Vous êtes sur la page 1sur 10

Classe d’isolation.

Echauffement et réserve thermique


La classe thermique F autorise des La construction des machines LEROY SOMER
échauffements (par la méthode de variation de conduit à un échauffement maximal des
résistance ) de 105 K et des températures enroulements de 80K dans les conditions
maximales aux points chauds de la machine normales d’utilisation (ambiance de 40 °C,
de 155°C(Réf CEI 85 & CEI 34-1). altitude inférieure à 1000m, tension et
fréquence nominale)
∆T TMAX Il résulte de cette construction une réserve
Classe B 80 K 125°C thermique dont l’écart est de 25 K entre
Classe F 105 K 155°C l’échauffement nominal et l’échauffement
Classe H 125 K 180°C maximal (ou température maximale)

Source : catalogue technique LEROY SOMER


Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 19 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Automate TSX NANO


Références, encombrement

Capteurs de proximité.
Raccordements
Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 11 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »
Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 12 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Contacteurs-inverseurs série K pour la commande des moteurs.


Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 13 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Contacteurs série K pour la commande des moteurs.


Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 14 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Disjoncteurs moteurs GV2-M et GV2-P

Auxiliaires et adjonctions pour disjoncteurs-moteurs GV2


Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 15 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Auxiliaires et adjonctions pour disjoncteurs-moteurs GV2 (suite)

(1) Montage d'un bloc GV2-AE ou de l'additif sectionneur GV2-AK00 sur GV2-P.
(2) Choix du contact "O" ou "F" selon le sens de montage. Additif réversible.
(3) Le GV2-AD se monte toujours accolé au disjoncteur.
(4) Déclencheurs à minimum de tension : remplacer le point par U, exemple : GV2-AU025. Déclencheurs
à émission de tension : remplacer le point par S, exemple : GV2-AS025.
(5) Dispositif de sécurité pour machines dangereuses selon INRS et VDE 0113, se monte uniquement
sur GV2-M.
(6) Sectionnement des 3 pôles en amont du disjoncteur GV2-P.
Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 16 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Dispositifs de protection thermique à thermistances PTC


Généralités, caractéristiques, références et mise en œuvre.
Utilisation
Les dispositifs de commande LT3-Si contrôlent en permanence la température des machines à
protéger (moteurs, alternateurs, etc.) par l’intermédiaire de sondes à thermistance PTC, dont elles
doivent être équipées.
Si la température nominale de fonctionnement des sondes est atteinte, ils convertissent
l’augmentation brutale de résistance en une fonction de commutation utilisable en alarme ou en
déclenchement (voir paragraphe relatif aux thermistances ci-dessous). Une coupure accidentelle du
circuit des sondes est également détectée.

Dispositifs de commande
Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 17 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Dispositifs de protection thermique à thermistances PTC (suite)


Mise en œuvre.

Schéma en fonctionnement « hors défaut »

(1) Relais enclenché : les contacts sont représentés


en position « travail ».

Fonctionnement.

Démarrage
Le dispositif de commande LT3 est normalement sous tension et son relais interne en position appelée.
Le démarrage du moteur s'effectue par action sur le poussoir M auto-alimenté par K (circuit de commande 3 fils).

Défaut thermique
La forte augmentation de la résistance des sondes PTC au moment où leur température atteint la température
nominale de fonctionnement (TNF), est détectée par le dispositif LT3 et provoque la retombée du relais ; le
voyant H s'allume, de même que le voyant intégré dans le cas de l'appareil LT3. Le contacteur K retombe et une
action sur le bouton M est inopérante.

Réarmement
Après déclenchement sur défaut thermique, et refroi-dissement au seuil de réenclenchement, la montée du relais
est subordonnée à l'action sur le bouton-poussoir Test/RESET de l'appareil (R1), ou à l'action sur un bouton-
poussoir à distance (Rd).
Il y a donc mise en mémoire du défaut, bien que la température des sondes soit retombée en dessous du seuil de
réenclenchement.

Circuit signalisation
Le relais étant équipé de 2 contacts distincts, il est possible d'utiliser une tension de signalisation différente de la
tension de contrôle du contacteur.

Test
L'action sur le bouton-poussoir Test/RESET simule un défaut et provoque la retombée du relais : le voyant
FAULT s'allume, de même que la signalisation à distance. Une nouvelle action sur le bouton Test/RESET permet
le réarmement du produit.
Concours général des métiers – Session 2002 – Dossier Ressources
DR 18 sur 22
Baccalauréat Professionnel « Equipements et Installations Electriques »

Thermistances PTC
Caractéristiques et références