est le bit. Un certain nombre de bits forment un mot pour représenter les
caractères ou les symboles selon le code utilisé. Enfin un message est composé d'un certain nombre de mots.

Normalement, on transmet un message complet ou des tranches d'un


message appelées blocs.

Le débit binaire D est le nombre de bits transmis par unité de temps,


représentant ainsi la vitesse de transmission. Il est exprimé en bits par
seconde (bps) ou en baud.

Les informations sous forme de texte, audio ou vidéo… doivent être codées en binaire où chaque caractère ou
symbole correspond à une suite binaire unique.

Exemple : Code ASCII


(American Standard Code
for Information
lnterchange) :

Un bit de parité est parfois


ajouté. Ainsi, en parité
paire, la lettre A (1000001)
deviendra (01000001),
tandis qu'en parité impaire,
la même lettre deviendra
(11000001).

Dans le cas de la parité


paire, ce bit prend la valeur
0 ou 1 de sorte que le
nombre total de 1 dans le
mot soit pair. Dans le cas de
la parité impaire, le bit de
parité rend impair le nombre
total de 1 du mot.

II-Modes de transmission des données : La transmission des bits de données peut être véhiculée de deux
façons différentes : En parallèle ou en série :

2.1 : La transmission parallèle : Consiste à émettre simultanément ces n bits d'information et nécessite par
conséquent une ligne de transmission de n fils, appelée bus, associée à des fils de contrôle et de commande

Ce type de liaison est utilisé pour transmettre des données sur de courtes distances (quelques mètres) : En
bande de base : Exemple : Echange rapide entre l'unité centrale d'un ordinateur et tous ses circuits
internes et certains périphériques qui se trouvant à proximité de la machine (Imprimante par exemple)

Page 1/12
2.2 : La transmission série : la transmission sérielle est largement utilisée pour la communication entre les
équipements se trouvant éloignés les uns des autres. Dans le cas d'une transmission parallèle, tous les bits sont
acheminés en même temps sur un support de communication composé d'autant de fils que de bits transmis. Par
contre, en transmission sérielle, les bits d'un caractère sont acheminés les uns après les autres sur un seul fil.

Transmission série asynchrone (par caractère) : Les éléments binaires d'informations (bits) d'un mot ou
caractère sont alors envoyés successivement les uns après les autres sur une ligne unique. Le récepteur
effectue l'opération inverse : transformation série/parallèle :

Transmission série synchrone (par bloc de


caractères): Dans ce mode, tout message ou bloc
de message est transmis sans aucune séparation
entre les caractères successifs. Aucun bit de départ
ou d'arrêt n'est requis. Par contre, au moins deux
caractères de synchronisation sont requis au début
de chaque bloc de message pour établir la
synchronisation.
Bien que la transmission synchrone nécessite un circuit de réception très complexe permettant de synchroniser l'horloge
de réception avec les bits reçus, elle plus rapide et plus efficace que la transmission asynchrone qui nécessite des bits
additionnels pour chaque caractère.

2.3 : Modes de transmission : Le mode de transmission permet de définir si la communication se fait


entre deux ou plusieurs interlocuteurs (>2) :

 Communication entre deux interlocuteurs Liaison point à point :


o Transmission simplex ou unidirectionnelle : l'émetteur émet des ordres, le récepteur les exécutent
uniquement (Il ne peut pas renvoyer un message) : Exemple : La commande d'un relais ou l'affichage
sur un moniteur vidéo :

o Half-Duplex (HDX) ou à l’alternat : En semi-duplex, les données peuvent être transmises


alternativement dans un sens ou dans l'autre, nécessitant comme support deux fils seulement :
Cependant, chaque partie ne peut pas émettre et recevoir en même temps.

o Full duplex : En duplex intégral, les données peuvent être échangées dans les deux sens à la fois,
nécessitant ainsi deux paires de fils (4 fils) :

Page 2/12
 Liaison multipoint : La liaison multipoint implique la présence de plusieurs interlocuteurs (au moins 3). Ce
type de liaison comporte généralement un central pouvant émettre des messages simultanément à tous les
récepteurs. Par contre, chaque récepteur, autre que le central, ne peut émettre simultanément avec d'autres
récepteurs. Pour pouvoir émettre, il doit attendre que la ligne de transmission soit libre pour émettre un
message.

III-Communication entre terminaux :

3.1 : les techniques de transmission de l’information :

 Transmission en Bande de Base : Emission directe du signal sur canal de transmission.


 Transmission par modulation d’une porteuse : Adapter le signal au canal de transmission.

3.2 : Milieux de transmission, nécessité de codage : Le but d’une transmission est de faire parvenir des
informations provenant d’un émetteur (source) vers un récepteur ; le signal transmis va se propager à travers un
milieu possédant des caractéristiques différentes : c’est le canal de transmission. Il est nécessaire de coder les
données à transmettre pour qu’elles soient adaptées au canal de transmission. On distingue 4 grands canaux de
transmission :

 Câble bifilaire : Bande passante faible ; débit inférieur à quelques Mbit/s ;


 Câble coaxial : Bande plus large ; débit inférieur à quelques Mbit/s ;
 Fibre optique : Bande passante très large ; débit inférieur à quelques Gbit/s ;
 Espace libre : Bande infinie, débit important

La capacité d’un canal est donnée par la formule de Shannon-Hartley : C : capacité en (bit/s) et W en (Hz)et le
rapport signal sur bruit (S/B) à l’intérieur du canal :
S
𝐶 = 𝑊 ∗ log⁡(2)[1 + B] (Formule 1)

On définit :

o La rapidité de modulation R: Nombre de changements d’états (ch. États/s ou bauds) du signal.


o Valence d’un signal V: Nombre d’états que peut prendre un signal pour représenter l’information.
o La relation entre R, D et V est :

𝐷 = 𝑅. log(2) [𝑉] (Formule 2]

Exemples : Exemple 1 : Par exemple à chaque groupe de 2 bits à transmettre on associe une tension :

Page 3/12
00 -5 volts
01 -2.5 volts
11 2.5volts
10 5volts
Sur la ligne on va trouver 4 états différents : La valence V=4 la formule 2 donne

𝐷 = 𝑅. log(2) [4] = 2𝑅

La rapidité de modulation est deux fois plus faible que le débit binaire : Si on veut transmettre des bits à raison
(D=1200bits/s) avec cette technique on obtiendra une rapidité R=600bauds.

Exemple 2 : Ligne téléphonique de bande passante :[300Hz ; 3400Hz] ; Rapidité de modulation 1200bauds est
une valence de 8 (8 états) rapport signal/bruit [S/B=33dB= (S/B)=10*log10(S/B) en Décibels]Donner : le débit
D disponible sur ligne, La capacité C théorique de cette ligne .

Formule 2 : 𝐷 = 𝑅. log(2) [𝑉] = 1200 ∗ log(2) [8] = 3600𝑏𝑖𝑡/𝑠


S
Formule 1 :⁡𝐶 = 𝑊 ∗ log(2) [1 + B] = (3400 − 300) ∗ log(2) [1 + 1995] = 34000𝑏𝑖𝑡𝑠/𝑠

Conclusion et remarque :

 Pour atteindre la limite (C), On ne peut pas transmettre sous forme binaire les données ; il faut les coder
et/ou les moduler.
1
 Si le débit D (bits/s) le temps bit Tb (Durée de transmission d’un bit) est :𝑇𝑏 = 𝐷
 Transmission d’une suite d’éléments binaires :La suite binaire 1 0 1 0 1 0 transmise à un débit D(bps)
véhicule l'information exactement comme un signal sinusoïdal dont la fréquence serait égale à D/2 Hz.
Nyquist, en 1928, a prouvé théoriquement qu'un canal de transmission dont la bande passante est égale à
D/2 Hz peut véhiculer D’éléments du signal par seconde.

3.3 : Modèle général d'un support de transmission : Pour établir une communication sérielle entre deux
ordinateurs ou deux terminaux, un certain nombre d'équipements est requis pour le contrôle de la
communication et l'adaptation des signaux au support de transmission. Deux équipements de base
sont indispensables: un DTE (Data Terminaison Equipement) et un DCE (Data Communication
Equipement).

Le DTE (en français, ETTD : Équipement terminal de traitement de données) est composé de l'ordinateur et d'un
contrôleur de communication, L’UART (Universal Asynchronous Receiver Transmitter) par exemple, sorte
d'interface entre l'ordinateur et l'équipement DCE.

Page 4/12
Le DCE (en français, ETCD : Équipement de terminaison de circuit de données) est chargé d'adapter le signal
électrique émis de l'UART aux caractéristiques du support de communication.

Souvent, un équipement DCE est appelé modem parce qu'il permet au signal d'être modulé à l'émission et
démodulé à la réception afin qu'il puisse être véhiculé par une ligne (ligne téléphonique par exemple). Lorsque la
transmission et la réception se font en bande de base, cet équipement sert à adapter le signal numérique sériel
aux caractéristiques du support de transmission utilisé (ligne ou fibre optique).

Enfin, pour un échange adéquat des données et des signaux de contrôle entre un équipement DTE et un
équipement DCE, des normes d'interface comme la RS-232 et l’USB ont été élaborées.

UART : L’UART (Universal Asynchronous Receiver Transmitter) est un sous-système conçu pour la
transmission et la réception de données asynchrones en mode duplex ou semi-duplex. L’émetteur de l'UART
accepte les caractères en parallèle et les convertit en une suite binaire sérielle. Le récepteur convertit les données
sérielles en données parallèles. En plus de ses fonctions de conversion, l'UART remplit également des fonctions
de contrôle et de commande.

L'UART ajoute aux données transmises les bits de START et de STOP et permet aussi de détecter les erreurs de
parité…

Plusieurs compagnies ont développé des circuits d'interface série adaptés à leurs systèmes de microprocesseurs.
L'ACIA (Asynchronous Communication Interface Adapter) de Motorola en est un exemple.

MODEM : Le mot modem vient de la contraction de deux mots: modulateur et démodulateur puisqu'il
incorpore dans le même boîtier un modulateur qui accepte le signal numérique transmis et le convertit en un
signal analogique « modulé » et un démodulateur qui convertit le signal analogique modulé reçu en signal
numérique.

3.4 : Transmission en bande de base : L’échange de l'information en bande de base entre deux points nécessite
un certain nombre d'éléments de base. Ce système simplifié est composé d'une source et d'un collecteur
d'information reliés par un système de transmission en bande de base.

La source de données peut générer l'information sous différentes formes: chiffres, symboles, mots, graphiques,
etc. Le codeur et l'émetteur transforment cette information en une suite binaire sous la forme d'un train
d'impulsions acceptable par le support de transmission. Le canal de communication peut être une ligne de
transmission métallique, une fibre optique ou un autre lien de transmission. Enfin, le récepteur détecte les
signaux et les interprète correctement avant que le décodeur ne les transforme sous une forme acceptable par le
collecteur de données.

3.5 : Codage des signaux numériques : Le codage consiste à modifier les suites binaires afin de mieux les
adapter aux caractéristiques des différents liens de communication ; mais aussi pour des raisons de détection
d’erreurs et de synchronisation.

Page 5/12
 Le code NRZ (Non-Retour à zéro)

 Avantages : Simple à générer ; Bande occupée est de l’ordre de 1/Tb (Hz) ; Bande minimale nécessaire
est donc : 1/2Tb (Hz) : Théorème de Nyquist
 Inconvénients : ils ont une forte composante continue et présentent le défaut de conserver le même
niveau de tension pour une série de bits identiques, ce qui les rend inadaptés à la transmission synchrone.

 Code Manchester

L’information 0 est représentée par un front


montant au milieu de Tb, alors que
l’information 1 est représentée par un front
descendant. Il est facile de générer le signal
d’horloge à partir du signal NRZ afin
d’assurer la synchronisation.

IV-Normalisation des liaisons : Quand on veut réaliser u système de transmission, on doit, pour être reconnu,
se servir d’une norme : Nombreux organismes rédigent des normes de transmission : AFNOR : Association
française de Normalisation ; ISO : International
Organisation for Standarisation

4.1 : Norme RS232 :( (Recommanded Standard


du comité EIA : Electronic Industries
Association) :

Page 6/12
La norme RS232(EIA) est une norme classique de circuit de données, qui porte plusieurs noms : V24, V28 ou
ISO2110. Elle spécifie les caractéristiques mécaniques et électriques des interfaces et les gammes de tension
utilisées pour représenter les niveaux logiques pour des vitesses normalisées de 19200bps, 9600bps…

La norme RS-232 définit le nombre et les numéros des broches ainsi que les niveaux logiques ; et limite la
longueur maximale du câble à 15m.

 Caractéristiques électriques : elle utilise une ligne pour la transmission (TX) et une ligne pour la
réception (RX), les signaux sont NRZ avec le niveau 1 représenté par –12V et le niveau 0 par +12V.
 Caractéristiques mécaniques (Brochage) : Le port série permet de connecter un grand nombre de
périphériques tels que : un modem, une imprimante, un autre ordinateur, etc…La plupart des
périphériques nécessitant une connexion bilatérale pour communiquer avec un PC utilisent un port série
standard RS232 :

E1 signifie entrée active au niveau haut (niveau logique 1) et S1 une sortie active au niveau haut.

DE9 NOM SOURCE FONCTION


1 DCD DCE Indique au computer que le modem détecte de porteuse et est connecté
2 RD DCE Réception de donnée par le computer depuis le modem
3 TD DTE Emission de donnée par le computer au modem
4 DTR DTE Indique au modem que le computer est prêt à la connexion
5 SG COM Masse logique
6 DSR DCE Indique au computer que le modem est prêt à la connexion
7 RTS DTE Demande au modem d’émettre au computer
8 CTS DCE Indique au computer que le modem est prêt à recevoir
9 RI DCE Indicateur de sonnerie
Une connexion RS-232 minimale requiert trois
lignes, dans ce cas le contrôle de flux peut être
effectué par les caractères spéciaux XON et XOFF ;
sinon une transmission plus efficace nécessite
l’utilisation des lignes de contrôle.

Dans le cas d'échange de données entre deux


équipements de même type il faut utiliser un câble
croisé pour que les signaux arrivent sur les bons fils.
Normalement, un câble reliant deux PC en vue
d'échanger des fichiers et des données entre eux
s'appelle un câble nul-modem (nul modem).

Forme de la trame : La transmission s’appuie donc sur le principe des registres à décalage. pas d'horloge
transmise d’où la nécessité de rajouter un bit de ”START” ('0' logique) avant l'octet à transmettre, et un

Page 7/12
bit de ”STOP” ('1' logique) après l'octet à transmettre. La norme RS232 prévoit également la possibilité
de rajouter un autre bit juste avant le bit de STOP : Bit de parité ou un 2ème bit de STOP (1 ou 1.5 ou 2
bits stop) : les horloges (Emetteur/récepteur) doivent avoir même fréquence près.

Remarque : On dit qu’un mot est PAIR lorsque le nombre total de bits à 1 qui le composent est pair ; par
exemple le mot 11010111 est pair, et le mot 11010011 est impair. Dans le protocole de liaison on peut
convenir de ne transmettre que des mots pairs ou impairs. Par exemple, si le protocole prévoit un contrôle de
parité pair, et que le mot envoyé contient naturellement un nombre impair de bits, le bit de parité est
positionné à un afin de rendre pair le nombre total de bit.

En cas d’erreur de transmission, (si un bit change d’état), la parité n’est plus respectée, ce qui permet au
récepteur de détecter l’erreur.

Principe d’une liaison série

MICRO-ORDINATEUR

D7 D0
1 0 0 1 1 1 0 1

Horloge D7 D0 REGISTRE A
Sortie Entrée horloge
REGISTRE A D7 DECALAGE D0
1 0 0 1 1 1 0 1
1 0 0 1 1 1 0 1
DONNEES D7 D0

HORLOGE

Exemple1 :

Page 8/12
Exemple 2 :

Calculer le temps nécessaire pour transmettre un fichier de 8Koctets (8192 caractères de 8 bits)

4.2 : Norme : RS-422

Cette norme définit une liaison série sur


ligne unidirectionnelle différentielle
permettant un débit de 10Mbps sur une
portée de 1200m.

Les données sont transmises sur deux


conducteurs TX+ TX- et reçues sur deux
conducteurs RX+ RX- ; en effet
l’information correspond à la différence des
deux tensions complémentaires (X+)-(X-)

4.3 : Norme RS-485


Page 9/12
-
C’est une norme qui définit une liaison
série multipoint sur une ligne
bidirectionnelle de 1200m permettant
à la fois l’émission et la réception de
débit 10Mbps en half-duplex sur deux
conducteurs L+ et L-.

Technologie trois états obligatoire.

4.4 : USB (Universal Serial Bus) : Le câble USB comporte une paire différentielle D+ D- pour la transmission
en Hal duplex et une alimentation Vusb. Dans sa version 2, le bus USB est conçu pour atteindre des vitesse de
480Mb/s.Il est évident qu’à cette vitesse (impliquant des signaux avec des fréquences supérieures à 1Ghz) la
qualité des câbles, leur longueur, leur impédance, les connecteurs sont à considérer avec attention.

V- TRANSMISSION SUR ONDE PORTEUSE : Elle consiste à moduler les paramètres d’une porteuse
sinusoïdale par le signal information numérique à transmettre ; ceci permet d’adapter la donnée au canal et
de partager le support de communication entre plusieurs signaux. Plusieurs techniques de modulation ont été
développées pour pouvoir transmettre, à large bande, un signal numérique utilisant une porteuse analogique.

VI-Multiplexages : La bande passante d'un canal de communication est souvent beaucoup plus large que la
bande passante nécessaire au signal. Pour utiliser plus efficacement la bande passante du canal choisi il est
intéressant de pouvoir transmettre en même temps plusieurs signaux (multiplexage par répartition en
fréquence) ou de grouper les voies de transmission lentes pour les transmettre successivement sur le même
canal en grande vitesse (multiplexage par répartition de temps).

Page 10/12
Page 11/12
 VI-Notions sur les ports parallèles : La communication parallèle Essentiellement, la communication
parallèle permet de communiquer entre deux appareils au moyen de 8 fils de données, avec une
synchronisation, La communication parallèle se fait généralement sous le mode maître-esclave.

 De moins en moins employée, cette communication a été développée dans plusieurs protocoles :

o Port parallèle (LPT), configuré EPP (Enhanced Parralel Port) ou ECP (Enhanced Capabilities
Port) . Ce port utilise des connecteurs DB25

Vitesse : jusqu’à 16 Mbps

 GPIB (General Purpose Interface Bus), connu aussi sous le nom de HPIB (Hewlett-Packard Instrument
Bus) et normalisé par IEEE sous le numéro IEEE-488.

Vitesse : jusqu’à 8 MBps

 ATA (Advanced Technology Attachment), aussi connu sous le nom IDE (Integrated Drive Electronics)
ou EIDE (Enhanced Integrated Drive Electronics)
 SCSI (Small Computer System Interface), qui permet de connecter plusieurs périphériques (adressage)

Fin de Chap1

Page 12/12